Matrice de transférabilité des compétences

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Matrice de transférabilité des compétences"

Transcription

1 Rapport final Par: Margaret Roberts À l intention de la: Direction des politiques du marché du travail Ressources humaines et Développement des compétences Canada Rapport présenté la première fois le 30 juin 2001 Présenté avec le rapport principal en janvier 2003 SP F (also available in English)

2 Les opinions exprimées dans les documents publiés par la Direction des politiques du marché du travail sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue des Ressources humaines et Développement des compétences Canada ou du gouvernement fédéral. La série des documents de travail comprend des études analytiques et des travaux de recherche réalisés sous l'égide de la Direction des politiques du marché du travail, Politique stratégique. Il s'agit notamment de recherches primaires, soit empiriques ou originales et parfois conceptuelles, généralement menées dans le cadre d'un programme de recherche plus vaste ou de plus longue durée. Les lecteurs de cette série sont encouragés à faire part de leurs observations et de leurs suggestions aux auteurs. Le présent document a été traduit de l anglais. Bien que la version française ait été préparée avec soin, le document original fait foi. This document is a translation from English. Although the French version has been carefully prepared, the original document should be taken as correct. La version anglaise de ce document est disponible sous le titre Matrix of Skills Transferability This paper is available in English under the title Matrix of Skills Transferability Papier ISBN : N o de cat. : HS3-1/ F PDF ISBN : N o de cat. : HS3-1/ F-PDF HTML ISBN : N o de cat. : HS3-1/ F-HTML Si vous avez des questions concernant les documents publiés par la Direction des politiques du marché du travail, veuillez communiquer avec : Gouvernement du Canada Centre des publications 140, Promenade du Portage, Phase IV, niveau 0 Gatineau (Québec) Canada K1A 0J9 Télécopieur : (819) General enquiries regarding the documents published by the Labour Market Policy Directorate should be addressed to: Government of Canada Publications Centre 140 Promenade du Portage, Phase IV, Level 0 Gatineau, Quebec, Canada K1A 0J9 Facsimile: (819)

3 Table des matières 1. Introduction Contexte Travaux similaires dans d autres pays Aux États Unis France Méthodologie Aperçu de la méthodologie Le rôle des compétences et des connaissances Le rôle des pratiques de recrutement sur le marché du travail Le processus La Classification nationale des professions (CNP) Aperçu Fondement conceptuel Méthodologie de la CNP Les répercussions de la méthode d élaboration de la CNP sur la matrice de la mobilité professionnelle Les systèmes de la CNP Le Guide sur les carrières Les profils de compétences JOBSCAN Sources de données quantitatives L Enquête nationale auprès des diplômés (END) Le recensement et les domaines d études Limites de l information sur les professions Limites de la structure de la CNP Information se rapportant à la mobilité professionnelle Pénurie de données appropriées Procédures Schéma directeur Feuilles de calcul des professions Stratégies visant à déterminer la mobilité professionnelle Professions exclues de l étude Liens qui ont été déterminés mais qui n ont pas été inclus dans la matrice de transférabilité Répercussions de la méthodologie et des procédures sur les résultats.. 24

4 3. Résultats Matrice de mobilité interprofessionnelle Observations au sujet des grands groupes de la CNP Aperçu du grand groupe 11 Personnel professionnel en gestion des affaires et en finance Aperçu du grand groupe 21 Personnel professionnel des sciences naturelles et appliquées Aperçu du grand groupe 31 Personnel professionnel des soins de santé Aperçu du grand groupe 41 Personnel professionnel des sciences sociales, de l enseignement, de l administration publique et de la religion Aperçu du grand groupe 51 Personnel professionnel des arts, de la culture, des sports et des loisirs Aperçu du grand groupe 12 Personnel spécialisé en administration et en travail de bureau Aperçu du grand groupe 22 Personnel technique relié aux sciences naturelles et appliquées Aperçu du grand groupe 32 Personnel technique et personnel spécialisé du secteur de la santé Aperçu du grand groupe 42 Personnel paraprofessionnel des sciences sociales, de l enseignement, de l administration publique et de la religion Aperçu du grand groupe 52 Personnel technique et personnel spécialisé des arts, de la culture, des sports et des loisirs Aperçu du grand groupe 62 Personnel spécialisé de la vente et des services Aperçu du grand groupe 72/73 Personnel des métiers et personnel spécialisé dans la conduite du matériel de transport et de la machinerie Aperçu du grand groupe 82 Personnel spécialisé du secteur primaire Aperçu du grand groupe 92 Personnel de supervision et personnel spécialisé dans la transformation, la fabrication et les services d utilité publique Dernières observations... 49

5 Liste des tableaux Tableau 1 Critères relatifs aux niveaux de compétences de la CNP... 8

6

7 1. Introduction 1.1 Contexte Depuis les années 50, la détermination de la transférabilité des compétences ou transférabilité professionnelle est une priorité pour les analystes et les chercheurs qui s intéressent aux professions. Les usagers de l information sur les professions veulent souvent un moyen de déterminer les compétences qui sont transférables d un emploi à l autre et d une profession à l autre. Les pressions que provoque un milieu de travail en évolution rapide et les pressions parallèles qui s exercent sur les travailleurs et les travailleuses ont ajouté à l urgence de la situation. Pour être en mesure d utiliser efficacement les ressources humaines, il nous faut plus que jamais comprendre les compétences et les connaissances que la main-d œuvre peut utiliser dans divers milieux pour accomplir une diversité de tâches. C est un défi extrêmement complexe à relever. L élaboration d une matrice de transférabilité des compétences est un élément clé du modèle conçu pour déterminer les débouchés d emploi dans différentes professions. Dans ce segment du modèle, nous avons élaboré une matrice de transférabilité des compétences entre des professions choisies de la Classification nationale des professions (CNP). Des cotes ont été attribuées pour déterminer les trajectoires possibles de mobilité entre professions. Les coefficients de transférabilité des compétences du modèle ont été dérivés de cette matrice. 1.2 Travaux similaires dans d autres pays Aux États Unis O*NET, qui remplace le Dictionary of Occupational Titles, constitue un cadre dynamique pour l exploration du monde du travail. La de données O*NET permet de déterminer, de définir et de décrire les éléments exhaustifs du rendement au travail. On y trouve des centaines d unités d information sur les conditions d emploi, les qualités des travailleurs et le contenu et le contexte du travail, qui donnent une idée des fonctions de chaque employé(e) au sein d une entreprise. Les données O*NET utilisées au moment de l examen et de la mesure des processus de travail permettent de repérer les similitudes et les différences entre professions. La de données O*NET repose sur une structure des compétences appelée «modèle de contenu», en vertu de laquelle l information est classée selon six domaines, ou «créneaux», qui couvrent tous les aspects du milieu de travail, depuis les caractéristiques des professions jusqu aux qualités des personnes qui les exercent. 1

8 O*NET renferme actuellement l information établie par des analystes de postes à partir de la structure des compétences du système. À l avenir, les données proviendront directement des travailleurs et des employeurs, qui décriront le travail effectué, les compétences nécessaires et les connaissances auxquelles le travail fait appel 1. Grâce à la version Internet d O*NET, les travailleurs peuvent dresser le profil de leurs propres compétences et voir les rapports entre celles-ci et divers emplois. Pour chaque emploi, on peut voir les «professions connexes», qui sont établies en fonction des similitudes et des différences des profils élaborés aux fins du modèle du contenu. Le tableau qui suit illustre les professions connexes pour les techniciens/techniciennes en génie mécanique ainsi que les médecins en médecine familiale et omnipraticiens/omnipraticiennes. Profession Professions connexes Techniciens/techniciennes en génie mécanique Modeleurs-moulistes/modeleuses-moulistes de produits en métal et en plastique Machinistes Ingénieurs navals/ingénieures navales Architectes navals Inspecteurs/inspectrices de matériel mécanique Ingénieurs pétroliers/ingénieures pétrolières Contrôleurs/contrôleuses et essayeurs/essayeuses d appareils de précision Contrôleurs/contrôleuses de matériel Ingénieurs miniers/ingénieures minières et ingénieurs géologues/ingénieures géologues Médecins en médecine familiale et omnipraticiens/omnipraticiennes Vétérinaires Auxiliaires médicaux Podiatres Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Chirurgiens/chirurgiennes France La France dispose d un système semblable à celui des États-Unis pour comparer les professions entre elles. Le système français (le ROME), informatisé, comprend des descriptions exhaustives des professions reposant sur divers facteurs ou éléments. On y trouve également «l aire de mobilité» de chaque profession. Celle-ci est au centre d un cercle où se trouvent également les professions connexes, déterminées selon une analyse statistique des éléments cognitifs communs qu elles exigent. Les facteurs retenus sont les suivants : les processus suivis (par ex., processus méthodiques, créatifs, diagnostiques, etc.); les connaissances (qui comportent des éléments comme la construction et les niveaux de réalisation attendus); le domaine de travail (par ex., domaine médical); la délégation de pouvoirs nécessaire et les interactions avec autrui. 1 Information de adaptée du site Web du Département du Travail des États-Unis, 2

9 Les professions connexes de la profession de médecins sont les suivantes : 1. Chirurgiens dentistes/chirurgiennes dentistes 2. Infirmiers spécialisés/infirmières spécialisées On retrouve également dans le cercle de la profession de médecins des professions plus éloignées comme celles de psychologues, de biologistes médicaux/biologistes médicales, de vétérinaires, de diététistes et d opticiens/opticiennes. À certains égards, la liste ressemble à celle d O*NET. Dans le système américain comme dans le système français, la proximité des professions demeure théorique et se fonde sur une analyse des similitudes entre professions selon divers facteurs psychosociaux cotés. L analyse ne tient compte ni des pratiques sur le marché du travail ni des exigences en matière de scolarité. 3

10 4

11 2. Méthodologie 2.1 Aperçu de la méthodologie L élaboration d une matrice de transférabilité des compétences est un élément clé du modèle. Au moment de comparer les professions à quatre chiffres les unes aux autres, nous avons porté un jugement au sujet du potentiel de transférabilité des compétences et des connaissances entre professions. Si les compétences et les connaissances caractérisant une profession ne sont pas suffisamment semblables à celles d une autre profession pour permettre la mobilité professionnelle entre les deux, nous lui avons attribué la valeur 0. En revanche, la mobilité possible entre professions est signalée par la valeur 1. Le travail a consisté à déterminer les recoupements vérifiables entre les connaissances et(ou) les compétences exigées par les professions à titre individuel Le rôle des compétences et des connaissances Pour pouvoir estimer objectivement la mobilité professionnelle, il faut se concentrer sur la nature du travail. Les connaissances, les compétences propres à la profession et les compétences de ou compétences génériques sont la clé : elles chevauchent souvent divers éléments de cette équation. Les connaissances peuvent être acquises par l étude (par ex., en astrophysique) ou de nature tacite (connaissances acquises de manière informelle, sur le tas). L expérience «de l industrie» ou «du milieu de travail» reflète souvent des connaissances tacites. Il faut tenir compte de ces deux genres de connaissances au moment de comparer les professions en vue d en estimer la mobilité interprofessionnelle. Les compétences propres à une profession, ou compétences spécifiques, sont celles qui sont nécessaires pour accomplir le travail d une profession ou d une série de professions. Les «opérations chirurgicales» en sont un exemple : il faut bien sûr des connaissances en anatomie, mais un ensemble très précis de procédures et d habiletés est également essentiel. Les compétences génériques ou compétences de sont celles qui permettent d exécuter le travail et qui facilitent le rendement, l apprentissage d autres compétences ainsi que l adaptabilité à l évolution du milieu de travail. Étroitement corrélées au niveau de scolarité, elles comprennent des éléments comme l écriture, la lecture, la communication orale, la solution de problème, l aptitude au calcul et les relations interpersonnelles. 5

12 2.1.2 Le rôle des pratiques de recrutement sur le marché du travail Pour déterminer le potentiel de mobilité interprofessionnelle, il faut également tenir compte des pratiques sur le marché du travail, ce qui comprend les pratiques de recrutement, et notamment les systèmes d avancement. Par exemple, dans certaines industries, les travailleurs sont recrutés au niveau de compétences le moins élevé puis sont promus à des postes de plus en plus spécialisés. Dans le cadre de tels systèmes de gestion des ressources humaines, il n y a pratiquement pas de recrutement externe pour combler les postes plus spécialisés auxquels les employés de l entreprise peuvent être promus. C est souvent le cas dans les secteurs de la fabrication et de la transformation ainsi que des mines et des forêts. On retrouve parfois un système de ce genre dans le travail administratif et le travail de bureau. Dans la quasi-totalité des cas, les superviseurs et superviseuses proviennent de l effectif de l entreprise. Par conséquent, il ne serait pas de mise de tenter de prédire la mobilité vers les professions de la supervision Le processus La méthode que nous avons retenue pour estimer la mobilité professionnelle est assez différente des méthodes utilisées dans d autres pays. Aux États-Unis et en France, l accent a été mis sur l analyse d une variété de facteurs psychosociaux cotés. Les similitudes entre professions représentent une mobilité interprofessionnelle théorique. Des recherches sur la mobilité professionnelle menées dans d autres pays ont porté sur la définition de compétences de, essentielles ou clés et leur transférabilité entre l école et le travail et entre emplois ou professions. Mais comme notre modèle repose sur la mesure de la mobilité interprofessionnelle probable ou du moins possible, les similitudes théoriques à elles seules n étaient pas appropriées. Nous avons plutôt tenté d estimer la mobilité à partir d un critère plus concret. Pour en arriver à de tels jugements, nous avons adopté la méthode générale suivante. La source d information qualitative la plus fiable est la Classification nationale des professions (CNP) et ses sous-systèmes. C est pourquoi nous l avons choisie comme principale source d information pour notre étude. La mobilité interprofessionnelle a été estimée à partir d une analyse de l information professionnelle pertinente provenant de la CNP, du Guide sur les carrières et des profils d emploi JOBSCAN. Nous avons également fait, en complément, un examen de s de données pertinentes qui, à nos fins, ont servi de sources d information qualitative, pour mettre en lumière les trajectoires de mobilité interprofessionnelle au Canada et les confirmer. 6

13 Toutefois, la suffisance de l information et des données sur les professions soulève des problèmes. La difficulté de trouver l information dont nous avions besoin pour porter les jugements nécessaires est une source de préoccupation, particulièrement pour les professions exigeant peu d études formelles ou de formation. Pour contourner ces problèmes, nous avons choisi une démarche éclectique, sur laquelle nous reviendrons dans la section II.6, Procédures. Cependant, avant de définir le processus plus clairement, il serait peut-être utile de faire un survol de l information accessible et des problèmes qui limitent notre capacité de porter les jugements requis. 2.2 La Classification nationale des professions (CNP) Aperçu La Classification nationale des professions (CNP) assure une structure d ensemble et un cadre pour toutes les composantes du système des professions, en plus de descriptions des tâches et des exigences en matière d études et(ou) de formation de chaque profession. La plupart des professions à quatre chiffres de la CNP regroupent des emplois qui ont certains points communs sur les plans des connaissances et des compétences. L un des critères de la CNP, outre le niveau et la nature des compétences, est la mobilité professionnelle. La CNP comporte plus de appellations d emploi qui se retrouvent sur le marché du travail canadien, qui sont regroupées selon trois paliers, soit 26 grands groupes, 139 groupes intermédiaires et 522 groupes de. Les 26 grands groupes sont définis par deux chiffres et les 139 groupes intermédiaires par trois chiffres. Les groupes intermédiaires sont ensuite ventilés en groupes de à quatre chiffres. C est au niveau des 522 groupes de à quatre chiffres que l on trouve l information détaillée qui caractérise la CNP. Chacun présente de l information sur les employeurs, des exemples d appellations d emploi, les principales tâches, les conditions d emploi et tout autre renseignement pertinent. Dans la CNP, le genre de compétence correspond en termes généraux au genre de travail exécuté. Il peut être associé à une fonction (par exemple, gestion, travail de bureau ou ventes); à un domaine (par exemple, sciences, santé, sciences sociales, culture ou métiers spécialisés); ou encore à un secteur industriel (industrie primaire ou fabrication). L élément jugé le plus représentatif de la grappe de professions est retenu comme élément définitionnel de cette grappe. C est l une des raisons pour lesquelles la CNP est considérée comme une taxonomie des professions reposant sur les compétences. 7

14 Genres de compétences selon la CNP : 0. Gestion; 1. Affaires, finances et administration; 2. Sciences naturelles et appliquées et domaines apparentés; 3. Secteur de la santé; 4. Sciences sociales, enseignement, administration publique et religion; 5. Arts, culture, sports et loisirs; 6. Vente et services; 7. Métiers, transport et machinerie; 8. Secteur primaire; 9. Transformation, fabrication et services d utilité publique. Il y a quatre niveaux de compétences dans la CNP et chaque grand groupe, groupe intermédiaire et groupe de s en voit attribuer un. Le niveau de compétences se définit selon le niveau et le genre de scolarité et de formation qui sont requis pour accéder à un emploi et en remplir les fonctions. De plus, pour déterminer le niveau de compétences, l expérience nécessaire, la complexité des tâches et les responsabilités inhérentes sont prises en considération. Tableau 1 Critères relatifs aux niveaux de compétences de la CNP Études/formation Niveau de compétences A Un diplôme universitaire (baccalauréat, maîtrise ou études de 3 e cycle). Niveau de compétences B De deux à trois ans d études postsecondaires dans un collège communautaire, un institut de technologie ou un CÉGEP ou de deux à quatre ans de stage d apprentissage ou de trois à quatre ans d études secondaires et plus de deux ans de formation en cours d emploi, de cours de formation ou d expérience précise. Niveau de compétences C Entre un et quatre ans d études secondaires. Jusqu à deux ans de formation en cours d emploi, de cours de formation ou d expérience précise. Niveau de compétences D Jusqu à deux ans d études secondaires et une brève démonstration du travail ou une formation en cours d emploi. Autres Les professions comportant des responsabilités de supervision se voient attribuer le niveau de compétences B. Les professions comportant des responsabilités importantes en matière de santé et de sécurité (comme celles de pompiers/pompières et de policiers/policières) se voient attribuer le niveau de compétences B. 8

15 Comme la CNP a été la principale source d information de notre étude, il convient d en décrire le fondement conceptuel et méthodologique pour clarifier son application dans ce contexte Fondement conceptuel La CNP représente une nouvelle approche de la classification des professions. Le système précédent, la Classification canadienne descriptive des professions (CCDP), était conçu comme une encyclopédie; les professions connexes étaient regroupées selon une structure logique, mais aucune distinction n était faite entre les niveaux de compétences. La CCDP était conçue comme moyen d organiser et de coder systématiquement les emplois et les professions. L objectif de la CNP était plus ambitieux. Ses créateurs voulaient que la nouvelle classification offre une carte du monde du travail qui aiderait les analystes du marché du travail, les chercheurs, les conseillers, les étudiants et les éducateurs à comprendre non seulement le contenu des professions, mais aussi les relations entre professions, relations qui allaient être basées sur des observations empiriques plutôt que théoriques. La CNP repose sur quatre principes de classification, soit le niveau de compétences, le genre de compétences, la mobilité professionnelle et le secteur industriel. Chaque groupe de (niveau à quatre chiffres) a été conçu en fonction du niveau de compétences et de la nature du travail, et ce, afin que les groupes de puissent être triés selon divers critères de classification, par exemple la nature des compétences seulement ou les niveaux de compétences 2. Un classement selon diverses combinaisons de niveaux et de genres de compétences était également possible. Ainsi, il y a moyen d établir une taxonomie très semblable à la Classification internationale type des professions de 1988 (CITP 88) selon cette démarche. Le critère de la «mobilité professionnelle» a été le suivant : la mobilité entre professions au sein d un groupe de devait être plus grande que la mobilité vers n importe quel groupe de. De plus, le placement des groupes de selon les genres de compétences de la matrice était conçu pour illustrer les trajectoires de mobilité professionnelle. Le secteur industriel a été retenu comme critère de classification lorsque c était le meilleur moyen de définir les professions. C était le cas des travailleurs à la production dans les domaines de la fabrication et de la transformation, ainsi que des travailleurs dans les domaines de l agriculture, des pêches, des mines et de la foresterie. Il y a peu de mobilité professionnelle à l extérieur de l industrie et les trajectoires de carrière se caractérisent par des promotions à l intérieur de l industrie et souvent même à l intérieur d une entreprise. 2 La version de la CNP de Statistique Canada (CTP91) classe les groupes de de la CNP en grands groupes et groupes intermédiaires sans égard au niveau de compétences. Par exemple, un groupe intermédiaire peut comprendre toutes les professions du domaine de l accueil et de l hébergement. Un classement de ce genre peut inclure des groupes intermédiaires de trois niveaux de compétences. 9

16 2.2.3 Méthodologie de la CNP La CNP est l aboutissement de recherches exhaustives sur les professions. Les principales méthodes utilisées ont été des enquêtes et des études sur les diverses industries. Ces études n avaient pas pour objet de décrire les emplois, mais de déterminer les connaissances et les compétences nécessaires ainsi que les trajectoires de et de mobilité professionnelle, et de regrouper les emplois selon ces principes. Dans le cadre des études sur les industries, des entrevues ont été réalisées dans divers établissements et elles ont permis de déterminer la gamme complète des emplois à la production et des emplois techniques dans les domaines de la fabrication, de l exploitation des ressources, de la transformation, du transport et des services publics. Une variante de la méthode appliquée aux industries a permis d examiner de nombreuses professions de cols blancs, particulièrement dans le contexte des marchés du travail s. C est l information ainsi recueillie sur les mouvements entre professions qui a permis d intégrer à la CNP le critère de la mobilité professionnelle. À l issue de cette recherche exhaustive, la CNP a été bâtie, d abord au niveau des groupes de, en même temps que s élaborait une partie de la structure globale qui allait refléter le classement de ceux-ci. La matrice de la CNP constitue un cadre permettant de comprendre le fonctionnement du monde du travail Les répercussions de la méthode d élaboration de la CNP sur la matrice de la mobilité professionnelle Au niveau le plus vaste, les genres de compétences inclus dans la CNP ont été choisis pour refléter les réalités du marché du travail comme les professions dominées par les systèmes de ou tel ou tel genre d études universitaires ou collégiales. L importance de cette étude réside dans le fait que l information concernant le potentiel de mobilité professionnelle est rarement explicite, mais qu elle est plutôt inhérente à la structure de la CNP. En outre, on peut s attendre à ce que les mouvements entre groupes de soient moins fréquents que dans les classifications traditionnelles des professions. Dans certains cas, la CNP fournit des renseignements directs sur la mobilité professionnelle dans la rubrique «Renseignements supplémentaires». 2.3 Les systèmes de la CNP Dans la CNP, les professions sont décrites selon un système à quatre chiffres. Le système élargi présente les compétences que nécessite chaque profession, un profil des compétences essentielles, les conditions d emploi, les aptitudes et les intérêts, les activités physiques et les normes professionnelles. 10

17 2.3.1 Le Guide sur les carrières Le Guide sur les carrières, qui repose sur la même structure que la CNP, permet de faire des rapprochements entre le travail et les travailleurs en décrivant des éléments comme les aptitudes, les intérêts et une catégorie intitulée «Données, Personnes, Choses» (DPC), et en leur attribuant des cotes. Celles-ci permettent de déterminer la comparabilité des professions, sans toutefois indiquer directement la mobilité professionnelle. Dans le cadre de notre étude, nous avons examiné les cotes des aptitudes. Pour satisfaire à diverses exigences statistiques, certains groupes de qui constituaient des professions distinctes dans la CNP ont été combinés en groupes plus vastes. Dans le Guide sur les carrières, certains groupes à quatre chiffres de la CNP ont été subdivisés. Par exemple, les fonctions principales du groupe 5121 de la CNP ont été subdivisées en trois catégories, soit celle des auteurs/auteures et écrivains/écrivaines, celle des rédacteurs techniques/rédactrices techniques et celle des concepteurs-rédacteurs publicitaires/conceptrices-rédactrices publicitaires. Dans de nombreux cas, la CNP présente séparément les conditions d accès à la profession pour de tels sous-groupes, qui se voient attribuer un identificateur unique dans le Guide sur les carrières, soit, dans notre exemple, , et Ce cinquième niveau de classement est utile pour déterminer l hétérogénéité des groupes de. Un version modifiée de ce système est utilisée par Immigration pour sa liste des professions ouvertes ainsi que pour le codage des professions des candidats à l immigration et leur évaluation Les profils de compétences JOBSCAN JOBSCAN et le Service de placement électronique (SPE) présentent un ensemble exhaustif de compétences et de connaissances pour chaque profession de la CNP. Cependant, la comparaison des compétences et connaissances entre professions prend du temps et n est pas toujours possible, car les divers éléments des compétences et connaissances n ont pas encore été rationalisés entre les professions; en d autres termes, la même compétence peut être désignée différemment dans différentes listes, mais surtout, la même terminologie peut avoir des significations différentes dans différents contextes, ce qui porte encore plus à confusion. 2.4 Sources de données quantitatives L Enquête nationale auprès des diplômés (END) L Enquête nationale auprès des diplômés et son enquête de suivi offrent les seules mesures empiriques directes de la mobilité interprofessionnelle. Elles représentent une importante source de données qualitatives spécifiques sur la mobilité d une profession à l autre, en plus de fournir de l information sur la dispersion des diplômés selon les domaines d études. 11

18 Des problèmes de couverture et de taille d échantillon ainsi que des erreurs de mesure en ont toutefois limité l applicabilité dans le cadre de notre étude Le recensement et les domaines d études Le recensement ne permet pas de mesurer la mobilité professionnelle. Toutefois, dans certains cas, nous avons pu remplacer le domaines d études par la profession, quand il y avait un lien direct univoque entre domaine d études et profession. Souvent, il n y a pas de rapport direct entre la profession et le domaine d études. Dans de tels cas, il a été utile à l occasion d examiner la distribution des niveaux de scolarité et des domaines d études au sein des groupes de de la CNP pour lesquels nous ne disposions d aucune documentation empirique directe. 2.5 Limites de l information sur les professions Limites de la structure de la CNP L un des plus grands problèmes que pose l utilisation de la CNP est que certains groupes de représentent plus d une profession. C est un facteur extrêmement important dont il faut tenir compte lorsqu il s agit de tenter d évaluer les possibilités de déplacement d une profession à l autre. Si un groupe de comprend plusieurs professions distinctes, il se peut bien qu il soit impossible de prédire les autres groupes de dans lesquels les travailleurs pourraient trouver des emplois. Par exemple, un groupe de hétérogène comme le 4161 (agents/agentes de programmes, recherchistes et experts-conseils/expertes-conseils en sciences naturelles et appliquées) comprend des professions sans rapport les unes avec les autres comme celles d ergonomes, d ergothérapeutes, d agents/agentes de brevets et d agents/agentes de programme et de politique scientifiques. Comme chacune de ces professions est unique en son genre et qu il y a peu de recoupement entre elles, il est impossible de prédire un ensemble commun de professions vers lesquelles la mobilité serait possible. Le fait que les groupes de de la CNP ne sont pas uniformément homogènes a eu d importantes répercussions sur notre étude, car c est l un des principaux critères retenus pour déterminer s il était approprié d y inclure un groupe de. Selon leur contenu, les groupes de de la CNP peuvent être divisés en cinq catégories 3 : Catégorie 1 : les groupes de qui ne comptent qu une profession sans spécialisations significatives. Catégorie 2 : les groupes de qui comprennent des spécialisations ou des variations de la profession principale (par ex., infirmiers autorisés/infirmières autorisées, psychologues, etc.). 3 D après des documents de recherche et développement inédits de DRHC qui se rapportent à la CNP. 12

19 Catégorie 3 : les groupes de qui comptent entre 2 et 4 professions distinctes (par ex., restaurateurs/restauratrices et conservateurs/conservatrices; pilotes, navigateurs/navigatrices et instructeurs/instructrices de pilotage du transport aérien; audiologistes et orthophonistes; répartiteurs/répartitrices et opérateurs radio/opératrices radio). Catégorie 4 : les groupes de qui comptent 5 professions distinctes ou plus (par ex., médecins spécialistes; autres ingénieurs; agents/agentes de programmes, recherchistes et experts-conseils/expertes-conseils en sciences naturelles et appliquées; personnel technique et personnel spécialisé du cinéma, de la radiotélédiffusion et des arts de la scène; ministres du culte). Catégorie 5 : les groupes de qui comprennent bon nombre d emplois (par ex., opérateurs/opératrices de machines et opérateurs/opératrices de conduite de procédés industriels dans le traitement des métaux et des minerais; opérateurs/opératrices de machines dans la fabrication et la finition du papier; ouvriers spécialisés/ouvrières spécialisées dans le traitement du cuir et des peaux; ouvriers/ouvrières dans les usines de conditionnement du poisson). En général, on peut s attendre à ce que les groupes professionnels des catégories 1 et 2 représentent une seule profession. En pareil cas, on peut estimer la mobilité professionnelle au niveau du groupe de sans complication. Si un groupe à quatre chiffres de la CNP est hétérogène comme ceux des catégories 3 et 4, il ne sera peut-être pas possible de porter un jugement pour l ensemble du groupe. Par exemple, le groupe de 4169 se compose d une vaste gamme de spécialistes des classiques et des sciences sociales comme les archéologues, les géographes, les historiens/historiennes, les linguistes et les sociologues. Les possibilités de mobilité peuvent être assez différentes pour chaque profession du groupe. Pareille hétérogénéité complique l estimation de la mobilité professionnelle. Dans le cas de la catégorie 5, il peut être impossible d estimer la mobilité professionnelle, à moins qu il y ait dans le groupe à quatre chiffres. Par exemple, nous savons que les manœuvres des produits du textile (9616) peuvent s attendre à progresser vers n importe quel groupe de des opérateurs/opératrices de machines dans la fabrication de produits textiles et personnel assimilé (944). Cette caractéristique de la catégorie 5 ne sera pas particulièrement utile dans le cadre de notre étude, puisque la plupart des s s commencent au niveau de compétences C, voire au niveau D Information se rapportant à la mobilité professionnelle Il n existe pas d information directe universellement accessible sur le potentiel de mobilité entre professions. Les jugements se sont fondés sur l analyse de l information disponible concernant le chevauchement des connaissances et des compétences et les pratiques de recrutement au sein du marché du travail. 13

20 Nous avons eu recours aux éléments suivants de la CNP et des systèmes connexes pour recueillir des données probantes : Conditions d accès à la profession Il s agit habituellement des études et de la formation nécessaires, et parfois de l expérience spécifique. La comparaison des conditions d accès à la profession permettra souvent de repérer des différences qui entraveraient la mobilité entre professions, ou, à l occasion, de repérer des possibilités de mobilité. Renseignements supplémentaires : Cette rubrique de la CNP indique parfois les possibilités de mobilité professionnelle. Par exemple, voici ce qu on lit pour le groupe 2241 des technologues et techniciens/techniciennes en génie électronique et électrique : «La mobilité est possible vers d autres postes connexes, tels que les postes de techniciens d entretien et de réparation de matériel électronique, de techniciens en instrumentation, et de mécaniciens et de contrôleurs d aéronefs ainsi que des postes dans la vente de matériel technique. L expérience permet d accéder à des postes de direction en génie, en fabrication ou en exploitation.» Malheureusement, cette rubrique ne figure que pour un petit nombre de groupes de la CNP. Guide sur les carrières : La comparaison des profils d aptitudes peut se révéler utile lorsqu il s agit d estimer le potentiel de mobilité. Profils des compétences : Les profils de compétences permettent de comparer les exigences en matière de connaissances et de compétences de chaque profession Pénurie de données appropriées L Enquête nationale auprès des diplômés est la seule source de données qui mesure directement la mobilité interprofessionnelle. Elle présente toutefois certaines limites : Elle est de portée limitée, en ce sens qu elle ne mesure que la mobilité professionnelle des diplômés du postsecondaire et des cours de formation professionnelle. L échantillon est assez restreint et il est souvent impossible de faire une analyse au niveau à quatre chiffres. Une seule enquête s est inspirée de la structure de la CNP (l Enquête nationale de 1992 auprès des diplômés et l Enquête de suivi de 1995). Parmi les avantages, l erreur de mesure, bien qu elle pose problème, sera vraisemblablement moins ample que dans le cadre du recensement. L END se fait auprès d un échantillon établi de diplômés qui sont interviewés par téléphone. Les domaines d études et niveaux de scolarité sont prédéterminés d après l information fournie par les établissements d enseignement. Comme il en a déjà été question, compte tenu de la rareté des données permettant de mesurer directement la mobilité, il a été proposé que nous utilisions les domaines d études, sous réserve de certaines conditions, ce qui a considérablement accru les sources de données. 14

21 La dispersion des données de l END se fait selon les domaines d études et selon 5 niveaux de scolarité (doctorat, maîtrise, baccalauréat, études collégiales et programmes de métiers spécialisés). Les données du recensement, quant à elles, sont codées selon le niveau de scolarité et le domaine d études et également selon la profession. Pour que le domaine d études puisse servir de substitut approprié, il doit présenter une adéquation avec la profession. Pour établir la présence ou l absence de cette adéquation, on peut se poser la question suivante : le sort des diplômés du domaine d études «y» nous renseignera-t-il vraisemblablement sur les possibilités de mobilité professionnelle des personnes qui exercent la profession «x»? Pour que la réponse soit affirmative, il faut que le domaine d études et la profession se recoupent exactement, comme c est le cas par exemple du domaine d études de l économie et de la profession d économistes; ce n est pas le cas du domaine d études «autres sciences infirmières» et de la profession d aides-infirmiers/aides-infirmières. De plus, il doit y avoir un lien essentiel entre le domaine d études et la profession, comme c est le cas notamment entre une formation professionnelle sanctionnée par un grade en droit ou en médecine et les professions d avocats/avocates ou de médecins. Il ne peut s agir d un lien indirect comme celui qui existe entre le domaine d études «commerce» et le groupe 1111 des professions de vérificateurs/vérificatrices et comptables. Il existe peut-être un lien, mais le domaine d études du commerce ne peut servir de substitut à la profession de comptables. Chaque fois que possible, nous avons attribué un code de domaine d études aux professions de la CNP, pour pouvoir faire une analyse complémentaire en fonction de l END et utiliser les données du recensement. Le niveau de scolarité indiqué dans les conditions d accès à la profession de la CNP a permis de déterminer le niveau approprié pour chaque domaine d études et d analyser les données sur la mobilité tirées de l END. Par exemple, le niveau de scolarité approprié de la profession de psychologues est la maîtrise ou le baccalauréat. Le niveau de scolarité approprié de la profession d ingénieurs/ingénieures est le baccalauréat et celui de la profession de technologues en génie, le diplôme d études collégiales, bien que beaucoup de technologues possèdent un baccalauréat. 2.6 Procédures Schéma directeur La première étape de l établissement de la matrice de transférabilité des compétences a consisté à élaborer le schéma directeur. Il s agit en fait d un plan très détaillé qui allait permettre de déterminer la mobilité interprofessionnelle de chaque groupe de de la CNP à partir d une analyse des données et de l information à notre disposition. Il a fallu adopter cette démarche puisqu aucune stratégie ne pouvait s appliquer systématiquement à l ensemble des professions. Il y a 85 groupes de au niveau du personnel professionnel (niveau de compétences A) dans la CNP et 257 groupes de au niveau du personnel technique, paraprofessionnel et spécialisé (niveau de compétences B). Le schéma directeur a permis de déterminer les 15

22 sources d information sur chaque profession ainsi que les ensembles de données spécifiques et les domaines d études et les niveaux de scolarité le cas échéant. Voici les avantages de cette démarche : Elle a permis de vérifier si la méthodologie était adéquate; Les problèmes ont été repérés au début du projet; Elle représentait une démarche systématique pour l ensemble des professions; Elle a constitué une pour l élaboration des spécifications détaillées des données; Elle a permis de repérer les groupes de de la CNP qui posaient problème; Elle a permis à l équipe de se faire une idée des problèmes se rapportant à l information sur les professions. Le schéma directeur comportait pour chaque profession les éléments d information suivants, qui sont variables et importants pour établir une stratégie : Subdivision du Guide sur les carrières Un grand nombre des groupes à quatre chiffres de la CNP ont été subdivisés dans le Guide sur les carrières. Ce cinquième niveau nous aide à établir l hétérogénéité des groupes de. Genre de groupe de la CNP Les groupes de de la CNP, qui représentent le niveau d agrégation le plus détaillé qui demeure utile pour notre modèle, ne sont pas uniformément homogènes. (Voir la section II.5.1, Les limites de la structure de la CNP). Chaque groupe de s est vu classer dans une catégorie qui indique le degré d hétérogénéité du groupe de. Par «hétérogénéité», on entend la mesure dans laquelle les professions et les emplois au sein d un groupe de diffèrent les uns des autres des points de vue des connaissances, des compétences et de la mobilité réelle sur le marché du travail. Domaine d études Chaque fois que possible, nous avons attribué un code de domaine d études aux professions de la CNP, pour pouvoir faire une analyse complémentaire en fonction de l END et utiliser les données du recensement Niveau de scolarité Le niveau de scolarité indiqué dans la CNP sert à déterminer le niveau de scolarité approprié de telle ou telle profession aux fins de l élaboration de tableaux tirés des données de l END. L END Le schéma directeur indique les ensembles de données spécifiques et les domaines d études, le cas échéant. Dans le cadre de l END, le domaine d études est codé selon les domaines d études à deux chiffres du SPPC seulement. 16

23 Le recensement Les données du recensement sont codées selon des domaines d études à cinq chiffres, niveau de ventilation qui n existe pas dans l END. Le schéma directeur indique tous les domaines d études appropriés Feuilles de calcul des professions L étape suivante a consisté à remplir pour chaque profession une feuille de calcul qui réunissait toute l information pertinente. On trouvera ces feuilles de calcul en annexe. L information de la CNP, du Guide sur les carrières et du schéma directeur a été réunie et examinée, après quoi des recommandations ont été faites au sujet des professions pouvant tenir lieu de professions de remplacement. Dans certains cas, particulièrement lorsque le groupe de était très hétérogène, il a été recommandé que le groupe de au complet soit exclu de l étude. Ces recommandations constituent la de la matrice de transférabilité des compétences. Les feuilles de travail suivent le même format pour chaque groupe de. Un bref aperçu des caractéristiques de chaque grand groupe a été établi. Le format standard de la feuille de calcul de chaque groupe de est exposé dans les pages qui suivent. Code et appellation dans la CNP Énoncé principal L énoncé principal est important pour comprendre la complexité et les responsabilités allant de pair avec le travail à l intérieur d un groupe à quatre chiffres de la CNP. Il est repris directement de la CNP. Conditions d accès à la profession Les conditions d accès à la profession sont généralement les études et la formation, et parfois l expérience spécifique, qui sont nécessaires. Elles révèlent souvent des différences qui entraveraient la mobilité des professions. Les conditions d accès jouent un rôle essentiel lorsqu il s agit de déterminer la flexibilité de la profession en matière d accès. Cette information est reprise directement de la CNP. Renseignements supplémentaires On trouve parfois dans la CNP des renseignements supplémentaires pour certaines professions, qui portent souvent sur les possibilités de mobilité professionnelle. Cette information est reprise directement de la CNP. Sommaire du schéma directeur Le sommaire du schéma directeur reproduit les catégories d information suivantes qui proviennent du schéma directeur. On y trouve des données importantes pour le plan d enquête. 17

24 Subdivision du Guide sur les carrières Genre de groupe de la CNP Niveau de scolarité exigé Domaine d études N bre de diplômés : selon le domaine d études, END de 1992 N bre de diplômés : selon la mobilité, END de 1992 Profil des aptitudes La comparaison du profil des aptitudes 4 peut se révéler utile pour estimer le potentiel de mobilité. La définition suivante est tirée du Guide : «Les aptitudes sont considérées comme la capacité générale d une personne à apprendre les compétences dont elle a besoin pour effectuer ses tâches professionnelles, selon ses aptitudes spécifiques à assimiler l information et à s en servir pour agir.» G 5 V N S P Q K F M Profils des compétences Les profils des compétences ont permis de comparer les exigences particulières de diverses professions en matière de connaissances et de compétences. Cette catégorie n a été incluse que lorsque c était pertinent de le faire. Examen des données Lorsque les données étaient suffisantes, nous avons dressé des tableaux pour illustrer la mobilité selon l END à chaque niveau de scolarité approprié. Le nombre minimum d observations était normalement de 100. En outre, nous avons établi des tableaux illustrant la dispersion des domaines d études d après l END, lorsque le domaine d études pouvait être considéré comme une variable de substitution de la profession et lorsque le nombre d observations était suffisant (100). En voici un exemple pour le groupe de 1111, vérificateurs/vérificatrices et comptables : 4 5 Dans le Guide sur les carrières, les aptitudes sont caractérisées en fonction de l échelle suivante, qui est basée sur la courbe de distribution normale du marché du travail canadien. Selon cette échelle, le niveau 1 est considéré comme le niveau d aptitudes qui s applique à la tranche de 10 % supérieure de la population active. 1 La tranche de 10 % supérieure de la population active; 2 Le tiers supérieur, à l'exclusion de la tranche de 10 % supérieure; 3 Le tiers médian de la population active; 4 Le tiers inférieur, à l'exclusion de la tranche de 10 % inférieure; 5 La tranche de 10 % inférieure de la population active. G = habileté générale à apprendre; V = aptitude verbale; N = aptitude numérique; S = perception spatiale; P = perception des formes; Q = perception des écritures; K = coordination motrice; F = dextérité digitale; M = dextérité manuelle. 18

25 Dispersion des domaines d études selon l END Domaine d études Comptabilité (SFM 14) Diplôme d études collégiales N=897 B011(1111) Vérificateurs/vérificatrices et comptables 375 B531(1431) Commis à la comptabilité et personnel assimilé 170 B111(1231) Teneurs/teneuses de livres 56 G211(6421) Vendeurs/vendeuses et commis-vendeurs/commis-vendeuses 30 commerce de détail B513(1413) Commis au classement et à la gestion des documents 26 Recommandations : Cette section indique les professions de substitution ou de rechange dont l inclusion dans le modèle est recommandée pour chacune des professions examinées. Le genre de groupe de la CNP est indiqué et les répercussions sont examinées. Il est parfois arrivé qu aucune profession de rechange ne puisse être recommandée en raison de la nature du groupe de, auquel cas nous avons recommandé que le groupe de soit exclu de l étude Stratégies visant à déterminer la mobilité professionnelle Les stratégies et exemples donnés ci-dessous illustrent les procédures que nous avons suivies pour porter des jugements sur la transférabilité des compétences. Nous avons déployé tous les efforts pour que ces stratégies soient appliquées uniformément à toutes les professions. Les professions vers lesquelles un transfert de compétences est possible («professions de destination») depuis une profession donnée («profession d origine») ont été sélectionnées à partir de similitudes observées dans les connaissances et les compétences requises pour la profession d origine et les professions de destination. Dans beaucoup de cas, le niveau de compétences des professions de destination était inférieur à celui de la profession d origine. Exemples : Les connaissances et compétences acquises dans l étude de la biologie et de la médecine sont nécessaires pour exercer la profession d omnipraticiens/omnipraticiennes et médecins en médecine familiale (CNP 3111); il est donc raisonnable de supposer que s ils ne trouvaient pas de travail plus approprié dans leur profession, les omnipraticiens/omnipraticiennes et médecins en médecine familiale pourraient travailler à titre de technologues médicaux/technologues médicales (CNP 3211) sans avoir besoin de beaucoup de formation supplémentaire. De la même façon, il est raisonnable de supposer que, compte tenu de leur connaissance de la comptabilité, les vérificateurs/vérificatrices et comptables auraient les compétences nécessaires pour travailler à titre de teneurs/teneuses de livres. 19

Détermination des obstacles qui entravent l accès aux professions : Méthodes quantitatives reposant sur les données du recensement

Détermination des obstacles qui entravent l accès aux professions : Méthodes quantitatives reposant sur les données du recensement Détermination des obstacles qui entravent l accès aux professions : Méthodes quantitatives reposant sur les données du recensement Rapport final Par : Daniel Boothby 4582, rue Jeanne-Mance Montréal (Québec)

Plus en détail

Les diplômés de l enseignement postsecondaire obtiennent-ils des emplois hautement qualifiés?

Les diplômés de l enseignement postsecondaire obtiennent-ils des emplois hautement qualifiés? Les diplômés de l enseignement postsecondaire obtiennent-ils des emplois hautement qualifiés? www.statcan.gc.ca L histoire du Canada racontée en chiffres Kristyn Frank et Marc Frénette Division de l'analyse

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante Guide d exploration de métiers et de professions Approche orientante Document rédigé par Yves Jutras Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal, 2010 Guide d exploration de métiers et de

Plus en détail

Ingénieur en mécanique (CNP 2132)

Ingénieur en mécanique (CNP 2132) Ingénieur en mécanique (CNP 2132) Description de la profession Les ingénieurs mécaniciens sont regroupés sous le code 2132 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond

Plus en détail

Technicien en génie industriel et en génie de fabrication (CNP 2233)

Technicien en génie industriel et en génie de fabrication (CNP 2233) et en génie de fabrication (CNP 2233) Description de la profession Les technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication sont regroupés sous le code 2233 de la Classification nationale

Plus en détail

Ingénieur d industriel et de fabrication (CNP 2141)

Ingénieur d industriel et de fabrication (CNP 2141) Ingénieur d industriel et de fabrication (CNP 2141) Description de la profession Les ingénieurs d industrie et de fabrication sont regroupés sous le code 2141 de la Classification nationale des professions

Plus en détail

Guide national : Assumer la responsabilité du travail de l ingénieur stagiaire

Guide national : Assumer la responsabilité du travail de l ingénieur stagiaire Guide national : Assumer la responsabilité du travail de l ingénieur stagiaire Guide national - mai 2016 Avis Avertissement Les guides et guides modèles nationaux d Ingénieurs Canada sont élaborés par

Plus en détail

Mécanicien industriel (CNP 7311)

Mécanicien industriel (CNP 7311) Mécanicien industriel (CNP 7311) Description de la profession Les mécaniciens industriels sont regroupés sous le code 7311 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond

Plus en détail

bulletin Cap sur le travail et la rémunération

bulletin Cap sur le travail et la rémunération TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Cap sur le travail et la rémunération Mars 2017 Numéro 5 Dans les entreprises québécoises de 200 employés et plus, les femmes occupant des professions

Plus en détail

IMT 101 : Concepts clés

IMT 101 : Concepts clés IMT 101 : Concepts clés Ce document est l un des trois guides IMT 101 qui peuvent être téléchargés sur le site Web du Conseil RH, à conseilrh.ca Mettre à profit l IMT pour la gestion RH Mettre à profit

Plus en détail

Machiniste (CNP 7231)

Machiniste (CNP 7231) Machiniste (CNP 7231) Description de la profession Les machinistes sont regroupés sous le code 7231 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond au niveau de compétence

Plus en détail

Électromécanicien (CNP 7333)

Électromécanicien (CNP 7333) Électromécanicien (CNP 7333) Description de la profession Les électromécaniciens sont regroupés sous le code 7333 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond au niveau

Plus en détail

Lignes directrices de pratique - Utilisation des titres et désignations

Lignes directrices de pratique - Utilisation des titres et désignations Lignes directrices de pratique - Utilisation des titres et désignations Introduction La Loi de 2007 sur les kinésiologues stipule que seuls les membres de l Ordre des kinésiologues de l Ontario (l Ordre)

Plus en détail

Stratégie d information sur le marché du travail

Stratégie d information sur le marché du travail Stratégie d information sur le marché Plan d action 2015-2017 «Un marché caractérisé par l inclusion et la capacité d adaptation, qui répond aux besoins d une économie forte et diversifiée et qui offre

Plus en détail

Technicien en génie mécanique (CNP 2232)

Technicien en génie mécanique (CNP 2232) Technicien en génie mécanique (CNP 2232) Description de la profession Les technologues et techniciens en génie mécanique sont regroupés sous le code 2232 de la Classification nationale des professions

Plus en détail

Proposition d une démarche pour développer un référentiel de compétences

Proposition d une démarche pour développer un référentiel de compétences Proposition d une démarche pour développer un référentiel de compétences Ce référentiel devrait être conçu par un comité andragogique, idéalement constitué de la gestionnaire du projet ou de la coordonnatrice,

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions

Guide d exploration de métiers et de professions Guide d exploration de métiers et de professions Plan de la présentation -Présentation -Mise en contexte -Information sur le marché du travail -Guide d exploration de métiers et de professions -Suggestions

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions

Guide d exploration de métiers et de professions Guide d exploration de métiers et de professions Yves Jutras Conseiller à la diffusion de l information sur le marché du travail Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Présentation -Mise

Plus en détail

Dans les entreprises privées de 200 employés et plus, les femmes professionnelles sont en moyenne moins bien rémunérées que les hommes

Dans les entreprises privées de 200 employés et plus, les femmes professionnelles sont en moyenne moins bien rémunérées que les hommes INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Mars 2015 Dans les entreprises privées de 200 employés et plus, les femmes professionnelles sont en moyenne moins bien rémunérées que les hommes par Nathalie Mongeau

Plus en détail

EMPLOI-QUÉBEC BULLETIN MENSUEL SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL DE LANAUDIÈRE

EMPLOI-QUÉBEC BULLETIN MENSUEL SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL DE LANAUDIÈRE EMPLOI-QUÉBEC BULLETIN MENSUEL SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL DE LANAUDIÈRE 2016 Volume 4, numéro 9 FLASH IMT Par Pierre Buisson Une nouvelle publication en IMT! Emploi Québec Lanaudière diffuse sur son site

Plus en détail

1. Introduction et au sujet des répondants Rapport sur les données du sondage

1. Introduction et au sujet des répondants Rapport sur les données du sondage Rapport thématique 1. Introduction et au sujet des répondants Rapport sur les données du sondage Février 2017 Préparé par Nordicity Préparé pour Conseil des arts du Canada Présenté à Gabriel Zamfir Directeur,

Plus en détail

Critère A : question de recherche

Critère A : question de recherche Informations détaillées relatives à tous les mémoires Critères d évaluation Cette section offre une vue d ensemble des éléments du mémoire évalués à l'aide de chaque critère. Des conseils supplémentaires

Plus en détail

Technicien en dessin (CNP 2253)

Technicien en dessin (CNP 2253) Technicien en dessin (CNP 2253) Description de la profession Les technologues et techniciens en dessin sont regroupés sous le code 2253 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession

Plus en détail

ERGOTHÉRAPEUTES. Ressources humaines de la santé

ERGOTHÉRAPEUTES. Ressources humaines de la santé ERGOTHÉRAPEUTES ENCART SPÉCIAL SUR LES ERGOTHÉRAPEUTES Comprendre la main-d œuvre chez les ergothérapeutes au Canada : examen des différents outils de mesure Ressources humaines de la santé La production

Plus en détail

Être sélectionné selon le volet de professions admissibles des instructions ministérielles est-il garant de succès sur le marché du travail Canadien?

Être sélectionné selon le volet de professions admissibles des instructions ministérielles est-il garant de succès sur le marché du travail Canadien? Être sélectionné selon le volet de professions admissibles des instructions ministérielles est-il garant de succès sur le marché du travail Canadien? Cristiana Pescarus Emploi et Développement Social Canada

Plus en détail

INTRODUCTION DE L ÉDITION 2001 DE LA CLASSIFICATION NATIONALE DES PROFESSIONS

INTRODUCTION DE L ÉDITION 2001 DE LA CLASSIFICATION NATIONALE DES PROFESSIONS IINTRODUCTIION DE L ÉDIITIION 2001 DE LA CLASSSSIIFFIICATIION NATIIONALE DESS PPROFFESSSSIIONSS TABLE DES MATIÈRES Contexte 1 Cadre organisationnel de la CNP 2001 1 Changements apportés à la structure

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation : Gouvernance d entreprise direction

Guide de travail pour l auto-évaluation : Gouvernance d entreprise direction Guide de travail pour l auto-évaluation : Gouvernance d entreprise direction Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le guide de travail sert de complément aux renseignements

Plus en détail

Spécialistes des ventes techniques commerce de gros (CNP 6221)

Spécialistes des ventes techniques commerce de gros (CNP 6221) Spécialistes des ventes techniques commerce de gros (CNP 6221) Description de la profession Les spécialistes des ventes techniques - commerce de gros sont regroupés sous le code 6221 de la Classification

Plus en détail

professionnelle et technique au Québec

professionnelle et technique au Québec La formation professionnelle et technique au Québec Photos: Photomédia, François Nadeau Approche par compétences et adéquation formation-emploi Alain Rousseau Ministère de l Éducation, du Loisir et du

Plus en détail

La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités au Canada

La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités au Canada La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités au Canada Brahim Boudarbat Université de Montréal et CIRANO Claude Montmarquette Université de Montréal et CIRANO Conférence

Plus en détail

Études postsecondaires chez les immigrants : comparaison entre le Canada et la Suisse

Études postsecondaires chez les immigrants : comparaison entre le Canada et la Suisse N o 11 626 X au catalogue N o 013 ISSN 1927-5048 ISBN 978 1 100 99528-1 Document analytique Aperçus économiques Études postsecondaires chez les immigrants : comparaison entre le Canada et la Suisse par

Plus en détail

Ordonnance sur le cadre national des certifications pour les diplômes de la formation professionnelle

Ordonnance sur le cadre national des certifications pour les diplômes de la formation professionnelle Ordonnance sur le cadre national des certifications pour les diplômes de la formation professionnelle (O-CNC-FPr) du 27 août 2014 (Etat le 1 er octobre 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 34,

Plus en détail

ANNEXE 9. La recherche interdisciplinaire dans le cadre du Programme de subventions de recherche

ANNEXE 9. La recherche interdisciplinaire dans le cadre du Programme de subventions de recherche ANNEXE 9 La recherche interdisciplinaire dans le cadre du Programme de subventions de recherche Résumé du rapport présenté au GCRI (Groupe consultatif sur la recherche interdisciplinaire) Préparé par la

Plus en détail

La croissance des grandes entreprises au Canada

La croissance des grandes entreprises au Canada N o 11 626 X au catalogue N o 021 ISSN 1927-5048 ISBN 978 1 100 99932 6 Document analytique Aperçus économiques La croissance des grandes entreprises au Canada par Danny Leung et Luke Rispoli Division

Plus en détail

La formation durant les périodes de chômage

La formation durant les périodes de chômage La formation durant les périodes de chômage Rapport final Évaluation de l assurance-emploi Evaluations stratégiques Évaluation et développement des données Politique stratégique Développement des ressources

Plus en détail

LE CANADA ACCUEILLE LES NOUVEAUX ARRIVANTS : Catégorie de l expérience canadienne

LE CANADA ACCUEILLE LES NOUVEAUX ARRIVANTS : Catégorie de l expérience canadienne LE CANADA ACCUEILLE LES NOUVEAUX ARRIVANTS : Catégorie de l expérience canadienne www.cic.gc.ca/cec Si vous possédez une expérience de travail au Canada, soit à titre de travailleur étranger temporaire

Plus en détail

4. RÉGIME D ADMINISTRATION DES DPI

4. RÉGIME D ADMINISTRATION DES DPI 4. RÉGIME D ADMINISTRATION DES DPI Cette section examine les questions et les défis clés liés au régime d administration des DPI dans les PMA, avant de dresser une liste de contrôle détaillée pour guider,

Plus en détail

Sommaire de : La poursuite des études à l âge adulte et ses répercussions sur les gains au Canada

Sommaire de : La poursuite des études à l âge adulte et ses répercussions sur les gains au Canada N o 11F0019MIF au catalogue N o 277 ISSN: 1205-9161 ISBN: 0-662-71339-7 Document de recherche Document de recherche Direction des études analytiques documents de recherche d Sommaire de : La poursuite

Plus en détail

BULLETIN TRIMESTRIEL SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL DES TIC AU CANADA

BULLETIN TRIMESTRIEL SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL DES TIC AU CANADA RECHERCHE BULLETIN TRIMESTRIEL SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL DES TIC AU CANADA Conseil des technologies de l information et des communications 2016 T3 i RECHERCHE PAR : CONSEIL DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Corporation de développement économique régionale Nord-Aski : Hearst, Hornepayne, Constance Lake et Mattice-Val Côté.

Corporation de développement économique régionale Nord-Aski : Hearst, Hornepayne, Constance Lake et Mattice-Val Côté. Corporation de développement économique régionale Nord-Aski : Hearst, Hornepayne, Constance Lake et Mattice-Val Côté. Un partenariat entre : Ce projet Emploi Ontario est financé par le gouvernement de

Plus en détail

Numéro(s) du poste : Collectivité(s) Division(s)/régions(s) Yellowknife Executive Services

Numéro(s) du poste : Collectivité(s) Division(s)/régions(s) Yellowknife Executive Services RÉFÉRENCE Organisme Commission de la sécurité au travail et de l indemnisation des travailleurs Intitulé du poste Analyste de la planification générale et du rendement Numéro(s) du poste : Collectivité(s)

Plus en détail

ÉPREUVE OBLIGATOIRE Enseignement primaire, 3 e cycle

ÉPREUVE OBLIGATOIRE Enseignement primaire, 3 e cycle ÉPREUVE OBLIGATOIRE Enseignement primaire, 3 e cycle Document d information - Janvier 2017 - Juin 2017 Mathématique 022-610 6 e année du primaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation et de l

Plus en détail

Usines de tricotage de vêtements (SCIAN 3151)

Usines de tricotage de vêtements (SCIAN 3151) Usines de tricotage de vêtements (SCIAN 35) Le secteur textile comporte trois sous-secteurs, soit les Usines de textiles (SCIAN 33), les Usines de produits textiles (SCIAN 34) et les Usines de tricotage

Plus en détail

La grande récession aux États-Unis et les produits forestiers canadiens

La grande récession aux États-Unis et les produits forestiers canadiens N o 11 626 X au catalogue N o 028 ISSN 1927-5048 ISBN 978-0-660-21055-1 Document analytique Aperçus économiques La grande récession aux États-Unis et les produits forestiers canadiens par Lydia Couture

Plus en détail

Stratégie de recrutement et de maintien de l effectif

Stratégie de recrutement et de maintien de l effectif Stratégie de recrutement et de maintien de Plan d action 2015-2017 «Un marché du travail caractérisé par l inclusion et la capacité d adaptation, qui répond aux besoins d une économie forte et diversifiée

Plus en détail

Meilleurs emplois d Ottawa «en fonction des chiffres»

Meilleurs emplois d Ottawa «en fonction des chiffres» Meilleurs emplois d Ottawa «en fonction des chiffres» LA LISTE DE 10 DU NOMBRE D EMPLOIS EN 2015 Analystes et consultants/consultantes en informatique (CNP 2171) Vendeurs/vendeuses - commerce de détail

Plus en détail

Guide à l intention des organismes de réglementation

Guide à l intention des organismes de réglementation Guide à l intention des organismes de réglementation Aide-mémoire des pratiques exemplaires visant la reconnaissance professionnelle des candidats à la mobilité de la main-d œuvre* Préparé par le groupe

Plus en détail

L effet de la capitalisation de la R-D sur la croissance du PIB et de la productivité au Canada

L effet de la capitalisation de la R-D sur la croissance du PIB et de la productivité au Canada N o 11 626 X au catalogue N o 016 ISSN 1927-5048 ISBN 978 1 100 99761-2 Document analytique Aperçus économiques L effet de la capitalisation de la R-D sur la croissance du PIB et de la productivité par

Plus en détail

Perspectives d immigration pour les étudiants étrangers Octobre 2013

Perspectives d immigration pour les étudiants étrangers Octobre 2013 Perspectives d immigration pour les étudiants étrangers Octobre 2013 Tour d horizon Dans le Plan d action économique de 2012, le gouvernement du Canada a annoncé son intention de créer un système d immigration

Plus en détail

Travail. Renseignements sur LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL 8 PRÉVENTION DE LA VIOLENCE DANS LE LIEU DE TRAVAIL

Travail. Renseignements sur LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL 8 PRÉVENTION DE LA VIOLENCE DANS LE LIEU DE TRAVAIL Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Renseignements sur LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL INTRODUCTION 8 PRÉVENTION DE LA VIOLENCE DANS LE LIEU DE TRAVAIL La protection

Plus en détail

Chapitre 1 Contenu de l Annuaire

Chapitre 1 Contenu de l Annuaire Chapitre 1 Contenu de l Annuaire Contenu de l Annuaire Chapitre 1 1.1 Structure de l Annuaire Le tableau 1.1 présente la structure de l Annuaire québécois des statistiques du travail. Cet annuaire est

Plus en détail

Conseil des académies canadiennes. Programme de stages

Conseil des académies canadiennes. Programme de stages Conseil des académies canadiennes Programme de stages Renseignements généraux sur le Conseil des académies canadiennes : Le mandat du Conseil des académies canadiennes (CAC) (www.sciencepourlepublic.ca)

Plus en détail

ÉCHELLES DES NIVEAUX DE COMPÉTENCE. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, 2 e CYCLE. Mathématique. Troisième édition 3 e, 4 e et 5 e année du secondaire

ÉCHELLES DES NIVEAUX DE COMPÉTENCE. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, 2 e CYCLE. Mathématique. Troisième édition 3 e, 4 e et 5 e année du secondaire ÉCHELLES DES NIVEAUX DE COMPÉTENCE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, 2 e CYCLE Mathématique Troisième édition 3 e, 4 e et 5 e année du secondaire ÉCHELLES DES NIVEAUX DE COMPÉTENCE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, 2 e

Plus en détail

Modifications aux produits de l Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations

Modifications aux produits de l Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations Modifications aux produits de l Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations I. Introduction Dans le cadre d une initiative commune visant à améliorer la cohérence dans l ensemble du programme

Plus en détail

RAISON D ÊTRE ET PHILOSOPHIE DU PROGRAMME

RAISON D ÊTRE ET PHILOSOPHIE DU PROGRAMME Stage de carrière 10 RAISON D ÊTRE ET PHILOSOPHIE DU PROGRAMME RAISON D ÊTRE Tout le monde concède que l Alberta doit établir et entretenir une main-d œuvre hautement concurrentielle et flexible et une

Plus en détail

Estimation des coûts du décrochage scolaire au Canada SOMMAIRE

Estimation des coûts du décrochage scolaire au Canada SOMMAIRE Estimation des coûts du décrochage scolaire au Canada SOMMAIRE Olena Hankivsky Simon Fraser University Décembre 2008 1 Cette oeuvre a été possible grâce à la participation du Conseil canadien sur l apprentissage.

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Formation générale des adultes Programme de la formation de base diversifiée Physique CINÉMATIQUE ET OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Décembre 2015 Table des matières Introduction...

Plus en détail

(ECDC/AD/2016/SRS-SEVPD)

(ECDC/AD/2016/SRS-SEVPD) Centre européen de prévention et de contrôle des maladies Avis de vacance: Expert senior en maladies à prévention vaccinale au sein de l unité «Surveillance et soutien à la réponse» (ECDC/AD/2016/SRS-SEVPD)

Plus en détail

Renforcer le programme du Sceau rouge Assurer la pertinence du Sceau rouge

Renforcer le programme du Sceau rouge Assurer la pertinence du Sceau rouge Renforcer le programme du Sceau rouge Assurer la pertinence du Sceau rouge Leçons apprises et prochaines étapes Sommaire Depuis plus de 50 ans, le programme du Sceau rouge est considéré comme la norme

Plus en détail

ORDRE DES ÉDUCATRICES ET DES ÉDUCATEURS DE LA PETITE ENFANCE

ORDRE DES ÉDUCATRICES ET DES ÉDUCATEURS DE LA PETITE ENFANCE ORDRE DES ÉDUCATRICES ET DES ÉDUCATEURS DE LA PETITE ENFANCE Politique relative à l évaluation des diplômes et de la formation du demandeur conformément à la sous-disposition 7.1.iv. du Règlement sur l

Plus en détail

Éléments du programme de rémunération

Éléments du programme de rémunération 1. Description de tâches / profil des compétences La description de tâches / le profil des compétences est un élément essentiel du programme de rémunération et de sélection qui détermine par écrit les

Plus en détail

Évolution de la surqualification dans les régions métropolitaines de Montréal, Toronto et Vancouver

Évolution de la surqualification dans les régions métropolitaines de Montréal, Toronto et Vancouver Évolution de la surqualification dans les régions métropolitaines de Montréal, Toronto et Vancouver Brahim Boudarbat et Claude Montmarquette Université de Montréal et CIRANO 2 e journée d études sur la

Plus en détail

Abandonner l école et y retourner

Abandonner l école et y retourner N o 81-599-X au catalogue Issue n o 005 ISSN : 1709-8661 ISBN : 978-1-100-94573-6 Feuillet d information Indicateurs de l éducation au Canada Abandonner l école et y retourner Avril 2010 Division du tourisme

Plus en détail

Quelles sont les répercussions du veuvage ou du divorce à un âge avancé sur les taux de remplacement du revenu?

Quelles sont les répercussions du veuvage ou du divorce à un âge avancé sur les taux de remplacement du revenu? N o 11 626 X au catalogue N o 010 ISSN 1927-5048 ISBN 978 1 100 99417 8 Document analytique Aperçus économiques Quelles sont les répercussions du veuvage ou du divorce à un âge avancé sur les taux de remplacement

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE Évaluation et approbation des dictionnaires pour les programmes d anglais, langue d enseignement et d anglais, langue seconde

CADRE DE RÉFÉRENCE Évaluation et approbation des dictionnaires pour les programmes d anglais, langue d enseignement et d anglais, langue seconde CADRE DE RÉFÉRENCE Évaluation et approbation des dictionnaires pour les programmes d anglais, langue d enseignement et d anglais, langue seconde Enseignement primaire et secondaire Le présent document

Plus en détail

La population active en technologies de l information : Canada 2001

La population active en technologies de l information : Canada 2001 Février 2004 La population active en technologies de l information : Canada 2001 Par : Lee Jacobs, spécialiste du marché du travail, Conseil des ressources humaines du logiciel (CRHL) Luc Vaillancourt,

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MODIFIÉ MARS 2016 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT DU GROUPE WSP GLOBAL INC. (LA «SOCIÉTÉ») MODIFIÉ MARS 2016 A. OBJET Le rôle du comité d audit de la Société (le comité d audit) consiste

Plus en détail

Commerce de détail en ligne au Canada

Commerce de détail en ligne au Canada N o 11-621-m2016101 au catalogue ISSN 1707-0511 ISBN 978-0-660-06546-5 Analyse en bref Commerce de détail en ligne au Canada Date de diffusion : le 14 novembre 2016 Comment obtenir d autres renseignements

Plus en détail

Leçon n o 2 : Que sont les biens et services des écosystèmes?

Leçon n o 2 : Que sont les biens et services des écosystèmes? N o 16-507-X au catalogue ISBN 978-0-660-22682-8 Trousse de l enseignant L activité humaine et l environnement Leçon n o 2 : Que sont les biens et services des écosystèmes? Date de diffusion : septembre

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs politiques Entretiens qualitatifs de suivi Sommaire

Enquête auprès des acteurs politiques Entretiens qualitatifs de suivi Sommaire Enquête auprès des acteurs politiques Entretiens qualitatifs de suivi Sommaire 11 juin 2012 1 Dans le cadre de l Initiative Think Tank, un programme mis en œuvre par le Centre de recherches pour le développement

Plus en détail

Enquête sur les besoins de formation et les difficultés de recrutement de la main-d œuvre auprès des entreprises sur le territoire du CLE de

Enquête sur les besoins de formation et les difficultés de recrutement de la main-d œuvre auprès des entreprises sur le territoire du CLE de Enquête sur les besoins de formation et les difficultés de recrutement de la main-d œuvre auprès des entreprises sur le territoire du CLE de Sept-Îles Janvier 2012 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS POUR LES

Plus en détail

Manuel d accréditation des programmes de l Association canadienne des thérapeutes du sport

Manuel d accréditation des programmes de l Association canadienne des thérapeutes du sport RESSOURCES DU PERSONNEL Initiative au sein du programme/direction du programme d études en thérapeutique du sport Le programme doit être géré convenablement et faire preuve d esprit d initiative. Les dirigeants

Plus en détail

2. Selon les données, il n y a pas d enfants francophones entre 0 et 4 ans, ni de francophones âgés de 5 à 19 ans.

2. Selon les données, il n y a pas d enfants francophones entre 0 et 4 ans, ni de francophones âgés de 5 à 19 ans. Portrait de Lac La Biche 1.1. Sommaire 1. On dénombre 115 francophones, soit 4,3 % de la population totale de Lac La Biche. Personne ne déclare avoir à la fois l anglais et le français comme PLOP. 2. Selon

Plus en détail

La reconnaissance des acquis de l expérience professionnelle (RAEP) dans la fonction publique de l État depuis

La reconnaissance des acquis de l expérience professionnelle (RAEP) dans la fonction publique de l État depuis La reconnaissance des acquis de l expérience professionnelle (RAEP) dans la fonction publique de l État depuis 27 Faits et chiffres édition 21-287 La Reconnaissance des acquis de l expérience professionnelle

Plus en détail

Les «compétences comportementales» dans les diplômes professionnels : vers une évolution de l approche de la compétence professionnelle?

Les «compétences comportementales» dans les diplômes professionnels : vers une évolution de l approche de la compétence professionnelle? Les «compétences comportementales» dans les diplômes professionnels : vers une évolution de l approche de la compétence professionnelle? Intervention AFDET 4 mars 2015 Une étude commandée par la Direction

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ)

ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ) EMPLOI-QUÉBEC ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ) RAPPORT STATISTIQUE VOLUME 12 ENQUÊTE 2012 SUR LES DONNÉES DE 2011 Ce document a été préparé par la Direction de l analyse et de l

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Production informatique INF-P Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Production informatique INF-P Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Production informatique INF-P102-2 Programme d études Informatique 22 septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine

Plus en détail

N o XIF au catalogue. Statistiques sur les avortements provoqués

N o XIF au catalogue. Statistiques sur les avortements provoqués N o 82-223-XIF au catalogue Statistiques sur les avortements provoqués 2003 Comment obtenir d autres renseignements Toute demande de renseignements au sujet du présent produit ou au sujet de statistiques

Plus en détail

Le programme-cadre de mathématiques

Le programme-cadre de mathématiques ANNEXE 7.2 B Le programme-cadre de mathématiques Le programme-cadre de mathématiques de la 1 re à la 8 e année est divisé en cinq domaines d étude : Numération et sens du nombre, Mesure, Géométrie et sens

Plus en détail

Résultats en matière d emploi chez les immigrants ayant fait des études postsecondaires, Recensement de 2006

Résultats en matière d emploi chez les immigrants ayant fait des études postsecondaires, Recensement de 2006 Sommaire Résultats en matière d emploi chez les immigrants ayant fait des études postsecondaires, Recensement de 2006 Li Xue et Li Xu Septembre 2010 Recherche et Évaluation Les avis et opinions exprimés

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE DCAC P2 CA 411.08 2005 02 22 POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE DU CÉGEP DE L OUTAOUAIS Notes chronologiques Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue

Plus en détail

Programmes d études de science et de technologie

Programmes d études de science et de technologie Guide administratif Programmes d études de science et de technologie DOCUMENT DE TRAVAIL 8 novembre 2011 FBD FORMATION DE BASE DIVERSIFIÉE Direction de l éducation des adultes et de l action communautaire

Plus en détail

La main-d'œuvre environnementale au. Canada : Qualité de l air. O c t o b r e

La main-d'œuvre environnementale au. Canada : Qualité de l air. O c t o b r e La main-d'œuvre environnementale au Canada : Qualité de l air O c t o b r e 2 0 1 6 2 La main-d'œuvre environnementale au Canada La main-d œuvre environnementale canadienne est vaste et englobe une multitude

Plus en détail

Annexes. Montérégie Travail, scolarité et mobilité

Annexes. Montérégie Travail, scolarité et mobilité Annexes 269 Annexe 1 Définitions A. Activités sur le marché du travail : activité Univers de la population Activité sur le marché du travail des personnes âgées de 15 ans et plus, à l exclusion des pensionnaires

Plus en détail

Le réseau Accès aux soins de santé pour les minorités linguistiques

Le réseau Accès aux soins de santé pour les minorités linguistiques Langue et santé : Faciliter l accès aux soins de santé En collaboration avec de la santé de l Université McGill, l Institut des politiques sociales et de la santé recrute jusqu à cinq étudiants diplômés

Plus en détail

1. Rendez-vous au site Web du PCO à

1. Rendez-vous au site Web du PCO à Dans cette activité du site Web du PCO, vous obtiendrez de l information sur : - les codes de la Classification nationale des s (CNP) - les itinéraires de l école secondaire et le niveau d études ou de

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Direction de l éducation des adultes et de l action communautaire Service de l évaluation des apprentissages DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Programme d études Choix professionnel de la formation de

Plus en détail

Profils des quartiers d Ottawa Recensement et Enquête nationale auprès des ménages de 2011

Profils des quartiers d Ottawa Recensement et Enquête nationale auprès des ménages de 2011 Profils des quartiers d POPULATION* Population totale du quartier 47 670 +3,6 % 2006-2011 Population totale d 883 390 +8,8 % 2006-2011 Population selon le groupe d âge 2006 2011 2006-2006 2011 2006-2011

Plus en détail

Norme internationale d information financière 8 Secteurs opérationnels. Principe fondamental. Champ d application. Secteurs opérationnels IFRS 8

Norme internationale d information financière 8 Secteurs opérationnels. Principe fondamental. Champ d application. Secteurs opérationnels IFRS 8 Norme internationale d information financière 8 Secteurs opérationnels Principe fondamental 1 Une entité doit fournir des informations qui permettent aux utilisateurs de ses états financiers d évaluer

Plus en détail

Idées et activités pour les élèves de la 10 e année

Idées et activités pour les élèves de la 10 e année Idées et activités pour les élèves de la 10 e année 1. VISIONNEMENT DU DVD (Si tu n as pas le DVD, procure-toi une copie à la bibliothèque de l école.) Le DVD est un outil idéal à utiliser en classe :

Plus en détail

FAQ à l intention des auditeurs

FAQ à l intention des auditeurs SOUTIEN AUX PROFESSIONNELS EN EXERCICE MISE EN ŒUVRE DES NORMES CANADIENNES D AUDIT NORME ABORDÉE NCA 600, «Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes)

Plus en détail

Rapport national sur l emploi d ADP Canada

Rapport national sur l emploi d ADP Canada Rapport national sur l emploi d ADP Canada Introduction L Institut de recherche ADP, en collaboration étroite avec Moody s Analytics, Inc., a créé le Rapport national sur l emploi d ADP Canada, qui chaque

Plus en détail

ANNEXE 5 HARMONISATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES MENANT À L ATTESTATION D ÉTUDES PROFESSIONNELLES (AEP) Version abrégée

ANNEXE 5 HARMONISATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES MENANT À L ATTESTATION D ÉTUDES PROFESSIONNELLES (AEP) Version abrégée ANNEXE 5 HARMONISATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES MENANT À L ATTESTATION D ÉTUDES PROFESSIONNELLES (AEP) Version abrégée Direction de la formation professionnelle Secteur du développement pédagogique et du

Plus en détail

GRILLE D INTERPRÉTATION DU TABLEAU SYNTHÈSE

GRILLE D INTERPRÉTATION DU TABLEAU SYNTHÈSE GRILLE D INTERPRÉTATION DU TABLEAU SYNTHÈSE Robert Pampalon Mathieu Philibert Unité Connaissance-surveillance Mars 2004 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. LES QUESTIONS...1 3. LES FACTEURS EXPLICATIFS...2

Plus en détail

IMP. 40-1/R3 Allocations raisonnables pour frais de voyage Publication : 28 décembre 2012

IMP. 40-1/R3 Allocations raisonnables pour frais de voyage Publication : 28 décembre 2012 BULLETIN D INTERPRÉTATION ET DES PRATIQUES ADMINISTRATIVES CONCERNANT LES LOIS ET LES RÈGLEMENTS Impôts IMP. 40-1/R3 Allocations raisonnables pour frais de voyage Publication : 28 décembre 2012 Renvoi(s)

Plus en détail

AVIS DE VACANCE EN VUE DE LA CONSTITUTION D UNE LISTE DE RÉSERVE

AVIS DE VACANCE EN VUE DE LA CONSTITUTION D UNE LISTE DE RÉSERVE AVIS DE VACANCE EN VUE DE LA CONSTITUTION D UNE LISTE DE RÉSERVE Intitulé du poste Groupe de fonctions/grade AD 6 Type de contrat Référence Date limite de dépôt des candidatures Lieu d affectation Date

Plus en détail

Présenté par L Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Québec, le 11 février 2013

Présenté par L Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Québec, le 11 février 2013 Mémoire déposé à la Commission de la culture et de l éducation concernant le projet de loi n 14, Loi modifiant la Charte de la langue française, la Charte des droits et libertés de la personne et d autres

Plus en détail

Annexe de la circulaire C. PCT 1497

Annexe de la circulaire C. PCT 1497 Office répondant au questionnaire : Nom de la personne à contacter : Titre : Adresse électronique : Partie A : FORMATION DES EXAMINATEURS CHARGÉS DE L EXAMEN DES BREVETS QUANT AU FOND DISPENSÉE AUX EXAMINATEURS

Plus en détail

Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial. 11 juillet 2017

Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial. 11 juillet 2017 Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial 11 juillet 2017 AVANT-PROPOS Ce document apporte des réponses aux principales questions que plusieurs personnes peuvent se poser au sujet de

Plus en détail