Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine"

Transcription

1 Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des avantages importants par rapport au traitement par antagoniste de la vitamine K (AVK), due en grande partie à la réaction dose-effet que l on peut prévoir et à l absence relative d interactions médicaments-aliments. Ces qualités parent à la nécessité d une surveillance régulière en laboratoire et l ajustement fréquent des doses pour maintenir les paramètres de coagulation dans la fourchette thérapeutique tolérée. En plus de leur commodité, ces nouveaux agents offrent un meilleur profil de sécurité et même une efficacité supérieure comparés aux AVK. [1] Les limites des AVK ont contribué à la sous-utilisation du traitement par anticoagulants oraux et à l exposition de nombreux patients au risque d un AVC potentiellement évitable associé à la fibrillation auriculaire (FA). Selon une étude menée en 1999 sur environ patients ambulatoires atteints de FANV et ne présentant aucune contre-indication à la warfarine, seulement 55 % d entre eux reçurent un traitement AKV (principalement par warfarine). Même dans le sous-groupe des patients pour lesquels le traitement par anticoagulant oral était jugé idéal (patients âgés de 65 à 74 ans, sans contre-indications aux anticoagulants et avec antécédents d AVC, d hypertension, ou les deux), seulement 62 % d entre eux indiquaient une utilisation de la warfarine. [2] Les avantages pharmacologiques des nouveaux agents se révèlent bénéfiques chez les patients ayant participé à des essais cliniques à grande échelle. Nous espérons qu ils représentent la promesse d une utilisation plus répandue des anticoagulants oraux dans la prévention des AVC dus à la FA et des embolies systémiques (ES). [3-6] Ce court article aborde les connaissances acquises concernant les nouveaux anticoagulants oraux en 2012, et ce qui est à anticiper pour l année 2013 lorsque les analyses de données supplémentaires provenant d essais cliniques randomisés à grande échelle seront présentées, et qu au moins l un des essais clés en phase III de ces recherches aura pris fin. Observation de l année 2012 Qu avons-nous appris? Le risque d infarctus du myocarde avec le dabigatran RE-LY (Randomized Evaluation of Long-Term Anticoagulation Therapy [Évaluation randomisée du traitement à long terme par anticoagulants]), l essai clé en phase III sur le dabigatran etexilate publié en 2009 et qui a porté sur environ patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire, a révélé une augmentation non significative de 28 % des cas d infarctus du myocarde (IM) chez les patients randomisés ayant reçu les deux doses de dabigatran. [3]

2 Tableau 1. Essai RE-LY : Taux d infarctus du myocarde Nbr. total d IM 150 mg (n = 6 076) 110 mg (n = 6 015) Warfarine (n = 6 022) Valeur P [a] Incidence pour 100 personnesannées (n) 0,81 (97) 0,82 (98) 0,64 (75) 0,07 IM = infarctus du myocarde ; RE-LY = Randomized Evaluation of Long-Term Anticoagulation Therapy [Évaluation randomisée du traitement à long terme par anticoagulant] [a] Comparaison entre le dabigatran et la warfarine À cette époque-là, les chercheurs pensaient que cette découverte inattendue était attribuable au fait que la warfarine offrait une meilleure protection contre les accidents coronaires et ischémiques. [7] Au cours de la première semaine de janvier 2012, les résultats d une méta-analyse effectuée par Uchino et Hernandez et composée de 7 essais (N = ) sur le dabigatran ont été publiés. Les auteurs évaluaient systématiquement le risque d'im ou de syndrome coronarien aigu (SCA) chez les patients sous dabigatran. [8] L analyse a montré une importante augmentation de 33 % des IM ou SCA (dabigatran, 237/20,000 [1,19 %] comparé au témoin, 83/10,514 [0,79 %] ; rapport des cotes, 1,33 ; intervalle de confiance à 95 %, 1,03 1,71; P = 0,03). Au cours de la même semaine de janvier, Hohnloser et ses collaborateurs ont publié une analyse détaillée des IM et autres accidents cliniques issus de l essai RE-LY. [9] L analyse a indiqué une augmentation systématique des IM, mais pas d'hospitalisations pour nouveaux cas d'angine ou de revascularisations excessives chez les patients soignés au dabigatran. Les auteurs

3 en ont conclu que, malgré l augmentation des IM, il existe un avantage net évident issu de l administration des deux doses de dabigatran comparé à la warfarine, même chez les patients aux antécédents d IM ou de coronaropathie. L insuffisance rénale et les nouveaux anticoagulants oraux Environ un tiers des patients externes atteints de FA souffrent d insuffisance rénale chronique. [10] Tous les nouveaux anticoagulants oraux disponibles s appuient, dans une certaine mesure, sur la clairance rénale. [11] Plusieurs articles publiés en 2012 se penchent sur l utilisation des nouveaux anticoagulants oraux chez les patients souffrant d'insuffisance rénale ; en voici quelques-uns : L apixaban, nouvel inhibiteur direct du facteur Xa, a été évalué chez les patients atteints d insuffisance rénale aiguë de stade III, au cours de l analyse de l essai AVERROES (Apixaban Versus Acetylsalicylic Acid to Prevent Stroke in Atrial Fibrillation Patients Who Have Failed or are Unsuitable for Vitamin K Antagonist Treatment [Effets de l apixaban comparé à l acide acétylsalicylique pour prévenir les AVC chez les patients atteints de FA chez qui le traitement par antagoniste de la vitamine K a échoué ou n est pas recommandé]). [12] Le sous-groupe composé de patients souffrant d'insuffisance rénale chronique avait tendance à comprendre des personnes plus âgées, fréquemment atteintes d hypertension, de diabète et d'insuffisance cardiaque, et ayant subi un AVC. Il a été démontré que l insuffisance rénale chronique de stade III est un prédicteur indépendant d évènements primaires (tout type d AVC et emboles hors système nerveux central) et d hémorragies graves. Dans le sous-groupe des patients souffrant d IRC de stade III, la prise d apixaban a considérablement réduit les AVC et embolies systémiques de 68 % (5,6 %/an pour l aspirine contre 1,8 %/an pour l apixaban ; rapport de risques, 0,32 ; 95 % ; intervalle de confiance 0,18 0,55 ; P < 0,001). Aucune augmentation importante des hémorragies graves n a été constatée (2,2 %/an pour l aspirine contre 2,5 %/an pour l apixaban). Au cours de l'analyse complémentaire de l'essai ARISTOTLE (Apixaban for Reduction in Stroke and Other Thromboembolic Events in Atrial Fibrillation [Apixaban pour la réduction des AVC et autre accidents thromboemboliques chez les patients atteints de FA]), lequel a comparé l apixaban à la

4 warfarine chez les patients FANV, les chercheurs ont évalué les résultats en relation à la fonction rénale. [13] Les patients ont été analysés selon une estimation de la valeur de référence du débit de filtration glomérulaire (DFG) : 42 % (n = 7 518) ont eu un DFG estimé de > 80 ml/min, 42 % (n = 7 587) ont eu un DFG estimé allant de >50 à 80 ml/min, et 15 % (n = 3 017) ont eu un DFG estimé de 50 ml/min. Chez les patients souffrant d'une détérioration de la fonction rénale ( 80 ml/min), le taux d accidents vasculaires et d hémorragies était plus élevé. Sans égard à la fonction rénale, apixaban a été plus efficace que la warfarine pour la prévention d AVC ou d'es, et pour réduire le taux de mortalité. En outre, l apixaban a été associé à une baisse des hémorragies majeures sur l ensemble des fourchettes de DFG, surtout chez les patients dont le DFG était de 50 ml/min, pour lesquels la réduction du risque de saignement a été d environ 50 % (intervalle de confiance 95%, 0,38 0,66; P = 0,005). Un examen approfondi des anticoagulants chez les patients FA souffrant d'irc est consultable dans Nature Reviews Nephrology, publié par Hart et coll. [11] Les risques d hémorragie et les nouveaux anticoagulants oraux L hémorragie reste le risque principal du traitement par anticoagulants et ce risque s applique également aux nouveaux anticoagulants oraux. Pendant l année 2012, un nombre d'études complémentaires traitant de ce risque ont été publiées. L hémorragie intracrânienne Une analyse de 154 hémorragies intracrâniennes qui se sont produites chez certains patients de l essai RE-LY indique un taux de mortalité élevé après l hémorragie : 49 % après une hémorragie intracérébrale, 24 % après un saignement sous-dural et 31 % après un saignement méningé. [14]

5 Certains prédicateurs indépendants de l hémorragie intracrânienne étaient la prise de warfarine, l'utilisation d aspirine, l âge, ainsi que des antécédents d'avc/accidents ischémiques transitoires (AIT). Tableau 2. Essai RE-LY : Taux d hémorragies intracrâniennes 150 mg 110 mg Warfarine Valeur P Taux d HIC %/an (n) 0,31 % (13) 0,23 % (11) 0,76 % (32) < 0,001 [a] HIC = hémorragie intracrânienne ; RE-LY = Évaluation randomisée du traitement par anticoagulants à long terme. [a] Pour dose de dabigatran ou de warfarine Les taux absolus d HIC étaient plus bas chez les patients sous dabigatran et l emploi concomitant d aspirine était le facteur de risque d HIC indépendant le plus modifiable. Interruption du traitement par anticoagulants oraux en cas d intervention chirurgicale Chaque année, il a été estimé qu environ 10 % des patients traités aux anticoagulants oraux devront interrompre leur traitement en raison d une intervention chirurgicale ou d une procédure invasive. [15] Une étude complémentaire prospective de l essai RE-LY a examiné patients ayant subi au moins une procédure invasive ou une intervention chirurgicale (25 % des participants à RE-LY). [16] Les patients sous dabigatran, comparés à ceux sous warfarine, étaient plus susceptibles de subir une intervention chirurgicale ou procédure invasive dans les 48 heures après l arrêt du traitement par anticoagulants. Les chercheurs ont constaté que le médicament sans antidote (dans ce cas, le dabigatran) produisait moins de saignement que le médicament avec antidote (la warfarine) chez les patients ayant subi une intervention chirurgicale dans les 24 heures suivant l arrêt du traitement, ainsi que ceux ayant subi une intervention majeure ou urgente.

6 Les polymorphismes génétiques et le risque de saignement Le dabigatran etexilate est un promédicament absorbable par voie orale. Le CES1 (carboxylesterase 1) est responsable de la biotransformation du dabigatran etexilate en dabigatran. Variante de gène ordinaire, le polymorphisme mononucléotide (SNP) rs du CES1 limite la biotransformation de la forme (orale) etexilate en dabigatran actif. Il a été estimé qu environ 33 % des européens sont porteurs de cette variante. [17] L'analyse de patients d ascendance européenne participant à l étude RE-LY a démontré que : Chaque allèle mineure est associée à une réduction de 15 % de la concentration sérique. Les porteurs ont une réduction de 27 % du risque relatif de saignement. Une réduction de 14 % du risque relatif de saignement chez les patients recevant une faible dose de dabigatran comparé à ceux recevant une forte dose a été observée dans l étude principale. Aucune association n a été établie avec l issue des AVC ou des SE dans l essai RE-LY. Les chercheurs ont suggéré que l adaptation de la dose de dabigatran basée sur les résultats de génotypage pourrait être envisageable à l avenir. Déclarations des organismes de contrôle relatives au dabigatran Le dabigatran a été le premier nouveau anticoagulant oral à recevoir l autorisation des organismes de contrôle pour la prévention d AVC chez les patients atteints de FA non valvulaire et la prévention d embolies systémiques (Octobre 2010 aux États-Unis ; août 2011 dans l Union européenne) ; ainsi, nous disposons de plus de deux années d'expérience clinique concernant cet agent. En 2012, l Agence européenne des médicaments (EMEA) et la US Food & Drug Administration (FDA) ont publié des déclarations concernant le risque de saignement associé à la prise de dabigatran. En mai, l EMEA a estimé que d après la surveillance après-vente, la fréquence des hémorragies d issue

7 fatale «était considérablement inférieure à celle observée au cours des essais cliniques». L agence a conclu que les avantages l'emportaient sur les risques. [18] En novembre, s'appuyant sur certaines données issues de son système de surveillance active «minisentinel», lequel utilise «des données de soins de santé électroniques et préexistantes provenant de multiples sources pour évaluer l'innocuité des médicaments autorisés», la FDA a conclu que le taux d hémorragies observé avec le dabigatran n était pas plus élevé que celui de la warfarine, et que cela concordait avec les observations de l essai RE-LY de phase III. [19] Les nouveaux anticoagulants oraux chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT La sous-population de patients FA aux antécédents d AVC ou d'ict est la plus à risque en termes d accidents ischémiques récurrents et d hémorragies. Chacun des essais de phase III sur les nouveaux anticoagulants oraux évaluant les patients atteints de FA non-valvulaire comprenait des études complémentaires dans cette population. Toutes ces études complémentaires, lesquelles ont été publiées dans Lancet Neurology au cours des deux dernières années, ont uniformément constaté un effet concernant les trois nouveaux anticoagulants oraux dans cette population à risque élevé. RE-LY () Les patients du sous-groupe de l essai RE-LY présentant des antécédents d AVC ou d AIT étaient au nombre de (20 %). [20] Tableau 3. Essai RE-LY : Taux d AVC ou d'es chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT AVC ou ES 150 mg (n = 1 233) 110 mg (n = 1 195) Warfarine (n = 1 195) Taux %/an (n) 2,07 % (51) 2,32 % (55) 2,78 % (65)

8 RE-LY = Évaluation randomisée du traitement par anticoagulants oraux à long terme ; ES = embolie systémique ; TIA = accident ischémique transitoire Ces résultats concordent avec ceux des autres patients (sans antécédents d AVC ou d AIT) évalués dans l essai RE-LY. Le taux d hémorragies graves était considérablement moins élevé dans le groupe des patients qui recevaient la dose de 110 mg de dabigatran, et similaire dans le groupe de patients à qui l on avait donné une dose de 150 mg comparé à la warfarine. AVERROES (Apixaban) L essai AVERROES a eu pour objectif de comparer l apixaban et l aspirine, et a inclu un sous-groupe de 764 (13,6 %) patients présentant des antécédents d AVC ou d AIT. [21] Tableau 4. Essai AVERROES : Taux d AVC ou d'es chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT AVC ou ES Apixaban (n = 390) Aspirine (n = 374) Taux %/an (n) 2,79 % (10) 9,16 % (33) AVERROES = Effets de l apixaban comparé à l acide acétylsalicylique pour prévenir les AVC chez les patients atteints de FA chez qui le traitement par antagoniste de la vitamine K a échoué ou n est pas recommandé ; SE = embolie systémique ; TIA = accident ischémique transitoire Chez les patients présentant des antécédents d AVC ou d AIT, les hémorragies graves étaient plus fréquentes ; cependant, ce risque ne variait pas d un groupe de traitement à l autre.

9 ROCKET AF (Rivaroxaban) L essai ROCKET AF (Rivaroxaban Essai concernant les effets de l inhibiteur direct du facteur Xa pris une fois par jour par voie orale comparé au traitement par antagoniste de la vitamine K pour la prévention d AVC et d embolies chez les patients atteints de fibrillation auriculaire) a eu pour objectif de comparer le rivaroxaban et la warfarine, et a inclu un sous-groupe de patients (52 %) présentant des antécédents d AVC ou d AIT. [22] Tableau 5. Essai ROCKET AF : Taux d AVC ou d'es chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT AVC ou ES Rivaroxaban Warfarine Incidence pour 100 personnes-années 2,79 % 2,96 % ROCKET AF = Rivaroxaban Essai sur les effets de l inhibiteur direct du facteur Xa pris une fois par jour par voie orale, comparé au traitement par antagoniste de la vitamine K pour la prévention d AVC et d embolies chez les patients atteints de fibrillation auriculaire ; ES = embolie systémique ; AIT = accident ischémique transitoire Comme dans l'essai RE-LY, ces résultats concordent avec ceux des autres patients (sans antécédents d AVC ou d AIT) évalués dans l essai ROCKET AF. Le risque de saignements graves et non-graves, pertinents sur le plan clinique, était le même chez les patients aux antécédents AVC/d AIT comme chez ceux sans antécédents AVC/AIT. ARISTOTLE (Apixaban) L analyse du sous-groupe prédéfini de l essai ARISTOTLE, ayant eu pour objectif de comparer l apixaban et la warfarine, comprenait (19 %) patients aux antécédents d AVC ou d AIT. [23]

10 Tableau 6. Essai ARISTOTLE : Taux d AVC ou d'es chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT AVC ou ES Apixaban Warfarine Incidence pour 100 personnes-années 2,46 % 3,24 % ARISTOTLE = Apixaban pour la réduction d AVC et autres accidents thromboemboliques chez les patients atteints de fibrillation auriculaire ; SE = embolie systémique ; AIT = accident ischémique transitoire Comme dans les essais RE-LY et ROCKET AF, ces résultats concordent avec ceux des autres patients (sans antécédents d AVC ou d AIT) évalués dans ces deux essais. La réduction absolue des saignements graves avec l apixaban comparé à la warfarine était de 1,07 pour 100 patients/an (intervalle de confiance 95 %, 0,09 2,04) pour les patients présentant des antécédents d AVC ou d AIT, et 0,93 pour 100 patients/an (intervalle de confiance 95 %, 0,54 1,32) chez les patients n en présentant pas. Que doit-on surveiller en 2013? L année 2013 promet d être une autre année riche en données provenant d analyses complémentaires concernant les grands essais cliniques et randomisés sur les nouveaux anticoagulants oraux. Le tout dernier nouvel anticoagulant oral qui sera probablement mis sur le marché dans un proche avenir est l edoxaban, inhibiteur direct du facteur Xa à prise unique quotidienne par voie orale. L essai ENGAGE AF-TIMI 48 (Effective anticoagulation with factor xa next GEneration in Atrial Fibrillation - Thrombosis In Myocardial Infarction study 48 [Anticoagulation efficace avec facteur xa de nouvelle génération dans la fibrillation auriculaire Étude 48 de la thrombose dans l infarctus du myocarde]) sera, à ce jour, le plus important essai (N = ) sur l étude des nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention des AVC chez les patients FANV. Un rapport des résultats issus de cet essai est attendu en L essai consiste à comparer deux doses d edoxaban (30 et 60 mg) à une dose ajustée de warfarine. [24]

11 Conclusion Ce sont des évènements passionnants pour les cliniciens qui s intéressent à la prévention des AVC chez les patients atteints de FA. Après plus de cinquante années de traitement AKV à dose ajustée (principalement à la warfarine), les nouveaux anticoagulants oraux ont, en l espace de deux années, considérablement changé ce domaine, offrant une facilité d'utilisation et des résultats améliorés. Ces nouveaux agents sont parmi les plus étudiés en médicine cardiovasculaire. Il reste de nombreuses données à analyser pour davantage épurer le profil clinique de ces médicament et optimiser le traitement des patients à risque, en espérant qu ils représentent la promesse d une utilisation plus répandue des anticoagulants oraux dans la prévention des AVC dus à la FA et des ES.

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Évaluation du rapport bénéfice-risque

Évaluation du rapport bénéfice-risque ANNEXE II CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES ET MOTIFS DE L AVIS POSITIF ET DE LA MODIFICATION DU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT, DE L ETIQUETAGE ET DE LA NOTICE, PRESENTES PAR L AGENCE EUROPEENNE DES MEDICAMENTS

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Communiqué de presse. 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia Society (ECAS) 2016

Communiqué de presse. 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia Society (ECAS) 2016 Communiqué de presse Non destiné aux médias américains et britanniques Bayer Canada 2920 Matheson Blvd. East Mississauga (Ontario) L4W 5R6 www.bayer.ca 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM DABIGATRAN ETEXILATE (Pradaxa Boehringer Ingelheim [Canada] Ltée) Indication : prévention de l AVC et de l embolie systémique chez le patient atteint de fibrillation auriculaire

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica)

Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica) December 1, 2010 Klick Inc. Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica) Les utilisateurs de l application Guide santé CV MC qui souhaitent

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Demandeur Nom de fantaisie Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Danemark Valera Pharmaceuticals

Demandeur Nom de fantaisie Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Danemark Valera Pharmaceuticals ANNEXE I LISTE REPRENANT LES NOMS, LA FORME PHARMACEUTIQUE, LE DOSAGE DU MÉDICAMENT, LA VOIE D ADMINISTRATION, LE DEMANDEUR, LE TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ DANS LES ÉTATS MEMBRES

Plus en détail

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention Efficacité d une intervention d activité physique guidée par accéléromètre chez des Fiche No 15 femmes âgées vivant dans la communauté Koizumi D, Rogers NL, Rogers ME, Islam MM, Kusunoki M & al. Efficacy

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Le traitement par brachythérapie donne de meilleurs résultats chez les patients obèses souffrant de cancer de la prostate.... 3 2.1.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie Communiqué de presse Point presse «COC» du 26 juin 2013 Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie La

Plus en détail

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule contient 75, 110 ou 150 mg de dabigatran etexilate (sous forme

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

Avis 12 juin 2013. L avis adopté par la Commission de la Transparence le 17 avril 2013 a fait l objet d une audition le 12 juin 2013

Avis 12 juin 2013. L avis adopté par la Commission de la Transparence le 17 avril 2013 a fait l objet d une audition le 12 juin 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 12 juin 2013 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 17 avril 2013 a fait l objet d une audition le 12 juin 2013 ELIQUIS 2,5 mg, comprimé pelliculé B/60

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Conclusions scientifiques

Conclusions scientifiques Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de l avis positif soumis à condition relative à l autorisation de mise sur le marché et de la modification du résumé des caractéristiques du produit et de

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RIVAROXABAN (Xarelto Bayer Inc.) Nouvelle indication : l embolie pulmonaire Note : Le Comité canadien d expertise sur les médicaments (CCEM) a déjà examiné le rivaroxaban

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises. Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM

La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises. Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM Partir d une réflexion mille fois entendue Le DM n est pas le médicament Les

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Les médicaments au quotidien et les prescriptions

Les médicaments au quotidien et les prescriptions Les médicaments au quotidien et les prescriptions DCI DCI = dénomination commune internationale DCI = nom scientifique du médicament Eviter, si possible et si le médicament fait l objet de plusieurs spécialités,

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP Placements de portefeuille Chapitre SP 3041 Avril 2012 CCSP AVANT-PROPOS Le chapitre SP 3041, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, qui modifie et remplace le chapitre SP 3040, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, fait partie

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection Pôle Inspection en Surveillance du Marché Rédacteur : Régis ANDRE Tél : 01 55 87 39 62 Fax : 01 55 87 39 52 Ref : Synthèse Prestataires de services et distributeurs de matériels-v7

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles)

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Janvier 2013 1 Liste de contrôle des allégations fondées sur des études non expérimentales N o Liste

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Surveillance des infections du site chirurgical

Surveillance des infections du site chirurgical Surveillance des infections du site chirurgical Programme national réalisé par Swissnoso sur mandat de l ANQ Version abrégée Rapport comparatif national 2012-2013 Périodes de relevé : 1 er octobre 2012

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja

Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja Théo Efstathiou Laboratoire d Analyses et Recherche NUTRINOV Sommaire Corrélations entre la

Plus en détail

SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS

SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS Sondage mené entre le 30 mai et le 6 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Le Contexte... 3 But et objectifs... 3 Analyse quantitative...

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail