GUIDE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DE LA SAVOIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DE LA SAVOIE"

Transcription

1 GUIDE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DE LA SAVOIE GROUPEMENT PREVENTION 226 rue de la Perrodière ST ALBAN LEYSSE Tel : Fax : Courriel : Commissions de Sécurité dans les Etablissements Recevant du Public Commission de sécurité Le Phare SDIS 73 - Service communication Le Phare - Chambéry Métropole Atelier d architecture JL Patriarche Vous êtes maire, quel est votre rôle?

2 SOMMAIRE I. GÉNÉRALITÉS...3 A. Le Maire... 4 B. Définitions Générales Qu est-ce que la prévention? Qu est-ce qu un ERP? Qu est-ce que le public?...5 C. Réglementation Quelles sont les réglementations pour les Etablissements Recevant du Public? Un règlement par type d établissement Etablissements anciens : quel règlement?...6 D. Quel classement pour les ERP? En types selon leur activité En catégories selon l effectif reçu Seuil de classement de la 5 e catégorie...8 II. LES COMMISSIONS DE SÉCURITÉ...9 A. A l échelon départemental B. A l échelon de l arrondissement C. A l échelon communal III. LES VISITES DE SÉCURITÉ...12 A. Visites d ouverture B. Visites périodiques La périodicité de ces visites Particularités des établissements de 5 e catégorie...15 C. Visites inopinées ou sur demande du maire IV. LE RÔLE DU MAIRE APRÈS AVIS DE LA COMMISSION DE SÉCURITÉ...16 A. Permis de construire, autorisation de travaux, réaménagement B. Autorisation d ouverture C. Visite périodique...18 V. FONCTIONNEMENT DE LA PRÉVENTION EN SAVOIE...20 A. Quels dossiers sont soumis à l avis de la commission de sécurité? De quoi est constitué le dossier? Pièces principales du dossier...21 B. Organisation mise en place par le SDIS 73 en matière de prévention Organigramme du groupement prévention A qui s adresser concernant un ERP de votre commune? Secteurs de prévention en Savoie...23 Fiche pratique n 1 : Récapitulatif Modèle d'arrêté d'ouverture d'un ERP Modèle d'arrêté de fermeture d'un ERP Fiche pratique n 2 : La vie d un ERP

3 Hôtel Restaurant Le Strato Courchevel Atelier d architecture JP Jourdan I. GÉNÉRALITÉS Hôtel Restaurant Le Strato Courchevel Atelier d architecture JP Jourdan - 3 -

4 A. Le Maire L autorité responsable en matière d Etablissement Recevant du Public Le Code Général des Collectivités Territoriales confie au maire une responsabilité de police générale sur sa commune (L2212-2). C est ainsi qu il doit prendre toute disposition pour assurer la sécurité des personnes et des biens. En outre, il exerce dans le domaine de la sécurité des établissements recevant du public un pouvoir de police spéciale en vertu de l article R du Code de la Construction et de l Habitation. A ce titre, il est amené à délivrer les permis de construire, à autoriser les travaux non soumis à permis de construire et à faire procéder aux visites de réception et contrôles périodiques ou inopinés par la commission de sécurité. Il faut noter que le maire exerce cette responsabilité vis-à-vis de tous les établissements recevant du public, y compris ceux relevant du droit public (établissements d enseignement, administrations, hôpitaux). Pour prendre sa décision, le maire s appuie sur l avis de la commission de sécurité. Toutefois, celui-ci n est que consultatif, le législateur ayant souhaité que les réalités locales puissent être prises en compte. Il appartient donc au maire (et à lui seul) d assumer cette responsabilité en la matière. Il doit ainsi affronter le mécontentement d organisateurs de manifestations ou les critiques en cas de fermeture. A l inverse, il peut aussi prendre la décision de maintenir une ouverture, malgré un avis défavorable, lorsqu une fermeture pourrait aboutir à des difficultés plus importantes que celles dont la commission dénonce le risque. Ce n est qu en cas de carence d un maire dans son pouvoir de police que le préfet peut user de son pouvoir de substitution après mise en demeure. B. Définitions Générales 1. Qu est-ce que la prévention? La prévention contre les risques d incendie et de panique correspond à un domaine d expériences vécues (souvent celles des sapeurs-pompiers), d activités administratives, scientifiques et techniques comprenant l expérimentation et la recherche, le contrôle des moyens et des méthodes et l application des mesures propres à éviter l éclosion d un feu et sa propagation et de s opposer à ses effets, directs ou indirects, sur les personnes et les biens. Ses objectifs : - Assurer la sécurité des personnes, - Garantir la protection des biens, - Faciliter l intervention des secours

5 Les mesures réglementaires portent sur l implantation, la construction, les aménagements intérieurs et les équipements techniques. Elles peuvent être «passives» : murs coupe-feu, encloisonnement des escaliers ou «actives» lorsqu elles concernent, par exemple, la détection des fumées, les moyens d extinction, le désenfumage etc. La mise en œuvre de la prévention incendie ainsi que son évolution ont souvent fait suite aux grands sinistres générant de nombreuses victimes qui ont frappé l opinion publique (1970 «Le Cinq Sept» à Saint Laurent du Pont : 146 morts ; 1992 Stade de Furiani : 18 morts et 1300 blessés ; 2004 «Centre Equestre des Bauges» : 8 morts). 2. Qu est-ce qu un ERP? Un Etablissement Recevant du public (ERP) est un bâtiment, un local, une enceinte, dans lequel des personnes sont admises soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque, ou dans lequel sont tenues des réunions à tout venant ou sur invitation, payantes ou non (article R123.2 Code de la Construction et de l Habitation). 3. Qu est-ce que le public? Est considérée comme faisant partie du public toute personne admise dans un établissement recevant du public à quelque titre que ce soit en plus du personnel (article R123.2 Code de la Construction et de l Habitation). C. Réglementation 1. Quelles sont les réglementations pour les Etablissements Recevant du Public? Code de la Construction et de l Habitation : Art L123-2 (cadre général), Art R123-1 à R (sécurité et protection contre l incendie), Art R152-4 et R152-5 (sanctions pénales), Art R et R (accessibilité aux personnes à mobilité réduite). Arrêté du 25 juin 1980 modifié : règlement de sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les ERP. Arrêtés relatifs aux dispositions particulières (un par type d activité). Arrêté du 22 juin 1990 modifié : pour les petits établissements (5 e catégorie). (Articles PE1 à PE37) Décret du 8 mars 1995 : fonctionnement des commissions de sécurité. Les arrêtés préfectoraux : créant les commissions départementales, d arrondissement et communales

6 2. Un règlement par type d établissement Le règlement du 25 juin 1980 modifié établit des règles générales pour tous les établissements. Du fait des spécificités de chaque type (voir classement), le règlement prévoit également des règles adaptées. Ces règles sont décomposées en articles traitant de chaque détail propre au type concerné. 3. Etablissements anciens : quel règlement? D une manière générale, les établissements recevant du public restent assujettis au règlement de sécurité qui leur était applicable lors de leur construction ou de leur dernière modification. Toutefois les travaux réalisés après la parution de textes plus récents sont soumis aux nouvelles dispositions. De même des travaux de mise en sécurité peuvent être préconisés par la commission de sécurité compétente pour amener un établissement à un niveau de risques compatible avec l accueil du public (article R du Code de la Construction et de l Habitation). D. Quel classement pour les ERP? Les ERP font l objet d un double classement afin de proportionner les mesures de prévention aux risques encourus par le public. Seule la commission départementale de sécurité a compétence pour classer ou déclasser un établissement. Ils sont répartis selon 2 critères : - en types, selon leur activité - en catégories, selon l effectif du public accueilli 1. En types selon leur activité Types d'établissements J L M N O P R RH S T U V W X Y Etablissements installés dans un bâtiment Structures d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées Salles de conférences, de réunions, de spectacles Magasins de vente, centres commerciaux Restaurants et débits de boissons Hôtels et pensions de famille Salles de danse et salles de jeux Etablissements d enseignement et centres de loisirs Etablissements d enseignement et centres de vacances avec locaux d hébergement pour le public Bibliothèques, centres de documentation Salles d'expositions Etablissements sanitaires (hôpitaux, maisons de retraite) Etablissements de culte Administrations, banques, bureaux Etablissements sportifs couverts Musées - 6 -

7 PA CTS SG PS REF OA GA Etablissements spéciaux Etablissements de plein air Chapiteaux, tentes et structures itinérantes ou à implantation prolongée ou fixe Structures gonflables Parcs de stationnement couverts Refuges de montagne Hôtels-restaurants d'altitude Gares accessibles au public Etablissement pénitentiaires 2. En catégories selon l effectif reçu Catégories Effectif du public + personnel reçu 1 re au-dessus de 1500 personnes 2 e de 701 à 1500 personnes 3 e de 301 à 700 personnes 4 e au-dessous de 300 personnes à l exception de ceux classés en 5 e catégorie 5 e effectif sans le personnel au dessous d'un seuil fixé en fonction du type d'établissement. Nota : Les effectifs sont calculés selon des taux d occupation réglementairement définis pour chaque type d activité. Hôtel Manali - Courchevel 1850 Atelier d architecture JP Michaux - 7 -

8 3. Seuil de classement de la 5 e catégorie Si l effectif calculé est inférieur au chiffre indiqué dans le tableau, l établissement est classé en 5 e catégorie. Types Nature de l'exploitation Sous sol Etage J Structures d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées : - Effectif des résidents : - Effectif total : Tous niveaux Salles d'audition de conférences, de réunions L Salles de spectacles, de projection, à usage multiples, cabarets M Magasins de vente N Restaurants ou débits de boissons O Hôtels ou pensions de famille 100 P Salles de danse ou salles de jeux Crèches, maternelles, jardins d'enfants, haltes-garderies 20 si l ERP ne comporte qu un seul niveau 1 si l ERP comporte plusieurs niveaux 100 R INTERDIT Autres établissements d'enseignement Internats ou Centres de vacances 30 S Bibliothèques ou centres de documentation T Salles d'expositions U Etablissements de soins sans hébergement 100 Etablissements de soins avec hébergement 20 V Etablissements de culte W Administrations, banques, bureaux X Etablissements sportifs couverts Y Musées GA Gares 200 OA Hôtels-Restaurants d'altitude 20 PA Etablissements de plein air En dessous des seuils indiqués à 300 droite, ces établissements ne CTS Chapiteaux (cirque, spectacle, bals ) 20 sont pas considérés comme ERP PS Parcs de stationnement par la réglementation 10 véhicules SG Structures gonflables REF Refuges de montagne Etablissements pénitentiaires Pas de 5 e catégorie Sont également assujettis : a) Les locaux à usage collectif d une surface unitaire supérieure à 50 m² des logementsfoyers et de l habitat de loisirs à gestion collective, non assujettis aux dispositions du livre II du règlement de sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public. b) Les bâtiments ou locaux à usage d hébergement qui ne relèvent d aucun type défini à l article GN 1 et qui permettent d accueillir plus de 15 et moins de 100 personnes n y élisant pas domicile. c) En aggravation, si l hébergement concerne des mineurs en dehors de leurs familles, le seuil de l effectif à partir duquel les dispositions prévues au paragraphe b ci-dessus s appliquent est fixé à 7 mineurs

9 Commission de sécurité - Visite d ouverture Le Phare - Chambéry SDIS 73 - Service communication II. LES COMMISSIONS DE SÉCURITÉ Sous-Commission Consultative Départementale de Sécurité SDIS 73 - Service communication - 9 -

10 A. A l échelon départemental La SCCDS : Sous Commission Consultative Départementale de Sécurité Composition : (membres obligatoires) : - Président : le préfet ou son représentant, - Le maire ou son représentant (en cas d empêchement le jour de la commission le maire envoie un formulaire d avis écrit et motivé), - Direction Départementale du Service d Incendie et de Secours, rapporteur, - Direction Départementale de l Equipement et de l Agriculture, - Gendarmerie ou Police suivant le secteur concerné, - Direction Départementale de la Protection Civile. Compétences et rôle de cette sous-commission : - Etudie tous les projets d ERP ou IGH (immeuble de grande hauteur) du département : permis de construire, autorisation d aménager (ou permis d aménager), déclaration préalable, - Effectue les visites des ERP de 1 re catégorie, IGH et établissements spéciaux, en groupe de visite ou en formation plénière (ouverture, périodique, sur demande, inopinée), - Emet un avis consultatif (favorable ou défavorable) à l autorité de police apte à délivrer l autorisation de construire, d aménager ou d ouvrir, - Peut intervenir en recours sur avis d une commission d arrondissement ou communale, - Etudie et émet un avis sur les demandes de dérogation, - Conseille le président sur toute question relative à la sécurité du public dans les ERP et les IGH. En cas d absence de l un de ses membres, la commission ne peut émettre d avis. Cependant, en cas d empêchement, une possibilité vous est offerte, en faisant parvenir avant la réunion de la commission, un avis écrit motivé sur les affaires inscrites à l ordre du jour. Dans cette éventualité, l avis que vous émettez peut ne pas être suivi, car l avis est obtenu par le résultat du vote, à la majorité des membres ayant voix délibérative. La commission n est pas compétente en matière de solidité des ouvrages. Elle ne peut émettre d avis que sur la base de dispositions réglementaires applicables aux ERP et IGH relatives aux risques d incendie et de panique

11 B. A l échelon de l arrondissement La CSA : Commission de Sécurité d Arrondissement Composition : (membres obligatoires) : - Président : le sous préfet ou son représentant, - Le maire ou son représentant (en cas d empêchement le jour de la commission le maire envoie un formulaire d avis écrit et motivé), - Direction Départementale du Service d Incendie et de Secours, rapporteur, - Direction Départementale de l Equipement et de l Agriculture, - Gendarmerie ou Police suivant le secteur concerné. 3 CSA selon les arrondissements administratifs : - CSA de l arrondissement de CHAMBERY - CSA de l arrondissement d ALBERTVILLE - CSA de l arrondissement de SAINT JEAN DE MAURIENNE Compétences et rôle : - Effectue les visites des ERP à l exception des établissements de 1 re catégorie, IGH et établissements spéciaux, en groupe de visite ou en formation plénière (ouverture, périodique, sur demande, inopinée), - Rend un avis consultatif (favorable ou défavorable) au maire, - Conseille le président sur toute question relative à la sécurité du public dans les ERP. En cas d absence de l un de ses membres, la commission ne peut émettre d avis. Cependant, en cas d empêchement, une possibilité vous est offerte, en faisant parvenir avant la réunion de la commission, un avis écrit motivé sur les affaires inscrites à l ordre du jour. Dans cette éventualité, l avis que vous émettez peut ne pas être suivi, car l avis est obtenu par le résultat du vote, à la majorité des membres ayant voix délibérative. C. A l échelon communal La CCS : Commission Communale de Sécurité En Savoie, seules les communes de Chambéry et Aix-les-Bains disposent d une commission communale de sécurité. Composition : (membres obligatoires) : - Président : le maire ou son représentant, - Direction Départementale du Service d Incendie et de Secours, rapporteur, - Police, - DDEA ou Service urbanisme de la ville. Compétences et rôle : - Effectue les visites des ERP de la commune à l exception des établissements de 1 re catégorie, IGH et établissements spéciaux, en groupe de visite ou en formation plénière (ouverture, périodique, sur demande, inopinée) - Rend un avis consultatif (favorable ou défavorable) au maire, - Conseille le président sur toute question relative à la sécurité du public dans les ERP

12 Visite périodique d un centre commercial SDIS 73 - Service communication Visite d ouverture Le Phare - Chambéry SDIS 73 - Service communication III. LES VISITES DE SÉCURITÉ Visite d ouverture Le Phare - Chambéry SDIS 73 - Service communication

13 Les visites de sécurité dans les ERP sont de plusieurs natures : - visites d ouverture, - visites périodiques, - visites de contrôle inopinées ou à la demande du maire (ou du préfet). Elles sont réalisées par la commission de sécurité compétente, sauf pour les établissements de 5 ème catégorie sans locaux d hébergement pour le public. A l issue du passage du groupe de visite, il est établi un rapport concluant à une proposition d avis. Celui-ci est signé par chacun des membres présents en faisant apparaître leur position. Le dossier est ensuite inscrit à l ordre du jour de la prochaine réunion de la commission compétente. L avis émis par les commissions de sécurité est conclusif : soit favorable, soit défavorable. Toutes les formules intermédiaires comme «avis favorable sous réserve de», «avis provisoire», sont proscrites. L avis défavorable est motivé par la référence aux principaux articles du règlement de sécurité non respectés. Les commissions de sécurité sont purement consultatives. L avis est rendu à l autorité de police compétente par procès verbal signé par le président. Au vu de cet avis, le maire prend une décision qui est la seule à s imposer à l exploitant. Le préfet intervient lorsqu il est l autorité délivrant le permis de construire ou dans le cadre de son pouvoir de substitution prévu dans le cadre de l article R du Code de la Construction et de l Habitation. Lors d une visite par un groupe de visite, doivent être présents : - Le maire ou son représentant, - Le DDSIS ou son représentant, - La police ou la gendarmerie suivant le secteur, - Le DDEA ou son représentant, - Le maître d ouvrage, l exploitant ou l organisateur de la manifestation. En cas d absence de l un des membres, la visite ne peut avoir lieu. Elle est alors reportée. Hôtel Seizena - Courchevel 1650 Atelier d architecture JP Michaux

14 A. Visites d ouverture A l achèvement des travaux, la commission de sécurité compétente procède à la visite de réception. Les rapports de vérification et de solidité à froid doivent être fournis à la commission de sécurité au moins 48 heures avant la visite. Faute de ces documents la commission ne peut se prononcer. Le maire doit saisir la commission en vue de l ouverture, dans un délai de un mois avant la date de celle-ci. La commission de sécurité envoie la convocation écrite 11 jours francs au moins avant la date de la réunion, sauf pour les cas graves ou de force majeure. Il appartient au maire de convoquer l exploitant, l organisateur ou le propriétaire. La visite peut être effectuée soit en groupe de visite soit par la commission compétente en formation plénière, dans ce dernier cas l avis est rendu sur place. B. Visites périodiques La périodicité des visites est fixée par le règlement de sécurité, pour les différents types et selon la catégorie des ERP (voir tableau). Les visites sont effectuées par le groupe de visite de la commission de sécurité compétente, sur demande du maire sollicité par l exploitant ou le propriétaire de l établissement. Les convocations du groupe de visite sont adressées au moins 11 jours avant la date de visite par la commission. Il appartient au maire de convoquer l exploitant ou le propriétaire en lui précisant qu il devra fournir le jour de la visite tous les documents attestant du contrôle des installations techniques et présenter le registre de sécurité dûment complété. 1. La périodicité de ces visites Périodicité Types d'établissements et catégorie R avec R sans J L M N O P Héberg Héberg S T U V W X Y OA REF GA 2 ans 1 re catégorie X X X X X X X X X X X 2 e catégorie X X X X X X 3 e catégorie 4 e catégorie 3 ans 1 re catégorie X X X X X 2 e catégorie X X X X X X X X X X 3 e catégorie X X X X X X X X X 4 e catégorie X X X X X X 5 ans 1 re catégorie X X 2 e catégorie X X 3 e catégorie X X X X X X X X X 4 e catégorie X X X X X X X X X X X X 5 e catégorie X X X X

15 2. Particularités des établissements de 5 e catégorie a. Sans locaux d hébergement pour le public Un établissement de 5 e catégorie sans locaux d hébergement pour le public n a pas à être visité. En effet, selon l article R du Code de la Construction et de l Habitation, l exploitant d un petit établissement peut ouvrir au public dès l achèvement des travaux, sans demander l autorisation au maire et sans déclaration d ouverture (confirmé par circulaire du ministère de l intérieur NOR/INT/E/00199/C du 22 juin 1995). Malgré cela, si le maire constate des manquements graves aux règles de sécurité, il peut demander une visite. b. Avec locaux d hébergement pour le public (Hôtels, Gîtes, Centres de Vacances, Hôpitaux, Maisons de Retraite ) Les établissements de 5 e catégorie avec locaux d hébergement pour le public font l objet d une visite d ouverture et de visites périodiques tous les 5 ans. Décret n du 27 octobre C. Visites inopinées ou à la demande du maire Les visites inopinées ou à la demande du maire (ou du préfet) sont faites lorsque la situation le justifie. Office de Tourisme - Courchevel 1850 Atelier d architecture JP Michaux

16 Le Phare - Chambéry Métropole Atelier d architecture JL Patriarche IV. LE RÔLE DU MAIRE APRÈS AVIS DE LA COMMISSION DE SÉCURITÉ Le Phare - Chambéry Métropole Atelier d architecture JL Patriarche

17 3 cas sont à considérer selon qu il s agisse d un permis de construire, d une autorisation d ouverture ou d une visite périodique : A. Permis de construire, autorisation de travaux, réaménagement Avis favorable : Malgré l avis favorable de la commission, le dossier peut être refusé pour des raisons d urbanisme ou liées à d autres contraintes. L avis favorable peut être accompagné de prescriptions relatives à la sécurité lorsque des manquements au règlement de sécurité sont constatés mais ne remettent pas en cause directement la sécurité future du public (article R du Code de la Construction et de l Habitation et article 40 du décret du 8 mars 1995). Ces prescriptions figurent dans le procès verbal portant avis de la commission que le maire doit notifier à l exploitant ou au propriétaire. Avis défavorable : Le permis de construire doit être refusé (articles L421-3 du Code de l Urbanisme et L123-1 du Code de la Construction et de l Habitation). Après modifications il peut être à nouveau déposé. En matière d autorisation de travaux, l avis de la commission de sécurité ne s impose pas à l autorité de police : le maire peut ou non délivrer l autorisation de travaux. Hôtel Les Dunes Blanches Mâcot la Plagne Atelier d architecture C. Maironi

18 B. Autorisation d ouverture Si l avis est favorable : Après avis, le maire prend un arrêté d ouverture qu il transmet au service de la légalité de la préfecture ou de la sous-préfecture. De plus, il notifie l arrêté avec les prescriptions éventuelles à l exploitant ou au propriétaire, dans les meilleurs délais, par lettre recommandée ou par voie administrative. Puis l exploitant ou le propriétaire ouvre au public. Si l avis est défavorable : - Le maire ne prend pas l arrêté d ouverture Il notifie à l exploitant ou au propriétaire sa décision sous forme d un arrêté de refus d autorisation d ouverture, motivé en référence aux manquements aux règles de sécurité constatés par la commission. A l issue des travaux complémentaires entrepris à l initiative du maître d ouvrage, l autorisation du maire ne pourra intervenir qu après un nouvel avis de la commission de sécurité. - Le maire prend l arrêté d ouverture Sa responsabilité personnelle est mise en jeu en cas de sinistre. Dans ce cas il doit obtenir au plus tôt de la part de l exploitant ou du propriétaire des garanties sur les remèdes apportés aux anomalies constatées. Si le préfet estime que l état des locaux présente un risque grave il peut se substituer au maire. - Si l exploitant ouvre son établissement malgré le refus du maire Soit le maire saisit le procureur de la République (procédure pénale), soit en cas d urgence née d un péril imminent, il peut prononcer un arrêté de fermeture appliqué par un officier de police judiciaire. Le silence gardé par le maire pendant 4 mois à compter de la date de réception de la demande d ouverture formulée par l exploitant vaut décision de rejet de la demande. C. Visite périodique Comme pour tous les avis, le maire notifie sa décision d autoriser la poursuite de l exploitation accompagnée du procès verbal de la commission de sécurité compétente. Il n est pas tenu de prendre un nouvel arrêté. Un arrêté prolongeant l ouverture jusqu à la prochaine échéance de la périodicité n a pas de sens. Cette décision peut être accompagnée de prescriptions lorsque des manquements au règlement de sécurité sont constatés mais ne remettent pas en cause directement la sécurité du public (article R du Code de la Construction et de l Habitation et article 40 du décret du 8 mars 1995). Il appartient alors à l exploitant ou au propriétaire responsable de la sécurité du public admis dans son établissement d y satisfaire au plus tôt ou selon l échéancier fixé par le maire

19 IMPORTANT : En cas d avis défavorable en visite d ouverture ou en visite périodique, l avis de la commission est consultatif, il ne lie pas l autorité de police. Il faut considérer l avis défavorable comme un signal d alarme. - Le maire prend un arrêté de fermeture Toutefois les mesures que demande le maire ou les sujétions qu il impose en cas d avis défavorable doivent être proportionnées au danger que présente l établissement. Sauf péril grave et imminent, la fermeture d un établissement recevant du public ne peut intervenir qu après mise en demeure. L arrêté de fermeture peut être partiel et doit être motivé, il fixe le cas échéant la nature des aménagements et travaux à réaliser ainsi que les délais d exécution. Soit l exploitant ferme afin de réaliser les travaux (après demande d autorisation), puis sollicite une visite d ouverture ; soit l exploitant ne ferme pas. Le maire peut saisir le procureur de la République ou en cas de péril imminent faire usage de la force publique pour appliquer son arrêté. Si le maire ne prend pas position suite à un avis, il peut être mis en demeure d agir par le préfet, puis le préfet peut se substituer au maire. - Le maire autorise la poursuite de l exploitation Il peut autoriser la poursuite de l exploitation pour des motifs liés à des impératifs de police, de service public... Il doit obtenir au plus tôt de la part de l exploitant ou du propriétaire, des garanties sur les remèdes apportés aux anomalies constatées. Ces garanties peuvent consister, d une part en la mise en œuvre par l exploitant ou le propriétaire de mesures destinées à réduire le risque, et/ou d autre part en l élaboration d un programme de travaux qui pourront s échelonner dans le temps pour des raisons techniques et financières. Ce programme sera assorti d un échéancier. (Les travaux qui ne sont pas soumis à permis de construire doivent être traités comme un projet normal : voir précédemment). Si le préfet estime qu au contraire l état des locaux présente un risque grave, il peut se substituer au maire

20 Sous-Commission Consultative Départementale de Sécurité SDIS73 - Service communication V. FONCTIONNEMENT DE LA PRÉVENTION EN SAVOIE Commission de sécurité Visite périodique d un centre commercial SDIS73 - Service communication

21 A. Quels dossiers sont soumis à l avis de la commission de sécurité? Le permis de construire ne peut être délivré qu après avis de la SCCDS. Les travaux qui ne sont pas soumis au permis de construire (demande de travaux, réaménagement ou changement de destination) ne peuvent être exécutés qu après autorisation du maire donnée après avis de la SCCDS. (Articles L à L et R et R du Code de la Construction et de l Habitation et décret du 8 mars 1995). 1. De quoi est constitué le dossier? Les dossiers, soumis à la commission de sécurité compétente en vue de recueillir son avis, doivent comporter toutes les précisions nécessaires pour que l on puisse s assurer qu ils satisfassent aux conditions de sécurité prévues par la réglementation en vigueur, notamment en ce qui concerne la nature de l établissement et les conditions d exploitation, la situation, les conditions d accès et la superficie, le mode de construction du gros œuvre et des toitures. 2. Pièces principales du dossier : Une notice descriptive précisant les matériaux utilisés tant pour le gros œuvre que les aménagements intérieurs, les équipements d alarme, d alerte, d éclairage de sécurité, de désenfumage, de chauffage ainsi que les moyens de défense et de secours contre l incendie. Des plans de situation, masse, coupe horizontale de chaque niveau, coupe verticale et plans de l existant en cas d extension ou de transformation. Ces plans doivent indiquer la largeur des dégagements affectés à la circulation du public tels que les couloirs, escaliers, sorties, l emplacement des locaux à risques particuliers tels que les chaufferies, réserves, cuisines, etc et comporter les tracés schématiques des installations techniques. L engagement du maître d ouvrage à respecter les règles générales de construction, notamment celles relatives à la solidité du bâtiment (stabilité à froid). En l absence de l une de ces pièces, la commission ne peut examiner le dossier qui est retourné sans avis au service instructeur ou à l autorité de police

22 B. Organisation mise en place par le SDIS 73 en matière de prévention 1. Organigramme du groupement prévention Au sein du service départemental d incendie et de secours de la Savoie (SDIS 73), cette activité est gérée par le groupement prévention, selon un découpage géographico-administratif. DDSIS 73 GROUPEMENT PREVENTION Préventionnistes Arrondissement Chambéry / Aix les Bains GROUPEMENT TARENTAISE GROUPEMENT MAURIENNE Préventionniste CSP ALBERTVILLE Préventionniste CSP MOUTIERS Préventionnistes CSP BOURG SAINT MAURICE Préventionnistes CSP SAINT JEAN DE MAURIENNE Préventionnistes CSP MODANE Tous les dossiers sont distribués par le chef de groupement prévention selon la sectorisation mise en place. Certains dossiers spécifiques restent dans les services du SDIS 73 et de ses préventionnistes (1 re catégorie, collèges publics, lycées publics, certaines stations). 2. A qui s adresser concernant un ERP de votre commune? La répartition des ERP entre les préventionnistes est à la fois géographique et administrative. Pour savoir à qui s adresser, reportez-vous au tableau ci-dessous. Il est à noter que des communes qui sont traitées par des préventionnistes ne faisant pas partie de la Direction Départementale du Service d Incendie et de Secours peuvent avoir des dossiers traités par cette dernière. Il s agit des dossiers suivants : - Les établissements de 1 re catégorie - Les collèges publics - Les lycées publics - Les immeubles de grande hauteur

23 3. Secteurs de prévention en Savoie Préventionnistes Téléphone du secrétariat de groupement Fax D.D.S.I.S. Groupement Prévention + ARRONDISSEMENT DE CHAMBERY / AIX LES BAINS Cdt PRALLET Cdt RIEU Cne BOUCLY Cne VIRET Cne BOURNONVILLE Cne JEZEQUEL ARRONDISSEMENT D ALBERTVILLE Cne BASTY Cne JOLY Cne VAYR Cne HATZENBERGER Cne WALFARD ARRONDISSEMENT DE SAINT JEAN DE MAURIENNE Cdt GIAI-CHECA Cne SUGNY Cne BRUSSON Lt VIOU Lt PASQUINI Hôtel K2 - Courchevel 1850 Atelier d architecture JP Michaux

24 Fiche pratique n 1 : Récapitulatif Solliciter l avis de la commission de sécurité compétente pour autoriser les travaux ou délivrer le permis de construire. Avant l arrêté d ouverture Faire contrôler par la commission de sécurité compétente l exécution des prescriptions et l achèvement des travaux, avant de délivrer l autorisation d ouverture au public (visite d ouverture). Prendre un arrêté autorisant l ouverture au public pour tout ERP à l exclusion de ceux classés en 5 e catégorie ne disposant pas de locaux d hébergement pour le public. Pendant l exploitation Veiller au contrôle périodique des établissements après leur ouverture avec l assistance de la commission de sécurité. Participer ou vous faire représenter aux commissions de sécurité relatives aux ERP de votre commune et notifier le procès verbal à l exploitant (ou au propriétaire). Fixer les délais d exécution des travaux de mise en conformité demandés par la commission de sécurité. Constater les infractions à la réglementation en vigueur et adresser à l exploitant (ou au propriétaire) une mise en demeure de réaliser les travaux. Entreprendre les poursuites pénales et prononcer la fermeture administrative de l établissement après mise en demeure non respectée. Fournir annuellement au préfet (SDIS) une liste actualisée des ERP de votre commune. Respecter la procédure administrative du permis de construire ou de la demande d autorisation de travaux. Constituer un dossier complet en vous assurant le concours de toute personne compétente (architecte, maître d œuvre). Prendre l engagement de respecter les règles générales de construction et notamment celles relatives à la solidité des ouvrages. Vous assurer du suivi des travaux dans le respect de la réglementation en vigueur et recueillir tous les procès verbaux relatifs au comportement au feu des matériaux utilisés, assisté par une personne ou un organisme agréé. Solliciter le passage de la commission de sécurité, dès l achèvement des travaux. Maintenir l établissement en conformité avec la réglementation en vigueur. Faire procéder par un organisme de contrôle agréé ou des techniciens qualifiés, aux vérifications techniques des installations et équipements de l établissement (électricité, éclairage, chauffage, désenfumage, gaz, ascenseurs, moyens de secours et d extinction, etc ). Ouvrir et tenir à jour un registre de sécurité incendie en y annexant tous les documents relatifs à la sécurité. Solliciter la visite périodique de votre établissement auprès du maire. Vous prêter aux contrôles inopinés ou périodiques auxquels vous avez l obligation d assister. Déclarer tout changement à intervenir dans l exploitation de l établissement

25 MODELE D ARRETE D OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Le Maire de Vu le code général des collectivités territoriales ; Vu le code de la construction et de l habitation et notamment les articles L , R et R ; Vu le décret n du 08 mars 1995 relatif à la commission consultative départementale de sécurité et d accessibilité ; Vu l arrêté du 31 mai 1994 fixant les dispositions techniques destinées à rendre accessibles aux personnes handicapées les établissements recevant du public et les installations ouvertes au public lors de leur construction, leur création ou leur modification, pris en application de l article R du code de la construction et de l habitation ; Vu l arrêté modifié du ministre de l intérieur du 25 juin 1980, portant règlement de sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public ; Vu l arrêté préfectoral n portant création de la commission de sécurité et de la commission d accessibilité ; Vu l avis de la sous-commission départementale pour l accessibilité aux personnes handicapées (ou de la commission d accessibilité d arrondissement ou de la commission communale ou intercommunale d accessibilité) ; Vu l avis de la sous-commission départementale pour la sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public et les immeubles de grande hauteur (ou de la commission de sécurité d arrondissement ou de la commission communale ou intercommunale de sécurité) ; ARRETE Article 1 : L établissement..type catégorie.sis est autorisé à ouvrir au public. Article 2 : L exploitant est tenu de maintenir son établissement en conformité avec les dispositions du code de la construction et de l habitation et du règlement de sécurité contre l incendie et la panique précités. Tous les travaux qui ne sont pas soumis à permis de construire mais qui entraînent une modification de la distribution intérieure ou nécessitent l utilisation d équipements, de matériaux ou d éléments de construction soumis à des exigences réglementaires, devront faire l objet d une demande d autorisation. Il en sera de même des changements de destination des locaux, des travaux d extension ou de remplacement des installations techniques, et des aménagements susceptibles de modifier les conditions de desserte de l établissement Article 3 : Le présent arrêté sera notifié à l exploitant. Une ampliation sera remise à : M. le Préfet (ou sous-préfet de l arrondissement), M. le Commandant de la brigade de gendarmerie (ou M. le Commissaire de police). Fait à., le Modèle proposé par le Ministère de l Intérieur

26 MODELE D ARRETE DE FERMETURE D UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Le Maire de Vu le code général des collectivités territoriales notamment son article L ; Vu le code de la construction et de l habitation et notamment ses articles R et R ; Vu le décret n du 8 mars 1995 relatif à la commission consultative départementale de sécurité et d accessibilité ; Vu l arrêté modifié du ministre de l intérieur du 25 juin 1980, portant règlement de sécurité contre les risques d incendie et de panique (et / ou autre règlement de sécurité qui lui est applicable) ; Vu l arrêté préfectoral n portant création de la commission de sécurité ; Vu l avis défavorable à la poursuite de l exploitation émis par la commission de sécurité le... ; Considérant que la lettre de mise en demeure adressée le à M exploitant de.est restée sans résultat ; Considérant que l état des locaux compromet gravement la sécurité du public et fait obstacle au maintien de l exploitation de cet établissement. ; Article 1 : ARRETE L établissement. ; type.catégorie.....sis..sera fermé au public à compter de la notification du présent arrêté à l exploitant. Article 2 : La réouverture des locaux au public ne pourra intervenir qu après une mise en conformité de l établissement, une visite de la commission de sécurité et une autorisation délivrée par arrêté municipal (conformément à l article R du CCH, l arrêté de fermeture fixe le cas échéant la nature des aménagements et travaux à réaliser ainsi que les délais d exécution). Article 3 : Indiquer ici les possibilités de voies de recours contre la présente décision. Article 4 : M. le commissaire de police, (M. le chef de la brigade de gendarmerie), est chargé de l exécution du présent arrêté dont ampliation sera également transmise à : M. le Préfet (ou sous-préfet de l arrondissement). M. le Commandant de la brigade de gendarmerie (ou M. le Commissaire de police). Fait à.., le Modèle proposé par le Ministère de l Intérieur

27 Fiche pratique n 2 : La vie d un ERP. Demande de permis de construire ou d autorisation de travaux Consulte Emet un avis Modification du projet Ne délivre pas le permis de construire ou l autorisation de travaux Défavorable Favorable Réalise les travaux Délivre le permis de construire ou l autorisation de travaux Demande d ouverture à l achèvement des travaux Demande le passage de la commission de sécurité Visite des locaux Réalise les travaux de mise en sécurité Décide ou non de l ouverture. Prescrit les travaux de mise en sécurité. Défavorable Emet un avis Favorable Ouvre au public Délivre l arrêté d ouverture au public (sauf ERP de 5 e catégorie sans locaux d hébergement) Demande de visite périodique Réalise les travaux de mise en sécurité Sollicite la visite de la commission de sécurité Prescrit les travaux nécessaires à la mise en sécurité. Autorise ou non la poursuite de l exploitation. Visite périodique Emet un avis Défavorable Favorable Poursuite de l exploitation Ferme l établissement après mise en demeure si la mise en sécurité n est pas réalisée Autorise la poursuite de l exploitation avec notification si nécessaire Réalisé par le SDIS de Savoie

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.)

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Qu est-ce que c est? L'article R123-2 du Code de la Construction et de l'habitation précise : "... constituent des établissements recevant du public tous

Plus en détail

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP)

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Pour éviter qu un incident ne se transforme en tragédie, les commissions pour la sécurité contre les risques d incendie et de

Plus en détail

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 Introduction Pourquoi? Risques ne sont pas nuls : potentiel calorifique, énergie, air. Extinction n est pas

Plus en détail

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Les établissements recevant du public Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Qu'est ce qu'un ERP? A - Définition Art R 123.2 du CCH Constituent

Plus en détail

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 DE 5èmes CATEGORIES Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 Cdt JL IMBERT SDIS Esplanade de l Arm l Armée d Afrique d 84018 AVIGNON CEDEX 1 * Tél T l 04.90.81.18.18. 1 / 17 LES DIFFERENTES REGLEMENTATIONS

Plus en détail

LES ERP LES COMMISSIONS LA PROCEDURE DE CONSULTATION LE POUVOIR DE POLICE

LES ERP LES COMMISSIONS LA PROCEDURE DE CONSULTATION LE POUVOIR DE POLICE 1 LES ERP LES COMMISSIONS LA PROCEDURE DE CONSULTATION LE POUVOIR DE POLICE 2 Définition d un ERP ( ART R 123-2 du CCH ) Constituent des ERP tous bâtiments, locaux, enceintes dans lesquels des personnes

Plus en détail

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP)

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Réunion d information d des maires Le règlement r de sécurits curité contre les risques d incendie d et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Des drames au règlement r 1938 1970 1973

Plus en détail

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12 SOMMAIRE Annexe 1 Composition d un dossier à soumettre à l avis des sous-commissions de sécurité et d accessibilité Autorisation de Travaux) ---------------------------- p. 3 à 7 Annexe 2 Modèle de demande

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Direction des Lycées REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Avril 2002 I. Réglementation en vigueur. Code de la construction et de l'habitation. ( CCH ) Arrête du 25 juin 1980 modifié

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE

LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE REGLEMENT SECURITE INCENDIE ERP LES ERP ET LA REGLEMENTATION INCENDIE REG 04-1 LES ERP 1/ Définition de l'e.r.p. Constituent des E.R.P. tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont

Plus en détail

LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE

LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE A/ Une réglementation et un contrôle spécifiques - une réglementation fondée sur le Code de la Construction et de

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

sécurité contre l incendie et la panique s o m m a i r e la PRÉvEntiOn... Page 5 son but les moyens réglementaires le contrôle

sécurité contre l incendie et la panique s o m m a i r e la PRÉvEntiOn... Page 5 son but les moyens réglementaires le contrôle s o m m a i r e la PRÉvEntiOn... Page 5 son but les moyens réglementaires le contrôle les modifications apportées PaR le décret du 8 mars 1995... Page 8 une réforme importante les raisons de la réforme

Plus en détail

DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC BASE REGLEMENTAIRE

DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC BASE REGLEMENTAIRE DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Une notice de sécurité est à joindre obligatoirement à tout dossier concernant la construction d'un établissement recevant du public. BASE REGLEMENTAIRE

Plus en détail

doit également perme PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE SECURITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P)

doit également perme PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE SECURITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P) Ce document d information doit également perme PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE SECURITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P) (débits de boissons, restaurants, hôtels, commerces.) Ce document

Plus en détail

Préfecture de l Allier. Que dois-je faire en ma qualité d exploitant?

Préfecture de l Allier. Que dois-je faire en ma qualité d exploitant? Préfecture de l Allier Que dois-je faire en ma qualité d exploitant? - réaliser les contrôles et vérifications périodiques des installations techniques, tels que prévus par le règlement de sécurité, -

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Qu est-ce qu un ERP? ERP «Tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque,

Plus en détail

(Notice de Sécurité)

(Notice de Sécurité) Service Vie Associative et Municipale DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN E.R.P DE TYPE CHAPITEAUX-TENTES-STRUCTURES (Notice de Sécurité) RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Les dispositions du règlement

Plus en détail

Établissement Recevant du Public (E.R.P.)

Établissement Recevant du Public (E.R.P.) Établissement Recevant du Public (E.R.P.) Définition La notion d'établissement recevant du public (E.R.P.) est clairement définie dans l'article R.123-2 du Code de la Construction et de l'habitation :

Plus en détail

1 Table des matières générale

1 Table des matières générale OUTILS PRATIQUES chap. 1 page 1 1 0 - Outils pratiques Chap. 1 - Chap. 2 - Index Chap. 3 - Abréviations et sigles 1 - Sécurité incendie Chap. 1 - Généralités concernant les ERP Chap. 2 - Principes de sécurité

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P )

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) 1 1 1 I. DEFINITION D UN E R P Article R123-2 du C.C.H (décret 2007-1327 du11.09.2007) Constitue un établissement recevant du public tout bâtiment,

Plus en détail

Direction départementale des territoires NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS OU SECRETARIATS DE MAIRIE

Direction départementale des territoires NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS OU SECRETARIATS DE MAIRIE PRÉFET DES ARDENNES Direction départementale des territoires Service Sécurité et bâtiment durable Accessibilité ddt-accessibilite@ardennes.gouv.fr NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS

Plus en détail

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX 1 OBJET DU DOCUMENT ----------------- Accessibilité des personnes

Plus en détail

Réussir le SSIAP1 QU EST-CE QU UN ERP? www.formationssiap.net

Réussir le SSIAP1 QU EST-CE QU UN ERP? www.formationssiap.net 1 - Définition d un ERP Constituent des établissements recevant du public, tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels sont admis des personnes : Soit librement ; Soit moyennant une rétribution ou

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie Les Établissements recevant du public La prévention incendie 1 Sommaire Partie 1 : Les établissements recevant du public Partie 2 : La prévention incendie Partie 3 : L organisation de la prévention dans

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

car elle conditionne la détermination de la catégorie du futur ERP qu une autorisation complémentaire au titre de l article

car elle conditionne la détermination de la catégorie du futur ERP qu une autorisation complémentaire au titre de l article Service urbanisme opérationnel Unité pilotage, expertise, conseil, animation en ADS et publicité 01 60 32 13 34 C Permis 77 Etablissement Recevant du Public n 19 Etablissement recevant du public dans le

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

MEET PRO BRETAGNE JEUDI 14 NOVEMBRE 2013

MEET PRO BRETAGNE JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 MEET PRO BRETAGNE JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 Sécurité et Réglementation Préventionet Réglementation INTERVENANTS Yann ESTEVE Gérant de CAP EVENEMENTIEL Débats animés par l agence Phares & Balises Préventionet

Plus en détail

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil RÉGLEMENTATION APPLICABLE

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

Commune de Barneville-Carteret 1, Place de la Mairie Rue Guillaume Le Conquérant 50270 Barneville-Carteret Tél. : 02.33.53.88.29 Fax : 02.33.53.95.

Commune de Barneville-Carteret 1, Place de la Mairie Rue Guillaume Le Conquérant 50270 Barneville-Carteret Tél. : 02.33.53.88.29 Fax : 02.33.53.95. Commune de Barneville-Carteret 1, Place de la Mairie Rue Guillaume Le Conquérant 50270 Barneville-Carteret Tél. : 02.33.53.88.29 Fax : 02.33.53.95.37 DEMANDE D AUTORISATIONS D INSTALLATIONS DE TYPE CTS

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Le terme Etablissement Recevant du Public (ERP), renvoi à l article R123-2 du Code de la construction et de l habitation, au terme duquel «constituent des établissements

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION

LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 1. LES MISSIONS... 3 1.1. La prévention contre les risques d incendie et de panique dans les ERP et IGH... 3 1.1.1 Un contexte règlementaire...

Plus en détail

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent Préambule La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l obligation d aménagement des bâtiments recevant du

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES DANS LES ERP

PREVENTION DES RISQUES DANS LES ERP b PREVENTION DES RISQUES DANS LES ERP Définitioniti Définition d un ERP : Etablissement Recevant du Public (définition du Code de la Construction et de l Habitation : Art.123-2) «L ensemble des constructions

Plus en détail

NOTICE D ACCESSIBILITE

NOTICE D ACCESSIBILITE PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité

Plus en détail

EXERCICE D EVACUATION DANS UN ERP APPLICATION DANS UN ETABLISSEMENT SCOLAIRE

EXERCICE D EVACUATION DANS UN ERP APPLICATION DANS UN ETABLISSEMENT SCOLAIRE EXERCICE D EVACUATION DANS UN ERP APPLICATION DANS UN ETABLISSEMENT SCOLAIRE BASE REGLEMENTAIRE Code de la Construction et de l Habitation (décret n 73-1007 du 31 octobre 1973) Règlement de sécurité du

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

Les Agendas d Accessibilité Programmée (Ad Ap) Réunion avec les maires 09/02/15 Troyes

Les Agendas d Accessibilité Programmée (Ad Ap) Réunion avec les maires 09/02/15 Troyes Les Agendas d Accessibilité Programmée (Ad Ap) Réunion avec les maires 09/02/15 Troyes Le cadre réglementaire La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d'accès à tout par tous». Les établissements

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

CCDSA du lundi 23 février 2015 Sujets divers

CCDSA du lundi 23 février 2015 Sujets divers CCDSA du lundi 23 février 2015 Sujets divers Direction départementale des territoires de l'ain www.ain.gouv.fr Traitement des dossiers techniques amiante Direction départementale des territoires de l'ain

Plus en détail

Ce document d information est destiné aux responsables d E.R.P afin que ceux-ci puissent mieux connaître les obligations légales qui leur incombent

Ce document d information est destiné aux responsables d E.R.P afin que ceux-ci puissent mieux connaître les obligations légales qui leur incombent it également perme Z.I La Bouriette - BP 1053 11870 Carcassonne Cedex 09 Standard : 04.68.79.59.00 Rue Jean Bringer - BP 1053 11836 Carcassonne Standard : 0821 803 011 GUIDE A L USAGE DES EXPLOITANTS Sécurité

Plus en détail

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions :

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions : Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : «Tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation

Plus en détail

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions :

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions : Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : «Tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente Mise à jour : Septembre 201 2 I Etablissements recevant du public (ERP) Références réglementaires : Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

Les hôtels dits «meublés»

Les hôtels dits «meublés» Les hôtels dits «meublés» Définition Régime applicable en matière de police Qu est ce qu un «hôtel meublé»? Les «garnis» et meublés dans l histoire Le statut de la loi du 2 avril 1949 - les homologations

Plus en détail

LA COMMISSION DE SÉCURITÉ DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

LA COMMISSION DE SÉCURITÉ DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Tout établissement recevant du public - cinémas, discothèques, salles de spectacles, établissements sanitaires, établissements sportifs, centres commerciaux, restaurants, parcs de stationnement - doit

Plus en détail

Guide. Les commissions de sécurité dans les établissements recevant du public. Vous êtes Maire, Maître d ouvrage ou Exploitant, Quel est votre rôle?

Guide. Les commissions de sécurité dans les établissements recevant du public. Vous êtes Maire, Maître d ouvrage ou Exploitant, Quel est votre rôle? préfet de l ain Guide Les commissions de sécurité dans les établissements recevant du public Vous êtes Maire, Maître d ouvrage ou Exploitant, Quel est votre rôle? Sommaire Définition et objectifs de la

Plus en détail

Relevé des avis de la réunion du 07 juin 2012 de la sous-commission permanente de la Commission Centrale de Sécurité ****************

Relevé des avis de la réunion du 07 juin 2012 de la sous-commission permanente de la Commission Centrale de Sécurité **************** DIRECTION GENERALE DE LA SECURITE CIVILE ET DE LA GESTION DES CRISES DIRECTION DES SAPEURS-POMPIERS Sous-direction des services d incendie et des acteurs du secours Bureau de la Réglementation Incendie

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHE DE PRESTATIONS ET DE FOURNITURES DE SERVICE Vérifications techniques règlementaires Des bâtiments et équipements publics Cahier des Clauses Techniques Particulières Désignation de la personne publique

Plus en détail

Les établissements d une superficie supérieure ou égale à 16 m² mais inférieure à 50 m² Font l objet d une déclaration ( 3 de l'article CTS 1)

Les établissements d une superficie supérieure ou égale à 16 m² mais inférieure à 50 m² Font l objet d une déclaration ( 3 de l'article CTS 1) Aix-en-Provence Ville Thermale et Climatique PhF 17/05/2013 Service de la Réglementation et de la Police Administrative Hôtel de Ville - 13616 Aix-en-Provence Tél : 04.42.91.93.44 Fax : 04.42.91.94.16@mairie-aixenprovence.fr

Plus en détail

Manifestations et utilisations exceptionnelles de locaux recevant du Public (ERP)

Manifestations et utilisations exceptionnelles de locaux recevant du Public (ERP) Ville de Saint Jacques de la Lande Direction de l Aménagement Urbain 11, rue des 25 Fusillés CS 20732 35207 Rennes Cedex 2 Tél. : 02-99-29-75-54 Fax : 02-99-31-21-06 Manifestations et utilisations exceptionnelles

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 3 sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant du Public du 2 ème groupe

Plus en détail

SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES

SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES Préfecture de la Marne Juin 2011 Alors que la sécurité incendie s impose comme une préoccupation majeure

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 14 novembre 2012 relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public relevant du secteur public de la direction de la protection

Plus en détail

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T Un arrêté du 18 novembre 1987modifié, fixe des dispositions particulières pour l organisation d expositions, foires expositions ou salons

Plus en détail

Le Maire et les Établissements Recevant du Public

Le Maire et les Établissements Recevant du Public Le Maire et les Établissements Recevant du Public ERP Guide pratique à l usage des maires EDITION 2007 1 2 3 TABLE DES MATIERES LA PRÉVENTION DANS LES ERP ET LES IGH... 8 1) Définition... 8 2) Principes

Plus en détail

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Pourquoi et comment remplir son Agenda d Accessibilité Programmée (Ad AP) SYNOPSIS DE RAPPEL DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES LES 6

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DES HÔTELS ET DES RESTAURANTS. Les procédures administratives

L ACCESSIBILITÉ DES HÔTELS ET DES RESTAURANTS. Les procédures administratives L ACCESSIBILITÉ DES HÔTELS ET DES RESTAURANTS Les procédures administratives LES GRANDS PRINCIPES Sauf rares exceptions, les travaux concernant un ERP sont soumis à autorisation municipale préalable. Tous

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC Direction départementale de l'équipement de la Haute-Vienne Pôle constructions publiques SOMMAIRE Les ERP concernés Les Nouvelles exigences

Plus en détail

G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 1

G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 1 G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 1 Ce document regroupe 7 fiches pratiques à l usage des

Plus en détail

G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5

G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5 G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5 Ce document regroupe 7 fiches pratiques à l usage des

Plus en détail

l atelier «Mise en conformité du cadre bâti»

l atelier «Mise en conformité du cadre bâti» l atelier «Mise en conformité du cadre bâti»» Rappel réglementaire» Cas pratiques La mise en conformité «accessibilité et qualité d usage» du patrimoine existant ne se fera pas d un seul coup RAPPEL DES

Plus en détail

Objet : Politique micro-informatique des préfectures et sous-préfectures. Application ERP V1.03 en réseaux.

Objet : Politique micro-informatique des préfectures et sous-préfectures. Application ERP V1.03 en réseaux. CIRCULAIRE n NOR/INT/E/99/00089/C Paris, le 14 avril 1999 Le Ministre de l Intérieur à Mesdames et Messieurs les préfets de métropole et d Outre-Mer - Cabinet - Objet : Politique micro-informatique des

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE La sécurité des établissements recevant du public

GUIDE PRATIQUE La sécurité des établissements recevant du public GUIDE PRATIQUE La sécurité des établissements recevant du public Guide pratique destiné aux maires et aux élus Août 2013 SDIS de l Eure - Guide pratique destiné aux maires et aux élus. 2 SOMMAIRE 1 ERE

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

Maintenance Obligatoire

Maintenance Obligatoire Maintenance Obligatoire Lots Textes Nbre d intervention annuelle Portes piétonnes automatiques Ascenseurs-monte plats- EPMR Décret 92-333 Arrêté du 18 novembre 2004 Arrêté du 11 mars 1977 9 à 12 fois par

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

Les Ad AP. Agenda d Accessibilité Programmée. Présentation «rapide»

Les Ad AP. Agenda d Accessibilité Programmée. Présentation «rapide» Agenda d Accessibilité Programmée Présentation «rapide» Les ERP Rappel sur les règles ERP, Etablissements Recevant du Publics dont les établissements scolaires. DOUBLE CLASSEMENT par Catégorie par Type

Plus en détail

Réglementation ERP et IGH

Réglementation ERP et IGH PENSE Bête : Réglementation ERP et IGH Réalisé par Alexandre MOREAU 01.69.45.73.06 06.99.44.60.36 Mail : securiteincendie.idf@gmail.com Site : securiteincendie-idf.com A) DEFINITION : (R 123.2) 1 ) Définition

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP. Commerces. Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014

Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP. Commerces. Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014 Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP Commerces Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014 Lt/Col GERARD P - SDIS 60- juin 2014 1 Classement des établissements recevant du public

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

N de l autorisation : AT. N de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

N de l autorisation : AT. N de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

PROCEDURES ADMINISTRATIVES : AUTORISATION DE TRAVAUX

PROCEDURES ADMINISTRATIVES : AUTORISATION DE TRAVAUX PROCEDURES ADMINISTRATIVES : AUTORISATION DE TRAVAUX Véronique IMBAULT Mélanie BINET Juin 2012 3 cas possibles Autorisation de travaux (AT) seule : travaux d'aménagements intérieurs sans changement de

Plus en détail

Sécurité et Accessibilité dans les Établissements Recevant du Public (ERP)

Sécurité et Accessibilité dans les Établissements Recevant du Public (ERP) B PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE Sécurité et Accessibilité dans les Établissements Recevant du Public (ERP) Guide pratique à l usage des maires et des élus Juillet 2015 Le Préfet, Pour le Préfet et par délégation,

Plus en détail

Module de contrôle ERP Cours C5 - GENERALITES - ANALYSE DU RISQUE - RAPPORT DE VISITE

Module de contrôle ERP Cours C5 - GENERALITES - ANALYSE DU RISQUE - RAPPORT DE VISITE Module de contrôle ERP Cours C5 - GENERALITES - ANALYSE DU RISQUE - RAPPORT DE VISITE LES COMMISSIONS DE SECURITE LES COMMISSIONS DE SECRURITE Décret du 8 mars 1995 1 - Commission Centrale de Sécurité

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées

Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées Métier 6 Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées La loi n 2005-102 du 11 février 2005 «pour l'égalité des droits, des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées»

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

Délibération n 315 du 30 août 2013. relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public

Délibération n 315 du 30 août 2013. relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public Historique : Créée par : relative à la protection contre les risques d incendie et de panique

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME

DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME Qu est-ce qu un meublé de tourisme? Définitions du Code du Tourisme (art. D324-1 et D324-2) : «Les meublés de tourisme sont des villas, appartements ou studios

Plus en détail