Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine"

Transcription

1 Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des avantages importants par rapport au traitement par antagoniste de la vitamine K (AVK), due en grande partie à la réaction dose-effet que l on peut prévoir et à l absence relative d interactions médicaments-aliments. Ces qualités parent à la nécessité d une surveillance régulière en laboratoire et l ajustement fréquent des doses pour maintenir les paramètres de coagulation dans la fourchette thérapeutique tolérée. En plus de leur commodité, ces nouveaux agents offrent un meilleur profil de sécurité et même une efficacité supérieure comparés aux AVK. [1] Les limites des AVK ont contribué à la sous-utilisation du traitement par anticoagulants oraux et à l exposition de nombreux patients au risque d un AVC potentiellement évitable associé à la fibrillation auriculaire (FA). Selon une étude menée en 1999 sur environ patients ambulatoires atteints de FANV et ne présentant aucune contre-indication à la warfarine, seulement 55 % d entre eux reçurent un traitement AKV (principalement par warfarine). Même dans le sous-groupe des patients pour lesquels le traitement par anticoagulant oral était jugé idéal (patients âgés de 65 à 74 ans, sans contre-indications aux anticoagulants et avec antécédents d AVC, d hypertension, ou les deux), seulement 62 % d entre eux indiquaient une utilisation de la warfarine. [2] Les avantages pharmacologiques des nouveaux agents se révèlent bénéfiques chez les patients ayant participé à des essais cliniques à grande échelle. Nous espérons qu ils représentent la promesse d une utilisation plus répandue des anticoagulants oraux dans la prévention des AVC dus à la FA et des embolies systémiques (ES). [3-6] Ce court article aborde les connaissances acquises concernant les nouveaux anticoagulants oraux en 2012, et ce qui est à anticiper pour l année 2013 lorsque les analyses de données supplémentaires provenant d essais cliniques randomisés à grande échelle seront présentées, et qu au moins l un des essais clés en phase III de ces recherches aura pris fin. Observation de l année 2012 Qu avons-nous appris? Le risque d infarctus du myocarde avec le dabigatran RE-LY (Randomized Evaluation of Long-Term Anticoagulation Therapy [Évaluation randomisée du traitement à long terme par anticoagulants]), l essai clé en phase III sur le dabigatran etexilate publié en 2009 et qui a porté sur environ patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire, a révélé une augmentation non significative de 28 % des cas d infarctus du myocarde (IM) chez les patients randomisés ayant reçu les deux doses de dabigatran. [3]

2 Tableau 1. Essai RE-LY : Taux d infarctus du myocarde Nbr. total d IM 150 mg (n = 6 076) 110 mg (n = 6 015) Warfarine (n = 6 022) Valeur P [a] Incidence pour 100 personnesannées (n) 0,81 (97) 0,82 (98) 0,64 (75) 0,07 IM = infarctus du myocarde ; RE-LY = Randomized Evaluation of Long-Term Anticoagulation Therapy [Évaluation randomisée du traitement à long terme par anticoagulant] [a] Comparaison entre le dabigatran et la warfarine À cette époque-là, les chercheurs pensaient que cette découverte inattendue était attribuable au fait que la warfarine offrait une meilleure protection contre les accidents coronaires et ischémiques. [7] Au cours de la première semaine de janvier 2012, les résultats d une méta-analyse effectuée par Uchino et Hernandez et composée de 7 essais (N = ) sur le dabigatran ont été publiés. Les auteurs évaluaient systématiquement le risque d'im ou de syndrome coronarien aigu (SCA) chez les patients sous dabigatran. [8] L analyse a montré une importante augmentation de 33 % des IM ou SCA (dabigatran, 237/20,000 [1,19 %] comparé au témoin, 83/10,514 [0,79 %] ; rapport des cotes, 1,33 ; intervalle de confiance à 95 %, 1,03 1,71; P = 0,03). Au cours de la même semaine de janvier, Hohnloser et ses collaborateurs ont publié une analyse détaillée des IM et autres accidents cliniques issus de l essai RE-LY. [9] L analyse a indiqué une augmentation systématique des IM, mais pas d'hospitalisations pour nouveaux cas d'angine ou de revascularisations excessives chez les patients soignés au dabigatran. Les auteurs

3 en ont conclu que, malgré l augmentation des IM, il existe un avantage net évident issu de l administration des deux doses de dabigatran comparé à la warfarine, même chez les patients aux antécédents d IM ou de coronaropathie. L insuffisance rénale et les nouveaux anticoagulants oraux Environ un tiers des patients externes atteints de FA souffrent d insuffisance rénale chronique. [10] Tous les nouveaux anticoagulants oraux disponibles s appuient, dans une certaine mesure, sur la clairance rénale. [11] Plusieurs articles publiés en 2012 se penchent sur l utilisation des nouveaux anticoagulants oraux chez les patients souffrant d'insuffisance rénale ; en voici quelques-uns : L apixaban, nouvel inhibiteur direct du facteur Xa, a été évalué chez les patients atteints d insuffisance rénale aiguë de stade III, au cours de l analyse de l essai AVERROES (Apixaban Versus Acetylsalicylic Acid to Prevent Stroke in Atrial Fibrillation Patients Who Have Failed or are Unsuitable for Vitamin K Antagonist Treatment [Effets de l apixaban comparé à l acide acétylsalicylique pour prévenir les AVC chez les patients atteints de FA chez qui le traitement par antagoniste de la vitamine K a échoué ou n est pas recommandé]). [12] Le sous-groupe composé de patients souffrant d'insuffisance rénale chronique avait tendance à comprendre des personnes plus âgées, fréquemment atteintes d hypertension, de diabète et d'insuffisance cardiaque, et ayant subi un AVC. Il a été démontré que l insuffisance rénale chronique de stade III est un prédicteur indépendant d évènements primaires (tout type d AVC et emboles hors système nerveux central) et d hémorragies graves. Dans le sous-groupe des patients souffrant d IRC de stade III, la prise d apixaban a considérablement réduit les AVC et embolies systémiques de 68 % (5,6 %/an pour l aspirine contre 1,8 %/an pour l apixaban ; rapport de risques, 0,32 ; 95 % ; intervalle de confiance 0,18 0,55 ; P < 0,001). Aucune augmentation importante des hémorragies graves n a été constatée (2,2 %/an pour l aspirine contre 2,5 %/an pour l apixaban). Au cours de l'analyse complémentaire de l'essai ARISTOTLE (Apixaban for Reduction in Stroke and Other Thromboembolic Events in Atrial Fibrillation [Apixaban pour la réduction des AVC et autre accidents thromboemboliques chez les patients atteints de FA]), lequel a comparé l apixaban à la

4 warfarine chez les patients FANV, les chercheurs ont évalué les résultats en relation à la fonction rénale. [13] Les patients ont été analysés selon une estimation de la valeur de référence du débit de filtration glomérulaire (DFG) : 42 % (n = 7 518) ont eu un DFG estimé de > 80 ml/min, 42 % (n = 7 587) ont eu un DFG estimé allant de >50 à 80 ml/min, et 15 % (n = 3 017) ont eu un DFG estimé de 50 ml/min. Chez les patients souffrant d'une détérioration de la fonction rénale ( 80 ml/min), le taux d accidents vasculaires et d hémorragies était plus élevé. Sans égard à la fonction rénale, apixaban a été plus efficace que la warfarine pour la prévention d AVC ou d'es, et pour réduire le taux de mortalité. En outre, l apixaban a été associé à une baisse des hémorragies majeures sur l ensemble des fourchettes de DFG, surtout chez les patients dont le DFG était de 50 ml/min, pour lesquels la réduction du risque de saignement a été d environ 50 % (intervalle de confiance 95%, 0,38 0,66; P = 0,005). Un examen approfondi des anticoagulants chez les patients FA souffrant d'irc est consultable dans Nature Reviews Nephrology, publié par Hart et coll. [11] Les risques d hémorragie et les nouveaux anticoagulants oraux L hémorragie reste le risque principal du traitement par anticoagulants et ce risque s applique également aux nouveaux anticoagulants oraux. Pendant l année 2012, un nombre d'études complémentaires traitant de ce risque ont été publiées. L hémorragie intracrânienne Une analyse de 154 hémorragies intracrâniennes qui se sont produites chez certains patients de l essai RE-LY indique un taux de mortalité élevé après l hémorragie : 49 % après une hémorragie intracérébrale, 24 % après un saignement sous-dural et 31 % après un saignement méningé. [14]

5 Certains prédicateurs indépendants de l hémorragie intracrânienne étaient la prise de warfarine, l'utilisation d aspirine, l âge, ainsi que des antécédents d'avc/accidents ischémiques transitoires (AIT). Tableau 2. Essai RE-LY : Taux d hémorragies intracrâniennes 150 mg 110 mg Warfarine Valeur P Taux d HIC %/an (n) 0,31 % (13) 0,23 % (11) 0,76 % (32) < 0,001 [a] HIC = hémorragie intracrânienne ; RE-LY = Évaluation randomisée du traitement par anticoagulants à long terme. [a] Pour dose de dabigatran ou de warfarine Les taux absolus d HIC étaient plus bas chez les patients sous dabigatran et l emploi concomitant d aspirine était le facteur de risque d HIC indépendant le plus modifiable. Interruption du traitement par anticoagulants oraux en cas d intervention chirurgicale Chaque année, il a été estimé qu environ 10 % des patients traités aux anticoagulants oraux devront interrompre leur traitement en raison d une intervention chirurgicale ou d une procédure invasive. [15] Une étude complémentaire prospective de l essai RE-LY a examiné patients ayant subi au moins une procédure invasive ou une intervention chirurgicale (25 % des participants à RE-LY). [16] Les patients sous dabigatran, comparés à ceux sous warfarine, étaient plus susceptibles de subir une intervention chirurgicale ou procédure invasive dans les 48 heures après l arrêt du traitement par anticoagulants. Les chercheurs ont constaté que le médicament sans antidote (dans ce cas, le dabigatran) produisait moins de saignement que le médicament avec antidote (la warfarine) chez les patients ayant subi une intervention chirurgicale dans les 24 heures suivant l arrêt du traitement, ainsi que ceux ayant subi une intervention majeure ou urgente.

6 Les polymorphismes génétiques et le risque de saignement Le dabigatran etexilate est un promédicament absorbable par voie orale. Le CES1 (carboxylesterase 1) est responsable de la biotransformation du dabigatran etexilate en dabigatran. Variante de gène ordinaire, le polymorphisme mononucléotide (SNP) rs du CES1 limite la biotransformation de la forme (orale) etexilate en dabigatran actif. Il a été estimé qu environ 33 % des européens sont porteurs de cette variante. [17] L'analyse de patients d ascendance européenne participant à l étude RE-LY a démontré que : Chaque allèle mineure est associée à une réduction de 15 % de la concentration sérique. Les porteurs ont une réduction de 27 % du risque relatif de saignement. Une réduction de 14 % du risque relatif de saignement chez les patients recevant une faible dose de dabigatran comparé à ceux recevant une forte dose a été observée dans l étude principale. Aucune association n a été établie avec l issue des AVC ou des SE dans l essai RE-LY. Les chercheurs ont suggéré que l adaptation de la dose de dabigatran basée sur les résultats de génotypage pourrait être envisageable à l avenir. Déclarations des organismes de contrôle relatives au dabigatran Le dabigatran a été le premier nouveau anticoagulant oral à recevoir l autorisation des organismes de contrôle pour la prévention d AVC chez les patients atteints de FA non valvulaire et la prévention d embolies systémiques (Octobre 2010 aux États-Unis ; août 2011 dans l Union européenne) ; ainsi, nous disposons de plus de deux années d'expérience clinique concernant cet agent. En 2012, l Agence européenne des médicaments (EMEA) et la US Food & Drug Administration (FDA) ont publié des déclarations concernant le risque de saignement associé à la prise de dabigatran. En mai, l EMEA a estimé que d après la surveillance après-vente, la fréquence des hémorragies d issue

7 fatale «était considérablement inférieure à celle observée au cours des essais cliniques». L agence a conclu que les avantages l'emportaient sur les risques. [18] En novembre, s'appuyant sur certaines données issues de son système de surveillance active «minisentinel», lequel utilise «des données de soins de santé électroniques et préexistantes provenant de multiples sources pour évaluer l'innocuité des médicaments autorisés», la FDA a conclu que le taux d hémorragies observé avec le dabigatran n était pas plus élevé que celui de la warfarine, et que cela concordait avec les observations de l essai RE-LY de phase III. [19] Les nouveaux anticoagulants oraux chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT La sous-population de patients FA aux antécédents d AVC ou d'ict est la plus à risque en termes d accidents ischémiques récurrents et d hémorragies. Chacun des essais de phase III sur les nouveaux anticoagulants oraux évaluant les patients atteints de FA non-valvulaire comprenait des études complémentaires dans cette population. Toutes ces études complémentaires, lesquelles ont été publiées dans Lancet Neurology au cours des deux dernières années, ont uniformément constaté un effet concernant les trois nouveaux anticoagulants oraux dans cette population à risque élevé. RE-LY () Les patients du sous-groupe de l essai RE-LY présentant des antécédents d AVC ou d AIT étaient au nombre de (20 %). [20] Tableau 3. Essai RE-LY : Taux d AVC ou d'es chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT AVC ou ES 150 mg (n = 1 233) 110 mg (n = 1 195) Warfarine (n = 1 195) Taux %/an (n) 2,07 % (51) 2,32 % (55) 2,78 % (65)

8 RE-LY = Évaluation randomisée du traitement par anticoagulants oraux à long terme ; ES = embolie systémique ; TIA = accident ischémique transitoire Ces résultats concordent avec ceux des autres patients (sans antécédents d AVC ou d AIT) évalués dans l essai RE-LY. Le taux d hémorragies graves était considérablement moins élevé dans le groupe des patients qui recevaient la dose de 110 mg de dabigatran, et similaire dans le groupe de patients à qui l on avait donné une dose de 150 mg comparé à la warfarine. AVERROES (Apixaban) L essai AVERROES a eu pour objectif de comparer l apixaban et l aspirine, et a inclu un sous-groupe de 764 (13,6 %) patients présentant des antécédents d AVC ou d AIT. [21] Tableau 4. Essai AVERROES : Taux d AVC ou d'es chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT AVC ou ES Apixaban (n = 390) Aspirine (n = 374) Taux %/an (n) 2,79 % (10) 9,16 % (33) AVERROES = Effets de l apixaban comparé à l acide acétylsalicylique pour prévenir les AVC chez les patients atteints de FA chez qui le traitement par antagoniste de la vitamine K a échoué ou n est pas recommandé ; SE = embolie systémique ; TIA = accident ischémique transitoire Chez les patients présentant des antécédents d AVC ou d AIT, les hémorragies graves étaient plus fréquentes ; cependant, ce risque ne variait pas d un groupe de traitement à l autre.

9 ROCKET AF (Rivaroxaban) L essai ROCKET AF (Rivaroxaban Essai concernant les effets de l inhibiteur direct du facteur Xa pris une fois par jour par voie orale comparé au traitement par antagoniste de la vitamine K pour la prévention d AVC et d embolies chez les patients atteints de fibrillation auriculaire) a eu pour objectif de comparer le rivaroxaban et la warfarine, et a inclu un sous-groupe de patients (52 %) présentant des antécédents d AVC ou d AIT. [22] Tableau 5. Essai ROCKET AF : Taux d AVC ou d'es chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT AVC ou ES Rivaroxaban Warfarine Incidence pour 100 personnes-années 2,79 % 2,96 % ROCKET AF = Rivaroxaban Essai sur les effets de l inhibiteur direct du facteur Xa pris une fois par jour par voie orale, comparé au traitement par antagoniste de la vitamine K pour la prévention d AVC et d embolies chez les patients atteints de fibrillation auriculaire ; ES = embolie systémique ; AIT = accident ischémique transitoire Comme dans l'essai RE-LY, ces résultats concordent avec ceux des autres patients (sans antécédents d AVC ou d AIT) évalués dans l essai ROCKET AF. Le risque de saignements graves et non-graves, pertinents sur le plan clinique, était le même chez les patients aux antécédents AVC/d AIT comme chez ceux sans antécédents AVC/AIT. ARISTOTLE (Apixaban) L analyse du sous-groupe prédéfini de l essai ARISTOTLE, ayant eu pour objectif de comparer l apixaban et la warfarine, comprenait (19 %) patients aux antécédents d AVC ou d AIT. [23]

10 Tableau 6. Essai ARISTOTLE : Taux d AVC ou d'es chez les patients aux antécédents d AVC ou d AIT AVC ou ES Apixaban Warfarine Incidence pour 100 personnes-années 2,46 % 3,24 % ARISTOTLE = Apixaban pour la réduction d AVC et autres accidents thromboemboliques chez les patients atteints de fibrillation auriculaire ; SE = embolie systémique ; AIT = accident ischémique transitoire Comme dans les essais RE-LY et ROCKET AF, ces résultats concordent avec ceux des autres patients (sans antécédents d AVC ou d AIT) évalués dans ces deux essais. La réduction absolue des saignements graves avec l apixaban comparé à la warfarine était de 1,07 pour 100 patients/an (intervalle de confiance 95 %, 0,09 2,04) pour les patients présentant des antécédents d AVC ou d AIT, et 0,93 pour 100 patients/an (intervalle de confiance 95 %, 0,54 1,32) chez les patients n en présentant pas. Que doit-on surveiller en 2013? L année 2013 promet d être une autre année riche en données provenant d analyses complémentaires concernant les grands essais cliniques et randomisés sur les nouveaux anticoagulants oraux. Le tout dernier nouvel anticoagulant oral qui sera probablement mis sur le marché dans un proche avenir est l edoxaban, inhibiteur direct du facteur Xa à prise unique quotidienne par voie orale. L essai ENGAGE AF-TIMI 48 (Effective anticoagulation with factor xa next GEneration in Atrial Fibrillation - Thrombosis In Myocardial Infarction study 48 [Anticoagulation efficace avec facteur xa de nouvelle génération dans la fibrillation auriculaire Étude 48 de la thrombose dans l infarctus du myocarde]) sera, à ce jour, le plus important essai (N = ) sur l étude des nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention des AVC chez les patients FANV. Un rapport des résultats issus de cet essai est attendu en L essai consiste à comparer deux doses d edoxaban (30 et 60 mg) à une dose ajustée de warfarine. [24]

11 Conclusion Ce sont des évènements passionnants pour les cliniciens qui s intéressent à la prévention des AVC chez les patients atteints de FA. Après plus de cinquante années de traitement AKV à dose ajustée (principalement à la warfarine), les nouveaux anticoagulants oraux ont, en l espace de deux années, considérablement changé ce domaine, offrant une facilité d'utilisation et des résultats améliorés. Ces nouveaux agents sont parmi les plus étudiés en médicine cardiovasculaire. Il reste de nombreuses données à analyser pour davantage épurer le profil clinique de ces médicament et optimiser le traitement des patients à risque, en espérant qu ils représentent la promesse d une utilisation plus répandue des anticoagulants oraux dans la prévention des AVC dus à la FA et des ES.

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM DABIGATRAN ETEXILATE (Pradaxa Boehringer Ingelheim [Canada] Ltée) Indication : prévention de l AVC et de l embolie systémique chez le patient atteint de fibrillation auriculaire

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Avis 12 juin 2013. L avis adopté par la Commission de la Transparence le 17 avril 2013 a fait l objet d une audition le 12 juin 2013

Avis 12 juin 2013. L avis adopté par la Commission de la Transparence le 17 avril 2013 a fait l objet d une audition le 12 juin 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 12 juin 2013 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 17 avril 2013 a fait l objet d une audition le 12 juin 2013 ELIQUIS 2,5 mg, comprimé pelliculé B/60

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule contient 75, 110 ou 150 mg de dabigatran etexilate (sous forme

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO)

Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO) Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO) MAI 2014 1 SOMMAIRE Quelques données chiffrées Place des NACO dans la Fibrillation Auriculaire Non Valvulaire (FANV)

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE ANNÉE 2006-2007 B PROJET UT CLIENTÈLE CIBLE MÉDICATION ECG/ ACTIVE (29 S ÉTUDE EN COURS) 14/05/2003 Active W : 02/12/2004 Évaluer si le Clopidogrel plus AAS est supérieur

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RIVAROXABAN (Xarelto Bayer Inc.) Nouvelle indication : l embolie pulmonaire Note : Le Comité canadien d expertise sur les médicaments (CCEM) a déjà examiné le rivaroxaban

Plus en détail

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier La Fibrillation Atriale Pr Philippe Chevalier Epidémiologie de la fibrillation atriale Le profil, la distribution Les causes La progression La prévention primaire Démographie U.S. population x 1000 Population

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX SONT-ILS UNE ALTERNATIVE AU COUMADIN DANS LA FA NON VALVULAIRE CHEZ LES PATIENTS DE 75 ANS ET PLUS?

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX SONT-ILS UNE ALTERNATIVE AU COUMADIN DANS LA FA NON VALVULAIRE CHEZ LES PATIENTS DE 75 ANS ET PLUS? LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX SONT-ILS UNE ALTERNATIVE AU COUMADIN DANS LA FA NON VALVULAIRE CHEZ LES PATIENTS DE 75 ANS ET PLUS? BERTIN NKODIA R1 MEDECINE DE FAMILLE INTRODUCTION METHODES RESULTATS

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

Communiqué de presse. 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia Society (ECAS) 2016

Communiqué de presse. 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia Society (ECAS) 2016 Communiqué de presse Non destiné aux médias américains et britanniques Bayer Canada 2920 Matheson Blvd. East Mississauga (Ontario) L4W 5R6 www.bayer.ca 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

FA et Traitement Antithrombotique. Drs JF AUPETIT et B GAL Lyon le 04 novembre 2014 Hôpital Saint Joseph Saint Luc LYON

FA et Traitement Antithrombotique. Drs JF AUPETIT et B GAL Lyon le 04 novembre 2014 Hôpital Saint Joseph Saint Luc LYON FA et Traitement Antithrombotique Drs JF AUPETIT et B GAL Lyon le 04 novembre 2014 Hôpital Saint Joseph Saint Luc LYON Epidémiologie The Framingham Study. Arch Intern Med. 1987; 147(9): 1561 1564 Bénéfice

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 décembre 2014 ELIQUIS 2,5 mg, comprimés pelliculés B/60 (CIP : 34009 419 456 7 0) B/60 blister unitaire (CIP : 34009 419 457 3 1) ELIQUIS 5 mg, comprimés pelliculés

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 février 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 14 décembre 2011 a fait l objet d une audition le 18 janvier 2012. L avis définitif a

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Fibrillation auriculaire*

Fibrillation auriculaire* ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Fibrillation auriculaire* * Rédaction conforme au décret n 2011-77 du 19 janvier 2011. La fibrillation auriculaire est aujourd hui désignée par le terme «fibrillation

Plus en détail

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang!

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire le dabigatran? Lisez ce qui suit! Un intervalle thérapeutique

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

ce que moi, Médecin Généraliste, Avis de MG j ai retenu de toutes les publications qui ont convergé vers moi

ce que moi, Médecin Généraliste, Avis de MG j ai retenu de toutes les publications qui ont convergé vers moi Numéro spécial de lancement revue mensuelle et thématique, pratique et mise à jour régulièrement centrée sur le médicament. Novembre 2012 Professionnel Les nouveaux anti-coagulants 03 17 Pr Jérôme LA Roncalli

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale

Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale Mise à jour des Recommandations 2013 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale European Heart Journal 18 mars 2013 EPU CHALONS EN CHAMPAGNE 17 SEPTEMBRE 2013 ESC = European Society of

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES

UNIVERSITE DE NANTES UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2014 N THESE Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Diplôme d études spécialisées en médecine générale Par Monsieur MÉAR François-Xavier Né le 24 Février

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Étude REVERSAL Le développement des plaques d athérome stoppé

Étude REVERSAL Le développement des plaques d athérome stoppé Reportage Orlando Congrès de l American Heart Association II par Emmanuèle Garnier Plus de 3500 communications orales et par affiches portant sur la recherche fondamentale, des travaux cliniques et des

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Dr Lotfi Boudali 27/11/2013 Chef pôle produits cardiovasculaire, thrombose, métabolisme et obésité Direction des médicaments en cardiologie,

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail