Bouger plus pour manger mieux. Simone Lemieux, Dt.P, Ph.D. Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels Le 3 mai 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bouger plus pour manger mieux. Simone Lemieux, Dt.P, Ph.D. Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels Le 3 mai 2014"

Transcription

1 Bouger plus pour manger mieux Simone Lemieux, Dt.P, Ph.D. Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels Le 3 mai 2014

2 Points discutés Introduction Alimentation, activité physique et santé Activité physique et choix alimentaires (qualité et quantité) Activité physique et acuité des signaux de faim et de rassasiement Activité physique et relation à la nourriture Conclusion Questions/discussion

3 Alimentation, activité physique et santé

4

5

6

7

8

9

10 Résumé de cette étude 249 facteurs de risque (environnementaux et comportementaux ont été mis en lien avec la mortalité) chez environ personnes. Dans un modèle d analyse multivariée, les facteurs associés de façon indépendante à la mortalité étaient: tabagisme (+), activité physique (-) et concentration sérique de lycopène (-).

11 Activité physique et choix alimentaires (qualité et quantité)

12 Activité physique et qualité de l alimentation On remarque que les gens sédentaires ont en général de moins bonnes habitudes alimentaires que les gens plus actifs. Héroux et al, Int J Epidemiol 2010; Morin et al, J Sch Health 2013; Gillman et al, Prev Med 2001 Déterminants communs? Un influence l autre?

13 Un exemple parmi tant d autres Héroux et al. Int J Epidemiol 2010, 39:

14 Effet de l intensité de l exercice sur la prise alimentaire spontanée Étude de Sim AY et collaborateurs: High-intensity intermitent exercise attenuates ad-libitum energy intake. Publiée dans Int J Obes (2014)38,

15 Hommes en surpoids, sédentaires (n=17) 4 conditions expérimentales: C: Pas d exercice MC: Exercice 30 min continu à 60% VO 2 max HI: Exercice 30 min (intermittent 60s à 100% VO 2 max suivi de 240s à 50% VO 2 max) VHI :Exercice 30 min (intermittent 15s à 170% VO 2 max suivi de 60 s à 32% VO 2 max) 5 min après: repas liquide (270 kcal) 70 min après repas liquide: repas à volonté

16 Pas d exercice Exercice modéré Exercice intense Exercice très intense 764 kcal 710 kcal 622 kcal 595 kcal Tous les types d activité physique ont été appréciés similairement par les participants Sim et al, Int J Obes 2014, 38:

17 Suite à l exercice de très haute intensité, l apport énergétique totale des 36 heures suivantes demeure plus faible. Facteurs en cause? Taux abaissés de ghréline Taux élevés de lactate

18 Du côté des femmes maintenant La littérature n est pas totalement cohérente quant à la présence de différences sexuelles en ce qui a trait aux effets de l activité physique sur l appétit et l apport énergétique.

19 Activité physique et acuité des signaux de faim et de rassasiement

20 L écoute des signaux de faim et de rassasiement est souvent évoquée pour favoriser une saine gestion du poids. Certaines personnes disent ne pas ressentir ces signaux. Est-ce que la pratique d activité physique favorise une meilleure écoute des signaux de faim et de rassasiement?

21 Deux études sur le sujet: Comparaison entre personnes actives et non actives (Long et al, Brit J Nutr 2002) Intervention chez des personnes sédentaires (Martins et al, Brit J Nutr 2007)

22 Étude de Long et al (2002) Hommes non obèses (n=23) Trois catégories de pratique d activité physique: Non actifs: moins d une fois par semaine Modérément actifs: 2-3x/semaine Très actifs: 4x et plus par semaine

23 Étude de Long et al (2002) Mesure de la compensation calorique: Collation de type lait frappé (450 ml) faible (240 kcal) ou élevée (600 kcal) en calories consommée une heure avant un repas de type «buffet à volonté». Une personne ayant une bonne compensation calorique devrait avoir un apport énergétique plus faible lors du buffet après avoir consommé la collation riche en calories.

24 Quantité d énergie consommée au buffet Non actifs Actifs

25 Étude de Martins et al (2007) 29 personnes sédentaires, non-obèses (hommes et femmes) Entrainement de 6 semaines (min 4x/sem min intensité modérée) Collation de type lait frappé (450 ml) faible (240 kcal) ou élevée (600 kcal) en calories consommée une heure avant un repas de type «buffet à volonté»

26 Collation élevée en calories Collation faible en calories Avant l intervention Après 6 sem. d entraînement

27 Activité physique et relation à la nourriture

28 Activité physique et traits relatifs aux comportements alimentaires Distinction entre restriction calorique et restriction cognitive Restriction cognitive et contrôle du poids Relation très hétérogène Relation à double tranchant

29 J Obes 2011

30 Mesures effectuées Journal d activités physiques (Bouchard C, et al. Am J Clin Nutr 1983) Mesures anthropométriques et de composition corporelle Traits relatifs aux comportements alimentaires (Three-Factor Eating Questionnaire de Stunkard AJ et Messick S, J Psychosom Res 1985) Et plusieurs autres mesures

31 Journal d activités physiques

32

33

34

35 Âge (années) IMC (kg/m 2 ) % de gras Tour de taille (cm) Activité physique 2kcal.kg -1.j -1 57,1 ± 4,5 29,1 ± 5,7 40,2 ± 7,7 93,0 ± 13,7 Activité physique > 2kcal.kg -1.j -1 56,2 ± 3,9 27,8 ± 6,3 37,4 ± 7,1* 88,4 ± 12,7 Restriction cognitive 9,0 ± 4,6 9,7 ± 4,3

36 Riou et al, J Obes 2011

37 Activité physique et réponse neuronale aux aliments Étude de Crabtree DR et collaborateurs. The effects of high-intensity exercise on neural responses to images of food. Publiée dans Am J Clin Nutr (2014) 99:258-67

38 Étude réalisée chez 15 jeunes hommes en santé (âge: 22,5 ± 3,5 ans; IMC: 24,2 ± 2,4 kg/m 2 ) 2 conditions expérimentales: 60 min de course à 70% (VO 2 max) ou 60 min de repos Plusieurs mesures effectuées: température corporelle, hormones régulatrices de l appétit, perceptions de l appétit et images par IRMf en réaction à des photos de nourriture

39 10 min après la fin de l exercice (ou période de repos) on montre des images de nourriture contenant soit peu ou beaucoup de calories et également des images ne représentant pas de la nourriture. On demandait simplement aux participants de se concentrer sur la forme, la couleur, la complexité des images (2s par image, 0,8 s entre les images, présentées dans un ordre aléatoire).

40

41 Comme dans les études précédentes, l activité physique a des effets sur les hormones régulatrices de l appétit. Après l exercice, les régions du cerveau associées au désir de manger sont moins «allumées» quand on présente des images d aliments riches en calories comparativement à la condition de repos (pas d exercice). Après l exercice, les régions du cerveau associées à la récompense sont plus «allumées» quand on présente des images d aliments faibles en calories comparativement à la condition de repos.

42 Conclusion La pratique d activité physique peut favoriser des choix alimentaires plus sains par des mécanismes en lien avec la régulation de l appétit et aussi par un désir accru de manger ces aliments. Les facteurs comportementaux tels que la motivation et l efficacité personnelle envers la modification des habitudes de vie dans leur ensemble peuvent également expliquer les associations observées. Défi quant à la bonne manière de transmettre cette information à la population afin d éviter des effets pervers.

43

44 Med Sci Sports Exerc 37: , 2005

45 Femmes ménopausées (n=118) Participantes Sans hormonothérapie, sans médicament pour lipides sanguins, hypertension, glycémie, etc. Grande étendue pour l IMC (19-60 kg/m 2 ) et tour de taille ( cm)

46 Comparaisons des groupes formés sur la base de l adiposité abdominale et du niveau d activité physique Adiposité viscérale Adiposité viscérale Act. physique Act. physique Act. physique Act. physique

47 Comparaisons selon l adiposité abdominale et du niveau d activité physique TA viscéral Act.phys HDL-chol TAS Glycémie jeun Sensib. insuline Act. phys Act. phys TA viscéral a Act. phys. Act.phys a,b b a a TA viscéral a,b b,c a,b a,b,c a,b,c 7 3 a,b,c

Le poids et l alimentation: tout un casse-tête pour certaines femmes.

Le poids et l alimentation: tout un casse-tête pour certaines femmes. Le poids et l alimentation: l tout un casse-tête pour certaines femmes. Véronique Provencher, Dt.P., Ph.D. Chercheure post-doctoral Département de psychologie, Université de Toronto Objectifs de la présentation...

Plus en détail

Prise en charge diététique de l obésité. Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne

Prise en charge diététique de l obésité. Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne Prise en charge diététique de l obésité Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne Plan Introduction Définition Objectifs de prise en charge Enquête diététique Objectifs de perte de poids Conseils

Plus en détail

Nutrition et problème de. Nicole Tremblay

Nutrition et problème de. Nicole Tremblay Nutrition et problème de poids: obésité Nicole Tremblay INTRODUCTION Problème de santé publique: la proportion de la population mondiale a augmenté de façon considérable Facteur de risque de plusieurs

Plus en détail

Activité physique pilule miracle du 21e siècle

Activité physique pilule miracle du 21e siècle Human Evolution (or is it?) Activité physique pilule miracle du 21e siècle Modernité & sédentarité Inactivité et maladies Effets protecteurs de l AP Combien, quoi, comment? Daniel Theisen, PhD Sports Medicine

Plus en détail

Des biscuits secs à bénéfice satiété : moins gras, moins sucrés, plus riches en fibres?

Des biscuits secs à bénéfice satiété : moins gras, moins sucrés, plus riches en fibres? Des biscuits secs à bénéfice satiété : moins gras, moins sucrés, plus riches en fibres? Agnès MARSSET-BAGLIERI Unité Physiologie de la Nutrition et du Comportement Alimentaire INRA / AgroParisTech Paris

Plus en détail

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval L Innovation à l IUCPQ Université Laval Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval Ce qui nous distingue Notre mission Trois grands axes cliniques etde recherche Cardiologie Pneumologie

Plus en détail

Les probiotiques et le contrôle pondéral. Probio 2013 Marina Sánchez, MSc.

Les probiotiques et le contrôle pondéral. Probio 2013 Marina Sánchez, MSc. Les probiotiques et le contrôle pondéral Probio 2013 Marina Sánchez, MSc. Personne obèse: Microbiote différent de celui des personnes minces Bacteroidetes Firmicutes/Bacteroidetes Il existe également une

Plus en détail

Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac. Centre d aide aux fumeurs. Traitements médicamenteux disponibles

Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac. Centre d aide aux fumeurs. Traitements médicamenteux disponibles Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac Centre d aide aux fumeurs Traitements médicamenteux disponibles 15 e colloque de Solareh à Mont-Tremblant du 14 au 16 mai 2012 VIN A des

Plus en détail

Diabète de Type 2 et Exercice physique

Diabète de Type 2 et Exercice physique Diabète de Type 2 et Exercice physique Exercice physique et diabète Quels effets? Quel(s) mécanisme(s) d action? Quel type: résistance ou endurance? Maintien des effets à long terme? En pratique Effets

Plus en détail

Mettons fin au régime! Retrouvons l équilibre. Christine Desjardins Dt.P., Avrile Gagné Dt.P., Nutritionnistes 8 mai 2015

Mettons fin au régime! Retrouvons l équilibre. Christine Desjardins Dt.P., Avrile Gagné Dt.P., Nutritionnistes 8 mai 2015 Mettons fin au régime! Retrouvons l équilibre Christine Desjardins Dt.P., Avrile Gagné Dt.P., Nutritionnistes 8 mai 2015 Objectifs Connaitre les facteurs influençant l insatisfaction à l égard de l image

Plus en détail

LA COMPLEXITÉ DE L APPÉTIT

LA COMPLEXITÉ DE L APPÉTIT LA COMPLEXITÉ DE L APPÉTIT Mieux comprendre ce qui nous pousse à manger Par Cora Loomis, diététiste-nutritionniste Organisée par Réussir en santé 24 octobre 2013 Objectifs Vous aider à mieux comprendre

Plus en détail

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Journées nationales du GERS 4 octobre 2012 Strasbourg Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant

Plus en détail

I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars)

I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars) I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars) II. Facteurs de risque biologiques des pathologies cardiométaboliques A) Sédentarité (début vu en cours le 5 mars jusqu à la Fig 11 - p 7) Fig 12 p 7

Plus en détail

Connaitre ses chiffres. lyondellbasell.com

Connaitre ses chiffres. lyondellbasell.com Connaitre ses chiffres 1 Gérer Sa Santé? Connaitre Ses Chiffres! Des numéros et chiffres importants font partie de notre vie au quotidien... Mais connaissez-vous les chiffres liés à votre SANTE? Tension

Plus en détail

Impact d un nouvel outil d entraînement, PROFILDM, sur les facteurs de risque de Maladies CardioVasculaires (MCV)

Impact d un nouvel outil d entraînement, PROFILDM, sur les facteurs de risque de Maladies CardioVasculaires (MCV) Impact d un nouvel outil d entraînement, PROFILDM, sur les facteurs de risque de Maladies CardioVasculaires (MCV) Par MERCIER Daniel, société CYCLIDE Et OCCELLI Baptiste, Étudiant en Activités Physiques

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE NUTRITIONNELLE

EPIDEMIOLOGIE NUTRITIONNELLE EPIDEMIOLOGIE NUTRITIONNELLE A partir de la cohorte EDEN Etude des déterminants pré et post-natals du développement et de la santé des enfants Maternité régionale de Nancy Déterminants nutritionnels précoces

Plus en détail

Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement

Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement Plan 1. Caractéristiques des enfants 1.1 - Spécificité métabolique de l enfant 1.2 - Réponses spécifiques de l enfant à l exercice Plan 2. Performance

Plus en détail

Prise de poids et troubles du sommeil : Cause ou conséquence?

Prise de poids et troubles du sommeil : Cause ou conséquence? Prise de poids et troubles du sommeil : Cause ou conséquence? 1, 2, 4,Laurie Isacco 1, 3, 4, Fabienne Mougin1, 2, 4 1 UPFR des Sports, 2 EA 3920, 3 EA 4660, 4 Plateforme EPSI 25000 Besançon, France. Dormir

Plus en détail

L ENTRAÎNEMENTL CYCLISTE OPTIMISÉ

L ENTRAÎNEMENTL CYCLISTE OPTIMISÉ tiboguy@gmail.com Twitter : @TiboGuy L ENTRAÎNEMENTL CYCLISTE OPTIMISÉ POUR LE PLAISIR ET LA GRANDE FORME Plan Santé, performance Méthodes d'entraînement Séances amusantes En peloton Affûtage Niveau fonctionnel

Plus en détail

Activité physique et grossesse. Bengt Kayser

Activité physique et grossesse. Bengt Kayser Activité physique et grossesse Bengt Kayser Plan Obésité et activité physique: fat vs. fit Activité physique pendant la grossesse et le travail d accouchement Diabète gestationnel et activité physique

Plus en détail

Maladies chroniques. La première ligne montréalaise en action. André Bélanger, MD, M.Sc., Endocrinologue,

Maladies chroniques. La première ligne montréalaise en action. André Bélanger, MD, M.Sc., Endocrinologue, Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale de la coordination réseau et ministérielle Maladies chroniques La première ligne montréalaise en action André Bélanger, MD, M.Sc., Endocrinologue,

Plus en détail

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES NOM :.................................................................................... Prénom :.................................................................................

Plus en détail

Sport Santé & Maladies métaboliques. Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014

Sport Santé & Maladies métaboliques. Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014 Sport Santé & Maladies métaboliques Pr Martine Duclos Dr Julien Aucouturier Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014 Recommandations et Tableaux cliniques Maladies métaboliques

Plus en détail

I Définition des maladies cardiovasculaires

I Définition des maladies cardiovasculaires Cours n 4 : LES GRANDS PROBLEMES DE SANTE PUBLIQUE : LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES ET L OBESITE I Définition des maladies cardiovasculaires Elles sont de 2 types suivant leur localisation : - les maladies

Plus en détail

faisons le point Le marché des méthodes d amaigrissement est en Les diètes courantes Mythes et réalité Comment juger d une méthode d amaigrissement?

faisons le point Le marché des méthodes d amaigrissement est en Les diètes courantes Mythes et réalité Comment juger d une méthode d amaigrissement? Les diètes courantes Mythes et réalité Mme Christine Brown, DtP, MSc Le cas de Mme Lessard Madame Lessard, âgée de 44 ans, vient pour son examen de routine. C est une dame faisant de l embonpoint et qui

Plus en détail

Lise Dubois, DtP, PhD

Lise Dubois, DtP, PhD Alimentation et obésité des enfants d âge préscolaire: entre comportements individuels, cultures familiales et inégalités sociales Lise Dubois, DtP, PhD Professeure Agrégée Département d épidémiologie

Plus en détail

LA DENSITE CALORIQUE. Damien GALTIER, diététicien

LA DENSITE CALORIQUE. Damien GALTIER, diététicien LA DENSITE CALORIQUE LA DENSITE CALORIQUE 1. Diététique et équilibre alimentaire 2. Balance calorique et régulation pondérale 3. Manger plus pour contrôler son poids 4. La régulation de la prise alimentaire

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON

ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand

Plus en détail

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Vers une mode de vie plus saine Adopting A Healthy Lifestyle

Plus en détail

L'alimentation des seniors

L'alimentation des seniors L'alimentation des seniors Et le bien vieillir Mercredi 27 novembre 2013 Relation à long-terme entre l alimentation globale et les performances cognitives : Résultats de l étude SU.VI.MAX Dr Monique Ferry

Plus en détail

Et si notre comportement alimentaire et notre composition corporelle étaient programmés dès le plus jeune âge Aurore Martin Agnoux

Et si notre comportement alimentaire et notre composition corporelle étaient programmés dès le plus jeune âge Aurore Martin Agnoux Et si notre comportement alimentaire et notre composition corporelle étaient programmés dès le plus jeune âge Aurore Martin Agnoux LABERCA et UMR 1280 Physiologie des Adaptations Nutritionnelles 15 Novembre

Plus en détail

Poids de forme et «affûtage» du marathonien. Fanny Gelli Colloque Marathon du Médoc 11 septembre 2015

Poids de forme et «affûtage» du marathonien. Fanny Gelli Colloque Marathon du Médoc 11 septembre 2015 Poids de forme et «affûtage» du marathonien Fanny Gelli Colloque Marathon du Médoc 11 septembre 2015 Introduction Le Poids Optimal ou Idéal fait référence à un objectif de santé (formules) Masse maigre

Plus en détail

Augmentation très rapide de Qc dès le début de l exercice puis + lentement pour atteindre un plateau ie l état stable.

Augmentation très rapide de Qc dès le début de l exercice puis + lentement pour atteindre un plateau ie l état stable. V Fonction Cardiaque 1) Réponses du débit cardiaque Q C (l/min) = VES (ml/bat) x FC (bpm) Qc de repos = 5l/min chez l homme ; un peu moins chez la femme. Qc max = 20 à 25 l/min Qc : adaptation de ces 2

Plus en détail

Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez

Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez recommandations «fraîches» Effets bénéfiques des mesures hygiénodiététiques sur la PA Modifications

Plus en détail

BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE

BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine,

Plus en détail

Dr M. Atek, Dr Y. Laid, Dr N. Mézimèche, Dr H. Lebcir, Dr L. Boutekdjiret, R. Oudjehane, S. Bahloul (INSP Alger)

Dr M. Atek, Dr Y. Laid, Dr N. Mézimèche, Dr H. Lebcir, Dr L. Boutekdjiret, R. Oudjehane, S. Bahloul (INSP Alger) Dr M. Atek, Dr Y. Laid, Dr N. Mézimèche, Dr H. Lebcir, Dr L. Boutekdjiret, R. Oudjehane, S. Bahloul (INSP Alger) P. Traissac, B.Maire (IRD Montpellier) Dans le monde, le surpoids et l obésité lobésité

Plus en détail

MANQUE DE SOMMEIL ET RISQUE D OBESITE ET DE DIABETE. Karine Spiegel, PhD

MANQUE DE SOMMEIL ET RISQUE D OBESITE ET DE DIABETE. Karine Spiegel, PhD MANQUE DE SOMMEIL ET RISQUE D OBESITE ET DE DIABETE Karine Spiegel, PhD Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon INSERM U1028 - UMR 5292 Equipe «Physiologie intégrée du système d'éveil» Obligation

Plus en détail

Priorités de recherche laitières pour Volet B : Nutrition et santé humaines

Priorités de recherche laitières pour Volet B : Nutrition et santé humaines Priorités de recherche laitières pour 2013-2018 Volet B : Nutrition et santé humaines Priorités de recherche laitières pour 2013-2018 : Nutrition et santé humaines 1 Santé cardiovasculaire Il y a une controverse

Plus en détail

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Laurence Kessler Service d endocrinologie, diabète et maladies métaboliques Hôpitaux universitaires Strasbourg Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG

Plus en détail

Améliorer la consommation de protéines, les connaissances nutritionnelles, le contrôle But de l intervention

Améliorer la consommation de protéines, les connaissances nutritionnelles, le contrôle But de l intervention Changements de la consommation des protéines dans une population de Français âgés et vivant à domicile, suite à un programme d information nutritionnel. Fiche No 9 Rousset S, Droit-Volet S, Boirie Y. Change

Plus en détail

Activité sexuelle et diabète chez les femmes de CONSTANCES. Suzanne Laroche, UMS 011 Encadrants : Dr V.Ringa, Pr S.Czernichow

Activité sexuelle et diabète chez les femmes de CONSTANCES. Suzanne Laroche, UMS 011 Encadrants : Dr V.Ringa, Pr S.Czernichow Activité sexuelle et diabète chez les femmes de CONSTANCES Suzanne Laroche, UMS 011 Encadrants : Dr V.Ringa, Pr S.Czernichow 2 Contexte et objectifs Contexte Santé sexuelle (OMS) : état de bien-être physique,

Plus en détail

Fondé en 1879, le DDM fournit des aliments sains et réparateurs aux personnes pauvres

Fondé en 1879, le DDM fournit des aliments sains et réparateurs aux personnes pauvres Se nourrir mieux = Enfanter mieux Dispensaire diététique de Montréal (DDM) Véronique Binek, Dt.P. Enfanter le monde Québec Le 25 novembre 2010 Le Dispensaire Fondé en 1879, le DDM fournit des aliments

Plus en détail

Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées à la grossesse chez les femmes obèses?

Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées à la grossesse chez les femmes obèses? Obésité et grossesse Immersion en communauté juin 2012 Scapuso J., Dosso M. et Rapin A. Etudiantes Heds 2BSc, filière Nutrition et Diététique Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées

Plus en détail

Dr Laura Fernández Celemín. Responsable des Affaires Scientifiques Conseil Européen d Information sur l Alimentation (EUFIC)

Dr Laura Fernández Celemín. Responsable des Affaires Scientifiques Conseil Européen d Information sur l Alimentation (EUFIC) Dr Laura Fernández Celemín Responsable des Affaires Scientifiques Conseil Européen d Information sur l Alimentation (EUFIC) Charge de morbidité (CDM) La consommation de légumes et de fruits (L&F) en Europe

Plus en détail

LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN. Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec

LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN. Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec Aucun conflit d intérêt déclaré. BUTS Informer sur les

Plus en détail

Diabète? Mieux comprendre pour mieux se traiter. Programme des cours et séances d information à la Maison du Diabète 1/2017

Diabète? Mieux comprendre pour mieux se traiter. Programme des cours et séances d information à la Maison du Diabète 1/2017 Programme des cours et séances d information à la Maison du Diabète 1/2017 Diabète? Mieux comprendre pour mieux se traiter Inscriptions / renseignements au : Tél. 48 53 61 www.ald.lu diabete@pt.lu Calendrier

Plus en détail

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Traitement de l obésité par l activité physique Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Définition «Tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques

Plus en détail

Séminaire. «Mieux Bouger, Mieux Manger»

Séminaire. «Mieux Bouger, Mieux Manger» Séminaire «Mieux Bouger, Mieux Manger» Pour qui? Pour ceux et celles qui veulent Ø maintenir leurs bonnes résolutions Ø s offrir un quotidien plus sain Ø trouver des solutions personnelles pour se sentir

Plus en détail

Doc 1 : Des exemples de diversité alimentaire dans le monde

Doc 1 : Des exemples de diversité alimentaire dans le monde Alimentation et santé Le nombre de personnes en surpoids et en obésité a augmenté depuis ces dernières années. Ce phénomène s accompagne également d une augmentation des maladies nutritionnelles (ex :

Plus en détail

UNE ALIMENTATION SAINE. Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine

UNE ALIMENTATION SAINE. Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine UNE ALIMENTATION SAINE Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine RECOMMANDATIONS ALIMENTAIRES Manger 3 repas/jour à des heures régulières Mangez lentement et choisissez des aliments nutritifs! Ne pas

Plus en détail

Marche nordique. La Marche Nordique est un sport complet, facile, sans danger et accessible à une majorité de personnes.

Marche nordique. La Marche Nordique est un sport complet, facile, sans danger et accessible à une majorité de personnes. Marche nordique La Marche Nordique est un sport complet, facile, sans danger et accessible à une majorité de personnes. Il vous permet de : - Bouger et améliorer votre condition physique (cardiorespiratoire+endurance)

Plus en détail

Programme Nutrition, Prévention et Santé des enfants et adolescents en Aquitaine. Evaluer la corpulence. Comment s est déroulée l enquête?

Programme Nutrition, Prévention et Santé des enfants et adolescents en Aquitaine. Evaluer la corpulence. Comment s est déroulée l enquête? Programme Nutrition, Prévention et Santé des enfants et adolescents en Aquitaine Le Programme Nutrition, Prévention et Santé des enfants et adolescents en Aquitaine est en oeuvre depuis fin 2004. Il se

Plus en détail

DES STATISTIQUES ALARMANTES

DES STATISTIQUES ALARMANTES TREMPLIN SANTÉ CONGRÈS ANNUEL ACQ 2012 DES STATISTIQUES ALARMANTES Au cours des 25 dernières années, le taux d obésité chez les jeunes a triplé (statistique canada, 2006) Actuellement, près d un jeune

Plus en détail

Le consommateur : moteur et frein à l innovation?

Le consommateur : moteur et frein à l innovation? Le consommateur : moteur et frein à l innovation? Véronique Provencher Dt.P. Ph.D. Professeure adjointe École d été FAST 2013: «Aliments fonctionnels et produits de santé naturels: Au-delà de la recherche»

Plus en détail

les femmes urbaines dans le contexte de la transition nutritionnelle au Maroc

les femmes urbaines dans le contexte de la transition nutritionnelle au Maroc Double charge de malnutritions i chez les femmes urbaines dans le contexte de la transition nutritionnelle au Maroc H. El Hsaini, A. Gartner, F. Delpeuch, A. Bour Equipe de Transition Alimentaire et Nutritionnelle

Plus en détail

DEMEURER ACTIF ET PERTE DE

DEMEURER ACTIF ET PERTE DE DEMEURER ACTIF ET PERTE DE POIDS SAINE Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine ACTIVITÉ PHYSIQUE Voir le document de référence pour les recommandations sur l activité physique PERTE DE POIDS Calories

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg, N. Druesne Pecollo, P. Latino Martel, et M. Touvier

C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg, N. Druesne Pecollo, P. Latino Martel, et M. Touvier Étude prospective des liens entre consommation de viande rouge et de charcuterie et risque de cancer du sein Modulation par une supplémentation en antioxydants C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg,

Plus en détail

MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES EXPLIQUANT L INFLUENCE DU TABAC SUR LE POIDS. Dr ALLALI ZERAH Véronique Endocrinologue Caen 2015

MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES EXPLIQUANT L INFLUENCE DU TABAC SUR LE POIDS. Dr ALLALI ZERAH Véronique Endocrinologue Caen 2015 MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES EXPLIQUANT L INFLUENCE DU TABAC SUR LE POIDS Dr ALLALI ZERAH Véronique Endocrinologue Caen 2015 INTRODUCTION Les fumeurs ont un poids inférieur/ non fumeur Frein pour le

Plus en détail

64èmes Journées Pharmaceutiques Internationales de Paris. Les dangers des régimes amaigrissants

64èmes Journées Pharmaceutiques Internationales de Paris. Les dangers des régimes amaigrissants 64èmes Journées Pharmaceutiques Internationales de Paris Les dangers des régimes amaigrissants Marie Citrini (CNAO) Jean Pierre Lamandé (Réseau Romdes) Régime Apport calorique Nutriments énergétiques Autres

Plus en détail

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie Conséquences métaboliques de l hormonothérapie Dr Beuzeboc Institut Curie Cancer de prostate. Effets secondaires de la déprivation androgénique (ADT) Ostéoporose Modification corporelle Conséquences de

Plus en détail

PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP

PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP Guide de l intervenant Responsabilité Alimentation Action Plaisir INTRODUCTION La Clinique Notre-Dame des Victoires est une ressource externe du Centre hospitalier Robert-Giffard

Plus en détail

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua I. INTRODUCTION (1) L OMS définit le diabète sucré comme étant un état d hyperglycémie chronique en rapport avec des facteurs, les

Plus en détail

Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE

Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE Docteur Michel GUINOT Pôle Thorax & Vaisseaux Clinique Physiologie-Sommeil-Exercice UM Sports & Pathologies CHU de Grenoble Laboratoire HP2 Inserm

Plus en détail

L auto prise en charge est présage d une bonne réussite au niveau de la prise en charge et du traitement de sa maladie

L auto prise en charge est présage d une bonne réussite au niveau de la prise en charge et du traitement de sa maladie Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Caroline Côté, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Dr François-Pierre Mongeon, cardiologue Avril 2015 Connaître les grands principes de l enseignement

Plus en détail

QUELLES CONSÉQUENCES À LONG TERME DE NAITRE MACROSOME? Pr Delphine Mitanchez, Hôpital Armand Trousseau, Paris

QUELLES CONSÉQUENCES À LONG TERME DE NAITRE MACROSOME? Pr Delphine Mitanchez, Hôpital Armand Trousseau, Paris QUELLES CONSÉQUENCES À LONG TERME DE NAITRE MACROSOME? Pr Delphine Mitanchez, Hôpital Armand Trousseau, 75012 Paris Cet intervenant : n a pas déclaré ses liens d intérêt Tous les orateurs ont reçu une

Plus en détail

Aliments et santé:mythes et réalités

Aliments et santé:mythes et réalités Aliments et santé:mythes et réalités Simone Lemieux, Ph.D, Dt.P. Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels Université Laval 28 mai 2009 Sujets au menu 1. L apport alimentaire et l équilibre

Plus en détail

Prévenir et agir sur le diabète et l hypertension artérielle Volet signaux corporels : faim et satiété

Prévenir et agir sur le diabète et l hypertension artérielle Volet signaux corporels : faim et satiété Agence de la santé et des services sociaux de Montréal GUIDE DE L INTERVENANT Programme de modification des habitudes de vie Janvier 2014 Prévenir et agir sur le diabète et l hypertension artérielle Volet

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

Etiologies de l'obésité de l'adulte

Etiologies de l'obésité de l'adulte Etiologies de l'obésité de l'adulte Dr Ariane Sultan Equipe Nutrition, Diabète CHU Lapeyronie, Montpellier DIPLÔME UNIVERSITAIRE «PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS D'OBESITE SEVERE» Génétique ou Environnement?

Plus en détail

Problèmes d alimentation et hyperinsulinisme congénital

Problèmes d alimentation et hyperinsulinisme congénital Problèmes d alimentation et hyperinsulinisme congénital - Mécanismes, faits et traitement - Oliver Blankenstein Institute for Experimental Paediatric Endocrinology Charité-Universitätsmedizin Berlin U

Plus en détail

Facteurs anthropométriques et risque de cancer de la thyroïde : une étude cas-témoins en population en France.

Facteurs anthropométriques et risque de cancer de la thyroïde : une étude cas-témoins en population en France. UMRS 1018 Facteurs anthropométriques et risque de cancer de la thyroïde : une étude cas-témoins en population en France. Leux C, Truong T, Anger A, Guizard AV, Schvartz C, Guénel P Épidémiologie environnementale

Plus en détail

Consommation en dioxygène en fonction du temps et l'effort physique

Consommation en dioxygène en fonction du temps et l'effort physique Consommation en O 2 (en L) Thème 1 : Corps humain et santé, l exercice physique Chapitre 1 : L effort physique et le fonctionnement de l organisme Introduction : Le corps de l énergie tout au long de la

Plus en détail

Régulation de la glycémie et diabètes. Maestris /2016

Régulation de la glycémie et diabètes. Maestris /2016 Régulation de la glycémie et diabètes Maestris - 2015/2016 La glycémie Glycémie : taux sanguin de glucose A jeûn : 0,8 à 1g /L de sang (glycémie normale 1g/L) Après un repas : hyperglycémie 1,2 g/l En

Plus en détail

Prévalence et facteurs associés à l infection urinaire chez la femme diabétique au CHU de Casablanca : A propos de 352 cas

Prévalence et facteurs associés à l infection urinaire chez la femme diabétique au CHU de Casablanca : A propos de 352 cas Prévalence et facteurs associés à l infection urinaire chez la femme diabétique au CHU de Casablanca : A propos de 352 cas HARAJ N E, EL AZIZ S, CHADLI A, EL GHOMARI H, FAROUQI A (1) MDAGHRI F (2), HASSOUNE

Plus en détail

EXIGENCES DU SPORT DE HAUT NIVEAU

EXIGENCES DU SPORT DE HAUT NIVEAU EXIGENCES DU SPORT DE HAUT NIVEAU PORTRAIT DE L ATHLÈTE DE NIVEAU INTERNATIONAL Un portrait de l athlète de niveau international sur le plan de la zone d âge optimal au haut niveau est de 23 et 27 ans.

Plus en détail

Les 3 axes du challenge de contrôle de poids. Session 12

Les 3 axes du challenge de contrôle de poids. Session 12 Les 3 axes du challenge de contrôle de poids Session 12 Challenge de la semaine Faisons le point sur notre semaine Challenge12sem-S12-les3axes-Dec2012 2 Comment contrôler son poids? 3 axes Place de l alimentation

Plus en détail

«ENSEMBLE POUR MIEUX PRÉVENIR, SOUTENIR ET SOIGNER» LA SANTÉ PUBLIQUE ET LA LUTTE CONTRE LE CANCER : DES ACTIONS SUR LE TERRAIN

«ENSEMBLE POUR MIEUX PRÉVENIR, SOUTENIR ET SOIGNER» LA SANTÉ PUBLIQUE ET LA LUTTE CONTRE LE CANCER : DES ACTIONS SUR LE TERRAIN «ENSEMBLE POUR MIEUX PRÉVENIR, SOUTENIR ET SOIGNER» LA SANTÉ PUBLIQUE ET LA LUTTE CONTRE LE CANCER : DES ACTIONS SUR LE TERRAIN Sylvain Leduc m.d. FRCPC Direction de la santé publique 1 Décembre 2006 OBJECTIFS

Plus en détail

THERMOREGULATION, DESHYDRATATION ET REHYDRATATION. Gymnase du Bugnon OC sport Mornod Pascal

THERMOREGULATION, DESHYDRATATION ET REHYDRATATION. Gymnase du Bugnon OC sport Mornod Pascal THERMOREGULATION, DESHYDRATATION ET REHYDRATATION Gymnase du Bugnon OC sport Mornod Pascal Plan du cours Métabolisme et production de chaleur Facteurs influençant la thermorégulation Acclimatation Défaillance

Plus en détail

Vieillir en bonne santé: quelles leçons de la recherche en gériatrie pour les personnes vivant avec le VIH?

Vieillir en bonne santé: quelles leçons de la recherche en gériatrie pour les personnes vivant avec le VIH? Vieillir en bonne santé: quelles leçons de la recherche en gériatrie pour les personnes vivant avec le VIH? Carole Dufouil INSERM et CIC EC7, Bordeaux 3/12/2012 25 ans GECSA 1 EVOLUTION DE L'ESPÉRANCE

Plus en détail

L accompagnement diététique du patient en chirurgie bariatrique

L accompagnement diététique du patient en chirurgie bariatrique L accompagnement diététique du patient en chirurgie bariatrique Isabelle DUMONTIER Margot HUBERT Diététicienne Nutritionniste CHR Metz-Thionville 1 4 étapes : Temps de la décision opératoire Préparation

Plus en détail

Les bases de la nutrition dans le sport / hockey

Les bases de la nutrition dans le sport / hockey Les bases de la nutrition dans le sport / hockey 16.8.11 19.00, Poya Kaserne Alain Blanc Who am I Alain Blanc Master en sciences du Sport Travail de master: Performances de coordination visuomotrice chez

Plus en détail

Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB. 15 mars 2014

Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB. 15 mars 2014 Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB 15 mars 2014 Définition Accumulation excessive de graisse qui peut nuire à la santé IMC Différentes courbes: Prévalence Supérieure en France dans les populations

Plus en détail

SPORT DANS L ENFANCE ET TAILLE ADULTE

SPORT DANS L ENFANCE ET TAILLE ADULTE SPORT DANS L ENFANCE ET TAILLE ADULTE DR ADICEAM PAOLA, HOPITAL SAINT JOSEPH (MARSEILLE) ET HOPITAL D AIX EN PROVENCE DOIT-ON S INQUIETER DE L EFFET DU SPORT SUR LA CROISSANCE? - En général, le sport sert

Plus en détail

Maigrir Pour le meilleur et non le pire

Maigrir Pour le meilleur et non le pire Maigrir Pour le meilleur et non le pire Ensemble Pour faire contrepoids 6 mai 2005 Lyne Mongeau, Dt.P. Ph.D. Conseillère scientifique, Unité des habitudes de vie Au menu» Un Guide sur maigrir pourquoi?»

Plus en détail

FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX ET INÉGALITÉS SOCIALES. Gwenn Menvielle Inserm CESP, Villejuif

FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX ET INÉGALITÉS SOCIALES. Gwenn Menvielle Inserm CESP, Villejuif FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX ET INÉGALITÉS SOCIALES Gwenn Menvielle Inserm CESP, Villejuif CONTEXTE Cancer En 2011 207 000 cas de cancer chez l homme et 158 500 chez la femme 84 500 décès par cancer chez

Plus en détail

Une alimentation équilibrée:

Une alimentation équilibrée: Grandes Conférences de l ULg à Verviers 2016 2017 Espace Duesberg Une alimentation équilibrée: Est-ce utile? Est-ce possible? Pr Nicolas PAQUOT Département de Médecine Interne Service de Diabétologie,

Plus en détail

lyondellbasell.com Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé

lyondellbasell.com Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé Changer Ses Choix; Changer Sa Vie Cette présentation est destinée à aider à prendre de meilleures décisions en matière de nutrition afin d'améliorer sa santé.

Plus en détail

Activité physique et cancer

Activité physique et cancer Activité physique et cancer Activité physique et cancer 1/ Introduction 2/ Définition de l activité physique 3/ La fatigue 4/ Bénéfices de l activité physique en cancérologie 5/ Mécanismes d action de

Plus en détail

Bouger, c est bien Bien bouger, c est mieux

Bouger, c est bien Bien bouger, c est mieux Journée santé Juin 2007 Pr Pascale DUCHÉ Bouger, c est bien Bien bouger, c est mieux Activité physique et lutte contre la sédentarité chez l enfant État des connaissances Laboratoire de Biologie des Activités

Plus en détail

Sport-Santé Alimentation

Sport-Santé Alimentation Sport-Santé Alimentation Objectifs du cours Connaître globalement la situation nutritionnelle en Suisse, l évolution des habitudes alimentaires de ces dernières années et son incidence sur la santé Connaître

Plus en détail

Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR

Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR Delphine Amstutz Diététicienne diplômée HES Service de médecine de premier recours delphine.amstutz@hcuge.ch

Plus en détail

La prise en charge de l obésité de l enfant. Dr V. Sevrin Clinique Ste-Elisabeth Namur

La prise en charge de l obésité de l enfant. Dr V. Sevrin Clinique Ste-Elisabeth Namur La prise en charge de l obésité de l enfant Dr V. Sevrin Clinique Ste-Elisabeth Namur Violaine.Sevrin@cmsenamur.be Epidémiologie Selon un rapport de l International Obesity Task Force (IOTF), 1 enfant

Plus en détail

Des repères pour croquer la vie

Des repères pour croquer la vie Des repères pour croquer la vie Objectifs pédagogiques - Associer à la notion de variété alimentaire, celle de portion - Prendre conscience de l influence du contexte dans la détermination d une portion

Plus en détail

L excès de poids chez les enfants de 4 ans à 7 ans : des données pour l action

L excès de poids chez les enfants de 4 ans à 7 ans : des données pour l action L excès de poids chez les enfants de 4 ans à 7 ans : des données pour l action Symposium ÉLDEQ Montréal, 10 novembre 2008 Hélène Desrosiers avec la collaboration de Valériu Dumitru Institut de la statistique

Plus en détail

Mise au point de l obésité chez l enfant en Tunisie. Dr Ayadi Imène - Tunisie SIPPS - Novembre 2014 Vérone

Mise au point de l obésité chez l enfant en Tunisie. Dr Ayadi Imène - Tunisie SIPPS - Novembre 2014 Vérone Mise au point de l obésité chez l enfant en Tunisie Dr Ayadi Imène - Tunisie SIPPS - Novembre 2014 Vérone Introduction L obésité infantile en Tunisie Problème de santé publique Facteurs de risque +++ Prévention

Plus en détail

100% 0,33 CL. De l eau de source finement pétillante et des fruits N A T U R E L. Servir frais 6% 31% 0% 0% 0% 6%* dont saturés 0 g.

100% 0,33 CL. De l eau de source finement pétillante et des fruits N A T U R E L. Servir frais 6% 31% 0% 0% 0% 6%* dont saturés 0 g. 114 Kcal 6%* INFORMATION NUTRITIONNELLE: Valeur énergétique pour 100 ml : 45.6 kcal Proteines glycides 11,4 g, acides gras, sucres 11,4 g, fibres alimentaires, lipides, sodium 114 Kcal 28g 6% 31% 0% 0%

Plus en détail

Éducation alimentaire de la personne déficiente mentale

Éducation alimentaire de la personne déficiente mentale Éducation alimentaire de la personne déficiente mentale GEURTS Pauline Ergothérapeute Introduction : le cadre 1/3 Le home Valère Delcroix Personnes adultes présentant une déficience mentale Population

Plus en détail

Plan. Plan. Vieillissement de la populaition 01/12/2012. Vieillissement, et composition corporelle. Vieillissement de la population

Plan. Plan. Vieillissement de la populaition 01/12/2012. Vieillissement, et composition corporelle. Vieillissement de la population Vieillissement, et composition corporelle M1 UE 1.E1 A Tronc commun, 2012 Robin.candau@univ-montp1.fr http://cdn.healthhabits.ca/wp-content/uploads/2012/02/arnold-young-old-fit-fat.jpg Vieillissement de

Plus en détail