PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE"

Transcription

1 PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE

2 III.1 / LES OBJECTIFS DU PLAN DE DESHERBAGE : La contamination des eaux par les pesticides s'effectue essentiellement par ruissellement. Les études menées dans le cadre de BEP 2 indiquent qu'environ 50 % de la pollution des cours d eau par les pesticides est due aux usages non agricoles. En effet, les zones traitées sont le plus souvent imperméables (bordures de routes, trottoirs bitumés ) ou quasiment imperméables (stabilisés), le risque de ruissellement dû à la pluie et aux pentes est fortement accentué (risque de ruissellement : 70 à 95 %), contrairement aux applications agricoles qui se font sur des zones perméables, où le risque de ruissellement est limité (risque de ruissellement 13 à 35 %). Il suffit d'appliquer un gramme de matière active dans un canal de section de 1 mètre sur 1 mètre sur 10 km de long, pour contaminer à 0,1µg/l. La réalisation de plans de désherbage communaux a pour but premier de limiter les risques de contamination des eaux, grâce à une utilisation raisonnée des produits phytosanitaires, en tenant compte de l état des surfaces à traiter. en apprenant à bien doser les produits par rapport à la surface à traiter. en utilisant des méthodes alternatives au désherbage chimique. La contamination de l'eau par les produits phytosanitaires dépend bien sûr des quantités de produits utilisées et de leurs conditions d'application, mais aussi des caractéristiques physiques des secteurs traités : Proximité des cours d'eau et des collecteurs d'eaux pluviales. Fortes pentes. Imperméabilité du support. Ces éléments constituent des facteurs de risques par rapport au transfert des produits phytosanitaires. C'est à partir du croisement de ces différents facteurs de risques (cf. tableau 25) que s'effectue le zonage du territoire de la commune

3 Zone 1 (risque faible). Zone 2 (risque moyen). Zone 3 (risque fort). Au final, il s agira de conseiller sur certaines zones l utilisation raisonnée de pesticides, et de proposer sur d autres, des méthodes alternatives au désherbage chimique, lorsque la qualité des eaux doit être préservée notamment en vue de l'alimentation en eau potable. III.2 / METHODE POUR LA DELIMITATION DES ZONES A RISQUES : La Cellule d'orientation Régionale pour la Protection des Eaux contre les Pesticides mène depuis 1991 des travaux afin de déterminer les risques de l'application de pesticides par rapport à l' eau, ce tant au niveau agricole que non - agricole. La méthode de réalisation d'un plan de désherbage est à leur initiative. Cette méthode fait suite aux travaux qu'ils ont pu mener (et mènent toujours), afin de mieux comprendre le transfert et les réactions des différents pesticides les plus appliqués. Ainsi la méthode utilisée pour ce plan de désherbage est proche de celle proposée par la CORPEP. Pour délimiter les zones de risques, nous avons listé et hiérarchisé les facteurs de risques en attribuant à chacun d eux une notation selon son incidence sur la qualité de l'eau, ce qui permet d obtenir une note finale pour chaque secteur traité (cf. texte et tableau 25). Tableau 25 : FACTEURS DE RISQUES Distance au cours d eau Pente Nature du sol Réseau d eaux pluviales De 0 à 4 % : Note 0 Moins de 15m : Zone 3 Imperméable : Zone 3 Présence : Note 1: De 4 et 7% : Note 1 NOTATION De 7 à 10 % : Note 2 Plus de 15 m : Note 0 Perméable : Note 0 Absence : Note 0 Plus de 10 % : Note 3

4 Exemple : une surface traitée sur un sol stabilisé donc perméable, et se situant en pente de 5% vers un réseau d'eau pluviale : =2 la note finale est donc 2. Ensuite les notes finales sont regroupés en 3 zones de risques : La zone 1 regroupe les surfaces traitées ayant obtenu la note 0. La zone 2 regroupe les surfaces traitées ayant obtenu les notes 1 et 2. La zone 3 regroupe les surfaces traitées ayant obtenu les notes 3 et 4, ainsi que systématiquement les surfaces traitées à moins de 15 mètres d'un ruisseau et les surfaces imperméables (bitume, enrobé, pavé). III.3 / PRECONISATIONS EN FONCTION DES RISQUES : Ces trois classes de risques sont caractérisées par les préconisations suivantes : Zone 1 : Possibilité de continuer un désherbage dit classique, soit chimique. Zone 2 : Désherbage avec des molécules à action foliaire et peu rémanentes, donc à appliquer en touffe à touffe sur les sols stabilisés (diminution de la surface traitée et donc de la quantité de produit utilisée). Zone 3 : Nécessité d'utiliser des méthodes de substitutions au désherbage chimique : désherbage thermique, à vapeur d eau, binage... Ainsi notre exemple ayant obtenu la note finale de 2, se trouve dans le zone 2, où il faudra appliquer les produits localement sur les plantes à détruire.

5 Le tableau suivant résume les préconisations proposées en fonction des risques : Tableau 26 : NOTES FINALES ZONES DE RISQUES PRECONISATIONS 0 Zone 1 1 et 2 Zone 2 3 et 4 Zone 3 Possibilité de continuer un désherbage chimique Interdiction d'appliquer sur les zones imperméables Application localisée de molécules à action foliaire et peu rémanentes Interdiction d'appliquer sur les zones imperméables Utilisation de méthodes de substitution au désherbage chimique III.4 / REPRESENTATION DU PLAN DE DESHERBAGE : Pour une meilleure lisibilité des endroits traités, des facteurs de risques et du plan de désherbage, la commune a été divisée en trois parties (cf. carte 2) : - Partie Rive droite : 1 / éme - Partie Nord : 1 / éme - Partie Sud : 1 / ème Les cartes ont été réalisées sur le logiciel ArcView qui permet d'utiliser le Système d'information Géographique (S.I.G) qui reprend toutes les données géographiques du territoire de la Communauté Urbaine de Brest. Chaque carte fait apparaître la voirie, le réseau hydrographique et les périmètres de protection des captages sur les cartes montrant les utilisations de produits. Carte 2 : Découpage de la ville en trois parties. Carte 3 : Les utilisations des services de la Ville de Brest : Espaces verts, Sports et Cimetières, sur la partie Rive droite. Carte 4 : Les utilisations des services de la Ville de Brest : Espaces verts, Sports et Cimetières, sur la partie Nord.

6 Carte 5 : Les utilisations des services de la Ville de Brest : Espaces verts, Sports et Cimetières, sur la partie Sud. Carte 6 : Les utilisations des services de la Communauté Urbaine de Brest : Entretien Propreté et Parcs d'agglomération, sur la partie Rive droite. Carte 7 : Les utilisations des services de la Communauté Urbaine de Brest : Entretien Propreté, Parcs d'agglomération et Voirie, sur la partie Nord. Carte 8 : Les utilisations des services de la Communauté Urbaine de Brest : Entretien Propreté et Parcs d'agglomération, sur la partie Sud. Carte 9 : Les utilisations de La Direction Départementale de l'equipement et du Conseil Général 29, sur la partie Nord. Carte 10 : Les utilisations de La Direction Départementale de l'equipement, de la Chambre de Commerce et d'industrie et de la SNCF, sur la partie Port. Carte 11 : Les utilisations des établissements de Santé et de l'office Public d'aménagement et de Construction, sur la partie Rive droite. Carte 12 : Les utilisations des établissements de Santé et de l'office Public d'aménagement et de Construction, sur la partie Nord. Carte 13 : Les utilisations des établissements de Santé et de l'office Public d'aménagement et de Construction, sur la partie Sud. Carte 14 : Les utilisations des établissements Scolaires, primaires privés, secondaires privés et publics, et supérieurs privés et publics, sur la partie Rive droite. Carte 15 : Les utilisations des établissements Scolaires, primaires privés, secondaires privés et publics, et supérieurs privés et publics, sur la partie Nord. Carte 16 : Les utilisations des établissements Scolaires, primaires privés, secondaires privés et publics, et supérieurs privés et publics, sur la partie Sud.

7 Carte 17 : Facteurs de risques sur la Ville de Brest : les pentes sont colorées selon leur intensité, sont aussi représentés les bassins versants d'eaux pluviales et leurs exutoires, les bassins versant des déversoirs d'orage et leurs exutoires, sur la partie Rive droite. Carte 18 : Facteurs de risques sur la Ville de Brest : les pentes sont colorées selon leur intensité, sont aussi représentés les bassins versants d'eaux pluviales et leurs exutoires, les bassins versant des déversoirs d'orage et leurs exutoires, sur la partie Nord. Carte 19 : Facteurs de risques sur la Ville de Brest : les pentes sont colorées selon leur intensité, sont aussi représentés les bassins versants d'eaux pluviales et leurs exutoires, les bassins versant des déversoirs d'orage et leurs exutoires, sur la partie Sud. Carte 20 : Les zones avec leur degré de risques sur la partie Rive droite : en beige, les zones 1. en orange, les zones 2. en rouge, les zones 3 (sauf les zones imperméables). Carte 21 : Les zones avec leur degré de risques sur la partie Nord : en beige, les zones 1. en orange, les zones 2. en rouge, les zones 3 (sauf les zones imperméables). Carte 22 : Les zones avec leur degré de risques sur la partie Sud : en beige, les zones 1. en orange, les zones 2. en rouge, les zones 3 (sauf les zones imperméables). Carte 23 : Les zones avec leur degré de risques sur la totalité de la commune : en beige, les zones 1. en orange, les zones 2. en rouge, les zones 3 (sauf les zones imperméables). Les zones de risques ont été définies seulement aux endroits où une utilisation de pesticides a été recensée. Attention : sur la représentation graphique les zones imperméables ne sont pas représentées en rouge. Par contre elles seront à classer en risque fort.

8 III.5 / IMPACT DES PRECONISATIONS DU PLAN DE DESHERBAGE SUR LES PRATIQUES ACTUELLES : Le plus grand changement à réaliser dans les pratiques actuelles, consiste à ne plus désherber chimiquement les zones imperméables. Pour cela le chapitre suivant propose certaines méthodes alternatives pouvant être appliquées sur la Ville de Brest. Pour l'instant, il est préconisé de traiter localement les zones stabilisées avec un herbicide foliaire non rémanent. Mais il est évident que les études menées actuellement tendent à démontrer que ces zones sont quasiment aussi imperméables que les bitumes (cf. II.3 /). C'est pourquoi, une réflexion tendant à désherber d'une autre manière que chimiquement doit être envisagée pour ces zones. Les gazons sont perméables et connaissent ainsi un ruissellement relativement faible. Mais la persistance dans le sol des produits sélectifs qui y sont appliqués est importante. Il serait bien de s'astreindre à ne traiter que les gazons de "prestige". La tonte des pelouses (d'ornement et autres ) suffit. Le traitement des massifs peut être évité en utilisant la méthode du paillage. Le broyage de branches issues de l'élagage peut être suffisant. Un programme de communication aux administrés est indispensable, afin d'expliquer les changements de pratiques.

OBJECTIF ZERO PESTICIDE dans nos villes et villages de Bourgogne

OBJECTIF ZERO PESTICIDE dans nos villes et villages de Bourgogne OBJECTIF ZERO PESTICIDE dans nos villes et villages de Bourgogne Partenaires: Cette action est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Bourgogne avec le Fonds européen de développement

Plus en détail

La gestion du désherbage dans les collectivités La Roche sur Yon (CDG85) 06 Novembre 2013

La gestion du désherbage dans les collectivités La Roche sur Yon (CDG85) 06 Novembre 2013 La gestion du désherbage dans les collectivités La Roche sur Yon (CDG85) 06 Novembre 2013 DATE DE PRESENTATION N 1 Sommaire 1 Présentation de Vendée Eau 2 Les enjeux de la qualité des eaux par rapport

Plus en détail

Le Plan Ecophyto dans les Pays de la Loire

Le Plan Ecophyto dans les Pays de la Loire Le Plan Ecophyto dans les Pays de la Loire Les objectifs nationaux Réduire et améliorer l utilisation des produits phytosanitaires Plan national décliné en région Plan national décliné en région 104 actions

Plus en détail

Gestion différenciée des espaces verts :

Gestion différenciée des espaces verts : Gestion différenciée des espaces verts : Une démarche environnementale et paysagère à coût maîtrisé pour les entreprises et parcs d activités www.econetwork.eu Sommaire de la présentation 1. Gestion traditionnelle

Plus en détail

Désherber autrement dans le Grand Lyon

Désherber autrement dans le Grand Lyon Désherber autrement dans le Grand Lyon Mauvaises herbes? Et si l'herbe n'était ni mauvaise, ni sale? Pourquoi desherber? Quand on évoque les mauvaises herbes, pas besoin d être botaniste pour imaginer

Plus en détail

Mise en place d une base de données géoréférencées: outil d aide à la décision pour la protection des prises d eau

Mise en place d une base de données géoréférencées: outil d aide à la décision pour la protection des prises d eau Mise en place d une base de données géoréférencées: outil d aide à la décision pour la protection des prises d eau Contexte Exigences croissantes en matière de qualité et de sécurité d approvisionnement

Plus en détail

Bassin hydrographique : Loire- Bretagne Bassin étendu sur les départements de l Ille et Vilaine et de la Manche Superficie : 1130 km² Réseau

Bassin hydrographique : Loire- Bretagne Bassin étendu sur les départements de l Ille et Vilaine et de la Manche Superficie : 1130 km² Réseau Colloque Têtes de bassin Comment concilier les enjeux sur ces territoires hors du commun? Paris, 4 mars 2015 Bassin hydrographique : Loire- Bretagne Bassin étendu sur les départements de l Ille et Vilaine

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE. Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial

COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE. Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial PROGEO ENVIRONNEMENT Ingénieurs Conseils COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial Dossier d enquête publique (PROCÉDURE : ARTICLE R123-1 ET S. DU CODE DE L

Plus en détail

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 2. RECHERCHE DE SITES 2.1 Les objectifs 2.2 Les contraintes environnementales liés à l aménagement du territoire liées au transport liés aux documents d urbanisme 3.

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

Chantepie 2013 «Zéro Phyto»

Chantepie 2013 «Zéro Phyto» Chantepie 2013 «Zéro Phyto» 1 Une évolution maîtrisée vers le «Zéro Phyto» 2 Une règlementation de plus en plus contraignante 3 Un outil d accompagnement : Le Plan de Désherbage 4 Les alternatives mises

Plus en détail

> La construction d'une charpente naturelle qui intègre les exigences environnementales actuelles

> La construction d'une charpente naturelle qui intègre les exigences environnementales actuelles 04 > La construction d'une charpente naturelle qui intègre les exigences environnementales actuelles Deux approches à croiser La démarche «paysagère» engagée en 2001 à conforter et enrichir Une dimension

Plus en détail

Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE

Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE C SAG COMMISSION LOCALE DE L EAU GE DE LA HAUTE-SOMME Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE 1. Objectifs de la réunion......2 2. Les obligations du SAGE

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

Incidence du désherbage des collectivités sur la qualité de l eau CGLE 2009

Incidence du désherbage des collectivités sur la qualité de l eau CGLE 2009 Incidence du désherbage des collectivités sur la qualité de l eau CGLE 2009 1 Plan de la présentation 1. Le cadre réglementaire de l utilisation des produits phytosanitaires 2. Impact sur la qualité des

Plus en détail

La gestion différenciée. et la gestion des déchets

La gestion différenciée. et la gestion des déchets La gestion différenciée et la gestion des déchets Qu est-ce que la GD? Gestion différenciée = Une intensité de gestion propres à chaque espace vert + Une gestion plus écologique des EV + Une réponse au

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Journée d échanges sur les ZNA Hesdin 5 Juillet 2012

Journée d échanges sur les ZNA Hesdin 5 Juillet 2012 Le plan de désherbage : un outil de diagnostic et de préconisation pour l'entretien des espaces publics Journée d échanges sur les ZNA Hesdin 5 Juillet 2012 Quelques rappels Les Zones Non Agricoles (ZNA)

Plus en détail

Les Ponts de Cé CARACTERISTIQUES DE LA COMMUNE. Située aux portes d Angers, Les Ponts de Cé s étend sur 1 955 ha. Territoire d Angers Loire Métropole

Les Ponts de Cé CARACTERISTIQUES DE LA COMMUNE. Située aux portes d Angers, Les Ponts de Cé s étend sur 1 955 ha. Territoire d Angers Loire Métropole CARACTERISTIQUES DE LA COMMUNE Située aux portes d Angers, s étend sur 1 955 ha Territoire d Angers Limite communale 1 / 8 Commune de Trélazé Réseau eau pluviale (canalisation et fossé) Ouvrage de rétention

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

La gestion BRAIVES différenciée à Braives : CIMETIERES SANS PESTICIDE Cimetière sans pesticide

La gestion BRAIVES différenciée à Braives : CIMETIERES SANS PESTICIDE Cimetière sans pesticide La gestion BRAIVES différenciée : à Braives : CIMETIERES SANS PESTICIDE Cimetière sans pesticide formation UVCW-Cimetières sans pesticide-30 avril 2015 Cimetières sans pesticide 1. Présentation de la Commune

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Brague : petit fleuve, BV de 70 km 2, 20 km de long. Petits vallons côtiers : BV de quelques km 2. Ruissellement urbain :

Brague : petit fleuve, BV de 70 km 2, 20 km de long. Petits vallons côtiers : BV de quelques km 2. Ruissellement urbain : GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES RISQUES D INONDATION Expérience de la commune d Antibes Commission Départementale des Risques Naturels Majeurs des Alpes-Maritimes Mercredi 3 décembre 2014 1 PREAMBULE

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS

ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS Référent Technique : Alain Alphonse Responsable bureaux d études Réunion du 12 Juillet Comité de suivi Agenda 21 La gestion

Plus en détail

La Grille, moyen fondamental de l analyse

La Grille, moyen fondamental de l analyse Fiche méthodologie #1 La Grille, moyen fondamental de l analyse Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les documents d urbanisme.

La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les documents d urbanisme. La biodiversité dans les plans locaux d urbanisme et dans les schémas de cohérence territoriale La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5

NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5 COMMUNE DE L HOUMEAU PLAN LOCAL D'URBANISME Modification évolution réglementaire PROJET APPROUVE LE 29 Janvier 2010 ANNEXES NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5 COMMUNE DE L HOUMEAU PLAN LOCAL D'URBANISME

Plus en détail

visées par la circulaire du 23 avril 2009 relative aux espèces exotiques envahissantes (berce du Caucase, balsamine de l Himalaya, ).

visées par la circulaire du 23 avril 2009 relative aux espèces exotiques envahissantes (berce du Caucase, balsamine de l Himalaya, ). Quelques précisions sur les règles relatives aux zones tampons lors de l application de produits phytopharmaceutiques à usage professionnel en agriculture et en horticulture en Wallonie : Introduction

Plus en détail

Vers une gestion durable et respectueuse de l environnement des espaces verts communaux

Vers une gestion durable et respectueuse de l environnement des espaces verts communaux Date :23 Octobre 2012 Intervenant : Christian Aubrée - Direction des Jardins Ville de Rennes Vers une gestion durable et respectueuse de l environnement des espaces verts communaux Les pratiques de la

Plus en détail

COMMENT VALORISER Valoriser votre commune? VOTRE COMMUNE?

COMMENT VALORISER Valoriser votre commune? VOTRE COMMUNE? Maison Familiale Rurale de BUCHY Centre de formation par alternance 4 ème/ 3 ème Agriculture Cheval Agroéquipement Formation continue : multi-filière -CACES Comment COMMENT VALORISER Valoriser votre commune?

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Les moyens mis à disposition du concepteur Frederic LUYCKX, architecte Objectifs de la présentation Initier

Plus en détail

CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12

CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12 CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12 Présentation Générale : Superficie : 377 km² exutoire : Baie de Somme longueur des cours d'eaux principaux : 28 km Population du bassin Versant 2006 : 58 335 hab Évolution

Plus en détail

Action 14 : Recenser et valoriser le patrimoine naturel

Action 14 : Recenser et valoriser le patrimoine naturel Objectif 3.1 Renforcer la connaissance du patrimoine naturel et historique pour mieux le protéger, le valoriser et faire de la pédagogie sur les richesses communales Pilote de l'action Direction des Affaires

Plus en détail

Agence de l eau l Loire Bretagne

Agence de l eau l Loire Bretagne Les aides de l agencel de l eau l Loire-Bretagne 1 Les aides de l agencel Journée technique de l eau l Loire-Bretagne 1 IX è programme d intervention 2 Objectifs AEP du IX è programme 3 Aides à la lutte

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Denis Martel, ing. M.Sc. Pôle d expertise municipale Direction régionale de l'analyse et de l'expertise Bureau de Montréal Ministère

Plus en détail

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées 1 Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées Rappel réglementaire Le décret 2007-1213 du 10 août 2007, relatif aux schémas d'aménagement et de

Plus en détail

Comité d Orientation et de Programmation (COP) Eau et Assainissement. 11 Mars 2013 Salle du Conseil du Grand Chalon

Comité d Orientation et de Programmation (COP) Eau et Assainissement. 11 Mars 2013 Salle du Conseil du Grand Chalon Comité d Orientation et de Programmation (COP) Eau et Assainissement 11 Mars 2013 Salle du Conseil du Grand Chalon 1 Ordre du Jour Limites de compétences 1 - Eau potable et Assainissement 2 Eaux Pluviales

Plus en détail

Forum citoyen 28 septembre. La nature en Ville

Forum citoyen 28 septembre. La nature en Ville Forum citoyen 28 septembre La nature en Ville Forêt d Orléans Loire Loiret Sologne Orléans: Une ville inscrite dans un environnement remarquable Les espaces verts gérés par la Ville 9,4 % du territoire

Plus en détail

Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence

Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence L engagement du Parc du Luberon dans cette opération Un constat : forte consommation de pesticides

Plus en détail

DONNÉES À TRANSMETTRE POUR

DONNÉES À TRANSMETTRE POUR Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles de Lorraine Domaine de Pixérécourt 54220 MALZEVILLE tél 03.83.33.86.70 - fax 03.83.21.07.62 DONNÉES À TRANSMETTRE POUR L OBTENTION D UN DEVIS

Plus en détail

Plan local d'urbanisme

Plan local d'urbanisme Direction générale des services techniques Service Études Urbaines Dompierre-sur-mer Plan local d'urbanisme Pièce N 5.2.6 Note explicative concernant la gestion des eaux pluviales Modification N 1 Approuvée

Plus en détail

Action 1 : Economiser les flux (énergie et eau)

Action 1 : Economiser les flux (énergie et eau) Objectif 1.1 Diminuer les consommations énergétiques de la commune et des services municipaux Services partenaires Tous les services Lutte contre le changement climatique et protection Partenaires à associer

Plus en détail

Prévention et lutte contre les inondations. Appel à projets. Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement

Prévention et lutte contre les inondations. Appel à projets. Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement Prévention et lutte contre les inondations Appel à projets Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement Pour une gestion innovante des eaux de ruissellement Le Conseil général s

Plus en détail

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC)

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Par Bruxelles-Environnement (IBGE) Département Eau Les grandes lignes de la présentation - Particularités de la RBC face au cycle naturel de

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES - TITRE I ARTICLE 1 - CHAMP D'APPLICATION TERRITORIAL DU PLAN

DISPOSITIONS GENERALES - TITRE I ARTICLE 1 - CHAMP D'APPLICATION TERRITORIAL DU PLAN DISPOSITIONS GENERALES - TITRE I ARTICLE 1 - CHAMP D'APPLICATION TERRITORIAL DU PLAN Le présent règlement du P.O.S. s'applique à la totalité de la commune de LA CLUSAZ. ARTICLE 2 - PORTEE DU REGLEMENT

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES 1. PRINCIPES. Bien que la gestion des eaux pluviales urbaines soit un service publique à la charge des communes, il semble indispensable d imposer aux aménageurs, qui

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME COMMUNE D AVEIZIEUX GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME Annexe 5 du rapport de diagnostic et de zonage pluvial Affaire A-11.143 Janvier

Plus en détail

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat»

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX (du 6 au 8 octobre 2010 à Angerville l Orcher) «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» Intervenant : Katy Carville Animatrice du Contrat Global

Plus en détail

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 A. Définition Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 En juin 1992, 173 pays sont présents à la conférence des Nations Unies à Rio pour discuter sur l Environnement et le Développement. Des déclarations

Plus en détail

Problèmes et solutions autour du désherbage des communes

Problèmes et solutions autour du désherbage des communes Problèmes et solutions autour du désherbage des communes Problématique des zones urbanisées : un espace de vie Un espace sans exigences de rendement Mais une pression forte de la part des différents acteurs

Plus en détail

Carte IN.1. Zones d'aléa inondation. Délimitations : Zones d'aléas inondation issues : SAGE. des plus hautes eaux connues

Carte IN.1. Zones d'aléa inondation. Délimitations : Zones d'aléas inondation issues : SAGE. des plus hautes eaux connues Carte I.1 1195A2.2_Zones humides.mxdjuin211 échelle : 14 ème sce21 sce octobre 212 Page 131 sur 138 Carte I.1 1195A2.2_Zones humides.mxdjuin211 échelle : 14 ème sce21 sce octobre 212 Page 132 sur 138 Carte

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux D01 Objectifs Garantir un approvisionnement en eau potable de qualité et minimiser l impact humain sur les eaux de surface et souterraines Effets

Plus en détail

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation Directive Cadre Eau 2000/60/CE Objectifs : > Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable Réduction du degré de traitement des eaux brutes pour la production d eau potable > Préservation

Plus en détail

Contexte et enjeux de la gestion des eaux pluviales

Contexte et enjeux de la gestion des eaux pluviales Contexte et enjeux de la gestion des eaux pluviales Contexte et enjeux de la gestion des eaux pluviales SOMMAIRE Évolution des interventions de l'homme sur le cycle de l'eau et leur impact Les enjeux et

Plus en détail

Doctrine d'instruction des projets de drainage agricole

Doctrine d'instruction des projets de drainage agricole Données générales sur le drainage et ses impacts PREFET DE LA HAUTE-MARNE Direction départementale des territoires Service environnement et ressources naturelles Bureau préservation des milieux aquatiques

Plus en détail

Guide d élaboration d un schéma de gestion des eaux pluviales

Guide d élaboration d un schéma de gestion des eaux pluviales Département de Seine-Maritime Association Régionale pour l Etude et l Amélioration des Sols Guide d élaboration d un schéma de gestion des eaux pluviales MAI 2006 SOMMAIRE 1) Présentation de l opération...3

Plus en détail

Une opération ambitieuse : le retour au bon état écologique de la rivière et des milieux aquatiques associés (zones humides, plans d eau )

Une opération ambitieuse : le retour au bon état écologique de la rivière et des milieux aquatiques associés (zones humides, plans d eau ) Une opération ambitieuse : le retour au bon état écologique de la rivière et des milieux aquatiques associés (zones humides, plans d eau ) LES CHIFFRES CLÉS surface de 42 600 ha dont 70 % à vocation agricole

Plus en détail

PLU 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES. PLU arrêté le: 9 février 2012. Vu pour être annexé à la délibération du 9 février 2012

PLU 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES. PLU arrêté le: 9 février 2012. Vu pour être annexé à la délibération du 9 février 2012 PLU arrêté le: 9 février 2012 Vu pour être annexé à la délibération du 9 février 2012 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES PLU V i l l e d e N o i s y - l e - S e c P l a n L o c a l d U r b a n i s m e DÉPARTEMENT

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN D ENTRETIEN DES ESPACES COMMUNAUX

CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN D ENTRETIEN DES ESPACES COMMUNAUX CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN D ENTRETIEN DES ESPACES COMMUNAUX éligible pour l accessibilité au niveau 2 de la charte Version de février 2009 Charte d entretien des espaces publics

Plus en détail

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes?

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? 11 décembre Arles Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? Claire LAFON Benoit DUPUY Introduction

Plus en détail

3 avril 2015 Préfecture49/Secrétariat de la Commission départementale d'aménagement Commercial

3 avril 2015 Préfecture49/Secrétariat de la Commission départementale d'aménagement Commercial Composition du dossier de demande d'autorisation d'exploitation commerciale dans le cadre du permis de construire valant autorisation d'exploitation commerciale (Article R752-6 du Code de Commerce) 1 -

Plus en détail

Comprendre les cartes topographiques

Comprendre les cartes topographiques Les cartes topographiques sont disponibles en différentes échelles selon le niveau de précision exigé par la randonnée. Voici une présentation des trois échelles les plus utiles aux randonneurs. Pour ceux

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DE L EAU PLAN D ACTION 2013-2017

POLITIQUE DE GESTION DE L EAU PLAN D ACTION 2013-2017 POLITIQUE DE GESTION DE L EAU PLAN D ACTION 2013-2017 Ville de Rivière-du-Loup Avril 2013 Service de l environnement et développement durable 1 Table des matières Mise en contexte 3 Plan d action 2013-2017

Plus en détail

Extrait du projet dans le cadre des procédures d élaboration et de révision des PLU

Extrait du projet dans le cadre des procédures d élaboration et de révision des PLU Extrait du projet dans le cadre des procédures d élaboration et de révision des PLU - le 7 juillet 2010 - Page 1 sur 5 Préambule Le SAGE a été adopté à l unanimité par la Commission Locale de l Eau le

Plus en détail

Projet de loi modifiant la loi sur les constructions et les installations diverses (L 5 05) (Taxe sur l'imperméabilisation des sols)

Projet de loi modifiant la loi sur les constructions et les installations diverses (L 5 05) (Taxe sur l'imperméabilisation des sols) Secrétariat du Grand Conseil PL 8904 Projet présenté par les députés: M mes Morgane Gauthier et Sylvia Leuenberger Date de dépôt: 16 décembre 2002 Messagerie Projet de loi modifiant la loi sur les constructions

Plus en détail

Contexte de la Région de Bruxelles- Capitale (RBC)

Contexte de la Région de Bruxelles- Capitale (RBC) Contexte de la Région de Bruxelles- Capitale (RBC) Par Bruxelles-Environnement (IBGE) Les grandes lignes de la présenta/on - Par/cularités de la RBC face au cycle naturel de l eau et conséquences sur les

Plus en détail

20 novembre 2014. Rencontres Territoriales Jardin, Nature et Paysage. Les villes se font 'label' : stratégies, retombées, crédibilité?

20 novembre 2014. Rencontres Territoriales Jardin, Nature et Paysage. Les villes se font 'label' : stratégies, retombées, crédibilité? 20 novembre 2014 Rencontres Territoriales Jardin, Nature et Paysage. Les villes se font 'label' : stratégies, retombées, crédibilité? Thierry CHARMARTY Conseil Général de la Dordogne Des missions, un patrimoine

Plus en détail

Le rôle préventif des documents d urbanisme. 3. Rôle préventif des documents d urbanisme. Un projet. Des principes. Un document

Le rôle préventif des documents d urbanisme. 3. Rôle préventif des documents d urbanisme. Un projet. Des principes. Un document 3. Rôle préventif des documents d urbanisme Un projet Comme l ensemble des équipements publics d une commune, «Bien utiliser la salle des fêtes» est une réflexion qui s intègre dans une démarche plus globale

Plus en détail

Révision de l hydrographie : réglementer le réel. Centre Raymond Blais, 13 mai 2015

Révision de l hydrographie : réglementer le réel. Centre Raymond Blais, 13 mai 2015 Révision de l hydrographie : réglementer le réel Centre Raymond Blais, 13 mai 2015 Population de 142 000 personnes Territoire de 444 km² Plus de 850 km de cours d eau 25 % du territoire constitué de milieux

Plus en détail

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ASSAINISSEMENT

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ASSAINISSEMENT ANNEXE du PLU Gestion de l eau ASSAINISSEMENT 1. CONTEXTE La prise en compte de la loi sur l eau n 92-3 du 3 janvier 1992, modifiée en 1995, imposait d assurer la cohérence des démarches eau et urbanisme

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Réduire les pesticides en zones non agricoles-non communales Étude pilote sur Besançon Restitution de l enqu. enquête PREFECTURE DE REGION

Réduire les pesticides en zones non agricoles-non communales Étude pilote sur Besançon Restitution de l enqu. enquête PREFECTURE DE REGION Réduire les pesticides en zones non agricoles-non communales Étude pilote sur Besançon Restitution de l enqu enquête PREFECTURE DE REGION DIRECTION REGIONALE DE L ALIMENTATION DE L AGRICULTURE ET DE LA

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Projet d aménagements paysagers

Projet d aménagements paysagers La note d intention 6. La note d intention Qu est-ce que la note d intention? La note d intention a pour but de présenter et argumenter les principaux choix de conception, ceci afin de justifier et valoriser

Plus en détail

12C Le désherbage thermique

12C Le désherbage thermique E - Lutter contres les indésirables : quels outils? 12C Le désherbage thermique OBJECTIF Connaître les techniques de désherbage thermique alternatives au désherbage chimique. + Fonctionnement par choc

Plus en détail

UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS

UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS Résumé Une connaissance géographique et physique détaillée de la ville est un atout pour la modélisation hydrologique

Plus en détail

Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain

Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain Adoptée le 06 novembre 2014 Charte de la ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain 1 Sommaire Préambule... 3

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TYPE D ELABORATION D UN PLAN GESTION DIFFERENCIEE A L ECHELLE D UNE COMMUNE. Contexte régional

CAHIER DES CHARGES TYPE D ELABORATION D UN PLAN GESTION DIFFERENCIEE A L ECHELLE D UNE COMMUNE. Contexte régional CAHIER DES CHARGES TYPE D ELABORATION D UN PLAN GESTION DIFFERENCIEE A L ECHELLE D UNE COMMUNE Contexte régional La Région Nord Pas de Calais est l une des régions françaises les plus artificialisées (14%

Plus en détail

Présenté par Patrice Leroux, ing.

Présenté par Patrice Leroux, ing. & Élaboration d un plan des eaux pluviales: Une approche alternative de l entreprise Présenté par Patrice Leroux, ing. Le 30 avril 2014 Sommaire de la présentation Enjeux et problématiques Approche de

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4 LA GESTION DES EAUX PLUVIALES R É U N I O N D U 1 9 N O V E M B R E 2 0 1 4 PRÉAMBULE La gestion des eaux pluviales vise trois enjeux principaux : Réduire le risque d inondations ; le dimensionnement du

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements PLU Grenelle : Fiches pratiques 5. Déplacements Novembre 2014 1 Déplacements Fiche n 1 : Diminuer les obligations de déplacements Fiche n 2 : Développer les transports collectifs Fiche n 3 : Développer

Plus en détail

COMMUNE DE PRESLES - PLAN DE PREVENTION DES RISQUES * * * * * * * * * * * * * * * SOMMAIRE * * * * *

COMMUNE DE PRESLES - PLAN DE PREVENTION DES RISQUES * * * * * * * * * * * * * * * SOMMAIRE * * * * * COMMUNE DE PRESLES - PLAN DE PREVENTION DES RISQUES * * * * * * * * * * * * * * * SOMMAIRE * * * * * TITRE I Page Portée du P.P.R - Dispositions générales - 2 - Article 1.1 - Champ d'application Article

Plus en détail

Plan écophyto en Auvergne

Plan écophyto en Auvergne Plan écophyto en Auvergne Moins de produits phytosanitaires pour l'entretien des routes, autoroutes et voies ferrées Document régional d'actions engagées par les gestionnaires d'infrastructures linéaires

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE SUR MER PIECE 3 REGLEMENT

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE SUR MER PIECE 3 REGLEMENT PREFECTURE DU CALVADOS direction départementale de l'équipement Calvados service urbanisme PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie Fiche HYDRAULIQUE Pourquoi un caniveau Pour évacuer rapidement l eau de pluie Lors de la réalisation de grands espaces imperméabilisés, les maîtres d œuvre sont confrontés aux problèmes de l évacuation

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Exemples d estimations

Exemples d estimations les Rencontres de l Urbanisme 2008 Conseil d architecture d urbanisme et de l environnement Exemples d estimations Hypothèses Tous les coûts de cette étude sont donnés en H.T. Le coût d exploitation est

Plus en détail

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX. Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX. Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix Dans le prolongement de ses précédents avis sur la Charte de l Environnement qui portait sur la

Plus en détail

«Jardiner au naturel; ça coule de source» La mise en place sur le bassin versant de l Arc Lundi 6 octobre 2014

«Jardiner au naturel; ça coule de source» La mise en place sur le bassin versant de l Arc Lundi 6 octobre 2014 «Jardiner au naturel; ça coule de source» La mise en place sur le bassin versant de l Arc Lundi 6 octobre 2014 Sommaire - Présentation du bassin de l Arc - Contexte sur le bassin de l Arc : une pollution

Plus en détail

Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0

Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 Message de bienvenue par M.Lorenzini Conseiller administratif Présentation du concept d assainissement Par M. Dubois service des travaux et de l urbanisme Par M. Martin

Plus en détail

JOURNÉES EAU ET ENVIRONNEMENT

JOURNÉES EAU ET ENVIRONNEMENT Eléments de réflexion sur les outils de calcul utilisés en hydrologie urbaine et leur variables d entrées Rémi WAGNER Page 2/X CONTEXTE Recours recommandé à l utilisation des modèles COMMENT EVITER? Rémi

Plus en détail