COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE"

Transcription

1 COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 2061 Québec, le : 12 juillet 2012 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante Investissement Québec Partie mise en cause Résolution : CÉS DÉCISION OBJET DE LA DEMANDE [1] La Commission de l équité salariale (la Commission) est saisie d une plainte portant, d une part, sur le programme général d équité salariale de l entreprise Investissement Québec et, d autre part, sur l absence de maintien de l équité salariale, conformément à la Loi sur l équité salariale (la Loi). LES FAITS [2] Investissement Québec est une personne morale légalement constituée en 1971 qui est régie par la Loi sur Investissement Québec et sur la Financière du Québec (L.R.Q., c. I-16.1). [3] Investissement Québec comptait, en moyenne, 100 personnes salariées ou plus au cours de la période de référence prévue à la Loi, soit du 21 novembre 1996 au 20 novembre 1997.

2 PAGE 2 [4] Conformément aux articles 10 et 11 de la Loi, trois programmes d équité salariale ont été établis dans cette entreprise par des comités d équité salariale : un programme distinct applicable aux personnes salariées représentées par le SPGQ, un programme distinct applicable aux personnes salariées représentées par l Association des juristes de l État et un programme général applicable au personnel de bureau et aux techniciens et techniciennes syndiqués représentés par le SFPQ et au personnel non syndiqué de l entreprise. [5] Le premier affichage des résultats du programme général d équité salariale, programme visé par la plainte, a eu lieu le 20 février 2002 et le second, le 10 juillet 2003, comme l exigeait alors l article 75 de la Loi. [6] Des ajustements salariaux ont été déterminés pour corriger les écarts salariaux entre les catégories d emplois à prédominance féminine et celles à prédominance masculine équivalentes identifiées dans le cadre des travaux de ce programme. Les ajustements, rétroactifs au 21 novembre 2001, ont été versés par l employeur en octobre 2003, en un seul versement. [7] La catégorie d emplois occupée par la partie plaignante n a pas été visée par un ajustement puisque le maximum de son échelle salariale était supérieur à celui suggéré par la courbe salariale des catégories d emplois à prédominance masculine. [8] Aucune plainte concernant les programmes d équité salariale réalisés dans l entreprise Investissement Québec n a été reçue à la Commission de l équité salariale. [9] À la suite de la réalisation du programme d équité salariale visé par la plainte, l employeur et l association accréditée représentant la partie plaignante ont procédé à un exercice de relativité salariale (équité interne). [10] Les nouvelles échelles salariales découlant de cet exercice, ainsi que les règles transitoires applicables, ont été intégrées dans la convention collective intervenue entre Investissement Québec et le SFPQ; une disposition particulière y a été prévue pour les personnes salariées hors échelle, dont fait partie la partie plaignante. [11] Il s agit de l article qui se lit comme ceci : «Lorsqu à la suite de circonstances particulières, le taux de traitement de la personne employée est supérieur à celui correspondant au maximum de sa catégorie d emplois, la personne employée est hors échelle et ce taux supérieur lui tient lieu de taux de traitement annuel.

3 PAGE 3 La personne employée dont le taux de traitement, le jour précédant la date de la majoration des taux et échelles salariales, est plus élevé que le taux maximum de l échelle des traitements en vigueur pour sa catégorie d emplois bénéficie à la date de la majoration des taux et échelles salariales, (sic) d un taux minimum d augmentation qui est égal à la moitié du pourcentage d augmentation applicable, au 1 er avril de la période en cause par rapport au 31 mars précédent, à l échelon situé au maximum de l échelle du 31 mars précédent correspondant à sa catégorie d emplois.». [12] Ainsi, dans le cadre de cet exercice d équité interne, les personnes salariées dont le salaire dépassait le maximum de leur nouvelle échelle salariale respective (hors échelles), comme c est le cas pour la partie plaignante, ont conservé leur salaire, sans toutefois bénéficier des mêmes augmentations salariales que celles consenties aux personnes salariées n étant pas hors échelle. [13] La plainte contre l employeur Investissement Québec a été déposée à la Commission avant le 12 mars [14] La Commission a fait parvenir aux parties le rapport d enquête pour commentaires. La partie plaignante et la partie mise en cause ont transmis à la Commission des commentaires. Les membres de la Commission les ont pris en considération aux fins du préavis de décision. [15] La Commission a également transmis un préavis de décision aux deux parties. Seule la partie mise en cause a soumis des commentaires et la Commission les a pris en considération aux fins de la présente décision. PRÉTENTIONS DES PARTIES La partie plaignante [16] La partie plaignante allègue que le contenu du 2 e affichage du programme d équité salariale était incomplet car des informations importantes n auraient pas été communiquées. Plus précisément, elle allègue que : le 2 e affichage présentait les catégories d emplois à prédominance féminine ayant droit à un ajustement salarial, alors qu il ne laissait rien voir quant aux catégories qui subiraient des «écarts salariaux à la baisse». Ce n est que lors du dépôt de projet de la première convention collective qu elle a pu en prendre connaissance. Il lui était alors impossible de soulever des objections dans les délais prescrits par la Loi; les salaires ont fait l objet d une entente entre le syndicat et l employeur; suite à la réalisation du programme d équité salariale, l échelle salariale de sa catégorie d emplois aurait été diminuée de près de 8 % et que ce sera long avant que sa nouvelle échelle «rattrape» son taux de salaire;

4 PAGE 4 elle n est pas d accord avec le résultat de l exercice d équité interne et de ne pas en avoir été informée dans le cadre du processus d équité salariale et du 2 e affichage. [17] La partie plaignante prétend également que, en réalisant un exercice d équité interne après l établissement du programme d équité salariale, l employeur n aurait pas respecté son obligation de maintenir l équité salariale. Selon sa compréhension, la Loi ne vise pas à défavoriser les catégories d emplois à prédominance féminine. La partie mise en cause [18] L employeur affirme avoir terminé son exercice d équité salariale et avoir procédé par la suite à une démarche de relativité salariale qui respecterait son obligation de maintenir l équité salariale prévue à la Loi. DROIT APPLICABLE [19] Les dispositions applicables dans le présent dossier sont les articles 1 ainsi que 40 et 100 alors applicables de la Loi sur l équité salariale. Ces dispositions sont reproduites en annexe. ANALYSE [20] L enquête révèle qu un des constats du programme général d équité salariale est à l effet que la catégorie d emplois à prédominance féminine occupée par la partie plaignante, comme d autres catégories d emplois, avait un maximum d échelle salariale supérieur au taux suggéré par la courbe salariale des catégories d emplois à prédominance masculine, donc supérieur aux catégories d emplois de même valeur. [21] L enquête révèle également qu après avoir complété le programme général d équité salariale, l employeur Investissement Québec, conjointement avec l association accréditée, a réalisé un exercice d équité interne et a mis en place de nouvelles échelles salariales. Cet exercice visait à permettre aux catégories d emplois tant féminines, masculines que neutres, ayant la même valeur, de recevoir la même rémunération. [22] Dans le cadre de cet exercice d équité interne, la catégorie d emplois de la partie plaignante, comme d autres catégories d emplois dites «hors échelle», a vu le maximum de son échelle salariale révisé à la baisse, de manière à ce que son échelle salariale reflète la valeur qui lui est attribuée. Le salaire de la partie plaignante a néanmoins été maintenu. [23] D entrée de jeu, il est important de préciser que l exercice d équité interne est totalement indépendant et différent de la réalisation d un exercice d équité salariale et des obligations découlant de la Loi sur l équité salariale, bien que les dossiers aient pu être menés par les mêmes personnes.

5 PAGE 5 [24] Essentiellement, l exercice d équité salariale, prescrit par la Loi, vise à s assurer que les catégories d emplois à prédominance féminine ne reçoivent pas un salaire moindre que les catégories d emplois à prédominance masculine de même valeur. Pour ce faire, la Loi prévoit des mesures particulières pour s y conformer. [25] La Loi ne vise pas les catégories d emplois à prédominance féminine qui pourraient être rémunérées au-delà de ce que suggèrent les résultats du programme d équité salariale. [26] Par ailleurs, la Loi n interdit pas à un employeur et une association accréditée d instaurer une politique de rémunération en procédant à une démarche d équité interne. Toutefois, la démarche doit être réalisée en s assurant que l équité salariale est maintenue, c est-à-dire que ne se sont pas recréés des écarts salariaux entre les catégories d emplois à prédominance féminine et celles à prédominance masculine de même valeur, notamment lors de la création de nouveaux emplois ou de nouvelles catégories d emplois, lors de modifications aux emplois existants ou aux conditions qui leur sont applicables ou lors de la négociation ou du renouvellement d une convention collective. [27] Dans le présent dossier, les reproches formulés par la partie plaignante ne sont pas à l effet que sa catégorie d emplois serait moins rémunérée qu une ou des catégories d emplois à prédominance masculine de même valeur, et ce, à la suite de modifications telles que la création de nouveaux emplois ou de nouvelles catégories d emplois, de modifications aux emplois existants ou aux conditions applicables. [28] La majorité des reproches formulés sont plutôt attribuables à des décisions prises qui relèvent des relations du travail. [29] Ainsi, le fait que le comité d équité salariale n ait pas précisé, dans le 2 e affichage, que des emplois à prédominance féminine pourraient subir une diminution de leur échelle salariale dans le cadre d un exercice d équité interne ne relève pas de l application de la Loi. C est en effet une résultante de l exercice d équité interne et non du programme d équité salariale. [30] Ensuite, les allégations à l effet que la partie plaignante n ait pu exprimer son désaccord quant aux échelles salariales résultant du projet de convention collective et aux salaires qui auraient fait l objet d une entente entre l employeur et le syndicat sont plutôt des considérations de relations de travail. [31] Enfin, le fait que l augmentation de salaire soit réduite parce que le salaire de la partie plaignante est hors échelle et qu il faudra plusieurs années avant que l échelle salariale de sa catégorie d emplois rejoigne son taux de salaire ne relève également pas de l application de la Loi. Il relève plutôt de l application des règles transitoires prévues à la convention collective pour des situations semblables et s appliquant à l ensemble des personnes salariées couvertes par celle-ci.

6 PAGE 6 [32] Quant au reproche à l effet que l équité salariale ne serait pas maintenue, la partie plaignante prétend que, en raison de l obligation d assurer le maintien de l équité salariale, le statut quo aurait dû s appliquer aux catégories d emplois à prédominance féminine dont le salaire excédait celui résultant de l exercice d équité interne. [33] Or, rien dans la Loi n interdit à un employeur de diminuer l échelle salariale d une catégorie d emplois, notamment une catégorie à prédominance féminine, dans le cadre d un exercice d équité interne. Toutefois, l employeur, de même que l association accréditée, doivent s assurer que l équité salariale est maintenue, c est-à-dire que ne sont pas recréés des écarts salariaux entre les catégories d emplois à prédominance féminine et celles à prédominance masculine de même valeur, notamment lors de la création de nouveaux emplois ou de nouvelles catégories d emplois, lors de modifications aux emplois existants ou aux conditions qui leur sont applicables ou lors de la négociation ou du renouvellement d une convention collective. [34] Dans le présent dossier, l enquête démontre qu après équité interne, la catégorie d emplois à prédominance féminine occupée par la partie plaignante est mieux rémunérée que les catégories d emplois à prédominance masculine de valeur équivalente. **************************************************************************************************** OPINION DISSIDENTE DE LA COMMISSAIRE CAROL ROBERTSON [35] Mon opinion diffère de celle de mes collègues en ce qui a trait aux obligations découlant de la Loi sur l équité salariale au regard de l exercice de relativité salariale réalisé dans l entreprise Investissement Québec. [36] Au moment où cet exercice a été réalisé en 2007, le maintien de l équité salariale s effectuait en continu et l employeur devait s assurer de ce maintien notamment lors de modifications aux emplois existants ou aux conditions qui leur sont applicables 1. [37] L exercice de relativité salariale ayant modifié les conditions salariales applicables à certaines catégories d emplois visées par le programme d équité salariale du personnel de bureau et des techniciens et techniciennes syndiqués et non syndiqués de l entreprise Investissement Québec, ces changements auraient dû être pris en compte. [38] En l espèce, pour réaliser l exercice de relativité salariale, l employeur a notamment rehaussé au niveau de la courbe, la rémunération des catégories d emplois à prédominance masculine qui se situaient sous la courbe salariale des catégories d emplois à prédominance masculine tracée lors de la réalisation du programme d équité salariale. 1 Art. 40 tel qu il s appliquait alors

7 PAGE 7 [39] Le rehaussement de la rémunération des catégories d emplois à prédominance masculine à la courbe des emplois masculins a eu pour effet de modifier cette courbe à la hausse. Ce changement aurait dû être pris en compte et cette nouvelle courbe des catégories d emplois à prédominance masculine aurait du être utilisée pour assurer le maintien de l équité salariale puisque le rehaussement précité recréé un écart salarial entre les catégories d emplois à prédominance féminine et les catégories d emplois à prédominance masculine. [40] En ce qui a trait aux catégories d emplois situées au dessus de la courbe, l employeur a considéré une portion de leur salaire à titre de «salaire étoilé» au sens du paragraphe 5 de l article 67 de la Loi. [41] En vertu de ce paragraphe, l employeur ne pouvait agir de la sorte et ne considérer qu une seule partie du salaire à titre de salaire étoilé. En ce qui concerne les catégories d emplois à prédominance masculine visées par cette situation, ces catégories d emplois ont une échelle de rémunération distincte dont le maximum doit être pris en compte dans le calcul de la courbe salariale. [42] Ainsi, à mon avis, l opération de relativité salariale effectuée par l employeur Investissement Québec a recréé des écarts salariaux entre les catégories d emplois à prédominance féminine et masculine. De ce fait, elle n a pas permis de maintenir l équité salariale. [43] De façon plus spécifique, pour ce qui est de la catégorie d emplois de la partie plaignante déterminée hors échelle à la suite de l exercice de relativité salariale, l écart entre l échelle salariale de sa catégorie d emplois et son taux de salaire sera moindre si la situation décrite précédemment est corrigée. [44] Cette correction doit être effectuée pour la période comprise entre le moment où l exercice d équité salariale a été réalisé et le 28 mai 2009, moment où sont entrées en vigueur les modifications apportées à la Loi par la Loi de **************************************************************************************************** En conséquence : [45] CONSIDÉRANT que plusieurs prétentions de la partie plaignante ne relèvent pas de l application de la Loi sur l équité salariale; [46] CONSIDÉRANT qu après avoir réalisé le programme général d équité salariale, l employeur Investissement Québec a effectué un exercice d équité interne; [47] CONSIDÉRANT qu à la suite de cet exercice d équité interne, le salaire de la partie plaignante est demeuré hors échelle et supérieur à celui de catégories d emplois à prédominance masculine de valeur équivalente;

8 PAGE 8 Après étude et délibérations, la Commission, à la majorité : [48] DÉCLARE la plainte non fondée. Résolution prise à la majorité par la Commission de l équité salariale à sa 265 e séance tenue le 12 juillet 2012 (résolution CÉS ). La secrétaire générale, Johanne Tremblay

9 Annexe Articles pertinents de la Loi sur l équité salariale Article 1 La présente loi a pour objet de corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l'égard des personnes qui occupent des emplois dans des catégories d'emplois à prédominance féminine. Ces écarts s'apprécient au sein d'une même entreprise, sauf s'il n'y existe aucune catégorie d'emplois à prédominance masculine. Article 40 (alors applicable) L'employeur doit, après que des ajustements salariaux ont été déterminés ou qu'un programme d'équité salariale a été complété, maintenir l'équité salariale dans son entreprise. Il doit notamment s'assurer de ce maintien lors de la création de nouveaux emplois ou de nouvelles catégories d'emplois, lors de modifications aux emplois existants ou aux conditions qui leur sont applicables ou lors de la négociation ou du renouvellement d'une convention collective. Lors de cette négociation ou de ce renouvellement, l'association accréditée en cause doit aussi s'assurer du maintien de l'équité salariale. Article 100 (alors applicable) Sur réception d'une plainte d'un salarié ou d'une association accréditée représentant des salariés d'une entreprise alléguant que l'équité salariale n'est pas maintenue dans une entreprise, la Commission doit faire enquête et, le cas échéant, déterminer toute mesure qui doit être prise, y compris l'établissement d'un programme d'équité salariale, pour remédier au défaut. Les ajustements salariaux requis, le cas échéant, portent intérêt au taux légal à compter du moment où ils auraient dû être versés.

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 30302 FRA Québec, le : 30 avril 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Lise Simard, commissaire Personne salariée Partie plaignante

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossiers n os : 29148X (voir liste des dossiers étudiés à l annexe A) FRA Québec, le : 11 novembre 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire

Plus en détail

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Dossier no : Membres : 400-01127 étudié aux 135 e et 137 e séances de la Commission de l équité salariale Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Loi : Loi sur

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16589 Québec, le : 24 août 2012 Membre : Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante La compagnie de téléphone Bell du Canada ou Bell

Plus en détail

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Dossier no : Membres : 400-01016 étudié aux 139 e et 140 e séances de la Commission de l équité salariale Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Loi : Loi sur

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE. Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec - CSN

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE. Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec - CSN COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 7291 Québec, le : 1 er juin 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Carol Robertson, commissaire Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 20375X (voir liste des

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 24394 FRA Québec, le : 17 septembre 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Lise Simard, commissaire Association des cadres scolaires

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE. Regroupement des Centres de la petite enfance de l Île de Montréal DÉCISION

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE. Regroupement des Centres de la petite enfance de l Île de Montréal DÉCISION COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 11433 Québec, le : 15 décembre 2010 Membres : Louise Marchand, présidente Marie Rinfret, commissaire Carol Robertson, commissaire Regroupement des Centres

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37008 FRA Québec, le : 8 juin 2015 Membre : Lise Simard, commissaire Commission de l équité salariale et Garderie préparatoire le boulier inc. Partie mise

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L'ÉQUITÉ SALARIALE EFFECTUÉE EN 2015.

QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L'ÉQUITÉ SALARIALE EFFECTUÉE EN 2015. QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L'ÉQUITÉ SALARIALE EFFECTUÉE EN 2015. POUR LE PROGRAMME VISANT LES SALARIÉS DU SECTEUR PARAPUBLIC INFORMATIONS GÉNÉRALES A- QU EST-CE QUE LA

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 38247 FRA Date : 30 mai

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Loi sur l équité salariale, RLRQ, chapitre E-12.001 Vice-présidence à l équité salariale Dossier n o : 41336 Date : 20 janvier

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 26734 FRA Québec, le : 8 juillet 2015 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Marc Rousseau Ltée

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 40144 FRA Québec, le

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 41334 FRA Date : 20 janvier

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 33615 FRA Québec, le : 4 février 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Lise Simard, commissaire Groupe Nexio inc. Partie demanderesse

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6658 Québec, le : 30 novembre 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personnes salariées syndiquées

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE DÉCISION

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE DÉCISION COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 9344 Québec, le : 28 juin 2010 Membres : Louise Marchand, présidente Marie Rinfret, commissaire Carol Robertson, commissaire Groupe Jean Coutu (PJC) inc.

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16287 FRA Québec, le : 11 décembre 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Lise Simard, commissaire Personne salariée Partie

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 26282 FRA Québec, le

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 7861 FRA Québec, le : 30 septembre 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Responsable de service de garde en milieu familial

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 50 à 99 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Projet de loi n o 25 (2009, chapitre 9) Loi modifiant la Loi sur l équité salariale

Projet de loi n o 25 (2009, chapitre 9) Loi modifiant la Loi sur l équité salariale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 25 (2009, chapitre 9) Loi modifiant la Loi sur l équité salariale Présenté le 12 mars 2009 Principe adopté le 2 avril 2009 Adopté le 27 mai

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 5229 étudié à la 207 e séance de la Commission de l équité salariale Québec, le : 14 mai 2009 Membres : Louise Marchand, présidente Marie Rinfret, commissaire

Plus en détail

Louise Marchand, avocate Présidente Commission de l équité salariale

Louise Marchand, avocate Présidente Commission de l équité salariale Barreau du Québec Commission de l équité salariale : Bilan et prochains défis 3 octobre 2008 Louise Marchand, avocate Présidente Commission de l équité salariale 1 LA LOI SUR L'ÉQUITÉ SALARIALE But de

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les normes du travail en matière de disparités de traitement

Loi modifiant la Loi sur les normes du travail en matière de disparités de traitement PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 67 (1999, chapitre 85) Loi modifiant la Loi sur les normes du travail en matière de disparités de traitement Présenté le 4 juin 1999 Principe

Plus en détail

Faire respecter vos droits: les recours et les plaintes

Faire respecter vos droits: les recours et les plaintes Faire respecter vos droits: les recours et les plaintes Publié par la Confédération des syndicats nationaux Contribution Services des relations du travail Production Service des communications Impression

Plus en détail

RELATIVITÉS $ALARIALES

RELATIVITÉS $ALARIALES RELATIVITÉS Les négociations qui viennent de se conclure ont été l occasion de corriger les incohérences et les iniquités de la structure salariale actuelle. Il faut comprendre que les ajustements uniformes

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 2645 Étudié à la 206 e séance de la Commission de l équité salariale Québec, le : 22 avril 2009 Membres : Louise Marchand, présidente Marie Rinfret, commissaire

Plus en détail

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire DÉCISION

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire DÉCISION Dossier no : Membres : 400-00521 étudié aux 144 e et 146 e séances de la Commission de l équité salariale Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Loi : Loi sur

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6726 FRA Québec, le : 20 février 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Centre d accueil

Plus en détail

Projet de loi n o 23 (2011, chapitre 24) Loi modifiant divers régimes de retraite du secteur public

Projet de loi n o 23 (2011, chapitre 24) Loi modifiant divers régimes de retraite du secteur public DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 23 (2011, chapitre 24) Loi modifiant divers régimes de retraite du secteur public Présenté le 8 juin 2011 Principe adopté le 29 septembre

Plus en détail

Négociation nationale Première phase de consultation ORIENTATIONS INTERSECTORIELLES (CSQ)

Négociation nationale Première phase de consultation ORIENTATIONS INTERSECTORIELLES (CSQ) Négociation nationale 2014-2015 Première phase de consultation ORIENTATIONS INTERSECTORIELLES (CSQ) Guide de consultation à l intention de la déléguée ou du délégué (21 octobre 2013) / cb La négociation

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 35457 FRA Québec, le : 3 février 2015 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée syndiquée Partie plaignante et Ville

Plus en détail

Loi visant la prestation continue de services médicaux d urgence

Loi visant la prestation continue de services médicaux d urgence DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 114 (2002, chapitre 39) Loi visant la prestation continue de services médicaux d urgence Présenté le 25 juillet 2002 Principe adopté le 25

Plus en détail

1982, chapitre 12 LOI SUR L'ABOLITION DE LA RETRAITE OBLIGATOIRE ET MODIFIANT CERTAINES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES

1982, chapitre 12 LOI SUR L'ABOLITION DE LA RETRAITE OBLIGATOIRE ET MODIFIANT CERTAINES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC Trente-deuxième Législature, troisième session 1982, chapitre 12 LOI SUR L'ABOLITION DE LA RETRAITE OBLIGATOIRE ET MODIFIANT CERTAINES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Projet de

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16085 FRA Québec, le : 17 janvier 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Auberge du Portage

Plus en détail

RAPPORT D INSPECTION. Service de police de la Ville de Montréal. Dossier

RAPPORT D INSPECTION. Service de police de la Ville de Montréal. Dossier RAPPORT D INSPECTION Service de police de la Ville de Montréal Dossier 100 60 75 Mai 2013 Version Web, octobre 2013 Boris Perron Christine Doré TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 1 2. MANDAT D INSPECTION...

Plus en détail

SALAIRES AUGMENTATIONS SALARIALES MONTANTS FORFAITAIRES RELATIVITÉS SALARIALES

SALAIRES AUGMENTATIONS SALARIALES MONTANTS FORFAITAIRES RELATIVITÉS SALARIALES SALAIRES 2015-2020 AUGMENTATIONS SALARIALES MONTANTS FORFAITAIRES RELATIVITÉS SALARIALES MODIFICATIONS SALARIALES AU COURS DE LA PROCHAINE CONVENTION COLLECTIVE, 2015-2020, EN FONCTION DE L ENTENTE DE

Plus en détail

Projet de loi n o 135

Projet de loi n o 135 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 135 Loi modifiant la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre dans l industrie de la

Plus en détail

22.01 La Direction convient de maintenir en vigueur pendant la durée de la présente convention collective le plan actuel d évaluation des emplois,

22.01 La Direction convient de maintenir en vigueur pendant la durée de la présente convention collective le plan actuel d évaluation des emplois, Article 22 Évaluation des emplois 22.01 La Direction convient de maintenir en vigueur pendant la durée de la présente convention collective le plan actuel d évaluation des emplois, entré en vigueur à compter

Plus en détail

RÈGLEMENT NO Intervenant Tout employé de la commission scolaire et de ses établissements.

RÈGLEMENT NO Intervenant Tout employé de la commission scolaire et de ses établissements. RÈGLEMENT NO 56-2011 RÈGLEMENT NO 56-2011 relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. PRÉAMBULE Ce règlement vise à faciliter la recherche d une solution satisfaisante,

Plus en détail

ANNEXE 1. Les formulaires

ANNEXE 1. Les formulaires ANNEXE 1 Les formulaires ANNEXE 1-A Les délais Grief # : Date du dépôt du grief : Qui a déposé le grief : Date de la réponse : Verbale : Écrite : (joindre au dossier) DÉLAIS À RESPECTER 2 e étape : Avis

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2002, chapitre 30) Loi modifiant les régimes de retraite des secteurs public et parapublic

Projet de loi n o 76 (2002, chapitre 30) Loi modifiant les régimes de retraite des secteurs public et parapublic DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2002, chapitre 30) Loi modifiant les régimes de retraite des secteurs public et parapublic Présenté le 19 décembre 2001 Principe adopté

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

Montréal, le 23 octobre 2013

Montréal, le 23 octobre 2013 Montréal, le 23 octobre 2013 Monsieur Maître Pierre-Étienne Morand NORTON ROSE FULBRIGHT Complexe Jules-Dallaire Tour Norton Fulbright 2828, boul. Laurier, bureau 1500 Québec (Québec) G1V 0B9 Objet : Plainte

Plus en détail

LES LICENCIEMENTS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS. d employés d étalement affectés

LES LICENCIEMENTS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS. d employés d étalement affectés Notes explicatives du tableau LES ET COLLECTIFS ET COLLECTIFS. Acte par lequel un employeur met fin au contrat individuel de travail pour des motifs d ordre économique ou technique.. Acte par lequel un

Plus en détail

10 CESSATION D EMPLOI

10 CESSATION D EMPLOI PROGRAMME DU TRAVAIL Renseignements sur LES NORMES DU TRAVAIL 10 CESSATION D EMPLOI Partie III du Code canadien du travail (Normes du travail) La partie III du Code canadien du travail contient certaines

Plus en détail

VILLE DE SAINT-LAZARE MRC DE VAUDREUIL-SOULANGES PROVINCE DE QUÉBEC

VILLE DE SAINT-LAZARE MRC DE VAUDREUIL-SOULANGES PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-LAZARE MRC DE VAUDREUIL-SOULANGES PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 706 MODIFIANT LE RÈGLEMENT NUMÉRO 636 CONCERNANT LE RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE ATTENDU

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE PAR FINANCEMENT SALARIAL DES GROUPES COMMUNAUTAIRES ET DE FEMMES RRFS-GCF GUIDE D ADHÉSION

RÉGIME DE RETRAITE PAR FINANCEMENT SALARIAL DES GROUPES COMMUNAUTAIRES ET DE FEMMES RRFS-GCF GUIDE D ADHÉSION Janvier 2017 RÉGIME DE RETRAITE PAR FINANCEMENT SALARIAL DES GROUPES COMMUNAUTAIRES ET DE FEMMES RRFS-GCF GUIDE D ADHÉSION Un outil pour améliorer les conditions de travail dans nos organisations. Régime

Plus en détail

Rapport du comité syndical d équité salariale, février 2006

Rapport du comité syndical d équité salariale, février 2006 Rapport du comité syndical d équité salariale, février 2006 État de la situation concernant la plainte de discrimination salariale à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse

Plus en détail

Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick Rapport et recommandation du comité de négociation du SIINB du groupe des infirmières gestionnaires et infirmières surveillantes à l intention

Plus en détail

COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL

COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL Dossier : Cas : AM-1001-9453 CM-2001-5813 Référence : 2005 QCCRT 0202 Montréal, le 15 avril 2005 DEVANT LA COMMISSAIRE : Hélène Bélanger Serge Mainville c. Plaignant

Plus en détail

Règlement pour prévenir et contrer le harcèlement à l Université Laval

Règlement pour prévenir et contrer le harcèlement à l Université Laval Règlement pour prévenir et contrer le harcèlement à l Université Laval Approuvé : Conseil d administration (Résolution CA-2016-22) Modifié : Entrée en vigueur : 25 février 2016 Responsables de l application

Plus en détail

RÈGLEMENT DE RÉGIE INTERNE. Conseil du patrimoine culturel du Québec Loi sur le patrimoine culturel (L.R.Q., chapitre P-9.

RÈGLEMENT DE RÉGIE INTERNE. Conseil du patrimoine culturel du Québec Loi sur le patrimoine culturel (L.R.Q., chapitre P-9. 1 RÈGLEMENT DE RÉGIE INTERNE Conseil du patrimoine culturel du Québec Loi sur le patrimoine culturel (L.R.Q., chapitre P-9.002, article 98) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...2 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES...2

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D R mai 2006 PRÉSENT : M e Benoît Pepin, LL.M. Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse.

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D R mai 2006 PRÉSENT : M e Benoît Pepin, LL.M. Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse. D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2006-76 R-3594-2005 10 mai 2006 PRÉSENT : M e Benoît Pepin, LL.M. Régisseur Hydro-Québec Demanderesse Décision Détermination des méthodes comptables et financières

Plus en détail

Projet de loi n o 72. Loi concernant la prestation des services de soins infirmiers et des services pharmaceutiques. Présentation

Projet de loi n o 72. Loi concernant la prestation des services de soins infirmiers et des services pharmaceutiques. Présentation PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 Loi concernant la prestation des services de soins infirmiers et des services pharmaceutiques Présentation Présenté par M. Jacques Léonard

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 15 DÉCEMBRE 2000 SUR LE BARÈME DES APPOINTEMENTS MINIMAUX GARANTIS DES INGÉNIEURS ET CADRES À PARTIR DE L ANNÉE 2001

ACCORD NATIONAL DU 15 DÉCEMBRE 2000 SUR LE BARÈME DES APPOINTEMENTS MINIMAUX GARANTIS DES INGÉNIEURS ET CADRES À PARTIR DE L ANNÉE 2001 ACCORD NATIONAL DU 15 DÉCEMBRE 2000 SUR LE BARÈME DES APPOINTEMENTS MINIMAUX GARANTIS DES INGÉNIEURS ET CADRES À PARTIR DE L ANNÉE 2001 Les représentants : - de l Union des Industries Métallurgiques et

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE KAMOURASKA MUNICIPALITÉ DE SAINT-PACÔME

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE KAMOURASKA MUNICIPALITÉ DE SAINT-PACÔME PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE KAMOURASKA MUNICIPALITÉ DE SAINT-PACÔME RÈGLEMENT NUMÉRO 237 ADOPTION DU RÈGLEMENT NUMÉRO 237 DÉCRÉTANT LES RÈGLES DE CONTRÔLE ET DE SUIVI BUDGÉTAIRES ATTENDU QU en vertu du

Plus en détail

Renvoi(s) : Loi sur les impôts (L.R.Q., c. I-3), articles 32, , 311 (par. k.0.1), 336 (par. d.3.1), , 725 (par. a.

Renvoi(s) : Loi sur les impôts (L.R.Q., c. I-3), articles 32, , 311 (par. k.0.1), 336 (par. d.3.1), , 725 (par. a. BULLETIN D INTERPRÉTATION ET DES PRATIQUES ADMINISTRATIVES CONCERNANT LES LOIS ET LES RÈGLEMENTS Impôts IMP. 32-2/R4 Montant versé par un employeur à la suite d un accident du travail, d une maladie professionnelle

Plus en détail

Circulaire DRT du 13 janvier 2004 relative au calcul du SMIC dans les hôtels, cafés et restaurants

Circulaire DRT du 13 janvier 2004 relative au calcul du SMIC dans les hôtels, cafés et restaurants Circulaire DRT 2004-2 du 13 janvier 2004 relative au calcul du SMIC dans les hôtels, cafés et restaurants Références : Articles D 141-7 et D 141-8 du code du travail ; Circulaire DRT-DSS n 15/90 du 9 mars

Plus en détail

RÈGLES BUDGÉTAIRES VERSION APPROUVÉE LE 30 AOÛT 2012 GARDERIES SUBVENTIONNÉES FAITS SAILLANTS

RÈGLES BUDGÉTAIRES VERSION APPROUVÉE LE 30 AOÛT 2012 GARDERIES SUBVENTIONNÉES FAITS SAILLANTS Ce document présente de manière sommaire les principales modifications apportées aux règles budgétaires des garderies subventionnées 1. CYCLE BUDGETAIRE ET POLITIQUE DE VERSEMENT Le cycle budgétaire 2012-2013

Plus en détail

Plaignante. Entreprise DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

Plaignante. Entreprise DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 101807 Date : Le 19 mars 2014 Membre: M e Lina Desbiens Plaignante c. LA SOURCE (BELL) ÉLECTRONIQUES INC. Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu

Plus en détail

REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL : DECRETS D APPLICATION DE LA LOI DU 20 AOUT L essentiel

REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL : DECRETS D APPLICATION DE LA LOI DU 20 AOUT L essentiel N 128 SOCIAL n 49 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 04 décembre 2008 ISSN 1769-4000 REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL : DECRETS D APPLICATION DE LA LOI DU 20 AOUT 2008 L essentiel Suite à la parution

Plus en détail

PROTOCOLE DE RETOUR AU TRAVAIL (TRANSACTION) ENTRE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. (ci-après désignée la «l Université»)

PROTOCOLE DE RETOUR AU TRAVAIL (TRANSACTION) ENTRE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. (ci-après désignée la «l Université») PROTOCOLE DE RETOUR AU TRAVAIL (TRANSACTION) ENTRE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE (ci-après désignée la «l Université») ET SYNDICAT DES EMPLOYÉES ET EMPLOYÉS DE SOUTIEN DE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Du SYNDICAT

Plus en détail

Informations à l intention des syndicats du secteur public

Informations à l intention des syndicats du secteur public Informations à l intention des syndicats du secteur public Demandes de reclassification à la suite de l entrée en vigueur de la convention collective 2010-2015 Juin 2013 Informations à l intention des

Plus en détail

Projet de loi n o 35 (2009, chapitre 19)

Projet de loi n o 35 (2009, chapitre 19) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 35 (2009, chapitre 19) Loi modifiant le régime de santé et de sécurité du travail afin notamment de majorer certaines indemnités de décès

Plus en détail

Décision portant sur l application de la TPS Interprétation relative à la TVQ N/Réf. :

Décision portant sur l application de la TPS Interprétation relative à la TVQ N/Réf. : Direction des lois sur les taxes et l administration fiscale Sainte-Foy, le 19 septembre 2003 Objet : Décision portant sur l application de la TPS Interprétation relative à la TVQ N/Réf. : 03-0106207 La

Plus en détail

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. Secrétariat général

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. Secrétariat général Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents ϖϖϖϖϖ Service: Secrétariat général Code d'identification: R. CC. 12 Numéro de résolution: CC: 124/06/10

Plus en détail

pratiques Plan de formation professionnelle : l employeur doit consulter les élus avant le 1 er octobre Objet de la consultation

pratiques Plan de formation professionnelle : l employeur doit consulter les élus avant le 1 er octobre Objet de la consultation pratiques [comité d entreprise/formation professionnelle] Plan de formation professionnelle : l employeur doit consulter les élus avant le 1 er octobre Tous les ans, le comité d entreprise donne son avis

Plus en détail

Projet de loi n o 15

Projet de loi n o 15 CFP 009M C.P. P.L. 15 Gestion et contrôle des effectifs Projet de loi n o 15 Loi sur la gestion et le contrôle des effectifs des ministères, des organismes et des réseaux du secteur public ainsi que des

Plus en détail

INTERVENUE ENTRE, D'UNE PART, LA FÉDÉRATION DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DU QUÉBEC (FTQ) REPRÉSENTANT LES SALARIÉES ET SALARIÉS VISÉS PAR UNE

INTERVENUE ENTRE, D'UNE PART, LA FÉDÉRATION DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DU QUÉBEC (FTQ) REPRÉSENTANT LES SALARIÉES ET SALARIÉS VISÉS PAR UNE INTERVENUE ENTRE, D'UNE PART, LA FÉDÉRATION DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DU QUÉBEC (FTQ) REPRÉSENTANT LES SALARIÉES ET SALARIÉS VISÉS PAR UNE CONVENTION COLLECTIVE NÉGOCIÉE AVEC LE COMITÉ PATRONAL

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT Résolution : 312A-2005-2605 Adoptée par le conseil d administration Le 18 octobre 2005 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE 1 En raison de

Plus en détail

Décision du juge de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL)

Décision du juge de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL) Décision du juge de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL) rendue le 24 avril 2015, à Zurich, Suisse, par M. Philippe Diallo (France), juge de la CRL, au sujet d une plainte soumise par le joueur,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3048 Conventions collectives nationales PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE IDCC : 435. Acteurs IDCC : 14.

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS RÉGIMES DE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2014

LES DIFFÉRENTS RÉGIMES DE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2014 1 er avril 2014 LES DIFFÉRENTS RÉGIMES DE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2014 La loi du 26 décembre 2013 concernant l introduction d un statut unique entre ouvriers et employés en

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la fiscalité municipale

Loi modifiant la Loi sur la fiscalité municipale DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 440 (1998, chapitre 43) Loi modifiant la Loi sur la fiscalité municipale Présenté le 14 mai 1998 Principe adopté le 29 mai 1998 Adopté le

Plus en détail

X, demandeur. entreprise. de son client, certains renseignements «notamment eu égard aux suites à donner à votre

X, demandeur. entreprise. de son client, certains renseignements «notamment eu égard aux suites à donner à votre X, demandeur c. FINANCIÈRE SUN LIFE, entreprise L OBJET DU LITIGE : Le 13 février 2002, l avocat du demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir, au nom de son client, certains renseignements «notamment

Plus en détail

R-03 Règlement portant sur la gestion financière du Cégep. Adopté par le Conseil d administration le 29 avril 2013.

R-03 Règlement portant sur la gestion financière du Cégep. Adopté par le Conseil d administration le 29 avril 2013. R-03 Règlement portant sur la gestion financière du Cégep Adopté par le Conseil d administration le 29 avril 2013. REGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIERE DU CEGEP 1 TABLE DES MATIERES ARTICLE 1.00

Plus en détail

ENTRE. Le MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, représenté par L ORGANISME SCOLAIRE,

ENTRE. Le MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, représenté par L ORGANISME SCOLAIRE, Entente concernant l utilisation du système ADAN mis en place pour soutenir la gestion de l admissibilité à l enseignement en anglais dans les classes maternelles et les écoles primaires et secondaires

Plus en détail

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES ET DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS DE GROUPE FINANCIER HORIZONS

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES ET DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS DE GROUPE FINANCIER HORIZONS POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES ET DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS DE GROUPE FINANCIER HORIZONS 27 juillet 2014 TABLE DES MATIÈRES SECTION 1 : BUTS DE LA POLITIQUE 3 SECTION 2 : PERSONNE RESPONSABLE 4

Plus en détail

Suite à l analyse de votre lettre et des documents que vous nous avez fournis, nous comprenons que les faits pertinents sont les suivants :

Suite à l analyse de votre lettre et des documents que vous nous avez fournis, nous comprenons que les faits pertinents sont les suivants : Sainte-Foy, le 13 juin 2001 ************************* ********************************** ****************************** ******************************** **************************** Objet : Interprétation

Plus en détail

MÉTHODES DE CALCUL DES COTISATIONS POUR (RREGOP, RRCE, RRPE, RRAS, RRE, RRF et RRAPSC)

MÉTHODES DE CALCUL DES COTISATIONS POUR (RREGOP, RRCE, RRPE, RRAS, RRE, RRF et RRAPSC) MÉTHODES DE CALCUL DES COTISATIONS POUR 2015 (RREGOP, RRCE, RRPE, RRAS, RRE, RRF et RRAPSC) Site Web de la CARRA Vous trouverez le document Méthodes de calcul des cotisations pour 2015 dans la section

Plus en détail

Compilation administrative RÈGLEMENT NUMÉRO 958

Compilation administrative RÈGLEMENT NUMÉRO 958 Compilation administrative RÈGLEMENT NUMÉRO 958 DÉCRÉTANT L ÉTABLISSEMENT D UN PROGRAMME D AIDE FISCALE FAVORISANT LA REVITALISATION DE SECTEURS INDUSTRIELS DE LA VILLE DE MONTMAGNY Adopté par le conseil

Plus en détail

LOI DU 13 JUILLET concernant. les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle

LOI DU 13 JUILLET concernant. les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle LOI DU 13 JUILLET 2005 concernant les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle Assurance 247 Assurance 248 Chapitre 1: Définitions et champ d application L. 13.7.05 Art.

Plus en détail

2. Dans le présent règlement, on entend par : Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, par. c) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. c. C-26, r.56.

2. Dans le présent règlement, on entend par : Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, par. c) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. c. C-26, r.56. c. C-26, r.56.1 Règlement sur les normes d'équivalence de diplôme et de la formation aux fins de la délivrance d'un permis de l'ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles

Plus en détail

ENTENTE VISANT LE MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE POUR LE SECTEUR DE L'ÉDUCATION ÉTABLI CONFORMÉMENT AUX DISPOSITIONS DE LA LOI SUR L'ÉQUITÉ SALARIALE

ENTENTE VISANT LE MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE POUR LE SECTEUR DE L'ÉDUCATION ÉTABLI CONFORMÉMENT AUX DISPOSITIONS DE LA LOI SUR L'ÉQUITÉ SALARIALE ENTENTE VISANT LE MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE POUR LE SECTEUR DE L'ÉDUCATION ÉTABLI CONFORMÉMENT AUX DISPOSITIONS DE LA LOI SUR L'ÉQUITÉ SALARIALE ENTRE D UNE PART : LE COMITÉ PATRONAL DE NÉGOCIATION

Plus en détail

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES N O 1121-04-10 Politique : Politique de traitement des plaintes N o 1121-04-10 Adoption par le Conseil d administration : 2016/06/22 CDA-2016-158 Entrée en vigueur

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 89 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

Sainte-Foy, le 2 mars 2001

Sainte-Foy, le 2 mars 2001 Sainte-Foy, le 2 mars 2001 ************************** ************************** ************************** ******************** ********************************* Objet: Interprétation relative à la TPS

Plus en détail

SECTION 6 PRESTATIONS DE RETRAITE

SECTION 6 PRESTATIONS DE RETRAITE SECTION 6 PRESTATIONS DE RETRAITE 6.1 Modalités des rentes de retraite Un participant qui prend sa retraite reçoit une rente de retraite viagère payable mensuellement le premier jour de chaque mois, à

Plus en détail

LA NÉGOCIATION ENTRE NOS MAINS RELATIVITÉS SALARIALES

LA NÉGOCIATION ENTRE NOS MAINS RELATIVITÉS SALARIALES LA NÉGOCIATION ENTRE NOS MAINS 15 janvier 2016 entrenosmains.org RELATIVITÉS SALARIALES GUIDE SUR LES MODIFICATIONS QUI SERONT APPORTÉES À LA STRUCTURE SALARIALE DU SECTEUR PUBLIC EN 2019 EN FONCTION DE

Plus en détail

Publications. Communiqué spécial. Projet de loi visant la restructuration des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur universitaire

Publications. Communiqué spécial. Projet de loi visant la restructuration des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur universitaire Publications Communiqué spécial Projet de loi visant la restructuration des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur universitaire Le gouvernement du Québec a présenté le 11 novembre 2015

Plus en détail

ACCORD DU 14 SEPTEMBRE 2005 (1) Entre : Le syndicat professionnel des sociétés d aménagement foncier et d établissement

ACCORD DU 14 SEPTEMBRE 2005 (1) Entre : Le syndicat professionnel des sociétés d aménagement foncier et d établissement MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national SOCIÉTÉS D AMÉNAGEMENT FONCIER ET D ÉTABLISSEMENT RURAL (SAFER) DÉPART À LA RETRAITE ACCORD DU 14 SEPTEMBRE 2005

Plus en détail

2.1 Favoriser la conciliation entre les parties et une réponse rapide à leur demande.

2.1 Favoriser la conciliation entre les parties et une réponse rapide à leur demande. SECTION 1. OBJECTIF DE LA POLITIQUE 1. La présente politique a pour objectif de préciser les modalités d application du droit de révision accordé à un élève ou à ses parents par les articles 9 à 12 de

Plus en détail

RECOMMANDATION PATRONALE RELATIVE AUX SALAIRES MENSUELS MINIMA GARANTIS DANS LES ENTREPRISES ADHERENTES A LA FEDERATION DES ENSEIGNES DE L HABILLEMENT

RECOMMANDATION PATRONALE RELATIVE AUX SALAIRES MENSUELS MINIMA GARANTIS DANS LES ENTREPRISES ADHERENTES A LA FEDERATION DES ENSEIGNES DE L HABILLEMENT RECOMMANDATION PATRONALE RELATIVE AUX SALAIRES MENSUELS MINIMA GARANTIS DANS LES ENTREPRISES ADHERENTES A LA FEDERATION DES ENSEIGNES DE L HABILLEMENT A l issue des négociations sur les salaires menées

Plus en détail

MISE À JOUR AU 31 DÉCEMBRE 2014 DE L ÉVALUATION ACTUARIELLE

MISE À JOUR AU 31 DÉCEMBRE 2014 DE L ÉVALUATION ACTUARIELLE {Avis au lecteur sur l'accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 afin d' être accessible à toute personne handicapée ou non. Toutes les notices entre accolades

Plus en détail

Projet de loi n o 186. Loi assurant le maintien des services pharmaceutiques au Québec et modifiant la Loi sur l assurance maladie.

Projet de loi n o 186. Loi assurant le maintien des services pharmaceutiques au Québec et modifiant la Loi sur l assurance maladie. PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 186 Loi assurant le maintien des services pharmaceutiques au Québec et modifiant la Loi sur l assurance maladie Présentation Présenté par Madame

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la fiscalité municipale et la Loi sur les dettes et les emprunts municipaux

Loi modifiant la Loi sur la fiscalité municipale et la Loi sur les dettes et les emprunts municipaux PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 46 (1999, chapitre 31) Loi modifiant la Loi sur la fiscalité municipale et la Loi sur les dettes et les emprunts municipaux Présenté le 12

Plus en détail