Notions de droit en assurance de dommages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notions de droit en assurance de dommages"

Transcription

1 Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages

2 Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire de l assuré 2

3 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat peut être d'ordre: spécifique Ex. Assurer une automobile Général Ex. Couvrir tous les biens de l'assuré 3

4 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat peut être : Gratuit ou Onéreux En assurance le mandat est à titre onéreux 4

5 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le représentant Courtier ou Agent (mandataire) est mandaté par l'assureur (mandant) de le représenter pour les transactions d'assurance en vertu d'un mandat souvent appelé «Traité de nomination». 5

6 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le représentant Courtier principalement et également l'expert en sinistre peuvent également être mandatés par l'assuré pour le représenter, soit dans le but de trouver de l'assurance, soit dans le but de l'aider lors d'une réclamation. 6

7 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandataire est tenu d'agir de bonne foi, il n'est pas tenu personnellement responsable envers le tiers s'il respecte son mandat, le mandant étant seul responsable. Exemple: Un Courtier d assurance n'est pas responsable personnellement d une compagnie d'assurance qui refuse d'honorer une réclamation. 7

8 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandataire qui outrepasse ses pouvoirs sera personnellement tenu responsable envers le tiers. Exemple: Un Courtier d'assurance, qui assure un commerce dont la valeur d'assurance dépasse le mandat que lui a donné l'assureur, pourra être tenu responsable. 8

9 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat réel Selon l'article 2132 CcQ, pour qu il y ait mandat réel, Il faut que l'acceptation soit expresse: Exemple: Oui, j accepte, ou par contrat écrit. Oui! J ele veux 9

10 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat réel Selon l'article 2132 CcQ, pour qu il y ait mandat réel, l'acceptation peut être tacite (sous entendue): Le mandant présume que le mandataire a accepté en raison de ses agissements. Exemple: Le mandataire débute le travail que le mandant lui a demandé. 10

11 I.I Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat apparent Le mandat apparent existe lorsque: le mandataire agit sans pouvoir le tiers était de bonne foi le tiers doit avoir des motifs raisonnables de croire l'existence du mandat 11

12 I.I Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat apparent Le mandat apparent existe lorsque: le mandant a laissé croire au tiers quelque chose de façon à l induire en erreur. Exemple: Un Expert en sinistre qui, par ses agissements, laisse croire à un assuré qu il sera indemnisé alors que, dès le départ, l'expert sait que la perte ne sera pas couverte. Il crée un estoppel. 12

13 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat réel du représentant Le traité de nomination (contrat de représentation ou d'agence) limite les pouvoirs du représentant en assurance de dommages. Les limites peuvent notamment être sur le montant qui lui donne le pouvoir d engager l assureur Les catégories de risques, la gestion des primes perçues pour l assureur ou à rembourser à l assuré. D autres limitations existent 13

14 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat réel du représentant Le représentant doit connaître le pouvoir de lier du cabinet face aux différents assureurs. Dans le cas de l acceptation d une nouvelle affaire, le cabinet doit remettre à l assureur une lettre de confirmation ou la proposition d assurance. 14

15 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat réel du représentant Par ailleurs, une note de couverture (assurance temporaire ou certificat temporaire) doit être émise lorsqu il est impossible de fournir à l assuré la police d assurance dans un délai raisonnable. La note de couverture n est pas nécessairement sujette aux clauses et conditions de la police à être émise par l assureur (2403 CcQ). Il serait préférable de joindre une copie de police pour que l assuré puisse s y référer immédiatement. 15

16 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat réel du représentant Le représentant en assurance de dommages est autorisé à souscrire : les catégories d'assurance Ex. Assurance des particuliers les limites d'assurance par catégorie Ex. Limite d engagement de $ en assurance habitation Le représentant doit se référer à son traité de nomination (contrat d agence) pour connaître ses pouvoirs de liaison. 16

17 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat réel du représentant Le représentant qui excède les limites de son traité de nomination n'engagera pas la responsabilité du mandant, sauf s'il y a contrat apparent. S il le fait, le mandant peut avoir un recours récursoire contre son mandataire. 17

18 I. Le rôle du représentant en assurance de dommages Le mandat réel du représentant Exemple Le Courtier complète toute la proposition d'assurance sur les documents de l'assureur, contacte le souscripteur de la compagnie d'assurance et remet une note de couverture. Ici, même si le Courtier a outrepassé ses pouvoirs, il y a mandat apparent si l'assureur (souscripteur) ne dit rien. 18

19 I Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l assureur Le représentant qui assiste l assuré dans la préparation de sa proposition d'assurance est reconnu comme étant le mandataire de l'assureur. Ex. Un Courtier ou un Agent qui complète la proposition d'assurance ou explique les protections d'assurance à son client est réputé avoir le mandat de l assureur de le faire 19

20 I Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assureur Le représentant agit comme représentant de l'assureur lorsqu il perçoit les primes. Exemple: Si l'assuré paie la prime au représentant, l'assureur sera réputé l avoir reçue. 20

21 I Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assureur Le représentant a l obligation de renseigner l'assuré de toutes les protections qui s'offrent à lui en lien avec la demande d'assurance que l assuré a faite. 21

22 2- Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assureur Lorsque le représentant fait une erreur dans l'exécution de ses fonctions, l'assureur est lié et devra indemniser l'assuré. Exemple Le représentant a commis un erreur dans le calcul de la prime, l'assuré est tout de même couvert. 22

23 2- Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assureur Si un représentant fait une erreur et que l'assureur démontre qu il n'aurait pas accepté le risque. L assureur peut être libéré de son obligation. 23

24 2- Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assureur L'assureur a un recours récursoire contre son représentant Courtier s'il est obligé d'indemniser l'assuré à cause du mandat apparent. Le recours récursoire est celui qu une personne peut exercer lorsqu elle a payé à la place d une autre personne. Le droit d action prend alors naissance le jour où le paiement est fait ou celui du jugement rendu, par opposition au recours subrogatoire qui transfère un droit d action existant. 24

25 3- Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assuré L'étendue de l'obligation de conseil du représentant envers son client est vaste: 1. rechercher la protection appropriée 2. informer sur les formes d'assurance disponibles 3. conseiller la protection la plus adéquate 4. éviter de laisser sans protection 5. le conseiller sur le placement du risque 6. connaître la situation de l'assuré 7. décrire le risque à l'assureur de façon complète 25

26 3- Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assuré L'étendue de l'obligation de conseil du représentant envers son client est vaste: Si le Courtier fait l'erreur de ne pas dire la vérité à l'assureur, le Courtier sera alors obligé de faire intervenir son assurance responsabilité professionnelle, Erreurs et Omissions, pour que l assuré soit indemnisé s il y a un sinistre. 26

27 3- Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assuré Lorsque le représentant (Courtier) ne décrit pas correctement le risque à l'assureur, l assureur est, selon la jurisprudence, dégagé de toute responsabilité envers l'assuré. 27

28 3- Le rôle du représentant en assurance de dommages Mandataire de l'assuré Si le Courtier a commis l'erreur de ne pas dire la vérité à l'assureur, il sera alors de s adresser à son assureur de responsabilité professionnelle, Erreurs et Omissions, pour que l'assuré touche une indemnité lors d'un sinistre. 28

29 La Loi sur la Distribution des Produits et des Services Financiers 1. Les organismes de contrôle sous la Loi Les disciplines 3. L Autorité des Marchés Financiers 4. La Chambre d'assurance de Dommages 5. Le syndic de la Chambre d'assurance de Dommages

30 La Loi sur la Distribution des Produits et des Services Financiers 6. Le Comité de discipline de la Chambre d'assurance de Dommages 7. Le Fonds d'indemnisation des services financiers 8. La distribution avec représentant 9. Le représentant

31 La Loi sur la Distribution des Produits et des Services 10.Le maître de stage Financiers 11.Le certificat de pratique 12.Les modes d exercice 13.Les obligations des représentants 14.Les professions incompatibles 15.Le statut de Courtier ou Agent

32 La Loi sur la Distribution des Produits et des Services 16.La carte d affaires 17. Les titres Financiers 18. L assurance responsabilité 19. Les ventes liées 20. Les prêts garantis par hypothèque immobilière

33 La Loi sur la Distribution des Produits et des Services 21.l inscription Financiers 22.les conditions de l inscription (cabinet, société autonome) 23.Les obligations des inscrits 24.Refus d inscription 25.Publicité

34 La Loi sur la Distribution des Produits et des Services Financiers 26.Représentation écrite 27.Les livres et dossiers 28.Le traitement des plaintes 29.Protection des renseignements personnels 30.L assurance responsabilité

35 La Loi sur la Distribution des Produits et des Services Financiers 31.la formation continue 32.les commissions 33.la distribution sans représentant 34.la déontologie des représentants en assurance de dommages et des Experts en sinistre

36 1- Les organismes de contrôle sous la Loi 188 CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Cotisants: représentants en assurances de personnes représentants en assurance collective représentants en valeurs mobilières planificateurs financiers FONDS D'INDEMNISATION indemnise les victimes de fraude BUREAU DES SERVICES FINANCIERS CVMQ édicte le Code de déontologie agit comme tribunal (comité de discipline) CHAMBRE DE L'ASSURANCE DE DOMMAGES Cotisants: Agents en assurance de dommages Courtiers en assurance de dommages Experts en sinistres IQPF décerne les diplômes établit les normes de formation continue 36

37 1- Les organismes de contrôle 1. le Bureau des Services financiers 2. le Fonds d Indemnisation 3. la Commission des Valeurs Mobilières 4. l Inspecteur des Institutions Financières 5. la Régie de l assurance dépôts du Québec ont été incorporés à L Autorité des Marchés Financiers 37

38 2- Les disciplines Assurance de dommages Assurance de dommages des particuliers Assurance de dommages des entreprises Expertise en règlement des sinistres Expertise en règlement de sinistre à l'emploi d'un assureur 38

39 2- Les disciplines Expertise en règlement de sinistres en assurance des particuliers Expertise en règlement des sinistres en assurance des entreprises Expertise en règlement des sinistres à l'emploi d'un assureur en assurance des particuliers Expertise en règlement des sinistres à l'emploi d'un assureur en assurance des entreprises 39

40 3- L Autorité des Marchés Financiers La mission du Bureau des Services Financiers: Était de veiller à la protection du public en voyant à l application des dispositions de la Loi sur la Distribution des Produits et des Services Financiers, et des règlements du Bureau. L Autorité des Marchés financiers reprend la même mission qui, dans les faits, est sa première. 40

41 3- L Autorité des Marchés Son rôle est de Financiers Établir et appliquer la réglementation Tenir et conserver un registre des représentants et des inscrits Délivrer ou renouveler un certificat de pratique 41

42 3- L Autorité des Marchés Son rôle est de Financiers autoriser les inscriptions, radier ou suspendre un cabinet, une société autonome ou un représentant autonome, ou encore leur imposer des conditions ou des restrictions (sanctions) 42

43 3- L Autorité des Marchés Son rôle est de Financiers Sévir contre la pratique illégale; Traiter les plaintes Agir à titre de centre de renseignements et de références dans le domaine de l assurance Constituer un fonds d'assurance 43

44 3- L Autorité des Marchés Son rôle est Financiers d Inspecter les cabinets, les sociétés autonomes et les représentants autonomes de Tenir un registre des polices individuelles d assurance-vie souscrites au Québec 44

45 3- L Autorité des Marchés Son rôle est de Financiers Publier un bulletin visant à informer l industrie et le public de ses activités 45

46 4- La Chambre d'assurance de Dommages Elle a pour mission d assurer la protection du public: en maintenant la discipline en veillant à la formation continue et à surveillance de la déontologie de ses cotisants 46

47 4- La Chambre d'assurance de Son rôle est de : Dommages Établir les normes de formation continue obligatoire pour les Agents ou Courtiers en assurance de dommages et les Experts en sinistre; Édicter et faire respecter le Code de déontologie pour les représentants en assurance de dommages; 47

48 4- La Chambre d'assurance de Dommages Son rôle est de : Édicter le Code de déontologie pour les Experts en sinistre; Offrir des services à ses cotisants. 48

49 4- La Chambre d'assurance de Son rôle est de : Dommages Élaborer les critères d'obtention des titres professionnels Autoriser à utiliser ces titres professionnels (Courtier d Assurance Agréé et Courtier d Assurance Associé) 49

50 5- Le syndic de la Chambre d'assurance de Dommages Il a pour fonction d enquêter sur un représentant qui aurait commis une infraction à une disposition de la Loi des règlements ou du Code de déontologie. 50

51 5- Le syndic de la Chambre d'assurance de Dommages Il enquête de sa propre initiative, ou à la suite d une information mentionnant qu un représentant aurait commis une infraction 51

52 5- Le syndic de la Chambre d'assurance de Dommages - Il dépose une plainte devant le comité de discipline contre un représentant lorsqu il a des motifs raisonnables de croire qu une infraction a été commise 52

53 6- Le comité de discipline de la Chambre d'assurance de Dommages Le comité est composé d avocats et de représentants. Il est saisi de toute plainte, il l analyse et statut sur la plainte 53

54 6- Le comité de discipline de la Chambre d'assurance de Dommages La plainte est entendue par trois membres du comité de discipline dont un avocat qui préside l audition. 54

55 6- Le comité de discipline de la Chambre d'assurance de Dommages Il est possible d en appeler d une décision de ce comité devant la Cour du Québec. Cet appel est sur permission et est présenté à un des juges de la Cour d Appel. 55

56 7- Le Fonds d'indemnisation des services financiers organisme maintenant sous une direction d encadrement de l Autorité des Marchés Financiers : Direction de l encadrement et de l assistance aux consommateurs et de l indemnisation 56

57 7- Le Fonds d'indemnisation des services financiers Sa mission est : d'administrer les sommes d'argent qui y sont déposées afin d'indemniser les victimes de fraude ou de manoeuvres dolosives ou de détournement de fonds dont est responsable: un cabinet, ou un représentant autonome, ou une société autonome. 57

58 7- Le Fonds d'indemnisation des services financiers Les conditions de présentation d une réclamation au Fonds: 1. être présentée par écrit; 2. exposer les faits; 3. indiquer le nom de l inscrit; 4. indiquer le montant réclamé; 5. être assermentée et déposée auprès de l Autorité des Marchés Financiers (art. 1 du règlement 6) 58

59 7- Le Fonds d'indemnisation des services financiers Une victime de fraude, faite par un représentant, a un délai d un an suite à la découverte de la fraude pour réclamer au Fonds. Cependant, l Autorité des Marchés Financiers peut accorder un délai additionnel (art. 2 et 3 du règlement 6). 59

60 7- Le Fonds d'indemnisation des services financiers Le montant maximum, par représentant fautif, que peut verser le Fonds est de $ par réclamation (art 8 du règlement 6). 60

61 7- Le Fonds d'indemnisation des services financiers 1. voir au remboursement de toute personne qui a fait un ou plusieurs dépôts dans une institution financière insolvable sous juridiction du Québec 2. Un Maximum $ par personne 61

62 7- Le Fonds d'indemnisation des services financiers L Autorité des Marchés, après avoir indemnisé les victimes, possède un recours subrogatoire contre le représentant fautif jusqu à concurrence de l indemnité qu elle a versée (art 277 de la Loi 188) 62

63 Les modes de distribution La loi réglemente 2 modes de distribution soit: La distribution avec représentant La distribution sans 63

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Chapitre 4 4.1 Les organismes de protections 4.2 Les obligations des intervenants 4.3 La responsabilité du représentant 4.4 Les droits des consommateurs 4.5 L

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

PROTECTION DU PUBLIC DANS LE CADRE DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES : LE FONDS D INDEMNISATION DU COURTAGE IMMOBILIER

PROTECTION DU PUBLIC DANS LE CADRE DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES : LE FONDS D INDEMNISATION DU COURTAGE IMMOBILIER PROTECTION DU PUBLIC DANS LE CADRE DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES : LE FONDS D INDEMNISATION DU COURTAGE IMMOBILIER Par : Paul Mayer, président du conseil d administration du Fonds d indemnisation du courtage

Plus en détail

Formulaire de changement de dirigeant responsable(*)

Formulaire de changement de dirigeant responsable(*) Formulaire de changement de dirigeant responsable(*) *s applique aussi aux associés responsables de la société autonome IMPORTANT En vertu du Règlement relatif à l inscription d un cabinet, d un représentant

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES La présente directive remplace la directive publiée

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 12 Le mandat et le dépôt Me Micheline Montreuil 1 1 La nature et l étendue du mandat Les obligations des parties Contenu I Les obligations du mandataire envers le mandant

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. c. ( ) Ville Province/État Code postal Téléphone

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. c. ( ) Ville Province/État Code postal Téléphone Chubb du Canada Compagnie d Assurance Montréal Toronto Oakville Calgary Vancouver PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Responsabilité civile professionnelle pour les compagnies d assurance

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles G u i d e Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles I - INTRODUCTION À la suite de l entrée en vigueur de la Loi sur la distribution de produits et services financiers

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

EXEMPLE. 1.2.1.5 Le mandat. La présentation du mandat. La définition du mot «mandat» 1.2.1.5.1 Les types de mandat Les caractéristiques

EXEMPLE. 1.2.1.5 Le mandat. La présentation du mandat. La définition du mot «mandat» 1.2.1.5.1 Les types de mandat Les caractéristiques Chapitre 1 Les sources du droit en assurance 19 1.2.1.5 Le mandat La présentation du mandat Le mandat est un type de contrat particulier dont les règles générales sont établies par le Code civil du Québec,

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

La procédure V.E.I. (Véhicules Economiquement Irréparables) Renforcer la sécurité routière en empêchant un véhicule ayant subi des dommages importants

La procédure V.E.I. (Véhicules Economiquement Irréparables) Renforcer la sécurité routière en empêchant un véhicule ayant subi des dommages importants La procédure V.E.I. (Véhicules Economiquement Irréparables) Objectifs de la procédure Renforcer la sécurité routière en empêchant un véhicule ayant subi des dommages importants d'utiliser sans contrôle

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail

Chapitre 5. Déontologie des représentants en assurance de dommages

Chapitre 5. Déontologie des représentants en assurance de dommages Chapitre 5 Déontologie des représentants en assurance de dommages 5.1 Le maintien de la discipline C est la Chambre d assurance de dommages (Chad) qui est chargée de faire respecter la discipline. Une

Plus en détail

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE)

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes?

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Atelier A12 Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Intervenants Stefano TASSO Directeur département Sinistres stefano.tasso@fmglobal.com André LAVALLEE Directeur Technique et Sinistres

Plus en détail

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques:

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques: Décret exécutif n 95-340 du 6 Joumada Ethania 1416 correspondant au 30 octobre 1995 fixant les condition d'octroi et de retrait d'agrément, de capacités professionnelles, rétributions et de contrôle des

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

1. Renseignements généraux

1. Renseignements généraux Chubb du Canada Compagnie d Assurance Montréal Toronto Oakville Calgary Vancouver PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES responsabilité civile professionnelle pour les fonds commun de placement

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle. c. D-9.2, r. 3 Code de déontologie de la Chambre de la sécurité financière Loi sur la distribution de produits et

Plus en détail

Assurance Responsabilité Civile Professionnelle FICHE DE DECLARATION DE MISE EN CAUSE Dossier Responsabilité civile professionnelle

Assurance Responsabilité Civile Professionnelle FICHE DE DECLARATION DE MISE EN CAUSE Dossier Responsabilité civile professionnelle Assurance Responsabilité Civile Professionnelle FICHE DE DECLARATION DE MISE EN CAUSE Dossier Responsabilité civile professionnelle La présente déclaration est à retourner à Sophiassur 154 boulevard Haussmann

Plus en détail

Le Monde de la Tutelle POUR VOTRE ASSOCIATION

Le Monde de la Tutelle POUR VOTRE ASSOCIATION POUR VOTRE ASSOCIATION 1 VOTRE CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE Objet du contrat Dans la limite des garanties ci- après énoncées, l'assureur se substitue à l'assuré pour indemniser la victime,

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES STAGIAIRES EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES STAGIAIRES EXPERIENCE PROFESSIONNELLE I.P.I. - demande STAGIAIRE-expérience professionnelle / 2014 - page 1 / 6 rue du Luxembourg 16 B - 1000 Bruxelles - Tél. 02/505.38.50 - Fax 02/503.42.23 - www.ipi.be DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES

Plus en détail

CLAUSES DIVERSES SPECIMEN. CLAUSE 82 Tiers porteur de bonne foi (polices d abonnement)

CLAUSES DIVERSES SPECIMEN. CLAUSE 82 Tiers porteur de bonne foi (polices d abonnement) CLAUSES DIVERSES CLAUSE 81 Emballage (agrément) Par dérogation aux dispositions de l article 7, paragraphe 4 ) des Conditions Générales de la police, il est convenu que, dans le cas où, à la suite d une

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé Page 1 of 5 Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er novembre 2009 c. D-9.2, r.1.1.1 Règlement sur les critères d'obtention des titres

Plus en détail

DEMANDE DE DEVIS «RC PROFESSIONNELLE AÉRONAUTIQUE ASSISTANCE AEROPORTUAIRE»

DEMANDE DE DEVIS «RC PROFESSIONNELLE AÉRONAUTIQUE ASSISTANCE AEROPORTUAIRE» DEMANDE DE DEVIS «RC PROFESSIONNELLE AÉRONAUTIQUE ASSISTANCE AEROPORTUAIRE» Cette proposition ne peut pas concerner les aéronefs loués ou prêtés à des tiers ou exploités par l'assuré. Merci de bien vouloir

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

Conditions générales. Insolvabilité financière des entreprises de voyages Référence 000745-Lia003F-20150501. Amlin Europe S.A.

Conditions générales. Insolvabilité financière des entreprises de voyages Référence 000745-Lia003F-20150501. Amlin Europe S.A. Insolvabilité financière des entreprises de voyages Page 2 de 9 Introduction Établissement du contrat d assurance Les présentes conditions générales décrivent les droits et obligations réciproques, le

Plus en détail

Devenir partenaire du Lloyd s

Devenir partenaire du Lloyd s Devenir partenaire du Lloyd s Gloria Rolland, Responsable du développement et des relations de marché, Lloyd s France Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché - Paris, le 28 mai 2015 Lloyd s 1 Introduction

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES

EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES PARTAGE DES RÔLES ET RESPONSABILITÉS chad.c a (Août 2009) E EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES : PARTAGE DES RÔLES ET RESPONSABILITÉS L'expert en sinistre est la personne

Plus en détail

VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL

VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL Arrêté par le Conseil communal en séance du 16 novembre 1992 Approbation DP 14/01/1993 Modifié par le Conseil communal en séance des : 29 septembre

Plus en détail

Défaillance d une entreprise d assurance

Défaillance d une entreprise d assurance Livret de l indemnisation Défaillance d une entreprise d assurance Mission du Fonds de Garantie 1 Accident de circulation 2 Accident de chasse 1 Mission du Fonds de Garantie > Un dispositif protecteur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF LE 28 AOÛT 2014 Table des matières 3 1. Introduction 3 2. Champs d

Plus en détail

Utilisation d un véhicule personnel pour les besoins d une enquête Réf : Note 3/C252 du 17 décembre 2002

Utilisation d un véhicule personnel pour les besoins d une enquête Réf : Note 3/C252 du 17 décembre 2002 Etab=DG75, Timbre=F420, TimbreDansAdresse=Oui, Version=W2000-C-5.1/9.0, VersionTravail=W2000-C-5.1/9.0 Direction des Statistiques Démographiques et Sociales Unité des Méthodes Statistiques Division Coordination

Plus en détail

ASSOCIATIONS SPORTIVES. Responsabilité et assurances

ASSOCIATIONS SPORTIVES. Responsabilité et assurances ASSOCIATIONS SPORTIVES Responsabilité et assurances 1 La Responsabilité Le contexte Savoir identifier les responsabilités Rappel des principes responsabilité pénale responsabilité civile responsabilité

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

PONT LEVANT BACALAN-BASTIDE - BORDEAUX

PONT LEVANT BACALAN-BASTIDE - BORDEAUX PONT LEVANT BACALAN-BASTIDE - BORDEAUX CONVENTION RELATIVE AUX MODALITES D ASSURANCE COMMUNE TOUS RISQUES CHANTIER Entre : La Communauté urbaine de Bordeaux, dont le siège est esplanade Charles de Gaulle

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Section Distribution de produits et services financiers

Section Distribution de produits et services financiers BULLETIN DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS 7 AVRIL 2006, vol. 3, n 14 Section Distribution de produits et services financiers AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Bulletin de l Autorité des marchés financiers

Plus en détail

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES Création d'un Fonds de Garantie des Assurés Loi n 2000-98 du 31 décembre 2000 portant loi de finances pour l année 2001 (1). Article 35 Est crée un fonds intitulé

Plus en détail

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile.

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. I. REGLES PREALABLES A L'EXPERTISE.- Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. 1. Le secret professionnel, institué dans l'intérêt des malades, s'impose à tout médecin dans

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

R COM 0053/11/HCC Feuillet 1 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

R COM 0053/11/HCC Feuillet 1 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- R COM 0053/11/HCC Feuillet 1 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LA HAUTE COUR DE COMMERCE SIEGEANT A KIGALI AU PREMIER

Plus en détail

Recommandation 2. Recommandation 3

Recommandation 2. Recommandation 3 Recommandation 1 S'inspirer des recommandations du Conseil canadien des responsables de la réglementation d'assurance pour mettre en place un cadre législatif souple qui permettra aux assureurs d'offrir

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5698-9585 No du rôle : 28.d-C-15 Licence RBQ : 5698-9585-01 Date : 14 septembre 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur RÉGIE DU BÂTIMENT

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce qui suit avant de remplir le présent certificat d'assurance :

Veuillez lire attentivement ce qui suit avant de remplir le présent certificat d'assurance : Certificat d'assurance erreurs omissions ou responsabilité professionnelle pour les entreprises de conception qui désirent s'inscrire, renouveler ou rétablir leur inscription aux termes du Code du bâtiment

Plus en détail

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE CI 049M C.G. Code de procédure civile MÉMOIRE Février 2012 AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE Présenté à la Commission des institutions par L OACIQ, UN ORGANISME AYANT POUR

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

II. ASSURANCE ANNULATION EN CAS D'INSOLVABILITE FINANCIERE DE L'ORGANISATEUR ET/OU INTERMEDIAIRE DE VOYAGES

II. ASSURANCE ANNULATION EN CAS D'INSOLVABILITE FINANCIERE DE L'ORGANISATEUR ET/OU INTERMEDIAIRE DE VOYAGES EXTRAIT DES CONDITIONS GÉNÉRALES DU FONDS DE GARANTIE VOYAGES Définitions Assurance annulation Assurance assistance Domicile Compétence I. DEFINITIONS ASSUREUR: l'association d'assurances mutuelles " Fonds

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

OBJET : Consultation relative à la distribution de produits d assurances par les concessionnaires et marchands d automobiles.

OBJET : Consultation relative à la distribution de produits d assurances par les concessionnaires et marchands d automobiles. Montréal, le 5 octobre 2006 Autorité des marchés financiers A/S : Me Anne-Marie Beaudoin 800, Square Victoria C.P. 246, 22 e étage, Tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 OBJET : Consultation relative

Plus en détail

ACCES AUX ASSURANCES. - Assurance de prêt immobilier - Assurance de crédit professionnel - Assurance de crédit à la consommation

ACCES AUX ASSURANCES. - Assurance de prêt immobilier - Assurance de crédit professionnel - Assurance de crédit à la consommation ACCES AUX ASSURANCES Dominique Thirry, juriste spécialisée en droit de la santé, Juris Santé Séverine Levrat, juriste spécialisée en droit de la santé et droit des assurances, Juris Santé Jean-Luc Bonnay,

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

Bulletin officiel n 5444 du 8 rejeb 1427 (3-8-2006).

Bulletin officiel n 5444 du 8 rejeb 1427 (3-8-2006). Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 (27 décembre 2004) relatif à la présentation des opérations d assurances. Bulletin officiel n 5292 du 8 maharrem 1426 (17-2-2005).

Plus en détail

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Le Plan d'indemnisation en assurances IARD (le «Plan») est le fruit de cinq ans de négociations avec les surintendants provinciaux et fédéral des assurances.

Plus en détail

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Une carrière à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Explorez toutes les possibilités L ASSURANCE DE DOMMAGES, C EST... Assurance automobile Assurance

Plus en détail

Déontologie et pratiques professionnelles (Canada) Exemples de questions d'examen. Déontologie et pratique professionnelle (Canada)

Déontologie et pratiques professionnelles (Canada) Exemples de questions d'examen. Déontologie et pratique professionnelle (Canada) Déontologie et pratiques professionnelles (Canada) Exemples de questions d'examen Compétence : Établir une pratique professionnelle éthique, conforme aux règles encadrant le secteur de l assurance de personnes

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail