Concept note for Design and Delivery of a National Cloud and Fibre Optic Cable Infrastructure in Burkina Faso

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Concept note for Design and Delivery of a National Cloud and Fibre Optic Cable Infrastructure in Burkina Faso"

Transcription

1 MINISTRY OF FOREIGN AFFAIRS PROGRAMME COMMITTEE MEETING 3 RD APRIL 2014 TITLE: Concept note for Design and Delivery of a National Cloud and Fibre Optic Cable Infrastructure in Burkina Faso MEETING DATE: 3 rd April 2014 PRESENTING UNIT: Department for Green Growth Danida Business Finance 1

2 CONCEPT NOTE DESIGN AND DELIVERY OF A NATIONAL CLOUD AND FIBRE OPTIC CABLE INFRASTRUCTURE IN BURKINA FASO Strategic questions The most likely risk is associated with a slow realisation of the potential benefits of the G-Cloud. So how can a speedy implementation of administrative reforms be supported? How can civil society s capacity to take advantage of the opportunities offered by the G-cloud be enhanced? How can the technical sustainability of the project be secured after final implementation of the project, i.e. after the Contractor has left the country? Objectives, relevance and justification for Danida Business Finance 1 support The overall objectives of the project are: An effective delivery of government services to the population of Burkina Faso that can provide the framework for a strong economic growth as basis for a reduction in poverty; Access for the population to critical information about the management of government programmes and activities. 1 Danida Business Finance offers interest-free loans with 10 years maturity to Danish priority countries. The concessionality level is 50 % for LDC s according to the OECD Consensus Agreement. The subsidy covers the interests of the loan, the export credit guarantee premium and a cash grant to reduce the principal of the loan. The loan is granted in EUR or USD by a Danish bank and preferably with the Ministry of Finance in the recipient country as borrower. Loan repayment is made in equal, semi-annual instalments, starting six months after the commissioning of the project. Danida Business Finance targets key infrastructure sectors where investments improve the climate for economic sustainable growth and employment. The grant receiving authority shall report to Danida outcome indicators identified during appraisal of the project, on an annual basis for five consecutive years starting one year after the issue of the takingover certificate. Usually the projects are presented to Danida Business Finance early in the project development phase so the tender will take place after Danida appraisal and the Grant Committee s approval. A Fast Track Procedure is applied in cases where the project is presented to Danida Business Finance only after the international tender has been won by a Danish company which is the case in this project. 2

3 These objectives emanate from the overall development strategy of the government of Burkina Faso (Stratégie pour une croissance accéléré et un développement durable, SCADD) and in particular two pillars: To develop the pillars of accelerated growth and Enhancing good governance. They are furthermore in line with the objectives of the Country Policy Paper for co-operation between Burkina Faso and Denmark in particular: an inclusive rights based governance framework; economic growth and employment particularly for youth and women. E-governance has become an indispensable tool to have a modern, transparent, efficient administration for the public and enterprises. Many ministries/departments have developed large isolated programmes without taking into consideration interdependency and coherence. The challenge is to have integrated and secured systems. As a solution, the Ministère du Développement de l Économie Numérique et des Postes would like to implement a solution based on a holistic and inclusive end-to-end approach to allow ministries/departments to capture, channel and streamline initiatives through the implementation of an open IT Cloud infrastructure called Government Cloud (G-cloud). The immediate objectives of the project are to: - have a more flexible and evolving computer infrastructure in order to improve access, availability and performance of the national IT department; - accelerate and facilitate the development of new e-services for citizens and public service/administration; - optimize and reduce technological costs through interdepartmental pooling of resources. Independent evaluations have documented that Burkina Faso in recent years has managed to achieve significant improvements in public financial management. E-government will bring all levels of government and all public institutions more effectively into the yearly planning and budget process, support the on-going decentralisation of government and promote the deconcentration of public services thus enhancing local/regional development. To date, the computerization of the public expenditure chain has led to more transparency and improved public financial management. E-government will contribute to consolidate progress achieved in public finances. The improved access to contemporary telecommunication services, particularly internet at affordable prices will make it easier for people to gain access to information about the rights and services available and to follow public financial management and support democratisation. 3

4 It is also likely to create new employment opportunities for educated youth that have very high unemployment rates but generally are more IT-savvy. The government intends to introduce e-learning, which will facilitate the implementation of education projects for the universities in Burkina Faso, and e-health solutions for hospitals and health centers through telemedicine for example. The development of growth poles is part of the government s strategic priorities. This entails investing in supportive infrastructure such as IT, a strong catalyst to growth. Two of these growth poles will be part of this project. The project is well in line with the Growth and Employment Strategy to make use of Danida Business Finance to improve the frame conditions for economic growth and employment. Project description The Burkinabe government has for more than five years been working on establishing a nationwide fibre backbone network together with a cloud infrastructure 2. The cloud infrastructure is part of a large government IT project featuring a number of technical solutions that will enable the government to tie all the ministries and district administrations together with common administrative systems: urban connectivity in 6 main centres; Government Cloud Enablement Platform; long-distance connectivity. The G-Cloud will encompass: infrastructure that integrates various nodes, servers and storage capacity in an integrated network; a secure environment for management and sharing of information applications etc., common facilities. The network will enable as well the public institutions like hospitals and universities to be linked together and will include systems like e-health and e-learning. Private businesses and the civil society will also be able to use the cloud computing network. 2 Cloud computing is computer networking that involves a large number of computers connected through a communication network providing the ability to run a programme or an application on many connected computers at the same time. 4

