COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)"

Transcription

1 Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL) DEUXIEME RAPPORT D'EVALUATION MUTUELLE SUR L ALBANIE RÉSUMÉ

2 Une équipe d évaluation du comité MONEYVAL, accompagnée d un collègue du Groupe d action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI), s est rendue en Albanie du 14 au 17 octobre 2003, dans le cadre du deuxième cycle d évaluation du MONEYVAL. 2. En ce qui concerne la situation générale en matière de blanchiment de capitaux, au moment de la deuxième mission sur place, il a été précisé que les principales sources de produits du crime viennent des crimes liés aux stupéfiants, des vols, des infractions douanières, de l exploitation de la prostitution, du trafic d armes et de moteurs (y compris les voitures) et du vol par abus de pouvoir. Les crimes fiscaux, la fraude et le faux-monnayage sont relativement fréquents. 3. Les organisations criminelles exercent leurs activités à assez grande échelle. L équipe d évaluation a obtenu des chiffres qui donnent à penser que de janvier 2002 à septembre 2003, pas moins de 22 organisations criminelles comptant au total 108 personnes ont été identifiées. Sur les 108 personnes, 76 ont été arrêtées. Ces organisations sont impliquées dans différents types de crimes, y compris la contrefaçon de monnaie, la falsification de documents, le trafic de cigarettes et de carburant et les vols. 4. Pour ce qui est des typologies de blanchiment de capitaux, l utilisation du système financier devient peu à peu plus fréquente. Le système financier n est cependant pas très développé, ce qui explique aussi pourquoi on évoque fréquemment le blanchiment de capitaux dans le cadre de transactions commerciales, y compris l investissement des produits du crime dans des villas, des voitures et d autres biens. Environ 80 % de toutes les opérations économiques s effectuent encore en espèces, ce qui complique naturellement les enquêtes de la police dans les affaires de blanchiment de capitaux. 5. Reconnaissant l importance d un système efficace de lutte contre le blanchiment de capitaux, les autorités albanaises se sont efforcées de rapprocher des normes internationales la législation et le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux de leur pays. Cela a amené un certain nombre de changements dans la situation en matière de blanchiment de capitaux, tant sur le plan préventif que répressif. Tout d abord, la CRF nationale a été créée en août 2001 sous forme de Direction du ministère des Finances. La loi générale de prévention du blanchiment de capitaux, qui est entrée en vigueur peu avant la première mission d évaluation, a été mise en œuvre et a été amendée en juin Les modifications ont également soumis au régime préventif les professions non financières, comme le prévoit la Directive de l UE sur le blanchiment de capitaux. Au même moment que des modifications ont été apportées à la loi de prévention, l infraction de blanchiment de capitaux a elle aussi été nettement modifiée. 6. Sur le plan juridique, l Albanie s est attaquée à de nombreux problèmes relatifs à l attribution de la qualification pénale au blanchiment de capitaux qui avaient été identifiés dans le rapport du premier cycle d évaluation et, de manière générale, il semblerait désormais que l incrimination du blanchiment de capitaux repose sur des bases solides. Ainsi, une infraction spécifique de blanchiment de capitaux a été inscrite dans l article 287 du Code pénal et la définition du blanchiment de capitaux est reproduite dans la Loi sur la prévention du blanchiment de capitaux. L infraction est de nature à englober tous les crimes. Cependant, si l on prend à la lettre l article 287, on ne sait pas vraiment si cette infraction couvre aussi les produits indirects, de même qu il existe certaines incertitudes quant à la couverture du blanchiment de produits d une infraction par son auteur. 7. Il existe des problèmes très graves concernant la nature et le niveau des éléments de preuve nécessaires pour établir l infraction principale, non seulement dans le cadre de poursuites devant les tribunaux, mais peutêtre aussi dans le cadre de procédures d enquêtes nécessitant un mandat judiciaire. L approche des procureurs est préoccupante à cet égard, car ils estiment manifestement qu une condamnation antérieure ou simultanée pour l infraction principale est nécessaire pour décider d une inculpation dans une affaire de blanchiment de capitaux. Cette interprétation extrêmement stricte de l article 287 menace tous les efforts de lutte contre le blanchiment de capitaux. 1 1 Au moment de l adoption du rapport, les autorités albanaises ont précisé que des poursuites étaient possibles pour blanchiment de capitaux en l absence d inculpation pour l infraction principale correspondante, mais on comprendra que cela n a pas été vérifié.

3 Le premier rapport d évaluation mutuelle de l Albanie avait recommandé d accorder une attention particulière à l introduction en Albanie de la responsabilité pénale des sociétés. Depuis lors, l Albanie a adopté l article 45 du Code pénal, qui ne constitue certes pas une disposition sur la responsabilité pénale des sociétés, mais qui représente néanmoins un pas dans la bonne direction. 9. En ce qui concerne la contrainte par corps (saisie) depuis le premier cycle d évaluation de l Albanie, une nouvelle disposition a été introduite sous la forme de l article 274, paragraphe 2, du Code de procédure pénale. L article 274 porte sur la contrainte par corps (saisie) et le paragraphe 2 énonce explicitement que les produits du crime et tout autre bien qui peut faire l objet d une confiscation, peuvent être saisis. En dépit de cette évolution positive du dispositif juridique, il semblerait qu aucun mandat de saisie ou de gel n ait été délivré dans le domaine des infractions d enrichissement illicite. 10. En ce qui concerne la confiscation, les deux dispositions les plus pertinentes sont les articles 30 et 36 du Code pénal. L article 30 porte sur le recours à la confiscation comme sanction supplémentaire, tandis que l article 36 est une disposition plus étendue définissant le dispositif général de la confiscation. L article 36 a été modifié depuis le premier cycle d évaluation et prévoit désormais un dispositif plus complet qu auparavant. À titre d exemple, il est maintenant clair que la confiscation des produits indirects est aussi prévue. Dans ce contexte relativement positif au regard des dispositions modifiées sur la confiscation, il est extrêmement décevant de constater qu apparemment, le régime de confiscation ne sert que très peu. 11. Dans le domaine de la coopération internationale, depuis le premier cycle d évaluation, l Albanie a signé et ratifié plusieurs conventions internationales importantes en matière de coopération dans les affaires pénales. Les autorités albanaises ont informé l équipe d évaluation que toutes les demandes reçues dans le domaine de l entraide judiciaire ont eu des suites positives. Toutefois, aucune des demandes n était liée à la saisie et à la confiscation et l équipe d évaluation craint que l article 517 du Code de procédure pénale n apporte pas les fondements juridiques nécessaires pour exécuter une demande de saisie provenant de l étranger. 12. Sur les questions préventives, la Loi sur la prévention du blanchiment de capitaux, dans sa version modifiée de 2003, désigne un grand nombre d institutions financières et non financières comme sujets de cette Loi. L inclusion d un éventail aussi large d institutions dans le régime de lutte contre le blanchiment de capitaux est en soi favorable au futur développement du système. Néanmoins, compte tenu du sousdéveloppement du secteur financier, un certain nombre de sujets n ont guère d importance pour l instant dans la stratégie anti-blanchiment en Albanie. Compte tenu de ces conditions, les évaluateurs se sont demandé dans quelle mesure la Loi résulte d une réelle analyse de la situation actuelle en Albanie. 13. Pour ce qui est des conditions d identification de la clientèle, il a été conclu lors du premier cycle d évaluation de l Albanie qu il n existait pas d obligation légale d identifier les clients avant d établir des relations commerciales, par exemple l ouverture d un compte. C est encore le cas. L article 4, paragraphe 1, de la Loi sur la prévention du blanchiment de capitaux dispose que les clients doivent être identifiés avant de réaliser une quelconque opération financière dépassant deux millions de leke, conformément à l article 5 de la Loi (et non pas avant d établir une relation commerciale) et lorsqu il y a une suspicion de blanchiment de capitaux. Les évaluateurs ont été informés par le Club des banquiers albanais qu en pratique, chaque banque, conformément à son propre règlement interne, doit identifier les clients avant d établir des relations commerciales. La Loi ne reflète cependant pas cette situation. Cela n est pas conforme aux Directives de l UE ni à la Recommandation 10 du GAFI. 14. À propos des obligations d enregistrement et de déclaration, l article 5 de la Loi sur la prévention du blanchiment de capitaux définit les conditions d enregistrement et de déclaration auprès de la CRF des opérations suspectes et de certaines opérations en espèces ou non. Les obligations de déclaration, dans leur traduction anglaise en tout cas, sont assez complexes et pourraient nécessiter d autres instructions. Selon l article 5, les sujets de la Loi sont tenus de respecter les modalités suivantes : Enregistrer les opérations en espèces ou non dépassant 2 millions de leke. Enregistrer et déclarer à la CRF les opérations en espèces ou non indépendamment du volume de l opération lorsqu il y a suspicion de blanchiment de capitaux. Des indicateurs pour établir

4 - 4 - une suspicion sont exposés dans l article 5, paragraphe 3 de la Loi. Enregistrer et déclarer auprès de la CRF les opérations en espèces ou non dépassant 20 millions de leke. 15. L article 11 de la Loi sur la prévention du blanchiment de capitaux semble limiter l obligation de déclaration des banques aux situations où la suspicion porte sur des activités bancaires d une certaine nature, et non pas sur les activités bancaires en général. Si cette interprétation de l article 11 est correcte, il s agit là d un grave obstacle à l efficacité des efforts pour lutter contre le blanchiment de capitaux dans le domaine bancaire. 16. À propos des prescriptions de conservation des pièces, la Loi sur la prévention du blanchiment de capitaux prévoit que tous les sujets de la Loi doivent conserver les données, les informations et les rapports sur les opérations exécutées pour le compte des clients pendant une période d au moins 5 ans a) à compter de la date où le client met fin à ses relations civiles ou juridiques avec le sujet ou b) après l exécution de l opération. Toutefois, comme il avait déjà été conclu lors du premier cycle d évaluation, il n existe pas de disposition concernant la durée de conservation des documents une fois que le compte a été clos. La formulation précisée sous a) n est pas suffisamment claire à cet égard, car la date d interruption des relations n est pas nécessairement la même que celle de la clôture du compte. 17. Pendant le premier cycle d évaluation, ni les autorités de tutelle, ni les institutions financières n avaient mis en place des programmes de formation du personnel. La situation semble s être améliorée. La CRF, ainsi qu au moins les banques et les sociétés d assurance, ont mis en place des programmes de formation. Ce n est cependant pas le cas de tous les sujets de la Loi. 18. En ce qui concerne les opérations de change, les évaluateurs ont conclu que la situation depuis le premier cycle d évaluation n a guère changé. La banque centrale a une fois encore précisé qu elle n était pas habilitée à éliminer les opérations de change illégales. Pour la banque centrale, il n est pas clair qui doit être responsable de cette élimination : l administration fiscale ou la police. Les évaluateurs ont finalement appris que la police était généralement compétente et qu elle a pris quelques mesures. En outre, la police a signalé que la situation était bien meilleure aujourd hui qu il y a quelques années. Les évaluateurs ont pu cependant constater qu il existe encore une intense activité de change dans les lieux publics, activité de toute évidence tolérée dans une certaine mesure par la police. Les autorités albanaises devraient par conséquent s assurer qu elles disposent de moyens efficaces pour éliminer les opérations de change illégales et que des mesures concrètes sont prises à l encontre de personnes proposant ce type de services. 19. Quant aux questions opérationnelles, les résultats globaux obtenus par les services compétents et les autorités judiciaires en termes d enquêtes pénales, de poursuites et plus particulièrement de condamnations relatives au blanchiment de capitaux, sont très maigres. Depuis la première évaluation, une seule condamnation pour blanchiment de capitaux a été prononcée. Sous le régime actuel de déclaration, la CRF a reçu au total 265 rapports, 68 DOS et 197 déclarations d opérations en devises. Sur les 265 déclarations, 36 ont été transmises à la police et 8 déclarations directement au parquet. Par conséquent, sur le nombre total de déclarations que la CRF a reçues, un pourcentage assez faible est transmis pour une enquête plus approfondie. Étant donné le nombre relativement élevé d affaires liées au trafic de stupéfiants, à la fraude et aux infractions concernant des biens, des poursuites pour blanchiment de capitaux devraient être engagées en plus grand nombre. Ainsi, suivre le cheminement des produits du crime dans des infractions particulièrement lucratives devrait constituer une priorité judiciaire. D autres besoins en formation dans les techniques modernes d enquêtes financières devraient être examinés et pris en compte. Les procureurs spécialisés devraient aussi bénéficier d une formation plus poussée. Il est aussi indispensable que la police commence à détecter des affaires de blanchiment de capitaux en dehors du système de déclaration. 20. Dans l ensemble, cependant, la CRF semble avoir trouvé sa place dans le dispositif opérationnel et elle coopère assez harmonieusement avec les services opérationnels classiques, même s il s agit d une entité administrative. Il faut aussi reconnaître tout son mérite au personnel de la CRF, qui semble très dévoué à sa tâche. En outre, la CRF est devenue membre du Groupe Egmont, ce qui est positif. Les pouvoirs de la CRF, que la Loi sur la prévention du blanchiment de capitaux avait prévu de lui attribuer avant la création de la cellule, ont en outre été considérablement étendus depuis la première évaluation. Aujourd hui, la CRF déclare

5 - 5 - avoir accès à tout type d information financière sans accord préalable des tribunaux ou du parquet. Pour ce qui est de l aspect moins positif, les évaluateurs n ont pas bien compris quel type d analyse est mené par la CRF en vue d améliorer la gestion des déclarations des opérations suspectes et des grosses opérations en espèces. 21. Dans le rapport d évaluation du premier cycle, il était dit que les Douanes ne participent pas suffisamment à l effort national de lutte contre le blanchiment de capitaux. Cette préoccupation n a guère suscité d attention. Il ne fait aucun doute que les Douanes participent au programme général de coordination de la lutte anti-blanchiment en Albanie. Elles sont toutefois encore confrontées, semble-t-il, à un manque de formation et de compétences. Les autorités douanières devraient donc adopter une approche plus volontariste et ciblée dans les enquêtes sur les affaires de blanchiment de capitaux, par exemple en étendant plus systématiquement leurs propres enquêtes à la dimension économique des crimes relevant de leur compétence et en décelant les produits du crime en rapport avec le blanchiment de capitaux. Les Douanes devraient notamment donner la priorité à la prévention de l importation de voitures volées en Albanie. 22. La situation concernant les techniques d enquête spéciales comme l interception de communications téléphoniques, les opérations d infiltration, les écoutes, les livraisons contrôlées et le recours à des agents provocateurs reste pratiquement inchangée depuis le premier rapport d évaluation mutuelle. Bien que certaines d entre elles par exemple l interception et l enregistrement des communications soient intégrées dans la législation, d autres comme les livraisons contrôlées ne sont toujours pas réglementées 1, et on ne sait toujours pas vraiment si l on a jamais recouru à ces techniques dans le cadre d affaires de blanchiment de capitaux. En outre, la police ne dispose toujours pas d une base de données policières centrale. Il va sans dire qu une base de données centrale serait extrêmement utile pour le travail quotidien de la police et pourrait aussi présenter un intérêt dans les cas de crime financier et de blanchiment de capitaux. 23. Pour conclure, il faut souligner que l Albanie a accompli de nets progrès depuis la première évaluation. Les principales composantes d un système préventif dans l ensemble solide sont en place, même si des carences constatées dans la surveillance et l identification de la clientèle font fortement obstacle à son efficacité. En général, les services opérationnels semblent avoir mieux défini leurs objectifs et consacrent plus d efforts à obtenir des résultats que ce n était le cas il y a quelques années. Toutefois, c est en grande partie grâce à la CRF. En outre, l efficacité d un système doit éventuellement être évaluée en fonction des résultats qu il produits, et l Albanie en a produit très peu. L équipe d évaluation pense que les modifications et les ajustements proposés contribueraient à permettre au dispositif anti-blanchiment de l Albanie de produire les résultats qu elle mérite et à conférer plus d efficacité à ce dispositif. ooo 1 A la suite de la mission d évaluation, les autorités albanaises ont signalé qu en février 2004, une loi a été adoptée qui réglemente lesdites techniques d enquête.

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 12 décembre 2003 MONEYVAL (2003)2 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 17 mai 2004 MONEYVAL (2004)5 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) ANNEXE D Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res MONEYVAL COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Strasbourg, 13 décembre 2002 M ONEYVAL (PC -R-EV) (2002)18 Ré s COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

Strasbourg, 13 décembre 2002 M ONEYVAL (PC -R-EV) (2002)18 Ré s COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 13 décembre 2002 M ONEYVAL (PC -R-EV) (2002)18 Ré s COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Comité restreint d'experts sur l'évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles des métiers du conseil et de la finance 19 mai 2011 Christophe ZEEB

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, le 27 juin 2008 MONEYVAL (2005) 15 SUMM COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE D EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés-

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés- JAPON Guide pratique pour le recouvrement d avoirs -Comment retourner les avoirs concernés- Septembre 2012 1/ Vue d ensemble Le Japon peut assister d autres pays ayant fait une demande de retour d avoirs

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DETAILLEE DE TROISIEME CYCLE SUR LA POLOGNE 1 LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

RAPPORT D EVALUATION DETAILLEE DE TROISIEME CYCLE SUR LA POLOGNE 1 LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Strasbourg, 7 juin 2007 MONEYVAL (2006) 24 Résumé COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITÉ D EXPERTS SUR L ÉVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Le Comité des Ministres, en vertu des articles 15.a et 16 du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, en vertu des articles 15.a et 16 du Statut du Conseil de l Europe, Résolution CM/Res(2013)13 sur le statut du Comité d'experts sur l'évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (MONEYVAL) (adoptée par le Comité des

Plus en détail

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

SLOVÉNIE. Rapport de la 4e visite d évaluation Résumé. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

SLOVÉNIE. Rapport de la 4e visite d évaluation Résumé. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme COMITÉ D EXPERTS SUR L EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME (MONEYVAL) MONEYVAL(2010)07 SUMM Rapport de la 4e visite d évaluation Résumé Lutte

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption UNE ÉTUDE DE CAS Mener des investigations efficaces en matière de corruption ---------- Une conception

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne Traité sur le fonctionnement de l Union européenne TITRE V L'ESPACE DE LIBERTÉ, DE SÉCURITÉ ET DE JUSTICE (in Troisième partie : les politiques et actions internes de l Union européenne) CHAPITRE 1. DISPOSITIONS

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Table des matières LARCIER 249

Table des matières LARCIER 249 Chapitre I. Le secret bancaire interne belge en matière d impôts autres que l impôt sur le revenu... 9 I.1. Introduction... 9 I.2. Le secret bancaire en matière de T.V.A.... 9 I.2.1. I.2.2. Les obligations

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 227 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 15 4 février 2010 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 1 er février

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.5.2015 COM(2015) 194 final 2015/0101 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion, au nom de l'union européenne, du protocole pour éliminer le

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054 Montreuil, le 24/06/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054 OBJET : Entreprises en redressement judiciaire soumissionnaires de marchés

Plus en détail

Enquête administrative au sein du SECO

Enquête administrative au sein du SECO Enquête administrative au sein du SECO Attribution de mandats dans le domaine informatique et contrôle de la légalité des procédures d acquisition de l organe de compensation de l assurance-chômage Media

Plus en détail

Le Centre contre le trafic d œuvres d art (ci-après : CPKU), fondé en 2014, a organisé la première

Le Centre contre le trafic d œuvres d art (ci-après : CPKU), fondé en 2014, a organisé la première CENTAR PROTIV KRIJUMČARENJA UMJETNINAMA CENTER AGAINST TRAFFICKING IN WORKS OF ART KLOSTERSKA 19 75 000 TUZLA BOSNA I HERCEGOVINA CPKUBIH@GMAIL.COM WWW.CPKU.ORG +387 61 185 733 RAPPORT DE LA CONFERENCE

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012 Modification de loi fédérale sur le blanchiment d argent (Bureau de communication en matière de blanchiment d argent ; collaboration avec les autorités étrangères) Prise de position de la Déclaration de

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION CTIF-CFI DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NLcorruption version3 03/05/2007 DOSSIERS

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Blanchiment d argent: mode d emploi

Blanchiment d argent: mode d emploi Blanchiment d argent: mode d emploi La définition du blanchiment d argent, selon la loi 05.01.2005 relative a la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. C

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DÉTAILLÉE DE TROISIEME CYCLE SUR LA BULGARIE 1

RAPPORT D ÉVALUATION DÉTAILLÉE DE TROISIEME CYCLE SUR LA BULGARIE 1 Strasbourg, 1 er avril 2008 MONEYVAL (2008) 02 COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITÉ D EXPERTS SUR L ÉVALUATION DES MESURES CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Les Recommandations du GAFI

Les Recommandations du GAFI NORMES INTERNATIONALES SUR LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET DE LA PROLIFÉRATION Les Recommandations du GAFI février 2012 GROUPE D ACTION FINANCIÈRE Le Groupe

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.2/2014/1 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 11 juin 2014 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre le financement

Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre le financement Nouvelles juridiques a publication of the Luxembourg Bankers Association Novembre 2010 - n 03 Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Position de l ASG sur la révision de la LBA

Position de l ASG sur la révision de la LBA Position de l ASG sur la révision de la LBA L ASG est favorable à ce que la Suisse, en tant que membre fondateur du GAFI et place financière en pointe dans la lutte contre le blanchiment d argent, applique

Plus en détail

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond Hong Van PHAM Le cadre actuel européen dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. L activité chiffrée de Tracfin en 2011

DOSSIER DE PRESSE. L activité chiffrée de Tracfin en 2011 DOSSIER DE PRESSE L activité chiffrée de Tracfin en 2011 Page 1 sur 10 Sommaire 1. Présentation de Tracfin Fiche de synthèse L organigramme 2. Les chiffres clés de l activité de Tracfin Analyse des chiffres

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Les Recommandations du GAFI

Les Recommandations du GAFI NORMES INTERNATIONALES SUR LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET DE LA PROLIFÉRATION Les Recommandations du GAFI février 2012 GROUPE D ACTION FINANCIÈRE Le Groupe

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi n 05-01 du 6 février 2005 Source : www.droit-algerie.com [NB - Loi n 05-01 du 6 février 2005 relative à la prévention

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur Grange, le D(2002) NUMÉRO DE RÉFÉRENCE : DG(SANCO)/8624/2002 RS

Plus en détail

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers («groupe de Wolfsberg») 1 a déjà rédigé les déclarations suivantes

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DE MOLDOVA

RÉPUBLIQUE DE MOLDOVA COMITÉ D EXPERTS SUR L ÉVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME (MONEYVAL) MONEYVAL(2012)28 SUMM Rapport de la 4 e visite d évaluation Résumé Lutte

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation

Plus en détail

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale 1 ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Le présent accord précise les modalités d application du 2 du

Plus en détail

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Série des traités du Conseil de l'europe - n 208 Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Paris, 27.V.2010 STCE 208 Assistance mutuelle

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Résultats globaux Niveaux d'efficacité : Élevé : 0 Significatif : 4 Modéré : 7 Faible : 0 Niveaux de conformité : Conforme

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail