Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH"

Transcription

1 Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI

2 Utilisation du SIH Pour identifier les patients Pour estimer le coût des séjours Pour évaluer le résultat économique d une intervention Pour des mesures incitatives

3 Identifier les patients Permettrait une analyse directe des coûts et des surcoûts Discussions sur la fiabilité Gerbier S, Bouzbid S, Pradat E, Baulieux J, Lepape A, Berland M, Fabry J, Metzger MH. Use of the French medico-administrative database (PMSI) to detect nosocomial infections in the University hospital of Lyon. Rev Epidemiol Sante Publique Feb;59(1):3-14.

4 Coût des séjours Durée de séjour (PMSI local) Coût du séjour en réanimation (PMSI et ENCC) Coût du séjour (PMSI et ENCC)

5 Coûts attribuables aux infections Groupe contrôle non infecté Régression linéaire multiple avec le coût comme variable à expliquer et l infection comme variable explicative Elward AM, Hollenbeak CS, Warren DK, Fraser VJ. Attributable cost of nosocomial primary bloodstream infection in pediatric intensive care unit patients. Pediatrics. 2005;115(4):

6 Résultats N= 57 enfants Facteurs prédicteurs du cout du séjour: Sévérité de la maladie Cardiopathie congénitale pneumopathie, Transplantation, Septicémie: avec= $45 615, sans= $6396 différence $39 219

7 Exemple d évaluation d une action de prévention Construction d indicateurs Série temporelle M Jain, L Miller, D Belt, D King, D M Berwick Decline in ICU adverse events, nosocomial infections and cost through a quality improvement initiative focusing on teamwork and culture change Qual Saf Health Care 2006;15:

8 Rolling average of length of stay per stay in the ICU. FY, fiscal year. Jain M et al. Qual Saf Health Care 2006;15:

9 Average cost per ICU episode over 2.5 years with fiscal year (FY) 2004 Jain M et al. Qual Saf Health Care 2006;15: Copyright BMJ Publishing Group Ltd and the Health Foundation. All rights reserved.

10 Intérêt Permet le calcul des coûts évités Justification des investissements Analyse de série chronologiques: évite le problème du groupe contrôle Mesure des durées de séjour (soins intensifs, autres) Mesure des coûts associés aux séjours

11 Les incitations à l hôpital Existent aux Etats-Unis: Incitation positive: Expérience Medicare P4P depuis 2003 Etude cas témoin, 252 hôpitaux avec incitations vs 3363 contrôles avec reporting Incitation négative: les événements indésirables liés aux soins Expérimentation en France

12 Mortalité à 30 jours IdM, IC, Pontage, pneumonie N Engl J Med 2012;366:

13 Contexte N ENGL J MED 2012; 367: In October 2008, CMS discontinued additional payments for preventable hospital-acquired conditions : Vascular-catheter-associated infection Catheter-associated urinary tract infection Pressure ulcers (stage III and IV) Falls and trauma Surgical site infection after bariatric surgery for obesity Certain orthopedic procedures Bypass surgery (mediastinitis) Administration of incompatible blood Air embolism Foreign object unintentionally retained after surgery

14 Les résultats dans la presse The infection rates were declining before and after the policy took effect, and the pace of that decline did not change when the penalties began. It had really nothing to do with the CMS policy, Lee said in an interview

15 N ENGL J MED 2012; 367:

16 N ENGL J MED 2012; 367:

17 N ENGL J MED 2012; 367:

18 Discussion des auteurs N ENGL J MED 2012; 367:

19 Pourquoi Le codage peut être faussé: Infection présente à l admission au lieu d infection nosocomiale Les mesures préventives prises avant la mise en place de la politique Seuls les patients concernés par le non remboursement font l objet d une prévention active (?)

20 Les problèmes, P4P en France? gaming du codage Sélection des patients Quelle politique pour les hôpitaux qui ont des sanctions financières? L intervention de la presse Et les leaders d opinion Le choix politique

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Hospitalisations et réhospitalisations sensibles aux soins de premiers recours (HSPR)

Hospitalisations et réhospitalisations sensibles aux soins de premiers recours (HSPR) Hospitalisations et réhospitalisations sensibles aux soins de premiers recours (HSPR) Séminaire Hospinnomics 18 mars, 2015 Victor G. Rodwin Professeur en gestion et politiques de santé Wagner School/New

Plus en détail

Le rôle du Pharmacien Clinicien en antibiothérapie: que pouvons-nous apprendre de l'expérience aux Etas-Unis' Pharm. E. Ampe

Le rôle du Pharmacien Clinicien en antibiothérapie: que pouvons-nous apprendre de l'expérience aux Etas-Unis' Pharm. E. Ampe Le rôle du Pharmacien Clinicien en antibiothérapie: que pouvons-nous apprendre de l'expérience aux Etas-Unis' Pharm. E. Ampe 1 1. Indroduction: Pharmacie Clinique Pharmacie Clinique l ensemble des activités

Plus en détail

Utilisation des indicateurs et des tableaux de bord pour le contrôle de l infection nosocomiale

Utilisation des indicateurs et des tableaux de bord pour le contrôle de l infection nosocomiale Utilisation des indicateurs et des tableaux de bord pour le contrôle de l infection nosocomiale Stephan Harbarth, MD, MS Service de Prévention et Contrôle de l Infection Hôpitaux Universitaires de Genève,

Plus en détail

Rapid response team (Equipe mobile d urgence)

Rapid response team (Equipe mobile d urgence) Rapid response team (Equipe mobile d urgence) D. Benoit, MD, PhD Department of Intensive Care Medicine Ghent University Hospital Chaine de survie intra hospitalière Intervention précoce avant l admission

Plus en détail

Les données hospitalières pour améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients en oncologie

Les données hospitalières pour améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients en oncologie Symposium QUALITY AND SAFETY IN ONCOLOGY NURSING: INTERNATIONAL PERSPECTIVES Les données hospitalières pour améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients en oncologie Dr Jean-Marie Januel,

Plus en détail

Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies

Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies Philippe Vanhems Service Hygiène Hospitalière, Epidémiologie et Prévention Pôle Santé, Recherche, Risques et Vigilances

Plus en détail

Hepatitis and pregnancy

Hepatitis and pregnancy Hepatitis and pregnancy GFMER Yaoundé 26 November 2007 José M Bengoa MD Geneva - Switzerland Maladie hépatique et grossesse: trois relations étiologiques maladie hépatique induite par la grossesse nouvelle

Plus en détail

HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES?

HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES? HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES? Il ruolo della IAAS nei programmi europei Le rôle de l'international Association for Ambulatory Surgery Surgery dans les

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Conférencière à CANO 2013: Cynthia A. McLennan rn,bscn,mba,con(c) Specialty health network Shoppers drug mart

Conférencière à CANO 2013: Cynthia A. McLennan rn,bscn,mba,con(c) Specialty health network Shoppers drug mart Conférencière à CANO 2013: Cynthia A. McLennan rn,bscn,mba,con(c) Specialty health network Shoppers drug mart Présentation par: Annie Bombardier Ass. Inf. Chef. CHPLG, csio Annie Jean, IPO CHPLG, csio

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Université de Lausanne, Bugnon 17, 1005 Lausanne, Suisse.

Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Université de Lausanne, Bugnon 17, 1005 Lausanne, Suisse. Modalités d utilisation et de diffusion des PSI (indicateurs de sécurité des soins hospitaliers) dans les pays de l OCDE : revue des études publiées et interview des experts internationaux. Dr Marie Annick

Plus en détail

Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL

Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL M Berland, R Girard, L Ayzac, M Bourjault, N Rat, MH Metzger, R Rudigoz, ML Valdeyron, P

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

17/11/2012. Place des comportements dans l approche multimodale. Approche multimodale * Publication princeps

17/11/2012. Place des comportements dans l approche multimodale. Approche multimodale * Publication princeps Place des comportements dans l approche multimodale Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Approche multimodale * Groupe de mesures d efficacité scientifiquement prouvée visant à améliorer

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE? QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE? Regard critique sur nos filières de formation Symposium GSASA, Berne, 12 mai 2009 André Pannatier 1 PLAN 1. Les filières de formation de base et postdiplôme

Plus en détail

A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients

A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients Patrick Triadou, Hôpital Necker, Université Paris Descartes patrick.triadou@nck.aphp.fr P Triadou 1ères Rencontres Internationales : Gouvernance des Risques

Plus en détail

La Liste de Vérification Chirurgicale

La Liste de Vérification Chirurgicale La Liste de Vérification Chirurgicale Dre Shannon Fraser Professeure Assistant, Université McGill Chef de la division de chirurgie générale M Bobby Paré Coordonnateur en Soins Infirmiers bloc opératoire

Plus en détail

Sécurisation du circuit du médicament en réanimation

Sécurisation du circuit du médicament en réanimation 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2010 Sfar. Tous droits réservés. Sécurisation du circuit du médicament en réanimation M. Antignac Service

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

S. aureus : champ de la question

S. aureus : champ de la question S. aureus : champ de la question SASM et SARM SASM : 25% porteurs à l admission 50% des infectés SARM : 5% porteurs à l admission 50% des infectés Le dépistage, pour quoi faire? P. contact Mesures spécifiques

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008 INTERETS ET LIMITES DES SCORES DE GRAVITE Mélanie RIEDEL DESC de réanimation Septembre 2008 Elaboration des Scores de Gravité Etablis à partir de paramètres cliniques et biologiques Outils épidémiologiques

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

ATELIER NOUVELLE GOUVERNANCE. Professeur Thierry May

ATELIER NOUVELLE GOUVERNANCE. Professeur Thierry May ATELIER NOUVELLE GOUVERNANCE Professeur Thierry May Nouvelle gouvernance hospitalière Plan Hôpital 2007 Relance investissement hospitalier Incitation financière par T2A Organisation en Pôle Expérimentation

Plus en détail

Gallagher A., Dagenais L., Doussau A., Décarie J.C., Materassi M., Gagnon K., Prud'homme J., Vobecky S., Poirier N., Carmant L.

Gallagher A., Dagenais L., Doussau A., Décarie J.C., Materassi M., Gagnon K., Prud'homme J., Vobecky S., Poirier N., Carmant L. Gallagher A., Dagenais L., Doussau A., Décarie J.C., Materassi M., Gagnon K., Prud'homme J., Vobecky S., Poirier N., Carmant L. 2 ème Symposium CINC 8 mai 2015 Plan Introduction: Quelques faits sur les

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION. Julien Gelly

MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION. Julien Gelly MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION Julien Gelly Déclaration de liens d intérêts Chef de clinique de médecine générale Département de médecine générale, Université Paris

Plus en détail

Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain

Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain Domizio SUVA Domizio.suva@hcuge.ch Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Hôpitaux Universitaires de Genève Introduction

Plus en détail

Surcoût des événements indésirables associés aux soins (EIS) à l hôpital

Surcoût des événements indésirables associés aux soins (EIS) à l hôpital Surcoût des événements indésirables associés aux soins (EIS) à l hôpital Premières estimations à partir de neuf indicateurs de sécurité des patients Clément NESTRIGUE (IRDES) Zeynep OR (IRDES) 13 ème Journée

Plus en détail

SURVEILLANCE SANS FIL DES SIGNES VITAUX. Votre Système De Détection Précoce

SURVEILLANCE SANS FIL DES SIGNES VITAUX. Votre Système De Détection Précoce SURVEILLANCE SANS FIL DES SIGNES VITAUX Votre Système De Détection Précoce VOTRE SYSTÈME DE DÉTECTION PRÉCOCE Dans les unités de médecine, les signes vitaux sont généralement pris au cours des rondes de

Plus en détail

Politique d assurance de la qualité du point de vue de la politique régulatoire

Politique d assurance de la qualité du point de vue de la politique régulatoire Politique d assurance de la qualité du point de vue de la politique régulatoire Dr. Heinz Locher Assemblée générale Sommaire 1. Liste des tâches ( Mandat de l intervenant) 2. L angle de vue top down :

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

*** aris rome. chambre & séjours \ tarifs 2016

*** aris rome. chambre & séjours \ tarifs 2016 chambre & séjours \ tarifs 2016 P *** aris rome 79 avenue Porte de France 06 500 Menton tel.+33 (0)4 93 35 73 45 fax +33 (0)4 93 35 29 30 www.paris-rome.com info@paris-rome.com tarif a tarif b juniors-suites

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Intitulé de l intervention Comment maîtriser la qualité et la sécurité des soins au domicile? Dr Jean BRAMI - HAS

Intitulé de l intervention Comment maîtriser la qualité et la sécurité des soins au domicile? Dr Jean BRAMI - HAS Intitulé de l intervention Comment maîtriser la qualité et la sécurité des soins au domicile? Dr Jean BRAMI - HAS Le BMR est de retour Monsieur Albert V. porteur d un bacille multi-résistant retourne à

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers?

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Pierre Mols MD PhD Service des Urgences et du SMUR 13 janvier 2015 Predictors of survival from out-of-hospital cardiac arrest: a systematic

Plus en détail

PMSI et Système d Information en Epidémiologie. Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux

PMSI et Système d Information en Epidémiologie. Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux PMSI et Système d Information en Epidémiologie Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux Place du recueil d information médicale dans le SIH Système d information Organisation qui comprend moyens humains et

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Conférence n 30 : «Numérique en santé : les innovations qui changent la donne»

Conférence n 30 : «Numérique en santé : les innovations qui changent la donne» Conférence n 30 : «Numérique en santé : les innovations qui changent la donne» Identifier de nouveaux modèles de prises en charge globales et coordonnées : les enseignements des exemples américain et espagnol

Plus en détail

H-9 Hospital Services Act 2002-29 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2002-29 NEW BRUNSWICK REGULATION 2002-29. établi en vertu de la.

H-9 Hospital Services Act 2002-29 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2002-29 NEW BRUNSWICK REGULATION 2002-29. établi en vertu de la. H-9 Hospital Services Act 2002-29 NEW BRUNSWICK REGULATION 2002-29 under the HOSPITAL SERVICES ACT (O.C. 2002-135) Filed March 28, 2002 1 Section 2 of New Brunswick Regulation 84-167 under the Hospital

Plus en détail

S adapter à un nouvel environnement. Historique. Conduite de projet. Choix retenu : cabinet d architecture Brunet Saunier PARIS

S adapter à un nouvel environnement. Historique. Conduite de projet. Choix retenu : cabinet d architecture Brunet Saunier PARIS S adapter à un nouvel environnement Historique Création de groupes de travail 2000. Concours d architectes 2001 : 3 candidats. APS : Avant Projet Sommaire 2002. APD : Avant Projet Détaillé 2003. Premier

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

Ne perdez pas l avenir de vue

Ne perdez pas l avenir de vue Ne perdez pas l avenir de vue B. Braun Space GlucoseControl Innovation Les défis actuels Besoin d insulinothérapie intensive en soins intensifs Les patients très malades développent une hyperglycémie induite

Plus en détail

Evolution des infections ostéo-articulaires (IOA) en France : PMSI 2008 vs 2013

Evolution des infections ostéo-articulaires (IOA) en France : PMSI 2008 vs 2013 CHRU de Tours Evolution des infections ostéo-articulaires (IOA) en France : PMSI 2008 vs 2013 Dr Leslie Grammatico-Guillon MCU-PH santé publique, épidémiologie Service d information médicale, d épidémiologie

Plus en détail

Aspects socio-économiques des traumatismes graves

Aspects socio-économiques des traumatismes graves Aspects socio-économiques des traumatismes graves Hocine FOUDI Urgences-SAMU-SMUR CH Marc Jacquet D.U. Médecine d urgence, Traumatismes graves, prise en charge des premières heures Epidemiologie Mortalité

Plus en détail

Introduction à l analyse de la performance en réanimation Introduction to the analysis of ICU performance

Introduction à l analyse de la performance en réanimation Introduction to the analysis of ICU performance Réanimation 12 (2003) 16s 20s www.elsevier.com/locate/reaurg Article original Introduction à l analyse de la performance en réanimation Introduction to the analysis of ICU performance B. Guidet Service

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

TRAITEMENT DE HELICOBACTER PYLORI. Anne BOURRIER Cours de DES Le 08/12/2007

TRAITEMENT DE HELICOBACTER PYLORI. Anne BOURRIER Cours de DES Le 08/12/2007 TRAITEMENT DE HELICOBACTER PYLORI Anne BOURRIER Cours de DES Le 08/12/2007 GENERALITES Les caractéristiques d un traitement d éradication idéal sont : Un taux de succès de plus de 90% en analyse per protocole

Plus en détail

bénéfices et maléfices des mesures d isolement

bénéfices et maléfices des mesures d isolement bénéfices et maléfices des mesures d isolement MC. Eisenring Centre de Maladies Infectieuses et Épidémiologie (CMIE) Institut Central des Hôpitaux Valaisans (ICHV), Sion Journée de formation, Assemblée

Plus en détail

Compétences non techniques. Sécurité du patient

Compétences non techniques. Sécurité du patient Compétences non techniques Et Sécurité du patient 26 octobre 2015 Symposium GLIAL Christian Balmer Médecin Adjoint Service anesthésie et réanimation CHCVS Le défi Les réponses possibles Compétences non

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

HOSPITAL INSURANCE SERVICES LOI SUR L ASSURANCE- HOSPITALISATION DÉCRET 2006/199 LOI SUR L ASSURANCE-HOSPITALISATION

HOSPITAL INSURANCE SERVICES LOI SUR L ASSURANCE- HOSPITALISATION DÉCRET 2006/199 LOI SUR L ASSURANCE-HOSPITALISATION HOSPITAL INSURANCE SERVICES ACT Pursuant to section 9 of the Hospital Insurance Services Act, the Commissioner in Executive Council orders as follows 1. The annexed Charges for In-Patient High Cost Procedures

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

Tout patient qui est admis dans une unité de soins à l hôpital. L instrument peut être utilisé dans tout hôpital général (Cichero et al. 2009).

Tout patient qui est admis dans une unité de soins à l hôpital. L instrument peut être utilisé dans tout hôpital général (Cichero et al. 2009). ROYAL BRISBANE AND WOMEN S HOSPITAL (RBWH) DYSPHAGIA SCREENING TOOL Instrument de Royal Brisbane and Women s Hospital (RBWH) Dysphagia Screening Tool mesure Abréviation RBWH Dysphagia Screening Tool Auteur

Plus en détail

Quelle est la place idéale de la coloscopie dans la stratégie de dépistage et de prévention du cancer colo-rectal en France?

Quelle est la place idéale de la coloscopie dans la stratégie de dépistage et de prévention du cancer colo-rectal en France? Quelle est la place idéale de la coloscopie dans la stratégie de dépistage et de prévention du cancer colo-rectal en France? Pr. Christophe Cellier, Past-President Dr. Bruno Richard-Molard, Président Pr.

Plus en détail

APSS Application Form for the University year 2016-2017 Formulaire de candidature au PEASS pour l année universitaire 2016-2017

APSS Application Form for the University year 2016-2017 Formulaire de candidature au PEASS pour l année universitaire 2016-2017 APSS Application Form for the University year 2016-2017 Formulaire de candidature au PEASS pour l année universitaire 2016-2017 This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Dépistage de S. aureus : qui, quand et comment? Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII

Dépistage de S. aureus : qui, quand et comment? Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII Dépistage de S. aureus : qui, quand et comment? Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII Symposium BD, SFHH, juin 2010 Le champ de la question SASM

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

Assurance Maladie. Le développement de la Chirurgie ambulatoire par la MSAP et les incitations tarifaires

Assurance Maladie. Le développement de la Chirurgie ambulatoire par la MSAP et les incitations tarifaires Assurance Maladie Le développement de la Chirurgie ambulatoire par la MSAP et les incitations tarifaires 1. LA MSAP Principe Les textes Les gestes retenus Bilan MSAP 2011 2. LES MESURES TARIFAIRES INCITATIVES

Plus en détail

4ème congrès annuel UCOG Bretagne

4ème congrès annuel UCOG Bretagne 4ème congrès annuel UCOG Bretagne Intérêt de l'évaluation gériatrique en amont de la chirurgie cancérologique : lecture critique d'articles Intervenants : Dr PRUD'HOMM J., Gériatre, CHU Rennes Dr LE GOURRIEREC

Plus en détail

EURO ZONE: economic impact of the financial crisis

EURO ZONE: economic impact of the financial crisis 1 EURO ZONE: economic impact of the financial crisis Michel Aglietta Univ Paris West, Cepii and Groupama-am Euro zone and European Union: a generalized slump with a recovery starting in Q3 2009 2 Euro

Plus en détail

Les recommandations du CTV/ HCSP de 2014: les points à retenir. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Les recommandations du CTV/ HCSP de 2014: les points à retenir. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Les recommandations du CTV/ HCSP de 2014: les points à retenir Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée ISBA: 22 novembre 2014 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt

Plus en détail

Fers Injectables Nouvelles Recommandations ORPHEM. Laurent Chiche Médecine Interne CHU Conception

Fers Injectables Nouvelles Recommandations ORPHEM. Laurent Chiche Médecine Interne CHU Conception Fers Injectables Nouvelles Recommandations ORPHEM Laurent Chiche Médecine Interne CHU Conception Conflits d intérêt Conflits Amgen advisory board (PTI) Lilly advisory board (Lupus) GSK formation éducation

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

«Bienvenue au Canada: on ne s inquiète pas de l assurance privée ici»

«Bienvenue au Canada: on ne s inquiète pas de l assurance privée ici» «Bienvenue au Canada: on ne s inquiète pas de l assurance privée ici» Amélie Quesnel-Vallée Professeur adjoint, Université McGill Département d épidémiologie, biostatistique et santé au travail, Département

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Lutte contre les événements indésirables graves médicamenteux (EIGm) évitables

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Lutte contre les événements indésirables graves médicamenteux (EIGm) évitables XXIIe Journée Annuelle du Sud Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins et de formation en hygiène Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients Lutte

Plus en détail

Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010

Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010 Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010 Très souvent on entend citée en référence une étude américaine qui mettrait en avant que les infirmiers anesthésistes sont plus dangereux que les médecins

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef De la pharmacie au patient: comment réduire les erreurs? Etre les premiers pour Symposium vous Aguettant - SFAR 19 septembre 2013 2

Plus en détail

Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique?

Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique? Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique? Une introduction sur l évolution nécessaire des systèmes d information de santé Marius Fieschi Assistance Publique Hôpitaux de

Plus en détail

Démarches qualité à l hôpital :

Démarches qualité à l hôpital : le point sur Démarches qualité à l hôpital : laquelle choisir? Rev Med Suisse 2014 ; 10 : 1143-7 G. Haller J.-L. Quenon Quality improvement initiatives in hospitals : which one to choose? The number of

Plus en détail

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012 Nouveau financement hospitalier en 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Historique 3. Bases légales 4. Le système DRG 5. Impact économique 6. Autre nouveauté en 2012 7. Discussion 1. Introduction Le nouveau

Plus en détail

Relations Internationales International Partnerships. Projet Espagne / Valence. The Spain Project /Valence

Relations Internationales International Partnerships. Projet Espagne / Valence. The Spain Project /Valence Projet Espagne / Valence Ce projet doit permettre aux élèves de classe Terminale LGT d utiliser une langue étrangère (l espagnol) et de connaitre certains aspects culturels en vue de comprendre le fonctionnement

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né

Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né RECOMMANDATIONS HAS MAI 2013 (EN COURS DE VALIDATION) C BOITHIAS RÉANIMATION PÉDIATRIQUE

Plus en détail

Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation:

Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation: Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation: exemple du Dossier patient informatisé (DPI) Joanne Lessard, M.Sc.A., PMP, CPHIMS Systèmes informatiques CHCA inc.

Plus en détail

CHOISIR LA PROTECTION D ASSURANCE DE SOINS DE LONGUE DURÉE LA MIEUX ADAPTÉE À VOS BESOINS

CHOISIR LA PROTECTION D ASSURANCE DE SOINS DE LONGUE DURÉE LA MIEUX ADAPTÉE À VOS BESOINS ENTREZ CHOISIR LA PROTECTION D ASSURANCE DE SOINS DE LONGUE DURÉE LA MIEUX ADAPTÉE À VOS BESOINS La vie est plus radieuse sous le soliel La Sun Life du Canada, compagnie d assurance-vie est membre du groupe

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

Surveillance des infections liées aux CVC. F L Hériteau Journée scientifique du Cclin Est Dijon 14 mars 2013

Surveillance des infections liées aux CVC. F L Hériteau Journée scientifique du Cclin Est Dijon 14 mars 2013 Surveillance des infections liées aux CVC F L Hériteau Journée scientifique du Cclin Est Dijon 14 mars 2013 Bactériémies liées aux CVC en réanimation ProPIN 2009-2013 Objectifs quantifiés de résultats

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Forer plus loin : AQESSS Montréal (Québec) Jason Sutherland, Ph. D.

Forer plus loin : AQESSS Montréal (Québec) Jason Sutherland, Ph. D. Connaissez-vous vos données? Forer plus loin : les possibilités et les risques AQESSS Montréal (Québec) Le 11 novembre 2011 Jason Sutherland, Ph. D. Centre for Health Services and Policy Research Données

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA DOULEUR AIGUË CHEZ L ENFANT

ÉVALUATION DE LA DOULEUR AIGUË CHEZ L ENFANT ÉVALUATION DE LA DOULEUR AIGUË CHEZ L ENFANT JULIE BROUILLARD, ICS ANNIK OTIS, ICS Hôpital de Montréal pour enfants 24 Novembre 2010 Historique Avant 1970, aucune littérature scientifique sur la douleur

Plus en détail

La justification de la finance comportementale

La justification de la finance comportementale Chapitre 1 La justification de la finance comportementale 1. La querelle entre les anciens et les modernes Les sciences fondamentales comme les sciences humaines avancent grâce aux controverses et querelles.

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS

SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS SFAV Marseille 10-12 juin 2012 J Pengloan TOURS p

Plus en détail

BY-LAW PROVIDING FOR CERTAIN FALSE ALARM MEASURES TO IMPROVE FIRE PREVENTION AND PUBLIC SAFETY

BY-LAW PROVIDING FOR CERTAIN FALSE ALARM MEASURES TO IMPROVE FIRE PREVENTION AND PUBLIC SAFETY VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT RCG 08-035 BY-LAW PROVIDING FOR CERTAIN FALSE ALARM MEASURES TO IMPROVE FIRE PREVENTION AND PUBLIC SAFETY In view of section 65 of the Municipal Powers Act (R.S.Q., chapter

Plus en détail