ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27"

Transcription

1 Communauté d agglomération des Portes de l Eure Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de l Eure ATELIER Rénovation énergétique 15 décembre ALEC27 - CAUE27

2 SOMMAIRE TYPOLOGIES DE BÂTI ANCIEN Spécificités et caractéristiques FONCTIONNEMENT DU BÂTI ANCIEN Fonctionnement hydrique Fonctionnement thermique Comparaison entre bâti ancien et récent RÉNOVATION Paroi froide Isolation Inertie Etanchéité à l air Pathologies liées à l humidité CAS PRATIQUES

3 TYPOLOGIES DE BÂTI ANCIEN Selon la période Bâti ancien : avant fin XIX e siècle Les matériaux et méthodes de construction évoluent lors de la phase transitoire. Les comportements des bâtis sont différents : La stratégie de rénovation énergétique s adapte au cas par cas. Source : «ATHEBA Pro»

4 TYPOLOGIES DE BÂTI ANCIEN Le bâti rural avant fin XIXe Bâti ancien : avant fin XIX e siècle Architecture vernaculaire, utilisant les ressources locales comme matières premières. Selon la géologie : argile (crue ou cuite :brique), bois, silex, pierre blanche calcaire (vallée de Seine) etc. Longère à pans de bois Maison en bauge Rapport à l environnement fort : privilégie les ouvertures au sud plutôt qu au nord. Maison en pierre calcaire

5 TYPOLOGIES DE BÂTI ANCIEN Le bâti urbain avant fin XIXe Selon l ancienneté du bâti (avant fin XIX e siècle), l architecture utilise les ressources locales comme matières premières. Selon la géologie : argile (crue ou cuite :brique), bois, silex, pierre blanche calcaire etc. Maison en brique Maison à pans de bois Maison mixte pierre / pans de bois

6 TYPOLOGIES DE BÂTI ANCIEN Le bâti urbain à partir fin XIXe A partir de la fin du XIX e siècle, le bâti s inspire des courants architecturaux de l époque. Les matériaux utilisés font référence à ceux du bâti vernaculaire. Mais ils ne sont plus locaux et la mise en œuvre évolue. Maison en brique avec enduit Habitat ouvrier en bande Maison début XX e : courant Art nouveau Maison années 1920 : courant néonormand

7 Maison composée de matériaux mixtes COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DES PORTES DE L EURE TYPOLOGIES DE BÂTI ANCIEN Matériaux Se méfier des enduits qui ne révèlent pas la nature des matériaux. Parfois, ces derniers peuvent être mixtes. Importance du diagnostic : Avant tout travaux à entreprendre, il est impératif de connaître la composition du bâti, afin d éviter l apparition de désordres. Maison en brique avec enduit

8 FONCTIONNEMENT DU BÂTI ANCIEN Gestion de l eau Gestion de l eau dans le bâti ancien (avant fin XIX e ) : Les matériaux conduisent l eau vers l extérieur. Source «ATHEBA» «

9 FONCTIONNEMENT DU BÂTI ANCIEN Approche thermique L épaisseur des murs et le matériau employé ont leur importance pour le confort intérieur. Déphasage moyen des matériaux Pans de bois, torchis (ép. 20 cm) 7 h Cela favorise l inertie thermique : capacité à stocker de la chaleur pour la restituer. Déphasage thermique dans la journée. Utile pour les résidences principales. Grès (ép. 50 cm) Brique (ép. 35 cm) Pierre calcaire (ép. 40cm) Parpaing en ciment (ép. 20 cm) Granit (ép. 50cm) 8 h 11 h 13 h 5 h 7h Source «

10 Source :ATHEBA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DES PORTES DE L EURE FONCTIONNEMENT DU BÂTI ANCIEN Approche thermique Le bâti ancien : un ancrage plus fort dans le site. Un comportement qui sait tirer profit de son environnement. Etude BATAN : les bâtis anciens consomment en moyenne 161 kw/h du m 2 /an.

11 COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DES PORTES DE L EURE CONNAÎTRE LE BÂTI ANCIEN Une réflexion globale Avant d effectuer des travaux, il est nécessaire : - de s interroger sur son mode de vie (temps d occupation du logement etc.) - d avoir une vision globale du fonctionnement du bâti : s assurer qu il est sain (nécessite dans la plupart des cas un diagnostic). Possibilité d une rénovation énergétique moins lourde dans le bâti ancien, et création d une extension bioclimatique.

12 RÉNOVATION Bioclimatisme Une architecture qui exploite les atouts de son environnement : - Apport solaire du sud en hiver et filtration en été - Protection des vents dominants - Peu d ouvertures au nord - Favoriser l inertie thermique Principes architecture bioclimatique Source

13 RÉNOVATION Paroi froide Améliorer la sensation de confort : La température ressentie = T paroi + T de l air 2 Inconfort : à partir de + de 3 d écart entre T paroi et T de l air Source «L isolation thermique écologique» J.P. Oliva et S. Courgey

14 RÉNOVATION Menuiseries Amélioration des performances des menuiseries : plusieurs possibilités => - ajout d une double fenêtre (aspect patrimonial) - remplacement par une meunerie plus performante Source : «ATHEBA Pro»

15 Source «L isolation thermique écologique» J.P. Oliva et S. Courgey COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DES PORTES DE L EURE RÉNOVATION Isolation Les caractéristiques techniques à connaître : > Le coefficient λ et R pour exprimer la performance d un isolant : - λ: conductivité thermique : propriété d un matériau à transmettre la chaleur (par rayonnement, conduction, convection). Plus λ est petit, plus le matériau est isolant. Mesure : W/mk. - R : résistance thermique : plus l épaisseur «e» d un matériau est importante, plus le flux de chaleur qui cherche à le traverser rencontre de résistance. R= e/λ. Plus est R est grand, plus c est isolant. Mesure : M 2 K/W.

16 RÉNOVATION Isolation Combles habitables Un procédé possible (couverture non modifiée) : Source : «ATHEBA Pro»

17 RÉNOVATION Isolation Combles habitables Un procédé possible (couverture modifiée) : Source : «ATHEBA Pro»

18 RÉNOVATION Isolation Cas le plus performant : combles perdus Source : «ATHEBA Pro»

19 RÉNOVATION Inertie Composer avec l inertie : quelques exemples de choix de stratégies. Source «Rénover-réhabiliter-agrandir sa maison» CAUE76

20 RÉNOVATION Ventilation L isolation ainsi que le changement de fenêtre s accompagne d une ventilation. La VMC simple flux suppose une arrivée d air, intégrée aux fenêtres. VMC simple flux VMC double flux Source « «

21 RÉNOVATION Humidité et pathologies Causes humidité : - humidité ascensionnelle * (capillarité) - condensation * (surface et interne) - infiltration (défaut d étanchéité, débord de toiture insuffisant ) accentuées ou causées par matériaux hydrofuges L excès d humidité peut : - porter préjudice à la pérennité de la structure (risque : bois) - entraîner surconsommation d énergie (local difficile à chauffer) - provoquer des gênes respiratoires (à cause de prolifération de champignons) Enduit ciment extérieur empêchant l eau de s évacuer Laine de roche, trop sensible à la vapeur d eau Enduit ciment intérieur empêchant l eau de s évacuer Source «

22 RÉNOVATION Humidité et pathologies Pour éviter les 2 premières causes : Se méfier des matériaux non appropriés aux supports d origine. Opter pour des matériaux perspirants pour éviter l apparition d eau liquide dans la paroi (condensation). La perspirance dépend de la résistance à la diffusion de vapeur (se mesure en mètre) sd = µ x épaisseur (en mètre) Plus µ est petit, plus il laisse passer la vapeur d eau. Source « «ATHEBA»

23 RÉNOVATION Etanchéité à l air Etanchéité à l air : Objectif de la RT2012 : 0,6m 3 /(h.m 2 ) - Améliorer la performance de l isolant - Eviter les phénomènes de condensation Nécessite une mise en œuvre irréprochable pour éviter les pathologies liées à l humidité. Source «L isolation thermique écologique» J.P. Oliva et S. Courgey

24 RÉNOVATION Données à prendre en compte * Mise en garde : Le facteur de résistance à a vapeur d eau est faible, pour autant, la laine de verre n est pas hygroscopique. En cela, ce matériau est inapproprié aux parois perspirantes. Isolants Masse volumiqu e (kg/m 3 ) Conductivité thermique λ W/m.K Dépahsage pour 20 cm d épaisseur Facteur résist. vapeur d eau µ Polystyrène expansé 10 à 30 0,032 à 0,038 4h 20 à Prix moyens observés au m2 10 à 20 pour 6 cm ép. Polyuréthane 20 à 40 20,024 à 0,03 6h 8030 à à 30 6cm ép. Laine de verre 10 à 40 0,32 à 0,042 4h 1* 4 à 6 6cm ép. Mousse minérale 115 0,045 7h 3 5 à 9 10 cm ép. Panneaux de bois 45 à 55 0,38 15h 1 à 2 5 à 15 5cm ép. Liège expansé 100 à 150 0,036 à 0,042 13h 5 à à 70 25cm ép. Laine chanvre 25 0,038 à 0,042 7h 1 à 2 7 à 8 5cm ép. Laine de lin 25 0,037 6h 1à cm ép. Paille bottes 75 0,045 à 0,05 8h 1 à 2 2 la botte Ouate de cellulose 70 à 100 0,039 12h 2 17 à cm ép.

