Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique"

Transcription

1 Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale cenre-ville, Monréal (Québec, H3C 3J7, Canada Commissaria à l Énergie Aomique, DM2S-SFME, 99 Gif sur Yvee, France Laboraoire Analyse, Géomérie e Applicaions, Universié Paris 3, 99 Av. J-B Clémen, 9343 Villeaneuse, France Courriels : e

2 2

3 Classificaion AMS : 35R5, 35K5. Résumé Nous développons dans cee noe des soluions analyiques simples pour des équaions de la chaleur monodimensionnelles don les coefficiens son consans par morceaux. Nous uilisons ces soluions pour mieux comprendre des modèles d évoluion d inerface dans des siuaions physiques réalises de ype croissance de bulles provoquée par des échanges de chaleur. Ces soluions simples permeen par exemple de comprendre les régulariés minimales qui pourraien êre renconrées dans les problèmes de couplage ranspor d inerface-diffusion hermique. En pariculier, ces soluions ne son pas des soluions classiques au sens où elles son seulemen régulières par morceaux, leur régularié Sobolev dans ou inervalle conenan l inerface n éan pas en général meilleure que 3 2 ɛ. Mos clés : équaion de la chaleur, équaion de Hamilon-Jacobi, problème de Sefan, soluion auo-semblable. Absrac We sudy in his Noe simple analyical self-similar soluions for he monodimensional hea equaion wih piecewise consan coefficiens. These soluions help o undersand inerface moion in fluid mechanics wih hermal ransfer, namely a bubble wih hea conducion model. We show wih hese examples ha he regulariy of he compued soluions is no enough o rea hem as classical soluions. More precisely, he Sobolev regulariy in all inerval conaining he inerface is no, in general, beer han 3 2 ɛ. Key words : hea equaion, Hamilon-Jacobi equaion, Sefan problem, self-similar soluion. 3

4 4

5 Inroducion Nous explicions des soluions auo-semblables sur R pour différenes équaions de la chaleur à coefficiens consans de par e d aure d une inerface fixe ou mobile. Ces équaions son inspirées des équaions modélisan l évoluion à bas nombre de Mach de l inerface d une bulle de gaz soumise à des échanges de chaleur [2]. De elles soluions, inroduies par Barenbla [] dans les années 95, on éé uilisées par Tayachi e al [7] dans les années 99 (recherche de soluions asympoiquemen auo-semblables, e uilisées dans un cas parabolique dégénéré pour le ranspor d eau dans les milieux poreux par Lafie e Le Poier [5]. Nous consaerons que la régularié des soluions auo-semblables obenues n es pas suffisane pour que celles-ci soien des soluions classiques. Ceci monre qu il n es pas possible d appliquer pour les modèles proposés dans cee Noe des méhodes d énergie comme celles uilisées dans [3] pour l éude de l exisence e de l unicié de soluions en domaine borné. 2 Équaion de la chaleur avec inerface fixe On se propose de monrer que l équaion aux dérivées parielles u(, x K = x (λ x u(, x + Q(δ (x, (a u( >, = u( >, +, λ x u( >, = λ + x u( >, + + Q( avec (K, λ = (K >, λ > pour x < e (K, λ = (K + >, λ + > pour x > adme une soluion auo-semblable. La source de chaleur Q( es une foncion du emps définie pour > e es a priori quelconque (celle-ci sera caracérisée au 2.3. (b (c (2. 2. Cas sans source de chaleur On inrodui la foncion d erreur classique erf donnée par erf(x = 2 x e 2 d. π On se place dans le cas Q( > =. L exisence e l unicié d une soluion auo-semblable u (, x de l équaion de la chaleur à coefficiens disconinus (2. sans source de chaleur es donnée par le lemme : Lemme 2.. Sous les condiions iniiales u( =, x > = U +, u( =, x < = U (2.2 où U ± son deux rééls, l EDP (2. adme la soluion auo-semblable ( U + U λ K λ+ K + + K + x erf λ K λ U pour x >, u (, x = ( U + U λ+ K + λ+ K + + K x erf λ K λ 2 + U pour x < (2.3 5

6 où U = λ+ K + U + + λ K U λ+ K + + λ K. ( Sous les condiions aux limies > : lim u(, x = U ±, x ± lim xu(, x =, x ± (2.5 la soluion auo-semblable (2.3 es l unique soluion de l EDP (2.-(2.2 sur ], + [ R. Remarquons que la soluion auo-semblable (2.3 vérifie aux bornes d un domaine [ L, L] la condiion de Neumann non homogène suivane U + U exp ( K±L2 4λ ± λ ± x u (±L, = λ +K + + π λ K qui end vers lorsque end vers + comme. On noe aussi que cee soluion vérifie lim u (, x = U + ainsi que les esimaions x K compac, M(K > el que u (x, U U + U λ +K + + λ K x λ ± π M(K ce qui monre que sur ou compac K, u (, φ converge vers la foncion affine par morceaux U + A λ ± φ lorsque + où A es une consane ad hoc déduie de l expression précédene. Preuve du lemme 2.: Toue soluion auo-semblable de l EDP (2. es nécessairemen de la forme u (, x = U(φ où φ = x es la variable auo-semblable, e U(φ es alors soluion de U (φ = K + 2λ + φu (φ pour φ >, K 2λ φu (φ pour φ <. Donc U(φ = ( πλ + K + φ B + erf + A + pour φ >, K + λ + 2 ( πλ K φ B erf + A pour φ <. K λ 2 (2.6 Les condiions aux limies (2.(b(c à l inerface ( >, x = son équivalenes aux condiions de compaibilié à l origine U( + = U(, λ + U ( + = λ U ( 6

7 pour la soluion auo-semblable (2.6 ce qui impose A + = A A, λ + B + = λ B C. On a donc U(φ = C C π λ + K + erf π λ K erf ( K + φ + A pour φ >, λ + 2 ( K φ + A pour φ <. λ 2 On conclu en enan compe de la condiion iniiale (2.2 qui s écri pour la soluion auosemblable U(+ = U +, soi encore U( = U C π λ +K + + A = U +, C π λ K + A = U, relaions qui permeen d obenir A e C. Les expressions (2.3 e (2.4 s en déduisen immédiaemen. Supposons mainenan l exisence de deux soluions u e u 2 de (2.(2.2. Celles-ci vérifien alors l inégalié d énergie β 2 α 2 K(u 2 u 2 (, xdx 2 [λ(u 2 u x (u 2 u (, x] x=β2 x= α 2 d sur ou compac [ α 2, β 2 ]. Sous les condiions aux limies (2.5 (condiions saisfaies par la soluion auo-semblable (2.3, on obien donc que u (,. = u 2 (,. presque parou. 2.2 Régularié de la soluion auo-semblable sans source de chaleur Dans la suie de cee parie, on éudie la régularié globale de la soluion auo-semblable u (, x donnée par (2.3. Nous consaerons que, conrairemen à l équaion de la chaleur u = 2 xu qui régularise oue donnée iniiale, l opéraeur de la chaleur à coefficiens disconinus ne régularise pas la soluion pour >. On le démonre dans le cadre des espaces de Sobolev : Lemme 2.2 La soluion auo-semblable u (, x donnée par (2.3 vérifie ( u C ], + [; H 3 2 ɛ ([ L, L]. De plus, lorsque u (, x n es pas la soluion consane (i.e. lorsque U + U, on a ( u C ], + [; H 7 2 ɛ ([ L, L] λ + = λ e s, u C (], + [; H s ([ L, L] λ + = λ e K + = K. 7

8 Remarquons que lorsque x apparien à un compac ne conenan pas un voisinage de, la foncion es de classe C ce qui indique qu elle es localemen dans H s pour ou s au voisinage de ou poin x, le défau de régularié éan au poin i.e. à l inerface. Nous avons donc rouvé une soluion de l équaion de la chaleur avec coefficiens L qui ne se compore pas comme la soluion de l équaion de la chaleur usuelle, en ce sens qu elle n es pas régulière pour >. On ne pourra donc pas uiliser des résulas fins issus d esimaions de Sobolev pour éudier l exisence e l unicié de soluions d EDP du ype (2.. Plus précisémmen, les résulas liés à u H s (Ω où Ω R d avec s d/2 + appliqués par exemple dans [3] ne pourron pas êre uilisés. Preuve du lemme 2.2 : La preuve de ce résula s appuie sur la ransformée de Fourier parielle en x de la soluion auo-semblable u (, x. En effe, pour éudier la régularié Sobolev de u (, x sur [ L, L], il suffi d éudier l inégrabilié de û (, ξ 2 ( + ξ 2 s sur [, ξ] e sur [ ξ, ] pour ξ +, la ransformée de Fourier éan donnée par û (, ξ = = iξ = iξ u (, x exp( ixξdx + + u (, x d dx exp( ixξdx iξ x u (, x exp( ixξdx + iξ u (, x exp( ixξdx + + u (, x d dx exp( ixξdx x u (, x exp( ixξdx. Nous éudierons ici l inégrabilié de û (, ξ 2 ( + ξ 2 s sur [, ξ] (donc ξ >. On a x u (, x = D λ λ + exp( µ + x 2 lorsque x >, = D λ+ λ exp( µ x 2 lorsque x < où D es une foncion du emps e où µ ± = K± 4λ ±. Donc, on a avec h (ξ = iξû (, ξ D = λ + λ h (ξ + exp( µ x 2 ixξdx e h + (ξ = λ λ + h + (ξ (2.7 + exp( µ + x 2 ixξdx. On éudie mainenan la foncion h (ξ. Comme pour la ransformée de Fourier de la foncion gaussienne, elle vérifie l équaion différenielle En uilisan h ( = 2 π µ, il vien h (ξ = Noons ou d abord que h (ξ = [ π + i 2 µ [ 2 µ h (ξ + π µ + i µ ξ h (ξ = i. 2µ 2µ ξ 2 µ exp(η 2 dη ] exp. (2.8 4µ ] exp(η 2 dη exp + i exp ξ 2 µ exp(η 2 dη 4µ µ 4µ (2.9 8

9 e que Par ailleurs ξ exp 2 µ 4µ = 3e 4 exp Il exise donc un complexe A el que h (ξ + A exp ce qui implique que h (ξ + A exp En oure ξ 2 µ exp(η 2 = d [( dη 2η + ] 4η 3 exp(η η 4 exp(η2. (2. 4µ 4µ [( d dη 2η + 4η 3 µ + 4µ i ξ 2iµ ξ 3 = i µ exp i ξ 2iµ ξ 3 3 4η 4 exp(η2 dη = Il exise donc deux réels B e C els que ξ 2 µ µ exp 4µ = ξ ] exp(η 2 µ + 2µ ξ 3. 4µ exp µ 4µ dη ξ 2 µ ξ 2 µ 3 4η 4 exp(η2 dη (2. 3 4η 4 exp(η2 dη. (2.2 ξ 4 ξ µ 3 2 µ 3 4η 4 exp(η2 dη + ξ 4η 4 exp(η2 dη 4 µ 3 ( ξ 2 ξ ( 4 exp 4 µ ξ 2 ξ 2 µ 3 dη + exp 6µ 4µ ξ 4η 4 dη 4 µ 3 ( ( ( ξ ξ 2 ξ 2 4µ µ 4 4 exp + exp µ 6µ 4µ ξ η 4 exp(η2 dη B exp + C 4µ ξ 3. On dédui alors de cee dernière inégalié e de (2.2 que pour ξ assez grand, il exise une consane C elle que h (ξ i ξ 2iµ ξ 3 C ξ 3. En ravaillan de la même manière sur la foncion h + (ξ e en uilisan (2.7, on rouve finalemen qu il exise une consane C elle que pour ξ assez grand, l on ai ( i D û(, ξ i ξ 2 λ + λ 2i λ + λ (µ λ λ + ξ 4 µ + λ λ + C ξ 4. (2.3 Le erme principal de û 2 ( + ξ 2 s pour ξ assez grand es donc donné par ( 2 ( + ξ 2 s λ + λ ξ 4 λ λ + lorsque λ + λ. On obien les premier e deuxième poins du lemme en noan que ce erme es inégrable sur [, + [ lorsque 2s 4 <, qu il s annule uniquemen lorsque λ + = λ, le erme principal devenan alors ( + ξ 2 s ξ 8 (µ µ + qui es inégrable sur [, + [ lorsque 2s 8 <. On obien le dernier poin du lemme en remarquan que u C (], + [; C ([ L, L] lorsque l on a en plus K + = K (ceci es bien sûr lié aux propriéés régularisanes de l opéraeur classique de la chaleur. 9

10 2.3 Cas avec source de chaleur On cherche mainenan une soluion auo-semblable de l EDP (2. lorsqu il y a un dépô de chaleur à l inerface, c es à dire lorsque Q( >. L exisence d une soluion auo-semblable impose une forme pariculière à la source de chaleur. On a en effe le résula : Lemme 2.3 Sous les condiions iniiales (2.2, l EDP (2. adme une soluion auo-semblable si e seulemen si Q( = q où q es un réél sricemen posiif. Par ailleurs, cee soluion auo-semblable u q (, x es définie avec [ ( ] u (, x + δuq erf K+ x λ + 2 pour x >, u q (, x = [ ( ] (2.4 u (, x + δuq + erf K x λ 2 pour x < où u (, x es la soluion auo-semblable définie avec (2.3 e où πq δuq = λ+ K + +. λ K On consae que le comporemen de u q> (, x es similaire au comporemen de u (, x : ceci es bien évidemmen dû au fai que la source de chaleur à l inerface x = décroi comme /. La différence essenielle réside en ce que la limie de u q (, x es ranslaée de la quanié algébrique δuq par rappor à la limie U de u (, x. Preuve du lemme 2.3 : Pour éablir ce lemme, il suffi de revenir à la preuve du lemme 2. dans laquelle on a rappelé que oue soluion auo-semblable de (2. s écri ( πλ + K + φ B + erf + A + pour φ >, K + λ + 2 U(φ = ( πλ K φ B erf + A pour φ <, K λ 2 (2.5 les consanes A ± e B ± éan déduies des condiions aux limies (2.(b(c (avec mainenan Q( e des condiions iniiales (2.2. En noan que x u q (, x = U (φ où φ = x/, on voi que la condiion aux limies (2.(c impose à la source de chaleur Q( d êre en / d où la disribuion q δ (x dans (2.(a pour que u q (, x soi une soluion de (2.-(2.2 au sens des disribuions. 3 Équaion de la chaleur avec inerface mobile On généralise mainenan le problème éudié au 2 en inroduisan dans la modélisaion une inerface mobile Σ(. On sous-enend par là que les coefficiens K e λ s écriven mainenan K = K + x>σ( + K x<σ( e λ = λ + x>σ( + λ x<σ(

11 ce qui es équivalen à écrire que K = Y K + + ( Y K e λ = Y λ + + ( Y λ où Y (, x es soluion faible de l EDP Y + Σ ( x Y =, (3.6 lim Y (,. = x> dans D (], + [ R C (], + [; L (R. La foncion Y (, x es souven appelée foncion couleur ou foncion indicarice du milieu défini par {x R, x > Σ(}. On remplace donc l EDP (2. avec u(, x K = x (λ x u(, x + Q(δ x Σ(, (a u( >, Σ( = u( >, Σ( +, (b (3.7 λ x u( >, Σ( = λ + x u( >, Σ( + + Q( (c où Q = q/ (cf On cherche alors les condiions sur la foncion Σ( qui permeen de consruire une soluion auo-semblable de l EDP (3.7. On a le résula suivan : Lemme 3.. Sous les condiions iniiales (2.2, le problème (3.7 adme une soluion auosemblable u a q(, x de la forme U( x Σ( si e seulemen si il exise a élémen de R el que Σ( = Σ( + a. e 2. Dans le cas Σ( = a, la soluion auo-semblable de (3.7 avec Q = (i.e. q = es égale à ( K + x λ K G(aerf λ U+ (a pour x > Σ(, u a (, x = ( (3.8 K x λ+ K + G(aerf λ 2 + U (a pour x < Σ(. Les consanes G(a e U ± (a son données par G(a = ( λ+ K + erfc K λ U + U + ( λ K erfc K+ λ + a 2 U ± (a = U ± λ K G(a. Noons que l on a bien sûr u a= (, x = u (, x où u (, x es la soluion auo-semblable donnée par (2.3. En pariculier, on a U ± ( = U où U es donné par (2.4. Preuve du lemme 3. : La parie imporane de la preuve du lemme 3. es le premier poin de ce lemme. Elle s appuie sur le changemen de variable X = x Σ( qui donne la nouvelle équaion aux dérivées parielles K( ũ Σ ( X ũ = X (λ X ũ + Q(δ (X. a 2 Si on suppose que ũ es une soluion auo-semblable du ype U(φ avec φ = l équaion différenielle ordinaire X, on obien. On se ramène à ce cas en changean l origine des x avec Σ(. U (φ + K ± λ ± [ φ 2 + Σ (]U (φ = (3.9

12 dans chacune des régions X > e X <. Ainsi, nécessairemen, la foncion Σ ( ne dépend que de φ, e comme elle ne dépend que de, c es donc une consane 2. Le poin du lemme es démonré. Le poin 2 du lemme se démonre comme dans la preuve du lemme 2. c es à dire en résolvan l équaion (3.9 e en ajusan les consanes d inégraion via les condiions aux limies e iniiales. Généralisaion au cas d une bulle monodimensionnelle : La soluion auo-semblable (3.8 peu êre généralisée en écrivan que les consanes K e λ son données par K = K x< a + K a <x<a + K + x>a e λ = λ x< a + λ a <x<a + λ + x>a. Les consanes (K, λ e (K +, λ + définissen alors le milieu à l exérieur d une bulle localisée par l inervalle ] a, a [ e caracérisée par les consanes K e λ. On a le lemme : Lemme 3.2 Sous les condiions iniiales (2.2, l EDP (3.7 généralisée au cas de l inerface Σ( = { a, a } adme une unique soluion auo-semblable U( x don la forme es donnée par ( π K + x C + erf λ + K + λ A + pour x > a, ( x U = π C erf λ K π C + erf λ K ( K λ ( K λ x 2 x 2 + A pour a < x < a, + A pour x < a où A ±, A, C ± e C son des foncions qui dépenden de K ±, K, λ ±, λ, U ± e a. La preuve de ce lemme es idenique à la preuve des lemmes 2. e 3. qui éablissen que oue soluion auo-semblable sera forcémen de la forme (2.5, que l inerface soi mobile ou non. Pour obenir l expression analyique complèe des foncions A ±, A, C ± e C, il suffi d écrire la coninuié de la soluion e des flux aux poins φ = ±a e de enir compe de la condiion iniiale (2.2. Bien évidemmen, lorsque λ = λ e K = K, on rerouve la soluion du lemme Équaion de la chaleur avec inerface mobile régularisée La dernière soluion auo-semblable de l équaion de la chaleur (2. que nous présenons es celle qui es associée à une régularisaion de la foncion couleur Y (, x inroduie auparavan dans l équaion (3.6. Cee régularisaion s effecue via l équaion Y + V (, x x Y = ε 2 xy pour le cas d une inerface mobile se déplaçan à la viesse V (, x. On s inéresse donc mainenan au sysème Y + V (, x x Y = εx 2Y, (a K u = x [λ(y (, x x u] (4.2 (b 2. On peu en fai généraliser ce résula au cas où la viesse de l inerface dépend aussi de x. Dans ce cas, il fau que Σ(, x soi une foncion de x/. 2

13 (on simplifie ici la modélisaion en prenan K + = K := K muni des condiions aux limies lim Y (, x = e lim Y (, x = x x + sur la foncion caracérisique Y (, x de l inerface régularisée. On suppose par ailleurs que λ(y es une foncion régulière vérifian λ( = λ + e λ( = λ. Nous avons le résula suivan : Lemme 4.. Sous les condiions iniiales (2.2, le sysème (4.2 adme une soluion auosemblable si e seulemen si V (, x ne dépend que de x. On noe cee foncion W( x. 2. Sous cee hypohèse e sous l hypohèse supplémenaire que + exp ( η2 4ε + η W(βdβ dη < +, ε la soluion auo-semblable en Y es de la forme Y (, x = Y ε ( x avec où A ε = Y ε (φ = A ε φ exp ( η2 4ε + ε ( ( + exp η2 4ε + η. ε dη W(βdβ η W(βdβ dη 3. La soluion auo-semblable en u es alors de la forme u(, x = U ε ( x avec U ε (φ = U + B ε φ ( + où B ε = (U + U ( λ(y exp ε(η η ( η λ(y ε (η exp Kβ 2λ(Y ε (β dβ dη Kβ. 2λ(Y dβ ε(β dη Dans le cas où V (, x = a 2 avec a R, les limies des foncion Y ε e U ε lorsque ε son respecivemen le Heaviside H(x a e la foncion U du lemme 3.. Soulignons que la foncion U ε es de classe C alors que sa limie U n es pas une soluion classique. Preuve du lemme 4. : Toue soluion auo-semblable Y (, x = Y ε ( x de (4.2(a es soluion de l équaion différenielle ordinaire ( φ V Y ε (φ = 2ε Y ε ε (φ. Donc, V es nécessairemen une foncion qui ne dépend que de φ. On obien Y ε ( x en inégran logarihmiquemen cee équaion. D aure par, oue soluion auo-semblable u(, x = U ε ( x de (4.2(b es soluion de l équaion différenielle ordinaire équaion qui se réécri e que l on résou logarihmiquemen. K φ 2 U ε (φ = d dφ ( λ(y ε (φ du ε dφ, d dφ (λ(y ε(φu ε(φ λ(y ε (φu ε(φ = Kφ 2λ(Y ε (φ 3

14 5 Modèle avec viesse dépendan de la empéraure On se propose mainenan de rouver une famille de soluions auo-semblables pour le sysème d EDP Y (, x + u(, x Y (, x =, x (a [ T (, x + u(, x T (, x = T λ(y ] (5.2 x x x T (, x (b définie sur [, + [ [, + [ e où la viesse u(, x es définie avec Les condiions iniiales son données par Y ( =, x > Σ =, e u = λ x T. (5.22 Y ( =, x < Σ = T ( =, x > Σ = T + (x, T ( =, x < Σ = T (x (5.23 (5.24 où Σ ], + [ définie la posiion iniiale de l inerface. Comme dans (3.6, la foncion Y (, x es la foncion indicarice du milieu {x R, x > Σ(} où l inerface Σ( iniialemen posiionnée en Σ( = = Σ se déplace à la viesse u(, x donnée par (5.22. La foncion Y (, x es donc une soluion faible de (5.2(a qui perme de définir la conducivié hermique λ via λ(y = Y λ + + ( Y λ. (5.25 Enfin, on impose les condiions aux limies T (, Σ( + = T (, Σ(, λ x T (, Σ( + = λ + x T (, Σ(. (5.26 Il es imporan de noer que le champ iniial T ( =, x doi vérifier les condiions aux limies (5.26 afin que la viesse iniiale u( =, x soi définie en x = Σ. Les foncions T ± (x doiven donc vérifier les condiions de raccord T + (Σ = T (Σ T, (a (5.27 λ + x T + (Σ = λ x T (Σ. (b Ceci exclu oue recherche de soluions saisfaisan des condiions iniiales non régulières du ype (2.2. On peu noer que l équaion (5.2(b es une équaion de ype Hamilon-Jacobi avec diffusion non-linéaire. En effe, il es immédia que celle-ci peu se réécrire avec ( 2 T + 2λ(Y x T = [ λ(y T ] x x T pour oue soluion régulière T (, x puisque u es définie avec (5.22. Noons que le sysème (5.2-(5.27 es, parmi les modèles proposés dans cee noe, celui qui es le plus proche de la parie hermique du sysème diphasique à bas nombre de Mach éudié dans [2]. 4

15 On a le résula suivan qui défini une famille de soluions auo-semblables : Lemme 5. Le sysème d EDP (5.2-(5.26 adme la famille de soluions auo-semblables ( T + + x2 Σ( 2 pour x Σ(, τ 2λ + ( + τ T τ (, x = ( T + ( x2 Σ( 2 pour x Σ( τ 2λ ( + τ ] [ Σ 2 paramérée par τ 2λ T, + avec ( Σ( = Σ + τ lorsque les condiions iniiales T ± (x son données par la famille T +,τ (x = T + x2 Σ 2 2λ + τ, T,τ (x = T + x2 Σ 2 2λ τ. Il es imporan de souligner que la soluion auo-semblable T τ (, x ne converge pas vers une consane T lorsque +. Par exemple, la empéraure T τ [, Σ(] converge vers τ T i.e. vers +. Ce comporemen vien de ce que, d une par, l équaion (5.2(b n es pas une équaion de la chaleur classique (cf. le erme en ( x T 2 e, d aure par, de ce que le domaine en x es non borné. La preuve du lemme 5. uilise le résula suivan : Lemme 5.2 Toue soluion régulière T (, x de (5.2-(5.22 e sricemen posiive es soluion de Y (, x + u(, x Y (, x =, x (a [ µ(, x = λ(y ] (5.29 x x log µ (, x (b avec µ = T. (5.3 On peu noer que ce résula es égalemen valable lorsque λ dépend de T. Remarquons que le sysème (5.29 muni des condiions iniiales (5.23 peu êre réécri avec µ = x [ λ (µ x µ] si x < Σ(, (5.3 µ = x [ λ + (µ x µ] si x > Σ( (où λ ± (µ := λ ± /µ auquel on adjoin les condiions d Σ( = K(µ q( d où K(µ := /µ, µ Σ ( = µ Σ + (, λ (µ x µ Σ ( = λ + (µ x µ Σ+ ( := q( (5.32 5

16 à l inerface mobile x = Σ(, ce qui défini un problème de Sefan. Preuve du lemme 5.2 : Pour oue soluion régulière T (, x, on a [ ( ] 2 T 2 T + λ(y x T = [ λ(y ] T x x T soi encore ( T d où le résula avec µ = /T. = λ(y T 2 ( 2 x T [ λ(y ] T x x T = [ ] λ(y x T x T = [ λ(y T x x ( ] T Nous éablissons mainenan la preuve du lemme 5. : Preuve du lemme 5. : Le lemme 5.2 nous perme de consruire une soluion auo-semblable de l EDP (5.2-(5.27. En effe l équaion (5.29(b s écri aussi [ µ(, x = λ(y µ m ] x x µ (, x avec m = (5.33 qui adme la soluion auo-semblable µ(, x = x 2 A( + B + 2( + B lorsque λ + = λ = (cf. [6], A e B éan deux consanes. On en dédui, en uilisan le changemen de variable λ ± + B ±, qu une soluion auo-semblable pariculière de (5.29 e donc de (5.2 es donnée par = T (, x = µ(, x A + (λ + + B + + A (λ + B + x 2 2(λ + + B + x 2 2(λ + B pour pour x Σ(, x Σ(. (5.34 Comme dans le cas de la soluion auo-semblable (2.6, les consanes A ± e B ± son déduies des condiions iniiales (5.24 e des condiions aux limies (5.26. La coninuié de λ x T (, Σ( impose que Σ( Σ( λ + = λ λ + + B + λ + B soi encore que B + /λ + = B /λ τ (5.35 où τ es un paramère quelconque évoluan a priori dans ], + [. En fai, le paramère τ doi êre sricemen supérieur à une valeur minimale τ min (T, Σ, λ afin d assurer la srice posiivié de T (, x sur [, + [ [, + [. La quanié τ min (T, Σ, λ sera expliciée plus loin. Par ailleurs, la coninuié de T (, x au ravers de l inerface Σ( impose que A + λ + ( + τ + Σ(2 λ + ( + τ = A λ ( + τ + Σ(2 λ ( + τ (5.36 6

17 soi encore que qui s écri aussi Σ( 2 = 2λ + λ ( + τ 2 A+λ + A λ λ + λ ( Σ( = Σ + τ (5.37 ce qui donne la viesse de déplacemen V ( = Σ τ (5.38 de l inerface Σ(. D aure par, la condiion iniiale (5.27(a impose que A ± λ ± τ = T Σ2 2λ ± τ. En enan compe de la relaion (5.35, (5.34 s écri donc aussi ( T + ( Σ2 τ 2λ + τ + x 2 + τ 2λ + ( + τ T (, x = ( T + ( Σ2 τ 2λ τ + x 2 + τ 2λ + ( + τ pour pour x Σ(, x Σ(. (5.39 On obien de (5.39 la soluion auo-semblable (5.28 en noan que la relaion (5.37 es équivalene à Σ 2 ( τ + = Σ(2 τ + τ. Enfin, la empéraure minimale au emps es donnée par ( ( T (, x = = T Σ2 + 2λ τ τ ce qui impose au paramère τ d apparenir à l ouver ]τ min (T, Σ, λ, + [ où τ min (T, Σ, λ = Σ 2 2λ T pour avoir la srice posiivié de T (, x [, + [. 6 Conclusion Cee noe a eu pour obje de mere en évidence l exisence de soluions analyiques auosemblables monodimensionnelles pour des modèles avec conducivié hermique disconinue de par e d aure d une inerface fixe ou mobile, modèles possédan ceraines similariés avec la parie hermique du sysème diphasique à bas nombre de Mach proposé dans [2]. L exisence de soluions analyiques donnan la viesse de déplacemen de l inerface en foncion du emps dans le cas où celle-ci es mobile perme d envisager de eser la précision de l algorihme de capure d inerface basé sur le schéma de Després-Lagouière [4] dans un conexe faisan inervenir des échanges hermiques. Références [] Barenbla G. I. On self-similar moions of compressible fluid in a porous medium (en russe Prikladnaya Maemaika i Mekhanika (Applied Mahemaics and Mechanics (PMM, 6(6, p ,

18 [2] Dellacherie S. On a Diphasic Low Mach Number Sysem Mahemaical Modelling and Numerical Analysis, 39(3, p , 25. [3] Dellacherie S. e Lafie O. Exisence e unicié d une soluion classique à un modèle absrai de vibraion de bulles de ype hyperbolique-ellipique Publicaion du Cenre de Recherches Mahémaiques de Monréal (Canada, CRM-32, 25. [4] Després B. e Lagouière F. Un schéma non-linéaire ani-dissipaif pour l équaion d advecion linéaire C. R. Acad. Sci., Paris, Série I, Mah., 328, p , 999. [5] Lafie O. e Le Poier C. The Richards equaion for he modeling of a nuclear wase reposiory Ellipic and parabolic problems (Rolduc/Gaea, 2, World Sci. Publishing, River Edge, NJ, p , 22. [6] Rodríguez A. e Vásquez J.L. Maximal Soluions of Singular Diffusion Equaions wih General Iniial Daa Nonlinear Diffusion Equaions and heir Equilibrium Saes, ed. Birkhäuser, 3, p , 992. [7] Tayachi S., Souple Ph. e Weissler F. Exac self-similar blow-up of soluions of a semilinear parabolic equaion wih a nonlinear gradien erm Indiana Univ. Mah. J., 45, p ,

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques.

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques. Mesures de risque dynamiques, pricing d opions vanilles e EDSR quadraiques. Cyrille Guillaumie 1 Thibau Masrolia 2 Rappor echnique rendu en juin 213 1. European Securiies and Markes Auhoriy, cyrille.guillaumie@esma.europa.eu

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Les Univers Virtuels de la Finance

Les Univers Virtuels de la Finance Les Univers Viruels de la Finance Viruel Worlds of Finance ierre Devolder 1 Résumé. La mesure neure au risque es devenue une noion cenrale en finance moderne: elle s obien par changemen de mesure de probabilié

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION PSIP3 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE Durée : 4 heures NB : Le candida aachera la plus grande imporance à la claré, à la précision e à la concision de la rédacion Si un candida es amené

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE UNITÉ 1: L CINÉMTIQUE Cinémaique: es la branche e la physique qui raie e la escripion u mouemen objes sans référence aux forces ni aux causes régissan ce mouemen. 1.1 L VITESSE ET L VITESSE VECTORIELLE

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

PARTIAL DIFFERENTIAL EQUATIONS. On global discontinuous solutions of Hamilton-Jacobi equations.

PARTIAL DIFFERENTIAL EQUATIONS. On global discontinuous solutions of Hamilton-Jacobi equations. EQUATIONS AUX DERIVEES PARTIELLES. Sur des soluions globales disconinues des équaions d Hamilon-Jacobi, par Gui-Qiang Chen e Bo Su Résumé. On éabli l unicié des soluions de viscosié semiconinues classiques

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail

Fouille de données fonctionnelles

Fouille de données fonctionnelles Fouille de données foncionnelles Gilber Sapora Chaire de Saisique Appliquée Conservaoire Naional des Ars e Méiers 292 Rue Sain Marin 75141 Paris Cedex 3 gilber.sapora@cnam.fr 1 Premiers ravaux: J. J. C.

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

STOCHASTIC CONTROL METHODS FOR OPTIMAL PORTFOLIO INVESTMENT

STOCHASTIC CONTROL METHODS FOR OPTIMAL PORTFOLIO INVESTMENT THÈSE DE DOCTORAT DE L ÉCOLE POLYTECHNIQUE Spécialié : MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES Présenée par Gilles-Edouard ESPINOSA pour obenir le grade de DOCTEUR DE l ÉCOLE POLYTECHNIQUE Suje : MÉTHODES DE CONTRÔLE

Plus en détail

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX : CS D NUMNN I Descipion des cicuis dans le cade de l RQS 1 ) Inducances popes e inducances muuelles de cicuis filifomes

Plus en détail

Mesure de l incertitude tendancielle sur la mortalité Application à un régime de rentes en cours de service

Mesure de l incertitude tendancielle sur la mortalité Application à un régime de rentes en cours de service Mesure de l inceriude endancielle sur la moralié Applicaion à un régime de renes en cours de service - Frédéric PLANCHET (Universié Lyon, Laboraoire SAF, Winer & Associés) - Marc JUILLARD (Winer & Associés)

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

Université d Evry Val d Essonne Laboratoire d Analyse et Probabilités EA 2172 THESE. présentée pour obtenir le titre de

Université d Evry Val d Essonne Laboratoire d Analyse et Probabilités EA 2172 THESE. présentée pour obtenir le titre de Universié d Evry Val d Essonne Laboraoire d Analyse e Probabiliés EA 2172 THESE présenée pour obenir le ire de DOCTEUR EN SCIENCES MATHÉMATIQUES de l Universié d Evry Val d Essonne par Armand Brice NGOUPEYOU

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel AUTOMATISMES Freinage élecronique des Les variaeurs de viesse on beaucoup évolué ces dernières années, an en ermes de performance echnique que de coû. Cela leur a permis de conquérir de nouvelles posiions,

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Calculs stochastique et de Malliavin appliqués aux modèles de taux d intérêt engendrant des formules

Calculs stochastique et de Malliavin appliqués aux modèles de taux d intérêt engendrant des formules Calculs sochasique e de Malliavin appliqués aux modèles de aux d inérê engendran des formules fermées Caroline Pinoux To cie his version: Caroline Pinoux. Calculs sochasique e de Malliavin appliqués aux

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Capteurs CCD (Charge Coupled Device)

Capteurs CCD (Charge Coupled Device) Capeurs CCD (Charge Coupled Device) 1 NOTION SUR LES CONDUCTEURS, SEMI-CONDUCTEURS ET ONDES LUMINEUSES... 2 1.1 STRUCTURE DE LA MATIERE... 2 1.2 LES ISOLANTS... 2 1.3 LES CONDUCTEURS... 2 1.4 LES SEMI-CONDUCTEURS...

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

La persistance des chocs de volatilité sur le marché des changes s est-elle modifiée depuis le début des années quatre-vingts?

La persistance des chocs de volatilité sur le marché des changes s est-elle modifiée depuis le début des années quatre-vingts? La persisance des chocs de volailié sur le marché des changes s es-elle modifiée depuis le débu des années quare-vings? Michel BEINE * Sébasien LAURENT Ce aricle vise à déerminer si la persisance des chocs

Plus en détail

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques Principes e caracérisiques des principaux moeurs élecriques Crières de choix d un moeur Le moeur es généralemen choisi en foncion de l uilisaion mécanique e de l alimenaion élecrique don on dispose. Cahier

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ ÉCONOMIQUE DU MAROC

COMPÉTITIVITÉ ÉCONOMIQUE DU MAROC COMPÉTITIVITÉ ÉCONOMIQUE DU MAROC CONCEPTS DE BASE DE LA MODELISATION HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE APPORTS ET PRINCIPES D UTILISATION DES OUTILS HEC, HEC-HMS ET HEC-RAS, PLATEFORME D INTEGRATION WMS ET

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Réseaux de Petri temporels : méthodes d analyse et vérification avec TINA

Réseaux de Petri temporels : méthodes d analyse et vérification avec TINA Chapire 1 Réseaux de Peri emporels : méhodes d analyse e vérificaion avec TINA 1.1. Inroducion Parmi les echniques proposées pour spécifier e vérifier des sysèmes dans lesquels le emps apparaî comme paramère,

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent Lycée Viee TSI 1 T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. mulimères I. Principe de foncionnemen de l oscilloscope à ube cahodique 1. Descripion F C W A 1 A 2 vide spo P DV P DH écran fluorescen F filamen C cahode

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue Redressemen non commandé sur charge RL en conducion coninue SI 9- I. Conversion alernaif-coninu, exemples d applicaions liés à la racion Figure : Locomoive BB5 Réseau de disribuion Redresseur saique monophasé

Plus en détail

Optimisation par Colonies de Fourmis pour la Programmation Logique Étendue

Optimisation par Colonies de Fourmis pour la Programmation Logique Étendue Opimisaion par Colonies de Fourmis pour la Programmaion Logique Éendue Pascal Nicolas Frédéric Saubion Igor Séphan LERIA Universié d Angers UFR Sciences bd Lavoisier 49045 ANGERS cedex 01 {pascal.nicolasfrederic.saubionigor.sephan}@univ-angers.fr

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES Cahier de recherche 03-06 Sepembre 003 MODÈLE BAYÉSEN DE TARFCATON DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHCULES Jean-François Angers, Universié de Monréal Denise Desardins, Universié de Monréal Georges Dionne,

Plus en détail

Abstract. Classification JEL: C22 ; G01 ; G15 Mots clés : contagion financière ; cointégration et ecm asymétrique; modèles TAR, M-TAR

Abstract. Classification JEL: C22 ; G01 ; G15 Mots clés : contagion financière ; cointégration et ecm asymétrique; modèles TAR, M-TAR Modélisaion de la conagion des marchés financiers basée sur la coinégraion asymérique : le cas des marchés américain, français, anglais e japonais. Absrac Le bu de ce aricle es d analyser la conagion des

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail