Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire?"

Transcription

1 Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire? Dr Ghislaine Descours Laboratoire de Bactériologie, Centre de Biologie Est DUCIV, 15 octobre 2014

2 Objectifs! Connaître le principe des techniques moléculaires PCR universelle versus PCR spécifique PCR en point final versus PCR en temps réel! Comprendre le délai de rendu des résultats! Savoir cibler une demande de PCR Apport par rapport aux autres techniques en Bactériologie Quand? Quoi? Comment?! Avoir un regard critique sur la prescription & les résultats

3 Méthodes diagnostiques en bactériologie Culture TROD Tests rapides à orientation diagnostique Biologie moléculaire

4 Culture! Avantages Examen direct préalable Sensibilité théorique : 1 UFC Isolement des souches " Sensibilité aux antibiotiques " Recherche de facteurs de virulence " Typage, enquêtes épidémiologiques Coût limité! Limites Bactéries nécessitant un milieu spécifique, fragiles, intracellulaires Bactéries à croissance lente : retard au diagnostic Infections décapitées par une antibiothérapie préalable

5 TROD! Réactions immunologiques Tests immunochromatographiques, ELISA, agglutination, fluorescence!! Avantages Délai de réalisation < 1h Ajustement thérapeutique immédiat! Limites Dépendance du développement par fournisseurs Sensibilité / spécificité Utilisation détournée sur des prélèvements profonds

6 Biologie moléculaire! Avantages Bactéries à croissance lente, difficilement ou non cultivables Non influencée par antibiothérapie / transport! Limites Contraintes techniques (locaux dédiés) Délais incompressibles Mais développement de techniques «clés en main» " Pas de problématique de locaux ou de délais " Coût élevé

7 Légionellose Culture : 4 à 10 j Milieux spécifiques Enquête épidémio. Ag urinaire : 1h Sensibilité : 90% L. pneumophila sg1 PCR spécifique : < 24h Détection de toutes les espèces Se < AgU si Lp1

8 Méningite à pneumocoque Culture : 24h Antibiogramme Recherche d Ag solubles : < 1h (si ED+) PCR spécifique < 24h Intérêt si antibiothérapie préalable

9 Biologie moléculaire en pratique Unité de Biologie moléculaire CHU, personnel dédié PCR maison ou trousses commerciales Unité conventionnelle CHG, personnel polyvalent Techniques clés en main

10 Principe des techniques moléculaires Détection et/ou identification d un ADN bactérien dans un prélèvement biologique PCR universelle Gène commun à toutes les eubactéries : ARN ribosomique 16S Sans a priori sur le résultat Identification par séquençage du produit de PCR en h PCR spécifique Gène amplifié ciblant une espèce, un genre, un génogroupe bactérien! Présomption clinique forte Résultat : positif / négatif en 24 h

11 PCR réalisées au GHE!"#$ %&'($)*+,($!-.,&/(0('1$!"#$%&'%((%) *+,&)-./) 0123)345%)'2551'6)71"17#8&19#%")!"#$%&'()())*+,'55) "*-, 1&/2, :'361;<&=82(<#&%>)<98B'>)(#A2#?%)?%)51"8=1"C)!"/0$"()())*+,'55) "*-, '&"2, 3"$6, *98B')%3)(#A2#?%)?%)51"8=1") /5#, , +5#:, DE+>)'<"F>)9#15'#%)52&52&#A2%) ;5+"0/5#,4(3()&"(1030+, %'&2, DE+) <5310''#,=531#0, /">2, :'361;<&=82(<#&%>)'<"F)G'51"?4(1?#'8#3%H) ;015(30''#,$30*4($%5'#,?,'55) 45$,?,-./) I&6(B$%7%"3')52(71"<#&%') 6(/90"0''#,$0/"*++5+,?,$#/#$0/"*++5+, 6(//0'5#,'55) (+$2, -($2, O<"F(#1">)<98B') 6#/"(30''#,%03+0'#0,?,A*53"#3#, /5BC, O<"F(#1">)<98B'>)'<"F>)$<($%)8<&?#<A2%) D/($%0/&4#,E%5$$'05, *+,&)-./) /<"F>)'<(#$%>)'%((%'>)DE+>)9#15'#%)?#F%'=$%>)$<($%) C(>50''#,B*/3085, J/)----) P<($%)8<&?#<A2%) +">,-LQ>)0#0, /%((%') C'(+"/595*4,95G)5'0, ORS>)31T#"%) /%((%')

12 Quel prélèvement?! Potentiellement tout type de prélèvement! PCR universelle Site initialement stérile Pas sur les prélèvements pour lesquels il existe des seuils de pathogénicité (urines, LBA!)! PCR spécifique Bactérie non commensale " Biopsie cutanée : pas de PCR spécifique Staphylococcus " Gorge : pas de PCR Streptococcus

13 Quelles conditions?! Recueil du prélèvement Liquide de ponction, pus, tissu, biopsie, sang! Bannir les écouvillons Volume " 200 µl Sang sur EDTA (héparine = inhibiteur) Ne rien ajouter (liquide, fixateur, milieu de transport!)! Nombre de prélèvements Conditions identiques à la culture " Multiplier le nombre de prélèvement en orthopédie " Culture et PCR sur un même prélèvement! Acheminement au laboratoire t ambiante, +4 C, -20 C

14 Du prélèvement au résultat!

15 Différentes étapes Prélèvement Lyse cellulaire + extraction d ADN manuelle ou automatisée Amplification et détection de l ADN amplifié Séquençage (PCR universelle) et analyse de la séquence Simultanée : heures Validation du résultat 10 min 4 heures 1 série quotidienne Après : PCR en point final 3 heures PCR en temps réel 1 heure

16 Polymerase Chain Reaction ADN cible : 1 copie Dénaturation Hybridation des amorces Elongation (dntp, polymérase) 30 à 40 cycles soit 2 30 à 2 40 copies

17 Détection de l ADN amplifié Détection en point final Gel migration Nombre de copies Détection en temps réel Marqueur fluorescent Cycle Seuil Cycle threshold (Ct) Quantité d ADN Nombre de cycles

18 Détection en point final! Gel migration des produits de PCR! Vérification de la taille attendue

19 Détection en temps réel! Reporter fluorescent SybrGreen E1"3&U(%)V) Liaison non spécifique à l ADN db 0671#")"%F) Spécificité par amorces et température de fusion (1/2 ADN db # ADN sb) E1"3&U(%)V) 0671#")"%F) Economique et facile

20 Détection en temps réel! Reporter fluorescent SybrGreen Liaison non spécifique à l ADN db Sondes spécifiques Liaison spécifique des sondes à l ADN db Spécificité par amorces et température de fusion (1/2 ADN db # ADN sb) Economique et facile Multiplexage (! cibles) Coût plus élevé Développement plus délicat

21 La PCR universelle

22 L ARNr 16S! Codé en opéron! Nombre de copies du gènes variable en fonction de l espèce bactérienne (1 à 10)! Structure et fonction conservée chez toutes les bactéries! Pas de transfert horizontal! Nombreuses séquences déposées dans les bases de données

23 L ARNr 16S 2$$$$$$$$$$$$322$$$$$$$$$$$$422$$$$$$$$$$$$$522$$$$$$$$$$$$$622$$$$$$$$$$$$$$7222$$$$$$$$$$$$$$7322$$$$$$$$$$$$7422$$$$$7822$$$$9+$ Séquences conservées chez toutes les bactéries Amorces Séquences spécifiques d un genre / d une espèce Signature après séquençage du produit de PCR

24 L ARNr 16S <$462$9+$ :77$$$ $ $$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$7;:2$ 2$$$$$$$$$$$$322$$$$$$$$$$$$422$$$$$$$$$$$$$522$$$$$$$$$$$$$622$$$$$$$$$$$$$$7222$$$$$$$$$$$$$$7322$$$$$$$$$$$$7422$$$$$7822$$$$9+$ Séquences conservées chez toutes les bactéries Amorces Séquences spécifiques d un genre / d une espèce Signature après séquençage du produit de PCR

25 Etape 1. PCR en point final! PCR Migration des produits de PCR Témoin négatif Patients Marqueur de poids moléculaire Témoin positif

26 Etape 2. Séquençage des positifs! Technique Big Dye Terminator! PCR avec produit de PCR + amorce + polymérase + dntp (3 OH) en compétition avec ddntp* interrupteurs (3 H) : ddatp, ddttp, ddctp, ddgtp Pool de brins d ADN de taille variable! Purification du produit de PCR! Électrophorèse capillaire

27 Etape 2. Séquençage des positifs! CTTGCACTGC! CTTGCACTGCG! CTTGCACTGCGA! CTTGCACTGCGAT! CTTGCACTGCGATT! CTTGCACTGCGATTA! CTTGCACTGCGATTAC Séquence ARNr 16S : CGATTAC Chromatogramme

28 Etape 3. Comparaison avec une base de données = alignement de la séquence! Le Bibi PQB BioInformatic Bacterial Identification Prokaryote Quick Identification https://umr5558-bibiserv.univ-lyon1.fr/lebibipqp/lebibipqp.cgi Incrémentée tous les 3 mois (GenBank) Informations contrôlées (espèce) : DSMZ database

29 Etape 4. Interprétation des séquences Identification de genre si > 97 % Identification d espèce si > 99 % (T : sequence type, TT : strain type, GenBank ID) Prevotella spp

30 Un abcès pulmonaire stérile en culture > 99% avec S. gordonii, S. intermedius, S. mitis, S. porcorum, S. hyointestinalis

31 Un abcès pulmonaire stérile en culture PCR spécifique Streptococcus (gène tuf) > 99% avec S. gordonii, S. intermedius, S. mitis, S. porcorum, S. hyointestinalis Streptococcus gordonii

32 Un LCR stérile PCR 16S très faiblement positive! Double voire triple séquence Ininterprétable Pluri microbien? Contaminé? Rendu négatif

33 Une biopsie osseuse stérile chez une patiente aux antécédents d infection à S. epidermidis! Double séquence! Alignement : S. aureus, 96% Similarité < 97%, non rendue! PCR spécifique Staphylococcus Double séquence! PCR spécifique S. aureus +

34 Des nodules pulmonaires stériles chez une enfant de 12 ans Séquence non répertoriée dans notre base de données Famille des Bacteroidetes Amplification et séquençage d un autre fragment de l ADNr 16S, mais pas plus d information à partir des banques de données

35 Etape 5. Rendu des résultats! Contrôle négatif et positif de PCR 16S Détection de contaminants et inhibiteurs dans le mix! Contrôle d extraction Amplification parallèle du gène de la $-globine (eucaryote) Toujours positif Si négatif " Prélèvement acellulaire : intra-oculaire, LCR " Présence d inhibiteurs de PCR! Interprétation de la séquence Confrontation des données cliniques et biologiques Distinguer un contaminant d un pathogène Une PCR négative d exclut pas un diagnostic

36 PCR universelle! Avantages Amplification de tous les ADN bactériens! Inconvénients Pouvoir discriminant inter-espèces parfois limité " Staphylococcus et Streptococcus Pouvoir discriminant inter-genres parfois limité " Mycobactéries, entérobactéries! Amplification des contaminants Biais des banques de données " Séquences surreprésentées, erronées, inconnues Solution = PCR spécifiques

37 Les PCR spécifiques! Amorces spécifiques d un genre / d une espèce bactérienne

38 PCR spécifiques! PCR «semi-spécifiques» Staphylococcus & Streptococcus Gène tuf Gel migration Suivie d un séquençage pour identification d espèce Patients : 400 pb Témoin + : 600 pb! PCR spécifique En point final ou en temps réel

39 PCR spécifiques en temps réel! Développement de techniques clés en main Lyse, extraction, PCR et interprétation dans un système automatisé et fermé de paillasse en % 1 heure Détection par des sondes spécifiques Intégration au secteur de Bactériologie conventionnelle! Domaines divers Infections associées aux soins SARM, ERV, carbapénémases, toxines de C. difficile Résistance du BK à la rifampicine (rpob) Portage de S. aureus, Streptocoque du groupe B! IST : Chlamydia trachomatis, Neisseria gonorrhoeae! Evaluer les performances et le coût

40 Exemple : GeneXpert MTB/RIF

41 PCR spécifiques en temps réel au GHE!"#$!.,#*/0*+,!.,$30*4(35#0,!.,$&(1030+, /5#, , ;5+"0/5#,4(3()&"(1030+, <5310''#,=531#0, ;015(30''#,$30*4($%5'#,?,'55) 6(/90"0''#,$0/"*++5+,?,$#/#$0/"*++5+, 6#/"(30''#,%03+0'#0,?,A*53"#3#, D/($%0/&4#,E%5$$'05, C(>50''#,B*/3085, C'(+"/595*4,95G)5'0,! Apport PCR sur prélèvements plurimicrobiens " Complément de 16S si double séquence " Bordetella " Clostridium difficile PCR combinées " Francisella / Bartonella henselae Sensibilité > PCR 16S " S. aureus > Staph > 16S " K. kingae > 16S

42 Cas cliniques & données de la littérature

43 Une polyarthrite bien particulière!! Homme de 61 ans! PAR atypique diagnostiquée en 2005 Mono-arthrite genou droit Extension aux mains, poignets, épaules, genoux, pieds, chevilles, sans lésion structurale érosive typique FR, anti-ccp, ACAN + Corticothérapie + méthotrexate! Consultation en cardiologie sur avis du rhumatologue Dyspnée d effort + œdèmes MI depuis un mois Important syndrome inflammatoire biologique Doute sur un souffle cardiaque systolique apyrétique

44 Une polyarthrite bien particulière!! Endocardite infectieuse Echographie cardiaque : Végétation cardiaque massive de 24 mm Body-Scan normal Anémie à 10,9 g/dl! Indication chirurgicale de RVA en urgence pour risque embolique

45 Une polyarthrite bien particulière!! Suites rapidement favorables Muté en chirurgie à J4! Laboratoire Anatomopathologie : absence d EI Bactériologie " Examen direct : pas de germe " Culture : stérile " Hémocultures négatives EI silencieuse à hémocultures négatives chez un patient immunodéprimé Augmentin + gentamycine

46 Une polyarthrite bien particulière!! PCR universelle Tropheryma whipplei (bactérie intracellulaire cultivable sur fibroblastes) Relecture anapath de la végétation avec colorations spéciales (PAS) : négative! Relais Bactrim Forte + Plaquenil, 12 mois! Arrêt corticoïdes et méthotrexate! Disparition totale des douleurs articulaires! Autres prélèvements Biopsie duodénale à J7 : négative Biopsie digestive, sang, selles, salive : négatives à 12 mois

47 Apport de la PCR dans le diagnostic des EI à hémocutures négatives! 759 patients présentant une EI à hémocultures négatives Etiologie dans 62,7 % des cas Sérologie (principalement Coxiella et Bartonella) : 47,7 % PCR sur valve ou sang (sérologie négative) : 14,4 % " Streptococcus, T. whipplei, Bartonella, Staphylococcus " Sensibilité PCR sur valve : 66,1 % " Sensibilité PCR sur sang : 13,6 % Immunohistochimie Etiologies non infectieuses! Coxiella : sensibilité sérologie > PCR

48 Limites de la PCR dans les EI!

49 Limites de la PCR dans les EI! 66 % 60 % Persistance de PCR positives sous antibiothérapie Particulièrement Streptococcus

50 Limites de la PCR dans les EI!! et jusqu à plusieurs années après!

51 Cas n 2

52 Une fièvre résistante aux anti-pyrétiques! Enfant de 9 ans! Consultation MT Hyperthermie (39,2 C), céphalées intenses depuis 48h, raideur de nuque, photophobie Transport privé en urgences vers les urgences pédiatriques sans antibiothérapie : méningite?! Urgences pédiatriques Purpura pétéchial non nécrotique (pied) Constantes hémodynamiques stables Glasgow 8, mutation en réanimation Injection de C3G

53 Bilan biologique! Biochimie Hématologie Leucocytes = 10,50 G/L CRP = 288 mg/l Plaquettes = 135 G/L, TP = 36%! TDM cérébrale : œdème diffus! Bactériologie Hémocultures Tube EDTA Pas de ponction lombaire (troubles de la vigilance + troubles hémostase)

54 PCR spécifique N. meningitidis! PCR spécifique en temps réel multiplex Tous génogroupes + B + C + contrôle interne! Réalisée En urgence sur le tube de sang EDTA Sur la PL réalisée à distance " Examen macroscopique : trouble " Examen direct : très rares cocci à Gram négatif " Leucocytes : M éléments/l, PNN : 98% " Protéinorachie : 6,63 g/l " Glycorachie : 0,3 mmol/l " Culture négative! Positive pour N. meningitidis génogroupe B

55 PCR = diagnostic en urgence! Méningites PCR spécifique Méningocoque PCR spécifique Pneumocoque PCR spécifique Listeria! PCR Méningocoque = diagnostic + typage! Délai de rendu des résultats > PCR universelle Retour d expérience de notre laboratoire Jamais positive si leucocytes < 200 /µl

56 Cas n 3

57 Cas n 3! Patient de 28 ans, sans antécédent! Survenue brutale d une douleur basithoracique gauche dans la journée avec dyspnée progressivement croissante! Examen clinique Apyrétique (37,6 C) Ni toux, ni expectoration, ni signe extra-respiratoire Discrets crépitants en base gauche pulmonaire FC = 90/min PA = 110/60 mmhg Sa(0 2 ) = 93%

58 Bilan d entrée! Biologie CRP à 36 mg/l Leucocytes 13,9 G/L avec 11,8 G/L PNN Ionogramme, bilans hépatique, rénal, cardiaque normaux! Imagerie Radiologie pulmonaire : pneumopathie du lobe inférieur gauche associée à des opacités alvéolaires de la base droite Scanner : volumineuse condensation parenchymateuse du lobe inférieur gauche (5 cm de largeur) sans épanchement Amoxicilline per os + hospitalisation en Pneumologie

59 Evolution dans les 72 h Admission 48 h 72 h Température ( C) 37,6 38,4 39,5 Toux Douleur thoracique et dyspnée Fréquence respiratoire (cycles/min) Absence + ++ Apparition d une toux, expectorations blanchâtres +++ morphine normale 38 Saturation (O 2 ) 93% (air) 93% (air) 89% (10 L O 2 ) PAS (mm Hg) Leucocytes (G/L) 13,9 13,1 3 CRP (mg/l) Switch Auhmentin / Tavanic puis C3G / Rovamycine / Tavanic Mutation en USI, puis en Réanimation (CHU) : diagnostic de légionellose, ECMO

60 Evolution en réanimation! Persistance de PCR positives sous antibiothérapie Legionella : PCR habituellement négativée en < 2 semaines (Korosec et al., Scand J Infect Dis., 2006)

61 Abcès pulmonaire! Chirurgie thoracique à J42 et évolution favorable! PCR universelle sur l abcès : double séquence (Fusobacterium / culture)! PCR spécifique Legionella : +++! Antibiothérapie totale : 3 mois Persistance de PCR positives / LBA = complications

62 PCR quantitative sur LBA : un marqueur prognostique dans les légionelloses! Charge bactérienne à l admission corrélée à la sévérité des légionelloses! Limites : standardisation des prélèvements pulmonaires

63 En conclusion!

64 Complémentarité des méthodes diagnostiques en Bactériologie! Connaître les performances de chaque technique Limite de détection, sensibilité et spécificité, indications Degré d urgence clinique La PCR n est pas forcément la technique la plus sensible!! Intégrer les méthodes de biologie moléculaire (BM) dans un algorithme diagnostique! Evaluer les kits commercialisés! Association Techniques «maison» & kits commerciaux Kits «clés en main» & kits conventionnels

65 Connaître les limites de la PCR! Faux positifs Pas de différenciation contaminant / pathogène N est pas toujours le témoin d une infection active! Faux négatifs Un résultat négatif n exclut pas un diagnostic " Cas avec culture + (rares colonies) / PCR! PCR! méthode de vérification d un résultat de culture douteux

66 Au delà d un outil strictement diagnostique! Outil pronostique PCR quantitative! Typage bactérien! Recherche de facteurs de virulence C. difficile / souche épidémique O27 S. aureus / PVL!! Recherche de résistance Sondes détectant les mutations associées à la résistance SARM, BK / rifampicine, H. pylori / clarithromycine!

67 Merci pour votre attention Des questions?

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE. Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré

APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE. Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré 1 Diagnostic Bactériologique Isolement bactérie sur milieu de culture Caractérisation phénotypique

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement)

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) Questions ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) [2014 Dossier 4-2010 Dossier 5-2011 Dossier 4-2012 Dossier 4-2014 Dossier 3] QCM 1 :

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Tests rapides - définitions TDR Tests de Diagnostic Rapide. TROD Tests Rapides

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Le séquençage à haut débit Mars 2011

Le séquençage à haut débit Mars 2011 Atelier Epigénétique Université Pierre et Marie Curie Le séquençage à haut débit Mars 2011 Stéphane Le Crom (lecrom@biologie.ens.fr) Institut de Biologie de l École normale supérieure (IBENS) de la Montagne

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Promoteur : CHU de Rouen (PHRC national) Partenaires : CHG de Dieppe Institut Pasteur : CNR des méningocoques Institut de veille sanitaire

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES

FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES Contrôle continu 1 ère ère année Contrôle continu C:\Documents and Settings\demoulfr\Mes documents\site INTERNET\2009\1 année.doc Théorie : 310 h Pratique

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale. TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09

Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale. TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09 Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09 Buts de la microbiologie Aide au diagnostic d infection

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE:

LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE: LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE: PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE. Dr. C.Cattenoz capacité de gériatrie Rennes 2013 La tuberculose: Maladie infectieuse bactérienne contagieuse à transmission interhumaine.

Plus en détail

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie 4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie Infection pulmonaire du sujet âgé A. Barrel CH Darnetal Omedit Rouen 20 juin 2013 Cas clinique Mme H. Patiente

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

- Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale. Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon

- Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale. Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon - Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon EXPERTISE EN IN Dr Joseph Hajjar Inscrit sur la Liste nationale

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

La génomique. Etude des génomes et de l ensemble de leurs gènes. Nécessite des outils bioinformatiques. Plusieurs étapes :

La génomique. Etude des génomes et de l ensemble de leurs gènes. Nécessite des outils bioinformatiques. Plusieurs étapes : La génomique Etude des génomes et de l ensemble de leurs gènes La structure Le fonctionnement L évolution Le polymorphisme, Plusieurs étapes : Nécessite des outils bioinformatiques 1 Chronologie sur le

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005

Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005 Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005 Pré-requis : Résumé : Cartilages de croissance : principes anatomiques Antibiotiques : principes généraux L infection

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux Novembre 2007 ; N 8 ACTUALITE DE RESPIR.COM Activités et chiffres clés DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux FICHE INFORMATIVE GRAND PUBLIC La bronchite

Plus en détail

C Recommandations pré analytiques générales

C Recommandations pré analytiques générales C Recommandations pré analytiques générales C.1 Liste des analyses à jeun Etat de jeûne L état de jeûne est un des éléments permettant la bonne exécution technique des analyses et une interprétation pertinente

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

La découverte et l utilisation

La découverte et l utilisation GRAND ANGLE TC 151 Antibiorésistance et conséquences en santé au travail pour les soignants en résumé AUTEURS : R. Vincent, C. Le Bâcle, département Études et assistance médicales, INRS Le développement

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Le séquençage à haut débit Juin 2012

Le séquençage à haut débit Juin 2012 Atelier Epigénétique Université Pierre et Marie Curie Le séquençage à haut débit Juin 2012 Stéphane Le Crom (stephane.le_crom@upmc.fr) Laboratoire de Biologie du Développement (UPMC) de la Montagne Sainte

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

dmt Légionelles et milieu de travail Les légionelles dossier médico-technique

dmt Légionelles et milieu de travail Les légionelles dossier médico-technique dmt 98 dossier médico-technique TC 98 Légionelles et milieu de travail La maladie des légionnaires a été individualisée en 1976 lors de l épidémie de Philadelphie. La bactérie responsable, Legionella pneumophila,

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né MODULE 1 : SPECIFICITES DE LA MICROBIOLOGIE ET DE LA PHYSIOPATHOLOGIE APPLIQUEES A LA GYNECOLOGIE, L OBSTETRIQUE

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Déclaration de principe

Déclaration de principe 2011 Technique automatisée d amplification de l acide nucléique en temps réel pour la détection rapide et simultanée de la tuberculose et de la résistance à la rifampicine : Système Xpert MTB/RIF Déclaration

Plus en détail