IFSTTAR Bvd Newton Cité Descartes, Champs sur Marne F Marne La Vallée Cedex 2

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IFSTTAR Bvd Newton Cité Descartes, Champs sur Marne F Marne La Vallée Cedex 2"

Transcription

1 Le 24 février 2014 Commission de Normalisaion Jusificaion des Ouvrages Géoechniques Desinaaires : Membres de la CNJOG PRESIDENT Jean-Paul VOLCKE SECRETARIAT Sébasien Burlon Obje : Prise en compe des niveaux selon l Eurocode 7 Inroducion Cee noe informaive rédigée au sein de la Commission de Normalisaion des Ouvrages Géoechniques (CNJOG Groupe Miroir de l Eurocode 7) a pour objecif : de définir les niveaux d eau à uiliser lors de la réalisaion d un proje géoechnique ; d indiquer commen ces niveaux d eau son associés aux différens cas de charge e siuaions de calcul. Les élémens présenés s appuien en premier lieu sur l Eurocode 0 e l Eurocode 7. Des commenaires son ensuie émis pour facilier, dans les éudes, la définiion de ces niveaux d eau e leurs associaions aux différens cas de charge. 1 APPLICATION DE L EUROCODE 0 ET DE SON ANNEXE NATIONALE PRINCIPES CAS DES SITUATIONS DE CALCUL DURABLES ET TRANSITOIRES CAS DE SITUATIONS DE CALCUL ACCIDENTELLES RECOMMANDATIONS POUR LA JUSTIFICATION DES OUVRAGES GEOTECHNIQUES DEFINITION DE NIVEAUX D EAU COMPLEMENTAIRES LIEN ENTRE LES NIVEAUX D EAU ET LES DIFFERENTS CAS DE CHARGE OCCURRENCE DES NIVEAUX D EAU... 5 Le Présiden de la CNJOG J.P. VOLCKE IFSTTAR Bvd Newon Cié Descares, Champs sur Marne F Marne La Vallée Cedex 2 BUREAU DE NORMALISATION DES TRANSPORTS, DES ROUTES ET DE LEURS AMENAGEMENTS (Bureau de normalisaion secoriel agréé par décision du délégué inerminisériel aux normes du 21 février 2012)

2 2 1 Applicaion de l Eurocode 0 e de son Annexe Naionale 1.1 Principes La définiion des niveaux d eau pour le calcul des ouvrages géoechniques s appuie sur les principes de l Eurocode 0 e de son Annexe Naionale, en complémen de exes réglemenaires, de rang supérieur, els des PPRI, qui exiseraien. Les niveaux d eau corresponden à des données géomériques qui son uniquemen définies par leur valeur de calcul. Par conséquen, les coefficiens pariels relaifs aux niveaux d eau ne s appliquen pas aux haueurs d eau mais s appliquen aux acions ou aux effes des acions induis par la présence d eau. Selon l Annexe Naionale française de l Eurocode 0 (NF EN 1990/NA classemen P /NA), les différens niveaux d eau son définis par les noaions suivanes : EH qui représene la valeur caracérisique du niveau d eau e correspond en général à une période de reour de 50 ans. Cee période de reour doi êre adapée selon la durée de vie de l ouvrage (elle peu donc êre plus imporane pour les pons) e selon le caracère permanen ou ransioire de la siuaion considérée. Pour des siuaions ransioires correspondan par exemple, à des ravaux, elle peu êre fixée pour des périodes de référence, par exemple de 5 ans (crue de chanier). Dans le cas où des coes d inondabilié seraien définies dans un PPRI, EH peu êre supérieur au niveau EE défini par la coe d inondabilié exigée dans le PPRI e de ce fai physiquemen sans significaion. EF e EB qui son déduis du niveau EH e réponden aux définiions de la Figure 1. EE correspond au niveau des plus haues eaux connues e/ou prévisibles ou au niveau reenu pour l'inondaion des locaux lorsqu elle es admise, pour lequel Il doi alors êre prévu, un disposiif d écoulemen empêchan l eau d exercer une acion plus hau. L Annexe Naionale de l Eurocode 0 indique que les acions dues à l eau, malgré leur caracère variable éviden, doiven êre considérées comme des charges permanenes. Dans les calculs, les niveaux d eau se combinen au poids des errains selon le principe de Terzaghi. Un niveau d eau ne peu donc pas, selon l annexe naionale de l EC0, êre considéré comme la somme d un niveau permanen généran une acion permanene e d un niveau variable généran une acion variable. Les niveaux d eau définis précédemmen son associés aux cas de charge suivans : A l ELU accidenel : le niveau EE (voir ci-dessous) ; A l ELU pour les siuaions durables e ransioires : le niveau EH ; A l ELS caracérisique : le niveau EH ; A l ELS fréquen : le niveau EF ; A l ELS quasi-permanen : le niveau EF ou EB Chaque niveau d eau choisi es associé à un ou deux éas limies e es combiné aux coefficiens pariels définis par ce éa limie. Dans le cadre du DTU 14.1, on doi jusifier les ouverures de fissures avec les niveau EE, EH e EB. 1.2 Cas des siuaions de calcul durables e ransioires Dans l Eurocode 7, le coefficien pariel égal à 1.2 e appliqué sur l acion de l eau à l ELU pour les siuaions durables e ransioires es souven considéré comme égal à Il s agi ici de considérer un coefficien idenique à celui uilisé pour les acions permanenes du errain (par exemple, la poussée des erres). Il es d ailleurs imporan de noer que la différence enre les valeurs 1.2 e 1.35 es exrêmemen faible en comparaison de celle induie par l inceriude du niveau d eau considéré. En géoechnique, le coefficien appliqué sur l acion de l eau n es pas seulemen lié à l inceriude du niveau d eau e inègre aussi les inceriudes du modèle de calcul des poussées. Une valeur de 1.35 combinée à un coefficien pariel de 1.4 sur la buée perme d aeindre un coefficien de sécurié global idenique à celui uilisé avan la mise en place des Eurocodes. De plus, les coefficiens sur le béon e/ou l acier des srucures des souènemens son «faibles» car ils supposen que les valeurs des acions permanenes défavorables son mulipliées par 1.35.

3 3 1.3 Cas de siuaions de calcul accidenelles Le niveau d eau EE es à prendre en compe dans les combinaisons à l ELU pour les siuaions accidenelles. Ce niveau perme de définir une coe qui ne peu pas êre physiquemen dépassée. Selon le formalisme des ELU, il n y a pas lieu de comparer les dimensionnemens obenus pour les siuaions durables e ransioires e pour les siuaions accidenelles. EE EH EF h EB C A + B = 50 % T ref C= 1 % T ref EH ou Eh = 1 fois / T ref A B T ref = 50 ans Figure 1 Représenaion schémaique des niveaux EH, EF e EB 2 Recommandaions pour la jusificaion des ouvrages géoechniques 2.1 Définiion de niveaux d eau complémenaires Il es éviden que les niveaux d eau décris selon les principes de l Eurocode 0 son définis en supposan que, plus le niveau d eau es hau, plus il es défavorable vis à vis dans l éa-limie considéré. En géoechnique, cee hypohèse n es pas oujours vérifiée, par exemple, pour les problèmes de porance ou de souènemen. Il es donc nécessaire, dans ces cas, de définir des niveaux bas car ils son défavorables. Ainsi pour un problème de porance où la nappe viendrai soulager le poids de la srucure ou pour un problème de souènemen où l eau apporerai une acion sabilisarice sur l écran, il es nécessaire de définir des niveaux Ee, Eh, Ef qui on respecivemen les mêmes occurrences que les niveaux EE, EH e EF mais qui son définis en considéran qu un niveau bas es défavorable (Figure 2). Lors d une éude géoechnique, six niveaux doiven donc êre pris en compe : EH e Eh, EF e Ef, EB ou Eb. Deux niveaux excepionnels son à considérer : EE e Ee. La définiion d un niveau excepionnellemen bas Ee peu évenuellemen se raduire par l absence d eau. De manière générale, le choix d un niveau caracérisique d eau, soi hau EH, soi bas Eh, doi êre effecué selon le mécanisme de déformaion ou de rupure considéré. La valeur du niveau d eau peu donc correspondre, soi à un niveau élevé pour des mécanismes de rupure de ype défau de buée, résisance au soulèvemen, renard hydraulique, soi à un niveau bas pour des mécanismes de rupure de ype porance ou défau de buée (cas de cerains rideaux avec une différence d eau amon-aval).

4 4 h EE EH EF EB=Eb C A + B = 50 % T ref C= 1 % T ref EH ou Eh = 1 fois / T ref Ef Eh A B Ee T ref = 50 ans Figure 2 Représenaion schémaique des niveaux EE, EH, EF, EB, Ee, Ef e Eh 2.2 Lien enre les niveaux d eau e les différens cas de charge Le ableau I présene la correspondance enre les éas limies e les nivaux d eau. Tableau I Correspondance enre les éas limies e les niveaux d eau Niveau d eau (hau/bas) ELU fondamenal e EH / Eh ransioire ELU accidenel EE / Ee ELS caracérisique EH / Eh ELS fréquen ELS quasipermanen EF / Ef EB / Eb ou EF / Ef selon les condiions de foncionnemen des fondaions de la srucure Le ableau II présene les niveaux d eau à considérer pour différens mécanismes de rupure e différens éas-limies e es à adaper selon la siuaion durable ou ransioire examinée.

5 5 Tableau II Niveaux d eau à considérer pour différens mécanismes de rupure e différens éaslimies** *** Renard Défau de buée Soulèvemen Porance Soulèvemen hydrauliqu GEO e STR GEO e STR GEO e STR e (hau/bas*) UPL HYD ELU fondamenal e ransioire EH ou Eh Eh EH EH EH ELU accidenel EE ou Ee Ee EE EE EE ELS caracérisique EH ou Eh Eh EH ELS fréquen EF ou Ef Ef EF ELS quasipermanen EB d une par ou EF ou Ef d aure par suivan les condiions de foncionnemen des fondaions de la srucure EB ou Ef suivan les condiions de foncionnemen des fondaions de la srucure EB ou EF suivan les condiions de foncionnemen des fondaions de la srucure *Pour le défau de buée, l eau en aval de l écran peu avoir un rôle sabilisaeur e des niveaux d eau haus e bas son à considérer. **Pour les écrans servan d enveloppes à des bâimens, les niveaux d eau à prendre en compe associés.aux crières de fissuraion permean d assurer l éanchéié oale ou relaive son ceux spécifiés dans le DTU ***Il n es pas uile de réaliser des calculs «en fourchee» enre les niveaux EH e Eh ainsi que EF e Ef. 2.3 Occurrence des niveaux d eau Au cours d un proje géoechnique, la définiion des niveaux EE, EH, EF, EB, Ef, Eh e Ee doi, en héorie, êre réalisée pour une période de référence de 50 ans. En praique, il n es pas possible de déerminer, de manière saisique, les valeurs des différens niveaux pour une période de 50 ans puisqu en général les données piézomériques disponibles ne couvren une période ne comprenan que quelques années dans les meilleurs cas. Il convien donc de déerminer les niveaux d eau de manière prudene en foncion des données piézomériques disponibles e de l éa limie considéré. Il peu aussi êre envisagé de modifier lors de l éude du proje cee valeur du emps de référence afin de saisfaire des exigences spécifiques de l ouvrage. De plus, pour des ouvrages excepionnels, des emps de référence beaucoup plus imporans peuven êre définis.

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proporionnalié -Acivié préparaoire n : Suies de nombres proporionnelles -l indicaion «0,88 /L» perme de calculer les pri manquans dans le ableau ci-dessous. Indiquer

Plus en détail

Logique Séquentielle - fonction «Registre à décalage»

Logique Séquentielle - fonction «Registre à décalage» Logique Séquenielle - foncion «Regisre à décalage» 1. Inroducion Les bascules son rès uilisées comme élémens de mémorisaion de données ou d informaion. Le sockage des données a généralemen lieu dans des

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5 Texures François Faure Résumé Table des maières 1 Inroducion 2 2 Coordonnées de exure 3 2.1 Modes de répéiion............................... 3 2.2 Le problème des surfaces courbes.......................

Plus en détail

LA LOGIQUE SEQUENTIELLE

LA LOGIQUE SEQUENTIELLE Auomaique e Informaique Indusrielle LA LOGIQUE SEQUENTIELLE SOMMAIRE Tire Page I. Définiion (rappel) : Sysème séqueniel 2 II. Prise en compe du emps 2 a) foncion mémoire 2 b) foncion(s) reard(s), emporisaion

Plus en détail

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole Les foncions logiques & l algèbre de Boole 1 - Algèbre de Boole Hisorique : Georges BOOLE, philosophe e mahémaicien anglais, publia en 1854 un essai sur les raisonnemens logiques poran sur les proposiions

Plus en détail

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions 1 Juille 2001 Evaluaions socio-économiques e financière des projes de ranspors collecifs : méhode de calcul, paramères e convenions Période de l éude La période de l éude débue à l année de mise en service.

Plus en détail

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Universié de Savoie DEUG STPI Unié U32 Sysèmes linéaires - Auomaique CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Le sysème es mainenan mis en équaion, il es donc beaucoup plus

Plus en détail

Calcul Analytique et Numérique de la Résistance de Prise de Terre

Calcul Analytique et Numérique de la Résistance de Prise de Terre Quarième Conférence Inernaionale sur le Génie Elecrique CIGE 10, 03-04 Novembre 2010, Universié de Bechar, Calcul Analyique e Numérique de la Résisance de Prise de Terre S. Flazi e A. Benomar, Déparemen

Plus en détail

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure TP SdF N 25 Modélisaion e opimisaion de la mainenance prévenive e correcive d un maériel soumis à usure Ce TP complèe le TP N 22 sur la modélisaion e l opimisaion de la mainenance d un maériel réparable

Plus en détail

Termes et définitions pour les granulats

Termes et définitions pour les granulats N 17 F/10 Termes e définiions pour les granulas Fiches echniques Bâimen Génie civil 1 Conexe Avec l'enrée en vigueur des normes européennes (EN) concernan les granulas, cerains ermes uilisés jusqu'ici

Plus en détail

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages Chapire 3 Pourcenages Objecifs du chapire : iem références auo évaluaion relier évoluions e pourcenages éudier des évoluions successives calculer le aux d évoluion réciproque 19 I lien enre une évoluion

Plus en détail

Ouvre portail. 1. Présentation du système

Ouvre portail. 1. Présentation du système Ouvre porail TD 1. Présenaion du sysème L ouvre-porail auomaisé éudié perme l ouverure e la fermeure d un porail chez les pariculiers de façon auomaique ou semiauomaique. L ouvre porail es ariculé sur

Plus en détail

Echantillonnage d un signal : principe et conditions à satisfaire.

Echantillonnage d un signal : principe et conditions à satisfaire. Page 1 Echanillonnage d un signal : principe e condiions à saisfaire. I. Inroducion. L acquisiion d une grandeur analogique par l inermédiaire d une care d acquisiion possédan plusieurs enrées analogiques

Plus en détail

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE -

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE - ENS de Cachan Concours d enrée en 3 ème année pour la préparaion à l agrégaion de Génie Elecrique Session 2001 SECONDE PARTIE - ELECTRONIUE - Ce problème se propose d éudier le foncionnemen de l élecronique

Plus en détail

1 - Etude d'une alimentation à découpage

1 - Etude d'une alimentation à découpage 1 - Eude d'une alimenaion à découpage BTS ELECTROTECHNIQUE - Session 1997 - PHYSIQUE APPLIQUEE Durée : 4 heures Coefficien : 3 Cee éude compore rois paries, liées enre elles, mais pouvan êre raiées indépendammen

Plus en détail

Les systèmes séquentiels Bascules et compteurs

Les systèmes séquentiels Bascules et compteurs si Les sysèmes séqueniels Bascules e compeurs Applicaions Ces exercices d applicaion son faculaifs. 1. rucures à base de bascules (bisables) Exercice 1 Compléer le chronogramme ci-dessous. Exercice 2 A

Plus en détail

Exercice n HA Corrigé

Exercice n HA Corrigé ENAC/ISTE/HYDRAM HYDROTHEQUE : base de données d exercices en Hydrologie Cours : Hydrologie Appliquée / Thémaique : Processus & Réponse Hydrologiques Exercice n HA 0101 - Corrigé Logo opimisé par J.-D.Bonour,

Plus en détail

CORRECTION des EXERCICES de RADIOACTIVITE

CORRECTION des EXERCICES de RADIOACTIVITE CORRECTIO des EXERCICES de RDIOCTIVITE.1. Désinégraion du carbone 14. On donne Les numéros aomiques suivans : Z 6 pour le carbone (C) e Z 7 pour l azoe (). Pourquoi les noyaux de symboles 1 6 C e 13 6

Plus en détail

Représentations multiples d un signal électrique triphasé

Représentations multiples d un signal électrique triphasé Représenaions muliples d un signal élecrique riphasé Les analyseurs de puissance e d énergie Qualisar+ permeen de visualiser insananémen les caracérisiques d un réseau élecrique riphasé. Les Qualisar+

Plus en détail

Lycée Vaucanson Tours. Automatique Systèmes séquentiels. Philippe Bourzac 2006

Lycée Vaucanson Tours. Automatique Systèmes séquentiels. Philippe Bourzac 2006 Lycée Vaucanson Tours / / Auomaique ysèmes séqueniels Philippe Bourzac 26 Auomaique ysèmes séqueniels AUTOMATIUE YTEME EUENTIEL. Insuffisance des sysèmes logiques combinaoires. On souhaie réaliser la commande

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. FONCTION RETARD ou TEMPORISATION

DOSSIER TECHNIQUE. FONCTION RETARD ou TEMPORISATION DOSSIER TECHNIQUE Foncion FONCTION RETARD ou TEMPORISATION La foncion reard ou emporisaion es une foncion dans laquelle oue ransiion d enrée (commande) se radui par une ransiion reardée de l informaion

Plus en détail

Le Principe de PASCAL

Le Principe de PASCAL Hydraulique LES LOIS D HYDROSTATIQUE N 1/8 LA FORCE. On appelle FORCE oue acion qui end à modifier l éa d un corps. Elle s exprime en NEWTON (symbole N). La force es définie par son sens, son inensié,

Plus en détail

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC Chapire VI - Les onduleurs - LES ONDULEURS Converisseurs DC/AC I- Inroducion : L éude va porer sur les onduleurs : monophasés, de ension :Source d enrée (DC) = Source de Tension Source de sorie (AC) =

Plus en détail

DECISION N RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE

DECISION N RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 25-2 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE 25-29 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Commande du plafonnier d'un véhicule. CO8.sin1. Rechercher et choisir une solution logicielle ou matérielle au regard de la définition d'un système.

Commande du plafonnier d'un véhicule. CO8.sin1. Rechercher et choisir une solution logicielle ou matérielle au regard de la définition d'un système. STI2D SIN V. Commande du plafonnier d'un véhicule. CO8.sin. Rechercher e choisir une soluion logicielle ou maérielle au regard de la définiion d'un sysème. BP / Clavier Sans conac IR / ILS A conac FC Capeur

Plus en détail

COFFRE MOTORISE DE 607 PEUGEOT

COFFRE MOTORISE DE 607 PEUGEOT Nom : Prénom : COFFRE MOTORISE DE 607 PEUGEOT 1 Présenaion du sysème. La 607 PEUGEOT, voiure hau de gamme, a éé doée après sa sorie, d'un équipemen supplémenaire desiné à simplifier la vie des uilisaeurs

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

DECRIRE UN SYSTEME AUTOMATISE D UN POINT DE VUE FONCTIONNEL ET TEMPOREL

DECRIRE UN SYSTEME AUTOMATISE D UN POINT DE VUE FONCTIONNEL ET TEMPOREL MI IV - 110A DECRIRE UN SYSTEME AUTOMATISE D UN POINT DE VUE FONCTIONNEL ET TEMPOREL MAINTENANCE INDUSTRIELLE Niveau IV 2006 CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baize - CP201-69336 Lyon

Plus en détail

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que PROPORTIONNALITE a) Définiion d une proporion a Quare nombres a, b, c e d éan non nuls, on di que c l une des condiions suivanes (équivalenes) es vérifiée : b d es une proporion lorsque Condiion 1 : Les

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

Nombre dérivé et interprétation graphique. h valeurs approchées du nombre dérivé de la fonction f en t 0

Nombre dérivé et interprétation graphique. h valeurs approchées du nombre dérivé de la fonction f en t 0 DÉRIVONS EN VITESSE Objecif Ouils Comparer deux approximaions du nombre dérivé d une foncion numérique en un poin, l une issue de la définiion maémaique usuelle, l aure uilisée par les calcularices. Nombre

Plus en détail

Conditionnement du signal

Conditionnement du signal Lycée Technique Mohammedia Condiionnemen du signal 1 ère STE Unié ATC Professeur : MAHBAB 1STE CONDITIONNER UN SIGNAL L.T Mohammedia F.Cours n 12 La chaîne d'acquisiion Prof : MAHBAB Page 1 / 2 1. Inroducion

Plus en détail

Figure 1. Enregistrements et spectres fréquentiels des deux émetteurs sonores

Figure 1. Enregistrements et spectres fréquentiels des deux émetteurs sonores Classe de Terminale S Physique Thème abordé : Ondes sonores Poin Cours Exercice Pour ou l exercice, on considère la célérié v du son dans l air, à 2 C, égale à 34 m.s. Les rois paries de l exercice son

Plus en détail

Réponse d un dipôle RC à un échelon de tension

Réponse d un dipôle RC à un échelon de tension 1- Le dipôle C es une associaion en série d un condensaeur e d un conduceur ohmique ( ou résisor) : I- Inroducion 2- L échelon de ension : es le passage insanané d une ension de la valeur à une valeur

Plus en détail

CHAÎNE D ACTION. écart Réguler. mesure Mesurer CHAÎNE D INFORMATION

CHAÎNE D ACTION. écart Réguler. mesure Mesurer CHAÎNE D INFORMATION ANALYSE DES SYSTÈMES ASSERVIS 7. Caracérisaion des sysèmes asservis 7.. Srucure des sysèmes asservis Un sysème asservi linéaire peu se représener par le schéma 7.. On y rerouve, une chaîne d acion qui

Plus en détail

avec Pour illustrer cette note, je joint des extraits de la documentation technique du constructeur.

avec Pour illustrer cette note, je joint des extraits de la documentation technique du constructeur. Les disjonceurs basse ension son en règle générale équipés de déclencheurs du ype magnéo-hermique. La courbe de déclenchemen d un disjonceur NT8H équipé d un déclencheur Micrologic.A es donnée dans le

Plus en détail

Série chronologique = Chronique, série temporelle Valeurs successivement prises par une variable statistique au cours du temps

Série chronologique = Chronique, série temporelle Valeurs successivement prises par une variable statistique au cours du temps Série chronologique = Chronique, série emporelle Valeurs successivemen prises par une variable saisique au cours du emps E Série saisique bidimensionnelle (, ) Objecifs de l analyse d une série chronologique

Plus en détail

d) e) f) Exercice 2. [6 points] Soit la fonction f (x)=2 x 3. a) Cette fonction est-elle linéaire, affine ou quelconque?

d) e) f) Exercice 2. [6 points] Soit la fonction f (x)=2 x 3. a) Cette fonction est-elle linéaire, affine ou quelconque? Nom : Prénom : Conrôle de mahémaiques, Le mercredi 30 mai 2012 Exercice 1. [3 poins] 1) Parmi les cinq premières figures numéroées de a) à e) recopie sur a copie le numéro de celles qui son des polygones

Plus en détail

Prise en compte des risques dans l analyse monétarisée

Prise en compte des risques dans l analyse monétarisée Prise en compe des risques dans l analyse monéarisée Version du 7 ocobre 2014 1. Inroducion Les effes d'un proje son oujours affecés de risques (e d'inceriudes 1 ) d ampleur parfois significaive. Ces risques

Plus en détail

EC 4 Circuits linéaires du second ordre en régime transitoire

EC 4 Circuits linéaires du second ordre en régime transitoire 4 ircuis linéaires du second ordre en régime ransioire PSI 016 017 I Réponse d un circui RL série à un échelon de ension 1. ircui R L i() u G () +q ¹ 1 u R () u L () u () On ferme l inerrupeur K à = 0,

Plus en détail

Redressement commandé

Redressement commandé Redressemen commandé Exercice 1 On donne ci-dessous le chronogramme de la ension aux bornes de la charge u C.( 1 V / div ) La fréquence du signal u issue du ransformaeur es de 5 Hz. De plus, on donne E

Plus en détail

Les boites. Algo1. 22 octobre 2015

Les boites. Algo1. 22 octobre 2015 Les boies Algo1 22 ocobre 2015 1 Inroducion Le fablab de l ensimag me à disposiion des chercheurs e des éudians une découpeuse laser 1. La découpeuse laser prend en enrée un fichier svg, conenan des chemins

Plus en détail

DEMARRAGE D UN MOTEUR ETOILE / TRIANGLE

DEMARRAGE D UN MOTEUR ETOILE / TRIANGLE DEMARRAGE ETOILE / TRIANGLE D UN MOTEUR Page 1 / 5 DEMARRAGE D UN MOTEUR ETOILE / TRIANGLE L appel de couran lors du démarrage d un moeur peu provoquer des chues de ension se raduisan par, le vacillemen

Plus en détail

PHYSIQUE APPLIQUÉE. Durée : 4 heures Coefficient 3

PHYSIQUE APPLIQUÉE. Durée : 4 heures Coefficient 3 PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée : 4 heures Coefficien 3 Le problème éudie l enraînemen d un venilaeur conrôlan le irage d une chaudière de fore puissance équipan une usine de pâe à papier. La régulaion de empéraure

Plus en détail

Facteur d accélération associé à une loi normale ou lognormale

Facteur d accélération associé à une loi normale ou lognormale TP N 39 Faceur d accéléraion associé à une loi normale ou lognormale Uilisés pour diminuer la durée e le coû des essais, les faceurs d accéléraion (Arrhenius, Peck, Basquin, Norris-Landzberg ) son ous

Plus en détail

Convertisseurs. Figure 1 Figure 2

Convertisseurs. Figure 1 Figure 2 Converisseurs Converisseurs On se propose d éudier expérimenalemen les converisseurs permean de passer d un signal analogique à un signal numérique, e inversemen. Il s agi de mesurer leurs principales

Plus en détail

AUTOMATE PROGRAMMABLE ET TEMPS REEL

AUTOMATE PROGRAMMABLE ET TEMPS REEL AUTOMAT PROGRAMMABL T TMP RL udes des PC T2 1. Inroducion La srucure ype d une chaîne foncionnelle dans un sysème auomaisé es la suivane : Capeur A.P.I. Préacionneur Acionneur ffeceur! Appariion d un ffe

Plus en détail

Unités de contrôle Micrologic 2.0 et 5.0 Appareillage Basse Tension

Unités de contrôle Micrologic 2.0 et 5.0 Appareillage Basse Tension Uniés de conôle Appareillage Basse Tension Guide d'exploiaion Qui fai auan avancer l'élecicié? Uniés de conôle Découvrez voe unié de conôle Idenifiez voe unié de conôle Panorama des foncions 4 Paraméez

Plus en détail

Amplificateur de puissance EEA-PAM-5**-A-3* pour commandes hydrauliques à action proportionnelle Table des matières

Amplificateur de puissance EEA-PAM-5**-A-3* pour commandes hydrauliques à action proportionnelle Table des matières Vickers Accessoires Amplificaeur de puissance EEA-PAM-5**-A-3* pour commandes hydrauliques à acion proporionnelle Table des maières Ce caalogue pore sur les amplificaeurs suivans Amplificaeur de puissance

Plus en détail

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages Première E.S. Lycée Desfonaines Melle I. Inroducion Pourcenages Définiion : On considère deux quaniés Q e Q de même naure, exprimées dans la même unié. Dire que Q es égale à % de Q revien à dire que Q

Plus en détail

MESURES CHRONOMETRIQUES

MESURES CHRONOMETRIQUES Chapire 8 I- FRQUNCMR : MSURS CRONOMRIQUS Le schéma de principe d un fréquencemère numérique es donné par la figure 36. Signal de fréquence f Circui de mise en Base de emps X() Y() & Compeur orloge RAZ

Plus en détail

E4.2 Circuits alimentés en tension alternative

E4.2 Circuits alimentés en tension alternative Manip. Elec. ircuis Elec 4 - Manip. Elec.4 ircuis en ension alernaive E4. Bu de la manipulaion e bu de la manipulaion es l'éude de circuis alimenés en ension alernaive e comprenan des associaions de résisances,

Plus en détail

Date : Communication technique. Démarrage rotorique

Date : Communication technique. Démarrage rotorique Dae : Communicaion echnique Page 103 Démarrage roorique 1. Problémaique (bis) La SPCC uilise des convoyeurs enre les différens poses inervenan dans le remplissage e le condiionnemen des flacons de parfums.

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE

Jean-Louis CAYATTE Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ jlcayae@free.fr Chapire 4 La durée du chômage Quand on parle de la durée du chômage, si l on n y prend pas garde, on confond facilemen la durée moyenne du chômage

Plus en détail

3.1 La définition des tâches

3.1 La définition des tâches TÂCHES Projec 2016 3.1 La définiion des âches A- Saisir les âches d'un proje Les âches représenen le ravail à accomplir pour aeindre l objecif du proje. Elles représenen, de ce fai, les élémens de base

Plus en détail

Cinétique Chimique. Cinétique simple. Besançon, Pharmacie 1 ère Année. E. Cavalli - UFR SMP - UFC

Cinétique Chimique. Cinétique simple. Besançon, Pharmacie 1 ère Année. E. Cavalli - UFR SMP - UFC Cinéique Chimique Cinéique simple Besançon, Pharmacie ère nnée E. Cavalli - UFR SMP - UFC I - Inroducion Cinéique Chimique - Obje e inérê de la cinéique chimique Cinéique simple E. Cavalli - UFR SMP -

Plus en détail

Production - Transport et Distribution d Energie

Production - Transport et Distribution d Energie Le Minisère de l'enseignemen Supérieur e de la Recherche Scienifique Universié Viruelle de Tunis Réalisé par : Mme Souad Chebbi Aenion! Ce produi pédagogique numérisé es la propriéé exclusive de l'uvt.

Plus en détail

Temporisation par bascules monostables

Temporisation par bascules monostables Temporisaion par bascules Monosables TSTI 00-0 Chrisian Loverde Temporisaion par bascules monosables Rappels :. Charge d un condensaeur à ension consane i R C Débu de la charge u C (0)= 0 V u C A la fin

Plus en détail

Chapitre 7 : Les instruments de musique. Instruments à cordes, à vent, à percussion. Terminale spécialité Thème 2 : son et musique.

Chapitre 7 : Les instruments de musique. Instruments à cordes, à vent, à percussion. Terminale spécialité Thème 2 : son et musique. Chapire 7 : Les insrumens de musique. Insrumens à cordes, à ven, à percussion. Terminale spécialié Thème 2 : son e musique. I. Son émis par un insrumen de musique. 1. D abord, c es quoi un son? Définiion

Plus en détail

Consoles de dalle isolantes système EGCO

Consoles de dalle isolantes système EGCO Consoles de dalle isolanes sysème EGCO La console isolane, en Inox ou en acier à béon avec proecion ani-corrosion en Inox, garani la sécurié saique e une isolaion hermique opimale. La liaison Egcobox,

Plus en détail

1 Analyse des systèmes asservis

1 Analyse des systèmes asservis i TABLE DES MATIÈRES Analyse des sysèmes asservis. Caracérisaion des sysèmes asservis......................................... Srucure des sysèmes asservis.........................................2 Caracérisiques

Plus en détail

LES COMPTEURS. A Mise en situation : Montre électronique :

LES COMPTEURS. A Mise en situation : Montre électronique : LES OMPTEURS Mise en siuaion : Monre élecronique : Une des applicaions les plus couranes des compeurs es la monre élecronique où l heure du jour es indiquée au moyen de chiffres : deux chiffres pour les

Plus en détail

ETUDE DE LA FONCTION ACQUERIR (CAPTEUR & CONDITIONNEUR DU SIGNAL)

ETUDE DE LA FONCTION ACQUERIR (CAPTEUR & CONDITIONNEUR DU SIGNAL) ETUDE DE LA FONCTION ACQUERIR (CAPTEUR & CONDITIONNEUR DU SIGNAL) ACQUISITION DE LA POSITION DU CYCLE La posiion du cycle es délivrée par un capeur à effe Hall linéaire déecan 3 posiions disinces de la

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES CONVERTISSEURS ALTERNATIFS/CONTINUS

CHAPITRE 2 LES CONVERTISSEURS ALTERNATIFS/CONTINUS CHAPITRE 2 LES CONVERTISSEURS ALTERNATIFS/CONTINUS LES MONTAGES REDRESSEURS COMMANDÉS Suppor de Élecronique de puissance - 25 - I.S.E.T de Bizere 2 LES CONVERTISSEURS ALTERNATIFS/CONTINUS 1-INTRODUCTION

Plus en détail

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» L une des préoccupaions des gesionnaires des risques dans les banques es de prendre en compe les caracérisiques des porefeuilles

Plus en détail

REPONSE DES CIRCUITS A UN ECHELON DE TENSION

REPONSE DES CIRCUITS A UN ECHELON DE TENSION LTOINTIQU Duperray Lycée FBUISSON PTSI PONS DS IUITS A UN HLON D TNSION Dans les circuis élecriques, les régimes on oujours un débu Nous allons éudier commen à parir des condiions iniiales, les courans

Plus en détail

réponses sur les questions que vous vous posez sur les Eurocodes

réponses sur les questions que vous vous posez sur les Eurocodes 36 réponses sur les quesions que vous vous posez sur les Eurocodes 1 Cee brochure es le frui d une coopéraion enre le SETRA, le CSTB, le Conseil Général des Pons e Chaussées e la Direcion des Affaires

Plus en détail

Commande d un moteur à courant continu

Commande d un moteur à courant continu Commande d un moeur à couran coninu 1. Généraliés Le hacheur es un disposiif classé dans la caégorie des converisseurs saiques d énergie coninu - coninu. l a pour rôle de ransférer l'énergie d'une source

Plus en détail

Ecrits professionnels en travail social (Ref : MC49) Maîtriser leur portée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Ecrits professionnels en travail social (Ref : MC49) Maîtriser leur portée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Ecris professionnels en ravail social (Ref : MC49) Maîriser leur porée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Inégrer le cadre législaif relaif aux écris professionnels en ravail social

Plus en détail

Balistique. Nous étudions dans ce qui suit, le mouvement d'un projectile lancé à une vitesse initiale de norme v 0

Balistique. Nous étudions dans ce qui suit, le mouvement d'un projectile lancé à une vitesse initiale de norme v 0 Balisique Inroducion La balisique es l'éude du mouvemen des mobiles soumis à la force raviaionnelle. Galilée (1564-164) a éé le premier à décrire de façon adéquae le mouvemen des projeciles e à démonrer

Plus en détail

L bien comment traduire cette définition informelle dans le cas d une variable aléatoire discrète X en posant :

L bien comment traduire cette définition informelle dans le cas d une variable aléatoire discrète X en posant : Chapire 7 Espérance 7. Inroducion espérance d une variable aléaoire es, lorsqu elle exise, la moyenne des valeurs de cee variable, pondérées par leurs probabiliés de réalisaion. On voi L bien commen raduire

Plus en détail

Série d exercices Bobine et dipôle RL

Série d exercices Bobine et dipôle RL xercice 1 : Série d exercices Bobine e dipôle R On réalise un circui élecrique comporan une bobine d inducance e de résisance r, un conduceur ohmique de résisance R, un généraeur de ension de f.é.m. e

Plus en détail

Fonctions numériques Proportionnalité

Fonctions numériques Proportionnalité Foncions numériques Proporionnalié I Foncions numériques 1 ) Définiion e noaions Définir une foncion f qui à x associe y c es donner une formule mahémaique qui perme pour oue valeur donnée de x soi de

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 4 MODIFICATION DE L'INSTALLATION ELECTRIQUE DU SEJOUR DE M. PICARD

TRAVAUX PRATIQUES N 4 MODIFICATION DE L'INSTALLATION ELECTRIQUE DU SEJOUR DE M. PICARD UIMBERTEAU UIMBERTEAU Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique HABITAT Ver.. UIMBERTEAU Inroducion Ces ravaux praiques von vous amener à faire l'éude de la modificaion du circui d'éclairage de la salle

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

GESTION DE LA CABINE DU MONTE-CHARGE MC20

GESTION DE LA CABINE DU MONTE-CHARGE MC20 GESTION DE LA CABINE DU MONTE-CHARGE MC20 Dossier D Ce dossier conien les documens suivans : - Présenaion générale :... page D2. - Travail demandé :... pages D3 à D7. - Documens réponses :... pages D8

Plus en détail

Carte d'acquisition Dossier ressource

Carte d'acquisition Dossier ressource Care d'acquisiion BTS Sysèmes Phooniques TP AMOS Care USB 6009 BTS SP1 Page 1 sur 9 Care d'acquisiion BTS Sysèmes Phooniques 1. Présenaion 1.1 inroducion Une care d'acquisiion es un accessoire uilisé dans

Plus en détail

Introduction à la programmation d'un automate. Sommaire

Introduction à la programmation d'un automate. Sommaire Inroducion à la programmaion d'un auomae Sommaire Présenaion du sysème de gesion de rafic... Fiche pédagogique...2 Travail demandé...3. Programmaion d'une foncion OUI...3 2. Programmaion d'une foncion

Plus en détail

CHOIX DE DISJONCTEURS

CHOIX DE DISJONCTEURS CHOX DE DSJONCTEURS 1) Séleciviés des proecions : l y a sélecivié des proecions si un défau, survenan en un poin quelconque du réseau, es éliminé par l appareil de proecion placé immédiaemen en amon du

Plus en détail

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS I. Descripion e symboles Un condensaeur es un composan consiué par, appelés séparés sur oue l'éendue de leur surface par un milieu nommé. Le es de faible épaisseur e il s exprime

Plus en détail

CHAPITRE 1 SYSTÈMES LINÉAIRES - SYSTÈMES ASSERVIS

CHAPITRE 1 SYSTÈMES LINÉAIRES - SYSTÈMES ASSERVIS Universié de Savoie DEUG STPI Unié U32 Sysèmes linéaires - Auomaique CHAPITRE SYSTÈMES LINÉAIRES - SYSTÈMES ASSERVIS Les sysèmes - Définiions e exemples Un sysème peu êre défini comme un ensemble d'élémens

Plus en détail

MÉTHODE DE COMPENSATION DE DÉRIVE LORS D UNE MESURE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE

MÉTHODE DE COMPENSATION DE DÉRIVE LORS D UNE MESURE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE 2ème Forum sur les Impédances Élecrochimiques, C. Gabrielli (Ed.), Paris 17 Déc. 27, p. C29. MÉTHODE DE COMPENSATION DE DÉRIVE LORS D UNE MESURE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE J.-P. DIARD 1, B. PETRESCU 2

Plus en détail

Circuits R -C Réponse à un échelon de tension

Circuits R -C Réponse à un échelon de tension Lycée Viee TSI ircuis - -L -L- éponse à un échelon de ension I. égime libre. Définiion d un régime libre Le régime libre ( ou propre ) d un circui es un régime obenu lorsque les sources libres son éeines.

Plus en détail

Amplificateur opérationnel

Amplificateur opérationnel ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE Académie de Casablanca DÉLÉGATION DE MOHAMMEDIA Lycée Technique Maière : Science de l Ingénieur A.T.C Pr.MAHBAB Secion : Sciences e Technologies Élecriques

Plus en détail

PROMATECT -200 Revêtements de systèmes porteurs en acier

PROMATECT -200 Revêtements de systèmes porteurs en acier PROMTECT -00 Revêemens e sysèmes poreurs en acier R30 - R80 RF 9 4 Données echniques 3 Déail - Revêemens e piliers Déail B - Revêemen e poures 0 7 Déail D - Revêemen appliqué sur un seul côé 4 Déail C

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

FONCTIONS NUMÉRIQUES

FONCTIONS NUMÉRIQUES ICHE DE PRÉSETATI ICHE DE PRÉSETATI ICHE DE PRÉSETATI BJECTI(S) Définir une foncion numérique sur un inervalle Êre capable à l'issue des ravaux de : EXPLICITATI respecer l'inervalle de définiion disinguer

Plus en détail

Réglage valeur moyenne

Réglage valeur moyenne P Cours : l insrumenaion élecrique A- Le généraeur de basses fréquences ou G.B.F - Présenaion uilisé : Réglage fréquence Réglage ampliude Réglage valeur moyenne Sweep : Possibilié de créer un signal de

Plus en détail

PROMATECT -H et PROMATECT -L Revêtements de piliers en acier

PROMATECT -H et PROMATECT -L Revêtements de piliers en acier PROMTECT -H e PROMTECT -L Revêemens e piliers en acier R30 - R80 RF 5 Données echniques 3 3 5 6 Pilier en acier PROMTECT -H e -L, plaque coupe-feu Ep. e la plaque à calculer selon le coefficien proporionnel

Plus en détail

1.3 InDesign et l'epub

1.3 InDesign et l'epub 1.3 InDesign e l'epub InDesign expore en epub un exe HTML de bonne qualié e fourni des CSS avancées. Dans la version CS6, l'expor devien de plus en plus précis e perme d'aller jusqu'à la scission du livre

Plus en détail

I. La lumière et ses propriétés

I. La lumière et ses propriétés Module 3 : L opique : Vocabulaire Ampliude (f) Hyperméropie (f) Propagaion (f) reciligne Axe (m) principal Image (f) réelle Réfléchi Concave Image (f) viruelle Réflexion (f) Convexe Incidence (f) Réflexion

Plus en détail

Modèles autorégressifs à changements de régimes markoviens Applications aux séries temporelles de vent

Modèles autorégressifs à changements de régimes markoviens Applications aux séries temporelles de vent Modèles auorégressifs à changemens de régimes markoviens Applicaions aux séries emporelles de ven Pierre Aillio Page 1 Inroducion Moivaions Condiions d éas de mer (ven, vagues) influencen... Evoluion d

Plus en détail

TD : IS LM. p Le modèle IS/LM. p L'interface proposée. p Faire évoluer la feuille. 4. Implémenter un modèle plus général.

TD : IS LM. p Le modèle IS/LM. p L'interface proposée. p Faire évoluer la feuille. 4. Implémenter un modèle plus général. TD : IS LM Dora Rémi 1. Le modèle IS/LM p 2 2. L'inerface proposée p 4 3. Faire évoluer la feuille p 5 4. Implémener un modèle plus général p 7 TD-Modèle IS/LM 1 1. Le modèle IS/LM La courbe IS Le modèle

Plus en détail

VALANT NOTE D INFORMATION. CONTRAT D ASSURANCE VIE N V.012-05 libellé en euros et/ou en unités de compte

VALANT NOTE D INFORMATION. CONTRAT D ASSURANCE VIE N V.012-05 libellé en euros et/ou en unités de compte VALANT NOTE D INFORMATION CONTRAT D ASSURANCE VIE N V.012-05 libellé en euros e/ou en uniés de compe Le conra PANTHEA es un conra d assurance vie individuel de ype mulisuppors. Le conra prévoi le paiemen

Plus en détail

Probabilités 5 : Loi normale centée réduite N (0 ; 1)

Probabilités 5 : Loi normale centée réduite N (0 ; 1) «I» : Théorème définiion / Théorème admis Probabiliés 5 : Loi normale cenée réduie N ( ; ) La foncion f définie sur R par f ()= π e es une densié de probabilié sur R Il es clair que f es coninue e posiive

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Lois générales de l'électrocinétique

Lois générales de l'électrocinétique Lois générales de l'élecrocinéique «Paience e longueur de emps Fon plus que force ni que rage.» Jean de La Fonaine in «Fables», le Lion e le Ra. Résumé L élecrocinéique raie de la circulaion des charges

Plus en détail