Evaluation de l impact médico-économique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation de l impact médico-économique"

Transcription

1 CAS GROUPES de COQUELUCHE observés parmi le personnel d un établissement de santé entre le 1 er juin et le 1er novembre 2006 : Evaluation de l impact médico-économique Dr Lionel SCTRICK SST 43èmes journées de formation ANMTEPH des médecins du travail Paris, HEGP, octobre 2007

2 Les cas groupés observés en 5 mois, entre le 1 er juin et le 31 octobre 2006 : 26 cas de coqueluche ont été identifiés parmi le personnel 9 services ont été concernés, dont 6 services de soins : - maternité RdCh. (10 cas en juin, juillet et août), - cardiologie (1 cas en juillet), - réanimation néonatologie (1 cas en septembre), - neurologie (1 cas en septembre), - services administratifs (6 cas en septembre), - central courses (4 cas en septembre), - gastro-enterologie (1 cas en octobre), - néphrologie (1 cas en octobre), - santé au travail (1 cas en octobre).

3 Stratégie préventive en direction du personnel identification des cas : information, consultation, confirmation diagnostique biologique ; traitement des cas diagnostiqués et chimio-prophylaxie des cas contacts ; éviction du personnel contaminé ; port systématique d un masque (épisodes bronchorhinopharyngés ou contacts rapprochés avec les très jeunes enfants); vaccination proposée au personnel en contact avec les nourrissons et jeunes enfants ( services de gynéco-obstétrique, néonatologie, pédiatrie, crèche).

4 Coût de la stratégie envers le personnel 1./-le coût médical direct peut être aisément évalué à partir des données d activité disponibles au service de santé au travail: - coût des médicaments prescrits pour le traitement ou la chimio-prophylaxie : 152 prescriptions de 6 comprimés de Zithromax, soit 152 x TTC = ; - coût des examens complémentaires : : examens sérologiques de Bordetella pertussis : 310 examens (7.232 ), coût des recherches d ADN de B. p. par PCR : 66 examens (1.698 ), soit au total :

5 2./ Le coût médical indirect a une traduction monétaire plus difficile à chiffrer : - coût des consultations : 420 consultations réalisées par le médecin du travail (consultations spontanées de personnes présentant une toux ou consultations sur convocations dans le cadre d enquête autour d un cas suspect ou identifié), soit l équivalent de 30 journées entières de travail consacrées uniquement à ce problème épidémiologique, notamment aux examens cliniques diagnostiques et de suivi médical, ainsi qu au recueil, qu à l interprétation et la communication des résultats biologiques ; - coût de la gestion des dossiers médicaux : la mobilisation du secrétariat médical du SST pendant cette période, au détriment d une autre activité ; - coût des actes et du temps infirmier du service de santé au travail pour la réalisation des 310 prélèvements sanguins pour examens sérologiques et des 79 prélèvements de mucosités naso ou oropharyngées pour recherche d ADN de B.p. #

6 Le coût non médical -1./ le coût des arrêts de travail maladie du personnel : - les arrêts de travail du personnel ont été de courte durée ( 6 jours en moyenne) = durée d éviction classiquement nécessaire à l activité de l antibiothérapie pour éviter la transmission bactérienne ; - les arrêts de travail ont été prescrits soit d emblée lors d une suspicion clinique de la pathologie, soit secondairement lors de la confirmation diagnostique biologique ; - au total, la traduction monétaire de ces 101 journées de travail perdues est estimée par le BRH à

7 Les arrêts de travail du personnel GRADES SERVICES concernés ARRET DE TRAVAIL JOURS Sage-Femme Maternité RDC du 03 au 09/07/ Sage-Femme Maternité RDC du 11 au 17/07/ Sage-Femme Maternité RDC du 12 au 17/07/ AS Maternité RDC du 06 au 15/07/ AS Maternité 6étage du 04 au 09/10/ AS Bloc Gynéco/Obstétrique du 01 au 07/10/ AS Pool de remplacement du 03 au 09/10/ Brancardier Bloc Opératoire Central du 23 au 29/07/ IADE Bloc Opératoire Central du 01 au 07/07/ IDE Salle de Réveil du 01 au 07/07/ IDE Chirurgie Générale du 01 au 04/07/ ASH Central courses du 10 au 21/10/ ASH Central courses du 02 au 08/10/ Agent administratif Urgences du 04 au 12/10/ Agent administratif Affaires Médicales du 20 au 28/09/ Agent administratif Direction de la Clientèle du 09 au 12/10/ personnes du 01/07 au 21/10/06 101

8 Les arrêts de travail du personnel prénom nombre jours d'arrêt estimation du coût de l'arrêt en euros N 8 647,14 S 6 720,25 L ,28 L ,65 S 6 671,55 G 6 553,14 S 6 483,05 L 6 782,83 V 6 851,95 R ,82 S 6 629,23 J 3 216,23 E 5 447,87 V 3 302,75 M 6 477,88 S 8 582,21 total ,83

9 Le coût non médical (suite) -2./ le coût de la gestion des dossiers administratifs du personnel ( = traduction monétaire du temps consacré à cette gestion par le BRH ) pour les demandes de prise en charge de la pathologie au titre de «maladie contractée en service» (avis de la commission de réforme) et de la non imputabilité de l absentéisme sur la prime des agents : difficile à évaluer; -3./ le coût de la fourniture des masques de type chirurgical en nombre beaucoup plus important que d ordinaire ; ce coût est évaluable par les services économiques

10 Stratégie préventive en direction des patients information et rappel en consultation - de nombreuses patientes ( contage possible lors de consultations effectuées au cours des derniers mois de grossesse) - et nourrissons (contage lors du séjour à la maternité); examens biologiques de diagnostic, traitement chimio-prophylactique des sujets contacts.

11 Patients concernés ce sont 664 «patientes contact» qui ont été informées par téléphone ou par courrier ; 55 ont fait l objet d un traitement prophylactique délivré à la maternité (27), d autres ont été vues aux urgences (28 patientes); parmi les 109 nourrissons potentiellement concernés revus par les pédiatres, 63 ont été rappelés en consultation (31 aux urgences pédiatriques et 32 sur des plages de consultation supplémentaires) ; les 46 autres étant hospitalisés en maternité ou en néonatologie. Sur ces 109 nourrissons, 96 (88%) ont été traités préventivement.

12 Coût de la stratégie patient 1./Les coûts médicaux directs sont évalués à partir des données disponibles au laboratoire, à la pharmacie, aux services économiques et au service clientèle : coût des 164 consultations aux services des urgences, de pédiatrie ou de gynéco-obstétrique (55 adultes et 109 nourrissons), soit coût des examens biologiques : 96 examens sérologiques (2.893 ) et 115 recherches d ADN de B.p. par PCR (3.118 ), soit au total coût des traitements antibiotiques prophylactiques ( 55 traitements adultes, 96 traitements nourrissons), soit au total environ / les coûts indirects sont plus difficiles à chiffrer : lettres de rappel des patients, mobilisation du personnel médical, non médical et administratif, etc

13 Coût global : récapitulatif coût médical non total direct indirect médical personnel # > > patients ?? > TOTAL > > >47.420

14 Le coût de la vaccination la vaccination est considérée comme la stratégie de prévention ayant le meilleur rapport coût / efficacité 255 personnes ont été vaccinées, à ce jour, avec le vaccin Repevax, soit un coût total des vaccins : 255 x TTC = TTC ; - pour obtenir une estimation réelle du coût de la vaccination, doivent être également évalués le coût de la consultation médicale pré-vaccinale obligatoire pour déterminer l indication d une proposition vaccinale, le coût de l acte vaccinal lui même réalisé par l infirmière ou le médecin du SST et également le coût du temps de gestion des dossiers médicaux ; cette évaluation peut être effectuée en extrapolant à partir des 3 journées complètes de mobilisation du médecin, de l infirmière et de la secrétaire du SST qui ont été nécessaires pour vacciner 120 personnes dans le service maternité RdC.

15 Conclusion 26 cas de coqueluche recensés parmi le personnel médical et non médical entre le 1er juin et fin octobre 2006, dont 10 cas à la maternité (RdCh) en juin, juillet et août; la stratégie préventive conduite de manière réactive à l égard des personnels et des patients et coordonnée par les services d Hygiène, de Santé au Travail, des cadres et de la Direction a permis d éviter toute contamination de nourrisson ou de parturiente; l impact économique de cette épidémie est de l ordre de ; la vaccination contre la coqueluche est désormais systématiquement proposée par le SST aux personnels et élèves susceptibles de travailler au contact de jeunes enfants.

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé JNI Dijon 13 au 15 juin 2007 I. Bonmarin, I. Poujol (Département des maladies infectieuses) Quelques clés sur le nosocomial Procédure

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen. JNI page 1

JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen. JNI page 1 Coqueluche nosocomiale JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen JNI 2007 - page 1 Incidence aux USA entre 1922 et 2003 Hewlett, NEJM March 2005 JNI

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

LE CENTRE HOSPITALIER REGIONAL EL HADJI AHMADOU SAKHIR NDIEGUENE DE THIES FACE AU DEFI DE LA QUALITE DES SOINS DE SANTE

LE CENTRE HOSPITALIER REGIONAL EL HADJI AHMADOU SAKHIR NDIEGUENE DE THIES FACE AU DEFI DE LA QUALITE DES SOINS DE SANTE LE CENTRE HOSPITALIER REGIONAL EL HADJI AHMADOU SAKHIR NDIEGUENE DE THIES FACE AU DEFI DE LA QUALITE DES SOINS DE SANTE HISTORIQUE Construction année 1979 sur le site de l ancienne Maternité Régional

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

PR OPC 13 Page 1 sur 6. Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008

PR OPC 13 Page 1 sur 6. Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008 PR OPC 13 Page 1 sur 6 Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008 Objet de la procédure Décrire les étapes de la prise en charge d une patiente

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES RÉFÉRENTIEL : Page 1/6 GRIPPE ET GROSSESSE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES Validation :.2016 RÉFÉRENTIEL : Grossesse et troubles psychiques Page 2/6 AVERTISSEMENT Ces référentiels sont diffusés à titre

Plus en détail

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009 Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France Enquête VAXISOIN, 2009 J-P Guthmann, L. Fonteneau, C. Ciotti, E. Bouvet, G. Pellissier, D. Lévy-Bruh, D. Abiteboul JNI, Toulouse,

Plus en détail

AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE. Centre Hospitalier de Charleville- Mézières / Unité Hémovigilance

AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE. Centre Hospitalier de Charleville- Mézières / Unité Hémovigilance AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE 1 CADRE LEGISLATIF : 1-1 Exigences liées à l acte transfusionnel 1-2 Exigences professionnelles 1-3 Exigences en matière de qualité 2 METHODOLOGIE RETENUE : L audit

Plus en détail

Vaccination des professionnels de santé

Vaccination des professionnels de santé Vaccination des professionnels de santé Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France Priorités pour les personnes responsables de la prévention du risque nosocomial? Evidente = mise en œuvre des moyens nécessaires

Plus en détail

CHIFFRES CLES

CHIFFRES CLES CHIFFRES CLES 2009 www.chu-clermontferrand.fr CHIFFRES CLES 2009 activites de soins Origine géographique des patients Etablissement de proximité 63 % des patients hospitalisés du CHU sont originaires du

Plus en détail

XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière

XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière Catherine Faure, Béatrice Croze, Christia Gheno, Nathalie Armand, Marie-Claude Derbier, Mireille Roche, Joseph Hajjar. Lyon, 10 juin 2011. Centre

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Justifications : La fièvre Q est une zoonose causée par Coxiella burnetii, bactérie intracellulaire stricte. Les études séro-épidémiologiques démontrent

Plus en détail

JOURNEE EUROPEENNE DE L OBESITE

JOURNEE EUROPEENNE DE L OBESITE JOURNEE EUROPEENNE DE L OBESITE CENTRE HOSPITALIER DE MELUN : UNE PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE ET GRADUEE DE L OBESITE 23 mai 2014 12h30-17h - Hall du bâtiment médico-chirurgical 23/05/2014 2 rue

Plus en détail

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Dr Claire AUDINET-BYHET Gériatre Dr Stéphanie ROCHON-EDOUARD Praticien

Plus en détail

Grossesse et pathologies médicales. organisation médico-obstétricale. Jacques Lepercq Maternité Port Royal Université Paris Descartes

Grossesse et pathologies médicales. organisation médico-obstétricale. Jacques Lepercq Maternité Port Royal Université Paris Descartes Grossesse et pathologies médicales organisation médico-obstétricale Jacques Lepercq Maternité Port Royal Université Paris Descartes # 800,000 naissances / an Risques pour la mère Risques pour l enfant

Plus en détail

Chiffres clés 2015 Centre Hospitalier - Le Mans 50 % 75 % 35 % 95 %

Chiffres clés 2015 Centre Hospitalier - Le Mans 50 % 75 % 35 % 95 % Chiffres clés 2015 Centre Hospitalier - Le Mans 50 % 75 % 35 % 95 % mars 2016 2 Chiffres clés 2015 Centre Hospitalier - Le Mans Lits et places 1693 au total 1 566 lits et 127 places* (au 31 décembre 2015)

Plus en détail

Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES

Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES Cas rapportés de TSS, 2008 Virus VIH VHC VHB Nombre épisodes

Plus en détail

INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS

INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS Direction de l efficience INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS Source : www.scopesante.fr LES INDICATEURS DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Le ministère de

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial.

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. 13ème journée régionale de formation 25 novembre 2008 Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. F. Bureau-Chalot 1, N. Oud 1, N. Lévêque 2, V. Brodard 2, O.Bajolet 1, C. de Champs

Plus en détail

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MEDECINE CHIRURGIE OBSTETRIQUE (MCO)

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MEDECINE CHIRURGIE OBSTETRIQUE (MCO) INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS (IPAQSS) ANNEE DE REFERENCE 2013 Thèmes Tenue du dossier patient : Cet indicateur évalue la qualité du dossier du Tenue du dossier

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE SAINT- ANTOINE CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE Référence : CAT/SOINS/RISQUES/01-2011 Page 1/9 Version : 1 REDACTION TABLEAU DE VALIDATION NOM DATE VISA Dr F. Barbut, Dr Bignebat, Dr Ch. Caron,

Plus en détail

Revue de morbimortalité maternelle régionale

Revue de morbimortalité maternelle régionale Revue de morbimortalité maternelle régionale : Description de l'initiative de la commission régionale de la naissance et de la petite enfance et des réseaux de périnatalité de la région Nord-Pasde-Calais.

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS 1. INDICATEURS DU TABLEAU DE BORD DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Le ministère de la santé met à disposition un tableau de bord

Plus en détail

Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT. Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur

Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT. Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur 1/ Présentation de l'établissement Le CHT de Nouvelle-Calédonie

Plus en détail

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MCO

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MCO INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS (IPAQSS) - SEJOURS 2013 Qualité du dossier patient Tenue du Dossier Patient 77/100 B Tenue du Dossier Patient : Cet indicateur

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DU POSTE Titre d emploi : Assistant(e) du supérieur immédiat (ASI) Statut : Temps complet, temps partiel Quart de travail : Jour - Nuit Supérieur immédiat : Chef

Plus en détail

d acceuil LIVRET SABEMOS CUIDAR

d acceuil LIVRET SABEMOS CUIDAR d acceuil LIVRET SABEMOS CUIDAR Bienvenue à l hôpital de Cascais Dr. José de Almeida, le personnel soignant est à votre disposition et fera tout son possible pour rendre votre hospitalisation et récupération

Plus en détail

RECHERCHE CLINIQUE. Réglementation et législation Cas pratiques. DIU Infirmières-Technicien de Recherche Clinique Vendredi 25 novembre 2011

RECHERCHE CLINIQUE. Réglementation et législation Cas pratiques. DIU Infirmières-Technicien de Recherche Clinique Vendredi 25 novembre 2011 RECHERCHE CLINIQUE Réglementation et législation Cas pratiques DIU Infirmières-Technicien de Recherche Clinique Vendredi 25 novembre 2011 Béatrice Barbier Valérie Jolaine URC/CIC Paris Centre 25/11/2011

Plus en détail

Visite de travail du ministre de la santé et de la population à la wilaya d Adrar

Visite de travail du ministre de la santé et de la population à la wilaya d Adrar Visite de travail du ministre de la santé et de la population à la wilaya d Adrar 26/12/2011 Le Dr. OULD ABBES, ministre la santé, de la population et de la réforme hospitalière a effectué une visite de

Plus en détail

Infectiologie transversale : "Avis conjoint biologiste/clinicien" L expérience de l HEGP

Infectiologie transversale : Avis conjoint biologiste/clinicien L expérience de l HEGP Infectiologie transversale : "Avis conjoint biologiste/clinicien" L expérience de l HEGP Assises de l Infectiologie 10 avril 2014 Dr C. Richaud (CCA) Unité Mobile de Microbiologie Clinique (Pr JL. Mainardi)

Plus en détail

Comité Sida Sexualités & Prévention

Comité Sida Sexualités & Prévention Comité Sida Sexualités & Prévention EPS DE VILLE-EVRARD Dr Christiane CHARMASSON Propositions d action à mener concernant les risques liés aux pratiques sexuelles en psychiatrie Les actions concernent

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. 330, avenue de Grande-Bretagne - TSA Toulouse Cedex 9

Vous accueille et vous informe. 330, avenue de Grande-Bretagne - TSA Toulouse Cedex 9 L équipe de soins Vous accueille et vous informe Urgences Médicales Docteur Isabelle Claudet, Responsable d Equipe Médicale Urgences Chirurgicales Docteur Hocine Rekhroukh, Responsable d Equipe Médicale

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARD : CONNAISSANCES ET ATTITUDES EN 2010 CHEZ 4481 PROFESSIONNELS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRECAUTIONS STANDARD : CONNAISSANCES ET ATTITUDES EN 2010 CHEZ 4481 PROFESSIONNELS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE XXII congrès SH2H Lyon 8, 9 et 10 juin 2011 ARLIN Picardie Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales PRECAUTIONS STANDARD : CONNAISSANCES ET ATTITUDES EN 2010 CHEZ 4481 PROFESSIONNELS

Plus en détail

Dépistage VIH : Test Rapide d Orientation Diagnostique. CDAG Bichat Claude-Bernard Paris Dr. G. Pahlavan et Sandrine Rumi (infirmière)

Dépistage VIH : Test Rapide d Orientation Diagnostique. CDAG Bichat Claude-Bernard Paris Dr. G. Pahlavan et Sandrine Rumi (infirmière) Dépistage VIH : Test Rapide d Orientation Diagnostique CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 75018 Dr. G. Pahlavan et Sandrine Rumi (infirmière) 31/5/2013 CDAG de Bichat Situé dans l'enceinte de l'hôpital.

Plus en détail

Prise en charge des accidents d exposition au risque viral

Prise en charge des accidents d exposition au risque viral Prise en charge des accidents d exposition au risque viral Evaluation et amélioration des pratiques professionnelles au service d urgences du CHU de Nancy Dr. S MORINEAUX urgences/samu/smur CHRU Nancy

Plus en détail

J Médecine généraliste et spécialisée

J Médecine généraliste et spécialisée Appellations (Métiers courants) Allergologue Chirurgien / Chirurgienne Endocrinologue Gastro-entérologue Hématologue Médecin Anesthésiste Réanimateur -MAR- Médecin du sport Médecin généraliste Médecin

Plus en détail

Dépistage VIH : Test Rapide d Orientation Diagnostique. CDAG Bichat Claude-Bernard Paris Sandrine Rumi (infirmière)

Dépistage VIH : Test Rapide d Orientation Diagnostique. CDAG Bichat Claude-Bernard Paris Sandrine Rumi (infirmière) Dépistage VIH : Test Rapide d Orientation d Diagnostique CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 75018 Sandrine Rumi (infirmière) CDAG de Bichat Situé dans l'enceinte de l'hôpital. Environ 6000 tests VIH / an.

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Agence nationale du DPC

Agence nationale du DPC Organisme Titre Description U.M.F.C.S. Unité Mixte de Formation Continue en Santé de Marseille FORMATION CONTINUE MULTIDISCIPLINAIRE A LA «CONCILIATION DES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX (CTM) Référence Agence

Plus en détail

Dr Justine MILLON. Auteur:

Dr Justine MILLON. Auteur: Epidémiologie des bactéries multirésistantes aux antibiotiques au Centre Hospitalier Régional Félix-Guyon de Saint Denis de la Réunion en 2009 et Etude des connaissances et des pratiques des médecins généralistes

Plus en détail

Grippe et IRA en EHPAD :

Grippe et IRA en EHPAD : Grippe et IRA en EHPAD : Retour d expérience sur l année 2015. Dr LELONG Thibault Médecin Coordonnateur EHPAD DIJON Médecin Généraliste (Ruffey-les-Echirey) Situation de l EHPAD avant l épidémie 1/4 Le

Plus en détail

TROD VIH: Test Rapide d Orientation Diagnostique. (CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 18 ) Indications :

TROD VIH: Test Rapide d Orientation Diagnostique. (CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 18 ) Indications : TROD VIH: Test Rapide d Orientation d Diagnostique (CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 18 ) 1 Indications : Risque sexuel supérieur à 3 mois. Tests à deux. Avant mise sous TPE (Traitement Post-Exposition)

Plus en détail

Stratégie d antibiothérapie et prévention des résistances bactériennes en établissement de santé

Stratégie d antibiothérapie et prévention des résistances bactériennes en établissement de santé RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie d antibiothérapie et prévention des résistances bactériennes en établissement de santé Grilles d évaluation des pratiques professionnelles Avril 2008 1 Haute

Plus en détail

Enquête inter-régionale sur la vaccination antigrippale des professionnels de santé pour la saison

Enquête inter-régionale sur la vaccination antigrippale des professionnels de santé pour la saison Enquête inter-régionale sur la vaccination antigrippale des professionnels de santé pour la saison 2015-2016 22/04/2016 Dr Elise Seringe Apolline Adé(interne en pharmacie) 1 1/ Contexte Présentation de

Plus en détail

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé A propos de l épisode grippal 2014-2015 3 ème Journée régionale de veille sanitaire en Bretagne -15 décembre 2015- Dr F. Cellier-Dr P. Kergaravat

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ANALYSE SYSTEMIQUE 2017 CONTEXTE. Niveau I Niveau II (facteur humain) A. PRESENTATION DU CENTRE HOSPITALIER SAINTE-ANNE

CAHIER DES CHARGES ANALYSE SYSTEMIQUE 2017 CONTEXTE. Niveau I Niveau II (facteur humain) A. PRESENTATION DU CENTRE HOSPITALIER SAINTE-ANNE CAHIER DES CHARGES ANALYSE SYSTEMIQUE 2017 Niveau I Niveau II (facteur humain) CONTEXTE A. PRESENTATION DU CENTRE HOSPITALIER SAINTE-ANNE Statut : établissement public autonome. Taille : 3000 agents, toutes

Plus en détail

PRESENTATION DE LA PROFESSION SAGE-FEMME UFR SANTE. 29/08/2016 campus du Moufia 1 er /09/2016 campus du Tampon par Madame NAULOT, SFE

PRESENTATION DE LA PROFESSION SAGE-FEMME UFR SANTE. 29/08/2016 campus du Moufia 1 er /09/2016 campus du Tampon par Madame NAULOT, SFE PRESENTATION DE LA PROFESSION SAGE-FEMME UFR SANTE 29/08/2016 campus du Moufia 1 er /09/2016 campus du Tampon par Madame NAULOT, SFE DEFINITION PROFESSION MEDICALE A COMPENTENCES DEFINIES ENCADREES PAR

Plus en détail

Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015

Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015 Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015 Gestion des risques et IAS Plusieurs situations: Prévention au quotidien (1) Plan de lutte défini par le ministère, procédures,

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

Le personnel des établissements de santé dans le Nord-Pas-de-Calais en 2007

Le personnel des établissements de santé dans le Nord-Pas-de-Calais en 2007 juin 2008 N 26 Le personnel des établissements de santé dans le en 2007 Au 1er janvier 2007, les 201 établissements (*) de santé de la région emploient 75 200 personnes, soit environ 5 % de la population

Plus en détail

La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie

La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie La Clinique Ambroise Paré La Clinique Ambroise Paré est une clinique de court séjour, pluridisciplinaire, qui dispose de 228 lits et places.

Plus en détail

Économie de santé - Santé publique - Le modèle de l allaitement maternel dans la prévention des infections graves des nourrissons -

Économie de santé - Santé publique - Le modèle de l allaitement maternel dans la prévention des infections graves des nourrissons - Économie de santé - Santé publique - Le modèle de l allaitement maternel dans la prévention des infections graves des nourrissons - Place privilégiée des ARS Dr Raphaël Serreau Médecin Spécialiste de Santé

Plus en détail

Programme Postes aménagés grossesses

Programme Postes aménagés grossesses Programme Postes aménagés grossesses Un exemple de démarche de prévention 1 Le point de départ Une analyse de l absentéisme pour raison de santé (initiative de la direction) : Des arrêts-maladie pré-congés

Plus en détail

INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS DE PNEUMOCYSTOSE DANS UN SERVICE DE NÉPHROLOGIE. Nathalie Pestourie CHU de Limoges Congrès de la SF2H Juin 2011

INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS DE PNEUMOCYSTOSE DANS UN SERVICE DE NÉPHROLOGIE. Nathalie Pestourie CHU de Limoges Congrès de la SF2H Juin 2011 INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS DE PNEUMOCYSTOSE DANS UN SERVICE DE NÉPHROLOGIE Nathalie Pestourie CHU de Limoges Congrès de la SF2H Juin 2011 P. jirovecii Anciennement P. carinii Champignon ubiquitaire Spécificité

Plus en détail

Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire

Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire H Marini, V Merle, MP Tavolacci, C Brifault, AM Coulon, I Jozefacki, C Lebaron, V Nardin, T Petel, P Czernichow Département d'épidémiologie

Plus en détail

Infections Associées aux Soins (IAS): données récentes, pathologies émergentes et liens avec la santé au travail

Infections Associées aux Soins (IAS): données récentes, pathologies émergentes et liens avec la santé au travail Infections Associées aux Soins (IAS): données récentes, pathologies émergentes et liens avec la santé au travail Dr Virginie NAEL et Dr Céline BOURIGAULT Service de Santé au Travail, Équipe Opérationnelle

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire 32èmes Journées d Etude et de Perfectionnement de l UNAIBODE, Lyon, mai 2015 Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc

Plus en détail

! " #! $ # % & " # # ' ( % $ " $ ( ) * " +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2

!  #! $ # % &  # # ' ( % $  $ ( ) *  +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2 ! " #! $ # %&" # # ' ( % $ "$ ( ) * " +, -+ ')+ $$. / &01 &0&$ 2 ," " " $ $ " $ /$ %$ 23 " % $ ) 4 $ " )" $ 5" $ 67'8' /$ " $ " 4 / " "$ " $& 9 $ $ :44 4#4(4*; 9 4 3 & 4$"

Plus en détail

Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison. Anne Brunon REPH 21 février 2013

Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison. Anne Brunon REPH 21 février 2013 Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison Anne Brunon REPH 21 février 2013 SSG Le 30/05: EOHH informée d une suspicion de gale en SSG = Mme D (91 ans) prurit depuis +s mois + lésions

Plus en détail

GESTION PRE OPERATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX

GESTION PRE OPERATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX COMITÉ D ORGANISATION SFHH Présidente, Marie-Louise GOETZ Coordonnateur, Jacques FABRY SOCIETES PARTENAIRES ANAES Sociétés Françaises de chirurgie AFU,SFCP,SOFCOT,SFORL,SFC SF Neuro-chir, SF Ophtalmo,

Plus en détail

Surveillance du médicament en France

Surveillance du médicament en France Surveillance du médicament en France Marion SASSIER Pharmacien Assistant CRPV Caen DESC PHARMACOLOGIE Novembre 2014 2 Pharmacovigilance Surveillance du médicament en France Pharmacoépidémiologie Suivi

Plus en détail

POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines Direction :Direction des Solidarités Service :Direction Enfance Famille Santé AVIS DE VACANCE DE POSTE SAGE-FEMME DE PMI POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Poste

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

Aspects institutionnels, Vaccination

Aspects institutionnels, Vaccination Grippe A (H1N1) 2009 Aspects institutionnels, Vaccination RV de l URGENCE 24 septembre 2009 Dr Pascale FRITSCH DRASS d Alsace Historique des mesures 1ère phase (mai-juin) : Prise en charge hospitalière

Plus en détail

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 Hors compétence 1 ECTS en S5 1 ECTS en S6 TD: 10h en S5 TD: 10h en S6. Intervenants : Formateurs Evaluation en S5 : Compte rendu écrit collectif sur une discipline

Plus en détail

ARLIN des Pays de la Loire

ARLIN des Pays de la Loire OUTILS POUR LA PREVENTION Catherine AVRIL Françoise RAYMOND ARLIN des Pays de la Loire C. AVRIL F. RAYMOND V. de SALINS S. LE BLEIS 50 % (PH) 100 % (Cadre) 100 % (Cadre) 100 % (secrétaire) Objectifs Soutien

Plus en détail

LA TENUE DU DOSSIER DU PATIENT

LA TENUE DU DOSSIER DU PATIENT LA TENUE DU DOSSIER DU PATIENT I. PROMOTEUR Agence Nationale d Accréditation et d Évaluation en Santé. II. SOURCE Recommandations Anaes : «La tenue du dossier médical en médecine générale : état des lieux

Plus en détail

FORMATION REANIMATION NEONATALE HOPITAL REGIONAL DE KANKAN Du 22 novembre au 8 décembre 2013

FORMATION REANIMATION NEONATALE HOPITAL REGIONAL DE KANKAN Du 22 novembre au 8 décembre 2013 FORMATION REANIMATION NEONATALE HOPITAL REGIONAL DE KANKAN Du 22 novembre au 8 décembre 2013 Référents experts : Dr Martine DEBRUYN, pédiatre néonatalogie, 1 ére mission en Guinée Dr Guy MOYAT, pédiatre

Plus en détail

Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009

Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009 Cellule interrégionale d'épidémiologie Centre Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009 Sandra AYMERIC 24 septembre 2009 Description de l épisode Début de l épidémie:

Plus en détail

L expertise de l infirmière Praticien Formateur auprès de l étudiant utilisant le protocole ERAS

L expertise de l infirmière Praticien Formateur auprès de l étudiant utilisant le protocole ERAS Défi des maladies chroniques : un appel à l expertise infirmière L expertise de l infirmière Praticien Formateur auprès de l étudiant utilisant le protocole ERAS Céline Marion-Berthe et Anne-Marie Vernois

Plus en détail

santé d'arcachon pôle T.4 - Identification des entrées Cadre de l'étude :. Pôle de santé d Arcachon

santé d'arcachon pôle  T.4 - Identification des entrées Cadre de l'étude :. Pôle de santé d Arcachon Cadre de l'étude :. Pôle d Arcachon Missions :.Etude d'implantation.conception du système.définition du design produit.définition du design graphique.fabrication et mise en place 35 Typologie :.Signalétique

Plus en détail

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique.

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique. Fiche D.1 B. Grippe au virus A/H5N1. Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre

Plus en détail

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Dr Lelimouzin Médecin Hygiéniste 13-14 Octobre 2011 Journées d'hygiène de Brest - ARLIN Bretagne 1 Le CHBA VANNES 2010 AURAY Capacité

Plus en détail

Bienvenue au Centre Hospitalier de Lannion-Trestel

Bienvenue au Centre Hospitalier de Lannion-Trestel Bienvenue au Centre Hospitalier de Lannion-Trestel Janvier 2016 1 Présentation Etablissement public de santé Centre Hospitalier de 709 lits et places couvrant un bassin de population de 93000 habitants

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.)

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) Dakar, du 07 au 15 novembre 2016 SECTION : OPTION : MEDECINE HUMAINE MEDECINE ET SPECIALITES MEDICALES Anesthésie-Réanimation

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

CHU/ HOPITAL MAISON BLANCHE CHU REIMS. Lutte contre les infections nosocomiales

CHU/ HOPITAL MAISON BLANCHE CHU REIMS. Lutte contre les infections nosocomiales CHU/ HOPITAL MAISON BLAHE CHU Médecine Chirurgie Obstétrique () Source : BilanLin Lutte contre les infections nosocomiales Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte

Plus en détail

Comment favoriser la vaccination antigrippale du personnel des établissements de santé?

Comment favoriser la vaccination antigrippale du personnel des établissements de santé? Comment favoriser la vaccination antigrippale du personnel des établissements de santé? Frédéric Zysset Médecin du travail inter-entreprise pour les établissements de santé Président de la SOHF Lausanne,

Plus en détail

HJ ENFANTS PIERRE BÉNITE DECHAUME. Infections associées aux soins. Année 2015

HJ ENFANTS PIERRE BÉNITE DECHAUME. Infections associées aux soins. Année 2015 Infections associées aux soins Année 2015 Source : BilanLin Hygiène des mains Indicateur de consommation de produits hydro alcooliques (ICSHA.2) Cet indicateur est un marqueur indirect de la mise en œuvre

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER D AUXERRE. 2, boulevard de Verdun BP AUXERRE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER D AUXERRE. 2, boulevard de Verdun BP AUXERRE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER D AUXERRE 2, boulevard de Verdun BP 69 89011 AUXERRE Septembre 2009 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Mois

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RESEAU PERINATAL LORRAIN

RECOMMANDATIONS DU RESEAU PERINATAL LORRAIN RECOMMANDATIONS DU RESEAU PERINATAL LORRAIN Réseau Périnatal Lorrain RECOMMANDATIONS RPL_IVG_med_hors-ets IVG médicamenteuse hors établissement de santé Version du 11/10/2016 Pilote : Dr Margaux CREUTZ

Plus en détail

Bilan de 10 années de surveillance des infections nosocomiales virales en pédiatrie

Bilan de 10 années de surveillance des infections nosocomiales virales en pédiatrie Bilan de 10 années de surveillance des infections nosocomiales virales en pédiatrie F. Bureau-Chalot, O. Bajolet, A. Debreuve, N. Oud, M. Abely, V. Brodard, N. Levêque, L. Andréoletti. CHU de REIMS XXII

Plus en détail

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité SEV 2010 Dr Eric Schwartzentruber Responsable du pôle santé publique SCHS/Ville de Montpellier Mesures à prendre (par le médecin en charge

Plus en détail

Profession Sage-Femme. Ecole de sages-femmes CHU Caen Janvier 2016

Profession Sage-Femme. Ecole de sages-femmes CHU Caen Janvier 2016 Profession Sage-Femme Préambule Profession médicale à compétences définies Conditions d exercice de la profession classées dans la quatrième partie du Code de la Santé publique, titre V du livre 1 er,

Plus en détail

Contexte. Contexte. Evaluation des Pratiques Professionnelles sur la pose de cathéters veineux périphériques et manipulations de lignes veineuses

Contexte. Contexte. Evaluation des Pratiques Professionnelles sur la pose de cathéters veineux périphériques et manipulations de lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles sur la pose de cathéters veineux périphériques et manipulations de lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques Contexte CVP : Dispositif Médical

Plus en détail

GESTION D UN CAS D HÉPATITE B AU NHN

GESTION D UN CAS D HÉPATITE B AU NHN GESTION D UN CAS D HÉPATITE B AU NHN SOMMAIRE 1. Contexte 2. Histoire de la Maladie 3. Au sein de l unité 4. Les patients 5. Les soignants 6. Conclusion CONTEXTE Mr D., hospitalisé au long cours au NHN

Plus en détail

Calendrier des formations 2014

Calendrier des formations 2014 Association Nationale de Médecine du Travail et d Ergonomie du Personnel des Hôpitaux Secrétariat : ANMTEPH - 83, Bd Poniatowski - 75012 Paris Tél. : 01 43 41 08 63 - Fax : 01 43 41 04 59 secretariat@anmtph.fr

Plus en détail

MEDECIN MEDECIN DE L ENFANCE

MEDECIN MEDECIN DE L ENFANCE Direction des Ressources humaines MEDECIN K MEDECIN DE L ENFANCE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction Enfance Famille Santé POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Poste de rattachement

Plus en détail

Identito-vigilance : Constats, plan d actions et perspectives. CHU de Nantes

Identito-vigilance : Constats, plan d actions et perspectives. CHU de Nantes Identito-vigilance : Constats, plan d actions et perspectives CHU de Nantes Dr. Nathalie SURER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1 CONTEXTE DE LA DÉMARCHE INSTITUTIONNELLE Pas de réglementation

Plus en détail