B/ Rappel des modifications du mode de calcul de la réduction Fillon issues de la loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "B/ Rappel des modifications du mode de calcul de la réduction Fillon issues de la loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2012"

Transcription

1 La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2014 Mise à jour pour tenir compte de l augmentation du SMIC au 01/01/14 et de l augmentation de la limite d exonération A/ Préambule 1/ Nous vous rappelons que la loi TEPA portant sur les exonérations des cotisations sociales salariales ainsi que la défiscalisation dont bénéficient les heures supplémentaires pour les salariés est supprimée depuis le 01 Septembre Dans le même temps, la réduction patronale de 0,50 pour les entreprises d au moins 20 salariés a été supprimée à la même date. Par contre, la réduction de 1,50 par heure supplémentaire est maintenue pour les entreprises de 1 à 19 salariés. En conséquence, pour ces dernières, il conviendra de continuer à veiller à ce que les réductions TEPA (1,50 par heure supplémentaire) et FILLON cumulées ne dépassent pas le montant des cotisations exonérées. Tel n est plus le cas pour les entreprises de 20 salariés et plus depuis le 1 er Septembre / L objectif de la réactualisation de la circulaire loi Fillon de Janvier 2014 porte sur : - les incidences de l augmentation du SMIC au 1 er Janvier 2014 au titre de l annualisation et des exemples s y rapportant. - l augmentation de la limite d exonération des cotisations qui s élève à compter du 01/01/2014 à 28,25% au lieu de 28,2% à cette date, en raison : de l augmentation de la cotisation vieillesse plafonnée passée de 8,40% à 8,45%, de l augmentation de la cotisation vieillesse déplafonnée passée de 1,60% à 1,75%, de la diminution de la cotisation Allocations Familiales passée de 5,40% à 5,25%. B/ Rappel des modifications du mode de calcul de la réduction Fillon issues de la loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2012 Depuis le 1 er Janvier 2012, pour calculer le montant du coefficient, il convient de prendre en compte les heures supplémentaires et heures complémentaires dans la rémunération annuelle brute alors que jusqu au 31 Décembre 2011, elles se trouvaient déduites de la rémunération figurant au dénominateur au même titre que les heures de pause, habillage déshabillage et heures d amplitude Conséquences : L objectif vise à réduire le montant des allègements de cotisation sachant que l impact portera uniquement sur les salariés qui accomplissent des heures supplémentaires ou des heures complémentaires (salariés à temps partiel). Ainsi, les heures supplémentaires sont devenues moins bénéfiques pour l allègement Fillon. 1

2 Le nouveau paramètre de calcul s entrechoque avec celui de 2011 en passe de freiner le versement de primes : Rappelons, en effet, que depuis le 1 er Janvier 2011, les primes versées aux salariés ont une incidence négative sur les allègements y compris pour ceux déjà déduits Ce qui implique que l entreprise peut se retrouver d un mois à l autre à devoir rembourser à l URSSAF des allègements acquis à tort, eu égard aux évolutions de rémunération et versements de primes au fil des mois. Brève présentation des nouveaux paramètres du calcul du coefficient comparés à ceux appliqués jusqu au 31 décembre 2011 et jusqu au 1 er Janvier 2014 (via l augmentation du SMIC) : Exemple : un salarié qui perçoit un salaire horaire de 9.60 et effectue 12 heures supplémentaires au cours d un mois rémunérées au taux de 125%. La rémunération mensuelle brute du mois s élève à : (9.60 x h) + (9.60 x 12 x 125%), soit : = Exemple selon mode de calcul antérieur avec nouveau SMIC Rémunération mensuelle à prendre en compte pour le coefficient : = SMIC mensuel à prendre en compte pour le coefficient : Coefficient : (0.260/0.6) x [(1.6 x / ) 1] = Réduction : x = Réduction majorée de 10 % pour adhésion à la Caisse Congés Payés : % = Exemple selon mode de calcul au 1 er Janvier 2013 Rémunération mensuelle à prendre en compte pour le coefficient : SMIC mensuel à prendre en compte pour le coefficient : (9.43 x 12 h) = Coefficient : (0.260/0.6) x [(1.6 x / ) 1] = Réduction : x = Réduction majorée de 10 % pour adhésion à la Caisse Congés Payés : % = Exemple selon mode de calcul au 1 er Janvier 2014 Rémunération mensuelle à prendre en compte pour le coefficient : SMIC mensuel à prendre en compte pour le coefficient : (9.53 x 12 h) = Coefficient : (0.260/0.6) x [(1.6 x / ) 1] = Réduction : x = Réduction majorée de 10 % pour adhésion à la Caisse Congés Payés : % = Conclusion : l intégration des heures supplémentaires dans la rémunération mensuelle à prendre en compte diminue le coeff. et donc le montant de la réduction Fillon. Sans changement, si pas d heures supplémentaires C/ Tableau Excel Nous vous rappelons que pour faciliter la gestion de l allègement Fillon, nous mettons à disposition des entreprises qui le souhaitent, une formule de calcul disponible sur simple demande sous forme de CD Rom ou remise à jour de votre clé USB dans la mesure où l envoi par mail supprime le lien entre la formule de calcul et le tableau récapitulatif qui a été créé consistant à reporter automatiquement les réductions de l ensemble du personnel La tâche est donc simplifiée L augmentation du SMIC nécessite une modification de la formule. N hésitez pas à nous adresser votre clé USB ou CD Rom pour effectuer la mise à jour. 2

3 D/ Rappel sur les critères d éligibilité de la réduction Fillon 1/ A qui s applique la réduction Fillon? - à tous les employeurs avec une réduction maximale des cotisations de du SMIC pour les entreprises de 1 à 19 salariés de du SMIC pour les entreprises de 20 salariés et plus. Nota : Les effets de seuils : Avril 2014 L application du coefficient majoré (0,260) est maintenue pendant 3 ans pour les entreprises qui franchissent le seuil de 20 salariés pour la 1 ère fois en 2011, 2012 ou (voir ci-après calcul des effectifs et neutralisation pendant 3 ans des seuils dans les présentes circulaires), Exemple : l entreprise qui dépasse le seuil de 20 salariés au 31 Décembre 2013 pourra continuer à appliquer la formule de calcul propre aux entreprises de moins de 20 salariés en 2014, 2015 et / Pour quels niveaux de rémunération? Aux rémunérations inférieures à 1,6 le SMIC : - soit (base ) à compter du 1 er Janvier 2014 ; versées au salariés (sauf pour ceux qui ne cotisent pas au régime de l assurance chômage, tel est le cas des gérants de SARL). 3/ Quels sont les cotisations de Sécurité Sociale concernées par l allègement? Ce sont les cotisations patronales de sécurité sociales prélevées par l URSSAF hors cotisations Accident du Travail Maladie Professionnelle (ATMP). Ainsi, la réduction s applique aux seules cotisations patronales suivantes prélevées par l URSSAF : Maladie/Maternité/ Invalidité/Décès Vieillesse Plafonnée Vieillesse Déplafonnée Allocations familiales Total Majoration* de 10% (entreprises affiliées à la Caisse Congés Payés ,25 % 31,07 % * obtenue en juillet 2011 grâce à la pression de la CAPEB auprès du directeur de la Sécurité Sociale Ainsi, l allègement ne s applique pas sur les cotisations FNAL, la contribution de solidarité, contributions versement de transport, et depuis le 1 er Janvier 2011, sur la cotisation Accident du Travail, Maladie Professionnelle (ATMP). 4/ Impact au regard de l allègement TEPA La réduction Fillon étant limitée à 28,25% + 10% si l entreprise est affiliée à la Caisse Congés Payés (soit limitée à 31,07%), il convient de veiller à ce que les réductions TEPA et Fillon cumulées ne dépassent pas le montant des cotisations exonérées. Depuis le 1 er Septembre 2012, cette comparaison s applique uniquement aux entreprises de 1 à 19 salariés. 3

4 E/ Les modifications au 1 er Janvier / SMIC à prendre en compte pour la période du 1 er Janvier au 31 Décembre 2013 (l annualisation nécessite de tenir compte de l antériorité). Il convient de prendre en compte : - Pour le SMIC de Janvier à Décembre : par mois (9.53 x h) soit ,04 pour heures) 2/ Les paramètres de calcul du coefficient depuis le 1 er Janvier 2012 : Au dénominateur : les rémunérations des heures supplémentaires et heures complémentaires ne sont plus déduites de la rémunération brute. Par contre, les heures suivantes en demeurent exclues: Les temps de pause, d habillage, de déshabillage, de douche, d amplitude, de coupure ainsi que les heures d équivalences dans la limite de 25% (sont concernées par ces dernières heures les activités de transport). Au numérateur : le SMIC calculé sur la base légale est augmenté du nombre d heures supplémentaires ou complémentaires mais sans prise en compte des majorations des salaires. En clair, l heure supplémentaire majorée à 25% est prise en compte pour 1 heure et non 1,25 heure ; celle majorée à 50% est prise en compte pour 1 heure et non 1,50 heure. L intégration au numérateur du nombre d heures supplémentaires a pour but de compenser le fait qu elles soient dorénavant ajoutées du dénominateur. A contrario, les heures de travail non effectif (pause, habillage, déshabillage, douche, amplitude ), demeurant déduites, ne sont pas portées au numérateur. Conclusion : Le contentieux URSSAF relatif au temps de trajet se resserre... Cette nouvelle formule laisse clairement entrevoir que l avantage est donné à l interprétation faite depuis 2008 par la CAPEB Haute-Marne en phase avec les dispositions applicables à la réduction Fillon à cette époque et confirmée par l URSSAF Haute-Marne. En effet, il est clairement constaté que la rémunération des temps de trajet étant ajoutée au dénominateur au même titre que les heures supplémentaires, ces temps de trajet (heures) devraient être basculés au numérateur. En clair, si on intègre des rémunérations au dénominateur, on doit ajouter les heures correspondantes au numérateur Or ce n est pas le cas pour les temps de trajet!! Cela en vue de respecter une décision arbitraire de l URSSAF Haute-Marne prise en 2010 et mise en application au 1 er Janvier Pourtant, les heures de trajet étant considérées comme du travail non effectif (pour le passager du véhicule), leurs rémunérations devraient suivre le même régime Fillon que les heures de pause etc c est-à-dire déduites du dénominateur Cela relève d un non sens!! A suivre. 4

5 F/ Intégration des nouveaux paramètres avec l annualisation de la réduction Fillon applicable depuis le 1 er Janvier 2011 : Pour mémoire : Bref rappel sur le principe de l annualisation : Le calcul de la réduction s effectue mensuellement en nécessitant obligatoirement : - soit, une régularisation annuelle (calcul de la réduction mois par mois avec une régularisation en fin d année), - soit, une régularisation progressive (régularisation effectuée au fur et à mesure des mois). Cette méthode évitant des mauvaises surprises en fin d année. Nota : Si la rémunération se situe dans la limite de 1.6 le SMIC et qu elle demeure régulière, avec globalement peu de variation sur l année, la régularisation sera nulle ou faible En revanche, cette régularisation pourra être conséquente dès lors que la rémunération sera variable et qu elle dépassera, certains mois, la limite de 1.6 le smic (soit ). Rappelons également que l annualisation de la réduction pourra aboutir à une reprise de cotisation ou à une réduction nulle dès lors que la rémunération annuelle sera égale ou supérieure à 1.6 le SMIC, soit ( x 12 mois) = x 1.6 = pour heures. A titre prévisionnel, ce montant pourrait évoluer en cas d augmentation du SMIC d ici le 31 Décembre Deux solutions s offrent aux entreprises : 1/ l entreprise décide de faire le choix de la régularisation unique en fin d année (régularisation annuelle) : a/ dans ce cas, l entreprise utilise la formule de calcul mensuel du coefficient, à savoir : 1 ère étape : *Coefficient = (0.260) x 1.6 x SMIC mensuel 151,67 H ( ) + (HS et HC) x 9.53 ) Rémunération servant de base au calcul des cotisations dont Heures Supplémentaires et Complémentaires hors heures pause, habillage, déshabillage, de douche, de coupure, d amplitude. Le résultat est arrondi à 4 décimales, au millième le plus proche (par exemple : est retenu pour ) *Attention : Si le coefficient est supérieur à 0.260, il est pris en compte pour une valeur égale à S il est égal ou inférieur à zéro, la rémunération versée au cours du mois considéré n ouvre pas droit à la réduction. Puis : Après obtention du coefficient, le montant de la réduction de cotisations se calcule de la manière suivante : Rémunération servant au calcul de toutes les cotisations x coefficient obtenu + 10 % pour les entreprises affiliées à la Caisse de Congés Payés 5

6 b/ 2 ème étape : Elle procède à une vérification en fin d année en utilisant la formule annuelle suivante : *Coefficient = (0.260) x 1.6 x (SMIC Annuel 1820 H (17345,04 )+(HS et HC annuelles) x 9.53 ) Rémunération annuelle servant de base au calcul des cotisations dont Heures Supplémentaires et Complémentaires hors heures pause, habillage, déshabillage, de douche, de coupure, d amplitude Le résultat est arrondi à 4 décimales, au millième le plus proche (par exemple : est retenu pour ) *Attention : Si le coefficient est supérieur à 0.260, il est pris en compte pour une valeur égale à S il est égal ou inférieur à zéro, la rémunération versée au cours du mois considéré n ouvre pas droit à la réduction. Puis : Après obtention du coefficient, le montant de la réduction de cotisations se calcule de la manière suivante : Rémunération annuelle servant au calcul de toutes les cotisations x coefficient obtenu + 10% pour les entreprises affiliées à la Caisse de Congés Payés c/ 3 ème étape : Elle procède à la vérification et régularisation de la réduction de cotisations qui correspond à la différence entre le montant de la réduction calculée mois par mois totalisée en fin d année avec celle obtenue avec la formule annuelle. La différence positive ou négative doit être déclarée sur le bordereau récapitulatif de cotisations du dernier mois ou du dernier trimestre de l année ou de la période d emploi (en cas de départ du salarié). 2/ l entreprise décide de faire le choix de la régularisation progressive au mois le mois évitant les incidences d une régularisation annuelle : - Ce mécanisme permet de calculer chaque mois un coefficient de réduction en additionnant au numérateur les valeurs du SMIC et au dénominateur la rémunération de l ensemble des mois ou période d emploi écoulés depuis le début de l année ou le premier jour de l embauche si elle est postérieure. - Cette méthode permet à l employeur d être «juste» à chaque paie et, dans certains cas, d éviter de trop fortes régularisations en fin de période. - Ainsi, il conviendra d utiliser les formules de calcul suivantes : Cas où le salarié est embauché le 1 er Janvier 2014, la formule pour le mois de Janvier est la suivante : *Coefficient = (0.260) x 1.6 x SMIC mensuel 151,67 H ( ) + (Nombres HS et HC x 9.53) Rémunération servant de base au calcul des cotisations dont Heures Supplémentaires et Complémentaires hors heures pause, habillage, déshabillage, de douche, de coupure, d amplitude. Le résultat est arrondi à 4 décimales, au millième le plus proche (par exemple : est retenu pour ) *Attention : Si le coefficient est supérieur à 0.260, il est pris en compte pour une valeur égale à S il est égal ou inférieur à zéro, la rémunération versée au cours du mois considéré n ouvre pas droit à la réduction. 6

7 Puis : Avril 2014 Après obtention du coefficient, le montant de la réduction de cotisations se calcule de la manière suivante : Rémunération servant au calcul de toutes les cotisations x coefficient obtenu + 10 % pour les entreprises affiliées à la Caisse de Congés Payés Au mois de février, la formule de calcul est la suivante : *Coefficient = (0.260) x 1.6 x montant SMIC (base H)janvier + février( x 2 mois)+(hs et HC x 9.53) Rémunérations janvier et février servant de base au calcul des cotisations hors heures habillage, déshabillage, pause, douche coupure, amplitude. Le résultat est arrondi à 4 décimales, au millième le plus proche (par exemple : est retenu pour ) *Attention : Si le coefficient est supérieur à 0.260, il est pris en compte pour une valeur égale à S il est égal ou inférieur à zéro, la rémunération versée au cours du mois considéré n ouvre pas droit à la réduction. Puis : Après obtention du coefficient, le montant de la réduction de cotisations se calcule de la manière suivante : - Rémunérations janvier + février servant au calcul de toutes les cotisations x coefficient obtenu + 10 % pour les entreprises affiliées à la Caisse de Congés Payés (sans oublier de contrôler si le montant de réduction obtenu + l allègement éventuel issu de la loi TEPA pour les entreprises de moins de 20 salariés ne dépasse pas la limite d exonération, soit % ou % si l entreprise est affiliée à la Caisse de Congés Payés. - De la réduction cumulée obtenue il conviendra d y déduire celle obtenue pour le mois de janvier. Exemple : - L allègement Fillon en janvier s élève à L allègement progressif janvier + février s élève à L allègement sur le salaire de février sera de BON A SAVOIR :.Ainsi de suite pour les mois suivants.. - Le coefficient de la réduction maximale s élève toujours à du SMIC, ce qui implique que pour un salarié payé au SMIC, l allégement maximum de cotisations représente %, - et que cet allégement de cotisations est ensuite dégressif pour s annuler au SMIC majoré de 60% (1.6) : - soit 15,25 de l heure et 2 312,67 mensuel à compter du 1 er Janvier 2014 ; - soit pour l année ,04. Toutes les rémunérations égales ou supérieures ne bénéficieront pas de l allégement Fillon. - L allégement demeure majoré de 10 % pour les entreprises affiliées à la Caisse de Congés Payés. Il conviendra toutefois de vérifier que cette majoration n entraîne pas le dépassement du seuil des cotisations exonérées, soit % ou % si l entreprise est affiliée à la Caisse de Congés Payés. 7

8 - Il conviendra également, pour les entreprises de moins de 20 salariés, de vérifier que l allègement Fillon additionné à l allégement de la loi TEPA (dans le cas où il y a des heures supplémentaires) ne dépasse pas également le seuil de % (entreprises affiliées à la Caisse Congés Payés sinon 28,25 %). G/ Calcul de l allégement Fillon pour un temps de travail incomplet (inférieur à Heures) Les différents types de situation de mois incomplets nécessitent de corriger ou de reconstituer le smic mensuel applicable dans la formule générale (pour son numérateur). 1/ C est le cas : - des salariés à temps partiel, - des salariés à temps plein lorsqu ils sont soumis à une durée collective de travail inférieure à la durée légale, - des salariés dont la durée annuelle est inférieure à 1607 heures, - des salariés en forfait annuel jours à 218. Exemples : Pour un temps partiel de 30h/semaine, le SMIC est proratisé par le rapport 30/35. Pour un temps partiel de 140h/mois, on utilise le rapport 140/ Pour un salarié à temps plein soumis à une durée collective de travail de 32 heures hebdomadaires, le SMIC est proratisé par le rapport 32/35. Pour un forfait de 215 jours/an, le SMIC est proratisé par le rapport 215/218. Attention : Pour les salariés soumis à une durée du travail supérieure à la durée légale (convention de forfait d heures supplémentaires, durée collective supérieure à la durée légale du travail), le SMIC est pris pour un temps plein «35 heures» (1 820 fois le SMIC sur l année, 1/12 de ce montant pour chaque mois), sans ajustement. Par exemple, si un salarié à temps plein a une convention de forfait de 38 heures hebdomadaires par semaine, il ne faut pas corriger le SMIC par le rapport 38/35). Lorsqu un salarié change de statut en cours d année (ex. passage d un temps plein à un temps partiel ou inversement), le SMIC annuel doit être déterminé en découpant l année en fonction de chaque période. Exemple : Dans une entreprise où la durée collective de travail est de 35h/semaine, un salarié à temps plein rémunéré sur une base mensuelle de passe à temps partiel (30h/semaine) à partir du 1 er septembre 2014 dans le cadre d un congé parental d éducation. Il n y a aucun incident de présence sur l année. Pour l application de la réduction : - le SMIC correspondant aux mois de Janvier à Août 2014 est égal à 8/12 x x SMIC horaire (9.53 ), soit , - le SMIC correspondant aux mois de Septembre à Décembre 2014 est égal à 4/12 x x SMIC horaire (9.53 ) x 30/35, soit Conclusion : Le SMIC pris en compte pour le calcul annuel est donc de =

9 2/ Cas des temps incomplets sur le mois : entrée/sortie en cours d année ou de mois, Cas des absences avec ou sans maintien partiel de salaire (exemple : maladie). Pour ces cas, plus qu une seule règle s applique, celle qui consiste à reconstituer le salaire qu aurait perçu le salarié s il avait été présent tout le mois. Ce calcul permettra de reconstituer le SMIC mensuel à appliquer à la formule de réduction. Le SMIC est obtenu par le rapport suivant : Rémunération brute effectivement versée (non comprises les IJSS le cas échéant) Rémunération qui aurait été versée si le salarié avait été présent tout le mois Pour ce prorata, il convient d ignorer les éléments de rémunération qui ne sont pas affectés par l absence, telle prime etc (Ainsi si une prime est versée le mois où le salarié a été absent et dont le montant de cette prime n est pas réduit du fait de l absence, la prime est exclue des rémunérations comparées). Exemples : 1/ Dans une entreprise où la durée collective de travail est de 35h/semaine, un salarié à temps plein rémunéré sur une base mensuelle de est embauché le 18 janvier Compte-tenu de sa date d entrée, son salaire de Janvier n est que de Pour l application de la réduction, le SMIC reconstitué est égal à 1/12 x x SMIC horaire (9.53 ) x / , soit / Dans une entreprise où la durée collective de travail est de 35h/semaine, un salarié à temps plein rémunéré sur une base mensuelle de est malade une partie du mois de Janvier. Sa rémunération mensuelle brute soumise à cotisations de sécurité sociale est de , compte-tenu du salaire correspondant à la période travaillée et des indemnités complémentaires de maladie versées par l employeur et soumises à cotisations. Il reçoit par ailleurs une prime exceptionnelle de 1 200, soit un salaire brut de ( ) contre s il avait travaillé. Pour l application de la réduction, le SMIC correspondant au mois de Janvier 2014 est égal à 1/12 x x SMIC horaire (9.53 ) x / , soit (et non comme antérieurement 1/12 x x SMIC horaire x / = ). H / Conséquences de l annualisation sur les Contrats de Travail à Durée Déterminée Lorsqu un salarié a plusieurs contrats à durée déterminée (CDD) dans la même année auprès d un même employeur, le coefficient est déterminé pour chaque contrat, en respectant le cadre de l année civile. Exemple : - Si un salarié a deux CDD, l un allant du 1 er Avril au 30 Juin 2013 et l autre du 1 er Octobre au 31 Mars 2014, il y aura trois périodes : celle du premier CDD et, pour le second CDD, celles du 1 er Octobre au 31 Décembre 2013 puis du 1 er Janvier au 31 Mars Lorsqu un CDD à terme précis est renouvelé, il s agit toujours d un même et unique contrat. Nota : Le versement de l indemnité de précarité de 10 % à la fin du contrat risque de remettre en cause les réductions de cotisations (situation pouvant être amoindrie si la période d activité s étale sur deux années (exemple : un contrat démarre le 1 er Octobre 2013 et se termine le 31 mars 2014 : dans ce cas l indemnité de précarité engendrera une incidence uniquement pour la période du 1 er janvier au 31 mars 2014). 9

10 Avril 2014 Vous trouverez ci-joint des exemples de calcul représentant l ensemble des situations avec l utilisation de la formule progressive et de la formule annuelle. I/ Les modalités de décompte du seuil des effectifs (Article L du Code du Travail et Circulaire ACOSS n du 27 Juin 2007) a ) Détermination de l effectif : L effectif de l entreprise s apprécie au 31 Décembre de chaque année tous les établissements confondus, en fonction de la moyenne des effectifs mensuels au cours de l année civile, conformément à l article L du Nouveau Code du Travail. Ainsi pour déterminer l effectif de chaque mois de l année civile, il convient de respecter les règles de calcul ci-dessous. Pour les entreprises créées en cours d année, l effectif s apprécie au moment de la création. b ) Règle de calcul de l effectif : La moyenne des effectifs mensuels au cours de l année civile est calculée selon les modalités prévues par l article L du Nouveau Code du Travail, à savoir : Les CDI comptent pour une unité, (y compris s ils sont absents pour maladie, etc). Les CDD comptent au prorata de leur temps de présence au cours des 12 derniers mois (toutefois, ils ne sont pas pris en compte dans l effectif s ils remplacent un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu), Les travailleurs temporaires : Sont pris en compte dans l effectif de «l entreprise utilisatrice» les salariés mis à disposition qui sont présents dans ses locaux et y travaillent depuis au moins un an (toutefois, ils ne sont pas pris en compte dans l effectif s ils remplacent un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu), Les salariés à temps partiel, quelle que soit la nature de leur contrat de travail, sont pris en compte en divisant la somme totale des horaires inscrits dans leur contrat de travail par la durée légale ou la durée conventionnelle du travail. Ne sont pas pris en compte dans l effectif : Les apprentis Les titulaires d un CIE ou d un CI-RMA pendant la durée de la convention Les titulaires d un contrat de professionnalisation (jusqu au terme du contrat s il s agit d un CDD, et jusqu à la fin de la professionnalisation s il d agit d un CDI). Les mois au cours desquels aucun salarié ne sera employé ne seront pas pris en compte pour déterminer les effectifs moyens (exemple : pas de salarié en Janvier la moyenne sera calculée sur 11 mois et non 12 mois). 10

11 EXEMPLE : Avril 2014 Une entreprise souhaite vérifier si elle a franchi ou non le seuil des 20 salariés en Elle a employé 12 salariés de janvier à Mars, 18 salariés de avril à septembre, 24 salariés d octobre à décembre. Le nombre moyen de salariés occupés au 31/12/2013 est de 18 salariés (soit 12 salariés X 3 mois + 18 salariés X 6 mois +24 salariés X 3 mois = 216 salariés / 12 mois soit 18 salariés en moyenne annuelle). Elle n a donc pas dépassé le seuil de 20 salariés, alors qu en partant de l effectif au 31/12/2013 l entreprise occupait 24 salariés et dépassait alors les 20 employés. J / Quels sont les allégements de charges qui se cumulent avec l allègement Fillon? 1/ L allègement est cumulable avec le Contrat Initiative Emploi (CIE). 2/ L allègement est cumulable avec la déduction applicable aux heures supplémentaires (soit 1.50 par heure applicable uniquement pour les entreprises de 1 à 19 salariés, dans la limite de l exonération applicable aux cotisations URSSAF, soit 28,25 % ou % si l entreprise est affiliée à la Caisse de Congés Payés!!! En effet, depuis le 1 er Septembre 2012, la réduction TEPA de 0.50 par heure supplémentaire est supprimée pour les entreprises d au moins 20 salariés. K / Où indiquer l allègement Fillon sur le Bordereau URSSAF? - Le montant de l allègement Fillon est indiqué sur le bordereau mensuel ou trimestriel URSSAF sur la ligne prévue à cet effet (ligne 671 : montant de la réduction). - Les entreprises qui appliqueront l allègement progressif devront indiquer le montant correspondant à la variation d un mois à l autre ou d un trimestre à l autre Cela pourra correspondre à une reprise par l URSSAF de l allègement appliqué le mois précédent!!!! (ligne 801 : montant de la régularisation). L/ Quelles sont les obligations du chef d entreprise vis à vis des contrôleurs URSSAF? - Rappelons que l entreprise était tenue de conserver un état justificatif par mois civil indiquant : - Le montant total de la Réduction Fillon - Le nombre de salariés ouvrant droit à la Réduction Fillon - Pour chacun des salariés : son identité, le montant de son salaire brut soumis à cotisations, le nombre d heures rémunérées le cas échéant reconstitué -, le coefficient issu de la formule de calcul et le montant de la réduction appliquée. - Depuis le 1 er Janvier 2011, l obligation pour l employeur d établir par mois civil un document justificatif du montant des réductions appliquées est supprimée. Toutefois, il devra être en capacité de pouvoir produire toutes informations utiles, et en particuliers celles relatives au calcul de la réduction effectuée!!! Vous trouverez ci-après les exemples 11

12 Les exemples de calcul de la réduction Fillon applicable au 01/01/2014 : A/ Formule Progressive. Elle permet à l entreprise de pouvoir tenir compte de la variation de l allègement au fur et à mesure des mois pour éviter une forte régularisation à la fin de l année. L exemple soumis à une régularisation progressive sera clôturé en utilisant le calcul annualisé de la formule de réduction. 1 er exemple : cas d un salarié rémunéré au minimum légal, soit pour heures (Coeff.150 Niveau I Position 1) Avec abattement (manière de rappeler aux entreprises l impérieuse nécessité de respecter la comparaison du salaire avec le SMIC) ///////////////////////////////////////////JANVIER////////////////////////////////////////////////// Mois complet : Rémunération mensuelle brute : x 9.53 * = * Le taux horaire du salarié, coef. 150, initialement fixé à a été ramené à 9.53 (sa rémunération ne pouvant être inférieure au SMIC). 1 ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Le salarié étant rémunéré au SMIC, sa base de rémunération ne peut être abattue, elle reste donc à ème étape : Il convient ensuite de calculer le coefficient de réduction qui sera arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.600) = (Coefficient maximal pouvant être obtenu) 3 ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction à appliquer sur la rémunération servant de base aux cotisations, à savoir : ( x 0.260) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 4 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10% : x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction à appliquer pour le mois de Janvier demeure à ////////////////////////////////////////////FEVRIER///////////////////////////////////////////////// Mois complet + heures supplémentaires + temps de trajet Rémunération mensuelle : x 9.53 = Heures supplémentaires : 10 x 9.53 x 1.25 = Heures de temps de trajet : 10 x 9.53 =

13 1 ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Le salarié étant rémunéré au SMIC, sa base de rémunération ne peut être abattue, elle reste donc à ème étape : Rémunération mensuelle comprenant les heures supplémentaires, heures complémentaires servant au calcul du coefficient : ( SMIC brut + 10 heures supplémentaires ramené au taux horaire du SMIC, majoré de 25 %, soit heures de temps de trajet ramené au taux horaire du SMIC, soit ). 3 ème étape : Calcul du montant du SMIC augmenté, par le nombre d heures supplémentaires, heures complémentaires effectuées, sans prendre en compte la majoration de 25% ou de 50% servant au calcul du coefficient : x 9.53 = x 9.53 = ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations de Janvier et Février pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5386) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 7 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10% : x % x 110 % = (montant maximum de réduction à appliquer). Dans ce cas, il convient d appliquer la réduction Fillon de ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois de Février : Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie de Février. 13

14 ////////////////////////////////////////////MARS////////////////////////////////////////////////////// Compte tenu de l accord paritaire du 16 Décembre 2013, le coefficient 150 a été revalorisé et est passé à de l heure à compter du 1 er Mars Mois complet + Prime de 400 Rémunération mensuelle : x = Prime exceptionnelle : ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Brut 10 % : % = ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.4858) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 5 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10%: x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois de Mars : Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie de Mars. //////////////////////////////////////////AVRIL/////////////////////////////////////////////////////// Mois complet : Rémunération mensuelle brute : x =

15 1 ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Brut 10 % : % = (cette base est à ramener à la base minimum (SMIC) servant au calcul des cotisations soit : en fonction du nombre d heures rémunérées ( heures). 2 ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5124) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 5 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10%: x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois d Avril: Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie d Avril. /////////////////////////////////////////MAI//////////////////////////////////////////////////////////// Mois complet : Rémunération mensuelle brute : x = ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Brut 10 % : % = (cette base est à ramener à la base minimum (SMIC) servant au calcul des cotisations soit : en fonction du nombre d heures rémunérées ( heures). 2 ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : =

16 3 ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5289) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 5 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10%: x % x 110% = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois de Mai: Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie de Mai. /////////////////////////////////////////JUIN/////////////////////////////////////////////////////////// Mois complet : Rémunération mensuelle brute : x = ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Brut 10 % : % = (cette base est à ramener à la base minimum (SMIC) servant au calcul des cotisations soit : en fonction du nombre d heures rémunérées ( heures). 2 ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5402) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 16

17 5 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10%: x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois de Juin : Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie de Juin. /////////////////////////////////////////JUILLET//////////////////////////////////////////////////// Mois complet : Rémunération mensuelle brute : x = ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Brut 10 % : % = (cette base est à ramener à la base minimum (SMIC) servant au calcul des cotisations soit : en fonction du nombre d heures rémunérées ( heures). 2 ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5484) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 5 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10%: x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à

18 6 ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois de Juillet : Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : Avril = de réduction de cotisations sur la paie de Juillet. /////////////////////////////////////////AOUT///////////////////////////////////////////////////////// Mois incomplet : Le salarié a bénéficié de 70 heures de congés. Il conviendra dans ce cas d appliquer l horaire légal déduit du nombre d heures d absences proratisées d après le nombre d heures réelles du mois considéré, soit : x 70 = heures d absences. 147 Rémunération mensuelle brute : x = ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Brut 10 % : % = (cette base est à ramener à la base minimum (SMIC) servant au calcul des cotisations soit : en fonction du nombre d heures rémunérées (79.45 heures). 2 ème étape : Reconstitution mensuelle du salaire si le salarié n avait pas été absent hors heures supplémentaires et heures complémentaires : Soit (sur h). 3 ème étape : Reconstitution du SMIC mensuel : x = ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5518) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 7 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10 % : x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à

19 8 ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois d Août : Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie d Août. /////////////////////////////////////////////SEPTEMBRE////////////////////////////////////////// Mois complet + Prime de 400 Rémunération mensuelle : x = Prime exceptionnelle : ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Brut 10 % : % = ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5307) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 5 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10%: x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois de Septembre: Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie de Septembre. //////////////////////////////////////////OCTOBRE///////////////////////////////////////////////// 19

20 Mois complet : Rémunération mensuelle brute : x = Avril ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : Brut 10 % : % = (cette base est à ramener à la base minimum (SMIC) servant au calcul des cotisations soit : en fonction du nombre d heures rémunérées ( heures). 2 ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5377) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 5 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10%: x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois d Octobre : Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie d Octobre. //////////////////////////////////////////NOVEMBRE////////////////////////////////////////////// Mois complet : Rémunération mensuelle brute : x = ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : 20

21 Brut 10 % : % = (cette base est à ramener à la base minimum (SMIC) servant au calcul des cotisations soit : en fonction du nombre d heures rémunérées ( heures). 2 ème étape : Le calcul progressif de l allègement nécessite de procéder à un cumul des rémunérations depuis Janvier pour le calcul de la réduction de cotisations : - Rémunération cumulée comprenant les heures supplémentaires et heures complémentaires servant de base au calcul du coefficient depuis Janvier : = SMIC cumulé depuis Janvier : = ème étape : On calcule ensuite le coefficient de réduction, arrondi à 4 décimales et au millième le plus proche : (0.260) x [(1.6 x ) 1)] = (0.4333) x (0.5433) = ème étape : Le coefficient ainsi obtenu permet de calculer la réduction cumulée à appliquer sur les rémunérations servant de base aux cotisations, à savoir, depuis Janvier : ( x ) = (+ 10 % si l entreprise cotise à la caisse congés payés), soit : de réduction de cotisations. 5 ème étape : Il convient de vérifier si le montant de réduction cumulé ne dépasse pas l exonération applicable uniquement sur les cotisations URSSAF (sauf AT/MP), soit % majorées de 10%: x % x 110 % = Dans ce cas, la réduction demeure à , celle-ci étant inférieure à ème étape : Calcul de la réduction à appliquer pour le mois de Novembre : Réduction cumulée Réduction du mois précédent, soit : = de réduction de cotisations sur la paie de Novembre. //////////////////////////////////////////DECEMBRE////////////////////////////////////////////// Mois incomplet : Le salarié a bénéficié de 35 heures de congés. Il conviendra dans ce cas d appliquer l horaire légal déduit du nombre d heures d absences proratisées d après le nombre d heures réelles du mois considéré, soit : x 35 = heures d absences 161 Rémunération mensuelle brute : h x = ère étape : Rémunération mensuelle abattue servant de base au calcul des cotisations : 21

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Moyens de déclaration

Moyens de déclaration Moyens de déclaration Obligation de déclaration et de paiement par voie dématérialisée L obligation de payer exclusivement par virement bancaire : Les entreprises ou établissements d'une même entreprise,

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée

Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée Depuis le 1er janvier 2011, la réduction est calculée par référence à la rémunération annuelle du salarié (primes comprises) et non plus sur la base de son

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Janvier 2011

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Janvier 2011 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Janvier 2011 MAJ n 3 Version v19.50 NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE JANVIER 2011 NOUVELLES NORMES SOCIALES JANVIER 2011... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES

Plus en détail

Contribution de solidarité

Contribution de solidarité FLASH D INFORMATIONS N 19/2012 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O. du 27/11/1982) - Décret

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/11/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/11/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/11/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Novembre 2014 Sommaire 1. MISE A JOUR NOVEMBRE 2014... 4 Eléments nationaux...

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/01/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/01/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/01/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Janvier 2014 Sommaire 1. NOUVELLES VALEURS... 4 Eléments nationaux... 4

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/03/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/03/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/03/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Mars 2014 Sommaire 1. MISE A JOUR DE MARS 2014... 4 Eléments nationaux...

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013)

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) I. Calcul de l effectif Salariés pris en compte dans l effectif Est considérée comme salariée, toute personne ayant reçu une rémunération,

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

Nouveautés au 1er janvier 2015

Nouveautés au 1er janvier 2015 Nouveautés au 1er janvier 2015 Urssaf.fr vous propose une présentation générale des principales dispositions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 *, de la loi de finances pour 2015**

Plus en détail

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel En tant que salarié à part entière, l assistant maternel a droit aux congés payés et aux jours fériés dans le respect de la législation en

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...3 Particularités du contrat...3 Les cotisations concernées...4 Les

Plus en détail

de l employeur Les principales formalités À jour au 1 er janvier 2014

de l employeur Les principales formalités À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) Les principales formalités de l employeur À jour au 1 er janvier 2014 Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques 2 VOUS ÊTES

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

Actualité Sociale. 21 Mars 2013

Actualité Sociale. 21 Mars 2013 Actualité Sociale 21 Mars 2013 Actualité Sociale Binôme Jeune/Senior : le contrat de génération Les dossiers sociaux dans les «tuyaux» pour 2013 Sécurisation de l emploi Financement du régime des retraites

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

Bénéficiaire de l'allocation de solidarité spécifique. Vos droits en cas de reprise d'activité

Bénéficiaire de l'allocation de solidarité spécifique. Vos droits en cas de reprise d'activité Notice DAJ 154 Mise à jour janvier 2008 Bénéficiaire de l'allocation de solidarité spécifique Sommaire Vos droits en cas de reprise d'activité Activité salariée de 78 heures par mois et plus ou activité

Plus en détail

I. Compte courants d associés : taux maximal d intérêts déductibles

I. Compte courants d associés : taux maximal d intérêts déductibles NOTE D INFORMATION 2014/01 du 02 janvier 2014 Charges sociales 2014 SMIC 2014 - intérêts comptes courants 2013 I. Compte courants d associés : taux maximal d intérêts déductibles Le taux maximal d'intérêts

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Déclaration Sociale Nominative. Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Avril 2015 Version 1.3 avec mise à jour le 16.04.

Déclaration Sociale Nominative. Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Avril 2015 Version 1.3 avec mise à jour le 16.04. Déclaration Sociale Nominative Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Avril 2015 Version 1.3 avec mise à jour le 16.04.2015 Modification par rapport à la version précédente du 10

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

Contribution de solidarité. Le taux de la contribution est de 1 % sur la rémunération «nette».

Contribution de solidarité. Le taux de la contribution est de 1 % sur la rémunération «nette». REMUNERATION Note d'information n 13-07 du 22 janvier 2013 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O.

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

- Les établissements publics à caractère industriel et commercial

- Les établissements publics à caractère industriel et commercial Dois-je organiser des élections? Quelles entreprises Délégué du personnel - Les employeurs de droit privé Comité d entreprise Délégation unique du personnel - Les établissements publics à caractère industriel

Plus en détail

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 LE COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) Textes de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique

Plus en détail

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins)

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins) FÉDÉRATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR GUIDE POUR LES MEMBRES DU PERSONNEL DE SOUTIEN DES COLLEGES LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

La Journée de solidarité

La Journée de solidarité La Journée de solidarité En vue d assurer le financement des actions en faveur de l autonomie des personnes âgées ou handicapées, la loi du 30 juin 2004 a mis en place une journée de solidarité : les salariés

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Entreprises de travail temporaire > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Entreprises de travail temporaire > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d entrepreneur de travail temporaire, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la

Plus en détail

Les nouveautés du Plan de Paie Sage

Les nouveautés du Plan de Paie Sage Les nouveautés du Plan de Paie Sage Janvier 2014 Mise à jour n 1 Version 21.00 SOMMAIRE NOUVELLES NORMES SOCIALES JANVIER 2014... 6 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/01/2014...

Plus en détail

Guide de l apprenti. L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise

Guide de l apprenti. L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise Guide de l apprenti 2015 L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise UN CONTRAT DE TRAVAIL «Un contrat d apprentissage est un contrat de travail» «L

Plus en détail

Les nouveautés du Plan de Paie Sage

Les nouveautés du Plan de Paie Sage Les nouveautés du Plan de Paie Sage Avril 2012 MAJ n 1 Version 20.00 SOMMAIRE NOUVELLES NORMES SOCIALES AVRIL 2012... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/04/2012... 4 MISE EN

Plus en détail

1. Présentation générale

1. Présentation générale Instruction n 2012-53 du 12 mars 2012 Modalités de cumul d une pension d invalidité avec les allocations d assurance chômage Sommaire 1. Présentation générale 1.1. Date d application des nouvelles règles

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2014 Mis à part le premier

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 Ā - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2015 Les données communes

Plus en détail

Contributions Assurance chômage et cotisation AGS

Contributions Assurance chômage et cotisation AGS Contributions Assurance chômage et cotisation AGS Présentation générale Observation préalable : Vous trouverez dans ce dossier en premier lieu toutes les informations générales et les modalités pratiques

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

Consignes déclaratives DSN

Consignes déclaratives DSN Consignes déclaratives DSN Pôle emploi 1/8 Contenu PREAMBULE... 3 1. GERER UNE FIN DE CDD / GERER UNE PROLONGATION DE CDD... 4 2. GERER UNE ABSENCE NON REMUNEREE OU PARTIELLEMENT REMUNEREE... 5 3. GERER

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010

AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3173 Convention collective nationale IDCC : 1810. ENTREPRISES DE PROPRETÉ AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010

Plus en détail

Extrait gratuit de la publication «Comptabilité, fiscalité et paie pour les entreprises du BTP»

Extrait gratuit de la publication «Comptabilité, fiscalité et paie pour les entreprises du BTP» Extrait gratuit de la publication «Comptabilité, fiscalité et paie pour les entreprises du BTP» Calculer et régler les cotisations sociales Calculer les cotisations URSSAF (vieillesse, CSG CRDS, maternité,

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

Note technique à l attention des employeurs DTA

Note technique à l attention des employeurs DTA Sous-direction de la production et des opérations Centre des Cotisations des Marins et Armateurs Note technique à l attention des employeurs DTA Réduction générale des cotisations et contributions patronales

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS Quelle peut être la durée du contrat? La durée du contrat d apprentissage est au moins égale à celle du cycle de formation qui fait l objet du contrat et

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 COMPTE EPARGNE-TEMPS En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF SOMMAIRE I. CADRE GENERAL

Plus en détail

Les outils de simulation pour chaque type de structure permettent d estimer l impact de la réforme sur la période 2013-2015

Les outils de simulation pour chaque type de structure permettent d estimer l impact de la réforme sur la période 2013-2015 1 Les outils de simulation pour chaque type de structure permettent d estimer l impact de la réforme sur la période 2013-2015 4 types d outils de simulation ont été développés pour que les structures puissent

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Compte épargne temps 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 9 mars 2010 Mise à jour du 1 er juin 2010 Références

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AVRIL 2013 3 bis, rue Mahabou. 97600 Mamoudzou / Tél. : 02 69 61 16 57 LES

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

SMIC horaire SMIC mensuel Minimum garanti 9,61 1 457,52 3,52. Année Trimestre Mois Quinzaine Semaine Jour Heure COTISATIONS LEGALES

SMIC horaire SMIC mensuel Minimum garanti 9,61 1 457,52 3,52. Année Trimestre Mois Quinzaine Semaine Jour Heure COTISATIONS LEGALES 7 JANVIER 2015 BAREME DES TAUX COTISATIONS SOCIALES AU 1 ER JANVIER 2015 SMIC et Minimum garanti au 1 er janvier 2015 SMIC horaire SMIC mensuel Minimum garanti 9,61 1 457,52 3,52 Plafond de l année 2015

Plus en détail

de nouvelles aides pour les employeurs d apprentis Du CAP à Ingénieur un parcours gagnant l Apprentissage Un salaire progressif * Age de l apprenti 1re année du contrat 2e année du contrat 3e année du

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 PARIS, le 09/07/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES ORIENTATIONS DU RECOUVREMENT DIROR LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 OBJET : Mise en oeuvre de la nouvelle réglementation relative à l'évaluation des

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL LE CHOMAGE PARTIEL Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Lyon Siège social : 20,

Plus en détail

LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES?

LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES? LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES? Etude Par Herbert MAUS, Form Action André Renard. et ceux confrontés à cette problématique disposent

Plus en détail

Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014

Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014 Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous, - les évolutions d ores et déjà applicables en 2014, - puis certains points en attente de décret d application

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport

Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport LES COTISATIONS SOCIALES DANS LE SPORT Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport Les associations qui emploient des salariés sont considérées

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Documentation. Nouveautés du Plan de Paie Sage. Génération i7 Version 7.10 Janvier 2015 Mise à jour n 1

Documentation. Nouveautés du Plan de Paie Sage. Génération i7 Version 7.10 Janvier 2015 Mise à jour n 1 Documentation Nouveautés du Plan de Paie Sage Génération i7 Version 7.10 Janvier 2015 Mise à jour n 1 Table des matières Nouvelles normes sociales Janvier 2015... 5 Tableau récapitulatif des charges sociales

Plus en détail

Les agents des collectivités territoriales

Les agents des collectivités territoriales Les agents des collectivités territoriales Les agents des collectivités territoriales et des établissements publics hospitaliers affiliés à la CNRACL Sont affiliés à la caisse nationale de retraite des

Plus en détail

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3367 Convention collective nationale IDCC : 2847. PÔLE EMPLOI ACCORD DU 18 JUIN 2010 RELATIF AU TRANSFERT

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail