Innovations techniques dans l élevage de bovins allaitants à l île de la Réunion : Modification des pratiques et adaptation à l environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Innovations techniques dans l élevage de bovins allaitants à l île de la Réunion : Modification des pratiques et adaptation à l environnement"

Transcription

1 Innovations techniques dans l élevage de bovins allaitants à l île de la Réunion : Modification des pratiques et adaptation à l environnement D. Niobé,, J-P. J Choisis, E. Chia Les éleveurs du Sud face aux changements Journée e EPE, Montpellier, 1 er septembre 2006

2 Sommaire I- Contexte général II- Problématique III- Corpus théorique IV- Méthodologie V- Cas d un engraisseur VI- Innovation technique et flexibilité VII-Conclusion

3 I-Contexte général A-Un secteur agricole en mutation Part de la production agricole dans le PIB réunionnais : Années 50 : 90% 2000 : 7% Population agricole réunionnaise: r 1981 : : Productivité accrue : une politique d innovationd Un secteur dynamique, en particulier avec de nouvelles filières

4 B-L élevage bovin: une filière jeune et dynamique Une activité très récente (mise en place dans les années 70) Une coopérative, la SicaRévia : modèle organisationnel * Naisseurs dans les Hauts * Engraisseurs dans les Bas *.- 80% des abattages de gros bovins 30% de parts de marché Soutenue par les pouvoirs publics (aides)

5 C-Des contraintes spécifiques Importations en viande: 70% de la consommation locale Objectif de la SicaRévia: 30 % du marché des GMS Petites exploitations en grande majorité Application stricte de la réglementation européenne. Limites : exiguïté du territoire, concurrence sur l espace coûts de production moyens : 2 X plus élevés qu en Métropole (import de tous les intrants et équipements) Mesures financières spécifiques (POSEIDOM, etc.) pour compenser les handicaps structurels.

6 D-La production bovine allaitante Evolution de la production bovine à la Réunion Tonnes équivalent carcasses Nombre d'éleveurs Production hors Sica Part SicaRevia Eleveurs SicaRevia Une augmentation constante qui stagne depuis 2003

7 II-Problématique A-Enjeux Inquiétudes des éleveurs : évolution du contexte (métier et aides publiques PAC en POSEIDOM en 2007) malgré l efficacité du système coopératif à garantir la valorisation et l écoulement des produits (marché sécurisé) Réflexion des professionnels sur de nouveaux modèles d exploitation à promouvoir auprès des éleveurs (accroître la productivité versus maintenir un «modèle social») Nécessité des éleveurs de s adapter tout en maintenant les objectifs et la cohérence dans le fonctionnement de leur exploitation.

8 B-Problématique d étude Analyser et appréhender le comportement de l éleveur vis à vis de l adoption de nouvelles techniques Apprécier sa capacité à conduire des changements Evaluer comment il intègre les incertitudes de son environnement dans la gestion de son exploitation

9 III-Corpus théorique mobilisé Théorie du comportement adaptatif des agriculteurs Postulat de cohérence, projet de l éleveur, ses objectifs Plus que la situation, la perception de la situation Comprendre l adoption d innovations techniques Concept de Flexibilité ( éco. industrielle, sc. de gestion) Stratégique-opérationnelle / réactive-proactive Spécifier la «capacité d adaptation» des organisations /aléas et la nature des variables explicatives de ce concept Capacité à adopter des innovations faisant face aux évolutions de l environnement

10 IV-Méthodologie valeur en Euros Exemple : Analyse de la trésorerie de M. X Démarche monographique (étude de cas) (Niobé, 2003) Entretiens compréhensifs et semi-directifs identifier les projets, le fonctionnement des élevages Analyse des flux et des pratiques de trésorerie (E. Chia) Les décisions prises à la suite d innovations Un «objet intermédiaire» pour discuter des raisons qui ont amenées à la prise de décision Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Mois

11 Pratiques liées aux besoins du cycle de production, de la famille et à son environnement Crédit à CT OCCC (découvert) prêt embouche emprunt à CT Prélèvements privés utilisation de l épargne Décalage des paiements Choix du mois de paiement des annuités Période de vente Les supports relevés bancaires factures cahier d enregistrement documents comptables talons du chéquier

12 V- Cas d un engraisseur A-Présentation générale de l exploitation 7Ha de SAU 2,5 UTA 5 ateliers : Végétal : canne à sucre, foin Animal: génisses, vaches réforme, veaux de boucherie Quotas pour l atelier engraissement : 30 génisses, 40 veaux de boucherie. Prestations de service (transport) Son épouse, une activité salariée : secrétaire de direction

13 B - Son projet, ses objectifs, sa situation Engraisser 70 génisses (pour un quota de 30) Organisation de sa production modifiée : Un nouveau bâtiment aux normes, mécanisation des tâches (coupe, récolte, nourriture des animaux) coûts élevés d investissement à MT Diversité des lots d animaux entrants (peu d exigence sur leur qualité) Articulation entre rentabilité des investissements et conduite technique des lots d animaux

14 C- Adoption d innovations : conséquence sur les pratiques gestionnaires Écart entre la trésorerie prévue et celle réalisée : rend compte de l écart entre sa perception de la situation et sa situation réelle Mortalité d animaux Trésorerie prévue Trésorerie réelle Début de la coupe Mise aux normes Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Réparation du tracteur

15 B - Son projet, ses objectifs, sa situation L adoption d innovations techniques a provoqué: Un accroissement de la productivité technique: Poids carcasse vendu (kg) Mais des difficultés économiques Montant des annuités ( ) Intérêt de notre démarche méthodologique : révéler les pratiques de gestionnaires mises en œuvre pour y faire face

16 VI- Innovation technique et flexibilité Les stratégies d innovation obligent les éleveurs à modifier leurs «pratiques de trésorerie», en jouant sur les flux entrant et sortant au cours de la campagne, pour accroître/maintenir leur flexibilité opérationnelle : montants et dates des prélèvements privés (arbitrage entre les besoins de la famille et de l exploitation) choix des dates de remboursement des prêts / vente des animaux (disposition de trésorerie à échéance de la dette) ouverture de crédits en compte courant (disponibilité monétaire pour faire face à des dépenses de campagne) Certaines pratiques sont très liées au «capital social» de l éleveur qui lui permet de négocier avec son environnement (Banque / prêts; Fournisseurs / dates de paiement).

17 VII-Conclusion Les stratégies d innovation technique ont pour but d accroître la capacité des élevages à s adapter aux évolutions de leur contexte de production Une étude monographique révèle que leur mise en oeuvre engendre, en même temps, une modification des pratiques gestionnaires des éleveurs à court terme De nombreux travaux montrent que les agriculteurs raisonnent leurs choix sur le court-moyen terme. A partir d un objet intermédiaire tel que la courbe de trésorerie, il est possible d appréhender les causes pouvant freiner les agriculteurs dans l adoption d une innovation préconisée

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

EPREUVE N 2. Etude de cas spécifique à l option. (coefficient : 2 Durée : 4 heures) Matériel autorisé : calculatrice

EPREUVE N 2. Etude de cas spécifique à l option. (coefficient : 2 Durée : 4 heures) Matériel autorisé : calculatrice CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS CERTIFIES DE L ENSEIGNEMENT AGRICOLE (CAPESA) SESSION 2006 Concours : EXTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques

Plus en détail

FORMATION ET REPARTITION DES GAINS DE PRODUCTIVITE EN ELEVAGES BOVIN VIANDE

FORMATION ET REPARTITION DES GAINS DE PRODUCTIVITE EN ELEVAGES BOVIN VIANDE FORMATION ET REPARTITION DES GAINS DE PRODUCTIVITE EN ELEVAGES BOVIN VIANDE VEYSSET P., LHERM M., NATIER P., BOUSSEMART J.P. UMR1213 Herbivores, INRA, VetAgro Sup, 63122 Saint Genès Champanelle patrick.veysset@inra.fr

Plus en détail

L engraissement dans les

L engraissement dans les L engraissement dans les exploitations bovines en France opportunité économique ou production à part entière? Patrick SARZEAUD Institut de l Elevage www.idele.fr Introduction L engraissement de bovins

Plus en détail

UC8 ETUDE DE CAS DE M. LUCAS

UC8 ETUDE DE CAS DE M. LUCAS UC8 ETUDE DE CAS DE M. LUCAS Nom : Prénom : Groupe : Date : Objectifs : Etablir un diagnostic financier d une exploitation agricole. Calculer et commenter quelques indicateurs économiques. Commenter le

Plus en détail

Comité Bovins viande. Situation des marchés : bilan 2014, perspectives janvier 2015 Montreuil

Comité Bovins viande. Situation des marchés : bilan 2014, perspectives janvier 2015 Montreuil Comité Bovins viande Situation des marchés : bilan 214, perspectives 215 22 janvier 215 Montreuil LE MARCHÉ FRANÇAIS Le marché des broutards 2 Disponibilité en bovins allaitants de 8-12 mois en 214 1 têtes

Plus en détail

Jeudi 13 Février «Le Marché de la Viande Bovine» Alain PASSERIEUX Directeur OP GLBV

Jeudi 13 Février «Le Marché de la Viande Bovine» Alain PASSERIEUX Directeur OP GLBV Jeudi 13 Février 2014 «Le Marché de la Viande Bovine» Alain PASSERIEUX Directeur OP GLBV Une année 2013 marquée par : Une insuffisance de l Offre, surtout pour les génisses et les vaches de boucherie (>

Plus en détail

Comité Bovins viande. Situation des marchés : bilan 2013, perspectives janvier 2014 Montreuil

Comité Bovins viande. Situation des marchés : bilan 2013, perspectives janvier 2014 Montreuil Comité Bovins viande Situation des marchés : bilan 213, perspectives 214 28 janvier 214 Montreuil LE MARCHÉ FRANÇAIS Broutards : un repli des exportations en début d année avant une reprise liée à une

Plus en détail

ÉVOLUTION DU PRIX DE VENTE PAR CATÉGORIE D'ANIMAUX SUR LES 27 DERNIÈRES ANNÉES. courants constants % + 49 %

ÉVOLUTION DU PRIX DE VENTE PAR CATÉGORIE D'ANIMAUX SUR LES 27 DERNIÈRES ANNÉES. courants constants % + 49 % ÉVOLUTION DU PRIX DE VENTE PAR CATÉGORIE D'ANIMAUX SUR LES 27 DERNIÈRES ANNÉES Un produit qui résiste beaucoup mieux que les autres produits bovins (en euros/kg carcasse) 1984 2011 Evolution 2011/1984

Plus en détail

Type de procédure : Procédure adaptée sans mise en concurrence obligatoire

Type de procédure : Procédure adaptée sans mise en concurrence obligatoire AVIS DE CONSULTATION Création d un nouveau produit issu d une filière bovine locale : le Très Jeune Bovin Contre-expertise d un premier positionnement marketing et étude de faisabilité transformation,

Plus en détail

ELEVAGES BOVINS CHAROLAIS AB : PRODUITS ET COUT DE PRODUCTION. Commission bio d INTERBEV Sommet de l Elevage 3 octobre 2013

ELEVAGES BOVINS CHAROLAIS AB : PRODUITS ET COUT DE PRODUCTION. Commission bio d INTERBEV Sommet de l Elevage 3 octobre 2013 ELEVAGES BOVINS CHAROLAIS AB : PRODUITS ET COUT DE PRODUCTION Commission bio d INTERBEV Sommet de l Elevage 3 octobre 2013 VEYSSET P., INRA Clermont-Theix, 63122 Saint-Genès Champanelle, veysset@clermont.inra.fr

Plus en détail

Les atouts de la race Salers face au coût de production

Les atouts de la race Salers face au coût de production Les atouts de la race Salers face au coût de production Christian VEILLAUX, Chambre d agriculture 35 Vos avis à priori Plan Rappel des définitions Concepts : coût de production, prix de revient Prix d

Plus en détail

L économie de la filière veau de boucherie dans l UE Situation et perspectives. Jean.Claude GUESDON et Valérie NOËL GEB - Institut de l Elevage

L économie de la filière veau de boucherie dans l UE Situation et perspectives. Jean.Claude GUESDON et Valérie NOËL GEB - Institut de l Elevage L économie de la filière veau de boucherie dans l UE Situation et perspectives Jean.Claude GUESDON et Valérie NOËL GEB - Institut de l Elevage Plan de l exposé I Quelques repères sur la production la consommation

Plus en détail

EFERENTIEL PORCIN ILE DE LA REUNION

EFERENTIEL PORCIN ILE DE LA REUNION REFE EFERENTIEL PORCIN ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide du Ministère de l Agriculture, du Ministère de l Outre-mer l Outre et de l ODEADOM, le projet «Réseaux

Plus en détail

Élevage bovins allaitants biologique du Massif Central :

Élevage bovins allaitants biologique du Massif Central : Élevage bovins allaitants biologique du Massif Central : Analyse des résultats technico-économiques Veysset P. 1, Bébin D. 1, Bécherel F. 2 1 INRA, Unité Économie de l Élevage UR506, Clermont-Theix 2 Institut

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNICO-ECONOMIQUE BOVIN VIANDE

REFERENTIEL TECHNICO-ECONOMIQUE BOVIN VIANDE REFERENTIEL TECHNICO-ECONOMIQUE BOVIN VIANDE La filière bovin viande se compose de plusieurs types de systèmes (naisseurs, reproducteurs, engraisseurs, ) avec ou sans diversification végétale et animale.

Plus en détail

Conférence de presse. 11 avril Philippe Chalmin, Président de l Observatoire de la formation des prix et des marges des. produits alimentaires

Conférence de presse. 11 avril Philippe Chalmin, Président de l Observatoire de la formation des prix et des marges des. produits alimentaires Conférence de presse 11 avril 2016 Philippe Chalmin, Président de l Observatoire de la formation des prix et des marges des 1 produits alimentaires PLAN Cadre général des prix Aperçu par produit (prix,

Plus en détail

La filière bovins viande en Drôme

La filière bovins viande en Drôme La filière bovins viande en Drôme Assises de l'agriculture. Filière BOVINS VIANDE. Evolution 2 à 29 Nombre de bovins viande en hausse entre 1995 et 28 VACHES GENISSES 5 14 45 4 12 35 1 nombre de vaches

Plus en détail

Les systèmes de production caprine

Les systèmes de production caprine Les systèmes de production caprine Eléments structurants, diversité, exemples Document réalisé par l Institut de l Elevage 1 Les systèmes de production L étude d un système de production s intéresse à

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RAPIDE SUR LES RESSOURCES ALIMENTAIRE DU BETAIL (FEAST) -Enquête individuelle -

QUESTIONNAIRE RAPIDE SUR LES RESSOURCES ALIMENTAIRE DU BETAIL (FEAST) -Enquête individuelle - Page 1 of 12 QUESTIONNAIRE RAPIDE SUR LES RESSOURCES ALIMENTAIRE DU BETAIL (FEAST) -Enquête individuelle - Cette section d enquête doit être effectuée avec 9 15 agriculteurs répondant aux questions en

Plus en détail

Zoom sur l Auvergne Freins et leviers à l engraissement en filière Auvergne Etat des lieux et itinéraires techniques de la voie mâle

Zoom sur l Auvergne Freins et leviers à l engraissement en filière Auvergne Etat des lieux et itinéraires techniques de la voie mâle Zoom sur l Auvergne Freins et leviers à l engraissement en filière Auvergne Etat des lieux et itinéraires techniques de la voie mâle Célia Dupetit Chambre régionale d agriculture d Auvergne Etat des lieux

Plus en détail

BL6 actualisation 2012 Système. Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange AOC Laguiole - Coop. Jeune Montagne

BL6 actualisation 2012 Système. Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange AOC Laguiole - Coop. Jeune Montagne Système BL6 Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange AOC Laguiole - Coop. Jeune Montagne Localisation Exploitation individuelle 1,5 UMO Aubrac et zones limitrophes 152767 litres produits

Plus en détail

Classement selon le revenu disponible par associé

Classement selon le revenu disponible par associé Classement selon le revenu disponible par associé Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par

Plus en détail

Viande bovine biologique Un marché capable de valoriser plus de volumes et des mâles finis

Viande bovine biologique Un marché capable de valoriser plus de volumes et des mâles finis Viande bovine biologique Un marché capable de valoriser plus de volumes et des mâles finis Un marché porteur avec de plus en plus d éleveurs bio, des filières de mieux en mieux organisées et des consommateurs

Plus en détail

Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente

Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente 3 Un système naisseur engraisseur de bœufs et veaux sous la mère avec cultures de vente Assolement Ces exploitations allient grande

Plus en détail

RENTIEL CUNICOLE ILE DE LA REUNION

RENTIEL CUNICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL RENTIEL CUNICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, EADOM, du Ministère de l Agriculture riculture et de l Outre-mer, l Outre le projet

Plus en détail

Livre Blanc Préparer la révolution numérique de l industrie immobilière. Présentation au Plan Bâtiment Durable 2 Octobre 2013

Livre Blanc Préparer la révolution numérique de l industrie immobilière. Présentation au Plan Bâtiment Durable 2 Octobre 2013 Livre Blanc Préparer la révolution numérique de l industrie immobilière Présentation au Plan Bâtiment Durable 2 Octobre 2013 Alain Sevanche 06 86 96 76 02 alain.sevanche@wanadoo.fr Jean-Yves BRESSON 06

Plus en détail

ETUDE PREVISIONNELLE D INSTALLATION (EPI) n de dossier :...

ETUDE PREVISIONNELLE D INSTALLATION (EPI) n de dossier :... Cerfa Ministère de l'agriculture et de la pêche 1 10893 # 01 ETUDE PREVISIONNELLE D INSTALLATION (EPI) n de dossier :... la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés

Plus en détail

L efficacité alimentaire en race Charolaise

L efficacité alimentaire en race Charolaise L efficacité alimentaire en race Charolaise Introduction Laurent GRIFFON Institut de l Elevage Service phénotypage et collecte des données Département génétique et phénotypes Beaune, le 2 septembre 2014

Plus en détail

Tableau de bord «coûts de production»

Tableau de bord «coûts de production» Bassin Limousin Tableau de bord «coûts de production» RESULTATS MOYENS EN CONJONCTURE 213 DES ATELIERS BOVINS VIANDE DU BASSIN LIMOUSIN Dans un contexte réglementaire incertain, et face à de fortes variations

Plus en détail

La conduite du troupeau

La conduite du troupeau La conduite du troupeau 50 VA charolaises 52 PMTVA SAU 70 ha Prairies 55 ha 15 ha Céréales auto-conso. Reproduction Objectif : vêlages groupés du 1 er aout au 1 er novembre Nécessité de surveiller les

Plus en détail

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P ven. 30 sept. 2016 ven. 7 oct. 2016 ven. 14 oct. 2016 mer. 19 oct. 2016 jeu. 20 oct. 2016 ven. 21 oct. 2016 sam. 22 oct. 2016 dim. 23 oct. 2016 lun. 24 oct. 2016 mar. 25 oct. 2016 mer. 26 oct. 2016 jeu.

Plus en détail

Réflexion stratégique sur les perspectives de la filière veau de boucherie à l horizon 2025

Réflexion stratégique sur les perspectives de la filière veau de boucherie à l horizon 2025 Réflexion stratégique sur les perspectives de la filière veau de boucherie à l horizon 2025 I ETAT DES LIEUX CONTEXTE DE LA FILIERE Etudes et documents récents : Etude réalisée par Interveaux : «Perspectives

Plus en détail

Références technico-économiques Agriculture Biologique. Région Lorraine. BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE

Références technico-économiques Agriculture Biologique. Région Lorraine. BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE Références technico-économiques Agriculture Biologique Région Lorraine BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE Réseaux d acquisitions de références technico-économiques animés par les Chambres d agriculture de Lorraine

Plus en détail

Crise porcine: Quelle situation dans les pays de l UE?

Crise porcine: Quelle situation dans les pays de l UE? Crise porcine: Quelle situation dans les pays de l UE? SPACE, Les Matinales de l IFIP Boris Duflot Pôle Economie - IFIP UE : Un prix du porc en forte baisse 2014 : 1 er Semestre : recul modéré des prix

Plus en détail

Conjoncture économique des systèmes Bovins Charolais

Conjoncture économique des systèmes Bovins Charolais Bassin Charolais économique des systèmes Bovins Charolais CAMPAGNE Ce document présente l'actualisation économique du dossier des cas-types bovins viande pour la zone Charolaise en conjoncture. Les fiches

Plus en détail

Réflexions sur la rentabilité des T(t)CR d eucalyptus et de peuplier. F. de Morogues, N. Nguyen The, A. Berthelot, et F. Melun

Réflexions sur la rentabilité des T(t)CR d eucalyptus et de peuplier. F. de Morogues, N. Nguyen The, A. Berthelot, et F. Melun Réflexions sur la rentabilité des T(t)CR d eucalyptus et de peuplier F. de Morogues, N. Nguyen The, A. Berthelot, et F. Melun Colloque ECOFOR Novembre 2012 Introduction T(t)CR : de la valorisation matière

Plus en détail

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par L énergie dans les bâtiments d élevage porcin Étude soutenue et financée par Plan de l intervention Références sur les consommations d énergie : Quels sont les postes les plus consommateurs? Quels sont

Plus en détail

Ensemble des bovins. Productions animales

Ensemble des bovins. Productions animales Ensemble des bovins vec près de 20 millions de bovins en, la France contribue à 23 % du cheptel européen (UE à 28). Le cheptel orienté vers la viande se maintient depuis 2000, celui à destination laitière

Plus en détail

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des à la Contrats 97-07 et Biogaz valeur juillet 04 112,3 (juillet 04) valeur juillet 04 104,3 (juillet 04) connue en janvier 05 113,2 (déc.04) connue en janvier 05 104,8 (sept.04) connue en janvier 05 127,1

Plus en détail

BL6 actualisation 2015 Système BL6 Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange Pour en savoir plus: Exploitation individuelle 1.

BL6 actualisation 2015 Système BL6 Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange Pour en savoir plus: Exploitation individuelle 1. Système BL6 Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange Pour en savoir plus: Système bovin lait AOC Laguiole - Coop. Jeune Montagne Le référentiel départemental Herbager avec séchage L'étude

Plus en détail

FILIÈRE VIANDE L ESSENTIEL EN

FILIÈRE VIANDE L ESSENTIEL EN FILIÈRE VIANDE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, 1ER CHEPTEL EUROPÉEN EN BOVINS Avec plus de 19 millions de bovins, la France dispose du 1 er cheptel européen. Le pays compte près de 3,7 millions de

Plus en détail

Les marchés conventionnels des Gros Bovins. Etat des lieux et perspectives

Les marchés conventionnels des Gros Bovins. Etat des lieux et perspectives Les marchés conventionnels des Gros Bovins. Etat des lieux et perspectives Fabien Champion GEB / Institut de l Elevage 03 octobre 2013 Commission bio Interbev 1 21 500 42 500 21 000 34 000 Fonctionnement

Plus en détail

Mieux connaître les marchés de la filière équine pour adapter sa stratégie 3 ème journée du Réseau Économique de la Filière Équine 19 janvier 2010

Mieux connaître les marchés de la filière équine pour adapter sa stratégie 3 ème journée du Réseau Économique de la Filière Équine 19 janvier 2010 Mieux connaître les marchés de la filière équine pour adapter sa stratégie 3 ème journée du Réseau Économique de la Filière Équine 19 janvier 2010 Le marché de la viande chevaline et son organisation Célia

Plus en détail

Le baromètre agricole TERRE NET / BVA. Janvier 2014

Le baromètre agricole TERRE NET / BVA. Janvier 2014 Le baromètre agricole TERRE NET / BVA Janvier 2014 Fiche technique Recueil Echantillon Enquête réalisée par internet du 14 janvier au 29 janvier 2014. Echantillon de 658 agriculteurs professionnels, connectés

Plus en détail

Comparaison lait spécialisé - lait et cultures

Comparaison lait spécialisé - lait et cultures Comparaison lait spécialisé - lait et cultures Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les

Plus en détail

Ovins lait. Dossier UCP 5. La commercialisation

Ovins lait. Dossier UCP 5. La commercialisation Dossier UCP 5 La commercialisation Sommaire 1Les circuits commerciaux liés à une filière de production... 2 1.1Principaux acteurs de la filière... 2 1.2Caractéristiques du marché... 2 2Situation de l'exploitation

Plus en détail

Résultats technico-économiques des fermes en système fourrager à dominante herbagère et à faible usage d intrants Résultats 2010/11 32 fermes

Résultats technico-économiques des fermes en système fourrager à dominante herbagère et à faible usage d intrants Résultats 2010/11 32 fermes Décembre 2011 Résultats technico-économiques des fermes en système fourrager à dominante herbagère et à faible usage d intrants Résultats 2010/11 32 fermes Etude menée avec le soutien financier du Conseil

Plus en détail

Le marché de la viande chevaline et son organisation

Le marché de la viande chevaline et son organisation Mieux connaître les marchés de la filière équine pour adapter sa stratégie 1ère journée du Réseau Economique de la Filière Equine Sud-Ouest - 21 avril 2010 Le marché de la viande chevaline et son organisation

Plus en détail

Etat de l endettement et de la trésorerie des élevages bovins laitiers

Etat de l endettement et de la trésorerie des élevages bovins laitiers Cniel L. Gueneau, C. Helsly et Fotolia-Matthias Buehner Etude CNE Etat de l endettement et de la trésorerie des élevages bovins laitiers 2007-2015 GEB-Service économie de l exploitation : Benoît RUBIN,

Plus en détail

AUTONOMIE ALIMENTAIRE : CEREALES OU HERBE?

AUTONOMIE ALIMENTAIRE : CEREALES OU HERBE? AUTONOMIE ALIMENTAIRE : CEREALES OU HERBE? réforme de la PAC comparaisons des rapports céréales/surface fourragère Bernadette Vignaud - Chambre d Agriculture de l Allier Jean-Marie Mouchard EDE du Puy-de

Plus en détail

. la valeur vénale des terres

. la valeur vénale des terres Agreste LORRAINE Décembre 29 Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt MÉMENTO de la statistique agricole L essentiel sur : la population et l emploi la météorologie le territoire

Plus en détail

Productions lait et viande. Les opportunités et les menaces à venir.

Productions lait et viande. Les opportunités et les menaces à venir. Forum annuel des fonctions commerciales Productions lait et viande. Les opportunités et les menaces à venir. Yves Trégaro. France AgriMer Elevage laitier et bovin viande Le nécessaire renouveau du conseil

Plus en détail

La PAC interrogations et enjeux locaux. Prix de la Dynamique Agricole BRED Didier ROINSON, le 24 novembre 2011

La PAC interrogations et enjeux locaux. Prix de la Dynamique Agricole BRED Didier ROINSON, le 24 novembre 2011 La PAC 2014-2020 Eléments connus, interrogations et enjeux locaux Prix de la Dynamique Agricole BRED Didier ROINSON, le 24 novembre 2011 La PAC dans un contexte plus large La stratégie globale «Europe

Plus en détail

«Gouvernance coopérative dans l organisation du conseil agricole en France : enjeux et perspectives»

«Gouvernance coopérative dans l organisation du conseil agricole en France : enjeux et perspectives» «Gouvernance coopérative dans l organisation du conseil agricole en France : enjeux et perspectives» Etat d avancement des études de cas et premières conclusions Amanda Vargas Thèse-Bourse CIFRE Coop de

Plus en détail

mondiale : défis de l Ontario l 14 novembre 2007

mondiale : défis de l Ontario l 14 novembre 2007 Le Canada et l Ontario dans l économie mondiale : défis dans un monde en mutation Exposé présenté au sommet économique de l Ontario l 14 novembre 2007 Paul Jenkins premier sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Le secteur bovins-viande, la PAC et la mondialisation

Le secteur bovins-viande, la PAC et la mondialisation Le secteur bovins-viande, la PAC et la mondialisation Bilan, perspectives et défis Vincent CHATELLIER INRA-LERECO, Nantes 16 février 2012 Page internet : http://tinyurl.com/cpxlp5 Email : vincent.chatellier@nantes.inra.fr

Plus en détail

Le soutien de FranceAgriMer à la filière céréalière

Le soutien de FranceAgriMer à la filière céréalière Le soutien de FranceAgriMer à la filière céréalière Le 15 novembre 2011 Rencontre interrégionale céréalière Aquitaine Le soutien à la filière céréalière en 2011 Animation de la filière (Nutrition animale,

Plus en détail

Engraissement. Des régimes à base d herbe enrubannée

Engraissement. Des régimes à base d herbe enrubannée D 1 Engraissement des Jeunes Bovins : Des régimes à base d herbe enrubannée Matthieu COUFFIGNAL, ARVALIS Institut du végétal Jeu les Bois (36) Tél. 02 54 36 21 68 Fax 02 54 36 25 26 m.couffignal@arvalisinstitutduvegetal.fr

Plus en détail

FERMES DE REFERENCES BOVIN LAIT DES PYRENEES ATLANTIQUES RESULTATS

FERMES DE REFERENCES BOVIN LAIT DES PYRENEES ATLANTIQUES RESULTATS FERMES DE REFERENCES BOVIN LAIT DES PYRENEES ATLANTIQUES RESULTATS 2009-2010 Principaux indicateurs synthétiques issus du suivi des fermes de références bovin lait sur le département des Pyrénées Atlantiques.

Plus en détail

Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques. Comptabilité

Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques. Comptabilité Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques Comptabilité 2013-2014 1. Marge brute de l atelier lait Moyenne 25% plus faibles inférieurs à 8 25% meilleurs supérieurs

Plus en détail

Références technico-économiques Agriculture Biologique. Région Lorraine. BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE

Références technico-économiques Agriculture Biologique. Région Lorraine. BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE Références technico-économiques Agriculture Biologique Région Lorraine BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE Réseaux d acquisitions de références technico-économiques animés par les Chambres d agriculture de Lorraine

Plus en détail

Le budget de trésorerie UCP 4 OI 1

Le budget de trésorerie UCP 4 OI 1 Ministère de l'agriculture et de la Pêche Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricoles Ariège-Comminges 3 Sites de formation : PAMIERS - SAINT-GIRONS SAINT-GAUDENS UCP 4 OI 1 Le budget

Plus en détail

Les formes de financement informel des exploitations agricoles en Algérie: cas du crédit fournisseur.

Les formes de financement informel des exploitations agricoles en Algérie: cas du crédit fournisseur. Ecole Nationale Supérieure d Agronomie d Alger (ENSA) Les formes de financement informel des exploitations agricoles en Algérie: cas du crédit fournisseur. Ali DAOUDI ENSA d Alger a.daoudi@ensa.dz ISTOM,

Plus en détail

NEOBIF - satellite 3R 2015

NEOBIF - satellite 3R 2015 Satellite NEOBIF, de nouvelles conduites alimentaires pour l engraissement des mâles allaitants -------------------- L allégement des poids de carcasse de jeunes bovins -------------------- Philippe DIMON

Plus en détail

La concertation de la Chaîne et le partage de la valeur ajoutée. Libramont Collège des Producteurs 15 décembre 2016

La concertation de la Chaîne et le partage de la valeur ajoutée. Libramont Collège des Producteurs 15 décembre 2016 La concertation de la Chaîne et le partage de la valeur ajoutée Libramont Collège des Producteurs 15 décembre 2016 1 Sommaire C est quoi un prix juste? Qu est-ce qu une «concertation-chaîne»? Pourquoi

Plus en détail

. Bâtiments : Système BREBIS PROLIFIQUE. 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis. Les moyens de production UN SYSTÈME SOUPLE À CONTRE SAISON.

. Bâtiments : Système BREBIS PROLIFIQUE. 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis. Les moyens de production UN SYSTÈME SOUPLE À CONTRE SAISON. Système BREBIS PROLIFIQUE Limousin 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis Dans le cadre du choix d une production de contre saison, ce système implique l utilisation de brebis désaisonnées et prolifiques Il peut

Plus en détail

Sommaire : 1) Structure des exploitations du groupe 2. 2) Bilan des vêlages 3. 3) Performances animales 4. 4) Caractéristiques du pâturage 4

Sommaire : 1) Structure des exploitations du groupe 2. 2) Bilan des vêlages 3. 3) Performances animales 4. 4) Caractéristiques du pâturage 4 Groupe bovins viande Technico-économique www.alyse-elevage.fr SYNTHESE CAMPAGNE 2013 Le présent document rassemble les références obtenues sur un échantillon de 15 élevages, participant au contrôle de

Plus en détail

Indices des prix relatifs à la consommation de boissons alcoolisées en France depuis janvier 1998

Indices des prix relatifs à la consommation de boissons alcoolisées en France depuis janvier 1998 Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page. Thématique : Offre Substance considérée : Alcool Indices des prix relatifs à la consommation de boissons alcoolisées en France

Plus en détail

Réseau d'information Comptable Agricole (RICA) - Résultats En 2013, stabilité des résultats des exploitations spécialisées en canne et en banane

Réseau d'information Comptable Agricole (RICA) - Résultats En 2013, stabilité des résultats des exploitations spécialisées en canne et en banane Agreste Guadeloupe N 06 octobre 2015 GUADELOUPE N 06 - octobre 2015 Réseau d'information Comptable Agricole (RICA) - Résultats 2013 En 2013, stabilité des résultats des exploitations spécialisées en canne

Plus en détail

MSA SUD CHAMPAGNE 1, avenue Maréchal Joffre TROYES

MSA SUD CHAMPAGNE 1, avenue Maréchal Joffre TROYES MSA SUD CHAMPAGNE 1, avenue Maréchal Joffre 10000 TROYES DEMANDE D'ECHELONNEMENT ET DE PRISE EN CHARGE DES COTISATIONS SOCIALES IDENTITE DU DEMANDEUR NOM. Prénom : ADRESSE Téléphone. Adresse mail. N d

Plus en détail

RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT

RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT La Ville de Tarbes a mis en place depuis plusieurs années déjà une gestion active de sa dette. Celle-ci a guidé ses choix dans les négociations qu elle a menées

Plus en détail

INIP ESPVMIE Emilie Adoir Marion Bouviala Tiphaine Treillon 31 mars 2010

INIP ESPVMIE Emilie Adoir Marion Bouviala Tiphaine Treillon 31 mars 2010 INIP ESPVMIE 2010 Emilie Adoir Marion Bouviala Tiphaine Treillon 31 mars 2010 Projet vente directe de viande I. Démarche et scénarios : trois retenus 1. Résultats du diagnostic 2. Sélection des formes

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau Bretagne d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau Bretagne d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau Bretagne d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Pôle Herbivores Partenaires : Institut de l Élevage et équipe réseau d élevages

Plus en détail

Conseil municipal du 11 Décembre 2015 Approbation du rapport de la CLECT

Conseil municipal du 11 Décembre 2015 Approbation du rapport de la CLECT Conseil municipal du 11 Décembre 2015 Approbation du rapport de la CLECT Délibération D001 Transferts de compétences à la Métropole Les transferts de compétences s accompagnent d un transfert de tous les

Plus en détail

NOTE. THÉMATIQUE : Bois construction Adoptée par le Bureau du 1 er avril 2010

NOTE. THÉMATIQUE : Bois construction Adoptée par le Bureau du 1 er avril 2010 NOTE THÉMATIQUE : Bois construction Adoptée par le Bureau du 1 er avril 2010 Problématique Comment développer l utilisation de bois régional dans la construction? Contexte Double orientation au niveau

Plus en détail

Enjeux socio-économiques du développement agricole en Tunisie

Enjeux socio-économiques du développement agricole en Tunisie Enjeux socio-économiques du développement agricole en Tunisie Conférence internationale sur le développement des énergies renouvelables et leurs applications pour une agriculture durable RE & AGRI Tunis,

Plus en détail

Enquête de trésorerie AFTE Coe Rexecode

Enquête de trésorerie AFTE Coe Rexecode Enquête de trésorerie AFTE Coe Rexecode En mars 25, l AFTE et le COE ont lancé conjointement une enquête mensuelle d opinion sur la trésorerie d entreprise qui est publiée chaque mois sur les sites internet

Plus en détail

La Politique Agricole commune Son évolution depuis 1958 En quoi est-elle nécessaire aujourd hui?

La Politique Agricole commune Son évolution depuis 1958 En quoi est-elle nécessaire aujourd hui? La Politique Agricole commune Son évolution depuis 1958 En quoi est-elle nécessaire aujourd hui? D.PELISSIE Directeur régional de l alimentation de l agriculture et de la forêt Toulouse le 7 mars 2009

Plus en détail

Fiche d information sur la sécurité alimentaire

Fiche d information sur la sécurité alimentaire Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l'agriculture OFAG Février 2016 Fiche d information sur la sécurité alimentaire N o 8 : Liquidités, investissements

Plus en détail

REFLECHIR A SA PERIODE DE TRAITE

REFLECHIR A SA PERIODE DE TRAITE PRODUIRE DU LAIT DE BREBIS, REFLECHIR A SA PERIODE DE TRAITE Fiche n 3 : Début de traite précoce en période Roquefort Un système traditionnel en zones précoces à bon potentiel fourrager Un peu d histoire

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2015

L essentiel de la filière. viande bovine française 2015 L essentiel de la filière viande bovine française 2015 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

INDUSTRIES MÉCANIQUES

INDUSTRIES MÉCANIQUES INDUSTRIES MÉCANIQUES NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : INDUSTRIES MÉCANIQUES RÉGION : ALSACE Format de restitution : Diagnostic et enjeux (1/6) Région : ALSACE Nom du groupe de travail (reprendre l une des

Plus en détail

Comité Veau de boucherie

Comité Veau de boucherie Comité Veau de boucherie Situation des marchés 12 avril 2012 Montreuil Situation de la campagne laitière 3 Forte croissance de la collecte française + 4,6 % sur la campagne 2011-2012 4 Un creux saisonnier

Plus en détail

Comptabilité des fermes viande

Comptabilité des fermes viande Comptabilité des fermes viande par B MARECHAL conseiller de gestion au CGTA (Centre de Gestion et de Technique Agricole) de la Fédération Wallonne de l Agriculture) Situation de l exploitation viandeuse

Plus en détail

Résultats annuels février 2009

Résultats annuels février 2009 Résultats annuels 2008 16 février 2009 Introduction : faits marquants de l exercice 2008 Une performance solide sur l exercice Dans un contexte de marché très dégradé Bonne résistance de l activité Bourse

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA PRODUCTION ET DE LA CONSOMMATION TUNISIENNE EN VIANDES ROUGES

ETAT DES LIEUX DE LA PRODUCTION ET DE LA CONSOMMATION TUNISIENNE EN VIANDES ROUGES 1 SOMMAIRE 1-Etat des lieux de la production et de la consommation tunisienne en viandes rouges 2-Recommandations 3-Programmes de collaboration et de développement avec le partenaire étranger 2 ETAT DES

Plus en détail

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr 2013 ARROND 10 01-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 06-janv 13-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 20-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS Février 2015

RESULTATS ANNUELS Février 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 12 Février 2015 Sommaire 1. L UFF : chiffres clés 2. Faits marquants et activité 2014 3. Résultat et dividendes 4. Perspectives 2015 12/ 02/ 2015 Résultats 2014 2 Chiffres clés Au

Plus en détail

Comité Veau de boucherie

Comité Veau de boucherie Comité Veau de boucherie Situation des marchés 11 avril 213 Montreuil Situation de la campagne laitière 2 Une collecte mondiale en berne 1 t Ecart de collecte, 212 vs 211 2 1 5 1 5 -,7% + 2,1% + 5,4% +

Plus en détail

Productivité économique d une exploitation laitière: les déterminants d un revenu «durable»

Productivité économique d une exploitation laitière: les déterminants d un revenu «durable» Productivité économique d une exploitation laitière: les déterminants d un revenu «durable» Julie AUDREN et Mathieu MERLHE (Chambre Régionale d Agriculture de Bretagne) Geneviève AUDEBET (CERFRANCE Côtes

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA BANQUE

L ESSENTIEL DE LA BANQUE PRÉSENTATION Les banques sont le passage obligé du financement d une économie. Sans les banques, pas de financement ; sans financement, pas de capacité d investissement des entreprises car l autofinancement

Plus en détail

Les systèmes de production de chevaux de trait

Les systèmes de production de chevaux de trait Les systèmes de production de chevaux de trait : fonctionnement et résultats technico-économiques 3 ème journée du Réseau Économique de la Filière Équine 19 janvier 2010 Témoignage d un éleveur pratiquant

Plus en détail

Le rôle de NABARD dans la promotion, le soutien et la règlementation du financement de l agriculture

Le rôle de NABARD dans la promotion, le soutien et la règlementation du financement de l agriculture Le rôle de NABARD dans la promotion, le soutien et la règlementation du financement de l agriculture Paladi Mohanaiah Directeur général, APRO, Hyderabad Origine NABARD, première institution de développement

Plus en détail

Les systèmes de production de viande bovine

Les systèmes de production de viande bovine Titre du diaporama Les systèmes de production de viande bovine Juin 2013 Titre du diaporama L élevage bovin en France, sur presque tout le territoire Titre du diaporama 1 ère partie : Présentation des

Plus en détail

VENDREDI 16 MAI 2014

VENDREDI 16 MAI 2014 VENDREDI 16 MAI 2014 FOIRE AGRICOLE DE BRAS-PANON Remise des prix aux éleveurs Vendredi 16 mai 2014 à 11 h - Mairie de Bras-Panon Dossier de presse Communication du Conseil Général Tél. : 0262 21 86 30

Plus en détail

Eléments de résultats techniques du croisement terminal Illustration avec le programme national MAPM/ ANPVR au Maroc

Eléments de résultats techniques du croisement terminal Illustration avec le programme national MAPM/ ANPVR au Maroc Eléments de résultats techniques du croisement terminal Illustration avec le programme national MAPM/ ANPVR au Maroc Marion Kentzel Institut de l élevage Conférence FAM Pays du pourtour méditerranéens

Plus en détail

Karen STATKIEWICZ Déléguée régionale Interprofession Bétail et Viande Midi-Pyrénées

Karen STATKIEWICZ Déléguée régionale Interprofession Bétail et Viande Midi-Pyrénées Karen STATKIEWICZ Déléguée régionale Interprofession Bétail et Viande Midi-Pyrénées Les Abattoirs de Midi-Pyrénées - GIE Promotion de l Elevage de Midi-Pyrénées, 2013 La filière bovine chiffres repère

Plus en détail