ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE"

Transcription

1 ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE Yannick MACÉ Statisticien-Economiste Responsable du Secteur Analyses Techniques, Groupama (C.C.A.M.A.) La microéconomie nous enseigne que le choix du niveau de couverture d'un contrat par l'assuré, agit comme révélateur d'une information utile à l'assureur. En retour, ce choix peut influer le comportement de l'assuré vis-àvis du risque. Cette étude propose une mesure économétrique de ces phénomènes sur le cas précis de la garantie Vol en assurance habitation. INTRODUCTION Un client qui, entre deux contrats identiques, montre une préférence pour un contrat avec franchise plutôt que pour un contrat sans franchise d'un prix légèrement plus élevé, ne fait pas ce choix au hasard. Par conséquent, la nature de ce choix n'est pas neutre sur la qualité du risque. Le lien entre ce choix et la réalisation du risque passe par les phénomènes d'antisélection et «d'aléa moral» dans un cadre d'information imparfaite. Le contexte d'antisélection se caractérise par un déséquilibre dans la relation entre assurés et assureur, sur le niveau d'information porté à leur connaissance et lié au risque couvert. La situation «d aléa moral» est une situation où le comportement actif de l assuré peut avoir une influence sur la réalisation du risque. Après un rappel des principaux résultats issus de la théorie microéconomique dans ce domaine, il s'agira d'étayer ces considérations par des mesures économétriques. L'analyse empirique concernera le domaine de l'assurance Vol des contrats multirisqueshabitation. L'évaluation du phénomène d antisélection s inspirera de la méthodologie utilisée par T. BEHAR-J. HEMARD 1 appliquée au risque Automobile. La mesure de l'antisélection utilisera le ratio de Mills, introduit également comme correctif du biais d'échantillonnage. En regard de cette méthodologie, il s agira alors de conclure sur la présence éventuelle d un effet antisélection lié à la préférence pour un contrat sans franchise. 1 T. BEHAR-J. HEMARD (1998) Asymétrie d'information et assurance automobile, Risques n 34. BULLETIN FRANÇAIS D ACTUARIAT, Vol. 4, N 7, 2000, pp

2 106 Y. MACÉ I. LES ENSEIGNEMENTS DE LA MICROECONOMIE A l'aide de ses concepts habituels, la microéconomie fournit deux résultats importants sur les problématiques d antisélection et «d aléa moral». Dans un contexte d'asymétrie de l'information, la théorie microéconomique démontre que le choix d'un niveau de couverture élevé par l'assuré sert de révélateur de caractéristiques d'antisélection. Les assurés, par ailleurs tous identiques, sont séparés en deux catégories : les «bons risques» et les «mauvais risques». Pour l'assureur, il existe alors une tarification optimale (modèle de M. ROTHSCHILD-J. STIGLITZ) 2 qui propose : aux «bons risques», une couverture avec franchise, aux «mauvais risques», une couverture complète. Un deuxième type de modèle microéconomique (modèle de R. ARNOTT-J. STIGLITZ) 2 démontre que les contrats à couverture partielle favorisent les actions d'autoprotection. En revanche, les contrats à couverture complète n'encouragent pas l'autoprotection. Dans cette situation «d'aléa moral», la franchise oriente donc le comportement de l'assuré de manière à réduire les risques. Son rôle s'interprète comme une incitation à la prudence. La conjugaison de ces deux aspects conduit à conclure que l'assuré qui opte pour un contrat à couverture élevée, toutes choses égales par ailleurs, présente une qualité de risque inférieure à celle du souscripteur qui accepte la présence d'une franchise sur son contrat. L'objet des chapitres suivants consiste à vérifier sur des données empiriques, si le choix du niveau de couverture, appréhendé par la franchise a une influence sur la qualité du risque. L'impact du plafond d'indemnisation en tant qu'approximation du niveau de couverture, sera également testé. En effet, il est possible de considérer que pour un souscripteur, le plafond choisi est perçu comme un niveau de couverture même si dans les faits il n'intervient que pour les sinistres d'un montant très élevé. Dans un deuxième temps, il s'agira de mesurer le phénomène d'antisélection à part entière. II. L'ANALYSE ECONOMETRIQUE Les modélisations économétriques présentées mesurent la liaison entre le niveau de couverture d'assurance et la probabilité de survenance d'un sinistre Vol indépendamment des autres facteurs explicatifs du risque. Les modèles permettront d'estimer, d'une part, l'effet «qualité du risque» lié au choix de couverture et d'autre part, l'effet antisélection à proprement parler. 2 D. HENRIET, J.C. ROCHET (1991) Microéconomie de l'assurance, Economica.

3 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE Le portefeuille étudié L'étude a porté sur un portefeuille qui représente environ contrats. Sur ces contrats, les clients peuvent opter pour la présence ou non d'une franchise et choisir leur niveau de garantie. 2. Les variables d'analyse La variable à expliquer est la variable décrivant le nombre de sinistres survenus au cours de l'exercice. Les variables explicatives sont toutes les variables de tarification de la garantie Vol. Elles sont dénommées X1, X2,, X6 et ont pour modalités X1.1, X1.2, X1.3, X2.1, X2.2, X2.3,. Pour des raisons de confidentialité, elles ne peuvent être décrites plus précisément. A cet ensemble, est ajouté le degré de couverture appréhendé soit par le niveau de franchise et par le niveau de plafond de garantie choisis par l'assuré, soit par une variable résumant le niveau de couverture. Le niveau de franchise comporte deux modalités : les contrats sans franchise et les contrats avec franchise (niveau de franchise identique pour tous ces contrats correspondant au niveau de franchise le plus répandu dans le portefeuille). Le niveau de garantie comporte deux modalités : deux niveaux de plafond d'indemnisation par ordre croissant. Ces plafonds qui correspondent à l'engagement maximum de l'assureur sont fixés au moment de la souscription, selon le choix de l'assuré. Le niveau de couverture est une variable synthétique construite à partir du niveau de franchise et du niveau de plafond de garantie de la manière suivante : couverture dite minimale si le niveau de franchise est élevé et le plafond de garantie est bas, couverture dite maximale si le contrat est sans franchise avec un plafond de garantie élevé, couverture dite moyenne dans les autres cas. III. LES MODELES MIS EN OEUVRE Les modèles utilisés relèvent des techniques économétriques sur variables qualitatives. Il s'agit de modèles de régressions logistiques qui permettent d'analyser l'influence d'un groupe de variables explicatives sur une variable dépendante qualitative dichotomique. L'estimation des paramètres du modèle passe par la méthode du maximum de vraisemblance.

4 108 Y. MACÉ L'objectif consiste à expliquer, par les variables de tarification et par le niveau de couverture, la probabilité associée à un assuré de subir un sinistre Vol. La difficulté lorsque l'on souhaite analyser l'effet d'une franchise sur la sinistralité est due, bien évidemment, au fait que tous les sinistres dont le montant est inférieur à la franchise ne sont pas comptabilisés. Trois approches ont été mises en œuvre : A. AJUSTEMENT SUR LES SINISTRES D'UN MONTANT SUPERIEUR A LA FRANCHISE Il s'agit de ne modéliser que les sinistres dont le montant est supérieur au niveau de franchise retenu. En d'autres termes, cela revient à travailler sur une distribution des sinistres tronquée. Dans un deuxième temps, il s'agira alors d'estimer un début théorique de distribution des sinistres (dont le coût est inférieur à la franchise) pour les contrats avec franchise. Ce début de distribution théorique pourra être comparé à celui observé sur les contrats sans franchise. B. AJUSTEMENT SUR UNE DISTRIBUTION DE SINISTRES RECONS- TITUEE Il s'agit de modéliser directement une distribution de sinistres en partie théorique et en partie observée. Selon la méthode précédente, on reconstitue le début de distribution des sinistres pour les sinistres inobservables. L'analyse porte alors sur l'ensemble formé des sinistres observés et des sinistres reconstitués lorsqu'ils sont inobservables. C. AJUSTEMENT EN CONTROLANT LE NIVEAU D'ANTISELECTION Il s'agit de mesurer l'effet d'antisélection associé au choix d'un contrat sans franchise. L'approche mise en œuvre s'inspire de la méthodologie utilisée par T. BEHAR-J. HEMARD 1. Les deux premières approches permettront de mesurer l'effet "qualité du risque" lié au choix du niveau de couverture. La dernière approche fournit une estimation de la présence ou non d'antisélection ainsi que de son intensité. III. A. AJUSTEMENT SUR LES SINISTRES D'UN MONTANT SUPERIEUR A LA FRANCHISE Sur cette première approche, face aux contrats sans franchise, seuls les sinistres dont le coût est supérieur au niveau de la franchise ont été retenus. La modélisation peut alors être décrite de la manière suivante : Pour i =1 à n : ensemble des contrats 1 T. BEHAR-J. HEMARD (1998) Asymétrie d'information et assurance automobile, Risques n 34.

5 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 109 Yi = variable décrivant la survenance d un sinistre d un coût supérieur à Fr (où Fr = niveau de franchise) ) 0 : pas de sinistre d'un cout supérieur à Fr Yi = ) 1: au moins un sinistre d'un cout supérieur à Fr on définit Y* une variable latente telle que : 0si Yi* < 0 Yi = 1si Yi* > 0 avec Yi* = Xi b + Ui où Xi = ensemble des six variables de tarification, (-Ui/ σ ) + une variable décrivant la présence ou non d une franchise au contrat, + une variable décrivant le niveau du plafond de garantie. = résidus indépendants, suivant une loi F (σ>0), F = fonction de répartition d une loi Logistique, on a alors : P ( Yi=1 ) = P ( Yi*>0 ) = P (-Ui < Xi b ) = F [ Xia ] avec a = b/σ 1 soit PYi ( = 1) = 1 + exp( Xia ) Deux variantes ont été réalisées. Une première variante a testé l'influence séparée du niveau de franchise choisi et du niveau de plafond de garantie choisi. Une seconde variante a testé l'influence du niveau de couverture choisi (variable synthétique croisant la présence d une franchise et le niveau du plafond de garantie). III. A.1. Les résultats Ce qui est modélisé c'est la probabilité pour l'assuré de connaître un sinistre vol par rapport à une situation sans sinistre. Les résultats des estimations sont les suivants : Test du rapport des vraisemblances p = 0,0001 * * p : probabilité que l'ensemble des variables explicatives n'explique pas la fréquence vol

6 110 Y. MACÉ Variables de la variante n 1 Coefficients estimés ( â ) Significativité ** des coefficients ( p ) Variables de la variante n 2 Coefficients estimés (â) Significativité ** des coefficients ( p ) CONSTANTE -5,32 0,0001 CONSTANTE -5,32 0,0001 X1.1 1,31 0,0001 X1.1 1,31 0,0001 X1.2 0,94 0,0001 X1.2 0,94 0,0001 X1.3* 0,00. X1.3* 0,00. X2.1-0,29 0,0001 X2.1-0,29 0,0001 X2.2 0,36 0,0001 X2.2 0,36 0,0001 X2.3* 0,00. X2.3* 0,00. X3.1 0,22 0,0094 X3.1 0,22 0,0100 X3.2 0,13 0,0011 X3.2 0,13 0,0009 X3.3* 0,00. X3.3* 0,00. X4.1 0,97 0,0001 X4.1 0,97 0,0001 X4.2* 0,00. X4.2* 0,00. X5.1 0,37 0,0001 X5.1 0,37 0,0001 X5.2* 0,00. X5.2* 0,00. X6.1 0,17 0,0001 X6.1 0,17 0,0001 X6.2* 0,00. X6.2* 0,00. Niveau du plafond de garantie Niveau de couverture. bas -0,17 0,0001. minimale -0,40 0,0001. élevé * 0,00.. moyenne -0,18 0,0001 Franchise. avec -0,24 0,0005. sans * 0,00.. maximale * 0,00. * les coefficients à 0,00 correspondent à la situation de référence ** le coefficient est significativement non nul si p < 0,05 (test de Wald)

7 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 111 Globalement, au vu du test du rapport des vraisemblances, l'adéquation des modèles est valable. En outre, toutes les variables de tarification de la garantie Vol ainsi que les variables décrivant le degré de couverture ressortent significatives. Les résultats s'interprètent sur le tableau précédent grâce au signe des coefficients estimés que l'on situe par rapport à une situation sans sinistre (ils traduisent l effet d une modalité sur la probabilité d avoir un sinistre). Ainsi : les assurés optant pour la franchise subissent (ou déclarent) moins souvent de vol que les assurés préférant des contrats sans franchise, plus le plafond de garantie s'élève, plus la probabilité d'avoir un sinistre augmente, quand le niveau de couverture diminue, la probabilité liée à un assuré de subir un vol diminue. Il apparaît donc que le niveau de couverture agit comme un révélateur de qualité du risque. III. A.2. Extrapolation à l'ensemble de la distribution des sinistres Dans ce modèle, afin de pouvoir comparer correctement la situation des contrats avec et sans franchise, les sinistres d'un montant inférieur à la franchise ont été écartés. En effet, lorsqu'un sinistre d'un tel montant survient, soit l'assuré connaissant l'application de la franchise à son contrat ne le déclare pas à son assureur, soit il le déclare, mais ce dernier le classe sans suite du fait de l'application contractuelle de la franchise. Aussi, à propos des résultats précédents, une objection pourrait être soulevée, liée à la proportion de sinistres dont le montant est inférieur au niveau de la franchise. Si cette proportion est potentiellement différente pour les contrats avec franchise, l'écart de probabilités estimées, caractérisant la qualité du risque, devrait en être corrigé. L'idée est alors de calculer une proportion théorique de sinistres potentiels d'un montant inférieur au niveau de la franchise, et ce, pour les contrats avec franchise. Cette estimation a été réalisée en plusieurs étapes en s'inspirant de la méthode d'heckman afin de corriger les biais de sélection : 1. estimation d'une fonction de choix d'un contrat sans franchise (par rapport à un contrat avec franchise) et construction d'un correctif : le ratio de Mills (ρ). La modélisation peut être décrite de la manière suivante : Pour i=1 à n : ensemble des contrats

8 112 Y. MACÉ Yi = variable décrivant le choix d un contrat avec ou sans franchise (I) Yi 0 : choix d'un contrat avec franchise = 1: choix d'un contrat sans franchise et PYi ( = 1) = F[ Xia] où Xi = ensemble des six variables de tarification, + variable décrivant le niveau du plafond de garantie. F = fonction de répartition d une loi Normale centrée réduite, f = densité d une loi Normale centrée réduite. L estimation du modèle (I) donne â et permet de construire une estimation du correctif ρi : ) ) f( Xia) ρ i = ) F Xia [ ] 2. à partir des contrats sans franchise, estimation d'une fonction de sinistralité à l'aide de l'ensemble des variables explicatives et de la correction d'heckman. La correction d'heckman permet de neutraliser le biais des estimateurs dû au fait que l'on ajuste le modèle sur une sous population : celle des contrats sans franchise. Pour i=1 à n : ensemble des contrats sans franchise Zi = variable décrivant la survenance d un sinistre d un coût inférieur ou égal à Fr (où Fr = niveau de franchise) ) 0 : pas de sinistre d'un cout inférieur ou égal à Fr (II) Zi = ) 1: au moins un sinistre d'un cout inférieur ou égal à Fr et PZi ( 1) F[ ( Xi, i)( ec, )] = = ρ ) où Xi = ensemble des six variables de tarification, + variable décrivant le niveau du plafond de garantie. F = fonction de répartition d une loi Logistique, ρ ) i = correctif d Heckman estimé en (I). L estimation du modèle (II) donne ê et ĉ. 3. extrapolation, adaptée aux contrats avec franchise, du nombre théorique de sinistres dont le montant est inférieur à la franchise. Pour i=1 à n : ensemble des contrats avec franchise

9 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 113 on estime P(Zi=1) = probabilité de survenance d un sinistre d un coût inférieur ou égal à Fr F ( Xi, ρ ) i)( e ), c ) ). P(Zi=1) = [ ] Les résultats de l étape 3 permettent d estimer la proportion potentielle de sinistres dont le coût est inférieur au niveau de la franchise pour les contrats avec franchise. Cette proportion estimée se révèle légèrement supérieure à celle observée sur les contrats sans franchise. On aboutit néanmoins, à une différence jugée peu significative entre les deux types de contrats. Contrats sans franchise Contrats avec franchise Proportion de sinistres d un coût inférieur ou égal à la franchise 25% 30% * Proportion de sinistres d un coût supérieur à la franchise 75% 70% * estimation (l intervalle de confiance à 95% encadrant la proportion estimée est de [25% - 35%]) III. B. AJUSTEMENT SUR UNE DISTRIBUTION DE SINISTRES RECONS- TITUEE Pour cette deuxième approche, l'idée consiste à utiliser un nombre de sinistres potentiels afin de reconstituer le début de la distribution des sinistres sur les contrats avec franchise. Ainsi, pour réaliser l'ajustement, selon les cas, on utilisera : sur les contrats avec franchise : et pour les sinistres d'un montant inférieur à la franchise : un nombre de sinistres théorique estimé, et pour les sinistres d'un montant supérieur à la franchise : le nombre de sinistres observé. sur les contrats sans franchise : et pour tous les sinistres : le nombre de sinistres observé. Le nombre de sinistres théorique utilisé est celui qui a été calculé dans la partie précédente (III-A-2). Les résultats sont comparables aux premières variantes estimées (les modèles sont globalement acceptés et les effets des variables sont significatifs). Test du rapport des vraisemblances p = 0,0001 * * p : probabilité que l'ensemble des variables explicatives n'explique pas la fréquence vol

10 114 Y. MACÉ Variables de la variante n 1 Coefficients estimés ( â ) Significativité ** des coefficients ( p ) Variables de la variante n 2 Coefficients estimés ( â ) Significativité ** des coefficients ( p ) CONSTANTE -5,05 0,0001 CONSTA NTE -5,05 0,0001 X1.1 1,13 0,0001 X1.1 1,13 0,0001 X1.2 0,91 0,0001 X1.2 0,91 0,0001 X1.3* 0,00. X1.3* 0,00. X2.1-0,27 0,0001 X2.1-0,27 0,0001 X2.2 0,32 0,0001 X2.2 0,32 0,0001 X2.3* 0,00. X2.3* 0,00. X3.1 0,23 0,0021 X3.1 0,23 0,0022 X3.2 0,14 0,0001 X3.2 0,14 0,0001 X3.3* 0,00. X3.3* 0,00. X4.1 0,89 0,0001 X4.1 0,89 0,0001 X4.2* 0,00. X4.2* 0,00. X5.1 0,45 0,0001 X5.1 0,45 0,0001 X5.2* 0,00. X5.2* 0,00. X6.1 0,21 0,0001 X6.1 0,21 0,0001 X6.2* 0,00. X6.2* 0,00. Niveau du plafond de garantie Niveau de couverture. bas -0,15 0,0001. minimale -0,31 0,0001. élevé * 0,00.. moyenne -0,16 0,0001. maximale * 0,00. Franchise. avec -0,17 0,0033. sans * 0,00. * les coefficients à 0,00 correspondent à la situation de référence ** le coefficient est significativement non nul si p < 0,05 (test de Wald)

11 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 115 Les deux approches précédentes aboutissent à la même conclusion : le choix de couverture est lié à des niveaux de risque différents. Il est à noter que les écarts de probabilités estimées intègrent à la fois les phénomènes d'antisélection et les phénomènes d'aléa moral. L'approche suivante propose une mesure de l'effet spécifique de l'antisélection sur la probabilité de sinistre. III. C. AJUSTEMENT EN CONTROLANT LE NIVEAU D'ANTISELECTION L'antisélection que l'on tente de cerner ici est celle liée à la préférence pour un contrat sans franchise, par rapport à un contrat avec franchise, toutes choses égales par ailleurs. Cette estimation a été réalisée en deux étapes suivant la méthode d'heckman : 1. estimation d'une fonction de choix d'un contrat sans franchise (par rapport à un contrat avec franchise) et construction du ratio de Mills (ρ), idem III A à partir des contrats sans franchise, estimation de la sinistralité à l'aide de l'ensemble des variables explicatives et du ratio de Mills. Celui-ci a deux rôles ici : il permet de corriger le biais lié au fait que l'ajustement se réalise sur la sous population des contrats sans franchise, mais l'estimation du coefficient associé au ratio de Mills trouve également une interprétation en terme d'antisélection. Pour i=1 à n : ensemble des contrats sans franchise Yi = variable décrivant la survenance d un sinistre 0 : pas de sinistre Yi = 1: au moins un sinistre PYi ( = 1) = F ( Xi, ρ ) i)( eg, ) alors [ ] où Xi = ensemble des six variables de tarification, + variable décrivant le niveau du plafond de garantie, F = fonction de répartition d une loi Logistique, ρ ) i = ratio de Mills estimé à l étape 1, Les résultats sont les suivants : Test du rapport des vraisemblances p = 0,0001 * * p : probabilité que l'ensemble des variables explicatives n'explique pas la fréquence vol

12 116 Y. MACÉ Variables Coefficients estimés ( ê, ĝ ) Significativité ** des coefficients ( p ) CONSTANTE -5,07 0,0001 X1.1 1,13 0,0001 X1.2 0,73 0,0001 X1.3* 0,00. X2.1-0,27 0,0001 X2.2 0,31 0,0001 X2.3* 0,00. X3.1 0,13 0,1100 X3.2 0,09 0,068 X3.3* 0,00. X4.1 0,86 0,0001 X4.2* 0,00. X5.1 0,49 0,0001 X5.2* 0,00. X6.1 0,16 0,0001 X6.2* 0,00. Ratio de Mills (ρ) 1,08 0,0189 Niveau du plafond de garantie. bas -0,28 0,0001. élevé * 0,00. * les coefficients à 0,00 correspondent à la situation de référence ** le coefficient est significativement non nul si p < 0,05 (test de Wald) L'adéquation du modèle est correcte. L'apport de la variable constituée par le ratio de Mills est significatif. Le ratio de Mills a pour vocation première d'améliorer la qualité des estimateurs dans des situations où existe un biais de sélection. L'interprétation liée à ce

13 ANTISELECTION ET CHOIX D ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE 117 correctif traduit ici la présence d'un effet d'antisélection car, par construction, le ratio de Mills est très fortement corrélé à la probabilité de choix d'un contrat avec franchise. Ainsi, les contrats sans franchise, mais dont les caractéristiques auraient dû les conduire à opter pour la franchise (ratio de Mills croissant), se révèlent à un niveau de sinistralité estimée supérieur. Sous l'hypothèse d'une parfaite spécification, ce dernier modèle nous donne une estimation de la probabilité de sinistre avec présence d'antisélection. De même, ce modèle permet de calculer une estimation de la probabilité théorique dans le cas d'absence totale d'antisélection (si l on assimile l absence d antisélection à une valeur nulle du coefficient associé au ratio de Mills). Sur l'ensemble du portefeuille, l'écart relatif entre les deux estimations de ces probabilités apparaît non négligeable puisqu il se monte à 10%. Une méthode identique a été suivie pour mesurer l'antisélection éventuelle liée au choix du niveau de plafond de garantie : préférence pour un plafond élevé alors que les caractéristiques du contrat orienteraient le choix vers un plafond d'un niveau inférieur. Les résultats amènent à rejeter l'hypothèse de présence de cette antisélection. Le différentiel de qualité de risque dû au plafond ne doit donc pas s'expliquer par le phénomène d'antisélection, du moins tel qu appréhendé par la méthodologie précédente. CONCLUSION Les approches mises en œuvre aboutissent au constat selon lequel la qualité du risque est d'autant moins élevée que le niveau de couverture choisi par l assuré est important. La modélisation économétrique permet de mesurer l effet antisélection par l intermédiaire du ratio de Mills. A la lumière des résultats, sur l'ensemble du portefeuille, la présence d'antisélection liée au choix d'un contrat sans franchise se révèle non négligeable, puisqu'elle majorerait la fréquence d'apparition des sinistres de l'ordre de 10%. L'écart de sinistralité entre les contrats avec et les contrats sans franchise, ne s'explique pas seulement par le phénomène de l'antisélection. Sans doute la modification des comportements, caractérisée par les situations d'aléa moral, explique aussi une partie de cet écart. Par ailleurs, indépendamment des explications théoriques, on peut penser à un effet probable lié à de moindres déclarations de sinistres. Cela peut être le cas lorsque l'assuré, qui vient de subir un sinistre, évalue le remboursement auquel il peut prétendre de la part de son assureur, à un niveau très proche de celui de la franchise de son contrat.

14 118 Y. MACÉ Enfin, on précisera que les résultats présentés sont bien évidemment relatifs à la spécification des modèles et qu'il serait toujours possible d'affiner les procédures d'estimation en utilisant des algorithmes plus sophistiqués (notamment pour lever certains problèmes de colinéarité). BIBLIOGRAPHIE BEHAR T.-HEMARD J. (1998) Asymétrie d'information et assurance automobile. Risques n 34 Avril-Juin. GOURIEROUX C. (1984) Econométrie des variables qualitatives. Economica. HECKMAN J.J. (1979) Sample Bias as a Specification Error. Econometrica 47. HENRIET D., ROCHET J.C. (1991) Microéconomie de l'assurance. Economica. LOLLIVIER S., MARPSAT M., VERGER D. (1996) L'économétrie et l'étude des comportements. Les modèles univariés à résidus logistiques ou normaux. Document de travail n INSEE. MURNANE R.J., NEWSTEAD S., OLSEN R.J. (1985) Comparing Public and Private Schools : The Puzzling Role of Selectivity Bias. Journal of Business & Economic Statistic - Janvier 1985.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE. EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010)

ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE. EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010) DIRECTION ASSURANCE DOMMAGES INDIVIDUELS DES PARTICULIERS ACTUARIAT METIER Barbara ZUCCONI ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010)

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS TITRE : MÉTHODES ACTUARIELLES DE L'ASSURANCE VIE (cours et exercices corrigés) AUTEUR : Christian HESS ÉDITEUR : ÉCONOMICA, PARIS DATE DE PARUTION : NOVEMBRE 2000 357 pages prix

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Débouchés professionnels

Débouchés professionnels Master Domaine Droit, Economie, Gestion Mention : Monnaie, Banque, Finance, Assurance Spécialité : Risque, Assurance, Décision Année universitaire 2014/2015 DIRECTEUR de la spécialité : Monsieur Kouroche

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Feuille de TP N 3 : Modèle log-linéaire - Travail guidé. 1 Cancers : modèle log-linéaire à deux facteurs croisés

Feuille de TP N 3 : Modèle log-linéaire - Travail guidé. 1 Cancers : modèle log-linéaire à deux facteurs croisés M1 MLG Année 2012 2013 Feuille de TP N 3 : Modèle log-linéaire - Travail guidé 1 Cancers : modèle log-linéaire à deux facteurs croisés Ce premier exercice reprend l exercice 1 de la feuille de TD n 3.

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 LES FRANCAIS IGNORENT TOUJOURS LEUR DROIT D AUTOMOBILISTE A CHOISIR LIBREMENT SON CARROSSIER Selon une étude menée par IPSOS pour Zerofranchise.com,

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

Assurabilité et développement de l assurance dépendance

Assurabilité et développement de l assurance dépendance Assurabilité et développement de l assurance dépendance Manuel Plisson Le risque financier de la dépendance Pour une personne âgée, tomber en situation de dépendance représente une réelle perte de bien-être

Plus en détail

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur CFMS, demi-journée technique du 4 octobre 2006 (14h-18h30) ENPC rue des Saints Pères (Amphi Caquot) Guillaume Pousse Assurer contre une catastrophe

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production : La prime

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

Table des matières. Préface... 1. Introduction... 1. 2. Le marché de la réassurance... 5

Table des matières. Préface... 1. Introduction... 1. 2. Le marché de la réassurance... 5 Table des matières Préface................................................ IX 1. Introduction......................................... 1 2. Le marché de la réassurance............................ 5 3.

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 97.06 du 18 juin 1997 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d'estimation, changements d'options fiscales et corrections d'erreurs Le Conseil

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2 UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document 4 : Les tests statistiques 1 Généralités sur les tests

Plus en détail

La gestion des ventes.

La gestion des ventes. I. La prévision des ventes. A. Principe. La gestion des ventes. Elle consiste à déterminer les ventes futures à la fois en quantité et en valeur en tenant compte des tendances et contraintes imposées à

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés

L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés Quels périls menacent la France? Tempêtes (Métropole) et cyclones (DOM/TOM) Coût estimé des tempêtes Lothar et Martin

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

Formation Académique Arrêté LMD : N 187 du 01/07/09

Formation Académique Arrêté LMD : N 187 du 01/07/09 : Formation Académique Arrêté LMD : N 187 du 01/07/09 - Responsable de l'équipe de spécialité Nom & prénom : BELAZZOUZ Ben Ali Grade : Maître de conférences : 027.72.18.28 Fax : 027.72.18.28 A. Exposé

Plus en détail

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE Utiliser le modèle log-linéaire pour mettre au jour la structure du lien entre les deux variables d un tableau de contingence : un exemple d application à la mobilité sociale Louis-André Vallet (CNRS)

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

EXTRAIT du REGISTRE des DELIBERATIONS de la COMMISSION PERMANENTE

EXTRAIT du REGISTRE des DELIBERATIONS de la COMMISSION PERMANENTE CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT du REGISTRE des DELIBERATIONS de la COMMISSION PERMANENTE Séance du 28 avril 2014 CP2014_04_3 id. 746 L'an deux mille quatorze le vingt huit avril, les membres

Plus en détail

La régression logistique

La régression logistique La régression logistique Présentation pour le cours SOL6210, Analyse quantitative avancée Claire Durand, 2015 1 Utilisation PQuand la variable dépendante est nominale ou ordinale < Deux types selon la

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables.

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables. Sommaire Le 18 juin 2003, la Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3 TABLE DES MATIÈRES Table des matières....................................... VII Préface................................................ 1 Introduction........................................... 3 1. La

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Université d Orléans - Maitrise Econométrie Econométrie des Variables Qualitatives

Université d Orléans - Maitrise Econométrie Econométrie des Variables Qualitatives Université d Orléans - Maitrise Econométrie Econométrie des Variables Qualitatives Examen Décembre 00. C. Hurlin Exercice 1 (15 points) : Politique de Dividendes On considère un problème de politique de

Plus en détail

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3 T 1 Découvrir les différents rôles joués par la et son impact sur le développement de l'assurance Comprendre l'impact de la sur la gestion des assureurs Débutants en, toutes fonctions Cadres opérationnels

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

(Statistical Package for the Social Sciences)

(Statistical Package for the Social Sciences) Initiation à l utilisation de SPSS (Statistical Package for the Social Sciences) 1 SPSS 2 3 Plan de l exposé Faire une recherche (bibliographique) sur le test; Définir le test à mesurer; Expliquer les

Plus en détail

Depuis le 1er janvier 2000, la couverture maladie

Depuis le 1er janvier 2000, la couverture maladie Les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) ont eu, en 2000, des dépenses de soins supérieures de 13 % à celles des personnes non couvertes malgré une stucture d'âge plus jeune. À âge

Plus en détail

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION TARIFICATION Page 1 de 29 Table des matières 1 INTRODUCTION... 5 2 HISTORIQUE DES CRÉDITS POUR ALIMENTATION

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES Par Yves Yao SOGLO PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS METHODOLOGIE RESULTATS RECOMMENDATIONS INTRODUCTON Les enjeux soulevés par l usage des nouvelles

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

Processus ponctuels. Olivier Scaillet. University of Geneva and Swiss Finance Institute

Processus ponctuels. Olivier Scaillet. University of Geneva and Swiss Finance Institute Processus ponctuels Olivier Scaillet University of Geneva and Swiss Finance Institute Outline 1 Processus ponctuels 2 Introduction On désire dans ce chapitre construire des modèles d'une distribution aléatoire

Plus en détail

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Preface de: Seydi Ababacar DIENG Ousmane Biram SANE U ifarmattan TABLE DES MATIERES Dedicace

Plus en détail

ÉLASTICITÉS DE LONG ET DE COURT TERMES DU FRETA LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ET AUX PRIX DU TRANSPORT

ÉLASTICITÉS DE LONG ET DE COURT TERMES DU FRETA LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ET AUX PRIX DU TRANSPORT ÉLASTICITÉS DE LONG ET DE COURT TERMES DU FRETA LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ET AUX PRIX DU TRANSPORT Karine MEYER 1 Pour mieux répondre aux attentes du marché et anticiper la demande de transport de marchandises,

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES. Article L.125-1

CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES. Article L.125-1 CATASTROPHES NATURELLES CODE DES ASSURANCES Article L.125-1 Les contrats d assurance, souscrits par toute personne physique ou morale autre que l État et garantissant les dommages d incendie ou tous autres

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise»

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Population déclarante...

Plus en détail

2- Antisélection et rationnement du crédit

2- Antisélection et rationnement du crédit 2- Antisélection et rationnement du crédit Objectif : comprendre le dysfonctionnement d'un marché avec asymétrie d'information Cas du marché du crédit Nature de l'asymétrie d'information : avant la conclusion

Plus en détail

Le taux d'actualisation en France

Le taux d'actualisation en France The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 252-256 Le taux d'actualisation en France par Bernard Walliser* Le taux d'actualisation connalt un cheminement long et complexe entre sa definition

Plus en détail

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION À UNE INTERPRÉTATION CAUSALE Arthur Charpentier Professeur d actuariat à l Université du Québec, Montréal Amadou Diogo Barry Chercheur à l Institut de santé

Plus en détail

Hypothèses. Marianne Tenand Microéconomie 1 (2015-2016) - Département d'économie ENS

Hypothèses. Marianne Tenand Microéconomie 1 (2015-2016) - Département d'économie ENS Marianne Tenand Microéconomie 1 (2015-2016) - Département d'économie ENS Anti-sélection sur le marché de l'assurance santé Le modèle Rothschild-Stiglitz Le modèle Rothschild-Stiglitz permet d'illustrer

Plus en détail

Données qualitatives, modèles probit et logit

Données qualitatives, modèles probit et logit Données qualitatives, modèles probit et logit I Un modèle pour données qualitatives Cette section est fortement inspirée du cours de Christophe Hurlin. On est confronté à des données qualitatives en micro-économie

Plus en détail

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE Le sondage est une sélection d'éléments que l'auditeur décide d'examiner afin de tirer, en fonction des résultats obtenus, une conclusion sur les caractéristiques

Plus en détail

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Nous abordons dans ce chapitre l analyse de données statistiques particulières

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Petit déjeuner Actuariat - 27 juin 2013

Petit déjeuner Actuariat - 27 juin 2013 Provisions pour Prestations à Payer en Assurance Santé : Comparaisons de méthodes d estimation sur la base de simulations de remboursements Petit déjeuner Actuariat - 27 juin 2013 Petit déjeuner Actuariat

Plus en détail

Ordonnance sur les assurances de choses

Ordonnance sur les assurances de choses Ordonnance sur les assurances de choses du 17 août 2001 RDCo 156.52 Le Conseil municipal de Bienne, se fondant sur l'article 50, 1 er alinéa du Règlement de la Ville du 9 juin 1996 1, arrête: I. Généralités

Plus en détail

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par l inversion

Plus en détail

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus Pierre THEROND & Stéphane BONCHE SOMMAIRE 1. Réduction de franchise en l absence de système bonus-malus A - Bonnes propriétés du modèle collectif

Plus en détail

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux Protection sociale et assurance des personnels territoriaux R E S S O U R C La commune, employeur public, a des obligations à l'égard de ses agents en matière de protection sociale. Selon leur statut,

Plus en détail

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 98-07 DU 23 JUIN 1998 4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM Le Conseil National de la Comptabilité, réuni en Assemblée Plénière le 23 juin 1998, a adopté

Plus en détail

Analyse de données longitudinales continues avec applications

Analyse de données longitudinales continues avec applications Université de Liège Département de Mathématique 29 Octobre 2002 Analyse de données longitudinales continues avec applications David MAGIS 1 Programme 1. Introduction 2. Exemples 3. Méthodes simples 4.

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x)

ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) Gilbert THIRY Membre d'honneur de l'iaf E.S.R.A. - Paris Dans toutes les sociétés d'assurances, le rôle de l'actuaire est incontournable pour optimiser

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

Banques: les fonds propres sont-ils chers?

Banques: les fonds propres sont-ils chers? Banques: les fonds propres sont-ils chers? Résumé: Le coût des fonds propres correspond à la rentabilité exigée par les actionnaires sur leur investissement en fonds propres. Celle-ci est supérieure à

Plus en détail

une décision dans un monde aléatoire : modèles inférentiels

une décision dans un monde aléatoire : modèles inférentiels Lecture 9. Comment prendre une décision dans un monde aléatoire : modèles inférentiels Prof. Kizungu Vumilia Roger UNIKIN (FACAGRO-BIOLOGIE), UNILU (FACAGRO), UEA (FACAGRO), UCB (FACAGRO), ISS, ISTA (ENVIRONNEMENT),

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus.

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus. JF WALHIN* J PARIS* * Université Catholique de Louvain, Belgique Le Mans Assurances, Belgique RÉSUMÉ Nous proposons une méthodologie générale pour construire un système bonus-malus équilibré basé sur une

Plus en détail