Du tarissement au pic de lactation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du tarissement au pic de lactation"

Transcription

1 Du tarissement au pic de lactation Journée d étude Henri-Chapelle, le 11/12/2012 Benoît Wyzen Olivier Vanwarbeck A.W.E. Service Technico-Economique L alimentation des vaches laitières et les résultats économiques Analyses des différents frais de l exploitation laitière moyenne compta AWE 2011 caractéristiques de la ferme: 62,9 Ha de SAU 1,66 UMO 68,25 JB présentes 83,6 vaches traites présentes à 7290 L4% soit litres traits 1

2 L alimentation des vaches laitières et les résultats économiques Valeur des différents frais pour la ferme laitière type AWE montant en Frais variables Frais Fixes MO Fam+autre L alimentation des vaches laitières et les résultats économiques ferme laitière type AWE Montant en Série Ach AL VT Ach AL JB FV SF FF SF Fr Chptel Mat Chep Bat Quota Int cap chep Fr divers 2

3 L alimentation des vaches laitières et les résultats économiques Répartition des frais (hors MO) ferme laitière type AWE2011 Intérêt cap cheptel; 3 % Quota; 2 % Fraisdivers; 9 % Achats aliments VT ; 22% Bâtiments bovins ; 13 % Matériel cheptel; 6 % Fraisvariables des SF; 13 % Achats aliments JB; 5 % Fraisde cheptel; 9 % Fraisfixes des SF; 19 % - Période «quota = facteur limitant» Optimalisation des facteurs de productions (/100L). 3

4 35,00 Evolution des coûts Evolution des coûts par 100 L de lait ferme AWE ,74 30,83 30,00 28,47 28,67 28,46 25,00 25,08 25,79 20,00 18,26 18,24 /100 L 15,00 13,79 14,53 16,63 16,17 16,62 Achats d'aliments Coût total Coût de l'alimentation 10,00 5,15 5,52 7,40 8,09 6,70 7,48 8,42 5,00 0, Exercices 4

5 Période «libération no limit quota» Augmentation des litres produits en augmentant le nbre de VT MAIS Certaines exploitations arrivent à la saturation des moyens de production (SAU, bâtiments, UMO, ) d où investissements 5

6 Réflexion sur un nouveau facteur limitant Optimaliser le revenu par vache Maximalisation du revenu par exploitation Augmenter la production des VT pour augmenter le revenu 6

7 Mais effet des charges de structure. 7

8 Augmenter la production via les achats d aliments 8

9 Simulation à partir des résultats de la ferme laitière AWE2011 Analyse de l évolution du revenu/exploitation -sans modification du nombre de VT, d ha -avec modification du niveau des Frais fixes de la ferme; du nbre de Kg de CC distribués par vache et de la réponse litrage par vache 9

10 Litres trait /T CC Kg CC/VT L/VT Alim CC achat CC VT/100 VT L4% FF VT Revenu Ferme typeawe , FF élevé FF faible Simulations +365kgCC +183L , kgCC +540L ,

11 Quelques cas concrets de gestion technique et économique Ou L importance d individualiser les rations et de coller à l évolution de la lactation La théorie nous a appris ceci : 11

12 Et la réalité le confirme Kg de lait par jour Taux de MG et Protéines en Jours de lactation kg lait MG g/l Prot g/l La courbe de lactation de la vache Holstein wallonne moyenne Cette courbe de lactations est établie sur base : De tous les contrôles laitiers de toutes les VL Holstein En 2011 Cette courbe de lactation montre que : la théorie se vérifie en pratique le pic de lactation est atteint après en moyenne 6 semaines le volume de lait produit durant les 100 premiers jours représente plus de 36 % de la lactation en 365 jours. 12

13 La courbe de lactation de la vache Holstein wallonne moyenne Le niveau de production augmente d année en année, mais avec une courbe qui garde la même forme Année Prod en 365 j Prod 100 premiers j % % % % % % % % % % Tenir compte de la courbe de lactation Le travail de l éleveur est de soigner son bétail en tenant compte de cette courbe. En pratique : Une (ou plusieurs) ration de base, distribuée à tout le troupeau et calculée à un certain niveau Dont l apport va évoluer au cours de la lactation avec l évolution de la capacité d ingestion + une complémentation individuelle en fonction de la production (ou non). 13

14 Courbe de lactation et alimentation Courbe de lactation et alimentation Equilibre à trouver entre manque à combler en début de lactation et gaspillage en fin Augmenter le niveau de ration de base Diminue la complémentation en début Mais augmente le gaspillage Diminuer le niveau de la ration de base Soit à cause d une mauvaise qualité de fourrage Soit avec moins de compléments Augmente la complémentation Diminue le gaspillage 14

15 Cette année est particulière MOYENNES DES ANALYSES D'ENSILAGE D'HERBE DE PREMIERE COUPE Région An gr Conservation Teneurs en grs/kg de M.S. Date M.S. % N.D. ph Cend Cell MAT MAD VEM DVE OEB Ca P K Na Mg coupe ,83 5, ,3 3,8 30,4 1,9 2,1 28/ ,87 5, ,9 3,9 31,2 1,4 2,1 07/05 Pays de ,51 4, ,3 3,8 30,0 1,6 2,1 09/05 Herve ,87 4, ,9 3,6 28,6 1,5 2,0 13/ ,57 5, ,1 3,7 29,8 1,6 2,2 05/05 Moyenne ,48 4, ,3 4,0 29,1 1,7 2,0 15/ ,02 4, ,1 3,8 29,9 1,6 2,1 Différence moy(07-11) -44 1,46-0, MOYENNES DES ANALYSES D'ENSILAGE D'HERBE D'AUTRES COUPES Région An gr Conservation Teneurs en grs/kg de M.S. Date M.S. % N.D. ph Cend Cell MAT MAD VEM DVE OEB Ca P K Na Mg coupe ,01 4, ,5 3,8 28,4 2,4 2,3 29/ ,55 5, ,5 3,9 28,6 1,3 2,2 16/06 Pays de ,95 4, ,2 3,8 27,8 1,8 2,4 22/06 Herve ,88 4, ,5 3,8 28,2 2,0 2,4 26/ ,68 4, ,7 3,9 26,8 2,0 2,5 09/07 Moyenne Différence moy(07-11) ,58 4, ,6 4,0 28,5 2,0 2,1 20/ ,61 4, ,2 5,7 3,8 28 1,9 2,4 30 0,03 0,25-1,2-18 9, ,2 0, ,3 Cette année est particulière Surtout au niveau des 1ères coupes (gros volumes cette année) : -49 VEM/kg MS -0,11 L / kg MS - 9 g DVE /kg MS -0,16 L / kg MS + effet sur les quantités ingérées A quantités distribuées égales cette année, le niveau des rations de base diminue agir en conséquence = Soutenir les début de lactation en leur distribuant suffisamment de concentrés. Ceci dit, cela ne doit pas nous faire oublier l importance de la qualité des fourrages car Les fourrages restent plus économiques que les concentrés (152 /TVEM >< 273 / TVEM éqcc en 2011) Distribuer des fourrages pauvres dilue la concentration alimentaire de la ration Les possibilités de distribution de concentrés ne sont pas infinies (rapport conc/fourrages, acidose ) 15

16 Quelques exemples de rations, et leur coût cet hiver 3 situations rencontrées en pratique Les 3 élevages sont à un niveau de production aux alentours de 7000 L 3 rations de base à des niveaux différents Niveau de la ration de base Maximum de concentrés distribués Exemple 1 17, 5 L 8 kg Exemple 2 19 L 7 kg Exemple 3 22 L 6 kg Stratégie de complémentation identique : Chaque fraîche vêlée est complémentée jusqu à un certain maximum à 3 semaines De 3 à 6 semaines, les vaches restent à ce niveau maximum pour «leur donner leur chance» Après 6 semaines, correction de la complémentation : 1 kg / 2L avec une précision de 0,5 kg Prise en compte d une ingestion plus faible en début de lactation Matières premières comptées au même coût dans les 3 exploitations 16

17 Coûts utilisés Aliment Coût Ensilage d herbe 0,112 /kg MS (1) Ensilage de maïs 0,117 /kg MS (2) Pulpes surpressées 0,035 /kg Froment 0,250 /kg Tourteau de soja 0,450 /kg Minéraux 1 /kg Sel 0,150 /kg Concentré de production 0,300 /kg (1) 1 ha de prairies = 955 /ha pâturé+fauché 552 /ha pâturé 1234 / ha fauché / 11 T de MS = 0,112 / kg de MS (2) 1 ha de maïs = 1749 /ha / 15 T de MS = 0,117 / kg de MS Exemple 1 Ration de base Cette ration coûte : kg frais kg MS 2,17 /vache/jour Fourrages 0,1426 /kg de MS Ensilage d'herbe 17 6,92 0,78 Ensilage de maïs 19,5 5,85 0,68 pour une production permise de : Semi-concentrés et compléments 17,5 L Pulpes surpressées 7 1,61 0,25 soit 1,15 L par kg de MS Tourteau de soja 0,8 0,7 0,36 Minéral 0,1 0,1 0,10 Soit un coût de Sel 0,05 0,05 0,01 0,1241 /L Total 44,45 15,23 2,17 17

18 Exemple 1 Stade de lactation j j 200 j et + % vaches Au contrôle 36% 21% 43% kg de lait observés 27,13 20,75 13,21 Alimentation % ingestion de la ration de base 0, Kg de MS de ration de base ingérés 12,95 15,23 15,23 Prod permise par ration de base (L) 14,9 17,5 17,5 kg de concentrés de prod. distribués vu 4,94 1,97 0,32 la ration de base et la stratégie de complémentation (kg) Coûts de la ration de base ( /VT/j) 1,85 2,17 2,17 des conc de prod ( /VT/j) 1,48 0,59 0,10 Total/vache/jour ( /VT/j) 3,33 2,76 2,27 Total/L ( /L) 0,1227 0,1332 0,1717 Rapport 100% 109% 140% Coût moyen pondéré de la ration ( /L) 0,1390 Exemple 2 Ration de base Cette ration coûte : kg frais kg MS 2,40 /vache/jour Fourrages 0,1481 /kg de MS Ensilage d'herbe 23 8,86 0,99 Ensilage de maïs 12 3,96 0,46 pour une production permise de : Semi-concentrés et compléments 19 L Pulpes surpressées 10 2,25 0,35 soit 1,17 L par kg de MS Tourteau de soja 1,2 1,06 0,54 Minéral 0,05 0,05 0,05 Soit un coût de Sel 0,05 0,05 0,01 0,1265 /L Total 46,3 16,23 2,40 18

19 Exemple 2 Stade de lactation j j 200 j et + Au contrôle % vaches 30% 25% 45% kg de lait observés 26,9 19,7 14 Alimentation % ingestion de la ration de base 0, Kg de MS de ration de base ingérés 13,80 16,23 16,23 Prod permise par ration de base (L) 16,2 19,0 19,0 kg de concentrés de prod. distribués vu la 4,26 1,03 0,1 ration de base et la stratégie de complémentation (kg) Coûts de la ration de base ( /VT/j) 2,04 2,40 2,40 des conc de prod ( /VT/j) 1,28 0,31 0,03 Total/vache/jour ( /VT/j) 3,32 2,71 2,43 Total/L ( /L) 0,1234 0,1377 0,1738 Rapport 100% 112% 141% Coût moyen pondéré de la ration ( /L) 0,1437 Exemple 3 Ration de base Cette ration coûte : kg frais kg MS 2,91 /vache/jour Fourrages 0,1636 /kg de MS Ensilage d'herbe 24,5 9,16 1,03 Ensilage de maïs 11,5 3,54 0,41 pour une production permise de : Semi-concentrés et compléments 22 L Pulpes surpressées 12 2,76 0,42 soit 1,24 L par kg de MS Froment 1 0,86 0,25 Tourteau de soja 1,5 1,31 0,68 Minéral 0,12 0,12 0,12 Soit un coût de Sel 0,03 0,03 0,00 0,1323 /L Total 50,65 17,78 2,91 19

20 Exemple 3 Stade de lactation j j 200 j et + Au contrôle % vaches 30% 19% 51% kg de lait observés 26, ,9 Alimentation % ingestion de la ration de base 0, Kg de MS de ration de base ingérés 15,11 17,78 17,78 Prod permise par ration de base (L) 18,7 22,0 22,0 kg de concentrés de prod. distribués vu la 3,1 0,88 0,04 ration de base et la stratégie de complémentation (kg) Coûts de la ration de base ( /VT/j) 2,47 2,91 2,91 des conc de prod ( /VT/j) 0,93 0,26 0,01 Total/vache/jour ( /VT/j) 3,40 3,17 2,92 Total/L ( /L) 0,1294 0,1443 0,2102 Rapport 100% 111% 162% Coût moyen pondéré de la ration ( /L) 0,1627 Tableau de comparaison des 3 Exemple 1 RB = 17,5 L + max 8kg cc Exemple 2 RB = 19 L + max 7 kg cc Exemple 3 RB = 22 L + max 6 kg j j 200 j et j j 200 j et j j 200 j et + Au contrôle kg de lait observés 27,13 20,75 13,21 26,9 19, , ,9 Alimentation Prod permise par ration d 14,9 17,5 17,5 16,2 19,0 19,0 18,7 22,0 22,0 kg de concentrés de prod. distribués 4,94 1,97 0,32 4,26 1,03 0,1 3,1 0,88 0,04 Coûts Total/vache/L ( /L) 0,1227 0,1332 0,1717 0,1234 0,1377 0,1738 0,1294 0,1443 0,2102 Rapport 100% 109% 140% 100% 112% 141% 100% 111% 162% Coût moyen pondéré de la ration ( /L) 0,1390 0,1437 0,

21 La comparaison de ces 3 exemples montre que Les débuts de lactation ont toujours un coût alimentaire plus efficace A même niveau de production, un niveau de ration de base faible n est pas pénalisant si on le compense par plus de concentrés Une production permise par la ration de base (PPRB) élevée pourrait tenir la route Si les vaches répondent si le niveau de production des vaches les moins productives colle à cette PPRB si lots Peut-être encore possible de mieux individualiser en tenant compte de : L état D une CI + précise et + individuelle Concentré contrôle laitier De l équilibre alimentaire DAC ou pas DAC Année Eté Hiver Groupe g éq L 4 % Kg éq cc cc/l4% L 4 % Kg éq cc g éq cc/l4% L 4 % Kg éq cc g éq cc/l4% Groupe des DAC DAC >=8100 L DAC DAC < Simplifié S >=8100 L S S < Tendance qui se dégage de ce tableau : L important n est pas l équipement mais la façon de l utiliser 21

22 Conclusions Individualiser! intérêt des outils de l AWE Essayer de Ne pas trop sous-nourrir au début de lactation Ne pas trop sur-nourrir à la fin de lactation Chercher une bonne qualité de fourrages Et adapter la complémentation si celle-ci n est pas au RDV Merci pour votre attention 22

Economie de la production laitière wallonne. Evolutions et caractéristiques

Economie de la production laitière wallonne. Evolutions et caractéristiques Economie de la production laitière wallonne Evolutions et caractéristiques par Léon Fabry Responsable du Service Technico Economique de l Assosiation wallonne de l Elevage (AWE) Introduction Depuis quelques

Plus en détail

Produire du lait demain en Wallonie

Produire du lait demain en Wallonie Produire du lait demain en Wallonie Aujourd hui Inquiétude du monde agricole et surtout des jeunes Demain, O.M.C., Pour un grand marché de libre échange Pour la diminution de la protection des prix Diminution

Plus en détail

Autonomie Définition et concepts généraux

Autonomie Définition et concepts généraux Autonomie Définition et concepts généraux V. Decruyenaere D. Jamar, A. Turlot Remouchamps, le 28 janvier 2014 Qu est ce que l autonomie? L'autonomie : «faculté d'agir par soi-même en se donnant ses propres

Plus en détail

Autonomie alimentaire des exploitations laitières wallonnes. Ir Daniel Jacquet AWE Service Technico Economique

Autonomie alimentaire des exploitations laitières wallonnes. Ir Daniel Jacquet AWE Service Technico Economique Autonomie alimentaire des exploitations laitières wallonnes Ir Daniel Jacquet AWE Service Technico Economique Définition de l efficience et de l autonomie Autonomie moyenne des exploitations Aspects techniques

Plus en détail

Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants

Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants Yves Beckers Gembloux Agro-Bio Tech Unité Zootechnie Département des Sciences agronomiques Université de Liège Yves.Beckers@ulg.ac.be

Plus en détail

Alimentation et définition des rations dans les exploitations laitières. Unité de Zootechnie Gx-ABT

Alimentation et définition des rations dans les exploitations laitières. Unité de Zootechnie Gx-ABT Alimentation et définition des rations dans les exploitations laitières Yves Beckers Unité de Zootechnie Gx-ABT Objectifs du cours Comprendre les bases du rationnement Se familiariser avec les notions

Plus en détail

Pâturer avec un robot de traite déplaçable pour lever la contrainte d un parcellaire morcelé Estelle CLOET

Pâturer avec un robot de traite déplaçable pour lever la contrainte d un parcellaire morcelé Estelle CLOET Pâturer avec un robot de traite déplaçable pour lever la contrainte d un parcellaire morcelé Estelle CLOET Chambre d agriculture de Bretagne France V. Brocard, Idele S. Guiocheau et P. Le Cœur, Chambre

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE + CULTURES DE VENTE - ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE + CULTURES DE VENTE - ENSILAGE DE MAÏS CLBVCV AQMP03 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE + CULTURES DE VENTE - ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 68 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE + CULTURES DE VENTE - ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE + CULTURES DE VENTE - ENSILAGE DE MAÏS CLBVCV AQMP03 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE + CULTURES DE VENTE - ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 68 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre

Plus en détail

Observatoire de l alimentation des vaches laitières DONNÉES 2007

Observatoire de l alimentation des vaches laitières DONNÉES 2007 Observatoire de l alimentation des vaches laitières DONNÉES 2007 Introduction I l est connu, depuis de nombreuses années, que la composition du lait dépend en grande partie de l alimentation distribuée

Plus en détail

Apprentissage au calcul de rations.

Apprentissage au calcul de rations. Apprentissage au calcul de rations. Un article de Philippe Vandiest F.I.C.O.W. Le calcul des rations doit considérer trois types de besoins de la brebis : - ses besoins en énergie, exprimés en UFL (Unité

Plus en détail

Pâturer avec un gros troupeau laitier

Pâturer avec un gros troupeau laitier Pâturer avec un gros troupeau laitier Sabine Bourgeois Bach Comex du Borgeau 1084 Carrouge VD Présentation de l exploitation Communauté complète d exploitation (Comex) entre deux frères et partielle avec

Plus en détail

GAEC DELATTRE. Nord Pas de Calais - France. Benoit Delattre Jean marie Lebrun 15/10/13. Bretagne Pays de la Loire Nord-Pas-de-Calais

GAEC DELATTRE. Nord Pas de Calais - France. Benoit Delattre Jean marie Lebrun 15/10/13. Bretagne Pays de la Loire Nord-Pas-de-Calais GAEC DELATTRE Nord Pas de Calais - France Benoit Delattre Jean marie Lebrun 15/10/13 Nord-Pas-de-Calais Spécialisé élevage avec Viande à l herbe en zones à potentiel moyen Travail, économie Sécuriser les

Plus en détail

Exercice 17 : Modulation de l apport de concentré à la VL en pleine lactation

Exercice 17 : Modulation de l apport de concentré à la VL en pleine lactation Exercice 17 : Modulation de l apport de concentré à la VL en pleine lactation Problématique : Un éleveur envisage de moduler la complémentation de ses vaches laitières en pleine lactation. L analyse zootechnique

Plus en détail

FORMATION ELEVAGE CECAMA VEAUX ET GENISSES. Partie 3: DU SEVRAGE AU VELAGE LA GENISSE. Dr Jean Pierre MASSOZ

FORMATION ELEVAGE CECAMA VEAUX ET GENISSES. Partie 3: DU SEVRAGE AU VELAGE LA GENISSE. Dr Jean Pierre MASSOZ FORMATION ELEVAGE CECAMA VEAUX ET GENISSES Partie 3: DU SEVRAGE AU VELAGE LA GENISSE Dr Jean Pierre MASSOZ 12, 13 et 14 AVRIL 2016 Préambule : des chiffres pour situer l élevage LES REPERES Sevrage 100

Plus en détail

Les systèmes de production caprine

Les systèmes de production caprine Les systèmes de production caprine Eléments structurants, diversité, exemples Document réalisé par l Institut de l Elevage 1 Les systèmes de production L étude d un système de production s intéresse à

Plus en détail

Quel objectif pour l âge au premier vêlage en BBBc? Yves Beckers Gembloux Agro-Bio Tech - ULg Unité Zootechnie Ebly 15 janvier 2013

Quel objectif pour l âge au premier vêlage en BBBc? Yves Beckers Gembloux Agro-Bio Tech - ULg Unité Zootechnie Ebly 15 janvier 2013 Quel objectif pour l âge au premier vêlage en BBBc? Yves Beckers Gembloux Agro-Bio Tech - ULg Unité Zootechnie Ebly 15 janvier 2013 A emporter Âge au premier vêlage Règles physiologiques Choix stratégiques

Plus en détail

Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers

Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers Luc DELABY INRA AgroCampus Ouest UMR Pegase 35590 Saint Gilles 11 / 12 / 2015 Qu est ce que l autonomie alimentaire d un élevage? Peut être définie

Plus en détail

4 Cas Concrets en lait bio par les Réseaux d élevage de Bretagne

4 Cas Concrets en lait bio par les Réseaux d élevage de Bretagne Action n 1 4 Cas Concrets en lait bio par les Réseaux d élevage de Bretagne Maître d œuvre : Chambres d agriculture de Bretagne Durée du programme : 6 ème année sur les 6 ans du programme (2008-2014) Contexte

Plus en détail

Elevage des Génisses : Pistes pour réduire les coûts de production de l atelier laitier

Elevage des Génisses : Pistes pour réduire les coûts de production de l atelier laitier Elevage des Génisses : Pistes pour réduire les coûts de production de l atelier laitier Jocelyn FAGON Institut de l Elevage Journée élevage des génisses Rudelle- Lot 18 Février 2013 1 Plan de la présentation

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes avec du maïs et de la viande à l herbe en zone herbagère?

Plus en détail

Résultats techniques et économiques des élevages en contrôle laitier Campagne 2015 Mai 2016

Résultats techniques et économiques des élevages en contrôle laitier Campagne 2015 Mai 2016 Résultats techniques et économiques des élevages en contrôle laitier Campagne 2015 Mai 2016 La Milliasolle - BP 102-81003 ALBI Cedex - Tel. : 05.63.48.83.16 EVOLUTION DE LA PRODUCTION RAYON DE ROQUEFORT

Plus en détail

Concilier Robot de traite et Pâturage Dans un système AB, en 100 % pâturage c est possible!

Concilier Robot de traite et Pâturage Dans un système AB, en 100 % pâturage c est possible! Concilier Robot de traite et Pâturage Dans un système AB, en 100 % pâturage c est possible! Constat De plus en plus d élevages équipés de robot de traite Constat mais de moins en moins de pâturage après

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture-élevage en Champagne crayeuse? La sortie

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau Bretagne d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau Bretagne d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau Bretagne d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Pôle Herbivores Partenaires : Institut de l Élevage et équipe réseau d élevages

Plus en détail

Marge brute, revenu et coût de production des élevages caprins Résultats 2008/2009 et évolution/2007. Le 12 janvier 2010

Marge brute, revenu et coût de production des élevages caprins Résultats 2008/2009 et évolution/2007. Le 12 janvier 2010 Marge brute, revenu et coût de production des élevages caprins Résultats 2008/2009 et évolution/2007 Le 12 janvier 2010 Les facteurs ayant influencé le revenu en 2008 Hausse du prix du lait en 2008 605

Plus en détail

Enjeux et Opportunités. Luc Delaby

Enjeux et Opportunités. Luc Delaby Lycée Agricole Th. Monod Le Rheu 5 Février 2015 L agro-écologie dans une région d élevage Enjeux et Opportunités Luc Delaby INRA - UMR Pegase - Equipe SysLait - 35590 Saint Gilles - France Un contexte

Plus en détail

Qualité des ensilages d herbe et des foins en 2008 en Province de Luxembourg

Qualité des ensilages d herbe et des foins en 2008 en Province de Luxembourg Qualité des ensilages d herbe et des foins en 28 en Province de Luxembourg A l heure où le bétail est retourné à l auge et que les stocks de fourrages sont connus, il est important de pouvoir estimer l

Plus en détail

Lait à l herbe ou à l étable?

Lait à l herbe ou à l étable? LA REID 26 février 2015 «après quota» Lait à l herbe ou à l étable? Analyse comparative des deux systèmes de production «au pré» - «en étable» Jeff Boonen (LTA) Henri Kohnen (LTA) Virginie Decruyenaere

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE

CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE CL-Spé AQMP01 CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE 1 couple sur 52 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait. Mises bas désaisonnées pour une

Plus en détail

S.A.P.E.R.F.E.L. Quelles mesures possibles en cas de déficit fourrager?

S.A.P.E.R.F.E.L. Quelles mesures possibles en cas de déficit fourrager? S.A.P.E.R.F.E.L. Quelles mesures possibles en cas de déficit fourrager? La gestion d un maïs fourrage avec déficit hydrique Le maïs de cette année a accusé une à deux semaines de retard jusqu à début août

Plus en détail

Rapport de stage (2017/2018) Bilan de l alimentation d un troupeau laitier

Rapport de stage (2017/2018) Bilan de l alimentation d un troupeau laitier Rapport de stage (2017/2018) Bilan de l alimentation d un troupeau laitier Les objectifs de la partie alimentation de ce stage sont multiples : - identifier les matières premières utilisées dans une ration

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

L'équilibre des rations alimentaires des bovins wallons, pistes d'amélioration de

L'équilibre des rations alimentaires des bovins wallons, pistes d'amélioration de L'équilibre des rations alimentaires des bovins wallons, pistes d'amélioration de l'efficience azotée Yves Beckers Gembloux Agro-Bio Tech Unité Zootechnie Département des Sciences agronomiques Peyresq

Plus en détail

CONCILIER PRAIRIES ET AGRANDISSEMENT DES TROUPEAUX : QUELLE PLACE POUR LES ROBOTS DE TRAITE?

CONCILIER PRAIRIES ET AGRANDISSEMENT DES TROUPEAUX : QUELLE PLACE POUR LES ROBOTS DE TRAITE? CONCILIER PRAIRIES ET AGRANDISSEMENT DES TROUPEAUX : QUELLE PLACE POUR LES ROBOTS DE TRAITE? I. I. Dufrasne, F. Lessire II. Département des Productions Animales, III. Faculté de Médecine vétérinaire IV.

Plus en détail

Assemblée Générale 2014 Résultats techniques bovins lait

Assemblée Générale 2014 Résultats techniques bovins lait Assemblée Générale 2014 Résultats techniques bovins lait 13 mars 2014 Piloter avec des indicateurs précis et concrets Sur la base de 183 exploitations du département avec les : données SIEL (saisies mensuelles)

Plus en détail

Mini-conférence. Sommet de l Elevage Octobre Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins

Mini-conférence. Sommet de l Elevage Octobre Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins Mini-conférence Sommet de l Elevage Octobre 2012 Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins Analyser son maïs Lors du chantier de récolte, prendre un échantillon représentatif du contenu du silo

Plus en détail

REFLECHIR A SA PERIODE DE TRAITE

REFLECHIR A SA PERIODE DE TRAITE PRODUIRE DU LAIT DE BREBIS, REFLECHIR A SA PERIODE DE TRAITE Fiche n 3 : Début de traite précoce en période Roquefort Un système traditionnel en zones précoces à bon potentiel fourrager Un peu d histoire

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE

CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE CL-Spé AQMP01 CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE 1 couple sur 52 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait. Mises bas dessaisonnées pour une

Plus en détail

SYSTEME FOURRAGER ET ALIMENTATION DU TROUPEAU

SYSTEME FOURRAGER ET ALIMENTATION DU TROUPEAU Biennale 2014 des Conseillers en Bâtiment d Elevage VISITE D EXPLOITATION C1 Bâtiments vaches laitières Logettes raclées, traite roto 22 postes intérieurs EXPLOITATION Main d œuvre : 9 UMO dont 6 associés

Plus en détail

Bâtiment vaches laitières Logettes raclées + traite 2 14 EPI

Bâtiment vaches laitières Logettes raclées + traite 2 14 EPI Biennale 2014 des Conseillers en Bâtiment d Elevage VISITE D EXPLOITATION B1 Bâtiment vaches laitières Logettes raclées + traite 2 14 EPI EXPLOITATION Main d œuvre : 3,5 UMO, dont 3 associés et 0,5 salarié

Plus en détail

Luc DELABY (1) -Ségolène LEURENT-COLETTE (2) -Yves GALLARD (2)

Luc DELABY (1) -Ségolène LEURENT-COLETTE (2) -Yves GALLARD (2) Quelle vache pour quel système? Luc DELABY (1) -Ségolène LEURENT-COLETTE (2) -Yves GALLARD (2) (1) INRA -UMR Pégase 35590 St Gilles (2) INRA -Domaine du Pin au Haras 61310 Exmes Introduction Une contexte

Plus en détail

Nombre de génisses nécessaire au renouvellement

Nombre de génisses nécessaire au renouvellement Données économiques et travail Remonte 9.7.1 Généralités La majorité des coûts liés au renouvellement du troupeau laitier n occasionne pas de transfert de liquidités. Elles sont donc souvent sous-estimées.

Plus en détail

Réduire l empreinte carbone de la production laitière de 20% à échéance de 10 ans.

Réduire l empreinte carbone de la production laitière de 20% à échéance de 10 ans. LIFE CARBON DAIRY Le plan carbone de la production laitière Coordination Réduire l empreinte carbone de la production laitière de 20% à échéance de 10 ans. ET 4000 ELEVEURS LIFE CARBON DAIRY Le plan carbone

Plus en détail

CAPRINS FROMAGERS SPÉCIALISÉS - RATION à BASE de FOIN VENTE DIRECTE ET A DES INTERMEDIAIRES

CAPRINS FROMAGERS SPÉCIALISÉS - RATION à BASE de FOIN VENTE DIRECTE ET A DES INTERMEDIAIRES CF-Spé AQMP05 CAPRINS FROMAGERS SPÉCIALISÉS - RATION à BASE de FOIN VENTE DIRECTE ET A DES INTERMEDIAIRES 1 couple et 1 salarié à tiers temps sur 6 hectares avec 52 chèvres. Vente de fromages en direct

Plus en détail

systèmes fourragers Bio

systèmes fourragers Bio Place de l herbe dans les systèmes fourragers Bio Didier DESARMENIEN Chambre d Agriculture 53 Institut de l Elevage La prairie, en priorité pâturée : un des piliers des systèmes fourragers Bio Tête de

Plus en détail

Classement par système fourrager. et comparé aux fiches repères ATELIER LAIT. Comparaison aux références Réseau Poitou-Charentes

Classement par système fourrager. et comparé aux fiches repères ATELIER LAIT. Comparaison aux références Réseau Poitou-Charentes Classement par système fourrager et comparé aux fiches repères Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production

Plus en détail

NITROSHURE CONTEXTE. Or, la dégradation des matières premières azotées n est pas constante. 1 kg. 69% (232 g) 27% (63 g)

NITROSHURE CONTEXTE. Or, la dégradation des matières premières azotées n est pas constante. 1 kg. 69% (232 g) 27% (63 g) NITROSHURE CONTEXTE Il est établi qu un régime Vache laitière devrait contenir 17% de Protéine Brute dont : 11 à 12% de Protéine Dégradable, 5 à 6% de Protéine By-pass. La Protéine Dégradable est indispensable

Plus en détail

Les herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l agroindustrie en aliments nobles pour l homme

Les herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l agroindustrie en aliments nobles pour l homme Les herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l agroindustrie en aliments nobles pour l homme V. Decruyenaere, F. Lessire, Y. Beckers, P. Rondia, G. Martin, E. Froidmont

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA RENTABILITE DU LITRE DE LAIT?

COMMENT AMELIORER LA RENTABILITE DU LITRE DE LAIT? Septembre 2010 FICHE TECHNIQUE COMMENT AMELIORER LA RENTABILITE DU LITRE DE LAIT? L optimisation économique d une exploitation laitière n est pas chose facile. Toutes les exploitations sont différentes

Plus en détail

On retrouve ces exploitations dans la plaine céréalière de Champagne

On retrouve ces exploitations dans la plaine céréalière de Champagne 13 CAS-TYPES LAITIERS - EST DE LA FRANCE En Champagne-crayeuse un système de polyculture élevage avec du maïs et des co-produits 2 associés 140 ha de SAU 462 000 litres de lait 60 vaches Prim Holstein

Plus en détail

DIAGNOSTIC ALIMENTATION : DEMARCHE EN ELEVAGE LAITIER

DIAGNOSTIC ALIMENTATION : DEMARCHE EN ELEVAGE LAITIER CONTROLE LAITIER 44 DIAGNOSTIC ALIMENTATION : DEMARCHE EN ELEVAGE LAITIER L EXPLOITATION Élevage : SITUATION ACTUELLE : Niveau de production : Commune : TB / TP : Effectif vaches laitières : Kg concentré

Plus en détail

UTILISATION DU TOURTEAU DE COLZA POUR LES VACHES LAITIERES

UTILISATION DU TOURTEAU DE COLZA POUR LES VACHES LAITIERES UTILISATION DU TOURTEAU DE COLZA POUR LES VACHES LAITIERES Incorporé dans les rations des vaches laitières depuis 1997, le tourteau de colza présente de nombreux intérêts et peu d inconvénients. A Canappeville,

Plus en détail

Production de viande à l herbe: quel type de bovin?

Production de viande à l herbe: quel type de bovin? Département fédéral de l'économie DFE Station de recherche Agroscope Liebefeld-Posieux ALP Production de viande à l herbe: quel type de bovin? L exemple de la race Angus Isabelle Morel 28.1.1 Le Pin au

Plus en détail

Classement selon le revenu disponible par associé

Classement selon le revenu disponible par associé Classement selon le revenu disponible par associé Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par

Plus en détail

ÉVOLUTION DES PRIX, DES PRODUITS ET DES INTRANTS DE 2005 À 2010

ÉVOLUTION DES PRIX, DES PRODUITS ET DES INTRANTS DE 2005 À 2010 ÉVOLUTION DES PRIX, DES PRODUITS ET DES INTRANTS DE 2005 À 2010 Ces références de prix sont issues des réseaux d élevages bovins lait, bovins viande et ovins viande et servent de support aux actualisations

Plus en détail

«www.die-fruchtbare-kuh.ch»

«www.die-fruchtbare-kuh.ch» Gestion de l'alimentation La gestion moderne de l'alimentation des vaches laitières est une affaire complexe, qui demande beaucoup de savoir-faire de la part des éleveurs. Ce chaptire ne prétend pas à

Plus en détail

Exercice 12 : Ration classique / complète : prise en compte de l'hétérogénéité du niveau de production dans un troupeau

Exercice 12 : Ration classique / complète : prise en compte de l'hétérogénéité du niveau de production dans un troupeau Exercice 12 : Ration classique / complète : prise en compte de l'hétérogénéité du niveau de production dans un troupeau Problématique : La pratique de la ration complète a été développée en particulier

Plus en détail

La Bleue Mixte, une race

La Bleue Mixte, une race La Bleue Mixte, une race pleine d atouts et rentabl eue UNION EUROPÉENNE Fonds Européen de Développement Régional INTERREG efface les frontières Le projet transfrontalier Le projet BlueSel a pour objectif

Plus en détail

SYSTEME CAPRIN FROMAGER HERBAGER VALLEE D AOSTE

SYSTEME CAPRIN FROMAGER HERBAGER VALLEE D AOSTE SYSTEME CAPRIN FROMAGER HERBAGER VALLEE D AOSTE 1UMO+ bénévolat, 10ha, 35chèvres, 25000 l de lait, 8 brebis, circuits courts L EXPLOITATION Cette exploitation se situe dans les Alpes Italienne, à 1220

Plus en détail

La valorisation du lupin en alimentation animale

La valorisation du lupin en alimentation animale La valorisation du lupin en alimentation animale E. Froidmont Plan de l exposé Valeur nutritionnelle du lupin Valorisation en alimentation bovine Essai avec la graine Essai en ensilage Forme de présentation

Plus en détail

Système Spécialisé bovin lait - Agriculture Biologique

Système Spécialisé bovin lait - Agriculture Biologique Aquitaine - Midi-Pyrénées Système Spécialisé bovin lait - Agriculture Biologique Résultats 2015-2016 Inosys Réseau d Élevage Bovin lait Les 5 exploitations spécialisées conduites en agriculture biologique,

Plus en détail

Exploitations bio ATELIER LAIT. Résultats des exploitations laitières bio

Exploitations bio ATELIER LAIT. Résultats des exploitations laitières bio Exploitations bio Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture de Poitou-Charentes.

Plus en détail

Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège

Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège Source : Paysan Breton, semaine du 16 au 23 mars 2007 GxABT - Unité de Zootechnie - YB 2 Maïs fourrage : une aliment de choix

Plus en détail

FEUILLES ET COLLETS DE BETTERAVE

FEUILLES ET COLLETS DE BETTERAVE Comité National des Coproduits Fiche n 7 Coproduits de la betterave FEUILLES ET COLLETS DE BETTERAVE Définition Coproduit de la culture de la betterave, composé des feuilles et collets de betterave. Sommaire

Plus en détail

CAPRINS FROMAGERS SPÉCIALISÉS - RATION A BASE DE PATURE ET FOIN VENTE DIRECTE ET A DES INTERMEDIAIRES

CAPRINS FROMAGERS SPÉCIALISÉS - RATION A BASE DE PATURE ET FOIN VENTE DIRECTE ET A DES INTERMEDIAIRES CF-Spé AQMP04 CAPRINS FROMAGERS SPÉCIALISÉS - RATION A BASE DE PATURE ET FOIN VENTE DIRECTE ET A DES INTERMEDIAIRES 1 couple sur 10 hectares avec 52 chèvres. Vente de fromages en direct et via des intermédiaires.

Plus en détail

F.Lessire DVM Département Clinique des Animaux de production Faculté de Médecine Vétérinaire Université de Liège

F.Lessire DVM Département Clinique des Animaux de production Faculté de Médecine Vétérinaire Université de Liège F.Lessire DVM Département Clinique des Animaux de production Faculté de Médecine Vétérinaire Université de Liège 2008: Inauguration de BioWanze Production de Bioéthanol Production de co-produits: ProtiWanze

Plus en détail

Autonomie protéique Cultiver ses protéines à bas niveau d intrants et les valoriser au sein de son élevage de ruminant.

Autonomie protéique Cultiver ses protéines à bas niveau d intrants et les valoriser au sein de son élevage de ruminant. GIEE GRAPEA-Civam85 Autonomie protéique Cultiver ses protéines à bas niveau d intrants et les valoriser au sein de son élevage de ruminant 9 Fermes du GRAPEA-CIVAM 85 Bocage Vendéen Principes et origine

Plus en détail

Flambée des prix des matières premières En élevage bovin allaitant, des solutions pour maîtriser son coût alimentaire

Flambée des prix des matières premières En élevage bovin allaitant, des solutions pour maîtriser son coût alimentaire Flambée des prix des matières premières En élevage bovin allaitant, des solutions pour maîtriser son coût alimentaire Production bovine allaitante Des systèmes qui ont vocation à valoriser l herbe Plus

Plus en détail

Les chiffres clés en Ille-et-Vilaine Données issues de l Audit Lait Eilyps Loïc QUÉMÉRÉ Directeur Technique

Les chiffres clés en Ille-et-Vilaine Données issues de l Audit Lait Eilyps Loïc QUÉMÉRÉ Directeur Technique Les chiffres clés en Ille-et-Vilaine Données issues de l Audit Lait Eilyps 2012-2013 Loïc QUÉMÉRÉ Directeur Technique Photo au 31 mars 2013 La ferme laitière moyenne en Ille et Vilaine 400 000 l, 80 ha

Plus en détail

On retrouve ces exploitations en zone de montagne vosgienne. Elles

On retrouve ces exploitations en zone de montagne vosgienne. Elles 1 CAS-TYPES LAITIERS - EST DE LA FRANCE En montagne Vosgienne un système laitier spécialisé avec transformation fromagère 1 couple, 1 salarié 80 ha de SAU 122 000 litres de lait 28 vaches Montbéliardes

Plus en détail

Présentation de la filière Biologique

Présentation de la filière Biologique Présentation de la filière Biologique Tradition et Innovation Entreprise familiale et indépendante créée en 1951 basée à Noyal sur Vilaine près de Rennes Effectif : 950 personnes 12 sites de production

Plus en détail

Automatisation de l alimentation des vaches laitières

Automatisation de l alimentation des vaches laitières Automatisation de l alimentation des vaches laitières Étude de la fréquence de distribution d une ration complète réalisée à La Jaillière Jean-Luc Ménard, Institut de l Elevage Pierre-Vincent Protin, ARVALIS-Institut

Plus en détail

Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins

Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Récolte plante entière «Fourrage» Récolte «Epis» «Grain Humide» Récolte «Grain

Plus en détail

Le programme d activités Fourrages. ARVALIS Institut du végétal

Le programme d activités Fourrages. ARVALIS Institut du végétal D 1 Le programme d activités Fourrages d ARVALIS Institut du végétal Sabine BATTEGAY, ARVALIS Institut du végétal Rennes (35) Tél. 02 23 48 26 58 Fax 02 23 48 26 56 s.battegay@arvalisinstitutduvegetal.fr

Plus en détail

Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation?

Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation? Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation? Professeur Francis ENJALBERT École Nationale Vétérinaire de Toulouse

Plus en détail

Intérêt économique du pâturage des vaches laitières dans les élevages équipés d un robot de traite

Intérêt économique du pâturage des vaches laitières dans les élevages équipés d un robot de traite Repères Nationaux Intérêt économique du pâturage des vaches laitières dans les élevages équipés d un robot de traite La technologie de la traite robotisée s est développée très rapidement dans les élevages

Plus en détail

La prédiction des besoins en eau d abreuvement des vaches laitières

La prédiction des besoins en eau d abreuvement des vaches laitières La prédiction des besoins en eau d abreuvement des vaches laitières Anne BOUDON Hajer KHELIL-ARFA, Philippe FAVERDIN INRA, UMR 1348 UMR 13 48 INRA-Agrocampus Ouest PEGASE (Physiologie, Environnement et

Plus en détail

4 Lait et cultures, maïs-herbe

4 Lait et cultures, maïs-herbe 4 Lait et cultures, maïs-herbe R E F E R E N C E S Ce système d exploitation est présent sur l ensemble de la région Poitou-Charentes et plus particulièrement en zone de plaine. Il s agit généralement

Plus en détail

Introduction. Différence alimentaire cationsanions et teneur en matières de grasses du lait. Système de paiement. Teneur en matières grasses du lait

Introduction. Différence alimentaire cationsanions et teneur en matières de grasses du lait. Système de paiement. Teneur en matières grasses du lait Différence alimentaire cationsanions et teneur en matières de grasses du lait Liliana Fadul-Pacheco Doris Pellerin P. Yvan Chouinard Édith Charbonneau Journée d'information scientifique sur les bovins

Plus en détail

Résultats Fermes de références Bovins Lait. Bovins Lait. Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Comptabilité

Résultats Fermes de références Bovins Lait. Bovins Lait. Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Comptabilité Résultats Départements des Fermes Pyrénées-Atlantiques de références et des Landes Bovins Lait 1. Pyrénées-Atlantiques et des Landes Comptabilité 2015-2016 Chambre d Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Plus en détail

PARTICULARITES DE L ELEVAGE FRANCAIS Exemple de l élevage de Bruno Dufayet. Bruno DUFAYET, éleveur de salers

PARTICULARITES DE L ELEVAGE FRANCAIS Exemple de l élevage de Bruno Dufayet. Bruno DUFAYET, éleveur de salers PARTICULARITES DE L ELEVAGE FRANCAIS Exemple de l élevage de Bruno Dufayet Bruno DUFAYET, éleveur de salers ❶ Sur 4,1 millions de vaches allaitantes, 205 000 salers ELEVAGE ALLAITANT ELEVAGE LAITIER REPARTITION

Plus en détail

Structure des exploitations (2015)

Structure des exploitations (2015) 7// Références bovin lait Quelques éléments technicoéconomiques sur les évolutions Source : 7 Fermes réseau d élevage 7 et 8 Structure des exploitations () Maxistocks SAU 7 ha 8 ha Cultures de ventes dans

Plus en détail

Augmentation de la productivité laitière

Augmentation de la productivité laitière Augmentation de la productivité laitière Expérience de l EARL Genest (Mayenne) Trajectoire : Optimiser l efficience alimentaire du troupeau laitier 2 En cohérence avec le contexte territorial et les filières

Plus en détail

Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège

Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège GxABT - Unité de Zootechnie - YB 2 Maïs fourrage : une aliment de choix pour satisfaire les besoins énergétiques des bovins Mais

Plus en détail

Coût d élevage de la chevrette et préconisations. Mercredi 23 novembre 2016 Caprinov

Coût d élevage de la chevrette et préconisations. Mercredi 23 novembre 2016 Caprinov Coût d élevage de la chevrette et préconisations Mercredi 23 novembre 2016 Caprinov Etat des lieux Coût d une chevrette d élevage Enquête du Réseau d Elevage Caprin Poitou-Charentes, Vendée, Maine et Loire,

Plus en détail

Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège

Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège Yves Beckers Unité de Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège GxABT - Unité de Zootechnie - YB 2 Maïs fourrage : une aliment de choix pour satisfaire les besoins énergétiques des bovins Mais

Plus en détail

Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques. Comptabilité

Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques. Comptabilité Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques Comptabilité 2013-2014 1. Marge brute de l atelier lait Moyenne 25% plus faibles inférieurs à 8 25% meilleurs supérieurs

Plus en détail

Guide fourrages. pour Blanc-Bleu Belge. Plus de viande à partir de l herbe. Le Grand des Graminées. Où pouvez-vous acheter?

Guide fourrages. pour Blanc-Bleu Belge. Plus de viande à partir de l herbe. Le Grand des Graminées. Où pouvez-vous acheter? BB-082011 Guide fourrages Où pouvez-vous acheter? Pour connaître les points de vente, cliquez sur www.barenbrug.be ou appelez le 03 219 19 47 pour Blanc-Bleu Belge Le Grand des Graminées Barenbrug Belgium

Plus en détail

Résultats Fermes de références Bovins Lait. Bovins Lait. Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Comptabilité

Résultats Fermes de références Bovins Lait. Bovins Lait. Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Comptabilité Résultats Départements des Fermes Pyrénées-Atlantiques de références et des Landes Bovins Lait 1. Pyrénées-Atlantiques et des Landes Comptabilité 2014-2015 Chambre d Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Plus en détail

Une exploitation avec litres de lait et 140 ha de cultures sur 210 ha de SAU

Une exploitation avec litres de lait et 140 ha de cultures sur 210 ha de SAU Une exploitation avec 700 000 litres de lait et 140 ha de cultures sur 210 ha de SAU 11 Un système lait + cultures, intensif - Autour de 10 000 litres par ha de SFP Quota de 500 000 à 900 000 litres Assolement

Plus en détail

Peut-on réduire l utilisation des tourteaux par un meilleur ajustement des rations des vaches laitières? Michel FOCANT ISIa-Huy

Peut-on réduire l utilisation des tourteaux par un meilleur ajustement des rations des vaches laitières? Michel FOCANT ISIa-Huy Peut-on réduire l utilisation des tourteaux par un meilleur ajustement des rations des vaches laitières? Michel FOCANT ISIa-Huy Focant 25-09-2013 1 Le contexte Pour optimaliser la productivité des vaches

Plus en détail

Frank Weersink 1. Présentation Weersink Frank. Contenu. Exploitation Cheptel 140 vaches laitières 90 jeunes bêtes. Ferme

Frank Weersink 1. Présentation Weersink Frank. Contenu. Exploitation Cheptel 140 vaches laitières 90 jeunes bêtes. Ferme Présentation Weersink Frank Exploitation Motivation Coûts Préparation pâturage Pour & Contre Pâturage tournantdynamique Gestion du pâturage Contenu Matériel Instruments Farmwalk (=tour de prairies) Herbomètre

Plus en détail

Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique

Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique - Comment raisonner un nouvel équilibre sol / troupeau lors d un passage en AB? - Présentation à partir

Plus en détail

Les aliments du commerce, comment s y retrouver!? Webconférence du 12 octobre 2017

Les aliments du commerce, comment s y retrouver!? Webconférence du 12 octobre 2017 IFCE-ESCE Alexandre Kempfer Pôle Formation Professionnelle et Sportive Les aliments du commerce, comment s y retrouver!? Webconférence du 12 octobre 2017 Sommaire - Les critères à prendre en compte - Savoir

Plus en détail

Résultats technico-économiques

Résultats technico-économiques www.clasel.fr Résultats technico-économiques Campagne laitière 2015 l 2016 ÉDITO La raison d être de Clasel est d accompagner nos adhérents pour les aider à passer cette crise forte et longue et à faire

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 437 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Guide de calcul du coût de production du lait Mali Amadou Diallo Décembre 2004 Détermination

Plus en détail

Cas type NAISSEUR ENGRAISSEUR PARTHENAIS

Cas type NAISSEUR ENGRAISSEUR PARTHENAIS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES Cas type NAISSEUR ENGRAISSEUR PARTHENAIS 150 ha - 120 vêlages - 2,0 UMO 211 UGB - 55 taurillons - 1,6 UGB/ha de SFP Race parthenaise

Plus en détail

Comparaison lait spécialisé - lait et cultures

Comparaison lait spécialisé - lait et cultures Comparaison lait spécialisé - lait et cultures Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les

Plus en détail

La monotraite partielle estivale appliquée dans une exploitation du Condroz. Charlier Stéphanie

La monotraite partielle estivale appliquée dans une exploitation du Condroz. Charlier Stéphanie La monotraite partielle estivale appliquée dans une exploitation du Condroz Charlier Stéphanie Introduction Pénibilités de travail et contraintes administratives freinent l installation des jeunes agriculteurs

Plus en détail