Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE"

Transcription

1 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance économique, nous éudierions le modèle développé par Rober Solow. Ce modèle perme d appréhender les sources de la croissance économique. Il s agi esseniellemen du progrès echnologique. Cependan celui-ci rese «exogène». Les héories qui se son développées à la suie du modèle de Solow se proposen d expliquer commen l économie génère de façon «endogène» la croissance. Elles meen en avan différens faceurs de croissance els que l accumulaion des connaissances, le capial humain ou la recherche.. ITRODUCTIO : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSACE ECOOMIQUE La croissance économique joue un rôle clef dans la progression du revenu par êe, dans le rarapage évenuel des niveaux de vie enre pays développés e pays en développemen, ec.. Le PIB par habian es radiionnellemen uilisé pour mesurer le niveau de vie moyen d un pays. Afin de enir compe de différences dans les niveaux de prix, les comparaisons inernaionales se fonden évenuellemen sur un niveau de PIB ajusé pour le pouvoir d acha (c.f. Penn World Tables de Summers e Heson) La croissance économique n es pas un phénomène sable dans le emps ni égalemen disribué enre pays. Le ableau ci-dessous reprend les aux de croissance annuels moyens du revenu réel par habian sur différenes périodes e pour différens pays, ainsi que le revenu réel par habian. On consae que le revenu réel par habian a augmené dans ous les pays, il y a eu croissance posiive ; après des aux de croissance élevé sur la période 50-70, le aux de croissance moyen a diminué dans les pays indusrialisés depuis le milieu des années 70. Afin d illusrer l imporance du ralenissemen de la croissance, il fau noer qu un aux de croissance de 4,4% par an implique que le PIB par habian double après 6 ans, andis qu il ne double qu après 37 ans si le aux de croissance ombe à,9%; les pays repris dans ce ableau on rarapé leur reard par rappor aux Eas-Unis, l écar de niveau de vie par habian s es rédui, il y a eu convergence des niveaux de vie par habian. Ceci résule de aux de croissance plus imporans pour les

2 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 pays don le PIB par habian éai, dans les années 50, inférieur à celui des Eas- Unis. Croissance annuelle du PI B Producion réelle par hab. par habian ( %) ( dollars de ) Raio de la producion réelle par habian /950 France ,50 9, Allemagne ,356 20, Japon ,820 9, Royaume-Uni ,870 9, Éas-Unis 2.2.5,70 25, Moyenne ,872 20, Pour évaluer empiriquemen le phénomène de convergence des niveaux de vie enre un ensemble de pays, on compare radiionnellemen le aux de croissance annuel moyen sur une période donnée au revenu par habian en débu de période. Si les pays don le PIB par êe iniialemen faible croissen plus vie que les pays à PIB par êe iniialemen plus élevé, ceci indique que les pays iniialemen plus pauvres rarapen le niveau de vie des pays plus riches. Le graphique ci-dessous reprend le aux de croissance moyen e le PIB réel par habian (exprimés en dollars e en ermes réels avec comme année de référence 992) des pays de l OCDE,, il y a bien une relaion négaive enre aux de croissance sur la période On peu donc conclure, comme dans le ableau précéden, qu il y a eu un phénomène de convergence des niveaux de vie enre les pays de l OCDE.

3 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 Convergence des PIB par habian pays de l OCDE Cependan, ce phénomène ne eu pas êre généralisés à l ensemble des pays. Comme le monre le graphique ci-dessous, si il y a eu convergence enre pays de l OCDE e convergence dans les pays asiaiques, le niveau de vie des pays africains par conre ne s es pas rapproché de celui des pays indusrialisés. Paran d un niveau de revenu par habian iniialemen bas, ces pays n on pas connu un aux de croissance supérieur à celui des pays à revenu par habian élevé. Cerains on même connu des aux de croissance négaifs.

4 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 Comparaison enre les coninens 2. LE MODELE DE SOLOW Le modèle de Solow va permere de mere en évidence les sources de la croissance économique, le rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès echnique. 2.. Les sources de la croissance Le poin de dépar du modèle es la foncion de producion agrégée : = A.F (,) Elle dépend de l éa de la echnologie, A, du sock de capial en débu de période,, du sock de ravail dans l économie,. progrès echnologique, A/A:

5 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 A a A a 2.2. Le modèle de Solow sans echnologie On éudiera le modèle de Solow en supposan l absence de progrès echnologique. Ceci servira de conre-exemple pour monrer qu une croissance souenue du revenu par habian ne peu provenir, dans ce modèle, que de progrès echnologique coninu. On supposera par conre que la populaion (e donc le sock de ravail) croi au aux g. Pour simplifier la noaion, on posera A= e la foncion de producion s écri : = F (,) Pour rappel, on défini les rendemens d échelle d une foncion de producion comme la quanié supplémenaire d oupu par unié supplémenaire d inpus. Ainsi les rendemens d échelle son consans si F(x, x) = x croissans si F(x, x) > x décroissans si F(x, x) < x Pour simplifier, on supposera les rendemens consans. A noer que ceci implique que les rendemens des faceurs de producion son décroissans, c es-à-dire que des augmenaions de e enraînen des augmenaions de moins en moins imporanes de la producion. On reviendra sur cee propriéé ulérieuremen. Comme on l a vu plus hau, la quesion de la croissance es liée au niveau de vie par habian. On se concenrera donc sur la producion par ravailleur, /. Lorsque les rendemens d échelle son consans le PIB/ravailleur peu s exprimer en foncion du rappor capial par ravailleur. x F( x, x ) x F(,) f ( ) Par exemple, dans le cas d une foncion de producion Cobb-Douglas, où les rendemens d échelle son consans, on a +=; ou encore =-. Par conséquen, la producion par êe s écri en foncion du capial par êe:

6 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 E comme signalé plus hau, le rendemen du capial es décroissan. En effe, la producivié marginale du capial es croissane, c es-à-dire qu une augmenaion de / augmene / : 0. ) / ( ) / ( Mais les rendemens du capial son décroissane, c es-à-dire, qu une augmenaion de / augmene / de moins en moins : 0 ).( )² ( / ) ²( / 2 Lorsqu on représene graphiquemen la foncion de producion par ravailleur en foncion du capial par êe, on voi égalemen que / es plus élevé lorsque /=C que lorsque /=B (producivié marginale de / croissane), mais A B es plus peie que C D alors que AB es plus grand que CD (rendemens de / décroissans).

7 Producion par par ravailleur, Travailleur, / / Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 D C F(/ /, = A(/ ), ) B A A B C Capial par ravailleur, / D 2.3. L éa saionnaire L éa saionnaire, l équilibre dans les modèles de croissance, se défini par le senier de croissance équilibrée. A l éa saionnaire, le PIB, la consommaion e le sock de capial croissen à un aux consan ; en l absence de progrès echnologique, le PIB, la consommaion e le capial par êe son consans ; l éa saionnaire es un équilibre sable; l'économie converge vers l'éa saionnaire. C es le aux d épargne qui va permere de déerminer le PIB/habian à l éa saionnaire dans le modèle de Solow. Par conre le aux d épargne n a pas d influence sur le aux de croissance à l éa saionnaire. Tou au plus, une modificaion du aux d épargne influence la croissance à cour erme, c es-à-dire dans la ransiion vers le nouvel éa saionnaire. Comme on le verra, c es le progrès echnologique qui déermine le aux de croissance du PIB par habian à l éa saionnaire. Pour le monrer, on analysera le cas d un modèle sans

8 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 progrès echnologique. On monrera ainsi, à conrario, que sans progrès echnologique, il n y a pas de croissance à long erme du revenu par habian. Revenons à la déerminaion de l équilibre dans le modèle de Solow. Pour cela il fau noer le double rôle du capial par êe : d une par, le sock de capial par êe en période déermine la quanié de producion par êe en période : / = F ( / ) d aure par, la quanié de producion déermine le revenue, répari enre consummaion e épargne. Cee dernière déermine à son our l invesissemen e la quanié de capial On fera les hypohèses suivanes : Hypohèse : l épargne es proporionelle au revenu S = s s = aux d épargne (0 < s < ) Hypohèse 2: on considère le cas d une économie fermée (X=M=0) sans Ea (G=0=T). Dans ce cas l équilibre macroéconomique implique que : S = I I = invesissemen bru en période On supposera égalemen dans un premier emps que la populaion es consane =. Sans progrès echnologique, ni croissance de la populaion, le seule source de croissance (c.f. secion 2..) es l accumulaion du capial. L évoluion du sock de capial es donnée par : + = (-) +I avec le aux de dépréciaion du capial, le sock de capial en débu de période, e I l invesissemen en capial en cours de période. En faisan passer dans le membre de gauche, la dynamique d accumulaion du capial devien : I Le sock de capial par êe, /, augmene (diminue) si l invesissemen par êe, I/, es supérieur (inférieur) à la dépréciaion par êe, /. Le sock de capial par êe es consan, /=0, si l invesissemen par êe compense la dépréciaion du capial par êe, I/ = /.

9 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 Ean donné la foncion d épargne, S = s, e l équilibre macroéconomique, S = I, on peu réécrire cee équaion comme : + = (-) +s En expriman les grandeurs par ravailleur, on voi que la variaion de capial par ravailleur es égale à la différence enre l épargne par ravailleur e la dépréciaion du capial par ravailleur : s ) ( s d - = - + ) ( car ) ( f sf A l éa saionnaire, le sock de capial par êe, /, es consan. L équaion ci-desuss devien : ) ( 0 sf ) ( sf Le sock de capial par êe à l éa saionnaire es el que l épargne par êe (égale à l invesissemen) compense exacemen la dépréciaion du capial par êe à chaque période. Le sock de capial par êe à l éa saionnaire, /, déermine l épargne par êe, le revenu par êe, la consommaion par êe e l invesissemen par êe : f S C f I I s f S 0. Graphiquemen, on peu représener l équilibre comme sui : /=f(/) représene la producion par ravailleur décrie plus hau ; sf(/) l épargne par ravailleur es une fracion, s, de la producion par ravailleur ; elle déermine l invesissemen par ravailleur ; la droie (/) représene la dépréciaion du capial par êe.

10 Producion par ravailleur, / Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 A l éa saionnaire l épargne par êe es égale à la dépréciaion du capial par êe. C es la siuaion décrie par le poin B. Au poin B, le capial par êe es égal à /. Il implique un niveau de producion /, donné au poin A. Dépréciaion par ravailleur d / / A Producion par ravailleur f( / ) B Invesissemen par ravailleur sf( / ) A = Producion/ravailleur B = Invesissemen/ravailleur = épargne/ravailleur = d./ Capial par ravailleur, / / 2.4. Convergence vers l éa saionnaire Afin de comprendre pourquoi l éa saionnaire es un équilibre sable, on va monrer commen l économie converge vers ce équilibre (/, /) paran d une siuaion où le sock de capial es inférieur à /. En 0 /, le sock de capial es inférieur à celui qui prévau à l éa saionnaire, /. En ce poin 0 /, l invesissemen par êe, AC, es supérieur à la dépréciaion par êe, AD. Il y a donc accumulaion posiive de capial, c es-à-dire que le sock de capial par êe augmene. A la période suivane, / sera encore el que l invesissemen par êe es supérieur à la dépréciaion par êe, e l accumulaion de capial va se poursuivre, mais dans une moindre mesure. L accumulaion de capial sera de moins en moins imporane à cause des rendemens décroissans du capial. L accumulaion du capial se poursuivra jusqu au poin où /=/. En effe, au delà

11 Producion par ravailleur, / Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 de /, le sock de capial implique un revenu par êe el que l épargne par êe (l invesissemen par êe) es inférieur à la dépréciaion du capial par êe. Par conséquen le sock de capial par êe diminue. Dépréciaion par ravailleur / ä / Producion par ravailleur f( / ) B C E Invesissemen par ravailleur sf( / ) D A AB = Producion/ravailleur AC = Invesissemen/ravailleur AD = Dépréciaion AC > AD ( o / ) / Capial par ravailleur, / 3. LES SOURCES DE LA CROISSACE 3.. Variaion du aux d épargne dans le modèle de Solow sans progrès echnologique On vien de voir que le aux d épargne déermine la producion par êe à l éa saionnaire. On éudiera ici les variaions du aux d épargne, e dans quelle mesure celles-ci peuven influencer le aux de croissance de l économie. Parons d une siuaion iniiale où le aux d épargne es donné par s 0. Le sock de capial à l éa saionnaire es donné par le poin où l épargne es égale à la dépréciaion, au poin A. A ce niveau 0 / de capial, le revenu par êe à l éa saionnaire es 0 /, au poin B.

12 Producion par ravailleur, / Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 Supposons à présen que le aux d épargne augmene e passe à s. La courbe d invesissemen es mainenan donnée par s f(/). Elle coupe la droie de dépréciaion du capial, (/) au poin E. Le sock de capial à l éa saionnaire, éan donné ce nouveau aux d épargne, es donné par /. A ce niveau, la producion par êe saionnaire es donnée au poin D par /. Le passage d un éa saionnaire à l aure se fera comme décri dans la secion 2.4. Dépréciaion par ravailleur d / / D Producion par ravailleur f( / ) 0 / B C I > ä E Invesissemen s f( / ) Invesissemen s 0 f( / ) A ( 0 / ) / Capial par ravailleur, / En conclusion, le aux d épargne affece le niveau de la producion par êe à l éa saionnaire ; il n a pas d effe de long erme sur le aux de croissance du revenu par êe ; il n affece que emporairemen le aux de croissance, le long de la ransiion vers le nouvel éa saionnaire. On vérifiera que les effes sur la croissance son égalemen emporaires lorsqu il s agi d une hausse de la croissance de la populaion ou d un choc echnologique emporaire. Par conséquen, seul le progrès echnologique souenu perme une croissance souenue. éanmoins, la variaion du aux d épargne a impliqué une hausse du PIB par habian. On serai ené de croire qu elle implique dès lors une hausse de la consommaion par personne. Cependan ce n es pas oujours le cas. Prenons deux cas exrêmes. Premièremen si le aux d épargne es nul, l invesissemen es nul. Par conséquen le

13 Consommaion par ravailleur, C/ Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 sock de capial, le PIB e la consommaion son nuls. Si par conre le aux d épargne es maximal, de 00%, la consommaion sera égalemen nulle puisque l enièreé du revenu es allouée à l épargne. Un aux d épargne enre ces deux exrêmes donne lieu à une consommaion par êe posiive. Graphiquemen on peu représener le lien enre consommaion par êe e aux d épargne comme ci-dessous. Consommaion maximale par ravailleur en éa saionnaire s G 0 Taux d'épargne, s La relaion enre les deux es concave parce que le sock de capial à l éa saionnaire, déerminé par le aux d épargne, exerce deux effes en sens conraire sur la consommaion : une hausse du capial par êe augmene la producion par êe. Ceci end à augmener la consommaion par êe, à épargne inchangée ; mais un capial par êe plus élevé augmene aussi la dépréciaion, /, e par conséquen le niveau d'épargne nécessaire à mainenir / consan. Ceci rédui la consommaion par êe puisqu une plus grande fracion du revenu par êe es allouée à l épargne. Si on par du principe que l uilié des agens économiques es maximale lorsque leur consommaion es maximale, on peu se demander quel es l éa saionnaire qui maximise la consommaion par êe. Ce aux es donné par ce qu on appelle la règle d or. Le niveau de capial de la règle d or es déerminé par la valeur de l épargne qui donne le plus hau niveau de consommaion saionnaire.

14 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire Croissance de la populaion On va lever ici l hypohèse que la populaion es consane, e supposer qu elle croî au aux g =( + / )-. Cee hypohèse modifie l équaion d évoluion du capial par êe comme sui : g f s g f s ) (. ) (. Lorsque la populaion n es pas consan mais croî à un aux g, il fau que l épargne compense à la fois la depreciaion du capial e l augenaion de la populaion pour mainenir consan le capial par habian. Sur le graphique ci-dessous, la hausse du aux de croissance de la populaion de g en g 2 fai pivoer la droie d invesissemen requis pour compenser la depreciaion du capial e la croissance de la populaion vers le hau. Ean donné le aux d épargne s le capial par êe au nouvel éa saionnaire s éabli au poin C, e le revenu par êe au poin B; les deux on diminué par rappor à l équilibre iniial où g =g.

15 Producion par ravailleur, / Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 / D / B C Invesissemen requis (d+g 2 ). / A Producion par ravailleur f( / ) Invesissemen requis (d+g ). / Invesissemen sf( / ) / Capial par ravailleur, / / En conclusion, une augmenaion de la populaion affece le revenu par êe de long erme; elle rédui le capial par êe e l'oupu par êe à l'éa saionnaire car il fau plus d'épargne pour mainenir le niveau de capial par êe consan ; mais n a pas d effe permanen sur le aux de croissance ; elle n a qu un effe emporaire pendan la ransiion vers le nouvel éa saionnaire ; les effes seron les mêmes en cas de hausse du aux de dépréciaion Rôle du progrès echnologique i le aux d épargne (qui déermine l accumulaion du capial) ni la croissance de la populaion n on d effe permanen sur le aux de croissance de l économie. ous analysons ici le rôle du roisième déerminan de la croissance (voir secion 2.), la echnologie. Une amélioraion de la echnologie a pour effe de déplacer la foncion de producion vers le hau. Par conséquen la courbe d épargne, proporionnelle au revenu par êe, augmene égalemen. La droie d invesissemen requis n es pas modifiée puisque ni le aux de dépréciaion ni la croissance de la populaion n n varié. Le capial par êe, donné par l inersecion enre la courbe d épargne e la droie d invesissemen requis, es plus

16 Producion par ravailleur, / Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 élevé. Le revenu par êe augmene à l éa saionnaire B A F(/, A 2 ) Invesissemen requis F(/, A ) Invesissemen sf( /,A 2 ) Invesissemen sf( /,A ) Capial par ravailleur, / A B Une innovaion echnologique augmene donc le PIB par habian de façon permanene. Elle implique une croissance du revenu par êe mais de façon emporaire, le emps d aeindre le nouvel éa saionnaire. Comme dans les exemples ci-dessus, si la croissance de la populaion es g, alors à l éa saionnaire : la croissance de, e C es g ; /, /, e C/ son consans; la croissance de /, /, e C/ es nulle. Une augmenaion permanene du aux de croissance de l économie ne pourra venir que d une augmenaion coninue du progrès echnologique. On peu monrer que si le progrès echnologique croî au aux g A e la populaion croî au aux g, alors à l éa saionnaire la croissance de, e C es g +g A ; la croissance de /, /, e C/ es g A. Comme le monre le ableau ci-dessous, des esimaions de la croissance du progrès

17 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 echnologique indiquen que celui es responsable de la plus grande parie de la croissance observée du PIB par habian. Croissance / Taux de progrès echnique Varia Varia. () (2) (3) (4) (5) (6) France Allemagne Japon Royaume-Uni Eas-Unis Moyenne Les sources du progrès echnologique dans les modèles de croissance endogène Ean donné le rôle du progrès echnologique mis en évidence dans les modèles de croissance, il es imporan de pouvoir définir e mesurer la echnologie. La echnologie n es pas une grandeur observable comme la consummaion d un bien par exemple. On uilize alors une definiion indirece. On peu considérer différens ypes de progrès echnologiques, qu ils soien de naure quaniaive ou qualiaive. Le progrès echnique quaniaif implique une producion accrue à quanié donnée de capial e de ravail. Prenons par exemple le cas de deux périodes du emps T e T 2. Si à parir de la même quanié de capial,, e de ravail L, on peu produire plus de biens dans la période récene T 2 que par le passé, en T, c es que la echnologie s es améliorée. Le progrès echnique qualiaif correspond à une amélioraion de la qualié des produis, nouveaux produis, ou un plus grand choix de produis, par exemple.

18 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 Les modèles de croissance endogène se son aachés à idenifier les forces économiques qui favorisen le progrès echnologique. Alors que dans le modèle de Solow le progrès echnologique es exogène, il croî à un aux donné g A, celui-ci sera la résulane des mécanismes économiques dans les modèles de croissance endogène. Ces modèles meen en évidence deux sources de progrès echnologique : le capial humain e la recherche. Ces modèles reposen sur l hypohèse cenrale d accumulaion de progrès echnique: le progrès echnique acuel s'appuie sur le progrès echnique passé. En ce qui concerne le capial humain, cee hypohèse correspond au fai que les connaissances fuures son d'auan plus élevées que les connaissances acuelles son imporanes. Les connaissances accumulées au cours d une période ne son pas perdues mais serven de base aux connaissances qui seron accumulées dans le fuur. En ce qui concerne la recherche, l hypohèse d accumulaion du progrès echnologique implique que les innovaions permeen d'aeindre un niveau d'auan plus élevé que la echnologie acuelle es développée. Le capial humain représene l ensemble des connaissances incorporées dans les individus. L accumulaion du capial humain se fai grâce à un invesissemen. Il s agi, enre aures, de l éducaion, la formaion, ou l expérience acquise au cours de la vie professionnelle. Ces modèles meen en évidence le fai que la producivié d un pays es d'auan plus élevée que la populaion es mieux éduquée. On enend par là deux élémens. La populaion es mieux éduquée lorsque, d une par, une plus grande parie de la populaion es éduquée, e, d aure par, lorsque le niveau de connaissances ransmises par l éducaion es plus élevé. En ce qui concerne la recherche, il fau disinguer deux ypes de recherche, complémenaires: la recherche fondamenale e la recherche appliquée ou recherche e développemen (R&D). Pour simplifier on pourrai dire que le résula de la recherche fondamenale son les invenions. Elle-ci a un effe immédia sur le sock de connaissance. Le financemen de ce ype de recherche es esseniellemen public. Un de smoifs es que la recherche fondamenale n aboui que généralemen pas à une applicaion commercialisable. Le résula de la R&D, son les innovaions. L effe de la R&D pore esseniellemen sur une augmenaion ou une amélioraion de la producion. Pour ce ype de recherche, les breves on un rôle à jouer pour proéger l innovaeur e assurer une rene emporaire, celle-ci consiuan l incian à innover. Il fau noer que seul un pei nombre d enreprises son acives en R&D: surou les plus grandes e les plus producives, ou les enreprises qui débuen. Les recommandaions de ces modèles en ermes de poliique économique son donc de

19 Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 promouvoir l éducaion e la formaion e de favoriser la recherche, qu il s agisse du financemen de la recherche fondamenale, ou de le mise sur pied de srucures favorables à la R&D, par exemple par une poliique de breves appropriées, le développemen d incians à la R&D par les enreprises, l encouragemen des spin-offs (créées à la suie e pour mere en applicaion des recherches universiaires), le financemen des sarups innovanes, ec A ire d illusraion, le ableau ci-dessous donne quelques indicaions chiffrées des effors de R&D dans les pays indusrialisés. Ceux-ci ne concernen pas la recherche fondamenale. A ire de comparaison, on peu noer que les dépenses en R&D son neemen inférieures aux dépenses en éducaion, e à l invesissemen en capial physique. Ce consa pour les Eas-Unis, vau aussi pour les aures pays. Dépenses de R& D en pourcenage du PI B France Allemagne Japon Royaume-Uni Eas-Unis

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

Chapitre 5. La croissance

Chapitre 5. La croissance Chapire 5. La croissance E. Cudeville. Inroducion Pour les économises, le erme de croissance désigne l augmenaion endancielle de la producion par êe qui enraîne sur longue période une muliplicaion du volume

Plus en détail

Exercices : Série 1 Corrigés

Exercices : Série 1 Corrigés Exercices : Série 1 Corrigés 1 Durée nécessaire pour doubler le PIB par habian Déniions : y 0 : PIB par ravailleur au débu y T : PIB par ravailleur après T années g : aux de croissance [%] r : aux de croissance

Plus en détail

Les principaux comportements macro-économiques

Les principaux comportements macro-économiques Les principaux comporemens macro-économiques Universié de Rennes Faculé de Droi e de Science Poliique Anenne de Sain-Brieuc Consommaion e épargne L analyse keynésienne e ses développemens DEUX CONCEPTS

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Chapitre 2- Les cycles endogènes. Université d Auvergne- L Christopher Grigoriou

Chapitre 2- Les cycles endogènes. Université d Auvergne- L Christopher Grigoriou Chapire 2- Les cycles endogènes Universié d Auvergne- L3 2008-2009 Chrisopher Grigoriou Les cycles endogènes Explicaion réelle e endogène: les cycles peuven êre expliqués par le foncionnemen même de l

Plus en détail

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Correcion de l exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» Quesion : calculer numériquemen la duraion e la convexié de l obligaion de coure maurié e de l obligaion de longue

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI UNIVERSIE PARIS OUES, NANERRE LA DEFENSE UFR SEGMI Année universiaire 202 203 Cours d économérie L3 Economie Cours de Valérie MIGNON D de Benoî CHEZE e David GUERREIRO Exercice : Données en coupe D Inroducion

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proporionnalié -Acivié préparaoire n : Suies de nombres proporionnelles -l indicaion «0,88 /L» perme de calculer les pri manquans dans le ableau ci-dessous. Indiquer

Plus en détail

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages Première E.S. Lycée Desfonaines Melle I. Inroducion Pourcenages Définiion : On considère deux quaniés Q e Q de même naure, exprimées dans la même unié. Dire que Q es égale à % de Q revien à dire que Q

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE

Jean-Louis CAYATTE Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ jlcayae@free.fr Chapire 4 La durée du chômage Quand on parle de la durée du chômage, si l on n y prend pas garde, on confond facilemen la durée moyenne du chômage

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

Chapitre 4: Les modèles linéaires

Chapitre 4: Les modèles linéaires Chapire 4: Les modèles linéaires. Inroducion: Dans ce chapire on va voir successivemen les modèles linéaires saionnaires: auoregressifs (AR), de moyennes mobiles (MA) e mixes (ARMA) en pariculier. Finalemen,

Plus en détail

Evolution de la valeur de l'entreprise

Evolution de la valeur de l'entreprise Correcion de l exercice 4 du cours Managemen Bancaire : «Eude du modèle de Meron» I) Valeur de l enreprise Quesion : dans quel cas (pariculier) es il possible d observer la valeur de l enreprise? Si l

Plus en détail

1 ère L Les pourcentages

1 ère L Les pourcentages 1 ère L Les pourcenages Ce chapire se place dans le cadre de l informaion chiffrée. III. Calculer une valeur après un pourcenage d augmenaion e de diminuion (opéraeur associé à un pourcenage d évoluion)

Plus en détail

2 HEURES AUCUN DOCUMENT, AUCUNE CALCULATRICE AVERTISSEMENT

2 HEURES AUCUN DOCUMENT, AUCUNE CALCULATRICE AVERTISSEMENT UNIVERSITE D AUVERGNE CLERMONT I FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION PREMIERE SESSION D EXAMENS, AVRIL 2009 LICENCE EG 1ERE ANNEE Semesre 2 : Grandes foncions e équilibre macroéconomiques 2

Plus en détail

Pluviométrie, croissance et pauvreté : cas du Sénégal et du Burkina Faso

Pluviométrie, croissance et pauvreté : cas du Sénégal et du Burkina Faso Pluviomérie, croissance e pauvreé : cas du Sénégal e du Burkina Faso François Joseph CABRAL CRES FASEG/UCAD joecabral7@gmail.com PLAN 1. Conexe e problémaique 2. Objecif 3. Méhodologie 4. Simulaions e

Plus en détail

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages Chapire 3 Pourcenages Objecifs du chapire : iem références auo évaluaion relier évoluions e pourcenages éudier des évoluions successives calculer le aux d évoluion réciproque 19 I lien enre une évoluion

Plus en détail

KF.book Page 29 Vendredi, 1. août :21 12 Chapitre 1 Mécanique 1

KF.book Page 29 Vendredi, 1. août :21 12 Chapitre 1 Mécanique 1 Chapire Mécanique Exercice 0 0 Risque de collision au freinage. Une voiure roule à une viesse consane en ligne droie. Au emps = 0, le conduceur aperçoi un obsacle, mais il ne commence à freiner (avec une

Plus en détail

ESD : Loi exponentielle

ESD : Loi exponentielle Aueur du corrigé : Gilber Julia ESD 2008 0702 : Loi exponenielle Averissemen : ce documen a éé réalisé avec la version 14 de TI-Nspire Fichier associé : esd2008_0702ns 1 Le suje L exercice proposé au candida

Plus en détail

Chapitre 10 Etude des tensions électriques ; Nature de la tension du secteur.

Chapitre 10 Etude des tensions électriques ; Nature de la tension du secteur. Chapire 1 Eude des ensions élecriques ; Naure de la ension du seceur. On a vu que la ension produie par un alernaeur dans une cenrale élecrique changeai ou le emps. On ne peu donc pas se conener de brancher

Plus en détail

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que PROPORTIONNALITE a) Définiion d une proporion a Quare nombres a, b, c e d éan non nuls, on di que c l une des condiions suivanes (équivalenes) es vérifiée : b d es une proporion lorsque Condiion 1 : Les

Plus en détail

Solutionnaire Physique 1, Électricité et Magnétisme, Harris Benson LES CIRCUITS À COURANT CONTINU

Solutionnaire Physique 1, Électricité et Magnétisme, Harris Benson LES CIRCUITS À COURANT CONTINU Soluionnaire hysique, Élecricié e Magnéisme, Harris Benson Soluionnaire rédigé par Maxime Verreaul, professeur CHATE 7 LES CCUTS À COUANT CONTNU 7 FAUX. Le couran es le même en ou poin du circui. 7 Comme

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

Conjoncture française

Conjoncture française Conjoncure française La fore hausse des imporaions manufacurières depuis 2014 reflèe la composiion de la demande, sauf dans les maériels de ranspor Depuis 2014, les imporaions françaises son dynamiques,

Plus en détail

Exercice n HA Corrigé

Exercice n HA Corrigé ENAC/ISTE/HYDRAM HYDROTHEQUE : base de données d exercices en Hydrologie Cours : Hydrologie Appliquée / Thémaique : Processus & Réponse Hydrologiques Exercice n HA 0101 - Corrigé Logo opimisé par J.-D.Bonour,

Plus en détail

Le classement des nombres réels

Le classement des nombres réels UNITÉ 1 : DES NOMBRES RÉELS Le classemen des nombres réels naurels N 0,1,2,3,4,5,6,7... eniersrelaifs Z naurelsnégaifs 1, 2, 3... 3 raionnelsq décimaux 3.25, 0.06,,4.25, 2.7, 10.35... 2 réels R 1 complexesc

Plus en détail

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction Modélisaion e exrapolaion de l évoluion de la moralié française à parir de modèles sochasiques Analyse des qualiés prédicives de ces modèles Applicaions praiques Mémoire souenu pour l Insiu des Acuaires

Plus en détail

Chapitre n 10 LES RÉACTIONS D ESTÉRIFICATION ET D HYDROLYSE

Chapitre n 10 LES RÉACTIONS D ESTÉRIFICATION ET D HYDROLYSE Chapire n LES RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE T ale S I- Les esers )Formule générale Un eser comprend deux chaînes carbonées R e R séparées par la foncion eser : Rq. : Si les chaînes carbonées son

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. et x désigne alors la matrice à 1 ligne et n colonnes : x = [ x 1 x 2 x n ] ;

MATHÉMATIQUES II. et x désigne alors la matrice à 1 ligne et n colonnes : x = [ x 1 x 2 x n ] ; MATHÉMATIQUES II Dans ce problème, nous éudions les propriéés de ceraines classes de marices carrées à coefficiens réels e cerains sysèmes linéaires de la forme Ax = b d inconnue x IR n, A éan une marice

Plus en détail

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5 Texures François Faure Résumé Table des maières 1 Inroducion 2 2 Coordonnées de exure 3 2.1 Modes de répéiion............................... 3 2.2 Le problème des surfaces courbes.......................

Plus en détail

Leçon 15 Les formes des signaux électriques Page 1/7

Leçon 15 Les formes des signaux électriques Page 1/7 Leçon 15 Les formes des signaux élecriques Page 1/7 1. Les différenes formes de ension ou de couran élecriques 1.1 Signal unidirecionnel C es un signal qui circule oujours dans le même sens Couran unidirecionnel

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

CINETIQUE CHIMIQUE 1. Vitesse de réaction en réacteur fermé

CINETIQUE CHIMIQUE 1. Vitesse de réaction en réacteur fermé CINETIQUE CHIMIQUE. Viesse de réacion en réaceur fermé. Généraliés sur la cinéique chimique L obje de la cinéique chimique es l éude de l évoluion au cours du emps d une réacion hermodynamiquemen possible.

Plus en détail

GENERALITES SUR LA CINÉTIQUE CHIMIQUE

GENERALITES SUR LA CINÉTIQUE CHIMIQUE ere année Meecine Cinéique Chimique GENERLITES SUR L CINÉTIQUE CHIMIQUE Inroucion La cinéique chimique es la science qui s occupe e la façon on les réacions chimiques procèen (mécanisme) e e leur viesse.

Plus en détail

Formalisme des processus aléatoires

Formalisme des processus aléatoires HAPITRE Formalisme des processus aléaoires. - Signal déerminise e signal aléaoire.. - Signal déerminise Les signaux déerminises son connus par leur représenaion emporelle e specrale. Dans le domaine emporel,

Plus en détail

Cas du circuit RL. I. Un exemple d application d un circuit RL : un composant du système d alimentation en gazole d une Logan.

Cas du circuit RL. I. Un exemple d application d un circuit RL : un composant du système d alimentation en gazole d une Logan. Cas du circui I. Un exemple d applicaion d un circui : un composan du sysème d alimenaion en gazole d une ogan. xrai du suje IBAN 2006 a Dacia ogan, conçue par le consruceur français enaul es produie au

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé ψ 2015-2016 Devoir n 6 CNVERSIN DE PUISSANCE L obje de ce problème consise à éudier la producion d énergie élecrique à parir d une éolienne. Le disposiif pore alors le nom d «aérogénéraeur» e es consiué

Plus en détail

Série d exercices Bobine et dipôle RL

Série d exercices Bobine et dipôle RL xercice 1 : Série d exercices Bobine e dipôle R On réalise un circui élecrique comporan une bobine d inducance e de résisance r, un conduceur ohmique de résisance R, un généraeur de ension de f.é.m. e

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions 1 Juille 2001 Evaluaions socio-économiques e financière des projes de ranspors collecifs : méhode de calcul, paramères e convenions Période de l éude La période de l éude débue à l année de mise en service.

Plus en détail

LA MESURE DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ DANS LES TRANSPORTS : LE CAS DU TRANSPORT AÉRIEN

LA MESURE DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ DANS LES TRANSPORTS : LE CAS DU TRANSPORT AÉRIEN LA MESURE DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ DANS LES TRANSPORTS : LE CAS DU TRANSPORT AÉRIEN Bernard CHANE KUNE, Nanno MULDER 1 e Philippe POUDEVIGNE Le capial es un faceur de producion clef dans le domaine

Plus en détail

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» L une des préoccupaions des gesionnaires des risques dans les banques es de prendre en compe les caracérisiques des porefeuilles

Plus en détail

Introduction au modèle IS-LM

Introduction au modèle IS-LM Inroducion au modèle IS-LM Tovonony Raza ndrabe EconomiX EconomiX, Universié Paris Oues Nanerre la Défense. 1 Table des maières 1 Inroducion 3 2 Modèle d équilibre général à prix exible en économie fermée

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC Chapire VI - Les onduleurs - LES ONDULEURS Converisseurs DC/AC I- Inroducion : L éude va porer sur les onduleurs : monophasés, de ension :Source d enrée (DC) = Source de Tension Source de sorie (AC) =

Plus en détail

2 Compléter un tableau de proportionnalité

2 Compléter un tableau de proportionnalité 1 Reconnaire un ableau de proporionnalié OJECTIF 1 DÉFINITION Il y a proporionnalié dans un ableau de nombres à deux lignes lorsque les nombres de la deuxième ligne s obiennen en muliplian ceux de la première

Plus en détail

TD 4 : correction. L3 Intégration Exercice 1. Fonctions presque nulles. On considère la suite d ensembles mesurables A n = x R f(x) 1.

TD 4 : correction. L3 Intégration Exercice 1. Fonctions presque nulles. On considère la suite d ensembles mesurables A n = x R f(x) 1. L3 Inégraion 1 212-213 TD 4 : correcion Eercice 1. Foncions presque nulles } On considère la suie d ensembles mesurables A n = Rf( 1. n Par hypohèse, ils son ous de mesure nulle : = f dλ 1 A n n µ(a n.

Plus en détail

Modèles stochastiques. Chaînes de Markov discrètes

Modèles stochastiques. Chaînes de Markov discrètes odèles sochasiques Chaînes de arkov discrèes 1. Processus sochasique discre { } Suie de variables aléaoires X, T T es un ensemble d'eniers non-négaifs e X représene une mesure d'une caracérisique au emps

Plus en détail

Corrigé du devoir surveillé de Mathématiques

Corrigé du devoir surveillé de Mathématiques Corrigé du devoir surveillé de Mahémaiques Eercice Soien a e b deu réels avec < a < b.. La foncion h : e a e b es coninue e posiive sur ], + [ a < b e a > e b. Au voisinage de, on a : h e a e b Ce calcul

Plus en détail

B. OSCILLATIONS, ONDES ET LUMIERE. 1. Introduction. ! Importance des phénomènes périodiques

B. OSCILLATIONS, ONDES ET LUMIERE. 1. Introduction. ! Importance des phénomènes périodiques B. OSCILLATIONS, ONDES ET LUMIERE 1. Inroducion Un oscillaeur es un sysème qui effecue des mouvemens d aller-reour de par e d aure d une posiion moyenne, par un mouvemen plus ou moins régulier. Si les

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES II

MATHEMATIQUES FINANCIERES II Formaion Ouvere e A Disance LIVRET 52 BIS : MATHEMATIQUES FINANCIERES II LES ANNUITES Page 1 INTRODUCTION : FOAD mahémaiques financières II Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000

Plus en détail

Redresser une photo avec Paint Shop Pro

Redresser une photo avec Paint Shop Pro Redresser une poo aec Pain Sop Pro Définiions 'obje poograpié es supposé comporer un recangle, ou au moins deux segmens de droie parallèles, qu'il s'agi de redresser En effe, si la poo n'es pas prise de

Plus en détail

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre Cinéique de l oxydaion du sulfie de cuivre Grégory Vial 11 avril 2006 Résumé On s inéresse à l oxydaion du sulfie de cuivre : il s agi d une réacion d auocaalyse don l éude cinéique condui à un problème

Plus en détail

Minisère de l éducaion & de la formaion D. R. E. N Lycée Secondaire -Haouaria Devoir de conrôle N 1 Classes : 4 e Sc- Exp & Mah Dae : 15/11 /2008 Durée : 2 H Maière : Sciences Physiques profs: Laroussi

Plus en détail

Corrigé CCP 1 PSI 2014

Corrigé CCP 1 PSI 2014 Parie Corrigé CCP PSI 4 Dans oues les quesions géomériques, le plan es muni d'un repère orhonormé ( O, i, ) j La courbe représenaive de f es le segmen [OA], où A es de coordonnées (, ) : sa longueur es

Plus en détail

Le Principe de PASCAL

Le Principe de PASCAL Hydraulique LES LOIS D HYDROSTATIQUE N 1/8 LA FORCE. On appelle FORCE oue acion qui end à modifier l éa d un corps. Elle s exprime en NEWTON (symbole N). La force es définie par son sens, son inensié,

Plus en détail

BIBILIOGRAPHIE ANALYSE ECONOMIQUE DE LA CROISSANCE : PLAN DE COURS SYNTHESE INTRODUCTION SEANCE N 1 : MESURER LA CROISSANCE.

BIBILIOGRAPHIE ANALYSE ECONOMIQUE DE LA CROISSANCE : PLAN DE COURS SYNTHESE INTRODUCTION SEANCE N 1 : MESURER LA CROISSANCE. Universié d Auvergne Année universiaire 2010-2011 S.GUERINEAU Inroducion ANALYSE ECONOMIQUE DE LA CROISSANCE : PLAN DE COURS Parie 1 : Analyser la croissance : les ouils Séance 1 : Mesurer la croissance

Plus en détail

Les hacheurs à liaison directe

Les hacheurs à liaison directe es hacheurs à liaison direce I. Hacheur série (Buck) Exercice I n considère le monage ci conre : a ension d alimenaion es égale à 200 V, la fréquence de découpage es noée f (période ) e le rappor cyclique

Plus en détail

Correction de l interrogation écrite 2 - croissance

Correction de l interrogation écrite 2 - croissance Correcion de l inerrogaion écrie 2 - croissance 16 Janvier 2006 1 Quesion de réflexion : le résidu de Solow (8 poins) Qu es-ce que le résidu de Solow? près avoir défini le résidu de Solow (ses différenes

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Logique combinatoire : Partie 1

Logique combinatoire : Partie 1 1. Inroducion Lorsqu'on exprime les variables de sories uniquemen en foncion des variables d'enrées, le problème à résoudre relève de la logique combinaoire. Auremen di à chaque combinaison des variables

Plus en détail

CHAPITRE III : LES COMPTEURS

CHAPITRE III : LES COMPTEURS CHAPITRE III : LES COMPTEURS I. Inroducion Dans de nombreuses applicaions on es amené à faire des compages d impulsions dans un emps donné pour la mesure de fréquences (par exemple) ou ou simplemen comper

Plus en détail

ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER. I. Rappel sur la décision d'investissement dans une entreprise

ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER. I. Rappel sur la décision d'investissement dans une entreprise ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER I. Rappel sur la décision d'invesissemen dans une enreprise II. Difficulés dans l'analyse de l'invesissemen éranger II.1 Flux monéaires pour la compagnie

Plus en détail

The Gravity Model With Endogeneous Transport Cost

The Gravity Model With Endogeneous Transport Cost The Graviy Model Wih Endogeneous Transpor Cos Gabriel Figueiredo de Oliveira Universiy of Nanes, Faculy of Economy, LEN Sepember 1, 2008 Absrac : L obecif de ce ravail éai de monrer qu il es possible,

Plus en détail

Intégrale fonction des bornes

Intégrale fonction des bornes [hp://mp.cpgedupuydelome.fr] édié le juille 4 Enoncés Inégrale foncion des bornes Eercice [ 87 ] [correcion] On pourra à ou momen s aider du logiciel de calcul formel. a Résoudre sur l inervalle I = ],

Plus en détail

Petit dictionnaire physique-chimie/maths des équations différentielles. Tension aux bornes du condensateur dans un circuit RC

Petit dictionnaire physique-chimie/maths des équations différentielles. Tension aux bornes du condensateur dans un circuit RC Pei dicionnaire physique-chimie/mahs des équaions différenielles On compare les différenes manières de présener la résoluion d une équaion différenielle dans les différenes disciplines. Le bu de cee fiche

Plus en détail

I - Variation et suites

I - Variation et suites I - Variaion e suies Résulas d apprenissage généraux décrire e effecuer des opéraions sur des ableaux pour résoudre des problèmes, en uilisan des ouils echnologiques, si nécessaire produire e analyser

Plus en détail

Dans les montages suivants à AO, il y a une rétroaction négative, l AO fonctionne donc en régime linéaire.

Dans les montages suivants à AO, il y a une rétroaction négative, l AO fonctionne donc en régime linéaire. TP COURS ELECTROCINETIQUE RDuperray Lycée FBUISSON PTSI AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL: MONTAGES SUIVEURS Dans les monages suivans à AO, il y a une réroacion négaive, l AO foncionne donc en régime linéaire

Plus en détail

Temporisation par bascules monostables

Temporisation par bascules monostables Temporisaion par bascules Monosables TSTI 00-0 Chrisian Loverde Temporisaion par bascules monosables Rappels :. Charge d un condensaeur à ension consane i R C Débu de la charge u C (0)= 0 V u C A la fin

Plus en détail

Fiche d exercices 12 : Lois normales

Fiche d exercices 12 : Lois normales Fiche d exercices 1 : Lois normales Exercice 1 Loi normale cenrée e réduie N (0,1) Une variable aléaoire Z sui la loi N (0,1). On donne P ( Z 1,8 ) 0, 964 e P ( Z,3) 0, 989. Calculer les probabiliés suivanes

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Courbes paramérées Exercices de Jean-Louis Rouge. Rerouver aussi cee fiche sur www.mahs-france.fr * rès facile ** facile *** difficulé moyenne **** difficile ***** rès difficile I : Inconournable

Plus en détail

REPONSE DES CIRCUITS A UN ECHELON DE TENSION

REPONSE DES CIRCUITS A UN ECHELON DE TENSION LTOINTIQU Duperray Lycée FBUISSON PTSI PONS DS IUITS A UN HLON D TNSION Dans les circuis élecriques, les régimes on oujours un débu Nous allons éudier commen à parir des condiions iniiales, les courans

Plus en détail

2. Repère de temps. Le système de référence est tout simplement l addition d un solide de référence et d un repère de temps.

2. Repère de temps. Le système de référence est tout simplement l addition d un solide de référence et d un repère de temps. Modélisaion des sysèmes mécaniques LA CINÉMATIQUE DU POINT Dae : Inroducion : La cinémaique es la parie de la mécanique qui éudie le mouvemen des corps, indépendammen des effors qui les produisen. Les

Plus en détail

Les moteurs de la croissance dans les pays de l'ocde Analyse empirique sur des données de panel

Les moteurs de la croissance dans les pays de l'ocde Analyse empirique sur des données de panel Exrai de : Revue économique de l'ocde Accéder à cee revue : hp://dx.doi.org/10.1787/16843444 Les moeurs de la croissance dans les pays de l'ocde Analyse empirique sur des données de panel Andrea Bassanini,

Plus en détail

II. Observation d une seule courbe à l oscilloscope

II. Observation d une seule courbe à l oscilloscope PC - Lycée Dumon D Urville TP 1 : uilisaion de l oscilloscope numérique I. Compéences à acquérir Les compéences évaluées au cours de ce TP son: - Uiliser un GBF - Uiliser un oscilloscope : Afficher des

Plus en détail

Les déterminants de la non-croissance économique en République Démocratique du Congo ( )

Les déterminants de la non-croissance économique en République Démocratique du Congo ( ) Les déerminans de la noncroissance économique en République Démocraique du Congo (19202000) Version provisoire pour commenaires Alber TCHETABAMPA* Résumé : Cee éude analyse de manière quaniaive les déerminans

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Secion : S Opion : Sciences de l ingénieur Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Domaine d applicaion : raiemen du signal ype de documen : Cours Classe : Première Dae : I Définiion

Plus en détail

Exemples : réaction entre I 2 et S 2 O 3

Exemples : réaction entre I 2 et S 2 O 3 Résumé proposé par I. Réacions rapides - Réacions lenes 1. Réacions rapides Une réacion es rapide si elle semble achevée dès que les réacifs son en conac. Une réacion rapide se fai quasi insananémen, dés

Plus en détail

Contrôle de physique n 4

Contrôle de physique n 4 Conrôle de physique n 4 Un groupe délèves musiciens souhaie réaliser un diapason élecronique capable démere des sons purs, en pariculier la noe la 3 (noe la roisième ocave). Cee noe ser de référence aux

Plus en détail

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS I. Descripion e symboles Un condensaeur es un composan consiué par, appelés séparés sur oue l'éendue de leur surface par un milieu nommé. Le es de faible épaisseur e il s exprime

Plus en détail

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC Physique - 6 ème année - Ecole Européenne Elecricié n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC I) Convenion d'algébrisaion des grandeurs élecriques : 1) Inensié e ension : L inensié i du couran élecrique e la ension

Plus en détail

EC 4 Circuits linéaires du second ordre en régime transitoire

EC 4 Circuits linéaires du second ordre en régime transitoire 4 ircuis linéaires du second ordre en régime ransioire PSI 016 017 I Réponse d un circui RL série à un échelon de ension 1. ircui R L i() u G () +q ¹ 1 u R () u L () u () On ferme l inerrupeur K à = 0,

Plus en détail

LES COMPTEURS 3. COMPTEURS ET DECOMPTEURS ASYNCHRONES :

LES COMPTEURS 3. COMPTEURS ET DECOMPTEURS ASYNCHRONES : ISET de Nabeul ours de Sysème logique (2) hapire 3. OBJETIFS LES OMPTEURS Eudier les différens ypes de compeurs. omprendre le principe de foncionnemen de chaque ype. Mairiser les éapes de synhèse d un

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

SERIES CHRONOLOGIQUES

SERIES CHRONOLOGIQUES SERIES CHRONOLOGIQUES On appelle série chronologique ou chronique une série d'observaions échelonnées dans le emps. Les inervalles enre deux mesures peuven êre quelconques. En général, ils son de même

Plus en détail

Croissance endogène et vieillissement démographique : le cas d une petite économie ouverte *

Croissance endogène et vieillissement démographique : le cas d une petite économie ouverte * Croissance endogène e vieillissemen démographique : le cas d une peie économie ouvere * Maxime Fougère, Minisère des Finances - Canada e Marcel Méree, Universié d Oawa 2000-03 * Ce aricle a éé compléé

Plus en détail

Mathématiques discrètes Chapitre 2 : Théorie des ensembles

Mathématiques discrètes Chapitre 2 : Théorie des ensembles U.P.S. I.U.T., Déparemen d Informaique nnée 9- Mahémaiques discrèes Chapire : Théorie des ensembles. Définiions Définiion On appelle ensemble oue collecion d objes caracérisés par une propriéé commune.

Plus en détail

MODULE: VIBRATIONS. Chapitre 4: Mouvement forcé à un degré de liberté. Dr. Fouad BOUKLI HACENE E S S A - T L E M C E N

MODULE: VIBRATIONS. Chapitre 4: Mouvement forcé à un degré de liberté. Dr. Fouad BOUKLI HACENE E S S A - T L E M C E N ECOLE SUPÉRIEURE EN SCIENCES APPLIQUÉES --T L E M C E N- FORMATION PRÉPARATOIRE NIVEAU : IEME ANNÉE MODULE: VIBRATIONS Chapire 4: Mouvemen forcé à un degré de liberé Dr. Fouad BOUKLI HACENE E S S A - T

Plus en détail

DIPÔLE CONDENSATEUR-DIPÔLE RC

DIPÔLE CONDENSATEUR-DIPÔLE RC HAPITE P7 DIPÔLE ONDENSATEUDIPÔLE I) DIPÔLE ONDENSATEU I.1. Définiion e symbole I.2. harge e décharge d un condensaeur I.3. Inerpréaion I.4. apacié d un condensaeur I.5. Énergie emmagasinée par un condensaeur

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peu êre reprodui, représené, adapé ou radui

Plus en détail

CONCOURS COMMUN 2002

CONCOURS COMMUN 2002 CONCOURS COMMUN DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epreuve de Mahémaiques (oues filières) Problème d analyse.. f es coninue sur R en an que quoien de foncions coninues sur R don le dénominaeur

Plus en détail

UN AUTRE PARADOXE : équation horaire du mouvement d un point

UN AUTRE PARADOXE : équation horaire du mouvement d un point UN AUTRE PARADOXE : équaion horaire du mouvemen d un poin. - INTRODUCTION La relaivié resreine es l obje de nombreu paradoes comme on a pu le consaer dans d aures ees proposés dans ce dossier. La majorié

Plus en détail

CH V Mouvements. Deux personnes A et B se trouvent immobiles sur un escalier roulant. Sol

CH V Mouvements. Deux personnes A et B se trouvent immobiles sur un escalier roulant. Sol CH V Mouvemens I) Mouvemens e référeniel : Pour éudier un mouvemen, il fau définir : - le mobile (obje qui es en mouvemen) - le référeniel (sysème par rappor auquel le mobile se déplace) 1) Siuaion : Deux

Plus en détail

MEMORISATION UNITAIRE

MEMORISATION UNITAIRE Mémorisaion uniaire Page 1 MEMORISATION I/ GÉNÉRALITÉS I.1/ Définiions UNITAIRE Une foncion de mémorisaion uniaire es capable de mémoriser un seul éa logique à la fois (un seul bi). Les srucures associées

Plus en détail

Comment mesurer le capital humain dans le cadre de la comptabilité nationale?

Comment mesurer le capital humain dans le cadre de la comptabilité nationale? Commen mesurer le capial humain dans le cadre de la compabilié naionale? Nicolas Canry 6 juin 2017 Première version La résurgence des inégaliés es une des quesions cenrales de la macroéconomie conemporaine.

Plus en détail