PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT. Introduction. B Les 3 systèmes de resynthèse de l ATP 25/01/11

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT. Introduction. B Les 3 systèmes de resynthèse de l ATP 25/01/11"

Transcription

1 PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT S. VAUCELLE UE 30.S UFRSTAPS Toulouse Introduction I Energétique de la contraction musculaire II Les processus physiologiques et l entraînement sportif Conclusion Introduction I Energétique de la contraction musculaire (RAPPELS) A L énergie musculaire Une énergie spécifique, en faible quantité : l ATP Transformation d une énergie chimique en énergie mécanique Hydrolyse de l ATP : ATP " "ADP + Pi + Energie# " " (enzyme : ATPase) Une distance de 10m à 10 km/h Puissance : 90 à 120 Kcal/mn Capacité : 1,2 Kcal B Les 3 systèmes de resynthèse de l ATP Chaque source énergétique se caractérise par : Un délai d apport optimum d énergie, L énergie potentielle susceptible d être utilisée (Capacité), La quantité maximale d énergie par unité de temps (Puissance), Sa contribution dans la puissance énergétique totale de l organisme dans la durée, Ses facteurs limitants La durée nécessaire pour reconstituer les réserves utilisées / pour éliminer les déchets produits. 1 ) Voie Anaérobie Alactique : les sprints et exercices très courts et très intenses. PhosphoCréatine + ADP " "ATP + Créatine# " " " " " " " (enzyme : Créatine phosphokinase) ADP + ADP " " "ATP + AMP# " " " " " " (enzyme : Myokinase) 1

2 An Al : Resynthèse immédiate de l ATP Durée optimale du processus : 6 à 7 s Endurance du processus : 10 à 20 s Puissance : 90 à 120 Kcal/mn Capacité : 5 à 7 Kcal Immédiatement disponible, Puissance considérable Faible Capacité, réserves faibles An Al : Quelle récupération? La PC utilisée est reconstituée : à 70% en 30s, 84% en 2mn, 89% en 4mn, 97% en 6mn, 100% en 8mn. Il est possible d améliorer la vitesse de resynthèse de la PC entre des sprints par un développement préalable de la capacité oxydative des muscles sollicités. 2 ) Voie Anaérobie Lactique : Les efforts de durée intermédiaire mais intenses ADP + Glucose/Glycogène + P " "ATP + Acide Lactique# " " " " " " (Glycogène "Glucose 2 acides pyruviques + 2 à 3 ATP) NAD NADH 2 (2 acides pyruviques 2 acides lactiques) NADH 2 NAD An L : Phase lactacide, production retardée d énergie Durée optimale du processus : entre 45 s et 1 mn Endurance du processus : de 1 à 2 mn Puissance : 50 Kcal/mn Capacité : 20 à 35 Kcal Inertie faible, Puissance élevée, Capacité importante Production d acide lactique (lactate + H + ) An L : Quelle récupération? Plus le muscle produit de lactates, plus l ATP a été resynthétisé, donc plus l exercice a été intense. Plus le sportif court vite et longtemps, plus il produit de lactates. C est un témoin de la performance et non un déchet inutile. Le lactate sera utilisé lors de la récupération (4/5 dans les muscles, 1/5 par le foie et les reins). Récupération Passive (Effort épuisant de 2mn) 50% en 25mn 75% en 50mn 100% en 1h30mn Récupération Active (Effort épuisant de 2mn) 50% en 6mn 75% en 12mn 100% en 20mn 3 ) Voie Aérobie: Les efforts de longue durée et de moindre intensité ADP + Glucose/Glycogène/Acides Gras + P + O2 "ATP + CO2 + H2O# " " " " " " Question de vocabulaire : VO2max, VMA, PMA 2

3 Aér : Production très retardée d énergie Durée optimale du processus : de 2/3 à 6/8 mn Endurance du processus : au delà de 10 mn Puissance : 30 Kcal/mn Capacité : très grande (2500 à 3000 Kcal selon la Puissance) Capacité considérable Inertie importante, faible Puissance, limitée par l apport d O2 (VO2max) Aér : Quelle récupération? L épuisement total des réserves en glycogène est réalisé en : 1h à 85% de VMA, 2h à 75% de VMA. Il dépend de l importance des réserves initiales, du niveau d entraînement, du type d effort, de l individu. La reconstitution des réserves nécessite un délai postexercice de 12h à 46h. 50% des réserves sont reconstituées à la 5 e heure. Cette durée dépend également de l importance de l épuisement des stocks, du niveau d entraînement, du régime alimentaire. TRANSITION Quelles améliorations viser? Quels principes respecter? On peut retenir 5 principes : Augmenter la quantité de substrat énergétique. Améliorer l utilisation que l organisme fait de ce substrat. Améliorer la qualité musculaire pour une utilisation plus intense des différents processus (Puissance), pour un volume de travail plus important (Capacité ou Endurance). 1 Pour développer un processus énergétique, il faut avoir recours à des activités physiques imposant un effort de type global. 2 L efficacité d un travail est maximale lorsqu il s effectue aux limites du système énergétique travaillé. Quels principes respecter? 3 Il faut développer harmonieusement Puissance et Capacité des différents processus énergétiques. 4 La Puissance d un phénomène énergétique se développe par des exercices maximaux ou supra maximaux (intensité), sur des durées d applications inférieures ou égales à la durée travaillée. 5 La Capacité ou Endurance d un phénomène énergétique se développe par des exercices infra maximaux mais qui conservent cependant une intensité élevée, sur des durées d applications supérieures à la durée maximum du phénomène travaillé (jusqu au double). II Les processus physiologiques et l entraînement sportif Trois processus : A) Anaérobie Alactique, B) Anaérobie Lactique, C) Aérobie. 1 Définition 2 Modifications physiologiques visées 3 Moyen de développement 4 Procédés pédagogiques 3

4 A) Anaérobie Alactique : % VMax Record Anaérobie Alactique 1 Définition : C est le processus de la Vitesse Maximale de déplacement (mvt cycliques) qui nécessite de la Puissance musculaire (capacité à exprimer les plus grandes Forces avec la plus grande Vitesse). 2 Modifications physiologiques visées : Réserves d ATP et PC intramusculaires. Vitesse de conduction neuromusculaire. Seuil d excitabilité neuromusculaire. Réaction des fibres musculaires. du processus Distances De 3s à 8s, soit de 20m à 70m De 10s à 20s, soit de 80m à 180m Récupération Maximale : 100%, ou > 95% Supra maximale : course tractée, en descente, survitesse 90% à 95% de la vitesse maximale de déplacement (Vitesse Record) Complète (restauration stock Complète (restauration stock de de PC). PC). r : entre les fractions : 3 à 4mn r et R : Idem, soit de 10 à 12 mn R : entre les séries : 7 à 10mn (puis de 6 à 8mn avec les progrès) Nature : récupération active Nature : récupération active (étir., (étir., assoupl., vigilance assoupl., vigilance nerveuse). nerveuse). Pas de footing! Pas de footing pendant la séance! 3 à 6 séries de 3 à 4 répétitions 3 à 6 séries de 3 à 4 répétitions Pas inf. à 200m De 500m à 1200m Arrêt si «décrochage» (baisse Arrêt si «décrochage». de l intensité), vers 400m/500m Anaérobie Alactique 3 Moyen de développement (voir tableau) 4 Procédés pédagogiques : Echauffement, motivation. Puissance avant Capacité. Impact nerveux et musculaire. Récupération, surcompensation. Variété. B) Anaérobie Lactique 1 Définition : C est le processus des efforts intenses, de durée importante, malgré un environnement lactique. On parlait de «Résistance» 2 Modifications physiologiques visées Stockage du glycogène intramusculaire. Tolérance à l acidose. Elimination des déchets lactiques. Modification des fibres? : % VMax Record Anaérobie Lactique Anaérobie Lactique 3 Moyen de développement : Distances De 20s à 45s, soit de 150m à (tableau) 300m (linéaire, en aller retour, Récupération ou navettes). Jamais sup. à 1 mn. du processus De 1 à 2mn, soit de 300m à 600m. Proche du maximum, soit de 90% 80% à 85% de la Vitesse Record à 95% de la Vitesse Record (V (Vmax). max). Incomplète (habituer au travail Incomplète (éviter d éliminer musculaire en acidose élevée). complètement l acide lactique) r : entre les fractions : 5 à 8mn r : de 6 à 8mn entre les fractions R : entre les séries : 12 à 30mn R : jusqu à 30mn entre les séries. Nature : passive ou Nature : moyennement active moyennement active (éliminer partiellement le lactate). 2 à 4 séries de 3 à 4 répétitions De 900m à 2000m Arrêt si l intensité s effondre. De 2000m à 3500m. Travail visé jusqu à l épuisement. 3 Moyen de développement (voir tableau) 4 Procédés pédagogiques : Jeunes pré pubères (PFK, LDH)! Travail aérobie préalable. Capacité avant Puissance. Récupération aérobie. Associer travail vélocité. Travail spécifique, Pré Compétition. 4

5 C) Aérobie 1 Définition : C est le processus des efforts élevés de longue durée. On parle «d Endurance». Préciser «End. Aér.»! 2 Modifications physiologiques visées : Stockage des substrats, réorientation du stock. Latence du processus, chaîne transporteurs d O2. Résistances périphériques. VO2max. Tonus, force musculaire, poids corporel. Nature des fibres. : % VMA Aérobie Distances 3 Moyen de développement : Travail intermittent : «End Active» : paliers de 2 à 5mn. (tableau) de 15/30s jusqu à 1/2mn (Court/ Court à Moyen/Moyen) «Interval Training» : de 200 à 500m ( 35s à 1mn30). Egale ou sup à 100% VMA 90 à 100% (EA, Long Long) : >3mn 110% (Moy Moy) : 30s à 2mn 130% (Court Court) : 10s à 20s «IT» : allure spécifique de course Récupération La plus active possible (au minimum : marche). Egale au temps d effort du processus Travail continu : Footing, «End Fondamentale». Travail intermittent ou Course fractionnée : «Fartlek» en nature («jeu de vitesse») De 20/30mn (tjs > 20mn) à 1h (2h). Entre 75% et 95% de VMA (jamais < 60% : effets quasi nuls) 75 à 85% VMA : en continu 85 à 95 % VMA : en intermittent Après l exercice, en travail continu. La plus active possible pour l intermittent. «EA» : 30 à 45s avec 4 à 6 paliers De 20 à 30mn, jusqu à 1h (voire 2h). «C/C», «M/M» : 20mn à 1h. «IT» : 5, 10 ou 30 répétitions selon l int. et la dist. de course. Aérobie 4 Procédés pédagogiques : Entre 12 et 15 ans. Préparation Physique. Puissance et Capacité. Travail intermittent pour Puissance (PMA). Travail continu pour Capacité. Force et Endurance (2/3 masses corporelles) Conclusion Au cours d un exercice, il y a utilisation des 3 voies énergétiques. C est la part respective de chaque voie qui varie. Elle est fonction : du sujet (de ses qualités, de son entraînement) de l exercice (intensité, durée). Durée (s) % Anaérobie % Aérobie Courbe de Howald (1974) A retenir Puissance 6 s à VMax Capacité = Zone mixte Endurance V : tenir VMax 20 s Puissance Lactique EV : RSA / CRS 45 s à 1 mn Capacité = Zone mixte Endurance Lactique 1 à 2 mn PMA 2/3 mn à 6/8 mn Capacité = Endurance Aérobie > 6/8 mn Attention à l échelle de Temps 5

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

La course longue à l école :

La course longue à l école : aspect bio énergétique, biomécanique, motivationnel gérard: IUFM de la Réunion 2012 13 La course longue à l école : 1 Les instructions officielles 2 Historique du 1500 m 3 S entraîner : améliorer ses performances

Plus en détail

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport 1-Introduction: La motricité Évolution des aptitudes motrices avec la croissance amélioration jusqu à 18 ans chez amélioration jusqu à la puberté chez

Plus en détail

QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION

QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION Lorsque vous courez, pédalez, nagez, skiez ou tout simplement, lorsque vous montez un escalier, réalisez un certain nombre de tâches ménagères (laver le sol, les vitres.)

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux Intérêt du Cardiofréquencemètre pour l optimisation de l entrainement Thierry Laporte Bordeaux 250 KMS / SEMAINE 180 kms / semaine.. L évolution des connaissances et des techniques 1927:notion de vo2max

Plus en détail

Nous analyserons dans ce chapitre quelques principes et notions de physiologie utiles pour la préparation physique.

Nous analyserons dans ce chapitre quelques principes et notions de physiologie utiles pour la préparation physique. 9. Préparation physique La technique, la stratégie et l état d esprit sont des éléments fondamentaux en combat. Toutefois, sans une bonne préparation physique, ces éléments risquent d être inefficaces.

Plus en détail

LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L EXERCICE MUSCULAIRE

LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L EXERCICE MUSCULAIRE LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L EXERCICE MUSCULAIRE Introduction Le joueur de tennis ou le lutteur réalise une multitude d actions individuelles ou combinées que l on peut résumer comme suit : il court,

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. 4.3. Les effets de l entraînement dans la filière aérobie : 9

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. 4.3. Les effets de l entraînement dans la filière aérobie : 9 STEP Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. Table des matières I. Rappels concernant le développement des ressources énergétiques : 2 1. La production d énergie : 2 2. Les

Plus en détail

La Physiologie de l exercice

La Physiologie de l exercice Physiologie de l exercice B. BARON et Pr. P. PELAYO 1 La Physiologie de l exercice Auteurs Bertrand BARON, Université de la Réunion Pr. Patrick PELAYO, Université Lille 2 1 2 Physiologie de l exercice

Plus en détail

PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.)

PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.) PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.) % Production d énergie 70 Glucides Lipides QR 60 50 40 QR 0,90 0,80 0 10 20 30 40 50 60 Temps

Plus en détail

Santé et activité physique

Santé et activité physique Santé et activité physique J.P. Brackman médecin du sport P. Bruzac-Escanes diététicienne F. Saint Pierre biostatisticien Support d une conférence donnée à l auditorium de Balma le 16 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

LE MUSCLE. Références. ζ Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson

LE MUSCLE. Références. ζ Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson LE MUSCLE Références Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson Physiologie du sport et de l exercice, J.H.Wilmore et D.L.Costill, De Boeck Université Généralités Issu du mésoderme

Plus en détail

LE PHYSIQUE : PPG, MUSCULATION et FILERES ENERGETIQUES) DEVELOPPER SA TONICITE : LES GAINAGES --> Minimum 30 secondes.

LE PHYSIQUE : PPG, MUSCULATION et FILERES ENERGETIQUES) DEVELOPPER SA TONICITE : LES GAINAGES --> Minimum 30 secondes. LE PHYSIQUE : PPG, MUSCULATION et FILERES ENERGETIQUES) DEVELOPPER SA TONICITE : LES GAINAGES --> Minimum 30 secondes. PRINCIPE : Varier les exercices, augmenter progressivement la difficulté (durée, position).

Plus en détail

STATION TRAIL ETE 2015 - ATELIERS PARCOURS 1000M PISTE TRAIL

STATION TRAIL ETE 2015 - ATELIERS PARCOURS 1000M PISTE TRAIL STATION TRAIL ETE 2015 - ATELIERS PARCOURS 1000M PISTE TRAIL DESCRIPTIF DU PARCOURS : Situé sur la Via Vercors, au départ du parking du pont des Aniers (proche magasin SAMSE), le parcours 1000 Mètres Piste

Plus en détail

UNE AUTRE APPROCHE EDUCATIVE

UNE AUTRE APPROCHE EDUCATIVE UNE AUTRE APPROCHE EDUCATIVE LA CP5 : UNE COMPETENCE PROPRE «UN SAVOIR S ENTRAÎNER EN EPS» UN EXEMPLE EN STEP AU LYCEE Hélène Coste Mars 2013 SAVOIR S ENTRAÎNER C EST : 1. Faire des efforts "MAINTENANT"

