LA MICRODISCECTOMIE LOMBAIRE. EVALUATION D'UNE SÉRIE DE 700 CAS AVEC UN RECUL DE 6 ANS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MICRODISCECTOMIE LOMBAIRE. EVALUATION D'UNE SÉRIE DE 700 CAS AVEC UN RECUL DE 6 ANS"

Transcription

1 Rachis, 1993, vol. 5, n02 ARTICLE ORIGINAL LA MICRODISCECTOMIE LOMBAIRE. EVALUATION D'UNE SÉRIE DE 700 CAS AVEC UN RECUL DE 6 ANS LUMBAR MICRODISKECTOMY EVALUATION OF A 700 CASES SERIES WITH A SIX-YEAR FOLLOW-UP J.M. FUENTES ET J. BENEZECH. Clinique Rech. 9 Avenue Charles Flabault Montpel/ier. F RÉSUMÉ Les résultats d'une série homogène de 700 cas de hernies discales lombaires opérées en condition de microchirurgie sont analysés. L'âge moyen est de 43,4 ans. 61,6 % des patients sont de sexe masculin et le sexratio est de 1,6. 2/3 des malades ont été opérés dans les 6 premiers mois de leur évolution sciatalgique. Les résultats sont satisfaisants dans 79,2 % des cas (recul 6 ans), moyens dans 13,8% des cas et mauvais dans 7% des cas. Le taux de récidives est de 6,2%. SUMMARY 700 jjatients have been treated by lumbar microdiscectomy. The average âge was 43,4 years % were males ans the sex-ratio was 1,6. The average delay between the onset of the radicular pain and the operative procedure was for 2 third of the patients of 6 months. The result with a follow-up of 6 years is good in 79,2 %, fair in 13,8 % and poor in 7 %. Recurrence of lumbar disc herniation occured about 6,2 % ofthese cases. Mots clefs: Hernie discale lombaire - Microchirurgie. Keys words : Lumbar disc - Microdiscectomy. 69

2 Le traitement chirurgical de la hernie discale lombaire concerne chaque année patients aux USA (pour 16 millions de consultations pour lombosciatique, c'est-à-dire qu'un traitement chirurgical sera retenu chez 1,25% des patients) et coûte 7 milliards de dollars à la Santé Publique entre le traitement lui-même et la durée de l'arrêt de travail (chiffres fournis par la Havard School of Public Health). En Allemagne: malades sont opérés tous les ans. Dans la littérature internationale 4-6 les résultats à long terme du traitement chirurgical de la hernie discale 7-10lombaire sont considérés comme non-satisfaisants dans un peu plus de 50 % des cas et White estime à 15 % la moyenne internationale des récidives. Weber, sur une série randomisée de 280 patients dont la moitié a été soumise à un traitement chirurgical et l'autre moitié à un traitement conservateur, estime que les résultats à un an sont meilleurs dans le groupe des opérés que dans le groupe des non opérés, qu'à 4 ans la différence n'a pas de valeur statistique et qu'après 10 ans il n'y a aucune différence entre les deux groupes. Dworak 1. (8) en révisant, en 1987, les résultats de 575 patients opérés avec un recul de 4 à 17 ans remarque que : 70 % d'entre eux se plaignent de lombalgies dont 23 % de façon importante, 45 % ont une sciatique résiduelle et 35 % reçoivent un traitement médical additionnel, 14 % perçoivent une pension d'invalidité et 17 % ont présenté une ou des récidives herniaires. Le traitement chirurgical de la hernie discal lombaire demeure donc un sujet d'actualité dans les pays industrialisés par sa fréquence et les controverses existantes sur ses résultats et son incidence socio-économique (qui actuellement ne touche pas uniquement les travailleurs de force, ni préférentiellement le sexe masculin). L'objet de ce travail est d'étudier les résultats obtenus sur une série homogène de 700 patients opérés par deux neurochirurgiens selon la même technique et les mêmes indications et possédant 6 années de recul. MATÉRIEL. Casuistique Nombre de cas: 700 Age moyen: 43,4 ans Extrêmes: ans Répartition (cf tableau) Sexe: masculin: 431 (61,6%) féminin: 269 (38,4 %) rapport homme-femme: 1,6. Durée d'évolution des symptômes avant la chirurgie Années 17 6,1 3% 16 40% 4% Jours 3% Mois % 0,5% 7,3 % Les 2/3 des hernies discales opérées l'ont été dans les 6 premiers mois de leur évolution. Facteurs déclenchants et facteurs de risque: Facteurs déclenchants Les efforts importants récents (20,4 %) et les accidents du travail (6 %) viennent devant les chutes (3 %), les accidents de la voie publique (1,1 %) et les longs trajets en voiture récents (1,5 %). Analvse des (acteurs de risque La surcharge pondérale est présente chez 13,7 % des patients opérés. Le travail marque le secteur primaire (agriculture, pêche, forêts) : 10,5 % ; le secteur secondaire (industries extractive et de transformation, construction, travaux publics, eaugaz-electricité) : 20,6 %. Soit pour les travaux "de force" : 31,2 %. Le secteur tertiaire: 68,8 % L'activité sportive : un sport était pratiqué de manière régulière par 15,4 % des patients (les trois sports arrivant en tête étant le tennis, le football et le ski). Clinique: le trajet radiculaire était concordant avec le niveau anatomique incriminé dans 90 % des cas et non concordant (trajet sur la racine supérieure à l'espace par hernie foraminale ou racines conjointes, trajets ambigu ou tronqué, bilatéraux ou à bascule) : 10 %. Les formes sensitives représentent 86,2 % des cas, et il existait une atteinte motrice dans 13,8 % des cas. Age 16,1% ,4% ,2% 7,1% ,8% ,5% 32% ,5% 4 Les tranches d'âges les plus concernés sont les adultes en activité de 31 à 60 ans puisqu'ils représentent 82,5 % des cas. 70

3 . Les moyens diagnostiques: la TDM a été utilisée (seule) dans 57,2 % des cas, la saccoradiculographie (seule) dans 20,4 %, le myéloscanner dans 22 %, et l'irm ou le disco scanner dans 0,4 % des observations. Le niveau a été L4-L5 (47 %), LS-Sl (49,8 %), L3-L4 (2 %), L2-L3 (0,7 %) Deux étages: 0,5 % Le côté: les hernies latéralisées (postéro-latérales et foraminales) gauches représentent 53 % et les lésions droites 46 %. Les hernies médianes: 1 %. La forme anatomique: les hernies sous-ligamentaires : 64,1 % ; les hernies expulsées non migrées ou migrées: 33,8 % ; les hernies foraminales et extra-foraminales : 2 %. TECHNIQUE OPÉRATOIRE L'anesthésie est générale sauf contre-indication auquel cas le malade est opéré sous rachianesthésie (ou péridurale). L'installation se fait en décubitus latéral (couché sur le coté opposé à la hernie discale). Après incision cutanée de 1,5 à 3 cm de long (selon la corpulence du sujet ou la présence d'une ambiguïté de charnière) et après injection d'un anesthésique local en sous-cutané pour réduire le saignement, hémostase à la coagulation bi polaire du tissu sous-cutané, on pratique une ouverture de l'aponévrose spinale à 2-3 mm de la ligne médiane et on désinsere les fibres musculaires attachées sur l'épineuse et les lames sus et sous-jacentes, tout en conservant le ligament inter-épineux de l'inter-espace sur lequel s'appuiera l'écarteur autostatique de Williams. Le microscope est mis en place avec une focale de 350 mm et va permettre l'ouverture du ligament jaune par voie interlamaire pure (L5-S 1); après résection au rongeur du bord inférieur de la lame sus-jacente (L3-L4) ou de la partie médiane du système articulaire (L4-L5) on accède à l'espace épidural et une coagulation des veines de la graisse épidurale barrant l'accès à la racine peut être nécessaire. On libère le bord externe de la racine et on récline la racine sous le suceur (pas d'écarteur autostatique). S'il existe un fragment expulsé, on retire le séquestre et surtout on vérifie par un crochet à nerf glissé sous la racine et la duremère l'absence d'autres fragments expulsés. Le disque sera vidé par l'orifice d'expulsion. Sinon, en cas de protrusion sous-ligamentaire, on aura recours à l'ouverture longitudinale de l'annulus là où il est le plus aminci et en dehors du ligament vertébral commun postérieur. Il faut éviter d'introduire une curette de diamètre supérieur aux dimensions de l'interespace car il existe un risque de léser les plaques cartilagineuses des plateaux vertébraux. Il faut avec une curette et une pince à disque manipulées avec douceur enlever les fragments médians sous le ligament vertébral postérieur et vérifier la liberté radiculaire en dedans et en dehors, vers le foramen. La résection discale sera aussi poussée que possible. On pratique une hémostase locale et on interpose un gelfoam ou un fragment graisseux en épidural autour de la racine. On referme en deux plans avec 2-3 points aponévrotiques et sous cutanés, puis par surjet intra-dermique ou steristrips sur la peau à enlever après une semaine. Le temps opératoire moyen est de 3/4 H.-l heure. Dans notre expérience il n'a jamais été nécessaire de procéder à une transfusion. Le lever se fait le lendemain avec conseils d'hygiène vertébrale et conseils d'ergonomie consignés dans un fascicule donné au patient et qui sera montré à son kinésithérapeute. La durée d'hospitalisation est de 3 jours et la sortie se fait avec une ordonnance d'anti-inflammatoire, antalgique et antiagrégants plaquettaires. Pendant 3 semaines une activité restreinte est conseillée en particulier vis à vis des trajets en voiture. La rééducation lombaire sera entreprise, en l'absence de douleurs, à partir de la 3ème semaine. La reprise du travail sauf complications est autorisée à la fin du 2 ème mois (en ce qui concerne les travaux de force, conseils d'activité limitée pendant 6 mois). RÉSULTATS Ils ont été appréciés par le chirurgien lors des consultations de contrôle avec les données de l'interrogatoire et de l'examen clinique. Les résultats (recul 6 ans) ont été appréciés de la façon suivante: Bons (pas de plaintes depuis l'intervention, retour à l'état antérieur, malades se considérant comme guéris) : 79,2 %. Moyens (lombalgies résiduelles, syndrome d'adaptation modéré, reprise d'un travail identique après changement de poste, ou reconversion, prise épisodique d'un traitement) : 13,8 %. Mauvais (plaintes permanentes, pas de reprise du travail, mise en invalidité, réinterventions sans amélioration de la plainte) : 7 %. Les complications apparaissent comme suit: Hématome sous cutané et suppuration superficielle, fistule sous cutanée de LCR : 0,8 %. Spondylodiscites : 0,8 %. Aggravation avec atteinte radiculaire déficitaire régressive: 0,2 %. Réinterventions : Reprise précoce: 1,2 % (séquestres oubliés, récidive précoce ou "undulating disc syndrom", erreur d'étage sur charnière ambigüe).

4 Nous avons isolé une sous-population Anesthésiste 1Oncologiste Mauvais: Délai libéral Médecins concernant Radiologistes: Extrêmes: opérée moyen à3un 2 rééducateurs généralistes: 0fois 2des secteur et : semaines de1 radiothérapeute: confrères 2reprise salarié -: de 82 médecins mois. l'activité 2 opérés professionnelle: : 3 semaines. Nombre Résultats: Bons Récidives: Chirurgiens: résultats: moyen: de 2Médecins avec opérés: reconvertion 17 d'activité d'un secteur Récidives vraies (même niveau et même coté) : 6,2 % malades opérés 2 fois: 6 % malades opérés plus de 2 fois: 0,2 % Nouvelle hernie (sur un autre niveau que le niveau initial ou de l'autre coté) : 1,1 % malades opérés 2 fois: 0,8 % malades opérés plus de 2 fois: 0,3 % Fibrose opérée: 0,2 % (sur bilan radiologique laissant planer un doute sur une participation discale). DISCUSSION Les gestes standards de cure de hernie discale lombaire, hérités de Mixter et Barr (18) (dans leur article classique du New England Journal of Medecine en 1934), ont été longtemps représentés en Europe et aux USA par la laminectomie puis l'hémi-laminectomie de L5 (Seemes (28) avec foraminotomie postérieure (Shenkin (29) bien que Love (16) ait préconisé, dès 1939, l'abord interlamaire sans laminectomie. Williams (32,33,34,35,36,37) de 1973 à 1978, développe la microdiscectomie lombaire en introduisant le microscope, la coagulation bipolaire et une instrumentation adaptée permettant un abord limité, un champs exsangue et une diminution du traumatisme opératoire sur les masses musculaires et les racines nerveuses. En Europe, il fut suivi par Caspar et Loew à Homburg (RF A) (6, 15), et par Yasargil à Zurich (1977) (41,42). En France, la plupart des équipes neurochirurgicales, l'utilise de manière standard (3, 14,21,22,26). Un consensus existe quant à la sélection des patients : douleur radiculaire descendant au-dessous du genou, durant au moins depuis 8 semaines et résistante au traitement médical (repos au lit de 2 semaines, anti-inflammatoires, myorelaxants, antalgiques et sédatifs, 2 à 3 épidurales). Nous avons suivi les critères physiques suivant: Signe "dure-mériens" : signe de Lasèque positif (+/ contre-lasègue). Signes radiculaires éventuels avec faiblesse musculaire, hypoesthésie ou troubles des réflexes. Signes lombaires: inflexion columnique, contracture antalgique. Rappelons que les critères opératoires proposés dans Spine up-to-date 1984 sont: l'irradiation radiculaire, la position antalgique, la contracture des muscles spinaux, un signe de Lasegue au-dessous de 45, avec contre-lasegue à 60, hypoesthésie du dermatome atteint, parésie, absence ou diminution d'un ou des réflexes ostéo-tendineux correspondants. Une imagerie démonstrative est indispensable par TDM, IRM ou saccoradiculographie. Pour Hudgins W.R. (1983) (12) : les deux principaux avantages de l'utilisation du microscope opératoire sont l'agrandissement de la vision dans le champs opératoire et l'éclairage co-axial. L'agrandissement de la vision réduit les possibilités de traumatisme radiculaire, de lésion dure-mérienne et d'atteinte des gros vaisseaux. Il en résulte une réduction des pertes sanguines par une meilleur identification des veines épidurales et un champs exsangue où la racine est libre avec la possibilité de disposer autour d'elle un lambeau graisseux pour éviter des adhérences postopératoires. La cicatrice est de petite taille diminuant ainsi les douleurs post-opératoires, les contractures musculaires, la fibrose épidurale et la durée d'hospitalisation d'où une réduction du coût de santé. Pièges et complications : Le repérage correct de l'espace est indispensable avec recours si nécessaire à un contrôle radiographique pour éviter l'erreur d'espace. La cause la plus fréquente de ces erreurs d'étage étant l'anomalie transitionnelle; la seconde cause d'erreur résulte d'une bascule de l'écarteur lors de la mise en place et alors souvent c'est l'espace sus-jacent à la lésion qui sera abordé. La possibilité de spondylodiscite par souillure lors de la manipulation du microscope n'est pas négligeable et doit faire choisir des focales suffisantes pour permettre la manipulation des instruments sans toucher l'objectif (discites : taux en microchirurgie de 1 % contre 0,5 % pour la chirurgie classique). Le diagnostic est porté sur des lombalgies post-opératoires vers la troisième semaine. 74

5 LA MICRODlSCECTOMIE LOMBAIRE Intérêt de la VS et de la scintigraphie osseuse. L'IRM aurait une efficacité identique. Les hémocultures et la ponction discale permettent d'isoler le germe responsable : staphylocoque épidermidis ou aureus. L'emploi du microscope ne doit pas faire négliger une exposition claire de la racine avec si besoin une résection osseuse qui devient nécessaire en cas de récessus étroit de façon à éviter toute lésion radiculaire. Les causes de ces lésions radiculaires sont : la traction excessive sur la racine, la décompression radiculaire insuffisante, les anomalies d'émergence et en particulier les racines conjointes (avec mauvaise identification des éléments radiculaires et discaux). En cas de reprise pour récidive, la nécessité de pratiquer un abord plus latéral avec foraminotomie devient presque une obligation pour l'identification du bord externe de la racine. On peut passer dans l'aisselle radiculaire en cas de fragment volumineux mais en évitant toute éraillure dure-mérienne avec son risque de fistule de LCR. Ces brèches durales pouvant se produire à l'ouverture du ligament jaune (mettre un coton sous le ligament jaune pour refouler la duremère), ou en cas d'antécédents chirurgicaux et de fibrose épidurale (3 % selon Wilson et Harbaugh (39), contre 7 % pour les voies classiques). Le curetage discal doit être le plus large possible sans atteinte des plateaux pour réduire le risque de récidives (récidives 5-10 % sans doute plus fréquente avec la microchirurgie qui pratique une discectomie limitée). Pour Williams la récidive vraie (4,2 %) survient dans 92 % des cas dans les 9 mois qui suivent le premier geste et dans 66 % des cas on retrouve un facteur déclenchant sous la forme d'un traumatisme lombaire récent (37). La vérification systématique de la liberté radiculaire en dedans et en dehors permet de ne pas laisser un séquestre oublié ou méconnu (ne pas s'en tenir à l'ablation d'un seul séquestre qui paraît toujours volumineux sous microscope). Les risques hémorragiques : perte sanguine moyenne de 150 à 376 mml d'après Bostman (5). Pour Williams (série de 903 patients) une transfusion a été nécessaire dans 0,07 % des cas (36). Résultats de la littérature (microdiscectomie) : Achslog J. (1979) (1). Série de 125 cas. 41 % des malades ne se plaignent plus, 37 % ont des lombalgies légères, 9 % ont des plaintes résiduelles importantes, 13 % ont été réopérés. Séjour hospitalier: 8 jours. Cooper D.F. (1981) (7) Série de 50 patients. Bons résultats: 88 %. Réinterventions : 4 %. Séjour hospitalier: 2-3 jours. Hudgins W.R. (1983) (12) Série de 200 patients. Etage concerné: L5-S1 : 52 %, L4 L5 : 41 %, L3-L4 :3 %, 2 niveaux : 4 %. Coté concerné: gauche: 51 %, droit: 39 % et bilatéral: 10%. Résultats excellents : 68 %, bons : 20 %, moyens : 8 %, mauvais : 4 %. Les meilleurs scores se trouvant chez les patients à disques séquestrés et sans problèmes d'accidents du travail. Durée d'hospitalisation: 3,8 jours. Récurrence: 5 %. Il admet que les résultats sont variables selon la présence ou pas de recherche de bénéfices secondaires (19 % d'échec). Maroon J. (1985) (17). Série de 50 cas. 90 % de bons résultats. Séjour hospitalier: 3 jours. Williams (1986) (39) Série de 903 patients. Recul: 12 ans Bons résultats: 86 % après une seule intervention; 99,1 % après réinterventions ; Echecs: 0,9 % ; Réinterventions : 14 % ; récidives: 4,2 % ; nouvelle hernie: 3,7 % ; syndrome discal ondulant: 1,2 % ; fibrose: 1,9 % ; sténose lombaire : 2,7 %. Thomas A.M.C. (1987) (30) sur une série de 60 patients décrit 91 % de résultats satisfaisants par microdiscectomie. Zeiger E. (1987) (44) Série de 81 patients: 89 % de bons résultats. Récidives: 8,6 %. Infections: 1,2 %. Séjour hospitalier 3,4 JOurs. Zahrawi F. (1988) (43) 93,3 % de bons résultats, 3,3 % de résultats pauvres et 3,3 % d'échecs. Séjour hospitalier: 1,9 jours. Retour au travail en 2-4 semaines post-opératoires. Watters III (1988) (31) 88 % de bons résultats. Moyens : 8 % et mauvais 4 %. Séjour hospitalier: 2,8 j. Retour au travail en 36 jours en moyenne. Rogers L. (1988) (24) : compare une série de microdiscectomie avec simple ablation du fragment compressif, une série de microdiscectomie avec essai d'ablation discale plus large et une série standard avec laminectomie conventionnelle. Les récidives après microdiscectomies limitées sont de 21 % (6 mois). L'hospitalisation est de 2,76 jours après techniques micro chirurgicales pour 7,14 j ours après techniques conventionnelles. 32 % des malades retournent au travail après 3 semaines et 74 % après 6 semaines après microchirurgie contre respectivement 4 et 40 % par techniques standards. Complications : hématome épidural : 1,4 %, infection de la plaie : 2,9 %, pseudoméningocèle : 1,4 %, fuite de LCR pendant l'opération: 16 % Roy-Sylver (1988) (27) Bons résultats: 95,5 % ; durée hospitalisation: 3,7 j ; délai de reprise professionnelle : 10,6 semaines; complications: infections superficielle: 0,7 %, discite : 0,4 % ; récidive: 3,3 % Mac Culloch (1990) Série de 257 patients: 84 % de succès et 95 % de retour à la vie normale. 10 % de complications mineures et transitoires. 75

6 Pierron et Robine (1990) (22) Série de 80 cas de lombo-sciatiques opérées par technique micro-chirurgicale comparée à 80 cas opérés par technique standard avec laminectomie. Résultats bons et moyens de la série microchirurgicale (Groupe 1) : 93,5 % (bons: 60 %, moyens: 33,5 %) contre 77,5 % de résultats identiques (bons: 23,5 %, moyens: 54 %) dans la série standard avec un recul de 1 ans. 80,5 % des patients reprennent des activités professionnelles dans le groupe 1 contre 42,5 % dans le groupe II. Andrews D.W. (1990) (2) Série de 112 cas. Résultats bons et excellents dans 97 % des cas. Le délai de reprise du travail est de 9,9 +/- 1,7 semaines quand les symptômes évoluent depuis plus de 6 mois, et de 5,5 +/- 0,75 semaines quand ils existent depuis moins de 6 mois. Ce même auteur constate une réduction de la consommation médicamenteuse et des réactions fébriles post-opératoires dans le groupe "micro chirurgical" par rapport au groupe chirurgie "standard". Lagarrigue 1990 (14) Sur une série chirurgicale de 751 cas trouve 53,8 % de résultats excellents, et 36,1 % de résultats bons. CONCLUSION A la lumière de notre expérience et en la comparant aux données de la littérature et en utilisant les mêmes critères d'évaluation des résultats on peut actuellement apprécier les bons résultats de la microchirurgie lombaire à 78,3 % - 80 % et le taux des récidives par cette technique à 7,5 %. Il nous semble intéressant pour les analyses futures de résultats d'incorporer l'échelle de Prolo (Spine, 1986) qui réalise une évaluation économique et fonctionnelle sous la forme suivante: Echelle économique: El: invalide complet E2 : pas d'occupation rémunérée E3 : travail après changement de poste E4 : activité antérieure à temps partiel E5 : reprise de l'activité antérieure. Echelle fonctionnelle FI : incapacité totale. F2 : douleur lombaire ou sciatique mais conservation d'activité quotidienne. F3 : douleur légère mais conservation d'activité sauf le sport. F4 : pas de douleur permanente mais douleur intermittente lombaire ou sciatique. F5 : récupération totale avec activités sportives antérieures. Les résultats sont bons pour des scores de 8/1 0, moyens pour 6/7 et mauvais pour les scores inférieurs à 5. BIBLIOGRAPHIE 1. ACHSLOGH J., MEEUS (DE) A., SPILTOIR G. Le problème de la hernie lombaire: aspect diagnostique et thèrapeutique. Apport de la microchirurgie. Résultats opératoires. Acta Orthop. Belg., 1979,45: ANDREW D., LAUYNE M.L. Retrospective analysis ofmicrosurgical and standard lumbar discectomy. Spine, 1990, ] 5, p BENEZECH J., FREREBEAU PH, MONSTREY Y., PRIVAT J.M., GROSCL. Microchirurgie de la sciatique discale commune. Technique et résultat. Neurochirurgie, 1983,29,37] BERNEY J., JEANPRETRE M., KOSTLI A. Facteurs épidémiologiques de la hernie discale lombaire. Neurochirurgie, 1990,36: BOSTMAN O., KY ARKÀS J., HIRVENSALO E., KALLIO E. Blood loss, operating time. and positionning of the patient in lumbar disc surgery Spine, 1990, ]5: CASPAR W. A new surgical procedure for lumbar disc herniation causing less tissue damage through a microsurgical approach. Adv. Neurosurg., ]977,4, COOPER D.F., FEWER H. Lumbar microdiscectomy. The Journal of the Indiana Sate Medica] Association. 198] : DVORAK J., GAUCHAT M.H., VALACH L. The outcome of surgery for lumbar herniation. Spine, ]988, 12,:14]8-] GILSBACH J., EGGERT H.R., SEEGER W. Microsurgical operation for herniated lumbar disk. Aesculap-Wiss. Information, 1979,5, 33p. ]0. GOALD H.J. Microlumbar discectomy : Follow-up of 147 patients Spine, 1978,3: ] 1. GOALD H.J. Microlumbar discectomy : Follow-up of 477 patients. J. Microsurgery, 1980,2:95-] HUDGINS W.R. The role of Microdiscectomy. Orthopedies Clinics of North America, 1983, 14,3, KRAMER J. Treatment of the lumbar syndrom, in 1ntervertebral Disk Diseases : Causes, Diagnosis, Treatment, and Prophylaxis. Chicago, IL, Year Book Medical Publishers, 1981, p LAGARRIGUE J. LAZORTHES Y., VERDIE J.c., RICHAUD J. Analyse des résultats de la chirurgie et de la nucléolyse à la papaine dans 1085 cas de hernies discales lombaires. Neurochirurgie, 1991, 37, LOEW F., CASPAR W. Surgical approach to lumbar disc herniation. ln : Advances and Technical Standards in Neurosurgery, Ed. by Krayenbühl, Wien, New-York, Springer, 1978, p _ 76

7 16. LOVE J.G. Removal of protruded intervertebral disks without laminectomy. Proc Staff Meet Mayo Clin., 1939, 14: MAROON J.C., ABLA A. Microdiscectomy versus chemonucleolysis. Neurosurgery, 1985, 16,5: MIXTER W.J., BARR ls. Rupture of the intervertebral disc with involvement of the spinal canal. N.E.J.M., 1934,211: OLDENKOTT P. Microsurgery of the lumbar disc. Proceedings of the 1976 Meeting of the Deutsche Gesellshaft für Neurochirurgie in Berlin. Acta Neurochir., Wien, 1977,36: OLDENKOTT P., ROOST DY Traitement microchirurgical de la hernie discale lombaire. Neurochirurgie, 1980,26, PERUZZI P., ROUSSEAUX P., SCHERPEREEL B., BERNARD M.H., BAZIN A, BAUDRILLARD le., GRAFTIEAUX lp., COLMET DAAGE lf. Spondylodiscite aprés chirurgie de la hernie discale lombaire. Neurochirurgie, 1988, 34 : PIERRON D., ROBINE D., A VELAR J., REDONDO A., KHOUADJA F., DUBEAUH P., GLOWINSKI J., REY A., MATHERON R. Abord microchirurgical versus abord classique: Etude rétrospective de 160 discectomies lombaires. Rachis, 1990, vol 2 no1, (bis). PROLO DJ, OKLUND SA, BUTCHER M. Toward uniformity in evaluation results of lumbar spine operations. A paradigm applied to posterior lumbar interbody fusions. Spine, 1986, 11: ROBERTS D. Microdiscectomy. Reported at the Annual Meeting of the Congress of Neurological Surgeons, Toronto, Ontario, October ROGERS L.A. Outpatient microsurgical management of ruptured lumbar discs. NC Med J, 1987,48: ROGERS L.A Experience with limited versus extensive disc removal in patients undergoing microsurgical operations for ruptured lumbar discs. Neurosurgery, 1988,22, 1: ROUGEMONT (DE), CHIROSSEL lp., PASSAGIA J.G. Considérations techniques sur la chirurgie discale lombaire. Résultats d'une enquête portant sur 49 centres. Neurochirurgie, 1986,32: ROY SILVERS M.D. Microsurgical versus standard lumbar discectomy. Neurosurgety, 1988,22, SEEMES R.F. Diagnosis of ruptured intervertebral disc without myelography and comment upon recent experience with modified hemilaminectomy for their removal. Yale J. Biol Med, 1939, Il : SHENKIN HA, HALF H. Foraminotomy in the surgical treatment of herniated lumbar disks. Surgery, 1966,60,: THOMAS A.M.C., AFSHAR F. The microsurgical treatment of lumbar disc protusion. Follow-up of 60 cases. J.BJ.S., 1987,69 B, 696, WATTERS III W.C., MIRKOVIC S., BOSS l Treatment of the isolated intervertebral disc herniation:microdiscectomy versus chemonucleolysis. Spine, 1988,3: WILLIAMS R.w. The microsurgery of lumbar disc disease. Presented at the meeting of the American Association ofneurological Surgeons. Chicago, WILLIAMS R.W. Microlumbar discectomy : A surgical technique. Presented at the meeting of the International College ofsurgons, USA WILLIAMS R.W. Microlumbar discectomy, a surgical technique with three years follow-up. 25th Annual Meeting of the Congress of Neurological Surgeons, Ponte Vedra Beach, Florida, 1975, October WILLIAMS R.W. Surgical techniques: microlumbar discectomy. Codman & Shurtleff, inc. Randolph, MA 1977, 8p. 36. WILLIAMS R.W. Microlumbar discectomy : a conservative surgical approach to the virgin herniated lumbar disc. Spine, 1978,3: WILLIAMS R.W. Microsurgical discectomy : a surgical alternative for initial disc hernation, in Cauthen J (ed) : Lumbar Spine Surgery, Baltimore, Williams & Wilkins, 1983, pp WILSON D.H., KENNING J. Microsurgicallumbar discectomy : apreliminary report of83 cibsecytuve cases. Neurology, 1979,4: WILSON D.H., HARBAUGH R. Microsurgical and standard removal of protuded lumbar disc:a comparative study. Neurosurgery, 1981,8: Y ASARGIL M.G. Microsurgical operation of herniated lumbar disc. Proceedings of the 1976 Meeting of the Deutsche Gesellschaft für Neurochirurgie in Berlin. Acta Neurochir. (Wien), 1977,36, YASARGIL M.G. Microsurgical operation of herniated lumbar disc. Adv. Neurosurg., 1977,4, ZAHARGIL M.G. Microsurgical operation ofherniated lumbar disc. Act. Neurochir. (Wien), 1977,36, ZAHRA WI F. Microlumbar discectomy. Spine, 1988,3: ZEIGER H.E. Comparison of chemonucleolysis and microsurgical discectomy for the tratment of herniated lumbar disc Spine, 1987, 12:

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents J.R. ALLIEZ, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille T.M.S. NOV.2005 Définition Lombo : Syndrome rachidien Sciatique : Syndrome radiculaire Chronique

Plus en détail

du G.I.E.D.A. inter rachis BRUXELLES

du G.I.E.D.A. inter rachis BRUXELLES 21ème RéunionR Annuelle du G.I.E.D.A. inter rachis BRUXELLES 12-13 13 décembred 2008 Chirurgie Endoscopique Transforaminale (C.E.T.) après «Syndrome d éd échec post chirurgical» (F.B.S.S.) REVUE DE LA

Plus en détail

REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE

REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE Valence le 13 octobre 2011 REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE Bensaïd C. Le DISCOGEL Michel Forgerit forgerit.michel@gmail.com DISCOGEL J. Théron - 2 études prospectives ouvertes Percutaneous Treatment

Plus en détail

INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ,

INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ, INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ, Hôpital Militaire Universitaire Spécialisé de Staoueli DEFINITION La Hernie Discale est une saillie que fait un disque intervertébral

Plus en détail

Thérapeutiques invasives de prise en charge de la hernie discale

Thérapeutiques invasives de prise en charge de la hernie discale Thérapeutiques invasives de prise en charge de la hernie discale Quand opérer? Quels patients? Quel délai? ! Attention aux patients conditionnés! + + Ressources fiables : site du collège, Pubmed (+/- )

Plus en détail

QUELLE CHIRURGIE POUR LES STÉNOSES FORAMINALES LOMBAIRES? ÉVALUATION D'UNE SÉRIE DE 65 CAS AVEC UN RECUL DE 5 ANS

QUELLE CHIRURGIE POUR LES STÉNOSES FORAMINALES LOMBAIRES? ÉVALUATION D'UNE SÉRIE DE 65 CAS AVEC UN RECUL DE 5 ANS QUELLE CHIRURGIE POUR LES STÉNOSES FORAMINALES LOMBAIRES? ÉVALUATION D'UNE SÉRIE DE 65 CAS AVEC UN RECUL DE 5 ANS S. Azzouz ; B. Belbachir ; S. chabane ; H. Nzie ; M. Mokhtari ; H. Chelbi ; A. Ouahmed.

Plus en détail

Traitement chirurgical des douleurs sciatiques

Traitement chirurgical des douleurs sciatiques Traitement chirurgical des douleurs sciatiques Hervé Tourneux Bertrand Dumas Chirurgie du rachis Lombo-radiculalgie aigues Hernie discale Lombo-radiculalgies chroniques Canal lombaire étroit Discopathie

Plus en détail

Techniques chirurgicales mini-invasives de décompression par voie postérieure

Techniques chirurgicales mini-invasives de décompression par voie postérieure Techniques chirurgicales mini-invasives de décompression 2ème Printemps du Rachis Dr Alexandre DELMOTTE Unité de Chirurgie du Rachis et Neurostimulation CHU de POITIERS 1 Techniques chirurgicales mini-invasives

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK :

ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK : ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK : Résultats à 3 mois E DE ROQUEFEUIL DURANDEAU (1), X BARREAU(1), C RENAUD (2), JM VITAL (1), V DOUSSET (1) (1) Bordeaux-France

Plus en détail

LES INFILTRATIONS PERIDURALES

LES INFILTRATIONS PERIDURALES LES INFILTRATIONS PERIDURALES UOAD 18-12-2014 Dr B. Kaschten CHU Liège - C.H. Dinant Infiltration péridurale = injection dans l espace péridural de corticoides dans un but anti-inflammatoire Anesthésie

Plus en détail

La chirurgie rachidienne en ambulatoire

La chirurgie rachidienne en ambulatoire La chirurgie rachidienne en ambulatoire ColloqueAmbulatoire 12 décembre 2016 J.M. VITAL, C. DEGRYSE, A. GENNARI, O. GILLE Unité Rachis 1, CHU Bordeaux Etat des lieux de la chirurgie ambulatoire en Orthopédie

Plus en détail

INFORMATION DES PATIENTS CONCERNANT LA REALISATION D UNE LIBERATION POSTERIEURE POUR STENOSE LOMBAIRE. (encore appelée canal lombaire étroit)

INFORMATION DES PATIENTS CONCERNANT LA REALISATION D UNE LIBERATION POSTERIEURE POUR STENOSE LOMBAIRE. (encore appelée canal lombaire étroit) 1 INFORMATION DES PATIENTS CONCERNANT LA REALISATION D UNE LIBERATION POSTERIEURE POUR STENOSE LOMBAIRE (encore appelée canal lombaire étroit) associée éventuellement à une arthrodèse (fusion de 2 ou plusieurs

Plus en détail

SPONDYLOLISTHESIS ARTHROSIQUE LOMBAIRE

SPONDYLOLISTHESIS ARTHROSIQUE LOMBAIRE SPONDYLOLISTHESIS ARTHROSIQUE LOMBAIRE P. ANTONIETTI Clinique Jouvenet - PARIS Le spondylolisthésis arthrosique (SPLA) s oppose au spondylolisthésis par lyse isthmique comme nous l avons vu. En particulier,

Plus en détail

Traumatisme rachidien

Traumatisme rachidien Ce que doit savoir l'équipe paramédicale. Les traumatismes vertèbro-médullaires Traumatisme rachidien Généralités Importants signes neurologiques et instabilité. Signes neurologiques score ASIA : score

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DU CANAL LOMBAIRE ETROIT

TRAITEMENT CHIRURGICAL DU CANAL LOMBAIRE ETROIT TRAITEMENT CHIRURGICAL DU CANAL LOMBAIRE ETROIT Pierre Antonietti, Clinique Jouvenet Paris. Le canal lombaire étroit (CLE) est fréquent. En effet, son origine étant le plus souvent arthrosique et l'âge

Plus en détail

Y a-t-il des risques à manipuler un patient avec sciatique? Dr C. BLAES Service de Médecine physique et de réadaptation CHU Hautepierre- Strasbourg

Y a-t-il des risques à manipuler un patient avec sciatique? Dr C. BLAES Service de Médecine physique et de réadaptation CHU Hautepierre- Strasbourg Y a-t-il des risques à manipuler un patient avec sciatique? Dr C. BLAES Service de Médecine physique et de réadaptation CHU Hautepierre- Strasbourg INTRODUCTION Sciatique = motif fréquent en MMO Complications

Plus en détail

10/01/2010 LA LOMBOSCIATIQUE COMMUNE. La douleur radiculaire est à type de brûlure à la face. La douleur lombaire est décrite comme une barre non

10/01/2010 LA LOMBOSCIATIQUE COMMUNE. La douleur radiculaire est à type de brûlure à la face. La douleur lombaire est décrite comme une barre non La sciatique par hernie discale Monsieur P âgé de 50 ans présente une douleur lombo radiculaire droite depuis 14 jours. LA LOMBOSCIATIQUE COMMUNE La douleur lombaire est décrite comme une barre non impulsive

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien

HERNIE DISCALE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien HERNIE DISCALE LOMBAIRE DE L ADULTE Institut Du Rachis Parisien HERNIE DISCALE LOMBAIRE ÉPIDÉMIOLOGIE sciatiques 95 % sont des HD HD asymptomatique 20 % pop. Sciatique (France) 120 000 cas / an 37 000

Plus en détail

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré.

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. S Chinellato, G Koch, M Nonent, D Colin, P Mériot, D Ben Salem Service de Radiologie CHU La Cavale Blanche Brest. HIA Brest INTRODUCTION

Plus en détail

JC LE HUEC. SYNDROMES RADICULAIRES LOMBAIRES: SCIATALGIE CRURALGIE aspects chirurgicaux

JC LE HUEC. SYNDROMES RADICULAIRES LOMBAIRES: SCIATALGIE CRURALGIE aspects chirurgicaux SYNDROMES RADICULAIRES LOMBAIRES: SCIATALGIE CRURALGIE aspects chirurgicaux Rappel anatomo-pathologique JC LE HUEC L annulus fibrosus est le siège de micro-traumatismes et de micro-fissures qui peuvent

Plus en détail

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale :

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : aspects pratiques, prise en charge des patients et gestion des échecs Dr O Sisteron, Dr T Balme Service de Radiologie - Polyclinique

Plus en détail

Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa

Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS 2005 Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa 1 Plan Introduction Epidémiologie Evaluation initiale Stratégie thérapeutique

Plus en détail

RACHIS LOMBAIRE DEGENERATIF. J-P Lafourcade Service de Neuroradiologie 13 décembre 2014

RACHIS LOMBAIRE DEGENERATIF. J-P Lafourcade Service de Neuroradiologie 13 décembre 2014 RACHIS LOMBAIRE DEGENERATIF J-P Lafourcade Service de Neuroradiologie 13 décembre 2014 Le disque intervertébral : Nucléus pulposus : 70-90 % eau (âge) Prote oglycanes (65 %) Collage ne type II (15-20 %)

Plus en détail

Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s?

Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s? 12 ème rencontre sur les urgences et complications sévères chez le patient cancéreux Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s? Dr J. Alexiou Service d Imagerie Médicale Institut Bordet Douleur

Plus en détail

Véronique Brulotte 24 octobre 2016

Véronique Brulotte 24 octobre 2016 Véronique Brulotte 24 octobre 2016 Rôle des interventions Risques Indication/efficacité des techniques fréquentes: Épidurale interlaminaire/foraminale/caudale Blocs facettaires Bloc de branche médiane

Plus en détail

Brèches durales et fistules de LCR Traitement. Evelyne Emery Service de Neurochirurgie CHU CAEN

Brèches durales et fistules de LCR Traitement. Evelyne Emery Service de Neurochirurgie CHU CAEN Brèches durales et fistules de LCR Traitement Evelyne Emery Service de Neurochirurgie CHU CAEN Brèches durales Possible à tous les niveaux du rachis et voie d abord antérieure ou postérieure Incidence

Plus en détail

OBJECTIFS REVUE DE LA LITERATURE

OBJECTIFS REVUE DE LA LITERATURE DECOMPRESSION ENDOSCOPIQUE DANS LES STENOSES FORAMINALES DEGENERATIVES (FORAMINOPLASTIE) E. GOZLAN (Paris), B. LAVIGNOLLE (Bordeaux), V. AURILLAC-LAVIGNOLLE (Bordeaux) L abord endoscopique transforaminal

Plus en détail

* Syndrome du canal carpien

* Syndrome du canal carpien * Syndrome du canal carpien L opération consiste à ouvrir le ligament annulaire antérieur du carpe qui comprime le nerf médian. Ce ligament important qui retient les tendons des doigts dans le poignet,

Plus en détail

Le conflit fémoroacétabulaire

Le conflit fémoroacétabulaire Le conflit fémoroacétabulaire Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - juillet 2015 Définition Le conflit fémoro-acétabulaire (CFA) se traduit par un contact anormal

Plus en détail

Compressions médullaires par cervicarthrose Signes, diagnostic et traitement

Compressions médullaires par cervicarthrose Signes, diagnostic et traitement Compressions médullaires par cervicarthrose Signes, diagnostic et traitement Problématique Moelle dans un canal inextensible Au passage des voies longues de conduction, sensitives et motrices Peut conduire

Plus en détail

CHIRURGIE du RACHIS J.M. VITAL. Unité Rachis 1, Tripode, CHU Bordeaux

CHIRURGIE du RACHIS J.M. VITAL. Unité Rachis 1, Tripode, CHU Bordeaux CHIRURGIE du RACHIS J.M. VITAL Unité Rachis 1, Tripode, CHU Bordeaux Quels sont les grands principes chirurgicaux? Comment raisonne t on avec l imagerie avant d opérer? GRANDS PRINCIPES CHIRURGICAUX Décompression

Plus en détail

(5e81,2162)&27 129(0%5( 3$5,6)5$1&(

(5e81,2162)&27 129(0%5( 3$5,6)5$1&( (5e81,2162)&27 129(0%5( 3$5,6)5$1&( Remplacement prothétique total ou partiel du disque lombaire : Bilan après 10 ans de recul Indications, résultats 'LUH WHXU7'$9,'%RLV%HUQDUG Il existe plusieurs types

Plus en détail

La prothèse totale de genou

La prothèse totale de genou La prothèse totale de genou La prothèse totale du genou est constituée de quatre pièces : la pièce fémorale, la pièce tibiale, la pièce rotulienne et une pièce intermédiaire en plastique permettant le

Plus en détail

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 Définition Lombo : Syndrome rachidien Sciatique : Syndrome radiculaire Chronique

Plus en détail

La technique opératoire d implantation du DISCOGEL

La technique opératoire d implantation du DISCOGEL La solution innovante et totalement sécurisée pour le traitement de la Hernie Discale La technique opératoire d implantation du DISCOGEL L acte doit être effectué par un professionnel de santé entraîné

Plus en détail

Place de l imagerie dans les fractures de la Pars inter Articularis du sujet jeune

Place de l imagerie dans les fractures de la Pars inter Articularis du sujet jeune Place de l imagerie dans les fractures de la Pars inter Articularis du sujet jeune Ronan Juglard, Eric Stéphant, Hélène Paoletti, Benoit Talarmin, Antoine Rimbot, Charles Arteaga. Hôpital d Instruction

Plus en détail

Chirurgie des douleurs anales. JJ Labat, R Robert, T Riant. Nantes SNFCP 2006

Chirurgie des douleurs anales. JJ Labat, R Robert, T Riant. Nantes SNFCP 2006 Chirurgie des douleurs anales JJ Labat, R Robert, T Riant. Nantes SNFCP 2006 Neurochirurgie dans certaines douleurs anales 1.Pourquoi opérer? 2.Qui opérer? 3.Comment opérer? 4.Quels résultats espérer?

Plus en détail

Rachis lombaire. Canal lombaire étroit/rétréci

Rachis lombaire. Canal lombaire étroit/rétréci CHAPITRE 3 Rachis lombaire Canal lombaire étroit/rétréci Canal lombaire étroit (constitutionnel) Étroitesse centrale Étroitesse latérale Canal lombaire rétréci (acquis) Repères et mesures utiles en imagerie

Plus en détail

Les cervicalgies chroniques. Par Dre Nathalie Guimond, physiatre

Les cervicalgies chroniques. Par Dre Nathalie Guimond, physiatre Les cervicalgies chroniques Par Dre Nathalie Guimond, physiatre OBJECTIFS Connaître les différentes causes de cervicalgie chronique. Mieux situer le rôle du patient, du médecin de famille et du spécialiste

Plus en détail

Dans tous les cas il s agit d une intervention majeure, techniquement difficile, qui peut imposer une hospitalisation relativement prolongée et le

Dans tous les cas il s agit d une intervention majeure, techniquement difficile, qui peut imposer une hospitalisation relativement prolongée et le ARTHRODESE LOMBAIRE L arthrodèse lombaire est une intervention chirurgicale qui a pour objectif de bloquer définitivement une ou plusieurs des articulations intervertébrales de la colonne lombaire. La

Plus en détail

RACHIS LOMBAIRE DEFINITION

RACHIS LOMBAIRE DEFINITION 1 DEFINITION La hernie discale : une saillie d une partie du disque intervertébral dans le canal rachidien provoquée par l expulsion en arrière de son noyau gélatineux. La hernie entrainant la compression

Plus en détail

De l arthrodèse cervicale intersomatique à la prothèse discale de Bryan.

De l arthrodèse cervicale intersomatique à la prothèse discale de Bryan. De l arthrodèse cervicale intersomatique à la prothèse discale de Bryan. P. KEHR, L. BALABAUD Université Louis Pasteur Strasbourg Centre de Traumatologie et d Orthopédie UGECAM Alsace L arthrodèse intersomatique

Plus en détail

LES FRACTURES DE LA CLAVICULE

LES FRACTURES DE LA CLAVICULE LES FRACTURES DE LA CLAVICULE La fracture de la clavicule survient dans la majorité des cas lors d un accident sportif comme le rugby ou une chute de vélo ou de sa hauteur sur le moignon de l épaule..

Plus en détail

Modèle BIO psycho social. Modèle bio psycho social 22/06/2011. é Dr S. Genevay. Consultation rachis Service de Rhumatologie

Modèle BIO psycho social. Modèle bio psycho social 22/06/2011. é Dr S. Genevay. Consultation rachis Service de Rhumatologie LOMBALGIES SPECIFIQUES : infection tumeur maladie inflammatoire fracture déformation majeure LOMBALGIES + COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES syndrome radiculaire sur hernie discale claudication i neurogène sur

Plus en détail

Traitement chirurgical du mal de Pott A propos d une série de 55 cas

Traitement chirurgical du mal de Pott A propos d une série de 55 cas Traitement chirurgical du mal de Pott A propos d une série de 55 cas L.Chaal, M.Kihal, R.Benkaidali, N.Meraghni, M.Ait-Ouarab, M.Nouar Service d orthopédie et de traumatologie CHU Mustapha Pacha. 19éme

Plus en détail

INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES)

INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES) INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES) Dr AJ BARAZA Priam 07/06/07 Rappels Les infiltrations de glucocorticoïdes

Plus en détail

Le disque lombaire. Concepts actuels.

Le disque lombaire. Concepts actuels. Le disque lombaire. Concepts actuels. Le 05 février 2011 EPU Rachis. SFR Rhône-Alpes Yannick Carrillon Centre Orthopédique Santy LYON L espace intervertébral Le segment mobile de Junghans Disque Massifs

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES LOMBALGIES ET LOMBOSCIATIQUES COMMUNES DE MOINS DE TROIS MOIS D EVOLUTION

PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES LOMBALGIES ET LOMBOSCIATIQUES COMMUNES DE MOINS DE TROIS MOIS D EVOLUTION PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES LOMBALGIES ET LOMBOSCIATIQUES COMMUNES DE MOINS DE TROIS MOIS D EVOLUTION TEXTE DES RECOMMANDATIONS ANAES FEVRIER 2000 La lombalgie est une douleur de

Plus en détail

Q U EST CE QUE LA MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE?

Q U EST CE QUE LA MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE? Q U EST CE QUE LA MYELOPATHIE? La colonne vertébrale cervicale (ou rachis cervical) est constituée de 7 vertèbres empilées et séparées par des disques sauf entre la 1 vertèbre cervicale C1 (atlas) et la

Plus en détail

ÉVALUATION DES RÉSULTATS DE LA PRISE EN CHARGE DES LÉSIONS DU NERF MÉDIAN ET DU NERF ULNAIRE SUR PLAIES DU POIGNET À PROPOS DE 24 CAS

ÉVALUATION DES RÉSULTATS DE LA PRISE EN CHARGE DES LÉSIONS DU NERF MÉDIAN ET DU NERF ULNAIRE SUR PLAIES DU POIGNET À PROPOS DE 24 CAS N. BENHASSINE, S. AKDADER, W. CHENAF, C. ALLAM, A. AHRAS SERVICE DE MÉDECINE PHYSIQUE ET DE RÉADAPTATION E.H.S. DE BEN-AKNOUN - ALGER ÉVALUATION DES RÉSULTATS DE LA PRISE EN CHARGE DES LÉSIONS DU NERF

Plus en détail

La Rhizarthrose. Définition. Examens Complementaires

La Rhizarthrose. Définition. Examens Complementaires La Rhizarthrose Définition La rhizarthrose ou arthrose de la base du pouce est une pathologie très fréquente, souvent bien tolérée, qui touche 20% des femmes. Elle correspond à l usure chronique du cartilage

Plus en détail

PRATIQUE DE L IMAGERIE DU RACHIS. Morlaix le 17 septembre 2015 Frédéric Busson Ronan Bourlès

PRATIQUE DE L IMAGERIE DU RACHIS. Morlaix le 17 septembre 2015 Frédéric Busson Ronan Bourlès PRATIQUE DE L IMAGERIE DU RACHIS Morlaix le 17 septembre 2015 Frédéric Busson Ronan Bourlès Préambule De quelle technique d imagerie disposonsnous? 1. La radiologie standard 2. La tomodensitométrie ou

Plus en détail

- l'articulation scapulohumérale

- l'articulation scapulohumérale TRAUMATISMES DE L EPAULE I-INTRODUCTION : -fréquents lors de la pratique sportive ou dans la vie quotidienne -Les Lésions sont fonction du mécanisme du traumatisme et de l'âge du patient II-RAPPEL ANATOMIQUE

Plus en détail

Intérêt d une prothèse discale lombaire dans certaines lombalgies chroniques

Intérêt d une prothèse discale lombaire dans certaines lombalgies chroniques Intérêt d une prothèse discale lombaire dans certaines lombalgies chroniques A propos de notre expérience depuis 2003, sur 50 Cas J.Godard, et collaborateurs Service de neurochirurgie CHU Besançon Lombalgies

Plus en détail

PROTHESE LP-ESP RESULTATS CLINIQUES ET RADIOLOGIQUES. JP. RAKOVER JY. LAZENNEC O. RICART GECO 19 janvier 2015

PROTHESE LP-ESP RESULTATS CLINIQUES ET RADIOLOGIQUES. JP. RAKOVER JY. LAZENNEC O. RICART GECO 19 janvier 2015 PROTHESE LP-ESP RESULTATS CLINIQUES ET RADIOLOGIQUES JP. RAKOVER JY. LAZENNEC O. RICART GECO 19 janvier 2015 Etude Evaluer l efficacité et la tolérance de la prothèse LP-ESP dans le traitement des lombalgies

Plus en détail

RESULTATS DE L ARTHRODESE LOMBAIRE POSTERO -LATERALE INSTRUMENTEE DANS LE TRT DU SPONDYLOLISTHESIS ISTHMIQUE SYMPTOMATIQUE

RESULTATS DE L ARTHRODESE LOMBAIRE POSTERO -LATERALE INSTRUMENTEE DANS LE TRT DU SPONDYLOLISTHESIS ISTHMIQUE SYMPTOMATIQUE RESULTATS DE L ARTHRODESE LOMBAIRE POSTERO -LATERALE INSTRUMENTEE DANS LE TRT DU SPONDYLOLISTHESIS ISTHMIQUE SYMPTOMATIQUE S. AZZOUZ HMUS STAOUELI SACOT 2010 INTRODUCTION Depuis sa description en 1782

Plus en détail

CHAPITRE. Rachis cervical

CHAPITRE. Rachis cervical CHAPITRE 2 Rachis cervical Subluxation c1 c2 Distance atlas axis (Djian) Pseudo-luxation c2 c3 chez l'enfant Ligne cervicale postérieure (Swischuk) Canal cervical étroit Parties molles prévertébrales cervicales

Plus en détail

EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX».

EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX». EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX DITE DE «FLEXION-DISTRACTION». par Karl VINCENT, D.C. Institut Franco-Europ Européen de Chiropratique 1ER CONGRÈS S NATIONAL DE LA SOFMMOO 08

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

CLASSIFICATION DES HERNIES DE L'AINE. (clinique du Mont louis, dr Jansen paris)

CLASSIFICATION DES HERNIES DE L'AINE. (clinique du Mont louis, dr Jansen paris) CLASSIFICATION DES HERNIES DE L'AINE Au-dessus de l'arcade crurale : (clinique du Mont louis, dr Jansen paris) En dedans des vaisseaux épigastriques HERNIE DIRECTE dite de " faiblesse " du fascia transversalis

Plus en détail

Rachis lombaire dégénératif. Dr Sokhna BA DIOP

Rachis lombaire dégénératif. Dr Sokhna BA DIOP Rachis lombaire dégénératif Dr Sokhna BA DIOP Objectifs Citer les types d atteinte dégénérative de l unité disco vertébrale Connaître la nomenclature de la hernie discale Connaître la clasification Modic

Plus en détail

Luxations et instabilités du coude. Christian Dumontier Hôpital Saint Antoine & Institut de la Main, Paris

Luxations et instabilités du coude. Christian Dumontier Hôpital Saint Antoine & Institut de la Main, Paris Luxations et instabilités du coude Christian Dumontier Hôpital Saint Antoine & Institut de la Main, Paris Les facteurs de stabilité du coude Congruence des structures osseuses Crochet olécranien Crochet

Plus en détail

6 UTILISATION D ENDOSPINE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES HERNIES DISCALES LOMBAIRES

6 UTILISATION D ENDOSPINE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES HERNIES DISCALES LOMBAIRES 6 UTILISATION D ENDOSPINE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES HERNIES DISCALES LOMBAIRES Jean DESTANDAU Service de Neurochirurgie, Hopital Bagatelle, Talence, France Correspondance: Jean DESTANDAU, 145

Plus en détail

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Épidémiologie Fréquence Causes : Tumorales Vasculaires Troubles de la coagulation +++ Syndromes hémorragiques Traitements anti-coagulants

Plus en détail

Abord antéro-externe selon Röttinger des arthroplasties de hanche. Jean -Thomas TRENSZ GECO 2010

Abord antéro-externe selon Röttinger des arthroplasties de hanche. Jean -Thomas TRENSZ GECO 2010 Abord antéro-externe selon Röttinger des arthroplasties de hanche Jean -Thomas TRENSZ GECO 2010 La technique Röttinger = Watson-Jones (1936) avec 3 idées simples : Membre inférieur opéré placé en arrière

Plus en détail

Instruments mini-invasifs postérieurs. Assortiment complet compatible avec un abord direct et un abord transforaminal postérieur du rachis lombaire.

Instruments mini-invasifs postérieurs. Assortiment complet compatible avec un abord direct et un abord transforaminal postérieur du rachis lombaire. Instruments mini-invasifs postérieurs. Assortiment complet compatible avec un abord direct et un abord transforaminal postérieur du rachis lombaire. Permet des pro cédures avec mini-ouverture, idéal pour

Plus en détail

Rôle du rachis. Stabilité et statique Mobilité Protection de la moelle épinière et des racines nerveuses

Rôle du rachis. Stabilité et statique Mobilité Protection de la moelle épinière et des racines nerveuses FRACTURES DU RACHIS INTRODUCTION RACHIS = empilement de vertèbres sous forme de colonne autour de laquelle s articule le tronc la tête et les 4 membres Cette colonne présente des courbures physiologiques

Plus en détail

La chirurgie du rachis lombaire est de plus en

La chirurgie du rachis lombaire est de plus en Article original ASPECTS MEDICO-LEGAUX DE LA CHIRURGIE DU RACHIS LOMBAIRE DOSSIER J.L. Berthelot, C. Combes Service de Neurochirurgie - Hôpital Beaujon La chirurgie du rachis lombaire est de plus en plus

Plus en détail

Les Prothèses Discales Lombaires

Les Prothèses Discales Lombaires Les Prothèses Discales Lombaires 31 èmes Journées Nationales d Etude et de Perfectionnement 16 mai 2014 Service de Neurochirurgie CHU DIJON Prothèses lombaires Expérience du service Premières poses en

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL PAR VOIE POSTÉRIEURE (LAMINECTOMIE OU LAMINOPLASTIE) D UN CANAL CERVICAL ÉTROIT AVEC MYÉLOPATHIE

TRAITEMENT CHIRURGICAL PAR VOIE POSTÉRIEURE (LAMINECTOMIE OU LAMINOPLASTIE) D UN CANAL CERVICAL ÉTROIT AVEC MYÉLOPATHIE Cachet du médecin INFORMATION PRÉOPÉRATOIRE TRAITEMENT CHIRURGICAL PAR VOIE POSTÉRIEURE (LAMINECTOMIE OU LAMINOPLASTIE) D UN CANAL CERVICAL ÉTROIT AVEC MYÉLOPATHIE PATIENT(E) Nom Prénom NATURE DE L INTERVENTION

Plus en détail

Cavernome. 1. Quelle est la pathologie / l affection dont vous êtes porteur?

Cavernome. 1. Quelle est la pathologie / l affection dont vous êtes porteur? Cavernome «Madame, Monsieur, Vous devez être opéré(e) d un cavernome intracrânien et vous vous posez un certain nombre de questions sur la façon dont cette intervention va se dérouler ainsi que sur la

Plus en détail

La charnière Lombo-sacrée

La charnière Lombo-sacrée La charnière Lombo-sacrée 15/03/2012 Marc Page 1 sur 6 I/ Le disque L5-S1 Matériau composite qui amorti les pressions. Eléments de stabilité intrinsèque entre les 2 vertèbres II/ Equilibre Sagittal 1-

Plus en détail

Risques médicaux des professions de santé : risques musculo-squelettiques. Dr CADENE SOFOMEC 22/03/2012

Risques médicaux des professions de santé : risques musculo-squelettiques. Dr CADENE SOFOMEC 22/03/2012 Risques médicaux des professions de santé : risques musculo-squelettiques Dr CADENE SOFOMEC 22/03/2012 Risques des métiers de la santé Infectieux ( AES,hygiène, soins ) Chimiques ( antiseptiques, cytotoxiques

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Introduction La présence de métastases osseuses est la cause la plus fréquente

Plus en détail

CHIMIONUCLEOLYSE A LA PAPAINE

CHIMIONUCLEOLYSE A LA PAPAINE Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) CHIMIONUCLEOLYSE A LA PAPAINE Madame, Monsieur, Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur

Plus en détail

Fractures du rachis thoracolombaire

Fractures du rachis thoracolombaire Fractures du rachis thoracolombaire Prise en charge thérapeutique Dr Cyril DAUZAC, Dr Thibaut LENOIR, Pr Pierre GUIGUI DU de pathologie rachidienne 29 janvier 2010 10 000 fractures du rachis thoracique

Plus en détail

Chirurgie Orthopédique Complications associées à l ostéotomie de nivellement du plateau tibial (TPLO) : Étude rétrospective de1519 interventions.

Chirurgie Orthopédique Complications associées à l ostéotomie de nivellement du plateau tibial (TPLO) : Étude rétrospective de1519 interventions. Chirurgie Orthopédique Complications associées à l ostéotomie de nivellement du plateau tibial (TPLO) : Étude rétrospective de1519 interventions. Coletti TJ, Anderson M, Gorse MJ, Madsen R. Complications

Plus en détail

Introduction La synoviorthèse à l Acide Osmique est un traitement validé et efficace dans traitement des coxopathies inflammatoires chroniques. La TDM

Introduction La synoviorthèse à l Acide Osmique est un traitement validé et efficace dans traitement des coxopathies inflammatoires chroniques. La TDM LA SYNOVIORTHESE SOUS CONTROLE TDM : INTERET ET RESULTATS IMMEDIATS ET A LONG TERME MA. Jellali 1 ;S.Zrour 2 ;M.S.Ezzine 1 ;A.Zrig 1 ;W. Harzallah ;W.Mnari 1 ;J.Saad 1 ;B.Hmida 1 ; N.Bergaoui 2 ;M. Golli

Plus en détail

Surveillance des Infections du Site Opératoire

Surveillance des Infections du Site Opératoire Surveillance des Infections du Site Opératoire Résultats de l interrégion Ouest 2015 Rapport disponible sur le site du CClin ouest : Surveillances\ISO\Résultats http://www.cclinouest.com/pages/surveillance-iso3-2.html

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait! INFORMER

L arthrose, ses maux si on en parlait! INFORMER INFORMER Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une maladie du cartilage : il s agit de la «destruction» du cartilage

Plus en détail

Endoscopie extraarticulaire. P. Desmoineaux (Versailles), C. Dumontier (Paris)

Endoscopie extraarticulaire. P. Desmoineaux (Versailles), C. Dumontier (Paris) Endoscopie extraarticulaire P. Desmoineaux (Versailles), C. Dumontier (Paris) Quelle est la logique d un arthroscope en dehors des articulations? Parce que la tendance est au mini-invasif Que l arthroscopie

Plus en détail

Chirurgie des Ménisques du Genou par Arthroscopie

Chirurgie des Ménisques du Genou par Arthroscopie Chirurgie des Ménisques du Genou par Arthroscopie Anatomie du Genou : L articulation du genou sert à rattacher 2 os : le tibia (os de la jambe) et le fémur (os de la cuisse). Au niveau de son fonctionnement,

Plus en détail

FMC du 06/12/2012 Centre Hospitalier William Morey. Les fractures de l extrémité proximale du fémur

FMC du 06/12/2012 Centre Hospitalier William Morey. Les fractures de l extrémité proximale du fémur FMC du 06/12/2012 Centre Hospitalier William Morey Les fractures de l extrémité proximale du fémur La fracture du col fémoral Pathologie fréquente : Incidence 11/1000 femmes entre 75 et 84 ans et de 33/1000

Plus en détail

Traitement Des Fractures Luxations De Bennett Par Double Embrochage Inter métacarpien A Propos De 22 cas

Traitement Des Fractures Luxations De Bennett Par Double Embrochage Inter métacarpien A Propos De 22 cas Société Algérienne Chirurgie Orthopédique et Traumatologique SACOT 2015 Traitement Des Fractures Luxations De Bennett Par Double Embrochage Inter métacarpien A Propos De 22 cas AIT SAADI.M, BENAIDA.A,

Plus en détail

Sémiologie du rachis. Pr Olivier GILLE

Sémiologie du rachis. Pr Olivier GILLE Sémiologie du rachis Pr Olivier GILLE DCEM1 Année 2010-2011 Sémiologie du rachis I. Rappels anatomiques II. Examen clinique III. Examen radiologique IV. Principales pathologies Dégénératives rachis cervical

Plus en détail

COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES

COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES H. HARRABI 1, A. DINH 2, G. GRAS 1, D. MULLEMAN 3, L. BERNARD 1 1- Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses,

Plus en détail

Lombalgie commune 24/02/2009. Objectifs. Red flags = signes d alarme. Yellow flags = risque de chronicité

Lombalgie commune 24/02/2009. Objectifs. Red flags = signes d alarme. Yellow flags = risque de chronicité Lombalgie commune T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO R. Dardel, médecine manuelle 26 novembre 2008 Objectifs Distinguer une lombalgie commune d une lombalgie spécifique Reconnaître les

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je

Cancer de l'ovaire : je Cancer de l'ovaire : je comprends la place de la chirurgie La chirurgie a un rôle important dans le traitement du cancer de l ovaire. Elle permet le diagnostic de la tumeur et de son extension éventuelle.

Plus en détail

URETEROSCOPIE POUR CALCUL

URETEROSCOPIE POUR CALCUL URETEROSCOPIE POUR CALCUL Site des urologues de la polyclinique de Picardie Amiens Adresse du site : www.docvadis.fr/www.urologie-polycliniquedepicardie L'intervention qui vous est proposée est destinée

Plus en détail

Particularités anatomopathologiques des fractures du rachis thoraco_lombaire a propos de 180 cas

Particularités anatomopathologiques des fractures du rachis thoraco_lombaire a propos de 180 cas Particularités anatomopathologiques des fractures du rachis thoraco_lombaire a propos de 180 cas A-benkhelifa/L-Bensalem /K-feria,A-chehili / H-zidani Fréquence augmenté Surtout au niveau de la charnière

Plus en détail

Les lombalgies en rhumatologie. T. Armingeat Service du Pr Lafforgue Hôpital de la conception

Les lombalgies en rhumatologie. T. Armingeat Service du Pr Lafforgue Hôpital de la conception Les lombalgies en rhumatologie T. Armingeat Service du Pr Lafforgue Hôpital de la conception Le problème de santé publique N 1! 13 % des accidents du travail! Durée moyenne 33 jours! Arrêt > 6 mois pour

Plus en détail

L anatomie : La cause du blocage du doigt

L anatomie : La cause du blocage du doigt L anatomie : La flexion des doigts est assurée par les tendons fléchisseurs. Chaque doigt dispose de deux fléchisseurs : le fléchisseur profond et le fléchisseur superficiel. Ces fléchisseurs coulissent

Plus en détail

ORTHORISQ PARIS

ORTHORISQ PARIS ORTHORISQ le 15 novembre 2013 ORTHORISQ le 15 novembre 2013 Analyse des dossiers Radioscopie Sinistralité Facteurs favorisants (environnement) Causes à l origine des décisions (chirurgien) Causes à l origine

Plus en détail

Calendrier optimal du traitement de la fracture vertébrale par compression avec un implant intravertébral

Calendrier optimal du traitement de la fracture vertébrale par compression avec un implant intravertébral Calendrier optimal du traitement de la fracture vertébrale par compression avec un implant intravertébral A DENIS (1), X BARREAU (2), V DOUSSET (2), S LUC (2), JM VITAL (2), JJ RAILHAC (1), N SANS (1)

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

L arthrose. ses maux, si on en. parlait!

L arthrose. ses maux, si on en. parlait! ses maux, si on en parlait! Qu'est-ce l'arthrose que Articulation normale Cartilage Os Articulation arthrosique Os plus dense Cartilage aminci Os L'arthrose est une maladie courante des articulations dont

Plus en détail

Informer CURE D INCONTINENCE URINAIRE D EFFORT INTITULE DE L INTERVENTION

Informer CURE D INCONTINENCE URINAIRE D EFFORT INTITULE DE L INTERVENTION Informer CURE D INCONTINENCE URINAIRE D EFFORT PATIENTE (ETIQUETTE) CACHET DU MEDECIN INTITULE DE L INTERVENTION QU EST CE QU UNE? Le traitement chirurgical consiste le plus souvent à mettre en place une

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

traumatismes du rachis Dr Anne FONTANEL SAU CH Annecy

traumatismes du rachis Dr Anne FONTANEL SAU CH Annecy traumatismes du rachis Dr Anne FONTANEL SAU CH Annecy rappels schéma 1 n 7 cours d anatomie le rachis ou colonne vertébrale - 24 vertèbres mobiles: - 7 vertèbres cervicales (C1 à C7) - 12 vertèbres dorsales

Plus en détail

LES CHIRURGIES PAR LAPAROSCOPIE

LES CHIRURGIES PAR LAPAROSCOPIE LES CHIRURGIES PAR LAPAROSCOPIE Préparé par : Docteur Oleg Soroko Chef du département de gynécologie 12 mai 2011 TABLE DES MATIERES Informations... 4 Qu est-ce qu une laparoscopie?... 4 Comment se passe

Plus en détail