DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE"

Transcription

1 DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/ ème Journée Régionale de cancérologie de Picardie

2 2 TYPES DE PRISE EN CHARGE Hospitalisation: urgence de prise en charge thérapeutique (leucémie aigue) Hôpital de jour: suivi progressif, spécificité du bilan diagnostique ( myélogramme, biopsie ostéo-médullaire, ana pathologie) (myélome, lymphome)

3 La complexité de l annonce médicale La première consultation : Poser une suspicion de diagnostic Organiser le bilan complémentaire La seconde consultation: Poser le diagnostic Nommer la maladie Indiquer le schéma thérapeutique, Les effets secondaires, La pose d un accès central Proposer la consultation annonce infirmière La complexité : le délai ~ 15 J en hôpital de jour ~ 4 J en hospitalisation

4 L annonce médicale, une phase difficile à vivre pour le patient Confrontation à une réalité inattendue : être atteint d une maladie grave à pronostic vital est un moment de rupture et de menace (peur de la mort). La difficulté pour les soignants est d être confrontée à l état émotionnel (pleurs) que révèle «une mauvaise nouvelle» et des moyens de défense (déni, révolte, peur) = sidération L annonce médicale est une juste adaptation entre l information et le respect de ce que peut entendre le patient

5 La consultation d annonce infirmière Préparation de la consultation, Quand?, Où? Présence d un proche (aidant) Prendre le temps, disponibilité de l infirmière La violence de la situation, le choc, le patient est démuni et a entendu qu une partie des informations médicales (ex: la perte des cheveux est plus mal vécue que le risque d aplasie) Reformuler les explications donnéespar l hématologue, répondre clairement aux questionsque le patient n a pas pu ou osé aborder avec le médecin (PPS, protocole de chimio, effets secondaires) On laisse place à l expression des émotions (pleurs, colère, silences ) Aide le patient à trouver les ressources nécessaires pour faire face à la maladie

6 L information La difficulté est d informer sans «sur informée» pour la compréhension et l adhésion au projet thérapeutique Face au mutisme d un patient : interruption, reprogrammation, entretien téléphonique En hospitalisation, il est nécessaire d expliquer : la notion d aplasie, d infections l isolement protecteur (livret) la nécessité d être isolé en chambre à flux, la durée d hospitalisation ( ~ 4 semaines) la privation de contact (enfant), ordinateur. l alimentation protégée..

7 L information En hôpital de jour : Le fonctionnement de l hospitalisation La présentation de l équipe Notre disponibilité en inter cure Remise d une pochette : Documents d information, ordonnances, PPS Coordonnées: IDE annonce, médecin référent, service, psychologue, assistante sociale

8 Évaluation Ecoute active et observation, clinique infirmière Évaluation du patient : Douleur Diététique: perte de poids, régime (appel diététicienne) Social : prise en charge à 100%, aide à domicile (appel assistante sociale) Psychologique: le patient, son entourage ( appel psychologue, ) Evaluation de la qualité de soutien de l entourage et son environnement socio- économique Un travail avec les proches, la famille (équilibre familiale perturbé, (Petits et Grands Dires ),rivalité avec l équipe)

9 Accompagnement du patient Hôpital de jour: le suivi régulier permet l intégration progressive des informations jusqu à l étape de confrontation avec la réalité du traitement.ce qui procure un soutien et un climat de confiance IDE annonce prendra en charge le patient lors de sa première chimiothérapie : rassurer le patient, suivi de sa consultation Hospitalisation : l IDE s entretient régulièrement avec le patient durant son hospitalisation et notamment avant sa sortie L infirmière d annonce: soignant réfèrent qui accompagne le patient et l aide dans son cheminement en s adaptant à ses besoins lien entre l équipe et les soins supports

10 Un travail pluridisciplinaire Assiste à la décision du traitement RCP hebdomadaire Échange avec le médecin référent Réunion hebdomadaire: Assistante sociale, Psychologue, Diététicienne, Infirmières hôpital de jour et Hospitalisation, cadre coordonateur parcours de soin Transmission avec l équipe médicale et paramédicale

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du patient en Cancérologie Nicole Gérentes, Cécile Migala, Patrice Moreau, Véronique Tarit IDE pivots de l Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth

Plus en détail

Dispositif d'annonce - Oncoguyane

Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce: historique 1998: Etats généraux du cancer 2003: Plan cancer ( mesure n 40) 2004: Cahier des charges ( DHOS et LCC) Juin 2004 Mai 2005: expérimentation

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert Centre de Coordination en Cancérologie d Hématologie Région Limousin INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie une liaison entre la ville et l hôpital Katia Aubert ORGANISATION DE LA CANCEROLOGIE

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD

DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD 1998 : 1 er états généraux de la ligue contre le cancer Les malades et leurs proches prennent la parole. Ils s expriment

Plus en détail

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements.

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. Dr Gaëtan DES GUETZ Oncologie Médicale Consultation d annonce Gage de qualité PREMIER CONTACT Succès dépend de dossier communication.

Plus en détail

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic :. Nom du médecin responsable du patient : non encore défini L annonce

Plus en détail

La consulta+on d annonce infirmière (CDA)

La consulta+on d annonce infirmière (CDA) La consulta+on d annonce infirmière (CDA) Le temps d accompagnement soignant face au cancer Thierry fossard IDE Service Hématologie Jour et en consulta>on d annonce (CHRU Bretonneau) Sandrine Venault IDE

Plus en détail

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur Katia PECQUERON DUZAC Septembre 2016 Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur L Hospitalisation A Domicile C est un établissement de santé, par nature polyvalent et généraliste, qui répond

Plus en détail

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE Valérie MORVAN Tiphaine RICARD Laurianne JAMES PLAN Présentation du service d hématologie et des Idecs Ide de programmation en hospitalisation:

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Année Répartition par spécialités des patients ayant bénéficié du dispositif d'annonce

Année Répartition par spécialités des patients ayant bénéficié du dispositif d'annonce LE DISPOSITIF D ANNONCE AU CENTRE HOSPITALIER DE VERSAILLES. E Plan cancer, Mesure 40: LA MISE EN PLACE DU DISPOSITIF D ANNONCE. - Appel à projets sur l expérimentation du dispositif autour de l annonce

Plus en détail

Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC)

Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC) Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC) Avenir dans la nouvelle région Plan Personnalisé de Soins : PPS Dr L Remenieras, responsable du 3 C Régional d Hématologie Vendredi 20 Mai 2016 DCC:

Plus en détail

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Dr Caroline BUREAU LENOIR Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine HISTORIQUE (1)

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Sce HépatoGastroentérologie, Oncologie Digestive Fédération des Spécialités Digestives Hop Ambroise Paré, Boulogne PRINCIPES CONDITIONS Consultation

Plus en détail

CHRU de Limoges, Service d hématologie et de thérapie cellulaire

CHRU de Limoges, Service d hématologie et de thérapie cellulaire CHRU de Limoges, Service d hématologie et de thérapie cellulaire Limoges, le 6 décembre 26 Progrès et réalités Consultation d annonce Dominique Bordessoule Joëlle Guillou, Dominique Vigier Catherine Granet,

Plus en détail

LA CONSULTATION D ANNONCE

LA CONSULTATION D ANNONCE LA CONSULTATION D ANNONCE Présentation personnelle et donner les différents plans de l exposé.(chiffres, plan cancer, dispositif d annonce, la RCP, le PPS, les liens hôpitaux et médecine de ville. Quelques

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

PARIS HEALTHCARE WEEK

PARIS HEALTHCARE WEEK PARIS HEALTHCARE WEEK 17 MAI 2017 Agora : «Au secours! Mon patient est en HAD!» Dispenser des soins complexes au domicile : quelle coopération entre les infirmiers libéraux et les établissements d hospitalisation

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale

Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale 22/06/20154 ème journée Régionale Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale Jeannine JENVRIN, IDE Pratiques Avancées, IDE Coordinatrice Parcours Complexe de Soins

Plus en détail

Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien

Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien Etude COMPHOR Appel à projet DGOS 2016 «Mise en œuvre de la pharmacie clinique en Etablissement de Santé» Journée

Plus en détail

Réseau pédiatrique RESILIAENCE

Réseau pédiatrique RESILIAENCE Réseau pédiatrique RESILIAENCE État des lieux depuis 2006 et perspectives Dr Anne Notz Médecin coordonnateur 8 ème journée régionale du RCA, 27 nov 2009 POPULATION CONCERNEE 95 nouveaux patients par an

Plus en détail

COORDINATION PLURIDISCIPLINAIRE DE LA PRISE EN CHARGE ONCO-PEDIATRIQUE EN AQUITAINE

COORDINATION PLURIDISCIPLINAIRE DE LA PRISE EN CHARGE ONCO-PEDIATRIQUE EN AQUITAINE COORDINATION PLURIDISCIPLINAIRE DE LA PRISE EN CHARGE ONCO-PEDIATRIQUE EN AQUITAINE Dr Anne Notz-Carrère, Réseau RESILIAENCE 16 ème journée annuelle du CCECQA 24.06.2016 Le réseau RESILIAENCE Branche pédiatrique

Plus en détail

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers.

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Plan. Introduction. Définition succinte. Diagnostic. 1- Diagnostic médical d annonce; 2- Entretien infirmier. Pose d une voie centrale.

Plus en détail

Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII)

Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII) Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII) P.MASSON - Centre Hospitalier de la Tour Blanche, BP 190, 36105 ISSOUDUN - 2007 Maison de la Mutualité Le Plan d Intervention Interdisciplinaire

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR L ACCUEIL D UN ENFANT ET DE SA FAMILLE DANS LE CADRE D UNE HOSPITALISATION EN ONCO HEMATO PEDIATRIQUE

RECOMMANDATIONS POUR L ACCUEIL D UN ENFANT ET DE SA FAMILLE DANS LE CADRE D UNE HOSPITALISATION EN ONCO HEMATO PEDIATRIQUE RECOMMANDATIONS POUR L ACCUEIL D UN ENFANT ET DE SA FAMILLE DANS LE CADRE D UNE HOSPITALISATION EN ONCO HEMATO PEDIATRIQUE ONCORAP ONCOLOGIE RHONE-ALPES PEDIATRIQUE BPP-RECO-12-04-ACC Version validée du

Plus en détail

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Aspects psychologiques et communication date Etablissement 1 Aspects psychologiques 2 Aspects psychologiques (1/2) Côté patient La sidération

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

Plan personnalisé de soins et de suivi

Plan personnalisé de soins et de suivi Plan personnalisé de soins et de suivi Nom du patient :... Prénom :... Nom du médecin :... Date :... A l issue de la RCP, les médecins vous proposent un programme personnalisé de soins (PPS). Cette proposition

Plus en détail

Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis

Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis Seine Saint Denis coordonner proximité collaborer accompagner mutualiser évaluer innover orienter ressource plate-forme associations

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres tâches pour la durée de l entretien. Prévoir une marge au

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat

LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat 1/ Les soins oncologiques de support 1-1 la définition Elle a été donnée dans la circulaire DHOS/SDO/201/101 du 22 février 2005 du plan Cancer 1 : «l ensemble des

Plus en détail

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Cadre Réglementaire Circulaire n 2008-99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs Annexe III - Référentiel

Plus en détail

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie FICHE DE POSTE PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie Localisation Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie d Arpajon (91) CSAPA rattaché à l Etablissement Public de Santé d Etampes.

Plus en détail

Audit EVADA Plan d actions. Institut Bergonié Dr.O. Duguey-Cachet, médecin 3C V. Allam, IDE TAS Jeudi 28 mai 2015

Audit EVADA Plan d actions. Institut Bergonié Dr.O. Duguey-Cachet, médecin 3C V. Allam, IDE TAS Jeudi 28 mai 2015 Audit EVADA Plan d actions Institut Bergonié Dr.O. Duguey-Cachet, médecin 3C V. Allam, IDE TAS Jeudi 28 mai 2015 Rappel contexte IB Rappels sur le projet de déploiement du TAS initié en 2013 Mission principale

Plus en détail

Éducation Thérapeutique en Cancérologie

Éducation Thérapeutique en Cancérologie Éducation Thérapeutique en Cancérologie I. ETP /Généralités 1 ) Définition 2 ) Législation 3 ) Différentes étapes en Education Thérapeutique 4 ) Modèle D Ivernois/Gagnayre 5 ) Spécificités de l ETP en

Plus en détail

ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS

ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS I PROCEDURE GENERALE L enfant et sa famille seront d emblée informés que la prise en charge de la maladie est organisée dans un réseau de soins et que

Plus en détail

Inauguration DOSSIER. De la plateforme de coordination en cancérologie DE PRESSE. Locaux de la plateforme. du bâtiment médico-chirurgical.

Inauguration DOSSIER. De la plateforme de coordination en cancérologie DE PRESSE. Locaux de la plateforme. du bâtiment médico-chirurgical. DOSSIER DE PRESSE Vendredi 05 décembre 2014 Petit amphithéâtre IFSI 11h45 Inauguration De la plateforme de coordination en cancérologie Locaux de la plateforme Entrée A 1 er étage du bâtiment médico-chirurgical

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015

Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015 Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015 G.COMPACI infirmière coordonnatrice service hématologie IUCT PR G.LAURENT service hématologie IUCT PROJET AMA Assistance des Malades

Plus en détail

6éme Congrès national des réseaux de cancérologie 1et 2 octobre 2015 Amiens

6éme Congrès national des réseaux de cancérologie 1et 2 octobre 2015 Amiens Place prépondérante de l infirmière du dispositif d annonce en cancérologie dans la prise en compte de la santé sexuelle du patient Par Camille Labille Som IDE 6éme Congrès national des réseaux de cancérologie

Plus en détail

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique.

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Dr N. SAFFON Equipe Résonance CHU Toulouse Soins Oncologiques de Support DHOS, juin 2004 : «l ensemble des soins et soutiens nécessaires

Plus en détail

«Le trio : Enfer ou Paradis?»

«Le trio : Enfer ou Paradis?» «Le trio : Enfer ou Paradis?» Docteur Dominique Garrot Madame Anabella Rocha 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction Etude : manque de communication entre l équipe et la famille

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1

Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1 Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1 64 lits d EHPAD sur 2 services GMP : 740 1 médecin coordonnateur 40 % 1 cadre de santé 100 % Lamartine, rez de chaussée : 29 lits Service Lamartine : 1 IDE

Plus en détail

DISPOSITIF D'ANNONCE : CANCERS DIGESTIFS

DISPOSITIF D'ANNONCE : CANCERS DIGESTIFS RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS Date: DISPOSITIF D'ANNONCE : CANCERS DIGESTIFS ETIQUETTE PATIENT Nom : Prénom : Né le : Adresse : CP Ville : RENSEIGNEMENTS CLINIQUES Spécialiste réferant Pathologie Bilan

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Evaluation des pratiques professionnelles Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles Mai 2011 1 METHODOLOGIE

Plus en détail

Analyser les actions entreprises. La mise en place de la consultation d annonce de cancer La conception d outils. la grille AFOM

Analyser les actions entreprises. La mise en place de la consultation d annonce de cancer La conception d outils. la grille AFOM Analyser les actions entreprises La mise en place de la consultation d annonce de cancer La conception d outils la grille AFOM CRES de Picardie- D. Delecourt/ Nov 2008 Les points clés Adhésion institutionnelle,

Plus en détail

Fédération. Cancérologie. Chiffres clés au coeur du CHU de Clermont-Ferrand

Fédération. Cancérologie. Chiffres clés au coeur du CHU de Clermont-Ferrand LA Fédération DE Cancérologie au coeur du CHU de Clermont-Ferrand Chiffres clés 2013 [ Présentation La Fédération de Cancérologie regroupe l ensemble des services de spécialité du CHU ayant une activité

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE TRAVAUX des réseaux d Ile-de-France 3 e Congrès National des Réseaux de Cancérologie CONSTELLATION, ENSEMBLE, GYNECOMED, ONCORIF, ONCOVAL,

Plus en détail

LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES

LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES 1 LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Philippe COLOMBAT, Professeur en Hématologie, CHU Tours Les soins de support sont une étape essentielle pour le retour à une médecine plus humaniste

Plus en détail

Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie

Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie SOMMAIRE Pourquoi une fonction de CSO, contexte historique? Rôle et fonction de la CSO Les travers du métier En pratique Quelles sont ses compétences? Formation

Plus en détail

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale Barbara POIROT IDE en éducation thérapeutique Centre Paul Strauss bpoirot@strasbourg.unicancer.fr 3 Rue de la Porte de l Hôpital 67065 STRASBOURG CEDEX 03 88 25 24 24 Le 19 novembre 1923, le Centre Régional

Plus en détail

LES REUNIONS HEBDOMADAIRES

LES REUNIONS HEBDOMADAIRES LES REUNIONS HEBDOMADAIRES Réanimation Néonatale CH LILLE ( A. Huyghe) Néonatalogie CH ROUBAIX (AC Crombé) Réanimation Néonatale CH VALENCIENNES CH VALENCIENNES 6 lits de réanimation 10 lits soins intensifs

Plus en détail

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Dr Arielle ATTAL, Gériatre Médecin coordinateur 4 juin 2015 Avec le soutien de «Réseau de santé»: missions Article L6321-1

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

Médecin coordinateur HAD

Médecin coordinateur HAD Dr GUEHENNEUX Emmanuelle Médecin coordinateur HAD Plan Prise en charge de l hôpital Patient Famille Equipe Suivi Prise en charge du domicile Patient Famille Equipe Suivi Conclusion Prise en charge de l

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Santé publique Médecine légale Médecine du travail

Santé publique Médecine légale Médecine du travail u ECN EN QUESTIONS ISOLÉES Santé publique Médecine légale Médecine du travail Edouard MARTIN Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital 75013 PARIS - Tél. : 01 44 24 13 61 www.vg-editions.com Toute

Plus en détail

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles aux urgences? Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone SOMMAIRE I. Quelles mauvaises nouvelles aux urgences? II. Difficultés de l équipe

Plus en détail

Date de mise à jour : Nombre de pages : Rédacteur : Validation par : 05/07/12 5 M. CRETANT FFCDS Médecine Interne

Date de mise à jour : Nombre de pages : Rédacteur : Validation par : 05/07/12 5 M. CRETANT FFCDS Médecine Interne Fiche de poste : Infirmier Service : RHUMATOLOGIE - MEDECINE INTERNE - INFECTIOLOGIE Pôles d activité : Médecine Date de mise à jour : Nombre de pages : Rédacteur : Validation par : 05/07/12 5 M. CRETANT

Plus en détail

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LE PLAN CANCER Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France - Sous l égide de l état avec rapport

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014 L HOSPITALISATION A DOMICILE 4 décembre 2014 ZONE D INTERVENTION MONTASTRUC LA CONSEILLERE LEGUEVIN TOULOUSE prochainement VILLEFRANCHE QU EST-CE QUE L HAD? Une HOSPITALISATION alternative, polyvalente

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Les mots pour convaincre. Dr Annie Reksa AFDN 2009

Les mots pour convaincre. Dr Annie Reksa AFDN 2009 Dr Annie Reksa AFDN 2009 Le paradoxe de devoir convaincre Malgré sa prévalence : près d une hospitalisation sur deux ses conséquences de morbidité l existence de recommandations françaises et européennes

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1.LEGISLATION n Dans le cadre du rôle propre infirmier n Dans le domaine

Plus en détail

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE ONCOLOGIE Fédération de Neurologie Mazarin Service du Pr. Delattre GH Pitié-Salpêtrière ORIGINES DU PROJET 2000 : Visite du Brain Tumor Center à London, Ontario

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Livret d accueil du stagiaire

HOSPITALISATION A DOMICILE. Livret d accueil du stagiaire Livret d accueil du stagiaire Page 2 HOSPITALISATION A DOMICILE Sommaire Présentation du service Modalités pratiques de votre stage Les prises en charge réalisées Les situations prévalentes Numéros utiles

Plus en détail

Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014

Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014 Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014 Cas clinique M. N 27 ans Motif : douleur testiculaire Pas d antécédent, pas de traitement

Plus en détail

Les Soins de Supports en Onco Gériatrie

Les Soins de Supports en Onco Gériatrie Les Soins de Supports en Onco Gériatrie Lepoix Cécile IDE EMDSP IUCT Journée Paramédicale du 09 Octobre 2015 Quelques Constats Progrès de la médecine, espérance de vie plus longue, risque de cancer plus

Plus en détail

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 2 rue du Bignon bât.3 35000 RENNES Tél. : 02.23.35.49.81 Email : reseaudiabete35@orange.fr www.reseaudiabete35.com ADHESIONS POUR LES PATIENTS QUI? Toute personne diabétique,

Plus en détail

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Marie-Elodie Chicher Coordinatrice 3C GH Pitié Salpêtrière Charles Foix (Paris) 16 février 2016 Séminaire ANFH EHESP Infirmière

Plus en détail

Chimiothérapies. à domicile

Chimiothérapies. à domicile Chimiothérapies à domicile 1986 1991 Chimiothérapie en continu sur chambre implantable - Intéresse : Les cancers coliques Les cancers mammaires - Molécules 5 fluoro uracile cisplatine - Prescripteurs:

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues

FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues Facteurs qui vont influencer les comportements d un patient

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE L éducation du patient diabétique au CHRSO Paulette LION Marie-Hélène OLIVE En hospitalisation L infirmière d éducation intervient: Dans le service de médecine interne et d HPDD Dans le service de gynéco-obstétrique

Plus en détail

CANCER DU SEIN cas par an en France et décès. TSM ( Taux standard moyen) 94 / en France

CANCER DU SEIN cas par an en France et décès. TSM ( Taux standard moyen) 94 / en France CANCER DU SEIN 54 000 cas par an en France et 12 000 décès TSM ( Taux standard moyen) 94 /100.000 en France En Corse environ 300 cas / an ( 1/1000 habitants) Haute Corse > 150 cas par an (2B +/- extrême

Plus en détail

Formations Professionnelles

Formations Professionnelles 2016 Formations Professionnelles 40 rue du Rempart Saint-Étienne BP 40401 31004 TOULOUSE CEDEX 6 Tél : 05 61 12 43 43 E-mail : asp.toulouse@free.fr Association Loi 1901 à but non lucratif N SIRET 345 382

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne L annonce du décès en situation d urgence Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne Arrêt irréversible des fonctions vitales La mort Rupture brutale de la relation La mort fait partie de la vie Humanité

Plus en détail

Livret d Accueil de Neurologie Vasculaire et Neurologie Générale Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois

Livret d Accueil de Neurologie Vasculaire et Neurologie Générale Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois Livret d Accueil de Neurologie Vasculaire et Neurologie Générale Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois 13, boulevard Pasteur B.P. 60249 59607 MAUBEUGE CEDEX Madame, Monsieur, Ce livret d accueil a été

Plus en détail

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient CONTENU DES GROUPES D ENSEIGNEMENT FACULTAIRE (Document élaboré à partir de l article : Attali C, Huez J-F, Valette T & Lehr-Drylewicz. Les grandes familles de situations cliniques. Exercer 2013 24, 165

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Agence sanitaire et scientifique chargée de coordonner les actions de lutte contre le cancer Groupement d intérêt public Etat Associations

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE L hôpital de jour de chimiothérapie accueille les patients des services d oncologie, d hépato-gastro-entérologie et d hématologie, nécessitant des séances de chimiothérapie. Article 1 : Organisation de

Plus en détail

XXIIe congrès AFICV Paris 2012

XXIIe congrès AFICV Paris 2012 XXIIe congrès AFICV Paris 2012 PROJET D ACCUEIL ET DE SORTIE DU PATIENT EN CHIRURGIE VASCULAIRE : une démarche qualité DUDORET ELISE infirmière CAQUELARD MARC aide soignant CHU DE ROUEN - PR PLISSONNIER

Plus en détail

IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES

IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES Symposium du 26 novembre 2012 Evaluation du Plan Cancer Belge IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES Dominique de Valeriola, MD Directeur Général Médical, Institut Jules Bordet Etat des

Plus en détail

Feuille de route régionale. Plan Cancer III

Feuille de route régionale. Plan Cancer III Feuille de route régionale Plan Cancer III 9 ème colloque Inter 3C des 3C 9 et 10 Marseille 6 novembre 2015 Action 2.1 : Garantir aux patients, avec l appui du médecin généraliste ou de l équipe de premier

Plus en détail

CANCEROLOGIEDispositif d annonce

CANCEROLOGIEDispositif d annonce et Soins de support Equipe de soins de support Centre Hospitalier de Boulogne-sur-Mer Allée Jacques Monod - 62321 Boulogne-sur-Mer cédex Tél. 03 21 99 31 24 www.ch-boulogne.fr CANCEROLOGIEDispositif d

Plus en détail