FSA2240 : Gestion financière et comptable

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FSA2240 : Gestion financière et comptable"

Transcription

1 FSA2240 : Gesion financière e compable Remarque imporane : ce documen es une synhèse de noes de cours. Il ne consiue en rien un syllabus e doi êre compléé par la lecure des chapires du livre de Block e Hir. Je remercie Tanguy de Launois e Hervé Van Oppens pour ou le ravail qu ils on accompli dans la rédacion de ces noes. Philippe Grégoire 1. Inroducion De manière rès simple, la compabilié peu se définir comme un sysème d informaion desiné à garder race de oues les informaions de l enreprise. Quan à la finance, il s agi d un corps héorique visan à aider à la prise de décisions en siuaion d inceriude. La compabilié s organise suivan des règles compables e vise à éablir les éas financiers de l enreprise ; le bilans, le compe de résula e le cash flow saemens. L analyse des éas financiers es une discipline de la compabilié don l obje es de mieux comprendre l évoluion de la firme e son posiionnemen par rappor à ces concurrens. La finance, quan à elle, s inéresse à des champs rès variés els la décision d invesissemen, la gesion du besoin en fonds de roulemen (working capial), les choix des différenes sources de financemen (acions versus dees), le foncionnemen des marchés financiers, la gesion de porefeuille, la valorisaion d acifs, ec. 2. La compabilié générale La compabilié es un sysème d informaion qui vise à enregisrer les événemens (venes, achas, invesissemen, financemen, ec.) qui surviennen dans la vie des enreprises. La compabilié repose sur un sysème en parie double (acif-passif, charges-produis). Nous allons déailler ces différens élémens. 2.1 Le bilan Le bilan es l éa du parimoine d une enié bien déerminée. Par parimoine, on enend l ensemble des drois e des dees d une enié. Le bilan es consiué de l acif, qui synhéise l uilisaion qui es faie de l ensemble des ressources de l enreprise, e du passif, don l objecif es d idenifier la provenance de ces mêmes ressources Les principes compables L unié de mesure monéaire : la monnaie es le dénominaeur commun de ous les mouvemens compables. L enié compable : ce principe veu que la compabilié enregisre la oalié des mouvemens de valeur qui se produisen au sein d un parimoine indépendan consiuan un ensemble fermé. 1

2 La parie double : ce principe affirme que ou mouvemen affecan un élémen quelconque du bilan es nécessairemen accompagné d un mouvemen inverse e de même imporance sur un ou plusieurs aures élémens, de elle sore que l équaion : Acif (Siuaion nee + Dees) = 0 rese oujours vérifiée. La coninuié de l enreprise : l enié compable es présumée avoir une durée de vie indéfinie. Le coû d acquisiion : ou bien es repris en compabilié à sa valeur d acquisiion. La divulgaion inégrale des informaions : c es en veru de ce principe que oue compensaion enre avoirs e dees es sricemen inerdie. Remarque : Une enreprise peu êre en faillie en ayan un bilan posiif!! La srucure générale du bilan L acif fai éa de l uilisaion des ressources de l enreprise. L ordre de présenaion des élémens d acif repose, en Europe, sur le crière de liquidié (on enends par liquidié la facilié avec laquelle un acif peu êre ransformé en cash. Par exemple, les sommes déposées sur un compe bancaire son rès liquides alors qu un bâimen ou une usine l es neemen moins). Pour une présenaion des principales rubriques de l acif e du passif, voir Block e Hir 2.2 Le compe de résulas Le compe de résulas es consiué des charges e des produis. Les charges représenen principalemen les sommes dépensées ou à dépenser, andis que les produis représenen les sommes reçues ou à recevoir Les principes compables La coninuié de l enreprise (cfr supra) La réalisaion des produis : un produi ne doi êre enregisré que s il es réalisé, acquis. Mais la réalisaion d un produi n implique pas que son monan ai éé encaissé. La correspondance des charges e des produis : il impore de veiller à ce que l ensemble des charges relaives à un produi d un exercice compable soi prise en compe lors de ce dernier. Divulgaion inégrale des informaions : les compensaions achas-venes son inerdies. En fai, ous ces principes ne son que la raducion concrèe e logique du principe cenral e fondaeur du droi compable belge : celui de prudence, sincérié e bonne foi. Un exemple simple (celui d un sie inerne ypique) va nous permere d illusrer le principe de réalisaion des produis e de monrer que le résula compable e la variaion d encaisse ne coïnciden pas oujours. 2

3 ACTIF PASSIF Bâimens Fonds propres Machines Dees (5 ans) Mobilier Banque Toal Toal L exercice compable va du 1/1/2003 au 31/1/ Le 1/1, il y a eu acha de mazou desiné à couvrir les besoins en maière de chauffage pour une période de 6 mois, don coû : Le 5/1, l enreprise a conclu un conra de publicié, don coû : 1000 (non-cash) - L enreprise compe percevoir chaque année des recees publiciaires pour 2500 (noncash). - Quan aux recees des connexions du mois de janvier, elles se son élevées à (cash). Le résula du mois s élèvera donc à : PRODUITS CHARGES = ( ) ( / ) = 8300 Quan à la variaion d encaisse, elle s élève à : RECETTES DEPENSES = ( ) ( ) = 5800 On consae que le résula du mois e la variaion d encaisse ne son pas ideniques Srucure générale du compe de résulas Le compe de résula es srucuré de la manière suivane. Nous pouvons observer la disincion faie enre les charges e produis provenan de l exploiaion e les produis e charges financières. CHARGES PRODUITS + Achas (MP, PF) Chiffre d'affaires + Rémunéraions (ensemble des produis) + Biens e services + Aures = Charges d'exploiaion (1) = Produis d'exploiaion (1) Inérês versés Inérês perçus = Charges financières (2) = Produis financiers (2) (1) +(2) = TOTAL CHARGES (1) +(2) = TOTAL PRODUITS Voir Block e Hir page 2.3 Les ravaux compables de fin d exercice Plusieurs opéraions compables de fin d exercice son nécessaires au mainien de l image fidèle qu es censée donner la compabilié de l enreprise. En général, on disingue deux 3

4 ypes d opéraions de fin d exercice, à savoir les opéraions d invenaire e les opéraions de régularisaion. Parmi les opéraions d invenaire on ciera les quelques règles suivanes: 1) Les acifs immobilisés on éé enregisrés à la valeur d acquisiion. Or, ces acifs immobilisés se son usés ou peuven avoir diminué de valeur. Les biens ayan une durée de vie limiée doiven donc êre amoris. 2) Dans ceraines siuaions, il fau enregisrer des réducions de valeur (dépréciaion consaée ex-pos) sur cerains élémens de l acif, noammen les créances sur cliens e les socks : il se peu for bien qu un clien s avère insolvable ou qu une pièce en sock soi dépréciée. 3) Lorsqu un acif a gagné de la valeur, il peu aussi parfois s avérer nécessaire d enregisrer des conreparies de réducions de valeur, qui pourron prendre la forme de reprises d amorissemens, de reprises de réducions de valeur ou encore de plusvalues. 4) Il fau enregisrer des provisions desinées à couvrir des risques e des charges que des événemens survenus ou en cours à la clôure de l exercice renden probables.. 5) Enfin, il fau enir compe des variaions de sock évenuelles enre le débu e la fin de l exercice considéré, une variaion de sock posiive éan compabilisée comme un produi e une variaion de sock négaive comme une charge. Quan aux opéraions de régularisaions, elles surviennen dès que des charges ou produis son suscepibles de chevaucher plusieurs exercices compables. Dans ce cas, il fau uiliser des compes de régularisaions afin d affecer à chaque exercice compable le proraa des charges e produis qui lui revien. Alors que les élémens du compe de résulas en cours d exercice correspondan principalemen à des facuraions (par opposiion aux décaissemens e encaissemens effecifs de cash), les opéraions de fin d exercice son des écriures puremen compable qui ne donnen pas lieu à des encaissemen ou à des décaissemen. Si on reprend l exemple du sie inerne, cela donne : CHARGES PRODUITS Rémunéraions 3000 Chiffre d'affaires (recees connexions) Biens e services 1200 (mazou) Publicié (pub) En fin d exercice, il fau effecuer les opéraions d invenaire. Ces dernières comprennen noammen les écriures d amorissemens don les modaliés son définies par les règles d évaluaion décidées par le conseil d adminisraion. Les amorissemens donnen lieu à deux écriures simulanées en veru du principe de la parie double : une écriure de charges (débi) e une écriure de diminuion du parimoine (crédi d un compe d acif). Enfin, les amorissemens se fon sur une durée bien précise déerminée par les règles d évaluaion que la sociéé s es donnée (sous conraine des impéraifs légaux en la maière). Pour les acifs suivans, on aura ainsi : Bâimen : 20 ans Machines : 5 ans Mobilier : 5 ans. Cela donnera donc lieu aux amorissemens suivans : Bâimen : 50000/20 =

5 Machines : 10000/5 = 2000 Mobilier : 5000/5 = Enfin, ceraines écriures de régularisaion peuven aussi se révéler nécessaires. Ainsi, l acha de mazou (1200) couvre les besoins de 6 mois de chauffage. Or l exercice pore sur un mois. Les charges afféran à ce exercice son donc de 1200/6 = 200. Les 1000 de «charges excédenaires» doiven êre inscries dans un compe de régularisaion «charges à reporer» qui fera la joncion enre les exercices successifs. Ce compe de régularisaion «charges à reporer» es bien un compe d acif, puisqu une diminuion de charges se radui ici par une augmenaion d acif. 2.4 Cash-Flow Saemen Il es imporan de compléer le compe de résulas e le bilan par un ableau qui va idenifier les variaions d encaisse au cours d une période. Cela es d auan plus nécessaire que la déérioraion de la siuaion de résorerie peu conduire l enreprise en faillie. Plus simplemen, une enreprise peu êre déclarée en faillie lorsqu elle n es plus capable d honorer ses dees. Dans cee secion, nous allons monrer commen il es possible de déerminer l évoluion de la posiion de résorerie d une enreprise à parir des élémens de bilan e de compe de résulas. Il s agi de déduire le flux de résorerie observé duran l exercice en paran du résula ne de l enreprise. Pour cela, il fau déduire les écriures compables qui n on pas donné lieu à un mouvemen de résorerie e des invesissemens (consommaeurs de cash) e financemens (sources de cash). Ainsi, on disingue le cash-flow d exploiaion, le cash-flow d invesissemens/désinvesissemens e le cash-flow de financemen. CASH-FLOW STATEMENT CASH FLOW D EXPLOITATION Résula ne (d impôs) Charges non-décaissées Amorissemen Biens e services non-payés +0 - dees commerciales -0 - Produis non encaissés + Créances commerciales Créances commerciales +0 Régularisaion Cash Flow d exploiaion 4800 CASH FLOW D INVESTISSEMENT/DESINVESTISSEMENT + I.C., I.I., I.F. - - I.C., I.I., I.F. + CASH FLOW DE FINANCEMENT + FP, dees financières + - FP, dees financières - VARIATION DE TRESORERIE 4800 Voir Block e Hir page 5

6 3. La compabilié analyique : les sysèmes de coû de revien 3.1 Conceps de coûs Classificaion des charges Deux disincions son faies parmi les ypes de coûs encourus par l enreprise, à savoir le caracère direc ou indirec e le caracère de variable ou fixe. Le caracère direc ou indirec d un coû es relié au lien que l on peu faire enre ce coû e le (les) produi(s) de l enreprise. Un coû direc es direcemen lié au produi andis qu un coû indirec ne peu pas êre relié direcemen au produi. Le fai qu un coû soi variable ou fixe dépend par conre de son lien avec le volume de producion. Si le coû varie en foncion de la quanié produie, ce dernier es un coû variable, sinon il s agi d un coû fixe. DIRECTES INDIRECTES VARIABLES Maières premières Consommaion d énergie FIXES Amorissemen sur machines - amorissemen sur bâimens - Frais Généraux Indusriels (F.G.I.) ex : bureau d éude Cee classificaion es propre à chaque firme. La déerminaion du coû de revien nécessie des règles de répariions des différens ypes de coûs enre les produis. Alors que pour les coûs direcs, l affecaion es immédiae, il n en va pas de même pour les coûs indirecs Mécanisme d affecaion aux produis Les charges indireces doiven êre affecées aux différens produis. On uilise pour cela des clés de répariion. Ces dernières peuven êre soi forfaiaires (i.e. sur C.A., # personnes employés, ), soi selon une unié d œuvre (i.e. # facures émises, # jours sur chaniers, ) 3.2 Coû de revien Il exise principalemen deux méhodes de déerminaion du coû de revien de chaque produi. Le coû de revien comple affece ous les coûs encourus par l enreprise aux différens produis, andis que le coû de revien direc (direc cos) n associe aux produis que les coûs variables direcs Coû de revien comple Les coûs incorporés via cee méhode son à ire d exemple: - coûs des maières premières - oues les charges fixes (direces ou indireces) - oues les charges indireces (F.F., F.V.) liées aux opéraions de producion. - Quoe-par des Frais Généraux Indusriels (F.G.I.) - Quoe-par des Frais Généraux Adminisraifs (F.G.A.) En reranchan le coû comple du prix de vene, nous obenons la marge nee : PRIX DE VENTE COUT COMPLET = MARGE NETTE Cee marge doi couvrir les frais généraux de vene ainsi que les aures coûs (managemen, frais généraux non couvers ; i.e. conseil d adminisraion ) 6

7 3.2.2 Coû direc Le direc cosing consise à n aribuer aux produis que les frais variables direcs. De cee manière, nous obenons une marge brue (ou variable) qui doi encore couvrir oues les charges indireces, elles que les Frais Fixes indirecs (la compabilié, les bâimens, ) e les Frais Variables indirecs (consommaion d énergie, la mainenance, ) Une vue plus complèe de la problémaique des sysèmes de coûs de revien peu êre rouvée dans le livre d Yves De Rongé 7

8 4. Analyse des éas financiers Dans le cadre de ce cours, nous allons nous focaliser sur l analyse de rois caracérisiques imporanes de la firme ; la renabilié, l endeemen e la gesion des acifs circulans. Pour cela, nous uilisons comme indicaeurs des raios. Ces derniers ne son pas uilisés de manière absolue mais bien de manière relaive afin d observer les évoluions e de pouvoir réaliser des comparaisons. En résumé, on uilise les raios en analyse : - Cross-secional : On compare le raio d une enreprise à une aure ou à un seceur donné. - Time-series : calcul du raio pour différenes périodes dans le emps. Cela donne l évoluion dans le emps du raio d une enreprise donnée. 4.1 Raio de renabilié Illusrons ce raio par un exemple qui reprend d abord le compe de résula e ensuie le bilan. Income saemen Sales Cos of goods sold 3000 Gross Profi Selling and adminisraion cos 450 Operaing Profi (EBIT) Ineres 50 - Exraordinary loss 200 EBT (Eearning Before Taxes) Taxes (33 %) 100 EAT (Earning Afer Taxes) 200 D une par, ce résula (EAT) va permere de rémunérer les acionnaires via des dividendes. D aure par, une parie de ce résula ne es reporé au bilan. Remarquons que la rémunéraion des acionnaires se fai après impôs. Il y a en fai double axaion des dividendes! (cfr. EPI.org) Balance Shee ASSETS LIABILITIES Cash 30 Accouns payable 50 Markeable securiies 50 Noes payable Accouns receivable 350 Long erm liabiliies 300 Sub-Toal 600 Invenory Common Sock EBIT pour Earning Before Ineres and Taxes 2 Représene des ires représenaifs de la dee commerciale de l enreprise 3 Basé sur un sysème de coû de revien, par exemple le coû de revien comple 4 Acions émises = Capial 8

9 Ne Plan Equipmen 800 Reained earnings Toal Au niveau des passifs (liabiliies), les acions (common sock) e les résulas reporés (reained earnings) consiuen les fonds propres de la firme. Voici les raios les plus uilisés : La marge de profi = Résula ne Chiffre d' affaires = Ne income Sales = = 5% Reurn on asse (or on invesmen ) (ROA, ROI) = Ne income Toal asses = = 12.5% Remarque Les acifs génèren du cash-flow (à savoir l EBIT) don une parie va servir à payer l inérê sur les dees. Le résula ne (Ne Income) correspond au résula qui revien uniquemen aux acionnaires, les inérês qui représenen la rémunéraion des obligaaires ayan éé déduis au préalable. Pour cee raison, il es couran de rouver une définiion du ROA comporan au numéraeur les cash flows qui reviennen aux acionnaires e aux obligaaires, c es-à-dire le résula ne PLUS les charges d inérê : Ne income + Ineres ROI ou ROA = : on mesure la renabilié après avoir «neuralisé» la Toal asses srucure financière. Dans le cadre de ce cours, nous nous limierons à la définiion du ROA ayan uniquemen le résula ne au numéraeur (Ne income/toal asses) Pour mieux comprendre la formaion du ROI, on peu le décomposer de la manière suivane : Ne income Sales ROI = * Sales Toal asses = 5% + 2.5% = 12.5% = marge bénéficiaire * aux d uilisaion des acifs Cee décomposiion va permere d isoler l impac de la marge bénéficiaire sur le ROI e ainsi de mieux comprendre si l augmenaion (diminuion) du ROI provien d une amélioraion (déérioraion) de la marge ou d une acivié plus fore (faible). Exemple Marge plus faible prq? Le prix de vene a--il diminué? Les produis de base son-ils rop chers? Les charges salariales son-elles rop élevées? Acifs opimisés Perme de cibler ce qu il fau améliorer. Reurn on Equiy (la renabilié des acionnaires : ROE) = Ne Income = Equiy avec equiy = fonds propres de l enreprise = par exemple capial + résula reporé. Commenaires sur le ROE =20% Considérons deux firmes, A e B. Le ROE de A = 20% e le ROE de B = 15%. En première analyse, on serai ené d acheer A, puisque son ROE = 20%. Ce raisonnemen n es pas correc car la différence de ROE enre les deux firmes peu se jusifier oalemen par la 5 Bénéfices non-disribués 9

10 différence d endeemen e donc de risque financier. Nous allons illusrer ci-dessous la relaion qui exise enre l endeemen, le ROE e le ROI. Ces relaions son mises en évidence dans la décomposiion du ROI (appelée aussi décomposiion de Du Pon) Décomposiion de Du Pon Remarque : si l enreprise n es pas endeée, son ROE = ROI Le ROI peu êre décomposé comme sui : Ne income ROE = Equiy A = ROI A - D = Ne income Toal asses ROI = 1 D A Toal asses Equiy plus l endeemen relaif au oal du passif es élevé e plus la renabilié des acionnaires es élevée. Mais ce n es pas sans danger à long erme. La différence de ROE de deux firmes peu refléer uniquemen la différence de risque liée à l endeemen. Par exemple la firme A a des fonds propres de 1000, une dee de 600 e un % EAT de 200. Si le ROI es de 12.5%, le ROE= 20% = La firme B a le même EAT e le même oal de bilan que la firme A. Elle a donc égalemen un ROI de 12,5%. Cependan, son endeemen es plus faible : les fonds propres de B son de 1000 e sa dee es de 200. ROE= 15% = % Pour obenir une décomposiion plus fine e donc une meilleure compréhension de la formaion du reurn pour les acionnaires (ROE), on peu procéder comme sui : Toal Asses 10

11 Ne Income Sales Toal Asses Profi Margin Asses Turnover Toal Deb Reurn on Asses ROI D 1 A ROE Financing Plan Toal Asses Exemple de l analyse de deux firmes de disribuion : Profi margin * Asse urnover = ROI ROE D/A Walmar 3,5% * 2,5 = 8,8% 21% 58% Neiman Marcus 4,3% * 1,1 = 4,7% 10,3% 54,3% On observe que c es le aux d uilisaion des acifs qui es en premier lieu responsable de l écar consaé dans le ROE e le ROI enre les deux firmes. 4.2 Analyse de la srucure financière : Endeemen Le raio le plus uilisé pour mesurer l endeemen d une firme es le rappor des dees aux D fonds propres, appelé le levier financier =, qu il ne fau pas confondre avec le degré de E levier financier (= DFL pour Degree of Financial Leverage), bien qu ils varien généralemen dans le même sens (pour un complémen d informaion sur le levier financier e le degré de levier financier, voir les exercices fais en séance). Plus D/E augmene, plus l enreprise es sensible au risque conjoncurel e plus le ROE augmene (pour un ROI consan). En effe, on a : ROI ROI A D ROE = = = ROI = ROI 1 + D A D E E 1 A A Ce lien enre le rendemen des acionnaires (ROE) e le rendemen des acifs (ROA ou ROI) monre que les acionnaires pourraien êre enés de s endeer, car dans ce cas, pour un même ROI, le ROE augmene. EBIT Un aure raio courammen uilisé es le Raio de charges d inérês = (= 1 1/DFL) Ineres qui mesure le poids des charges financières dans le résulas d exploiaion (EBIT). 11

12 EBIT D Il es imporan de surveiller ce raio dans le emps : si diminue e augmene, cela Ineres E signifie que les résulas d exploiaion on de plus en plus de mal à couvrir les charges d inérê e que dans le même emps, la firme augmene son endeemen e accroî ainsi les charges financières fuures. 4.3 Gesion des acifs circulans Enre le momen où la firme achèe des maières premières e le momen où celles-ci son vendues aux cliens, il exise un délai lié au processus de producion. Dans ce processus, la firme doi payer les maières premières, la main d œuvre, l énergie consommée ec. Les premiers revenus surviendron au momen où le clien final paie ses facures. Ce momen survien rès souven 1 à 3 mois après la vene (délai de paiemen). Il es clair que le processus de ransformaion demande d immobilisé des capiaux (ces capiaux immobilisés pour permere la producion son appelés le working capial). Plus les socks de maières premières e de produis finis son imporans, plus des fonds son immobilisés. De même, une poliique rop souple d ocroi de délai de paiemen au clien demande d immobiliser plus de capiaux. Une gesion opimale du working capial perme à la firme de diminuer le monan des capiaux qui doi êre immobilisé pour assurer le processus de producion e ainsi, de diminuer les charges financières. Pour mesurer l évoluion des différens élémens du working capial, on uilise par exemple les raios suivans : Sales = = Receivables L opimisaion du compe clien va dans le même sens que le raio. Sales = = Invenory Il fau regarder ce raio par rappor au seceur. Une diminuion du raio peu êre un signe d une mauvaise gesion des socks. 12

13 5. Conceps de base uilisés en finance La finance es un corps héorique d aide à la décision en siuaion d inceriude. La modélisaion de l inceriude es une éape nécessaire dans le développemen d ouils d aide à la décision, que ce soi en maière d invesissemen, de gesion de sicav ou aures. De plus, les décisions doiven êre prises dans une logique muli périodique. Pour cee raison, nous inroduirons les noions de calcul acuariel qui nous permeen de prendre en considéraion des flux monéaires à différens insans du emps. Le paragraphe 5 s aricule auour de : 1) Probabilié / Saisiques : ouil adéqua pour modéliser l inceriude. 2) Le calcul acuariel : un euro demain n es pas égal à un euro aujourd hui, d où la nécessié d un calcul «converissan» les euros de demain en euros d aujourd hui (ou vice-versa). 5.1 Probabiliés Imaginons que l on crée une enreprise à l insan = 0 grâce à un processus que l on invene. Plusieurs quesions von d emblée se poser : Va--on vendre le produi? Si oui, combien d uniés? L élaboraion de scénarios es donc nécessaire. Par exemple, on peu décider de faire rois scénarii sur la variable aléaoire représenan les quaniés : un scénario pessimise (Q 0 ), un scénario réalise (Q 1 ) e un scénario opimise (Q 2 ), avec Q 0 < Q 1 < Q 2. En = 1, on esime que les venes seron de : Q 0 avec une probabilié p 0. Q 1 avec une probabilié p 1. Q 2 avec une probabilié p 2. On a bien enendu que p 0 + p 1 + p 2 = 1. E si on es opimise, on supposera que p 0 < p 2. Bien souven, pluô que de créer beaucoup de scénarii, on éabli une forme foncionnelle pour passer à un modèle coninu. Ainsi, pour les reurns aendus des acions, il y a bien souven un grand nombre de scénarii possibles, le résula éan le produi d un grand nombre de faceurs. C es pourquoi, au lieu de faire des scénarii, on pose comme hypohèse que la disribuion des reurns sui une loi normale. La disribuion normale n es pas choisie au hasard : elle offre, enre aures avanages, celui d êre exclusivemen déerminée par ses deux premiers momens, à savoir l espérance (moyenne) e l écar ype (ou la variance). Une fois ces deux paramères connus, la disribuion es oalemen connue. La moyenne offre une inéressane mesure de renabilié, andis que l écar ype es une mesure de la dispersion e donc du degré d inceriude. L exposiion à l inceriude éan source de risque, l écar ype donnera une bonne esimaion du risque encouru. 5.2 Saisique Supposons que l on soi à l insan 0 dans un cas uni-périodique. Nous sommes invesisseur e acheons une acion. L imporan pour l invesisseur es d avoir, aujourd hui, une esimaion de l espérance de rendemen de l acion [E( R)] e du risque encouru. [ σ ] 13

14 Pour esimer ces deux paramère, l espérance e l écar ype, on peu soi faire des prévisions, soi inférer un esimaeur à parir d observaion passées. Ainsi, la série hisorique des reurns hebdomadaires sur 3 ans pourrai êre uilisée pour calculer des esimaeurs de l espérance e de l écar ype de la disribuion. Il suffirai alors de supposer que le fuur es le refle du passé e uiliser dans la prévision les esimaeurs calculés sur des hisoriques. Sous ceraines hypohèses (voir un cours de saisique de base), la moyenne es un esimaeur non biaisé de l espérance. Auremen di, les reurns moyens hisoriques des acions nous donnen une bonne esimaion du reurn que nous pouvons aendre pour la prochaine période. N R E ( R ) = moyenne = = R N =1 De même, l écar ype calculé par la formule suivane 2 σ ( R ) = N = 1 ( R R ) N 1 2 Donne un bon esimaeur, sous ceraines hypohèses, de l écar ype de la disribuion. Ainsi, si l on pense que l inceriude observée dans le passé n a aucune raison de changer dans le fuur, ou pourrai alors uiliser ce esimaeur dans la prévision. 5.3 Calcul acuariel Pour illusrer la nécessié de prendre en considéraion la valeur emporelle de l argen, prenons un exemple. On a le choix enre deux invesissemens ; l acha une machine pour 100 qui rapporera 100 les deux périodes suivanes e l acha d une aure machine qui coûe égalemen 100 mais qui rappore 110 les périodes 2 e 3. Résumons les différens flux dans le ableau suivan : Les deux projes génèren donc des cash flows à différens momens. Commen décider, sur cee base, le proje qui es le plus inéressan? Pour y répondre, nous allons inroduire le calcul acuariel, c es-à-dire la consaaion que l argen n a pas la même valeur en foncion du emps. Si on dispose de 100, on peu les mere sur un compe avec un aux d inérês i de 3 %. La valeur de 100 aujourd hui n es pas la même que 100 demain. On préfère oujours avoir une somme aujourd hui que demain éan donné que cee somme peu êre placé en banque. 100 = 100 ( ) On es donc indifféren (car on suppose que le aux d inérê assure ce équilibre) enre 100 aujourd hui ou 103 demain. 100 représene la Valeur Acuelle (VA) e 103 la Valeur Fuure (VF) La valeur acuelle VA e la valeur fuure se calcule donc comme sui : 14

15 VF VA = 1 + i VF = VA ( 1+ i) Quand il s agi d une série de valeurs dans le emps, on peu les exprimer en valeur acuelle (on fai du calcul acuariel) : CF VA( CF ) = ( 1 + i) VF CF = CF 1+ i On peu comparer mainenan les deux projes : 1 ( ) VA CF ( ) ( ) N 2 ( ) VA CF = + 1+ i = 100 ( 1+ i) + ( 1+ i) 2 ( 1 + i) On compare ces deux valeurs acuelles des cash flow (CF) pour choisir. Il se peu aussi que les différens cash flow soien consans dans le emps, on parle par conséquen d annuié. Par exemple, si i=8% e que l on veu savoir quelle somme (consane) doi on doi rembourser chaque année pendan 3 ans pour avoir rembourser une somme oale iniiale de : A1 A2 A3 1 + i = + + = A = * ( ) A + ( ) ( ) i A 4000 Aure exemple : quelle somme dois-je disposer à 65 ans pour m assurer une rene annuelle de pendan 20 ans? * + i VA = = * 9.82 = i Précédemmen, nous calculions la valeur acuelle d une annuié. Dans le cas de la valeur fuure d une annuié, la formule es la suivane : VF = A 1 2 ( 1 + i) + A( 1 + i) A( 1 + i) = A ( ) 1+ i i 0 1 Exemple : quelle es la valeur de l annuié si je veux disposer après 40 périodes de

16 ( ) = A = A * A = = Par conséquen, en versan chaque année 379 pendan 40 ans, on disposera de à la fin. Le aux d acualisaion uilisé es fondamenal. Pourquoi? Illusrons cela par un exemple simple. Soi un acif qui vau aujourd hui 100 (VA) e demain (VF). Le reurn de ce acif R vau donc R = = 10%. Par conséquen, 100 VF VA =. Or souven le prix de l acif demain n es pas connu avec ceriude, le reurn non 1 + R plus par conséquen : E( VF) VA = 1+ E R VA = N ( ) ( E( R) ) = 1 1+ Le reurn aendu joue donc le rôle de faceur d acualisaion. Il fau donc se demander quel es le reurn que je vais aendre sur le marché. Le aux d acualisaion uilisé dans n impore quel calcul acuariel es donc le rendemen aendu des cash flows générés par l invesissemen. CF 16

17 6. Décision de financemen La quesion es de savoir quelles son les sources de financemen à la disposiion de l enreprise e commen sélecionner ces différenes sources. Il es éviden que cee quesion es rès imporane en finance, par exemple on peu s inerroger sur l ineracion qu i peu y avoir enre les acifs e leur financemen. Exise--il un financemen opimal pour l enreprise? Pour l invesisseur, qu il soi acionnaire ou obligaaire, quelle es la valeur des ires qu il achèe? Auan de quesions imporanes qui influencen les décisions de financemen de l enreprise. Dans ce chapire, nous éudierons en premier lieu la valorisaion des obligaions e des acions, ensuie, nous en déduirons le coû pour l enreprise e enfin, nous aborderons le problème du choix opimal de financemen pour l enreprise. 6.1 Valorisaion des obligaions (Voir Chapire 10, p.268) Caracérisiques d une obligaion a. Plan de remboursemen b. Plan d inérê (a priori) : dès le débu, on sai qu on devra payer des inérês (= rémunéraion du capial) NB : le capial n es versé que lorsque «ou va bien» Principe de base de la valorisaion Il es imporan de faire la disincion enre prix e valeur économique d un bien. Le prix reflèe les ermes d une ransacion andis que la valeur économique es un calcul d exper. Il s agi de la valeur acuelle des cash flow fuurs. Théorème Capial-Valeur de Fisher (1930) : La valeur de ou bien es égale à la somme des valeurs acualisées des revenus monéaires que la déenion e/ou la mise en œuvre de ce bien de capial permeen de réaliser. T CF V = 1 ( 1+ E( R) ) où E(R ), le rendemen aendu es le aux sans risque plus une prime de risque. Deux quesions se posen : - commen modéliser les cash flow fuurs? - commen modéliser le rendemen aendu? Applicaion - Soi R le remboursemen du capial en = remboursemen «in fine» (= un seul remboursemen à la fin). - Soi C le coupon (=aux d inérê réellemen payé chaque année) - Soi la valeur nominale = le monan de l emprun. Rem. : l inérê es calculé sur le solde resan dû. La valeur de l obligaion es alors de V = n = 1 + ) C + R ( 1 E( R ) 17

18 Exemple : soi une obligaion de maurié 7 ans, de aux de coupon 7% e au remboursemen in fine. J emprune 100 = solde resan dû (puisque je rembourse ou à la fin), ce qui me donne la srucure de cash-flows e la valeur suivanes : V = ( n 7 ) + ( 1 + E ( R) ) ( 1 E( R) ) n = Quand on achèe des obligaions, on déermine d abord le reurn que l on exige de son invesissemen on aend au moins le aux sans risque plus une prime de risque (un surplus de rendemen par rappor au aux sans risque). Dans ce espri, si un invesisseur achèe une obligaion IBM remboursable «in fine» dans 7 ans, il aend un reurn au moins égal au reurn des obligaions d éa (sans risque) de maurié égale à 7 ans. Supposons que ce aux sans risque es de 3,5%, l invesisseur aendra un reurn supérieur à 3,5%. La prime de risque qu il demande servira à compenser le risque qu IBM ne paie pas à emps les inérês ou qu évenuellemen, IBM soi en difficulé financière e qu il soi incapable de rembourser ses dees. Si on suppose que la prime de risque es de 2%, la valeur d une obligaion émise par IBM es : ( ) V = 7 * ( + ) + = (pour 100 euros de valeur nominale) ( ) Remarque : Pourquoi es-on prê à payer 107.2, soi un prix supérieur à la valeur nominale de la dee (=100)? Tou simplemen parce que l inérê (= rémunéraion du capial = 7% dans ce exemple, soi 7 euros/an pour 100 euros de dee) es supérieur au rendemen aendu (e viceversa si V es inférieur à la valeur nominale de la dee). Une quesion se pose : Commen une enreprise qui éme une obligaion aujourd hui va--elle fixer le aux d inérê nominal (coupon) de l obligaion? Généralemen, l enreprise va consuler une banque d affaire qui va l aider à organiser l émission. Cee banque d affaire va observer les condiions économiques e pariculièremen le rendemen des obligaions d éa. Ce rendemen servira de base à la fixaion du coupon qui sera en fin de compe égal à ce même rendemen augmené d une prime de risque spécifique à l enreprise émerice e à la durée de l obligaion. Inuiivemen, on peu penser que plus le remboursemen es éloigné, plus l invesisseur es exposé à une inceriude sur ce même remboursemen. Au momen de l émission, si les condiions de marché n on pas changé (ce qui es raremen le cas), le prix d émission de l obligaion sera égal à 100% de la valeur nominale car à ce momen, le aux d inérê nominal sera égal au rendemen aendu par les obligaaires. Si les condiions de marché changen, par exemple les aux d inérê des obligaions d éa varien ou bien la prime de risque exigée par le marché augmene, alors le prix des obligaions changen aussi. Dans nore exemple d IBM, si la prime de risque passe de 2% à 3%, la valeur de l obligaion IBM devien : V=101,8. Soi une pere de 5,4% de la valeur nominale! On voi que l esimaion de la prime de risque es un problème fondamenal de la finance (imaginez l émission de Deusche Telekom qui représenai environ 5 milliards d euro. 1% de cee somme représene 50 millions d euros!). Conclusion : 18

19 Pour valoriser une obligaion, il fau esimer le rendemen aendu = aux sans risque + prime. Le aux sans risque es le aux d inérê des obligaions d éa de maurié égale e il faudra uiliser des modèles héoriques pour mieux comprendre e fixer la prime de risque) Coû du financemen par obligaions Le reurn aendu par les obligaaires de l enreprise représenen nécessairemen un coû pour l enreprise. Le rendemen aendu es égal au coû pour l enreprise lorsqu il n y a pas de axaion. Cee observaion simple nous perme de déerminer le coû pour l enreprise de s endeer : où YTM signifie le Yield o Mauriy e il représene le rendemen aendu par un obligaaire qui achèe l obligaion dans la perspecive de la déenir jusqu à la maurié. Rf représene le aux sans risque ou le aux des obligaions d éa pour une maurié égale à celle de l obligaion analysée. La prime de risque es composée d une prime de risque financier liée à l endeemen de l enreprise e d une prime de risque business liée au seceur d acivié. Le aux sans risque es un aux nominal e il inclu une prime d inflaion. 19

20 6.2 Valorisaion des acions (Chapire 10, p.279) Caracérisiques - le remboursemen du capial n es pas dû a priori sauf si plan de racha d acions (mécanisme par lequel l enreprise «rembourse» le capial aux acionnaires). Ces plans de racha surviennen dans le cas où il n y a plus de projes d invesissemen qui donnen au moins le reurn aendu par les invesisseurs - rémunéraion = dividende pas de rémunéraion due à priori ; le dividende es disribué uniquemen quand les bénéfices de la firme le permeen. Remarques : - l obligaaire «sai s en sorir» quand ça va mal (faillie) car ce dernier n es pas propriéaire - l acionnaire ne sai rien faire : il prend ous les risques, il es propriéaire de l enreprise Afin de pouvoir valoriser les acions, il fau déerminer les cash flow fuurs e pour cela, nous allons poser quelques hypohèses. Hypohèses : a. invesisseurs à long erme (>< spéculaeurs) Si l invesisseur es à long erme, les seuls cash flows qu il percevra des acions son les dividendes D ~ qui son des variables aléaoires b. l enreprise es à maurié e la renabilié de ces acifs es consane (ROI=ce) c. aux de réenion des bénéfices (b) ou le aux de disribuion (1- b) es consan Sous ces hypohèses, nous allons esimer les dividendes fuurs e nous allons appliquer le principe de base de la valorisaion sur un horizon T endan vers l infini. Illusrons par un exemple l impac de ces hypohèses sur les dividendes fuurs. Exemple : Soi au emps 0, l émission d une acion au prix de 100. Le ROI = 10 % e b = 60 %. Tous deux son consans par hypohèse. Si on regarde l évoluion des dividendes disribués, on consae une croissance consane de ce dividende : En =0 ACTIF PASSIF En = 1, CHARGES Benef = 10 (10% de 100) ACTIF 100 Bque = 6 PRODUITS PASSIF 100 Résula reporé = 6 Le résula reporé es de 60% du bénéfice e le dividende de 4 a éé disribué (D 1 = 4 ) 20

21 En = 2, CHARGES Benef = 10,6 (10% de 106) ACTIF 100 Bque = 6 PRODUITS PASSIF 100 Résula reporé = 6 + 6,36 Le résula reporé de 6,36 correspond à 60% du résula de la période e un dividende de 4,24 a éé disribué, D 2 = D 1 * (1+g) avec g = b * ROE Le dividende va en s accroissan : D D = D = D 1 1 ( 1 + g) ( 1 + g) Applicaion du principe de valorisaion V = D 1 = = g = E( R) ( + E( R) ) D 1+ g 1 + g Le erme converge si ce dernier es inférieur à 1. Afin d avoir convergence e de 1 + E( R) pouvoir uiliser les propriéés d une suie géomérique, nous devons donc poser comme hypohèse que le aux de croissance g es inférieur au rendemen aendu par les acionnaires E(R). Ensuie, lorsque nous faisons endre vers l infini (hypohèse de l invesisseur à rès long D1 erme), nous obenons V = E( R) g Remarque : LA formule de valorisaion ci-dessous es appelée le modèle de Gordon e Shapiro. Il fau êre conscien du fai que ou exercice de valorisaion, aussi bon soi-il, peu conduire à une évaluaion de l enreprise qui diffère du cours de bourse. En effe, le cours de bourse reflèe les ermes d une ransacion enre deux personnes, e les condiions du marché à un momen donné peu faire que le prix s écare de la valeur héorique. Lorsque sur le marché, le prix es égal à la valeur, on dira que le marché es efficien e raionnel. Afin de valoriser une acion, il fau donc regarder esimer les dividendes fuurs mais aussi le reurn aendu par les acionnaires. 1. On regarde les dividendes : D 1 = (1-b)*EAT On éudie les prévisions d un seceur ou enier (MACRO) 21

22 On éudie ensuie la posiion d une enreprise (MICRO) On peu s inéresser à la srucure, au foncionnemen de la sociéé : s il y a moins de charges, le résula augmenera ainsi que le cours de bourse Exemple de faceurs influençan le résula : invesissemen, choc echnologique (boum de l Inerne par ex) 2. E(R) = aux sans risque (aux d une obligaion d éa) + Prime de risque Quand les aux d inérês augmenen, le cours diminue (due à l acualisaion) Si l inceriude es grande, l exposiion aux risques es grande aussi, donc la prime de risque augmene (il fau donc un incian (reurn) rès élevé) e le cours de bourse diminue. 22

23 6.2.3 Coû du financemen par acion Le modèle de Gordon e Shapiro nous donne la valeur d Le modèle de Gordon e Shapiro nous donne la valeur d une acion sous des hypohèses rès resricives mais qui reflèen relaivemen bien la siuaion des firmes arrivées à maurié. Si l on isole le rendemen aendu, le modèle devien : D1 E( R) = ke = + g V D 1 - représene le dividend yield / rendemen (dividende exprimé en % de la valeur V) V - g es le aux de croissance aendu A nouveau, si l on fai l hypohèse de l absence de axaion, le rendemen aendu par les acionnaires es égal à un coû pour l enreprise. Qui d aure que l enreprise va rémunérer les acionnaires? Une analyse rapide de cee expression nous monre que les firmes de croissance élevée (pensons au seceur des bio-echnologie, des firmes liées à l inerne, ec.) enraîne une demande de reurn aendu élevé de la par de leurs acionaires e donc un coû des fonds propres élevé pour ces mêmes enreprises. Ayan déerminé, dans des cas simples, le coû de l émission d obligaion e d acions (augmenaion de capial), nous allons nous inéresser au coû du capial (dans le sens de l ensemble des fonds mobilisés par l enreprise). 6.3 Coû du capial La quesion de la déerminaion du coû du capial en foncion du choix des acions e des obligaions es rès imporane car elle va nous permere de s inerroger sur l exisence d une combinaison (acions-obligaions) opimale de financemen des invesissemens? Dans ce paragraphe, nous supposons qu il n ay pas de axaion e donc que le coû des sources de financemen es égal au rendemen aendu par les acionnaires. Pour illusrer le coû du capial (fonds propres e dees) d une enreprise, nous allons prendre un exemple. Exemple Soi une firme qui se crée à l insan =0. Le besoin d invesissemen es en 0 e il sera financé : Financemen : E : D : Pour déerminer le coû de chaque source de financemen, on suppose que le aux sans risque es de 4 % Dees: k D = YTM = 4% + 2 % = 6 % Equiy: k E = 4 % + 8 % = 12 % La prime de risque es plus élevée pour le financemen par acion car les acionnaires prennen plus de risque que les obligaaires. Nous allons déerminer le rendemen minimum qui doi êre obenu sur les invesissemen (ROI) de manière à assurer la rémunéraion des apporeurs de capiaux : 23

24 Les acionnaires exigen un rendemen de 12%. Si on suppose que l enreprise ne disribue pas ses bénéfices (b=1), les résulas reporés seron de 12 e les fonds propres en fin de période seron de Les obligaaires exigen un rendemen de 6%. Cela signifie que les charges financières seron de euros. Cela signifie que l EBIT de la période a éé de 18 e on a EAT = EBIT I = 18 6 = 12, reporés à 100% au passif. Comme nous l avons discué, l EBIT représene les résulas obenus grâce aux acifs, ces résulas servan ensuie à rémunérer les acionnaires e les obligaaires. Si on regarde la renabilié de l acif (ROI), on a : EBIT 18 ROI = = = 9% Toal asses 200 Supposons que ce soi le même invesisseur qui ai acheé les acions e les obligaions de l enreprise. On peu se demander quel a éé le reurn réalisé par ce invesisseur. E ( = 12 %) D ( = 6 %) Toal ( = 9 % ) On remarque que la renabilié du porefeuille de l invesisseur es égal à la renabilié des acifs : E D ROI = k = k + E + D E + D E k D Il fau monrer qu en an qu enrepreneur, le rendemen de l invesissemen (ROI) doi êre au moins égal au coû du capial (rendemen exigé par les apporeurs de fonds) sinon aucune créaion de richesse (pas d incian pour invesissemen) Conclusion : coû du capial (k) = WACC E D D a. k = k E + k D avec k E = 1 + g E + D E + D V k D = aux sans risque + SPREAD (non défini) b. les projes d invesissemen doiven donner une renabilié au moins égale au WACC 6.4 Srucure financière opimale La quesion que l on se pose es l exisence d un choix de financemen (acions-obligaions) qui serai plus opimal pour l enreprise. On enend par opimal un choix de financemen qui maximise la valeur de l enreprise. Rappelons que Toal Asses A = Equiy + Debs E que la valeur de l enreprise es égale à la valeur acuelle des cash flows fuurs. 24

25 A + CF = ( 1 WACC ) Les Cashs Flows que l acivié de l enreprise va générer seron disribués - aux acionnaires sous formes de dividende e de croissance du résula (D 1 e g ) - aux obligaaires sous forme d inérês (YTM) Remarque Lors d une inroducion en bourse ou lors d une fusion-acquisiion, le problème fondamenale résidera dans la déerminaion des cash flows qui devron êre uilisés pour la valorisaion de l enreprise. Comme nous l avons signalé, une srucure financière opimale signifie que la valeur de l enreprise qui correspond à cee srucure es maximale. Nous allons monrer par un exemple que, dans un monde idéal, l objecif des acionnaires qui es de maximiser la valeur de leurs acions es sricemen équivalen à la maximisaion de la valeur de l enreprise (A). Il fau insiser sur le fai que dans ce cours, seul le poin de vue du financier es considéré e que dans ce conexe, seul la maximisaion de la valeur compe. La réalié es plus complexe e l objecif des gesionnaires d une sociéé doi aller bien au-delà de la seule maximisaion du profi des acionnaires. Discussion sur la convergence des inérês des acionnaires e des obligaaires : Richesse Richesse des acionnaires Richesse des obligaaires Valeur de l enreprise Valeur de remboursemen de la dee e des inérês Le graphe ci-dessus illusre le fai que lorsque la valeur de l enreprise es supérieure au monan de la dee e des inérês, alors, la maximisaion de la richesse des acionnaires ou la maximisaion de la valeur de l enreprise es idenique (en effe, la richesse des obligaaires es consane sur cee zone) Par ailleurs, le graphe monre que l inceriude (ou dispersion) ne va pas influencer la richesse de l acionnaire lorsque la valeur de l enreprise es inférieure au remboursemen de la dee e au paiemen des inérês. En effe : Quand la dispersion augmene, la probabilié de la richesse de l acionnaire augmene. 25

26 Le risque-enreprise es bénéfique pour l acionnaire e néfase pour les obligaaires (clause «ype d invesissemen»). N.B. : Dans un monde idéal, il n y a pas de confli d inérê enre obligaaires e acionnaires Max A = Max E ou Max D. Il fau s aacher à modéliser l asymérie d informaion, ce qui complique encore davanage la déerminaion de la srucure financière. Dans le cours, on va supposer qu on es dans un monde parfai sans conflis d inérê enre acionnaires e obligaaires. Nous allons aussi supposer que les choix de financemen n affecen pas les cash flows de l enreprise. En effe, ces derniers dépenden exclusivemen des choix d invesissemen e son indépendans des choix de financemen. CFA Soi : Max(A) = Min(WACC) car Max(E) Max(V) = + (1 WACC) La héorie des radiionnels La héorie des radiionnels (années 50) repose sur l hypohèse que lorsque l enreprise es faiblemen endeée, la percepion, du risque financier es ellemen faible que les obligaaires ne requièren pas de prime de risque. Au-delà d un seuil criique d endeemen, la percepion du risque devien réelle e les obligaaires demanden alors une prime de risque qui va augmener exponeniellemen avec le raio d endeemen. La posiion des radiionnels es donc que k E e k D dépenden du niveau d endeemen (D/A) e qu il exise un seuil criique d endeemen qui es opimal en ce sens qu il minimise le WACC e donc, sous les hypohèses d indépendance de cash flows e de convergence des inérês, qu il maximise la valeur de la firme. 26

27 Illusraion Coû des fonds propres Coû WACC Coû de la dee D/A Raio d endeemen opimal Avan de présener la héorie de Modigliani e Miller, nous allons illusrer à l aide d un exemple la noion de risque lié à l endeemen. Soi une enreprise 1 don le passif es consiué à 100% de fonds propres représenés par 100 acions (ROI = 20%), e une enreprise 2 don le passif es consiué pour moiié de fonds propres, représenés par 50 acions, e pour moiié de fonds emprunés (au aux d inérê de 10%). La quesion es alors de savoir si l acionnaire es plus exposé au risque d inceriude quand il y de la dee. On va donc examiner si le risque sur le bénéfice d une acion es plus élevé lorsqu il y a endeemen. Il y a quare éas du monde, correspondan chacun à quare niveaux de ROI différens, 0%, 10%, 20% ou 30%. Il n y a pas de axaion e que ou le bénéfice es disribué. Pour l enreprise 1, qui es non endeée, on obien le ableau suivan : Eas du monde ROI = 0% ROI = 10% ROI = 20% ROI =30% EBIT I EAT EPS On peu mesurer la dispersion par l écar ype de l Earnind Per Share (EPS.) Rem. : l inceriude dépend uniquemen de l acif e non du passif. Pour l enreprise 2, on obien par conre le ableau suivan : 27

28 Eas du monde ROI = 0% ROI = 10% ROI = 20% ROI =30% EBIT I EAT EPS -0,1 0,1 0,3 0,5 La réribuion de la dee es due a priori quel que soi l éa de l enreprise. Dans le cas de l enreprise, il y a une plus grande dispersion de l EPS, d où un risque plus élevé. Il s ensui que la coû des fonds propres va croissan avec D/A (plus il y a de dees, plus le risque es élevé). La quesion devien alors : où se rouve l opimum? La héorie de Modigliani e Miller C es Modigliani e Miller qui eneron les premiers de donner une réponse à cee quesion par un modèle. Pour répondre à la quesion de savoir s il exise une srucure financière opimale, ils inroduisen la noion d arbirage. 1) Définiion de la noion d arbirage. Exemple : on emprune 100 à du 5% qu on le replace à du 6% : Il en résule un gain de 1% sans aucune mise de fonds propres e sans le moindre risque. L invesisseur a réalisé une opéraion d arbirage. Aure exemple : imaginons que le aux d inérê sur l euro es de 4% e que celui sur le dollar es de 3%. Supposons en oure que le aux de change USD/Eur rese consan e égal à 1. On a donc inérê à empruner 100 dollars aujourd hui (aux d inérê = 3%), à les échanger conre 100 euros e à placer ces derniers au aux de 4%. Après un an, j échange mes euros conre 104 dollars e je rembourse les dollars. Il en résule un gain de 1 dollar sans inceriude. Si ou le monde réalise cee opéraion, le dollar va moner e le aux de change euro/dollar va baisser. L arbirage condiionne donc l équilibre des marchés des changes mondiaux. Il exise une opporunié d arbirage lorsque l arbiragise peu réaliser un profi sans mise de fonds propres e sans risque. Une aure formulaion équivalene consise à affirmer que deux invesissemens présenan le même risque doiven avoir la même renabilié. Si el n éai pas le cas, alors il exise une opporunié d arbirage. L argumen de Modigliani e Miller es le suivan : deux enreprises possédan les mêmes acifs doiven avoir la même renabilié. A CF A U (non-endeée) E U L (endeée) A E L CF A D L 28

29 Modigliani e Miller (MM) on démonré, sur base d un argumen d arbirage que la valeur de la firme endeée es égale à la valeur de la firme non endeée e qu il n exise donc pas de srucure financière opimale, soi : Max E U = Max E L e donc V U = V L. Nous n allons pas reprendre la démonsraion formelle de MM, mais nous allons illusrer leur raisonnemen par un exemple basé sur les enreprise 1 e 2 données ci-dessus : Pour rappel, U (non-endeée) A E U = 100 CF A L (endeée) A E L = 50 CF A D L = 50 On fai l hypohèse que, sur le marché, ou le monde peu empruner au même aux d inérê ; il n exise donc qu un e un seul aux d inérê, unique e indépendan de D/A. Pour pouvoir comparer deux acionnaires, il fau qu ils soien soumis au même risque indusriel e financier. Illusrons cela par un invesissemen de 25 en fonds propres. 1 cas : invesir dans L ==> acha de 25 acions (sans s endeer personnellemen). 2 cas (qui doi êre équivalen au premier) : invesir dans U. J ai des fonds propres égaux à 25. Il s agi de reproduire la srucure financière de L. On doi regarder le même monage : l acionnaire doi êre exposé au même risque ; à ire personnel, il emprune 25, ce qui implique qu il dispose mainenan de 50 avec lesquels il achèe 50 acions de U. Dans les deux cas, la dispersion doi êre la même, quels que soien les éas du monde. Il n y a donc aucune raison à ce qu il y ai une prime à l endeemen. Résula correspondan à l éa du monde de ROI=20% 1 cas : Le résula pour l invesisseur es égal à l EPS muliplié par le nombre d acions qu il déien, soi : 0.3*25 = cas : Le résula pour l invesisseur es égal à l EPS muliplié par le nombre d»cions moins les inérês payés sur la dee, soi : 0.2*50-2.5=7.5 (résula en an qu individu). L invesisseur devrai par conséquen se monrer oalemen indifféren aux deux cas. Il s ensui que la srucure financière n a aucun impac sur la valeur : V U = V L avec V U = CFA (1 + WACC U ) CFA = + (1 WACC ) L = V L. Il en résule que WACC U = WACC L e qu il n exise pas de srucure financière opimale! Dans la réalié, cependan, la précédene affirmaion ne ien pas : on observe en effe différens D/A selon les seceurs (informaion, ranspor, ). Quid de l impac des axes? Il fau faire aenion à la double axaion des dividendes : il exise des moyens légaux pour s en prémunir. 29

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d enreprise L esseniel en fiches DCG DSCG Collecion «Express Experise compable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Inroducion au droi DCG 1 L. Siné, Droi des sociéés DCG 2 V. Roy, Droi social

Plus en détail

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» L une des préoccupaions des gesionnaires des risques dans les banques es de prendre en compe les caracérisiques des porefeuilles

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages Chapire 3 Pourcenages Objecifs du chapire : iem références auo évaluaion relier évoluions e pourcenages éudier des évoluions successives calculer le aux d évoluion réciproque 19 I lien enre une évoluion

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions 1 Juille 2001 Evaluaions socio-économiques e financière des projes de ranspors collecifs : méhode de calcul, paramères e convenions Période de l éude La période de l éude débue à l année de mise en service.

Plus en détail

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure TP SdF N 25 Modélisaion e opimisaion de la mainenance prévenive e correcive d un maériel soumis à usure Ce TP complèe le TP N 22 sur la modélisaion e l opimisaion de la mainenance d un maériel réparable

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proporionnalié -Acivié préparaoire n : Suies de nombres proporionnelles -l indicaion «0,88 /L» perme de calculer les pri manquans dans le ableau ci-dessous. Indiquer

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE

Jean-Louis CAYATTE Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ jlcayae@free.fr Chapire 4 La durée du chômage Quand on parle de la durée du chômage, si l on n y prend pas garde, on confond facilemen la durée moyenne du chômage

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI UNIVERSIE PARIS OUES, NANERRE LA DEFENSE UFR SEGMI Année universiaire 202 203 Cours d économérie L3 Economie Cours de Valérie MIGNON D de Benoî CHEZE e David GUERREIRO Exercice : Données en coupe D Inroducion

Plus en détail

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages Première E.S. Lycée Desfonaines Melle I. Inroducion Pourcenages Définiion : On considère deux quaniés Q e Q de même naure, exprimées dans la même unié. Dire que Q es égale à % de Q revien à dire que Q

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Exercice n HA Corrigé

Exercice n HA Corrigé ENAC/ISTE/HYDRAM HYDROTHEQUE : base de données d exercices en Hydrologie Cours : Hydrologie Appliquée / Thémaique : Processus & Réponse Hydrologiques Exercice n HA 0101 - Corrigé Logo opimisé par J.-D.Bonour,

Plus en détail

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que PROPORTIONNALITE a) Définiion d une proporion a Quare nombres a, b, c e d éan non nuls, on di que c l une des condiions suivanes (équivalenes) es vérifiée : b d es une proporion lorsque Condiion 1 : Les

Plus en détail

TD 4 : correction. L3 Intégration Exercice 1. Fonctions presque nulles. On considère la suite d ensembles mesurables A n = x R f(x) 1.

TD 4 : correction. L3 Intégration Exercice 1. Fonctions presque nulles. On considère la suite d ensembles mesurables A n = x R f(x) 1. L3 Inégraion 1 212-213 TD 4 : correcion Eercice 1. Foncions presque nulles } On considère la suie d ensembles mesurables A n = Rf( 1. n Par hypohèse, ils son ous de mesure nulle : = f dλ 1 A n n µ(a n.

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mahémaiques Financières ------------------------------------------------------- 4 ème parie - Marchés financiers en emps coninu & modélisaion des acions Universié de Picardie Jules Verne Amiens Jean-Paul

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

HSBC ETFs PLC ADDENDUM DE COTATION AU PROSPECTUS [ ] 2010

HSBC ETFs PLC ADDENDUM DE COTATION AU PROSPECTUS [ ] 2010 HSBC ETFs PLC ADDENDUM DE COTATION AU PROSPECTUS [ ] 2010 Ce addendum doi êre lu conjoinemen au prospecus d HSBC ETFs PLC (ci-après dénommée «la Sociéé») daé du 10 février 2010 («le Prospecus»), à son

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES II

MATHEMATIQUES FINANCIERES II Formaion Ouvere e A Disance LIVRET 52 BIS : MATHEMATIQUES FINANCIERES II LES ANNUITES Page 1 INTRODUCTION : FOAD mahémaiques financières II Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole Les foncions logiques & l algèbre de Boole 1 - Algèbre de Boole Hisorique : Georges BOOLE, philosophe e mahémaicien anglais, publia en 1854 un essai sur les raisonnemens logiques poran sur les proposiions

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE -

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE - ENS de Cachan Concours d enrée en 3 ème année pour la préparaion à l agrégaion de Génie Elecrique Session 2001 SECONDE PARTIE - ELECTRONIUE - Ce problème se propose d éudier le foncionnemen de l élecronique

Plus en détail

Logique Séquentielle - fonction «Registre à décalage»

Logique Séquentielle - fonction «Registre à décalage» Logique Séquenielle - foncion «Regisre à décalage» 1. Inroducion Les bascules son rès uilisées comme élémens de mémorisaion de données ou d informaion. Le sockage des données a généralemen lieu dans des

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

DECISION N RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE

DECISION N RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 25-2 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE 25-29 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5 Texures François Faure Résumé Table des maières 1 Inroducion 2 2 Coordonnées de exure 3 2.1 Modes de répéiion............................... 3 2.2 Le problème des surfaces courbes.......................

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2 CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... I. PRINCIPE... A. Quel modèle uiliser?... B. Algorihme de simulaion... 3 II. EXEMPLE D APPLICATION... 4 A. Travail préliminaire... 4 B. Simulaion des rajecoires... 6 Algorihme...

Plus en détail

Banking de permis d émission dans l ET-ETS et valeur d option

Banking de permis d émission dans l ET-ETS et valeur d option Banking de permis d émission dans l E-E e valeur d opion G CO2 Benoî PELUCHON ur un marché de permis d émission le «banking» es la possibilié d uiliser des permis émis pour une période donné, mais non-uilisé,

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Exercices : Série 1 Corrigés

Exercices : Série 1 Corrigés Exercices : Série 1 Corrigés 1 Durée nécessaire pour doubler le PIB par habian Déniions : y 0 : PIB par ravailleur au débu y T : PIB par ravailleur après T années g : aux de croissance [%] r : aux de croissance

Plus en détail

Production - Transport et Distribution d Energie

Production - Transport et Distribution d Energie Le Minisère de l'enseignemen Supérieur e de la Recherche Scienifique Universié Viruelle de Tunis Réalisé par : Mme Souad Chebbi Aenion! Ce produi pédagogique numérisé es la propriéé exclusive de l'uvt.

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

LA LOGIQUE SEQUENTIELLE

LA LOGIQUE SEQUENTIELLE Auomaique e Informaique Indusrielle LA LOGIQUE SEQUENTIELLE SOMMAIRE Tire Page I. Définiion (rappel) : Sysème séqueniel 2 II. Prise en compe du emps 2 a) foncion mémoire 2 b) foncion(s) reard(s), emporisaion

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Le Principe de PASCAL

Le Principe de PASCAL Hydraulique LES LOIS D HYDROSTATIQUE N 1/8 LA FORCE. On appelle FORCE oue acion qui end à modifier l éa d un corps. Elle s exprime en NEWTON (symbole N). La force es définie par son sens, son inensié,

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

3.1 La définition des tâches

3.1 La définition des tâches TÂCHES Projec 2016 3.1 La définiion des âches A- Saisir les âches d'un proje Les âches représenen le ravail à accomplir pour aeindre l objecif du proje. Elles représenen, de ce fai, les élémens de base

Plus en détail

1 - Etude d'une alimentation à découpage

1 - Etude d'une alimentation à découpage 1 - Eude d'une alimenaion à découpage BTS ELECTROTECHNIQUE - Session 1997 - PHYSIQUE APPLIQUEE Durée : 4 heures Coefficien : 3 Cee éude compore rois paries, liées enre elles, mais pouvan êre raiées indépendammen

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Chapitre n 10 LES RÉACTIONS D ESTÉRIFICATION ET D HYDROLYSE

Chapitre n 10 LES RÉACTIONS D ESTÉRIFICATION ET D HYDROLYSE Chapire n LES RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE T ale S I- Les esers )Formule générale Un eser comprend deux chaînes carbonées R e R séparées par la foncion eser : Rq. : Si les chaînes carbonées son

Plus en détail

Accumulation du capital humain et relation Education - Salaire

Accumulation du capital humain et relation Education - Salaire Accumulaion du capial humain e relaion Educaion - Salaire Saïd Hanchane*, Séphanie Moulle** Février 1999 * Cenre d'éudes e de recherche sur les qualificaions (Céreq), éléphone : 91132844, élécopieur :

Plus en détail

Echantillonnage d un signal : principe et conditions à satisfaire.

Echantillonnage d un signal : principe et conditions à satisfaire. Page 1 Echanillonnage d un signal : principe e condiions à saisfaire. I. Inroducion. L acquisiion d une grandeur analogique par l inermédiaire d une care d acquisiion possédan plusieurs enrées analogiques

Plus en détail

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Universié de Savoie DEUG STPI Unié U32 Sysèmes linéaires - Auomaique CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Le sysème es mainenan mis en équaion, il es donc beaucoup plus

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

FIABILITE. Eléments de cours CONCEPTION - RÉALISATION FIABILITÉ DE CONDUITE FIABILITÉ PRÉVISIONNELLE FIABILITÉ FIABILITÉ D'EXPLOITATION

FIABILITE. Eléments de cours CONCEPTION - RÉALISATION FIABILITÉ DE CONDUITE FIABILITÉ PRÉVISIONNELLE FIABILITÉ FIABILITÉ D'EXPLOITATION Ce chapire es le premier, d une série de rois, consacré à ce que l on appelle en mainenance le concep «FMD» ; c es à dire, MAINTENABILITE e DISPONIBILITE. Les objecifs de ce chapire seron de déerminer

Plus en détail

The Gravity Model With Endogeneous Transport Cost

The Gravity Model With Endogeneous Transport Cost The Graviy Model Wih Endogeneous Transpor Cos Gabriel Figueiredo de Oliveira Universiy of Nanes, Faculy of Economy, LEN Sepember 1, 2008 Absrac : L obecif de ce ravail éai de monrer qu il es possible,

Plus en détail

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre Cinéique de l oxydaion du sulfie de cuivre Grégory Vial 11 avril 2006 Résumé On s inéresse à l oxydaion du sulfie de cuivre : il s agi d une réacion d auocaalyse don l éude cinéique condui à un problème

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Représentations multiples d un signal électrique triphasé

Représentations multiples d un signal électrique triphasé Représenaions muliples d un signal élecrique riphasé Les analyseurs de puissance e d énergie Qualisar+ permeen de visualiser insananémen les caracérisiques d un réseau élecrique riphasé. Les Qualisar+

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Les indices de prix du bois. Méthodologie

Les indices de prix du bois. Méthodologie Les indices de prix du bois Méhodologie Le Minisère de l agriculure, de l alimenaion, de la pêche, de la ruralié e de l aménagemen du errioire (MAARAT) a décidé de mere en place un indice d'évoluion du

Plus en détail

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC Chapire VI - Les onduleurs - LES ONDULEURS Converisseurs DC/AC I- Inroducion : L éude va porer sur les onduleurs : monophasés, de ension :Source d enrée (DC) = Source de Tension Source de sorie (AC) =

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ÉVALUATION DES INVESTISSEMENTS MUNICIPAUX DANS LE SECTEUR DES INFRASTRUCTURES DE PRODUCTION D EAU POTABLE :

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ÉVALUATION DES INVESTISSEMENTS MUNICIPAUX DANS LE SECTEUR DES INFRASTRUCTURES DE PRODUCTION D EAU POTABLE : UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ÉVALUATION DES INVESTISSEMENTS MUNICIPAUX DANS LE SECTEUR DES INFRASTRUCTURES DE PRODUCTION D EAU POTABLE : UNE APPROCHE OPTIONS RÉELLES Rappor de recherche de maîrise Présené par

Plus en détail

Temporisation par bascules monostables

Temporisation par bascules monostables Temporisaion par bascules Monosables TSTI 00-0 Chrisian Loverde Temporisaion par bascules monosables Rappels :. Charge d un condensaeur à ension consane i R C Débu de la charge u C (0)= 0 V u C A la fin

Plus en détail

CAP C.C.F. Académie de BORDEAUX ÉTUDE DU MOUVEMENT D UN SOLIDE FICHE DESCRIPTIVE DU SUJET DESTINÉE AU PROFESSEUR

CAP C.C.F. Académie de BORDEAUX ÉTUDE DU MOUVEMENT D UN SOLIDE FICHE DESCRIPTIVE DU SUJET DESTINÉE AU PROFESSEUR Ce documen comprend : une fiche descripive du suje desinée au professeur. une siuaion d évaluaion desinée au candida. une grille d'évaluaion / noaion desinée au professeur. FICHE DESCRIPTIVE DU SUJET DESTINÉE

Plus en détail

Prise en compte des risques dans l analyse monétarisée

Prise en compte des risques dans l analyse monétarisée Prise en compe des risques dans l analyse monéarisée Version du 7 ocobre 2014 1. Inroducion Les effes d'un proje son oujours affecés de risques (e d'inceriudes 1 ) d ampleur parfois significaive. Ces risques

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS I. Descripion e symboles Un condensaeur es un composan consiué par, appelés séparés sur oue l'éendue de leur surface par un milieu nommé. Le es de faible épaisseur e il s exprime

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

STRATEGIES DE MAINTENANCE LA FIABILITE DES SYSTEMES DE PRODUCTION

STRATEGIES DE MAINTENANCE LA FIABILITE DES SYSTEMES DE PRODUCTION I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

EC 4 Circuits linéaires du second ordre en régime transitoire

EC 4 Circuits linéaires du second ordre en régime transitoire 4 ircuis linéaires du second ordre en régime ransioire PSI 016 017 I Réponse d un circui RL série à un échelon de ension 1. ircui R L i() u G () +q ¹ 1 u R () u L () u () On ferme l inerrupeur K à = 0,

Plus en détail

) 2) Les prix unitaires de chaque matériau sont représentés pour le premier semestre par la matrice P 1 :

) 2) Les prix unitaires de chaque matériau sont représentés pour le premier semestre par la matrice P 1 : Exercice 1 Opéraions sur les marices Pour la réalisaion de ses chaniers, une enreprise de gros-œuvre du bâimen achèe, auprès de deux fournisseurs A e B, le béon (en m 3, les briques (en nombre de palees

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Probabilités 5 : Loi normale centée réduite N (0 ; 1)

Probabilités 5 : Loi normale centée réduite N (0 ; 1) «I» : Théorème définiion / Théorème admis Probabiliés 5 : Loi normale cenée réduie N ( ; ) La foncion f définie sur R par f ()= π e es une densié de probabilié sur R Il es clair que f es coninue e posiive

Plus en détail

Chapitre 5 Méthodes actuarielles de financement des régimes de retraite

Chapitre 5 Méthodes actuarielles de financement des régimes de retraite Chapire 5 Méhodes acuarielles de financemen des régimes de reraie 5.1 Inroducion Un emploeur qui me sur pied un régime de renes pour ses emploés s engage à leur verser ceraines sommes d argen dans le fuur.

Plus en détail

VIII Les gaz, partie F

VIII Les gaz, partie F VIII Les gaz, parie F Exercices de niveau A Le premier exercice de niveau A s appuie sur une analyse dimensionnelle vue dans le cours pour esimer une durée de diffusion. Le deuxième aide à apprendre l

Plus en détail

Les signaux. Page 1/11

Les signaux. Page 1/11 Les signaux numériques e analogiques... 2 Les ypes de signaux... 2 les signaux à variaion coninue ou signaux analogiques... 2 les signaux à variaion disconinue... 2 Représenaion des signaux... 3 en foncion

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE Dividend Discoun Model e bulles raionnelles Eric Jondeau Bachelor/Licence Pr. Eric Jondeau Finance Empirique 2/30 Moivaion

Plus en détail

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005 DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamenale Décembre 005 Brigie CHANOINE Chargée de cours Déparemen Finance ICHEC Brigie.chanoine@ichec.be Drois réservés Diplôme Spécial en

Plus en détail

TD : IS LM. p Le modèle IS/LM. p L'interface proposée. p Faire évoluer la feuille. 4. Implémenter un modèle plus général.

TD : IS LM. p Le modèle IS/LM. p L'interface proposée. p Faire évoluer la feuille. 4. Implémenter un modèle plus général. TD : IS LM Dora Rémi 1. Le modèle IS/LM p 2 2. L'inerface proposée p 4 3. Faire évoluer la feuille p 5 4. Implémener un modèle plus général p 7 TD-Modèle IS/LM 1 1. Le modèle IS/LM La courbe IS Le modèle

Plus en détail

CHAPITRE 5. ESTIMATION DES TRANSFERTS DÛS AUX POLITIQUES : AUTRES TRANSFERTS

CHAPITRE 5. ESTIMATION DES TRANSFERTS DÛS AUX POLITIQUES : AUTRES TRANSFERTS CHAPITRE 5. ESTIMATION DES TRANSFERTS DÛS AUX POLITIQUES : AUTRES TRANSFERTS 211. Ce chapire complèe l examen des ransfers en mean l accen sur ceux qui découlen d aures mesures que celles qui exercen une

Plus en détail

Série chronologique = Chronique, série temporelle Valeurs successivement prises par une variable statistique au cours du temps

Série chronologique = Chronique, série temporelle Valeurs successivement prises par une variable statistique au cours du temps Série chronologique = Chronique, série emporelle Valeurs successivemen prises par une variable saisique au cours du emps E Série saisique bidimensionnelle (, ) Objecifs de l analyse d une série chronologique

Plus en détail

La définition naturelle de la transformée de Fourier d une distribution T, devrait

La définition naturelle de la transformée de Fourier d une distribution T, devrait Chapire 12 Transformée de Fourier des disribuions 12.1 Inroducion La définiion naurelle de la ransformée de Fourier d une disribuion T, devrai êre ϕ D, < F(T ), ϕ >= < T, F(ϕ) > Mais il y a un problème

Plus en détail

Nombre dérivé et interprétation graphique. h valeurs approchées du nombre dérivé de la fonction f en t 0

Nombre dérivé et interprétation graphique. h valeurs approchées du nombre dérivé de la fonction f en t 0 DÉRIVONS EN VITESSE Objecif Ouils Comparer deux approximaions du nombre dérivé d une foncion numérique en un poin, l une issue de la définiion maémaique usuelle, l aure uilisée par les calcularices. Nombre

Plus en détail

Facteur d accélération associé à une loi normale ou lognormale

Facteur d accélération associé à une loi normale ou lognormale TP N 39 Faceur d accéléraion associé à une loi normale ou lognormale Uilisés pour diminuer la durée e le coû des essais, les faceurs d accéléraion (Arrhenius, Peck, Basquin, Norris-Landzberg ) son ous

Plus en détail

CHAPITRE II Oscillations libres amorties : Systèmes à un degré de liberté

CHAPITRE II Oscillations libres amorties : Systèmes à un degré de liberté CHAPITRE II Oscillaions libres amories Sysème à un degré de liberé 011-01 CHAPITRE II Oscillaions libres amories : Sysèmes à un degré de liberé Inroducion : Le pendule élasique comme le pendule pesan,

Plus en détail

En France, l investissement des entreprises repartira-t-il en 2014? Dossier de la Note de Conjoncture de décembre 2013

En France, l investissement des entreprises repartira-t-il en 2014? Dossier de la Note de Conjoncture de décembre 2013 En France, l invesissemen des enrerises rearira--il en 2014? Dossier de la Noe de Conjoncure de décembre 2013 Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklenard Adrien Zakharchouk Inroducion Bu de l

Plus en détail

Introduction au modèle IS-LM

Introduction au modèle IS-LM Inroducion au modèle IS-LM Tovonony Raza ndrabe EconomiX EconomiX, Universié Paris Oues Nanerre la Défense. 1 Table des maières 1 Inroducion 3 2 Modèle d équilibre général à prix exible en économie fermée

Plus en détail

GESTION DU RESULTAT : MESURE ET DEMESURE

GESTION DU RESULTAT : MESURE ET DEMESURE GESTION DU RESULTAT : MESURE ET DEMESURE Thomas, Jeanjean, docoran. GRID (ENS de Cachan) e CEREG (Universié Paris IX Dauphine) ENS de Cachan, déparemen d économie e de sciences de gesion, 61, avenue du

Plus en détail

Prévision de vente et aide à la décision de réapprovisionnement de produits à cycle rapide

Prévision de vente et aide à la décision de réapprovisionnement de produits à cycle rapide 11 e CONGRES INTERNATIONAL DE GENIE INDUSTRIEL CIGI2015 Québec, Canada 26-28 ocobre 2015 Prévision de vene e aide à la décision de réapprovisionnemen de produis à cycle rapide BENOIT MONTREUIL 1,2, JOËLLE

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Ouvre portail. 1. Présentation du système

Ouvre portail. 1. Présentation du système Ouvre porail TD 1. Présenaion du sysème L ouvre-porail auomaisé éudié perme l ouverure e la fermeure d un porail chez les pariculiers de façon auomaique ou semiauomaique. L ouvre porail es ariculé sur

Plus en détail

Série d exercices Bobine et dipôle RL

Série d exercices Bobine et dipôle RL xercice 1 : Série d exercices Bobine e dipôle R On réalise un circui élecrique comporan une bobine d inducance e de résisance r, un conduceur ohmique de résisance R, un généraeur de ension de f.é.m. e

Plus en détail

Cinétique Chimique. Cinétique simple. Besançon, Pharmacie 1 ère Année. E. Cavalli - UFR SMP - UFC

Cinétique Chimique. Cinétique simple. Besançon, Pharmacie 1 ère Année. E. Cavalli - UFR SMP - UFC Cinéique Chimique Cinéique simple Besançon, Pharmacie ère nnée E. Cavalli - UFR SMP - UFC I - Inroducion Cinéique Chimique - Obje e inérê de la cinéique chimique Cinéique simple E. Cavalli - UFR SMP -

Plus en détail

Balistique. Nous étudions dans ce qui suit, le mouvement d'un projectile lancé à une vitesse initiale de norme v 0

Balistique. Nous étudions dans ce qui suit, le mouvement d'un projectile lancé à une vitesse initiale de norme v 0 Balisique Inroducion La balisique es l'éude du mouvemen des mobiles soumis à la force raviaionnelle. Galilée (1564-164) a éé le premier à décrire de façon adéquae le mouvemen des projeciles e à démonrer

Plus en détail