Couverture de la responsabilité civile professionnelle des gynécologues obstétriciens libéraux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Couverture de la responsabilité civile professionnelle des gynécologues obstétriciens libéraux"

Transcription

1 Couverture de la responsabilité civile professionnelle des gynécologues obstétriciens libéraux Les pouvoirs publics préfèrent une formule compliquée, inefficace et onéreuse à une solution simple, efficace et bon marché Conférence de presse du 10 juin 2010 Confrontés à un risque de ruine du fait du plafonnement de leur couverture en Responsabilité civile médicale (RCM), les Gynécologues obstétriciens libéraux (GOL) se raréfient rapidement. Cela entraîne pour la sécurité sociale une augmentation de ses dépenses d assurance maternité, car en matière d accouchement l hôpital coûte plus cher que la clinique. En confiant à l Office national d indemnisation des accidents médicaux (ONIAM) la couverture illimitée du risque RCM, l Etat ferait réaliser à la sécurité sociale une double économie : sur le coût des accouchements et actes médicaux ou chirurgicaux associés, mais aussi sur le coût de l assurance RCM par les assureurs classiques, que la sécurité sociale prend à sa charge de différentes manières, alors que le même service serait rendu à moindre prix par l ONIAM, émanation de la sécurité sociale. Si l Etat tient mordicus à faire intervenir les assureurs, qui refusent une assurance illimitée, il devrait du moins, dans l intérêt des contribuables-cotisants comme des femmes enceintes et des bébés, mettre à la charge de l ONIAM la partie des sinistres qui dépasse le plafond de couverture : cela générerait des économies pour la sécurité sociale, certes moindres qu une couverture exclusivement réalisée par l ONIAM, mais néanmoins appréciables. 1/ L accouchement coûte plus cher à l hôpital En 2008, la sécurité sociale a déboursé en moyenne pour un accouchement à l hôpital, contre en clinique (honoraires inclus). Le surcoût s élève à 398 par accouchement. La comparaison pour chaque type d accouchement entre les tarifs officiels 2009 pour les hôpitaux, et la somme du tarif correspondant pour les cliniques et des honoraires des médecins libéraux qui s y ajoutent, confirme ce phénomène de surcoût : sur les 38 actes obstétricaux suivis par la GHM, 34 ont un coût inférieur quand l acte a lieu en établissement privé (exemple d une césarienne sans complication significative : 2 959,84 tarif hospitalier contre 2 621,85 tarif clinique plus honoraires). 2/ L hôpital gagne des parts de marché La part de marché de l obstétrique occupée par le secteur hospitalier public et parapublic en France métropolitaine a évolué de la façon suivante (source PMSI) : Année Part du public et privé PSPH 68,5 % 69,3 % 70,3 % 70,8 % 71,3 % 72,1 % 72,5 % Pour la gynécologie l évolution est analogue en chirurgie et de même sens, mais nettement moins vigoureuse, en médecine. 3/ Cette évolution est coûteuse pour l assurance maladie. Raisonnons sur naissances annuelles. Avec une répartition 68,5 / 31,5 (pourcentages de 2002), la prise en charge aurait coûté M. La répartition 72,5 / 27,5 (pourcentages 2008) l a fait monter à M : 12 M de plus, soit 2 M d augmentation chaque année. C est un minimum, les actes obstétriques autres que les accouchements n étant pas pris en compte dans ce calcul. 1

2 Il faudrait également comptabiliser les investissements supplémentaires nécessaires dans les hôpitaux pour faire face à l augmentation de l activité obstétrique, et de probables hausses des tarifs hospitaliers. La Fédération Hospitalière de France (FHF) déclarait en effet le 3 septembre 2009 : «Si le secteur privé se retire plus avant de la pratique des accouchements, les structures publiques qui ont déjà dû absorber une forte augmentation d activité sans transfert des moyens correspondants devraient faire l objet d un programme d accompagnement d investissements et de rénovations capacitaires, de même que d une révision des tarifs applicables, à défaut desquels il ne sera pas possible d absorber un grand nombre d accouchements supplémentaires.» 4/ Les GOL qui pratiquent l obstétrique sont soumis à un risque de ruine Cela vient de ce que les assureurs privés ne peuvent pas raisonnablement couvrir sans limite le risque de RCM. Ceci pour la bonne et simple raison que les assureurs ont pour métier de couvrir des risques probabilisables, et que celui-ci ne l est pas 1. En schématisant : Un millier de GOL régulièrement accoucheurs, 12 à 20 sinistres majeurs par décennie, cela ne permet pas de faire jouer la «loi des grands nombres», base de l assurance. La fixation des indemnisations par les tribunaux obéit à des logiques qui échappent aux assureurs comme aux économistes. Par exemple, lors d une audition par le Groupe d études de l Assemblée nationale sur l assurance et la prévention des risques 2, un assureur spécialiste du risque médical a expliqué que le juge civil prononce parfois des indemnisations cinq fois supérieures à celles que décide dans des cas équivalents le juge administratif (qui est qualifié dès lors que l accouchement a lieu à l hôpital ). La fixation de l indemnité est effectuée en général après que le bébé victime d une faute médicale est devenu adulte. Or en 18 ou 20 ans, les normes juridiques et les jurisprudences en matière d indemnisation ont le temps de changer considérablement. Quid de l inflation sur les 20 prochaines années??? Conséquemment, le seul moyen pour l assureur de maîtriser la part de risque qu il assume est de prélever des primes très supérieures à ce qu il verse actuellement au titre de la RCM, et de fixer un plafond de prise en charge sans tenir compte de la hausse des prix. Cette façon de faire signifie pour le GOL que s il commet une erreur dont les conséquences se révèlent dramatiques, l indemnisation prononcée dépassera peut-être de plusieurs millions le plafond de sa couverture. La victime recevra l intégralité de son indemnité car l ONIAM complétera le versement de l assurance. Mais cet organisme se retournera en règle général contre le praticien. Si le patrimoine de celui-ci atteint un million d euros, il le perdra en totalité, sans que l ONIAM rentre pour autant dans tous ses débours 3. 5/ Le recul de l obstétrique libérale résulte principalement du risque de ruine La FHF, pour attirer de nouveaux médecins vers la pratique hospitalière, ne s y trompe pas : le premier élément du statut de praticien hospitalier qu elle met en avant est la sécurité juridique. On lit ainsi dans la partie de son site web destinée aux médecins ou étudiants en médecine éventuellement intéressés par un poste à l hôpital : «Le statut est garant de la sécurité juridique des praticiens hospitaliers, notamment en matière de responsabilité. L Etat offre en effet une bonne protection des praticiens hospitaliers contre le risque d une responsabilité médicale. A l hôpital public, la charge financière incombant au praticien 1 Pour une démonstration de cette affirmation, voir J. Bichot, «Le risque responsabilité civile du gynécologue obstétricien : problèmes et solutions», Revue de droit sanitaire et social, janvier Assemblée nationale, Compte rendu de la réunion du groupe d études du mercredi 16 décembre Pour aller plus loin : Rémy Pellet, «L assurance des obstétriciens et l impéritie des pouvoirs publics», Revue de droit sanitaire et sociale, Janvier

