1 ers retours d expériences à 6 mois. RIR 10 avril 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 ers retours d expériences à 6 mois. RIR 10 avril 2014"

Transcription

1 1 ers retours d expériences à 6 mois RIR

2 Rappel contexte / interrégionalité Les régions de Basse-Normandie et du Languedoc-Roussillon portent un projet commun de téléexpertise, téléconsultation et téléassistance pour la prise en charge et le suivi des plaies complexes. Le dispositif permet le partage d un dossier de soins avec d autres professionnels, via une tablette tactile en transmettant des données et des photos de la plaie. 2

3 3

4 Objectifs projet Apporter l expertise au plus prêt du patient sur l ensemble du territoire de manière sécurisé ; Diminuer le nombre d'hospitalisations, le nombre de transports pour consultation ; Faire converger l avis d experts venant de disciplines différentes (plaies complexes) ; Réduire l inégalité d accès aux soins et apporter un renfort dans les zones fragilisées par la dispersion géographique ; Rompre l isolement des infirmiers libéraux. Objectifs finaux Prouver l intérêt économique de la télémédecine ; Démontrer l intérêt de la téléconsultation dans la prise en charge des plaies ; Evaluer un modèle médico-économique 4

5 Comment sont sélectionnés les patients Patient, sans limite d âge, porteur d une plaie complexe. Hors prise en charge de l urgence Demande d inclusion d un patient résidant dans la zone géographique du réseau concerné Modalités d accès au service Tout personnel soignant souhaitant bénéficier d un conseil pour la prise en charge d une plaie complexe Conventionnement de l utilisateur requérant avec le réseau. 5

6 Réseau CICAT LR en Languedoc-Roussillon 1999 : naissance de l association «Réseau Ville-Hôpital des Plaies et Cicatrisation du Languedoc- Roussillon» CICAT- LR Les fondements du réseau CICAT-LR o Réseau d aide à tout professionnel de santé (ville-hôpital) o IDE expert libéral (DU en plaies et cicatrisation + tutorat par le médecin et l IDE de coordination du réseau CICAT-LR) o o Validation médicale systématique des IDE experts via le dossier informatisé «Plaies et cicatrisation» Coordination avec l équipe requérante (médecin traitant et IDE) qui reste au centre de la prise en charge 6

7 Les plaies en Languedoc-Roussillon 2029 plaies traitées pour 1371 patients 65% (escarres, ulcères) 35% (plaies traumatiques, post-op, pied diabétique ) Une demande essentiellement issue des professionnels de santé libéraux 49% secteur libéral, 9% maison de retraite, 30% centres hospitaliers, cliniques, HAD La demande en secteur libéral provient de: 47% d infirmiers 17% de médecins 7

8 Réseau TELAP en Basse-Normandie 2010 : Réseau TELAP (association loi 1901). Son objectif est d apporter un conseil pour la prise en charge et du soins o o o Réseau d aide à tout professionnel de santé (ville-hôpital) Proposition de plan de soins conseillé au médecin traitant et à l IDEL Coordination avec l équipe requérante (médecin traitant et IDE) qui reste au centre de la prise en charge Depuis deux ans, le réseau œuvre à mettre en place un maillage fort entre professionnel (médicaux, paramédicaux, soignants et pharmaciens) 8

9 Activité CICAT-LR (du 23/10/2013 au 28/03/2014) Nombre d actes : 477 téléconsultations / 753 visites en présentiel Fin octobre 2013 ouverture centre expert Montpellier Mi-février 2014 : ouverture centre expert Nîmes Mi-avril 2014 : ouverture centre expert Perpignan Actes

10 Activité CICAT-LR (du 23/10/2013 au 28/03/2014) 50% 50% Domicile Structure Type de connexion 2% 83% 15% WI-FI 3G Sans - Cabinets infirmiers - Médecins libéraux - CH - CHU - EHPAD - Cliniques - HAD - Meilleure qualité de son et de vidéo en WIFI 269 requérants participent à la prise en charge de patients par télémédecine au 31/03/

11 Activité TELAP (du 23/10/2013 au 28/03/2014) Nombre d actes : 182 téléconsultations / 215 avis photos Fin octobre 2013 ouverture centre expert Caen Début février 2014 : ouverture centre expert Alençon Début mai 2014 : ouverture centre expert Saint-Lô Actes

12 Activité TELAP (du 23/10/2013 au 28/03/2014) 12% 88% - Cabinets infirmiers - EHPAD - HAD Domicile Structure Activité TELAP 134 requérants participent à la prise en charge de patients par télémédecine au 31/03/

13 Retours d expérience Patients Mr M. «TELAP» «J ai la sensation qu on s occupe bien de moi. Je vois le docteur et l infirmière qui me soignent depuis quelque temps et que je ne connaissais pas. Je les vois, je les entends et je peux leur poser mes questions. Je suis très content que mon infirmière travaille avec le réseau». Mme M. «CICAT-LR» «Je suis rassurée que mon mari n ait pas à se déplacer à l'hôpital, j ai très peur des infections nosocomiales J ai aussi l impression que désormais tout va aller plus vite» 13

14 Retours d expérience Requérants Luc Mercier, infirmier libéral à Caen «J apprécie vraiment de collaborer avec l équipe Telap. J ai fait plusieurs fois appel à leur expertise pour des patients que j avais de grosses difficultés à le traiter. C est très simple et grâce au suivi régulier on améliore la prise en charge de nos patients. C est vraiment bien d avoir un spécialiste avec nous et le soin est plus facilement accepté par le patient. La télémédecine évite au patient d avoir à attendre un rendez-vous avec un spécialiste, et à se déplacer à l hôpital. C est un réel confort.» 14

15 Retours d expérience des Experts Myriam Meller, IDE référente TELAP Caen «Mon expérience dans le réseau me confirme les difficultés de mes collègues libérales dans la prise en charge des plaies, surtout dans les campagnes où les médecins généralistes les laissent plus facilement gérer car eux même sont débordés. Il y a de réels échanges très appréciés par les professionnels. Le souci majeur reste les difficultés de connexion 3G, les IDE libérales ont besoin d'aide, de conseils mais ne peuvent pas se permettre de retarder leurs visites et leurs tournées. Il est donc impératif d'avoir un planning respecté.» Chloé Trial, Médecin expert CICAT-LR Montpellier «DOMOPLAIES rassemble tous les acteurs en même temps autour du patient. Médecin expert, médecin traitant et IDE libéral(e), peuvent alors adapter précisément la prise en charge là où une consultation hospitalière classique s arrête à une simple prescription accompagnée d un éventuel courrier.» 15

16 Synthèse à 6 mois (du 23/10/2013 au 28/03/2014) Côté patient Délai d intervention plus courts pour les demandes d avis Satisfaction de la proximité avec le binôme expert Un meilleur respect des consignes de l expert Recueil du consentement écrit du patient complexe Intimité parfois plus difficile à dévoiler à distance qu en présentiel 16

17 Synthèse à 6 mois (du 23/10/2013 au 28/03/2014) Côté requérant Délai de rendez-vous plus rapide Formation continu accessible directement depuis le lieu d exercice Renforce la coordination du binôme requérant par l accès au compte-rendu de l acte de télémédecine sécurisé simultané Nécessité d une réflexion sur la rémunération des IDEL Un acte dérogatoire pris en charge par l ARS BN, permet de dédommager le temps supplémentaire nécessaire à une téléconsultation, à hauteur de 14 pour 5 téléconsultation/plaie sur la durée de l expérimentation. Temps d intervention plus long à l heure actuelle en téléconsultation 17

18 Synthèse à 6 mois (du 23/10/2013 au 28/03/2014) Experts Médecins/IDE Garantie de transmission de l information au médecin référent du patient Rapidité et sécurité des échanges pour la coordination LR / Réalise plus d expertise qu avant (pas de perte de temps dans les déplacements) Téléassistance : difficulté parfois d effectuer un soin technique, en étant guidé à distance 18

19 Perspectives d évolution en Languedoc-Roussillon et en Basse-Normandie 1er semestre 2014 : Ouverture des derniers centres experts (Nîmes, Perpignan, St-Lô) Optimisation et ajustement des organisations Ouverture de l expertise vers davantage d EHPAD et HAD 2ième semestre 2014 : Réunion d information Déploiement sur l ensemble des régions 19

20 Perspectives d évolution de la solution Travail d optimisation : du réseau télécom (optimisation en cours entre ORANGE et DELL) de l organisation autour de la télémédecine (prise de RDV...) de la livraison des tablettes (en cours en lien avec Bastide) Adaptabilité du matériel mobile (trépied universel) Accessibilité pour tous aux tablettes professionnelles (en cours avec DELL) Simplification d accès via smartphone (en cours avec COVALIA) 20

21 La dimension d évaluation Démontrer la valeur ajoutée de la télémédecine dans le maintien à domicile de patients : suivi d indicateurs clinique portant sur l état de santé des patients et la qualité de vie des patients dans la maîtrise des coûts : baisse de la durée d hospitalisation, coûts ambulatoires, transport, prescription médicamenteuse Formaliser les résultats du projet pour toute région qui souhaiterait mettre en œuvre une organisation similaire et/ou un projet de télémédecine équivalent. Démontrer l'intérêt économique de la télémédecine pour pérenniser le fonctionnement. 21

22 La dimension d évaluation Etude randomisée CICAT-LR, sous la responsabilité du Dr Teot et d un chef de Mission HAS 2 groupes (télémédecine / non télémédecine): 7 mois d inclusion et 6 mois de suivi Etude observationnelle TELAP, sous la responsabilité du Dr Dompmartin et de la cellule de recherche clinique du CHU Caen 2 groupes (télémédecine / non télémédecine) : 7 mois d inclusion et 12 mois de suivi Etudes menées avec l aide de Myriam LEGOFF économiste de la santé 22

23 QUESTIONS? 23

La télémédecine en mobilité : quels enseignements pour une expérience utilisateur réussie?

La télémédecine en mobilité : quels enseignements pour une expérience utilisateur réussie? 14h 15h La télémédecine en mobilité : quels enseignements pour une expérience utilisateur réussie? TLM plaies chroniques À domicile 2 Notre expérience Nombre de séances de télémédecine : 25 23 20 19 17

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

Conférence Modernisation de la médecine : état des lieux et perspectives Le CHB, acteur de la e-santé dans le territoire Ouest-Hérault

Conférence Modernisation de la médecine : état des lieux et perspectives Le CHB, acteur de la e-santé dans le territoire Ouest-Hérault Le CHB, acteur de la e-santé dans le territoire Ouest-Hérault Docteur F. Tobiana Chirurgien vasculaire 1 Sommaire La télémédecine, pourquoi? La télémédecine : pour qui, par qui, Où? La télémédecine : comment?

Plus en détail

LAB 3. L expérience de la télémédecine mise au service de la prise en charge des personnes âgées. - Directeur de l EHPAD Les Charmilles

LAB 3. L expérience de la télémédecine mise au service de la prise en charge des personnes âgées. - Directeur de l EHPAD Les Charmilles LAB 3 L expérience de la télémédecine mise au service de la prise en charge des personnes âgées Caroline DUBOIS Pierrick PENVEN Vincent COULIER Karl OPSOMER - Directrice GCS MATISS - Chef de projet GCS

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Contexte réglementaire Loi HPST du 21/7/2009 «Dans son article 78, la loi «Hôpital,

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD: Où en est-on? Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Télémédecine en EHPAD: Où en est-on? Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Télémédecine en EHPAD: Où en est-on? Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Contexte réglementaire Loi HPST du 21/7/2009 «Dans son article 78, la loi «Hôpital, patients, santé,

Plus en détail

STERENN, UNE DYNAMIQUE DE TÉLÉMÉDECINE EN BRETAGNE

STERENN, UNE DYNAMIQUE DE TÉLÉMÉDECINE EN BRETAGNE STERENN, UNE DYNAMIQUE DE TÉLÉMÉDECINE EN BRETAGNE QU EST-CE QUE LA TÉLÉMÉDECINE? L article 78 de la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HSPT) du 21 juillet 2009, a reconnu la télémédecine comme

Plus en détail

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique :

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : La structure d HAD du Centre Hospitalier Gérard Marchant (15

Plus en détail

#FASN LAB. La télémédecine dans le secteur médico-social. Modération : Dr Pierre Espinoza, Coordonnateur TELEHPAD, Mutualité des Côtes d'armor

#FASN LAB. La télémédecine dans le secteur médico-social. Modération : Dr Pierre Espinoza, Coordonnateur TELEHPAD, Mutualité des Côtes d'armor #FASN LAB La télémédecine dans le secteur médico-social Modération : Dr Pierre Espinoza, Coordonnateur TELEHPAD, Mutualité des Côtes d'armor Anne-Alexandra Babu Evelyne Dufour-Fremin Chef de projet, GCS

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

PROMOUVOIR LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ

PROMOUVOIR LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ PROMOUVOIR LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ Télémédecine et plaies chroniques à domicile Dr. Jean-Luc DEGUELLE, Médecin généraliste Mme Thierza SEGUIN CADICHE, Infirmière Expérimentation selon article

Plus en détail

3ème Matinée thématique du Collège des Économistes de la Santé

3ème Matinée thématique du Collège des Économistes de la Santé 3ème Matinée thématique du Collège des Économistes de la Santé jeudi 15 mai 2014 de 8h30 à 12h30 Cité Internationale Universitaire de Paris Salon David Weill Intervention Sanofi Diabeo Diabeo est une solution

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Carole PIERRE dans l Yonne Le PRS et les parcours : enjeux et mise

Plus en détail

LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE PAERPA

LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE PAERPA LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE : le projet en quelques mots La CTA : Coordination Territoriale d Appui Les dispositifs supplémentaires Pilulier électronique Activité Physique Adaptée Interventions d

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

Perspectives du financement des parcours de soins. Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France

Perspectives du financement des parcours de soins. Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France Perspectives du financement des parcours de soins Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France 2 Les acteurs, leurs financements : l hôpital (1/2) Médecine chirurgie

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

Dossier Médical Personnel. Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015

Dossier Médical Personnel. Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015 Dossier Médical Personnel Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015 Qu est-ce que le Dossier Médical Personnel? «Le DMP en quelques mots» 2 Le DMP, qu est-ce que c est? Le

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

PLAIES & CICATRISATION

PLAIES & CICATRISATION PLAIES & CICATRISATION Une équipe à votre service L Hospitalisation à domicile Santé Service Bayonne et Région dispose d une équipe formée spécifiquement à la cicatrisation des plaies aiguës ou chroniques.

Plus en détail

Pôle d Excellence Rurale: Télémédecine Gérontologie Ruralité

Pôle d Excellence Rurale: Télémédecine Gérontologie Ruralité Pôle d Excellence Rurale: Télémédecine Gérontologie Ruralité Evaluation de l impact d un dispositif de Télémédecine (DTM) sur la prévention des hospitalisations aux urgences des résidents d EHPAD âgés

Plus en détail

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE Comment améliorer les tensions dans les structures d urgence Dr Bénédicte Le Bihan- Dr Michel Thicoipe Le réseau territorial des urgences de Gironde : un axe

Plus en détail

Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL

Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL Pôle de gériatrie. CHAL. colloque 24 novembre 2015 1 Evaluer cliniquement les patients dans les EHPAD : élaboration d un diagnostic grâce

Plus en détail

«Obtenir un Accès universel aux soins palliatifs : bannir les préjugés»

«Obtenir un Accès universel aux soins palliatifs : bannir les préjugés» 8 ème journée mo n d i a l e d e s s o i n s p a l l i a t i f s «Obtenir un Accès universel aux soins palliatifs : bannir les préjugés» Mercredi 9 octobre 2013 Accès universel aux soins palliatifs, place

Plus en détail

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés.

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. A Duruflé, C Le Meur, MP Reillon, N Clerc, H Angot, S Sabarots, B Nicolas Pôle Saint Hélier, Rennes

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD et médecine libérale

Télémédecine en EHPAD et médecine libérale Télémédecine en EHPAD et médecine libérale DR PASCAL MEYVAERT MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD (GERSTHEIM, RHINAU), MEDECIN GENERALISTE, PRESIDENT AMCEAL, VICE-PRESIDENT FFAMCO- EHPAD, CHARGE DE MISSION

Plus en détail

Stratégie nationale de télémédecine et Prise en charge de l AVC : Où en sommes nous? Direction générale de l offre de soin

Stratégie nationale de télémédecine et Prise en charge de l AVC : Où en sommes nous? Direction générale de l offre de soin Stratégie nationale de télémédecine et Prise en charge de l AVC : Où en sommes nous? La télémédecine constitue un facteur d amélioration de la performance de notre système de santé : Pour les patients,

Plus en détail

Réunion des EHPAD. 30 septembre 2014

Réunion des EHPAD. 30 septembre 2014 Réunion des EHPAD 30 septembre 2014 Cartographie des EHPAD PAERPA (9-10-19) En attente carte stagiaire géographe 2 Ordre du jour Présentation actions médico sociales et SI à court terme Présentation projet

Plus en détail

EHPAD HORS LES MURS «Fil A Soi»

EHPAD HORS LES MURS «Fil A Soi» EHPAD HORS LES MURS «Fil A Soi» Une maison de retraite à domicile Une FILière gériatrique pour l Accompagnement A domicile, car il est plus agréable de vivre chez SOI. Coordination des différents acteurs

Plus en détail

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014.

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Basse-Normandie Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Situation en Basse Normandie dans le cadre de la circulaire n DGOS/R4/2013/398 du 4 décembre 2013 relative au positionnement

Plus en détail

Les Médecins Correspondants du Samu

Les Médecins Correspondants du Samu 1 ères assises de l urgence Les Médecins Correspondants du Samu Dr François BRAUN CHR Metz-Thionville Date 13 septembre 2012 Un Concept : L Aide Médicale Urgente La régulation médicale au sein des Samu-Centre

Plus en détail

XXIIe congrès AFICV Paris 2012

XXIIe congrès AFICV Paris 2012 XXIIe congrès AFICV Paris 2012 PROJET D ACCUEIL ET DE SORTIE DU PATIENT EN CHIRURGIE VASCULAIRE : une démarche qualité DUDORET ELISE infirmière CAQUELARD MARC aide soignant CHU DE ROUEN - PR PLISSONNIER

Plus en détail

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation À Domicile

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert Centre de Coordination en Cancérologie d Hématologie Région Limousin INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie une liaison entre la ville et l hôpital Katia Aubert ORGANISATION DE LA CANCEROLOGIE

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

Christine Peyron Laboratoire d Economie de Dijon (LEDi) - UMR 6307 Université de Bourgogne

Christine Peyron Laboratoire d Economie de Dijon (LEDi) - UMR 6307 Université de Bourgogne Contexte et méthodologies pour l évaluation médico-économique économique de deux axes du PRT Bourgogne : TéléAVC et«maillage d accès aux soins» Christine Peyron Laboratoire d Economie de Dijon (LEDi) -

Plus en détail

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Basse - Normandie Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr JP Blanchère ARS de Basse Normandie Directeur

Plus en détail

Sensibilisation des acteurs au diagnostic précoce

Sensibilisation des acteurs au diagnostic précoce Sensibilisation des acteurs au diagnostic précoce Jacqueline MEYER Cadre de santé CRA-LR Olivier MAIGNAN Directeur de la crèche Louise Guiraud Ville de Montpellier Contexte et cadre de référencerence o

Plus en détail

Pourquoi créer un dispensaire pour soins infirmiers au CHU Brugmann? Marie-Jo Guerreiro Dos Santos, Infirmière consultation chirurgie

Pourquoi créer un dispensaire pour soins infirmiers au CHU Brugmann? Marie-Jo Guerreiro Dos Santos, Infirmière consultation chirurgie Pourquoi créer un dispensaire pour soins infirmiers au CHU Brugmann? Marie-Jo Guerreiro Dos Santos, Infirmière consultation chirurgie Pourquoi cette augmentation? Fermeture Hôpital Français, Clinique

Plus en détail

Coopération entre professionnels de santé. Vers de nouveaux métiers?

Coopération entre professionnels de santé. Vers de nouveaux métiers? Coopération entre professionnels de santé Vers de nouveaux métiers? Qu est-ce que la coopération entre les professionnels de santé? La loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe.

DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe. DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe. Dimanche 14 octobre 2012 Contact presse : Tél. 02 62 20 28 20 Gsm : 06 92 87 25 84 Email : communication@asdr.asso.fr

Plus en détail

QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé P. ASSYAG

QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé P. ASSYAG QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé 11.04.2016 P. ASSYAG PLAN Etat des lieux Les jeunes médecins et l installation Les innovations / les nouvelles technologies

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES PRADO Le service d accompagnement à domicile après une hospitalisation PATHOLOGIES CHRONIQUES Volets insuffisance cardiaque et BPCO Dans le Jura (08/07/2016) Restreint 1 Permettre au patient de retourner

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile Réunion ASIP

PRADO, le programme de retour à domicile Réunion ASIP , le programme de retour à domicile 10 avril 2014 Sommaire 1 2 Présentation Expérimentation DMP dans le cadre du 2 Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter

Plus en détail

LE CENTRE DE PLAIES ET CICATRISATION

LE CENTRE DE PLAIES ET CICATRISATION LE CENTRE DE PLAIES ET CICATRISATION DU C.H. DE LIBOURNE RATTACHE AU SERVICE DE CHIRURGIE GENERALE ET VASCULAIRE DU DOCTEUR François MINET Benoît Gheysens Chirurgien Vasculaire Jean-Luc Mornet Cadre de

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

Retour d expérience N 1

Retour d expérience N 1 Retour d expérience N 1 Etablissement CH de Laon Intervenant(s) Anne-Sophie TRIFFAUX : Cadre de santé infirmière, Service d accueil et d urgences Thème Retour d expérience sur la démarche de mise en place

Plus en détail

EXPERIMENTATION DE LA TELEMEDECINE ENTRE LE SAMU 10 ET 9 EHPAD ASSOCIATIFS DU GRAND TROYES

EXPERIMENTATION DE LA TELEMEDECINE ENTRE LE SAMU 10 ET 9 EHPAD ASSOCIATIFS DU GRAND TROYES EXPERIMENTATION DE LA TELEMEDECINE ENTRE LE SAMU 10 ET 9 EHPAD ASSOCIATIFS DU GRAND TROYES RAPPEL LEGISLATIF Les nouvelles technologies : la télémédecine Plan législatif : Loi HPST et décret du 19 octobre

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers Le Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers :

Plus en détail

Réunion de coordination technique. Clic Seniors Loire et Cens

Réunion de coordination technique. Clic Seniors Loire et Cens Réunion de coordination technique Clic Seniors Loire et Cens 09/10/2012 Ordre du jour Clic/MAIA : Différents mais complémentaires Les axes d intégration de la MAIA Nouvelle fiche d entrée en gestion de

Plus en détail

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT ORIGINALITES D UNE PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE Docteur Agnès MICHON 12 décembre 2016 Vivre ensemble l autisme CRA Limousin

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie

Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie Phase 2 financée par ARH, URCAM et CRBN Dr Sabatier, Dr Belin, Pr Grollier CHU de CAEN / APRIC Épidémiologie Épidémiologie ICC

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 Article 69 I. Le code de la santé publique est ainsi modifié : 1 La première

Plus en détail

La cartographie de la e-santé en France

La cartographie de la e-santé en France Collection Les Cartographies des Echos Etudes La cartographie de la e-santé en France Le guide pratique pour comprendre l écosystème du secteur de la e-santé et identifier les acteurs clés de la santé

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES? SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS -

Plus en détail

ATELIER 3 UN MÉDECIN À TOUTE HEURE? LA PERMANENCE DES SOINS (PDS) EN QUESTION

ATELIER 3 UN MÉDECIN À TOUTE HEURE? LA PERMANENCE DES SOINS (PDS) EN QUESTION ATELIER 3 UN MÉDECIN À TOUTE HEURE? LA PERMANENCE DES SOINS (PDS) EN QUESTION 7 ème Espace des Réseaux de Santé en Aquitaine & 5 ème Espace des Associations de Patients en Aquitaine 01/04/2011 Etat des

Plus en détail

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer?

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Coordination ville-hôpital et continuité des soins en ville Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Marina Dauzou, Hélène Labrosse Canat

Plus en détail

1 an après. Optimiser les LISP la démarche de l ARS Bourgogne COMITE REGIONAL SOINS PALLIATFS BOURGOGNE

1 an après. Optimiser les LISP la démarche de l ARS Bourgogne COMITE REGIONAL SOINS PALLIATFS BOURGOGNE COMITE REGIONAL SOINS PALLIATFS BOURGOGNE 2 ème journée d information et de réflexion sur les LISP 3 février 2015 Optimiser les LISP la démarche de l ARS Bourgogne 1 an après 2 3 Optimiser les LISP en

Plus en détail

Dossier électronique du patient Le bon réflexe santé

Dossier électronique du patient Le bon réflexe santé Dossier électronique du patient Le bon réflexe santé Esther Waeber-Kalbermatten, conseillère d Etat Victor Fournier, chef de service Dr Alexandre Gnaegi, chef du projet Infomed Dr Luc Eschmann, médecin

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL

DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL Lieux de vie de la personne Hospitalisation Macro cible de sortie D.L.U. Fiche de liaison Sésame relationnel Lieux de vie de la personne pratiques du 13 octobre

Plus en détail

LA PEDIATRIE EN FRANCE

LA PEDIATRIE EN FRANCE LA PEDIATRIE EN FRANCE Démographie (source CNOM) Année Total inscrit femmes hommes Différence de donnée 7,8 % Janvier 2009 6464 3898 2566 Part des pédiatres libéraux conventionnés en secteur 1DP et

Plus en détail

Militants de la cicatrisation SAINT-QUENTIN / CAMBRAI

Militants de la cicatrisation SAINT-QUENTIN / CAMBRAI Militants de la cicatrisation SAINT-QUENTIN / CAMBRAI LANCEMENT DE SUITE DE SOINS Les dates clés : 2007 : Arrêté du 13 avril 2007, selon lequel les infirmiers(ières) libéraux(ales) sont autorisés à prescrire

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER NATIONAL D OPHTALMOLOGIE DES QUINZE-VINGTS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER NATIONAL D OPHTALMOLOGIE DES QUINZE-VINGTS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER NATIONAL D OPHTALMOLOGIE DES QUINZE-VINGTS 28 rue de Charenton 75571 PARIS Cedex 12 Mai 2009 PARTIE 1

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT 2014-2018 Machecoul Challans St Gilles Croix de Vie Les orientations du projet médical : Organiser et adapter le parcours de soins aux besoins de la personne âgée Améliorer la programmation

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

Le Projet pour les Personnes Agées En. d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux. Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine

Le Projet pour les Personnes Agées En. d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux. Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine Le Projet pour les Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine Les enjeux de l autonomie : o Près de 20 000 personnes

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Vu le code de la santé publique, notamment son article L ;

ARRÊTÉ du. Vu le code de la santé publique, notamment son article L ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la santé et des sports NOR : ARRÊTÉ du relatif à la convention conclue entre un établissement mentionné au 6 du I de l article L. 312-1 du code de l action sociale et

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

MAIA de Saint-Quentin

MAIA de Saint-Quentin L accompagnement d une situation complexe MAIA de Saint-Quentin Assise régionale du sanitaire et du médico-sociale APF FEHAP : 2 ème édition : Quelle coordination des acteurs dans les parcours de vie?

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale Tél 04 66 68 30 01 Fax 04 66 68 34 00 www.chu-nimes.fr

Plus en détail

ALTERNATIVES A L HOSPITALISATION LES CENTRES DE SOINS

ALTERNATIVES A L HOSPITALISATION LES CENTRES DE SOINS ALTERNATIVES A L HOSPITALISATION LES CENTRES DE SOINS Alternatives à l Hospitalisation: Définition Générale Les alternatives à l hospitalisation correspondent à plusieurs formes de prise en charge des

Plus en détail

La gestion du risque en EHPAD (2012/2013) Journée régionale d échanges sur les bonnes pratiques en matière de soins 16/09/2013

La gestion du risque en EHPAD (2012/2013) Journée régionale d échanges sur les bonnes pratiques en matière de soins 16/09/2013 La gestion du risque en EHPAD (2012/2013) Journée régionale d échanges sur les bonnes pratiques en matière de soins 16/09/2013 Estel QUERAL ARS Centre 2 La GDR GDR : «Ensemble des actions mises en œuvre

Plus en détail

pharmaceutique informatisé

pharmaceutique informatisé Actualités s des EHPAD forfait médicaments, m dossier pharmaceutique informatisé Pr Philippe ARNAUD Hôpital Bichat Groupe hospitalier Universitaire Paris Nord val de Seine ABCPH_28 septembre 2012 Personnes

Plus en détail

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine 20 novembre 2015 Journée Nationale de la SFAP sur les Réseaux L avenir des soins palliatifs à domicile, quelle offre de

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information.

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information. STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE Document d information Lutte contre le VIH/Sida Contexte Dans le monde, l Afrique est le continent le

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

Unité Anesthésie Chirurgie Ambulatoire. Chirurgie Ambulatoire. 15 décembre 2011. Facteurs culturels Perspectives de développement à l hôpital Nord

Unité Anesthésie Chirurgie Ambulatoire. Chirurgie Ambulatoire. 15 décembre 2011. Facteurs culturels Perspectives de développement à l hôpital Nord Unité 15 décembre 2011 Facteurs culturels Perspectives de développement à l hôpital Nord 1 Unité 2009 En 2009, le Pôle Tête et Cou NORD disposait de 3 services d hospitalisation complète de 56 lits sur

Plus en détail

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) :

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : DEMANDE DE LABELLISATION L instruction DGOS / PF2/2011/188 du 19 mai 2011 actualise le cahier des charges défini par la circulaire du

Plus en détail

Mise en place d un guichet unique à destination des patients et des professionnels sur le territoire Rhône Nord-Isère

Mise en place d un guichet unique à destination des patients et des professionnels sur le territoire Rhône Nord-Isère Mise en place d un guichet unique à destination des patients et des professionnels sur le territoire Rhône Nord-Isère Des solutions graduées pour favoriser le maintien à domicile ou faciliter le retour

Plus en détail

LAB 5 Le PAERPA : la télémédecine au service des résidents des EHPAD

LAB 5 Le PAERPA : la télémédecine au service des résidents des EHPAD LAB 5 Le PAERPA : la télémédecine au service des résidents des EHPAD 1- Philippe Burnel, délégué à la stratégie des systèmes d'information de santé (Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des

Plus en détail

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Activité de soins de traitement du cancer Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Préambule : L activité de soins «Traitement du cancer» par chimiothérapie est soumise à autorisation,

Plus en détail

Le tutorat en libéral. Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France

Le tutorat en libéral. Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France Le tutorat en libéral Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France Contexte du projet 1/2 Une forte concentration d instituts de formation en soins infirmiers en Ile-de-France

Plus en détail

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient.

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. AFDET 3 février 2012 HUSTACHE-MATHIEU L 1, ESSERT M 2 1 Service de maladies infectieuses

Plus en détail

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE Vu les articles R. 6121-4-1 et D. 6124-311 du code de la santé publique, Vu l'article R.

Plus en détail

ADHESIONS POUR LES PATIENTS. QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR LES PROFESSIONNELS

ADHESIONS POUR LES PATIENTS. QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR LES PROFESSIONNELS ADHESIONS POUR LES PATIENTS QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR QUOI? Aider à la prise en charge de sa maladie Bénéficier des prestations du réseau (diététique, podologie,

Plus en détail

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en Phase 1 La formation à l annonce Docteur Thevenin-Lemoine Les réclamations à l ARS Île-de-France 1 (sommaire automatique) Sommaire Introduction...

Plus en détail

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE LIVRET D ACCUEIL Madame, Monsieur, Ce livret contient des informations destinées

Plus en détail

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales :

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : CHARTE DU RÉSEAU I PREAMBULE Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : Le maintien à domicile le plus longtemps possible des

Plus en détail

Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires

Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires L Cormerais, AM Sanchis, F Julien, B Auvity, F Gourdon, O Lesens Service des

Plus en détail

Le compte rendu de ces Assises de la Médecine Libérale est décliné dans les pages qui suivent.

Le compte rendu de ces Assises de la Médecine Libérale est décliné dans les pages qui suivent. DOSSIER DE PRESSE Les cinq Syndicats médicaux représentatifs, CSMF, FMF, SML, MG France et Le Bloc ont décidé lors d une réunion de concertation organisée au Club de la presse le 4 novembre dernier d organiser

Plus en détail