Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique"

Transcription

1 Bibliothèque numérique ASSAS.NET Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement, Coralie de contribuer à cette opération et de donner ainsi aux étudiants les outils nécessaires pour assurer leur réussite e édition - Page 1

2 AVERTISSEMENT Ce document a été mis en page et relu par des étudiants de l'association Assas.net. Les étudiants en sont les auteurs. CONDITIONS D UTILISATION Cette page est un résumé des conditions d utilisation de ce document. La version intégrale est disponible sur Responsabilité Diffusion Utilisation L étudiant dont la copie est l objet de ce document et Assas.net ne pourront être tenus responsables des erreurs qui pourraient s y glisser. ASSAS.NET ne certifie en aucun cas la fiabilité des corrections et des éléments de réponse rédigés par l étudiant. La diffusion de ce document est interdite. Renvoyez les étudiants intéressés vers le forum ASSAS.NET ( ) ou vers le local de l association ASSAS.NET (local 11, 92 rue d Assas, Paris). La revente de ce document est strictement interdite. Ne revendez pas ce polycopié. Ne modifiez pas ce document. En cas d impression, imprimez en recto verso afin de réduire le coût écologique e édition - Page 2

3 Note : 17,5/20 I. Dossier I A. Les obligations de l employeur à l égard d un salarié devenu gestionnaire - L arrêt du 14 mai 1998 de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation estime que «le salarié à qui est confié un mandat social conserve le bénéfice de son contrat de travail dés lors qu il continue à remplir effectivement dans un lien de subordination envers la société des fonctions techniques distinctes de son mandat social». Le cumul du mandat social et du contrat travail est ainsi possible si un lien de subordination est présent et si et si il exécute des fonctions distinctes de son mandat. Les deux conditions sont cumulatives. En l espèce, il était directeur commercial c'est-à-dire salarié, mais il consacre à présent «l intégralité de son temps à la gestion». De plus étant gestionnaire on peut supposer qu il n est plus soumis à un lien de subordination. Il n y a donc pas de cumul des deux activités. - Toutefois, l arrêt du 11 juin 1997 de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation estime qu un contrat de travail peut être suspendu en l absence de fourniture d un travail effectif. L arrêt du 26 avril 2000 de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation complète ce précédant arrêt, en décidant qu «en l absence de convention contraire, le contrat de travail d un salarié devenu mandataire social et qui a cessé d être lié à la société par un lien de subordination est suspendu pendant le temps où il est mandataire». Pour que le contrat soit suspendu et qu il reprenne effet à la fin du mandat, il faut que le salarié soit devenu mandataire social, qu il n ait pu de lien de subordination. Il faut, en outre, aucune convention contraire dans le contrat. En l espèce on ignore si une convention contraire est présente, mais le silence à son propos laisse penser qu elle n existe pas. N effectuant que son travail de gestion, le lien de subordination n est plus présent. Enfin le fait de s occuper de la gestion revient à être mandataire social. Son contrat est alors suspendu. Le contrat de directeur commercial reprendra effet à l issu du mandat. L article L détaille les diverses raisons d un CDD. L une des conditions du CDD est le remplacement. En l espèce le nouveau directeur commercial remplace l ancien, il est donc sans doute en CDD, les règles relatives à la fin du CDD vont lui être applicables. B. Le changement du lieu de travail des salariés de l'entreprise cédante - L'arrêt du 10 mai 2007 de la Cour d'appel de Versailles considère que "même en l'absence d'une clause de mobilité, l'employeur peut (...) changer les conditions de travail affectant le même secteur géographique". La jurisprudence oppose la modification du contrat de travail qui nécessite l accord du salarié, au changement des conditions de travail décidé par l employeur dans l exercice de son pouvoir de direction (il n y a pas besoin d un accord). - L'arrêt du 3 juin 2003 de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation établit que "la mention du lieu de travail dans le e édition - Page 3

4 contrat de travail a valeur d'information, à moins qu'il ne soit stipulé par une clause claire et précise que le salarié exécutera son travail exclusivement dans ce lieu". Il ajoute que "le changement de localisation intervenu dans le même secteur géographique constituait un simple changement des conditions de travail". Ainsi pour que la modification du lieu de travail ne soit qu'un changement dans les conditions de travail, dont l'accord du salarié n'est pas nécessaire, il faut que ce changement se trouve dans le même secteur géographique et qu'aucune clause claire et précise ne soit présente. En l'espèce le lieu géographique est simplement «mentionné», on peut dès lors considérer qu'il n'est donné qu'à titre indicatif. Il n y a donc pas de clause claire et précise. De plus le changement s'opère à 14 km, on peut estimer à première vue qu'il est dans le même secteur géographique. La jurisprudence va préciser cette notion. - En effet l'arrêt du 5 mai 99 de la Cour de Cassation estime que le changement doit être apprécié de manière objective. Cette objectivité est possible par l'appréciation d'indices. L'arrêt du 10 mai 2007 de la Cour d'appel de Versailles estime que le secteur géographique "doit correspondre au même bassin d'emploi dont la réalité s'apprécie en fonction de son homogénéité au regarde de la facilité des moyens de communication". De plus l'arrêt du 15 juin 2004 de la Cour de Cassation déclare qu'il faut apprécier la situation des deux lieux de travail et non la situation personnelle des salariés. Pour que le nouveau secteur géographique imposé soit valable de manière objective, il se doit d'être accessible par les moyens de transport et s'apprécie au regard de l'ancien lieu de travail. En l'espèce on peut considérer que face aux 850 salariés qui y travaillent déjà des moyens de transport ont sans doute été mis en place, il n'est en plus qu'à 14 km, ce qui n est pas extrême. Notons qu'un cas d'espèce datant du 26 septembre 2006 à considérer qu'une différence de 25 km entre les deux lieux de travail correspond à un même secteur géographique. Le nouveau site est donc dans un même secteur géographique. Les salariés devront dès lors se déplacer. S ils refusent de se déplacer, ils commettent une faute susceptible d un licenciement. C. L unification des statuts collectifs des deux entreprises. La mise en cause est la nécessité d une nouvelle négociation pour aboutir à un accord de substitution ou d adaptation. Il n y a pas de procédure, la mise en cause résulte de l acte d absorption. - L article L du code du travail dispose qu il y a mise en cause automatiquement à l issue d un transfert. Les conditions de la mise en cause sont : la fusion, la scission, le changement d activité ou la cession, et un délai de préavis de 3 ans, une négociation sous un an. En l espèce il y a une fusion de deux entreprises, il peut donc y avoir mise en cause. - L arrêt du 13 novembre 2007 interdit l application immédiate du statut de l entreprise du cessionnaire aux salariés de l entreprise cédante. - L article L dispose que le délai de préavis est de 3 mois. L employeur doit ainsi après la fusion, formuler un préavis sous 3 mois e édition - Page 4

5 Plusieurs cas sont alors possibles : Droit du travail, Licence 3 Droit Monsieur le Professeur Olivier, novembre Pendant les négociations (jusqu à l accord): - L arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation du 24 février 1993 rappelle que l accord de la société cédante «continue de produire effet jusqu à l entrée en vigueur de la convention ou de l accord qui lui est substitué ou, à défaut pendant une durée d un an à compter de l expiration du délai de préavis, sauf clause contraire». - L arrêt de la Cour de Cassation du 10 février 2010 estime que «la convention collective dont relève le cessionnaire s applique immédiatement au salarié, les dispositions de l accord mis en cause continue cependant à lui bénéficier». Il y a donc panachage entre les deux conventions à la fois pour les salariés de l entreprise cédante et ceux de l entreprise cessionnaire. (Ca devrait inciter à la négociation). - Le principe de faveur, qui correspond en cas de conflit entre deux normes à l application de la norme la plus favorable pour le salarié, va s appliquer. L arrêt du 13 novembre 2007 considère que le salarié peut se prévaloir des deux conventions. L arrêt du 26 juin 1985 expose le fait que les avantages des deux conventions ne peuvent se cumuler. L arrêt du 17 janvier 1996 considère qu on procède avantages par avantages. Un accord a été trouvé : - L article L dispose que l ancienne convention collective disparaît, la nouvelle négociée s applique à tous les salariés (à la fois ceux de l entreprise du cédant et ceux du cessionnaire). Cette dernière s applique à l issue du délai de préavis, ou bien dés qu il y a eu consensus sur un accord. - Si l accord s est réalisé après le délai de 15 mois, les salariés peuvent bénéficier des droits individuels acquis. - L arrêt du 13 octobre 2010 de la Cour de Cassation estime qu il peut y avoir négociation avant la restructuration, il faut que ce soit les mêmes syndicats et elle est soumise à la condition suspensive qu il y ait bien fusion. S il y a un accord il s applique après le délai de préavis. L employeur doit reprendre les négociations après la fusion si les syndicats ne sont pas les mêmes dans la nouvelle entreprise. En l espèce les mêmes syndicats sont représentatifs, ça n est pas un problème. Les négociations n ont abouti à aucun accord : - L article L dispose que les salariés conservent les avantages individuels acquis à l expiration du délai. L arrêt du 13 mars 2001 définit les avantages individuels acquis : «constitue un avantage individuel acquis, celui qui, au jour de la dénonciation de la convention ou de l accord collectif, procurait au salarié une rémunération ou un droit dont il bénéficiait à titre personnel et qui correspondait à un droit ouvert et non simplement éventuel.» L arrêt du 19 juin 1987 expose que si à l issue des délais il n y a pas d accord, les avantages individuels acquis de la société du cédant demeurent. L arrêt du 11 janvier 2005 exprime le fait que c est un droit ouvert et non simplement éventuel, ils sont incorporés au contrat. - L arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation du 11 janvier 2005 a considéré que «le maintien aux salariés transférés des avantages individuels acquis en application de l'accord mis en cause par l'absorption ne pouvait constituer à lui seul pour les autres salariés de l'entreprise auxquels cet avantage n'était pas appliqué un trouble manifestement illicite.» - Sans accord le principe de faveur va s appliquer e édition - Page 5

6 II. Dossier II A. Période d essai de deux cadres - L arrêt du 30 mars 2005 de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation considère que «si, en cours de contrat, les parties peuvent convenir, à l occasion d un changement d emploi, d une période probatoire, la rupture de celle-ci ne peut concerner le contrat de travail et a pour effet de replacer le salarié dans ses fonctions antérieures» L existence d une période probatoire est conditionnée à l existence d un contrat et à l hypothèse d un changement d emploi. En l espèce deux salariés ont été engagés avec une période, toutefois il n y avait pas de contrat antérieurement. Il ne s agit ainsi pas d une période probatoire. - Les articles L et L du Code du travail prévoient une période d essai respectivement pour les contrats à durée indéterminée et les contrats à durée déterminée. - L article L rappelle que la période d essai a pour but d évaluer les compétences du salarié. L arrêt de la chambre sociale de la cour de cassation du 15 décembre 2010 estime que «la période d essai est destinée à permettre à l employeur d apprécier les qualités et capacités professionnelles du salarié». L arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation du 29 novembre 1978 a procédé à l assimilation du stage probatoire à la période d essai. L existence d une période d essai suppose la nécessité d une appréciation des qualités du salarié. En l espèce la qualification de «stage probatoire» est mauvaise, elle doit être assimilée à une période d essai, surtout qu il est précisé que c est «la période d essai» qui a été rompue. On suppose qu ils ont été engagés pour permettre de les évaluer. - L article L du code de travail dispose que la période d essai d un cadre peut être de quatre mois. En l espèce, la période d essai est de un an, elle est donc supérieure aux quatre mois légaux et ne peut être valide. - L article L dispose que la période d essai peut être renouvelée jusqu à huit mois pour les cadres. L article L ajoute le fait qu une période d essai et son renouvellement doivent être expresses. En l espèce la durée de la période d essai est de un an, même en considération d un hypothétique renouvellement, l employeur a dépassé la durée autorisée. Au surplus il n est nullement fait mention expresse d un renouvellement. - Toutefois l article L prévoit un aménagement, la période d essai peut être plus longue pour les accords de branches conclus avant la date de publication de la loi du 25 juin En l espèce la convention collective date de 1988, mais il ne s agit pas d un accord de branche. - L ordre public absolu permet, lorsqu il y a un conflit entre deux normes, de faire appliquer une règle plus dure, toutefois la convention collective ne peut pas être plus sévère que la loi étant donné que l article L exprime le caractère impératif des articles L et L En l espèce il ne peut y avoir exception à la loi. La période probatoire prévue est trop longue. D ailleurs un arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation du 4 juin 2009 a déclaré «est déraisonnable, au regard de la finalité de la période d essai et de l exclusion des règles du licenciement durant cette période, la durée d un an du stage prévu par la convention collective nationale du crédit agricole pour les agents de la classe III engagés par contrat à durée indéterminée.» e édition - Page 6

7 Par analogie on conclue que la période d essai de 1 an elle n est pas valable. - En théorie la rupture d une période probatoire est libre, mais n étant pas face à une période probatoire, la règle ne peut s appliquer. - Les salariés peuvent donc se voir requalifier leur contrat en contrat à durée indéterminée et le droit du licenciement s applique. Ils doivent avoir été licenciés pour un motif réel et sérieux sinon le licenciement est abusif. Ils ont droit aux indemnités dues lors d un licenciement. B. Clause de dédit -formation Une clause de dédit formation a pour objet d'exiger d'un salarié ayant bénéficié d'une formation entièrement financée par l'entreprise, de rester un certain temps au service de ladite entreprise. En cas de départ anticipé, il devra verser une somme forfaitaire fixée à l'avance ou devra rembourser les frais de formation engagés. - L arrêt du 5 juin 2002 considère que la clause de dédit formation est licite quand : elle constitue la contre partie d un engagement pris par l employeur d assurer une formation entrainant des frais réels au-delà des dépenses imposées par la loi ou la convention collective ; le montant de l indemnité est proportionnel aux frais de formations engagées ; elle n a pas pour effet de priver le salarié de démissionner. L arrêt de la Chambre sociale du 16 mai 2007 rappelle que ces conditions sont cumulatives, l absence de l une d entre elles entraine la nullité de la clause. En l espèce on sait qu il a effectué pendant trois mois une formation à l Essec et à l Université de Clermont Ferrand, de «haut niveau en gestion du patrimoine» elle constitue un engagement de l employeur surement au-delà des frais réel des dépenses imposées par la loi. Le salarié a pris acte de la rupture il peut donc démissionner, en revanche on ignore si le montant est proportionnel aux frais de formation engagés. - L arrêt du 4 février 2004 considère qu elle est valable si elle contient la date, la nature, la durée, le cout réel et les modalités de remboursement et si elle a été formée avant le début de la formation. En l espèce, il a été engagé avec la clause, elle a donc été formulée avant le début de la formation, elle date de deux ans, on connaît alors la date, elle portait sur la gestion du patrimoine, on connaît alors sa nature, elle a durée 3 mois, on connaît sa durée. Toutefois on ignore le cout réel et les modalités de remboursements. On peut se demander alors si elle est valable. - Un arrêt du 10 mai 2012 de la Cour de Cassation estime que l indemnité n est due par le salarié que si la rupture du contrat de travail lui est imputable. L arrêt du 11 janvier 2012 de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation considère qu une prise d acte justifiée, produisant ainsi les effets d un licenciement sans cause réelle et sérieuse, n entraine pas son paiement par le salarié. Si le salarié n est pas fautif, la clause ne peut pas être mise en œuvre. En l espèce, il avait des taches subalternes, il subissait des reproches surtout devant des clients, il se sentait harcelé, on peut considérer que l employeur a provoqué la démission. La clause ne peut dés lors pas être mise en œuvre. C. Clause de non concurrence Une clause de non-concurrence est insérée afin d'éviter à la fin de la relation contractuelle, que le salarié ne e édition - Page 7

8 concurrence son ancien employeur. Droit du travail, Licence 3 Droit Monsieur le Professeur Olivier, novembre L arrêt du 10 juillet 2002 de la Cour de Cassation subordonne la licéité de la clause de non concurrence à quatre conditions cumulatives. Elle doit : - être indispensable à la protection des intérêts légitimes de l entreprise - être limitée dans le temps et dans l espace - tenir compte de spécificités de l emploi - obliger à verser une contrepartie financière. L arrêt du 15 novembre 2006 ajoute que la contrepartie dérisoire constitue une absence de contrepartie. En l espèce on sait que la clause était limitée aux départements du ressort de la Caisse régionale du val de France. Elle est limitée dans l espace. On ignore si les autres conditions sont remplies. Si ce n est pas le cas elle ne serait pas valable, elle est nulle. Notons que l arrêt du 2 février 2006 de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation estime que seul le salarié peut agir en nullité de la clause. Si elle est nulle, l employeur n a pas à payer le salarié. - Au surplus, si elle n est pas nulle, le département des Yvelines n est pas concerné par la clause. Elle ne s applique donc pas dans cette zone géographique. En revanche l employeur doit la payer. III. Bail de la boutique Bouygues Télécom - L article pose les bases du contrat de travail. - L arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation du 22 juillet 1954 définit le contrat de travail comme suit «il y a contrat de travail quand une personne s engage à travailler pour le compte et sous la direction d une autre moyennant rémunération». L arrêt du 4 mars 1983 pose le principe de l indisponibilité du contrat de travail. Peu importe la qualification des parties. Les conditions aux contrats de travail sont une prestation de travail, un lien de subordination, une rémunération. Le juge peut requalifier une telle situation si besoin. En l espèce le gérant s est vu résilier son bail ce qui l a contraint à déposer le bilan toutefois il n était pas payé par Bouygues-télécom. Le critère de la rémunération ne tient pas. Observons les autres conditions en lien avec la définition de la profession du gérant de succursale. - L article L du code de travail définit la profession du gérant de succursale. Cette profession est conditionnée à la vente de marchandises de toute nature fournies exclusivement ou presque par une seule entreprise, ou à l accueil des commandes ou à la réception des marchandises à traiter, manutentionner ou transporter, pour le compte d'une seule entreprise. Le gérant doit également exercer sa profession dans un local fourni ou agréé par cette entreprise et aux conditions et prix imposés par cette entreprise En l espèce, Bouygues Télécom a résilié le bail ainsi le bail où travaillait le professionnel était fourni par la Société Bouygues-Télécom. Le professionnel s occupait d une boutique Bouygues- télécom il était donc sans doute amener à vendre des marchandises essentiellement fournies par cette entreprise. Il est donc bien un gérant. Il reste à observer le lien de subordination et la prestation de travail. En l espèce le gérant vend des marchandises il effectue donc une prestation de travail. La notion de subordination semble moins évidente. L arrêt du 13 novembre 1996 de la Cour de Cassation donne les trois caractéristiques du lien de subordination : le e édition - Page 8

9 pouvoir de direction (pouvoir de donner des ordres), le pouvoir de contrôle (possibilité de surveiller), le pouvoir de sanction (pouvoir disciplinaire). En l espèce il travaille «pour le compte d une entreprise» Bouygues- Télécom, cette dernière impose ses conditions et ses prix : on pourrait alors y voir un pouvoir de direction. Le pouvoir de contrôle est sans doute présent étant donné qu elle fixe les règles, toutefois le pouvoir de sanction n est nullement évoqué même s il reste possible. Des doutes peuvent demeurer quand à l établissement du lien de subordination. On peut supposer tout de même qu il existe. Ainsi en l espèce les conditions relatives au contrat de travail ne sont pas établies, car la rémunération n a pas lieu, l application du code de travail ne semble pas possible. - L arrêt du 16 février 2012 rendu par la Chambre Sociale de la Cour de Cassation estime que «l application de l article L n est pas subordonné à la condition que l activité personnelle soit exercé par le seul intéressé». Des situations existent pour lesquelles l absence du statut de salarié n empêche pas de bénéficier des avantages du Code du travail. Si l article s applique à la relation entre le gérant et l entreprise, il va également s appliquer à l ensemble du personnel. En l espèce l article s applique à la relation gérant-entreprise, le gérant peut donc invoquer le droit du travail. On est face à un licenciement pour motif économique. L arrêt du 11 décembre 1985 expose que l indemnité de licenciement, compensant le préjudice résultant pour le salarié de la rupture du contrat, doit être versé quelque soit le bénéfice réalisé par le gérant. Bouygues-Télécom va dés lors payer l indemnité au gérant, et au salarié e édition - Page 9

Partiel (Janvier 2013) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique

Partiel (Janvier 2013) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (Janvier 2013) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique LES CONSÉQUENCES D UN TRANSFERT D ENTREPRISE Lorsque les conditions d application de l article L. 1224-1 1 (anciennement) L.122-12 du Code du Travail sont remplies, le transfert des contrats

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés

Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés La nouvelle loi sur le statut unique a apporté des modifications majeures en droit du travail notamment concernant les délais de préavis, le

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

LE PRET DE MAIN D OEUVRE

LE PRET DE MAIN D OEUVRE LE PRET DE MAIN D OEUVRE CCI CHERBOURG-COTENTIN Marie-Laure LAURENT Avocat au Département Droit social Tel : 02.33.88.36.36 Mail : marie-laure.laurent@fidal.fr Mardi 25 juin 2013 1 Relation triangulaire

Plus en détail

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Françoise Pelletier, avocat associé Karine Bézille, avocat counsel Mardi 5 juin 2012

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV COMMENT CALCULER LE MONTANT DE L INDEMNITE DE LICENCIEMENT? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, reprenant les dispositions de l ANI du 11 janvier 2008,

Plus en détail

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite, GPEC, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

Partiel (mai 2012) : Droit fiscal, Licence 3 Monsieur le Professeur Collet Dissertation

Partiel (mai 2012) : Droit fiscal, Licence 3 Monsieur le Professeur Collet Dissertation Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2012) : Droit fiscal, Licence 3 Monsieur le Professeur Collet Dissertation www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL 06/11/2008 Le contrat de travail fait en principe la loi entre les parties qui sont tenues d'en respecter les clauses. Toutefois, dans la mesure où il s'agit d'un contrat

Plus en détail

L emploi direct d un assistant de vie. Quelques points de droit essentiels

L emploi direct d un assistant de vie. Quelques points de droit essentiels L emploi direct d un assistant de vie Quelques points de droit essentiels L emploi direct CDI ou CDD? L exigence d un contrat Les conditions d emploi La question des horaires La liberté de l employeur

Plus en détail

Galop d essai (nov. 2011) : Droit civil, Licence 2 équipe 1 Monsieur le Professeur Borghetti Commentaire d arrêt : Cass. civ.

Galop d essai (nov. 2011) : Droit civil, Licence 2 équipe 1 Monsieur le Professeur Borghetti Commentaire d arrêt : Cass. civ. Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (nov. 2011) : Droit civil, Licence 2 équipe 1 Monsieur le Professeur Borghetti Commentaire d arrêt : Cass. civ. 3e, 3 avril 1996 www.assas.net

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe Syndicat National de Banque et du crédit sécurisation de l'emploi Mobilités interne et externe fiche technique 2 ANI du 11 Janvier 2013 Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Journal Officiel du 16 Juin 2013 Des

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ 1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ Règles communes Art 11 Règles complémentaires à l étranger Art 12 ACOSS Circ. DSS/SDFSS/5B n o 2005/389 19 août 2005 Accords nationaux Mode de transport (art

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : RAPPEL DES REGLES DU JEU

Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : RAPPEL DES REGLES DU JEU LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE FICHE CONSEIL Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : Page : 1/12 EN BREF Le contrat à durée déterminée, quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE

CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE 20/03/2015 La Loi n 2003-721 du 1er Août 2003, complétée par la loi n 2006-450 du 18 avril 2006, permet à un salarié, pour créer ou reprendre une entreprise,

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

DROITS ET OBLIGATIONS A L'EGARD DE L'(EX) EMPLOYEUR

DROITS ET OBLIGATIONS A L'EGARD DE L'(EX) EMPLOYEUR DROITS ET OBLIGATIONS A L'EGARD DE L'(EX) EMPLOYEUR 20/10/2015 Pendant l'exécution de son contrat de travail, le salarié doit s'abstenir de toute activité concurrente de celle de l'employeur pour son propre

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifique afin de vérifier mes compétences. Est-ce possible? Cette mise en situation est-elle rémunérée? 1 Oui,

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)?

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? SOMMAIRE I. Application de la CCN du commerce de détail de l habillement et

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

LES CLAUSES COMMUNES DU CONTRAT DE TRAVAIL Comment rédiger un contrat de travail?

LES CLAUSES COMMUNES DU CONTRAT DE TRAVAIL Comment rédiger un contrat de travail? LES CLAUSES COMMUNES DU CONTRAT DE TRAVAIL Comment rédiger un contrat de travail? Cette fiche pratique est un complément indispensable aux modèles de contrat de travail mis à votre disposition par le CoSMoS.

Plus en détail

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent présente MOBILITE INTERNATIONALE Un contrat de travail pertinent Maître Marc BOURGUIGNON -VAE SOLI- 8 rue Brémontier 75017 PARIS mb@vae-soli.com 01 47 66 34 68 1 École des Mines 20 Mars 2007 Plan Distinction

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

Le droit individuel à la formation

Le droit individuel à la formation TOUT SAVOIR SUR LE DIF Le droit individuel à la formation Le DIF en quelques mots L'objectif du DIF est de permettre au salarié d améliorer, développer, compléter, renouveler sa qualification et ses compétences

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61 Table des matières Introduction 13 Chapitre I L objet et la finalité du droit du travail 14 Section I L objet du droit du travail 15 Section II La fonction du droit du travail 16 Chapitre II Histoire du

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Les congés payés. Synthèse

Les congés payés. Synthèse Les congés payés Synthèse Tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur. Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C est l employeur qui organise,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du site Internet www.librisagorapro.be

Conditions générales d utilisation du site Internet www.librisagorapro.be Conditions générales d utilisation du site Internet www.librisagorapro.be Article 1 - Editeur du Site L éditeur du site Internet www.librisagorapro.be (ci-après le «Site») est la société SDLC s.a. avec

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE 15/12/2014 La loi n 2004-626 du 30 juin 2004 a introduit dans le code du travail un article L 212-16 relatif à l institution d une journée de solidarité «en vue d assurer le financement

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique QUESTIONS-REPONSES : LES CONGES PAYES LES DROITS AU CONGES PAYES Qui a droit aux congés payés? Tout salarié, quelque soit son statut, a droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04

Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04 Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04 Préambule La mobilité inter-entreprises répond aux objectifs suivants : - Développer l identité collective en constituant un facteur

Plus en détail

Préface Le statut «unique» : faux espoirs et vraies déceptions?. 3. Chapitre 1. Une exploration en eaux troubles...3

Préface Le statut «unique» : faux espoirs et vraies déceptions?. 3. Chapitre 1. Une exploration en eaux troubles...3 Le statut unique ouvriers-employés Les Dossiers du BSJ [ Table des matières Préface Le statut «unique» : faux espoirs et vraies déceptions?. 3 Chapitre 1. Une exploration en eaux troubles...3 Chapitre

Plus en détail

Restructuration et secteur public

Restructuration et secteur public Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 En bref Cette fiche a pour objet d envisager les conséquences sociales engendrées par l implication d une personne publique lors de la restructuration d une

Plus en détail

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION?

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS ACQUISITIONS, FINANCEMENT EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? MAI/JUIN 2013 La cour de cassation soulève une question

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

http://rhaf.axa-fr.intraxa/travail/relations_sociales/accords/axafrance/accords/2005/rel...

http://rhaf.axa-fr.intraxa/travail/relations_sociales/accords/axafrance/accords/2005/rel... Page 1 sur 6 ACCORD D'ADAPTATION AXA FRANCE DU 23 MAI 2005 SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS DES PERSONNELS COMMERCIAUX S o m m a i r e Préambule Article 1 : Salariés concernés Article 2 : Objet du Compte Epargne

Plus en détail

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012 104, rue Jeanne D'Arc 59000 LILLE Tél. : 03 20 88 36 20 - Fax : 03 20 53 21 44 Email : cfdt.metropole.lilloise@orange.fr Site : www.cfdt-metropolelilloise.fr Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole

Plus en détail

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.»

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.» MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ACCORD DU 7 JUILLET 2010 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL NOR

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration sur proposition du comité de rémunérations-ressources

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale Accord collectif de branche du 14 mai 2010 Régime de prévoyance complémentaire Garantie Incapacité de travail Convention Collective Nationale des Chaînes de Cafétéria & Assimilés du 28 août 1998 Entre

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Le Club de Gestion. Congés payés : mode d emploi. www.club gestion.fr

Le Club de Gestion. Congés payés : mode d emploi. www.club gestion.fr Les salariés ont droit chaque année à des congés payés d une durée maximale de 5 semaines depuis 1982. Les règles de calcul et d indemnisation de ces périodes non travaillées sont régies par le code du

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Le contrat doit être transmis au salarié, au plus tard dans les deux jours suivant l'embauche (article L122-3-1 du code du travail).

Plus en détail

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS (7BB) ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS Entre les parties L UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE UES du GROUPE MALAKOFF représentée par Monsieur Stéphane ROSTAND Directeur des Ressources Humaines Et Les représentants

Plus en détail

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial «Le renouvellement d un contrat de bail commercial n est pas automatique» 1. La demande de renouvellement Il n existe pas de renouvellement

Plus en détail

20 mars 2014 UIMM 26-07

20 mars 2014 UIMM 26-07 20 mars 2014 UIMM 26-07 Les clauses «post» fin du contrat A la conclusion du contrat de travail, le salarié s engage à mettre son activité, moyennant une rémunération, pour le compte et sous la subordination

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

>Convention collective nationale de l animation

>Convention collective nationale de l animation DROIT >Convention collective nationale de l animation Janvier 2012 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

SESSION 2011 DROIT SOCIAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2011 DROIT SOCIAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1110003 DCG SESSION 2011 DROIT SOCIAL Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Aucun document personnel ni aucun matériel ne sont autorisés. En conséquence, tout usage d une calculatrice ou d un

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143 Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 8 juin 2011 n 10-11.933 10-13.663 Publication : Bulletin 2011, V, n 143 Sommaire : Selon l'article L. 2411-5 du code du travail, le licenciement d'un délégué

Plus en détail

Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre?

Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre? Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre? En droit, on considère qu il y a remplacement lorsqu un infirmier

Plus en détail

RAPPEL DES FAITS DISCUSSION

RAPPEL DES FAITS DISCUSSION RAPPEL DES FAITS Sur la base de l offre commerciale (pièce 1) de la Société Anonyme Lyonnaise Communication, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 335 354 379 (pièce 17), ayant son siège social 20

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 DIRECTION DE LA

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail