Identito-vigilance : Constats, plan d actions et perspectives. CHU de Nantes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Identito-vigilance : Constats, plan d actions et perspectives. CHU de Nantes"

Transcription

1 Identito-vigilance : Constats, plan d actions et perspectives CHU de Nantes Dr. Nathalie SURER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1

2 CONTEXTE DE LA DÉMARCHE INSTITUTIONNELLE Pas de réglementation mais priorité OMS Loi HPST et l INS L HAS et les Pratiques Exigibles Prioritaires de la Certification V2010 Survenue d un presqu accident (janvier 2008) Création d un plan d amélioration de la qualité : structuration de l identitovigilance, déploiement des bracelets, formation et communication CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 2

3 CONSTATS CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 3

4 «PRESQUE ACCIDENT» OU ÉVÈNEMENT PORTEUR DE RISQUE (1) Un jeudi du mois de février 2008 Mr B, hospitalisé depuis le dimanche précédent dans un service de chirurgie, arrive au bloc à 8h L équipe paramédicale vérifie, à son arrivée, la concordance des données d identité de Mr B présentes sur le bracelet d identification et sur le programme opératoire tout concorde (nom, prénom, date de naissance et IPP) A son arrivée en salle, avant l induction, l anesthésiste vérifie la concordance des éléments d identité du dossier d anesthésie et des examens complémentaires (nom, prénom et date de naissance) : tout concorde. Il ouvre le logiciel d anesthésie avec l IPP du patient figurant sur l un des documents. CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 4

5 «PRESQUE ACCIDENT» OU ÉVÉNEMENT PORTEUR DE RISQUE (2) Anesthésie générale, installation en décubitus ventral et incision Vers 10 h, en prévision d une éventuelle transfusion sanguine, l anesthésiste consulte les éléments cliniques du patient sur le logiciel hémoserveur. Rien ne figure dans ce logiciel sur Mr B alors que groupe sanguin et RAI ont été prélevés au cours de l hospitalisation. Doute sur l identité du patient, interruption de la chirurgie pendant 45 minutes, le temps de lever le doute sur l identité et de réaliser à nouveau les prélèvements sanguins du patient Homonyme complet CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 5

6 EXEMPLES D ÉVÉNEMENTS DÉCLARÉS AU CHU Ponction pleurale inappropriée et blanche Erreur d identification de la radiographie d un autre patient Patiente se présente pour une chirurgie ambulatoire, inattendue (opérée) Programmation d une autre patiente, nom proche vue en consultation le même jour avec le même chirurgien Patiente convoquée pour une chirurgie, elle n en avait jamais entendu parler Erreur lors de l étiquetage des dossiers avec les grandes étiquettes : patientes habitant dans le même immeuble et nées la même année Patient amené en ambulance sur un autre site pour un examen complémentaire : non prévu Pas de vérification de l identité du patient par les ambulanciers avant le transfert Accidents transfusionnels Erreurs d administration de chimiothérapie CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 6

7 ORGANISATION DE L IDENTITOVIGILANCE AU SEIN DU CHU Cellule administrative 0,3 ETP Fusion papier à minima Méconnaissance des procédures par les professionnels des services de soins et médicotechniques Augmentation des logiciels métiers, non systématiquement interconnectés CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 7

8 APPRÉCIATION DES RISQUES Mauvaise identité Informations erronées Soins inadaptés Mélange de données d un patient à un autre Dispersion de données CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 8

9 APPRÉCIATION DES CONSÉQUENCES Pour les patients Erreurs diagnostiques Erreurs thérapeutiques Perte d informations Perte de confiance Préjudices Pour les professionnels Erreurs professionnelles Crédibilité, confiance Perte d efficience Préjudices et dédommagements Facturation Image CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 9

10 RECOMMANDATION HAS Référence 15 a du manuel de certification «Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge» Cotation C pour toutes les filières Plan d actions CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 10

11 PLAN D ACTIONS CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 11

12 STRUCTURATION DE LA DÉMARCHE QUALITÉ D IDENTITOVIGILANCE Création d une mission d identitovigilance animée par un représentant de la commission médicale d établissement rôle stratégique Création d une cellule d identitovigilance sous la responsabilité d un médecin du Service d Information Médicale rôle opérationnel CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 12

13 MISSION D IDENTITOVIGILANCE Composition : Pluriprofessionnelle : personnel médical, soignant, admissions, secrétaire, archives, facturation, service informatique, service d information médicale Missions Définition de la politique et de la stratégie Validation des procédures Développement de la formation Communication et sensibilisation Retours d expériences RMM CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 13

14 CELLULE D IDENTITOVIGILANCE Composition : Constituée de 2 ETP Missions Gestion de la base informatique (doublons et collisions) Fusion des dossiers papiers Formation et communication Mise en place d indicateurs Évaluation, analyse (dysfonctionnements, risques) Secrétariat de la mission d identitovigilance CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 14

15 ACTIONS RÉALISÉES Procédure «Identification du patient» Mode opératoire «Règles de saisie des traits d identité des patients dans clinicom» Mode opératoire «Gestion des homonymies» Audits internes Mode opératoire «identification des patients par bracelets» Base informatique : indicateurs sur les doublons, les fusions Identification de correspondants par pôle Plan de formation, Communication, sensibilisation du personnel et du public kit identito-vigilance Affiche Intranet et Internet Laboratoires extérieurs CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 15

16 ACTEURS CONCERNÉS Toutes les personnes intervenant à tout moment dans la prise en charge du patient ou des documents le concernant Admissions, secrétaires Personnel soignant Personnel médical Étudiants Service information médicale Facturation Brancardage Archives CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 16

17 DÉPLOIEMENT DES BRACELETS D IDENTIFICATION Déjà utilisés depuis 2006 (premier avis du GNEDS) Évaluation dans services pilotes Deuxième avis du GNEDS (2010) Appel d offre juin 2011 Extension à tout le court séjour : 19 septembre 2011 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 17

18 FORMATION - COMMUNICATION Instances : CSIRMT, CME GNEDS Livret d accueil des patients Conseils de pôle, Service brancardage, ambulanciers Correspondants de pôle Affiches service, halls d entrée, encarts sur écrans de télévision Intranet, site web CHU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 18

19 PERSPECTIVES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 19

20 AUDIT INTERNE Évaluer les pratiques d identification des patients lors de leur admission au CHU par les admissionnistes Auto évaluation des pratiques un jour donné Évaluer les pratiques d identification des patients à toutes les étapes de sa prise en charge au CHU Auto évaluation des pratiques un jour donné Évaluation de la traçabilité IPAQSS interne par service sur un nombre de dossiers définis par an (critère spécifique pour cette identification par bracelet) Évaluation de la check-list au bloc opératoire CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 20

21 FORMATION DU PERSONNEL Formation des correspondants d identitovigilance (Atelier retour d expérience) Formation du personnel à la rigueur et aux bonnes pratiques Introduction systématique de cette notion dans les diverses formation relatives à la prise en charge des patients Accompagnement par la mission pour la réalisation d EPP (RMM) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 21

22 CONCLUSION L identification est un véritable acte de soins Cette vigilance est indispensable pour une sécurisation de la prise en charge du patient tout au long de son parcours de soins Cette démarche qualité est indispensable pour sécuriser le parcours de soins CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 22

23 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 23

L identification du patient. la sécurité en question

L identification du patient. la sécurité en question L identification du patient la sécurité en question INTRODUCTION La sécurisation de l identification du patient est un prérequis incontournable. En effet, les erreurs évitables liées à l identité du patient

Plus en détail

L IDENTITOVIGILANCE AU CENTRE HOSPITALIER DE GRASSE. 29 novembre 2012 Réunion régionale sécurité patient Dominique DESSE & Christine VIDAL

L IDENTITOVIGILANCE AU CENTRE HOSPITALIER DE GRASSE. 29 novembre 2012 Réunion régionale sécurité patient Dominique DESSE & Christine VIDAL L IDENTITOVIGILANCE AU CENTRE HOSPITALIER DE GRASSE 29 novembre 2012 Réunion régionale sécurité patient Dominique DESSE & Christine VIDAL DEFINITION L identitovigilance est le système de L identitovigilance

Plus en détail

Atelier IDENTITOVIGILANCE. Monique Lathelize Daniel Saquet. Limoges, AFGRIS Monaco, AFGRIS. 5 ème Congrès octobre 2006 St Denis

Atelier IDENTITOVIGILANCE. Monique Lathelize Daniel Saquet. Limoges, AFGRIS Monaco, AFGRIS. 5 ème Congrès octobre 2006 St Denis Atelier IDENTITOVIGILANCE Monique Lathelize Daniel Saquet Limoges, AFGRIS Monaco, AFGRIS 1 Atelier IDENTITOVIGILANCE Des pistes pour mettre en œuvre des BP pour : Améliorer le processus d identification

Plus en détail

L identitovigilance et le bracelet d identité : sécurité pour les patients et les soignants

L identitovigilance et le bracelet d identité : sécurité pour les patients et les soignants L identitovigilance et le bracelet d identité : sécurité pour les patients et les soignants Dr Dominique Baudrin Coordonnateur de la CCREVI de Midi-Pyrénées LA MISE EN OEUVRE DE L IDENTITOVIGILANCE Un

Plus en détail

Identitovigilance. Formation présentielle. Organiser le processus et faire vivre votre système. Réf. DR06 PROGRAMME DPC. Formation

Identitovigilance. Formation présentielle. Organiser le processus et faire vivre votre système. Réf. DR06 PROGRAMME DPC. Formation Identitovigilance Organiser le processus et faire vivre votre système Formation présentielle Formation 2 jours - 14 h 1 745.00 HT Réf. DR06 Petit-déjeuner d accueil et repas du midi offerts PROGRAMME DPC

Plus en détail

Identité et Groupage

Identité et Groupage Identité et Groupage A propos d un cas Laurence TIMSIT Hémovigilante CH SOISSONS Résumé de l erreur constatée 17h30 à J0 Constat au laboratoire d une discordance de groupe sanguin entre première et deuxième

Plus en détail

Présentation d une EPP CH Sud Gironde

Présentation d une EPP CH Sud Gironde Présentation d une EPP CH Sud Gironde EPP Doublons / Fusions des dossiers patients (DPA) Dr Patricia CAREY Mme Nathalie DELONG Identification du patient Fréquence des erreurs d identité dans les établissements

Plus en détail

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015.

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015. Dr PERRON Stéphanie Praticien en Hygiène Hospitalière CH SAUMUR (49) & Mme ABLAIN, Cadre de santé, service Gynécologie-Obstétrique Mme AMBLARD, Cadre Supérieur de Santé, service Gynécologie-Obstétrique

Plus en détail

LES RISQUES LIES AUX DONNEES DU PATIENT : L IDENTITOVIGILANCE

LES RISQUES LIES AUX DONNEES DU PATIENT : L IDENTITOVIGILANCE LES RISQUES LIES AUX DONNEES DU PATIENT : L IDENTITOVIGILANCE Hopitech 2016 Dr P. Oriol L IDENTITOVIGILANCE : POURQUOI S Y INTERESSER? L IDENTITOVIGILANCE N est pas une vigilance réglementaire, mais L

Plus en détail

Mettre en œuvre le retour d expérience dans nos établissements : 3 initiatives

Mettre en œuvre le retour d expérience dans nos établissements : 3 initiatives Mettre en œuvre le retour d expérience dans nos établissements : 3 initiatives HIA Brest v CH Dinan v CHU Rennes JOURNEE REGIONALE Retour d expérience Vendredi 23 janvier 2015 La politique et l engagement

Plus en détail

Réseau Qualité Picard

Réseau Qualité Picard Réseau Qualité Picard Démarche Gestion des risques 22 juin 2016 SOMMAIRE Les missions de la DGRQC DGRQC : Service certifié Liaisons fonctionnelles Instances d appui Culture des risques Formations Communication

Plus en détail

Le rôle du cadre de santé dans l EPP

Le rôle du cadre de santé dans l EPP Le rôle du cadre de santé dans l EPP Adeline Krikilion, Cadre de santé Service des Brûlés Annie Couton, Cadre supérieure de Santé Nicolas Pruvot, Directeur des soins Groupement hospitalier Cochin-Hôtel

Plus en détail

Retour d expérience de l hémovigilance sur l identitovigilance. Docteur Jean-Jacques CABAUD Coordination Régionale Hémovigilance

Retour d expérience de l hémovigilance sur l identitovigilance. Docteur Jean-Jacques CABAUD Coordination Régionale Hémovigilance Retour d expérience de l hémovigilance sur l identitovigilance Docteur Jean-Jacques CABAUD Coordination Régionale Hémovigilance La maîtrise de l identification l du patient est un facteur clé de la sécurité

Plus en détail

L identitovigilance dans le processus transfusionnel

L identitovigilance dans le processus transfusionnel L identitovigilance dans le processus transfusionnel Dr Marie-France ANGELINI TIBERT Coordonnateur régional d hémovigilance Réunion - Mayotte Glossaire des sigles utilisés EI : Évènement Indésirable EIR

Plus en détail

Liste de nos formations

Liste de nos formations Secteurs Sanitaire - Médico Social - Aide à la personne Secteurs Environnement et santé Liste de nos formations Réalisables en inter établissements ou en intra et à distance. 2017 Equipe pluridisciplinaire

Plus en détail

Identifier les maillons faibles de la chaine transfusionnelle

Identifier les maillons faibles de la chaine transfusionnelle Identifier les maillons faibles de la chaine transfusionnelle Dr. Bernard Lassale Correspondant d Hémovigilance AP-HM ACNBH ODPC N 1495 42 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Strasbourg,

Plus en détail

Centre Hospitalier DAX Côte d Argent

Centre Hospitalier DAX Côte d Argent Centre Hospitalier DAX Côte d Argent Hémovigilance et Identitovigilance Dr JM DUPIN Dr K BEATA P TONDEUR Groupe sanguin et identité Illustration de la nécessité de contrôles multiples de sécurité : 2 prélèvements

Plus en détail

CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPERATOIRE» Martine Micallef IRUS blocs opératoires/ HUG

CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPERATOIRE» Martine Micallef IRUS blocs opératoires/ HUG CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPERATOIRE» Martine Micallef IRUS blocs opératoires/ HUG Outil : Ø Support «papier» comprenant les standards de sécurité à vérifier. Ø Doit être évolutif et adapté

Plus en détail

La sécurité de l identité du patient dans la certification V 2014

La sécurité de l identité du patient dans la certification V 2014 La sécurité de l identité du patient dans la certification V 2014 Mardi 3 novembre 2015 Journée interrégionale sur la qualité et la sécurité des soins en établissement de santé REQUA SRA Bourgogne L identification

Plus en détail

Journée Régionale REQUAMIP. 21 mai Toulouse

Journée Régionale REQUAMIP. 21 mai Toulouse Journée Régionale REQUAMIP 21 mai 2010 Toulouse L identitovigilance Pratique Exigible Prioritaire - Critères 15.a Retour d expérience de la Clinique Château de Seysses Visite de certification V2010 du

Plus en détail

Certification V2014. Le patient traceur. «Le patient au cœur de la méthode» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

Certification V2014. Le patient traceur. «Le patient au cœur de la méthode» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Certification V2014 Le patient traceur «Le patient au cœur de la» 17/02/2015 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Enjeux Une nouvelle approche pour l'amélioration de la qualité des soins (qualité, sécurité,

Plus en détail

CHECK LIST SECURITE DU PATIENT. Maryline Trevert

CHECK LIST SECURITE DU PATIENT. Maryline Trevert CHECK LIST SECURITE DU PATIENT Maryline Trevert Ou anticiper l inacceptable DEFINITION / ORIGINE DEFINITION Outil de contrôles prioritaires avant, pendant et après toute intervention, utilisé par les

Plus en détail

LA CHECK LIST PERI OPERATOIRE

LA CHECK LIST PERI OPERATOIRE LA CHECK LIST PERI OPERATOIRE UN ENJEU DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS 1 SOMMAIRE Historique Objectifs Bénéfices attendus L expérience du CHIC L engagement du cadre Conclusion 2 HISTORIQUE (1) Janv

Plus en détail

L IDENTITOVIGILANCE. Qualité et continuité des soins Sécurité des échanges Facturation. Centre Hospitalier de Bigorre Tarbes - Vic-en-Bigorre

L IDENTITOVIGILANCE. Qualité et continuité des soins Sécurité des échanges Facturation. Centre Hospitalier de Bigorre Tarbes - Vic-en-Bigorre Centre Hospitalier de Bigorre Tarbes - Vic-en-Bigorre de Lourdes H H H H H Qualité et continuité des soins Sécurité des échanges Facturation L IDENTITOVIGILANCE Introduction L identitovigilance Chapitre

Plus en détail

DPC : Les programmes d analyse des pratiques et Base AP²

DPC : Les programmes d analyse des pratiques et Base AP² CME Mardi 12 Mars 2013 DPC : Les programmes d analyse des pratiques et Base AP² Dr Nicole PERIER Caroline BIZET Qualité EPP Certification Programme de DPC (décret du 30.12.11) Le professionnel de santé

Plus en détail

CHARTE IDENTITOVIGILANCE

CHARTE IDENTITOVIGILANCE Cellule Normes et Qualité CHARTE IDENTITOVIGILANCE TRAME COMMUNE IQ 2014 contenu 3.2.3 : Sécurité patient module 3.2.3.1 : Identitovigilance C:\Users\egurgul\Documents\Charte commune_vf copy.docx SOMMAIRE

Plus en détail

REX V2014 : Abdé BOUDILMI Vincent SIMON. 21 janvier 2016

REX V2014 : Abdé BOUDILMI Vincent SIMON. 21 janvier 2016 REX V2014 : Abdé BOUDILMI Vincent SIMON 21 janvier 2016 V2010 / V2014 - Conservation du manuel de certification V2010 2 - Consolidation d un fort niveau de maîtrise des PEP - L autoévaluation n est plus

Plus en détail

Comment identifier les patients inconnus: principe de l identité provisoire. Retour d expérience Centre Hospitalier de Soissons

Comment identifier les patients inconnus: principe de l identité provisoire. Retour d expérience Centre Hospitalier de Soissons Comment identifier les patients inconnus: principe de l identité provisoire. Retour d expérience Centre Hospitalier de Soissons Suite à la récurrence de la non-identification du patient lors d une urgence

Plus en détail

Place des Evaluations des Pratiques. Professionnelles dans la préparation à la certification. Le CHU de Bordeaux.

Place des Evaluations des Pratiques. Professionnelles dans la préparation à la certification. Le CHU de Bordeaux. Place des Evaluations des Pratiques Le CHU de Bordeaux Professionnelles dans la préparation à la certification www.chu-bordeaux.fr CHU de Bordeaux 4 è Centre Hospitalier Universitaire Français 1 er employeur

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE SOISSONS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE SOISSONS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE SOISSONS 46 Avenue du Général de Gaulle 02209 SOISSONS FÉVRIER 2013 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP. 17 rue de l Armor BP GUINGAMP

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP. 17 rue de l Armor BP GUINGAMP ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP 17 rue de l Armor BP 10548 22205 GUINGAMP Avril 2009 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Rapprochement du programme hôpital numérique et de la certification des établissements de santé

Rapprochement du programme hôpital numérique et de la certification des établissements de santé Rapprochement du programme hôpital numérique et de la certification des établissements de santé François Bérard, chef du service certification des établissements de santé, Haute Autorité de Santé Michelle

Plus en détail

Dossier du patient. Certification des établissements de santé. Guide thématique des experts-visiteurs. Septembre Mettre en œuvre.

Dossier du patient. Certification des établissements de santé. Guide thématique des experts-visiteurs. Septembre Mettre en œuvre. Certification des établissements de santé Guide thématique des experts-visiteurs Dossier du patient Septembre 2014 Avertissement Caractérisation générale Planifier Définition de la politique Organisation

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER NATIONAL D OPHTALMOLOGIE DES QUINZE-VINGTS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER NATIONAL D OPHTALMOLOGIE DES QUINZE-VINGTS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER NATIONAL D OPHTALMOLOGIE DES QUINZE-VINGTS 28 rue de Charenton 75571 PARIS Cedex 12 Mai 2009 PARTIE 1

Plus en détail

Gestion des Risques L évaluation et l analyse des risques Formation Etudiant IDE 2ème année IFSI Carcassonne

Gestion des Risques L évaluation et l analyse des risques Formation Etudiant IDE 2ème année IFSI Carcassonne Gestion des Risques L évaluation et l analyse des risques Formation Etudiant IDE 2ème année IFSI Carcassonne Cindy DIOT Ingénieur Coordonnateur des Risques Cellule Qualité & Gestion des Risques Comment

Plus en détail

Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) COLMAR

Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) COLMAR Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) 68003 COLMAR Plan Présentation du Groupe Hospitalier du Centre Alsace Contexte et objectifs

Plus en détail

Ref. Création le : 13/12/2011 MAJ : le 02/05/2013 Rédacteur : Validation par le service : Validation par la cellule qualité : Version n 05

Ref. Création le : 13/12/2011 MAJ : le 02/05/2013 Rédacteur : Validation par le service : Validation par la cellule qualité : Version n 05 CH FICHE de POSTE Coordonnateur de gestion des risques associés aux soins Ref. Création le : 13/12/2011 MAJ : le 02/05/2013 Rédacteur : Validation par le service : Validation par la cellule qualité : Version

Plus en détail

Coordonnateur de la gestion des risques associes aux soins - ROLE ET MISSIONS Comment s approprier les missions de

Coordonnateur de la gestion des risques associes aux soins - ROLE ET MISSIONS Comment s approprier les missions de 4èmes Rencontres du Réseau Qualité-Risques Picardie 22 juin 2016 Coordonnateur de la gestion des risques associes aux soins - ROLE ET MISSIONS Comment s approprier les missions de coordonnateur? Dr Laurence

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE DU PONT DU GARD

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE DU PONT DU GARD ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE DU PONT DU GARD Lafoux les Bains 30210 Remoulins MAI 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

CAS PRATIQUES : ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM

CAS PRATIQUES : ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM CAS PRATIQUES : ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM V ème journée de transfusion pratique - Institut Montsouris - 06 octobre 2011 Prélèvement pour groupage sanguin Présenté par le Dr. Anne DAMAIS-CEPITELLI

Plus en détail

Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques Centre Hospitalier de Dieppe. «Rencontre des métiers de la Santé» Mai 2011 Strasbourg

Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques Centre Hospitalier de Dieppe. «Rencontre des métiers de la Santé» Mai 2011 Strasbourg Coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins, missionné auprès du président de la CME, un an avant le décret. «C est possible et ça fonctionne!» Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques

Plus en détail

Retour d expérience : Préparation de la visite de certification au CH de Saumur

Retour d expérience : Préparation de la visite de certification au CH de Saumur Retour d expérience : Préparation de la visite de certification au CH de Saumur Pierre BECQUE Directeur Adjoint Élisabeth ROCOUR Chef de Pole Médecine Urgences 1/26 22 avril 2016 Contexte du CH de Saumur

Plus en détail

Circuit du médicament : résultats de la certification des établissements de santé version 2:2007

Circuit du médicament : résultats de la certification des établissements de santé version 2:2007 Circuit du médicament : résultats de la certification des établissements de santé version 2:2007 N. Abdelmoumène Ministère de la santé et des sports, DHOS, bureau E2 Réunion du 30 octobre 2009 Actualité

Plus en détail

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité 1 Contexte : Certification V2014 Objectifs de la 4 ème itération de la certification V2014

Plus en détail

Mise en place du DPC des professionnels de santé

Mise en place du DPC des professionnels de santé Mise en place du DPC des professionnels de santé CME 13 novembre 2012 Pr Daniel SERENI Pdt du Comité d Orientation de Formation Médicale Continue Dr Chef du Dpt du DPC Médical Dr Nicole PERIER DPM Qualité

Plus en détail

SIGNALEMENT, TRAITEMENT ET ANALYSE D UN EVENEMENT INDESIRABLE LIE A L ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS

SIGNALEMENT, TRAITEMENT ET ANALYSE D UN EVENEMENT INDESIRABLE LIE A L ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS Référence : PR/PHAR/ 008- A Page : Page 1 sur 8 Objet : Cette procédure a pour objet de définir les modalités de signalement, d enregistrement et de traitement d un événement indésirable lié à l administration

Plus en détail

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé Colloques de l IUMSP, Lausanne Nathalie Thilly 28 Avril 2015 Université de Lorraine (EA 4360 Apemac) et CHU de Nancy, France 1 CONTEXTE

Plus en détail

28 Juin RECUEIL d identité. Le SIH de l établissement a absolument besoin :

28 Juin RECUEIL d identité. Le SIH de l établissement a absolument besoin : GUI\DS/012/A 06-2010 28 Juin 2010 RECUEIL d identité Le SIH de l établissement a absolument besoin : du Nom de naissance Du Nom marital Du Prénom De la date de naissance (DDN) Du sexe C est la carte d

Plus en détail

La démarche de certification V2010. Les attendus de la HAS concernant 3 PEP Pratiques exigibles prioritaires

La démarche de certification V2010. Les attendus de la HAS concernant 3 PEP Pratiques exigibles prioritaires La démarche de certification V2010 Les attendus de la HAS concernant 3 PEP Pratiques exigibles prioritaires Le périmètre d investigation des experts visiteurs Dr Philippe Cormier 1 E1 Prévoir E2 Mettre

Plus en détail

Revue de morbidité mortalité et gestion des risques

Revue de morbidité mortalité et gestion des risques L EPP : la mise en place de la RMM dans un Centre Régional de Lutte Contre le Cancer (CRLCC). Son articulation avec la certification dans sa version 2010 et avec la gestion des évènements indésirables

Plus en détail

Les autres thématiques. Journée technique AUDIPOG 21 mars 2016 Véronique Tessier (Paris)

Les autres thématiques. Journée technique AUDIPOG 21 mars 2016 Véronique Tessier (Paris) + Les autres thématiques Journée technique AUDIPOG 21 mars 2016 Véronique Tessier (Paris) + Pourquoi parler des autres thématiques? Les EV investiguent sur les thématiques au périmètre dans tous les secteurs

Plus en détail

de la Certification à la Valorisation de la Démarche Qualité

de la Certification à la Valorisation de la Démarche Qualité de la Certification à la Valorisation de la Démarche Qualité IFSI 2, 3 et 4 avril 2013 Maika BERROUET Ingénieur- Chef de projets CCECQA «N'est-il pas étrange de nous voir défendre plus farouchement nos

Plus en détail

«CONTRAT DE BON SEJOUR» Clinique Esquirol Saint Hilaire Calabet Mme / M

«CONTRAT DE BON SEJOUR» Clinique Esquirol Saint Hilaire Calabet Mme / M «CONTRAT DE BON SEJOUR» Clinique Esquirol Saint Hilaire Calabet Mme / M Madame, Monsieur, Vous (ou votre enfant) allez être hospitalisé(e) dans notre établissement le / /. o Nos équipes ont pour objectif

Plus en détail

Projet Usagers, Risques et Qualité

Projet Usagers, Risques et Qualité Projet Usagers, Risques et Qualité 1 Objectif du projet Usagers, Risques et Qualité Définir les axes stratégiques à conduire dans les 5 ans à venir, concernant les usagers, la démarche qualité, la gestion

Plus en détail

Le projet de soins. U.E. 3.2 S2 : Projet de soins infirmiers

Le projet de soins. U.E. 3.2 S2 : Projet de soins infirmiers Groupe Hospitalier Universitaire Le projet de soins U.E. 3.2 S2 : Projet de soins infirmiers A. Marie Ané, cadre supérieur de santé, Direction des soins Groupe Hospitalier Universitaire La Pitié Salpêtrière

Plus en détail

CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPÉRATOIRE» RETOUR D EXPÉRIENCE DE SON UTILISATION À LA CLINIQUE BÉNIGNE JOLY

CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPÉRATOIRE» RETOUR D EXPÉRIENCE DE SON UTILISATION À LA CLINIQUE BÉNIGNE JOLY CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPÉRATOIRE» RETOUR D EXPÉRIENCE DE SON UTILISATION À LA CLINIQUE BÉNIGNE JOLY METHODOLOGIE UTILISEE ANALYSE CRITIQUE de la CHECK-LIST OPINION des UTILISATEURS BILAN

Plus en détail

BILAN DES EXPERTS-VISITEURS

BILAN DES EXPERTS-VISITEURS BILAN DES EXPERTS-VISITEURS AUCUN ECART: Droit du patient Parcours patient Urgences et soins non programmés Risque infectieux BILAN DES EXPERTS-VISITEURS ECARTS: Secteur naissance: Pas d identification

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance de l offre de soins Bureau de la qualité et de la sécurité des soins SANTÉ

Plus en détail

Contenu du MAQ de la salle de naissance

Contenu du MAQ de la salle de naissance Contenu du MAQ de la salle de naissance G. Hatem Montpellier 07/12/2016 2014: Secteur de naissance = secteur à risque d où l intérêt d un MAQ Contenu du MAQ: Laissé à l appréciation des acteurs Contenu

Plus en détail

Identité et Sécurité des patients. La politique nationale sur la

Identité et Sécurité des patients. La politique nationale sur la Identité et Sécurité des patients La politique nationale sur la sécurité de l identité Dr Muriel Eliaszewicz Bureau Qualité et Sécurité des Soins Direction Générale de l Offre de Soins Identité et Sécurité

Plus en détail

Management de la qualité au CHU de Poitiers par le Compte Qualité

Management de la qualité au CHU de Poitiers par le Compte Qualité Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers Management de la qualité au CHU de Poitiers par le Compte Qualité Retour d expérience Céline BICHE Directeur, Direction Qualité, relations avec les Usagers

Plus en détail

PRESENTATION PROJET AMELIORATION de la FACTURATION. Commission Activité Ressources

PRESENTATION PROJET AMELIORATION de la FACTURATION. Commission Activité Ressources PRESENTATION PROJET AMELIORATION de la FACTURATION Commission Activité Ressources 05 février f 2013 Plan de la présentation I. Des problèmes récurrents de valorisation de l activité II. Les travaux du

Plus en détail

IPAQSS 2016 sur Dossiers 2015

IPAQSS 2016 sur Dossiers 2015 Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins (IPAQSS) L objectif de performance attendu pour chacun des indicateurs et critères est fixé à 80% Résultats IPAQSS - MCO IPAQSS

Plus en détail

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE LIVRET D ACCUEIL Madame, Monsieur, Ce livret contient des informations destinées

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER PRIVÉ DU MONTGARDÉ ET DU CENTRE DE CONVALESCENCE D AUBERGENVILLE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER PRIVÉ DU MONTGARDÉ ET DU CENTRE DE CONVALESCENCE D AUBERGENVILLE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER PRIVÉ DU MONTGARDÉ ET DU CENTRE DE CONVALESCENCE D AUBERGENVILLE 32, rue Montgardé 78410 AUBERGENVILLE Avril 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Mission sur les erreurs transfusionnelles

Mission sur les erreurs transfusionnelles Mission sur les erreurs transfusionnelles Les faits : 1. Les erreurs transfusionnelles à l AP-HP augmentent tous les ans 2. Il existe déjà 1 réseau d hémovigilants, 1 enseignement aux IDEs et 1 Comité

Plus en détail

La rencontre avec les pilotes 21 mars Journée technique AUDIPOG. Mme Véronique Tessier (Paris)

La rencontre avec les pilotes 21 mars Journée technique AUDIPOG. Mme Véronique Tessier (Paris) La rencontre avec les pilotes 21 mars 2016 - Journée technique AUDIPOG Mme Véronique Tessier (Paris) La rencontre des pilotes pour l Expert Visiteur Objectifs Modalités Préparation de la visite Consultation

Plus en détail

Le risque lié aux erreurs d identité patients : Retours d expériences

Le risque lié aux erreurs d identité patients : Retours d expériences Le risque lié aux erreurs d identité patients : Retours d expériences Club Qualité Santé Ile de France 26 septembre 2007 Le Risque identitaire : contexte général Une EPP menée sur le risque identitaire

Plus en détail

Identitovigilance. «Le bon soin pour le bon patient» C. Saglietto CSS IADE Cellule identitovigilance CHU de NICE

Identitovigilance. «Le bon soin pour le bon patient» C. Saglietto CSS IADE Cellule identitovigilance CHU de NICE Identitovigilance «Le bon soin pour le bon patient» C. Saglietto CSS IADE Cellule identitovigilance CHU de NICE 1 Pourquoi parler d identitovigilance? Les objectifs Sensibilisation aux différents enjeux

Plus en détail

DPC DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU

DPC DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU Journée d enseignement de l ALIADE DPC DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU Samedi 11 octobre 2014 Limoges Sylvie LE ROUGE, CSS - Responsable qualité / gestion des risques - GHNV 2 Qu est-ce que le DPC?

Plus en détail

POLITIQUE QUALITE / SECURITE DES SOINS VERSION /2016

POLITIQUE QUALITE / SECURITE DES SOINS VERSION /2016 POLITIQUE QUALITE / SECURITE DES SOINS VERSION 3 2012/2016 Politique élaborée puis validée par la commission qualité sécurité des soins (Q2S) le 31 mai 2012, validée par le COPIL le 12 juin 2012 validée

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 HÔPITAL MARITIME DE ZUYDCOOTE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 HÔPITAL MARITIME DE ZUYDCOOTE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 HÔPITAL MARITIME DE ZUYDCOOTE Boulevard Vancauwenberghe 59123 Zuydcoote FÉVRIER 2013 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

Conséquences d un défaut d étiquetage des tubes au service d accueil des urgences de Charleville-Mézières

Conséquences d un défaut d étiquetage des tubes au service d accueil des urgences de Charleville-Mézières Conséquences d un défaut d étiquetage des tubes au service d accueil des urgences de Charleville-Mézières 1 Enquête réalisée suite à la découverte d une discordance entre G1et G2 chez Mr B le 2 janvier

Plus en détail

Réanimation et Unité de Surveillance Continue (RUSC) Règlement Intérieur

Réanimation et Unité de Surveillance Continue (RUSC) Règlement Intérieur Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes Groupe Hospitalo-Universitaire Caremeau Place du Professeur Robert Debré 30029 NIMES Cedex 9 Réanimation et Unité de Surveillance Continue (RUSC) Règlement Intérieur

Plus en détail

Certification HAS V2014 Approche processus et patient-traceur HOPITECH- 6 octobre 2016 Pierre-Joël TACHOIRES Ingénieur, Adjoint du Directeur Qualité

Certification HAS V2014 Approche processus et patient-traceur HOPITECH- 6 octobre 2016 Pierre-Joël TACHOIRES Ingénieur, Adjoint du Directeur Qualité Certification HAS V2014 Approche processus et patient-traceur HOPITECH- 6 octobre 2016 Pierre-Joël TACHOIRES Ingénieur, Adjoint du Directeur Qualité Modalités Certification V2014 Qu est-ce qui change?

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À LA VISITE DE SUIVI) CLINIQUE CENTRE MÉDICO-SOCIAL. 64, rue du Docteur Joseph-Pitat BASSE-TERRE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À LA VISITE DE SUIVI) CLINIQUE CENTRE MÉDICO-SOCIAL. 64, rue du Docteur Joseph-Pitat BASSE-TERRE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À LA VISITE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE CENTRE MÉDICO-SOCIAL 64, rue du Docteur Joseph-Pitat 97100 BASSE-TERRE MAI 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

PAR ANAT. Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur sanitaire BLOC OBSTÉTRICAL SCÉNARIO CONSULTATION IDENTITO-VIGILANCE

PAR ANAT. Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur sanitaire BLOC OBSTÉTRICAL SCÉNARIO CONSULTATION IDENTITO-VIGILANCE IDENTITO-VIGILANCE SCÉNARIO CONSULTATION SUIVI QUALITÉ GESTION DES IDENTITÉS SCÉNARIO ADMISSION PAR EXAMENS TRANSPORT RECOMMANDATIONS Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur

Plus en détail

Certification v2014 CH Paray-le-Monial et Charolles

Certification v2014 CH Paray-le-Monial et Charolles Certification v2014 CH Paray-le-Monial et Charolles Pilotage de la démarche et préparation du Compte Qualité Karine Alaimo, secrétaire qualité Isabelle Créteur, responsable qualité Céline Morel, directeur

Plus en détail

Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins

Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins Ministère de la santé et des sports Sous-direction de l organisation du système de soins Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins 5 juin 2009 Prémices de l hôpital de jour gériatrique

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS 2, RUE CHARLES SIMON BP 413 51308 VITRY-LE-FRANÇOIS CEDEX OCTOBRE 2009 PARTIE 1 Nom

Plus en détail

Points-clés et Solutions. Anesthésistes-réanimateurs et Chirurgiens : Mieux travailler en équipe. Pr P- M. Mertes (AR) et Pr A. Deleuze (chirurgien)

Points-clés et Solutions. Anesthésistes-réanimateurs et Chirurgiens : Mieux travailler en équipe. Pr P- M. Mertes (AR) et Pr A. Deleuze (chirurgien) Points-clés et Solutions Anesthésistes-réanimateurs et Chirurgiens : Mieux travailler en équipe. Pr P- M. Mertes (AR) et Pr A. Deleuze (chirurgien) DÉCLARATION DE LIEN D INTÉRÊT PM Mertes : Président du

Plus en détail

Retour d expérience N 1

Retour d expérience N 1 Retour d expérience N 1 Etablissement CH de Laon Intervenant(s) Anne-Sophie TRIFFAUX : Cadre de santé infirmière, Service d accueil et d urgences Thème Retour d expérience sur la démarche de mise en place

Plus en détail

la lutte contre les infections nosocomiales au Maroc (stratégie nationale) Dr Hamama Samir SMHH

la lutte contre les infections nosocomiales au Maroc (stratégie nationale) Dr Hamama Samir SMHH la lutte contre les infections nosocomiales au Maroc (stratégie nationale) Dr Hamama Samir SMHH LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU MAROC Fin des années 80 essentiellement gestion des déchets Les

Plus en détail

Les compétences attendues du directeur des soins et les missions qui lui sont dévolues

Les compétences attendues du directeur des soins et les missions qui lui sont dévolues Les compétences attendues du directeur des soins et les missions qui lui sont dévolues Françoise Zantman Directrice de la Direction des soins et des activités paramédicales de Assistance Publique Hôpitaux

Plus en détail

Analyse des questionnaires

Analyse des questionnaires SECURITE DES PATIENTS GESTION DES RISQUES LIÉES AUX SOINS EN «SÉCURITÉ ANESTHÉSIQUE - BLOC OPÉRATOIRE» Analyse des questionnaires Languedoc Roussillon CONTEXTE DE LA MISSION Dans le cadre de la déclinaison

Plus en détail

Le DPC v2, outil de la qualité et de la sécurité des soins?

Le DPC v2, outil de la qualité et de la sécurité des soins? Le DPC v2, outil de la qualité et de la sécurité des soins? Dr Sylvia Benzaken Vice Présidente CME CHU Nice Pr Patrice François, CHU Grenoble IQSS 24 Juin 2016 SB " DPC et Q et S soins" 1 Les épisodes

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE FRANÇOIS 1 ER. 12 Rue François 1 er Saint-Dizier ET DE LA

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE FRANÇOIS 1 ER. 12 Rue François 1 er Saint-Dizier ET DE LA ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE FRANÇOIS 1 ER 12 Rue François 1 er 52100 Saint-Dizier ET DE LA CLINIQUE DE LA RENAISSANCE 41 43 Rue du Bac 51300

Plus en détail

Certification V 2007 Évaluation des pratiques professionnelles

Certification V 2007 Évaluation des pratiques professionnelles Certification V 2007 Évaluation des pratiques professionnelles Référence 41a-SSR L analyse des évènements indésirables et la mise en œuvre des actions de prévention et d amélioration correspondantes sont

Plus en détail

Le Compte Qualité. Outil de valorisation et de suivi de votre dispositif de gestion des risques

Le Compte Qualité. Outil de valorisation et de suivi de votre dispositif de gestion des risques Le Compte Qualité Outil de valorisation et de suivi de votre dispositif de gestion des risques 01 V2014 & compte qualité L essentiel de la V2014 Un cycle plus continu et plus synchronisé La mise en place

Plus en détail

RECRUTE UN(E) CADRE DE SANTE INFIRMIER(E) ANESTHESISTE D.E.

RECRUTE UN(E) CADRE DE SANTE INFIRMIER(E) ANESTHESISTE D.E. LE CENTRE HOSPITALIER JACQUES LACARIN RECRUTE UN(E) CADRE DE SANTE INFIRMIER(E) ANESTHESISTE D.E. Renseignement à : Madame Séverine GERIEUX Cadre Supérieur de santé du Pôle Urgences-Anesthésie! 04 70 97

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire à l AP HP Point d étape à l occasion de la 1 ère journée nationale de vidéotransmission à l hôpital Saint Antoine (AP HP)

La chirurgie ambulatoire à l AP HP Point d étape à l occasion de la 1 ère journée nationale de vidéotransmission à l hôpital Saint Antoine (AP HP) Dossier de presse La chirurgie ambulatoire à l AP HP Point d étape à l occasion de la 1 ère journée nationale de vidéotransmission de chirurgie et d anesthésie ambulatoire à l hôpital Saint Antoine (AP

Plus en détail

Comment assurer la continuité des traitements médicamenteux? La mise en place de la conciliation médicamenteuse en service d Orthopédie-Traumatologie

Comment assurer la continuité des traitements médicamenteux? La mise en place de la conciliation médicamenteuse en service d Orthopédie-Traumatologie Comment assurer la continuité des traitements médicamenteux? La mise en place de la conciliation médicamenteuse en service d Orthopédie-Traumatologie Bénédicte GOURIEUX, Pharmacien Thérèse SADORGE, Cadre

Plus en détail

Hôpitaux Pédiatriques de Nice CHU-LENVAL. Chirurgie infantile

Hôpitaux Pédiatriques de Nice CHU-LENVAL. Chirurgie infantile Hôpitaux Pédiatriques de Nice CHU-LENVAL Chirurgie infantile Objet : Parcours patient et modalités de PEC Date : 16/03/09 Lieu : salle de réunion Lenval Ordre du jour : Hospitalisation traditionnelle Participants

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Certification des établissements de santé Guide thématique des experts-visiteurs Prise en charge de la douleur Septembre 2014 Avertissement Caractérisation générale Planifier Définition de la politique

Plus en détail

Accréditation des médecins

Accréditation des médecins Accréditation des médecins Patrick-Georges Yavordios président de la commission accréditation du CFAR cycle ARRES ASSPRO 2013-2014 Definition de l accreditation L'accréditation des médecins ou des équipes

Plus en détail

Centre Hospitalier de MONTAUBAN

Centre Hospitalier de MONTAUBAN Centre Hospitalier de MONTAUBAN Témoignage sur le déploiement de l application @EPP Présentation du 16 janvier 2013 V. VIGUIER Responsable qualité Dr N. LEBRUN Référent qualité/risques et EPP Application

Plus en détail

Département Qualité - 31 août La Check-list Sécurité. des patients au bloc opératoire. comme outil d amélioration de la qualité

Département Qualité - 31 août La Check-list Sécurité. des patients au bloc opératoire. comme outil d amélioration de la qualité Département Qualité - 31 août 2010 La Check-list Sécurité des patients au bloc opératoire comme outil d amélioration de la qualité Ordre du jour 1. La sécurité chirurgicale 2. Les directives de l OMS :

Plus en détail

AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE. Centre Hospitalier de Charleville- Mézières / Unité Hémovigilance

AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE. Centre Hospitalier de Charleville- Mézières / Unité Hémovigilance AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE 1 CADRE LEGISLATIF : 1-1 Exigences liées à l acte transfusionnel 1-2 Exigences professionnelles 1-3 Exigences en matière de qualité 2 METHODOLOGIE RETENUE : L audit

Plus en détail

Identitovigilance et Système d information en psychiatrie DR CLAUDE MARESCAUX

Identitovigilance et Système d information en psychiatrie DR CLAUDE MARESCAUX Identitovigilance et Système d information en psychiatrie DR CLAUDE MARESCAUX M É D E C I N R E S P O N S A B L E D U D I M C E N T R E H O S P I T A L I E R L E V I N A T I E R, B R O N, D É P A R T E

Plus en détail

Hémovigilance. La sécurité et le suivi transfusionnels au quotidien. Dr P.FRESSY, Coordonnateur régional d Hémovigilance Auvergne

Hémovigilance. La sécurité et le suivi transfusionnels au quotidien. Dr P.FRESSY, Coordonnateur régional d Hémovigilance Auvergne DRASS Auvergne Hémovigilance EFS Auvergne-loire La sécurité et le suivi transfusionnels au quotidien Dr P.FRESSY, Coordonnateur régional d Hémovigilance Auvergne Historique de l organisation transfusionnelle

Plus en détail