Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn"

Transcription

1 Compte rendu de l vlidtion d'un oservteur cscde pour l MAS sns cpteurs mécniques sur l plte-forme d'essi de l'irccyn Mlek GHANES, Alin GLUMINEAU et Roert BOISLIVEAU Le 1 vril IRCCyN: Institut de Recherche en Communictions et Cyernétique de Nntes, UMR CNRS 597. Ecole Centrle de Nntes, BP 911,1 Rue de l Noe, 31 Nntes Cedex 3. e-mil: 1 Introduction Dns le cdre de m thèse intitulée "Oservteurs et commndes non linéires roustes pour l mchine synchrone sns cpteurs mécniques" et dirigée pr Alin Glumineu (professeur des universités à l'ecn), deux enchmrks "Oservteur sns cpteurs" et "Commnde sns cpteurs" sont dénis [], []. Ces deux enchmrks ont été dénis en collortion vec le professeur Luc Loron de l'ireena. Ils permettent respectivement de tester les oservteurs et les commndes non linéires roustes de l mchine synchrone sns cpteurs mécniques sur des trjectoires diciles liées ux prolèmes d'oservilité de cet ctionneur à très sse vitesse. Le ut de ce compte rendu est de montrer l vlidtion expérimentle d'un oservteur cscde pour l mchine synchrone sns cpteurs mécniques sur le enchmrk Oservteur qui été implnté sur l plte-forme d'essis de l'irccyn [1]. L première section du compte rendu présente le modèle de l mchine synchrone. L deuxième section est conscrée à l présenttion du nouveu enchmrk "Oservteur sns cpteurs" insi qu'à un ref descriptif de l plte forme d'essi. Dns l troisième section nous présenterons l'oservteur cscde et ses résultts expérimentux otenus sur le enchmrk. 1.1 Modèle de l MAS Le modèle de l mchine synchrone présenté ici est celui qui est utilisé pr l suite pour l synthèse de l'oservteur cscde. Les équtions du modèle de l mchine synchrone peuvent être écrites en utilisnt les trnsformtions de Concordi et de Prk []. Les équtions dynmiques otenues sont exprimées dns le repére xe diphsé (α-β). En ppliqunt cette trnsformtion, le modèle de l mchine peut être décrit pr : φ rα φ rβ i sα i sβ Ω φ rα pωφ rβ + M sr i sα = φ rβ + pωφ rα + M sr i sβ (φ rα + pωφ rβ ) γi sα (φ rβ pωφ rα ) γi sβ + m 1 u sα u sβ m 1 T l m(φ rα i sβ φ rβ i sα ) cω 1 J (1) où i sα, i sβ, φ rα, φ rβ, u sα, u sβ, Ω, T l représentent les cournts sttoriques, les ux rotoriques, les tensions sttoriques, l vitesse mécnique et le couple de chrge. Les prmètres,, c, γ, σ, m et Ce trvil s'inscrit dns le cdre des ctivités du groupe inter GDR "Commndes des entrinements électriques", 1

2 m 1 sont dénis pr: ( L r R s +M sr R r ), σ = (1 (Msr /L s L r )), m = = (R r /L r ), = (M sr /σl s L r ), c = (f v /J), γ = σl s L r (pm sr /JL r ), m 1 = (1/σL s ). R s et R r sont les résistnces sttoriques et rotoriques. L s et L r sont les inductnces sttoriques et rotoriques, M sr est l mutuelle inductnce entre le sttor et rotor. p est le nomre de pire de pole. J est l'inertie du système (mchine+chrge) et f v est le coecient de frottement visqueux. Les tensions de commnde sont les tensions sttoriques; le couple de chrge est considéré comme une perturtion. Seuls les cournts sttoriques et tensions sttoriques sont mesurles. Benchmrk Oservteur sns cpteur mécnique Enoncé dns [1], [], le prolème de l'oservilité de l mchine synchrone été crctérisé pr des conditions susntes pour les cs oservle et inoservle. Dns le cs inoservle, les conditions susntes sont telles que l pulstion d'excittion sttorique est nulle (correspondnt u fit d'voir les composntes du ux constntes), et que l vitesse de l mchine est constnte. Pour proposer un enchmrk permettnt de tester les oservteurs sur et utour de l zone inoservle, des trjectoires de références sont dénies (Fig. ). Les vleurs initiles de l vitesse et de l pulstion sttorique sont prises de telle mnière que l mchine soit dns des conditions oservles. Ensuite, l pulstion sttorique tend vers zéro (les composntes de ux deviennent constntes (Fig. 3)) tndis que l vitesse de l mchine reste constnte, rélisnt insi des zones inoservles entre et 5 secondes et entre et 7 secondes. Entre 5 et secondes, l mchine fonctionne vec une ccélértion constnte dns le ut de vérier l convergence des oservteurs lorsque l mchine est filement oservle. A l n de l trjectoire, l mchine synchrone est contrôlée en dehors de l zone inoservle. En prtique, l diculté principle réside dns le contrôle simultné de l vitesse et de l pulstion sttorique tel que l pulstion de glissement ωg = ωs pω ne dépsse ps une vleur limite ωg = R r I L r M q sr ψd, qui correspond à l vleur mximle du cournt sttorique dmissile. Pour respecter cette condition, il est nécessire de contrôler l mchine pr une utre mchine (de chrge) qui permet d'imposer l trjectoire de l vitesse. En même temps l pulstion d'limenttion ppliquée u sttor suit l pulstion storique de référence (Figure 1.). Pr illeurs, des tests de roustesse pr rpport à l vrition des résistnces et des inductnces ont été dénis dns le cdre de ce enchmrk. Ce enchmrk est implnté sur l plte forme d'essi de l'irccyn. Cette plte forme est composée d'une mchine synchrone, d'une mchine synchrone, d'un onduleur, d'un vriteur industriel, d'un système de commnde temps réel dspace DS113 et d'une interfce qui permet d'eectuer les mesures de position, de vitesse mécnique, des cournts, des tensions et du couple de chrge entre l mchine testée et l mchine de chrge. Cette plte forme est ussi composée d'un logiciel MATLAB-Simulink pour développer, simuler un lgorithme de commnde ou d'oservteur et l'expérimenter sur l crte de commnde temps réel Dspce. Les résultts expérimentux (mesures et vriles estimées) sont otenus vi le logiciel ControlDesk. L trjectoire de référence de l pulstion sttorique du enchmrk Oservteur est contrôllée pr une loi U/f clssique vi l'onduleur. Cette loi U/f est indépendnte des mesures de l mchine et des vriles estimées. En même temps, l trjectoire de référence de l vitesse mécnique de l mchine synchrone est imposée pr l mchine synchrone (mchine de chrge) vi le vriteur industriel utilisnt l mesure de l vitesse.

3 Figure 1: Plte forme d'essi de IRCCyN. 1 1 c Figure : Trjectoires du Benchmrk Oservteur: ) pulstion sttorique de référence (), ) vitesse de référence (), c) pulstion de glissement de référence en fonction du temps (s) W Figure 3: Composntes du ux rotorique: ) Φ rα, ) Φ rβ (W) en fonction du temps (s). 3

4 3 Synthèse de l'oservteur cscde Le modèle de l mchine (1) peut être réecrit en deux sous-sytèmes interconnectés suivnts : ( i sα Ω i sβ φ rα φ rβ ) ( ) ( ) pφrβ isα = ( Ω γi + sα + φ rα + m 1 u sα m(φ rα i sβ φ rβ i sα ) cω T l /J = γi sβ pφ rα Ω + φ rβ + m 1 u sβ M sr i sα φ rα pωφ rβ M sr i sβ φ rβ + pωφ rα ) (). (3) De plus les sous-systèmes précédents () et (3) sont sous l forme interconnectée suivnte : X 1 = A 1 (u, y, X )X 1 + g 1 (u, y, X, X 1 ) y 1 = C 1 X 1 () X = A X + g (u, y, X, X 1 ) y = C X (5) où A 1 = ( pφrβ ) ( ; g 1 (u, y, X, X 1 ) = γi sα + φ rα + m 1 u sα m(φ rα i sβ φ rβ i sα ) cω T l /J ) ; A = γ ; g (u, y, X, X 1 ) = pωφ rα + m 1 u sβ pωφ rβ + M sr i sα pωφ rα + (M sr + )i sβ et X 1 = col(x 11, x 1 ) vec x 11 = i sα, x 1 = Ω, C 1 = ( 1 ) ; X = col(x 1, x, x 3 ) vec x 1 = i sβ, x = φ rα, x 3 = φ rβ, C = ( 1 ). u = [u sα, u sβ ] T, y = [i sα, i sβ ] T. L'ojectif recherché est l conception d'un oservteur cscde pour le sous-système (), qui est sé sur l'pproche cscde (voir [9]), et un estimteur pour le sous-système (5). Supposnt que l'hypothèse suivnte : Les vriles u, y et X sont considérées comme des entrées connues pour le sous-sytème (). Dénissons v := [u, y, X ] T. soit vériée lors le sous-sytème () s'écrit : X 1 = A 1 (v)x 1 + g 1 (v, X 1 ) y 1 = C 1 X 1 () Dns le ut de construire l'oservteur cscde pour le sous-sytème (), nous posons les hypothèses suivntes: 1. v est ornée et supposée être régulièrement persistnte [7] pour grntir l propriété d'oservilité du sous-système ().. X 1 D 1 de R n 1 et X D de R n, où n 1 et n sont les dimensions des sous-sytèmes () et (5) respectivement.

5 3. A 1 (u, y, X ) est glollement Lipschitz pr rpport à X et uniformément pr rpport à (u, y).. g 1 (u, y, X, X 1 ) est glollement Lipschitz pr rpport à X 1 et uniformément pr rpport à (u, y, X ). 5. g (u, y, X, X 1 ) est glollement Lipschitz pr rpport à X et uniformément pr rpport à (u, y, X 1 ). En supposnt que les hypothèses précédentes sont vériées, lors un oservteur pour le sous-système () est donné pr ([3]): Z 1 = A 1 (v)z 1 + g 1 (v, Z 1 ) + M(v)C 1 (X 1 Z 1 ) ŷ 1 = C 1 Z 1 (7) où Z 1 = col(z 11, z 1 ) with z 11 = î sα, z 1 = ˆΩ et les gins de l'oservteur sont donnés pr : M(v)C 1 = Γ 1 (v) 1 θ KC 1 () où Γ = dig(1, ζ(v)) θ = dig( 1 θ, 1 ) vec ζ(v) = p ˆφ θ rβ, θ > et K = (K 1, K ) T est tel que l ( ) mtrice (Ā KC 1) est stle où 1 Ā =. Remrque L propriété d'oservilité de () est stisfite (hypothèse A.1) et pr conséquent φ rβ est diérent de zéro suf pour des temps très courts (l mchine synchrone doit être uxée pour l conversion de l'énergie éléctromécnique). En prtique, pour éviter des gins lrges de Γ 1 un loc permettnt d'éviter l divison pr zéro qund φ rβ psse pr zéro est utilisé dns le schém de simultion.. Les ux φ rα et φ rβ ne sont ps mesurés, nous les estimons lors pr l'estimteur du soussystème(5). Les vriles ctuelles des ux utilisées dns l'oservteur (7) sont remplcées pr leur estimées. L'estimteur du sous-système (5) permettnt d'estimer les ux est donné pr les équtions suivntes: Z = A Z + g (u, y, Z, Z 1 ) ŷ = C Z (9) De plus, un estimteur du couple de chrge T l est donné pr l'éqution suivnte : ˆT l = Jm( ˆφ rβ z 11 + ˆφ rα î sβ ) Jcz 1 J d dt z 1 où d dt z 1 est clculée pr une diérentition numérique. + J θ K p ˆφ rβ (x 11 z 11 ). (1) De plus mples détils sur l construction de l'oservteur et s preuve de convergence sont donnés dns [3]. Résultts expérimentux Les résultts expérimentux de l'oservteur cscde otenus sur le enchmrk oservteur sont présentés ci-dessous. Le schém simulink du enchmrk utilisé sur l plte forme d'essi pour expérimenter l'oservteur est donné pr l gure suivnte: 5

6 RTI Dt Mchine synchrone oinée Exprimenttion Commnde U/F oservteur, estimteur -Plte-forme IRCCyN - micro-secondes T_ref_ws Cde Omeg_s COMMANDE vs_cde Eond MLI Initilistion Prmètres i_usf Oservteur Estimteur Os 1 CI Mesures Mesures T_ref_vit 1 c_om g_om Omeg Om_c MS Figure : Schém simulink du enchmrk oservteur utilisé sur l plte forme de l'irccyn. Les locs "T_ref_ws" et "T_ref_vit" représentent respectivement les références de pulstion sttorique et de vitesse du enchmrk "Oservteur sns cpteur". Le loc "g_om" est un gin vrile de à 1 permettnt un démrrge progressif de l'expérimenttion. Le loc "MS" représente l'ensemle "vriteur + mchine synchrone (de chrge)" permettnt d'imposer l trjectoire de référence de vitesse de l MAS. Le loc "Cde" qui est une commnde sclire "U/F" clssique est le loc qui sert à clculer l commnde en tension vs_cde (Vc). Cette commnde vs_cde v commnder l'onduleur MLI représenté pr le loc "MLI" pour générer les trois tensions de commndes. Ces tensions de commndes sont ppliquées u sttor de l mchine synchrone dns le ut de lui imposer l trjectoire de référence de l pulstion sttorique. L tension Eond est l tension du us continu de l'onduleur. Le loc "Mesures" représente tous les cpteurs plcés utour de l mchine pour mesurer les grndeurs: tension, cournt, vitesse, couple de chrge, tension continue de l'onduleur Eond. Le loc "Os" est le loc de l'oservteur cscde interconnecté à l'estimteur qui utilise uniquement les mesures des tensions sttoriques vs-cde et des cournts sttoriques provennt du loc "mesures". Le loc "CI" permet de vlider () ou non (1) l'oservteur. L'initilistion de tous les prmètres de l mchine synchrone est fite pr le loc "i_usf". L période d'échntillonnge est de µs. L mchine synchrone à rotor oiné utilisée les crctéristiques suivntes : [1] Puissnce nominle : 1.5kW;

7 Vitesse nominle : 13 tr/m; Nomre de pires de pole : ; Tension V; Intensité nominle : 7.5 A. Les prmètres identiés "nominux" de l mchine synchrone utilisés sont : R s = 1.33Ω; R r =.93Ω; L s =.1H; L r =.7H; M sr =.99H; J =.111/ ; f v =.1Nm/. Les prmètres θ, K 1 et K sont choisis comme suit: θ = 5, K 1 =.1 et K =.1 pour stisfire les conditions de convergence..1 Essi vec les prmètres "nominux" Les gures 5 et montrent les coures de l vitesse et du couple de chrge estimées dns le cs "nominl". Remrque. Nous considérons ici que les prmètres nominux sont ceux que nous vons identiés, que nous distinguerons des prmètres théoriques. Contrirement à l simultion, les prmètres expérimentux dits "nominux" ne correspondent ps exctement vec les prmètres réels de l mchine. Les conditions expérimentles sont légérement diérentes des conditions d'identiction et de plus l'identiction une certine incertitude dns ses résultts. Dns les conditions oservles, l vitesse estimée (Figure 5) est reconstruite correctement. Cette vitesse estimée diverge (Figure 5) lorsque l mchine est proche et dns des conditions inoservles. Ce comportement est du ux gins de l'oservteur qui deviennent grnds et pr conséquent l prtie "correction de l'erreur de mesure" qui est fonction des gins de l'oservteur devient importnte et insigninte lorsque l mchine est proche et dns des conditions inoservles. L conclusion est l même pour le couple de chrge estimé (Figure ). Une solution que l'on propose pour éviter ce comportement est d'dpter les gins de l'oservteur à l propriété de l'oservilité de l mchine, comme nous llons le montrer dns l'essi suivnt Figure 5: ) Vitesse mesurée, ) Vitesse estimée () en fonction du temps (s)

8 Figure : ) Couple de chrge mesuré, ) Couple de chrge estimé () en fonction du temps (s).. Essi vec pssge du mode oservteur u mode estimteur Lorsque le moteur est proche et dns des conditions inoservles, on "commute" l'oservteur en mode estimteur (en réglnt les gins en fonction de l'oservilité de l mchine). Les résultts insi otenus sont montrés dns les gures 7 et. Nous remrquons que lorsque l mchine est proche et dns des conditions inoservles, l vitesse estimée (Figure 7) est stle, il pprit uniquement un petit écrt sttique. L même conclusion est donnée pour le couple de chrge estimé (Figure ). Evidemment, dns les conditions oservles, les résultts de l'oservteur sont les mêmes que pour l'essi précédent (c.f. Figures 5 et ) Figure 7: ) Vitesse mesurée, ) Vitesse estimée () en fonction du temps (s). Commuttion Oservteur/Estimteur Figure : ) Couple de chrge mesuré, ) Couple de chrge estimé () en fonction du temps (s). Commuttion Oservteur/Estimteur..3 Anlyse de l roustesse Sur l plte-forme d'essi de l'irccyn, il est dicile de fire vrier les prmètres de l mchine. Pour vérier l roustesse, nous vons eectué des vritions prmétriques sur l'oservteur pr rpport ux vleurs identiées. L comprison est fite pr rpport à l'essi précédent (Essi vec commuttion de l'oservteur en mode estimteur).

9 .3.1 Vrition de +5% et -5% sur R r Les gures (9, 1) et (11, 1) montrent respectivement qu'une vrition de +5% et -5% sur l résistnce rotorique engendre un écrt sttique sur l vitesse estimée (Figures 9, 11) dns les conditions oservles pr rpport à l'essi précédent (Figures 7, ) contrirement u couple de chrge estimé (Figures 1, 1) qui reste insensile à ces vritions. Lorsque l mchine est proche et dns des conditions inoservles, l'écrt sttique est diminué pour le couple de chrge estimé dns le cs de +5% et -5% de vrition sur R r (Figures 1, 1) pr rpport à l'essi précédent (Figure ). On peut remrquer tout de même que l'oservteur insi que l'estimteur restent stles, ce qui vérient ien l roustesse ttendue dns les conditions oservles Figure 9: +5% sur R r. ) Vitesse mesurée, ) Vitesse estimée () en fonction du temps (s) Figure 1: +5% sur R r. ) Couple de chrge mesuré, ) Couple de chrge estimé () en fonction du temps (s) Figure 11: -5% sur R r. ) Vitesse mesurée, ) Vitesse estimée () en fonction du temps (s). 9

10 Figure 1: -5% sur R r. ) Couple de chrge mesuré, ) Couple de chrge estimé () en fonction du temps (s)..3. Vrition de +5% et -% sur R s Les gures (13, 1) et (15, 1) montrent respectivement qu'une vrition de +5% et de -% sur l résistnce sttorique n'inue peu ou ps les performnces de l'oservteur dns les conditions oservles u niveu de l vitesse estimée (Figures 13, 15) pr rpport à l'essi précédent (Figure 7). L conclusion est diérente pour le couple de chrge estimé dns le cs d'une vrition de +5% sur R s (Figure 1) où un écrt sttique est ppru pr rpport à l'essi précédent (Figure ). Lorsque l mchine est proche et dns les conditions inoservles, l'écrt sttique sur le couple de chrge estimé est mplié (Figure 1) dns le cs d'une vrition de -% sur R s tndis qu'il est diminué sur l vitesse estimée (Figure 15) pr rpport à l'essi précédent (Figure ). Remrque 3. Les performnces de l'oservteur sont cceptles dns les conditions inoservles pour des vritions de prmètres llnt jusqu'à -% sur l résistnce sttorique. Dns les conditions oservles, les vritions peuvent être supérieures sns nuire à l roustesse de l'oservteur Figure 13: +5% sur R s. ) Vitesse mesurée, ) Vitesse estimée () en fonction du temps (s). 1

11 Figure 1: +5% sur R s. ) Couple de chrge mesuré, ) Couple de chrge estimé () en fonction du temps (s) Figure 15: -% sur R s. ) Vitesse mesurée, ) Vitesse estimée () en fonction du temps (s) Figure 1: -% sur R s. ) Couple de chrge mesuré, ) Couple de chrge estimé () en fonction du temps (s)..3.3 Vrition de +% sur L r et +% sur L s Les gures (17, 1) et (19, ) montrent respectivement l sensiilité prmétrique de l'oservteur et de l'estimteur vis à vis de l'inductnce rotorique et de l'inductnce sttorique. On peut remrquer qu'une vrition de +% sur l'inductnce rotorique et de l'inductnce sttorique inue de mnière sigictive sur les performnces de l'oservteur dns les conditions oservles et inoservles pr rpport à l'essi précédent (Figures 7, ). L sensiilité de l'oservteur u niveu du 11

12 couple de chrge estimé (Figure ) est plus signictive dns le cs de l vrition de +% sur l'inductnce sttorique Figure 17: +% sur L r. ) Vitesse mesurée, ) Vitesse estimée () en fonction du temps (s) Figure 1: +% sur L r. ) Couple de chrge mesuré, ) Couple de chrge estimé () en fonction du temps (s) Figure 19: +% sur L s. ) Vitesse mesurée, ) Vitesse estimée () en fonction du temps (s). 1

13 Figure : +% sur L s. ) Couple de chrge mesuré, ) Couple de chrge estimé () en fonction du temps (s)..3. Comprison vec les résultts de l'oservteur à grnd gin interconnecté (voir rpport [5]) En comprison des résultts expérimentux de l'oservteur cscde vec ceux otenus vec l'oservteur à grnd gin interconnecté (voir rpport [5]), nous remrquons que: 1. Dns le cs "nominl", les deux oservteurs ont un comportement diérent lorsque l mchine est proche et dns les conditions inoservles. L'oservteur cscde diverge tndis que l'oservteur à grnd gin interconnecté un comportement oscilltoire.. En terme de roustesse : - l'oservteur cscde est plus rouste pr rpport à l'oservteur à grnd gin interconnecté (voir rpport [5]) dns le cs d'une vrition de +5% sur l résistnce sttorique. En revnche, il l'est moins dns le cs d'une vrition supérieure à -% sur l résistnce sttorique. - l'oservteur cscde est moins rouste pour une vrition de +% sur l'inductnce rotorique comprtivement à l'oservteur à grnd gin interconnecté qui est prtiquement insensile à cette vrition (voir rpport [5]). 5 Conclusion Les résultts expérimentux d'un oservteur cscde otenus sur le enchmrk oservteur sns cpteurs mécniques sont présentés dns ce compte rendu. Ce enchmrk évlue les performnces des oservteurs de l mchine synchrone sns cpteurs mécniques à sses vitesses. Les résultts otenus vérient ien que l'oservteur diverge lorsque l mchine est proche et dns des conditions inoservles. Pour éviter ce comportement, nous vons commuté l'oservteur en mode estimteur (en réglnt les gins en fonction de l'oservilité de l mchine) lorsque l mchine est proche des conditions inoservles (à sses vitesses). L roustesse de l'oservteur cscde est vériée pr des vritions signictives des résistnces (rotoriques et sttoriques) et des inductnces (rotoriques et sttoriques) de l mchine. Dns tous les cs, l vitesse mécnique de l mchine est ien estimée même à sse vitesse. L prochine étpe consiste à ssocier cet oservteur à une commnde non linéire de l mchine et d'évluer les performnces de l'ensemle "Commnde+Oservteur" sur le enchmrk "Commnde sns cpteur" déni dns []. 13

14 BIBLIOGRAPHIE [1] Cnuds de Wit, C., A. Youssef, J.P. Brot, Ph. Mrtin nd F. Mlrit, "Oservility Conditions of Induction Motors t low frequencies" IEEE Conference on Decision nd Control, Sydney, Austrli, Decemer. [] Chisson, J., "NonLiner Controllers For Induction Motors" IFAC Conference System Structure nd Control, Nntes 5-7 July [3] Ghnes, M., J. DeLeon nd A. Glumineu Experimentl results of Cscde Oserver for sensorless induction motor on low frequencies Benchmrk IFAC World Congress, Prgue, Czech Repulic - july 5. [] Ghnes, M., A. Girin nd T. She "Originl Benchmrk for sensorless induction motor drives t low frequencies nd vlidtion of high gin oserver" Americn Control Conference ACC', Boston, Msschussets, USA, 3 juin- juillet. [5] Ghnes, M., A. Glumineu et R. Boiliveu Compte rendu de l vlidtion d'un oservteur à grnd gin interconnecté pour l MAS sns cpteur mécnique sur l plte forme d'essi de l'irccyn Rpport interne, mrs. (www.irccyn.ec-nntes.fr/heergement/bncessi/). [] M.Ghnes, A.Glumineu, T. She, F. Augers et L. Loron "Benchmrks pour l commnde de l mchine synchrone sns cpteur mécnique" 3, Journées Ntionles d'automtique, JNA'3, Vlenciennes, 5-7 juin 3. [7] Hmmouri, H., J. DeLeon, Oserver synthesis for stte-ne systemsproc 9th IEEE Conference on Decision nd Control, Honolulu, Hwii pp [] Irr Rojs, S., J. Moreno nd G. Espinos, "Glol oservility nlysis of sensorless induction motor" Automtic, Vol., Issue:, pp , June. [9] Schreier, G, J. DeLeon, A. Glumineu nd R. Boisliveu, Cscde Nonliner Oservers: Appliction to n Experimentl Induction Motor Benchmrk. IEE Proceeding-Control Theory nd Applictions,Vol. 1, N o, pp , Novemre 1. [1] nntes.fr/heergement/bncessi/ 1

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Plce Cormontigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fx : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Svoir-fire expérimentux.. Référentiel.. :. S5 Sciences. Appliquées......

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe Continuité - Limites Asymptotes à une cre Continuité - Théorème des vleurs intermédiires Notion de continuité Grphiquement, on peut reconnître une fonction continue sur un intervlle I pr le fit que le

Plus en détail

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Recherche des prmètres de préréglge en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Appliction et utilistion des préréglges : Les données de

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 2 SOMMAIRE A/ PRÉSENTATION Rélistion de conduits utoportnts pré-isolés à prtir de pnneux de l gmme Fi-Air. A/ PRÉSENTATION

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

CH.1 Automates finis

CH.1 Automates finis CH.1 Automtes finis 1.1 Les utomtes finis déterministes 1.2 Les utomtes finis non déterministes 1. Les utomtes vec -trnsitions 1.4 Les expressions régulières 1.5 L'équivlence des modèles Automtes ch1 1

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

MODULE M.2.2 ALIMENTATION ET COMMANDE DES MOTEURS DC

MODULE M.2.2 ALIMENTATION ET COMMANDE DES MOTEURS DC UNIVERSITE CADI AYYAD ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEE DE MARRAKECH MODULE M.2.2 ALIMENTATION ET COMMANDE DES MOTEURS DC Déprtement Génie Electrique 2 ème Année Cycle d Ingénieur Jnvier 2007 (Première

Plus en détail

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/7656

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/7656 Science Arts & Métiers (SAM) is n open ccess repository tht collects the work of Arts et Métiers PrisTech reserchers nd mkes it freely ville over the we where possile. This is n uthor-deposited version

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

DM2-2014_CORRIGE. «Marquage Laser»

DM2-2014_CORRIGE. «Marquage Laser» C Grin / DM-4_crrigedc (ver: 9//5) pge /6 DM-4_CRRIGE Présenttin du système : «Mrquge Lser» Sur les lignes de frictin, n utilise de plus en plus fréquemment des dispsitifs de mrquge pur identifier les

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

Automates hyper-minimaux

Automates hyper-minimaux Université derouen UFR des sciences et techniques Projet nnuel de mster 1 Encdrnts : Pscl Cron et Ludovic Mignot Automtes hyper-minimux Jen-Bptiste PRIEZ Rouen, le 20 mi 2011 Résumé Deux lngges sont f-équivlents

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A Une conception prticulièrement innovnte pour une cnlistion de moyenne puissnce. L enveloppe en luminium plus légère est pte à résister ux environnements

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Qu'est qu'un ordinateur? Une machine à faire des calculs

Qu'est qu'un ordinateur? Une machine à faire des calculs Qu'est qu'un ordinteur? Une mchine à fire des clculs Une mchine: un ensemle de mécnismes cominés pour recevoir une forme définie d'énergie, l trnsformer et l restituer sous une forme plus ppropriée, ou

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)?

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)? IN 02 6 mrs 2009 Rttrpge NOM : Prénom : ucun document n est utorisé. ce QCM outit à une note sur 42 points. L note finle sur 20 ser otenue simplement en divisnt l note sur 42 pr 2. Il suffit donc de donner

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Analyse statique et domaines abstraits symboliques

Analyse statique et domaines abstraits symboliques Anlyse sttique et domines strits symoliques Mémoire d hilittion à diriger des recherches Lurent Muorgne Hilittion soutenue le 12 février 2007 à l Université Pris-Duphine Jury : Ptrick Cousot (rpporteur)

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

2006-2007 PARTIE I (VERSION 1.0) (VERSION 4.0)

2006-2007 PARTIE I (VERSION 1.0) (VERSION 4.0) INITIATION A SCILAB M1-M2 MODELISATION EN BIOLOGIE DES POPULATIONS ET DES ECOSYSTEMES MODELISATION DU FONCTIONNEMENT DES ECOSYSTEMES 2006-2007 PARTIE I (VERSION 1.0) (VERSION 4.0) Soudni Kmel (Mître de

Plus en détail

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Banc d essais expérimental national Commande et Diagnostic de l IRCCyN

Banc d essais expérimental national Commande et Diagnostic de l IRCCyN Banc d essais expérimental national Commande et Diagnostic de l IRCCyN http://www2.irccyn.ec-nantes.fr/bancessai/ État actuel et propositions d améliorations Emmanuel Schaeffer, Robert Boiliveau, Alain

Plus en détail

EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES

EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES EXERCICE 1 : Les ondes rdio Un élève consulte Internet pour récolter des informtions sur les ondes rdio. Il lit: «Lorsqu'une onde rencontre un obstcle de grnde dimension

Plus en détail

zz' = z. z' ; Si z' # 0 1 z' Re(z) = z + z z est réel z = z ; z est imaginaire pur z = - z

zz' = z. z' ; Si z' # 0 1 z' Re(z) = z + z z est réel z = z ; z est imaginaire pur z = - z Nomres complexes Module et conjugué d'un nomre complexe Définition - Propriétés Un nomre complexe z s'écrit de fçon unique sous l forme + i ; IR, IR On dit que + i est l forme lgérique du nomre complexe

Plus en détail

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr Automtes temporisés Aml El Fllh Seghrouchni Aml.Elfllh@lip6.fr Pln Introduction Définition d un utomte temporisé Composition d utomtes temporisés Automtes hybrides Conclusion Le problème à résoudre monde

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs Comprison de trois types de ventiltion lors d un trnsport de 10 heures mince et ien-être des porcs étge 3 étge 2 étge 1 Le règlement 411/98 CE, complémentire de l Directive 91/628 CE pour le trnsport de

Plus en détail

Cours d Analyse Mathématique II

Cours d Analyse Mathématique II Année 22-23 Cours d Anlyse Mthémtique II F. Bstin Prise de notes rédigée pr Alice Slmon. Avec l prticiption de : Nicols Ghye (schéms) Sndy Assent (relecture) Préfce Avertissement Ce texte résulte d une

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

devant l Université de Rennes 1

devant l Université de Rennes 1 N o d ordre: 3708 THÈSE Présentée devnt devnt l Université de Rennes 1 pour otenir le grde de : Docteur de l Université de Rennes 1 Mention Informtique pr Thoms Gzgnire Équipe d ccueil : DistriCom - IRISA

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm N 529 Assemlges ngulires de plns de trvil de cuisine d'une lrgeur de 60 cm A Description Le grit de frisge APS 900 et une défonceuse Festool, p. ex. l défonceuse OF 1400, permettent de réliser rpidement

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Option informatique :

Option informatique : Option formtique : l deuxième nnée Lurent Chéno été 1996 Lycée Louis-le-Grnd, Pris Tle des mtières I Arres 13 1 Arres ires 15 1.1 Défitions et nottions... 15 1.1.1 Défition formelle d un rre ire... 15

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection L effet de l position du seuil d injection sur le d un polymère dns un moule d injection Hmdy HASSAN, Nicols REGNIER, Cédric LEBOT, Guy DEFAYE Université Bordeux I ; CNRS ; UMR 8508, Lbortoire TREFLE,

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie 5-050--0 Production des ryons X en imgerie pr projection et en scnogrphie D. Régent, D. Mndry, V. Croise-Lurent,. Oliver, F. Jusset, V. Lombrd Le tube rdiogène reste le fcteur limitnt dns les techniques

Plus en détail

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf.

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. Tleu d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulle Réf. : 00 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. : 00 DE MISE EN MISE EN 5 7 8 8 PROGRAM. SYSTEME Fus. F, 5H50V MANUEL DE MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Biostatistiques et statistiques appliquées aux sciences expérimentales

Biostatistiques et statistiques appliquées aux sciences expérimentales Biosttistiques et sttistiques liquées ux sciences exérimentles ANOVA à deux fcteurs Pscl Bessonneu, Christohe Llnne et Jérémie Mttout* Cogmster A4 2006-2007 * jeremiemttout@yhoo.fr. 1/16 Progrmme de l

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

animeo La commande automatique de Somfy pour une gestion dynamique des façades

animeo La commande automatique de Somfy pour une gestion dynamique des façades nimeo L commnde utomtique de Somfy pour une gestion dynmique des fçdes nimeo Le système de Somfy pour une gestion dynmique des fçdes ENERGY SAVING solutions nimeo est une gmme de produits qui offre une

Plus en détail

Centre de documentation de la console

Centre de documentation de la console Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Remrque Avnt d utiliser le présent document et le produit

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL

CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL H.W. Bode (95-98), mthémticien et physicien méricin. Bode entr dès 99 ux Bell Lbs, où il trvill vec Fry et Nyquist sur l théorie des circuits et des systèmes. Il

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Guide de référence sur l'architecture et les flux de données BES 12

Guide de référence sur l'architecture et les flux de données BES 12 Guide de référence sur l'rchitecture et les flux de données BES 12 Pulié : 2016-01-04 SWD-20160104143441780 Tle des mtières À propos de ce guide... 5 Architecture : solution EMM BES12...6 Composnts utilisés

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail