Tests virologiques dans les hépatites B et C

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tests virologiques dans les hépatites B et C"

Transcription

1 Tests virologiques dans les hépatites B et C Virological tests in hepatitis B and C doi: /hpg Stéphane Chevaliez Centre national de référence des hépatites B, C et delta, laboratoire de virologie, Inserm U841, hôpital Henri-Mondor, université Paris-XII, 51, avenue du Maréchal-de-Lattrede-Tassigny, Créteil, France Tirés à part : S. Chevaliez Résumé. Les outils virologiques, sérologiques et moléculaires sont indispensables à la prise en charge des hépatites virales, à la fois pour le diagnostic de l infection, la mise en place du traitement antiviral et le suivi de la réponse virologique au traitement. Le diagnostic de l hépatite aiguë B est fondé sur l interprétation des profils sérologiques du virus de l hépatite B (VHB). Le diagnostic des hépatites chroniques B repose sur l interprétation des profils sérologiques et sur la quantification de l ADN du VHB. L évaluation de l efficacité du traitement antiviral est fondée sur des mesures répétées de la charge virale. Chez les malades ayant une hépatite chronique B antigène HBe positif, l efficacité sera également appréciée par la perte de l antigène HBe, éventuellement suivie de l apparition des anticorps anti-hbe. Le diagnostic des hépatites C repose sur la détection des anticorps dirigés contre le virus de l hépatite C (VHC) et de l ARN du VHC par une méthode moléculaire sensible. La détermination du génotype est recommandée, car ce dernier influence la décision de traiter et détermine la dose de ribavirine, la durée du traitement et le suivi de l efficacité antivirale. Mots clés : virus de l hépatite B, virus de l hépatite C, hépatite virale, diagnostic, sérologie, ADN VHB, ARN VHC Abstract. Virological assays are invaluable tools for the management of viral hepatitis. They can be used to diagnose infection, establish its prognosis, guide treatment decisions and assess the virological responses to therapy. The diagnosis of acute hepatitis B virus (HBV) infection is based on the interpretation of antigen-antibody profiles and, for chronic hepatitis B, on serological profiles and HBV DNA detection and quantification. Treatment responses are assessed by repeated measures of HBV DNA levels by means of a sensitive molecular method. In addition, in HBe antigen-positive patients, the treatment response is also witnessed by the loss of HBe antigen, eventually followed by the appearance of HBe antibodies. The diagnosis of hepatitis C is based on the detection of anti-hcv antibodies and HCV RNA by means of sensitive molecular techniques. HCV genotype determination is used to tailor the treatment schedule to the individual patient. Treatment efficacy is assessed by means of molecular techniques. Key words : hepatitis B virus, hepatitis C virus, viral hepatitis, HBV DNA, HCV RNA, diagnostic serology L Organisation mondiale de la santé a estimé à plus de 500 millions le nombre d individus atteints d hépatites chroniques B et C, soit un être humain sur 12 environ [1, 2]. Les infections chroniques par le virus de l hépatite B (VHB) et le virus de l hépatite C (VHC) sont responsables d environ à décès chaque année dans le monde. La prévalence des carcinomes hépatocellulaires (CHC) attribuables aux infections par le VHB et le VHC a été estimée à plus de dans le monde en 2002 [3]. La prévention de la progression de la maladie hépatique vers la cirrhose et le CHC est l objectif majeur du traitement antiviral. Les outils virologiques, sérologiques et moléculaires sont indispensables à la prise en charge des malades infectés par le VHB ou le VHC, à la fois pour le diagnostic de l infection, la mise en place du traitement antiviral et le suivi de la réponse virologique au traitement. Outils virologiques Différents marqueurs virologiques peuvent être utilisés pour le diagnostic et le suivi des patients atteints d hépatites virales B et C (tableau 1). 345

2 Tableau 1. Marqueurs virologiques disponibles pour la prise en charge des patients atteints d hépatites virales B et C. Virus de l hépatite B Marqueurs directs Antigène de surface de l hépatite B (AgHBs) Antigène e de l hépatite B (AgHBe) ADN du VHB Génotype du VHB Substitutions amino-acidiques associées à la résistance Marqueurs indirects Anticorps anti-hbs Anticorps anti-hbc (IgM et IgG) Anticorps anti-hbe Virus de l hépatite C Marqueurs directs ARN du VHC Génotype du VHC Marqueurs indirects Anticorps anti-vhc totaux Six marqueurs virologiques principaux du VHB ont une utilité avérée en pratique clinique : l antigène HBs (AgHBs), les anticorps anti-hbs, l antigène HBe (AgHBe), les anticorps anti-hbe, les anticorps dirigés contre la protéine de capside (anticorps anti-hbc totaux et IgM anti-hbc) et l ADN viral. Trois marqueurs virologiques du VHC sont utilisés en pratique clinique : les anticorps anti-vhc totaux, le génotype et l ARN viral. Tests sérologiques de détection et de quantification des antigènes viraux et des anticorps La détection (et parfois la quantification) des antigènes viraux et des anticorps spécifiques dans les fluides biologiques est fondée sur l utilisation de tests immunoenzymatiques de type Elisa (enzyme-linked immunosorbent-assay). Ces tests sont appelés «sandwich», car l antigène ou l anticorps recherchés sont pris en «sandwich» entre deux anticorps lorsqu il s agit d un antigène, entre un antigène et un antianticorps lorsqu il s agit d un anticorps. Les méthodes immuno-enzymatiques sont faciles à utiliser, automatisables et, de ce fait, permettent de traiter un grand nombre d échantillons. Elles sont en outre peu coûteuses. Tests moléculaires Ces méthodes utilisent les techniques de biologie moléculaire appliquées à la détection et à la quantification des génomes viraux, ainsi qu à l analyse de leur séquence nucléotidique ou amino-acidique. Détection et quantification du génome viral Différentes méthodes de biologie moléculaire permettent la détection et la quantification du génome viral dans les liquides biologiques : les méthodes d amplification de la cible, comme la polymerase chain reaction (PCR), et les méthodes d amplification du signal, comme la technique de capture d hybrides ou celle des ADN branchés. Quelle que soit la technique utilisée, l expression des résultats en unités internationales par millilitre (UI/mL) est indispensable afin de standardiser et de comparer les résultats des examens réalisés dans les différents laboratoires. Les techniques classiques de détection et de quantification du génome viral sont actuellement remplacées par les techniques de PCR dite «en temps réel» [4]. Ces dernières bénéficient d un intervalle de quantification linéaire étendu, adapté à la mesure des charges virales observées en clinique, et sont plus sensibles que les techniques de PCR classique, avec une limite inférieure de détection de l ordre de 10 à 15 UI/mL, aussi bien pour l ADN du VHB que pour l ARN du VHC. Les techniques de PCR en temps réel n exposent pas au risque de faux-positifs liés à des contaminations croisées et peuvent être entièrement automatisées, ce qui réduit considérablement le temps d analyse [4]. Plusieurs trousses de PCR en temps réel sont disponibles pour la détection et la quantification de l ADN du VHB et de l ARN du VHC (tableau 2). Les performances intrinsèques des trousses de détection et de quantification de l ADN du VHB sont satisfaisantes [5, 6]. En ce qui concerne la détection et la quantification de l ARN du VHC, les performances analytiques des trousses sont plus variables [7, 8]. Analyse de la séquence du génome viral L analyse de la séquence nucléotidique et aminoacidique des génomes du VHB et du VHC est utilisée pour la détermination du génotype viral et pour l identification des substitutions amino-acidiques associées à la résistance du VHB aux analogues nucléos(t)idiques. Elle est le plus souvent fondée sur le séquençage direct ou sur l hybridation inverse des produits d amplification après PCR, qui permettent l identification de substitutions nucléotidiques à des positions particulières. L analyse de la séquence nucléotidique ou aminoacidique d une portion du génome viral par séquençage des produits d amplification après PCR est la méthode de référence. Des trousses commerciales sont disponibles. La trousse Trugene 5 NC HCV Genotyping kit (Siemens Health care Diagnostics, Tarrytown, New York) permet la détermination du génotype du VHC. La trousse Trugene HBV Genotyping Kit (Siemens) permet l identification des substitutions aminoacidiques associées à la résistance du VHB à la chimiothérapie antivirale. 346

3 Tableau 2. Trousses de PCR en temps réel commerciales pour la détection et la quantification du génome viral des hépatites B et C. Test Fournisseur Méthode Limite inférieure de détection (UI/mL) Virus de l hépatite B Cobas Taqman HBV Real-Art HBV PCR assay Abbott Real-time HBV Roche Molecular Systems, Pleasanton, Californie Qiagen, Hamburg, Allemagne Abbott Diagnostic, Chicago, Illinois PCR en temps réel (Cobas Taqman) après extraction automatisée (Cobas Ampliprep) PCR en temps réel après extraction manuelle PCR en temps réel (m2000 RT ) après extraction automatisée (m2000 SP ) Intervalle de quantification (UI/mL) à Virus de l hépatite C Cobas Taqman HCV Abbott Real-time HCV Roche Molecular Systems, Pleasanton, Californie Abbott Diagnostic, Chicago, Illinois Versant HCV RNA Siemens Healthcare 1.0 (kpcr) * Diagnostic, Tarrytown, New York * Trousse de PCR en développement. Des techniques plus rapides et plus sensibles que le séquençage direct des produits d amplification ont été développées [9]. La plus utilisée est la technique du «Line Probe Assay» (INNO-LiPA, Innogenetics, Gand, Belgique) fondée sur l hybridation inverse de produits de PCR à des sondes oligonucléotidiques fixées sur un support solide. La nouvelle génération de ce test, VERSANT HCV Genotype 2.0 Assay, permet une bien meilleure différenciation des sous-types des souches de VHC de génotype 1 que les tests de génotypage fondés sur la seule analyse de la région 5 non-codantes [10-13]. La trousse INNO-LiPA HBV DR v3 permet de détecter précocement (en moyenne six mois avant les techniques de séquençage direct) la sélection de substitutions associées à la résistance du VHB. Les marqueurs sériques utilisés en pratique clinique pour le diagnostic et la prise en charge thérapeutique des infections par le VHB et la VHC sont présentés dans le tableau 1. Utilisation pratique des outils virologiques au cours des hépatites aiguës et chroniques B Les marqueurs sériques (AgHBs, AgHBe, anticorps anti-hbc IgM et totaux, anticorps anti-hbe, anticorps anti-hbs et ADN du VHB) sont utilisés en pratique clinique pour le diagnostic et la prise en charge thérapeutique des infections par le VHB. PCR en temps réel (Cobas Taqman) après extraction automatisée (Cobas Ampliprep) PCR en temps réel (m2000 RT ) après 12 à extraction automatisée (m2000 SP ) PCR en temps réel Diagnostic de l hépatite aiguë B La figure 1A montre la cinétique d évolution des marqueurs virologiques au cours de l hépatite aiguë B. En pratique, les quatre marqueurs suivants : AgHBs, anticorps anti-hbc totaux, IgM anti-hbc et anticorps anti- HBs doivent être recherchés en première intention devant toute suspicion d hépatite aiguë B. La mise en évidence de l ADN du VHB n est pas utile pour le diagnostic d infection aiguë. L AgHBs est le premier marqueur sérologique qui apparaît dans le sang au cours de l infection aiguë B (figure 1A). Il devient détectable 6 à 10 semaines après le contage. En cas de présence certaine ou possible de l AgHBs, une nouvelle détermination doit être réalisée sur un deuxième prélèvement, différent du premier (Journal Officiel du 12 août 1997). La présence de l AgHBs doit également être obligatoirement confirmée par un test de neutralisation afin d éliminer un éventuel faux-positif. La présence simultanée d AgHBs et d IgM anti-hbc à un titre élevé dans un contexte d hépatite aiguë signe avec certitude le diagnostic d hépatite aiguë B. Les IgM anti-hbc apparaissent1à2semaines après l AgHBs et persistent pendant 6 à 24 mois. Les IgG anti-hbc apparaissent également précocement et persistent toute la vie. La disparition de l AgHBs est le critère sérologique de «guérison» d une hépatite aiguë B. Elle est habituellement suivie,6à8mois après le contage, par l apparition des anticorps anti-hbs au cours de la phase de séroconversion HBs, qui signent la rémission de l infection aiguë B (figure 1A). La présence d IgM anti-hbc en l absence d AgHBs et d anticorps anti-hbs peut être 347

4 A Symptômes AgHBe Anti-HBe ADN VHB Anticorps totaux anti-hbc Titre anti-hbs Titre AgHBs Aiguë (6 mois) IgM anti-hbc Semaines après infection B ADN VHB AgHBe Chronique (Année) Anti-HBe AgHBs Anticorps totaux anti-hbc IgM anti-hbc Semaines après infection Années Figure 1. Cinétiques des marqueurs virologiques au cours des infections par le VHB : A) infection aiguë B ; B) infection chronique B. 348

5 observée pendant la période dite de «convalescence» qui suit la disparition de l AgHBs. Dans ce cas, la présence des IgM anti-hbc permet de poser le diagnostic, qui est confirmé par l apparition ultérieure des anticorps anti-hbs. Diagnostic de l hépatite chronique B Le portage chronique du VHB est défini par la persistance au-delà de 6 mois de l AgHBs. L hépatite chronique B associe au portage de l AgHBs une réplication virale élevée (généralement > à210 4 UI/mL), une augmentation permanente ou intermittente de l activité sérique des aminotransférases [14, 15] et une activité nécrotico-inflammatoire à l examen histologique du foie [14, 16, 17]. La figure 1B montre la cinétique d évolution des marqueurs virologiques au cours d une infection virale B évoluant vers la chronicité. Au cours de l infection chronique, l AgHBs et les anticorps anti-hbc totaux sont présents. Deux types d hépatites chroniques B peuvent être observés : les hépatites chroniques à AgHBe positif et les hépatites chroniques à AgHBe négatif. Les malades ayant un AgHBe présent en l absence d anticorps anti-hbe sont infectés par une souche virale dite «sauvage». Ces sujets ont le plus souvent un niveau de réplication virale élevé. Les malades ayant des anticorps anti-hbe en l absence d AgHBe sont infectés par une souche dite «mutante de la région pré-c et/ou de la région promotrice du core» et sont aujourd hui majoritaires en France [18, 19]. En règle générale, les patients à AgHBe négatif ont une réplication virale plus faible que les patients AgHBe positifs. Les porteurs inactifs du VHB ont des niveaux de réplication virale faibles (< UI/mL), une activité sérique des aminotransférases normale de façon répétée et des anticorps anti-hbe en l absence d AgHBe. Traitement de l hépatite chronique B Décision de traiter Chez les malades ayant une hépatite chronique B, la décision thérapeutique est fondée sur l évaluation de multiples paramètres cliniques, biologiques et pronostiques, dont les plus importants sont le niveau de la charge virale, le niveau d activité sérique des aminotransférases et la sévérité de l atteinte hépatique. Chez les patients AgHBe positifs, le traitement antiviral est indiqué lorsque la charge virale est supérieure à UI/mL et l activité sérique des aminotransférases supérieure à au moins 2 fois la limite supérieure de la normale [14, 20-22]. Chez les patients ayant une maladie hépatique compensée et une activité sérique des aminotransférases normale à modérément augmentée (entre 1 et 2 fois la limite supérieure de la normale) et quelle que soit la valeur de la charge virale, une surveillance de celle-ci et de l activité sérique des aminotransférases doit être réalisée tous les 3 à 6 mois. Le traitement antiviral doit être considéré chez tous les patients ayant une activité nécrotico-inflammatoire et/ou une fibrose modérée à sévère à l examen histologique du foie, même si le niveau de réplication virale est faible (< UI/mL) [14, 20-22]. Chez les patients AgHBe négatifs, le traitement antiviral est indiqué chez les malades ayant une charge virale supérieure à UI/mL et une activité sérique des aminotransférases supérieure à 2 fois la limite supérieure de la normale [14, 22]. Chez les patients ayant une maladie hépatique compensée, une activité des transaminases normales a modérément augmentée (entre 1 et 2 fois la limite supérieure de la normale) et une charge virale comprise entre UI/mL et UI/mL, une surveillance de la charge virale et de l activité sérique des aminotransférases doit être réalisée tous les mois pendant les trois premiers mois, puis tous les 6 à 12 mois. Suivi de l efficacité antivirale du traitement Quels que soient le statut sérologique HBe et le traitement entrepris, l évaluation de l efficacité du traitement antiviral est fondée sur des mesures répétées de la charge virale et de l activité sérique des aminotransférases, en principe tous les 3 à 6 mois [23]. Chez les patients ayant un AgHBe positif, l efficacité du traitement antiviral est attestée par la perte de l antigène HBe, éventuellement suivie de l apparition des anticorps anti-hbe (séroconversion HBe), par une réduction significative de la charge virale inférieure à UI/mL et une normalisation de l activité sérique des aminotransférases. Chez les patients ayant un AgHBe positif et en l absence d une séroconversion HBe et chez les malades ayant un AgHBe négatif, l objectif du traitement antiviral est un ADN du VHB indétectable par une méthode de détection sensible, idéalement une méthode de PCR en temps réel avec un seuil de détection de 10 à 15 UI/mL [23]. Dans ce cas, le contrôle de la réplication virale s accompagne d une normalisation de l activité sérique des aminotransférases. Si l ADN viral reste détectable 24 à 48 semaines après le début du traitement, il existe un risque de développer une résistance. Dans tous les cas, lorsqu une réponse virologique au traitement a été observée (réduction significative de la charge virale) et qu elle est suivie d une rechute caractérisée par une augmentation de la charge virale d au moins 1 Log 10 UI/mL par rapport au nadir, une résistance virale au traitement doit être suspectée, après vérification de l observance thérapeutique [22, 23]. La mise en évidence des substitutions amino-acidiques associées à la résistance n a pas d indication claire en pratique clinique aujourd hui, mais elle pourrait deve- 349

6 nir indispensable pour guider la prescription, à condition que des algorithmes décisionnels consensuels soient établis, permettant d orienter la thérapeutique en fonction des résultats de résistance génotypique. Suivi des hépatites B non traitées Le traitement n est habituellement pas recommandé lorsque l ADN viral est indétectable ou inférieur à UI/mL, avec une activité sérique des aminotransférases normale [14]. Néanmoins, la surveillance régulière des hépatites B non traitées est conseillée. Elle comprend la surveillance biologique de l activité sérique des aminotransférases tous les mois pendant les 3 premiers mois, puis tous les 6à12mois. L évaluation de l atteinte hépatique est recommandée, à l aide d une méthode invasive ou non invasive lorsque l activité sérique des aminotransférases augmente de façon intermittente ou permanente. La quantification de l ADN du VHB est utile tous les 6 mois afin de détecter une augmentation de la charge virale et de reconsidérer l indication thérapeutique. Chez les patients ayant une cirrhose, la détermination du taux de prothrombine et la surveillance de la survenue d un CHC par échographie et dosage de l alphafœtoprotéine sont indispensables. Utilisation pratique des outils virologiques au cours des hépatites aiguës et chroniques C Les marqueurs sériques (anticorps anti-vhc totaux, génotype et ARN VHC) sont utilisés en pratique clinique pour le diagnostic et la prise en charge thérapeutique des infections par le VHC. Diagnostic de l hépatite aiguë C La figure 2A montre la cinétique d évolution des marqueurs virologiques au cours de l hépatite aiguë C. En pratique, les patients avec une forte suspicion d hépatite aiguë C doivent être testés pour la présence des anticorps anti-vhc totaux et l ARN du VHC par une méthode sensible avec un seuil de détection d au moins 50 UI/mL [24]. Quatre profils d interprétation sont possibles selon la présence ou l absence de chaque marqueur. La seule présence de l ARN du VHC en l absence d anticorps anti-vhc totaux signe le diagnostic d hépatite aiguë C et sera confirmée par l apparition ultérieure des anticorps au cours de la séroconversion anti-vhc. La présence simultanée des deux marqueurs permet d affirmer la présence du virus, sans distinguer l infection aiguë d une exacerbation aiguë d une hépatite chronique C ou d une hépatite aiguë d autre cause chez un patient atteint d hépatite chronique C. En l absence des deux marqueurs, le diagnostic d hépatite aiguë C peut être éliminé avec certitude. Enfin, lorsque seuls les anticorps anti-vhc sont présents, il n est habituellement pas possible de différencier une hépatite C ancienne guérie d un fauxpositif du test ELISA. Diagnostic de l hépatite chronique C Le portage chronique du VHC est défini par la persistance au-delà de 6 mois, de l ARN du VHC chez des sujets ayant des signes cliniques et/ou biologiques d hépatopathie chronique. La détection de l ARN du VHC en l absence d anticorps anti-vhc totaux est exceptionnelle avec les tests ELISA de troisième génération et est exclusivement observée chez des patients profondément immunodéprimés, hémodialysés ou chez des sujets agammaglobulinémiques [25, 26]. La figure 2B montre la cinétique d évolution des marqueurs virologiques au cours de l hépatite chronique. Traitement de l hépatite chronique C Le traitement de l hépatite chronique C repose sur l administration combinée d interféron alpha-2a ou -2b pégylé et de ribavirine. L éradication du virus est appréciée par la réponse virologique prolongée, caractérisée par un ARN viral indétectable (méthode sensible avec seuil de détection inférieur à 50 UI/mL) 24 semaines après l arrêt du traitement. Décision de traiter La décision de traiter est fondée sur l évaluation de paramètres cliniques, biologiques et pronostiques, dont les plus importants sont la sévérité de l atteinte hépatique, les chances de guérison, ainsi que la présence de contre-indications au traitement et la volonté du patient d être traité. Indication thérapeutique et suivi du traitement La détermination du génotype doit être systématiquement réalisée avant le début du traitement, car il influence la décision de traiter et détermine la dose de ribavirine, la durée du traitement et le suivi de l efficacité antivirale (figure 3) [27]. Le traitement est administré 24 semaines chez les malades infectés par un VHC de génotype 2 ou 3, avec une dose faible de ribavirine (800 mg par jour). Le traitement est en revanche administré 48 semaines chez les malades infectés par un VHC de génotype 1, 4, 5 et 6, avec une dose plus forte de ribavirine adaptée à la masse corporelle (1 000 à mg par jour). La mesure de la charge virale par une méthode moléculaire avant le début du traitement et à la semaine 12 est recommandée chez les malades infectés par un VHC 350

7 A Symptômes ± Anticorps anti-vhc totaux ARN VHC ALAT Titre Titre B Normal Symptômes ± Semaines après infection ARN VHC ALAT Normal Semaines après infection Anticorps anti-vhc totaux Figure 2. Cinétiques des marqueurs virologiques au cours des infections par le VHC : A) infection aiguë C ; B) infection chronique C. de génotype 1 (figure 3). Les malades ayant réduit leur charge virale de moins de 2 Log 10 (c est-à-dire l ayant divisée par moins de 100) à la semaine 12 doivent arrêter le traitement, car ils n ont aucune chance d obtenir une guérison. Les malades ayant diminué leur charge virale d au moins 2 Log 10 à la semaine 12 doivent poursuivre le traitement. Si l ARN viral est indétectable (< 50 UI/mL), le traitement doit être de 48 semaines au total. Si l ARN viral reste détectable en dépit de la décroissance de 2 Log 10 à la semaine 12, on recommande aujourd hui de prolonger le traitement jusqu à 72 semaines [28, 29]. Des études récentes ont montré que la quantification de l ARN viral à la semaine 4 de traitement (réponse virologique rapide) était un facteur prédictif important de la guérison, et ce, quel que soit le génotype du VHC [30]. Les malades ayant une réponse virologique rapide (ARN du VHC indétectable à la semaine 4) pourraient bénéficier d un traitement raccourci (24 semaines pour les malades infectés par un VHC de génotype 1, 4, 5 ou 6 et 12 à 16 semaines pour les malades infectés par un VHC de génotype 2 ou 3) [31-35]. 351

8 Génotype VHC VHC -1 (4, 5, 6) Quantification ARN VHC - 2, 3 Quantification ARN Bithérapie longue Ribavirine mg Bithérapie courte Ribavirine 800 mg Quantification ARN à S4 Quantification ARN à S4 ARN VHC - Poursuite jusqu à S24 Diminution < 2 Log Arrêt du traitement (traitement de maintenance à discuter en fonction de la réduction de la charge virale) Suivi des hépatites C non traitées Chez les patients n ayant pas d indication du traitement ou ayant une contre-indication, la quantification de l ARN du VHC n a pas de valeur pronostique. En effet, le niveau de la réplication virale n est corrélé ni à la sévérité de l atteinte hépatique ni au risque de progression vers la cirrhose ou le CHC. La surveillance régulière des hépatites C non traitées est conseillée. Elle comprend la surveillance régulière de l activité sérique des aminotransférases et l évaluation de l atteinte hépatique à l aide d une méthode invasive ou non invasive lorsque l activité sérique des aminotransférases augmente de façon intermittente ou permanente [36]. Références ARN VHC + Quantification ARN à S12 Diminution 2 Log ARN VHC - Poursuite jusqu à S48 1. Lavanchy D. Hepatitis B virus epidemiology, disease burden, treatment, and current and emerging prevention and control measures. J Viral Hepat 2004 ; 11 : Shepard CW, Finelli L, Alter MJ. Global epidemiology of hepatitis C virus infection. Lancet Infect Dis 2005; 5: diminution 2 Log ARN VHC + Poursuite jusqu à S72 ARN VHC - Poursuite jusqu à S12 ou S16 ARN VHC + Poursuite jusqu à S24 Figure 3. Algorithme décisionnel et de suivi du traitement de l hépatite chronique C par la combinaison d interféron alpha pégylé et de ribavirine en fonction du génotype. 3. Parkin DM. The global health burden of infection-associated cancers in the year Int J Cancer 2006 ; 118 : Pawlotsky JM. Molecular diagnosis of viral hepatitis. Gastroenterology 2002 ; 122 : Chevaliez S, Bouvier-Alias M, Laperche S, Pawlotsky JM. Performance of the Cobas AmpliPrep/Cobas TaqMan real-time PCR assay for hepatitis B virus DNA quantification. J Clin Microbiol 2008 ; 46 : Thibault V, Pichoud C, Mullen C, Rhoads J, Smith JB, Bitbol A, et al. Characterization of a new sensitive PCR assay for quantification of viral DNA isolated from patients with hepatitis B virus infections. J Clin Microbiol 2007 ; 45 : Chevaliez S, Bouvier-Alias M, Brillet R, Pawlotsky JM. Overestimation and underestimation of hepatitis C virus RNA levels in a widely used real-time polymerase chain reaction-based method. Hepatology 2007 ; 46 : Chevaliez S, Bouvier-Alias M, Pawlotsky JM. Performance of the Abbott m2000sp/m2000rt real-time polymerase chain reaction assay for hepatitis C virus RNA quantification. In ; Sertoz RY, Erensoy S, Pas S, Akarca US, Ozgenc F, Yamazhan T, et al. Comparison of sequence analysis and INNO-LiPA HBV DR line probe assay in patients with chronic hepatitis B. J Chemother 2005 ; 17 : Bouchardeau F, Cantaloube JF, Chevaliez S, Portal C, Razer A, Lefrere JJ, et al. Improvement of hepatitis C virus (HCV) genotype determination with the new version of the INNO-LiPA HCV assay. J Clin Microbiol 2007 ; 45 :

9 11. Chevaliez S, Bouvier-Alias M, Vandervenet C, Pawlotsky JM. HCV genotype determination in clinical practice : weaknesses of assays based on the 5 noncoding region and improvment with teh core-coding region. Hepatology 2007 ; 46 : 839A. 12. Stelzl E, van der Meer C, Gouw R, Beld M, Grahovac M, Marth E, et al. Determination of the hepatitis C virus subtype : comparison of sequencing and reverse hybridization assays. Clin Chem Lab Med 2007 ; 45 : Verbeeck J, Stanley MJ, Shieh J, Celis L, Huyck E, Wollants E, et al. Evaluation of Versant hepatitis C virus genotype assay (LiPA) 2.0. J Clin Microbiol 2008 ; 46 : Keeffe EB, Dieterich DT, Han SH, Jacobson IM, Martin P, Schiff ER, et al. A treatment algorithm for the management of chronic hepatitis B virus infection in the United States : an update. Clin Gastroenterol Hepatol 2006;4: Prati D, Taioli E, Zanella A, Della Torre E, Butelli S, Del Vecchio E, et al. Updated definitions of healthy ranges for serum alanine aminotransferase levels. Ann Intern Med 2002 ; 137 : Lok AS, Heathcote EJ, Hoofnagle JH. Management of hepatitis B : 2000 summary of a workshop. Gastroenterology 2001 ; 120 : Lok AS, McMahon BJ. Chronic hepatitis B : update of recommendations. Hepatology 2004 ; 39 : Zarski JP, Marcellin P, Leroy V, Trepo C, Samuel D, Ganne-Carrie N, et al. Characteristics of patients with chronic hepatitis B in France : predominant frequency of HBe antigen negative cases. J Hepatol 2006 ; 45 : Zoulim F, Poynard T, Degos F, Slama A, El Hasnaoui A, Blin P, et al. A prospective study of the evolution of lamivudine resistance mutations in patients with chronic hepatitis B treated with lamivudine. J Viral Hepat 2006 ; 13 : de Franchis R, Hadengue A, Lau G, Lavanchy D, Lok A, McIntyre N, et al. EASL International Consensus Conference on Hepatitis B September, 2002 Geneva, Switzerland. Consensus statement (long version). J Hepatol 2003 ; 39 : S3-S Liaw YF, Leung N, Guan R, Lau GK, Merican I, McCaughan G, et al. Asian-Pacific consensus statement on the management of chronic hepatitis B: a 2005 update. Liver Int 2005 ; 25 : Lok AS, McMahon BJ. Chronic hepatitis B. Hepatology 2007 ; 45 : Pawlotsky JM, Dusheiko G, Hatzakis A, Lau D, Lau G, Liang TJ, et al. Virologic monitoring of hepatitis B virus therapy in clinical trials and practice : recommendations for a standardized approach. Gastroenterology 2008 ; 134 : Pawlotsky JM. Use and interpretation of virological tests for hepatitis C. Hepatology 2002 ; 36 : S65-S Lok AS, Chien D, Choo QL, Chan TM, Chiu EK, Cheng IK, et al. Antibody response to core, envelope and nonstructural hepatitis C virus antigens : comparison of immunocompetent and immunosuppressed patients. Hepatology 1993 ; 18 : Thio CL, Nolt KR, Astemborski J, Vlahov D, Nelson KE, Thomas DL. Screening for hepatitis C virus in human immunodeficiency virus-infected individuals. J Clin Microbiol 2000 ; 38 : Hadziyannis SJ, Sette Jr. H, Morgan TR, Balan V, Diago M, Marcellin P, et al. Peginterferon-alpha2a and ribavirin combination therapy in chronic hepatitis C : a randomized study of treatment duration and ribavirin dose. Ann Intern Med 2004 ; 140(5) : Berg T, von Wagner M, Nasser S, Sarrazin C, Heintges T, Gerlach T, et al. Extended treatment duration for hepatitis C virus type 1 : comparing 48 versus 72 weeks of peginterferon-alfa-2a plus ribavirin. Gastroenterology 2006 ; 130 : Sanchez-Tapias JM, Diago M, Escartin P, Enriquez J, Romero- Gomez M, Barcena R, et al. Peginterferon-alfa2a plus ribavirin for 48 versus 72 weeks in patients with detectable hepatitis C virus RNA at week 4 of treatment. Gastroenterology 2006 ; 131 : Fried MW, Hadziyannis SJ, Shiffman M, Messinger D, Zeuzem S. Rapide virological response is a more important predictor of sustained virological response (SVR) than genotype in patients with chronic hepatitis C virus infection. J Hepatol 2008 ; 48 : S Ferenci P, Bergholz U, Laferl H, Scherzer TM, Maieron A, Gschwantler M, et al. 24 weeks treatment regimen with peginterferon alpha-2a (40 kda) (Pegasys) plus ribavirin (Copegus) in HCV genotype 1 or 4 super-responders. J Hepatol 2006 ; 44 : S Zeuzem S, Buti M, Ferenci P, Sperl J, Horsmans Y, Cianciara J, et al. Efficacy of 24 weeks treatment with peginterferon alfa-2b plus ribavirin in patients with chronic hepatitis C infected with genotype 1 and low pretreatment viremia. J Hepatol 2006 ; 44 : Dalgard O, Bjoro K, Hellum KB, Myrvang B, Ritland S, Skaug K, et al. Treatment with pegylated interferon and ribavarin in HCV infection with genotype 2 or 3 for 14 weeks : a pilot study. Hepatology 2004 ; 40 : Mangia A, Santoro R, Minerva N, Ricci GL, Carretta V, Persico M, et al. Peginterferon alfa-2b and ribavirin for 12 versus 24 weeks in HCV genotype 2 or 3. N Engl J Med 2005 ; 352 : von Wagner M, Huber M, Berg T, Hinrichsen H, Rasenack J, Heintges T, et al. Peginterferon-alpha-2a (40KD) and ribavirin for 16 or 24 weeks in patients with genotype 2 or 3 chronic hepatitis C. Gastroenterology 2005 ; 129 : Consensus NIH. Statement on Management of Hepatitis C : NIH Consens State Sci Statements 2002 ; 19 :

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C La PCR en temps réel est fondée sur la détection et la quantification des produits d amplification au cours de la réaction de PCR, dans le tube fermé, plutôt qu à la fin de la réaction comme c est le cas

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

Virus de l hépatite B et marqueurs

Virus de l hépatite B et marqueurs Virus de l hépatite B et marqueurs Le virus de l hépatite B (VHB) Virus VHB: Hepadnavirus,, ADN enveloppé. Modes de transmission principaux: Parentérale Nosocomiale Toxicomanie intraveineuse Sexuelle Mère-enfant

Plus en détail

Diagnostic au laboratoire de l hépatite B Protéine C AgHBc Protéine Pré-S2 Protéine S Protéine Pré-S1 AgHBs Marqueurs sérologiques AgHBs Anticorps anti-hbs ADN viral 42nm Particule de Dane Polymérase Anticorps

Plus en détail

2

2 1 2 Au total, 3 types de test moléculaires sont disponibles en virologie médicale. Ces tests incluent les tests de détection et de quantification de l ARN du VHC à l aide de méthode en temps réel (PCR

Plus en détail

Quand peut-on arrêter le traitement de l hépatite B par analogues?

Quand peut-on arrêter le traitement de l hépatite B par analogues? Quand peut-on arrêter le traitement de l hépatite B par analogues? EPU Paris-Diderot 7 janvier 2014 Pr Tarik Asselah MD, PhD Service d Hépatologie INSERM U773, CRB3 Université Paris Diderot Hôpital Beaujon,

Plus en détail

Nouveaux Outils pour le Diagnostic & le Suivi des Hépatites Virales Chroniques

Nouveaux Outils pour le Diagnostic & le Suivi des Hépatites Virales Chroniques Nouveaux Outils pour le Diagnostic & le Suivi des Hépatites Virales Chroniques Stéphane Chevaliez Centre National de Référence Des Hépatites B, C et delta Laboratoire de Virologie & INSERM U955 Hôpital

Plus en détail

Histoire naturelle de l infection chronique VHB

Histoire naturelle de l infection chronique VHB 21emes journées nationales de la société Algérienne d hépato-gastroentérologie Histoire naturelle de l infection chronique VHB Dr Salima Cheraitia Service de Médecine Interne & de Gastro-Entérologie EPH

Plus en détail

Suivi virologique. à la lumière des recommandations européennes EASL Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire Cerba

Suivi virologique. à la lumière des recommandations européennes EASL Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire Cerba Suivi virologique des hépatites chroniques B à la lumière des recommandations européennes EASL 2009 Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire Cerba Introduction Epidémiologie Le virus Le diagnostic Les traitements

Plus en détail

Traitement sur mesure de l hépatite B. Patrick Marcellin. Service d Hépatologie et INSERM U773-CRB3 - Hôpital Beaujon - Clichy

Traitement sur mesure de l hépatite B. Patrick Marcellin. Service d Hépatologie et INSERM U773-CRB3 - Hôpital Beaujon - Clichy Traitement sur mesure de l hépatite B Patrick Marcellin Service d Hépatologie et INSERM U773-CRB3 - Hôpital Beaujon - Clichy Le traitement de l hépatite chronique B a nettement progressé au cours des dernières

Plus en détail

D OUZAN. Surveillance du sujet antigène Hbs + non traité. Connaître les critères d'abstention thérapeutique. Savoir comment surveiller ces patients.

D OUZAN. Surveillance du sujet antigène Hbs + non traité. Connaître les critères d'abstention thérapeutique. Savoir comment surveiller ces patients. D OUZAN Surveillance du sujet antigène Hbs + non traité Connaître les critères d'abstention thérapeutique. Savoir comment surveiller ces patients. Surveillance du sujet AgHBs positif non traité Denis OUZAN

Plus en détail

Traitement préemptif de la réactivation virale B

Traitement préemptif de la réactivation virale B Traitement préemptif de la réactivation virale B Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes Unité d Hépatologie, INSERM. 567 Hôpital Cochin - Paris La problèmatique o Homme de 65 ans, né au Laos

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C Concentration relative NUMERO - info 7 2016 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C 1- DIAGNOSTIC SÉROLOGIQUE DE L HÉPATITE A Le diagnostic d une infection récente par le virus de l hépatite

Plus en détail

Dosage quantitatif de l antigène HBs : utile ou non?

Dosage quantitatif de l antigène HBs : utile ou non? Dosage quantitatif de l antigène HBs : utile ou non? Dr Marie-Luce Delforge Laboratoire de séro-virologie Hôpital Erasme ULB Bruxelles CORATA 26 septembre 2013 1 Virus de l hépatite B 2 Cycle réplicatif

Plus en détail

TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB. Clémence Hollande DES

TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB. Clémence Hollande DES TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB Clémence Hollande DES 3 Messages à retenir 1) Chez tous patients allant recevoir un traitement immunosuppresseur: Ag HBs, Ac anti-hbs, Ac anti-hbc 2) Savoir reconnaître une

Plus en détail

Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus?

Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus? Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus? Pr Victor de Lédinghen Centre Expert Hépatites Virales Aquitaine CHU Bordeaux Prévalence de l hépatite B Impact clinique de l hépatite

Plus en détail

Utilité de la biopsie hépatique chez le sujet Ag Hbe négatif avec DNA VHB entre UI/mL et ALAT normales?.

Utilité de la biopsie hépatique chez le sujet Ag Hbe négatif avec DNA VHB entre UI/mL et ALAT normales?. Utilité de la biopsie hépatique chez le sujet Ag Hbe négatif avec DNA VHB entre 2000-20000UI/mL et ALAT normales?. Y. Chikhi 1, S. Berkane 1, N. Debzi 2, S. Cheraitia 1, N. Afredj 2, N. Guessab 2, M. Merniz

Plus en détail

Role of virological tools in the management of chronic hepatitis B. e diagnostic et le suivi virologiques

Role of virological tools in the management of chronic hepatitis B. e diagnostic et le suivi virologiques Place des outils virologiques dans la prise en charge de l hépatite chronique B Role of virological tools in the management of chronic hepatitis B Stéphane Chevaliez, Jean-Michel Pawlotsky Centre national

Plus en détail

Morphologie et structure du HBV

Morphologie et structure du HBV Morphologie et structure du HBV Histoire naturelle Infection primaire 95 % 5 % Guérison Persistance Hépatite chronique Porteur inactif Cirrhose Hépatocarcinome Evolution des marqueurs dans l hépatite B

Plus en détail

Hépatite B. Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen. Journée régionale ARS décembre 2016

Hépatite B. Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen. Journée régionale ARS décembre 2016 Hépatite B Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen Journée régionale ARS décembre 2016 Hépatite B 1967: découverte de l antigène Australia (Blumberg et al., 1967), prix Nobel en 1976 1970: VHB en Microscopie

Plus en détail

Stratégie diagnostique et thérapeutique de l hépatite chronique virale C

Stratégie diagnostique et thérapeutique de l hépatite chronique virale C Stratégie diagnostique et thérapeutique de l hépatite chronique virale C Isabelle Fouchard Hubert ; réseau Hépatites 49, CHU Angers Depuis 1989 (1), date de la découverte du virus de l hépatite C (VHC),

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L INFECTION PAR LE VIRUS DE L HEPATITE B : NOUVELLES RECOMMANDATIONS AMERICAINES HEPATITIS B : AMERICAN NEW RECOMMANDATIONS

PRISE EN CHARGE DE L INFECTION PAR LE VIRUS DE L HEPATITE B : NOUVELLES RECOMMANDATIONS AMERICAINES HEPATITIS B : AMERICAN NEW RECOMMANDATIONS Lu pour vous Reading for your PRISE EN CHARGE DE L INFECTION PAR LE VIRUS DE L HEPATITE B : NOUVELLES RECOMMANDATIONS AMERICAINES HEPATITIS B : AMERICAN NEW RECOMMANDATIONS C. MARRAKCHI, M. BEN JEMAA.

Plus en détail

Cas clinique. A.Jmâa, L.Golli, A.Ben slama, A.Souguir, S.Ajmi Service d Hépato gastroentérologie CHU Sahloul.

Cas clinique. A.Jmâa, L.Golli, A.Ben slama, A.Souguir, S.Ajmi Service d Hépato gastroentérologie CHU Sahloul. Cas clinique A.Jmâa, L.Golli, A.Ben slama, A.Souguir, S.Ajmi Service d Hépato gastroentérologie CHU Sahloul Mr C, 22 ans Asthénie ATDS : frère porteur inactif du VHB Poids =70 kg, taille = 1,76 m, examen

Plus en détail

N 83 - Hépatites virales.

N 83 - Hépatites virales. N 83 - Hépatites virales. Stanislas Pol, Frédéric Dubois Unité d'hépatologie, Hôpital Necker, Paris; Service de virologie, Hôpital Bretonneau, Tours. Objectifs Diagnostiquer une hépatite virale. Argumenter

Plus en détail

Hépatite B Recommandations Philippe Sogni

Hépatite B Recommandations Philippe Sogni Hépatite B Recommandations Philippe Sogni 1 Pr Philippe Sogni, M.D., Ph.D. Affiliations Institut Cochin, CNRS (UMR 8104), INSERM U-1016; Université Paris-Descartes, Sorbonne Paris Cité; Assistance Publique

Plus en détail

POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB. Alger 15 Décembre 2016

POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB. Alger 15 Décembre 2016 POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB Alger 15 Décembre 2016 Epidémiologie une prévalence mondiale élevée 10 cause de décès dans le monde Lavanchy D. J Hepatitis 2004 Epidémiologie de

Plus en détail

Comment Traiter une Hépatite. Chronique B en 2009

Comment Traiter une Hépatite. Chronique B en 2009 SEMINAIRE ATELIER 4 Février 2009 Comment Traiter une Hépatite Chronique B en 2009 CHABI S., BERKANE S. Hépatite Chronique Virale B 350-400 millions de personnes infectées dans le monde 1,2 Millions décès

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel

Plus en détail

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Dr. Mouni Bensenane CHU Nancy Sixième rencontre autour des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Alger, le 09 novembre 2011 M. B âgé de 18 ans, étudiant

Plus en détail

SURVEILLANCE DU TRAITEMENT DE L'HEPATITE CHRONIQUE B PAR ANALOGUE. Lorraine Blaise DES 18/01/2014

SURVEILLANCE DU TRAITEMENT DE L'HEPATITE CHRONIQUE B PAR ANALOGUE. Lorraine Blaise DES 18/01/2014 SURVEILLANCE DU TRAITEMENT DE L'HEPATITE CHRONIQUE B PAR ANALOGUE Lorraine Blaise DES 18/01/2014 Indications au traitement INFLAMMATION : ALAT >N VIREMIE : HBV DNA >2000IU/ml HEPATOPATHIE : > A1 / F1 CIRRHOSE

Plus en détail

Hépatite chronique C à transaminases normales

Hépatite chronique C à transaminases normales Hépatite chronique C à transaminases normales Philippe Sogni Service d Hépato-gastroentérologie, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Cochin Port-Royal (Université Paris 5) Au cours du suivi d une hépatite

Plus en détail

4. Recommandations de la HAS

4. Recommandations de la HAS 4. Recommandations de la HAS 4.1 Dépistage de l hépatite C La HAS, en accord avec l avis du groupe de travail HAS, valide l algorithme biologique de dépistage de l hépatite C proposé par le groupe de travail

Plus en détail

Quand arrêter le traitement?

Quand arrêter le traitement? Quand arrêter le traitement? When should treatment be stopped? d hui, des tests de détection très sensibles (PCR en temps réel) permettent d obtenir des mesures fiables de l ADN du VHB sérique. La normalisation

Plus en détail

Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment?

Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment? Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment? Victor de Lédinghen Centre Expert Hépatites Virales Aquitaine CHU Bordeaux Liens d intérêt Echosens Supersonic Imagine Pourquoi faut-il évaluer la fibrose?

Plus en détail

ATELIER DE VIROLOGIE AFRAMED 2017

ATELIER DE VIROLOGIE AFRAMED 2017 ATELIER DE VIROLOGIE AFRAMED 2017 CHARGES VIRALES HIV/HBV/HCV (Tunisie) Pr Imène FODHA Laboratoire de Microbiologie Pr HU en Microbiologie / PhD CHU Sahloul, Sousse (Tunisie) Introduction : la biologie

Plus en détail

Prise en charge de l hépatite B

Prise en charge de l hépatite B Plan Prise en charge de l hépatite B Maud Berney Lamielle Colloque du 23.02.2011 Présentation d un cas Epidémiologie/transmission Comment interpréter les résultats de labo? Evolution/complications Quel

Plus en détail

La quantification de l antigène HBs. Michelle Martinot-Peignoux

La quantification de l antigène HBs. Michelle Martinot-Peignoux La quantification de l antigène HBs Nouvel outil pour le suivi du traitement Intérêt chez les porteurs inactifs in Michelle Martinot-Peignoux INSERM, U-77, Centre de Recherche Biomédicale Bichat-Beaujon

Plus en détail

QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF

QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF Pr F. HADDAD, Dr I. HALLOULY, Pr R. ALAOUI Service d Hépato- Gastro- Entérologie CHU Ibn Rochd- Casablanca

Plus en détail

Item 163: Hépatites virales.

Item 163: Hépatites virales. Item 163: Hépatites virales. Objectifs pédagogiques Connaître les modes de transmission des différentes hépatites virales et les modalités de leur prévention. Prescrire et interpréter les examens sérologiques

Plus en détail

Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud

Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Plus en détail

Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur du Cameroun ANRS

Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur du Cameroun ANRS Projet 12327 Validation d un test moléculaire automatisé de faible coût pour le suivi de l infection par le virus de l hépatite B en Afrique et en Asie du Sud-Est Richard Njouom Chef du Service de Virologie

Plus en détail

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte)

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) * AASLD Guidelines for Treatment of Chronic Hepatitis B Terrault NA et al. Hepatology 2016 Claude EUGENE 1 Hépatite B : l histoire

Plus en détail

Traitement de l hépatite chronique B

Traitement de l hépatite chronique B Traitement de l hépatite chronique B Dominique Salmon Hôpital Cochin, Université Paris Descartes 20e Congrès de la STPI, Tunis, Avril 2010 Le VHB : une forte prévalence dans le monde 2 milliards de personnes

Plus en détail

Traitement de l'hépatite chronique C par l'association interféron-ribavirine

Traitement de l'hépatite chronique C par l'association interféron-ribavirine Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 72 - mars 1999 VHC - IFN+RIBAVIRINE Traitement de l'hépatite chronique C par l'association interféron-ribavirine

Plus en détail

Peg-interféron alfa-2b «ViraferonPeg» dans le traitement de l hépatite chronique C

Peg-interféron alfa-2b «ViraferonPeg» dans le traitement de l hépatite chronique C Peg-interféron alfa-2b «ViraferonPeg» dans le traitement de l hépatite chronique C INTRODUCTION - Peg-Interféron + Ribavirine Traitement de référence VHC - Réponse virologique soutenue «Guérison» 50% -

Plus en détail

Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites. Hélène BARRAUD, CHU NANCY

Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites. Hélène BARRAUD, CHU NANCY Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites Hélène BARRAUD, CHU NANCY Le problème Hépatite aigue Hépatite chronique Cirrhose Evènements Cancer HCV - Population générale : Prévalence des Ac anti-vhc

Plus en détail

VHB : pas directement cytopathogène!

VHB : pas directement cytopathogène! Hépatite B VHB : pas directement cytopathogène! Réactions immunologiques > effet cytopathogène L intensité du conflit entre le VHB et les défenses immunitaires de l hôte détermine la gravité de l infection

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2016-2017 - Principales méthodes de diagnostic virologique prélèvements, sérologies, biologie moléculaire, - Exemples par

Plus en détail

Présentation clinique. Présenté par Rdte KOOLI.I

Présentation clinique. Présenté par Rdte KOOLI.I Présentation clinique Présenté par Rdte KOOLI.I Patiente A.A âgée de 38 ans Médecin ATCDS : RAS FRH : *Soins Dentaires (+) *Relations Sexuelles Extraconjugales (-) *Tatouage (-) *Scarification (-) Consulte

Plus en détail

Le porteur inactif du VHB: existe-t-il? Docteur Xavier Causse CHR d Orléans

Le porteur inactif du VHB: existe-t-il? Docteur Xavier Causse CHR d Orléans Le porteur inactif du VHB: existe-t-il? Docteur Xavier Causse CHR d Orléans 5-11-2016 Liens d intérêt Gilead: activités de conseil, conférences, invitations en qualité d auditeur Cas clinique 1 Femme de

Plus en détail

Traitement de l hépatite C selon le génotype en 2014

Traitement de l hépatite C selon le génotype en 2014 Traitement de l hépatite C selon le génotype en 2014 Docteur Vincent Leroy Clinique d Hépato- gastroentérologie, Pôle DIGI- DUNE, CHU et INSERM/UJF U823, IAPC, IAB, Grenoble Des progrès spectaculaires

Plus en détail

Tests non invasifs dans le diagnostic et le suivi de la fibrose au cours de l hépatite chronique B

Tests non invasifs dans le diagnostic et le suivi de la fibrose au cours de l hépatite chronique B Tests non invasifs dans le diagnostic et le suivi de la fibrose au cours de l hépatite chronique B Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes APHP, Hôpital Cochin, Hépatologie INSERM U.567 Les

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Leila SAFER Service d Hépato-Gastroentérologie CHU Monastir- TUNISIE

CAS CLINIQUE. Leila SAFER Service d Hépato-Gastroentérologie CHU Monastir- TUNISIE CAS CLINIQUE Leila SAFER Service d Hépato-Gastroentérologie CHU Monastir- TUNISIE Observation Madame N.. 26 ans, G2P1A0, adressée pour Ag HBs+ Pas d antécédents notables Enceinte à 24 SA Découverte fortuite

Plus en détail

Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique

Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique Patients VIH+ décédés en 2000 (n = 822) Maladie hépatique SIDA Autre VHC et VHB (n = 35) VHC (n = 235) VHB (n = 64)

Plus en détail

Formation Continue. Professeur Stanislas POL. Hépatite B : qui ne pas traiter?

Formation Continue. Professeur Stanislas POL. Hépatite B : qui ne pas traiter? 27 èmes Journées de JFHOD 2009 19-22 mars 2009 Formation Continue Palais des congrès PARIS Professeur Stanislas POL Hépatite B : qui ne pas traiter? Comment diagnostiquer la fibrose de l hépatite B Comment

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

Avis 10 juillet 2013

Avis 10 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 juillet 2013 COPEGUS 200 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 362 003 9 5) B/42 (CIP : 34009 361 590 8 2) B/112 (CIP : 34009 362 004 5 6) B/168 (CIP : 34009 361

Plus en détail

Traitement préemptif du VHB. Olivia Pietri DES HGE 18/1/14

Traitement préemptif du VHB. Olivia Pietri DES HGE 18/1/14 Traitement préemptif du VHB Olivia Pietri DES HGE 18/1/14 AGENDA I. Introduction II. Epidémiologie III. Réactivation IV. Modalités du traitement V. Modalités du traitement: Chez les patients sous RITUXIMAB

Plus en détail

Actualités sur l hépatite B Alexandra Ducancelle

Actualités sur l hépatite B Alexandra Ducancelle 40e Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Actualités sur l hépatite B 27.09.2011 Alexandra Ducancelle Laboratoire de virologie CHU Angers UPRES 3859 CHU Angers INTRODUCTION Epidémiologie virale

Plus en détail

Problématiques hépato-biliaires rencontrées au cours du psoriasis

Problématiques hépato-biliaires rencontrées au cours du psoriasis Problématiques hépato-biliaires rencontrées au cours du psoriasis Pr Matthieu Allez Service Hépato-Gastroentérologie Dr Manuelle Viguier Service Dermatologie Hôpital Saint-Louis Questions/Réponses Hépatites

Plus en détail

Interféron, cirrhose et carcinome hépatique

Interféron, cirrhose et carcinome hépatique Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 68 - septembre 98 THERAPEUTIQUE, CLINIQUE Interféron, cirrhose et carcinome hépatique Alain Landau Hôpital

Plus en détail

Evaluation de 2 stratégies de dépistage de l hépatite C sans ponction veineuse

Evaluation de 2 stratégies de dépistage de l hépatite C sans ponction veineuse 16ème Journée annuelle du GEMHEP Paris, INTS 29 Novembre 2011 Evaluation de 2 stratégies de dépistage de l hépatite C sans ponction veineuse Test de diagnostic rapide versus test combiné antigène-anticorps

Plus en détail

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI 1. Quels sont les agents responsables? 2. Quand suspecter une hépatite virale aigue? 3. Comment faire le diagnostic d une hépatite aigue virale? 4. Comment surveiller

Plus en détail

Hépatites virales. Hépatite virale A. Pr. M. Messast. Introduction. Problème de santé mondial HVB, HVC. Virus A, B, C, D, E

Hépatites virales. Hépatite virale A. Pr. M. Messast. Introduction. Problème de santé mondial HVB, HVC. Virus A, B, C, D, E Hépatites virales Pr. M. Messast Introduction Problème de santé mondial 350.000.000 HVB, 170.000.000 HVC Virus A, B, C, D, E Hépatite aiguë (tous) Hépatite chronique (B, C, D) Cirrhose Carcinome hépatocellulaire

Plus en détail

La réactivation virale B. Valérie CANVA, CHRU Lille XX èmes JRPI - 01/10/2013

La réactivation virale B. Valérie CANVA, CHRU Lille XX èmes JRPI - 01/10/2013 La réactivation virale B Valérie CANVA, CHRU Lille XX èmes JRPI - 01/10/2013 Les 3 phases de l infection chronique à VHB Gerlich, Virol J 2013 L infection par le VHB est dynamique 9 Charge virale élevée

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2014-2015 Méthodes virologiques courantes Méthodes directes : détecter l agent infectieux ou l un de ses composants - infectiosité

Plus en détail

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14-

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14- Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni Rencontres en infectiologie 14- Cas clinique Mr M.L, âgé de 41 ans Suivi en hématologie depuis octobre

Plus en détail

Hépatite B Histoire Naturelle Nouveaux concepts thérapeutiques. Fabien Zoulim CHU de Lyon

Hépatite B Histoire Naturelle Nouveaux concepts thérapeutiques. Fabien Zoulim CHU de Lyon Hépatite B Histoire Naturelle Nouveaux concepts thérapeutiques Fabien Zoulim CHU de Lyon HBsAg Immunotolerant phase Immuno-active phase Inactive phase Low replication Reactivation phase Occult infection

Plus en détail

Cohorte multicentrique de malades infectés par le Virus de l Hépatite Delta en France. Dr Emmanuel Gordien Dr Ségolène Brichler Pr Dominique Roulot

Cohorte multicentrique de malades infectés par le Virus de l Hépatite Delta en France. Dr Emmanuel Gordien Dr Ségolène Brichler Pr Dominique Roulot Cohorte multicentrique de malades infectés par le Virus de l Hépatite Delta en France Dr Emmanuel Gordien Dr Ségolène Brichler Pr Dominique Roulot Laboratoire de virologie associé au CNR des Hépatites

Plus en détail

Le virus de l'hépatite Delta: Mise au point 40 ans après sa découverte

Le virus de l'hépatite Delta: Mise au point 40 ans après sa découverte Le virus de l'hépatite Delta: Mise au point 40 ans après sa découverte Richard Njouom, PhD/HDR Directeur de Recherche Chef du Service de Virologie Centre Pasteur du Cameroun Sommaire 1. Le Virus de l hépatite

Plus en détail

PORTAGE ASYMPTOMATIQUE DE L ANTIGENE HBs CHEZ UNE FEMME DE 23 ANS

PORTAGE ASYMPTOMATIQUE DE L ANTIGENE HBs CHEZ UNE FEMME DE 23 ANS PORTAGE ASYMPTOMATIQUE DE L ANTIGENE HBs CHEZ UNE FEMME DE 23 ANS Jean-Baptiste NOUSBAUM CHU La Cavale Blanche Hépato-Gastroentérologie 29609 BREST CEDEX jean-baptiste.nousbaum@chu-brest.fr 1 Observation

Plus en détail

Hépatite C et greffe d organes: indications, contre-indications et évolution. Marc Bilodeau, MD Service d hépatologie CHUM

Hépatite C et greffe d organes: indications, contre-indications et évolution. Marc Bilodeau, MD Service d hépatologie CHUM Hépatite C et greffe d organes: indications, contre-indications et évolution Marc Bilodeau, MD Service d hépatologie CHUM Évolution des receveurs HCV+ en greffe d organes Utilisation de donneurs anti-hcv

Plus en détail

aminotransférases virus hépatocyte hépatocyte CYTOLYSE IFN-γ TNF-α INHIBITION NON-CYTOLYTIQUE DE LA REPLICATION VIRALE lymphocyte T CD8+

aminotransférases virus hépatocyte hépatocyte CYTOLYSE IFN-γ TNF-α INHIBITION NON-CYTOLYTIQUE DE LA REPLICATION VIRALE lymphocyte T CD8+ aminotransférases hépatocyte virus hépatocyte CYTOLYSE - - lymphocyte T CD8+ IFN-γ TNF-α INHIBITION NON-CYTOLYTIQUE DE LA REPLICATION VIRALE Hépatite B Hepadnaviridae Orthohepadnavirus ds/ssdna enveloppe

Plus en détail

Actualités virologiques des tests de dépistage

Actualités virologiques des tests de dépistage Actualités virologiques des tests de dépistage Tests classiques et TROD en 2013 Perspectives Dr J. Cottalorda - Dufayard La «Cascade» de la prise en charge en France (2010) 100% 90% 80% 100% 149900 20%

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 BARACLUDE 0,5 mg comprimé pelliculé B / 30 376289-7 : 30 plaquettes thermoformées aluminium de 1 comprimé BARACLUDE 1 mg comprimé pelliculé B / 30 376291-1

Plus en détail

Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales

Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales Dr Laurence MORAND-JOUBERT CHU Saint-Antoine-Inserm U943 Qu appelle-t on tests rapides d orientation diagnostique? Ce sont des

Plus en détail

ANSM- avril /22

ANSM- avril /22 Recommandations portant diffusion des algorithmes de validation biologique des tests de dépistage des maladies transmissibles applicables à la qualification biologique des organes, des tissus et des cellules

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE B

VIRUS DE L HEPATITE B VIRUS DE L HEPATITE B Problème de santé publique. Incidence en Mauritanie = 74 % des individus ont été en contact avec le virus. Forte prévalence évaluée à 25%, ~ 350 millions de porteurs chroniques du

Plus en détail

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an Hépatite B Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an zone de forte endémie (8-20%): Asie SE, Afrique zone d endémie moyenne

Plus en détail

Traitement de l hépatite B chronique par les analogues de nucléos(t)ides

Traitement de l hépatite B chronique par les analogues de nucléos(t)ides J. Afr. Hépatol. Gastroentérol. DOI 10.1007/s12157-015-0601-4 ARTICLE / ARTICLE Traitement de l hépatite B chronique par les analogues de nucléos(t)ides Chronic hepatitis B treatment with nucleoside analogs

Plus en détail

Hegel Vol. 2 N 1 2012 7. Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B?

Hegel Vol. 2 N 1 2012 7. Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B? Hegel Vol. 2 N 1 2012 7 DOI 10.4267/2042/46985 HÉPATOLOGIE Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B? Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck ; F-06700 Saint Laurent

Plus en détail

Les virus des hépatites virales

Les virus des hépatites virales Les virus des hépatites virales Pr.Khelifa - Hépatites primitives : Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite G (HGV) - Atteintes hépatiques

Plus en détail

Traitement des hépatites chroniques B : Actualités et Perspectives

Traitement des hépatites chroniques B : Actualités et Perspectives Traitement des hépatites chroniques B : Actualités et Perspectives Professeur Christian TREPO Service Hépatologie Hôpital de la Croix-Rousse Unité de recherche sur les hépatites virales INSERM U1052/CRCL

Plus en détail

Compte tenu de sa prévalence élevée et de

Compte tenu de sa prévalence élevée et de Traitement de l hépatite virale B Treatment of hepatitis B infection M. Lemoine* Compte tenu de sa prévalence élevée et de son risque d évolution vers la cirrhose et le carcinome hépatocellulaire (CHC),

Plus en détail

Département d hépato-gastroentérologie, Unité Inserm U548, CHU de Grenoble (38)

Département d hépato-gastroentérologie, Unité Inserm U548, CHU de Grenoble (38) hépatite chronique B en ligne sur/ on line on www.masson.fr/revues/pm Presse Med. 2006; 35: 304-7 2006, Masson, Paris Dossier thématique Épidémiologie de l hépatite chronique B Jean-Pierre Zarski Département

Plus en détail

Hépatites virales aigües

Hépatites virales aigües 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Gastro-Entéro-Hépatologie Hépatites virales aigües Virus hépatotropes Virus A : Picornavirus Virémie : 10 à 20 jours après la contamination Disparition

Plus en détail

XIII CONGRES NATIONAL DE DIABETOLOGIE Alger Mai Samir ROUABHIA, Faculté de Médecine de Batna

XIII CONGRES NATIONAL DE DIABETOLOGIE Alger Mai Samir ROUABHIA, Faculté de Médecine de Batna XIII CONGRES NATIONAL DE DIABETOLOGIE Alger 27 28 29 Mai 2011 Prévalence du diabète de type 2 chez les patients atteints d hépatite virale chronique C dans la région de Batna Samir ROUABHIA, Faculté de

Plus en détail

Evaluation non invasive de la fibrose. dans les hépatites virales. Clinique Universitaire d Hépato-Gastroentérologie INSERM U823 CHU de Grenoble

Evaluation non invasive de la fibrose. dans les hépatites virales. Clinique Universitaire d Hépato-Gastroentérologie INSERM U823 CHU de Grenoble Evaluation non invasive de la fibrose dans les hépatites virales Vincent LEROY Clinique Universitaire d Hépato-Gastroentérologie INSERM U823 CHU de Grenoble Hépatite C : la fibrose a une valeur pronostique

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Dr Soufiene CHOUAIB. Service Gastro-Entérologie B HÔPITAL LA RABTA.

Dr Soufiene CHOUAIB. Service Gastro-Entérologie B HÔPITAL LA RABTA. Dr Soufiene CHOUAIB Service Gastro-Entérologie B HÔPITAL LA RABTA hépatite aiguë plus ou moins sévère, voire fulminante hépatite chronique +/- active risque évolutif vers une cirrhose et CHC. Histoire

Plus en détail

Actualités sur l hépatite B Perspectives de traitement

Actualités sur l hépatite B Perspectives de traitement Actualités sur l hépatite B Perspectives de traitement Fabien Zoulim Service d hépatologie, Hospices Civils de Lyon INSERM U1052, Cancer Research Center of Lyon Université de Lyon 240 millions de porteurs

Plus en détail

HEPATITE C Diagnostic et suivi virologique des patients

HEPATITE C Diagnostic et suivi virologique des patients XIIème Journée Annuelle d'échanges du réseau DIALIN HEPATITE C Diagnostic et suivi virologique des patients Caroline BRUNEL SCHOLTES, MCU PH Laboratoire de Virologie, Institut des Agents Infectieux Hôpital

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES À TRANSMISSION PARENTÉRALE: DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

LES HÉPATITES VIRALES À TRANSMISSION PARENTÉRALE: DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE LES HÉPATITES VIRALES À TRANSMISSION PARENTÉRALE: DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Pr Abdelhalim Trabelsi Faculté de pharmacie de Monastir Laboratoire de Microbiologie Sahloul 16 è m e s j o u r n é e s p h a r m

Plus en détail

Comment Optimiser le Traitement anti-vhc chez les naïfs PHC Nabil Debzi Service d hépatologie CHU Mustapha Alger

Comment Optimiser le Traitement anti-vhc chez les naïfs PHC Nabil Debzi Service d hépatologie CHU Mustapha Alger Comment Optimiser le Traitement anti-vhc chez les naïfs PHC 2015 Nabil Debzi Service d hépatologie CHU Mustapha Alger Observation Chirurgien : 36 ans, poids 100 kg, Taille 180 cm, BMI 30,9. - jamais transfusé,

Plus en détail