25 Source «L isolation thermique écologique» J.P. Oliva et S. Courgey, CAUE27 COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DES PORTES DE L EURE CAS PRATIQUES Interventions Maison à pans de bois : - Reprise de la dalle (hérissonnage) - correction thermique des murs : enduit chaux/chanvre de 7 cm - Isolation des combles : 40 cm de chanvre en vrac (pour un R = 9,5) Traitement de dalle à forte inertie

26 Source «L isolation thermique écologique» J.P. Oliva et S. Courgey, CAUE27 COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DES PORTES DE L EURE CAS PRATIQUES Interventions Maison en brique : - Reprise de la dalle (hérissonnage) - isolation minérale intérieure en panneaux rigides - Isolation des combles : 40 cm de chanvre en vrac (pour un R = 9,5) Traitement de dalle à forte inertie

27 CAS PRATIQUE Interventions Pavillon années 1960 : - Isolation dalle RDC - isolation par l extérieur - Isolation des combles : 25 cm ouate de cellulose (pour un R = 9,7) Source «Maisons d architectes en Haute- Normandie»

28 Documentations Bibliographie - -> fiches ATHEBA - L isolation thermique écologique, J.P. Oliva et S. Courgey - RT2012 et RT existant, D. Molle et P-M. Patry - Rénovation thermique du bâti traditionnel ancien normand, ARPE Basse- Normandie - -> fiches RAGE

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels isoler sa maison pourquoi? quand? comment et où? - améliorer le confort intérieur - faire des économies d énergies - respecter la réglementation déperditions toiture 25 à 30 % sol 7 à 15 % murs 15 à 25

Plus en détail

Le comportement thermique du bâti ancien

Le comportement thermique du bâti ancien Le comportement thermique du bâti ancien CAUE de Meurthe et Moselle Le 16 septembre 2009 Julien BURGHOLZER Responsable du groupe Construction au Centre d Études Techniques de l Équipement (CETE) de l Est

Plus en détail

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ),

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ), Définition Isolant : Matériau limitant les transferts d énergies entre deux systèmes (cas d un bâtiment : intérieur et extérieur) 1. Il existe différents types d isolants : Synthétiques : ils sont issus

Plus en détail

AMELIORATION THERMIQUE ET BATI ANCIEN

AMELIORATION THERMIQUE ET BATI ANCIEN Clermont-Ferrand - 12 mai 2009 AMELIORATION THERMIQUE ET BATI ANCIEN Tony Marchal, Ing. Arch.DPLG Illustrations: T.Marchal - Jean-Pierre Oliva - MEEDDAT - CETE - ADEME sur environ 30 millions de logements,

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 Le Cluster Eco-Energies Objectif: Favoriser le développement économique des entreprises Domaine d activité: La filière du bâtiment performant (maîtrise de l énergie, efficacité

Plus en détail

Contexte scientifique

Contexte scientifique Contexte scientifique Ces paramètres dépendent : Traité d architecture et d urbanisme bioclimatiques -De la constitution de l enveloppe du bâtiment (matériaux porteurs, isolants, parements ) -Des systèmes

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

LE BATI ANCIEN, LE PATRIMOINE ET L ENERGIE

LE BATI ANCIEN, LE PATRIMOINE ET L ENERGIE Quelles recommandations d intervention pour le bâti ancien grenoblois? LE BATI ANCIEN, LE PATRIMOINE ET L ENERGIE Bâti ancien et développement durable -ANVPAH- 15 décembre 2010 Ville de Grenoble Contexte

Plus en détail

Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti?

Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti? Atelier «réhabilitation du bâti ancien» Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti? Emmanuel Mouton, artisan CAPEB Franck Turlan, coordonnateur Pôle Energies 11 Conférence annuelle

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

Compréhension du comportement d un mur ancien et solutions en rénovation durable

Compréhension du comportement d un mur ancien et solutions en rénovation durable Compréhension du comportement d un mur ancien et solutions en rénovation durable ENSAM Cluny Jean-philippe COSTES 1 SOMMAIRE Accueil: R&D en Eco-construction Contexte et Objectifs Contexte énergétique

Plus en détail

«La verrière du May»

«La verrière du May» «La verrière du May» Rénovation-extension d une maison d habitation et création de chambres d hôtes à Sancy (54) Avant travaux Le contexte Le projet se situe sur la commune de Sancy, en extrémité de village,

Plus en détail

Thermique et matériaux

Thermique et matériaux Thermique et matériaux 1. Variété et performance des matériaux 3. Aperçu de la logique HQE Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance

Plus en détail

Ouvrir l appétit. Réaliser que si l objectif est ambitieux, les pistes sont nombreuses. Inviter au. COTITA Sud-Ouest - Poitiers, le 2 juillet 2015

Ouvrir l appétit. Réaliser que si l objectif est ambitieux, les pistes sont nombreuses. Inviter au. COTITA Sud-Ouest - Poitiers, le 2 juillet 2015 Samuel COURGEY Référent technique Auteur - Formateur COTITA Sud-Ouest - Poitiers, le 2 juillet 2015 Ouvrir l appétit Réaliser que si l objectif est ambitieux, les pistes sont nombreuses Inviter au débat

Plus en détail

Comment isoler sa maison?

Comment isoler sa maison? Comment isoler sa maison? Vendredi 22 septembre Elise Longelin Péron Accueil Pourquoi isoler? Avec quoi isoler? Comment isoler? Aides financières Conclusion & questions L Agence Locale de l Energie et

Plus en détail

ISOLATION DES MURS ANCIENS

ISOLATION DES MURS ANCIENS ISOLATION DES MURS ANCIENS ARCOSE - CLUNY, le 12 septembre 2016. Architecte : SARL ARC-PHI Architecture Devroey Raphael, Architecte DESL Croze 71220 Saint Bonnet de Joux Tél. : 0385 24 77 36 Email : arc-phi.architecture@orange.fr

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART

Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART Sfax, 06 mars 2015 Les isolants écologiques Mohamed Zied Gannar Chef de Service de l Efficacité Energétique dans les Bâtiments

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et

Plus en détail

Isolation thermique par l extérieur

Isolation thermique par l extérieur Isolation thermique par l extérieur 8 Diathonite Evolution est un enduit idéal pour réaliser une isolation thermique par l extérieur sur tous les types de maçonnerie. 1 2 3 4 1. Diathonite Finition / Plasterpaint

Plus en détail

Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois...

Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois... Diaporama réalisé grâce à un premier travail de Bruno JARNO Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois... Samuel COURGEY Technicien référent - Formateur 1... En 4 parties : 1. Posons le sujet

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Bruxelles Environnement EXEMPLE DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET DURABLE: BATEX [120] RUE DU VERGER Thomas

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

Un exemple de Mixité Bois-Béton

Un exemple de Mixité Bois-Béton Jean marie HAQUETTE Gilles Amblard Un exemple de Mixité Bois-Béton Résidence 'La Belle Estelle' à Candillargues Conception: Crouzet Jaumes Architectes Assistés de: Calder (structure bois béton) Alabiso

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves choisi de la

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

RÉNOVATION DU BÂTI EN PIERRE RISQUES HYGROTHERMIQUES

RÉNOVATION DU BÂTI EN PIERRE RISQUES HYGROTHERMIQUES RÉNOVATION DU BÂTI EN PIERRE RISQUES HYGROTHERMIQUES SOMMAIRE 1 Rappel des caractéristiques de maçonneries en pierre: aspects constructif et hygrothermique 2 Les pathologies courantes observées sur les

Plus en détail

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE. C est le moment... Isolez votre logement et réalisez des économies d énergie

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE. C est le moment... Isolez votre logement et réalisez des économies d énergie RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE C est le moment... Isolez votre logement et réalisez des économies d énergie Une bonne isolation pourquoi? L isolation est la première solution à envisager pour réduire vos factures

Plus en détail

Synthèse bibliographique des études sur la rénovation thermique du bâti ancien à l aide de matériaux isolants biosourcés

Synthèse bibliographique des études sur la rénovation thermique du bâti ancien à l aide de matériaux isolants biosourcés Direction territoriale Est Laboratoire Régional de Strasbourg Synthèse bibliographique des études sur la rénovation thermique du bâti ancien à l aide de matériaux isolants biosourcés Octobre 2016 Synthèse

Plus en détail

Espace Info Energie. Sur-isolation. Facteur 4. Énergies renouvelables. étanchéité à l air. Gaz à effets de serre. Eco-matériau.

Espace Info Energie. Sur-isolation. Facteur 4. Énergies renouvelables. étanchéité à l air. Gaz à effets de serre. Eco-matériau. Facteur 4 Énergies renouvelables Coût global Eco-matériau Santé. Humidité Matériau «puits de carbone» Eau chaude solaire Label BBC, Effinergie Sur-isolation VMC double flux Conception bioclimatique Développement

Plus en détail

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires La maison bioclimatique Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Sommaire Introduction Le Plan Climat Énergie du Grand Nancy et de la ville de

Plus en détail

Humidité et Transfert de vapeur d eau dans une paroi. Durée du thème : 45 minutes

Humidité et Transfert de vapeur d eau dans une paroi. Durée du thème : 45 minutes et Transfert de vapeur d eau dans une paroi Durée du thème : 45 minutes Niveau de confort dans un bâtiment Equilibre thermique et Hygrométrique 2 Constructions récentes Bâtiment dont le mode constructif

Plus en détail

Les pathologies du bâti ancien et les risques liés à sa réhabilitation. Enora Parent Emma Stéphan Le 2 juillet Poitiers

Les pathologies du bâti ancien et les risques liés à sa réhabilitation. Enora Parent Emma Stéphan Le 2 juillet Poitiers Les pathologies du bâti ancien et les risques liés à sa réhabilitation Enora Parent Emma Stéphan Le 2 juillet 2015 - Poitiers Le bâti ancien 2 3 Le bâti ancien Construit avant 1948 Avant l émergence de

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 6

Rapport action tuffeau. CAHIER n 6 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 6 Maison de bourg Gizeux Figure 1-1 : Façade Ouest réhabilitée Date de visite :

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE DU BATI ANCIEN : RENOVATION ENERGETIQUE DU TYPE III.02

RENOVATION ENERGETIQUE DU BATI ANCIEN : RENOVATION ENERGETIQUE DU TYPE III.02 Dossier technique Phase 2 de l étude septembre 2015 La maison à colombages avec schlupf Kochersberg (type III.02 / Fiche de synthèse n 8) Scénarios de rénovation énergétique RENOVATION ENERGETIQUE DU BATI

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air fortement le bilan énergétique d une maison 3 8 Assurer la qualité de l isolation thermique et de l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air 2 L

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment.

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Information sur les mots-clés dans le domaine de l'isolation thermique des batiments La conductivité thermique ou Lambda La conductivité thermique

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi ISOLER? Les origines des fuites thermiques d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

Les matériaux de l habitat. PECCHIOLI Mathieu

Les matériaux de l habitat. PECCHIOLI Mathieu Les matériaux de l habitat PECCHIOLI Mathieu Sommaire 1. Les matériaux 2. Certaines caractéristique 3. Deux critères de sélection 4. La RT2000 5. Qu est ce que l énergie grise d un matériel? 6. Calcul

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

Les principes de l'isolation naturelle intérieure et extérieure Stage-Découverte Le samedi 13 octobre 2012

Les principes de l'isolation naturelle intérieure et extérieure Stage-Découverte Le samedi 13 octobre 2012 Les principes de l'isolation naturelle intérieure et extérieure Stage-Découverte Le samedi 13 octobre 2012 Maitre de stage : Bruno Lacroix Ville : Bricqueville-sur-Mer (50) Age minimum pour participer

Plus en détail

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Classe : Première Enseignement : Sciences physiques THEME du programme : HABITAT / VÊTEMENT et REVÊTEMENT Résumé du contenu de la ressource.

Plus en détail

Performances énergétiques. Qualité architecturale. Confort d usage. Visites gratuites du CAUE-EIE 82. Espace INFO ENERGIE de Tarn-et-Garonne

Performances énergétiques. Qualité architecturale. Confort d usage. Visites gratuites du CAUE-EIE 82. Espace INFO ENERGIE de Tarn-et-Garonne Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de Tarn-et-Garonne Espace INFO ENERGIE de Tarn-et-Garonne Visites gratuites du CAUE-EIE 82 Performances énergétiques Confort d usage Qualité architecturale

Plus en détail

L isolation intérieure du bâti

L isolation intérieure du bâti 1 Centre de Ressources Pour la Réhabilitation du Patrimoine Architectural L isolation intérieure du bâti Objectifs généraux: Matériaux et techniques Les lois Grenelle 1 et Grenelle 2 fixent de nouvelles

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

La résistance thermique

La résistance thermique La résistance thermique À l inverse des métaux, les isolants ne conduisent pas la chaleur mais lui opposent, au contraire, une résistance. Plus cette résistance est forte, plus l'isolation thermique est

Plus en détail

Analyse du label E+C- en maison individuelle Partie I : Résultats énergie E +

Analyse du label E+C- en maison individuelle Partie I : Résultats énergie E + Analyse du label E+C- en maison individuelle Partie I : Résultats énergie E + TBC Innovations Robin Cartier, Stagiaire Génie Civil et Construction Durable Bérenger Favre, Responsable étude et projet de

Plus en détail

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof 1 Brique mono mur Pour une maison à énergie positive, on prévoit d équiper les murs de l extension en brique «mono mur» R = 3,25 m 2 K / W masse : 19 kg 1. Déterminez l épaisseur et la conductivité équivalente

Plus en détail

BALADE THERMOGRAPHIQUE

BALADE THERMOGRAPHIQUE BALADE THERMOGRAPHIQUE CHÂTEAUNEUF-LES-MARTIGUES CENTRE-VILLE Samedi Animée par l Espace Info-Energie SOMMAIRE 1. L ALEC, une Agence pour la transition énergétique du territoire 2. Retour sur les phénomènes

Plus en détail

Guide préalable à la rénovation énergétique. Tout ce qu il faut savoir

Guide préalable à la rénovation énergétique. Tout ce qu il faut savoir Guide préalable à la rénovation énergétique Tout ce qu il faut savoir Sommaire: Quelques chiffres et constats Des objectifs à atteindre Apprendre à reconnaitre le bâti, en définir la typologie Faire un

Plus en détail

BAS D IMMEUBLE 1// ÉTAT DES LIEUX. Vitrines de commerces

BAS D IMMEUBLE 1// ÉTAT DES LIEUX. Vitrines de commerces // BAS D IMMEUBLE 1// ÉTAT DES LIEUX // Certains bâtiments, ou certaines faces des bâtiments, ne disposent pas de soubassements. L enduit de la façade se prolonge jusqu en bas. Vitrines de commerces //

Plus en détail

INSTITUT UNIVERSITAIRE DES METIERS ET DU PATRIMOINE

INSTITUT UNIVERSITAIRE DES METIERS ET DU PATRIMOINE INSTITUT UNIVERSITAIRE DES METIERS ET DU PATRIMOINE Pôle d Innovation pour l artisanat et les petites entreprises en Restauration du Patrimoine Bâti 10 rue Saint-Martin-ès-Aires - 10000 TROYES Tél.: 03.25.80.74.09

Plus en détail

GRANDEURS THERMIQUES - ITE Version n 2

GRANDEURS THERMIQUES - ITE Version n 2 GRANDEURS THERMIQUES - ITE Version n 2 1/6 Sommaire INTRODUCTION 1- GRANDEURS THERMIQUES 2 - COMPARAISONS DES ISOLANTS LES PLUS USUELS - APPROCHE SIMPLIFIÉE 3 - COMPARAISONS DES ISOLANTS LES PLUS USUELS

Plus en détail

FICHE MENU : ISOLATION TOITURE

FICHE MENU : ISOLATION TOITURE FICHE MENU : ISOLATION TOITURE Laine de roche Chanvre Laine de mouton Cellulose Polystyrène Liège Laine «minérale»: La plus connue et la plus utilisée. Avantage : A base de produits naturels. Elle est

Plus en détail

Présentation générale du système

Présentation générale du système Présentation générale du système SOMMAIRE : Qui sommes nous?... Système modulaire préfabriqué à ossature bois et isolation paille répartie Concept EcoCocon : Confort de vie.. Concept EcoCocon : Rapidité

Plus en détail

BALADE THERMOGRAPHIQUE

BALADE THERMOGRAPHIQUE BALADE THERMOGRAPHIQUE SEPTÈMES-LES-VALLONS QUARTIER DES GENÊTS Samedi 28 février 2015 Animée par l Espace Info-Energie SOMMAIRE 1. L ALEC, une Agence pour la transition énergétique du territoire 2. Retour

Plus en détail

Journées Techniques du Liège Plan de La Tour 21 et 22 novembre 2013

Journées Techniques du Liège Plan de La Tour 21 et 22 novembre 2013 Journées Techniques du Liège Plan de La Tour 21 et 22 novembre 13 Le Liège dans la construction Desserrons les freins! Paul CASALONGA ARCHITECTE dplg INGÉNIEUR des Travaux Publics de l'état D.E.A. de GÉOGRAPHIE

Plus en détail

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue,

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue, R R R ISOLATION INTERIEURE & EXTERIEURE La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, Recouvert d aluminium pur, SKYTECH Pro réfléchit vers l intérieur 95% de la chaleur du rayonnement

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Avec Concept R Home.

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Avec Concept R Home. Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Concept R Home www.concept-r-home.com Divise par 3 les consommations énergétiques par rapport

Plus en détail

ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques à travers les parois

ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques à travers les parois RAPPORT_BIPLAN SARL au capital de 8000 SIRET : 51199946800024 ZA La Touche 35890 BOURG DES COMPTES Tel : 02.99.52.14.38 Email : contact@tyeco2.com ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques

Plus en détail

Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation

Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation Bureau d Etudes de Maîtrise d Oeuvre sommaire La perfo r m ance auna tu rel 1Qu est ce que le chanvre? 2 Le stockage du Carbone 3 Les

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 DOC 1 : Consommation d énergie et de développement urbain La consommation d énergie par habitant est liée

Plus en détail

Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association

Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association Utilisation des fibres de chanvre : les laines isolantes Fibres Laine isolante

Plus en détail

Quels arguments? Quels usages?

Quels arguments? Quels usages? Les éco-matériaux Quels critères? Quels arguments? Quels usages? Convention du personnel commercial des coopératives HLM Paris Le 25 novembre 2010 Nous utilisons des matériaux depuis la nuit des temps.

Plus en détail

Pourquoi une maison passive?

Pourquoi une maison passive? Pourquoi une maison passive? L évolution des réglementations thermiques sous les directives du parlement européen nous amène progressivement vers des bâtiments où les besoins de chauffage sont si faibles

Plus en détail

Mise en place d une VMC simple flux en rénovation

Mise en place d une VMC simple flux en rénovation Dispositif REX Bâtiments performants É T U D E D E C A S VMC Mise en place d une VMC simple flux en rénovation Etudes de cas d isolation thermique de l enveloppe 1 Le contexte Suite à un changement de

Plus en détail

DEVELOPPER UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MEDITERRANEENNE INERTIE THERMIQUE INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT. Principe

DEVELOPPER UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MEDITERRANEENNE INERTIE THERMIQUE INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT. Principe DANS LE BATIMENT Principe L'inertie thermique d un bâtiment est sa capacité à stocker et à déstocker de l énergie thermique dans sa structure, quelle que soit la saison. Elle est caractérisée par sa capacité

Plus en détail

H Y G R O B A. E t u d e d e l a r é h a b i l i t a t i o n h y g r o t h e r m i q u e d e s p a r o i s a n c i e n n e s

H Y G R O B A. E t u d e d e l a r é h a b i l i t a t i o n h y g r o t h e r m i q u e d e s p a r o i s a n c i e n n e s Etude de la réhabilitation hygrothermique des parois anciennes CAHIIER N 0 :: GENERALIITES Sommaire 1. Objectif des cahiers... 5 2. Propriétés thermiques et hygriques des matériaux étudiés... 7 2.1. Matériaux

Plus en détail

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR. Gaël LHENRY, architecte DPLG Veni MICHEL, architecte DPLG

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR. Gaël LHENRY, architecte DPLG Veni MICHEL, architecte DPLG 26.11.2013 COLLOQUE DREAL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR SOMMAIRE COLLOQUE DREAL 1 I Enjeux de la Qualité de l Air Intérieur 2 I Impact sur la Qualité de l air 3 I Maîtrise de la

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

Annexe Analyse des performances acoustiques et thermiques

Annexe Analyse des performances acoustiques et thermiques Annexe Analyse des performances acoustiques et thermiques 1 Analyse des performances acoustiques et thermiques du bâti ancien et propositions pour leur amélioration L objectif du volet thermique et acoustique

Plus en détail

Isoler son logement. Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant

Isoler son logement. Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant Isoler son logement Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant Édition : novembre 2013 sommaire glossaire introduction De nombreuses raisons d isoler votre maison....

Plus en détail

Diathonite. Diathonite. 2 Fiche d information. Essais démonstratifs. Analyse physique et technique des composants

Diathonite. Diathonite. 2 Fiche d information. Essais démonstratifs. Analyse physique et technique des composants 2 Fiche d information Essais démonstratifs Diasen a commencé ses recherches sur l enduit à base de liège en 1985. Ces recherches visaient à obtenir un seul produit ayant des excellentes caractéristiques

Plus en détail

- d assurer la montée en compétences des entreprises du bâtiment du territoire.

- d assurer la montée en compétences des entreprises du bâtiment du territoire. CONTACT : Parc Eco Habitat, plateforme locale de la rénovation de la CCMDL Accompagnement technique de votre projet et montage du dossier Adresse : 293 chaussée Beauvoir, 69590 St Symphorien sur Coise

Plus en détail

REHABILITATION Amélioration du confort 5

REHABILITATION Amélioration du confort 5 REHABILITATION Amélioration du confort 5 LE CLOISONNEMENT LES CHASSIS LES SOLS L ISOLATION DES MURS LA VENTILATION INSTALLATION ELECTRIQUE LA RT «EXISTANT» S9- JF QUELDERIE - 2012 1 LE CLOISONNEMENT 2

Plus en détail

«ma maison ma planète» Construction de 5 maisons labellisées BBC (2 T3 et 3 T4) VOREY S/ARZON «les jardins de Chambeyron»

«ma maison ma planète» Construction de 5 maisons labellisées BBC (2 T3 et 3 T4) VOREY S/ARZON «les jardins de Chambeyron» «ma maison ma planète» Construction de 5 maisons labellisées BBC (2 T3 et 3 T4) VOREY S/ARZON «les jardins de Chambeyron» L OPAC43 en quelques chiffres: 6000 logements 25 structures d accueil spécifique

Plus en détail

Isolation thermique de l enveloppe

Isolation thermique de l enveloppe Dispositif REX Bâtiments performants É T U D E D E C A S PAROIS OPAQUES Isolation thermique de l enveloppe 1 Le contexte Dans le cadre d une rénovation thermique d un ancien logement collectif, une isolation

Plus en détail

Transferts d énergie thermique

Transferts d énergie thermique Transferts d énergie thermique Notions et contenus Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique. Transferts

Plus en détail

Ventilation un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons

Ventilation un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons Marie-Alix VIALLE Partenaires financiers L ASDER Association Savoyarde pour le Développement des Énergies Renouvelables Association

Plus en détail

LES MATERIAUX atelier du 03 mars 2014

LES MATERIAUX atelier du 03 mars 2014 LES MATERIAUX atelier du 03 mars 2014 MATERIAU(X)? Définition(s) Question(s) Exemple(s) Grille(s) de lecture Conclusion(s) DEFINITION(S) D'un point de vue scientifique Par les usages Autres approches...

Plus en détail

LES ESPACES PROTEGES AU REGARD DES ECONOMIES D ENERGIE

LES ESPACES PROTEGES AU REGARD DES ECONOMIES D ENERGIE LES ESPACES PROTEGES AU REGARD DES ECONOMIES D ENERGIE Expérimentations menées dans le réseau de l ANVPAH & VSSP Séminaire «Péril sur les secteurs protégés?» TROYES 4 & 5 novembre 2010 L ANVPAH & VSSP

Plus en détail

ECO Conception dans la maison. Bio détérioration des Surfaces. Matériaux isolants ECO nomie d énergie

ECO Conception dans la maison. Bio détérioration des Surfaces. Matériaux isolants ECO nomie d énergie ECO Matériaux dans la maison: ECO Conception dans la maison ECO Bétons Bio détérioration des Surfaces ECO Matériaux isolants Matériaux isolants ECO nomie d énergie Rencontres innovation du 25 octobre 2007

Plus en détail

Isolation thermique. Page 1

Isolation thermique. Page 1 Isolation thermique Page 1 1. Définition de l isolant thermique et domaines d utilisation 2. Réglementation thermique dans le bâtiment 3. Aperçu géologique de la pierre ponce 4. Un produit miracle dans

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS /11/2006 LE CONSTAT

EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS /11/2006 LE CONSTAT EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS /11/2006 LE CONSTAT La consommation énergétique finale par secteur en 2002 dans les régions françaises. DGEMP-Observatoire de l'énergie. Pour l'ensemble de la France,

Plus en détail

Les matériaux bio-sourcés dans la construction De la connaissance des matériaux à leur application in situ

Les matériaux bio-sourcés dans la construction De la connaissance des matériaux à leur application in situ Les matériaux bio-sourcés dans la construction De la connaissance des matériaux à leur application in situ Cerema Est Jeudi 1 er juin 2017 Déroulé de la matinale Introduction du Directeur, présentation

Plus en détail

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1 Exercice 1 L énergie thermique Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité = 1,15 W/(m.K) La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface

Plus en détail

Bétons Chanvre Tradical Performances et longévité

Bétons Chanvre Tradical Performances et longévité La chaux performance Bétons Performances et longévité Bonet Isolation répartie Construction et Restauration La meilleure solution biosourcée pour mon projet Confort Confort Eté/Hiver Régulation Hygrique

Plus en détail

fiche de synthèse Description du projet maison passive Misweb synthèse du bureau d'études Viheriö

fiche de synthèse Description du projet maison passive Misweb synthèse du bureau d'études Viheriö Depuis février 2010, le bureau d'études thermiques Viheriö accompagne le maître d'œuvre Evolia ainsi que les maîtres de l'ouvrage dans la conception du projet de maison passive certifiée MISWEB. Cette

Plus en détail

Construction et Isolation. COMPAREZ matériaux, plans et prix pour offrir à votre future maison la meilleure solution constructive du marché

Construction et Isolation. COMPAREZ matériaux, plans et prix pour offrir à votre future maison la meilleure solution constructive du marché Construction et Isolation COMPAREZ matériaux, plans et prix pour offrir à votre future maison la meilleure solution constructive du marché Votre rêve est de faire construire une maison moderne, économe

Plus en détail

Réhabiliter le bâti ancien en Dombes

Réhabiliter le bâti ancien en Dombes Réhabiliter le bâti ancien en Dombes Conservation des valeurs patrimoniales et amélioration des performances énergétiques dans l habitat Comment améliorer le confort d une maison ancienne? Comment l isoler?

Plus en détail

RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE

RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE Lisez cette fiche d introduction attentivement avant de lire la fiche qui concerne vos travaux (Fiches 2 à 10). INTRODUCTION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE Pourquoi rendre votre

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail