INCERTITUDE DES APPORTS FLUVIAUX DANS LE GOLFE DE GUINÉE : QUANTIFICATION ET INTERPRÉTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INCERTITUDE DES APPORTS FLUVIAUX DANS LE GOLFE DE GUINÉE : QUANTIFICATION ET INTERPRÉTATION"

Transcription

1 INCERTITUDE DES APPORTS FLUVIAUX DANS LE GOLFE DE GUINÉE : QUANTIFICATION ET INTERPRÉTATION Master of Science En Océanographie Physique et Applications Présenté par Hermann Désiré Doh Kodjo NICOUE Sous la supervision de Dr. Nicolas PERENNE & M. Henrick BERGER CIPMA - Chaire UNESCO

2 Sommaire 2 1 Introduction 2 Matériels et Méthodes 3 Résultats et Discussion 4 Conclusion et Perspectives

3 Pourquoi quantifier les débits des fleuves? Introduction 3 Pourquoi quantifier les débits des fleuves? Les décharges d eaux douces continentales dans l océan = diminution de la salinité de l océan = impact important sur le climat = importance de quantifier les débits des fleuves.

4 Qu est ce qui a été fait? Introduction 4 Qu est ce qui a été fait? En 1975, Baumgartner et Reichel = carte annuelle de ruissellement et estimation de décharge d eau douce continentale Dai et Trenberth (2002) = climatologie annuelle et mensuelle basée sur 921 fleuves instrumentés En 2009, Dai et al = analyse de Dai et Trenbeth (2002) à des séries reconstituées de 1948 à 2002 sur la base de 925 fleuves instrumentés.

5 Introduction 5 Les études de Dai ont montré qu il existe une forte corrélation entre les précipitations et débits fluviaux. Fig. 1: Relation entre anomalie de précipitation et anomalie de ruissellement

6 Problématique - objectifs Introduction 6 Problématique Manque de données fiables = source d incertitude dans l estimation de décharge des eaux douces continentales. Objectifs Vérifier la cohérence des flux de Dai et al.(2002, 2009), pour les fleuves instrumentés a et pour les apports supplémentaires des régions non monitorées b (ou non instrumentées) pour les fleuves du Golfe de Guinée Etudier la variabilité inter-annuelle des fleuves dans les données de Dai et al. (2009). a régions où on a des mesures de débit b régions où on a pas de mesure de débit

7 Problématique - objectifs Introduction 7 Problématique Manque de données fiables = source d incertitude dans l estimation de décharge des eaux douces continentales. Objectifs Vérifier la cohérence des flux de Dai et al.(2002, 2009), pour les fleuves instrumentés a et pour les apports supplémentaires des régions non monitorées b (ou non instrumentées) pour les fleuves du Golfe de Guinée Etudier la variabilité inter-annuelle des fleuves dans les données de Dai et al. (2009). a régions où on a des mesures de débit b régions où on a pas de mesure de débit

8 Matériels et Méthodes 8 Données utilisées Les données utilisées sont celles de Dai 2002 et 2009 qui sont des données de modèle de 1948 à 2004 pour 921 fleuves en 2002 construits à partir du RTM (River Transport Model) et reconstruits en 2009 sur la base de 925 fleuves avec le CLM3 (Community Land Model, version 3). Ces données sont récupérées sur le site http ://www.cgd.ucar.edu/cas/catalog/surface/dai-runoff/index.html

9 Matériels et Méthodes 9 Zone d étude Le Golfe de Guinée = partie est du bassin de l Atlantique tropical. Il est fermé au nord (à environ 5 N), entre 15 W et 10 E, et à l est vers 10 E par le continent africain. Fig. 2: Carte du Golfe de Guinée

10 Matériels et Méthodes 10 Méthode de Dai Les Modèles 1 River Transport Model 2 Community Land Model, version 3 Bouchage des trous Extrapolation à l embouchure Agrégation des données sur la grille à 1

11 Matériels et Méthodes 11 Calcul de l écart (rms) et des débits des bassins versants non instrumentés Calcul du rms rms n = 12 (d n i d i ) 2 i=1 12 i=1 Calcul des débits des bassins versants non instrumentés d i (1) Fig. 3: Carte de station de mesure des débits de fleuves(nicolas PERENNE)

12 Variation saisonnière des fleuves du Golfe de Guinée Variation saisonnière du Congo 12 Fig. 4: Cycle saisonnier moyen (Congo) Fig. 5: Graphe représentant la série chronologique des rms (Congo) Les années où les écarts sont plus déviants sont 1962, 1969, 1984 et 1992

13 Résultats et discussion : Variation saisonnière du Congo 13 Fig. 6: Graphe représentant le cycle saisonnier moyen et quelques cycles parmi les plus déviants : bleu = cycle saisonnier moyen ; rouge = cycle de l année considérée (Congo)

14 Résultats et discussion : Apport des bassins versants non instrumentés 14 Fig. 7: Cycle saisonnier moyen associé aux bassins versants non instrumentés Fig. 8: Cycles saisonniers associés aux bassins versants Fig. 9: Cycle inter-annuel associé aux bassins versants non instrumentés Fig. 10: Cycles inter-annuels associés aux bassins versants

15 Résultats et discussion : Apport des bassins versants non instrumentés(côte Nord) 15 Fig. 13: Cycle inter-annuel(bassins versants non instrumentés(nord)) Fig. 14: Cycles inter-annuels(bassins versants (Nord)) Fig. 11: Cycle saisonnier moyen(bassins versants non instrumentés(nord)) Fig. 12: Cycles saisonniers(bassins versants(nord)).

16 Résultats et discussion : Apport des bassins versants non instrumentés(côte Est) 16 Fig. 17: Cycle inter-annuel(bassins versants non instrumentés(est)) Fig. 18: Cycles inter-annuels(bassins versants(est)). Fig. 15: Cycle saisonnier moyen (bassins versants non instrumentés(est)) Fig. 16: Cycles saisonniers(bassins versants(est))

17 Résultats et discussion : Apport des bassins versants non instrumentés(côte Nord-Est) 17 Fig. 21: Cycle inter-annuel(bassins versants non instrumentés(nord-est)) Fig. 22: Cycles inter-annuels(bassins versants(nord-est)). Fig. 19: Cycle saisonnier moyen (bassins versants non instrumentés(nord-est)) Fig. 20: Cycles saisonniers(bassins versants(nord-est)).

18 Conclusion et Perspectives 18 Conclusion D autres facteurs atmosphériques (que nous continuons d analyser) et les activités humaines (barrages) pourraient expliquer les variations annuelles des décharges d eau douce continentale dans l océan. Les bassins versants instrumentés ne sont pas les seuls à contribuer à la dessalure de l océan à proximité des côtes dans le Golfe de Guinée. Il existe une certaine différence des flux pour certains fleuves dans Dai 2002 par rapport à Dai Perspectives Nous comptons améliorer ce travail par une étude de comparaison entre les données de Dai et d autres données (in situ). Ainsi pourrons-nous dans cette même optique regarder la validation ou non des modèles de Dai.

19 Conclusion et Perspectives 19 Conclusion D autres facteurs atmosphériques (que nous continuons d analyser) et les activités humaines (barrages) pourraient expliquer les variations annuelles des décharges d eau douce continentale dans l océan. Les bassins versants instrumentés ne sont pas les seuls à contribuer à la dessalure de l océan à proximité des côtes dans le Golfe de Guinée. Il existe une certaine différence des flux pour certains fleuves dans Dai 2002 par rapport à Dai Perspectives Nous comptons améliorer ce travail par une étude de comparaison entre les données de Dai et d autres données (in situ). Ainsi pourrons-nous dans cette même optique regarder la validation ou non des modèles de Dai.

20 MERCI POUR VOTRE AIMABLE ATTENTION

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

TRANSPORTS SOLIDES SUR L OUBANGUI

TRANSPORTS SOLIDES SUR L OUBANGUI TRANSPORTS SOLIDES SUR L OUBANGUI (J.C. OLIVRY) Pour terminer cet aperçu, ajoutons quelques données sur le r6gime de 1 Gubangui à Bangui (superficie 480 000 km ). Son régime est tropical, avec une saison

Plus en détail

21 mars 2012. Simulations et Méthodes de Monte Carlo. DADI Charles-Abner. Objectifs et intérêt de ce T.E.R. Générer l'aléatoire.

21 mars 2012. Simulations et Méthodes de Monte Carlo. DADI Charles-Abner. Objectifs et intérêt de ce T.E.R. Générer l'aléatoire. de 21 mars 2012 () 21 mars 2012 1 / 6 de 1 2 3 4 5 () 21 mars 2012 2 / 6 1 de 2 3 4 5 () 21 mars 2012 3 / 6 1 2 de 3 4 5 () 21 mars 2012 4 / 6 1 2 de 3 4 de 5 () 21 mars 2012 5 / 6 de 1 2 3 4 5 () 21 mars

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 Présentation : Sadamba TCHAGBELE, Directeur EAMAC, Niamey - NIGER Slide 1 Sommaire Introduction ti Bilan de la formation à l

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

Le 14 janvier 2003 N o de dossier : R-3504-2002 Demande de renseignement no 1 de la Régie à Hydro Québec (le Transporteur) Page 1 de 5

Le 14 janvier 2003 N o de dossier : R-3504-2002 Demande de renseignement no 1 de la Régie à Hydro Québec (le Transporteur) Page 1 de 5 Page 1 de 5 DEMANDE DE RENSEIGNEMENT NO 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («LA RÉGIE») SUITE À LA DEMANDE D AUTORISATION DU BUDGET DES INVESTISSEMENTS 2003 POUR LES PROJETS DU TRANSPORTEUR DONT LE COÛT INDIVIDUEL

Plus en détail

De l audit au Commissionnement : Quelles spécificités pour les projets de GRE?

De l audit au Commissionnement : Quelles spécificités pour les projets de GRE? De l audit au Commissionnement : Quelles spécificités pour les projets de GRE? Myriam HUMBERT Cerema 1 L audit en général Objectif : construire un modèle thermique du bâtiment comme aide à la décision

Plus en détail

Projet Institutional Support to African Climate Initiative (ISACIP) ATELIER DE RENFORCEMENT DE CAPACITÉS Niamey, 17 au 25 mars 2014

Projet Institutional Support to African Climate Initiative (ISACIP) ATELIER DE RENFORCEMENT DE CAPACITÉS Niamey, 17 au 25 mars 2014 Projet Institutional Support to African Climate Initiative (ISACIP) ATELIER DE RENFORCEMENT DE CAPACITÉS Niamey, 17 au 25 mars 2014 Par Amadou Idrissa Bokoye, Ph. D. Contact: abokoye@gmail.com Environnement

Plus en détail

Thème : Ecosystème et sécurité alimentaire Par Norbert GAMI Anthropologue

Thème : Ecosystème et sécurité alimentaire Par Norbert GAMI Anthropologue Union Internationale pour la Conservation de la Nature Programme Régional pour l Afrique centrale et occidentale Forum Régional de l Environnement Brazzaville, 05 08 Juillet 2011 Thème : Ecosystème et

Plus en détail

CCT TSI : Atelier «Altimétrie et Glaciologie» Estimation de la correction troposphérique sur les glaces à partir de mesures radiométriques

CCT TSI : Atelier «Altimétrie et Glaciologie» Estimation de la correction troposphérique sur les glaces à partir de mesures radiométriques Page 1 CCT TSI : Atelier «Altimétrie et Glaciologie» Estimation de la correction troposphérique sur les glaces à partir de mesures radiométriques Bruno Picard (CLS), Estelle Obligis (CLS) Fatima Karbou

Plus en détail

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique Nguyen Ha- Phong Section génie civil 212, Prof. Dr A. Schleiss A) Analyse hydrologique 1. Estimation des débits moyens journaliers de la station

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

Formations habilités en catégorie A DEUST Systèmes d'information, numérique et électronique

Formations habilités en catégorie A DEUST Systèmes d'information, numérique et électronique Formations habilités en catégorie A DEUST Systèmes d'information, numérique et électronique Licence Électronique, énergie électrique, automatique Licence Informatique Licence Mathématiques Licence Mécanique

Plus en détail

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle 7ème Journée de restitution des résultats de l Observatoire du Patrimoine Naturel Marais poitevin jeudi

Plus en détail

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2006-2015 Augmenter les effectifs et améliorer la qualité du corps enseignant en Afrique subsaharienne Les besoins La pénurie aiguë

Plus en détail

Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie

Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie Université d Aix-Marseille II Centre d Océanologie de Marseille 7 mai, 2007

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Resolution limit in community detection

Resolution limit in community detection Introduction Plan 2006 Introduction Plan Introduction Introduction Plan Introduction Point de départ : un graphe et des sous-graphes. But : quantifier le fait que les sous-graphes choisis sont des modules.

Plus en détail

C U R R I C U L U M V I T A E

C U R R I C U L U M V I T A E Mme Anne Pélissier Faculté de Droit Centre du Droit de l Entreprise 39, rue de l Université 34060 MONTPELLIER cedex 2 e-mail : anne.pelissier@univ-montp1.fr C U R R I C U L U M V I T A E FONCTIONS Professeur

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

Au service de vos projets maritimes et fluviaux

Au service de vos projets maritimes et fluviaux INGÉNIERIE CONSEIL MESURES ENVIRONNEMENTALES Au service de vos projets maritimes et fluviaux Energies Marines Renouvelables Types de missions : Études d impacts Études réglementaires Mesures environnementales

Plus en détail

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22 Préambule La collection des guides de l ASN regroupe les documents à destination des professionnels intéressés par la réglementation en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection (exploitants, utilisateurs

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain»

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» GRAPE-CEEP Rapport de stage «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» Vallette Jean-Vincent Master II Gestion des Ressources Naturelles

Plus en détail

Gestion et valorisation des données hydrologiques pour la GIRE

Gestion et valorisation des données hydrologiques pour la GIRE WMO / OMM Projet Volta-HYCOS Module de formation en Expertise hydrologique et GIRE Gestion et valorisation des données hydrologiques pour la GIRE 2iE (Ouagadougou) - Mars 2007 IRD - Unité OBHI (Observatoires

Plus en détail

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014.

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014. UNITED NATIONS EP UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4 United Nations Environment Programme Distr.: Restricted 17 March 2014 Original: French 11è Réunion de la Conférence des Parties de la Convention pour la

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 46 27 janvier 2015 Marché du travail 2014 en Martinique : Bilan d une année de demandes d emploi Page 1 16 Synthèse : Au mois de décembre 2014, la baisse tendancielle du nombre

Plus en détail

Investissement et changements climatiques : éviter la maladaptation

Investissement et changements climatiques : éviter la maladaptation Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique www.onerc.gouv.fr Investissement et changements climatiques : éviter la maladaptation Bertrand Reysset ONERC Friday lunch meeting Chaire

Plus en détail

Conseil Supérieur de la Météorologie

Conseil Supérieur de la Météorologie Conseil Supérieur de la Météorologie Que peut-on dire du changement climatique proche dans le temps (25-30 ans)? La prévision décennale: Un défi pour les climatologues Christophe Cassou (CNRS-Cerfacs)

Plus en détail

Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn

Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn PLAN EN TROIS QUESTIONS OU? QUOI? COMMENT? Ou? Le Sénégal se situe à l

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre Présentation du livre collectif du Bureau des longitudes (publié chez Hermann) Les observatoires: observer la Terre Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris,

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne L information hydroclimatique en Afrique de l Ouest, base de la maîtrise de l eau pour la Sécurité alimentaire Welcome to AGRHYMET Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger

Plus en détail

Catalogue des formations

Catalogue des formations Catalogue des formations 2010 photo Sébastien Laflorencie (ENM) Ecole Nationale de la Météorologie Toulouse / France www.enm.meteo.fr Ecole Nationale de la Météorologie Téléphone : 05.61.07.80.80 - Télécopie

Plus en détail

Thème 6 Mesure sans réflecteur et laserscanning Possibilités et limites

Thème 6 Mesure sans réflecteur et laserscanning Possibilités et limites Thème 6 Mesure sans réflecteur et laserscanning Possibilités et limites Quelques points concernant les stations totales Stations totales mesures sans réflecteurs Pointeur laser Mesure de distance Laserpointer

Plus en détail

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus).

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Généralités : L exploitation du thon rouge de l Atlantique dans la Mer Méditerranée remonte au premier millénaire avant

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Séminaire régional sur la diversité culturelle Niamey (Niger), 11 et 12 juin 2003. Rapport général

Séminaire régional sur la diversité culturelle Niamey (Niger), 11 et 12 juin 2003. Rapport général Séminaire régional sur la diversité culturelle Niamey (Niger), 11 et 12 juin 2003 Rapport général A l initiative de l Agence Intergouvernementale de la Francophonie (A.I.F) s est tenu du 11 au 12 juin

Plus en détail

Dossier de présentation Hydr Open

Dossier de présentation Hydr Open Dossier de présentation Hydr Open Prix de l Ingénierie du futur 2015 Introduction Le projet consiste à développer une technologie libre de micro-turbine hydraulique pour l électrification rurale et de

Plus en détail

Institut National de la MétéorologieM

Institut National de la MétéorologieM Annex 7 Institut National de la MétéorologieM La Banque de Données Climatologiques de l INMl présentée par : Jameleddine EL KAMEL GENEVE, 27/05-01/06 2002 1/40 La Banque de Données Climatologiques 1. Introduction

Plus en détail

RAOB AFRICAN NETWORK FOR BASINS ORGANIZATION/RESEAU AFRICAIN DES ORGANISMES DE BASSINS

RAOB AFRICAN NETWORK FOR BASINS ORGANIZATION/RESEAU AFRICAIN DES ORGANISMES DE BASSINS AFRICAN NETWORK FOR BASINS ORGANIZATION/RESEAU AFRICAIN DES ORGANISMES DE BASSINS STRENGTHENING INSTITUTIONS FOR TRANSBOUNDARY WATER MANAGEMENT IN AFRICA (SITWA)/ RENFORCEMENT DES INSTITUTIONS DE GESTION

Plus en détail

Systèmes d information. Modélisation des systèmes d'information Partie 3 : modèle organisationnel des traitements

Systèmes d information. Modélisation des systèmes d'information Partie 3 : modèle organisationnel des traitements Systèmes d information Modélisation des systèmes d'information Partie 3 : modèle organisationnel des traitements Introduction Le but : Au niveau conceptuel des traitements, on : définit les actions des

Plus en détail

Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD APPROVISIONNEMENT ET DISTRIBUTION DES PRODUITS PETROLIERS AU MALI

Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD APPROVISIONNEMENT ET DISTRIBUTION DES PRODUITS PETROLIERS AU MALI Email : onapmali@afribone.net.ml Site Web : www.onapmali.co napmali.com Ministère de l Economie, de l Industrie et du Commerce ******** Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL

Plus en détail

PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE

PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE Xavier Ameye Assetsman 2 bis, passage Roche 78000 Versailles Résumé Ce document présente l apport des

Plus en détail

Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise?

Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise? Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise? Animé par : Cédric

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

Variations de la circulation océanique dans l'atlantique Nord depuis 1955 : modèle global NEMO ORCA ½ avec rappel aux données in situ

Variations de la circulation océanique dans l'atlantique Nord depuis 1955 : modèle global NEMO ORCA ½ avec rappel aux données in situ Variations de la circulation océanique dans l'atlantique Nord depuis 1955 : modèle global NEMO ORCA ½ avec rappel aux données in situ T. Huck, P. Bellec, R. Dussin, F. Gaillard, J.-M. Molines, A. M. Treguier

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions.

Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions. AMA-2015 Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions. Julien Palmiéri, Fabrizio D'Ortenzio, Jean-Claude Dutay, Laurent Bopp Contact : julien.palmieri@noc.soton.ac.uk

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc;

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc; Communiqué Centre Africain des Risques Catastrophiques African Centre for Catastrophe Risks Une étude sur «la conception d un modèle de gestion du risque sécheresse dans le domaine des céréales vient d'être

Plus en détail

3 ème Carrefour du Journal de la Marine Marchande Paris AfricaPort Y-a-t-il un port ouest-africain pour accueillir un navire de 16 000 EVP?

3 ème Carrefour du Journal de la Marine Marchande Paris AfricaPort Y-a-t-il un port ouest-africain pour accueillir un navire de 16 000 EVP? 3 ème Carrefour du Journal de la Marine Marchande Paris AfricaPort Y-a-t-il un port ouest-africain pour accueillir un navire de 16 000 EVP? Dr. YANN ALIX Délégué Général FondationSEFACIL Le Havre France

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

Le Rhône, fleuve aménagé

Le Rhône, fleuve aménagé 21 Le Rhône, fleuve aménagé Appelé Rotten dans la première partie de son cours, le Rhône naît des eaux de fonte du glacier de la Furka dans le canton du Valais en Suisse. Il parcourt 300 km avant d atteindre

Plus en détail

3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE

3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE 3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE Dominique BÉROD (Etat du Valais- service des routes et des cours d eau) Dominique Bérod présente MINERVE, un programme récent en Valais

Plus en détail

Business Intelligence

Business Intelligence Business Intelligence Enjeux, Projets, Données, Indicateurs Gilles FONTANINI g.fontanini@decision-network.eu +33 (0)6 11 21 24 53 2? Gilles Fontanini Consultant et Administrateur d un GIE d experts en

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

EVOLUTION DE L HUMIDITE DU SOL

EVOLUTION DE L HUMIDITE DU SOL Ecole Doctorale des Sciences de l'environnement DEA Océanologie, Météorologie et Environnement RAPPORT DE STAGE Thanh NGO DUC EVOLUTION DE L HUMIDITE DU SOL Responsable Co-responsable Organisme d accueil

Plus en détail

Grant Thornton Côte d Ivoire : Un accompagnement sur mesure pour atteindre vos objectifs stratégiques

Grant Thornton Côte d Ivoire : Un accompagnement sur mesure pour atteindre vos objectifs stratégiques Grant Thornton Côte d Ivoire : Un accompagnement sur mesure pour atteindre vos objectifs stratégiques Audit Consulting Conseil juridique, fiscal et social Outsourcing Etudes sectorielles Conseil en RH

Plus en détail

Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages

Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages Fatima Karbou CNRM / GAME En collaboration avec: P. Bauer, W.

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL D'OCEANOGRAPHIE PHYSIQUE EN AFRIQUE DE L'OUEST REGIONAL PROGRAM OF PHYSICAL OCEANOGRAPHY IN WEST AFRICA (PROPAO)

PROGRAMME REGIONAL D'OCEANOGRAPHIE PHYSIQUE EN AFRIQUE DE L'OUEST REGIONAL PROGRAM OF PHYSICAL OCEANOGRAPHY IN WEST AFRICA (PROPAO) PROGRAMME REGIONAL D'OCEANOGRAPHIE PHYSIQUE EN AFRIQUE DE L'OUEST REGIONAL PROGRAM OF PHYSICAL OCEANOGRAPHY IN WEST AFRICA (PROPAO) By Roger DJIMAN Partenaires Partners -BENIN: Roger DJIMAN (CRHOB), coordinateur

Plus en détail

PROJET D APPUI INSTITUTIONNEL AUX INSTITUTIONS AFRICAINES DU CLIMAT ISACIP/AFRICLIMSERV DEPARTEMENT CLIMAT ET ENVIRONNEMENT

PROJET D APPUI INSTITUTIONNEL AUX INSTITUTIONS AFRICAINES DU CLIMAT ISACIP/AFRICLIMSERV DEPARTEMENT CLIMAT ET ENVIRONNEMENT CENTRE AFRICAIN POUR LES APPLICATIONS DE LA METEOROLOGIE AU DEVELOPPEMENT AFRICAN CENTRE OF METEOROLOGICAL APPLICATIONS FOR DEVELOPMENT Institution Africaine parrainée par la CEA et l OMM African Institution

Plus en détail

- 1 - Dynamique physique de l habitat. 1.1 L hydrodynamisme du Plateau atlantique dans le défi golfe de Gascogne

- 1 - Dynamique physique de l habitat. 1.1 L hydrodynamisme du Plateau atlantique dans le défi golfe de Gascogne - 1 - Dynamique physique de l habitat 1.1 L hydrodynamisme du Plateau atlantique dans le défi golfe de Gascogne L hydrodynamisme du plateau atlantique dans le Défi golfe de Gascogne Coordination : Frédéric

Plus en détail

Adaptation et Interopérabilité des hypermédias éducatifs

Adaptation et Interopérabilité des hypermédias éducatifs Adaptation et Interopérabilité des hypermédias éducatifs «Cas de netuniversité : Une plate-forme basée sur IMS-LD, pour la conception de cours en ligne» Amir BENMIMOUN Philippe TRIGANO Ecole d été APREV

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

Hydrologie statistique et reconstitution des régimes naturels

Hydrologie statistique et reconstitution des régimes naturels Hydrologie statistique et reconstitution des régimes naturels Eric SAUQUET Unité de Recherche Hydrologie-Hydraulique Cemagref Lyon 26 avril 2010 Givors Journée «Gestion quantitative de la ressource» Contexte

Plus en détail

Deux approches peuvent être. Analyse de données. Dossier : Audit

Deux approches peuvent être. Analyse de données. Dossier : Audit Dossier : Audit Analyse de données Mathieu Laubignat CISA, Auditeur informatique Les techniques d analyse des données, utilisées depuis 1998 au sein de l Audit Informatique du Groupe La Poste, constituent

Plus en détail

Ecran : Processeur : OS : Caméra : Communication : Mémoire : Connectique : Audio : Batterie : Autonomie : Dimensions : Poids : DAS :

Ecran : Processeur : OS : Caméra : Communication : Mémoire : Connectique : Audio : Batterie : Autonomie : Dimensions : Poids : DAS : SMARTPHONE - DUAL-CORE - NOIR 3483072425242 SMARTPHONE - DUAL-CORE - BLEU XXXX SMARTPHONE - DUAL-CORE - BLANC 3483072485246 SMARTPHONE - DUAL-CORE - ROSE 3483073704131 SMARTPHONE - DUAL-CORE - ROUGE XXXX

Plus en détail

Fiche guide Formation des images

Fiche guide Formation des images Fiche guide Formation des images Cette fiche guide «Formation des images» vous sera utile pour les TP O1 et O2. Elle contient l essentiel de ce que vous devez savoir et savoir-faire. Vous n y aurez pas

Plus en détail

ATILLAH (CRTS, MAROC)

ATILLAH (CRTS, MAROC) United Nations/Morocco/European Space Agency International Workshop on the Use of Space Technology for Sustainable Development 25 27 April 2006, Rabat, Morocco Génération d indices d upwelling à partir

Plus en détail

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux p.5 Introduction Pourquoi un PPR? p.7 Partie 1 Méthode de détermination de l aléa p.22

Plus en détail

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Corinne Curt et Aurélie Talon JFMS10 24-26/03/2010 - Toulouse Evaluation de la fiabilité et de la sécurité des barrages

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun On the spot Ecocertification et images satellites Exploitation forestière tropicale au Cameroun Exploitation forestière tropicale au Cameroun Un nombre croissant d opérateurs forestiers s engagent dans

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

Caractérisation et visualisation d un signal complexe en 3 Dimensions

Caractérisation et visualisation d un signal complexe en 3 Dimensions Caractérisation et visualisation d un signal complexe en 3 Dimensions Introduction Le but de ce TP est de caractériser et de visualiser en 3 Dimensions des signaux simples et complexes sans recourir à

Plus en détail

La Bretagne romantique

La Bretagne romantique La Bretagne romantique Energie Thermographie et diagnostic thermique en rénovation Tinténiac, le 25 octobre 2015 Gireg Le Bris Yvan Le Tennier Qu est ce que la thermographie? La thermographie est la technique

Plus en détail

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B C. Rio, J.-Y. Grandpeix, F. Hourdin, F. Guichard, F. Couvreux, J.-P. Lafore, A. Fridlind, A. Mrowiec, S. Bony, N. Rochetin,

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

Gestion et politique de l eau

Gestion et politique de l eau CAS Certificat de formation continue Certificate of Advanced Studies Gestion et politique de l eau septembre 2014 novembre 2015 f o r m a t i o n m o d u l a i r e e n c o u r s d e m p l o i E n p a r

Plus en détail

«le permis bateau à portée de main» Fluvial : examen blanc n 1

«le permis bateau à portée de main» Fluvial : examen blanc n 1 Fluvial : examen blanc n 1 1. Qu'indiquent ces 2 bouées jaunes à droite du bâtiment? A Un danger isolé. B Le chenal, il faut passer entre les deux bouées. C La présence d'un filet. 2. Quels sont les principaux

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail