PROTOCOLE GALE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS ISOLE OU UNE EPIDEMIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROTOCOLE GALE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS ISOLE OU UNE EPIDEMIE"

Transcription

1 Page : 1 de 9 MISE A JOUR N version : 2 OBJET DOMAINE D APPLICATION OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace le protocole GQR_GRV PR 11 V2 du 15/12/2006 Décrire la conduite à tenir afin de prévenir la transmission croisée du sarcopte de la gale transmissible par contact direct ou indirect et d'éviter la transformation d un cas isolé en épidémie. Personnels concernés : - Le personnel médical des unités de soins intra et extra hospitalières pour le diagnostic. - Le personnel soignant (cadres de santé, infirmiers, aides-soignants, ambulanciers, ASHQ) et d entretien des unités de soins intra et extra hospitalières pour les mesures concernant le patient et les sujets contact. - Le personnel de laboratoire mis en contact direct avec le porteur de la scabiose. PLAN Le cadre de santé doit informer toutes les personnes qui ont été en contact avec la famille et le patient à l intérieur et à l extérieur de l hôpital qu elles doivent appliquer les mesures décrites dans ce protocole. 1. DOCUMENTS DE REFERENCE MATERIEL NECESSAIRE DESCRIPTION DU PROTOCOLE DIAGNOSTIC EFFECTUE PAR LE MEDECIN LES MESURES IMMEDIATES : PRECAUTIONS A PRENDRE DANS TOUS LES CAS (ISOLES OU GROUPES) CONDUITE A TENIR LORS D UN CAS ISOLE CONDUITE A TENIR EN CAS D EPIDEMIE Circuit de l information Evaluation des besoins par le bureau du CLIN Mise en place des mesures par le personnel soignant TRAITEMENT Pour le malade Pour les visiteurs DISPOSITIF DE SUIVI ET D EVALUATION ANNEXES... 7 ANNEXE 1: FICHE RECAPITULATIVE DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT A-PAR... 8 ANNEXE 2 : RECAPITULATIF DES CONDUITES A TENIR EN CAS D EPIDEMIE DE GALE COMMUNE ET DE GALE PROFUSE OU HYPERKERATOSIQUE... 9 Nom et fonction REDACTION APPROBATION APPROBATION QUALITE P. BOUCHUT C. COQUAZ M. DUPONT Infirmier Hygiéniste Directeur des soins Secrétaire Générale JL. VAILLEAU Président du CLIN VALIDATION B. MADELPUECH Directeur Date et visa Signé le 15/02/2012 Signé le 15/02/2012 et le 16/02/2012 Signé le 27/02/2012 Signé le 29/02/2012

2 Page : 2 de 9 1. DOCUMENTS DE REFERENCE Lutte contre les ectoparasites et agents nuisibles en milieu hospitalier guide de bonnes pratiques CCLIN Paris-Nord mars La gale dans les établissements de soins RFCLIN Est. Décret n du 15 février 1999 modifiant et complétant les tableaux de maladies professionnelles annexés au livre IV du code de la sécurité sociale. Avis du conseil supérieur d hygiène publique de France du 27 juin Recommandations concernant la gestion de la gale dans les établissements de soins et médico-sociaux CCLIN Sud ouest 2008 Épidémie de gale communautaire. Guide d investigation et d aide à la gestion. INVS Fiche récapitulative des caractéristiques de l A-PAR : Annexe 1 Récapitulatif des conduites à tenir en cas de gale commune et de gale profuse ou hyperkératosique : Annexe 2 2. MATERIEL NECESSAIRE Gants de soins à usage unique, Surblouse à manches longues, Sacs rouges hydrosolubles, Sacs plastique étanches, Produit acaricide disponible à la pharmacie du CH (type A-PAR ) Pinceaux, Literie, vêtements, Linge de toilette, Matériel médical nécessaire réservé au patient pendant l isolement et traité après la sortie. 3. DESCRIPTION DU PROTOCOLE 3.1 DIAGNOSTIC EFFECTUE PAR LE MEDECIN Etant donné la contagiosité de la pathologie, il est important de rappeler aux équipes les signes d alerte afin de diminuer dans l unité le délai avant diagnostic de patients évocateurs. 3.2 LES MESURES IMMEDIATES : PRECAUTIONS A PRENDRE DANS TOUS LES CAS (ISOLES OU GROUPES) Elles sont à mettre en œuvre dès le diagnostic pour éviter le risque d épidémie : - Isolement du patient ; - Surveillance de tous les patients et du personnel de l unité pour rechercher des lésions scabieuses pendant 6 semaines.

3 Page : 3 de CONDUITE A TENIR LORS D UN CAS ISOLE 1 Notifier à l infirmier hygiéniste pour enregistrement du cas. 2 Mise en place de précautions type contact (cf. protocole en vigueur) et accompagnées de mesures thérapeutiques (voir tableau ci-après). Mesures thérapeutiques à appliquer en plus des précautions type contact MESURES SPECIFIQUES SIGNALISATION HYGIENE DES MAINS TENUE LINGE Identifier clairement le patient atteint selon les modalités de l établissement. Lavage simple systématique dans la chambre après tout contact avec le patient ou les objets contaminés. Inefficacité des solutions hydro-alcooliques sur le sarcopte. Port de gants à usage unique pour tout contact avec le patient ou les objets contaminés non stériles. Port de surblouse à manches longues pour tout contact direct avec le patient (nursing, examens médicaux, kinésithérapie, radio au lit ) ; Préférer l usage unique. Dans tous les cas : La blanchisserie du CHU est prévenue, La famille est informée des précautions à prendre, Le linge est manipulé avec précaution et jamais posé à terre. 1. Si le linge supporte le lavage > à 60 C (draps, alèses, taies, serviettes de toilette, chemises de malades ) : - Recueil dans sac rouge hydrosoluble en premier emballage, puis mis dans un filet et dans un sac gris - Transport en blanchisserie en respectant le protocole d évacuation du linge contaminé. 2. Si le linge ne supporte pas le lavage à 60 C (linge personnel de résidents, articles non lavables..) a. Si pas d utilisation de produit acaricide : - mettre le linge dans un sac étanche plastique, - fermer la poche hermétiquement pendant 1 semaine, - noter la date et l heure sur la poche, - puis transport en blanchisserie en respectant le protocole local d évacuation habituel du linge. b. Si utilisation d un produit acaricide : - mettre le linge dans une poche plastique, - vaporiser à l aide d un produit acaricide (type A-PAR ) - fermer la poche hermétiquement, - noter la date et l heure d application du produit sur la poche, - laisser en contact 4 heures minimum puis : si l article est lavable, transport en blanchisserie en respectant le protocole local d évacuation du linge contaminé, si l article n est pas lavable, éliminer l excédant de produit par essuyage humide.

4 Page : 4 de 9 ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT ENTRETIEN DU PETIT MATERIEL VISITEURS DEPLACEMENT DU PATIENT DUREE DE L'ISOLEMENT Appliquer la technique habituelle pour surfaces, sanitaires, sols. Réaliser l'entretien de la chambre contaminée en dernier. Nettoyer et désinfecter le matériel de nettoyage immédiatement après. Ne pas utiliser les toilettes communes pendant la période d isolement. Si elles doivent être utilisées par la personne atteinte, elles devront être nettoyées et désinfectées après chaque usage. Nettoyer et désinfecter les baignoires et chariots-douches avec un détergentdésinfectant après chaque utilisation. Ils seront rincés avant d être utilisés. Renforcement de l entretien de l environnement uniquement pour les sujets atteints par les mesures de désinfection complémentaires par un acaricide type A-PAR ) : des meubles de stockage de linge, des fauteuils tissus, des rideaux, des interstices des fauteuils plastiques de la literie : Si la literie est complètement houssée : - enlever les housses, - les vaporiser en poche plastique hermétique, - laisser en contact 4 heures avant lavage, - vaporiser matelas et oreillers sur toutes les faces. Désinfecter les oreillers ou traversins sans protection et les enfermer dans une poche plastique avec contact minimum de 4 h Vaporiser la toile du sommier - Attendre 12 heures pour réutiliser le lit. Tensiomètres, sangles de lève-malades, attelles, écharpes de maintien Ce matériel sera nettoyé après avoir été placé dans un sac plastique identifié et avoir eu un contact avec un acaricide pendant 4 heures. Limiter les visites. Mettre en place une signalisation du patient. Informer les visiteurs des mesures à prendre : - port de blouse, - éviter les contacts avec le patient en dehors du visage, durant les premiers jours du traitement, - ne pas s asseoir sur le lit ou y déposer des vêtements, - ne pas sortir d objet de la chambre, - ne pas emporter le linge avant les consignes de l équipe soignante, - ne pas utiliser les toilettes de la chambre, - se laver les mains en sortant. En cas de gale profuse : proscrire tout contact. Précautions à prendre durant la durée du traitement (48 heures) : Limiter les sorties aux examens complémentaires indispensables en prenant rendez-vous en dernière position pour ceux ci. Prévenir le service receveur et l équipe assurant le transport. Faire suivre une fiche de liaison avec des transmissions précises. Envelopper le patient dans un drap. 48 heures après le début du traitement sur prescription médicale et suivant l'évolution des lésions.

5 Page : 5 de CONDUITE A TENIR EN CAS D EPIDEMIE Circuit de l information Le responsable médicale de la structure et le cadre de l unité préviennent l infirmier hygiéniste. L infirmier hygiéniste prévient : Le directeur de l établissement et la Direction des soins, Le président du CLIN, Le médecin du travail (tableau n 76 des maladies professionnelles), Le pharmacien, La Direction des Services Logistiques, Le CHSCT sera informé par le directeur. L infirmier hygiéniste assure d autre part l information par tout moyen à sa disposition du personnel concerné, des familles et des bénévoles amenés à apporter leur soutien : mode de transmission, mesures de désinfection, modalités de traitement et précautions à prendre Evaluation des besoins par le bureau du CLIN Evaluer le nombre de cas probables, parmi les patients et le personnel par examen dermatologique. Evaluer et commander les produits scabécides en quantité suffisante (patients + personnel). Evaluer selon le produit le temps nécessaire en moyenne pour traiter les patients (toilette, application du produit, désinfection du linge, de la literie) afin de demander du personnel en nombre suffisant pour le traitement de «masse» un jour donné (ex : traitement par Ascabiol, compter un pinceau et une heure par patient). Préciser et lister le type de mobilier concerné par la désinfection (exemple : fauteuils, chaises, tables de nuit, vestiaires, placard, WC). Evaluer le linge nécessaire pour permettre un change complet des literies, des vêtements et du linge de toilette, le commander à la lingerie. Prévoir nettoyage et désinfection à la sortie des patients : brassards à tension, stéthoscope, thermomètres. Evaluer et commander les sacs rouges qui serviront au traitement du linge. Evaluer avec le personnel soignant, les problèmes posés par la réalisation du traitement ou sa chronologie dans certains cas : refus, réticence des patients et du personnel, mauvaise coordination Mise en place des mesures par le personnel soignant Réaliser : 1 L isolement géographique de l unité considérée. 2 Mise en place des mesures thérapeutiques accompagnant les précautions de type contact (cf. tableau page 4).

6 Page : 6 de TRAITEMENT Pour le malade Le traitement est appliqué sur prescription médicale à Exemple : Traitement à l'ascabiol Exemple : Traitement au Stromectol MODALITES D APPLICATION DU TRAITEMENT J 0 J 1 Faire prendre une douche chaude avec un savon doux, rincer, sécher modérément par tamponnement. Appliquer la lotion ASCABIOL avec un pinceau plat sur la totalité de la surface corporelle en évitant visage et cuir chevelu et en insistant sur les lésions, les plis, les mains, sous les ongles coupés courts, l'ombilic, la face antérieure des poignets, derrière les oreilles, la plante des pieds, les parties génitales (en dehors des muqueuses) ; frotter en cas de pilosité importante. En cas de gale profuse, le cuir chevelu et les oreilles seront traités avec un coton imbibé. Le pinceau sera réservé au patient. Laisser sécher puis 2 ème couche à passer selon le même protocole. Laisser en contact 24 h, y compris sur les mains, renouveler l'application dans la journée si besoin (lavage des mains). Mettre du linge propre (vêtements et draps). Changer la literie. Traiter l'environnement. Douche uniquement suivie d une application de crème hydratante si besoin. Administrer le traitement Stromectol en comprimé, prescrit en une seule prise. Le patient doit respecter un jeûne strict de deux heures avant et après la prise. Faire prendre une douche au savon doux ; rincer abondamment ; sécher. Mettre du linge propre (vêtements et draps). Changer la literie. Traiter l'environnement. Soins de nursing habituels. J 2 Levée de l'isolement sur prescription. Soins de nursing habituels. Levée de l'isolement sur prescription. Veiller à un suivi régulier des soins d'hygiène corporelle et à l'évolution des lésions. J 8 Veiller à un suivi régulier des soins d'hygiène corporelle et à l'évolution des lésions. Renouveler le traitement sur prescription. Jeter les pinceaux après le traitement. Dans les formes avec de très nombreux parasites, une deuxième dose d ivermectine et/ou l association à un traitement topique peuvent être nécessaires dans les 8 à 15 jours pour obtenir la guérison.

7 Page : 7 de Pour les visiteurs Réguliers : assimiler à sujets contact, à traiter le même jour (contacter médecin traitant) Occasionnels : information seulement Recommander des mesures pour les familles des patients contaminés (contacter médecin traitant, assistante sociale) 4. DISPOSITIF DE SUIVI ET D EVALUATION Nombre de cas dans l année. Délai entre entrée dans l établissement et traitement du patient. 5. ANNEXES Annexe n 1 : Fiche récapitulative des caractéristiques du produit A-PAR Annexe n 2 : Récapitulatif des conduites à tenir en cas d épidémie de gale commune et de gale profuse ou hyperkératosique

8 Page : 8 de 9 ANNEXE 1: FICHE RECAPITULATIVE DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT A-PAR Forme : aérosol de 125 g (200ml) Propriétés : Antiparasitaire, désinfecte sans tacher les vêtements et la literie. S utilise en cas d infestation par le sarcopte de la gale, pou de la tête, corps, pubis Complément de traitement par application sur les vêtement, literie, fauteuils, mobiliers Précautions d emploi : - Ouvrir les fenêtres pour éviter toute irritation des voies respiratoires - Ne pas pulvériser à proximité d une personne asthmatique - Attendre 12 h avant d utiliser la literie décontaminée Mode d emploi : Les vêtements et la literie ne pouvant pas être lavés à une température > à 55 C seront désinfectés avec A-PAR. Pulvériser à 30 cm sur la totalité de leur surface : - le matelas qui sera aussitôt retournée - les 2 faces des couvertures - les vêtements, en particulier à l intérieur, en insistant sur les coutures - l intérieur des gants, chaussons, chaussures Laisser agir 4 heures environ

9 Page : 9 de 9 ANNEXE 2 : RECAPITULATIF DES CONDUITES A TENIR EN CAS D EPIDEMIE DE GALE COMMUNE ET DE GALE PROFUSE OU HYPERKERATOSIQUE Epidémie de Gale commune Gale profuse/hyperkératosique Mise en place d une cellule d appui par le responsable de la collectivité Renforcement des mesures d hygiène générales Phase préparatoire Isolement en chambre seule ou hospitalisation des cas Mesures d informations ciblées Bilan de l épidémie et préparation du traitement collectif (prescription, commandes des traitements, stock de linge de rechange ) - Traitement des cas et de leurs contacts - Traitement de toutes les personnes visitant et travaillant dans l institution +/- leur entourage J0 Traitement médicale collectif le même jour Hygiène des ongles + bain ou douche préalable en cas de traitement local - Traitement local ou per os - Traitement per os à privilégier +/- traitement local J1 Traitement de l environnement - Désinfection avec un acaricide des éléments constitués de matériaux absorbants (matelas, oreiller, fauteuil, rideaux, siège-auto ) Nettoyage classique des locaux (port de gants et surblouse) - Lavage en machine 60 C de tout linge - Lavage en machine à 60 C de tout linge utilisé depuis 2-3 jours utilisé depuis 8-10 jours - Linge non lavable à 60 C : traitement - Linge non lavable à 60 C : traitement par un par un acaricide ou mise ne quarantaine acaricide ou mise en quarantaine dans sac dans sac plastique pendant 4 jours plastique pendant 8 jours Prendre un bain ou une douche (24 ou 12h après si traitement pas Ascabiol ) S habiller avec du linge propre J8 ou J15 Si traitement local, une nouvelle application unique du traitement peut-être prescrite par le médecin en fonction de l évolution clinique - Si traitement per os, une 2 ème cure - Si traitement per os, une 2 ème cure est peut être prescrite en fonction de généralement conseillée l évolution clinique par le médecin D après INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE Epidémie de gale communautaire Guide d investigation et d aide à la gestion

Mesures de prévention et de contrôle

Mesures de prévention et de contrôle Investigations et prise en charge des épidémies de gale en EHPAD Mesures de prévention et de contrôle C. Gautier Antenne régionale aquitaine du CCLIN Sud Ouest Difficultés Diagnostic Disponibilité d un

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-QUENTIN

CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-QUENTIN «La gale: mesures à mettre en place pour les malades et le personnel» Version C Nombre de Pages : 14 Rédaction Nom : Service Hygiène Date : Septembre 2008 Validation Nom : CLIN Date : 22 Septembre 2008

Plus en détail

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS RELECTURE ET MISE A JOUR LE 6 AOUT 2012 OBJET Décrire la technique de réalisation du bio nettoyage appliquée dans

Plus en détail

La gale Présentation ARLIN Midi-Pyrénées, juillet 2013

La gale Présentation ARLIN Midi-Pyrénées, juillet 2013 La gale Présentation ARLIN Midi-Pyrénées, juillet 2013 Beaucoup de difficultés à gérer Épidémie insidieuse premiers cas = partie émergée de l iceberg Diagnostic difficile à établir et maladie «honteuse»

Plus en détail

PROCEDURE ANNEXE PLAN BLANC

PROCEDURE ANNEXE PLAN BLANC Page : 1 de 5 CREATION OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS OBJET Conduite à tenir en cas de suspicion ou cas possible : Du virus émergent respiratoire DOMAINE D APPLICATION Personnel concerné

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

La gale: Etat de la question. Dr Claire Dachelet, Dr Stéphanie Olivier Dermatologie CHU Dinant Godinne / UCL Namur

La gale: Etat de la question. Dr Claire Dachelet, Dr Stéphanie Olivier Dermatologie CHU Dinant Godinne / UCL Namur La gale: Etat de la question Dr Claire Dachelet, Dr Stéphanie Olivier Dermatologie CHU Dinant Godinne / UCL Namur La gale : le «grand» retour et beaucoup de questions Quand y penser? Comment poser le diagnostic?

Plus en détail

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE I - Objet : PROCEDURE : Page 1/6 Cette procédure a pour objet de décrire les règles à suivre lors d un ou plusieurs cas de Clostridium difficile. II - Diffusion : Service Action / Info Date TOUS LES SERVICES

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

Définitions : Pansement : ensemble du matériel utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d une plaie.

Définitions : Pansement : ensemble du matériel utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d une plaie. Réalisation d un pansement Référence N 124 Date d application Version Nombre d annexes 20/12/2011 01 2 Date Nom Fonction Rédaction 26/05/2011 Groupe de travail FAQ n 65 / Annexe n 1 Vérification 21/07/2011

Plus en détail

Gestion des gastro-entérites aiguës. explosions de symptômes, explosions épidémiques!

Gestion des gastro-entérites aiguës. explosions de symptômes, explosions épidémiques! Gestion des gastro-entérites aiguës explosions de symptômes, explosions épidémiques! Enterovirus Rotavirus Portage asymptomatique - Asymptomatique avant 6 mois - Symptomatique +++ de 6 mois à 2 ans - Asymptomatique

Plus en détail

Formation CoCLINNOR du 17 septembre Hélène Marini Unité de Prévention des Infections Nosocomiales CHU de Rouen

Formation CoCLINNOR du 17 septembre Hélène Marini Unité de Prévention des Infections Nosocomiales CHU de Rouen Formation CoCLINNOR du 17 septembre 2013 Hélène Marini Unité de Prévention des Infections Nosocomiales CHU de Rouen Généralités Le traitement est basé sur l utilisation d acaricides par voie locale ou

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol :

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol : Logo CHU Clinique Dermatologique Tél 02 40 08 31 16 Fax :02 40 08 31 17 TRAITEMENT DE LA GALE Rédaction : Dr M. Wourch Proposition de schéma thérapeutique dans le cas d une gale Traitement local par Ascabiol

Plus en détail

La Gale (La Scabiose)

La Gale (La Scabiose) La Gale (La Scabiose) Dr N. Contet-Audonneau 04/10/2014 1 Définition Dermatose contagieuse due à un acarien Sarcoptes scabiei variété hominis Fréquente Cosmopolite Prurigineuse 04/10/2014 2 La gale 300

Plus en détail

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU GALE gestion d une épidémie B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU 1 Mesures immédiates pour la prise en charge des patients atteints : «isolement contact» Pour les soignants Pas de contact directe

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Cpias Ile-de-France Le lieu de soins et le risque infectieux

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire:

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire: Sommaire: Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS IFAS 2017. Module 6 CIDC Cadre formateur 1.Législation 2.Étude de cas Circuit du linge propre et 3.Le linge propre a. Stockage b. Du bon usage

Plus en détail

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour :

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de tri et de stockage du linge sale. Résumé des modifications intervenues : Le code couleur

Plus en détail

Gestion du signalement de GALE et du risque collectif Cas groupés de gale dans un EMS Journée du risque infectieux en EMS en Aquitaine

Gestion du signalement de GALE et du risque collectif Cas groupés de gale dans un EMS Journée du risque infectieux en EMS en Aquitaine Gestion du signalement de GALE et du risque collectif --------- Cas groupés de gale dans un EMS Journée du risque infectieux en EMS en Aquitaine Cellule de Veille Alerte et Gestion sanitaire / VSS Docteur

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION INTRODUCTION L'hygiène

Plus en détail

PROTOCOLE POSE D'UNE SONDE NASO-GASTRIQUE

PROTOCOLE POSE D'UNE SONDE NASO-GASTRIQUE Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace le document «Mise en place d une sonde naso-gastrique», du 27 juillet 2007 OBJET Décrire les

Plus en détail

Mots clés : Contamination / Linge / Lingerie / Risque infectieux / Tenue professionnelle / Vêtements

Mots clés : Contamination / Linge / Lingerie / Risque infectieux / Tenue professionnelle / Vêtements Référence : PT/LIN/002-B Page :Page 1 sur 6 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de distribution et de rangement du linge propre dans les différents services concernés, - Prévenir

Plus en détail

La gale. 1 Caractéristiques. 1.1 Parasite. 1.2 Transmission. 1.3 Facteurs de risque. 1.4 Incubation

La gale. 1 Caractéristiques. 1.1 Parasite. 1.2 Transmission. 1.3 Facteurs de risque. 1.4 Incubation La gale 1 Caractéristiques La gale est une dermatose parasitaire (maladie de la peau), liée à une contamination par un acarien : Sarcoptes scabiei hominis. La femelle fécondée creuse son sillon dans l

Plus en détail

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest LA GALE Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest Jeudi 11 juin 2015 LE SARCOPTE DE LA GALE Définition Parasite de l ordre des acariens qui vit dans l épiderme humain

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION Page 1 sur 5 Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Nadine EVEN Coordinatrice hôtelière Mireille KERHOUANT Agent social Françoise BARJONET Cadre de Santé E. LAVOCAT 1 - OBJET Les précautions

Plus en détail

devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes :

devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS POSSIBLE DE GRIPPE A (H1N1) dite «Mexicaine» ou «Porcine» à bord d un navire Centre de Consultation Médicale Maritime - Rédaction : Dr. J.L. Ducassé M. Pujos CCMM / SAMU

Plus en détail

1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA GRIPPE AVIAIRE

1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA GRIPPE AVIAIRE 1 / 5 1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA 1.1 La tenue de protection : elle est revêtue sur un pyjama en tissu. Les chaussures

Plus en détail

La réfection du lit dans les établissements. Catherine Boucher Infirmière hygiéniste CH-Saint-Nazaire

La réfection du lit dans les établissements. Catherine Boucher Infirmière hygiéniste CH-Saint-Nazaire La réfection du lit dans les établissements Catherine Boucher Infirmière hygiéniste CH-Saint-Nazaire Un peu d histoire Sous Louis XIV 9 par lit 3 à 6 jusqu au début du XIX Même en période d épidémie: draps,

Plus en détail

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 PRECAUTIONS STANDARD BON USAGE DES GANTS Isabelle RABERIN - Infirmière hygiéniste Stéphanie GUINAND

Plus en détail

Epidémie de gale en 2015 dans un EHPAD de la région retour d expérience. 18 novembre 2016 AM GALLERAND ARLIN Martinique

Epidémie de gale en 2015 dans un EHPAD de la région retour d expérience. 18 novembre 2016 AM GALLERAND ARLIN Martinique Epidémie de gale en 2015 dans un EHPAD de la région retour d expérience 18 novembre 2016 AM GALLERAND ARLIN Martinique Qu est-ce que la gale? (1) Parasitose cutanée due à un parasite le SARCOPTE de la

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

! " #! $ # % & " # # ' ( % $ " $ ( ) * " +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2

!  #! $ # % &  # # ' ( % $  $ ( ) *  +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2 ! " #! $ # %&" # # ' ( % $ "$ ( ) * " +, -+ ')+ $$. / &01 &0&$ 2 ," " " $ $ " $ /$ %$ 23 " % $ ) 4 $ " )" $ 5" $ 67'8' /$ " $ " 4 / " "$ " $& 9 $ $ :44 4#4(4*; 9 4 3 & 4$"

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Journée Hygiène et Qualité des Soins 1 er octobre 2013 PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Respecter

Plus en détail

Réfection du lit et changement des draps. Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir

Réfection du lit et changement des draps. Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir Réfection du lit et changement des draps Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir 26.10.14 Introduction La sécurité sanitaire, la qualité des soins et la lutte contre les infections associées

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers SOMMAIRE La désinfection simplifiée La désinfection courante La désinfection approfondie L hygiène des mains L antisepsie des mains Le matériel /

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production]

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] DISP LILLE BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] Circuit du personnel AU VESTIAIRE 1. Retirer l ensemble des accessoires sur les mains, les poignets et le visage 2. S habiller en tenue de

Plus en détail

La gestion d une épidémie de poux dans un établissement de santé mentale. Centre Hospitalier du Rouvray. Janvier 2007

La gestion d une épidémie de poux dans un établissement de santé mentale. Centre Hospitalier du Rouvray. Janvier 2007 La gestion d une épidémie de poux dans un établissement de santé mentale Janvier 2007 Sylvie Gasparin Grisel 1 Contexte du 10 janvier 2007: La Pdte du CLIN me signale que 8 patients ont des poux dans une

Plus en détail

AIDE A LA TOILETTE AU LAVABO

AIDE A LA TOILETTE AU LAVABO Page : 1/7 Date de création : Date de révision : Date d évaluation : Destinataires : Type Nom Profession Action / Info. Nom & Prénom Fonction ou Instance Date Rédaction Relecture Validation Approbation

Plus en détail

Mettre en œuvre les organisations et allouer les moyens nécessaires à la mise en place et l observance des précautions standard.

Mettre en œuvre les organisations et allouer les moyens nécessaires à la mise en place et l observance des précautions standard. Champ d application et stratégie de mise en œuvre Les précautions standard sont un ensemble de mesures visant à réduire le risque de transmission croisée des agents infectieux entre soignant, soigné et

Plus en détail

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE E. WARIN, CESF CHUN, EOHH - 2017 IFAS GESTION DU LINGE INTRODUCTION Utilisation de linge dans tout l hôpital Tenues professionnelles Articles de literies et d hôtellerie Linge chirurgical Articles de ménage

Plus en détail

Epidémie de gale au CH de Chambéry

Epidémie de gale au CH de Chambéry Epidémie de gale au CH de Chambéry Services Service de rééducation FOUGERES : début prurit 26/11/2012 Unité de Soins Continus : début prurit 26/11/2012 Infectiologie B7 : début prurit 17/12/2012 Urgences

Plus en détail

PROTOCOLE PREPARATION ET POSE D UNE VOIE. SOUS CUTANEE Créé le : 01/02/2008

PROTOCOLE PREPARATION ET POSE D UNE VOIE. SOUS CUTANEE Créé le : 01/02/2008 Page : 1 MISE A JOUR N version : OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace le protocole préparation et pose de perfusion section pose sous cutanée OBJET Décrire la technique de

Plus en détail

GESTION D UNE EPIDEMIE EN EHPAD

GESTION D UNE EPIDEMIE EN EHPAD GESTION D UNE EPIDEMIE EN EHPAD Colonisations à Entérocoques Résistants aux Glycopeptides (ERG) Floriane MARY Ehpad de Thiéblemont fmary@mdr-thieblemont.fr Le contexte : EHPAD Un lieu de vie et de convivialité

Plus en détail

SARCOPTES SCABIEI (Gale)

SARCOPTES SCABIEI (Gale) SARCOPTES SCABIEI (Gale) 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION

Plus en détail

La gale c est pas la galère Fiche Diagnostic médecin

La gale c est pas la galère Fiche Diagnostic médecin La gale c est pas la galère Fiche Diagnostic médecin La gale est une maladie infectieuse dermatologique d'origine parasitaire, transmissible et bénigne dans la plupart des cas. Elle est aussi considérée

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

Épidémie de gale - Secteur de Tinténiac (Ille et Vilaine) Didier Huguenet, ARS Bretagne

Épidémie de gale - Secteur de Tinténiac (Ille et Vilaine) Didier Huguenet, ARS Bretagne Épidémie de gale - Secteur de Tinténiac (Ille et Vilaine) Didier Huguenet, ARS Bretagne Journée régionale veille sanitaire Bretagne 15 novembre 2011 1 Le démarrage de l épidémie 18 février 2011 : 5 cas

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES M. MARTEAU IDE Hygiéniste - CH Fontainebleau Septembre 2014 M.MARTEAU IDE hygiéniste février 2014 1 DEFINITION Ensemble des mesures destinées à faire barrière à la transmission

Plus en détail

MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE

MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE I OBJET et DOMAINE D APPLICATION Prévenir les infections liées aux cathéters veineux périphériques courts. Le mode opératoire concerne

Plus en détail

Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) - Madame Annick CLEMMER, Directeur de la Qualité et de la Certification

Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) - Madame Annick CLEMMER, Directeur de la Qualité et de la Certification CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 1 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère Objet

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016 BMR, BHRe Mesures d hygiène et de protection renforcées Les recommandations Lundi 11 février 2016 Béatrice HEDOUX QUEAU Cadre Hygiéniste, UHLIN Louis Mourier BMR / BHRe Des mesures adaptées - Densité de

Plus en détail

Les précautions standard en Ehpad

Les précautions standard en Ehpad Les précautions standard en Ehpad 2013 Les précautions standard Ensemble de bonnes pratiques visant à protéger le personnel dans la prise en charge des résidents quelque soit leur statut (infecté ou pas)

Plus en détail

Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison. Anne Brunon REPH 21 février 2013

Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison. Anne Brunon REPH 21 février 2013 Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison Anne Brunon REPH 21 février 2013 SSG Le 30/05: EOHH informée d une suspicion de gale en SSG = Mme D (91 ans) prurit depuis +s mois + lésions

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :...

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :... RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... PREAMBULE En vertu du décret n 2003-1095 du 14/11/2003, le règlement

Plus en détail

La friction hydro-alcoolique des mains

La friction hydro-alcoolique des mains La friction hydro-alcoolique des mains Conçu et réalisé par D. VIGIER, infirmière hygiéniste, Dr M. SOUSSELIER, pharmacien. mars 2008 On estime que plus de 75% des infections nosocomiales seraient dues

Plus en détail

Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD

Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD Indications préalables au remplissage du questionnaire Ce questionnaire, auquel vous avez accepté de répondre, s inscrit

Plus en détail

TOILETTE COMPLÈTE AU LAVABO

TOILETTE COMPLÈTE AU LAVABO CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE TOILETTE COMPLÈTE AU LAVABO FICHE TECHNIQUE DE SOINS Définition Soin qui permet d assurer la propreté du corps et des téguments et d en préserver l

Plus en détail

Indice Date Modifications 0 Création

Indice Date Modifications 0 Création Page : 1/7 Mots clés : Pratique d'hygiène pour les de plaie aiguë DESTINATAIRES - Cadres de Santé - Direction Qualité et Gestion des Risques - Pharmacie Centrale - Tous les médecins (par mail) - Service

Plus en détail

PRELEVEMENT CAPILLAIRE POUR SURVEILLANCE GLYCEMIQUE Référence : PT/LAB/003-A Page : Page 1 sur 6. Date de diffusion : 26/03/2010 Edition : 1ère

PRELEVEMENT CAPILLAIRE POUR SURVEILLANCE GLYCEMIQUE Référence : PT/LAB/003-A Page : Page 1 sur 6. Date de diffusion : 26/03/2010 Edition : 1ère Référence : PT/LAB/003-A Page : Page 1 sur 6 Objet : Ce protocole appartient au processus de soins. Il a pour objet de codifier et optimiser la qualité du prélèvement capillaire, pour une surveillance

Plus en détail

Aucun rapatriement sanitaire ne peut se faire directement : entre la société de rapatriement et un établissement de santé sans contact préalable et

Aucun rapatriement sanitaire ne peut se faire directement : entre la société de rapatriement et un établissement de santé sans contact préalable et Aucun rapatriement sanitaire ne peut se faire directement : entre la société de rapatriement et un établissement de santé sans contact préalable et une validation de la DGS (règlementation par circulaire)

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER :

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER : Page 1/6 I. OBJECTIFS Décrire les recommandations à appliquer lors des autopsies afin de réduire les risques de transmission d agents transmissibles conventionnels et non conventionnels dans la chambre

Plus en détail

Gale: Précautions Complémentaires en salle d accouchement

Gale: Précautions Complémentaires en salle d accouchement Gale: Précautions Complémentaires en salle d accouchement Journée du réseau mater 10 octobre 2013 Dr F-O.Mallaval CH-Chambéry Contexte du point de vue de l EOH Appel téléphonique du vendredi =>(cadre de

Plus en détail

Direction du programme de santé physique et des soins infirmiers et Direction des affaires médicales et hospitalières

Direction du programme de santé physique et des soins infirmiers et Direction des affaires médicales et hospitalières POLITIQUE PROCÉDURE Directions émettrices Direction du programme de santé physique et des soins infirmiers et Direction des affaires médicales et hospitalières Codification SPH-2011-1605 OBJET : Déplacement

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES 2016-2019 Marche réservé article 15 du CMP Janvier 2016 Article 1 er : objectifs

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

Exemple de compte-rendu des résultats :

Exemple de compte-rendu des résultats : Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries multi-résistantes* dans les établissements de santé. * Staphylococcus aureus résistants à la méticilline, Enterobacteries productrice de béta-lactamase

Plus en détail

Prurit et gale. Take home message

Prurit et gale. Take home message Prurit et gale Take home message Maladies Infectieuses et prurit Arthropodes: Acariens : gale, poux, Pyemotes ventricosus, Insectes: phlébotomes, punaises, puces, moustiques Helminthes: nématodoses Protozooses:

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015 Gestion des excréta Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS 20 mars 2015 Les excréta : c est quoi? Les excréta : (Mot latin n. m. pl.xixème siècle. participe passé de excernere (voir Excrément) excrementum)

Plus en détail

"La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu

La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu "La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec 2013- D.Landriu Définition Concerne les matières éliminées par l organisme les selles : réservoir

Plus en détail

Hygiène des mains. V2.1

Hygiène des mains. V2.1 Hygiène des mains. V2.1 Grille de questions Nom... Prénom.. Date... Pourquoi Les mains sont naturellement porteuses de micro-organismes. Vrai Les mains peuvent se contaminer à partir (Plusieurs réponses

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires FICHE INDICATIVE SUR LE VIRUS EBOLA QU EST-CE QU EBOLA? Dans la forme habituelle, après une incubation de 2 à 21 jours, la maladie débute brutalement par l apparition d une fièvre élevée (> 38,5 C), de

Plus en détail

LE DECAPAGE DES SOLS THERMOPLASTIQUES

LE DECAPAGE DES SOLS THERMOPLASTIQUES Page : 1 de 5 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Relecture et mise à jour le 3 août 2012 OBJET Décrire la technique permettant de restituer un support à l état «brut»

Plus en détail

Petites scènes de la vie quotidienne

Petites scènes de la vie quotidienne 12 ème Journée du Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Protection des IAS chez les professionnels de santé, encore et toujours les précautions standard Petites scènes de la vie quotidienne Marie-Alix

Plus en détail

LA REFECTION DU LIT DECRIRE LES DIFFERENTS ELEMENTS DU LIT D HOPITAL ENUMERER LES REGLES GENERALES DE REFECTION DES LITS

LA REFECTION DU LIT DECRIRE LES DIFFERENTS ELEMENTS DU LIT D HOPITAL ENUMERER LES REGLES GENERALES DE REFECTION DES LITS LA REFECTION DU LIT OBJECTIFS SPECIFIQUES DECRIRE LES DIFFERENTS ELEMENTS DU LIT D HOPITAL ENUMERER LES REGLES GENERALES DE REFECTION DES LITS DECRIRE LES TECHNIQUES DE REFECTION DE LITS. PLAN I - GENERALITES

Plus en détail

Annexes : - liste figurant sur les bons de demande de matériel à disposition des services - fiche de demande de matériel

Annexes : - liste figurant sur les bons de demande de matériel à disposition des services - fiche de demande de matériel Référence : PR/LAB/001-A Page :Page 1 sur 6 Objet : La procédure définit : les modalités de réception des examens biologiques des patients hospitalisés dans les unités d hospitalisation du CH de Colson

Plus en détail

Contexte. Audit Hygiène des mains en 2009 Pas d hygiène des mains pour 10% des soignants à la sortie de chambre de patients en PCC

Contexte. Audit Hygiène des mains en 2009 Pas d hygiène des mains pour 10% des soignants à la sortie de chambre de patients en PCC EVALUATION DES PCH Dr Florence Pospisil(CH Carpentras et Sault) Dr Sylvie Comparot (CH Vaison-la-Romaine) Dr Dominique Carrière (CH Vaison-la-Romaine) Visi Chaix (CH Carpentras, Sault et Vaison-la-Romaine)

Plus en détail

Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR

Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR Champagne-Ardenne Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR Résultats 2008 de l ensemble des établissements participants en Champagne-Ardenne Janvier 2009 Sommaire Liste

Plus en détail

L hygiène des mains. CPias Normandie. Procédures. Page : 1 / 7. Rédaction Mise à jour Validation Version 3. Date : Sept 2017.

L hygiène des mains. CPias Normandie. Procédures. Page : 1 / 7. Rédaction Mise à jour Validation Version 3. Date : Sept 2017. Procédures Page : 1 / 7 Document réalisé par le, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source. PROTOCOLES Objet Décrire les différentes méthos d'hygiène s mains selon les objectifs

Plus en détail

REFECTION DES PANSEMENTS

REFECTION DES PANSEMENTS REFECTION DES PANSEMENTS Annie BRENET & Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Objectifs Matériel Technique Recommandations MAI 2013 2 Objectifs Réaliser un pansement est un acte de soin qui consiste à appliquer

Plus en détail

TOILETTE INTIME AU PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE

TOILETTE INTIME AU PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE TOILETTE INTIME AU PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE FICHE TECHNIQUE DE SOINS Définition But Indication Soin de confort et de protection pour maintenir

Plus en détail

Intérêts : épidémiologiques

Intérêts : épidémiologiques Intérêts : épidémiologiques Pas fréquent mais incidence augmente Données peu fiables Sous évaluation certaine En 2010 : Fréquence estimée : o 328 cas / 100 000 h o 10% d augmentation par an 2 Intérêts

Plus en détail

Gestion de la gale en établissement de santé et en EHPAD. Laurence Verneuil

Gestion de la gale en établissement de santé et en EHPAD. Laurence Verneuil Gestion de la gale en établissement de santé et en EHPAD Laurence Verneuil Épidémiologie Clinique Diagnostic Gale commune Gale profuse Prise en charge En fonction de la structure touchée et de la forme

Plus en détail

Débriefing sur la chambre des erreurs. Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus

Débriefing sur la chambre des erreurs. Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus Débriefing sur la chambre des erreurs Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus Cet atelier a été préparé par un groupe d hygiénistes de la région

Plus en détail

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015 MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DU LINGE EN EMS Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS Vendredi 27 mars 2015 CONTEXTE Vieillissement de la population, Augmentation du

Plus en détail

Les particularités de l accueil en secteur médico-social

Les particularités de l accueil en secteur médico-social Les particularités de l accueil en secteur médico-social I. Présentation de l établissement II. Cas de Mr A. : résident porteur d une BHRe à l EHPAD III. Comment nous prenons en charge Mr A. L EHPAD Adarpea

Plus en détail

Un point sur le détartrant

Un point sur le détartrant Un point sur le détartrant Pourquoi détartrer? Propreté visuelle Eviter la prolifération dupseudomonasaeruginosa Où et quand détartrer? WC : 1x par semaine.déterminer un jour dans le service Robinetteries

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

Atelier Hygiène du moignon, de la prothèse ; problèmes dermatologiques. Trame d éducation thérapeutique

Atelier Hygiène du moignon, de la prothèse ; problèmes dermatologiques. Trame d éducation thérapeutique Atelier Hygiène du moignon, de la prothèse ; problèmes dermatologiques Trame d éducation thérapeutique L hygiène, pourquoi? Défaut d hygiène = Risques - Plaies - Infections - Ne plus pouvoir marcher L

Plus en détail

Page : 1 / 7. Rédaction Vérification Validation Version 1.2. Date : Sept RRH. Dr France BORGEY Marlène ROBERT Sophie VALLET.

Page : 1 / 7. Rédaction Vérification Validation Version 1.2. Date : Sept RRH. Dr France BORGEY Marlène ROBERT Sophie VALLET. ARLIN - Basse-Normandie Procédures Page : 1 / 7 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source. PROTOCOLES Objet Décrire les différentes

Plus en détail