3 hospitalier pour sa couverture assurantielle est réduite car l établissement employeur lui assure déjà une couverture en responsabilité civile.» Le raisonnement économique va dans le même sens. Les GOL ont des contraintes (gardes, interventions nocturnes) et des charges de travail plus importantes que la moyenne des spécialistes. Or leur revenu se situait en 2006 à en moyenne, contre pour l ensemble des spécialistes. Si l on ajoute à cela un risque de ruine, si faible en soit la probabilité, cette spécialité devient peu attractive pour les jeunes, et certains des GOL en fonction choisissent de se limiter à la gynécologie médicale. Il faut bien comprendre à ce propos que le risque de ruine, même si sa probabilité est inférieure à 1 % - mais en fait, on ne la connaît pas, on est face à l incertitude est extrêmement dissuasif. L aversion vis-à-vis du risque est déjà forte s il s agit de perdre éventuellement jusqu à 50 % du capital investi, comme c est le cas pour un placement boursier, auquel aucun épargnant raisonnable ne consacre la totalité de son patrimoine ; mais il s agit là de la possibilité de perdre 100 % de tout ce que l on a. Dans un cas pareil, l aversion au risque est énorme. Et les membres de la profession ne bénéficient pas de l insouciance d un jeune qui fait le fou avec sa voiture ou sa moto : ils ne sont pas des risquetout inconscients et volontaires ; ils sont parfaitement conscients et totalement contraints. Les conditions sont donc remplies pour que le risque de ruine amène bon nombre d entre eux à ne pas s engager dans l exercice libéral de la profession, ou à renoncer à la partie risquée de cet exercice, celle qui est en rapport direct avec la naissance. 6/ En maintenant un risque de ruine pour les GOL, les pouvoirs publics ne dispensent pas la sécurité sociale de supporter une grosse partie du risque inhérent au plafonnement de la couverture assurantielle. En effet, pour récupérer sur un médecin la différence entre l indemnisation des victimes d une erreur médicale et le plafond de couverture, encore faut-il que le patrimoine de ce médecin ne soit pas inférieur à cette différence. Or il est possible d avoir dans 15 ans une indemnisation se montant à 12 M pour des sinistres déclarés aujourd hui, et donc couverts par le contrat d assurance actuel, alors que le plus haut plafond est actuellement 7 M (beaucoup sont à 3 M ). Combien de GOL seront en situation de payer les 5 M (a fortiori 9 M!) avancés par l ONIAM? Si celle-ci récupère 1 M, ce sera déjà bien! Il est donc fort probable que l ONIAM supportera en tout état de cause, pour les sinistres importants, une partie considérable de ce que les assurances ne rembourseront pas. Combien? La moitié, les trois quarts? impossible de le savoir, mais il est clair que l on ferait une faute de raisonnement majeure en tablant sur une absence de coût pour la sécurité sociale. 7/ Supprimer le risque de ruine des GOL en renonçant définitivement à l action récursoire de l ONIAM engendrerait des économies pour la sécurité sociale. Supposons qu il survienne en moyenne chaque année un sinistre dépassant le plafond d assurance, et qu en ruinant le GOL concerné la sécurité sociale économise 1 M (estimation forte). Supposons que la suppression du risque résiduel évite la moitié du report sur l hôpital des actes obstétriques actuellement réalisés en clinique (estimation faible) et négligeons les suppléments d investissements et de tarifs que la FHF associe à l augmentation du pourcentage d accouchements réalisés à l hôpital. La première année les gains égalent les pertes ; la seconde ils les dépassent d un million, puis de 2 M la troisième année, etc. 8/ La sécurité sociale réaliserait des économies bien plus importantes encore si les pouvoirs publics confiaient à l ONIAM l indemnisation de la totalité du risque RCM obstétrique. 3

4 Comme il a été dit, les assureurs sont amenés à prélever des primes énormes ( à , et jusqu à pour les GOL ayant déjà vu leur responsabilité mise en cause 4 ). Ils sont amenés à provisionner la plus grande partie de ces encaissements, puisque la «consolidation», requise pour qu un tribunal décide du montant d une indemnisation, n intervient le plus souvent que très longtemps après. Or la sécurité sociale prend à sa charge 66 % des primes, plafonnées à , pour les GOL secteur 1, et 55 % pour leurs confrères du secteur 2. Elle débourse ce faisant presque la totalité des primes pures (la partie de la prime qui sert à rembourser les sinistres, le reste, de l ordre de 30 % du total, servant à couvrir les frais de fonctionnement). Autrement dit la sécurité sociale verse aux assureurs de l argent dont la plus grosse partie est placée par eux sur les marchés financiers, alors qu elle-même est obligée d emprunter pour boucler ses fins de mois. En chargeant l ONIAM de couvrir la RCM obstétrique, le cas échéant avec une franchise de quelques dizaines de milliers d euros pour que les fautes professionnelles restent coûteuses, la sécurité sociale réaliserait donc dans l immédiat des économies considérables : elle remplacerait 12 ou 13 M de prise en charge des primes par des dépenses qui ne surviendraient que dans une ou deux décennies, et seraient probablement nettement inférieures, du fait que les assureurs tarifient les risques non assurables en prévoyant le pire. On pourrait compter sur d autres économies encore. En effet, les 6 millions (environ) de frais de gestion engagés par les assureurs ne dispensent pas l ONIAM et les Commissions régionales de conciliation et d indemnisation (CRCI) du suivi des dossiers, puisqu ils doivent en assurer l indemnisation s il ne s agit pas d une faute mais d un aléa médical, ce qui sera établi par une CRCI ou un tribunal. Autrement dit, les frais d étude des dossiers engagés par les assureurs font en grande partie double emploi! Ces frais, diront certains, sont répercutés sur les GOL, pas sur la sécurité sociale. Erreur! les GOL demandent des revalorisations tarifaires en fonction de leurs charges : s ils les obtiennent, il est clair que la sécurité sociale paye l intervention inutile des assureurs ; et s ils ne les obtiennent pas, c est une raison de plus pour eux de «voter avec leurs pieds», d arrêter l obstétrique ou de ne pas s y engager, et pour finir la sécurité sociale est amenée à payer le supplément de coût des accouchements qui résulte de leur transfert aux hôpitaux. Le chiffrage exact des économies à réaliser par la sécurité sociale est impossible, puisqu il s agit de phénomènes pour lesquels l incertitude l emporte sur la prévisibilité. Mais dix millions d euros par an en moyenne serait une estimation minimaliste. 9/ Conclusion : pour soi-disant défendre l économie de marché sur un créneau qui relève clairement d un monopole naturel, les pouvoirs publics sont en train de sacrifier l exercice libéral d une profession et d instaurer un monopole hospitalier des accouchements qui n a, lui, aucune justification économique. Les risques non probabilisables relèvent de la mutualisation a posteriori, et en l espèce cette mutualisation ne peut être que nationale. La sécurité sociale est de toute façon destinée à réaliser cette mutualisation à l aide de ses ressources ordinaires, dont elle représente une infime portion. Ce qui est en question, c est la laisser gérer ce service de mutualisation à l aide des structures qui existent déjà en son sein, ou faire intervenir des intermédiaires inutiles mais coûteux, directement et parce que l imperfection de leur couverture menace une profession libérale sans laquelle il n y aura plus de concurrence en obstétrique. La direction qu indique une saine conception de la concurrence ne fait aucun doute. Jacques Bichot, économiste, professeur émérite à l université Lyon 3 4 Déclarations du représentant de la FFSA devant le groupe d études de l Assemblée nationale mentionné à la note 2. 4

5 5

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham 1 ères Universités d Eté Internationales Francophones pour la Qualité et la Sécurité des soins 11 et 12 Septembre 2015, Rabat - Maroc

Plus en détail

CONCLUSIONS DU RAPPORT D ENQUÊTE SUR L ASSURANCE DE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE

CONCLUSIONS DU RAPPORT D ENQUÊTE SUR L ASSURANCE DE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE Inspection générale des finances Inspection générale des affaires sociales CONCLUSIONS DU RAPPORT D ENQUÊTE SUR L ASSURANCE DE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE Établi par Agnès JEANNET Inspectrice Générale

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 11 JUIN 2015

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 11 JUIN 2015 ASSOCIATION POUR LES ASSURANCES MEDICALES 79, rue de Tocqueville - 75017 PARIS -Association régie par la Loi de 1901- RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 11 JUIN 2015

Plus en détail

ASSURANCES HOSPITALISATION

ASSURANCES HOSPITALISATION ASSURANCES HOSPITALISATION RÈGLEMENT EN VIGUEUR AU 01-01-2016 Article 1 Objet de l assurance L assurance a pour objet d accorder, à charge de la Société Mutualiste SOLIMUT, une intervention financière

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 6 JUIN 2013

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 6 JUIN 2013 ASSOCIATION POUR LES ASSURANCES MEDICALES 79, rue de Tocqueville - 75017 PARIS -Association régie par la Loi de 1901- RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 6 JUIN 2013

Plus en détail

Impact du médico-légal sur les pratiques et les praticiens (appliqué à la pratique obstétricale )

Impact du médico-légal sur les pratiques et les praticiens (appliqué à la pratique obstétricale ) Impact du médico-légal sur les pratiques et les praticiens (appliqué à la pratique obstétricale ) Dr Jean Thévenot Toulouse Grenoble, 20 Juin 2013 «Le principe de précaution» Conflits d intérêt. Gynécologue

Plus en détail

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA SOMMAIRE 01. Objectifs et périmètre du Panorama 2015.. 02. Évolution et gestion des réclamations RC en établissements de santé 03. La sinistralité des professionnels de santé 04. Évolution et gestion des

Plus en détail

L indemnisation des dommages corporels lors des accidents de la route en Suède

L indemnisation des dommages corporels lors des accidents de la route en Suède L indemnisation des dommages corporels lors des accidents de la route en Suède (Indemnisation des dommages corporels sur la base juridique des dommages-intérêts) Cette brochure a pour but de décrire certains

Plus en détail

Gynécologie Obstétrique

Gynécologie Obstétrique Firma BRAINS CONSULTING RECRUTEAZA MEDICI SPECIALISTI PENTRU SPITALE PUBLICE SI PRIVATE DIN Franta! Gynécologie Obstétrique Spécialiste en Gynécologie Obstétrique Clinique Salaire : Clinique Praticien

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Partenaire du SIMBAN, La Médicale fait bénéficier ses adhérents de conditions exclusives!

Partenaire du SIMBAN, La Médicale fait bénéficier ses adhérents de conditions exclusives! RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE Stéphane LAROCHELLE n client : 0C25803Y n contrat : 00958351UL date d expiration : 31/12/2015 Partenaire du SIMBAN, La Médicale fait bénéficier ses adhérents de conditions

Plus en détail

La protection sociale en Europe - ITALIE 1

La protection sociale en Europe - ITALIE 1 ITALIE Les dépenses de protection sociale en Italie représentent 25,2% du PIB. Le système italien est devenu récemment beveridgien. La principale réforme récente concerne le système de retraite. 1. Principes

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière

COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière SANTÉ / Complémentaire HOSPITALISATION - 1 L ESSENTIEL Pour qui? Particulièrement adapté pour : Les personnes qui ont besoin d être très bien couvertes

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014 1 Contrat Responsable Panier de soins ANI Novembre 2014 2 Sommaire 2 Qu est-ce qu un contrat solidaire et responsable? Contrat responsable : Pourquoi une réforme? Contrat responsable : Nouvelles obligations

Plus en détail

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle Le PACK Expat CFE Retraite Prévoyance Santé Épargne Santé et Prévoyance Votre statut d expatrié rend votre protection en santé et prévoyance facultative. Pour conserver les mêmes avantages qu en France,

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Dix ans de «Baromètre coûts hospitaliers»

Dix ans de «Baromètre coûts hospitaliers» Dix ans de «Baromètre coûts hospitaliers» Jean-Marc Laasman Leila Maron Jérôme Vrancken Bruxelles, le 26 novembre 2013. Près de dix ans après la publication de son premier «Baromètre coûts hospitaliers»,

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Présentation du dispositif ANTICIP LR Françoise SACO CCI Montpellier Dispositif régional piloté par la Région Languedoc Roussillon en collaboration

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants 1 Les prestations 2 Les prestations maladie-maternité 1/2 Les prestations maladie en nature (médicaments, honoraires ) sont les mêmes que les

Plus en détail

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance.

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance. DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Épreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Sommaire : L Assurance : indispensable à la vie de l entreprise Un monde de risques Etre bien

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care!

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! ARGUMENTAIRE DÉTAILLÉ Aujourd hui, tous les habitants et habitantes de notre pays sont assurés au sein de l assurance de base pour

Plus en détail

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé Selfassurance Santé Questions/Réponses 1. Souscrire une assurance santé Les différents Régimes Obligatoires Le Régime Obligatoire d assurance maladie de Sécurité sociale française dont relève l assuré

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 A effet du 1 er janvier 2007 Le Syndicat REUSSIR. 21 BOULEVARD POISSONNIERE 75002 PARIS souscrit auprès d AXA France Vie,

Plus en détail

L assurance maternité

L assurance maternité CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES L assurance maternité Mise à jour : Février 2015 L assurance maternité Lorsque vous êtes enceinte, vous pouvez bénéficier de l assurance maternité en tant

Plus en détail

Témoignages. Objectif: Exercice: Matériel: Format: Durée: Informations supplémentaires:

Témoignages. Objectif: Exercice: Matériel: Format: Durée: Informations supplémentaires: 05 Discussion Descriptif des tâches Objectif: Exercice: Matériel: Les élèves comprennent les raisons pour lesquelles il est utile de s assurer et découvrent qu une assurance assiste et indemnise les victimes

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6 Votre Conseiller Newsletter d informations juridiques et fiscales N 55 Octobre 2013 ELEPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 MAGNY LE HONGRE 01 64 63 69 81 g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Document d information n o 6 sur les pensions

Document d information n o 6 sur les pensions Document d information n o 6 sur les pensions Régimes de pension des milieux Partie 6 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins?

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? CAISSE MALADIE PUBLIQUE Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? L argumentaire en bref Les coûts administratifs sont passés de 854 millions en 1999 à 1,13

Plus en détail

p-care PRIVATE by Hirslanden Assurance complémentaire pour les traitements ambulatoires et stationnaires en division privée en chambre à un lit

p-care PRIVATE by Hirslanden Assurance complémentaire pour les traitements ambulatoires et stationnaires en division privée en chambre à un lit p-care PRIVATE by Hirslanden Assurance complémentaire pour les traitements ambulatoires et stationnaires en division privée en chambre à un lit Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

Garantie Hospitalisation

Garantie Hospitalisation P R E V O Y A N C E Toutes cibles? Vous recherchez un contrat qui vous garantisse le versement d allocations journalières en cas d hospitalisation assurances Optez pour Garantie Un forfait journalier en

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DIVINEA OBJET DU CONTRAT ADHÉSION AU CONTRAT CONDITIONS D ADHÉSION FORMALITÉS D ADHÉSION PRISE D EFFET DE L ADHÉSION

CONDITIONS GÉNÉRALES DIVINEA OBJET DU CONTRAT ADHÉSION AU CONTRAT CONDITIONS D ADHÉSION FORMALITÉS D ADHÉSION PRISE D EFFET DE L ADHÉSION PRÉAMBULE Le présent contrat est un contrat d assurance de groupe à adhésion facultative ouvert aux membres des associations ALPTIS et APTI. La gestion de ce contrat est déléguée à ALPTIS ASSURANCES, société

Plus en détail

PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL

PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL La prévoyance fait partie de la protection sociale complémentaire qui est constituée de l'ensemble des garanties collectives

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

EVALUATION DES DOMMAGES DANS LE RAPPORT DE L EXPERT L REALISATION PRATIQUE ET CONSEQUENCES JUDICIAIRES

EVALUATION DES DOMMAGES DANS LE RAPPORT DE L EXPERT L REALISATION PRATIQUE ET CONSEQUENCES JUDICIAIRES EVALUATION DES DOMMAGES DANS LE RAPPORT DE L EXPERT L : REALISATION PRATIQUE ET CONSEQUENCES JUDICIAIRES Benoît GUIMBAUD Directeur gestion des sinistres et des risques - SHAM Évaluation des dommages :

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

ACCORD DU 30 JANVIER 2008

ACCORD DU 30 JANVIER 2008 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective régionale IDCC : 8113. EXPLOITATIONS DE MARAÎCHAGE, ARBORICULTURE, HORTICULTURE, PÉPINIÈRES ET CRESSICULTURE (ÎLE-DE-FRANCE)

Plus en détail

Swiss santé Hospitalisation et chirurgie

Swiss santé Hospitalisation et chirurgie La couverture indispensable de toutes vos dépenses hospitalières Swiss santé Hospitalisation et chirurgie L hospitalisation, tout le monde y pense un jour ou l autre, surtout lorsqu un proche, suite à

Plus en détail

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE 1 REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE Sommaire 1 - AFFILIATION...2 2 - COTISATIONS...3 3 - GARANTIES...4 31 - Contenu des garanties...4 32 - Bénéficiaires des garanties...4 33 - Prise d effet des garanties...5

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Salarié-es de droit privé CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Complémentaire : frais de santé invalidité/arrêt de travail décès Sommaire Page 2-3 : présentation de l accord Page 4-5 : arrêt maladie/invalidité

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNC1409595A Intitulé du texte : Arrêté modifiant l arrêté du 14 novembre modifié fixant les tarifs maxima des frais de fourrière pour automobile Ministère

Plus en détail

NOTE NUMERO 1 ASSURANCES

NOTE NUMERO 1 ASSURANCES NOTE NUMERO 1 ASSURANCES L assurance est une matière complexe en perpétuelle évolution. Il nous semble nécessaire qu un Professionnel du spectacle vivant (une structure / Théâtre / Salle / Stade ou un

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX André Lienhart Membre de la Commission nationale des accidents médicaux. Département d Anesthésie-Réanimation, hôpital Saint-Antoine, 184 rue du

Plus en détail

L assurance des deux-roues à moteur. Fédération française des sociétés d assurances DEP 407 - MARS 2003

L assurance des deux-roues à moteur. Fédération française des sociétés d assurances DEP 407 - MARS 2003 DEP 407 - MARS 2003 L assurance des deux-roues à moteur Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax

Plus en détail

PROJECTIONS SUR LES PRIMES ASSURANCES ET PERSPECTIVES POUR LE FINANCEMENT DES RISQUES, UN AN APRES LE RETRAIT DES COMPAGNIES

PROJECTIONS SUR LES PRIMES ASSURANCES ET PERSPECTIVES POUR LE FINANCEMENT DES RISQUES, UN AN APRES LE RETRAIT DES COMPAGNIES PROJECTIONS SUR LES PRIMES ASSURANCES ET PERSPECTIVES POUR LE FINANCEMENT DES RISQUES, UN AN APRES LE RETRAIT DES COMPAGNIES Dr Benoît GUIMBAUD Secrétaire général - SHAM Mai Été 2002 2003, ANNÉES DE CRISE

Plus en détail

1. Protection Juridique Vie Professionnelle

1. Protection Juridique Vie Professionnelle Cher(e)s collègues, Etre adhérent permet de bénéficier de nombreux services. L UFPL s'engage tous les jours à défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés, mais aussi à mettre à la disposition

Plus en détail

Révisions et précisions: attention, j ai rajouté des diapos en réponse aux questions que j ai reçues par mail. UE 7 Pr Isabelle Durand-Zaleski

Révisions et précisions: attention, j ai rajouté des diapos en réponse aux questions que j ai reçues par mail. UE 7 Pr Isabelle Durand-Zaleski Révisions et précisions: attention, j ai rajouté des diapos en réponse aux questions que j ai reçues par mail UE 7 Pr Isabelle Durand-Zaleski Offre et demande Ne pas confondre les droites (fonctions) =

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

bonus.ch : dès 5% d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer

bonus.ch : dès 5% d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer bonus.ch : dès d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer A partir de quel potentiel d économies les assurés se décident à faire la démarche de demander une offre dans le but de

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE I. Ouverture des droits DROITS A L ASSURANCE MATERNITE Les conditions d ouverture des droits tant aux prestations en nature qu aux prestations en espèce de l assurance maternité s apprécient soit au début

Plus en détail

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents Assurances véhicules à moteur 68 69 Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? J entends des avis très contradictoires sur la nécessité de l assurance occupants d un véhicule à moteur. En Suisse,

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

Protection du revenu. Assurance invalidité. Série Pilier

Protection du revenu. Assurance invalidité. Série Pilier Protection du revenu Assurance invalidité Série Pilier Les conséquences d une invalidité peuvent être dévastatrices. Votre capacité à gagner un revenu est la base de votre avenir financier et votre actif

Plus en détail

VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL

VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL Commission nationale d Entraide VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL Conseil national de l Ordre des médecins nov. 2004 (MAJ nov. 2006) Formalités administratives obligatoires pour l exercice de la médecine Exigées

Plus en détail

FINANCES PERSONNELLES: LE CRÉDIT

FINANCES PERSONNELLES: LE CRÉDIT FINANCES PERSONNELLES: LE CRÉDIT Services financiers aux étudiants Vrai ou faux? Le fait de payer votre facture de carte de crédit deux ou trois jours après la date d échéance n aura aucun effet sur votre

Plus en détail

IRCANTEC : Stagiaires et titulaires à TNC < 28h LE CONGE MATERNITE

IRCANTEC : Stagiaires et titulaires à TNC < 28h LE CONGE MATERNITE indisponibilité texte en tête physique taille 16 n 9 IRCANTEC : Stagiaires et titulaires à TNC < 28h LE CONGE MATERNITE 1. Références, définition et conditions d octroi Références : article 57-5 de la

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCES STATUTAIRES

CONTRAT D ASSURANCES STATUTAIRES CONTRAT D ASSURANCES STATUTAIRES SOMMAIRE Pourquoi? Comment? Avec qui? POURQUOI? La notion de «contrat-groupe» est empruntée au monde de l assurance L'article L.141-1 du Code des Assurances stipule : «Est

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Personnalisons la comparaison des avantages des honoraires fixes et du tarif horaire II

Personnalisons la comparaison des avantages des honoraires fixes et du tarif horaire II Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Personnalisons la comparaison des avantages des honoraires fixes et du tarif horaire II Michel Desrosiers Le D r Michel Desrosiers, omnipraticien et avocat,

Plus en détail

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société?

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Le vrai visage de l assurance Qu en est-il vraiment? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010-2 Le vrai visage de l assurance

Plus en détail

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle Le PACK Expat CFE RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Santé et Prévoyance En tant qu expatrié, votre couverture Santé et Prévoyance devient facultative. Pour vous permettre de conserver les mêmes avantages

Plus en détail

Assurance santé. Pour assurer l essentiel, nous faisons confiance au spécialiste! Swiss santé. Les formules fondamentales

Assurance santé. Pour assurer l essentiel, nous faisons confiance au spécialiste! Swiss santé. Les formules fondamentales Assurance santé Pour assurer l essentiel, nous faisons confiance au spécialiste! Swiss santé Les formules fondamentales Hospitalisation, soins et interventions dentaires, ou encore remplacement de lunettes

Plus en détail

Le droit au salaire en cas d empêchement non fautif de travailler

Le droit au salaire en cas d empêchement non fautif de travailler Le droit au salaire en cas d empêchement non fautif de travailler Art. 324a CO 1 Si le travailleur est empêché de travailler sans faute de sa part pour des causes inhérentes à sa personne, telles que maladie,

Plus en détail

Que couvre la protection sociale obligatoire?

Que couvre la protection sociale obligatoire? Que désigne le terme «Prévoyance»? Que couvre la protection sociale obligatoire? A savoir Les assurances de personnes couvrant les risques : De maladie et d accidents corporels ; De maternité ; D incapacité

Plus en détail

Invalidité de longue durée

Invalidité de longue durée Invalidité de longue durée Régime d assurance des dentistes du Canada PROTECTION DU REVENU SI UNE MALADIE OU UNE BLESSURE VOUS EMPÊCHE DE TRAVAILLER Imaginez-vous tout d un coup gravement malade ou blessé

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur.

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur. Si vous quittez votre employeur, que devient votre assurance hospitalisation? Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son

Plus en détail