Plus en détail

RUGBY ET SOLLICITATIONS CARDIOVASCULAIRES

RUGBY ET SOLLICITATIONS CARDIOVASCULAIRES RUGBY ET SOLLICITATIONS CARDIOVASCULAIRES Dr JR ISRAEL Mise à jour février 213 Pôle de Médecine du Sport de l Essonne Centre National Technique de Rugby - 9146 MARCOUSSIS OUTILS D EVALUATION DU MOUVEMENT

Plus en détail

Suite du Cours Physiologie L3 APA -2008

Suite du Cours Physiologie L3 APA -2008 Suite du Cours Physiologie L3 APA -2008 Elsa HEYMAN MCU FSSEP Lille 2 Chapitre 1: Bioénergétique Parties IV- V - VI IV- La voie aérobie CO 2 + H 2 O VOIE AEROBIE ATP Glucose, Glycogène, acides gras libres,

Plus en détail

LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L ENTRAÎNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT À LONG TERME DE L ATHLÈTE

LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L ENTRAÎNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT À LONG TERME DE L ATHLÈTE LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L ENTRAÎNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT À LONG TERME DE L ATHLÈTE Février 2010 Avertissement de l auteur En couchant ces quelques lignes, je tente simplement de confronter ces

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Christophe Hausswirth, PhD Habilité à Diriger les Recherches, INSEP, Service Recherche

Christophe Hausswirth, PhD Habilité à Diriger les Recherches, INSEP, Service Recherche Commission Médicale du 20 Nov.2010 La Cryothérapie du Corps Entier (CCE) : le point scientifique et pratique Christophe Hausswirth, PhD Habilité à Diriger les Recherches,, Service Recherche INTRODUCTION

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX

PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX TEST NUMERO 1 (1/3) Nom : Test Luc LEGER Navette (20m) Objectifs : Mesure de la VMA (Vitesse maximal aérobie)

Plus en détail

LE CONTRE LA MONTRE INDIVIDUEL

LE CONTRE LA MONTRE INDIVIDUEL LE CONTRE LA MONTRE INDIVIDUEL 1. Définition 2. Analyse de la discipline 3. Facteurs de la performance 4. Les derniers préparatifs 5. L échauffement 6. A long terme Epreuve de vérité Définition Coureur

Plus en détail

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004 EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH - 2005 Introduction : L effort physique comme stresseur LE CONCEPT DE STRESS DÉFINITION DE SEYLE : «Etat de l organisme en train de réagir à

Plus en détail

Références : La Force

Références : La Force Références : J.R. Poortmans et N. Boisseau : Biochimie des activités physiques ed. DeBoeck Université 2002 La bible des universitaires en physiologie et en biochimie : intéressant, exhaustif, pointilleux

Plus en détail

Entraînement intermittent

Entraînement intermittent Entraînement intermittent 1 PLAN INTRODUCTION : DÉFINITION ET HISTORIQUE 1) CLASSIFICATION, PERFORMANCE, MODÉLISATION 2) RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT 3) RÉPONSES RESPIRATOIRES 4) RÉPONSES ÉNERGÉTIQUES 2 INTRODUCTION

Plus en détail

ENTRAINEMENT HOME-TRAINER

ENTRAINEMENT HOME-TRAINER ENTRAINEMENT HOME-TRAINER Préambule : Vous trouverez des dizaines de plans d entraînements, des plus théoriques aux plus farfelus. Ce qui suit résulte uniquement de mon expérience personnelle. C est simple

Plus en détail

LA COURSE DE DURÉE AU COLLEGE

LA COURSE DE DURÉE AU COLLEGE LA COURSE DE DURÉE AU COLLEGE SOMMAIRE 1. Quizz... page 3 2. La motivation. page 15 3. Les situations page 18 4. La programmation page 25 5. L enseignement adapté. page 28 6. L évaluation. page 31 7. Annexes...

Plus en détail

Le gain de Force. Les Types de Contraction. Rappels : Le MUSCLE. Les FIBRES

Le gain de Force. Les Types de Contraction. Rappels : Le MUSCLE. Les FIBRES Le gain de Force La coordination intra et inter-musculaire L'hypertrophie L'hyperplasie (??) Les Types de Contraction Rappels : Le MUSCLE Contraction Concentrique Contraction Isométrique Contraction Excentrique

Plus en détail

LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND

LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND Les sportifs pratiquant les sports d'endurance attendent des conseils de préparation

Plus en détail

LA FORCE, LA PUISSANCE, LA DETENTE

LA FORCE, LA PUISSANCE, LA DETENTE LA FORCE, LA PUISSANCE, LA DETENTE S. Vaucelle LA FORCE, LA PUISSANCE 1 La Force Maximale La notion de «Force Maximale» d un sportif demande à être précisée. La Force varie en fonction du type de contraction

Plus en détail

Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps sur la distance donnée

Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps sur la distance donnée Colloque Entraînement - Samedi 03 Mars 2012 Définition : Epreuve de vérité Cycliste seul face au chronomètre Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps

Plus en détail

ENSEIGNER AUX CYCLES 2 ET 3

ENSEIGNER AUX CYCLES 2 ET 3 ENSEIGNER AUX CYCLES 2 ET 3 LIAISON CM2 / 6 ème G. MAITROT CPD IA 94 SOMMAIRE Préambule :... 5 Introduction : UNE LOGIQUE DE L EPS... 6 L ENFANT AU CENTRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF :... 8 COMPÉTENCES et COURSE

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

Typologie des fibres musculaires

Typologie des fibres musculaires Typologie des fibres musculaires INTRODUCTION Muscle = ensemble de faisceau de fibres musculaires Potentialités différentes pour utiliser ATP Vitesse de contraction de fibre dépend de rapidité à scinder

Plus en détail

Etirements des chaînes musculaires postérieure et antérieure.

Etirements des chaînes musculaires postérieure et antérieure. Interprétation des tests sécuritaires Document réalisé par Jean Marc Blanc responsable de la préparation physique sur le pôle France d Antibes Mars 2002 Ratio abdominaux / psoas : Trois cas se présentent

Plus en détail

Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs.

Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs. Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs. (*) Université Victor Segalen Bordeaux 2 (**) Université de Montréal Georges CAZORLA

Plus en détail

DEVELOPPEMENT MUSCULATURE

DEVELOPPEMENT MUSCULATURE DEVELOPPEMENT DE LA MUSCULATURE (méthodes, diététique ) Point de vue anatomique Plusieurs buts recherchés donc plusieurs méthodes. Développement de la force Il existe une corrélation entre le développement

Plus en détail

Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN

Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN 1 LE JEUNE AURELIEN 2 EPIMYSIUM MUSCLE PERIMYSIUM FAISCEAU MUSCULAIRE ENDOMYSIUM FIBRE MUSCULAIRE LE JEUNE AURELIEN 3 SARCOLEMME : Membrane qui entoure la

Plus en détail

E P S. pédagogiques. L endurance. Sommaire. Edito Le SEPS au DIRE... ACE. n o 5 10 ESPACE SANTÉ DOSSIER ESPACE PRATIQUE.

E P S. pédagogiques. L endurance. Sommaire. Edito Le SEPS au DIRE... ACE. n o 5 10 ESPACE SANTÉ DOSSIER ESPACE PRATIQUE. Publication du Service de l éducation physique et du sport ACE S n o 5 Edito Le SEPS au DIRE... Une fois n est pas coutume, l éditorial d EsPaceS n est pas en relation avec le contenu du bulletin, quoique...

Plus en détail

Université de Pau et des Pays de l Adour. Département STAPS de Tarbes. Maîtrise mention «Entraînement Sportif» Mémoire présenté par :

Université de Pau et des Pays de l Adour. Département STAPS de Tarbes. Maîtrise mention «Entraînement Sportif» Mémoire présenté par : Université de Pau et des Pays de l Adour Département STAPS de Tarbes Maîtrise mention «Entraînement Sportif» Suivi longitudinal des paramètres physiologiques d une population de haut niveau en canoë-kayak

Plus en détail

L acide lactique est innocent!

L acide lactique est innocent! L acide lactique est innocent! Guillaume Travaillant guillaume@coachpro.fr Résumé Voici les conclusions de ce document qui démonte méthodiquement les principaux arguments minimisant ou dénigrant le rôle

Plus en détail

LIMOGES 2-VILLE LIMOGES 5 DOSSIER COURSE EN DUREE CYCLES 2 ET 3

LIMOGES 2-VILLE LIMOGES 5 DOSSIER COURSE EN DUREE CYCLES 2 ET 3 LIMOGES 2-VILLE LIMOGES 5 DOSSIER COURSE EN DUREE CYCLES 2 ET 3 Attention : en fonction du niveau des élèves dans le cycle, l enseignant utilise les variables concernant les distances à parcourir et le

Plus en détail

LE METABOLISME AEROBIE. {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME AEROBIE...3. 1.1. Méthode directe...

LE METABOLISME AEROBIE. {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME AEROBIE...3. 1.1. Méthode directe... LE METABOLISME AEROBIE Le 24 Octobre 1998 {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME AEROBIE...3 1.1. Méthode directe... 3 1.1.1. Les équivalents énergétiques...3 1.1.2. Quotient

Plus en détail

COMPETENCE DE NIVEAU N1

COMPETENCE DE NIVEAU N1 GROUPE DES ACTIVITES ATHLETIQUES DEMI FOND Réaliser une performance motrice maximale mesure à une échéance donnée COMPETENCE DE NIVEAU N1 Compétences attendues dans l APSA Réaliser la meilleure performance

Plus en détail

Nicolas GILLES CTS/R HMFAC MPY nicolas.gilles@drjscs.gouv.fr

Nicolas GILLES CTS/R HMFAC MPY nicolas.gilles@drjscs.gouv.fr Nicolas GILLES CTS/R HMFAC MPY nicolas.gilles@drjscs.gouv.fr DIAGNOSTIC Discipline Olympique consistant à soulever une charge la plus lourde possible au dessus de soi par rapport à unadversairedanssacatégoriedepoids

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Arrêtez le suicide!!!

Arrêtez le suicide!!! Préparation physique basket : Arrêtez le suicide!!! Gilles Cometti Centre d expertise de la Performance UFR STAPS Dijon Préambule : On pense souvent que les spécialistes de préparation physique sont des

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

Courses Juniors Conseils d entraînement

Courses Juniors Conseils d entraînement Courses Juniors Conseils d entraînement Nouveautés proposées par le Genève Marathon for Unicef en 2010, 4 courses de 1km à 3 km seront à nouveau proposées pour les juniors âgés de 6 à 13 ans. Pour des

Plus en détail

LA COURSE LONGUE CP CE1 CE2 CM1 CM2. - Courir sur un temps donné en ajustant sa vitesse pour ne pas être essoufflé.

LA COURSE LONGUE CP CE1 CE2 CM1 CM2. - Courir sur un temps donné en ajustant sa vitesse pour ne pas être essoufflé. LA COURSE LONGUE 1. LE POINT SUR L ACTIVITE COURSE LONGUE A. La course longue dans les programmes A la maternelle Par la pratique d activités physiques libres ou guidées dans des milieux variés, les enfants

Plus en détail

Sport et Me decine - Enseignement 2014-2015 3 e me anne e.

Sport et Me decine - Enseignement 2014-2015 3 e me anne e. Sport et Me decine - Enseignement 2014-2015 3 e me anne e. ATHLETISME Activité obligatoire. Nombre de places : 36. Date du 1 er cours : 18 septembre 2014. Horaire : Jeudi de 15h00 à 16h30 (temps effectif!)

Plus en détail

RFIS. VALENCIENNES le 23 Juin

RFIS. VALENCIENNES le 23 Juin APPLICATION D UNE METHODE ORIGINALE DE TRAITEMENT VIDEO A LA DETERMINATION DES DEPENSES ENERGETIQUES AEROBIE ET ANAEROBIE DU TENNIS Florent BOTTON & Jean-Paul ECLACHE Laboratoire de la Performance, ASTB,

Plus en détail

Evaluation de la Puissance Maximale Anérobie Alactique. Mesure de la Puissance Maximale?

Evaluation de la Puissance Maximale Anérobie Alactique. Mesure de la Puissance Maximale? Evaluation de la Puissance Maximale Anérobie Alactique ou Mesure de la Puissance Maximale? Il est actuellement abusif de dénommer «tests d évaluation de la puissance maximale anaérobie alactique» des tests

Plus en détail

Le muscle : une structure plastique, cible de la réhabilitation

Le muscle : une structure plastique, cible de la réhabilitation 1 Le muscle : une structure plastique, cible de la réhabilitation X. Bigard, S. Matecki, J. Mercier Les muscles striés squelettiques sont principalement impliqués dans la fonction de soutien, de maintien

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA MESURE DE LA LACTATEMIE APRÈS LES COMPÉTITIONS APPLICATION AU SUIVI DU RECORDMAN OLYMPIQUE DU 400 m. NAGE LIBRE 1984 T.

INTÉRÊT DE LA MESURE DE LA LACTATEMIE APRÈS LES COMPÉTITIONS APPLICATION AU SUIVI DU RECORDMAN OLYMPIQUE DU 400 m. NAGE LIBRE 1984 T. J.C. CHATARD, J.R. LACOUR, Laboratoire de Physiologie, G.I.P. Exercice Université de St Etienne, UER de Médecine, 30 rue F. Gambon, 42022 St Etienne Cedex M. PAULIN, 7, av. Division Leclerc, 69120 VENNISSIEUX

Plus en détail

Réponses physiologiques au cours d exercices intermittents en course à pied

Réponses physiologiques au cours d exercices intermittents en course à pied Réponses physiologiques au cours d exercices intermittents en course à pied Hervé Assadi To cite this version: Hervé Assadi. Réponses physiologiques au cours d exercices intermittents en course à pied.

Plus en détail

Motocross. Etude physiologique proposition de méthodologie d entraînement physique. Rapport de stage de licence, mention «entraînement sportif»

Motocross. Etude physiologique proposition de méthodologie d entraînement physique. Rapport de stage de licence, mention «entraînement sportif» Université UFR STAPS Nantes Motocross Etude physiologique proposition de méthodologie d entraînement physique Rapport de stage de licence, mention «entraînement sportif» Année 2002/2003 Présenté par DOUAUD

Plus en détail

BSC COMPRESSION Spécificités techniques BSc - Compression à gradient

BSC COMPRESSION Spécificités techniques BSc - Compression à gradient BSC COMPRESSION Les technologies de compression sont utilisées en milieu clinique depuis des années pour le traitement des insuffisances veineuses, des œdèmes et en prévention des thromboses veineuses.

Plus en détail

Méthodologie de l entraînement Fred Grappe

Méthodologie de l entraînement Fred Grappe Méthodologie de l entraînement Fred Grappe www.fredericgrappe.com 1 Bibliographie Billat V. Physiologie et méthodologie de l entraînement, de la théorie à la pratique. Ed. De Boeck Université, 1998. Grappe

Plus en détail

La surcompensation et le surentraînement

La surcompensation et le surentraînement La surcompensation et le surentraînement Définition de la surcompensation : Réaction de compensation à la fatigue due à un effort ciblé pour améliorer le potentiel futur d une charge musculaire et du volume

Plus en détail

ASPECTS PHYSIOLOGIQUES DE LA RECUPERATION

ASPECTS PHYSIOLOGIQUES DE LA RECUPERATION ASPECTS PHYSIOLOGIQUES DE LA RECUPERATION Section : Physiologie Auteur: Charles-Yannick Guezennec Définitions : La période de récupération peut se définir par le temps nécessaire pour que les différents

Plus en détail

FORMULA1 SPORT remplace idéalement un repas ou un encas à toute heure de la journée. AVANTAGES PRODUIT

FORMULA1 SPORT remplace idéalement un repas ou un encas à toute heure de la journée. AVANTAGES PRODUIT LE REPAS DES ATHLETES Gagnez en confiance. Optimisez votre alimentation pré-entrainement., équilibrée en glucides, protéines, vitamines et minéraux, vous apporte une base solide de nutriments essentiels

Plus en détail

Evaluation, bilan et suivi de la condition physique. Création de séances et programmes d entraînement

Evaluation, bilan et suivi de la condition physique. Création de séances et programmes d entraînement Logiciel d évaluation de la condition physique et de programmation de séances d entraînement Evaluation, bilan et suivi de la condition physique Création de séances et programmes d entraînement 8E rue

Plus en détail

Développement de l enfantl croissance et maturation

Développement de l enfantl croissance et maturation Psychopédagogie des APS Développement de l enfantl croissance et maturation Introduction Pour optimiser l enseignement de l EPS aux enfants et adolescents, il est nécessaire d avoir quelques connaissances

Plus en détail

Dopage, approche métabolique, musculaire, aspects médicaux

Dopage, approche métabolique, musculaire, aspects médicaux Dopage, approche métabolique, musculaire, aspects médicaux Le dopage, c est quoi? La France est l un des seuls pays à posséder une loi spécifique contre le dopage. Le premier contrôle anti-dopage a eu

Plus en détail

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Séminaire des entraineurs et cadres techniques du cyclisme, Bourges, 09 Novembre 2013 INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Anthony BOUILLOD1,2, Julien

Plus en détail

LA PHYSIOLOGIE SPORTIVE

LA PHYSIOLOGIE SPORTIVE LA PHYSIOLOGIE SPORTIVE SOMMAIRE 1. Les facteurs de la condition physique générale...1 2. Les adaptations du système locomoteur à l effort...4 3. Les systèmes énergétiques...7 4. Les principes de l entraînement...8

Plus en détail

VENDREDI. Matin. Natation SAMEDI. Matin. Mer LUNDI. Dynamique MARDI. - 10 mn vélo. Série 1. Série 2. Série 3

VENDREDI. Matin. Natation SAMEDI. Matin. Mer LUNDI. Dynamique MARDI. - 10 mn vélo. Série 1. Série 2. Série 3 62 LUNDI Brasse 1 4 x {10 x (25 m apnée +25m aéro)} Repos 3 2 x 100 m aéro 2 x 100 m jambes ou Brasse 2 Échauffement 200 m libre 2 x {10 x (25 m apnée +25m aéro)} Repos 3 6 x 50 m apnée 200 m souple ou

Plus en détail

LE JEUNE AURELIEN CESA 2012. Le jeune Aurélien

LE JEUNE AURELIEN CESA 2012. Le jeune Aurélien LE JEUNE AURELIEN CESA 2012 Le jeune Aurélien 1 Vladimir M. Zatsiorsky (1966) Le jeune Aurélien 2 Selon Zatsiorsky, il existe 3 solutions pour améliorer la force : Travailler avec une charge maximale.

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

Compétence Propre n 1 : Réaliser une performance motrice maximale mesurable à une échéance donnée

Compétence Propre n 1 : Réaliser une performance motrice maximale mesurable à une échéance donnée Programmes EPS, Compétences attendues dans les APSA et socle commun de connaissances et de compétences Activité : ½ Fond Compétence Propre n 1 : Réaliser une performance motrice maximale mesurable à une

Plus en détail

ÉNERGIE ET CELLULE VIVANTE

ÉNERGIE ET CELLULE VIVANTE 2ème PARTIE - Exercice 2 - Pratique d'une démarche scientifique ancrée dans des connaissances (Enseignement de spécialité). 5 points. ÉNERGIE ET CELLULE VIVANTE L adaptation à l aridité des plantes à métabolisme

Plus en détail

Course-à-pied 2005/2006

Course-à-pied 2005/2006 Course-à-pied 2005/2006 L entrainement sera découpé en trois périodes, du 15/12/05 jusqu au début des compétitions (31/03/05). Première période : reprise (19/12/05-22/01/06) Cette période a pour but de

Plus en détail

PLAN 3 h 30. *Votre allure marathon : 4 mn 59 s/km.

PLAN 3 h 30. *Votre allure marathon : 4 mn 59 s/km. LE MAGAZINE DU PLAISIR DE COURIR ET DE LA FORME JOGGING PLAN 3 h 30 I N T E R N A T I O N A L *Votre allure marathon : 4 mn 59 s/km. Votre Semaine 1 Mardi. Séance VMA : après 20 mn en endurance, 8 fois

Plus en détail

Patrick Scozzari, CPC EPS Marseille 11

Patrick Scozzari, CPC EPS Marseille 11 Patrick Scozzari, CPC EPS Marseille 11 1 La course d endurance au Cycle 3. A/ Spécificité de l activité : De façon libre et spontanée, les enfants répètent des jeux dans lesquels le plaisir de la poursuite

Plus en détail

Approche intégrée et moléculaire du métabolisme anaérobie chez le rameur entrainé

Approche intégrée et moléculaire du métabolisme anaérobie chez le rameur entrainé Approche intégrée et moléculaire du métabolisme anaérobie chez le rameur entrainé Hugo Maciejewski To cite this version: Hugo Maciejewski. Approche intégrée et moléculaire du métabolisme anaérobie chez

Plus en détail

Evaluation de la Puissance maximale

Evaluation de la Puissance maximale Evaluation de la Puissance maximale Il est actuellement abusif de dénommer «tests d évaluation de la puissance maximale anaérobie alactique» des tests fondés sur la mesure d'une puissance mécanique. Ceci

Plus en détail

CREATINE ET PERFORMANCE EN

CREATINE ET PERFORMANCE EN CREATINE ET PERFORMANCE EN SKI? : REVUE DE QUESTIONS. INFO DOCUMENT : Edité par le Département Sportif et Scientifique de la F.F.S version : Décembre 2007 Groupe de travail : DSS / Commission médicale.

Plus en détail

LaMeilleureCyclospor/ve devotrevie.com. 6 trucs de Pro pour Améliorer Votre Endurance en peu de temps

LaMeilleureCyclospor/ve devotrevie.com. 6 trucs de Pro pour Améliorer Votre Endurance en peu de temps 6 trucs de Pro pour Améliorer Votre Endurance en peu de temps Pour bien réussir ce webinaire Fermer les applica3ons «bande passante» Eteignez vos portables et toutes sources de distrac3on Fermer la pièce

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

Mots clés - Handball, composition, actions, match.

Mots clés - Handball, composition, actions, match. L analyse des efforts en handball X. Mangematin, N. Babault Centre d Expertise de la Performance G. Cometti, Faculté des sciences du sport, Université de Dijon, France. e-mail : xavier.mangematin@gmail.com

Plus en détail

Activité physique et diabète non insulinodépendant

Activité physique et diabète non insulinodépendant 8 Activité physique et diabète non insulinodépendant L activité physique est aussi importante pour le traitement du diabète de type 2 que l équilibre alimentaire. L activité physique, ce n est pas seulement

Plus en détail

PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement

PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement olympiques et paralympiques Développé par Rowing Canada

Plus en détail

AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER

AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER EAI SVT 1 Repère à reporter sur la copie SESSION 2010 AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER Section : SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS COMPOSITION À PARTIR D UN DOSSIER Durée : 5

Plus en détail

s entrainer avec un rameur

s entrainer avec un rameur s entrainer avec un rameur Les bienfaits d un sport complet: l aviron Un e document élaboré par Peter Blanken Introduction Les bienfaits d'un sport complet : l'aviron Selon le Dr Christian Palierne, médecin

Plus en détail

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan Adaptations CardioVasculaire et Ventilatoire à L Exercice Musculaire Helmi BEN SAAD (MD, PhD) helmibensaad@rnstn Introduction Adaptation? Problème (1/2 intérieur, environnement) Réponses Physiologique

Plus en détail

Dépense énergétique et Activités physiques et sportives. G Pérès Faculté de médecine Pierre et Marie Curie site Pitié-Salpétrière

Dépense énergétique et Activités physiques et sportives. G Pérès Faculté de médecine Pierre et Marie Curie site Pitié-Salpétrière Dépense énergétique et Activités physiques et sportives G Pérès Faculté de médecine Pierre et Marie Curie site Pitié-Salpétrière Quelques définitions Pour mémoire Quelques définitions / AP(S) l activité

Plus en détail

L évaluation au C.R.E.P.S

L évaluation au C.R.E.P.S L évaluation au C.R.E.P.S Aquitaine Service Médical et Evaluation Evaluer pour Sélectionner. Diagnostiquer et Orienter. Réajuster et Valider. Attention à la pertinence des tests Service Médical et Evaluation

Plus en détail

L IMPORTANCE DE L ENTRAINEMENT DE LA FORCE EN FOOTBALL. Guy NAMUROIS Préparateur physique du Standard de Liège Avril 2009

L IMPORTANCE DE L ENTRAINEMENT DE LA FORCE EN FOOTBALL. Guy NAMUROIS Préparateur physique du Standard de Liège Avril 2009 L IMPORTANCE DE L ENTRAINEMENT DE LA FORCE EN FOOTBALL Guy NAMUROIS Préparateur physique du Standard de Liège Avril 2009 LES QUALITES PHYSIQUES SOLLICITEES EN FOOTBALL (R.VERHEIJEN) ENDURANCE ENDURANCE-FORCE

Plus en détail

Les 30 questions les plus souvent posées

Les 30 questions les plus souvent posées Les guides Vestiaires PRÉPARATION PHYSIQUE : Les 30 questions les plus souvent posées Physique : avec ou sans ballon? Le gainage, à quoi ça sert? Quelle planification hebdomadaire? Musculation, à partir

Plus en détail

LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis!

LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis! LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis! 1.Banane : idées reçues négatives mais fausses! 2. Banane : idées reçues positives et vraies! 3. La banane face aux autres fruits, ça apporte

Plus en détail

Annexe descriptive au diplôme

Annexe descriptive au diplôme Annexe descriptive au diplôme La présente annexe descriptive au diplôme (supplément au diplôme) suit le modèle élaboré par la Commission Européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO /CEPES. Elle vise

Plus en détail

Respiration Mitochondriale

Respiration Mitochondriale Université Paris-VI Respiration Mitochondriale Objectifs au cours de Révisions Biochimie PCEM2 Révisions Biochimie Métabolique 2004-2005 Pr. A. Raisonnier (raisonni@ccr.jussieu.fr) Mise à jour : 25 novembre

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

Préparation Physique CPLM Gabriel Currat 1/7

Préparation Physique CPLM Gabriel Currat 1/7 1/7 Avant la compétition Détends-toi, le soir avant la compétition, avec de la relaxation (voir fiche en annexe) Le matin mange un petit déjeuner équilibré: Fruits, Laitage, Pain ou céréales (ex: crème

Plus en détail