ACCORD DU 7 AVRIL 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCORD DU 7 AVRIL 2010"

Transcription

1 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ENTREPRISES DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE IMMOBILIER ACCORD DU 7 AVRIL 2010 RELATIF À LA FORMATION PROFESSIONNELLE NOR : ASET M PRÉAMBULE Le présent accord a pour objet, dans le cadre de la convention collective nationale du diagnostic technique du bâti, d adapter et d améliorer les dispositions légales. Les signataires ont décidé de conférer une valeur impérative à cet accord. Ainsi il ne pourra être dérogé au présent texte par accord d entreprise, sauf clause plus favorable. Article 1 er Champ d application de l accord sur la formation professionnelle Les organisations signataires, convaincues de la nécessité d un accord durable adapté à la réalité de l activité des entreprises de diagnostic technique, adoptent le présent accord dans le cadre de l élaboration de la convention collective nationale du diagnostic technique du bâti. Le présent accord s appliquera à : a) Toute structure intervenant en tant qu opérateur de diagnostic technique immobilier, directement en tant qu employeur de diagnostiqueurs ou indirectement en tant que prestataire en lien avec des professionnels indépendants du diagnostic. Est considérée comme structure intervenant en tant qu opérateur de diagnostic immobilier toute entité dont l activité principale consiste à réa- CC 2010/27 37

2 liser ou à faire réaliser un ou plusieurs diagnostics réglementés par l article L du code de la construction et de l habitation ainsi que les missions considérées comme activités habituelles pratiquées par le diagnostiqueur immobilier, non soumises à l article L du code de la construction et de l habitation, mais portant la réalisation d un constat ou d un état objectif sur un immeuble assortis de conclusions et éventuellement de recommandations. Les activités considérées sont énumérées ci-dessous. Les diagnostics techniques immobiliers réglementés par l article L du code de la construction et de l habitation sont les suivants : diagnostics, dossiers techniques et repérages amiante préalables à une vente, réglementés par les articles L et suivants et R à R du code de la santé publique ; constat de risque d exposition au plomb, réglementé par les articles L à L et R à R du code de la santé publique ; état de présence de termites, réglementé par les articles L , R et R du code de la construction et de l habitation ; diagnostic performance énergétique, réglementé par les articles L à L et R à R du code de la construction et de l habitation ; diagnostic de l installation intérieure de gaz, réglementé par les articles L et R à R du code de la construction et de l habitation ; diagnostic de l état de l installation intérieure d électricité, réglementé par l article L du code de la construction et de l habitation ; et tous autres diagnostics techniques immobiliers futurs faisant référence à l article L du code de la construction et de l habitation en ce qui concerne leur exécution. Les missions de diagnostics, états ou constats considérées comme activités habituelles, mais non exclusives, des diagnostiqueurs immobiliers : le mesurage de surface habitable, mentionné à l article R du code de la construction et de l habitation, et le mesurage loi Carrez, défini par la loi n du 10 juillet 1965 et le décret n du 23 mai 1997 ; les états ou constats nécessitant un contrôle des normes de surface et d habitabilité, définis dans les articles R à R du code de la construction et de l habitation, ou l application des critères de décence comme mentionnés dans le décret n du 30 janvier 2002 ; l état des risques naturels et technologiques, encadré par l article L et aux articles R à R du code de l environnement ; le contrôle des installations d assainissement non collectif mentionné à l article L du code de la santé publique ; 38 CC 2010/27

3 le dépistage radon, réglementé par les articles L et R à R du code de la santé publique ; le dépistage des légionelles, défini par les articles L à L , la circulaire DGS n du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose et la circulaire DGS n du 31 décembre 1998 relative à la mise en œuvre de bonnes pratiques des réseaux d eau dans les établissements de santé et les bâtiments recevant du public ; le diagnostic technique immobilier et l état descriptif de division dans le cadre d une mise en copropriété, réglementés par les articles L et L du code de la construction et de l habitation et la loi n du 10 juillet 1965 ; l état parasitaire (hors termites) de présence d insectes xylophages et champignons lignivores (agents de dégradations biologiques du bois) ; la sécurité des piscines, réglementée par les articles L à L et R à R du code de la construction et de l habitation ; l évaluation des risques de santé et de sécurité des travailleurs réglementée par les articles L à L et R à R du code du travail ; tous autres diagnostics, états ou constats pouvant nécessiter d une manière ou d une autre les compétences spécifiques des opérateurs en diagnostic immobilier et soumises à certification. b) Toute structure intervenant en tant que diagnostiqueur technique ascenseurs indépendant et les expertises techniques d ascenseurs. Est considérée comme structure intervenant en tant que diagnostiqueur technique ascenseurs toute entité dont l activité principale consiste à réaliser le contrôle technique d ascenseurs réglementé par l article L du code de la construction et de l habitation défini par la loi n du 9 septembre relatif à la sécurité des ascenseurs et modifiant le code de la construction et de l habitation, son décret et ses arrêtés d application, et à exercer les expertises techniques d ascenseurs. Tous les futurs constats, états, diagnostics, études, non soumis à l article L ou à l article L du code de la construction et de l habitation, mais qui pourront relever d une pratique habituelle des diagnostiqueurs techniques, devront avoir fait l objet d un avenant pour être inclus dans la liste des activités de diagnostics immobiliers, relevant du champ d application de la convention collective. La convention collective s appliquera à l ensemble des salariés de ces entreprises qui exercent leur activité en France métropolitaine et pour les pays d outre-mer, sous réserve des adaptations nécessaires convenues par accord entre les représentants des entreprises concernées et les organisa- CC 2010/27 39

4 tions représentatives de salariés, et à l exception du barème des rémunérations minimales annuelles. Article 2 Commission paritaire nationale de l emploi et de la formation professionnelle du diagnostic technique immobilier (CNEFP) L évolution du dispositif législatif, réglementaire ou conventionnel, tant en matière d emploi que dans le domaine de la formation professionnelle continue incite les partenaires sociaux à la mise en place d une commission paritaire nationale de l emploi et de la formation professionnelle du diagnostic technique immobilier, instance d information réciproque, d étude, de consultation et de concertation dans ces domaines Composition La commission est composée de représentants des organisations syndicales de salariés parties prenantes à la convention collective nationale du diagnostic technique du bâti à raison d un délégué titulaire et d un délégué suppléant pour chacune et, pour la délégation patronale, autant de délégués que de représentants des syndicats de salariés. En cas d impossibilité de siéger du titulaire et de son suppléant, le titulaire peut donner pouvoir à un membre de la commission de son choix du même collège. En cas de démission d un des membres titulaires ou suppléants, l organisation syndicale concernée procède à une nouvelle désignation Fonctionnement La commission est présidée alternativement par le collège patronal et le collège des salariés, la vice-présidence étant assurée par un représentant de l autre collège. Chaque président et chaque vice-président est désigné par son collège respectif. Les mandats du président et du vice-président sont de 2 ans. La première présidence sera assurée par un représentant de la délégation de salariés. La commission se réunit au moins une fois par an. Elle peut être réunie à la demande de 2 de ses membres. Le secrétariat est assuré par la délégation patronale. Ses délibérations et ses avis sont arrêtés à la majorité conjointe de chaque collège. Seul le membre titulaire d une organisation syndicale dispose d un droit de vote, le suppléant ne votant qu en son absence. Les convocations doivent parvenir aux membres de la commission par lettre simple ou courriel au moins 2 semaines avant la date de la réunion 40 CC 2010/27

5 avec le compte rendu de la précédente réunion et tout document nécessaire à l examen de l ordre du jour. Les suppléants sont convoqués également et sont destinataires des mêmes documents que les membres titulaires. Le temps passé à ces réunions par des salariés appartenant à des entreprises appliquant la convention collective nationale du diagnostic technique du bâti n entraîne pas de réduction de leur rémunération. Par ailleurs, les frais liés à ces réunions leur sont remboursés par leur fédération en fonction des accords sur le fonctionnement du paritarisme Attributions La commission a pour mission générale d étudier la situation de l emploi dans la branche professionnelle et ses perspectives d évolution et de participer à la réflexion et à son suivi sur les moyens de la formation. Dans ce cadre ainsi défini, la commission exerce les missions particulières suivantes : En matière professionnelle : promouvoir la politique de formation de la branche, participer à l étude des moyens de cette formation ainsi que des moyens de perfectionnement et de réadaptation professionnels existants pour les différents niveaux de qualification, rechercher avec les pouvoirs publics et les organismes intéressés les mesures propres à assurer l adaptation et le développement de ces moyens ; proposer des contenus pédagogiques conformes à l évolution des qualifications requises par la profession ; procéder avec les pouvoirs publics à l examen de la mise en place et de l évolution des diplômes ; concourir à la définition des modalités de mise en œuvre des certifications professionnelles ; proposer des actions de formation à considérer comme prioritaires ; être consultée avant toute conclusion entre l Etat et la branche, de conventions d aide à la formation, de contrats d études sur les perspectives d évolution des emplois et des qualifications, être informée des conclusions de ces études ; examiner le rapport annuel de l organisme collecteur paritaire agréé pour sa partie spécifique relative à la branche En matière d emploi : étudier périodiquement la situation et les perspectives d évolution de l emploi en termes quantitatifs et qualitatifs, notamment dans leurs incidences sur la structure des qualifications et des besoins de formation ; CC 2010/27 41

6 établir annuellement un rapport sur la situation de l emploi et son évolution, après avoir eu accès au rapport de branche présenté par la délégation patronale à la commission paritaire ; faire procéder, le cas échéant, à toute étude permettant une meilleure connaissance des réalités de l emploi et de ses évolutions en ayant recours à des financements publics ; concourir à l insertion professionnelle des jeunes et au maintien dans l emploi. Article 3 Accès à la formation professionnelle L accès des salariés aux actions de formation professionnelle continue est assuré : à l initiative de l employeur dans le cadre du plan de formation ; à l initiative du salarié dans le cadre du congé de formation ; à l initiative du salarié avec l accord de l employeur dans le cadre du droit individuel à la formation Egalité entre les femmes et les hommes Afin de tendre vers l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, les parties signataires décident de prendre des dispositions concrètes permettant, en matière de formation professionnelle, d obtenir cette égalité. Chaque entreprise de la branche devra respecter, dans le nombre de salariés accédant à la formation (qu il s agisse de contrat de professionnalisation, de formation dans le cadre du plan, d accords sur le DIF ou de périodes de professionnalisation), une répartition numérique entre les femmes et les hommes identique à celle des effectifs de l entreprise. Les formations suivies par les femmes dans une entreprise devront être de niveau équivalant à celles suivies par les hommes. Le suivi de cette disposition sera assuré par les instances représentatives du personnel lorsqu elles existent dans l entreprise et/ou par la CNEFP au travers des données fournies par l observatoire prospectif des métiers et des qualifications Personnes handicapées et égalité de traitement Les personnes handicapées ont accès à l ensemble des dispositifs de formation, dans le respect du principe de l égalité de traitement. Elles bénéficient, le cas échéant, d actions spécifiques de formation ayant pour objet leur insertion ou leur réinsertion professionnelle, de permettre leur maintien dans l emploi, de favoriser le développement de leurs compé- 42 CC 2010/27

7 tences et l accès aux différents niveaux de la qualification professionnelle et de contribuer au développement économique et à la promotion sociale Plan de formation Elaboré par le chef d entreprise, après consultation des représentants du personnel, le plan de formation rassemble l ensemble des actions de formation définies dans le cadre de la politique de gestion du personnel de l entreprise. Il peut prévoir : des actions visant à assurer l adaptation du salarié au poste de travail, liées à l évolution des emplois ou participant au maintien dans l emploi ; des actions ayant pour objet le développement des compétences Assimilation du temps de formation à du temps de travail effectif. L action de formation constitue un temps de travail effectif et donne lieu pendant sa réalisation au maintien par l entreprise de la rémunération. Pendant la durée de la formation, le salarié bénéficie de la législation de la sécurité sociale relative à la protection en matière d accidents du travail et de maladies professionnelles. Les frais de restauration et d hébergement occasionnés par la formation sont remboursés ou pris en charge directement par l employeur selon les règles habituellement appliquées dans l entreprise pour les missions professionnelles Refus de la formation par le salarié. Le refus par le salarié de suivre une formation, à la demande de l employeur, dans le cadre du plan formation est constitutif d une faute. Toutefois, ce refus ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement lorsque : l action de formation proposée consiste en un bilan de compétences ; les conditions de départ en formation peuvent être assimilées à une modification du contrat de travail ; la formation se déroule en tout ou partie en dehors du temps de travail ; l action de formation proposée consiste en la validation des acquis de l expérience devant un jury en vue d obtenir tout ou partie d un diplôme ou d un titre professionnel Heures de formation réalisées en dehors du temps de travail. La formation mise en œuvre dans le cadre du plan de formation a lieu, en principe, durant le temps de travail. Toutefois, certaines de ces actions CC 2010/27 43

8 peuvent se dérouler, dans le respect de certaines conditions et avec l accord écrit du salarié, en tout ou en partie, en dehors de ce temps de travail. Actions liées à l évolution de l emploi ou au maintien dans l emploi Ces actions de formation sont mises en œuvre pendant le temps de travail et donnent lieu pendant leur réalisation au maintien par l entreprise de la rémunération. Toutefois, sous réserve d un accord d entreprise ou, à défaut, de l accord écrit du salarié, le départ en formation peut conduire le salarié à dépasser la durée légale ou conventionnelle du travail. Les heures correspondant à ce dépassement ne s imputent pas sur le contingent annuel d heures supplémentaires ou sur le volume d heures complémentaires (salariés à temps partiel) et ne donnent lieu ni à repos compensateur obligatoire ni à majoration, dans la limite de 50 heures par an et par salarié. Pour les salariés dont la durée de travail est fixée par une convention de forfait en jours ou en heures sur l année, les heures correspondant au dépassement ne s imputent pas sur le forfait, dans la limite de 4 % de celui-ci. Le refus du salarié de participer à des actions de formation en dehors du temps de travail ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement. Actions de développement de compétences Ces actions peuvent, en application d un accord écrit entre le salarié et l employeur, se dérouler hors du temps de travail effectif dans la limite de 80 heures par an et par salarié ou, pour les salariés dont la durée de travail est fixée par une convention de forfait en jours ou en heures sur l année, dans la limite de 5 % de leur forfait. L accord du salarié peut être dénoncé dans les 8 jours de sa conclusion. Dispositions communes Les heures réalisées en dehors du temps de travail donnent lieu à versement, par l entreprise, d une allocation de formation dont le montant est égal à 50 % de la rémunération nette de référence. Les modalités de détermination du salaire horaire de référence pour l allocation de formation sont fixées par décret aux articles D et D , D et D du code du travail. L allocation est exonérée de cotisations sociales, de CSG et de RDS. Une majoration de 10 % de l allocation de formation est accordée sur justificatif au salarié qui engage des frais supplémentaires de garde d enfant afin de suivre une formation hors du temps de travail. 44 CC 2010/27

9 L employeur doit définir avec le salarié, préalablement à son départ en formation en dehors du temps de travail, la nature des engagements auxquels il souscrit dès lors que l intéressé aura suivi avec assiduité la formation et satisfait aux évaluations prévues. Ces engagements portent : sur les conditions dans lesquelles le salarié accède en priorité dans un délai de 1 an à l issue de la formation aux fonctions disponibles correspondant aux connaissances ainsi acquises et sur l attribution de la classification correspondant à l emploi occupé ; sur les modalités de prise en compte des efforts accomplis par le salarié. Le refus du salarié de participer à des actions de formation en dehors du temps de travail ou la dénonciation de l accord dans les 8 jours ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement Rôle et mission de l encadrement Les salariés, agents de maîtrise ou cadres, qui ont en charge l encadrement d autres salariés ont un rôle moteur à jouer dans la détection des besoins de formation individuelle et/ou collective ainsi que dans l information sur les dispositifs de formation et dans l accompagnement et l élaboration des projets professionnels. En conséquence, les entreprises doivent permettre au personnel d encadrement d assumer son rôle, notamment en l informant sur les dispositifs de formation et de validation des acquis de l expérience et en assurant sa formation à la conduite des entretiens professionnels Entretien professionnel Les parties signataires rappellent que tous les 2 ans au moins, le salarié doit bénéficier d un entretien professionnel destiné à lui permettre d élaborer un projet professionnel à partir de l évolution qu il envisage. L entretien professionnel se réalise selon les modalités suivantes : l encadrement est formé à la conduite de l entretien professionnel ; le salarié est informé sur le déroulement et les objectifs de cet entretien, au moins une semaine avant sa tenue ; l entretien se réalise confidentiellement dans un lieu adapté ; les conclusions de l entretien, comme les éventuels engagements pris par l entreprise, sont formalisées sur un document établi en double exemplaire où le salarié peut inscrire les observations qu il juge utiles ; un double du document est remis obligatoirement au salarié. Dans le cas où le chef d entreprise souhaiterait compléter les modalités prévues ci-dessus, son projet fera l objet d une information et d une consultation des institutions représentatives du personnel lorsqu elles existent. CC 2010/27 45

10 3.6. Passeport formation Les signataires rappellent que le passeport formation est un document personnel que chaque salarié peut établir, s il le souhaite, en y indiquant les diplômes, titres, certifications, actions de formation, emplois, expériences professionnelles qu il détient, ainsi que les décisions en matière de formation prises lors d entretiens professionnels ou de bilans de compétences. L employeur ne peut en aucun cas demander la présentation de ce document Tutorat Le tuteur est choisi, dans les conditions prévues par la loi et l accord interprofessionnel du 5 décembre 2003, sur la base du volontariat parmi les salariés qualifiés de l entreprise. Le tuteur doit justifier d une expérience professionnelle d au moins 2 ans dans une qualification en rapport avec l objectif de professionnalisation visé. Le tuteur ne peut suivre simultanément que 2 salariés en contrat de professionnalisation. Le tuteur, qui doit être informé du recrutement du salarié sous contrat et des conditions de sa formation ainsi que des moyens pédagogiques mis à sa disposition, a pour mission : d accueillir, d aider, d informer, de guider le salarié sous contrat pendant son séjour dans l entreprise ainsi que de veiller au respect de son emploi du temps, en l informant des droits et devoirs liés à sa situation de salarié ; de coordonner et de contrôler les interventions des différentes personnes mobilisées dans le cadre de la réalisation du dispositif ; d assurer, dans les conditions prévues par le contrat, la liaison entre les organismes de formation et les salariés dont il a la responsabilité tutorale. Les parties signataires demandent à la CNEFP d établir un référentiel de formation des tuteurs. Compte tenu de ses missions tutorales, le tuteur doit disposer du temps nécessaire au suivi des personnes qui lui sont confiées, sans qu il soit pour autant pénalisé dans sa rémunération. Le fait de participer activement et efficacement à la formation de salariés entrera dans l appréciation professionnelle des intéressés, au sein de l entreprise. Les dispositions de ce chapitre s appliquent au tuteur visé dans le contrat et la période de professionnalisation. 46 CC 2010/27

11 3.8. Validation des acquis de l expérience (VAE) La validation des acquis de l expérience (VAE) doit permettre aux salariés de faire valider les acquis de leur expérience en vue de l acquisition d un diplôme, d un titre à finalité professionnelle ou d un certificat de qualification professionnelle, enregistré dans le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et figurant dans la classification. Cette démarche ne peut être réalisée qu à l initiative du salarié. Le refus d un salarié de consentir à une VAE ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement. Sur demande adressée à l employeur, le salarié a droit à un congé au titre de l accompagnement à la préparation de la VAE et de la participation aux épreuves de la validation. La durée maximale de ce congé est de 24 heures, consécutives ou non. Conscientes de l importance de cette disposition, les parties signataires conviennent de confier à la CNEFP la mission d élaborer un document de vulgarisation de la VAE destiné aux salariés et aux entreprises de la branche ainsi qu aux institutions représentatives du personnel, lorsqu elles existent Congé de formation Indépendamment de sa participation aux stages compris dans le plan de formation de l entreprise, le salarié pourra bénéficier d actions de formation dans le cadre de la législation sur le congé individuel de formation. La rémunération due au bénéficiaire d un congé de formation est versée par l employeur. Celui-ci est remboursé par l OPCA. L ensemble des entreprises dans le champ d application de la présente convention collective, repris à l article 1 er, verse obligatoirement à cet organisme la contribution légale obligatoire due au titre du congé de formation tel que prévu par les articles L , L à L , L , R , R et R du code du travail Droit individuel à la formation (DIF) Conformément à l article L du code du travail, tout salarié titulaire d un contrat de travail à durée indéterminée et disposant d une ancienneté d au moins 1 an dans l entreprise qui l emploie bénéficie d un droit individuel à la formation. Le décompte des droits ouverts au titre du DIF se fait sur la base de l année civile. Les salariés embauchés au delà du 1 er janvier d une année civile donnée bénéficient au 1 er janvier de l année civile suivante de droits acquis pro rata temporis de leur présence dans l entreprise au cours de la première année civile donnée, calculés en heures. CC 2010/27 47

12 En cas de changement d employeur par mutation au sein d un groupe de sociétés, l ancienneté est calculée en tenant compte des différents contrats de travail. Chaque salarié est informé par écrit annuellement du total des droits acquis au titre du dispositif du droit individuel à la formation. Les salariés à temps complet bénéficient chaque année d un droit individuel à la formation d une durée de 21 heures. Les droits acquis annuellement peuvent être cumulés sur une durée de 6 ans, le cumul des droits ouverts étant au moins égal à une durée de 126 heures. Au terme de cette durée et à défaut de son utilisation en tout ou partie, le droit individuel à la formation reste plafonné à 126 heures. Pour les salariés à temps partiel, cette durée est calculée pro rata temporis. Le plafond de 126 heures indiqué ci-dessus s applique également à ces salariés quel que soit le nombre d années cumulées, sur la base des droits annuels acquis pro rata temporis. Toutefois, les salariés en contrat à durée indéterminée à temps partiel, dont la durée de travail est au moins égale à 80 % de la durée légale du travail, bénéficient du droit individuel à la formation calculé de la même manière que pour les salariés à temps plein, sans application de la règle de prorata prévue ci-dessus Les salariés en contrat à durée déterminée bénéficient de ce droit, pro rata temporis, lorsqu ils justifient de 4 mois d ancienneté, consécutifs ou non, sous contrat de travail à durée déterminée au cours des 12 derniers mois dans les conditions définies par la réglementation. S ils travaillent à temps partiel, la durée du droit est calculée pro rata temporis Les salariés en contrat d apprentissage, en contrat en alternance ou en contrat de professionnalisation ne bénéficient pas du droit individuel à la formation La mise en œuvre du droit individuel à la formation relève de l initiative du salarié, en accord avec son employeur. Ce dernier dispose d un délai de 1 mois pour notifier sa réponse lorsque le salarié prend l initiative de faire valoir ses droits à la formation. L absence de réponse de l employeur vaut acceptation du choix de l action de formation Tout ou partie des actions de formation pourra se dérouler, dans le cadre d un accord écrit entre l employeur et le salarié, pendant le temps de travail Les actions de formation éligibles au titre du DIF sont celles définies par le code du travail, à savoir : les actions de promotion qui ont pour objet de permettre l acquisition d une qualification plus élevée ; 48 CC 2010/27

13 les actions d acquisition, d entretien ou de perfectionnement des connaissances qui ont notamment pour objet d offrir aux salariés les moyens de maintenir ou de parfaire leur qualification ; les actions de qualification qui ont pour objet d acquérir une qualification enregistrée dans le répertoire national des certifications professionnelles ou reconnue par la convention collective nationale du diagnostic technique du bâti et figurant sur une liste établie par la CNEFP ; les actions qui participent à l acquisition ou au développement des compétences des salariés. A la conclusion du présent accord, sont considérées comme prioritaires pour l ensemble du personnel les actions de formation qualifiantes. Il en est de même, pour les actions de développement des compétences des salariés dans les domaines suivants : permettant au salarié de découvrir ou maîtriser les nouvelles technologies et l évolution législative et/ou réglementaire ; permettant au salarié d acquérir ou d approfondir ses connaissances dans le domaine des techniques du bâtiment et de la construction ; permettant au salarié de se perfectionner dans la gestion des risques inhérents aux fonctions du métier, et particulièrement la prévention de la santé et de la protection des travailleurs ; permettant de développer les techniques de vente et de négociation ; concourant à l acquisition d une qualification enregistrée dans le répertoire national des certifications professionnelles ou reconnue par la convention collective nationale du diagnostic technique du bâti et figurant sur une liste établie par la CNEFP ; relative à la validation des acquis de l expérience (VAE) correspondant aux actions visées ci-dessus ; liées au développement personnel et en relation avec le poste de travail. Ces priorités pourront être complétées, modifiées, précisées ou actualisées dans le cadre des travaux de la CNEFP Les parties font référence aux règles législatives, réglementaires et conventionnelles applicables pour toute autre question relative au droit individuel à la formation Professionnalisation Contrat de professionnalisation. Les parties se réfèrent à la législation en vigueur pour sa conclusion et son exécution. CC 2010/27 49

14 Afin de concrétiser les possibilités offertes par la réglementation, les parties conviennent que le contrat de professionnalisation peut être porté jusqu à 24 mois pour les personnes sorties du système éducatif sans avoir obtenu au moins un diplôme de niveau baccalauréat + 2 ainsi que pour les personnes dont la nature du diplôme visé l exige. Si, à l avenir, des diplômes et titres conduisaient à un métier exercé au sein de la branche du diagnostic technique immobilier, ils figureraient sur une liste tenue à jour par la CNEFP. Donnent lieu, en priorité, à participation financière de l OPCA les diplômes, titres à finalité professionnelle ou qualifications professionnelles, suivants : actions diplômantes, certifiantes et/ou qualifiantes liées aux fonctions administratives, juridiques, financières et informatiques ; actions diplômantes, certifiantes et/ou qualifiantes liées aux métiers répertoriés dans la classification de la convention collective nationale. Les actions seront gérées, précisées, actualisées, le cas échéant modifiées par la CNEFP, en fonction également des publics prioritaires et des ressources financières de l OPCA. Les contrats de professionnalisation comprennent des actions de formation et assimilées (évaluation, personnalisation du parcours de formation, accompagnement externe) d une durée minimale comprise entre 15 %, sans être inférieure à 150 heures, et 25 % de la durée totale du contrat de professionnalisation. La durée de ces actions peut être portée au-delà de 25 % dans la limite de 40 % de la durée totale du contrat de professionnalisation pour les catégories de bénéficiaires qui sont définies par la CNEFP, notamment pour les jeunes n ayant pas achevé un second cycle d enseignement secondaire et qui ne sont pas titulaires d un diplôme de l enseignement technologique ou professionnel ou pour ceux qui visent des formations diplômantes. La CNEFP pourra compléter, modifier ou préciser ces catégories de bénéficiaires Périodes de professionnalisation. Elles ont pour objet de favoriser par des actions de formation le maintien dans l emploi de salariés en contrat à durée indéterminée. Elles fonctionnent selon la réglementation applicable et sont notamment ouvertes aux salariés dont la qualification est insuffisante au regard de l évolution des technologies et de l organisation du travail. Elles sont également ouvertes aux autres catégories de salariés définies par la réglementation applicable. 50 CC 2010/27

15 La période de professionnalisation a pour objectif de permettre à son bénéficiaire : d acquérir une qualification, soit enregistrée dans le répertoire national des certifications professionnelles, soit figurant sur la liste établie par la CNEFP, soit reconnue dans les classifications de la convention collective ; de participer à une action de formation dont l objectif est défini par la CNEFP en prenant en compte les travaux de l observatoire prospectif des métiers et des qualifications. La période de professionnalisation peut également permettre d acquérir un diplôme, dans le cadre de la validation des acquis de l expérience. Cette liste sera complétée, précisée, actualisée, le cas échéant modifiée en fonction des besoins en qualification définis par la CNEFP, notamment en fonction des analyses de l observatoire prospectif des métiers et des qualifications et des ressources financières de l OPCA. Les forfaits horaires pour la prise en charge par l OPCA des actions de formation sont ceux définis par la réglementation. La CNEFP définit les objectifs et les critères au regard desquels l OPCA concerné examine les demandes de financement présentées par les entreprises. Article 4 Observatoire prospectif des métiers et des qualifications En vue d appréhender parfaitement les évolutions susceptibles d affecter les emplois des entreprises de la branche, il est créé un observatoire prospectif des métiers et des qualifications dont le budget de fonctionnement devra faire l objet d un examen annuel aux fins de prise en charge par l OPCA Missions L observatoire apporte par ses travaux d analyse et ses préconisations son concours à l identification des changements qui affectent ou sont susceptibles d affecter de manière quantitative ou qualitative les emplois, notamment en termes de contenu et d exigence de compétences. Pour ses travaux, l observatoire peut recourir à tout expert qualifié ou organisme compétent sous réserve du financement de ce recours par l OPCA. Il rassemble donc les données et informations relatives aux emplois et aux qualifications et met à disposition des partenaires sociaux de la branche l ensemble des données ainsi recueillies. Il assure une veille permanente sur l évolution des métiers permettant d enrichir le dialogue social. A ce titre, il pourra être consulté par les représentants de la commission mixte paritaire ou par les membres de la CNEFP. CC 2010/27 51

16 4.2. Comité paritaire de pilotage de l observatoire (CPPO) La CNEFP assurera le rôle du CPPO Fonctionnement La commission se réunira dans les mêmes conditions que la CNEFP. En fonction des besoins, un rapport sur l évolution des emplois et des qualifications sera produit. Ce rapport sera adressé aux membres de la CNEFP et aux membres de la commission mixte paritaire. Indépendamment de l état des lieux relatif aux emplois et qualifications, ce rapport pourra comporter un certain nombre de préconisations. Article 5 Organisme paritaire collecteur agréé Afin d assurer la politique de formation de la branche et la gestion optimale des ressources des entreprises, les parties signataires conviennent des dispositions suivantes OPCA Les parties signataires désignent AGEFOS-PME comme OPCA de la branche pour collecter les contributions dues au titre de la formation professionnelle Dispositions financières applicables aux salaires versés à compter du 1 er janvier Contributions des employeurs de moins de 10 salariés : 0,55 %. Les employeurs de moins de 10 salariés consacrent chaque année au financement des actions de formation professionnelle une contribution minimale équivalant à 0,55 % du montant des rémunérations versées pendant l année de référence. Cette contribution doit être versée en totalité à l AGEFOS-PME, OPCA désigné de la branche. Dans ce cadre, les entreprises effectuent annuellement : un versement correspondant à 0,15 % des rémunérations versées pendant l année de référence au titre du DIF et de la professionnalisation ; un versement de 0,40 % des rémunérations versées pendant l année de référence au titre du plan de formation Contributions des employeurs de 10 à 19 salariés : 1,05 %. Les employeurs de 10 à 19 salariés consacrent chaque année au financement des actions de formation professionnelle une contribution minimale équivalant à 1,05 % du montant des rémunérations versées pendant l année de référence. 52 CC 2010/27

17 Dans ce cadre, les entreprises effectuent annuellement : un versement correspondant à 0,15 % des rémunérations versées pendant l année de référence à l AGEFOS-PME, au titre du DIF et de la professionnalisation ; un versement minimum de 0,5 % des rémunérations versées pendant l année de référence au titre du plan de formation, à l AGEFOS-PME. La CNEFP incite ces employeurs à verser la totalité du plan de formation à l AGEFOS-PME Contributions des employeurs de plus de 20 salariés : 1,60 %. Les entreprises employant plus de 20 salariés consacrent chaque année au financement des actions de formation professionnelle une contribution minimale équivalant à 1,60 % du montant des rémunérations versées pendant l année de référence. Dans ce cadre, les entreprises effectuent annuellement : un versement correspondant à 0,20 % des rémunérations versées pendant l année de référence au titre du CIF ; un versement correspondant à 0,50 % des rémunérations versées pendant l année de référence au titre du DIF et de la professionnalisation, à l AGEFOS-PME ; un versement minimum de 0,5 % des rémunérations versées pendant l année de référence au titre du plan de formation, à l AGEFOS-PME. La CNEFP incite ces employeurs à verser la totalité du plan de formation à l AGEFOS-PME Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels Sous réserve de création du fonds de sécurisation du parcours professionnel, les modalités de répartition de la contribution au titre de la professionnalisation et du plan de formation sont déterminées comme suit : Les organisations signataires de l accord demandent à AGEFOS-PME de répartir le pourcentage de financement à cette contribution à part égale sur la professionnalisation et sur le plan de formation. Article 6 Durée. Formalités. Révision. Dénonciation 6.1. Durée. Dépôt Le présent accord est conclu pour une durée indéterminée. Il prend effet à compter de sa signature à l exception du versement des contributions prévues au 5 exigible pour la première fois pour les contributions assises sur la masse salariale de Conformément à l article L du code du travail, il sera déposé auprès du greffe du conseil des prud hommes du lieu de sa signature et auprès des services centraux du ministère chargé CC 2010/27 53

18 du travail par le secrétariat de la commission paritaire qui est mandaté pour en demander l extension Révision Chaque syndicat signataire ou adhérent peut demander la révision de tout ou partie du présent accord selon les modalités suivantes : toute demande de révision doit être adressée par lettre recommandée avec avis de réception à chacun des autres signataires ou adhérents et comporter, outre l indication des dispositions dont la révision est demandée, des propositions de remplacement ; le plus rapidement possible et au plus tard dans un délai de 3 mois suivant la réception de cette lettre, les parties devront ouvrir une négociation en vue de la conclusion éventuelle d un nouveau texte ; les dispositions de l accord dont la révision est demandée resteront en vigueur jusqu à la conclusion d un nouvel accord. A défaut d accord dans un délai de 12 mois à compter de la demande de révision, cette dernière deviendra caduque ; sous réserve de l exercice du droit d opposition dans les conditions prévues par la loi, les dispositions de l avenant portant révision se substitueront de plein droit à celles de l accord qu elles modifient et seront opposables à l ensemble des employeurs et des salariés liés par l accord, soit à la date qui aura été expressément convenue, soit à défaut, à partir du jour de son extension par les services compétents Dénonciation Le présent accord pourra être dénoncé conformément à l article L du code du travail. La dénonciation sera notifiée par lettre recommandée avec avis de réception à chacun des autres signataires ou adhérents et déposée par la partie la plus diligente auprès des services du ministère du travail et du secrétariatgreffe des prud hommes. Lorsque l accord a été dénoncé par la totalité des signataires (ou adhérents) employeurs ou la totalité des signataires (ou adhérents) salariés, la dénonciation entraîne l obligation pour tous les signataires ou adhérents de se réunir le plus rapidement possible, et au plus tard dans un délai de 3 mois suivant la réception de la lettre de dénonciation, en vue de déterminer le calendrier des négociations. L accord continue de produire effet au plus pendant 12 mois à compter de l expiration du préavis de 3 mois. 54 CC 2010/27

19 Si un nouvel accord est signé dans ce délai de 12 mois suivant l expiration du préavis, les dispositions du nouvel accord se substitueront intégralement à l accord dénoncé. Fait à Paris, le 7 avril Suivent les signatures des organisations ci-après : Organisation patronale : FNECI. Syndicats de salariés : CSFV CFTC ; CGT commerce ; FNECS CFE-CGC ; FEC FO. CC 2010/27 55

ACCORD DU 7 AVRIL 2010

ACCORD DU 7 AVRIL 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ENTREPRISES DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE IMMOBILIER ACCORD DU 7 AVRIL 2010 RELATIF AUX DISPOSITIONS

Plus en détail

ACCORD DU 10 MARS 2010

ACCORD DU 10 MARS 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel DIAGNOSTIC TECHNIQUE DU BÂTI ACCORD DU 10 MARS 2010 RELATIF AU CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE ACCORD DU 4 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3150 Convention collective nationale IDCC : 2162. PROFESSIONS DE LA PHOTOGRAPHIE (9 e édition. Décembre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

ACCORD DU 18 DÉCEMBRE 2009

ACCORD DU 18 DÉCEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel FORMATION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRISES DE SERVICES À LA PERSONNE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU 16 DÉCEMBRE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel national INDUSTRIES DU BOIS POUR LA CONSTRUCTION ET LA FABRICATION

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord de branche ENSEIGNEMENT AGRICOLE (SECTEUR DES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES) ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 RELATIF AUX ÉQUIVALENCES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE AVENANT

Plus en détail

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 N 3 10 juin 2005 Formation REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 Les Flash-infos sont disponibles sur le site

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3150 Convention collective nationale IDCC : 2162. PROFESSIONS DE LA PHOTOGRAPHIE ACCORD DU 3 SEPTEMBRE

Plus en détail

Droit Individuel à la Formation

Droit Individuel à la Formation Droit Individuel à la Formation Salariés en CDI (public ou privé), Salariés en CDD, Intérimaires Le Droit Individuel à la Formation donne la possibilité d acquérir une qualification professionnelle, d

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques

Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques 1 Le présent accord a pour objet de mettre en œuvre, dans la branche des industries chimiques, les dispositions

Plus en détail

Il est rappelé que les salariés sous contrats de professionnalisation et d apprentissage ne bénéficient pas du DIF.

Il est rappelé que les salariés sous contrats de professionnalisation et d apprentissage ne bénéficient pas du DIF. Convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles CCN n 3241 Réforme de la formation professionnelle continue Préambule Le présent accord décline, au niveau

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3252 Convention collective nationale IDCC : 1539. COMMERCES DE DÉTAIL DE PAPETERIE, FOURNITURES DE BUREAU,

Plus en détail

ACCORD DU 14 JUIN 2012

ACCORD DU 14 JUIN 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3303 Convention collective nationale IDCC : 2148. TÉLÉCOMMUNICATIONS ACCORD DU

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

La lettre du. La réforme de la formation professionnelle

La lettre du. La réforme de la formation professionnelle La lettre du N 4 Décembre 2005 La réforme de la formation professionnelle La formation professionnelle est un moyen de développer rapidement et efficacement les compétences des hommes et des femmes de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3002 IDCC : 2609. ETAM Brochure n 3193 IDCC : 1596. Ouvriers (Entreprises occupant

Plus en détail

Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04

Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04 Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04 Préambule La mobilité inter-entreprises répond aux objectifs suivants : - Développer l identité collective en constituant un facteur

Plus en détail

Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004

Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004 Entre : Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004 la Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), la

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) Généralités : Le compte personnel de formation (CPF) est applicable depuis le 1er janvier 2015. Créé par la loi n du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, il permet aux salariés et

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE

LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE N-Nour Novembre 2009 LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE La loi relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie a été définitivement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de Professionnelle Continue Les modalités d accès à la formation «Accord de Branche Syntec et ité» Qualifications inadaptés Priorités de Droit Individuel à la Plan de de Entretien Annuel Hors Plan & Hors

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3252 Convention collective nationale IDCC : 1539. COMMERCES DE DÉTAIL DE PAPETERIE, FOURNITURES DE

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 21 AVRIL 2010

AVENANT N 2 DU 21 AVRIL 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3159 Convention collective nationale IDCC : 2596. COIFFURE ET PROFESSIONS CONNEXES AVENANT N 2 DU 21

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3159 Convention collective nationale IDCC : 2596. COIFFURE ET PROFESSIONS CONNEXES AVENANT N 32 DU 19 FÉVRIER

Plus en détail

AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010

AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3159 Convention collective nationale IDCC : 2596. COIFFURE ET PROFESSIONS CONNEXES AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COLLABORATEURS SALARIES DES CABINETS D ECONOMISTES DE LA CONSTRUCTION ET DE METREURS-VERIFICATEURS DU 16 AVRIL 1993 AVENANT N 8 du 25 Mars 2005 ACCORD DE BRANCHE RELATIF

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3104 Convention collective nationale IDCC : 176. INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE (10 e édition. Septembre 2004)

Plus en détail

Le Recteur de l Académie de Bordeaux Chancelier des Universités

Le Recteur de l Académie de Bordeaux Chancelier des Universités Le Recteur de l Académie de Bordeaux Chancelier des Universités à Mesdames et Messieurs les inspecteurs d académie, directeurs des services départementaux de l Education Nationale Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

AVENANT N 9 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE DU 21 MAI 2002

AVENANT N 9 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE DU 21 MAI 2002 AVENANT N 9 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE DU 21 MAI 2002 AVENANT RELATIF A L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS L ENTREPRISE PREAMBULE Le

Plus en détail

Communication. Emetteur : M. VAQUER / C.RICHTER. Commentaire ASF

Communication. Emetteur : M. VAQUER / C.RICHTER. Commentaire ASF Avec «Vigilance Circulaires», vous l auriez déjà! Pour un accès instantané aux circulaires ASF, abonnez-vous dès maintenant (gratuit) Info : circulaires@asf-france.com Communication Numéro : ASF 05.218

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3295 Convention collective nationale IDCC : 1951. CABINETS OU ENTREPRISES D EXPERTISES EN AUTOMOBILES (3

Plus en détail

AVENANT N 3 DU 9 JUIN 2010

AVENANT N 3 DU 9 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3097 Convention collective nationale IDCC : 1307. EXPLOITATION CINÉMATOGRAPHIQUE AVENANT N 3 DU 9 JUIN

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD DU 6 JUIN 2007

PROTOCOLE D ACCORD DU 6 JUIN 2007 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel TRANSPORT FERROVIAIRE PROTOCOLE D ACCORD DU 6 JUIN 2007 RELATIF À LA NÉGOCIATION PARITAIRE

Plus en détail

Accord de la branche des du 30/06/05

Accord de la branche des du 30/06/05 Accord de la branche des du 30/06/05 Date de l extension Codes naf : OPCA : HABITAT FORMATION Convention collective : Droit individuel à la formation Démarrage 07/05/05 Ancienneté Au 31 décembre de chaque

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle Réforme de la formation professionnelle Etat des lieux Initiée par l Accord National Interprofessionnel du 20 septembre 2003 (intégré dans l accord général du 5 décembre 2003), confirmée par la loi du

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel national INDUSTRIES DU BOIS POUR LA CONSTRUCTION ET LA FABRICATION

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3309 Convention collective nationale IDCC : 2272. ASSAINISSEMENT ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE (1 re édition.

Plus en détail

ACCORD DU 19 MARS 2015

ACCORD DU 19 MARS 2015 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3303 Convention collective nationale IDCC : 2148. TÉLÉCOMMUNICATIONS ACCORD DU

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.»

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.» MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ACCORD DU 7 JUILLET 2010 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL NOR

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3082 Convention collective nationale IDCC : 2156. GRANDS MAGASINS ET MAGASINS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3115 Convention collective nationale IDCC : 2335. PERSONNELS DES AGENCES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique SOFIP - SERVICE OFFRE DE FORMATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE Relations Université-Entreprises l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique Ce guide est destiné à la communauté universitaire

Plus en détail

AVENANT N 21 DU 26 NOVEMBRE 2010 RELATIF À LA FORMATION PROFESSIONNELLE

AVENANT N 21 DU 26 NOVEMBRE 2010 RELATIF À LA FORMATION PROFESSIONNELLE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3240 Convention collective nationale IDCC : 1487. HORLOGERIE-BIJOUTERIE (Commerce de détail) AVENANT N 21 DU 26 NOVEMBRE

Plus en détail

DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF)

DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF) DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF) Le CPF est ouvert pour tous les salariés de 16 ans jusqu'à la retraite. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2015. Le «Compte Personnel

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

AVENANT N 9 DU 27 MARS 2012

AVENANT N 9 DU 27 MARS 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 83. MENUISERIES, CHARPENTES ET CONSTRUCTIONS INDUSTRIALISÉES

Plus en détail

Accord Production des eaux embouteillées, boissons rafraîchissantes sans alcool et de bière du 14/02/04

Accord Production des eaux embouteillées, boissons rafraîchissantes sans alcool et de bière du 14/02/04 Accord Production des eaux embouteillées, boissons rafraîchissantes sans alcool et de bière du 14/02/04 Date d extension : 27/01/2006 OPCA : AGEFAFORIA Convention collective : n 3247 Code NAF : 159N -

Plus en détail

GUIDE D'UTILISATION DU DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

GUIDE D'UTILISATION DU DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION CONNAITRE LES DISPOSITIFS BRANCHE PROFESSIONNELLE DU TOURISME GUIDE D'UTILISATION DU DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION 2012 POURQUOI? L objectif du droit individuel à la formation (DIF) est de permettre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective départementale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective départementale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTES Brochure n 3334 Convention collective départementale IDCC : 2579. MÉTALLURGIE (Loir-et-Cher) ACCORD DU 21 MARS 2014 RELATIF

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 8 OCTOBRE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU

Plus en détail

Le salarié et le DIF

Le salarié et le DIF Le salarié et le DIF Qu'est ce que le DIF? Le DIF est une modalité d accès à la formation offerte aux salariés, à leur initiative et avec l accord de leur employeur. C'est au salarié de choisir sa formation

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Accord sur le droit syndical et le dialogue social Branche des Etablissements d Enseignement Privés

Accord sur le droit syndical et le dialogue social Branche des Etablissements d Enseignement Privés Accord sur le droit syndical et le dialogue social Branche des Etablissements d Enseignement Privés Les partenaires sociaux signataires de la branche des Etablissements d Enseignement Privés ont souhaité,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3018 Convention collective nationale IDCC : 1486. BUREAUX D ÉTUDES TECHNIQUES,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN

REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN 1 SOMMAIRE Préambule 3 I.Les dispositions relatives au Compte Epargne Temps applicables à la Ville de Rouen 4 Article1.Les bénéficiaires 4

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3303 Convention collective nationale IDCC : 2148. TÉLÉCOMMUNICATIONS ACCORD

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

ACADEMIE DE NICE MODELE DE CONVENTION DE PARTENARIAT. Le «Lycée des Métiers» du. L entreprise

ACADEMIE DE NICE MODELE DE CONVENTION DE PARTENARIAT. Le «Lycée des Métiers» du. L entreprise ACADEMIE DE NICE MODELE DE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le «Lycée des Métiers» du.. Et L entreprise. Page 1/6 CONVENTION DE PARTENARIAT VU le code de l éducation, et notamment ses articles D. 335-1

Plus en détail

LE CPF Financer la formation

LE CPF Financer la formation LE CPF Financer la formation Quelles que soient la forme et la durée de son contrat de travail, le salarié peut se former en tout ou partie pendant le temps de travail. Le statut du salarié pendant la

Plus en détail

La formation initiale La formation professionnelle continue (FPC)

La formation initiale La formation professionnelle continue (FPC) Partir en formation Partir en formation, tout au long de la vie, est une nécessité en éducation à l environnement : le monde évolue, les enjeux environnementaux aussi, les publics se diversifient, les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3108 Convention collective nationale IDCC : 44. INDUSTRIES CHIMIQUES ET CONNEXES

Plus en détail

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation LETTRE D INFORMATIONS JURIDIQUES N 48 Le 4 juin 2010 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation Un décret du 20 mai 2010

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle Dossier spécial réforme de la formation professionnelle ABILWAYS vous propose un dossier spécial sur la réforme de la formation professionnelle. Issu de l Accord National Interprofessionnel du 14/12/2013

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3002 IDCC : 2609. ETAM Brochure n 3005-II IDCC : 1702. TRAVAUX PUBLICS (Tome

Plus en détail

AVENANT N 37 DU 9 JUILLET 2010

AVENANT N 37 DU 9 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3275 Convention collective nationale IDCC : 1790. ESPACES DE LOISIRS, D ATTRACTIONS ET CULTURELS AVENANT

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

Critères d éligibilité

Critères d éligibilité Ce document vous est proposé à titre d exemple pour vous faciliter la rédaction de votre accord et ne saurait être exhaustif Ce document servira à l EXONÉRATION de la contribution Agefiph Titre de l accord

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL CAISSE D'EPARGNE NORD FRANCE EUROPE ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL Entre les soussignés, - La Caisse d'épargne Nord France Europe, dont le siège est situé à LILLE,

Plus en détail