5 The nationwide fibre backbone network will be installed by Huawei Technology, a Chinese company, while the present tendered project includes the hard- and software necessary for the cloud infrastructure together with establishment of 513 km metropolitan fibre networks connecting the 13 largest municipalities with the nationwide network (comprising 403 public and industrial buildings). The contract includes an ambitious training and capacity development programme empowered as well by an e-learning tool. More than 100 trainees will participate in training courses during 18 months in which period the contractor will be in charge of the operation of the systems after installation. They will also receive tools which will enable them to develop other services/products and to maintain the equipment as well. A strong emphasis is put on e- learning and there is a platform to develop training modules for university students for example. The Contractor envisages setting up a strong collaboration with international training institutions. The implementation period for the project will be 24 months, followed by a one year defects liability period. The sustainability of the project will be secured through the training programme, over 100 public servants will be trained throughout the implementation of the project. The contract includes an option for a 850 km fibre backbone network connecting the largest cities in case the installation of the nationwide fibre network should be delayed by the Chinese company. Tender of the project The project was launched in international tender on 26 th December 2013 by Ministère du Développement de l Économie Numérique et des Postes with submission deadline 19 th February Two companies submitted a tender, a French joint venture and a Danish company. The Burkinabe Ministry announced publicly on 6 th March 2014 that the Danish company was the winning bidder of the tender, and the Danish company has now been invited to Ouagadougou for contract negotiations. Transactions to Burkina Faso require concessional financing and as part of the tender the companies were required to propose a financing together with the price offer. Danida Business Finance issued on request from the Danish company a letter of intent to the Burkinabe Ministry in accordance with Danida Business Finance s Fast Track Procedure. The letter is an indication of Danida s willingness to look further into a possible financing of the contract in case the Danish company should be the winning bidder of the tender. The Fast Track Procedure has been included in the Danida Business Finance guidelines to cater for the sustainable lending requirements by IMF. 5

6 The next steps to be taken will be a Danida evaluation of the Burkinabe tender process as it needs to be confirmed that the Danish company is the best option even without the financial subsidy. If evaluation is positive, then an appraisal will be carried out. Risks and previous experience Project risks seem to be limited. The Danish company has extensive experience and a very good track record with this type of projects in Mozambique and Ghana. Even though this is a more complicated undertaking the company should be able to handle the technical challenges. The Government s track record in implementing large scale investment projects is characterized by frequent delays; but in this case most of the difficult decisions have already been taken (with some delay) and government seems to attach high priority to seeing this project implemented or at least well on its way prior to the election in The project includes a fibre optic backbone which is supposed to be provided by the Chinese company Huawei. It is uncertain whether Huawei will be able to put together a financial package and activities are already delayed. The Danish company s offer thus contains an option to take over establishment of part of the backbone, necessary for the cloud infrastructure to run. The risks are unlikely to materialize and of minor consequence of the attainment of the objectives. The institutional risks are particularly associated with the government s ability to take advantage of the opportunities that the new IT-infrastructure will provide. There is no doubt that the G- Cloud will facilitate government administration even with the current administrative procedures but the full benefits of the project will only be realized as these procedures are re-structured. This is likely to encounter delays in several respects. Danida Business Finance has financed three fibre backbone network projects in Mozambique in the period comprising burying of 5,500 km optic fibre cables in total. The projects have been very successfully implemented with great impact to the society and the economic growth. The challenging task of the national telecommunication company who owns and operates the network is maintenance and major repairs. The constant cuts caused by the road authorities subcontractors when executing road constructions and repair works have turned out as well to be a major challenge, and a good cooperation between the road authorities and the telecommunication company is of utmost importance. 6

7 Budget The total budget for the project is DKK million (EUR 50.4 million) including the option. The Danida grant of DKK million is calculated based on estimated interest rates and will therefore include a factor of uncertainty. Budget (DKK/EUR 7.46) Project budget: Contract costs: - Metropolitan Fibre Networks DKK m. - Cloud bands DKK m. - Various applications DKK m. - Knowledge transfer and operation of system DKK m. - Option DKK m. Total financed amount 3 DKK m. Financing type: 4 Tied Loan: Loan amount: 5 DKK m. Duration: 6 10 years Subsidy element /concessionality level: 7 50 per cent Danida Business Finance grant: Total DKK m. Total EUR m. Interest: EKF-premium: Bank margins: Cash grant: Technical assistance: Budget margin 25 per cent: Total grant: The part of the project financed by DB Finance. 4 Whether the project is tied to Danish suppliers or untied i.e. tendered to companies in OECD countries. 5 The loan amount financing the contract, with the deducted cash grant to reduce the principal of the loan (to be repaid by the borrower). 6 Repayment period. 7 The grant element required according the OECD Agreement on Officially Supported Export Credits. 8 The total amount to cover interests during the implementation period and the repayment period. 9 The project is guaranteed by EKF in case of default on the loan. The EKF premium is calculated based on the country risk and covers 95 per cent of the loan. The bank will cover the remaining 5 per cent. 10 Covers additional expenses besides interests added to loan. 11 Cash grant that reduces the principal of the loan. Is applied to reach the required subsidy level by OECD. 12 Technical assitance in connection with tender, training, monitoring and verification of the project. 13 Budget margin to cover any increase in the estimated interest rates, currency, price increases etc. 14 The total grant includes interests, EKF premium, bank margins, cash grant, technical assistance and budget margin. 7

8 Annex 1 Process Action Plan Activity Timing Responsibility Assessment of the Burkinabe tender process and May/June 2014 GRV evaluation Appraisal May/June 2014 GRV Presentation to the External Grant Committee August/September 2014 GRV Approval of commercial contract August/September 2014 GRV Approval of loan agreement September 2014 GRV Final approval to the Danish lending bank September 2014 GRV Start of implementation of project October 2014 Contractor 8

9 Annex 2 Burkina Faso: National Cloud and Fibre Optic Cable Infrastructure Results framework Development objectives Outputs Outcomes To develop the pillars of accelerated growth Urban connectivity in 6 main centres; A flexible and evolving computer infrastructure offering improved access, availability and performance of the government IT department Enhancing good governance Government Cloud Enablement Platform encompassing: infrastructure that integrate various nodes, servers and storage capacity in an integrated network; a secure environment for management and sharing of information applications etc., common facilities. Long distance connectivity. Accelerated development of new e-services for citizens and public service/administration Reduced technological costs through interdepartmental pooling of resources. 9

10 Annex 3 Burkina Faso: National Cloud and Fibre Optic Cable Infrastructure Risk summary Contextual Risks The most explicit contextual risk is associated with the presidential elections scheduled for November Apart from the normal tension surrounding presidential elections these are particularly controversial because they raise serious constitutional issues and could mean the end of the current regime s more than 30 years of rule. Furthermore social unrest might heighten tension. It is unlikely that political developments would affect implementation significantly, but in the event that a major political crisis develops into unrest and violent confrontations it might become necessary to halt implementation until peace is restored. Project Risks Project risks seem to be limited. The Danish company has extensive experience and a very good track record with this type of projects in Mozambique and Ghana. Even though this is a more complicated undertaking the company should be able to handle the technical challenges. The Government s track record in implementing large scale investment projects is characterized by frequent delays; but in this case most of the difficult decisions have already been taken (with some delay) and government seems to attach high priority to seeing this project implemented or at least well on its way prior to the election in The project includes a fibre optic backbone which is supposed to be provided by the Chinese company Huawei. It is uncertain whether Huawei will be able to put together a financial package and activities are already delayed. The Danish company s offer thus contains an option to take over establishment of part of the backbone, necessary for the cloud infrastructure to run. The risks are unlikely to materialize and of minor consequence of the attainment of the objectives. Institutional Risks The institutional risks are particularly associated with the government s ability to take advantage of the opportunities that the new IT-infrastructure will provide. There is no doubt that the G- Cloud will facilitate government administration even with the current administrative procedures but the full benefits of the project will only be realized as these procedures are re-structured. This is likely to encounter delays in several respects. 10

11 Annex 4 FORMULATION D UN CONTRAT DE DEVELOPPEMENT AU BURKINA FASO Ambassade de Ouagadougou Assessment according to the five budget support principles Indicateurs utilise et sources Appréciation des 5 critères Appréciation des risques et mesures de mitigation Préambule: Le Danemark fournit actuellement de l appui budgétaire général (ABG) au Burkina Faso couvrant la période ; d un montant initial de DKK 230 millions. Le Burkina fait partie des quelques pays bénéficiant d ABG en raison d une part de besoins budgétaires et macroéconomiques importants, et d autre part des prérequis satisfaisants pour bénéficier d un appui budgétaire. Le Danemark fournit actuellement aussi de l appui budgétaire sectoriel pour le Secteur de l'eau et de l assainissement. L'expérience du Burkina Faso en matière d appui budgétaire est donc avérée et le dialogue avec le gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre de cet outil est bon. 1. Fundamental values Fundamental values, encompassing a minimum respect for human rights, pluralistic democracy and rule of law, including independence of the judiciary. Sources et Indicateurs : Revues SCADD Matrice SCADD Document PIN 11 ème FED POSEF Respect des principes démocratiques et l Etat de Droit : Les élections présidentielles et législatives sont tenues régulièrement au Burkina Faso. En 2010, les présidentielles ont été tenues dans les délais prévus par la Constitution. Il y avait un faible taux d inscription sur les listes électorales puis un fort taux d abstention. Le président a eu plus de 80% des voix alors que les deux candidats d opposition ont eu 6 et 8 % respectivement. On a constaté une absence de représentants de l opposition dans un nombre de bureaux de vote. Lors de élections législatives en 2002, le parti du président Blaise Compaoré, le CDP avait obtenu une courte majorité de 57 députés et 54 appartenant à 12 partis de l opposition. En 2006, le CDP avait remporté largement les élections municipales. Aux élections législatives de 2007, le CDP a emporté la majorité absolue avec 73 députés sur 111. Les élections : L introduction d un nouveau système de vote (biométrique) qui est supposé être plus sûr pour éviter la fraude, risque de réduire le nombre de votants davantage parce qu il exige que chaque citoyen possède une pièce d identité pour se faire enregistrer ce qui n est pas une chose évidente pour une majorité de la population. Pour assurer que les populations soient effectivement plus impliquées dans les élections et aillent aux urnes, il faut que le gouvernement facilite l accès aux autorités compétentes dans le domaine de délivrance des pièces d identité, éventuellement en mettant en place des bureaux mobiles pour se rapprocher des citoyens. Des campagnes de 11

12 Des élections couplées (législatives et municipalités) se sont tenues le 9 Décembre 2012 et leur préparation a vu une substantielle et positive collaboration entre la majorité et une partie de l opposition. Selon le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD), les procédures ont été respectées. Même si les électeurs ont voté pour un candidat et non un parti, on note une dégradation de la position du parti majoritaire avec la montée d un nouveau parti de l opposition (UPC). Sur un total 127 députés à Assemblée Nationale, le CDP parti au pouvoir conserve ses 70 sièges et obtient conseillers municipaux sur Et il y a eu également changement de Chef de File de l opposition (UPC avec ses 19 députés). En outre, l implication des municipalités dans la gestion de la cité prend de plus en plus de l importance avec l augmentation des ressources les transférées. La crise déclenchée par les émeutes successives et les mutineries entre avril et juin 2011 a constitué le point de départ d'une nouvelle vague de réformes politiques et sociales au Burkina Faso. Toutes les institutions et mécanismes d'une démocratie constitutionnelle, pluraliste et libérale sont en principe en place actuellement, mais il faut constater que les institutions restent dominées par la coalition qui soutient le président au pouvoir depuis 25 ans, et qui dispose de 90% des sièges à l'assemblée nationale, tandis que l'opposition, bien que libre de mener son action politique, apparaît plutôt faible et divisée. Cependant, en début d année 2014, des responsables influents du Parti majoritaire (CDP) ont démissionné et rejoint les rangs de l opposition, ce qui pourrait entrainer une profonde redéfinition de la carte politique du Burkina Faso. sensibilisation sur le droit et devoir de voter devraient accompagner cette action. Il faut également assurer que les bureaux de vote soient surveillés par des représentants du gouvernement actuel ainsi que de l opposition afin de réduire tout soupçon de fraude ou d abus. L article 37 : Une décision prise quant à la modification de l article 37 ou non contribuerait à apaiser l opinion publique et minimiser les risques des troubles sociaux. Car, l histoire récente a prouvé que les dispositifs sécuritaires et de contrôle démocratique des foules n étaient pas en mesure de gérer des évènements d importance. L Etat demeure très faible dès lors que l on se retrouve dans des situations exceptionnelles. 4. La justice : Il est impératif que les multiples engagements du gouvernement à rendre le système judiciaire opérationnel soient suivis d effets. Dans un premier temps, la Direction des Etudes et de la Panification (DEP) du Ministère de la Justice pourrait être appuyé dans le cadre d un renforcement général des DEP décidé par le gouvernement dans le cadre de la POSEF. L appui aux activités prévues de production et publication de statistiques en ce qui concerne les dossiers en justice serait une priorité pour accroître la transparence du système judiciaire. L article 37 : La limitation du nombre de mandats présidentiels est une règle prévue par l article 37 de la Constitution du 2 juin 1991 interdisant à un Président 12

13 qui a déjà exercé deux mandats de se présenter à nouveau pour un 3 ème mandat consécutif. Il a été question d une révision de la Constitution burkinabè qui pourrait influencer la modification de l article 37. Jusqu à ce jour, les spéculations à cet effet n ont pas encore pu être confirmées ou infirmées. Il faut noter que depuis son adoption le 2 juin 1992, la constitution du Burkina Faso a été révisée à trois reprises respectivement en janvier 1997 pour non lever le verrou de la limitation du mandat présidentiel, avril 2000 pour non seulement ramener la durée du mandat présidentiel de 7 ans à 5 ans et aussi pour introduire à nouveau sa limitation à renouvelable une fois, et janvier Le débat concernant la modification de l'article 37 de la constitution connaît un regain de tension à la faveur de la mise en place d un Sénat voulu par le camp présidentiel. Cette nouvelle chambre, audelà des critiques qu elle a suscitée pour elle-même, a aussi été perçue par bon nombre de gens comme une des étapes d un dispositif devant permettre la modification de la constitution. Aujourd hui, la question de la tenue d un référendum sur l opportunité ou non de modifier l article 37 revient à l ordre du jour et occupe de plus en plus le débat public. L'analyse de la situation effective des droits de l'homme au Burkina montre que les libertés essentielles, notamment les libertés personnelles et politiques, ainsi que les principes démocratiques, ne sont pas en général actuellement menacés; quelques cas sporadiques de violation ont été dénoncés par la société civile et l'opposition, mais les cas les plus éclatants (comme celui de Norbert Zongo, journaliste assassiné en 1998, dans lequel des proches du président ont été suspectés du crime) semblent plutôt appartenir au passé (ce qui naturellement ne signifie pas que les tensions relatives soient apaisées). De manière générale, le Burkina Faso 13

14 bénéficie d'une bonne liberté d'expression de la société civile et des médias, avec des journaux libres et indépendants qui peuvent ouvertement critiquer le gouvernement. La liberté de la presse a donc un niveau élevé, surtout en comparaison avec les autres pays de la sous-région. La liberté religieuse est garantie par la Constitution et est réelle. En pratique, il existe un haut degré de tolérance entre les groupes religieux, en partie grâce aux racines historiques de la société burkinabè, dans laquelle les religions animiste, musulmane et chrétienne ont toujours été présentes sans discriminations ni heurts violents (notamment au sein des familles ellesmêmes). L'accès à une justice crédible et équitable n'est par contre pas encore réalisé. La constitution garantit l'indépendance du pouvoir judiciaire, mais en même temps le place sous l'autorité du Chef d'etat qui peut nommer et révoquer les hauts magistrats. L'influence du pouvoir exécutif sur le judiciaire est évidente. L'appareil judiciaire reste globalement inefficient, en raison du faible taux d'exécution des jugements, du manque de suivi de leur exécution et de la corruption endémique. L'accès à la justice rencontre aussi des obstacles physiques, culturels et financiers, dus aux conditions du pays en termes d'économie et d'infrastructures. Statut des femmes et des enfants, respect de leurs droits : Le Burkina Faso a adopté plusieurs conventions internationales sur les droits de la femme. De nombreuses associations œuvrant pour la promotion de la femme ont été soutenues au niveau local. Cependant, même si le droit pénal sanctionne le viol, les associations des Droits de l'homme rapportent que les femmes en sont fréquemment victimes. C est une atteinte au droit difficile à combattre pour des raisons culturelles et sociales. Les dispositions de la loi relative au viol restent difficiles à faire appliquer. De plus, la mortalité maternelle (341 14

15 pour ) est élevée au Burkina Faso, et la pratique de l excision est courante, même si elle diminue progressivement. En 2003, l Assemblée nationale a également adopté une loi punissant sévèrement les trafiquants d enfants. Le gouvernement collabore avec les PTF pour l'amélioration de la protection des enfants. La situation des enfants au Burkina Faso reste critique, tant pour des raisons sociales ou culturelles et économiques (surtout avec le boom minier) qu'à cause de l'extrême pauvreté dans laquelle se trouvent de nombreuses familles burkinabè. Un enfant sur 8 meurt avant d atteindre l âge de 5 ans, notamment en raison du paludisme et de la malnutrition. La forte mortalité maternelle pose également des problèmes de survie de l'enfant en basâge. Le taux d'alphabétisation de la population demeure faible (29 % selon les dernières estimations du PNUD), et l est encore plus bas pour les femmes (22 %). Peine de mort : Le Burkina Faso est un pays abolitionniste de facto : même si la peine de mort n'a pas été officiellement abolie et que des condamnations à mort sont encore parfois prononcées, aucune exécution n'a eu lieu depuis Le Burkina est également engagé contre la peine capitale dans les principaux fora internationaux. 2. Solid national policies and plans for poverty reduction, good governance and sustainable development. Solid public policies to achieve poverty reduction, good governance and sustainable development, including assessment of relevance, progress and political will as well as public sector capacity to implement policy and reforms. Policy framework for monitoring progress of public policies should also be assessed. The partnership between the development partners and the receiving country and experiences from cooperation up to date. Sources et Indicateurs: Rapport ADE, Avril 2012 Appréciation des acteurs (Etat, PTF, OSC, CT) Document La Stratégie de Croissance Accélérée et de Developpement Durable (SCADD) adoptée en décembre 2010 avec son dispositif de suivi évaluation adopté en Octobre 2011 peut être considérée comme une stratégie pertinente pour la réduction de la pauvreté. La SCADD Le déroulement actuel de la stratégie présente quelques risques: a. Les résultats de l enquête EICVM indiquent que la pauvreté a faiblement reculé de 46.4 en 2003 à 43.9% en

16 SCADD Document PIN-11 ème FED Indicateur 1 de la déclaration de Paris Aide-mémoire des PTF revue annuelle SCADD, 2013 POSEF Memorandum mission FMI Enquête OCDE de 2010 sur la déclaration de Paris Document PAGEDD Rapport Busan DGCOOP 2013 Enquête EICVM actuelle couvre la période ; ainsi, le Gouvernement a décidé d engager dès Avril 2014, sa relecture pour couvrir jusqu en L appréciation positive portée sur la qualité de la SCADD est partagée par les différents acteurs et ressort des documents d appréciation des PTF: - La stratégie a été élaborée après avoir réalisé un bilan de la mise en œuvre du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) sur la période à travers une série d études et d une évaluation indépendante. - Les acteurs principaux (Etat, Collectivités Territoriales, OSC, secteur privé) ont été associés à travers une série de consultations nationales, régionales, et sectorielles. La SCADD a aussi fait l objet d une présentation auprès de l Assemblée Nationale. Ils ont dans l ensemble une appréciation positive du processus et de la stratégie elle-même même si certains reconnaissent qu elle est perfectible. - Les objectifs de la SCADD ont été clairement définis et les cibles sont harmonisées avec celles des OMD. Les quatre axes stratégiques retenus dans la SCADD répondent aux véritables défis de développement du pays: la croissance accélérée, la consolidation du capital humain et la protection sociale, la gouvernance, et les priorités transversales (genre, population, environnement, aménagement du territoire, et renforcement des capacités). - Même si la SCADD a pris une nouvelle option d accélération de la croissance, l option de lutte contre la pauvreté n a pas été oubliée. Le document prône «une croissance accélérée et propauvres». Les secteurs identifiés dans la SCADD pour la lutte contre la pauvreté sont le secteur agricole, le secteur des infrastructures, le secteur de l artisanat et les petites et moyennes entreprises. Il existe aussi une volonté réelle de mise en œuvre : - Les instruments d opérationnalisation de la SCADD sont élaborés. Il s agit de la matrice et du rapport annuel de performance. Quinze (15) Cadres Sectoriels de Dialogues (CSD) alors que l objectif de la SCADD est de passer à moins de 35% en Cet objectif apparaît d autant moins réaliste qu une analyse approfondie des liens entre croissance et pauvreté n a pas été conduite de même qu un profil détaillé de la pauvreté et une analyse des questions d inégalité qui ne semble pas avoir reculé depuis b. Une certaine confusion persiste dans les référentiels de développement du pays. On note en effet la coexistence de deux documents : la SCADD et le programme d action du gouvernement pour l émergence et le développement durable en date de mai 2011 (PAGEDD) sur la période Le dialogue politique dans le cadre du suivi de la SCADD devrait permettre de clarifier les liens entre ces deux documents. c. La priorisation des interventions dans le cadre de la SCADD doit être faite pour atteindre les objectifs ambitieux fixés pour Les leviers du gouvernement d ici 2015 sont essentiellement le budget de 2013, de 2014 et de Le cadrage budgétaire (CBMT et CDMT global) apparait hautement stratégique à cet égard car il devrait refléter les ambitions de la SCADD et amener le gouvernement sous la contrainte budgétaire à opérer une priorisation dans la SCADD. d. Le gouvernement est engagé sur plusieurs fronts avec le groupage des activités des ministères en budget programmes et un nouveau découpage en secteurs dont la relecture est toujours en cours. e. La question des capacités apparaît essentielle. D une part, les capacités des organes STN-SCADD et Cadres sectoriels doivent être renforcées. D autre part, la question des capacités doit être mieux abordée 16

17 fonctionnent. La SCADD s'appuie sur les processus développés au niveau de chaque secteur: (i) les plans d'actions des politiques / stratégies sectorielles avec leur cadre de résultats pour le suivi de la performance au niveau sectoriel, (ii) le rapport de revue au niveau sectoriel qui évalue les progrès annuels. Le Dispositif de pilotage fait une large place équilibrée aux acteurs nationaux (société civile), aux PTF, aux CT et à l Assemblée nationale considérée comme observateur. - Le cadre macro-économique et le cadre financier qui sous-tendent la stratégie a été aussi définie. Le coût global de la mise en œuvre de la stratégie est estimé à 7 496,2 milliards de FCFA (hors charge de la dette). Son financement sera assuré à 63,3% par les ressources propres et à 34,5% par ressources extérieures. Les contributions d appuis budgétaires attendues sont de l ordre de 124,3 milliards par an sur les cinq années. La bonne gouvernance est cruciale à la stabilité, au bon fonctionnement de l'etat et au développement socio-économique d'un pays. La Gouvernance est un des quatre axes prioritaires de la Stratégie nationale de développement du Burkina Faso pour la période (Axe 3: Renforcement de la Gouvernance). C'est dire donc que la mise en œuvre de cette stratégie sera conditionnée d'une part par une bonne capacité de l'etat à financer ses activités et d'autre part par un renforcement de l'etat de droit et de la stabilité institutionnelle aussi bien au niveau central que local. Le secteur de la gouvernance est bien encadré avec l'existence de différents référentiels complémentaires tenant compte de la transversalité de la thématique. Il en est ainsi de la politique sectorielle de l'économie et des finances (POSEF ) qui vise d'une part à contribuer efficacement à assurer une croissance robuste et durable, d'autre part à assurer une gouvernance économique et financière moderne et performante. Un accent particulier est mis sur l'amélioration de la mobilisation des ressources internes, la transparence budgétaire et la reddition des comptes, dans la SCADD comme une thématique transversale de tous les secteurs. La mise en œuvre de la politique nationale de renforcement des capacités (PNRC) apparaît comme une approche trop large. La préparation des plans de renforcement des capacités sectorielles comme pour le secteur éducation semble intéressante et pourrait être étendue à d autres secteurs. Ces questions et risques sont pris en charge dans le cadre du dialogue Troïka avec le Ministre de l Economie et des Finances sur la mise en œuvre de la SCADD. De plus la composante 2 de l ABG du Danemark propose un programme d appui permettant ainsi de contribuer à l effort de renforcement des capacités dans le domaine du S&E de la SCADD. 17

18 ainsi que l'amélioration de la gestion des finances publiques. La lutte contre la corruption fait aussi l'objet d'attentions particulières développées dans la Politique nationale de lutte contre la corruption (PNLC) dont l'objectif recherché est l'éradication à terme de la corruption, avec l'atteinte dans un délai de cinq ans du niveau de tolérance zéro. L'accent est mis sur la généralisation des codes de déontologie et d éthique dans tous les secteurs d activités, l'amélioration de la transparence et de l efficacité des services publics, le renforcement de l action judiciaire et des moyens de la justice. Quant à la gouvernance locale, le Cadre stratégique de mise en œuvre de la décentralisation (CSMOD ) et la future stratégie sectorielle prévue pour 2015 seront la base pour le renforcement de l appropriation sociale et politique de la décentralisation avec le transfert des compétences et des ressources financières aux CL et le renforcement des capacités locales comme objectifs. La justice étant au cœur de la bonne gouvernance, ses orientations sont contenues dans la Politique nationale de la justice (PNJ ) qui a pour but de renforcer la place de la justice au sein de l Etat de droit et de la société, de manière à en faire un acteur essentiel de la construction démocratique et du développement du Burkina Faso. Le taux de croissance du PIB réel s est établi à 9,0% en 2012, contre 5,0% en 2011 soit une augmentation du rythme de croissance de 4 points de pourcentage imputable principalement au secteur primaire qui a vu sa valeur ajoutée croître de 17,4% favorisée par une bonne campagne agricole et par le dynamisme des industries extractives notamment aurifères avec une production d or s élevant à 42,4 tonnes. En matière d aide publique au développement (APD), les Partenaires techniques et financiers ont alloué au Burkina Faso US$ 1 114,00 millions en 2012 contre US$ 1 141,66 millions dollars en 2011, soit une baisse de 18

19 2,42% consécutive à la crise financière qui secoue les pays développés. Cette aide se caractérise par la prédominance de l aide multilatérale (51,8%) sur l aide bilatérale, des dons (82,7%) sur les prêts et de l aide projet (59,8%) sur les autres types d aides. Les dix principaux pourvoyeurs de l APD en 2012, qui ont contribué à hauteur de 65,3% de l APD totale, comprennent six multilatéraux (IDA, UE, BAD, FMI, PAM, UNICEF) et quatre bilatéraux (USA, Pays-Bas, Japon et Danemark). Le dialogue : Le Cadre Général d organisation des Appuis Budgétaires (CGAB) a permis de passer d une situation dans les années 1990 où chaque bailleur avait son propre dialogue bilatéral avec le gouvernement (sans forte concertation avec les autres bailleurs) et négociait de manière unilatérale ses modalités et critères de décaissement, à une situation où les bailleurs offrent une position concertée avec la mise en avant de quelques préoccupations clé. Le CGAB a ainsi favorisé le développement d une vision commune sur le développement du Burkina et sur les politiques dans les différents secteurs et domaines du CSLP (actuellement SCADD) et a permis le positionnement commun des Partenaires Techniques et Financiers (PTFs) sur des thématiques et des questions d actualité précises. Le grand chantier de dialogue avec le gouvernement durant a été celui de la gestion des finances publiques avec l appui des PTF à la mise en œuvre du PRGB/SRFP (2007) (POSEF en 2012). Depuis 2008 on note l émergence d un dialogue politique de haut niveau à travers la Troïka auquel participe au moins un bailleur ABG (sur 3 membres : un représentant multilatéral, un représentant du Système des Nations Unies et un représentant bilatéral ; les bailleurs tournent chaque année). La bonne gouvernance et la lutte anticorruption sont apparemment des sujets clé de ce dialogue et la préoccupation des bailleurs sur ces thématiques est maintenant également 19

20 inscrite dans le protocole CGAB comme un engagement du gouvernement et une condition forte de l Appui Budgétaire. On note que le dialogue sectoriel a été beaucoup plus long à se mettre en place et reste faible dans certains secteurs. Sur la base de l évaluation des PTF en 2013, les CSD les plus performants sont ceux de «Economie et finances», «Eau et assainissement», «Education et alphabétisation», les moins performants sont ceux de «Décentralisation et sécurité», «Culture et tourisme», «Développement rural, sécurité alimentaire et environnement», «Industrie, commerce et artisanat», «Jeunesse, formation professionnelle et emploi», «Justice et droits humains», les reste de CSD sont moyennement performants. On constate donc des efforts restent à faire. L évolution de l approche (y compris les règles de transfert et de suivi) et des conditions d appui budgétaire des bailleurs : L approche des bailleurs en terme d utilisation de conditions d appui budgétaire a évolué graduellement depuis les années où on pouvait distinguer trois approches distinctes en termes de modalités de décaissement (approche type BM/BAD avec décaissements liés aux réformes ; approche des bilatéraux décaissant des tranches fixes liées aux appréciations macro-économiques par le FMI et de la mise en œuvre du CSLP, et l approche UE avec tranches fixes et tranches variables basées sur des indicateurs de résultats). Vint ensuite la période des années où les PTF bilatéraux commençaient à utiliser des liens avec des indicateurs spécifiques de la matrice CGAB-CSLP. La programmation actuelle, en respect du protocole d accord signé en février 2012, a harmonisé le choix des indicateurs autour de la matrice SCADD et/ou des matrices sectorielles limitant ainsi le choix parmi une soixantaine de mesures et indicateurs (au lieu de plus d une centaine en 2008). Bien qu il n existe pas d accords entre les PTF d harmoniser les choix d indicateurs dans les programmes individuels, il s avère que les différents bailleurs ont une lecture similaire des 20

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine European Union Union Europeenne African Union Union Africaine WHY LAUNCH a Virtual Campus in AFRICA? UNESCO and the African Union: In the response to the request from the African Union (AU) Heads of State

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT I. BASIC DATA Organization Legal Name: Conservation International Madagascar Project Title (as stated in the grant agreement): Knowledge Management: Information & Monitoring.

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/69/20 11 mars 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Raising the efficiency gains of industry by ICT means

Raising the efficiency gains of industry by ICT means Raising the efficiency gains of industry by ICT means 1/44 E-Government Consortium Thales IS ATG 2/44 ICT gains are similar for governments Industry Gains Government Gains Revenue Growth Expand government

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Members' Salaries Regulation, amendment. Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des députés

Members' Salaries Regulation, amendment. Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des députés THE LEGISLATIVE ASSEMBLY ACT (C.C.S.M. c. L110) Members' Salaries Regulation, amendment LOI SUR L'ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE (c. L110 de la C.P.L.M.) Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

Educational planning school census by mobile phone technology PPP-EMIS AFRICA PROJECT. Ilona Genevois & Khadim Sylla

Educational planning school census by mobile phone technology PPP-EMIS AFRICA PROJECT. Ilona Genevois & Khadim Sylla Educational planning school census by mobile phone technology PPP-EMIS AFRICA PROJECT Ilona Genevois & Khadim Sylla Summary of presentation I. Background of the project II. Implementation process of data

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Evènement formulaires Namur 02/12

Evènement formulaires Namur 02/12 Evènement formulaires Namur 02/12 Formulaires électroniques à la Commission européenne Philippe Biérlaire Chef de l unité Systèmes d information pour la gestion des ressources humaines Direction Systèmes

Plus en détail

CONTRAT D ETUDES - LEARNING AGREEMENT

CONTRAT D ETUDES - LEARNING AGREEMENT CONTRAT D ETUDES - LEARNING AGREEMENT Règles générales La présence aux séances d enseignement des modules choisis est obligatoire. Chaque module comporte des séances de travail encadrées et non encadrées

Plus en détail

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL With the support of: Flanders (Belgium), Italy, Slovenia Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie www.coe.int/ldpp

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership:

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: Supporting policy dialogue on national health policies, strategies and plans and universal coverage Year 2 Report Jan. 2013 - - Dec. 2013 [Version

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us SKILLED TRADES PLATFORM 2015 PLATEFORME DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS 2015 Canada s cities and towns are crumbling around us Canada needs a comprehensive integrated infrastructure program that will eliminate

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation. Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa

33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation. Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa 33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa June 13th 2015 Report on the NEPAD Agency s Support for Regional

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Bill 234 Projet de loi 234

Bill 234 Projet de loi 234 1ST SESSION, 39TH LEGISLATURE, ONTARIO 58 ELIZABETH II, 2009 1 re SESSION, 39 e LÉGISLATURE, ONTARIO 58 ELIZABETH II, 2009 Bill 234 Projet de loi 234 An Act to amend the Taxation Act, 2007 to provide for

Plus en détail

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE A new offer adapted to English speaking companies May 30th, 2013 19.06.2013 - Page 1 SWISS PILOT PROJECT DEVELOPED IN GENEVE Project from the Swiss Confederation

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4. CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.

RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4. CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c. PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O.

Plus en détail

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Information aux medias Saint-Denis, France, 17 janvier 2013 L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Des revenus liés au Cloud estimés à près d un milliard d euros d ici 2015

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Become. Business Provider for Matheo Software

Become. Business Provider for Matheo Software Become Business Provider for Matheo Software Who we are? Matheo Software was created in 2003 by business intelligence and information processing professionals from higher education and research. Matheo

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Canadian Worker Co-op Federation Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015

Canadian Worker Co-op Federation Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015 Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015 How can you improve your co-op s bottom line? Comment pouvez-vous améliorer le revenu net de votre coopérative? How can you raise

Plus en détail

BNP Paribas Personal Finance

BNP Paribas Personal Finance BNP Paribas Personal Finance Financially fragile loan holder prevention program CUSTOMERS IN DIFFICULTY: QUICKER IDENTIFICATION MEANS BETTER SUPPORT Brussels, December 12th 2014 Why BNPP PF has developed

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

La coopération belge au développement avec les Nations-Unies. Comment l évaluer?

La coopération belge au développement avec les Nations-Unies. Comment l évaluer? La coopération belge au développement avec les Nations-Unies Comment l évaluer? Plan 1. Quelques chiffres sur l aide 2. L évaluation de l aide en Belgique Le service de l évaluation spéciale Le dialogue

Plus en détail

ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON. First Session of the Thirty-third Legislative Assembly

ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON. First Session of the Thirty-third Legislative Assembly LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON First Session of the Thirty-third Legislative Assembly ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON Première session de la trente-troisième Assemblée législative BILL NO. 46 ACT TO AMEND

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France Informations aux medias Saint-Denis, France, 13 Février 2013 Projet de réorganisation des activités de T-Systems France T-Systems France a présenté à ses instances représentatives du personnel un projet

Plus en détail

De la théorie à la pratique

De la théorie à la pratique De la théorie à la pratique Retour d expérience sur la mise en œuvre d un programme de Data Protection Septembre 12, 2014 Olivier Goffard Head of Group Compliance & Ethics Euroclear Group 1 Euroclear,

Plus en détail

MAINTENANCE PAYMENTS REMISSION ORDER R.R.N.W.T. 1990,c.F-8

MAINTENANCE PAYMENTS REMISSION ORDER R.R.N.W.T. 1990,c.F-8 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT MAINTENANCE PAYMENTS REMISSION ORDER R.R.N.W.T. 1990,c.F-8 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DÉCRET SUR LA REMISE RELATIVE AU VERSEMENT DE PENSIONS ALIMENTAIRES R.R.T.N.-O.

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

2. What do you think is the significance, purpose and scope of enhanced cooperation as per the Tunis Agenda? a) Significance b) Purpose c) Scope

2. What do you think is the significance, purpose and scope of enhanced cooperation as per the Tunis Agenda? a) Significance b) Purpose c) Scope Timestamp The information solicited through this questionnaire will only be used in aggregate form, unless otherwise authorised by the respondent. Do you authorise us to cite/share your views individually?

Plus en détail

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit.

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit. Le français suit. The Ombudsman for Banking Services and Investments (OBSI) today released its complaint statistics for the fourth quarter of its 2010 fiscal year (August 1, 2010 to October 31, 2010).

Plus en détail

Hydro-Québec Distribution

Hydro-Québec Distribution Hydro-Québec Distribution 2004 Distribution Tariff Application Demande R-3541-2004 Request No. 1 Reference: HQD-5, Document 3, Page 6 Information Requests HQD says that it will be required to buy energy

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Capacity Development for Local Authorities

Capacity Development for Local Authorities Implemented by Capacity Development for Local Authorities Virtual cooperation for capacity development in solid waste management in Morocco and Tunisia Seite 1 Implemented by Background and objectives

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4

Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4 Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4 Stéphane MARCHINI Responsable Global des services DataCenters Espace Grande Arche Paris La Défense SG figures

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK THE AFRICAN CONTINENT: SOME LANDMARKS AFRICAN NETWORKS: STATE OF PLAY STRATEGY: DESTINATION 2040 Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE Union pour la Méditerranée Union for the Mediterranean Lors de la conférence ministérielle des 9 et 10 novembre 2011 à Strasbourg sur le développement urbain durable,

Plus en détail

Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime)

Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime) Complex Weapons - Delivering Capability Through Partnerships Nick Neale Project Director Future Local Area Air Defence System (Maritime) Presentation Themes MBDA delivering capability through partnerships

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL A BY-LAW CONCERNING THE CHIEF ADMINISTRATIVE OFFICER En vertu de l autorité que lui confère la Loi sur les municipalités, L.R.N.-B.

Plus en détail

La gestion des risques IT et l audit

La gestion des risques IT et l audit La gestion des risques IT et l audit 5èmé rencontre des experts auditeurs en sécurité de l information De l audit au management de la sécurité des systèmes d information 14 Février 2013 Qui sommes nous?

Plus en détail

La vérification des gaz à effet de serre

La vérification des gaz à effet de serre La vérification des gaz à effet de serre Anne Duprat Directrice principale Chris Ridley-Thomas Associé LE 26 OCTOBRE 2011 Introduction La vérification des gaz à effet de serre Une exigence pour certains

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit.

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit. Le français suit. The Ombudsman for Banking Services and Investments (OBSI) today released its complaint statistics for the first quarter of its 2011 fiscal year (November 1, 2010 to January 31, 2011).

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention mission The Collaborating Centre seeks to contribute at the international level to research, development and the dissemination

Plus en détail

Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE

Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE Capacity Development Needs Diagnostics for Renewable Energy - CaDRE Practitioners Handbook and Toolbox Meeting of the CEM Multilateral Working Group on Solar and Wind Energy Technologies, London, 03.05.2012

Plus en détail

Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires. Supplementary Retirement Benefits Regulations

Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires. Supplementary Retirement Benefits Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supplementary Retirement Benefits Regulations Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires C.R.C., c. 1511 C.R.C., ch. 1511 Current to December 10, 2015 À

Plus en détail

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français Resolution proposed by the website working group Available in: English - Français EN Proposers: 31 st International Conference of Data Protection and Privacy Commissioners Madrid, Spain 4 6 November 2009

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing?

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Alexandre Loire A.L.F.A Project Manager July, 5th 2007 1. Changes to roles in customer/supplier relations a - Distribution Channels Activities End customer

Plus en détail

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada S.C. 1985, c. 9 S.C. 1985, ch. 9 Current to September 10,

Plus en détail

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Tendances dans la coopération financière internationale pour les pays les moins avancés Résumé Draft 29 avril 2011 Traduction

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 134712-LLP-2007-HU-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4 PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CONSOLIDATION OF CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF

Plus en détail

COMPONENT: CAPACITY BUILDING

COMPONENT: CAPACITY BUILDING COMPONENT: CAPACITY BUILDING TITLE OF THE ACTIVITY 1 Context Target goups / Beneficiaries/actors Implementation strategy Capitalization of Experiences In spite of the efforts made by projects and FIDAfrique

Plus en détail

The UNITECH Advantage. Copyright UNITECH International Society 2011. All rights reserved. Page 1

The UNITECH Advantage. Copyright UNITECH International Society 2011. All rights reserved. Page 1 The UNITECH Advantage Copyright UNITECH International Society 2011. All rights reserved. Page 1 Two key aspects of UNITECH Distinctive by being selective Standing out while fitting in The Wide and Varied

Plus en détail