Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009"

Transcription

1 revue Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : P. Fontana H. Bounameaux Dr Pierre Fontana Pr Henri Bounameaux Service d angiologie et d hémostase Département de médecine interne HUG, 1211 Genève 14 The new antithrombotics in 2009 Presently used anticoagulant drugs include parenterally administered compounds (unfractionated heparin, low-molecular-weight heparins and fondaparinux) and oral vitamin K antagonists. Among the new drugs that are still in phase III clinical development in most indications, the oral factor Xa inhibitor rivaroxaban and the oral direct thrombin inhibitor dabigatran etexilate are expected to be soon introduced on the Swiss market for thromboprophylaxis following major orthopedic surgery. Even though aspirin remains the major antiplatelet agent, the questions of combination of antiplatelet agents and loading dose administration patterns of clopidogrel have been intensively studied in recent years. Among the numerous compounds in clinical development, the new thienopyridine prasugrel is certainly the one that is at the most advanced stage. Les agents anticoagulants actuels comprennent des substances administrées par voie parentérale (héparine non fractionnée, héparines de bas poids moléculaire et fondaparinux) et les anticoagulants oraux de type antivitamine K. Parmi les nouvelles substances, toujours en phase III de leur développement pour la plupart des indications, l inhibiteur du facteur Xa rivaroxaban et l inhibiteur direct de la thrombine dabigatran etexilate sont deux agents oraux attendus incessamment sur le marché suisse. Parmi les antiplaquettaires, l aspirine reste l agent le plus prescrit mais les combinaisons d agents antiplaquettaires et la question de la dose de charge de clopidogrel ont fait l objet de nombreux travaux. Parmi les agents en développement, la thiénopyridine de nouvelle génération, le prasugrel, est probablement au stade le plus avancé. INTRODUCTION Les agents anticoagulants et antiplaquettaires constituent la pierre angulaire du traitement des maladies cardiovasculaires et thromboemboliques veineuses. Au cours des dernières décennies, l héparine non fractionnée (HNF) et les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) d une part, l aspirine et le clopidogrel d autre part, ont été les piliers de ces traitements. Bien que largement utilisés, ces différents agents sont loin de correspondre au profil de l anticoagulant ou de l antiplaquettaire idéal (tableau 1). L objet de cette revue est de discuter les agents antithrombotiques (à l exclusion des thrombolytiques) en cours de développement dans des essais cliniques de phase III dans diverses indications mais susceptibles d être prochainement disponibles sur le marché pour certaines situations (tableau 2). NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Contrairement aux anticoagulants traditionnels, les nouveaux anticoagulants exercent une activité spécifiquement dirigée contre une seule cible au sein du phénomène de la coagulation plasmatique (figure 1). Si les inhibiteurs de la voie du complexe facteur tissulaire/facteur VIIa ne seront probablement pas développés en tant qu anticoagulants, les nouveaux anticoagulants ciblent soit le facteur Xa, soit la thrombine (ou facteur IIa) (figure 1). 1 Faute de comparaison directe entre ces différents types d agents, la question de savoir quelle est la meilleure cible, du facteur Xa 2 ou de la thrombine, 3 reste théorique dans la mesure où il existe des arguments en faveur de l une comme de l autre cible. Inhibiteurs du facteur Xa Parmi les inhibiteurs du facteur Xa en développement, nous citerons principalement l idraparinux, un dérivé à longue durée d action du fondaparinux (Arixtra). Avec une demi-vie de 130 heures, l idraparinux est injecté par voie sous-cutanée une fois par semaine. L élimination par voie rénale et l absence d antidote constituaient d emblée deux handicaps pour un médicament souvent administré à Revue Médicale Suisse 4 février

2 Tableau 1. Propriétés de l agent anticoagulant idéal* * Est en grande partie également valable pour «l antiplaquettaire idéal». Inhibition rapide de la progression du thrombus Administration par voie orale Large marge thérapeutique Pharmacocinétique et relation dose-réponse prévisibles Inhibition des facteurs de coagulation circulants et liés au thrombus Faible taux de liaison non spécifique aux protéines plasmatiques Absence de monitoring de laboratoire Absence d ajustement posologique Peu de complications hémorragiques Peu d effets secondaires Peu d interactions médicamenteuses ou avec l alimentation Tableau 2. Principaux agents antithrombotiques en cours de développement en phase III Anticoagulants Idraparinux (biotinylated form) Dabigatran etexilate (DTI) (Pradaxa) Rivaroxaban (anti-xa) (Xarelto) Apixaban (anti-xa) Antiplaquettaires Administration parentérale Cangrelor (antagoniste compétitif du récepteur à l ADP P2Y12) Administration orale Etapes de la coagulation Initiation Prasugrel (thiénopyridine) (Effient) S18886 (antagoniste du récepteur au TxA2) SCH (antagoniste du récepteur de la thrombine) AZD6140 (antagoniste compétitif du récepteur à l ADP P2Y12) Agents A des personnes âgées. Dans l indication du traitement de la maladie thromboembolique veineuse, l idraparinux s est révélé équivalent (non inférieur) au traitement classique pour la thrombose veineuse profonde mais la non-infériorité n a pas pu être démontrée dans l embolie pulmonaire. 4 Dans la prévention des accidents cardiovasculaires chez les patients avec fibrillation auriculaire, l étude AMADEUS a été prématurément interrompue en raison d un excès d événements hémorragiques majeurs dans le groupe traité par l idraparinux. 5 Il semble qu à l avenir, le développement d un dérivé biotinylé de l idraparinux soit privilégié. Ce dérivé a le grand avantage de pouvoir être inactivé par l injection d avidine qui, se liant à la biotine, empêche la liaison de l idraparinux biotinylé à l antithrombine, bloquant ainsi son action anticoagulante. Parmi les autres inhibiteurs du facteur Xa, deux agents oraux sont en cours de développement (phase III), l apixaban et le rivaroxaban. Dans la mesure où seul le rivaroxaban sera introduit à court terme sur le marché, nous nous limiterons à la discussion des données relatives à cette substance (tableau 3) dans le cadre de la présente revue. Le rivaroxaban (Xarelto) a fait l objet de quatre étudespivots en double aveugle (études RECORD 1-4) 6-9 dans l indication de la thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique majeure (tableau 4). En bref, alors qu il s agissait d études de non-infériorité, le rivaroxaban s est montré supérieur de manière statistiquement significative sur l énoxaparine, aussi bien à la dose européenne de 40 mg/j qu à la posologie nord-américaine de 2 x 30 mg/j, pour ce qui concerne le critère principal d efficacité qui comprenait toutes les thromboses, y compris les thromboses phlébographiques asymptomatiques. Pour le critère peut-être cliniquement plus pertinent des événements thromboemboliques majeurs, repris dans le tableau 4, le rivaroxaban s est révélé supérieur au régime européen d énoxaparine tant pour la prothèse totale de hanche (PTH) que pour la prothèse totale du genou (PTG), et équivalent au régime nord-américain dans la PTH. La fréquence des saignements majeurs ne différait pas entre les groupes mais il convient de rappeler que le pouvoir statistique des études était calculé en fonction du critère d efficacité et non du critère de saignement. Propagation Activité thrombinique Fibrinogène Fibrine Figure 1. Mécanisme d action des nouveaux anticoagulants A. Inhibiteurs de la voie du facteur tissulaire (FT)/facteur VIIa. B. Inhibiteurs spécifiques du facteur Xa (exemples : idraparinux, rivaroxaban, apixaban). C. Inhibiteurs spécifiques de la thrombine (exemple : dabigatran). B C Tableau 3. Quelques caractéristiques des nouveaux agents anticoagulants oraux Dénomination commune Rivaroxaban Dabigatran internationale (DCI) etexilate Laboratoire BayerHealthcare Boehringerpharmaceutique Johnson & Johnson Ingelheim (US) Nom de marque Xarelto Pradaxa Cible pharmacologique Facteur X activé Thrombine Demi-vie 5-13 heures heures Biodisponibilité 80% 5% Elimination 67% rénale 80% rénale 33% biliaire 20% biliaire Dosage en prophylaxie 10 mg (1 x/j) 150 ou 220 mg (chirurgie orthopédique) (1 x/j) 304 Revue Médicale Suisse 4 février 2009 Revue Médicale Suisse 4 février

3 Tableau 4. Etudes du rivaroxaban et du dabigatran etexilate pour la thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique majeure Etudes (indication, nombre) Evénements thromboemboliques majeurs * Hémorragies majeures Rivaroxaban Enoxaparine Rivaroxaban Enoxaparine RECORD 1 6 (PTH, 3153) 10 mg, 0,2% (p 0,001) 40 mg, 2% 0,3% (NS) 0,1% RECORD 3 8 (PTG, 1702) 10 mg, 1% (p 0,001) 40 mg, 2,6% 0,6% (NS) 0,5% RECORD 4 9 (PTH, 2300) 10 mg, 1,2% (NI) 60 mg, 2% 0,7% (NS) 0,3% RECORD 2 7 (PTH ext, 1733) 10 mg, 0,6% ** (p 0,001) 40 mg, 5,1% 0,1% (NS) 0,1% Dabigatran Enoxaparine Dabigatran Enoxaparine RE-NOVATE 10 (PTH, 3494) 150 mg, 4,3% NI 40 mg, 3,9% 150 mg, 1,3% 1,6% 220 mg, 3,1% 220 mg, 2% RE-MODEL 11 (PTG, 2101) 150 mg, 3,8% NI 40 mg, 3,5% 150 mg, 1,3% 1,3% 220 mg, 2,6% 220 mg, 1,5% RE-MOBILIZE 12 (PTG, 2615) 150 mg, 3% NI 60 mg, 2,2% 150 mg, 0,6% 1,4% 220 mg, 3,4% *** 220 mg, 0,6% * Comprennent les thromboses veineuses proximales, les embolies pulmonaires non mortelles et la mortalité de toutes causes. ** 35 jours de prophylaxie par rivaroxaban versus douze jours par énoxaparine suivis par placebo. *** Critères de non-infériorité non atteints par rapport au groupe contrôle (énoxaparine 60 mg/j). NI : non-infériorité établie par rapport au groupe contrôle ; PTH : prothèse totale de la hanche ; PTG : prothèse totale du genou. Inhibiteurs directs de la thrombine En 2006, le ximélagatran avait été brièvement mis sur le marché puis retiré en raison d une toxicité hépatique : près de 8% des patients présentaient en effet une élévation des transaminases hépatiques à plus de trois fois la limite supérieure de l intervalle normal. Le développement du médicament avait été interrompu par les laboratoires Astra- Zeneca avant même toute décision des autorités. Le dabigatran etexilate (Pradaxa) (tableau 3) a fait l objet de trois études cliniques-pivots en double aveugle dans l indication de la thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique majeure (tableau 4) Dans deux études portant sur la prévention pour la PTH et la PTG, les deux dosages étudiés (150 mg et 220 mg) se sont révélés non inférieurs au comparateur (énoxaparine, 40 mg/j). 10,11 Dans la troisième étude, 12 c est la posologie nord-américaine (énoxaparine 2 x 30 mg/j) qui servait de contrôle et la non-infériorité n a pas pu être démontrée pour le dabigatran. La fréquence des saignements majeurs ne différait pas entre les groupes mais il convient de rappeler ici aussi que le pouvoir statistique des études était calculé en fonction du critère d efficacité et non du critère de saignement. ANTIPLAQUETTAIRES Les agents antiplaquettaires (AAP) sont largement utilisés dans le traitement de l athérothrombose en raison du rôle des plaquettes dans l évolution de la plaque d athérosclérose et des complications ischémiques de cette maladie. 13 Il existe pour l instant sur le marché trois classes d agents antiplaquettaires administrés per os. Dans l ensemble et en dehors des situations aiguës, l aspirine reste le médicament de choix en monothérapie tandis que le clopidogrel est une alternative efficace pour les patients ne supportant pas l aspirine ou présentant un événement ischémique sous ce traitement. La combinaison de plusieurs AAP (en général aspirine et clopidogrel) s est révélée efficace dans les lésions aiguës du vaisseau (syndrome coronarien aigu ou mise en place de stent), 14 avec toutefois un risque hémorragique plus important, en particulier pour des traitements dépassant un mois. 15 En revanche, cette association s est révélée décevante dans les situations ou la maladie athérothrombotique est stable avec, là aussi, un risque hémorragique plus élevé qui contre-indique généralement cette association dans ces situations. Les nouveautés actuelles comprennent les modalités d administration de la dose de charge de clopidogrel, l association d AAP lors d accidents ischémiques cérébraux (AIC), ainsi que les molécules à venir, en particulier le prasugrel. Dose de charge de clopidogrel L inhibition de l agrégation plaquettaire atteint son plateau après cinq jours de traitement à la dose standard de 75 mg/j de clopidogrel. 16 Ce délai peut cependant être ramené entre deux et cinq heures par l administration d une dose de charge lorsqu un effet rapide est requis. 17 Actuellement, la dose de 600 mg est généralement utilisée en cardiologie, bien que cette stratégie n ait été testée que dans un nombre limité de patients. Alors que l administration de la dose de charge ne se discute pas en cas de syndrome coronarien aigu, la question de son indication avant une coronarographie élective est ouverte. En effet, un nombre important de patients chez qui une coronarographie élective est prescrite n auront pas de stent, ce d autant plus que l étude COURAGE 18 remet en question l indication à l angioplastie coronarienne dans certains cas d angor stable. Une dose de charge systématique avant la procédure expose donc le patient aux complications hémorragiques éventuelles, sans bénéfice si aucun stent n est implanté. L étude PRAGUE-8 19 a randomisé Revue Médicale Suisse 4 février

4 1028 patients admis pour une coronarographie élective soit dans un groupe où la dose de charge de 600 mg de clopidogrel était administrée systématiquement plus de six heures avant l intervention, soit dans un groupe où la dose de charge était administrée lors de la coronarographie seulement si un stent devait être implanté (administration élective). L étude a montré que l administration élective de la dose de charge était associée à environ trois fois moins de complications hémorragiques (en général au point de ponction) sans augmentation des événements cardiovasculaires majeurs. L étude a cependant été critiquée en raison d un faible taux d événements cardiovasculaires majeurs dans la population, diminuant ainsi la puissance statistique de l étude pour détecter une différence sur ce critère de jugement. Au moins deux études se sont intéressées à l effet biologique de l augmentation de la dose de clopidogrel chez des patients avant coronarographie, soit deux fois 600 mg à 24 heures d intervalle, 20 soit 900 mg en deux prises à quatre heures d intervalle. 21 Ces deux études ont montré qu une dose de charge plus élevée procurait une efficacité biologique accrue par rapport à la dose de charge classique avec moins de patients dits «non répondeurs» ou «résistants» au clopidogrel. L augmentation de la dose de charge chez ces patients a fait l objet d une première étude pilote sur 162 patients coronariens «résistants» au clopidogrel selon un critère prédéfini. 22 Les patients du groupe contrôle (n = 84) étaient traités de manière classique (dose de charge de 600 mg et 75 mg/j) et ceux du groupe intervention (n = 78) l étaient en fonction de leur réponse biologique au clopidogrel ; les «résistants» recevant des doses de charge successives jusqu à obtenir l inhibition de la fonction plaquettaire souhaitée. Certains patients ont ainsi reçu jusqu à trois doses de charge supplémentaires et tous les patients ont ensuite reçu la dose quotidienne classique de 75 mg/j par la suite. Après un suivi d un mois, huit événements cardiovasculaires majeurs ont eu lieu, tous dans le groupe contrôle. Cette étude est la première suggérant l utilité du monitoring du clopidogrel dans la prise en charge des patients chez qui un stent coronarien est implanté. Combinaisons d agents antiplaquettaires lors d accidents ischémiques cérébraux (AIC) L association aspirine-dipyridamole a été particulièrement étudiée dans l AIC. Les études ESPS-2 et ESPRIT, critiquables à plus d un titre, 14 ont montré la supériorité de cette combinaison à de très faibles doses d aspirine alors que l étude CAPRIE avait suggéré que le clopidogrel n était pas meilleur que l aspirine dans cette indication. L étude PRoFESS a randomisé patients et a comparé l efficacité de l association aspirine (25 mg) et dipyridamole (200 mg) avec le clopidogrel (75 mg) en prévention secondaire chez ces patients. Cette étude n a pas montré de supériorité de la combinaison d antiplaquettaires par rapport au clopidogrel mais n a pas pu démontrer non plus la noninfériorité de l association aspirine dipyridamole par rapport au clopidogrel au vu des contraintes statistiques définies avant le début de l étude. L éditorialiste de cet article, en faisant une analyse comparée des études ESPS-2, ESPRIT, CAPRIE et PRoFESS, suggère que c est peut-être l aspirine qui sort vainqueur de l ensemble de ces études, en particulier si le facteur économique et les effets secondaires de ces préparations sont pris en compte. 23 Nouveaux antiplaquettaires Plusieurs nouveaux agents antiplaquettaires sont en phase III de développement. Ils se différentient de l aspirine et du clopidogrel soit par leur cible originale (récepteur au thromboxane A2 des plaquettes pour le S18886 ou récepteur à la thrombine pour le SCH ), soit par leur mode d action (inhibition compétitive et réversible du récepteur à l ADP P2Y12 pour le cangrelor ou l AZD6140). Parmi ces molécules, la thiénopyridine de troisième génération prasugrel sera probablement la prochaine à être mise sur le marché. Cette thiénopyridine à l avantage d avoir un processus d activation plus simple avec un rendement plus important par rapport au clopidogrel (figure 2), ce qui lui confère un effet biologique plus marqué avec beaucoup moins de variations interindividuelles sur le plan de l inhibition de la fonction plaquettaire. L étude TRITON-TIMI 38 a randomisé patients avec un syndrome coronarien aigu avant la mise en place d un stent coronarien dans un groupe traité par du clopidogrel et un groupe traité par du prasugrel (60 mg en dose de charge et 10 mg/j) avec une durée médiane de traitement de quatorze mois. Le régime prasugrel a été associé à une diminution relative d événements vasculaires majeurs de 19% (intervalle de confiance (IC) à 95% : 27%-10%), et ce dès le troisième jour de traitement sans grande modification du bénéfice durant les mois suivants. En revanche, ce bénéfice s est payé par une augmentation des hémorragies majeures de 32% (IC à 95% : 3%-68%) avec une augmentation significative des hémorragies menaçant la vie. Les événements hémorragiques se sont cependant manifestés plus tardivement dans le traitement. Le bénéfice clinique net, comme défini avant l étude, restait cependant favorable au prasugrel. Les études de sous-groupes suggèrent que certaines catégories de patients à très haut risque bénéficient davantage du prasugrel que l ensemble de la population et que d autres n en retirent que peu de bénéfice, voire que le prasugrel est délétère par exemple chez les patients avec un âge supérieur à 75 ans, dont le poids est inférieur à 60 kg ou qui ont un antécédent d événement vasculaire cérébral. Clopidogrel 80% 20% Estérases CYPs Prasugrel Estérases CYPs Métabolite inactif Métabolite actif Métabolite actif Figure 2. Comparaison des mécanismes d activation du prasugrel et du clopidogrel CYP : cytochrome P Revue Médicale Suisse 4 février 2009 Revue Médicale Suisse 4 février

5 Ces données suggèrent que le prasugrel pourrait être prescrit pour une période limitée et à des patients à faible risque hémorragique. La Food and drugs administration doit très prochainement statuer sur la mise sur le marché du prasugrel. du clopidogrel avec l accroissement potentiel du risque hémorragique que de telles combinaisons risquent d induire. Une administration ciblée en fonction de la pathologie et/ou de tests biologiques sont à prévoir pour l avenir. CONCLUSION ET PERSPECTIVES Les prochaines années vont voir arriver sur le marché de nombreux nouveaux agents anticoagulants et antiplaquettaires. Pour les anticoagulants, il s agira d égaler ou de surpasser des traitements à l efficacité bien établie mais de maniement difficile et à la sécurité douteuse. Pour les antiplaquettaires, l objectif est plus aisé puisqu il s agirait de surpasser des médicaments d une efficacité indubitable mais médiocre s agissant d une pathologie aussi multifactorielle que l athérothrombose. La partie n est pas gagnée d avance, ceci d autant moins que les nouveaux agents seront le plus souvent administrés en plus de l aspirine et/ou Implications pratiques > Deux nouveaux agents anticoagulants oraux sont sur le point d être introduits en Suisse, dans un premier temps dans l indication de la prophylaxie après chirurgie orthopédique majeure: le rivaroxaban (Xarelto) et le dabigatran etexilate (Pradaxa) > L aspirine et le clopidogrel (Plavix) restent les deux agents antiplaquettaires de première ligne; leur combinaison, associée à une majoration du risque hémorragique, est réservée à des situations limitées dans le temps Bibliographie 1 ** Weitz J, Hirsh J, Samama MM. New antithrombotic drugs : American college of chest physicians evidence-based clinical practice guidelines (8th edition). Chest 2008;133:234S-56S. 2 Ansell J. Factor Xa or thrombin : Is factor Xa a better target? J Thromb Haemost 2007;5(Suppl. 1): Weitz J. Factor Xa or thrombin : Is thrombin a better target? J Thromb Haemost 2007;5(Suppl. 1): Buller HR, Cohen AT, Davidson B, et al. Idraparinux versus standard therapy for venous thromboembolic disease. N Engl J Med 2007;357: Bousser MG, Bouthier J, Buller HR, et al. Comparison of idraparinux with vitamin K antagonists for prevention of thromboembolism in patients with atrial fibrillation : A randomised, open-label, non-inferiority trial. Lancet 2008;371: Eriksson BI, Borris LC, Friedman RJ, et al. Rivaroxaban versus enoxaparin for thromboprophylaxis after hip arthroplasty. N Engl J Med 2008;358: Kakkar AK, Brenner B, Dahl OE, et al. Extended duration rivaroxaban versus short-term enoxaparin for the prevention of venous thromboembolism after total hip arthroplasty : A double-blind, randomised controlled trial. Lancet 2008;372: Lassen MR,Ageno W, Borris LC, et al. Rivaroxaban versus enoxaparin for thromboprophylaxis after total knee arthroplasty. N Engl J Med 2008;358: Turpie AG, Bauer KA, Davidson B, et al. Comparison of rivaroxaban an oral direct factor Xa inhibitor and subcutaneous enoxaparin for thromboprophylaxis after total knee replacement (RECORD 4 :A phase III study) : Proceedings of the 9th EFORT Congress. Nice : Abstract F Eriksson BI, Dahl OE, Rosencher N, et al. Dabigatran etexilate versus enoxaparin for prevention of venous thromboembolism after total hip replacement : A randomised,double-blind,non-inferiority trial.lancet 2007; 370: Eriksson BI, Dahl OE, Rosencher N, et al. Oral dabigatran etexilate vs. subcutaneous enoxaparin for the prevention of venous thromboembolism after total knee replacement : The RE-MODEL randomized trial. J Thromb Haemost 2007;5: Ginsberg JS, Davidson BL, Comp PC, et al. The oral thrombin inhibitor dabigatran etexilate vs the North- American enoxaparin regimen for the prevention of venous thromboembolism after knee arthroplasty surgery. J Arthroplasty 2008 (in press). 13 * Davi G, Patrono C. Platelet activation and atherothrombosis. N Engl J Med 2007;357: Fontana P, Reny JL. New antiplatelet strategies in atherothrombosis and their indications. Eur J Vasc Endovasc Surg 2007;34: Bowry AD, Brookhart MA, Choudhry NK. Metaanalysis of the efficacy and safety of clopidogrel plus aspirin as compared with antiplatelet monotherapy for the prevention of vascular events. Am J Cardiol 2008; 101: Thebault JJ, Kieffer G, Lowe, GD, Nimmo WS, Cariou R. Repeated-dose pharmacodynamics of clopidogrel in healthy subjects. Semin Throb Hemost 1999; 25(Suppl. 2): Cattaneo M. ADP receptors : Inhibitory strategies for antiplatelet therapy. Drug News Perspect 2006;19: Manigold T, Gosselin G. Aggresive medical therapy for stable coronary disease : With or without percutaneous coronary intervention (COURAGE trial). Rev Med Suisse 2008;4: Widimsky P, Motovska Z, Simek S, et al. Clopidogrel pretreatment in stable angina : For all patients 6 h before elective coronary angiography or only for angiographically selected patients a few minutes before PCI? A randomized multicenter trial PRAGUE-8. Eur Heart J 2008;29: L Allier PL, Ducrocq G, Pranno N, et al. Clopidogrel 600 mg double loading dose achieves stronger platelet inhibition than conventional regimens. J Am Coll Cardiol 2008;51: Collet JP, Silvain J, Landivier A, et al. Dose effect of clopidogrel reloading in patients already on 75 mg maintenance dose:the Reload with clopidogrel before coronary angioplasty in subjects treated long term with dual antitplatelet therapy (RELOAD) study. Circulation 2008;118: * Bonello L, Camoin-Jau L,Arques S, et al. Adjusted clopidogrel loading doses according to vasodilator-stimulated phosphoprotein phosphorylation index decrease rate of major cardiovascular events in patients with clopidogrel resistance : A multicenter randomized prospective study. J Am Coll Cardiol 2008;51: Kent DM, Thaler DE. Stroke prevention Insights from incoherence. N Engl J Med 2008;359: * à lire ** à lire absolument Revue Médicale Suisse 4 février

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants : anti-xa ou anti-iia?

Nouveaux anticoagulants : anti-xa ou anti-iia? Nouveaux anticoagulants : anti-xa ou anti-iia? Charles Marc Samama Service d anesthésie réanimation, Hôtel-Dieu de Paris, 1 place du Parvis de Notre-Dame 75181 Paris Cedex 04. Email : marc.samama@htd.aphp.fr

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

le médicament du mois Dabigatran étexilate (Pradaxa ) : anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif de la thrombine

le médicament du mois Dabigatran étexilate (Pradaxa ) : anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif de la thrombine le médicament du mois Dabigatran étexilate (Pradaxa ) : anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif de la thrombine P. Lancellotti (1), A.J. Scheen (2) RÉSUMÉ : Le dabigatran étexilate (Pradaxa ), administrable

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants sur le marché en Europe? N. Rosencher, L Bellamy

Les nouveaux anticoagulants sur le marché en Europe? N. Rosencher, L Bellamy Les nouveaux anticoagulants sur le marché en Europe? N. Rosencher, L Bellamy Departement d Anesthésie, Hôpital Cochin (AP-HP) Résumé La grande majorité des anticoagulants actuellement sur le marché agissent

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011

Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011 Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011 Prof. P. HAINAUT Médecine Interne - Maladie Thromboembolique Cliniques Univ. Saint Luc - UCL 1 Antivitamine K Variabilité dépendant facteurs

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Mouna ZAHLANE Service de Médecine Interne CHU Mohammed VI - Marrakech Introduction Large prescription des anticoagulants: préventif et curatif La iatrogénicité secondaire aux

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine BE/PRA-141770 09/2014 Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine Une sous-analyse de RE-LY démontre que le traitement par

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir?

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? L intérêt des NACOs ne se limite pas à la prévention du risque thrombo-embolique dans la FA non valvulaire. En effet, ces molécules

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 décembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 décembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 décembre 2009 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 27 décembre 2004 (JO du 7 janvier 2005) LOVENOX 2 000 UI anti-xa/0,2

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Patient sous anticoagulants et antiagrégants

Patient sous anticoagulants et antiagrégants 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2011 Sfar. Tous droits réservés. Patient sous anticoagulants et antiagrégants E. Marret*,

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

le médicament du mois Rivaroxaban (Xarelto ) : nouvel anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif du facteur Xa

le médicament du mois Rivaroxaban (Xarelto ) : nouvel anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif du facteur Xa le médicament du mois Rivaroxaban (Xarelto ) : nouvel anticoagulant oral, inhibiteur direct sélectif du facteur Xa A.J. Scheen (1) RÉSUMÉ : Le rivaroxaban (Xarelto, Bayer Schering Pharma), couronné par

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Thromboprophylaxie périopératoire : revue et recommandations

Thromboprophylaxie périopératoire : revue et recommandations 51 e Congrès national d anesthésie et de réanimation. Médecins. Les essentiels. 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés Thromboprophylaxie périopératoire : revue et recommandations Ch.-M. Samama

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 janvier 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 janvier 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 janvier 2009 XARELTO 10 mg, comprimés pelliculés - B/5, plaquettes thermoformées (PP/Alu). Code CIP : 388 381-0 - B/10, plaquettes thermoformées (PP/Alu). Code CIP

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier La Fibrillation Atriale Pr Philippe Chevalier Epidémiologie de la fibrillation atriale Le profil, la distribution Les causes La progression La prévention primaire Démographie U.S. population x 1000 Population

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Thromboprophylaxie MTEV PTH PTG. Nouveaux anticoagulants oraux. Que faire chez le patient programmé pour une chirurgie?

Thromboprophylaxie MTEV PTH PTG. Nouveaux anticoagulants oraux. Que faire chez le patient programmé pour une chirurgie? Prise en charge d un patient traité par dabigatran ou rivaroxaban au long cours présentant une hémorragie grave ou devant bénéficier d un geste invasif programmé ou urgent P Albaladejo Pôle Anesthésie

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

Thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique : du changement! Dr Michel Delecroix

Thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique : du changement! Dr Michel Delecroix 1 Thromboprophylaxie en chirurgie orthopédique : du changement! Lille le 22 janvier 2009 Dr Michel Delecroix 2 Epidémiologie ETEV en Europe 2004 : 500 000 cas EP : 300 000 cas Les déçès liés aux ETEV et

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2012 ELIQUIS 2,5 mg, comprimés pelliculés B/10 (CIP: 419 454-4) B/20 (CIP: 419 455-0) B/60 (CIP: 419 456-7) B/60x1 (CIP: 419 457-3) Laboratoire Bristol-Myers

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants UE :Cardio-vasculaire Pharmacologie Date :22/11/2011 Plage horaire : 17h/18 Promo : PCEM2 Enseignant : bouchet Ronéistes : Goya Alice goia_alice@yahoo.com Neggia Gillian maudibb@voila.fr Les anti-agrégants

Plus en détail

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche N. ROSENCHER, L. BELLAMY Toutes les recommandations sur l association de l anesthésie médullaire avec les anticoagulants reposent actuellement

Plus en détail

Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence

Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence Vendredi 23 mai 2014 Valérie Poirier Clément d Audigier Service d Hématologie biologique Hôpital Saint-Antoine Les anticoagulants oraux

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

SECTION 3. DESCRIPTION DES TRAITEMENTS

SECTION 3. DESCRIPTION DES TRAITEMENTS Résumé Le dabigatran est un inhibiteur direct compétitif et réversible de la thrombine, qui s administre par voie orale et qui est indiqué pour la thromboprophylaxie lors de chirurgies de la hanche ou

Plus en détail

STAFF ALR. 21 février 2013

STAFF ALR. 21 février 2013 STAFF ALR 21 février 2013 «La Revue de presse» 1 2 3 4 1 2 3 Approche du nerf suprascapulaire Au niveau du bloc supraclaviculaire Yan Buntinx «La Revue de presse» SUITE CWI: Bolus :10ML Débit :10mL/h

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Pharmacologie Spécialisée Plan Introduction Physiopathologie de l agrégation

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail