Les différentes prises en charge des soins à domicile. Un éventail de solutions pour les patients

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les différentes prises en charge des soins à domicile. Un éventail de solutions pour les patients"

Transcription

1 Les différentes prises en charge des soins à domicile Un éventail de solutions pour les patients 1

2 Les réseaux par thèmes Gérontologie Maladies chroniques Diabète Maladies cardio-vasculaires Asthmes SEP Oncologie Soins palliatifs Abord-Santé- Yves PAIX 2

3 Les réseaux par thèmes Périnatalité Maladies rénales Addiction SIDA Maladies rares Précarité Handicap et Neurologie Maladie de Alzheimer Abord-Santé- Yves PAIX 3

4 Un peu de sémantique Filière de soins: Structure pyramidale Hôpital universitaire (Réf.). Hôpital général clinique. Spécialiste de ville. Généraliste. Infirmière, Kiné, aide soignant. Malade Patient. Abord-Santé- Yves PAIX 4

5 Un peu de sémantique Réseau de soins Structure horizontale, centrée. Endocrinologue diabétologue nutritioniste Médecin généraliste Néphrologue Infirmière Ophtalmologue Médecin spécialiste du pied patient diabétique Pédicure Cardiologue Diététicienne Neurologue Associations de patients Abord-Santé- Yves PAIX 5

6 Un peu de sémantique Réseau de soins Structure horizontale, centrée. Neurologue Diagnostic Prescription et suivi des traitements de fond? Généraliste suivi au quotidien prescription des traitements symptomatiques prescription des soins auxiliaires Médecin réadaptation fonctionellle prise en charge du handicap Ophtalmologue Bilan complet régulier patient SEP Infirmière Nursing, administration des traitements Ecoute et conseils Urologue Traitement des troubles urinaires Kinésithérapeute Rééducation: réelle thérapeutique Psychiatre Soutien Association de patients Auxiliaire de vie Aide au quotidien Abord-Santé- Yves PAIX 6

7 Un réseau c est: Une organisation d un groupe qui agit simultanément; pas d action séquentielle Protocole commun de soins Dossier médical commun La coordination: pièce essentielle de la réussite Régit au départ Ordonnance Juppé (1996) Code de Sécurité Sociale (décret Soubie) Aujourd hui une 5 enveloppe pour les réseaux (Depuis 2003) Abord-Santé- Yves PAIX 7

8 Sous le nom de réseaux de soins en ville HAD: Hospitalisation de soins à domicile SAD: Soins à domicile MAD: Maintien à domicile Réseaux de soins en ville Chaque structure a ses spécificités Abord-Santé- Yves PAIX 8

9 HAD: Hospitalisation à domicile 40% structures publiques 60% statuts privés Objectif: augmenter les capacités en particulier en oncologie, soins palliatifs, gérontologie Prend au moins en charge: Les soins prescrits, réalisés à domicile par des auxiliaires médicaux (infirmières) Autres soins médicaux nécessaires: kiné, ergothérapie Location de matériel nécessaire Abord-Santé- Yves PAIX 9

10 HAD financement Dépend d un établissement public de santé Financement fait dans la dotation globale Dépend d un établissement de santé privé Financement par le biais des tarifs de prestations. Abord-Santé- Yves PAIX 10

11 SAD: Soins à domicile Décret mai 1981 Les services de soins à domicile assurent, sur prescription médicale, aux personnes âgées ou dépendantes, les soins infirmiers ou d hygiène générale, les concours nécessaires à l accomplissement des actes essentiels de la vie, mais ainsi qu éventuellement d autres soins relevant d auxiliaires médicaux. Abord-Santé- Yves PAIX 11

12 SAD: Soins à domicile Juridiquement exclus: perfusions, transfusions, chimiothérapie et soins lourds Dépend des bureaux d aide sociale, d associations, de centres de santé ou de soins infirmiers De à patients pris en charge par ce type de soins (personnes âgées ou handicapées) Abord-Santé- Yves PAIX 12

13 SAD: soins à domicile Réservés aux plus de 60 ans La moitié des bénéficiaires ont plus de 85 ans Réservés aux patients nécessitant: Une surveillance médicale Ne nécessitant pas d hospitalisation Dont il existe une structure dans la commune Abord-Santé- Yves PAIX 13

14 SAD: soins à domicile Relèvent du service public avec aide sociale; c est le préfet qui fixe le budget de fonctionnement Exécution des soins Fourniture des consommables Frais de déplacement Les honoraires médicaux à la charge du patient Les SAD ne prennent pas en charge Les médicaments Le matériel de maintient à domicile Abord-Santé- Yves PAIX 14

15 MAD: Maintien à domicile Ne correspond à aucune structure au sens juridique ou médical Évoque un service d aide médico-sociale au domicile des personnes fragilisées (âgées, handicapées) But: créer un environnement social favorable autour de la personne afin qu elle puisse conserver ses repères habituels Concernerait: 1,2 Millions de personnes Abord-Santé- Yves PAIX 15

16 MAD: Maintien à domicile Intervenants: Aides à domiciles (aides ménagères) Aides soignants Aides médicaux psychologiques Assistantes sociales Infirmières Formules: Prestataires Mandataires Emploi direct Abord-Santé- Yves PAIX 16

17 La santé en réseaux Coordination supérieur à la plupart des HAD, SAD, MAD. La notion de coordination est le fondement du réseau Objectifs: Qualité des soins Une prise en charge globale du patient Une meilleur maîtrise des coûts Abord-Santé- Yves PAIX 17

18 La santé en réseaux Prise en charge globale du patient Gestion médico-administrative Gestion du personnel Communication et prévention autour d une pathologie 4 dimensions: Projet médical qui lie les professionnels Coordination des ²soins Formation et information des professionnels Évaluation Des pratiques, de la qualité des soins, économique Abord-Santé- Yves PAIX 18

19 Impact des circulaires Reconnaissance institutionnelle des projets menés sur des initiatives individuelles Aucun impact sur le nombre de réseaux, voir Et les mesures Juppé de 1996 Abord-Santé- Yves PAIX 19

20 Les mesures Juppé (suite) Maîtriser les dépenses de santé sans nuire à la qualité des soins. 50% des ressources du système de santé sont mobilisés par moins de 5% des patients - 80% de la population ne consomme que 20% Constat: le système de soins actuel souffre d une faiblesse de la médecine préventive et d une insuffisance de coordination des soins Moyen: améliorer la coordination de l information et des soins tout en tenant compte d un principe d économie Abord-Santé- Yves PAIX 20

21 Philosophie, objectifs, moyens des réseaux Adhésion volontaire des médecins et des patients Base logistique et/ou informatique Établissement de partenariats Incitations financières pour les acteurs des réseaux Absence de sélection du risque lors de l admission des patients Abord-Santé- Yves PAIX 21

22 Définition actuelle d un réseau Le réseau constitue, à un moment donné, sur un territoire donné, la réponse organisée d un ensemble de professionnels et/ou de structures à un ou des problèmes de santé précis, prenant en compte les besoins des individus et les possibilités de la communauté. Abord-Santé- Yves PAIX 22

23 4. Les réseaux de soins a. Réseaux ville hôpital soumis à l agrément du directeur de l ARS Ils prennent en charge des patients souffrant de pathologies lourdes et chroniques Ils permettent d assurer une continuité des soins entre l hôpital et le domicile Article L Abord-Santé- Yves PAIX 23

24 Les réseaux de santé dans les maladies chroniques Objectif N 1: faire l éducation thérapeutique du patient afin qu il deviennent l acteur de la prise en charge de sa pathologie; En quelques mots: qu ils prennent sa santé en main Qu il comprenne et accepte sa maladie afin d intégrer la maladie au quotidien Abord-Santé- Yves PAIX 24

25 Exemple des réseaux sur le risque cardiovasculaires dans la région Nord-Pas de Calais Les réseaux de la région Nord Pas de Calais sur le risque cardio-vasculaire ont harmonisé leur pratique Dans le dépistage des maladies cardiovasculaire, du diabète et de ses complications Dans l éducation thérapeutique Éducation alimentaire Remise à l activité physique adaptée Education sur les maladies cardio-vasculaires Abord-Santé- Yves PAIX 25

26 Exemple des réseaux sur le risque cardiovasculaires dans la région Nord-Pas de Calais Actions faites en collaboration avec les médecins traitants Formations pluridisciplinaires de l ensembles de soignants: Médecins (généralistes ou spécialistes) Pharmaciens Paramédicaux IDE, Kiné, Podologues Abord-Santé- Yves PAIX 26

27 4. Les réseaux de soins d. Les réseaux sans agrément: Pour être considérés comme réseau et pouvoir avoir les fonds FIQCS doivent: Avoir un statut juridique, une charte et nommer des responsables de chaque grande fonction du réseau. Ces réseaux sont focalisés sur un thème de population ou de pathologie Circulaire DGS du 25 Novembre 1999 Abord-Santé- Yves PAIX 27

28 Réseau Cœur en Santé Dépistage du risque cardio-vasculaire et du diabète Association Cœur en Santé soins "classiques" Patient Pharmacien Médecin traitant Spécialistes Diabétologue DT2 non normalisé Ophtalmologiste Rétinopathie diabétique Para médicaux: podo, diet, IDE Néphrologue Insuffisance rénale Cardiologue HTA - Prb Cardiaque Prévention secondaire Réseau Cœur en Santé Diagnostic Educatif Mise en œuvre de la correction des facteurs de risque CV et du diabète Activité Physique Ateliers diététique Education du patient

29 Dépistage des maladies cardiovasculaires Evaluation des risques cardio-vasculaires Antécédents familiaux et personnels Mesure de la taille et du poids ainsi que du tours de taille Biologie: glycémie, HbA1c, cholestérol, microalbuminurie => évaluation du risque cardio-vasculaire Chez les diabétiques réalisation des clichés afin de contrôler le risque de rétinopathie diabétique Gradation du pied diabétique Contrôle de la fonction rénale

30

31 Prise en charge du risque cardiovasculaire et du diabète Education Thérapeutique du patient Réseau Cœur en Santé Cycle annuel d'education Thérapeutique en synergie avec le Médecin Traitant A tout moment le médecin traitant comme le Réseau peuvent rentrer en contact dans l'intérêt du patient Bilan Educatif Partagé Suivi du PPS à 6 mois par le RCS; information du médecin traitant Plan personnalisé de Santé (PPS) Inscription aux ateliers du RCS Validation du PPS par le médecin traitant Le médecintraitant, recevant le Bilan Educatif partagé avec le PPS, peut les compléter s'il le désire Si le besoin s'en fait sentir, le médecin traitant comme le réseau peuvent envisager un nouveau cycle après concertation Bilan éducatif partagé Plan Personnalisé de santé Le patient est au cœur du processus éducatif Le médecin traitant est un des acteurs de l ETP

32 Prise en charge du risque cardiovasculaire et du diabète Ateliers sur l équilibre alimentaire Faim et satiété Les envies Lecture des étiquettes Equilibre alimentaire Index glycémique Répartition alimentaires Rappel à 3 mois, 6 mois et 1 an Abord-Santé- Yves PAIX 32

33 Prise en charge du risque cardiovasculaire et du diabète Remise à l Activité physique adaptée Marche adaptée encadrée La gym L aquagym Ateliers sur le diabète Qu est ce que le diabète et comment vivre avec? Œil, Rein et diabète; Le pied chez le diabétique l objet de tous ses soins! L auto mesure glycémique Bien comprendre son traitement dans le diabète

34 Rien ne marche Tout marche Dans la prise en charge de l obésité, les régimes ont pour conséquence le yoyo => augmentation du poids au long cours C est l action conjuguée : Remise à l activité physique + éducation alimentaire + le traitement des facteurs de risque + éducation thérapeutique qui donnent des résultats durables

35 Rien ne marche Tout marche L éducation thérapeutique c est d abord l écoute C est l action de tous qui font l éducation thérapeutique du patient en collaboration avec le médecin traitant : Les spécialistes, les paramédicaux, les assistantes sociales, les réseaux de santé, le personnel des centres sociaux

36 Discussion 36

37 Conclusion Nous sommes à un point de non retour Le double impératif de maîtrise des coûts et de la qualité des soins fait que l on s éloigne plus que jamais d un modèle de santé hospitalocentrique. Pour le patient, elles encouragent le maintient à domicile et favorisent la responsabilisation de celui-ci dans la gestion de la santé Pour les professionnels de santé, elles modifient les pratiques, passant d une médecine plutôt «isolée» à une médecine de réseaux. Abord-Santé- Yves PAIX 37

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 2 rue du Bignon bât.3 35000 RENNES Tél. : 02.23.35.49.81 Email : reseaudiabete35@orange.fr www.reseaudiabete35.com ADHESIONS POUR LES PATIENTS QUI? Toute personne diabétique,

Plus en détail

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez.

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. - 2 - Madame, Monsieur, Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. Le Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) a pour objectif.

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

ADHESIONS POUR LES PATIENTS. QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR LES PROFESSIONNELS

ADHESIONS POUR LES PATIENTS. QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR LES PROFESSIONNELS ADHESIONS POUR LES PATIENTS QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR QUOI? Aider à la prise en charge de sa maladie Bénéficier des prestations du réseau (diététique, podologie,

Plus en détail

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS CHU de Nantes 8 octobre 2014 Une nouvelle dynamique de coopération : les GHT Article 48 du projet de loi : La constitution obligatoire de GHT à l horizon du 31 décembre 2015 autour d une stratégie médico-soignante

Plus en détail

Prix de journée dans les EHPAD

Prix de journée dans les EHPAD Prix de journée dans les EHPAD Connaître la méthode de tarification dans les EHPAD est indispensable pour comprendre la répartition des coûts et des prises en charge. Le tarif hébergement Le prix de journée

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE Groupe de réflexion Co-piloté par :. Sandrine BONNEHON (Ide Clinique BDC). Armelle RUFFIN (IDE D Education au CEDD) Synthèse présentée par : Sandrine BONNEHON et Armelle

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe.

DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe. DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe. Dimanche 14 octobre 2012 Contact presse : Tél. 02 62 20 28 20 Gsm : 06 92 87 25 84 Email : communication@asdr.asso.fr

Plus en détail

Système de santé (1) Offres de soins

Système de santé (1) Offres de soins Système de santé (1) Offres de soins Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique L offre de soins, c est Prestations / actes médicaux : professionnels de santé Lieux de soins : hôpital, médico-social,

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN DISPOSITIF INNOVANT DE TÉLÉMÉDECINE À LA CLINIQUE SAINTE ANNE POUR LE DÉPISTAGE DE LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

MISE EN PLACE D UN DISPOSITIF INNOVANT DE TÉLÉMÉDECINE À LA CLINIQUE SAINTE ANNE POUR LE DÉPISTAGE DE LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE MISE EN PLACE D UN DISPOSITIF INNOVANT DE TÉLÉMÉDECINE À LA CLINIQUE SAINTE ANNE POUR LE DÉPISTAGE DE LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE! DOSSIER DE PRESSE! CLINIQUE SAINTE ANNE INNOVATION MÉDICALE TÉLÉMÉDECINE

Plus en détail

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT NOTION D EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE L équipe: ensemble de personnes travaillant en vue d un objectif commun, ici il s agit de la meilleure prise en charge possible du

Plus en détail

LE PATIENT DIABETIQUE EN CHIRURGIE VASCULAIRE : Vers une prise en charge de la tête au pied

LE PATIENT DIABETIQUE EN CHIRURGIE VASCULAIRE : Vers une prise en charge de la tête au pied LE PATIENT DIABETIQUE EN CHIRURGIE VASCULAIRE : Vers une prise en charge de la tête au pied Sabrina KIEFFER Infirmière, Service de Chirurgie Vasculaire Clinique de l Orangerie, Groupe Vitalia Congrès Nîmes

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile HOSPITALISATION A DOMICILE (H.A.D.) Soins palliatifs à domicile Hospitalisation à domicile Dates clés 1945 : Naissance du concept d HAD aux USA 1957: Création du 1 er Ets d HAD en France 1973 : Création

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

Livret d accueil de l usager

Livret d accueil de l usager Livret d accueil de l usager Service de Soins Infirmiers A Domicile E.H.P.A.D La Sofiéta 2424, Bd Edouard VII 06230 Villefranche-sur-Mer Téléphone : 04.93.01.66.24 ssiad@ehpadvillef.com Livret d accueil

Plus en détail

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante RETOUR À DOMICILE Le rôle de l aide soignante Quels enjeux autour du retour à domicile selon vous? Quel est le rôle de l aide soignante? Remue-méninges de 15 min environs en 2 sous-groupes. LE RAD: UNE

Plus en détail

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I.1- Descriptif du service Le SSIAD a ouvert ses portes en 1992. La création du service découle d un projet gérontologique

Plus en détail

9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11. Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs

9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11. Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs 9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11 Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs NAISSANCE D UNE PROFESSION Création de 4 postes d EMS en 1999:

Plus en détail

LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat

LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat 1/ Les soins oncologiques de support 1-1 la définition Elle a été donnée dans la circulaire DHOS/SDO/201/101 du 22 février 2005 du plan Cancer 1 : «l ensemble des

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

L hospitalisation à domicile

L hospitalisation à domicile DOSSIER DE PRESSE L hospitalisation à domicile Avril 2016 Qu est-ce que l hospitalisation à domicile (HAD)? DÉFINITION Selon le décret du 2 octobre 1992, «Les structures d'hospitalisation à domicile permettent

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 «Législation, bilan et perspectives» Dr Yves MORRIET 1 L ETP et la loi - Code de la santé publique Article L.1161-1 : L éducation

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

19 juin 2014 V. Jaillon-Rivière Présidente RBN-SEP

19 juin 2014 V. Jaillon-Rivière Présidente RBN-SEP LES RESEAUX ET PRESENTATION RBN-SEP 19 juin 2014 V. Jaillon-Rivière Présidente RBN-SEP LES RESEAUX DE SANTE PLAN : Cadre réglementaire Les Réseaux en Basse-Normandie Le Réseau Bas-Normand Sclérose en Plaques

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Décret n du 20 mars 2009

Décret n du 20 mars 2009 Décret n 2009-322 du 20 mars 2009 relatif aux obligations des établissements et services accueillant ou accompagnant des personnes handicapées adultes n ayant pu acquérir un minimum d autonomie JO du 26

Plus en détail

RESEAU ET FILIERE GERONTOLOGIQUE

RESEAU ET FILIERE GERONTOLOGIQUE RESEAU ET FILIERE GERONTOLOGIQUE LES RESSOURCES DU RESEAU GERONTOLOGIQUE FACILITATRICES DU MAINTIEN A DOMICILE H.A.D. Hospit. à Domicile Soins ponctuels (antibiothérapie, chimiothérapie, perfusions) Soins

Plus en détail

Coopération entre professionnels de santé. Vers de nouveaux métiers?

Coopération entre professionnels de santé. Vers de nouveaux métiers? Coopération entre professionnels de santé Vers de nouveaux métiers? Qu est-ce que la coopération entre les professionnels de santé? La loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et

Plus en détail

Centre Hospitalier du Mans

Centre Hospitalier du Mans Centre Hospitalier du Mans Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : l offre de soins gériatriques du Centre Hospitalier du Mans PROFESSIONNELS DE SANTE Centre Hospitalier du Mans O ff r e de soins

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978 Loi du 31 mai 1978 «Est considérée comme exerçant la profession d infirmier ou d infirmière toute personne qui, en fonction des diplômes qui l y habilitent, donne habituellement des soins infirmiers sur

Plus en détail

L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé

L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département de Santé Publique

Plus en détail

Education Thérapeutique en établissement SSR : un exemple en Midi-Pyrénées

Education Thérapeutique en établissement SSR : un exemple en Midi-Pyrénées Education Thérapeutique en établissement SSR : un exemple en Midi-Pyrénées Mercredi 29 Juin 2011 Dr Frédéric SANGUIGNOL Clinique du Château de Vernhes 31340 BONDIGOUX Mail : fr.sanguignol@cliniquebondigoux.com

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

Place des hôpitaux de jour dans la filière de soin Alzheimer

Place des hôpitaux de jour dans la filière de soin Alzheimer les hôpitaux de jour dans les filières de soin : un dispositif en marche Place des hôpitaux de jour dans la filière de soin Alzheimer Pr Florence PASQUIER CHU Lille Filière de Soins Alzheimer Hôpital de

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

Eléments constitutifs de la fiche de poste infirmière ASALEE

Eléments constitutifs de la fiche de poste infirmière ASALEE Eléments constitutifs de la fiche de poste infirmière ASALEE Contexte général Un groupement de médecins généralistes, se situant en général en zone déficitaire, cherche des solutions applicables rapidement

Plus en détail

MEMENTO Hospitalisation A Domicile

MEMENTO Hospitalisation A Domicile MEMENTO Hospitalisation A Domicile Marseille 04 96 20 66 88 Martigues - Sud Etang de Berre 04 96 20 66 70 Vous pouvez nous contacter 24h/24 et 7j/7. Soins assistance - 1 rue Albert COHEn - 13016 MARSEILLE

Plus en détail

Le SAMSAH de la Sèvre

Le SAMSAH de la Sèvre Le SAMSAH de la Sèvre Service adossé à la Maison d Accueil Spécialisée de Rezé géré par L APAJH 44 Présentation : Monsieur STOLARSKI, directeur de la MAS de Rezé, APAJH 44 DEFINITION Les Services d Accompagnement

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

ROLE PARAMEDICAL EN ADDICTOLOGIE

ROLE PARAMEDICAL EN ADDICTOLOGIE Journée thématique : association IDEES le 17 mars 06 Paris ROLE PARAMEDICAL EN ADDICTOLOGIE Hôpital Universitaire Paul Brousse Villejuif (94) Fédération d Addictologie - PR Boissonnas - PR Reynaud Equipe

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 Education Thérapeutique du Patient en Lorraine Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 L ETP : une nécessité 15 M de malades chroniques Maladie chronique Evolution sur le long

Plus en détail

Les Assises Nationales du Maintien à Domicile, Salon Autonomic Médecine Physique et de Réadaptation et Maintien à Domicile

Les Assises Nationales du Maintien à Domicile, Salon Autonomic Médecine Physique et de Réadaptation et Maintien à Domicile Les Assises Nationales du Maintien à Domicile, Salon Autonomic 2 000. Médecine Physique et de Réadaptation et Maintien à Domicile Paris le 16 06 2 000. La réadaptation en hospitalisation à domicile Dr

Plus en détail

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20...

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20... D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C Etabli à.., le 20... NOM : Prénom : Ce document comprend 4 parties : - 1. Objet et Durée du Document Individuel de Prise en

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Contexte réglementaire Loi HPST du 21/7/2009 «Dans son article 78, la loi «Hôpital,

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER SOMMAIRE. Route de Cuzieu SAINT-GALMIER Tél

LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER SOMMAIRE. Route de Cuzieu SAINT-GALMIER Tél LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER Route de Cuzieu 42330 SAINT-GALMIER Tél. 04.77.36.05.78 Fax. 04.77.36.05.99 E-mail : ssiad@hopital-saint-galmier.fr SOMMAIRE Le

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE stratégies thérapeutiques et modalités pratiques 24/11/2015 Le Guen, cadre de santé, Service de maladies infectieuses, CHRU de Brest 1 Plan Quelles options

Plus en détail

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation À Domicile

Plus en détail

Service infirmier d aide à domicile aux personnes âgées

Service infirmier d aide à domicile aux personnes âgées Siadpa Service infirmier d aide à domicile aux personnes âgées Livret d accueil Siadpa 10, rue de la Paix 01 40 85 65 75 Sommaire Votre admission La demande d admission Page 4 Les professionnels du Siadpa

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

L importance du poids des mots. Filière de soins et prise en charge personnalisée du patient en chirurgie bariatrique

L importance du poids des mots. Filière de soins et prise en charge personnalisée du patient en chirurgie bariatrique L importance du poids des mots Filière de soins et prise en charge personnalisée du patient en chirurgie bariatrique Les débuts : mise en place d une EPP 2010 2010 : première prise en charge chirurgicale

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007?

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? Point d information 4 décembre 2008 Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? A fin 2007, près de 10 millions de personnes en France étaient atteintes d une affection

Plus en détail

Éducation thérapeutique. maladies chroniques

Éducation thérapeutique. maladies chroniques Éducation thérapeutique et prise en charge des patients porteurs de maladies chroniques Quels modèles médico-économiques en présence? Maladies chroniques États-unis et maladies chroniques 120 millions

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire

Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire Livret d informations Etre soigné, c est aussi être informé Code : 403952 Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire Pôle Cardio-Vasculaire et Métabolique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE

Plus en détail

L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Chantal FIECHTER - I.D.E. libérale

L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Chantal FIECHTER - I.D.E. libérale L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Sommaire Rappel de ce qu est et ce que fait l infirmière libérale Rappel du rôle de l infirmière libérale Présentation de la DSI Comment et pourquoi les

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE CENTRE HOSPITALIER DU HAUT ANJOU HOSPITALISATION A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL Madame, Mademoiselle, Monsieur, Vous venez d être admis en «Hospitalisation A Domicile». Cette brochure vous permettra de mieux

Plus en détail

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales :

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : CHARTE DU RÉSEAU I PREAMBULE Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : Le maintien à domicile le plus longtemps possible des

Plus en détail

SSIAD DE DUNKERQUE. Capacité places PA - 25 places PH - 20 places Spécialisées Alzheimer

SSIAD DE DUNKERQUE. Capacité places PA - 25 places PH - 20 places Spécialisées Alzheimer SSIAD DE DUNKERQUE Capacité - 291 places PA - 25 places PH - 20 places Spécialisées Alzheimer 1 SSIAD DE DUNKERQUE Ces places couvrent les communes du SSIAD Réparties en 4 secteurs 2 SSIAD DE DUNKERQUE

Plus en détail

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Evaluation des pratiques professionnelles Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles Mai 2011 1 METHODOLOGIE

Plus en détail

SCOLARISATION DES ENFANTS A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS Rôle de la médecine scolaire. Dr Jaya BENOIT Médecin de l Education nationale

SCOLARISATION DES ENFANTS A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS Rôle de la médecine scolaire. Dr Jaya BENOIT Médecin de l Education nationale SCOLARISATION DES ENFANTS A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS Rôle de la médecine scolaire Dr Jaya BENOIT Médecin de l Education nationale Réseaux de périnatalité IdF.9/10/2015 2 QUI SONT LES MEDECINS DE

Plus en détail

PÔLE MEDECINE GERIATRIE

PÔLE MEDECINE GERIATRIE LIVRET D ACCUEIL DES STAGIAIRES PÔLE MEDECINE GERIATRIE Service du S.S.I.A.D L équipe vous souhaite la bienvenue dans notre établissement. Ce livret a pour but de faciliter votre intégration dans notre

Plus en détail

Enjeux du cabinet médical connecté : Quels bénéfices pour les praticiens et leurs patients?

Enjeux du cabinet médical connecté : Quels bénéfices pour les praticiens et leurs patients? Enjeux du cabinet médical connecté : Quels bénéfices pour les praticiens et leurs patients? Intervenants : - Dr Eric Couhet, Médecin généraliste, Fondateur et Président de Connected Doctors - M. Thibault

Plus en détail

Ce document peut être reproduit ou téléchargé pour une utilisation personnelle ou publique à des fins non commerciales, à la condition d en

Ce document peut être reproduit ou téléchargé pour une utilisation personnelle ou publique à des fins non commerciales, à la condition d en DURÉE DES RENCONTRES Le temps alloué pour chacune des rencontres peut varier d un CSSS à l autre. LORS DE CHACUNE DES RENCONTRES INDIVIDUELLES AVEC L UN OU L AUTRE DES INTERVENANTS (30-60 MIN.): Renforcement

Plus en détail

Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants

Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants Retour du patient insuffisant cardiaque à domicile : rôles des aides soignants Céline GUILLAUD Unité de cardiologie Soins Intensifs et consultation XXIII èmes Journées Européennes de la Société Française

Plus en détail

Yvelines. Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien

Yvelines. Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien Yvelines Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien Une offre de soins spécifique en Ile de France depuis plus que 30 ans une hospitalisation en moyen séjour (SSR) pour les femmes enceintes

Plus en détail

Actes dérogatoires Exemple 1

Actes dérogatoires Exemple 1 Actes dérogatoires Exemple 1 Consultation de dépistage de la rétinopathie diabétique via télésurveillance par orthoptistes et infirmières (délégués) / ophtalmologistes (délégants) POUR l IDE Procéder à

Plus en détail

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Sixième atelier Référentiel des missions MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Porté par le Clic du Val d Or, Hôpital de Sully sur Loire, Agé-Clic et l Orpadam Clic Rappel sur les trois outils du guichet

Plus en détail

Sur l ensemble des traumatisés crâniens, 70 à 80 % seront classés légers chaque année.

Sur l ensemble des traumatisés crâniens, 70 à 80 % seront classés légers chaque année. La prise en charge du traumatisé crânien léger Sur l ensemble des traumatisés crâniens, 70 à 80 % seront classés légers chaque année. Les problèmes posés par ces blessés concernent : le dépistage et le

Plus en détail

Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale.

Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale. MISE EN OEUVRE DE LA NUTRITION Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale. Régionales de cancérologie, 24 juin 2011 Nutrition? Perfusion

Plus en détail

Auxiliaire de vie sociale

Auxiliaire de vie sociale Auxiliaire de vie sociale Près de chez vous : www.una.fr fiches metier v10.indd 1 23/02/09 08:46 Auxiliaire de vie sociale L auxiliaire de vie sociale intervient auprès des personnes âgées en perte d autonomie,

Plus en détail

QUELLE INTERFACE ENTRE HOPITAL DE JOUR ET ACCUEIL DE JOUR?

QUELLE INTERFACE ENTRE HOPITAL DE JOUR ET ACCUEIL DE JOUR? QUELLE INTERFACE ENTRE HOPITAL DE JOUR ET ACCUEIL DE JOUR? Dr Pascale CODIS La Fondation Roguet - établissement gériatrique public situé dans les Hauts-de-Seine sur la commune de Clichy - est une structure

Plus en détail

pharmaceutique informatisé

pharmaceutique informatisé Actualités s des EHPAD forfait médicaments, m dossier pharmaceutique informatisé Pr Philippe ARNAUD Hôpital Bichat Groupe hospitalier Universitaire Paris Nord val de Seine ABCPH_28 septembre 2012 Personnes

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE?

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? 13/11/2013 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» -statuts déposés en 2009 Président

Plus en détail

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Intervenants : Dr Jean-Etienne Touze, cardiologue, réadaptation cardiaque, hôpital privé Clairval (Marseille)

Plus en détail

Système d information des réseaux de santé. Journée Nationale des Industriels 18 octobre 2011.

Système d information des réseaux de santé. Journée Nationale des Industriels 18 octobre 2011. Système d information des réseaux de santé Journée Nationale des Industriels 18 octobre 2011. Les acteurs au service du patient différents profils, différentes missions, différentes organisations Radiologue

Plus en détail

CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly ARPAJON fax FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA

CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly ARPAJON fax FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly 91290 ARPAJON 01 64 90 62 00 fax 01 60 83 47 70 csst@eps-etampes.fr FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA Localisation Equipe de liaison et de soins en Addistologie

Plus en détail

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET C.CAILLOT- TRELAZE 14 Janvier 2016 ABSENCE DE CONFLIT D INTERET «L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome, en facilitant

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre L Education Thérapeutique du Patient en région Centre Législation, bilan et perspectives Tours, 17 juin 2015 XX/XX/2015 2 La loi Hôpital, patients, santé et territoires Article L.1161-1 du CSP : L éducation

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D UN PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT PREAMBULE :

DEMANDE D AUTORISATION D UN PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT PREAMBULE : DEMANDE D AUTORISATION D UN PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT PREAMBULE : NB : Ni les actions d'accompagnement, ni les programmes d'apprentissage ne sont concernés par le dépôt d'un dossier

Plus en détail

Les réseaux de soins dédiés à l AVC

Les réseaux de soins dédiés à l AVC Les réseaux de soins dédiés à l AVC Dr Marie Bruandet Service de neurologie et neurovasculaire Groupe hospitalier Paris Saint Joseph mbruandet@hpsj.fr l AVC en quelques chiffres 140 000 AVC/an en France

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés.

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. A Duruflé, C Le Meur, MP Reillon, N Clerc, H Angot, S Sabarots, B Nicolas Pôle Saint Hélier, Rennes

Plus en détail

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie?

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? EHPAD/USLD Table ronde 2ème journée d oncogériatrie du Centre Orléans La Source le 1 er décembre 2016 Dr Karine Barilleau

Plus en détail

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015 Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité Janvier Mars 2015 Sommaire Définition de la Maladie Chronique p.03 Méthodologie et taux de retour p.04 Représentativité p.06

Plus en détail