Gestion des excrétas Grands et petits soucis de la région

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des excrétas Grands et petits soucis de la région"

Transcription

1 Gestion des excrétas Grands et petits soucis de la région Nord Pas de Calais Dr Karine Blanckaert Médecin Coordonnateur Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord-Pas de Calais 1

2 Une histoire ancienne? Maladies infectieuses transmises à l'homme par l intermédiaire des excrétas = péril fécale Epidémie de choléra à Paris 1832 transmission à l'homme par ingestion d'eau, d aliments souillés Transmission interhumaine via les mains sales portés à la bouche De nos jours la diarrhée infectieuse est à l'origine de 4% de tous les décès et atteint 2,2 millions de personnes dans le monde (données OMS) 2

3 Haussman n a rien inventé!!!! Cloaca maxima.des romains Tarquin l'ancien : construction d égout au VIIe - VIe siècle av. J.-C. à Rome Latrines publiques Source wikipedia 3

4 Au Nord c était 5

5 Incidence des EBLSE pour 1000 JH tous services Évolution de l incidence des EBLSE/1000JH région Nord Pas de Calais Nombre d hôpitaux NPC: 23 Nombre d hôpitaux réseau non NPC: 70 0,65 0,60 0,55 0,50 0,45 0,40 0,35 0,30 0,25 0,20 0,15 Réseau Paris-Nord NPDC Source: InVS, BMR Raisin,

6 C. difficile 027 Episodes d infection à C. difficile, par type de souche, France, janvier 2006 à mars 2007 (n=147) Source: InVS, Raisin, Avril

7 BMR, BHRe, Clostridium, norovirus..même combat? Pathogène Site de portage Transmission croisée Contamination de l environnement Clostridium difficile Tube digestif Entérobactérie productrice de βlse Tube digestif norovirus Tube digestif Diffusion en ville EPC, : enquête ICD Diarrhées aigues : réseau sentinelle 8

8 Les données régionales d observance les stratégies de prévention? 9

9 Les précautions standard? 13

10 pourcentage d'établissements Observance de l hygiène des mains? 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 84% ICSHA2 : 94% des établissements classés A ou B 20% 10% 0% 9% 2% 4% 1% 0% A B C D E F NC classe 2% Audit d opportunité HDM (2007): Avant et Apres soins : 58% Apres vidange sac urine 144/223 (86.8%) proportion utilisation des SHA : 75/223 (33.6 %) 14

11 Autres composantes des précautions standard? 3968 soins audités dans 77 établissements (2007) observance des 2 composants des PS à mettre en œuvre gants + tablier lors de la toilette génital : 16% Enquête Réseau Centre 2011 : Observance de la Protection de la tenue lors de la toilette : 29% Observance de la tenue de protection lors des changes : 17% 15

12 Stratégie inter-régionale de renforcement des Précautions standard lors de la gestion des excrétas 16

13 Rédaction de fiche technique

14 Gestion des excreta : Entretien du matériel Ne pas nettoyer dans la chambre du résident Proscrire l utilisation des douchettes de chambres (risque de projections de liquide biologique dans l environnement) un laveur désinfecteur soit thermique, soit chimique est recommandé pour le traitement des seaux de chaises, bassins, urinaux et bocaux de prélèvements. 18

15 Achat d un lave Bassin Cahier des charges : Fiches techniques CCLIN-ARLIN pour les EMS /EMS/V2013/CahierChar_LB_VDef.pdf Prévoir : Installation, mise en route, compatibilité du matériel maintenance Nettoyage Formation à son utilisation Se référer à la norme AFNOR NF EN ISO

16 Architecture d un local «utilitaires un local par unité de vie (Inrs) Respectant la marche en Avant vidoir ( entretien des chariots bio nettoyage) d un lavabo équipé pour le lavage les mains Lave bassin ( 1 /12-15 lits - guide BHRe HCSP) étagère de rangement des bassins propres sales» 20

17 21

18 Données Factuelles APHP : 43% des patients porteurs de change complet Enquête sur la gestion des excrétas au sein des hôpitaux de l APHP, S.Fournier SF2H 2013 Il est recommandé que les changes associés à la prévention des escarres et aux mobilisations systématiques soient bien organisés car il s agit de soins en série à haut risque de transmission croisée. Fréquences recommandé du change (ORIG) : 4-6 changes /jours 22

19 Stratégie régionale d évaluation de la gestion des excrétas 23

20 Enquête sur les équipements destinés à l élimination des excréta Description des patients présents le jour de l enquête : o Proportion de patients porteurs de changes o Proportion de patients ayant recours aux bassins Description des équipements Pratiques déclarées des soignants sur le management des bassins 24

21 Caractéristiques des patients Proportion de patients porteurs de changes et utilisateurs de bassins par spécialité Autre Psychiatrie Réa/Soins intensifs Pediatrie Chirurgie Médecine SLD SSR EHPAD total Nb patient utilisateurs de bassins pour elimination Nb de patient porteurs de changes complets 0% 20% 40% 60% 80% 100% 120% En Ehpad et en SLD les résidents sont majoritairement porteurs de changes En SSR et en SLD, ils peuvent être porteurs de changes et utilisateurs de bassin 25

22 Les équipements Equipements des chambres Proportion de lits avec WC individuel Absence de douchette rince-bassin Présence de couvercles de bassin 62,7% 63,41% 49,7% Porportion de WC individuels par spécialité Autre 59% Psychiatrie 79% Réa/Soins intensifs 100% Pediatrie 59% Chirurgie 61% Médecine 59% SLD 56% SSR 55% EHPAD 81% total 63% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 120% La proportion de chambre a 2 lits élevée! Mais plus favorable en EHPAD qu en milieu hospitalier 26

23 Les Lave bassins Répartition des lave-bassins : oui non Sans panne 57,67% 42,33% Avec maintenance préventive 45,71% 54,29% Avec un entretien tracé 24,23% 75,77% Utilisés 84,97% 15,03% Fonctionnels 90,49% 9,51% Accesibles 93,25% 6,75% Locaux lave-bassins Oui Non Mode de stokage adapté Présence de SHA Présence de point d'eau Présence de douchette Autre local 0 Local Spécifique

24 Les pratiques Autres indicateurs Formation sur la gestion des excreta Bassin entretenu directement au lave-bassin 35,8% 42,1% Rinçage sans lave-bassin Rinçage et désinfection sans lavebassin Rinçage et désinfection avant l'utilisation du lave bassin Rinçage avant l'utilisation du lavebassin Utilisation du Lave-bassin directement 0% 15% 30% 45% 60% 75% 90% 28

25 Outils d audit change au lit d un patient Une fiche technique ( aide à la rédaction d une procédure de soins) = référentiel Une grille d audit commune standardisée Un guide de l auditeur : principes de l audit aide au remplissage Une application informatique 29

26 Pré requis Respect des précautions standard (notamment l hygiène des mains, tablier plastique et gants à usage unique changés entre chaque patient). Entretien du plan de travail au préalable. Recommandations Fiche technique (1) -Matériel et produits sur un chariot de nursing. -Chariot réservé à cet usage, nettoyé régulièrement et reconditionné chaque jour. -Gants de toilette à usage unique (UU) ou à utilisation unique, à employer préférentiellement. Technique - Réaliser une hygiène des mains avant de prendre le matériel. - Revêtir un tablier plastique. - Déposer le matériel nécessaire sur un plan de travail. - Réaliser une hygiène des mains puis enfiler une paire de gants à UU. - Oter et éliminer la protection usagée dans un emballage primaire. - Eliminer les selles à l aide de papier absorbant - Réaliser une toilette génito-anale dans la mesure du possible du plus propre au plus sale. 30

27 Fiche technique (2) Technique - Eliminer les gants de toilette immédiatement après l utilisation. - Enlever les gants à UU et les éliminer. - Réaliser une hygiène des mains au retrait des gants. - Effectuer si besoin une prévention d escarre. - Veiller à ne pas souiller le mobilier, ni à poser le linge sur le sol, si la réfection du lit est nécessaire, - Remettre une nouvelle protection. - Réinstaller le patient. - Eliminer le tablier plastique et l emballage primaire. - Réaliser une hygiène des mains à la fin du change. 31

28 Résultats sur les observations réalisées en EHPAD Audit Change au lit d'un patient dépendant Description Periode du 00/01/1900 au 00/01/1900 Nombre d'observations : 216 Résultats Conformité Pré Requis * : 71% Conformité Technique** : 2% Conformité globale : 1% Hygiène des mains (HDM) HDM réalisée et adaptée avant le change HDM réalisée et adaptée après le port de gants HDM réalisée et adaptée en fin de change Port et élimination du tablier plastique 66,67% 40,3% 84,3% 23,6% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 42,6% Port et élimination des gants de soins 32

29 Evaluation du Coût des différentes méthodes d élimination des excreta Groupe de Travail Arlin-Ht Normandie : 0 sous la douche ( la plus risqué mais la moins cher!) 0,59 change complet 0,85 sac protecteur 0,92 Broyeur 1,12 à 1,16 lave Bassin 3,82 entretien manuel Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé Canada) : comparaison de 3 méthodes (lave bassin, Broyeur, sac de protecteur) les coûts de fonctionnement ( $) de l utilisation de sac protecteur (aucun coût d équipement), sont 12 fois plus élevés que ceux des lave-bassins et environ 1,5 fois plus élevés que ceux des broyeurs. ( cout en temps agent non pris en compte) %20Excretarisqueetcout.pdf MIS2009_Vol5_No4.pdf 33

30 Gestion des excrétas = stratégie de gestion Plusieurs scénarios de traitement des bassins de lit et de gestion des liquides biologiques doivent être envisagés. Dans un même établissement, on pourra adopter un système à plusieurs options : l économique ( ne rien faire!) Sécuritaire ( sacs protecteur à usage unique), Technique ( implantation du lave bassin ou de broyeur) Organisée ( évaluer la charge en soins et les pratiques) Les scénarios doivent être établis par chaque établissement en tenant compte des enjeux reliés à la prévention et au contrôle des infections, à la pénurie de ressources humaines, à l optimisation de l organisation du travail, aux coûts et au potentiel d aménagement des bâtiments. 34

31 En conclusion. Excerta = bombe bacteriologique Change = soin fréquent à haut risque de transmission croisée Change = un soins souvent banalisé Tenir compte : de l organisation architectural de l organisation des soins de la charge en soins 35

32 Les romains y sont arrivés pourquoi pas vous? 36

Gestion des excreta Grands et petits soucis de la région

Gestion des excreta Grands et petits soucis de la région Gestion des excreta Grands et petits soucis de la région Nord Pas de Calais Dr Karine Blanckaert Médecin Coordonnateur Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord-Pas de Calais Une

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015 Gestion des excréta Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS 20 mars 2015 Les excréta : c est quoi? Les excréta : (Mot latin n. m. pl.xixème siècle. participe passé de excernere (voir Excrément) excrementum)

Plus en détail

Excreta Les outils des CClin-Arlin

Excreta Les outils des CClin-Arlin Excreta Les outils des CClin-Arlin Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Dr Marine Giard Réunion, avril 2014 Contexte Epidémies liées à des

Plus en détail

Participation de l EOH à la rédaction du cahier des charges pour l achat de lave-bassins

Participation de l EOH à la rédaction du cahier des charges pour l achat de lave-bassins Participation de l EOH à la rédaction du cahier des charges pour l achat de lave-bassins Dr Huyghe Marie Pharmacien hygiéniste CH Saint Amand Les Eaux et Mme Mouchon Anne-Sophie Infirmière hygiéniste CH

Plus en détail

LA GESTION DES EXCRETA

LA GESTION DES EXCRETA LA GESTION DES EXCRETA Choix d équipements pour l entretien des bassins, chaises percées en MAS et EHPAD BARROUN Christelle, Infirmière Hygiéniste Unité de Prévention Des Risques Infectieux Associés Aux

Plus en détail

Le nouveau péril fécal

Le nouveau péril fécal Le nouveau péril fécal Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 15 avril 2014 Amphithéâtre Institut Louis Mathieu - Nancy De quoi parle t-on? Les excréta : concernent

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsable des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT

Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT V5 du 14/03/2011 Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT C Équipe Opérationnelle d Hygiène Service d Hygiène Hospitalière Nouvelles précautions complémentaires CONTACT Indications majoritaires

Plus en détail

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité Journée de formation hygiène Colines St-Brévin les Pins 26 janvier 2016 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Arlin Ile-de-France

Plus en détail

Les précautions standard en Ehpad

Les précautions standard en Ehpad Les précautions standard en Ehpad 2013 Les précautions standard Ensemble de bonnes pratiques visant à protéger le personnel dans la prise en charge des résidents quelque soit leur statut (infecté ou pas)

Plus en détail

Les risques liés aux excréta quand les organisations, les équipements, et les pratiques sont défaillants

Les risques liés aux excréta quand les organisations, les équipements, et les pratiques sont défaillants Les risques liés aux excréta quand les organisations, les équipements, et les pratiques sont défaillants Nous connaissons les risques Les excréta (selles, urines et vomissements) capacité de dissémination

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE I - Objet : PROCEDURE : Page 1/6 Cette procédure a pour objet de décrire les règles à suivre lors d un ou plusieurs cas de Clostridium difficile. II - Diffusion : Service Action / Info Date TOUS LES SERVICES

Plus en détail

Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées

Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Quelle tenue pour faire quoi? 5 ème rencontre départementale de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Mihaela Lupse (interne ARLIN)

11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Mihaela Lupse (interne ARLIN) 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Mihaela Lupse (interne ARLIN) Elimination des excréta = matières éliminées par l organisme. Les selles: réservoir

Plus en détail

Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents

Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents Hélène PADOVANI, Marseille Infirmière hygiéniste Dr Karine BLANCKAERT, Lille Praticien hygiéniste 1 LA MISE À DISPOSITION DES PHA EST

Plus en détail

Pour le groupe de travail Martine BESSON, cadre en hygiène hospitalière

Pour le groupe de travail Martine BESSON, cadre en hygiène hospitalière Les précautions complémentaires d hygiène en gériatrie Pour le groupe de travail Martine BESSON, cadre en hygiène hospitalière Constat Difficultés des EMS : «peur» des soignants / BMR par manque de connaissances

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 LES PRECAUTIONS STANDARD Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 1 UN PEU D HISTOIRE.. En 1985, découverte VIH = virus responsable du SIDA Protection des patients et du personnel Précautions Universelles

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe) Rencontre régionale des correspondants en hygiène du Limousin 28

Plus en détail

Le Cclin Sud Est propose «Excellence excreta» Outil d aide àla gestion des excreta

Le Cclin Sud Est propose «Excellence excreta» Outil d aide àla gestion des excreta Le Cclin Sud Est propose «Excellence excreta» Outil d aide àla gestion des excreta Marie Elisabeth Gengler Arlin RA RIPHH Lyon, 11 décembre 2014 Cadre de la proposition Evaluation des pratiques professionnelles

Plus en détail

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 2 - GEA Annexe n 2-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir ou contrôler une

Plus en détail

Gestion des excreta. Bonnes pratiques en EHPAD. Journée EHPAD-Lille10 mai 2011- D.Landriu. Définition. Concerne les matières éliminées par l organisme

Gestion des excreta. Bonnes pratiques en EHPAD. Journée EHPAD-Lille10 mai 2011- D.Landriu. Définition. Concerne les matières éliminées par l organisme Gestion des excreta Bonnes pratiques en EHPAD Définition Concerne les matières éliminées par l organisme les selles : réservoir majeur de bactéries commensales du tube digestif les urines : peuvent également

Plus en détail

Communiquer- Informer-Appliquer

Communiquer- Informer-Appliquer Communiquer- Informer-Appliquer Gastro-entérite Aigue en EHPAD Journée Interprofessionnelle 2012 Nathalie Armand - Équipe EHPAD Centre Hospitalier de Valence 1 Gastro-entérites Infections associées aux

Plus en détail

Précautions complémentaires contact

Précautions complémentaires contact Précautions complémentaires contact Quoi de plus par rapport aux précautions standard? N. Diguio Centre Hospitalier Emile Durkheim EPINAL 05/2013 Contexte Précautions standard Précautions complémentaires

Plus en détail

Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D.

Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D. Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D. Marie - Claude DERBIER Directrice CCAS de la ville de Valence SSIAD Fonctionnement Convention CH VAlence 2 Contexte Action d évaluation

Plus en détail

Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe

Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre 2013 A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe Adopté en conseil excécutif le 10/07/13 Parution le 29/08/13 A. BETTINGER- T. LAVIGNE / réunion régionale

Plus en détail

Ministère de la santé et des solidarités - DGS/DHOS - Cellule infections nosocomiales version juin 2006

Ministère de la santé et des solidarités - DGS/DHOS - Cellule infections nosocomiales version juin 2006 Bilan d'activités des centres de coordination de lutte contre les infections nosocomiales et de leurs antennes régionales (CCLIN) Fiche de synthèse annuelle ARLIN LORRAINE Domaines d activités Activités

Plus en détail

GESTION D UNE EPIDEMIE EN EHPAD

GESTION D UNE EPIDEMIE EN EHPAD GESTION D UNE EPIDEMIE EN EHPAD Colonisations à Entérocoques Résistants aux Glycopeptides (ERG) Floriane MARY Ehpad de Thiéblemont fmary@mdr-thieblemont.fr Le contexte : EHPAD Un lieu de vie et de convivialité

Plus en détail

Programme sécurité des patients et risque infectieux

Programme sécurité des patients et risque infectieux Programme sécurité des patients et risque infectieux Expérience Francilienne E Seringe, Arlin Idf Enjeux La qualité des soins constitue: La première attente des usagers vis-à-vis du système de santé, Un

Plus en détail

Prévention et gestion d IAS à travers 2 cas concrets

Prévention et gestion d IAS à travers 2 cas concrets Prévention et gestion d IAS à travers 2 cas concrets Marion Benouachkou IDE hygiéniste-sehh-chu Dijon Gestion à postériori Fin janvier 2009 : surveillance régulière faite par le service d hygiène : augmentation

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire 32èmes Journées d Etude et de Perfectionnement de l UNAIBODE, Lyon, mai 2015 Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

La réfection du lit dans les établissements. Catherine Boucher Infirmière hygiéniste CH-Saint-Nazaire

La réfection du lit dans les établissements. Catherine Boucher Infirmière hygiéniste CH-Saint-Nazaire La réfection du lit dans les établissements Catherine Boucher Infirmière hygiéniste CH-Saint-Nazaire Un peu d histoire Sous Louis XIV 9 par lit 3 à 6 jusqu au début du XIX Même en période d épidémie: draps,

Plus en détail

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES, LES NOUVEAUTÉS, SPÉCIFICITÉS EN CANCEROLOGIE ET HEMATOLOGIE (isolement protecteur). Soirée thématique régionale ONCOLIE 25 juin 2015 Véronique DENIZOT

Plus en détail

Pôle médico technique. Unité d Hygiène Hospitalière

Pôle médico technique. Unité d Hygiène Hospitalière L APPROCHE DE L ESTIMATION DES RISQUES DE TRANSMISSION CROISEE MANUPORTEE PAR EXPRESSION DE LA CRITICITE : UN EXEMPLE D APPLICATION DANS LE CADRE DES SOINS DE NURSING DU PATIENT DEPENDANT L. Thiriet Unité

Plus en détail

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR)

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) APHAL Mardi 15 septembre 2015 Dr E. POIRIER ARLIN Lorraine La résistance aux antibiotiques o existait bien avant leur utilisation chez l

Plus en détail

Enquête sur la gestion des excreta au sein des hôpitaux de l AP-HP

Enquête sur la gestion des excreta au sein des hôpitaux de l AP-HP Enquête sur la gestion des excreta au sein des hôpitaux de l AP-HP Margaux Lepainteur, Simone Nérome, Gisèle Bendjelloul, Brigitte Cottard-Boulle, Catherine Monteil, Michèle Huang, Vincent Jarlier, Sandra

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée liée aux excreta

Prévention de la transmission croisée liée aux excreta Prévention de la transmission croisée liée aux excreta Audit change au lit du patient dépendant Enquête sur les équipements destinés à l élimination des excreta Baghdadi Nouara- VII ème journée d information

Plus en détail

SPIN Référence : Mesures proposées pour la prise en charge d une parturiente. porteuse d une BHRe

SPIN Référence : Mesures proposées pour la prise en charge d une parturiente. porteuse d une BHRe Page : 1/6 Situation Description Conséquences Commentaires Gestion des patients contacts Situation 1 Situation 2 Situation 3 PS+PCC partiellement appliquées PS+PCC seules, mais parfaitement appliquées

Plus en détail

C est quoi une BHRe?

C est quoi une BHRe? Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR

Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR Champagne-Ardenne Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR Résultats 2008 de l ensemble des établissements participants en Champagne-Ardenne Janvier 2009 Sommaire Liste

Plus en détail

Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique

Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique Équipe Opérationnelle d Hygiène Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique Dr Salauze, Mme Chauvin, Mme Rossi (EOH Hôpital Trousseau)

Plus en détail

Etat des lieux des connaissances des précautions standard en EHPAD sur le territoire de Gray

Etat des lieux des connaissances des précautions standard en EHPAD sur le territoire de Gray Etat des lieux des connaissances des précautions standard en EHPAD sur le territoire de Gray 2 e journée régionale «hygiène et prévention des infections en EMS» 12 novembre 2014 Sara Guierdet Infirmière

Plus en détail

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD»

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» Travail de groupes Nîmes le 30 mars 2012 1 1ère situation Vous êtes IDE/AS, vous allez faire une toilette à un résident et refaire son lit. Vous réalisez

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Les précautions standard Auteur : V.DENIZOT Public : Étudiants DU d Hygiène Hospitalière Besançon Version : janvier 2012 Années 80: endémie SIDA : protéger le personnel contre les infections d origine

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

EPP. Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries résistantes aux antibiotiques (BMR) Gestion des excreta. Analyse d un scénario clinique

EPP. Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries résistantes aux antibiotiques (BMR) Gestion des excreta. Analyse d un scénario clinique EPP Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries résistantes aux antibiotiques (BMR) Gestion des excreta Analyse d

Plus en détail

Plan local de gestion d une situation épidémique

Plan local de gestion d une situation épidémique Plan local de gestion d une situation épidémique CONTEXTE Le plan stratégique national de prévention des infections associées aux soins 2009-2013 prévoit que les établissements de santé intègrent aux plans

Plus en détail

Hygiène des mains et port de gants

Hygiène des mains et port de gants Hygiène des mains et port de gants Dr Agnès VINCENT 2 e Journée de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS et IME 2 Octobre 2014 -Lyon Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

SOFOMEC 2010 HYGIENE. Dr V.Caverivière U.M.A Hygiène Hospitalière

SOFOMEC 2010 HYGIENE. Dr V.Caverivière U.M.A Hygiène Hospitalière SOFOMEC 2010 HYGIENE LES PRECAUTIONS STANDARD Elles s appliquent à tous les patients lors de tout risque de contact avec : du sang, des liquides biologiques contenant ou non du sang macroscopiquement visible,

Plus en détail

Débriefing sur la chambre des erreurs. Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus

Débriefing sur la chambre des erreurs. Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus Débriefing sur la chambre des erreurs Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus Cet atelier a été préparé par un groupe d hygiénistes de la région

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

P.Battagliotti/ESPRI/HCL

P.Battagliotti/ESPRI/HCL Toilette du nouveau-né: né: audit des pratiques professionnelles et parentales en pouponnière P.Battagliotti/ESPRI/HCL 1 Contexte de l étude Toilette = acte de soin engendrant risque infectieux pour le

Plus en détail

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS RELECTURE ET MISE A JOUR LE 6 AOUT 2012 OBJET Décrire la technique de réalisation du bio nettoyage appliquée dans

Plus en détail

Les infections associées aux soins en EHPAD dans le cadre du plan stratégique national

Les infections associées aux soins en EHPAD dans le cadre du plan stratégique national Les infections associées aux soins en EHPAD dans le cadre du plan stratégique national 2009-2013 2013 1ère journée régionale HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD - mardi 24 novembre 2009

Plus en détail

Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015

Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015 Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015 Gestion des risques et IAS Plusieurs situations: Prévention au quotidien (1) Plan de lutte défini par le ministère, procédures,

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe)

Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) Dr E. Poirier, K. Guerre PH responsable ARLIN Lorraine Nancy, le 4 octobre 2013 Point sur la situation en Lorraine Septembre

Plus en détail

HYGIÈNE DES MAINS. Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016

HYGIÈNE DES MAINS. Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016 HYGIÈNE DES MAINS Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016 DÉFINITIONS Hygiène: Ensemble des règles et pratiques relatives à la santé (Petit Larousse) L hygiène hospitalière concerne la lutte

Plus en détail

Prévention des IAS en HAD

Prévention des IAS en HAD Prévention des IAS en HAD S. Monier CClin Sud-Est 28 mars RIPHH Marseille Prévention des IAS en HAD Guide paru en 2012 Coordonné par: C. Chapuis, médecin hygiéniste de l équipe intersectorielle de la prévention

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Ce quizz vous est proposé par L Équipe Opérationnelle d Hygiène Les précautions standard 1- C est vrai! «La désinfection des mains par friction est significativement plus efficace sur le plan microbiologique

Plus en détail

Excellence excreta? Autodiagnostic à l usage des unités des établissements de santé et médico-sociaux

Excellence excreta? Autodiagnostic à l usage des unités des établissements de santé et médico-sociaux xcellence excreta? Autodiagnostic à l usage des unités des établissements de santé et médico-sociaux Guide d'utilisation Contexte La lutte contre les bactéries multirésistantes (BMR) aux antibiotiques

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Contexte démographique

Contexte démographique Programme de prévention du risque infectieux en établissements d hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) Drôme Dr Philippe BURLAT DDASS de la Drôme Contexte démographique 21%> 60 ans 8 % > 75

Plus en détail

Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience

Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES PRECAUTIONS STANDARD C est un ensemble de recommandations : Hygiène des mains Port de gants Tenue de protection : surblouse ou tablier, masques, lunettes Surfaces

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Les précautions standard Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Cadre réglementaire r et Recommandations Décret 4 mai 1994 (protection des travailleurs)

Plus en détail

Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile

Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile Dr L. Simon Centre de Coordination de Lutte contre les Infections Nosocomiales de l Est Dr L. Simon - CClin Est Introduction

Plus en détail

Hygiène des mains et prévention du risque infectieux

Hygiène des mains et prévention du risque infectieux JOURNEE DE FORMATION DU PRINTEMPS DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE Jeudi 2 avril 2015 Hygiène des mains et prévention du risque infectieux Sandrine BIANGOMA, PH hygiène Monique BRUN, cadre hygiène

Plus en détail

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour :

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de tri et de stockage du linge sale. Résumé des modifications intervenues : Le code couleur

Plus en détail

Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols

Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols Christine Lebaron IDE Hygiéniste, CHU de Rouen Véronique Bellet - IDE Hygiéniste, CHU de Rouen/

Plus en détail

GESTION DES EXCRETA 3 cas d'infections urinaires à Citrobacter freundii multi-résistant en chirurgie

GESTION DES EXCRETA 3 cas d'infections urinaires à Citrobacter freundii multi-résistant en chirurgie GESTION DES EXCRETA 3 cas d'infections urinaires à Citrobacter freundii multi-résistant en chirurgie Les excreta Concerne les matières éliminées par l organisme les selles : réservoir majeur de bactéries

Plus en détail

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne L Arlin est une structure régionale d appui et de conseils pour les établissements de santé, les établissements médico-sociaux

Plus en détail

Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1

Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1 Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en 2014 Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1 Présentation du CH de Niort Département des Deux-Sèvres

Plus en détail

H.A.S GRILLE D AUTO EVALUATION 2 ème PROCEDURE V2007 Chapitre 4 Référence. 41 : L évaluation des risques liés aux soins

H.A.S GRILLE D AUTO EVALUATION 2 ème PROCEDURE V2007 Chapitre 4 Référence. 41 : L évaluation des risques liés aux soins N de l Action/programme : Intitulé de l action/p rogramme : l HYGIENE DES MAINS Elément d appréciation (EA) Réponses aux EA (Présent : OUI, EN PARTIE, NON) Commentaires des EA (Noter les informations pertinentes

Plus en détail

PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS

PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS MAS FAM BARROUN Christelle, Infirmière Hygiéniste Unité de Prévention Des Risques Infectieux Associés Aux Soins EPSM des Flandres PREAMBULE LES MICRO ORGANISMES ET NOUS Nous

Plus en détail

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Risques infectieux en Hémodialyse Cas pratique Analyse Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Cas d infections nosocomiales virales Méthode d analyse 1. Description de l événement

Plus en détail

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier de Valence

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Niveau 1: Le risque

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2015

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2015 RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2015 Programme d actions 2015 - Poursuivre la démarche qualité : amélioration continue de la qualité et de la - sécurité des soins. Prévention, gestion des risques associés

Plus en détail

Rotavirus Prévention des infections nosocomiales à rotavirus :

Rotavirus Prévention des infections nosocomiales à rotavirus : Rotavirus Prévention des infections nosocomiales à rotavirus : Evaluation des pratiques dans un service de pédiatrie. Nathalie Chevallier EOH du C.H. Sud Essonne Dourdan-Etampes Virus responsable de gastro-entérites,

Plus en détail

Entérocoque résistant aux glycopeptides : Point sur l épisode régional de l été 2013

Entérocoque résistant aux glycopeptides : Point sur l épisode régional de l été 2013 Entérocoque résistant aux glycopeptides : Point sur l épisode régional de l été 2013 Dr H Marini Unité de Prévention des Infections Nosocomiales CHU-Hôpitaux de Rouen Hygiène et Prévention du Risque Infectieux

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 22 novembre 2012 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Prévention primo-secondaire

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Règles d hygiène Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques Objectifs du soin Appliquer les bonnes pratiques afin de réduire le risque infectieux

Plus en détail

Aucun rapatriement sanitaire ne peut se faire directement : entre la société de rapatriement et un établissement de santé sans contact préalable et

Aucun rapatriement sanitaire ne peut se faire directement : entre la société de rapatriement et un établissement de santé sans contact préalable et Aucun rapatriement sanitaire ne peut se faire directement : entre la société de rapatriement et un établissement de santé sans contact préalable et une validation de la DGS (règlementation par circulaire)

Plus en détail

Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes

Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes Quelle problématique? épidémiologie nationale et régionale Emmanuelle MARTIN PH Hygiéniste CHI Elbeuf-Louviers XIIe journée régionale de

Plus en détail

Le Signalement des Infections. Nosocomiales : Intérêts, bilan et perspectives. Jouzeau N., Hoff O., Simon L., Rabaud C.

Le Signalement des Infections. Nosocomiales : Intérêts, bilan et perspectives. Jouzeau N., Hoff O., Simon L., Rabaud C. Le Signalement des Infections Nosocomiales : Intérêts, bilan et perspectives Jouzeau N., Hoff O., Simon L., Rabaud C. 18ème Journée Régionale d'hygiène, ARLIN Lorraine Centre de Coordination de Lutte Contre

Plus en détail

INTERET de l EVALUATION des RISQUES dans la PREVENTION de la TRANSMISSION CROISEE des BHRe : METHODE et OUTIL

INTERET de l EVALUATION des RISQUES dans la PREVENTION de la TRANSMISSION CROISEE des BHRe : METHODE et OUTIL INTERET de l EVALUATION des RISQUES dans la PREVENTION de la TRANSMISSION CROISEE des BHRe : METHODE et OUTIL Journée CCLIN-ARLIN Strasbourg 17 avril 2014 EOH du réseau BHRe d Alsace A. BETTINGER, CSH,

Plus en détail

14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014. Francine Delaisements Murielle Siharath

14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014. Francine Delaisements Murielle Siharath 14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014 Francine Delaisements Murielle Siharath CH L Aigle CH Flers QUIZZ Une ou plusieurs réponses possibles Question 1 Les «excreta»,

Plus en détail

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 BMR et BHRe Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 Rappel : mise en évidence bactéries Prélèvements : hémocultures, LBA, LCR, prélèvements

Plus en détail

Amélioration du tri du linge : au plus près des patients

Amélioration du tri du linge : au plus près des patients Amélioration du tri du linge : au plus près des patients XI e Journée régionale de prévention des infections associées aux soins ROUEN Jeudi 11 Avril 2013 Monique Picard - Unité de gestion du risque infectieux

Plus en détail

Précautions standard. Liliane Henry, Cadre de santé hygiéniste ARLIN Basse-Normandie Marie-Line Levallois, IDE hygiéniste CH de Vire

Précautions standard. Liliane Henry, Cadre de santé hygiéniste ARLIN Basse-Normandie Marie-Line Levallois, IDE hygiéniste CH de Vire Précautions standard Liliane Henry, Cadre de santé hygiéniste ARLIN Basse-Normandie Marie-Line Levallois, IDE hygiéniste CH de Vire 14 ème journée ARLIN-RRHBN 25 septembre 2014 1 Depuis la nuit des temps

Plus en détail

Dr Justine MILLON. Auteur:

Dr Justine MILLON. Auteur: Epidémiologie des bactéries multirésistantes aux antibiotiques au Centre Hospitalier Régional Félix-Guyon de Saint Denis de la Réunion en 2009 et Etude des connaissances et des pratiques des médecins généralistes

Plus en détail

BMR: faut il avoir peur?

BMR: faut il avoir peur? BMR: faut il avoir peur? Journée annuelle 9 février 2012 «Prévention du risque infectieux en EHPAD d Ile-de-France» Un résident porteur d une BMR: que faire en EHPAD? BMR = Bactéries Multi Résistantes

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION INTRODUCTION L'hygiène

Plus en détail

AUDIT PORT DE GANTS RESEAU ANJELIN 2013 et 2015

AUDIT PORT DE GANTS RESEAU ANJELIN 2013 et 2015 AUDIT PORT DE GANTS RESEAU ANJELIN 2013 et 2015 Réseau ANJELIN 17 novembre 2015 Véronique Bigot Infirmière Hygiéniste Coordinatrice Réseau ANJELIN Contexte Mésusage des gants mis en évidence lors des audits

Plus en détail