L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années 1990.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années 1990."

Transcription

1 Le virus de l hépatite E (VHE) est un virus non enveloppé à ARN monocaténaire, appartenant à la famille des Hepeviridae, genre hepevirus. Il est responsable d hépatites à transmission entérique. L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années L hépatite E était jusque là considérée comme une maladie exotique responsable d hépatites aiguës dans les régions de forte endémie (Asie), à transmission entérique (ingestion d eau contaminée par les selles de sujets infectés). En 1997, a été découvert un VHE porcin aux USA, très différent du VHE endémique en Asie, et quasiment de manière concomitante, étaient décrits les premiers cas humains d hépatite E associés au VHE porcin. Aujourd hui, nous savons que l hépatite E est mondialement répandue. On distingue des zones de forte endémie (Asie, Afrique) avec le profil épidémiologique anciennement connu et des zones d endémie (dans le reste du monde) avec une présentation clinique particulière. Il existe quatre génotypes majeurs. Le VHE 1 et le VHE 2 sont limités à l être humain. Le VHE 1 est retrouvé principalement en Asie et le VHE 2 en Afrique et Mexique. Le VHE 3 et le VHE 4 infectent les humains, les cochons et d autres espèces mammifères et sont responsables de cas sporadiques autochtones dans les pays en développement et dans les pays développés. Le VHE 3 a une distribution dans le monde entier. Comment se transmet le virus de l hépatite virale E? Dans les pays en voie de développement L infection est principalement transmise par eau contaminée par les selles. Le taux de mortalité dans les épidémies s étend de 0.2% à 4%. Elle est plus élevée chez les enfants de moins de 2 ans et elle atteint de 10% à 25% chez les femmes enceintes. 1 / 7

2 Dans les pays développés, la transmission alimentaire est largement prédominante (génotypes VHE3 et 4). Elle se fait par la consommation de produits issus d un animal réservoir du virus : Il s agit essentiellement de produits à base de foie cru de porc destinés à être consommés cuits mais consommés crus ou insuffisamment cuits par certains consommateurs (saucisses de foie et foies secs ou fumés). Viande et abats de sanglier et de cerf ont été également incriminés et des cas de transmission par consommation de fruits de mer (moules+++) ont été rapportés. Une étude menée en 2010 par les laboratoires de l Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation), en collaboration avec l IFIP (Institut du porc) a permis de démontrer que le virus de l hépatite E est inactivé par un traitement thermique d au moins 71 C pendant 20 min, des modalités pratiques efficaces sur la cuisson de ces produits sont encore à définir. L Agence a souligné la nécessité d informer le consommateur sur le risque lié à la consommation de figatelli crus. Ce type de produit à base de foie de porc cru porte maintenant obligatoirement sur son étiquette la mention «à consommer cuit à cœur». Enfin, la transmission transfusionnelle doit être également prise en compte. Les cas rapportés de contamination transfusionnelle sont en augmentation, souvent dans un contexte d immunodépression favorisant un portage chronique. Une étude menée en 2011 par JM Mansuy et al. dans la région Midi-Pyrénées montre une séroprévalence de 52% chez les donneurs de sang. L hépatite E en France et dans les pays développés L infection aigue : 2 / 7

3 En 2010, on estimait à environ 1 000, le nombre d hépatites E symptomatiques en France (similaire au nombre d hépatites A, établi sur les déclarations obligatoires). L infection aiguë à VHE 3 et VHE 4 dans les pays développés est souvent une maladie s autolimitant qui dure 4 à 6 semaines. Typiquement les patients présentent une concentration des ALAT autour de 1500IU/L avec ou sans ictère. D autres symptômes sont non-spécifiques (anorexie, malaise, douleur abdominales, fièvre, nausée, arthralgies) et ne peuvent pas être distinguées d autres infections virales. L infection à VHE est plus commune chez les hommes d âge médian 54 ans. Cependant, la majorité des infections à HEV3 dans les pays développés semblent être asymptomatiques. La plupart des décès d infections à VHE 3 sont causés par une défaillance aigüe ou subaigüe du foie chez les patients avec une maladie du foie préexistante. Deux études ont montrées une association entre la consommation de porc et la mortalité due à une maladie chronique du foie dans les pays développés. Le CNR (Centre national de référence) a mené une enquête sur les infections confirmées positives: 139 patients atteints d hépatite E strictement autochtone (ils n avaient pas quitté le territoire) ont été interrogés. L interrogatoire mené sur les facteurs de risque a montré que 89 % avaient un contact avec des animaux (chats, chiens), 6 % s approvisionnaient par un réseau d eau privé, 55 % mangeaient des coquillages, 100 % consommaient du porc : figatelli, saucisses de foie de porc crues ou peu cuites dans 39 % des cas. Les infections chroniques : 3 / 7

4 Le VHE 3 cause une infection chronique, définie par la persistance d ARN du VHE dans le sang pendant 6 mois ou plus chez les patients immunodéprimés. Plusieurs cas ont été documentés chez des patients transplantés. Le passage à une forme chronique de l hépatite E s observe donc essentiellement chez des patients transplantés, VIH+, recevant une chimiothérapie, un traitement anti-tnf?, voire une corticothérapie (pour asthme). Dans les cas d infections aiguës post-transplantation, le risque de développer une hépatite chronique E et une cirrhose est de 2/3. Manifestations extra-hépatiques du VHE : Complications neurologiques : Ces formes représentent 5 à 8 % des hépatites E (polyradiculonévrites, syndrome de Guillain Barré ). Autres complications associés au VHE : - Glomérulonéphrite membrano-proliférative 4 / 7

5 - Glomérulonéphrite membraneuse - Pancréatite aigüe Diagnostic de l infection VHE en laboratoire: Le diagnostic initial est généralement un diagnostic indirect sérologique, de par sa facilité de mise en œuvre et la courte durée de virémie. Sérologie Après une incubation de 2 à 6 semaines, les IgM anti-vhe apparaissent dans le sang, au moment où les transaminases s élèvent et disparaissent 2 à 3 mois plus tard. Les IgG sont détectables à partir de 5 semaines et persistent le plus souvent. C est la détection des IgM 5 / 7

6 spécifiques qui pose le diagnostic de l hépatite E aigüe. Des tests rapides IgM VHE sont aujourd hui commercialisés, leur sensibilité et spécificité sont satisfaisantes. Techniques moléculaires Après l exposition, l ARN viral peut être détecté juste avant les premiers symptômes cliniques à la fois dans le sang et les selles. L ARN du VHE ne persiste pas longtemps dans le sang (indétectable au bout de 3 semaines après les premiers symptômes). La fenêtre de détection de l ARN est, de ce fait, rétrécie et si le patient présente des symptômes tardifs, un résultat ARN VHE négatif n exclut pas une infection récente. Conclusion Une hépatite E aigue doit être suspectée devant toute cytolyse hépatique. Dans un contexte d étiologie infectieuse, au regard des connaissances actuelles, une hépatite E doit être recherchée au même titre que les autres hépatites virales A, B ou C. Chez l immunocompétent, la recherche d une hépatite E aiguë repose sur la détection des IgM VHE sériques ; chez l immunodéprimé, la recherche de l ARN viral dans le sang et/ou les selles est indispensable. 6 / 7

7 Kamar N et al. Published online April 30, 2012 RÉSUMÉ DE L ARTICLE ORIGINAL- Hépatite E Mansuy JM et coll : Hepatitis E Virus Antibodies in Blood Donors, France. Emerging Infectious Diseases. Vol. 17, No. 12, December 2011 Option Bio Vol 25 - N janvier / 7

SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C

SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C Madame G, 41 ans consulte aux urgences d un CH périphérique pour un ictère : - aucun ATCD - pas de Tt

Plus en détail

Hépatite E autochtone. Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE

Hépatite E autochtone. Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE Hépatite E autochtone Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 CONFLITS

Plus en détail

L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose

L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose Résultats d une étude prospective monocentrique française 4 Octobre 2013 H Blasco-Perrin (1) ; F Abravanel (2) ; C Bureau (1) ; JP Vinel

Plus en détail

L omniprésence du VHE en Algérie

L omniprésence du VHE en Algérie Institut Pasteur d Algérie Laboratoire des Hépatites Virales L omniprésence du VHE en Algérie A.BENSALEM, N. Hihi, K. Selmani, N. Benchrifa, F. Mostefaoui, C. Kerioui, SAHGEED 17, 18 et 19 Décembre 2015

Plus en détail

Extrait de la base de données EFICATT dec Hépatite E

Extrait de la base de données EFICATT dec Hépatite E Hépatite E Mise à jour de la fiche : Décembre 2013 Titre : Hépatite E Agent pathogène et pathologie Descriptif de l'agent pathogène Nom de l'agent : Virus de l'hépatite E Synonyme(s) : VHE Type d'agent

Plus en détail

Prise en charge de l hépatite E: Actualités

Prise en charge de l hépatite E: Actualités Institut Pasteur d Algérie Laboratoire Virus des Hépatites Prise en charge de l hépatite E: Actualités A.BENSALEM Introduction L'Afrique est soupçonnée d'être parmi les régions les plus gravement touchées

Plus en détail

Hépatites virales aigües

Hépatites virales aigües 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Gastro-Entéro-Hépatologie Hépatites virales aigües Virus hépatotropes Virus A : Picornavirus Virémie : 10 à 20 jours après la contamination Disparition

Plus en détail

Hépatites virales. Hépatite virale A. Pr. M. Messast. Introduction. Problème de santé mondial HVB, HVC. Virus A, B, C, D, E

Hépatites virales. Hépatite virale A. Pr. M. Messast. Introduction. Problème de santé mondial HVB, HVC. Virus A, B, C, D, E Hépatites virales Pr. M. Messast Introduction Problème de santé mondial 350.000.000 HVB, 170.000.000 HVC Virus A, B, C, D, E Hépatite aiguë (tous) Hépatite chronique (B, C, D) Cirrhose Carcinome hépatocellulaire

Plus en détail

L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA.

L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA. CHAPITRE 7 MALADIES INFECTIEUSES L hépatite A est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA. Épidémiologie Le réservoir de l infection

Plus en détail

Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016

Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016 Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016 Introducton Données anciennes Hépatte d importaton Sujet jeune

Plus en détail

Hépatite Virale E Risque pour la femme enceinte et le nouveau né

Hépatite Virale E Risque pour la femme enceinte et le nouveau né Hépatite Virale E Risque pour la femme enceinte et le nouveau né Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE CEMI 18 15 mars 2913 Institut Pasteur L hépatite

Plus en détail

Transmission zoonotique du VHE

Transmission zoonotique du VHE Transmission zoonotique du VHE Pr Jacques IZOPET* Institut Fédératif de Biologie CHU Toulouse & INSERM U43 CNR Hépatite E (*virologiepu.sec@chu-toulouse.fr) Séminaire FRES Ajaccio &11/04/2014 Infection

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

Morphologie et structure du HBV

Morphologie et structure du HBV Morphologie et structure du HBV Histoire naturelle Infection primaire 95 % 5 % Guérison Persistance Hépatite chronique Porteur inactif Cirrhose Hépatocarcinome Evolution des marqueurs dans l hépatite B

Plus en détail

Généralités. Les hépatites virales. Définition. Epidémiologie 28/09/2017

Généralités. Les hépatites virales. Définition. Epidémiologie 28/09/2017 Généralités Les hépatites virales J.LAURENCE UE 2.5 Peu connues avant la fin du XXème siècle, les hépatites virales constituent un risque professionnel important pour les personnels de santé. Description

Plus en détail

L HEPATITE E EN FRANCE

L HEPATITE E EN FRANCE L HEPATITE E EN FRANCE Pr AM Roque-Afonso Virologie - Centre National de référence VHA&VHE INSERM U1193 Hôpitaux Universitaires Paris-Sud, Villejuif anne-marie.roque@aphp.fr OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Connaître

Plus en détail

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI 1. Quels sont les agents responsables? 2. Quand suspecter une hépatite virale aigue? 3. Comment faire le diagnostic d une hépatite aigue virale? 4. Comment surveiller

Plus en détail

Hépatite aiguë E autochtone : une maladie émergente. Péron JM Service d Hépato-Gastro-Entérologie, Fédération Digestive, Hôpital Purpan CHU TOULOUSE.

Hépatite aiguë E autochtone : une maladie émergente. Péron JM Service d Hépato-Gastro-Entérologie, Fédération Digestive, Hôpital Purpan CHU TOULOUSE. Hépatite aiguë E autochtone : une maladie émergente. Péron JM Service d Hépato-Gastro-Entérologie, Fédération Digestive, Hôpital Purpan CHU TOULOUSE. INTRODUCTION Le virus de l hépatite E (VHE) appartient

Plus en détail

Mots clés : Hépatite aiguë E, hépatite fulminante, cytolyse, hépatite chronique

Mots clés : Hépatite aiguë E, hépatite fulminante, cytolyse, hépatite chronique L hépatite E autochtone JM Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie, Fédération Digestive, Hôpital Purpan, CHU Toulouse. Mots clés : Hépatite aiguë E, hépatite fulminante, cytolyse, hépatite chronique

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA)

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C Concentration relative NUMERO - info 7 2016 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C 1- DIAGNOSTIC SÉROLOGIQUE DE L HÉPATITE A Le diagnostic d une infection récente par le virus de l hépatite

Plus en détail

L hépatite E, comme émergente

L hépatite E, comme émergente L hépatite E, comme émergente Transmission La transmission du VHE se fait principalement de façon indirecte, en buvant de l'eau contaminée par des matières fécales ou plus rarement en mangeant des fruits

Plus en détail

Les hépatites virales. Dr Karine LACOMBE ---- Année

Les hépatites virales. Dr Karine LACOMBE ---- Année Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2016 2017 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des hépatites HEPATITES VIRALES

Plus en détail

Apparition de 4 cas autochtones de dengue en PACA

Apparition de 4 cas autochtones de dengue en PACA Apparition de 4 cas autochtones de dengue en PACA 30 ème Journée Scientifique EPITER 17 avril 2015 Cire Sud Etat des lieux mondial Source OMS 2014 - Arbovirose la plus répandue au monde (présence endémique

Plus en détail

Les virus des hépatites virales

Les virus des hépatites virales Les virus des hépatites virales Hépatites primitives Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite G (HGV) Atteintes hépatiques Herpesviridae

Plus en détail

Les hépatites virales en milieu tropical

Les hépatites virales en milieu tropical Les hépatites virales en milieu tropical Hépatites virales Histoire naturelle commune («cosmopolite») Médecin en chef Eric CHAUVEAU Service des Maladies digestives et tropicales HIA Robert Picqué Particularités

Plus en détail

Diagnostic au laboratoire de l hépatite B Protéine C AgHBc Protéine Pré-S2 Protéine S Protéine Pré-S1 AgHBs Marqueurs sérologiques AgHBs Anticorps anti-hbs ADN viral 42nm Particule de Dane Polymérase Anticorps

Plus en détail

CHIKUNGUNYA, DENGUE, ZIKA ACTUALITÉS DE LA SURVEILLANCE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRÉNÉES

CHIKUNGUNYA, DENGUE, ZIKA ACTUALITÉS DE LA SURVEILLANCE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRÉNÉES CHIKUNGUNYA, DENGUE, ZIKA ACTUALITÉS DE LA SURVEILLANCE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRÉNÉES 2 JUIN 2016 DR CYRIL ROUSSEAU CIRE LANGUEDOC LE RISQUE ARBOVIRAL MALADIES «TROPICALES» QUI SE MONDIALISENT

Plus en détail

Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E.

Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E. Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E. I - Introduction II- Le virus de l hépatite A (VHA) 1) Généralités 2) Organisation architecturales et génomique 3) Epidémiologie 4) Pathogénicité 5) Formes cliniques a)

Plus en détail

Communication. L hépatite E, une menace pour les immunodéprimés MOTS CLÉS : HÉPATITE CHRONIQUE. SUJET IMMUNODÉPRIMÉ. RIBAVIRINE

Communication. L hépatite E, une menace pour les immunodéprimés MOTS CLÉS : HÉPATITE CHRONIQUE. SUJET IMMUNODÉPRIMÉ. RIBAVIRINE Communication L hépatite E, une menace pour les immunodéprimés MOTS CLÉS : HÉPATITE CHRONIQUE. SUJET IMMUNODÉPRIMÉ. RIBAVIRINE Hepatitis E virus infection and immunocompromised individuals KEY-WORDS :

Plus en détail

Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD

Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD FACULTE DE MEDECINE D ALGER Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD Dr A. BENSALEM Année universitaire 2015-2016 Généralités VIRUS DES HEPATITES Deux modes de transmission préférentiels Parentéral

Plus en détail

Les hépatites virales

Les hépatites virales Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2013 2014 Vendredi 20 septembre 2013 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des

Plus en détail

L hépatite E chez la femme enceinte et l immunodéprimé

L hépatite E chez la femme enceinte et l immunodéprimé L hépatite E chez la femme enceinte et l immunodéprimé Dominique Salmon Hôpital Cochin, Paris Congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse, Tunis, Avril 2014 Sommaire Actualités en Virologie,

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA)

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du

Plus en détail

Les hépatites virales. Hépatite A 05/10/2016 GENERALITES. Caractères généraux des hépatites virales aiguës. Virus de l hépatite A (VHA)

Les hépatites virales. Hépatite A 05/10/2016 GENERALITES. Caractères généraux des hépatites virales aiguës. Virus de l hépatite A (VHA) GENERALITES Les hépatites virales Dr LAMBERT Virus des hépatites A, B, C, D, E Impossibilité ou grande difficulté d isolement en culture, intérêt de la biologie moléculaire dans leur étude Virus A et E

Plus en détail

ARGUMENTAIRE Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic et au suivi de l hépatite E

ARGUMENTAIRE Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic et au suivi de l hépatite E ARGUMENTAIRE Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic et au suivi de l hépatite E Juillet 2017 Cet argumentaire, réalisé en vue d une prise en charge par l assurance maladie

Plus en détail

Les virus des hépatites

Les virus des hépatites Les virus des hépatites Virus de l hépatite B Principale cible = foie Les virus des hépatites Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite

Plus en détail

N 83 - Hépatites virales.

N 83 - Hépatites virales. N 83 - Hépatites virales. Stanislas Pol, Frédéric Dubois Unité d'hépatologie, Hôpital Necker, Paris; Service de virologie, Hôpital Bretonneau, Tours. Objectifs Diagnostiquer une hépatite virale. Argumenter

Plus en détail

Les enjeux diagnostiques du Zika

Les enjeux diagnostiques du Zika Les enjeux diagnostiques du Zika Isabelle Leparc-Goffart Centre National de Référence des Arbovirus Institut de Recherche Biomédicale des Armées 7 juin 2016 I. Leparc-Goffart N 1 Virus Zika - Généralités

Plus en détail

Item 163: Hépatites virales.

Item 163: Hépatites virales. Item 163: Hépatites virales. Objectifs pédagogiques Connaître les modes de transmission des différentes hépatites virales et les modalités de leur prévention. Prescrire et interpréter les examens sérologiques

Plus en détail

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Justifications : La fièvre Q est une zoonose causée par Coxiella burnetii, bactérie intracellulaire stricte. Les études séro-épidémiologiques démontrent

Plus en détail

Hépatites. a. Généralités et modes de transmission Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale

Hépatites. a. Généralités et modes de transmission Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale Hépatites I. Hépatites virales 1. Hépatite A Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale Icubation : 2 à 6 semaines Symptômes : asymptomatique dans 90% des cas.

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE C (VHC)

VIRUS DE L HEPATITE C (VHC) Page 1/7 VIRUS DE L HEPATITE C (VHC) SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 RESERVOIR, SOURCE...2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE...2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...2 1.4 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et Dr PENALBA Formation NANCY 03 et 04.02.2016 Hépatite = inflammation du foie toxiques / des virus causée par des Le virus pénètre la cellule, se multiplie, le système immunitaire détruit les cellules infectées

Plus en détail

HÉPATITE B CHAPITRE 7 MALADIES INFECTIEUSES. L hépatite B est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES. Définition

HÉPATITE B CHAPITRE 7 MALADIES INFECTIEUSES. L hépatite B est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES. Définition L hépatite B est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L hépatite B est une infection du foie causée par le VHB. À la suite d une infection aiguë, avec présence de symptômes ou non, le sujet peut

Plus en détail

SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune

SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune COPIL ARBOVIROSES DU 1 ER JUIN 2017 FLORIAN FRANKE CIRE PACA-CORSE PARTIE 1 SITUATION INTERNATIONALE CHIKUNGUNYA DENGUE ZIKA CHIKUNGUNYA 2017

Plus en détail

Hépatite E, étude des données suisses

Hépatite E, étude des données suisses Hépatite E, étude des données suisses Christoph Niederhauser Transfusion Interrégionale CRS page 1 Sommaire Historie et épidémiologie du virus hépatite E Virus de l hépatite E Formes cliniques Modes de

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale XX/XX/XX Qu est-ce que la maladie à virus Ebola?. Le virus Ebola provoque l une des infections virales les plus graves connue

Plus en détail

Les hépatites virales, une menace pour la santé publique en République Centrafricaine

Les hépatites virales, une menace pour la santé publique en République Centrafricaine Les hépatites virales, une menace pour la santé publique en République Centrafricaine Narcisse P KOMAS Laboratoire des Hépatites virales Institut Pasteur de Bangui 1 INTRODUCTION (1) Inflammation du foie

Plus en détail

Hépatite E : Etat de l art et recommandations

Hépatite E : Etat de l art et recommandations Hépatite E : Etat de l art et recommandations Pr AM Roque-Afonso Virologie CNR Hépatites A&E - INSERM U1193 Hôpitaux Universitaires Paris-Sud, Villejuif anne-marie.roque@aphp.fr Le virus de l hépatite

Plus en détail

Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine

Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine PRSE - CSP Connaissance - Mardi 24 juin 2014 Florian FRANKE Cire Sud Chikungunya Période d incubation De 4 à 7 jours

Plus en détail

Virus de l hépatite B et marqueurs

Virus de l hépatite B et marqueurs Virus de l hépatite B et marqueurs Le virus de l hépatite B (VHB) Virus VHB: Hepadnavirus,, ADN enveloppé. Modes de transmission principaux: Parentérale Nosocomiale Toxicomanie intraveineuse Sexuelle Mère-enfant

Plus en détail

Les hépatites tuent près de 1,4 millions de personnes par an, surtout l hépatite B et l hépatite C.

Les hépatites tuent près de 1,4 millions de personnes par an, surtout l hépatite B et l hépatite C. Dossier de presse (27.07.2017) 28 juillet : Journée mondiale contre l Hépatite La Journée mondiale contre l hépatite, le 28 juillet 2016, est l une des quatre journées mondiales officielles de l Organisation

Plus en détail

Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir. épatite

Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir. épatite Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir épatite Qu est-ce qu une hépatite C? L hépatite C est une maladie du foie due au virus de l hépatite C (VHC). Il ne faut pas la confondre avec les

Plus en détail

Le virus de l hépatite E en faune sauvage et domestique en Corse MORGANE LAVAL ETUDIANTE MASTER ISARA-LYON

Le virus de l hépatite E en faune sauvage et domestique en Corse MORGANE LAVAL ETUDIANTE MASTER ISARA-LYON Le virus de l hépatite E en faune sauvage et domestique en Corse MORGANE LAVAL ETUDIANTE MASTER ISARA-LYON L hépatite E Maladie humaine due à un virus (VHE) qui infecte le foie Zoonose : maladie que l

Plus en détail

[Hepatitis E: from zoonotic transmission to chronic infection in immunosuppressed patients.]

[Hepatitis E: from zoonotic transmission to chronic infection in immunosuppressed patients.] [Hepatitis E: from zoonotic transmission to chronic infection in immunosuppressed patients.] Jacques Izopet, Nassim Kamar To cite this version: Jacques Izopet, Nassim Kamar. [Hepatitis E: from zoonotic

Plus en détail

Impact de l émergence virale sur la sécurité transfusionnelle

Impact de l émergence virale sur la sécurité transfusionnelle Impact de l émergence virale sur la sécurité transfusionnelle Syria Laperche Département des agents transmissibles par le sang CNR HBV,HCV, HIV en Transfusion, INTS, Paris 15ème Congrès de la Société Française

Plus en détail

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué?

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué? M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin Diagnostic évoqué? PL : albuminorachie 0,5g/L 70 cellules / µl 90% lympho-monocytes Diagnostic

Plus en détail

Les virus des hépatites virales

Les virus des hépatites virales Les virus des hépatites virales Pr.Khelifa - Hépatites primitives : Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite G (HGV) - Atteintes hépatiques

Plus en détail

Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor

Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor Le virus B19, principal représentant des Erythrovirus, est

Plus en détail

Bulletin épidémiologique

Bulletin épidémiologique Bulletin épidémiologique CHRU de Clermont-Ferrand - Laboratoire de Virologie CNR des Entérovirus et des Parechovirus (Laboratoire associé) Ce bulletin présente une synthèse des principales infections épidémiques

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2016-2017 - Principales méthodes de diagnostic virologique prélèvements, sérologies, biologie moléculaire, - Exemples par

Plus en détail

ESTIMATION DE LA MORBIDITÉ ET LA MORTALITÉ DES INFECTIONS D ORIGINE ALIMENTAIRE EN FRANCE

ESTIMATION DE LA MORBIDITÉ ET LA MORTALITÉ DES INFECTIONS D ORIGINE ALIMENTAIRE EN FRANCE ESTIMATION DE LA MORBIDITÉ ET LA MORTALITÉ DES INFECTIONS D ORIGINE ALIMENTAIRE EN FRANCE Dieter Van Cauteren Unité Infections Vectorielles, Zoonotiques et Alimentaires Direction des maladies infectieuses

Plus en détail

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 DES 13 Fev 2009 1 Plan Démarche diagnostique Hépatite A Hépatite E

Plus en détail

Cas clinique. F.A. Dauchy, H. Dutronc, A. Merlet, M. Dupon. Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux

Cas clinique. F.A. Dauchy, H. Dutronc, A. Merlet, M. Dupon. Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux Cas clinique F.A. Dauchy, H. Dutronc, A. Merlet, M. Dupon Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux Déclaration de conflits d intérêts de 2009 à 2011 Frédéric-Antoine

Plus en détail

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins D. Christmann Hôpitaux Universitaires Strasbourg CEMI 17 : ACTUALITES SUR LES ARBOVIROSES. 15 et 16 mars 2012 Institut Pasteur Virus TBE (1) Famille Togaviridae

Plus en détail

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde 150 millions de sujets porteurs chroniques Prévalence entre 0,1 et 5 % selon les pays 5 millions en Europe de l Ouestl En Europe, le VHC est responsable

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Dr. Mouni Bensenane CHU Nancy Sixième rencontre autour des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Alger, le 09 novembre 2011 M. B âgé de 18 ans, étudiant

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT Le risque biologique : Il est lié à une exposition à des micro-organismes susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication. Il repose essentiellement

Plus en détail

Dépistage et prise en charge de la maladie de Chagas chez les migrants latino-américains vivant en France

Dépistage et prise en charge de la maladie de Chagas chez les migrants latino-américains vivant en France Dépistage et prise en charge de la maladie de Chagas chez les migrants latino-américains vivant en France Michel Develoux Service de parasitologie Hôpital Saint-Antoine Faculté de médecine pierre et marie

Plus en détail

Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011

Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011 Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011 Les pathogènes dans les aliments: une préoccupation réelle! 9,4 millions de maladies d origine alimentaire 56 000 hospitalisations 1350 morts Scallan et al., 2011

Plus en détail

Leptospiroses. Galas T. DESC Réa. médicale Limoges 2007

Leptospiroses. Galas T. DESC Réa. médicale Limoges 2007 Leptospiroses Galas T. DESC Réa. médicale Limoges 2007 Bactériologie Bactériologie Treponema (syphilis) Borellia (M. de Lyme) Spirochètes Leptospira (leptospirose) Bactériologie Taille 0,25 x 6-25 µm Caractéristiques

Plus en détail

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Fiche technique n 14 2 ème édition Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Le syndrome de l'immunodéficience féline est communément appelé le «SIDA du chat». Il se transmet entre

Plus en détail

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon A propos de 5 cas cliniques Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon Constat: Leptospirose : maladie rare et méconnue chez l enfant mais non exceptionnelle Objectifs de l étude

Plus en détail

EBOLA Épidémiologie et transmission

EBOLA Épidémiologie et transmission EBOLA Épidémiologie et transmission Joel Leroy RFCLIN/PRIMAIR Maladies Infectieuses BESANCON 18/12/2014 Épidémies Ebola 1976-2013 Virus EBOLA connu depuis 1976 De 1976 à 2013 : 1500 morts Paludisme : 600

Plus en détail

Prévention des maladies du foie

Prévention des maladies du foie Prévention des maladies du foie Mythe ou réalité? Jean-Claude TRINCHET Hôpital Jean Verdier - 93140 Bondy AP-HP et Université Paris 13 ou comment éradiquer les maladies du foie Epidémiologie des maladies

Plus en détail

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE ADENOVIRUS 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

TROD hépatites VHC VHB

TROD hépatites VHC VHB TROD hépatites VHC VHB Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Corevih Ile de France Nord Journée prévention SPILF 16 Octobre 2014 1 Prévalence des Infections VHC en France Population générale: Prévalence (2004)

Plus en détail

La panleucopénie féline,

La panleucopénie féline, Fiche technique n 5 2 ème édition La panleucopénie féline, le typhus du chat La panleucopénie féline (ou typhus ou parvovirose du chat) est une affection contagieuse très grave et potentiellement mortelle.

Plus en détail

L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE

L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE Amendement au Plan de l Elimination de la Rougeole en Belgique L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE Octobre 2006 Le Comité pour l Elimination de la Rougeole et de la Rubéole en Belgique 2 INTRODUCTION

Plus en détail

Primo-infection par le VIH

Primo-infection par le VIH Primo-infection par le VIH Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre Épidémiologie des infections récentes en France Estimation

Plus en détail

Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014

Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014 Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014 Cellule de l InVS en Ile-de-France Champagne-Ardenne, Dr Ibrahim MOUNCHETROU NJOYA Qu est-ce que le virus Ebola? famille des

Plus en détail

L infection à virus Zika

L infection à virus Zika L infection à virus Zika Sandrine Pierre-François Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Martinique Infection à virus Zika - Introduction Arbovirose transmise par un moustique du genre

Plus en détail

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU TRAITEMENT DE L HÉPATITE C AU SEIN D UNE COHORTE DE PATIENTS CO-INFECTÉS VIH-VHC. N. Bertiaux-Vandaële, H. Montialoux, F. Borsa-Lebas, O. Goria, E. Lerebours, G. Riachi.

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail

Qu est ce que la. sur la maladie

Qu est ce que la. sur la maladie La bilharziose : je m informe sur la maladie Il n est plus rare de voir progresser en France les maladies parasitaires tropicales. Parmi elles, la bilharziose inquiète les autorités de santé après le diagnostic

Plus en détail

XX/XX/XX. TIAC ou GEA? A propos d une épidémie dans un EHPAD VALENCE - août 2011

XX/XX/XX. TIAC ou GEA? A propos d une épidémie dans un EHPAD VALENCE - août 2011 XX/XX/XX TIAC ou GEA? A propos d une épidémie dans un EHPAD VALENCE - août 2011 Signalement Jeudi 11 août 2011, signalement reçu par l ARS Rhône-Alpes : Épidémie de type gastroentérites aiguës (GEA) dans

Plus en détail

Dr Jean-Dominique POVEDA

Dr Jean-Dominique POVEDA Hépatite virale B Données épidémiologiques Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire PASTEUR CERBA Tunis Février 2008 Hépatite virale B Plus de 2 milliards d humains contaminés, Plus de 350 millions de porteurs

Plus en détail

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14-

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14- Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni Rencontres en infectiologie 14- Cas clinique Mr M.L, âgé de 41 ans Suivi en hématologie depuis octobre

Plus en détail

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME Société de Franche Comté de Médecine: le 16/12/10 C. Laresche, Dr A.S. Dupond Faucher Jeune fille de 16 ans Pas d ATCD mis à part une allergie au paracétamol HDLM: Hyperthermie

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

votre foie Pensez à l hépatite

votre foie Pensez à l hépatite Prenez soin de votre foie Pensez à l hépatite /WHOEMRO @WHOEMRO #Hépatite Journée mondiale contre l hépatite 2014 www.emro.who.int/fr/whepd2014 Définition de l hépatite? L hépatite est le terme commun

Plus en détail

Quelques jours plus tard: Rash maculopapuleux sur le visage, le tronc et les extrémités é (paumes et plantes) ulcérations lé des muqueuses buccales

Quelques jours plus tard: Rash maculopapuleux sur le visage, le tronc et les extrémités é (paumes et plantes) ulcérations lé des muqueuses buccales Pti Patient, t36 ans, en BSH. Cas clinique EF 38C depuis 4 jours, myalgie et asthénie. Examen physique: Médecin interne : Ghizlaine Morawska Superviseurs : Dr Dos Santos Braganca Angel Dr Schmid Thomas

Plus en détail

Femme de 47 ans et son fils de 13 ans

Femme de 47 ans et son fils de 13 ans F. Legros. CNR paludisme. Université Paris 6 et IRD. Femme de 47 ans et son fils de 13 ans 1,59 m, 49 kgs 1 semaine de vacances (Toussaint) en Gambie Vol direct 1 er novembre Séjour hôtel touristique Excursions

Plus en détail