ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE"

Transcription

1 ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE Yannick MACÉ Statisticien-Economiste Responsable du Secteur Analyses Techniques, Groupama (C.C.A.M.A.) La microéconomie nous enseigne que le choix du niveau de couverture d'un contrat par l'assuré, agit comme révélateur d'une information utile à l'assureur. En retour, ce choix peut influer le comportement de l'assuré vis-àvis du risque. Cette étude propose une mesure économétrique de ces phénomènes sur le cas précis de la garantie Vol en assurance habitation. INTRODUCTION Un client qui, entre deux contrats identiques, montre une préférence pour un contrat avec franchise plutôt que pour un contrat sans franchise d'un prix légèrement plus élevé, ne fait pas ce choix au hasard. Par conséquent, la nature de ce choix n'est pas neutre sur la qualité du risque. Le lien entre ce choix et la réalisation du risque passe par les phénomènes d'antisélection et «d'aléa moral» dans un cadre d'information imparfaite. Le contexte d'antisélection se caractérise par un déséquilibre dans la relation entre assurés et assureur, sur le niveau d'information porté à leur connaissance et lié au risque couvert. La situation «d aléa moral» est une situation où le comportement actif de l assuré peut avoir une influence sur la réalisation du risque. Après un rappel des principaux résultats issus de la théorie microéconomique dans ce domaine, il s'agira d'étayer ces considérations par des mesures économétriques. L'analyse empirique concernera le domaine de l'assurance Vol des contrats multirisqueshabitation. L'évaluation du phénomène d antisélection s inspirera de la méthodologie utilisée par T. BEHAR-J. HEMARD 1 appliquée au risque Automobile. La mesure de l'antisélection utilisera le ratio de Mills, introduit également comme correctif du biais d'échantillonnage. En regard de cette méthodologie, il s agira alors de conclure sur la présence éventuelle d un effet antisélection lié à la préférence pour un contrat sans franchise. 1 T. BEHAR-J. HEMARD (1998) Asymétrie d'information et assurance automobile, Risques n 34. BULLETIN FRANÇAIS D ACTUARIAT, Vol. 4, N 7, 2000, pp

2 106 Y. MACÉ I. LES ENSEIGNEMENTS DE LA MICROECONOMIE A l'aide de ses concepts habituels, la microéconomie fournit deux résultats importants sur les problématiques d antisélection et «d aléa moral». Dans un contexte d'asymétrie de l'information, la théorie microéconomique démontre que le choix d'un niveau de couverture élevé par l'assuré sert de révélateur de caractéristiques d'antisélection. Les assurés, par ailleurs tous identiques, sont séparés en deux catégories : les «bons risques» et les «mauvais risques». Pour l'assureur, il existe alors une tarification optimale (modèle de M. ROTHSCHILD-J. STIGLITZ) 2 qui propose : aux «bons risques», une couverture avec franchise, aux «mauvais risques», une couverture complète. Un deuxième type de modèle microéconomique (modèle de R. ARNOTT-J. STIGLITZ) 2 démontre que les contrats à couverture partielle favorisent les actions d'autoprotection. En revanche, les contrats à couverture complète n'encouragent pas l'autoprotection. Dans cette situation «d'aléa moral», la franchise oriente donc le comportement de l'assuré de manière à réduire les risques. Son rôle s'interprète comme une incitation à la prudence. La conjugaison de ces deux aspects conduit à conclure que l'assuré qui opte pour un contrat à couverture élevée, toutes choses égales par ailleurs, présente une qualité de risque inférieure à celle du souscripteur qui accepte la présence d'une franchise sur son contrat. L'objet des chapitres suivants consiste à vérifier sur des données empiriques, si le choix du niveau de couverture, appréhendé par la franchise a une influence sur la qualité du risque. L'impact du plafond d'indemnisation en tant qu'approximation du niveau de couverture, sera également testé. En effet, il est possible de considérer que pour un souscripteur, le plafond choisi est perçu comme un niveau de couverture même si dans les faits il n'intervient que pour les sinistres d'un montant très élevé. Dans un deuxième temps, il s'agira de mesurer le phénomène d'antisélection à part entière. II. L'ANALYSE ECONOMETRIQUE Les modélisations économétriques présentées mesurent la liaison entre le niveau de couverture d'assurance et la probabilité de survenance d'un sinistre Vol indépendamment des autres facteurs explicatifs du risque. Les modèles permettront d'estimer, d'une part, l'effet «qualité du risque» lié au choix de couverture et d'autre part, l'effet antisélection à proprement parler. 2 D. HENRIET, J.C. ROCHET (1991) Microéconomie de l'assurance, Economica.

3 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE Le portefeuille étudié L'étude a porté sur un portefeuille qui représente environ contrats. Sur ces contrats, les clients peuvent opter pour la présence ou non d'une franchise et choisir leur niveau de garantie. 2. Les variables d'analyse La variable à expliquer est la variable décrivant le nombre de sinistres survenus au cours de l'exercice. Les variables explicatives sont toutes les variables de tarification de la garantie Vol. Elles sont dénommées X1, X2,, X6 et ont pour modalités X1.1, X1.2, X1.3, X2.1, X2.2, X2.3,. Pour des raisons de confidentialité, elles ne peuvent être décrites plus précisément. A cet ensemble, est ajouté le degré de couverture appréhendé soit par le niveau de franchise et par le niveau de plafond de garantie choisis par l'assuré, soit par une variable résumant le niveau de couverture. Le niveau de franchise comporte deux modalités : les contrats sans franchise et les contrats avec franchise (niveau de franchise identique pour tous ces contrats correspondant au niveau de franchise le plus répandu dans le portefeuille). Le niveau de garantie comporte deux modalités : deux niveaux de plafond d'indemnisation par ordre croissant. Ces plafonds qui correspondent à l'engagement maximum de l'assureur sont fixés au moment de la souscription, selon le choix de l'assuré. Le niveau de couverture est une variable synthétique construite à partir du niveau de franchise et du niveau de plafond de garantie de la manière suivante : couverture dite minimale si le niveau de franchise est élevé et le plafond de garantie est bas, couverture dite maximale si le contrat est sans franchise avec un plafond de garantie élevé, couverture dite moyenne dans les autres cas. III. LES MODELES MIS EN OEUVRE Les modèles utilisés relèvent des techniques économétriques sur variables qualitatives. Il s'agit de modèles de régressions logistiques qui permettent d'analyser l'influence d'un groupe de variables explicatives sur une variable dépendante qualitative dichotomique. L'estimation des paramètres du modèle passe par la méthode du maximum de vraisemblance.

4 108 Y. MACÉ L'objectif consiste à expliquer, par les variables de tarification et par le niveau de couverture, la probabilité associée à un assuré de subir un sinistre Vol. La difficulté lorsque l'on souhaite analyser l'effet d'une franchise sur la sinistralité est due, bien évidemment, au fait que tous les sinistres dont le montant est inférieur à la franchise ne sont pas comptabilisés. Trois approches ont été mises en œuvre : A. AJUSTEMENT SUR LES SINISTRES D'UN MONTANT SUPERIEUR A LA FRANCHISE Il s'agit de ne modéliser que les sinistres dont le montant est supérieur au niveau de franchise retenu. En d'autres termes, cela revient à travailler sur une distribution des sinistres tronquée. Dans un deuxième temps, il s'agira alors d'estimer un début théorique de distribution des sinistres (dont le coût est inférieur à la franchise) pour les contrats avec franchise. Ce début de distribution théorique pourra être comparé à celui observé sur les contrats sans franchise. B. AJUSTEMENT SUR UNE DISTRIBUTION DE SINISTRES RECONS- TITUEE Il s'agit de modéliser directement une distribution de sinistres en partie théorique et en partie observée. Selon la méthode précédente, on reconstitue le début de distribution des sinistres pour les sinistres inobservables. L'analyse porte alors sur l'ensemble formé des sinistres observés et des sinistres reconstitués lorsqu'ils sont inobservables. C. AJUSTEMENT EN CONTROLANT LE NIVEAU D'ANTISELECTION Il s'agit de mesurer l'effet d'antisélection associé au choix d'un contrat sans franchise. L'approche mise en œuvre s'inspire de la méthodologie utilisée par T. BEHAR-J. HEMARD 1. Les deux premières approches permettront de mesurer l'effet "qualité du risque" lié au choix du niveau de couverture. La dernière approche fournit une estimation de la présence ou non d'antisélection ainsi que de son intensité. III. A. AJUSTEMENT SUR LES SINISTRES D'UN MONTANT SUPERIEUR A LA FRANCHISE Sur cette première approche, face aux contrats sans franchise, seuls les sinistres dont le coût est supérieur au niveau de la franchise ont été retenus. La modélisation peut alors être décrite de la manière suivante : Pour i =1 à n : ensemble des contrats 1 T. BEHAR-J. HEMARD (1998) Asymétrie d'information et assurance automobile, Risques n 34.

5 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 109 Yi = variable décrivant la survenance d un sinistre d un coût supérieur à Fr (où Fr = niveau de franchise) ) 0 : pas de sinistre d'un cout supérieur à Fr Yi = ) 1: au moins un sinistre d'un cout supérieur à Fr on définit Y* une variable latente telle que : 0si Yi* < 0 Yi = 1si Yi* > 0 avec Yi* = Xi b + Ui où Xi = ensemble des six variables de tarification, (-Ui/ σ ) + une variable décrivant la présence ou non d une franchise au contrat, + une variable décrivant le niveau du plafond de garantie. = résidus indépendants, suivant une loi F (σ>0), F = fonction de répartition d une loi Logistique, on a alors : P ( Yi=1 ) = P ( Yi*>0 ) = P (-Ui < Xi b ) = F [ Xia ] avec a = b/σ 1 soit PYi ( = 1) = 1 + exp( Xia ) Deux variantes ont été réalisées. Une première variante a testé l'influence séparée du niveau de franchise choisi et du niveau de plafond de garantie choisi. Une seconde variante a testé l'influence du niveau de couverture choisi (variable synthétique croisant la présence d une franchise et le niveau du plafond de garantie). III. A.1. Les résultats Ce qui est modélisé c'est la probabilité pour l'assuré de connaître un sinistre vol par rapport à une situation sans sinistre. Les résultats des estimations sont les suivants : Test du rapport des vraisemblances p = 0,0001 * * p : probabilité que l'ensemble des variables explicatives n'explique pas la fréquence vol

6 110 Y. MACÉ Variables de la variante n 1 Coefficients estimés ( â ) Significativité ** des coefficients ( p ) Variables de la variante n 2 Coefficients estimés (â) Significativité ** des coefficients ( p ) CONSTANTE -5,32 0,0001 CONSTANTE -5,32 0,0001 X1.1 1,31 0,0001 X1.1 1,31 0,0001 X1.2 0,94 0,0001 X1.2 0,94 0,0001 X1.3* 0,00. X1.3* 0,00. X2.1-0,29 0,0001 X2.1-0,29 0,0001 X2.2 0,36 0,0001 X2.2 0,36 0,0001 X2.3* 0,00. X2.3* 0,00. X3.1 0,22 0,0094 X3.1 0,22 0,0100 X3.2 0,13 0,0011 X3.2 0,13 0,0009 X3.3* 0,00. X3.3* 0,00. X4.1 0,97 0,0001 X4.1 0,97 0,0001 X4.2* 0,00. X4.2* 0,00. X5.1 0,37 0,0001 X5.1 0,37 0,0001 X5.2* 0,00. X5.2* 0,00. X6.1 0,17 0,0001 X6.1 0,17 0,0001 X6.2* 0,00. X6.2* 0,00. Niveau du plafond de garantie Niveau de couverture. bas -0,17 0,0001. minimale -0,40 0,0001. élevé * 0,00.. moyenne -0,18 0,0001 Franchise. avec -0,24 0,0005. sans * 0,00.. maximale * 0,00. * les coefficients à 0,00 correspondent à la situation de référence ** le coefficient est significativement non nul si p < 0,05 (test de Wald)

7 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 111 Globalement, au vu du test du rapport des vraisemblances, l'adéquation des modèles est valable. En outre, toutes les variables de tarification de la garantie Vol ainsi que les variables décrivant le degré de couverture ressortent significatives. Les résultats s'interprètent sur le tableau précédent grâce au signe des coefficients estimés que l'on situe par rapport à une situation sans sinistre (ils traduisent l effet d une modalité sur la probabilité d avoir un sinistre). Ainsi : les assurés optant pour la franchise subissent (ou déclarent) moins souvent de vol que les assurés préférant des contrats sans franchise, plus le plafond de garantie s'élève, plus la probabilité d'avoir un sinistre augmente, quand le niveau de couverture diminue, la probabilité liée à un assuré de subir un vol diminue. Il apparaît donc que le niveau de couverture agit comme un révélateur de qualité du risque. III. A.2. Extrapolation à l'ensemble de la distribution des sinistres Dans ce modèle, afin de pouvoir comparer correctement la situation des contrats avec et sans franchise, les sinistres d'un montant inférieur à la franchise ont été écartés. En effet, lorsqu'un sinistre d'un tel montant survient, soit l'assuré connaissant l'application de la franchise à son contrat ne le déclare pas à son assureur, soit il le déclare, mais ce dernier le classe sans suite du fait de l'application contractuelle de la franchise. Aussi, à propos des résultats précédents, une objection pourrait être soulevée, liée à la proportion de sinistres dont le montant est inférieur au niveau de la franchise. Si cette proportion est potentiellement différente pour les contrats avec franchise, l'écart de probabilités estimées, caractérisant la qualité du risque, devrait en être corrigé. L'idée est alors de calculer une proportion théorique de sinistres potentiels d'un montant inférieur au niveau de la franchise, et ce, pour les contrats avec franchise. Cette estimation a été réalisée en plusieurs étapes en s'inspirant de la méthode d'heckman afin de corriger les biais de sélection : 1. estimation d'une fonction de choix d'un contrat sans franchise (par rapport à un contrat avec franchise) et construction d'un correctif : le ratio de Mills (ρ). La modélisation peut être décrite de la manière suivante : Pour i=1 à n : ensemble des contrats

8 112 Y. MACÉ Yi = variable décrivant le choix d un contrat avec ou sans franchise (I) Yi 0 : choix d'un contrat avec franchise = 1: choix d'un contrat sans franchise et PYi ( = 1) = F[ Xia] où Xi = ensemble des six variables de tarification, + variable décrivant le niveau du plafond de garantie. F = fonction de répartition d une loi Normale centrée réduite, f = densité d une loi Normale centrée réduite. L estimation du modèle (I) donne â et permet de construire une estimation du correctif ρi : ) ) f( Xia) ρ i = ) F Xia [ ] 2. à partir des contrats sans franchise, estimation d'une fonction de sinistralité à l'aide de l'ensemble des variables explicatives et de la correction d'heckman. La correction d'heckman permet de neutraliser le biais des estimateurs dû au fait que l'on ajuste le modèle sur une sous population : celle des contrats sans franchise. Pour i=1 à n : ensemble des contrats sans franchise Zi = variable décrivant la survenance d un sinistre d un coût inférieur ou égal à Fr (où Fr = niveau de franchise) ) 0 : pas de sinistre d'un cout inférieur ou égal à Fr (II) Zi = ) 1: au moins un sinistre d'un cout inférieur ou égal à Fr et PZi ( 1) F[ ( Xi, i)( ec, )] = = ρ ) où Xi = ensemble des six variables de tarification, + variable décrivant le niveau du plafond de garantie. F = fonction de répartition d une loi Logistique, ρ ) i = correctif d Heckman estimé en (I). L estimation du modèle (II) donne ê et ĉ. 3. extrapolation, adaptée aux contrats avec franchise, du nombre théorique de sinistres dont le montant est inférieur à la franchise. Pour i=1 à n : ensemble des contrats avec franchise

9 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 113 on estime P(Zi=1) = probabilité de survenance d un sinistre d un coût inférieur ou égal à Fr F ( Xi, ρ ) i)( e ), c ) ). P(Zi=1) = [ ] Les résultats de l étape 3 permettent d estimer la proportion potentielle de sinistres dont le coût est inférieur au niveau de la franchise pour les contrats avec franchise. Cette proportion estimée se révèle légèrement supérieure à celle observée sur les contrats sans franchise. On aboutit néanmoins, à une différence jugée peu significative entre les deux types de contrats. Contrats sans franchise Contrats avec franchise Proportion de sinistres d un coût inférieur ou égal à la franchise 25% 30% * Proportion de sinistres d un coût supérieur à la franchise 75% 70% * estimation (l intervalle de confiance à 95% encadrant la proportion estimée est de [25% - 35%]) III. B. AJUSTEMENT SUR UNE DISTRIBUTION DE SINISTRES RECONS- TITUEE Pour cette deuxième approche, l'idée consiste à utiliser un nombre de sinistres potentiels afin de reconstituer le début de la distribution des sinistres sur les contrats avec franchise. Ainsi, pour réaliser l'ajustement, selon les cas, on utilisera : sur les contrats avec franchise : et pour les sinistres d'un montant inférieur à la franchise : un nombre de sinistres théorique estimé, et pour les sinistres d'un montant supérieur à la franchise : le nombre de sinistres observé. sur les contrats sans franchise : et pour tous les sinistres : le nombre de sinistres observé. Le nombre de sinistres théorique utilisé est celui qui a été calculé dans la partie précédente (III-A-2). Les résultats sont comparables aux premières variantes estimées (les modèles sont globalement acceptés et les effets des variables sont significatifs). Test du rapport des vraisemblances p = 0,0001 * * p : probabilité que l'ensemble des variables explicatives n'explique pas la fréquence vol

10 114 Y. MACÉ Variables de la variante n 1 Coefficients estimés ( â ) Significativité ** des coefficients ( p ) Variables de la variante n 2 Coefficients estimés ( â ) Significativité ** des coefficients ( p ) CONSTANTE -5,05 0,0001 CONSTA NTE -5,05 0,0001 X1.1 1,13 0,0001 X1.1 1,13 0,0001 X1.2 0,91 0,0001 X1.2 0,91 0,0001 X1.3* 0,00. X1.3* 0,00. X2.1-0,27 0,0001 X2.1-0,27 0,0001 X2.2 0,32 0,0001 X2.2 0,32 0,0001 X2.3* 0,00. X2.3* 0,00. X3.1 0,23 0,0021 X3.1 0,23 0,0022 X3.2 0,14 0,0001 X3.2 0,14 0,0001 X3.3* 0,00. X3.3* 0,00. X4.1 0,89 0,0001 X4.1 0,89 0,0001 X4.2* 0,00. X4.2* 0,00. X5.1 0,45 0,0001 X5.1 0,45 0,0001 X5.2* 0,00. X5.2* 0,00. X6.1 0,21 0,0001 X6.1 0,21 0,0001 X6.2* 0,00. X6.2* 0,00. Niveau du plafond de garantie Niveau de couverture. bas -0,15 0,0001. minimale -0,31 0,0001. élevé * 0,00.. moyenne -0,16 0,0001. maximale * 0,00. Franchise. avec -0,17 0,0033. sans * 0,00. * les coefficients à 0,00 correspondent à la situation de référence ** le coefficient est significativement non nul si p < 0,05 (test de Wald)

11 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 115 Les deux approches précédentes aboutissent à la même conclusion : le choix de couverture est lié à des niveaux de risque différents. Il est à noter que les écarts de probabilités estimées intègrent à la fois les phénomènes d'antisélection et les phénomènes d'aléa moral. L'approche suivante propose une mesure de l'effet spécifique de l'antisélection sur la probabilité de sinistre. III. C. AJUSTEMENT EN CONTROLANT LE NIVEAU D'ANTISELECTION L'antisélection que l'on tente de cerner ici est celle liée à la préférence pour un contrat sans franchise, par rapport à un contrat avec franchise, toutes choses égales par ailleurs. Cette estimation a été réalisée en deux étapes suivant la méthode d'heckman : 1. estimation d'une fonction de choix d'un contrat sans franchise (par rapport à un contrat avec franchise) et construction du ratio de Mills (ρ), idem III A à partir des contrats sans franchise, estimation de la sinistralité à l'aide de l'ensemble des variables explicatives et du ratio de Mills. Celui-ci a deux rôles ici : il permet de corriger le biais lié au fait que l'ajustement se réalise sur la sous population des contrats sans franchise, mais l'estimation du coefficient associé au ratio de Mills trouve également une interprétation en terme d'antisélection. Pour i=1 à n : ensemble des contrats sans franchise Yi = variable décrivant la survenance d un sinistre 0 : pas de sinistre Yi = 1: au moins un sinistre PYi ( = 1) = F ( Xi, ρ ) i)( eg, ) alors [ ] où Xi = ensemble des six variables de tarification, + variable décrivant le niveau du plafond de garantie, F = fonction de répartition d une loi Logistique, ρ ) i = ratio de Mills estimé à l étape 1, Les résultats sont les suivants : Test du rapport des vraisemblances p = 0,0001 * * p : probabilité que l'ensemble des variables explicatives n'explique pas la fréquence vol

12 116 Y. MACÉ Variables Coefficients estimés ( ê, ĝ ) Significativité ** des coefficients ( p ) CONSTANTE -5,07 0,0001 X1.1 1,13 0,0001 X1.2 0,73 0,0001 X1.3* 0,00. X2.1-0,27 0,0001 X2.2 0,31 0,0001 X2.3* 0,00. X3.1 0,13 0,1100 X3.2 0,09 0,068 X3.3* 0,00. X4.1 0,86 0,0001 X4.2* 0,00. X5.1 0,49 0,0001 X5.2* 0,00. X6.1 0,16 0,0001 X6.2* 0,00. Ratio de Mills (ρ) 1,08 0,0189 Niveau du plafond de garantie. bas -0,28 0,0001. élevé * 0,00. * les coefficients à 0,00 correspondent à la situation de référence ** le coefficient est significativement non nul si p < 0,05 (test de Wald) L'adéquation du modèle est correcte. L'apport de la variable constituée par le ratio de Mills est significatif. Le ratio de Mills a pour vocation première d'améliorer la qualité des estimateurs dans des situations où existe un biais de sélection. L'interprétation liée à ce

13 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 117 correctif traduit ici la présence d'un effet d'antisélection car, par construction, le ratio de Mills est très fortement corrélé à la probabilité de choix d'un contrat avec franchise. Ainsi, les contrats sans franchise, mais dont les caractéristiques auraient dû les conduire à opter pour la franchise (ratio de Mills croissant), se révèlent à un niveau de sinistralité estimée supérieur. Sous l'hypothèse d'une parfaite spécification, ce dernier modèle nous donne une estimation de la probabilité de sinistre avec présence d'antisélection. De même, ce modèle permet de calculer une estimation de la probabilité théorique dans le cas d'absence totale d'antisélection (si l on assimile l absence d antisélection à une valeur nulle du coefficient associé au ratio de Mills). Sur l'ensemble du portefeuille, l'écart relatif entre les deux estimations de ces probabilités apparaît non négligeable puisqu il se monte à 10%. Une méthode identique a été suivie pour mesurer l'antisélection éventuelle liée au choix du niveau de plafond de garantie : préférence pour un plafond élevé alors que les caractéristiques du contrat orienteraient le choix vers un plafond d'un niveau inférieur. Les résultats amènent à rejeter l'hypothèse de présence de cette antisélection. Le différentiel de qualité de risque dû au plafond ne doit donc pas s'expliquer par le phénomène d'antisélection, du moins tel qu appréhendé par la méthodologie précédente. CONCLUSION Les approches mises en œuvre aboutissent au constat selon lequel la qualité du risque est d'autant moins élevée que le niveau de couverture choisi par l assuré est important. La modélisation économétrique permet de mesurer l effet antisélection par l intermédiaire du ratio de Mills. A la lumière des résultats, sur l'ensemble du portefeuille, la présence d'antisélection liée au choix d'un contrat sans franchise se révèle non négligeable, puisqu'elle majorerait la fréquence d'apparition des sinistres de l'ordre de 10%. L'écart de sinistralité entre les contrats avec et les contrats sans franchise, ne s'explique pas seulement par le phénomène de l'antisélection. Sans doute la modification des comportements, caractérisée par les situations d'aléa moral, explique aussi une partie de cet écart. Par ailleurs, indépendamment des explications théoriques, on peut penser à un effet probable lié à de moindres déclarations de sinistres. Cela peut être le cas lorsque l'assuré, qui vient de subir un sinistre, évalue le remboursement auquel il peut prétendre de la part de son assureur, à un niveau très proche de celui de la franchise de son contrat.

14 118 Y. MACÉ Enfin, on précisera que les résultats présentés sont bien évidemment relatifs à la spécification des modèles et qu'il serait toujours possible d'affiner les procédures d'estimation en utilisant des algorithmes plus sophistiqués (notamment pour lever certains problèmes de colinéarité). BIBLIOGRAPHIE BEHAR T.-HEMARD J. (1998) Asymétrie d'information et assurance automobile. Risques n 34 Avril-Juin. GOURIEROUX C. (1984) Econométrie des variables qualitatives. Economica. HECKMAN J.J. (1979) Sample Bias as a Specification Error. Econometrica 47. HENRIET D., ROCHET J.C. (1991) Microéconomie de l'assurance. Economica. LOLLIVIER S., MARPSAT M., VERGER D. (1996) L'économétrie et l'étude des comportements. Les modèles univariés à résidus logistiques ou normaux. Document de travail n INSEE. MURNANE R.J., NEWSTEAD S., OLSEN R.J. (1985) Comparing Public and Private Schools : The Puzzling Role of Selectivity Bias. Journal of Business & Economic Statistic - Janvier 1985.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Débouchés professionnels

Débouchés professionnels Master Domaine Droit, Economie, Gestion Mention : Monnaie, Banque, Finance, Assurance Spécialité : Risque, Assurance, Décision Année universitaire 2014/2015 DIRECTEUR de la spécialité : Monsieur Kouroche

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production : La prime

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux Protection sociale et assurance des personnels territoriaux R E S S O U R C La commune, employeur public, a des obligations à l'égard de ses agents en matière de protection sociale. Selon leur statut,

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x)

ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) Gilbert THIRY Membre d'honneur de l'iaf E.S.R.A. - Paris Dans toutes les sociétés d'assurances, le rôle de l'actuaire est incontournable pour optimiser

Plus en détail

FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR

FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR Guillaume PLANTIN GREMAQ Université Toulouse I 1 La détermination d un plan de réassurance optimal est une des applications les plus classiques de la

Plus en détail

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 98-07 DU 23 JUIN 1998 4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM Le Conseil National de la Comptabilité, réuni en Assemblée Plénière le 23 juin 1998, a adopté

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire L1-S1 Lire et caractériser l'information géographique - Le traitement statistique univarié Statistique : le terme statistique désigne à la fois : 1) l'ensemble des données numériques concernant une catégorie

Plus en détail

2- Antisélection et rationnement du crédit

2- Antisélection et rationnement du crédit 2- Antisélection et rationnement du crédit Objectif : comprendre le dysfonctionnement d'un marché avec asymétrie d'information Cas du marché du crédit Nature de l'asymétrie d'information : avant la conclusion

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Preface de: Seydi Ababacar DIENG Ousmane Biram SANE U ifarmattan TABLE DES MATIERES Dedicace

Plus en détail

(Customer Relationship Management, «Gestion de la Relation Client»)

(Customer Relationship Management, «Gestion de la Relation Client») (Customer Relationship Management, «Gestion de la Relation Client») Les Banques et sociétés d assurance sont aujourd'hui confrontées à une concurrence de plus en plus vive et leur stratégie " clientèle

Plus en détail

SIG ET ANALYSE EXPLORATOIRE

SIG ET ANALYSE EXPLORATOIRE SIG ET ANALYSE EXPLORATOIRE VERS DE NOUVELLES PRATIQUES EN GÉOGRAPHIE Jean-Marc ORHAN Equipe P.A.R.I.S., URA 1243 du CNRS Paris Résumé L'offre actuelle dans le domaine des logiciels de type Système d'information

Plus en détail

ANNEXES Garanties RC Circulation Circuit

ANNEXES Garanties RC Circulation Circuit S Garanties RC Circulation Circuit Annexe au contrat RC Circulation Circuit à la Journée - 69401 602 477... Page 2 Annexe au contrat RC Circulation Circuit à l année - 69401 602 478... Page 3 Annexe au

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES MASTER Domaine DROIT, ÉCONOMIE, GESTION Mention MONNAIE,BANQUE, FINANCE, ASSURANCE Spécialité RISQUE, ASSURANCE, DÉCISION 2014 / 2015 Z.Trocellier Directeurs Pr Kouroche VAFAÏ

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Titre 4 - Analyse de l impact de la résiliation annuelle sur les marges des contrats emprunteurs

Titre 4 - Analyse de l impact de la résiliation annuelle sur les marges des contrats emprunteurs Titre 4 - Analyse de l impact de la résiliation annuelle sur les marges des contrats emprunteurs 4.1 Le concept d Analyse en Temps Probabilisé Le concept d Analyse en Temps Probabilisé, développé et appliqué

Plus en détail

Article. «La mesure empirique des problèmes d information» Georges Dionne. L'Actualité économique, vol. 74, n 4, 1998, p. 585-606.

Article. «La mesure empirique des problèmes d information» Georges Dionne. L'Actualité économique, vol. 74, n 4, 1998, p. 585-606. Article «La mesure empirique des problèmes d information» Georges Dionne L'Actualité économique, vol. 74, n 4, 1998, p. 585-606. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/602275ar

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Orientations relatives aux limites des contrats

Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA-BoS-14/165 FR Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL. Préambule

REGLEMENT GENERAL. Préambule COUNCIL OF BUREAUX CONSEIL DES BUREAUX REGLEMENT GENERAL Préambule (1) Considérant que le Groupe de travail des transports routiers du Comité des transports intérieurs de la Commission économique pour

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

LES ASSURANCES DE L ENTREPRISE

LES ASSURANCES DE L ENTREPRISE LES ASSURANCES DE L ENTREPRISE Formation en 12 jours Présentation de l entreprise Besoins d assurance de l entreprise 4 jours 8 jours Stage de 10 personnes maximum Objectifs de la formation Permettre aux

Plus en détail

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE 21 novembre 2003 Sommaire Objectifs de l'enquête et méthodologie Tendances des SID (Systèmes d'information Décisionnels)

Plus en détail

CBT SATEC 24 RUE CAMBACERES 75413 PARIS CEDEX 08. Veuillez trouver ci-joint les documents concernant votre devis GAN HORIZON AUTO

CBT SATEC 24 RUE CAMBACERES 75413 PARIS CEDEX 08. Veuillez trouver ci-joint les documents concernant votre devis GAN HORIZON AUTO CBT SATEC 24 RUE CAMBACERES 75413 PARIS CEDEX 08 Veuillez trouver ci-joint les documents concernant votre devis N de devis : 929 271 06E CARACTERISTIQUES DEVIS Délégation : Paris BFA / IRC BENJAMIN FABRE

Plus en détail

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION À UNE INTERPRÉTATION CAUSALE Arthur Charpentier Professeur d actuariat à l Université du Québec, Montréal Amadou Diogo Barry Chercheur à l Institut de santé

Plus en détail

cadre du pilier 1 assurance Février 2012

cadre du pilier 1 assurance Février 2012 Mortalité, longévité, pandémie : Construire un générateur de scénarios Choix des économiques hypothèses en dans le assurance cadre du pilier 1 Version 1.2 Version 1.0 Septembre 2012 Février 2012 Frédéric

Plus en détail

ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE. France, 1992

ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE. France, 1992 ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE France, 1992 CLUSIF Date de publication : 1993 TABLE DES MATIERES RISQUES INFORMATIQUES 1992 PRESENTATION...3

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL. Préambule

REGLEMENT GENERAL. Préambule COUNCIL OF BUREAUX CONSEIL DES BUREAUX REGLEMENT GENERAL Préambule (1) Considérant que le Groupe de travail des transports routiers du Comité des transports intérieurs de la Commission économique pour

Plus en détail

Rapport d'analyse des besoins

Rapport d'analyse des besoins Projet ANR 2011 - BR4CP (Business Recommendation for Configurable products) Rapport d'analyse des besoins Janvier 2013 Rapport IRIT/RR--2013-17 FR Redacteur : 0. Lhomme Introduction...4 La configuration

Plus en détail

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Banque centrale du Luxembourg 1 Introduction 1.1 Population déclarante Le rapport

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Tables d expérience : les outils de suivi du risque

Tables d expérience : les outils de suivi du risque Tables d expérience : les outils de suivi du risque Sépia «Construction de tables d expérience en assurance : quels outils?» Paris, jeudi 24 janvier 2013 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES Séminaire Arrêts de travail 20 mai 2014 5/21/2014 1 Introduction Contexte

Plus en détail

Questionnaire - Investisseurs en Capital

Questionnaire - Investisseurs en Capital Questionnaire - Investisseurs en Capital Ce questionnaire a pour objet de renseigner l Assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES 1) OBJET DUREE ET DISPOSITIONS GENERALES a. OBJET DU MARCHE Marché pour la souscription d'un contrat d'assistance à la maîtrise d'ouvrage concernant

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I - PRESENTATION DE L ENQUETE... 5 A - OBJECTIFS DE L ENQUETE...5 B - CHAMP DE L ENQUETE...5 C - DETERMINATION DES «GROUPES» DE SOCIETES...6 II - VUE D ENSEMBLE DES CESSIONS...

Plus en détail

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS Deuxième étude d impact quantitative sur le risque de marché Sommaire des résultats Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Janvier 2011 DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus Pierre THEROND & Stéphane BONCHE SOMMAIRE 1. Réduction de franchise en l absence de système bonus-malus A - Bonnes propriétés du modèle collectif

Plus en détail

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX Vêlayoudom MARIMOUTOU Laboratoire d Analyse et de Recherche Economiques Université de Bordeaux IV Avenue. Leon Duguit, 33608 PESSAC, France tel. 05 56 84 85 77 e-mail

Plus en détail

Ordonnance sur les assurances de choses

Ordonnance sur les assurances de choses Ordonnance sur les assurances de choses du 17 août 2001 RDCo 156.52 Le Conseil municipal de Bienne, se fondant sur l'article 50, 1 er alinéa du Règlement de la Ville du 9 juin 1996 1, arrête: I. Généralités

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

ACT3284 Modèles en assurance IARD Examen Final - 14 décembre 2011

ACT3284 Modèles en assurance IARD Examen Final - 14 décembre 2011 #1 À partir de l'information ci-dessous : Sinistres payés cumulatifs Réserves aux dossiers 12 mois 24 mois 36 mois 12 mois 24 mois 36 mois 2008 240,000 393,600 499,200 2008 160,000 120,000 79,200 2009

Plus en détail

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST GUIDE PRATIQUE pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST Edition du 16 décembre 2011 But Le présent guide pratique s entend comme une aide pour

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Prospection commerciale Contexte de formation 2 Objectifs de formation

Plus en détail

Défaillance d une entreprise d assurance

Défaillance d une entreprise d assurance Livret de l indemnisation Défaillance d une entreprise d assurance Mission du Fonds de Garantie 1 Accident de circulation 2 Accident de chasse 1 Mission du Fonds de Garantie > Un dispositif protecteur

Plus en détail

CHAPITRE 3. Application à la Mutualisation des Risques & à la Demande d Assurance

CHAPITRE 3. Application à la Mutualisation des Risques & à la Demande d Assurance CHAPITRE 3 Application à la Mutualisation des Risques & à la Demande d Assurance Ce chapitre présente une première application des concepts développés dans la première partie de ce cours Il s agit de modéliser

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

Précision. Rigueur. Estimation du risque

Précision. Rigueur. Estimation du risque Savez-vous lesquels de ces conducteurs représentent le plus grand risque pour votre entreprise? Nous le savons. Estimation du risque ApSTAT Technologies offre une gamme complète de solutions robustes de

Plus en détail

Profil de la profession Courtier. en assurance suisse. Code de conduite. du 29 octobre 2008

Profil de la profession Courtier. en assurance suisse. Code de conduite. du 29 octobre 2008 Profil de la profession Courtier en assurance suisse et Code de conduite du 29 octobre 2008 1 Tables des matières 1. Le courtier en assurance 4 2. Principes éthiques 5 2.1. Loyauté et intégrité 5 2.2.

Plus en détail

L assurance en temps réel

L assurance en temps réel L assurance en temps réel LASSUREUR Meix Colas 21200 MEURSANGES N de Siret 482 645 694 00019 Convention de Courtage Protocole d'accord Entre Lassureur.com Gestion Meix Colas 21200 MEURSANGES Et Mentions

Plus en détail

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus.

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus. JF WALHIN* J PARIS* * Université Catholique de Louvain, Belgique Le Mans Assurances, Belgique RÉSUMÉ Nous proposons une méthodologie générale pour construire un système bonus-malus équilibré basé sur une

Plus en détail

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 1. Présentation de la filière Économie et Entreprise La filière «Economie et entreprises» de quatrième année de SciencesPo Strasbourg donne aux étudiants, dans

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Mathématiques Appliquées Cours-TD : K. Abdi, M. Huaulmé, B. de Loynes et S. Pommier Université de Rennes 1 - L1 AES - 009-010 TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Exercice 1 Calculer

Plus en détail

B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00]

B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00] B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00] Références du document 5J-1-00 Date du document 07/03/00 SECTION 2 : TABLEAU V - NOMBRE D'ADHERENTS ET DE COMPTABILITES PAR REGIME D'IMPOSITION S'agissant du nombre

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

Assurance. Souscription. Encadrement d'un réseau salarié

Assurance. Souscription. Encadrement d'un réseau salarié Assurance Souscription Recueil, identification et formalisation des besoins des clients. Réponse aux demandes de simulations. Appréciation, mesure, évaluation de chaque risque en analysant les différentes

Plus en détail

Optimisation des ressources des produits automobile première

Optimisation des ressources des produits automobile première EURIA EURo Optimisation produits automobile première Pauline PERROT promotion 2011 EURIA EURo 1 ère partie : contexte MMA (FFSA) MAAF (GEMA) SGAM : COVEA (AFA) GMF (GEMA) MMA : Plus 3 millions clients

Plus en détail

Méthode simple de calcul du prix horaire de l agence

Méthode simple de calcul du prix horaire de l agence Méthode simple de calcul du prix horaire de l agence Proposer un contrat calculé «au temps à passer» suppose de connaître aussi précisément que possible le coût horaire de l'architecte (qu'il soit libéral

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. n 14

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. n 14 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Études & documents n 14 Décembre 2009 ÉNERGI-CLIMAT Localisation des ménages et usage de l automobile : résultats comparés de plusieurs enquêtes et apport

Plus en détail