Dossier z RC et assurances des professionnels de la vente et de la réparation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier z RC et assurances des professionnels de la vente et de la réparation"

Transcription

1 Dossier z RC et assurances des professionnels de la vente et de la réparation professionnels de l automobile La responsabilité civile, un risque omniprésent Le professionnel de l automobile peut voir sa responsabilité civile engagée à l occasion de son activité dès lors qu une faute entraînant un préjudice peut être retenue à son encontre. Et si, lorsque le thème de la responsabilité civile du professionnel est abordé, il est généralement fait référence à la responsabilité contractuelle, il demeure que la responsabilité délictuelle de celui-ci est parfois retenue. Les activités du professionnel de l automobile sont si variées que les tribunaux ont eu l occasion d adapter, en faisant même du «sur mesure», le régime de la responsabilité civile à chacune d entre elles. Ainsi, selon l activité concernée, le manquement entraînant la mise en œuvre de la responsabilité civile du professionnel sera un manquement à une obligation de moyens ou à une obligation de résultat entraînant des différences non négligeables dans l administration de la preuve. Dès lors, le présent article n a pas vocation à traiter l ensemble des situations de mise en cause de la responsabilité civile du professionnel de l automobile ; le sujet est trop dense pour se résumer ici en quelques pa- L obligation d information précontractuelle du vendeur est source de nombreuses actions en responsabilité à l encontre du professionnel. Il appartient, par exemple, au vendeur d informer l acquéreur d un véhicule d éventuels accidents antérieurs ou de préciser si le véhicule a appartenu à une auto-école. ges. Son ambition se limitera à souligner la diversité des risques de mise en œuvre de la responsabilité civile du professionnel. L activité du professionnel de l automobile s articule essentiellement autour des trois axes suivants : la vente du véhicule, l entretien et la réparation du véhicule et la garde du véhicule réparé. n La vente de véhicule, source de RC contractuelle mais aussi délictuelle Toute faute du professionnel lors de la vente d un véhicule est susceptible d engager sa responsabilité civile si elle est à l origine d un préjudice que la victime entend faire réparer. L obligation d information précontractuelle du vendeur, portant notamment sur les caractéristiques essentielles du véhicule, est source de nombreuses actions en responsabilité à l encontre du professionnel. Sans revenir de façon détaillée sur le contenu de cette obligation (voir «L information précontractuelle dans la vente automobile», Nathalie Giroudet-Demay, JA 2009 p. 69), il appartient ainsi au vendeur de prouver qu il a informé le client de l existence d accidents antérieurs (Civ. 1 re, 15 mai 2002, n ) ou que le véhicule a précédemment appartenu à une auto-école (CA Besançon, 14 novembre 2000) La sanction du défaut d information, ou plus précisément de l incapacité du vendeur à prouver qu il a transmis l information, sera l indemnisation de l acquéreur si celui-ci démontre en avoir subi un préjudice, voire la nullité de la vente si la réticence dolosive du vendeur est retenue. Les situations de mise en œuvre de la responsabilité civile du vendeur sont nombreuses. Si l action en responsabilité civile a tendance à être confondue avec l action en garantie des vices cachés ou avec l obligation de livraison conforme (voir ce dossier, p. 26), elle en est pourtant bien distincte (Civ. 1 re, 11 juin 1991, n ) et bénéficie surtout d un champ d action beaucoup plus vaste. Pour exemple, il est possible de citer le manquement du vendeur professionnel à son obligation d indiquer 16

2 dans tout contrat ayant pour objet la vente d un bien meuble à un consommateur, lorsque la livraison n est pas immédiate et que le prix convenu est supérieur à 500 euros TTC, la date limite à laquelle il s engage à livrer le bien (art. L et R c. consom.). Le dépassement de cette date limite de plus de 7 jours permet au consommateur de dénoncer le contrat. Cependant, le fait, pour l acheteur, de ne pas résilier le contrat de vente alors que la date est effectivement dépassée de plus de 7 jours, et même de confirmer la commande et donc d accepter sans réserve le report de la date de livraison, ne constituent pas pour le consomma- teur une renonciation au droit de demander réparation du préjudice causé par le retard (Civ. 1re, 12 mai 2004, n ). Il convient de souligner que la responsabilité civile délictuelle du vendeur peut également être engagée si le véhicule vendu est à l origine d un dommage subi par un tiers. Ainsi, si le véhicule vendu est atteint d un vice caché et que cette défaillance est à l origine d un accident causant un préjudice à un tiers, ce dernier peut se prévaloir de la faute du vendeur pour engager sa responsabilité civile et obtenir réparation de son préjudice au titre de la responsabilité civile délictuelle. Ainsi, la Cour d appel de La sanction du défaut d information, ou de l incapacité du vendeur à prouver qu il a transmis l information, sera l indemnisation de l acquéreur, voire la nullité de la vente. FotoLia Dossier Riom (Ch. Com., 21 janvier 2009, n 07/01833) a rappelé que «Dans une chaîne de contrats de vente d un véhicule automobile, les vendeurs professionnels qui ont vendu le véhicule sans procéder aux réparations prescrites par le constructeur dans deux notes techniques sont responsables au titre de l article 1382 du code civil». n l activité de réparation, une obligation de résultat atténuée Les opérations d entretien et de réparation du véhicule peuvent être à l origine d actions en responsa- jurisprudence automobile n 809 juillet-août 2009 jurisprudence-automobile.fr... 17

3 Dossier z rc et assurances des professionnels de la vente et de la réparation La responsabilité civile du contrôleur technique Le contrôleur technique agréé exécute, dans le cadre d un contrat d entreprise, une obligation de faire (contrôler) qui porte sur une chose corporelle (le véhicule). Selon l arrêté du 18 juin 1991, plusieurs fois modifié, notamment par un arrêté du 19 janvier 2007, il n est tenu de mentionner sur le procès-verbal que les défauts qu il peut déceler visuellement sans procéder à un quelconque démontage lors de la vérification d un certain nombre de points limitativement énumérés par les textes. Un document officiel émis par l UTAC-OTC (document AM du 2 février 2007) différencie ainsi explicitement les points de contrôle dont certains font l objet d une contre-visite. Une cour d appel s est attachée à définir sa mission : le contrôleur technique «n a pas une mission d expert ou de diagnostic envers le client qui s adresse à lui, ni une mission de réparateur ; le contrôle technique est une mission de service public déléguée par l État à des organismes privés chargés d effectuer des opérations identiques, simples et rapides, portant sur des points limitativement définis par instruction ministérielle, sans possibilité de faire des commentaires ou de prodiguer des conseils» (Montpellier, 1 re Ch B, 7 décembre 2004 RG : 03/05890). Sa responsabilité s envisage distinctement selon qu elle est recherchée par son client ou par un tiers. le client, victime du contrôleur technique Le contrôleur technique est contractuellement débiteur à l égard de son client d une obligation de moyens, en vertu de laquelle il s engage à apporter dans son travail tout le soin, l attention, la diligence que l on est en droit d attendre d un bon professionnel. Un contrôleur technique qui omet ainsi de signaler dans un rapport de contrôle les détériorations qui affectent le châssis d un véhicule contrôlé, alors qu une expertise a pu les établir sans démontage par simple examen visuel, engage sa responsabilité à l égard de son client, vendeur, sur le fondement de l article 1147 du code civil (Versailles, 3 e Ch, 26 février 1998, Juris Data n ). Le contrôleur technique peut également engager sa responsabilité en qualité de dépositaire du véhicule, à l instar d un garagiste. On sait que ce dernier est effectivement tenu de veiller, en bon père de famille, sur le véhicule qui lui a été confié et est responsable notamment du vol du matériel placé à l intérieur du véhicule dont il était dépositaire (Civ. 1 re, 7 juillet 1992 ; Bull. Civ. 1992, I, n 222 ; voir plus généralement «Le point sur la responsabilité du garagiste dépositaire», JA 2009 p. 201). S agissant du contrôleur technique, il a été jugé que l existence d un contrat d entreprise portant sur une chose remise n exclut pas que celui à qui la chose est remise soit aussi tenu des obligations du dépositaire ; un contrôleur technique est ainsi condamné à réparer les détériorations causées à un véhicule confié sur le fondement des articles 1927, 1928 et 1933 du code civil (Poitiers, 9 septembre 2003, Juris Data n ). le tiers, victime du contrôleur technique Le tiers étranger au contrat de contrôle technique pourra mettre en cause la responsabilité civile extracontractuelle du contrôleur sur le fondement des articles 1382 et suivants du code civil en prouvant la faute du contrôleur et son lien de causalité avec le préjudice invoqué. Ce sera, par exemple, le cas si le défaut de signalement d une anomalie visible sans démontage a provoqué un accident. Toutefois, cet aspect de la responsabilité civile du contrôleur technique demeure bilité civile contractuelle à l encontre du professionnel, celui-ci étant notamment tenu à l égard de son client de l informer et de le conseiller sur la nature et l opportunité des opérations à réaliser (voir l encadré sur le devoir de conseil du réparateur p. 21) et d exécuter la prestation convenue. Nous nous attarderons plus spécialement sur le manquement à l engagement d entretenir ou de réparer le véhicule. S agissant d une obligation de résultat atténuée, lorsqu une panne touche un véhicule récemment réparé par un garagiste, la Cour de cassation suppose que la réparation est à l origine du désordre (présomption de causalité) et que le garagiste a commis une faute (présomption de faute). Cependant, il appartient au client lésé de démontrer que le dommage (accident, panne ou défaillance) trouve son origine dans la prestation fournie par le garagiste réparateur (Civ. 1 re, 14 décembre 2004, n ). Tel n est pas le cas de celui qui est intervenu pour une réparation électrique sur un véhicule frigorifique, dont le système réfrigération était ensuite tombé en panne. Il n est pas établi que la réparation avait porté sur le groupe frigorifique luimême ou sur tout système électrique s y rapportant directement (Com., 22 janvier 2002, n ). Mais en pratique, l imputabilité peut être présumée lorsque la panne ou la défaillance s est produite rapidement après l intervention du garagiste, alors que le véhicule n a parcouru qu un faible kilométrage depuis la 18 jurisprudence automobile n 809 juillet-août 2009 jurisprudence-automobile.fr

4 Dossier statistiquement rare à la différence de la vente du véhicule pour laquelle sa responsabilité sera recherchée plus fréquemment par l acheteur ou le vendeur, qui y trouvent d ailleurs un intérêt commun. L acheteur soutiendra que la faute du contrôleur, en ce qu elle n a pas révélé un défaut qui aurait dû être mentionné, a directement contribué au préjudice subi par lui, tandis que le vendeur lui reprochera d être actionné par l acheteur sur le fondement de la garantie légale des vices cachés, ce qui n eût pas été le cas en présence d un signalement correct sur le PV de contrôle. On peut supposer que le vendeur aurait renoncé à la vente ou n y aurait consenti qu après réparation à ses frais du point litigieux dûment signalé. La jurisprudence considère en effet que le vice du véhicule n est pas caché lorsqu il était expressément mentionné dans le rapport du contrôle technique remis à l acquéreur avant la conclusion de la vente (Toulouse, 25 avril 2001, Juris Data n ). Cependant, le contrôleur technique n engage pas nécessairement sa responsabilité envers le vendeur ou l acquéreur d un véhicule d occasion s il n a pas détecté visuellement la présence d un vice caché ayant entraîné la résolution de la vente. Il ne sera pas responsable si l expertise révèle par exemple que le véhicule présentait une «fissuration du longeron avant droit au niveau de la fixation intérieure du moteur» et si les experts avaient souligné que le réparateur avait pris soin de réaliser sa réparation en la «camouflant par du mastic polyester, la présence de souillure sur l élément achevant de la rendre indécelable par simple contrôle visuel» (Montpellier, 1 re Ch, 20 juin 2006, Juris Data n ). C est donc essentiellement le caractère visible ou non du défaut lors du contrôle qui permet d engager, le cas échéant, la responsabilité civile du contrôleur technique lorsqu un vice caché est ultérieurement décelé sur le véhicule. Le recours à l expertise, pour le constater, est un préalable quasiment indispensable en présence d une difficulté d ordre technique qui peut s avérer subtile selon la nature du vice allégué. Toutefois, le vendeur professionnel, lui-même garagiste, est aussi qualifié pour déceler un vice sans démontage. Ainsi, une cour d appel a pu condamner le contrôleur technique à ne garantir un garagiste-vendeur qu à hauteur de 50 % de toutes les condamnations prononcées à sa charge (Bourges, 11 octobre 2007, RG : 06/01896). philippe ravayrol, avocat au barreau de paris, diplômé de l institut des assurances de paris Lorsque l intervention du garagiste réparateur se révèle défectueuse, il lui appartient d apporter la preuve de son absence de faute (Com., 26 avril 2000, n ). En pratique, le garagiste réparateur doit notamment démontrer qu il a suivi les prescriptions du constructeur, qu il a apporté lors de la réparation tous les soins nécessaires à la remise en état du véhicule et l a restitué à son propriétaire dans un bon état de marche. Mais la responsabilité civile du réparateur peut également être délictuelle, notamment si une mauvaise réparation a causé un accident de la circulation, dont des tiers ont été victimes (Civ. 1 re, 16 mai 1960). Il en va de même pour un tiers acquéreur qui n a jamais été en relation contractuelle avec le réparateur (CA Versailles, 27 mars 1996). n la garde du véhicule, une obligation de moyens renforcée En qualité de dépositaire du véhicule confié pour la réparation, le professionnel de l automobile peut également voir sa responsabilité civile contractuelle engagée (1). L obligation de garde oblige le professionnel de l automobile à apporter au véhicule confié les mêmes soins qu il apporterait à la garde de la chose lui appartenant (Civ. 1 re, 5 mars 2009, n ). S agissant d une obligation de moyens renforcée, il ne peut s en exonérer qu en prouvant qu il est étranger à la détérioration du véhicule et donc en démontrant soit qu il n a pas commis de faute (Civ. 1 re, 7 octobre 1997, n ) soit que le dommage est dû à un cas de force majeure (Civ. 1 re, 11 juillet 1984, n ). Par ailleurs, l obligation de garde réparation (Civ. 1 re, 20 juin 1995, n ). Pour la Cour de cassation, le lien entre la dernière présentation du véhicule au garagiste réparateur et la nouvelle panne s estompe avec le temps (Civ. 1 re, 16 février 1988 : Bull. civ. I, n 42 : panne intervenue plus de kilomètres et un mois après l intervention du réparateur). Lorsque le lien entre l intervention et la panne actuelle n a pas disparu avec le temps, il appartient au garagiste réparateur d établir la cause précise du dommage et de démontrer que cette cause ne peut pas être imputable à la prestation qu il a fournie. Cette cause étrangère pourrait être l intervention malencontreuse d un autre réparateur sans lien avec celui qui a réalisé la prestation mise en cause (Civ. 1 re, 8 décembre 1998, n ), une erreur d utilisation, un vice interne de la chose situé en dehors des pièces de rechange fournies avec la remise en état du véhicule, un défaut d entretien incombant au client ou la conséquence incombant au garagiste dépositaire d une usure normale peut également être la source... jurisprudence automobile n 809 juillet-août 2009 jurisprudence-automobile.fr 19

5 Dossier z rc et assurances des professionnels de la vente et de la réparation dans ses relations avec ses clients, le professionnel de l automobile est tenu à une obligation de sécurité. d une action en responsabilité civile délictuelle. Pour exemple, on se référera à la décision de la Cour d appel de Colmar (1 re ch., 17 mai 1982, Juris- Data ) : «Le garagiste à qui une automobile a été confiée en vue de réparations en est le dépositaire salarié et exerce les pouvoirs d usage, de direction et de contrôle constitutifs de la garde au sens de l art alinéa 1 du code civil ; il est donc responsable de l accident causé par cette automobile, retrouvée tous feux éteints sur la chaussée et heurtée de nuit par un automobiliste, dès lors que les conditions du déplacement de l automobile sont totalement inconnues, ce qui empêche le garagiste d établir la perte de la garde, et dès lors que les fautes qu il a commises (omission de verrouiller les portières et de retirer la clé de contact) excluraient l exonération de responsabilité en dépouillant le fait d un tiers, à le supposer prouvé, des caractères de la force majeure.» n la sécurité des clients, une obligation contractuelle? Dans ses relations avec ses clients, le professionnel de l automobile est nécessairement tenu à une obligation de sécurité. En cas de dommages accidentels survenus au client dans l atelier de réparation, la jurisprudence a d abord retenu la responsabilité du professionnel sur le terrain délictuel (Civ. 2 e, 3 juillet 1968) en application des articles 1382 et s. du code civil, notamment dans le cas d une chute du client sur un sol mouillé rendu glissant par la présence d un liquide gras à un endroit accessible aux clients (Civ. 3 e, 27 novembre 1970). Toutefois, dans un arrêt de principe de la première chambre civile en date du 9 juin 1993 (n ), la Cour de cassation semble vouloir qualifier de façon relativement systématique l obligation de sécurité du garagiste d obligation contractuelle. Il s agit dès lors d une obligation de moyens renforcée emportant présomption de faute et de causalité, le garagiste ne pouvant s en exonérer qu en démontrant la cause étrangère ou son absence de faute. En revanche, le doute n est pas permis sur la nature de la responsabilité civile concernée dès lors qu il est question de dommages subis par les tiers. Pour exemple, on citera la décision de la Cour de cassation, 1 re chambre civile, 9 juillet 2002 (n ) : «Justifie légalement sa décision sur le fondement de l article 1384, alinéa 1 er, du code civil, la cour d appel qui retient qu un commerçant est responsable de l accident dont une cliente a été victime en raison de l agencement anormal des les différents régimes de responsabilité civile source : ja responsabilité civile inexécution d une obligation contractuelle violation du devoir général de ne causer aucun dommage à autrui retard dans l exécution absence d exécution par son fait personnel du fait des choses dont on a la garde du fait des personnes dont on a la garde rc contractuelle rc délictuelle Les trois activités principales d un professionnel de l automobile, à savoir la vente d un véhicule, son entretien et sa réparation, ainsi que la garde du véhicule, donnent lieu à une diversité de risques de mise en œuvre de sa responsabilité civile. 20 jurisprudence automobile n 809 juillet-août 2009 jurisprudence-automobile.fr

6 Dossier lieux qui avait contribué à la réalisation de son dommage». Mais il ne faudrait pas oublier que la responsabilité délictuelle du client peut parfois être retenue en cas de dommages subis dans l enceinte de l entreprise du professionnel de l automobile. Ainsi, la Cour d appel de Paris (ch. 17, section A, 3 octobre 1995, Juris Data n ) a opportunément décidé que «répond de sa faute, conformément aux règles de la responsabilité civile délictuelle ou quasi-délictuelle, le conducteur d un semi porte-chars qui, après avoir reculé son véhicule dans l atelier du garage qui avait accepté d effectuer une réparation, prend l initiative de retirer la chaîne de sécurité retenant la rampe de la remorque, agissant ainsi de sa propre autorité en dehors de toute consigne ou directive du chef d atelier du garage dont il n était par conséquent pas le préposé occasionnel, blessant un des employés du garage alors qu il avait conservé sur l ensemble articulé les pouvoirs de contrôle d usage et de direction, lesquels n avaient pas encore été transférés au garage dépositaire.» Mais il s agit-là d un tout autre sujet Nathalie Giroudet-Demay, avocat au barreau de Paris, DESS droit de la distribution (1) Pour de plus amples développements, lire «La responsabilité du garagiste dépositaire», Emmanuelle Peronet, JA 2009 p Le devoir de conseil du réparateur Le garagiste est tenu de conseiller le client et de remettre le véhicule en bon état de marche. Voici quelques conseils en la matière. 1 En fonction des réparations demandées par le client, le réparateur est avant tout tenu de délivrer un diagnostic afin de déterminer précisément les éléments défectueux du véhicule. Il doit mentionner, dans l ordre de réparation, les travaux demandés par le client et, le cas échéant, recontacter le client pour lui indiquer les éventuelles réparations complémentaires qui sont nécessaires et recueillir au préalable son consentement. Si le client ne souhaite pas procéder à certaines de ces réparations, le garagiste doit alors l informer formellement des conséquences pouvant en résulter sur le fonctionnement de son véhicule, en particulier sur son état de sécurité. Il est essentiel pour le garagiste de mentionner précisément tous ces éléments dans un document signé par le client (ordre de réparation, décharge de responsabilité ). 2 Lorsque la pièce défectueuse nécessite un remplacement, et non une réparation, le garagiste ne doit pas se contenter de la réparer. Il doit avertir le client de la nécessité d effectuer un remplacement et solliciter l accord de celui-ci. Lorsque le garagiste a réparé la pièce défectueuse, mais qu ultérieurement cette même pièce nécessite d être remplacée, la Cour de cassation a précisé que ce garagiste ne sera exonéré de sa responsabilité que s il prouve «qu il avait, dès la première intervention, apporté tous les soins nécessaires à la remise en état du véhicule, en démontrant que l usure de la pièce défectueuse n exigeait pas qu elle fût alors remplacée» (Civ. 1 re, 12 janvier 1994, JA 1994 p. 202). 3 Le garagiste doit, avec l accord du client, procéder à la réparation complète du véhicule en remplaçant toutes les pièces défectueuses. 4 Lorsque les réparations nécessaires sont onéreuses compte tenu de la valeur vénale du véhicule, il doit en informer le client (CA Rennes, 1 er février 2002) et lui conseiller, le cas échéant, d y renoncer ou d envisager le remplacement du véhicule (Civ. 1 re, 15 mai 2001, n ). Il appartient au garagiste de prouver, par tous moyens, qu il a exécuté son obligation de conseil (Civ. 1 re, 25 février 1997). Le garagiste, tenu de faire une réparation complète, doit prouver, pour être exonéré de sa responsabilité : - soit que son client s est opposé à certaines réparations, alors même qu il a été averti de leur nécessité (Com., 26 avril 2000, n ) ; - soit qu il a prévenu son client que les réparations qu il a effectuées sont incomplètes et qu il y a lieu d entreprendre d autres travaux. Dans ces deux cas de figure, il est vivement recommandé de faire signer une décharge de responsabilité (voir Cas pratique, JA juin 2009, p. 50). Aliou Sow, juriste en droit des affaires, secrétaire général FNAA... 21

7 Dossier z RC et assurances des professionnels de la vente et de la réparation assurances Un millefeuille de garanties pour des risques professionnels étendus L assurance de l activité professionnelle est comme une danse à deux temps : elle distingue les risques avant et après livraison. Concernant les entreprises de l automobile, qui contrôlent, dépannent, effectuent des travaux ou vendent des produits (pièces ou véhicules), il est indispensable d assurer ces deux risques. Ainsi, l assurance du professionnel de l automobile est classiquement éclatée à partir de la notion de livraison. Les risques juridiques découlant des diverses activités du professionnel de l automobile sont traités dans des contrats dits «multirisque». Ils peuvent s agréger à côté de l assurance directe des événements factuels ; incendie, vol, dégâts des eaux, mais s articulent toujours à partir de la notion de livraison. Cette appréhension chronologique des risques de responsabilité civile encourus par l entreprise permet de différencier leur traitement quant aux montants de garanties, franchises ou exclusions. D où l importance de se reporter au tableau des montants de garanties, annexé au contrat, pour vérifier si l entreprise est suffisamment bien assurée pour chacun des risques souscrits. C est donc la notion de livraison qui établit la ligne de partage entre la responsabilité civile exploitation et Les professionnels doivent veiller à assurer leurs activités habituelles, mais également les activités particulières ou ponctuelles, dans le cadre desquelles un accident peut toujours survenir. C est la notion de livraison qui établit la ligne de partage entre la responsabilité civile exploitation et la responsabilité civile après livraison. la responsabilité civile après livraison (autrement dénommée professionnelle). Elle est définie contractuellement dans les termes suivants : «remise effective d un véhicule ou d un produit dès lors que cette remise, qu elle soit à titre définitif ou provisoire, donne au nouveau détenteur le pouvoir d en user hors de toute intervention de l assuré [professionnel de l automobile] ou de celle de ses préposés». On observera que cette définition ne coïncide pas avec les notions de transfert juridique de la propriété ou de réception des travaux. Ensuite, ce sont les activités déclarées aux conditions particulières qui délimitent l objet du contrat pour les risques avant et après livraison. Les activités couvertes sont en général énumérées positivement, de manière exhaustive et avec précision. Par exemple, dans un contrat couvrant la responsabilité civile du garagiste, une clause pourra stipuler les activités garanties : «Nous garantissons votre activité [...] conformément à l une des clauses ci-après : contrôle technique ; station-service avec baie technique ; vente et pose d accessoires automobiles neufs ; mécanique générale sur les véhicules légers ; carrosserie, tôlerie, peinture». Les professionnels doivent donc veiller à assurer leurs activités habituelles mais également les activités particulières ou ponctuelles, dans le cadre desquelles un accident peut toujours survenir. La pratique contractuelle retient parfois un pourcentage du chiffre d affaires de l assuré pour qualifier les activités secondaires (+ 30 %) ou annexes (- de 30 %) par rapport à l activité principale. Seule la première doit faire l objet d une déclaration au contrat. Pour les activités non déclarées, le professionnel s expose à un refus de garantie légitimé par la jurisprudence. n Le gymkhana de l assurance des véhicules confiés Le premier acte de l assurance des risques juridiques de l entreprise est consacré aux dommages survenus «avant livraison» : du fait, et au cours des activités déclarées par le souscripteur. Sans faire référence aux textes du code civil, elle s applique aux dommages corporels, matériels, immatériels consécutifs causés à autrui (tiers et clients de l entreprise) par les préposés de l entreprise (tels que vols), les soustraitants (avec le bénéfice ou pas d une renonciation à recours), les biens mobiliers (matériels, marchandises, appareils mécaniques) et immobiliers affectés à l exercice de l activité. Pour le cas de l incendie et des responsabilités en découlant au niveau de l entreprise, la garantie 22

8 Dossier relève en général de la responsabilité civile exploitation seulement pour les dommages corporels et de l assurance des biens de l entreprise pour les risques locatifs et recours des voisins et des tiers (Civ. 1 re, 4 juillet 1995, n , RGAT 1995, p. 868, note Maleville). S agissant des dommages de pollution, on observe que les assureurs limitent leurs engagements au niveau des polices de responsabilité civile générale, y compris à l égard des entreprises du secteur de l automobile, dans une démarche de garantie automatique. Seule l atteinte accidentelle à l environnement est couverte. L introduction de cette limitation permet d exclure les conséquences de la corrosion ou d autres formes d altérations lentes, graduelles ou répétées. Toutefois, si l entreprise fait partie des installations classées soumises à autorisation préfectorales (art. L à L du code de l environnement), les dommages de pollution peuvent faire l objet d un contrat spécifique. Parmi les risques concernant de très près les professionnels de l automobile, il faut s arrêter sur la question des dommages aux véhicules confiés. Pendant la période où le client remet en dépôt son véhicule, c est-à-dire lorsque l entreprise assurée en a la garde, la responsabilité pécuniaire de celle-ci peut être recherchée du fait des dommages matériels de toute nature subis par les véhicules confiés, y compris leur contenu, leurs accessoires, leurs aménagements et leurs équipements (voir Le point sur la responsabilité du garagiste dépositaire, Emmanuelle Peronet, JA 2009, p. 201). Les dommages causés par les véhicules relèvent, par ailleurs, de l assurance automobile obligatoire. À cet égard, il est important de vérifier l étendue de son assurance responsabilité afin qu elle se superpose Pendant la période de dépôt du véhicule, la responsabilité pécuniaire de l entreprise peut être recherchée du fait des dommages matériels subis par le véhicule. avec le risque encouru. L arrêt rapporté illustre la portée pratique de cette observation : la Cour de cassation a censuré une cour d appel qui avait décidé que l assureur devait couvrir son assuré, un garagiste réparateur, pour avoir endommagé le moteur alors qu il ramenait le véhicule à son client. Elle relève que la police souscrite garantissait non pas les dommages subis par les véhicules confiés à l assuré, sauf dans le cas de certaines causes accidentelles précisées par la police, mais les dommages causés du fait des travaux ou prestations effectués par l assuré ou du fait des véhicules ayant donné lieu à prestation. En l espèce, les dommages au moteur étaient étrangers à la prestation (Civ. 1 re, 27 janvier 2004, n ). Au-delà du véhicule confié, la garantie s étend aussi aux pièces, matériels et organes confiés ainsi qu aux dommages immatériels (privation de jouissance) consécutifs à ces dommages matériels. Pratiquement, cette garantie spécifique englobée dans la garantie de base est généralement délimitée par des exclusions qui lui sont propres. Elles visent les dommages causés aux pièces et organes non livrés et appartenant encore au professionnel, les dommages qui seraient la conséquence directe de l usure du véhicule ou de leur défaut d entretien imputable aux clients, ou encore le coût de la prestation à l origine des dommages (pièces et main-d œuvre) effectué par l assuré ou ses sous-traitants, sur le bien confié. À noter que la garantie de responsabilité civile biens confiés souscrite, en ce qui concerne les véhicules en dépôt, peut prévoir de jouer comme une assurance de choses «pour compte de qui il appartiendra» (Civ. 2 e, 4 novembre 2003, n , voir pour le cas où la clause n en fait pas mention). Lorsqu il en est ainsi, même si la responsabilité de l assuré n est pas engagée (tel que vol), les dommages matériels subis par le véhicule confié seront indemnisés par l assureur du professionnel en cas d absence ou d insuffisance d assurance du client. Par ailleurs, l attention doit être portée sur la démarche singulière de certains assureurs couvrant les dommages causés et subis par les véhicules confiés, dans le cadre d une assurance automobile, qui forme un tout avec l assurance des véhicules «appartenant» au professionnel. Dans ce cas de figure, il faut être très vigilant sur les éventuels plafonds de garanties par véhicule et par événement. En effet, pour éviter les cumuls au sein du contrat «multirisque», les dommages couverts par les garanties automobiles sont en principe exclus de la garantie responsabilité civile exploitation. Notons qu en l absence de toute clause exprimant que cette assurance directe souscrite par le garagiste est établie pour le compte du déposant, il serait difficile, à notre sens, de ne pas y voir une assurance pour compte implicite (Civ. 1 re, 24 juin 2003, n , RGDA 2003, p. 678). Comme au moment du sinistre, c est son intérêt d assurance qui est atteint, le déposant aurait ainsi le droit à garantie. Enfin, au titre des dommages immatériels, on s arrêtera sur le retard de livraison et ses conséquences pécuniaires pouvant parfois être garanti s il résulte d un dommage corporel d origine accidentelle attei

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

ENTREPRISES ET RESPONSABILITES

ENTREPRISES ET RESPONSABILITES www.creassur.org ENTREPRISES ET RESPONSABILITES Parlons-en Chambre de Commerce et d industrie Novembre 2007 ENTREPRISES ET RESPONSABILITES La police d assurance et ses couvertures Monsieur RITTER GROUPAMA

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE 1 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 ARTICLE 1 : ASSURÉ...4 ARTICLE

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles RC Base 1 Distinguer les différents types de responsabilité (responsabilité morale, civile et pénale) et préciser

Plus en détail

n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur

n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur FICHE THEMATIQUE n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. LES ASSURANCES OBLIGATOIRES 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur 3. Police unique

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus.

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus. SOJADIS a pour activité l étude, la conception et la réalisation d installation de systèmes d équipements d aide à la conduite mais également de nombreux accessoires destinés à l adaptation de véhicules

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

CAM btp COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION. 3 juin 2013

CAM btp COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION. 3 juin 2013 COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION 3 juin 2013 1 RISQUES ET ASSURANCES SUR LES CHANTIERS EN FRANCE 2 1 - INTRODUCTION >> 3 volets principaux pour définir les risques, les responsabilités et

Plus en détail

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES 24/11/2014 Le vendeur doit à l acheteur la garantie que le bien vendu est exempt de vices le rendant impropre à l usage auquel il est destiné ou diminuant tellement

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 PREAMBULE : 0.1 Le client déclare avoir pris connaissance des présentes conditions générales de vente avant la conclusion du contrat avec la Société

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE

ASSURANCE AUTOMOBILE Police Flotte N 53 368 215 EFFET : 1 ER JANVIER 2014 ASSURANCE AUTOMOBILE DISPOSITIONS PARTICULIERES CONTRAT à effet du 1 er janvier 2014 ENTRE : SAS VOITURELIB 7 Impasse Charles Petit 75011 PARIS ci-après

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances P 214 Décembre 2009 Centre de documentation et d information de l assurance ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances Ce tableau aide-mémoire décrit les principaux risques auxquels sont

Plus en détail

MAN Diesel & Turbo France SAS

MAN Diesel & Turbo France SAS CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. ACCEPTATION DE LA COMMANDE PAR LE VENDEUR 1.1. L acceptation de la commande par le vendeur implique : Son acceptation des conditions particulières de la commande Son adhésion

Plus en détail

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 2009 Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 1. Fondement du régime des responsabilités a. Le régime général des responsabilités des acteurs de

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Pièce N 3.3 - Cahier des Charges

Pièce N 3.3 - Cahier des Charges MARCHE PUBLIC MAIRIE DE CHATELAILLON-PLAGE DESIGNATION : MARCHE D ASSURANCE 2014-2018 COMMUNE DE CHATELAILLON-PLAGE (17340) LOT 3 : ASSURANCE DE LA FLOTTE AUTOMOBILE Pièce N 3.3 - Cahier des Charges Cahier

Plus en détail

Conditions Générales Spécifiques applicables à l assurance

Conditions Générales Spécifiques applicables à l assurance ANNEXE AUX CONDITIONS GENERALES TOUS RISQUES «COCOON OF IBIS» Conditions Générales Spécifiques applicables à l assurance du CONTENU Document : 101 Date de référence : 2006 Date d édition : 27/06/2006 1/8

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L ORÉE DE LA BRIE

SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L ORÉE DE LA BRIE Communauté de communes Brie-Comte-Robert Chevry-Cossigny Servon 1 place de la gare 77170 Brie-Comte-Robert : 01 60 62 15 81 : communaute@loreedelabrie.fr SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES Les MMA ont conçu un contrat d assurance offrant un éventail de garanties, spécialement adapté à vos risques. QUI SOUSCRIT? Chaque Compagnie

Plus en détail

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance 3/03/06 17:07 Page 9 DEP 428 FEV. 2006 DEP 428-4 volets Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels Centre de documentation et d information de l assurance FEV. 26, bd Haussmann

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Les délais de livraison

Les délais de livraison Les délais de livraison I-Délai de livraison en cas de vente directe en magasin On distingue selon que le bien ou la prestation de service à un coût inférieur, égal ou supérieur à 500. A-Prix supérieur

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile Printemps 2007 Présentation du Qu est-ce que la responsabilité civile? Responsabilité civile = reddition de comptes Cette responsabilité

Plus en détail

Conditions tarifaires

Conditions tarifaires Conditions tarifaires 1 : Prix des prestations 2 : Assurances 2.1 Assurances véhicules à 4 roues 2.1.1 Couverture a) Responsabilité civile, protection juridique, PAI Responsabilité civile conformément

Plus en détail

Extension de garantie AUDI. I. Garantie complémentaire à la garantie véhicule neuf AUDI

Extension de garantie AUDI. I. Garantie complémentaire à la garantie véhicule neuf AUDI Extension de garantie AUDI I. Garantie complémentaire à la garantie véhicule neuf AUDI 1. La société «Volkswagen Group France» Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance, au capital de 7.750.000,00

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Marché Public de Services MARCHE D ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.)

Marché Public de Services MARCHE D ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Marché Public de Services VILLE D HERLIES MARCHE D ASSURANCES Prestation de services d Assurances Dommages Ouvrage pour la construction, Tous Risques Chantier, Responsabilité Civile du Maître d Ouvrage

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 28 janvier 2015 N de pourvoi: 13-19945 13-27050 ECLI:FR:CCASS:2015:C300108 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS Assurances dommages Protégez vos biens professionnels et privés Faire vivre votre contrat En choisissant de vous assurer au Crédit Agricole, vous bénéficiez

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 09-69829 Non publié au bulletin Rejet M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Me Le

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion 1. Les faits Il est éventuellement envisagé d installer un magasin d occasion pour appareils électroniques dans

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU CONTRAT DE DEMENAGEMENT

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU CONTRAT DE DEMENAGEMENT CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU CONTRAT DE DEMENAGEMENT Les présentes conditions générales de vente et les conditions particulières négociées entre l entreprise et le client déterminent les droits et

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE 1 LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE VENTE D IMMEUBLES A RENOVER ANALYSE DES RISQUES ET BESOINS DE GARANTIES ET ASSURANCES 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile - Paris 17 ème 2 LE MARCHE DE LA RENOVATION

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

L assurance des deux-roues à moteur. Fédération française des sociétés d assurances DEP 407 - MARS 2003

L assurance des deux-roues à moteur. Fédération française des sociétés d assurances DEP 407 - MARS 2003 DEP 407 - MARS 2003 L assurance des deux-roues à moteur Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

Défaillance d une entreprise d assurance

Défaillance d une entreprise d assurance Livret de l indemnisation Défaillance d une entreprise d assurance Mission du Fonds de Garantie 1 Accident de circulation 2 Accident de chasse 1 Mission du Fonds de Garantie > Un dispositif protecteur

Plus en détail

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES Préambule L assurance de la Responsabilité Civile et des Risques Annexes a pour objet de garantir la Ville de Guipavas et son CCAS, ainsi

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

ANNEXE 1 EXTRAIT DU CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE. Toute atteinte corporelle subie par une personne physique.

ANNEXE 1 EXTRAIT DU CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE. Toute atteinte corporelle subie par une personne physique. ANNEXE 1 EXTRAIT DU CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE 1 er août 2014 Pour l application de la garantie RC, il faut entendre par assuré - la Fédération des clubs de la défense, - les ligues régionales, - les

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

DROIT DE LA CONSTRUCTION

DROIT DE LA CONSTRUCTION DROIT DE LA CONSTRUCTION QUALIFICATION JURIDIQUE DES TROUBLES SUBIS PAR L ACQUEREUR Christophe DEGACHE Octobre 2011 La Cour de Cassation, dans un arrêt de censure du 21 septembre 2011 annulant partiellement

Plus en détail

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003 DEP 302 - JUIN 2003 Copropriété et assurances Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax DEP : 01 465

Plus en détail

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Généralités champ d application 1. Seules nos conditions générales d achat sont applicables ; nous ne reconnaissons pas de conditions du fournisseur

Plus en détail

L ESPACE BIKRAM PARIS

L ESPACE BIKRAM PARIS L ESPACE BIKRAM PARIS CONDITIONS GENERALES DE VENTE (Abonnement, Cours, Approfondissement de pratique et Formules) 1. Objet du contrat Après avoir visité les installations de l Espace Bikram et/ou avoir

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

LES ASSURANCES CONSTRUCTION

LES ASSURANCES CONSTRUCTION FICHE PRATIQUE ASSURANCES CONSTRUCTION LES ASSURANCES CONSTRUCTION La Loi Spinetta, du 4 janvier 1978, a institué une double obligation d assurance : Une assurance «responsabilité» doit être souscrite

Plus en détail

Nous réceptionnons les commandes par Internet, téléphone, courrier ou fax.

Nous réceptionnons les commandes par Internet, téléphone, courrier ou fax. Conditions générales R.C. Exploitation GARAGE 1. Définitions Client: personne morale et/ou physique achetant ou utilisant POWERCONCEPT. Consommateur: particulier achetant des Produits pour son usage privé.

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES ASSOCIATIONS CULTURELLES

QUESTIONS / REPONSES ASSOCIATIONS CULTURELLES QUESTIONS / REPONSES ASSOCIATIONS CULTURELLES 1) DANS QUELLES CONDITIONS NOTRE ASSOCIATION ET SES MEMBRES BENEFICIENT-ILS DES GARANTIES D ASSURANCE APAC? Conformément aux mentions figurant sur le bordereau

Plus en détail

5 L obligation d assurance : présentation générale L obligation d assurance de dommages-ouvrage L obligation d assurance de responsabilité décennale

5 L obligation d assurance : présentation générale L obligation d assurance de dommages-ouvrage L obligation d assurance de responsabilité décennale SOMMAIRE 5 L obligation d assurance : présentation générale 5 1. Principal objectif : la protection du maître de l ouvrage 6 2. Les moyens pour atteindre les objectifs 6 3. Un fonctionnement basé sur une

Plus en détail

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Université Hassan II Mohammedia Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Introduction

Plus en détail

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes:

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes: AVERTISSEMENT Les textes légaux et réglementaires figurant dans ce site ne constituent pas une publication officielle (voir www.moniteur.be) de sorte que l IPI n est pas responsable de leur contenu ni

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE Les accidents matériels

ASSURANCE AUTOMOBILE Les accidents matériels Maison de la Consommation et de l Environnement ASSURANCE AUTOMOBILE Les accidents matériels Introduction générale ASSURANCE AUTOMOBILE Les accidents matériels Sommaire I - L indemnisation 1 - L indemnisation

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 septembre 2012 N de pourvoi: 11-14108 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

PréParation et gestion d un chantier

PréParation et gestion d un chantier SAS ECS HA3601 Préparation et gestion d un chantier Chapitre 5 Préparation avant les travaux 5.5. Coordination technique Lors de la phase de préparation du chantier, la coordination technique occupe une

Plus en détail