LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER"

Transcription

1 LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques

2 .

3 Tble des mtières I Séries numériques. Séries - Somme d une série. 2. Séries bsolument convergentes. 3. Séries à termes positifs. 4. Séries semi-convergentes. II Suites et séries de fonctions 2. Convergence simple. 2. Convergence uniforme. 3. Propriétés des limites uniformes de suites de fonctions. 4. Séries de fonctions. 5. Propriétés des sommes de séries de fonctions. III Séries entières 35. Séries entières - Ryon de convergence. 2. Opértions sur les séries entières. 3. Convergence uniforme - Propriétés des sommes de séries entières. 4. Fonctions développbles en série entière. 5. Développements en série entière des fonctions usuelles. 6. Exponentielle complexe. 7. Résolution d équtions différentielles. IV Séries de Fourier 59. Fonctions périodiques. 2. Séries trigonométriques. 3. Séries de Fourier.

4 V Intégrles générlisées 75. Rppels sur les intégrles de Riemnn. 2. Intégrles convergentes. 3. Intégrle générlisée d une fonction positive. 4. Critère de Cuchy. 5. Intégrles bsolument convergentes. 6. Intégrles semi-convergentes. 7. Comprison série-intégrle. 8. Suites d intégrles générlisées. VI Intégrles dépendnt d un prmètre 97. Intégrles de Riemnn dépendnt d un prmètre. 2. Intégrles générlisées dépendnt d un prmètre.

5 I SÉRIES NUMÉRIQUES. Séries - Somme d une série. Définitions et proposition On considère n éléments u, u 2,, u n d un K-espce vectoriel E ; on noter u + u u n = u k. k= L indice k est ppelé indice de sommtion et peut être remplcé pr une utre lettre (utre que u et n) : il s git d un indice dit muet. On l propriété de linérité suivnte : si u, u 2,, u n, v, v 2,, v n sont des éléments de E et λ et µ des sclires, on (λu k + µv k ) = λ k= u k + µ k= v k. D utre prt, on peut fire une trnsltion d indices dns une somme, i.e, si est un entier, en posnt p = k +, on : u p = p= n k= u k+. k=.2 Définitions Soit (u n ) n N une suite de nombres réels ou complexes. On peut lors définir une utre suite à prtir de l suite (u n ) n N en posnt pour tout entier n N S n = u k. k= On ppelle série numérique de terme générl u n et on note u n le couple ((u n ) n N, (S n ) n N ). Le nombre S n est ppelé somme prtielle d ordre n de l série u n et l suite (S n ) n N est ppelée suite des sommes prtielles de l série u n..3 Définition Si une suite (u n ) de nombres réels ou complexes n est définie qu à prtir du rng n, on peut considérer pour tout n n l somme prtielle S n = u k et définir insi l série k=n ((u n ) n n, (Sn) n n ) que l on noter u n. n n Réciproquement, à l série u n et à l entier n, on peut ssocier l série n n u n, dite série déduite de u n pr troncture u rng n.

6 .4 Définitions Soit u n une série à termes réels ou complexes. On dit que l série u n converge si l suite des sommes prtielles S n = u k converge, et qu elle diverge si l suite des sommes prtielles diverge. k= Lorsque l série u n converge, on ppelle somme de l série l limite de l suite des sommes prtielles et on note lim S n = n + lim n + u k = k= k= u k. Lorsque l série u n converge, on ppelle reste d ordre n de l série le nombre R n = u k u k = u k k= k= k=n+ qui converge lors vers. On dit que deux séries sont de même nture lorsqu elles convergent toutes les deux ou lorsqu elles divergent toutes les deux. Une série et s série déduite pr troncture sont insi de même nture ; toutefois elles n ont ps l même somme..5 Exemples ) Soit C ; l série n, ppelée série géométrique de rison, converge si et seulement si < et dns ce cs n =. En effet S n = b) L série n k= k = n+ si et S n = n + si =, d où le résultt., ppelée série hrmonique, diverge ; en effet : n si k, pour tout x [k, k + ] on x k, d où k+ inéglités on obtient lors k x dx. En sommnt ces k or d où k= n, k+ k k= k+ k n+ x dx = x ln(n + ) x dx k= k= k dx = ln(n + ) k. 2

7 On en déduit que l suite des sommes prtielles hrmonique diverge. c) L série n S 2n+2 S 2n = De plus ( ) n n converge, en effet si S n = 2n + 2 k= k= k tend vers + et insi l série ( ) k k, on < et S 2n+ S 2n = + >. 2n + 2n + 2n S 2n+ S 2n = 2n + on en déduit que l suite (S 2n ) n est décroissnte, l suite (S 2n+ ) n est croissnte et l suite (S 2n+ S 2n ) n converge vers : les suites (S 2n ) n et (S 2n+ ) n sont donc djcentes et pr conséquent convergent vers l même limite l, donc l suite (S n ) n converge ussi vers l, i.e l série ( ) n converge. n n.6 Procédé télescopique Soit (v n ) n N une suite à termes réels ou complexes et considérons u n = v n+ v n. L série un converge si et seulement si l suite (v n ) n N converge et dns ce cs on u n = lim v n v. n + En effet, on u k = k= (v k+ v k ) = v n+ v d où le résultt. k=.7 Exemples ) L série n(n + ) converge ; en effet, on pour tout n, n(n + ) = n n +. n b) L série ( ln + ) diverge ; en effet, on pour tout n n n ( ln + ) ( ) n + = ln = ln(n + ) ln(n). n n 3

8 .8 Proposition Si l série u n converge, lors son terme générl u n tend vers. En effet, si l série u n converge, l suite des sommes prtielles S n = vers une limite finie S ; lors on u k converge k= u n = S n S n S S =. Remrque Cette condition nécessire de convergence d une série n est ps suffisnte : en effet, l série hrmonique diverge lors que son terme générl n.9 Proposition tend vers. Considérons deux séries à termes réels ou complexes u n et v n et λ R ou C non nul. ) Si les séries u n et v n convergent, lors l série (u n + v n ) converge et on (u n + v n ) = u n + Si l une des deux séries converge et l utre diverge, l série (u n + v n ) diverge. b) Les deux séries u n et (λu n ) sont de même nture et si u n converge, lors on (λu n ) = λ découle imméditement des propriétés des limites de suites. u n. v n. Remrque On ne peut rien dire de l série (u n + v n ) si les deux séries u n et v n divergent. En effet les deux séries n et ( ) divergent lors que l série somme n n n est l série nulle donc converge ; pr contre, l série ( n + ) diverge. n n. Proposition Soit u n une série à termes réels ou complexes ; on suppose que les séries u 2n et u2n+ convergent lors l série u n converge et on u n = u 2n + 4 u 2n+.

9 Notons S n = et u k, lors on : k= n N, S 2n = n N, S 2n+ = 2 k= 2n+ k= u k = u k = n u 2p + p= u 2p + p= or les séries u 2n et u 2n+ convergent donc T n = V n = et u 2p+ une limite finie L ; on en déduit que p= p= p= p= u 2p+ u 2p+ u 2p lim S 2n = lim (T n + V n ) = L + L n + n + lim S 2n+ = lim (T n + V n ) = L + L. n + n + une limite finie L et Comme l ensemble des nombres pirs et l ensemble des nombres impirs forment une prtition de N, on en déduit que donc l série u n converge et on lim S n = L + L n + u n = u 2n + u 2n+. 2. Séries bsolument convergentes 2. Critère de Cuchy Soit u n une série à termes réels ou complexes ; l série u n converge si et seulement si m ε >, N N, n, m N, m > n N = u k < ε. k=n 5

10 Il suffit d ppliquer le critère de Cuchy à l suite des sommes prtielles S n = puisque S m S n = 2.2 Définition m u k. k=n On dit qu une série u n à termes réels ou complexes converge bsolument, ou est bsolument convergente, si l série à termes positifs u n converge. 2.3 Théorème Soit u n une série à termes réels ou complexes ; si l série u n est bsolument convergente, lors elle est convergente, de plus on u n u n. L série u n étnt convergente, elle vérifie le critère de Cuchy 2. : pour tout ε >, il existe N N tel que pour tous n et m N, m > n N = Or l inéglité tringulire nous donne m u k d où k=n m u k < ε. k=n m u k k=n m m > n N = u k < ε et insi l série u n converge, toujours d près le critère de Cuchy. k=n D utre prt, on églement pour tout m N m m u k u k on obtient lors, qund m + k= k= u k 6 k= k= u k. k= u k

11 Remrque Une série peut être convergente sns être bsolument convergente ; pr exemple on vu en.5 que l série ( ) n converge mis l série diverge puisqu on n n n n n, k= n+ dx = 2( n + ) + qund n +. k x 3. Séries à termes positifs 3. Proposition Soit u n une série à termes réels positifs et considérons l suite des sommes prtielles S n = u k ; lors l suite (S n ) n N est croissnte et l série u n converge si et seulement k= si l suite (S n ) n N est mjorée. Dns ce cs, on n N, S n Pour tout n N on S n+ S n = u n+ donc l suite (S n ) n N est croissnte : elle converge donc si et seulement si elle est mjorée. De plus dns ce cs, l limite de l suite (S n ) n N mjore tous les termes de l suite. 3.2 Proposition k= u k. Soient u n et v n deux séries à termes réels vérifint : lors N N tel que n N = u n v n ) Si l série v n converge, l série u n converge. b) Si l série u n diverge, l série v n diverge. comme une série et s série déduite pr troncture u rng N sont de même nture, on fer l démonstrtion dns le cs N =. Posons, pour tout n N, S n = u k et T n = v k. En sommnt les inéglités u n k= v n pour tout n N, on obtient lors k= n N, S n T n. Si l série v n converge, l suite (T n ) n N est mjorée donc l suite (S n ) n N églement et insi l série u n converge d près 3.. Si l série u n diverge, lors l suite (S n ) n N n est ps mjorée et lim T n = + églement et insi l série v n diverge. n + lim S n = + donc n + 7

12 3.3 Proposition Soient u n et v n deux séries à termes réels vérifint les deux conditions suivntes : ) Il existe N N tel que n N = v n est de signe constnt ; b) u n v n qund n +. Alors les séries u n et v n sont de même nture. On peut supposer que l suite (v n ) est à termes positifs à prtir du rng N (sinon on risonne sur v n ) ; De plus u n v n qund n +, donc il existe une suite (α n ) n N convergent vers telle que pour n ssez grnd, u n = α n v n et v n. Comme lim α n =, il existe donc n + N N tel que d où n N = 2 α n 3 2 et v n n N = 2 v n u n 3 2 v n. les propositions.9 et 3.2 nous permettent lors de conclure. ( Exemple Reprenons u n = ln + ) pour tout n étudié dns.7 : on u n > et n u n n or l série hrmonique diverge, donc l série ( ln + ) diverge. n n Remrque L proposition 3.3 n est vlble que pour les séries à termes de signe constnt comme le prouve le contre-exemple suivnt : considérons u n = ( )n + n n et v n = ( )n pour tout n ; on vu en.6 que l série n vn converge et que l série hrmonique diverge, donc l série u n diverge d près.9. Cependnt, on pour tout n donc u n v n qund n +. u n v n = + ( )n n 3 2 qund n + 8

13 3.4 Proposition Soit f une fonction continue, décroissnte, positive sur un intervlle [N, + [ (N N) ; lors les propriétés suivntes sont équivlentes : ) l série n N f(n) converge ; b) l série n N n+ c) l fonction F (x) = n f(t) dt converge ; x N f(t) dt dmet une limite finie en +. ) = b) : comme f est décroissnte sur [N, + [, on pour tout n N t [n, n + ], f(n + ) f(t) f(n) d où f(n + ) = n+ f(n + ) dt n+ f(t) dt n n n n+ f(n) dt = f(n) ( ) donc, si l série n N f(n) converge, lors l série n N b) = c) : supposons que l série n N D près l reltion de Chsles on k=n k+ k n+ n f(t) dt = n+ n f(t) dt converge. n+ N f(t) dt = F (n + ) f(t) dt converge d près 3.2. donc l suite (F (n + )) n N possède une limite finie l. Or l fonction f étnt positive sur [N, + [, l fonction F est croissnte sur [N, + [ donc possède une limite qund x + qui ne peut donc être que l. c) = ) : Si F (x) dmet une limite finie l en +, lors l suite (F (n + )) n N converge n+ vers l, i.e l série f(t) dt converge. On en déduit lors que l série f(n + ) n N n n N converge grâce à l encdrement (*), donc l série f(n) converge églement. n N 9

14 3.5 Proposition Soient u n et v n deux séries à termes réels strictement positifs. On suppose qu il existe n N tel que lors on n n = u n+ u n v n+ v n ) si l série v n converge, l série u n converge ; b) si l série u n diverge, l série v n diverge. On pour tout n n, u n u n v n v n u n u n 2 v n v n 2. u n + u n v n + v n lors, en multiplint ces inéglités, on obtient pour tout n n, i.e u n u n u n v n v n ( un v n ) v n. Il ne reste plus qu à ppliquer 3.2 pour obtenir l proposition. 3.6 Règle de d Alembert Soit u n une série à termes réels strictement positifs telle que l suite une limite l R + {+ }. lors on ) si l <, l série u n converge et lim n + u n = ; b) si l > l série u n diverge et lim n + u n = +. ( un+ c) si l = +, l série u n diverge, mis on ne peut rien dire sur lim n + u n. u n ) n N possède

15 ) Si l <, il existe ε > tel que = l + ε < ; d utre prt, lim n + N N tel que Posons v n = n, on lors n N = l ε u n+ u n l + ε =. u n+ u n = l donc il existe n N = u n+ u n = v n+ v n. Or < donc l série v n converge, pr conséquent l série u n converge d près 3.5, et insi lim u n =. n + b) et c) Si l > ou l = +, il existe N N tel que n N = u n+ u n = n+ n. Comme l série n diverge, l série u n diverge, toujours d près 3.5. Etudions mintennt lim u n dns le cs où l > : On n + n N = u n+ u n et u n > donc l suite (u n ) n N est croissnte, on en déduit qu elle converge vers l = sup u n qui ne n N peut être nulle puisque l u N >. Si l est réelle, on lors u n+ u n l l = ce qui est contrire à l hypothèse, donc l = +. Pr contre, on ne peut ps conclure dns le cs où l = + : considérons en effet les deux suites u n = n pour n 2 et v n = n, elles vérifient toutes les deux l = + mis u n lors que v n +. Remrques ) On ne peut ps conclure si l = : en effet si u n = n ou u n = u n+ lim n + u n =. Mis l série n n(n + ) on n diverge lors que l série n(n + ) converge. n b) Une série ( ) u n à termes réels strictement positifs peut converger sns que l suite un+ it une limite. u n

16 3.7 Règle de Cuchy Soit u n une série à termes réels strictement positifs telle que l suite ( n u n ) n N possède une limite l R + {+ }. Alors on ) Si l <, l série u n converge. b) Si l > ou l = +, l série u n diverge. ) Si l <, il existe ε > tel que = l + ε < ; d utre prt, lim n + existe N N tel que n N = l ε n u n l + ε = d où n N = u n n. n un = l donc il Or < donc l série n converge, pr conséquent l série u n converge d près 3.2. b) Si l > ou l = +, il existe N N tel que et donc n N = n u n n N = u n. Pr conséquent, l suite (u n ) n N ne converge ps vers : l série u n diverge donc. Remrques ) L règle de Cuchy ne permet ps de conclure qund l = : en effet si u n = n ou u n = n(n + ) on lim n un =. Mis l série diverge lors que l série n + n n n(n + ) converge. n b) On peut montrer que si u n est une série à termes réels strictement positifs telle que u n+ lim = l, lors lim n u n = l. Pr conséquent si on se trouve dns le cs douteux n + u n n l = pour l règle de d Alembert, il est inutile d essyer l règle de Cuchy. c) Une série u n à termes réels strictement positifs peut converger sns que l suite ( n u n ) it une limite. 2

17 3.8 Séries de Riemnn On ppelle série de Riemnn toute série dont le terme générl est de l forme u n = n α où α R. L série de Riemnn converge si et seulement si α >. nα n Si α, l suite n ne tend ps vers donc l série de Riemnn α n diverge. α n Si α >, considérons l fonction f(x) = sur [, + [ : elle est continue, décroissnte xα et positive et si on note F (x) = x f(t) dt, on F (x) = x α α si α et F (x) = ln x si α =. pr conséquent F(x) possède une limite finie en + si et seulement si α > : on déduit lors de 3.4 que l série de Riemnn converge si et seulement si α >. nα n 3.9 Règle de Riemnn Soit u n une série à termes réels strictement positifs et soit α R. On suppose que (n α u n ) n possède une limite l. Alors on ) Si l est finie non nulle, les séries u n et n b) Si l = et α >, l série u n converge. c) Si l = + et α, l série u n diverge. sont de même nture. nα tout d bord, remrquons que l nécessirement. ) Si l est finie non nulle, lors u n l n ; on déduit lors de 3.3 que les séries u α n et sont de même nture. nα n b) Si l = et α >, pour ε =, il existe N N tel que d où n N = n α u n n N = u n n α. On déduit lors de 3.2 et 3.8 que l série u n converge. 3

18 c) Si l = + et α, il existe N 2 N tel que d où n N 2 = n α u n n N 2 = u n n α. On déduit lors de 3.2 et 3.8 que l série u n diverge. Remrques ) Si l = et α, on ne peut ps conclure : vec α = 2, on nα n diverge, lors que nα et l série converge. n n n 3 2 n n 3 2 et l série b) De même on ne peut ps conclure si l = + et α > : vec α = 7 4, on nα n et l série diverge, lors que nα + et l série converge. n n n 3 2 n n Exemples ) Posons u n = e n2 : on u n > et n 2 u n donc l série e n2 converge. b) Posons u n = ln n pour tout n 2 : on u n > et nu n + donc l série ln n diverge. 4. Séries semi-convergentes 4. Définition On dit qu une série à termes réels ou complexes est semi-convergente si et seulement si elle est convergente sns être bsolument convergente. 4.2 Critère de Leibniz (dit des séries lternées) Soit (u n ) n N une suite réelle décroissnte, tendnt vers (donc à termes positifs). Alors l série (dite lternée) ( ) n u n est convergente, de plus on l mjortion du reste suivnte : ( ) k u k u n+. k=n+ Soit S n = ( ) k u k l somme prtielle de l série ( ) n u n, on lors k= n N, S 2n+2 S 2n = u 2n+2 u 2n+ et S 2n+ S 2n = u 2n+ + u 2n. 4

19 Ainsi l suite (S 2n ) est décroissnte et l suite (S 2n+ ) est croissnte. De plus on n N, S 2n+ S 2n = u 2n+ donc l suite (S 2n+ S 2n ) tend vers. Les suites (S 2n ) et (S 2n+ ) sont donc djcentes et insi convergent toutes les deux vers une même limite finie S. Pr conséquent l suite (S n ) converge vers S, i.e, l série ( ) n u n converge. De plus, on d où n N, S 2n+ S S 2n+2 = S 2n+ + u 2n+2 de même n N, S S 2n+ u 2n+2 n N, S 2n u 2n+ = S 2n+ S S 2n d où n N, u 2n+ S S 2n. On en déduit que, pour tout entier n ( ) k u k = S S n u n+. k=n+ Exemple L série n ( ) n n est semi-convergente. 4.3 Proposition Soit u n une série semi-convergente et soit v n une série bsolument convergente ; lors l série (u n + v n ) est semi-convergente. L série v n étnt bsolument convergente est convergente, donc l série (u n + v n ) est convergente. D utre prt, l inéglité tringulire nous donne : n N, u n u n + v n + v n. donc, si l série (u n +v n ) étit bsolument convergente, l série u n le serit églement : pr conséquent l série (u n + v n ) est semi-convergente. 5

20 Remrque L somme de deux séries semi-convergentes peut être bsolument convergente : soient u n = ( )n et v n = ( )n+ ; les deux séries u n et v n sont semiconvergentes lors que leur somme est l série nulle donc est bsolument n n n n convergente. 4.4 Critère d Abel Soit (v n ) n N une suite réelle décroissnte tendnt vers et soit (w n ) n N une suite réelle ou complexe vérifint M >, n, m N, m > n = w n + w n+ + + w m M. Alors l série v n w n converge et on v k w k Mv n. k=n L preuve repose sur l écriture suivnte, ppelée trnsformtion d Abel : ( m m ) ( m ) ( ) v k w k = v m w k + (v m v m ) w k + + (v n v n+ ) w k. k=n On en déduit k=n k=n k=n d où m m m v k w k v m w k + v m v m w k + + v n v n+ w k. k=n k=n k=n m v k w k M ( v m + v m v m + + v n v n+ ). k=n k=n Or l suite (v n ) n N décroît vers l limite donc elle est à termes positifs et insi on v m + v m v m + + v n v n+ = v m + v m v m + + v n v n+ = v n d où m v k w k Mv n k=n ( ). De plus, l suite (v n ) n N converge vers i.e ε >, N N, n N = v n ε M d où m ε >, N N, m > n N = v k w k < ε. k=n 6

21 Le critère de Cuchy permet lors de conclure que l série v n w n converge. De plus en fisnt tendre m vers + dns l inéglité (*) on obtient v k w k Mv n. k=n 5. Produit de séries 5. Définition et théorème Soient u n et v n deux séries à termes réels positifs convergentes. On pose pour tout n N w n = u k v n k lors l série w n converge et on ( + ) ( + ) w n = u n v n. k= L série w n est ppelée produit des séries u n et v n. Pour tout n N, considérons les sommes prtielles U n = W n = w k. D utre prt, notons k= u k, V n = k= v k et k= I n = {(p, q) N 2 / p + q n} et J n = {(p, q) N 2 / p n et q n}. Il est clir que pour tout n N, I n J n I 2n, donc, comme les séries u n et v n sont à termes positifs, on en déduit u p v q u p v q u p v q (p,q) I n (p,q) J n (p,q) I 2n or et d où (p,q) I n u p v q = (p,q) J n u p v q = s= p+q=s ( ( ) u p v q = p= u p) ( q= v q ) = U n V n ( s ) u p v s p = s= p= n N, W n U n V n W 2n 7 ( ) w s = W n s=

22 Or les séries u n et v n sont à termes positifs et convergent donc les suites à termes positifs (U n ) n N et (V n ) n N sont mjorées pr conséquent l suite (U n V n ) n N est elle ussi mjorée : on en déduit que l suite (croissnte) (W n ) n N converge i.e l série w n converge. De plus, en fisnt tendre n vers + dns (*), on obtient ( + ) ( + ) w n = u n v n. 5.2 Théorème Soient u n et v n deux séries à termes réels ou complexes. Si u n et v n sont bsolument convergentes, lors leur série produit w n est bsolument convergente et on ( + ) ( + ) w n = u n v n. Avec les nottions de l preuve de 5., on pour tout n N w n u k v n k k= or les séries u n et v n sont bsolument convergentes, on en déduit lors d près 5. que l série produit des séries u n et v n converge, donc que l série w n converge bsolument d près 3.2. D utre prt, on pour tout n N U n V n W n = u p v q u p v q = u p v q (p,q) J n (p,q) I n (p,q) J n I n d où or et U n V n W n = u p v q (p,q) J n I n u p v q = u p v q u p v q (p,q) J n I n (p,q) J n (p,q) I n d où (p,q) I n u p v q = ( ) ( ) u p v q = u p v q (p,q) J n p= q= ( ) u p v q = s= p+q=s ( ) ( ) U n V n W n u p v q p= q= ( s ) u p v s p s= p= ( s ) u p v s p mis le terme de droite tend vers qund n tend vers + d près 5. donc U n V n W n églement d où ( + ) ( + ) w n = u n v n. s= p= 8

23 Exemple Soit z un nombre complexe tel que z < ; lors l série géométrique z n converge bsolument : fisons le produit de cette série pr elle-même. Le coefficient de cette série produit est donné pr w n = z k z n k = k= z n = (n + )z n. k= Le théorème 5.2 permet lors d ffirmer que l série (n + )z n converge bsolument et que ( + ) 2 (n + )z n = z n = ( z). 2 9

24 . 2

25 II SUITES ET SÉRIES DE FONCTIONS.Convergence simple. Définition Considérons une suite de fonctions (f n ) n N définies sur un sous-ensemble I de R et à vleurs dns R ou C et f une fonction définie sur I et à vleurs dns R ou C ; on dit que l suite (f n ) n N converge simplement vers f, ou que f est l limite simple de l suite (f n ) n N si et seulement si pour tout x I, l suite numérique (f n (x)) n N converge vers f(x) : x I, ε >, N x,ε N, n N, n N x,ε = f n (x) f(x) < ε. Remrque : il est nturel de se demnder si les propriétés des fonctions f n se trnsmettent à leur limite simple f ; l exemple suivnt montre que l limite simple de fonctions continues n est ps continue en générl : Exemple Pour tout n N, posons f n (x) = x n pour x [, ] ; lors l limite simple f de l suite (f n ) n N est donnée pr f(x) = si x [, [ et f() = : insi l limite simple f n est ps continue sur [, ] lors que pour tout n N, l fonction f n l est..2 Proposition Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R convergent simplement vers f, lors on : ) Si les fonctions f n sont positives sur I à prtir d un certin rng, f est positive sur I ; b) Si les fonctions f n sont croissntes (resp. décroissntes) sur I à prtir d un certin rng, f est croissnte (resp. décroissnte) sur I. L preuve repose sur l conservtion des inéglités lrges pr pssge à l limite. 2.Convergence uniforme 2. Norme infinie Considérons une fonction f définie sur un sous-ensemble I de R et à vleurs dns R ou C ; on suppose que f est bornée sur I i.e M > tel que x I, f(x) M. Alors l fonction f est mjorée donc dmet une borne supérieure que l on note f et que l on ppelle norme infinie de f : f = sup f(x). x I Pr définition de l borne supérieure on lors : 2

26 ) x I, f(x) f ; b) Si M est une constnte telle que x I, f(x) M, lors f M. Si f n est ps bornée sur I, on pose f = Proposition L norme infinie est effectivement une norme sur l ensemble B des fonctions bornées de I dns R (resp. C), i.e elle vérifie les 3 propriétés suivntes : ) f B, f = f = ; b) f B, λ R (ou C), λf = λ f ; c) f et g B, f + g f + g. De plus, on d) f et g B, fg f g. D utre prt, si f ou g n est ps bornée sur I les propriétés ), b), c) et d) sont encore vérifiées. ) Soit f B ; si f = il est clir que f = ; réciproquement si f =, lors x I, f(x) f = i.e x I, f(x) = : f est donc l fonction nulle sur I. b) Soit f B ; on pour tout λ R (ou C) et pour tout x I d où le résultt. c) Soient f et g B ; on pour tout x I : d où λf(x) = λ f(x) (f + g)(x) = f(x) + g(x) f(x) + g(x) f + g pr pssge à l borne supérieure. d) Soient f et g B ; on pour tout x I : f + g f + g (fg)(x) = f(x)g(x) = f(x) g(x) f g d où fg f g pr pssge à l borne supérieure. 22

27 2.3 Définition Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un sous-ensemble I de R et à vleurs dns R ou C, et soit f une fonction définie sur I et à vleurs dns R ou C ; on dit que l suite (f n ) n N converge uniformément vers f si et seulement si l suite numérique ( fn f ) n N converge vers i.e ε >, N N, x I, n N, n N = f n (x) f(x) < ε. 2.4 Proposition et définition Soient (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un sous-ensemble I de R et à vleurs dns R ou C et f une fonction définie sur I et à vleurs dns R ou C. ) Soit J une prtie non vide de I : si l suite (f n ) n N converge uniformément vers f, lors l suite des restrictions à J des fonctions f n converge uniformément vers l restriction à J de l fonction f : on dit que l suite (f n ) n N converge uniformément vers f sur J. b) Soient I et I 2 deux prties non vides de I ; si (f n ) n N converge uniformément vers f sur I et sur I 2, lors (f n ) n N converge uniformément vers f sur I I 2. On dir qu une suite (f n ) n N de fonctions définies sur un intervlle I de R converge uniformément loclement sur I si elle converge uniformément sur tout segment contenu dns I. ) provient de l inéglité sup x J f n (x) f(x) sup f n (x) f(x). x I b) provient de l églité ( ) sup f n (x) f(x) = mx sup f n (x) f(x), sup f n (x) f(x). x I I 2 x I x I Proposition Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C et soit f une fonction définie sur I et à vleurs dns R ou C telles que l suite (f n ) n N converge uniformément vers f sur I ; lors l suite (f n ) n N converge simplement vers f sur I. Exemple Posons pour tout n N, f n (x) = x n pour x [, ] ; lors l limite simple f de l suite (f n ) n N est donnée pr f(x) = si x [, [ et f() =. Si (f n ) n N converge uniformément sur [, ], ce ne peut être que vers s limite simple f d près 2.5, étudions donc l suite numérique ( fn f ) n N : 23

28 si x [, [, f n (x) f(x) = x n et f n () f() = donc fn f = sup f n (x) f(x) = sup f n (x) f(x) = sup x n = x [,] x [,[ x [,[ et insi l suite (f n ) n N ne converge ps uniformément sur [, ], ni sur [, [. Pr contre si on fixe [, [, lors sup f n (x) f(x) = n x [,] et insi l suite (f n ) n N converge uniformément sur [, ] : on constte donc que l convergence uniforme locle sur [, [ n entrîne ps l convergence uniforme sur [, [. Il n est ps toujours possible de clculer explicitement f n f comme on vient de le fire, d où l utilité de l proposition suivnte : 2.6 Proposition L suite (f n ) n N converge uniformément sur I si et seulement si il existe une suite réelle ( n ) n N convergent vers telle que x I, n N, f n (x) f(x) n. Si (f n ) n N converge uniformément sur I, il suffit de prendre n = f n f. Réciproquement, s il existe une suite réelle ( n ) n N convergent vers telle que x I, n N, f n (x) f(x) n lors on en déduit et insi f n f. n N, f n f n 2.7 Proposition Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un sous-ensemble I de R et à vleurs dns R ou C et soit f une fonction définie sur I et à vleurs dns R ou C ; s il existe une suite (x n ) n N de points de I telle que l suite numérique (f n (x n ) f(x n )) n N ne converge ps vers, lors l suite (f n ) n N ne converge ps uniformément vers f sur I. En effet, on n N, f n (x n ) f(x n ) f n f. 24

29 Alors si (f n ) n N converge uniformément vers f sur I on f n f ; on en déduit lors f n (x n ) f(x n ) ce qui est bsurde ; donc (f n ) n N ne converge ps uniformément vers f sur I. 2.8 Proposition Soient (f n ) n N et (g n ) n N deux suites de fonctions définies sur un sous-ensemble I de R et à vleurs dns R ou C de limites uniformes respectives f et g ; lors l suite (f n + g n ) n N converge uniformément vers f + g et si λ est un sclire, l suite (λf n ) n N converge uniformément vers λf. en effet on d près 2.2 (f n + g n ) (f + g) f n f + g n g et λf n λf = λ f n f. 2.9 Critère de Cuchy de convergence uniforme Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un sous-ensemble I de R et à vleurs dns R ou C ; lors l suite (f n ) n N converge uniformément si et seulement si on : ε >, N N, m, n N, m > n N = f n f m < ε. Supposons le critère de Cuchy vérifié, lors on en déduit que pour tout ε > il existe N N tel que x I, m, n N, m > n N = f n (x) f m (x) f n f m < ε 2 ( ) pr conséquent pour tout x I, l suite numérique (f n (x)) n N est une suite de Cuchy donc converge vers une limite que l on noter f(x). Ainsi l suite (f n ) n N converge simplement vers f sur I. Or si on fit tendre m vers + dns ( ) on obtient x I, n N, n N = f n (x) f(x) ε 2 < ε et insi (f n ) n N converge uniformément vers f sur I. Réciproquement, si (f n ) n N converge uniformément vers f sur I, lors ε >, N N, n N, n N = f n f < ε 2. Alors l inéglité tringulire nous donne m > n N = f n f m < f n f + f f m < ε 2 + ε 2 = ε 25

30 et le critère de Cuchy de convergence uniforme est vérifié. 3 Propriétés des limites uniformes de suites de fonctions 3. Théorème Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un sous-ensemble I de R et à vleurs dns R ou C de limite uniforme f sur I. Alors l fonction f est bornée sur I si et seulement si il existe N N tel que pour tout n N, l fonction f n est bornée sur I. L suite (f n ) n N converge uniformément vers f sur I, donc pour ε =, il existe N N tel que n N = f n f <. Supposons qu il existe N 2 N tel que les fonctions f n soient bornées sur I pour tout n N 2, lors pour m = mx(n, N 2 ), on et insi f est bornée sur I. f f f m + f m < + f m Réciproquement, si f est bornée sur I, on pour tout n N, f n f n f + f < + f et insi les fonctions f n sont bornées sur I pour tout n N. 3.2 Théorème d interversion des limites Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C de limite uniforme f sur I et soit un point de I. On suppose que pour tout n N, l fonction f n (x) dmet une limite finie u n qund x tend vers. Alors l suite numérique (u n ) n N dmet une limite finie l et l fonction f(x) dmet l pour limite qund x tend vers, i.e ( ) lim lim f n(x) = lim n + x x ( lim f n(x) n + Montrons que l suite (u n ) n N est une suite de Cuchy : puisque l suite (f n ) n N converge uniformément sur I, on d près le critère de Cuchy uniforme ). ε >, N N, m, n N, m > n N = x I, f n (x) f m (x) < ε 2 26

31 lors en fisnt tendre x vers, on obtient m > n N = u n u m ε 2 < ε et insi (u n ) n N est une suite de Cuchy donc possède une limite finie l. Montrons que f(x) tend l qund x tend vers : Considérons ε > ; comme (f n ) n N converge uniformément vers f sur I, il existe N N tel que n N = x I, f n (x) f(x) < ε 3 de plus (u n ) n N converge vers l donc il existe N 2 N tel que n N 2 = u n l < ε 3. Posons lors N = mx(n, N 2 ) : comme f N (x) tend vers u N qund x tend vers, il existe donc un voisinge V de dns I tel que On obtient lors x V, f N (x) u N < ε 3. x V, l f(x) l u N + u N f N (x) + f N (x) f(x) < ε 3 + ε 3 + ε 3 = ε et insi f(x) tend vers l qund x tend vers. 3.3 Théorème ) Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C convergent uniformément vers une fonction f sur I et soit x un point de I ; si f n est continue en x pour n ssez grnd, lors f est continue en x. b) Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C convergent uniformément loclement vers une fonction f sur I ; si f n est continue sur I pour n ssez grnd, lors f est continue sur I. ) On pplique le théorème 3.2 pour = x : ( ) lim n + lim f n (x) x x = lim x x ( ) lim f n(x). n + or l suite (f n ) n N converge uniformément donc simplement vers f sur I, et pour tout n, f n est continue en x d où lim f n(x ) = lim f(x) n + x x i.e donc f est continue en x. f(x ) = lim x x f(x) 27

32 b) Si (f n ) n N converge uniformément loclement vers une fonction f sur I, lors pour tout x I, on considère un segment I x de I contennt x et on pplique ) : l suite (f n ) n N converge uniformément sur I x et les fonctions f n sont continues en x donc f est continue en x. Donc f est continue sur I. 3.4 Théorème Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies et continues sur un segment [, b] de R et à vleurs dns R ou C convergent uniformément vers une fonction f sur [, b] ; lors l suite ( ) numérique f n (x) dx converge vers f(x) dx, i.e on peut intervertir l intégrle et l limite : n N lim n + On suppose b (sinon on écrit f n (x) dx f n (x) dx = f n (x) dx = lim f n(x) dx. n + b f n (x) dx). On lors b f(x) dx = b (f n (x) f(x)) dx f n (x) f(x) dx or on pour tout x [, b], f n (x) f(x) f n f, d où f n (x) dx f(x) dx f n f dx = (b ) f n f. Or f n f tend vers puisque l suite (f n ) n N converge uniformément vers f, d où lim n + f n (x) dx = f(x) dx. 3.5 Théorème Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C ; on suppose que les 3 conditions suivntes sont vérifiées : ) pour tout n N, f n est de clsse C sur I ; b) l suite des dérivées (f n) n N converge uniformément loclement vers une fonction g sur I ; c) il existe un point de I telle que l suite numérique (f n ()) n N converge. Alors l suite (f n ) n N converge uniformément loclement sur I vers une fonction f qui est de clsse C sur I et telle que f = g. 28

33 Notons l l limite de l suite (f n ()) n N et posons pour tout x I f(x) = l + x g(t) dt. L fonction g étnt continue sur I comme limite uniforme des fonctions continues f n, f est dérivble sur I et f = g. D utre prt, les fonctions f n étnt de clsse C sur I, on pour tout x I et tout n N d où pour tout x I f n (x) = f n () + f n (x) f(x) = f n () l + x x f n(t) dt (f n(t) g(t)) dt. Considérons mintennt deux éléments u et v de I tels que u < v et montrons que (f n ) n N converge uniformément vers f sur [u, v] : pour tout x [u, v] on x f n (x) f(x) f n () l + (f n(t) g(t) dt. Or pour tout x [u, v], x et pprtiennent à l intervlle [α, β] où [α, β] désigne [u, v] si u v, [, v] si < u et [u, ] si > v, d où f n (x) f(x) f n () l + x sup f n(t) g(t). t [α,β] Or, pour tout x [u, v], on x M = mx ( u, v, v u ) suivnt que [u, v] ou ps, d où sup f n (x) f(x) f n () l + M sup f n(t) g(t). x [u,v] t [α,β] Or l suite (f n) n N converge uniformément loclement vers g sur I donc l suite ( sup f n(t) g(t) ) n N converge vers ; d utre prt l suite ( f n () l ) n N tend vers t [α,β], on en déduit ussitôt que l suite ( sup x [u,v] f n (x) f(x) ) n N tend vers i.e que l suite (f n ) n N converge uniformément vers f sur [u, v]. Donc (f n ) n N converge uniformément loclement vers f sur I. Remrque Une limite uniforme de fonctions dérivbles n est ps dérivble en générl : considérons pour tout x R et tout n f n (x) = x 2 + n 2. lors pour tout n, f n est dérivble sur R, mis l limite uniforme sur R de l suite (f n ) n N est l fonction f(x) = x qui n est ps dérivble en. 29

34 3.6 Théorème Soit (f n ) n N une suite de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C et soit k un entier ; on suppose que les 3 conditions suivntes sont vérifiées : ) pour tout n N, f n est de clsse C k sur I ; b) l suite des dérivées k-ièmes (f (k) n ) n N converge uniformément loclement vers une fonction g sur I ; c) il existe un point de I telle que pour tout entier m [, k ], l suite numérique ()) n N converge. (f (m) n Alors l suite (f n ) n N converge uniformément loclement sur I vers une fonction f qui est de clsse C k sur I et telle que f (k) = g. récurrence sur k en utilisnt Séries de fonctions 4. Définitions Soit (u n ) n N une suite de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C ; considérons l suite des sommes prtielles (S n ) n N définie pr x I, n N, S n (x) = u k (x). k= ) On dit que l série u n converge simplement sur I si pour tout x I, l série numérique u n (x) converge, i.e l suite des sommes prtielles (S n (x)) n N possède une limite finie. b) On dit que l série u n converge bsolument simplement sur I si pour tout x I, l série réelle u n (x) converge, i.e l suite (T n (x)) n N définie pr T n (x) = u k (x) possède une limite finie. c) On dit que l série u n converge uniformément sur I si l suite des sommes prtielles (S n ) n N converge uniformément sur I i.e, si S désigne l limite uniforme de (S n ) n N, l suite S n S tend vers. d) On dit que l série u n converge bsolument uniformément sur I si l suite (T n ) n N converge uniformément sur I. e) On dit que l série u n converge normlement sur I si l suite numérique u n converge. 4.2 Critère de Cuchy de convergence uniforme Soit u n une série de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C ; lors l série u n converge uniformément sur I si et seulement si m ε >, N N, m, n N, m > n N = x I, u k (x) < ε. k=n+ k= 3

35 il s git tout simplement d écrire le critère de Cuchy uniforme 3.9 pour l suite des sommes prtielles S n (x) = u k (x). k= 4.3 Proposition ) Une série de fonctions convergent normlement sur un intervlle I de R converge bsolument uniformément sur I ; b) une série u n convergent bsolument uniformément sur I converge uniformément sur I et bsolument simplement sur I ; c) une série u n convergent uniformément sur I converge simplement sur I ; d) une série u n convergent bsolument simplement sur I converge simplement sur I. ) Considérons une série de fonctions u n (x) convergent normlement sur un intervlle I de R ; on pour tout x I, m k=n+ u k (x) m k=n+ u k lors, comme l série u n converge, on d près le critère de Cuchy des séries numériques, ε >, N N, m, n N, m > n N = m k=n+ u k < ε donc l série de fonctions u n (x) vérifie le critère de Cuchy uniforme sur I : l série un (x) converge donc bsolument uniformément sur I. b) On pour tout x I, m k=n+ u k (x) m k=n+ u k (x) donc une série u n convergent bsolument uniformément sur I converge uniformément sur I pr le critère de Cuchy uniforme. De plus l convergence uniforme entrîne l convergence simple. c) L convergence uniforme entrîne l convergence simple. d) L convergence bsolue d une série numérique entrîne l convergence. 4.4 Proposition Soit u n une série de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C ; si l série u n converge uniformément sur I, lors l suite (u n ) n N converge uniformément vers sur I. 3

36 En effet si l série u n converge uniformément sur I, l suite des sommes prtielles (S n ) n N converge uniformément vers une fonction S sur I et lors l suite u n = S n S n converge uniformément vers S S =. 4.5 Critère de Weierstrss Soit u n une série de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C ; on suppose qu il existe une série réelle convergente n telle que x I, n N, u n (x) n lors l série u n converge normlement donc uniformément sur I. On pr hypothèse donc x I, n N, u n (x) n n N, u n n on en déduit ussitôt que l série u n converge pr les règles de comprison des série positives : insi l série u n converge normlement donc uniformément sur I. 4.6 Critère d Abel uniforme Soit (v n ) n N une suite décroissnte de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R convergent uniformément vers sur I, et soit (w n ) n N une suite de fonctions définies sur I et à vleurs dns R ou C vérifint M >, n, m N, m > n = x I, w n (x) + w n+ (x) + + w m (x) M. Alors l série de fonctions v n w n converge uniformément sur I. Appliquons le critère d Abel ux séries numériques v n (x)w n (x) pour tout x I : on lors x I, n N, v k (x)w k (x) M v n+(x) d où n N, k=n+ k=n+ v k (x)w k (x) M v n+. 32

37 Or l suite (v n ) n N converge uniformément vers sur I donc v n+ tend vers et insi le reste de l série v n w n converge uniformément vers, i.e l série v n w n converge uniformément. 4.7 Critère de Leibniz uniforme Soit (v n ) n N une suite décroissnte de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R convergent uniformément vers sur I ; lors l série lternée ( ) n v n converge uniformément sur I. Il suffit d ppliquer le critère d Abel uniforme à l suite w n = ( ) n. 5 Propriétés des sommes de séries de fonctions 5. Théorème Soit u n une série de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C convergent uniformément loclement sur I ; lors si les fonctions u n sont continues sur I pour tout n N, l somme de l série u n est une fonction continue sur I. Il suffit d ppliquer le théorème 3.3 à l suite des sommes prtielles. 5.2 Théorème Soit u n une série de fonctions définies continues sur un segment [, b] et à vleurs dns R ou C convergent uniformément sur [, b] ; lors l série numérique ( ) u n (x) dx converge et ( ) u n (x) dx = ( + ) u n (x) dx. Il suffit d ppliquer le théorème 3.4 à l suite des sommes prtielles. 5.3 Théorème Soit u n une série de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C ; on suppose que les 3 conditions suivntes sont vérifiées : ) pour tout n N, u n est de clsse C sur I ; 33

38 b) l série des dérivées u n converge uniformément loclement sur I ; c) il existe un point de I telle que l série numérique u n () converge. Alors l série u n converge uniformément loclement sur I, s somme est une fonction de clsse C sur I et on peut dériver terme à terme x I, ( + u n (x)) = u n(x). Il suffit d ppliquer le théorème 3.5 à l suite des sommes prtielles. 5.4 Théorème Soit u n une série de fonctions définies sur un intervlle I de R et à vleurs dns R ou C et soit k un entier ; on suppose que les 3 conditions suivntes sont vérifiées : ) pour tout n N, u n est de clsse C k sur I ; b) l série u (k) n converge uniformément loclement sur I ; c) il existe un point de I tel que pour tout entier j [, k ] l série numérique u (j) n () converge. Alors l série u n converge uniformément loclement sur I, s somme est une fonction de clsse C k sur I et on peut dériver terme à terme ( + (j) x I, j [, k], u n (x)) = u (j) n (x). Il suffit d ppliquer le théorème 3.6 à l suite des sommes prtielles. 34

39 III SÉRIES ENTIÈRES. Séries entières - Ryon de convergence. Définition Soit ( n ) n N une suite de nombre complexes ; on ppelle série entière de coefficients ( n ) n N l série de fonctions f n (x) définies sur C pr n N, x C, f n (x) = n x n..2 Lemme d Abel Soit n x n une série entière et soit x un nombre complexe tel que l suite ( n x n ) n N est bornée. Alors pour tout x C tel que x < x, l série numérique n x n converge bsolument. L suite ( n x n ) n N étnt bornée, il existe M > tel que n N, n x n M. Si x =, lors il n existe ucun x C tel que x < x. Si x, on lors, pour tout x C tel que x < x et pour tout n N n x n = n x n x x n M x or x x < donc l série géométrique n x x converge ; on en déduit que l série n x n converge bsolument (théorème de comprison des séries positives). x n.3 Corollire Soit n x n une série entière et soit x un nombre complexe tel que l série numérique n x n converge ; lors pour x C tel que x < x, l série numérique n x n converge bsolument. En effet, comme l série n x n converge, le terme générl n x n tend vers donc l suite ( n x n ) n N est bornée : on pplique lors le lemme d Abel. 35

40 .4 Théorème et définition Soit n x n une série entière ; lors l ensemble I = {r / l suite ( n r n ) n N est bornée } est non vide : on ppelle ryon de convergence de l série entière n x n l borne supérieure de I (qui est un élément de R + {+ }). De plus I est un intervlle de R dont l borne inférieure est. Considérons I = {r / l suite ( n r n ) n N est bornée} : I cr il contient, donc I dmet une borne supérieure R R + {+ }. De plus pour tout r I, et pour tout r [, r], on n N, n r n n r n donc l suite ( n r n ) n N est bornée églement i.e r I : I est donc un intervlle de borne inférieure..5 Théorème Soit n x n une série entière ; lors le ryon de convergence R de l série entière n x n est l unique élément de R + {+ } vérifint les deux conditions suivntes : ) pour tout x C tel que x < R, l série numérique n x n converge bsolument ; b) pour tout x C tel que x > R, l série numérique n x n diverge. On ppelle disque de convergence de l série entière n x n le disque ouvert de centre et de ryon R, D(, R) = {x C / x < R}. Si on se limite à l étude de l série entière n x n pour x réel, on ppelle intervlle de convergence de l série entière l intervlle ouvert ] R, R[. Soit R le ryon de convergence de l série entière n x n ; montrons que R vérifie les conditions ) et b) : Soit x C tel que x < R, lors il existe r > tel que x < r < R, or I est un intervlle de borne inférieure et de borne supérieure R donc r I et insi l suite ( n r n ) n N est bornée ; or x < r, donc d près le lemme d Abel, l série n x n converge bsolument. Soit x C tel que x > R, lors x I donc l suite ( n x n ) n N n est ps bornée, pr conséquent l suite ( n x n ) n N ne tend ps vers : on en déduit que l série n x n diverge. Réciproquement, soit R vérifint les conditions ) et b) : montrons que R = R. Considérons un réel r vérifint r < R ; lors l série n r n converge, donc l suite ( n r n ) n N tend vers donc est bornée, insi r I, on en déduit lors que [, R [ I, d où R R. 36

41 Supposons R < R, lors il existe r et r 2 tels que R < r < r 2 < R ; comme r 2 < R, r 2 I i.e l suite ( n r2 n ) n N est bornée : on en déduit lors que l série n r n converge bsolument d près le lemme d Abel, ce qui est bsurde puisque r > R implique l divergence de l série n r n. Donc R = R. Remrques Soit n x n une série entière de ryon de convergence R. ) Si R =, l série n x n ne converge que pour x = ; b) Si R = +, l série n x n converge bsolument pour tout x C ; c) on ne peut rien dire priori du comportement de l série n x n si x = R : on verr dns l suite des exemples pour lesquels l série converge en tout point du bord du disque de convergence, d utres pour lesquels l série diverge en tout point du bord du disque de convergence et enfin d utres pour lesquels l série converge seulement en certins points du bord du disque de convergence ; d) L série entière n x n pour ryon de convergence R. Exemple L série entière x n pour ryon de convergence ; en effet si x <, l série converge bsolument et si x >, l suite (x n ) n N tend vers + donc l série x n diverge..6 Théorème Soit n x n une série entière ; lors le ryon de convergence R de l série entière n x n est l unique élément de R + {+ } vérifint les deux conditions suivntes : ) pour tout réel r tel que r < R, l suite ( n r n ) n N converge vers ; b) pour tout réel r tel que r > R, l suite ( n r n ) n N ne converge ps vers. Soit R le ryon de convergence de l série entière n x n ; montrons que R vérifie les conditions ) et b) : D près.5, pour tout réel r tel que r < R, l série n r n converge bsolument donc l suite ( n r n ) n N converge vers. Soit r un réel tel que r > R : lors r I, i.e l suite ( n r n ) n N n est ps bornée donc elle ne tend ps vers. Réciproquement, soit R vérifint les conditions ) et b) : montrons que R = R. Considérons un réel r vérifint r < R ; lors l suite ( n r n ) n N tend vers donc est bornée : insi r I, on en déduit donc que [, R [ I, d où R R. Supposons R < R, lors il existe r tel que R < r < R : comme r < R, d près.5 l série n r n converge bsolument donc l suite ( n r n ) n N tend vers ce qui est en contrdiction vec le fit que r > R : on en déduit que R = R. 37

42 .7 Proposition Soient ( n ) n N et (b n ) n N deux suites de nombres complexes. On note R le ryon de convergence de l série n x n et R 2 le ryon de convergence de l série b n x n. ) s il existe N N tel que n N = n b n, lors R 2 R ; b) si n b n u voisinge de +, lors R = R 2. ) S il existe N N tel que n N = n b n, lors on x C, n N, n x n b n x n or si x < R 2, l série b n x n converge bsolument, donc pr comprison des séries positives, l série n x n converge bsolument : on en déduit que R R 2 d près.5. b) Si n b n u voisinge de +, lors pour tout x C, on n x n b n x n u voisinge de +, donc les deux séries positives n x n et b n x n sont de même nture : on en déduit lors que R = R 2 d près.5. Exemples ) L série entière sin nx n pour ryon de convergence R =, en effet : n N, sin n or l série entière x n pour ryon de convergence, donc R d près.7. D utre prt, l suite (sin n) n N ne tend ps vers, donc l série entière sin nx n diverge en x =, d où R =. b) L série entière n n + xn pour ryon de convergence R =, en effet : donc les séries entières n n + u voisinge de + n n + xn et x n ont même ryon de convergence, à svoir..8 Appliction des règles de Cuchy et d Alembert Soit n x n une série entière de ryon de convergence R. ) S il existe un entier N tel que pour tout n N, n et si l suite ( n+ / n ) n N converge vers l R + {+ }, lors R = (vec l convention l = + et + + = ). b) Si l suite ( n n ) n N converge vers l R + {+ }, lors R = l. 38

43 ) On pplique l règle de d Alembert à l série n x n : x C, n N, n+ x n+ n x n = n+ x l x n insi l série n x n converge bsolument si l x < i.e si x < l et diverge si l x > i.e si x > l : on en déduit que R = l. b) Risonnement nlogue en ppliqunt l règle de Cuchy à l série n x n. Exemples ) L série entière 2n + n + 3 xn pour ryon de convergence R = ; en effet si on note n = 2n + n + 3 on n+ n = 2n + 3 n + 3 n + 4 2n +. ) L série entière n! xn pour ryon de convergence R = + ; en effet si on note n = n! on.9 Proposition n+ n = n! (n + )! =. n + Soit n x n une série entière de ryon de convergence R. ) Pour tout λ C, l série entière λ n n x n pour ryon de convergence R λ ; b) Pour tout entier p, l série entière n x np pour ryon de convergence p R. ) Pour tout λ C, et tout x C, on n N, λ n n x n = n (λx) n insi l série λ n n x n converge si λx < R i.e si x < R et diverge si λx > R i.e si λ x > R λ, donc le ryon de convergence de l série λ n n x n est R λ. b) L série n x np converge si x p < R i.e si x < p R et diverge si x p > R i.e si x > p R donc le ryon de convergence de l série n x np est p R. 39

44 2. Opértions sur les séries entières 2. Multipliction pr un sclire Soient n x n une série entière de ryon de convergence R et soit λ C ; lors l série entière (λ n )x n pour ryon de convergence R et pour tout x D(, R), on (λ n )x n = λ n x n. Comme λ, les séries numériques n x n et (λ n )x n sont de même nture, donc ont le même ryon de convergence ; de plus sur le disque de convergence, on l églité voulue. 2.2 Somme de deux séries entières Soient n x n une série entière de ryon de convergence R et b n x n une série entière de ryon de convergence R 2 ; lors le ryon de convergence R de l série entière ( n +b n )x n vérifie : si R R 2, R = inf(r, R 2 ) si R = R 2, R R = R 2. De plus pour tout x C tel que x < inf(r, R 2 ), on ( n + b n )x n = n x n + b n x n. Si x < inf(r, R 2 ) lors les séries numériques n x n et b n x n convergent donc l série somme ( n + b n )x n converge : on en déduit que R inf(r, R 2 ) et que pour tout x tel que x < inf(r, R 2 ) ( n + b n )x n = n x n + b n x n. Si R R 2, pr exemple R < R 2, considérons x C tel que R < x < R 2 ; lors l série numérique n x n diverge et l série numérique b n x n converge donc l série somme diverge : on en déduit que R R = inf(r, R 2 ), d où R = inf(r, R 2 ). Remrque On ne peut rien dire sur le ryon de convergence de l série somme qund R = R 2 : pr exemple les séries entières x n et ( )x n ont même ryon de convergence mis leur série somme est l série nulle de ryon +. 4

EB - INTEGRALES DEPENDANT D UN PARAMETRE

EB - INTEGRALES DEPENDANT D UN PARAMETRE EB - INTEGRALES DEPENDANT D UN PARAMETRE Définition 1 Soit (f x ) x A une fmille de fonctions continues à vleurs dns C, définies sur un intervlle [, b[ de R. On considère l intégrle impropre g(x) = que

Plus en détail

Chapitre 1 Suites de fonctions

Chapitre 1 Suites de fonctions Université de Bourgogne Déprtement de Mthémtiques Licence de Mthémtiques Résumé du cours Compléments d Anlyse Chpitre Suites de fonctions. Suites de nombres, suites de fonctions Dns tout ce chpitre, l

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de Sup et Spé

Résumé du cours d analyse de Sup et Spé Résumé du cours d nlyse de Sup et Spé 1 Topologie 1.1 Normes, normes équivlentes Une norme sur le K-espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x) 0 (positivité) x E, (N(x) = 0 x

Plus en détail

LEÇON N 67 : Formules de Taylor. Applications.

LEÇON N 67 : Formules de Taylor. Applications. LEÇON N 67 : Formules de Tylor. Applictions. Pré-requis : Théorème de Rolle, théorème des Accroissements Finis ; Intégrtion pr prties ; Nottions de Lndu. 67. Résultts globux 67.. Formule de Tylor-Lgrnge

Plus en détail

Intégrales impropres et séries. Tewfik Sari. L2 Math

Intégrales impropres et séries. Tewfik Sari. L2 Math Intégrles impropres et séries Tewfik Sri L2 Mth Chpitre 1 Rppels sur l intégrtion 1.1 Intégrle de Riemnn des fonctions en esclier Soit [, b] un intervlle fermé et borné de R. Une subdivision de [, b] et

Plus en détail

Intégration I Licence de mathématiques, 4 e semestre Université Aix-Marseille 1

Intégration I Licence de mathématiques, 4 e semestre Université Aix-Marseille 1 ntégrtion Licence de mthémtiques, 4 e semestre Université Ai-Mrseille J-Y. Briend Fscicule de résultts ntégrbilité, intégrle Définition.. Soit = [,b] un intervlle compct. Une subdivision pointée P de est

Plus en détail

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers Chpitre 5 Intégrtion Nous llons construire l intégrle pr un procédé de pssge à l limite. D bord on définit l intégrle des fonctions en escliers, ensuite on psse à l limite pour intégrer des fonctions plus

Plus en détail

LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I..

LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I.. TS-cours-chp2-1 - LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I.. Limite d une suite 1 / tend vers l infini Définition ( rppel ) Dire que l suite tend vers + signifie que, pour tout nombre A, l intervlle [A ; +

Plus en détail

Clamaths.fr - Les Roc en Terminale S

Clamaths.fr - Les Roc en Terminale S Clmths.fr - Les Roc en Terminle S CONTENTS ROC - exigibles... 2 Roc 1 Théorème de comprison pour les suites... 2 Roc 2 Limite de qn lorsque q > 1... 2 Roc 3 Unicité de l fonction exponentielle... 3 Roc

Plus en détail

Résumé de cours sur les intégrales dépendant d un paramètre

Résumé de cours sur les intégrales dépendant d un paramètre Résumé de cours sur les intégrles dépendnt d un prmètre On v considérer une fonction à deux vribles ' puis on étudier l existence, l continuité, dérivbilité,...de l fonction F dé nie pr x! F (x) = F est

Plus en détail

Comparaison des fonctions au voisinage d un point

Comparaison des fonctions au voisinage d un point DOCUMENT 29 Comprison des fonctions u voisinge d un point Pour tout 0 R on pose : V 0 = {] 0 η, 0 + η[ η > 0} si 0 R; V 0 = {], + [ R} si 0 = + et V 0 = {], [ R} si 0 =. Un élément de V 0 est ppelé un

Plus en détail

11 Fonctions numériques - continuité

11 Fonctions numériques - continuité 11 Fonctions numériques - continuité 11.1 Ensemble des fonctions à vleurs réelles 11.1.1 Fonctions numériques Soit E un ensemble non vide. On note E l ensemble des pplictions de E dns. On définit les opértions

Plus en détail

LIMITE ET CONTINUITÉ DE FONCTIONS

LIMITE ET CONTINUITÉ DE FONCTIONS Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot LIMITE ET CONTINUITÉ DE FONCTIONS Soit R. Dns tout ce chpitre, on dir qu une fonction f de domine de définition D f est définie u voisinge de s il existe un réel

Plus en détail

Primitives et Calcul d une intégrale

Primitives et Calcul d une intégrale Primitives et Clcul d une intégrle I) Primitive ) Définition : Soit f une fonction définie sur un intervlle I. On ppelle primitive de f sur I, toute fonction F dérivle sur I dont l dérivée F est égle à

Plus en détail

Intégrale de Riemann et Intégrale de Lebesgue INTEGRALE DE RIEMANN

Intégrale de Riemann et Intégrale de Lebesgue INTEGRALE DE RIEMANN Intégrle de Riemnn et Intégrle de Lebesgue Jen Gounon http://dm.ens.fr/culturemth Définitions INTEGRALE DE RIEMANN Dns tout le chpître, b et f est une fonction réelle bornée sur [,b] = I Définition. Un

Plus en détail

Limites de Fonction. 1 Limites d une fonction et asymptotes 1.1 Limite en l infini. 1.2 Limite en un réel a Asymptotes...

Limites de Fonction. 1 Limites d une fonction et asymptotes 1.1 Limite en l infini. 1.2 Limite en un réel a Asymptotes... Lycée Pul Doumer 203-204 TS Cours Limites de Fonction Contents Limites d une fonction et symptotes. Limite en l infini....................................2 Limite en un réel..................................

Plus en détail

Chapitre 6 Suites et séries de fonctions

Chapitre 6 Suites et séries de fonctions Chpitre 6 Suites et séries de fonctions Semine 1 : Etude des prgrphes 1 et 2. Fire les exercices d pprentissge 6.1 6.10. Semine 2 : Etude du prgrphe 3. Fire les exercices d pprofondissement 6.11 6.24.

Plus en détail

Primitives Calcul intégral

Primitives Calcul intégral Primitives Clcul intégrl Christophe ROSSIGNOL Année scolire 2009/200 Tble des mtières Primitives 2. Définition, premières propriétés..................................... 2.2 Primitives des fonctions usuelles....................................

Plus en détail

Nous admettrons et utiliserons souvent le théorème suivant:

Nous admettrons et utiliserons souvent le théorème suivant: < 20 Intégrtion: fonction réelle d une vrile réelle. Définition 2.5. (Intégrilité u sens de Riemnn) Une fonction réelle f: [, ] R est dite intégrle sur [,], si ǫ > 0, f 1, f 2 : [, ] R fonctions en escliers

Plus en détail

Développements limités. Généralités. Définitions usuelles

Développements limités. Généralités. Définitions usuelles Développements limités I Générlités I.A Définitions usuelles.......................... I.B Formules de Tylor.......................... I.C Développements limités usuels.................... 4 I.D Eemples

Plus en détail

1. Intégrale de Riemann des fonctions réglées.

1. Intégrale de Riemann des fonctions réglées. Agrégtion de Mthémtiques 2012-2013 CMI Université d Aix-Mrseille Résumé du cours d Intégrtion 1. Intégrle de Riemnn des fonctions réglées. Fonctions réglées. f : [, b] C est dite réglée si et seulement

Plus en détail

Limite d une fonction à l infini

Limite d une fonction à l infini CHAPITRE 3 LIMITES DE FONCTIONS ET DE SUITES Limite d une fonction à l infini et s courbe repré-. Limite finie d une fonction à l infini Soit f une fonction définie sur un intervlle [ ; + [ senttive. L

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

Nombres rationnels. 1 Définition de Q. On définit, sur l ensemble Z Z, la relation binaire R de la façon suivante : (a, b)r(a, b ) ab = ba

Nombres rationnels. 1 Définition de Q. On définit, sur l ensemble Z Z, la relation binaire R de la façon suivante : (a, b)r(a, b ) ab = ba Nomres rtionnels Définition de Q On définit, sur l ensemle Z Z, l reltion inire R de l fçon suivnte : (, )R(, ) = Propriété. R est une reltion d équivlence. Démonstrtion : Réflexivité : Elle découle de

Plus en détail

Convergence dominée et conséquences.

Convergence dominée et conséquences. Chpitre 3 Convergence dominée et conséquences.. nterversion ite-intégrle............................................................2 / Le cs d une CU sur un segment..................................................

Plus en détail

Suites et séries de fonctions MP

Suites et séries de fonctions MP Suites et séries de fonctions MP 17 jnvier 2013 Tble des mtières 1 Convergence simple et convergence uniforme 2 1.1 L convergence simple.............................. 2 1.2 L convergence uniforme.............................

Plus en détail

Variables aléatoires à densité

Variables aléatoires à densité Vribles létoires à densité Rppels : Une vrible létoire réelle (VAR) est une ppliction X : Ω R où (Ω,A,P) est un espce probbilisé. Lorsque X(Ω) est un ensemble discret on dit que X est une VAR discrète.

Plus en détail

Intégrales et primitives

Intégrales et primitives Chpitre 3 Intégrles et primitives 3.1 Définitions Soit f(x une fonction continue définie sur l intervlle [, ]. L intégrle de f sur l intervlle [, ] est un nomre réel noté qui est défini de l fçon suivnte

Plus en détail

Td 3 : Produit scalaire

Td 3 : Produit scalaire Université Frnçois Rbelis de Tours Déprtement de Mthémtiques Td 3 : Produit sclire Algèbre Semestre 4 Exercice En utilisnt l inéglité de Cuch-Schwrz - on préciser l espce préhilbertien E;.,. dns lequel

Plus en détail

LEÇON N 76 : Primitives d une fonction continue sur un intervalle ; définition et propriétés de l intégrale, inégalité de la moyenne. Applications.

LEÇON N 76 : Primitives d une fonction continue sur un intervalle ; définition et propriétés de l intégrale, inégalité de la moyenne. Applications. LEÇON N 76 : Primitives d une fonction continue sur un intervlle ; définition et propriétés de l intégrle, inéglité de l moyenne. Applictions. Pré-requis : Si f est une fonction numérique dérivble sur

Plus en détail

Mathématiques. Analyse de Fourier D après des notes rédigées par B. Helffer et T. Ramond

Mathématiques. Analyse de Fourier D après des notes rédigées par B. Helffer et T. Ramond Mthémtiques Anlyse de Fourier D près des notes rédigées pr B. Helffer et T. Rmond Année 2007 2 Tble des mtières I Suites, Intégrles et Séries 1 1 Suites de nombres réels ou complexes 1 1.1 Générlités.........................................

Plus en détail

Rappels et compléments sur l intégrale de Riemann

Rappels et compléments sur l intégrale de Riemann Chpitre Rppels et compléments sur l intégrle de Riemnn Commençons pr un rppel. Théorème.. (Théorème fondmentl du clcul intégrl) Soit f :[, b]! R une fonction continue. Pour tout x 2 [, b], posons F (x)

Plus en détail

( ) non vides et disjoints tels que D= A1 A2. Soit f la fonction définie par : 1. sont non vides.

( ) non vides et disjoints tels que D= A1 A2. Soit f la fonction définie par : 1. sont non vides. Prties connexes de R et fonctions continues PARTIES CONNEXES DE R ET FONCTIONS CONTINUES Prties connexes de R crctéristion Prtie connexe de R On dit qu'une prtie D de est connexe si D n'dmet ps de prtition

Plus en détail

Une preuve élémentaire du théorème de convergence dominée

Une preuve élémentaire du théorème de convergence dominée Une preuve élémentire du théorème de convergence dominée Le but de ce texte, influencé pr l lecture de l rticle [2], est de proposer une preuve élémentire du théorème de convergence dominée, dns le cdre

Plus en détail

I. Fonctions

I. Fonctions FORMULAIRE MATHÉMATIQUES - RENTRÉE 205 - PRÉPA ECS PREMIÈRE ANNÉE Tble des mtières I. Fonctions - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 4. Générlités sur les fonctions...................

Plus en détail

TS 2, Correction Bac Blanc n o 2

TS 2, Correction Bac Blanc n o 2 TS, Correction Bc Blnc n o Exercice Nouvelle-Clédonie, mrs extrit) points Restitution Orgnisée de Connissnces On utiliser le résultt suivnt : les solutions de l éqution différentielle E ) y = y où R sont

Plus en détail

ROC: Restitution Organisée des Connaissances

ROC: Restitution Organisée des Connaissances ROC: Restitution Orgnisée des Connissnces Terminle S Septembre 2005 Tble des mtières 1 Anlyse 2 1.1 Limites et ordre........................... 2 1.2 Bijection............................... 3 1.3 Fonction

Plus en détail

CHAPITRE III. CONSTRUCTION DE L INTÉGRALE DE RIEMANN

CHAPITRE III. CONSTRUCTION DE L INTÉGRALE DE RIEMANN CHAPITRE III. CONSTRUCTION DE L INTÉGRALE DE RIEMANN 1. Fonctions en esclier. Le but de l construction de l intégrle d une fonction f : [, b] R étit, initilement, de définir rigoureusement l ire de l figure

Plus en détail

Chapitre 11 : Calcul intégral

Chapitre 11 : Calcul intégral Cpitre 11 : Clcul intégrl I Intégrle d une fonction positive I.1 Définition Définition ( 1. Dns un repère ortogonl O; i ; ) j, on ppelle unité d ire l ire du rectngle de côtés [OI] et [OJ]. 2. Soient f

Plus en détail

APPROXIMATION DE FONCTIONS DÉRIVABLES PAR UNE FONCTION POLYNOMIALE

APPROXIMATION DE FONCTIONS DÉRIVABLES PAR UNE FONCTION POLYNOMIALE APPROXIMATION DE FONCTIONS DÉRIVABLES PAR UNE FONCTION POLYNOMIALE Définition. Soit I R un intervlle ouvert et soit f : I R une fonction. () Si f est continue, on dit que f est de clsse C 0. (2) Si f est

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (2eme semestre)

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (2eme semestre) Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, 1ere nnée, Anlyse (eme semestre) T. Gllouët pour les chpitres 1-5 et 7. A. Benbdllh pour le chpitre 6 My 3, 010 Tble des mtières 1 Limites 3 1.1 Définition

Plus en détail

TD n 6 : Fourier - Correction

TD n 6 : Fourier - Correction D n : Fourier- Correction - Pge sur D n : Fourier - Correction Séries de Fourier Coefficient de Fourier On considère une fonction f continue pr morceux et -périodique. c n f f t e in n Z n f [] f t cos

Plus en détail

Résumés de cours : Terminale S.

Résumés de cours : Terminale S. Résumés de cours : Terminle S. Mths-Terminle S. Mr Mmouni : myismil@ltern.org source disponible sur: c http://www.chez.com/myismil Smedi 08 Avril 2006. Tble des mtières Nombres complexes. 3. Prtie réelle

Plus en détail

Partie 1 - Calcul d une probabilité

Partie 1 - Calcul d une probabilité Essec mths 3 voie E 2014 1 Option économique Mthémtiques Essec 2014 (mths 3) vendredi 8 mi 2014 Ce problème est constitué de trois prties. Les résultts de l prtie 1 sont utilisés dns les prties 2 et 3.

Plus en détail

Terminales S. Liste «non exhaustive» des Restitutions Organisées des Connaissances:

Terminales S. Liste «non exhaustive» des Restitutions Organisées des Connaissances: Terminles S Liste «non exhustive» des Restitutions Orgnisées des Connissnces: Théorème 1 : Critère de divergence d'une suite Théorème 2 : Comprison pr rpport à une suite divergente Théorème 3 : Théorème

Plus en détail

Mathématiques Différentielle - Intégrale

Mathématiques Différentielle - Intégrale Mthémtiques Différentielle - Intégrle F. Richrd 1 1 Institut PPRIME - UPR 3346 CNRS Déprtement Fluides, Thermique, Combustion Frnce Institut des Risques Industriels Assurntiels et Finnciers IRIAF F. Richrd

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

Master 1 Métiers de l Enseignement, Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2012/2013

Master 1 Métiers de l Enseignement, Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2012/2013 Mster 1 Métiers de l Enseignement, Mthémtiques - ULCO, L Mi-Voix, 01/013 ANALYSE Fiche de Mthémtiques 1 - Nombres réels. 1 Introduction. Propriétés des rtionnels Posnt Z = Z\{0}, on peut définir l ensemble

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Ordre et valeur absolue

Cours de Mathématiques Seconde. Ordre et valeur absolue Cours de Mthémtiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 vril 2007 Document diffusé vi le site www.cmths.net de Gilles Costntini 2 1 frederic.demoulin (chez) voil.fr 2 gilles.costntini (chez)

Plus en détail

Calculs de base (Rappels)

Calculs de base (Rappels) Chpitre I Clculs de bse (Rppels) I.1 Diviseurs et multiples I.1.1 Définitions On : 12=3 4. On dit que 3 et 4 sont des diviseurs de 12, ou que 12 est un multiple de 3 et de 4. DÉFINITION I.1.1 Soit et b

Plus en détail

Primitives et intégrales

Primitives et intégrales Primitives et intégrles Je donne ici des éléments pour triter l exposé de CAPES 76 (liste 2007) : Primitives d une fonction continue sur un intervlle ; définition et propriétés de l intégrle, inéglité

Plus en détail

MT91 P2010 Médian - f(x) = α + x + βx 2.

MT91 P2010 Médian - f(x) = α + x + βx 2. MT9 P Médin - Corrigé Eercice. α et β sont deu prmètres réels tels que α >. On définit f) = α + + β. Ecrire le développement limité de f, à l ordre, en.. Utiliser l question précédente pour étudier l brnche

Plus en détail

Intégration numérique

Intégration numérique Chpitre 5 Intégrtion numérique 5.1 Introduction Dns ce chpitre, on s interesse u clcul numérique d intégrles. Plus précisément, on considère une fonction f continue et une fonction w continue et positive

Plus en détail

Remise en forme. Chapitre 1

Remise en forme. Chapitre 1 Chpitre 1 Remise en forme 1) Trigonométrie L fonction exponentielle est l réciproque de l fonction logrithme. Elle trnsforme une somme en un produit, lors que le logrithme trnsforme un produit en une somme

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 21 avril 2010

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 21 avril 2010 Corrigé du bcclurét S Pondichéry 2 vril 2 EXERCICE Commun à tous les cndidts Prtie A : Restitution orgnisée de connissnces 6 points f et g sont deux fonctions continues sur un intervlle [ ; b] donc g f

Plus en détail

Jour no1 Exercice 1.0 Exercice 1.1 Exercice 1.2

Jour no1 Exercice 1.0 Exercice 1.1 Exercice 1.2 Jour n o Exercice. ) Étudier l intégrbilité de x e x x2 sur ], + [. 2) Étudier l intégrbilité de x ln x x 2 + sur ], + [. Exercice. Soit f de clsse C 2 sur [, + [ telle que f est intégrble sur [, + [ et

Plus en détail

Analyse numérique : Intégration numérique

Analyse numérique : Intégration numérique Anlyse numérique : Intégrtion numérique Pgor 1A Chpitre 4 8 février 11 mrs 2013 Anlyse numérique (Pgor 1A) Intégrtion numérique 8/02-11/03/2013 1 / 67 Pln 1 Introduction 2 Intégrtion pr méthode de Monte-Crlo

Plus en détail

LIMITES ET CONTINUITÉ

LIMITES ET CONTINUITÉ LIMITES ET CONTINUITÉ Cours Terminle S Limite d une onction à l inini ) Limite inie en l inini Déinition : Soit une onction déinie sur un intervlle de l orme ] A ; + [ On dit que l onction dmet pour limite

Plus en détail

Chapitre 7 Intégrale et primitive. Table des matières. Chapitre 7 Intégrale et primitive TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 7 Intégrale et primitive. Table des matières. Chapitre 7 Intégrale et primitive TABLE DES MATIÈRES page -1 Chpitre 7 Intégrle et primitive TABLE DES MATIÈRES pge - Chpitre 7 Intégrle et primitive Tble des mtières I Exercices I-................................................ I- Clcul pproché d une intégrle

Plus en détail

THEOREMES D ANALYSE. P. Pansu 12 avril 2005

THEOREMES D ANALYSE. P. Pansu 12 avril 2005 THEOREMES D ANALYSE P. Pnsu 12 vril 2005 1 Vleurs intermédiires 1.1 Le théorème des vleurs intermédiires Théorème 1 Soit [, b] un intervlle fermé borné. Soit f : [, b] R une fonction continue. On suppose

Plus en détail

Intégrale de Riemann. L3 Mathématiques. Jean-Christophe Breton Université de Rennes 1 Septembre Décembre 2009

Intégrale de Riemann. L3 Mathématiques. Jean-Christophe Breton Université de Rennes 1 Septembre Décembre 2009 Intégrle de Riemnn L3 Mthémtiques Jen-Christophe Breton Université de Rennes 1 Septembre Décembre 009 version du 1 décembre 009 Tble des mtières 1 Intégrles des fonctions en esclier 1 1.1 Fonctions en

Plus en détail

Intégrale de Riemann cours et exercices de Licence, L1, PC, S2

Intégrale de Riemann cours et exercices de Licence, L1, PC, S2 Intégrle de Riemnn cours et exercices de Licence, L1, PC, S2 H. Le Ferrnd Jnury 29, 2010 Contents 1 Des premières méthodes 2 2 Sommes de Drboux 2 3 Fonction intégrble u sens de Riemnn 3 3.1 Qu est-ce qu

Plus en détail

Les théorèmes fondamentaux

Les théorèmes fondamentaux Université d Artois Fculté des ciences Jen Perrin Mesure et Intégrtion (Licence 3 Mthémtiques-Informtique) Dniel Li Les théorèmes fondmentux 21 vril 28 1 L notion de presque prtout Avnt de donner les théorèmes

Plus en détail

LIMITES D UNE FONCTION

LIMITES D UNE FONCTION Christophe Bertult Mthémtiques en MPSI LIMITES D UNE FONCTION Les fonctions qu on étudie en nlyse sont souvent définies sur des intervlles, mis souvent ussi sur des réunions d intervlles comme ou[0,[ [,3].

Plus en détail

Cours d intégration L3-mass

Cours d intégration L3-mass Cours d intégrtion L3-mss Renud Leplideur Année 214-215 UBO 2 Tble des mtières 1 Rppels sur l intégrle de Riemnn et les limites croissntes 5 1.1 L intégrle u sens de Riemnn et les principux résultts.........

Plus en détail

Master 1 Métiers de l Enseignement, Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2012/2013

Master 1 Métiers de l Enseignement, Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2012/2013 Mster Métiers de l Enseignement, Mthémtiques - ULCO, L Mi-Voix, 0/03 ANALYSE - CORRECTION Fiche de Mthémtiques - Nombres réels. Introduction. Propriétés des rtionnels Posnt Z = Z\{0}, on peut définir l

Plus en détail

CALCUL INTEGRAL I. ACTIVITES D INTRODUCTION. Ch7 : Calcul intégral-ts

CALCUL INTEGRAL I. ACTIVITES D INTRODUCTION. Ch7 : Calcul intégral-ts Ch7 : Clcul intégrl-ts CALCUL INTEGRAL I. ACTIVITES D INTRODUCTION Activité n : Trcer dns un repère orthonorml l représenttion grphique de l fonction f définie pr : f(x) = 5. Hchurer l'ire du domine pln

Plus en détail

COURS TERMINALE S LE CALCUL INTEGRAL

COURS TERMINALE S LE CALCUL INTEGRAL COURS TERMINALE S LE CALCUL INTEGRAL A. Notion d'intégrle. Aire sous l coure On définit le domine pln, qu'on ppeller ire sous l coure C représenttive d'une fonction positive f sur un intervlle [; ], l

Plus en détail

Corrigé du TD 3 : Limites

Corrigé du TD 3 : Limites Corrigé du TD 3 : Limites Eercice : Fonction réciproque. Cs f() = + L fonction f est définie sur R et à vleurs dns I = [,+ [. Elle est pire donc en prticulier pour tout réel, on f( ) = f() et en prticulier

Plus en détail

Chapitre 1 Équations et Inéquations du 2nd degré

Chapitre 1 Équations et Inéquations du 2nd degré Cours de Mthémtiques Première S Chpitre 1 : équtions et inéqutions du second degré Chpitre 1 Équtions et Inéqutions du nd degré A) Les Polynômes 1) Définitions On ppelle monôme une expression de l forme

Plus en détail

Calcul différentiel 1 Licence de Mathématiques

Calcul différentiel 1 Licence de Mathématiques Clcul différentiel 1 Licence de Mthémtiques Tble des mtières Avertissement 5 Chpitre 1. Préliminires 7 1. Espces vectoriels normés 7 2. Convergence, continuité 10 3. Vocbulire topologique 13 4. Compcité,

Plus en détail

Intégration. 1 Intégrale d une fonction. 2.1 Définition Propriétés Ensemble des primitives d une fonction... 6

Intégration. 1 Intégrale d une fonction. 2.1 Définition Propriétés Ensemble des primitives d une fonction... 6 Tble des mtières Intégrle d une fonction. Définition.................................................. Propriétés................................................. 4 Notion de primitive d une fonction 5.

Plus en détail

Cours d analyse, ECS deuxième année. Alain TROESCH

Cours d analyse, ECS deuxième année. Alain TROESCH Cours d nlyse, ECS deuxième nnée Alin TROESCH 2 septembre 2012 Tble des mtières 1 Suites numériques : révisions 5 1.1 Convergence........................................ 6 1.1.1 Limites......................................

Plus en détail

Fiches de cours analyse 4 ème Sciences expérimentales. Limites et continuité. Limites et comparaison de fonctions.

Fiches de cours analyse 4 ème Sciences expérimentales. Limites et continuité. Limites et comparaison de fonctions. Fiches de cours nlyse 4 ème Sciences epérimentles Limites et continuité Limites et comprison de fonctions. L et L ' sont des réels. désigne soit un réel, soit +, soit Premier théorème de comprison Soit

Plus en détail

Chapitre 10 - Séries de Fourier - Cours. 1. Fonctions dénies par morceaux

Chapitre 10 - Séries de Fourier - Cours. 1. Fonctions dénies par morceaux Chpitre 1 - Séries de Fourier - Cours Lcée Blise Pscl - SI - Jérôme Von Buhren - http://vonbuhren.free.fr Chpitre 1 Séries de Fourier Nottion : Dns tout le chpitre, on e un réel > et on note ω =. 1. Fonctions

Plus en détail

E(ϕ(Z, Y )) = ϕ(r(x + f(y)), y)dxdm(y). ϕ(ξ)dξ.

E(ϕ(Z, Y )) = ϕ(r(x + f(y)), y)dxdm(y). ϕ(ξ)dξ. Corrigé 191 (Les pièges de l indépendnce) Soit (Ω,, P ) un espce probbilisé et X, Y deux v..r. indépendntes. n suppose que X pour loi l loi uniforme sur [, 1]. Pour x, on pose e(x) = mx{n Z, n x} et r(x)

Plus en détail

Résumé de cours : Terminale ES. Table des matières. Maths-Terminale ES. Mr Mamouni : source disponible sur: Samedi 08 Avril 2006.

Résumé de cours : Terminale ES. Table des matières. Maths-Terminale ES. Mr Mamouni : source disponible sur: Samedi 08 Avril 2006. Résumé de cours : Terminle ES. Mths-Terminle ES. Mr Mmouni : myismil@ltern.org source disponile sur: c http://www.chez.com/myismil Smedi 08 Avril 2006. Tle des mtières Eqution du second degré. 2. Ses solutions

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths Variables aléatoires à densité

Synthèse de cours PanaMaths Variables aléatoires à densité Synthèse de cours PnMths Vriles létoires à densité Vrile létoire à densité Vrile létoire réelle continue Soit X une vrile létoire réelle. On dit que «X est une vrile létoire réelle continue» si elle prend

Plus en détail

5. Intégration complexe

5. Intégration complexe 49 5. Intégrtion complexe 1. Intégrles définies d une fonction complexe d une vrible réelle Les intégrles sont extrêmement importntes dns l étude des fonctions d une vrible complexe. Nous étblirons l équivlence

Plus en détail

Chapitre 1 Le Second Degré

Chapitre 1 Le Second Degré Cours de Mthémtiques Première STID Chpitre 1 : Le second degré Chpitre 1 Le Second Degré A) Résolution de l'éqution du second degré 1) Définitions On ppelle polynôme de second degré l expression x² x c

Plus en détail

Exercices - Capes première épreuve : corrigé

Exercices - Capes première épreuve : corrigé Avertissement : Ceci n est ps une correction in extenso du problème de cpes Il s git plutôt d une lecture personnelle des questions, vec des indictions, des idées de preuve, des mises en grde d erreurs

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

DM n o 17 : Intégration

DM n o 17 : Intégration Lycée Louis-Le-Grnd, Pris Pour le 14/05/2015 MPSI 4 Mthémtiques A. Troesch DM n o 17 : Intégrtion Correction du problème 1 Intégrle de Lebesgue Prtie I Intégrtion pr rpport à une mesure 1. Soit f = α k

Plus en détail

PARTIE II : Un exemple pour se familiariser avec la conjecture et cette drôle de fonction. . (On ne cherchera pas à exprimer F plus simplement.

PARTIE II : Un exemple pour se familiariser avec la conjecture et cette drôle de fonction. . (On ne cherchera pas à exprimer F plus simplement. Eercice. Découverte des fonctions définies pr une intégrle et premiers ps vers le téorème fondmentl du clcul intégrl. PARTE : Découverte de l fonction «ire sous l courbe» et conjecture sur s dérivée et

Plus en détail

CALCUL INTEGRAL ET SERIES

CALCUL INTEGRAL ET SERIES Université Blise Pscl, U.F.R. Sciences et Technologies, Déprtement de Mthémtiques et Informtique Licence de mthémtique, deuxième nnée, S3, U.E. 2MM3, nnée 26-27 CALCUL INTEGRAL ET SERIES Notes de cours

Plus en détail

Espaces préhilbertiens

Espaces préhilbertiens 1 Espces préhilbertiens On désigne pr E un espce vectoriel réel non réduit à {}. 1.1 Produit sclire Définition 1.1 On dit qu une forme bilinéire symétrique ϕ sur E est : positive si ϕ (x, x) pour tout

Plus en détail

Fractions. 1 Propriété des quotients égaux 1. 2 Addition, soustraction de deux fractions 3. 3 Produit de deux fractions 5

Fractions. 1 Propriété des quotients égaux 1. 2 Addition, soustraction de deux fractions 3. 3 Produit de deux fractions 5 Tle des mtières Frctions 1 Propriété des quotients égux 1 Addition, soustrction de deux frctions Produit de deux frctions Comprison de deux frctions Produit en croix 10 6 Quotient de deux frctions. Inverse

Plus en détail

( ). Dans tout ce paragraphe, f et g sont des fonctions continues et positives sur un intervalle a;b. C f

( ). Dans tout ce paragraphe, f et g sont des fonctions continues et positives sur un intervalle a;b. C f Chpitre 6 : Clcul intégrl I Intégrle d une fonction continue positive 1 Unité d'ire Le pln est muni d un repère orthogonl O;i!,! j!!" "!!! " " En posnt OI = i et OJ = j, l ire du rectngle OIKJ définit

Plus en détail

LE CALCUL ALGEBRIQUE

LE CALCUL ALGEBRIQUE I. Clculs vec des frctions : ce fcteur : ) Rppels : LE CALCUL ALGEBRIQUE b = b = b = b Exemple : 3 x = x 3 = 3x ( b ) c = ( bc ) = bc Exemple : ( 3x ) 5 = 3 ( 5x ) = 15x 1 = 1 = b) Signe moins dns une

Plus en détail

Chapitre 0 : Mise au point sur les nombres et le calcul

Chapitre 0 : Mise au point sur les nombres et le calcul Lycée Jules Fil, Crcssonne Clsse de 2 nde Chpitre 0 : Mise u point sur les nombres et le clcul D. Zncnro C. Aupérin 2009-2010 Téléchrger c est tuer l industrie, tuons les tous Thurston Moore Dernière modifiction

Plus en détail

2 - INTERPOLATION SPLINE

2 - INTERPOLATION SPLINE 2 - INTERPOLATION SPLINE J-P Croisille Université Pul Verline-Metz Semestre S7, mster de mthémtiques M1, nnée 2008/2009 1- INTRODUCTION Fonctions splines: Fonctions interpolntes pticulièrement dptées.

Plus en détail

Propriétés de l intégrale

Propriétés de l intégrale [http://mp.pgedupuydelome.r] édité le juillet 24 Enonés Propriétés de l intégrle Exerie [ 965 ] [orretion] Soient : [, ] R une ontion ontinue pr moreux et ], [. Montrer que ( (tdt mx (tdt, Exerie 2 [ 966

Plus en détail

Calcul différentiel et intégral 2 (M-1.1)

Calcul différentiel et intégral 2 (M-1.1) Clcul différentiel et intégrl (M-.) Cdre : dns l suite on considère une fonction numérique f définie sur un intervlle I et un réel I I. Dérivée d'une fonction Définition du nomre dérivé : l fonction f

Plus en détail

Chapitre 2 Limites et asymptotes

Chapitre 2 Limites et asymptotes Chpitre 2 Limites et symptotes A) Introduction ) Le grenier Je veux monter un toit à une pente en lissnt l plce pour une pièce (grenier) de 3 mètres de long et 2 mètres de hut. OA = 3, OC = 2, OE = x.

Plus en détail

Chapitre 6 : Fonctions Logarithme Népérien

Chapitre 6 : Fonctions Logarithme Népérien Lycée Pul Sbtier, Cstelnudry Clsse de T`le STG Chpitre 6 : Fonctions Logrithme Népérien D. Zncnro et C. Aupérin 008-009 Téléchrger c est tuer l industrie, tuons les tous Thurston Moore Dernière modifiction

Plus en détail

Lois de probabilité continues

Lois de probabilité continues Lois de probbilité continues Tble des mtières I Lois de probbilité continues I.1 Principe et définitions........................................... I. Exemples de lois continues.........................................

Plus en détail

Cours de 1ère S/ Géométrie plane. Eric Dostal

Cours de 1ère S/ Géométrie plane. Eric Dostal Cours de 1ère S/ Géométrie plne Eric Dostl Aout 015 Tble des mtières Vecteurs et repérge dns le pln.1 Rppels.......................................... Bses, Repères et Coordonnées.............................

Plus en détail

CH 1 Analyse : Continuité et limites

CH 1 Analyse : Continuité et limites CH Anlyse : Continuité et ites 4 ème Sciences Septembre 9 A. LAATAOUI I. Rppels Notion de continuité : Grphiquement, on peut reconnître une onction continue sur un intervlle I pr le it que le trcé de l

Plus en détail

Le Centre d éducation en mathématiques et en informatique. Ateliers en ligne Euclide Atelier n o 5. Suites et séries. c 2014 UNIVERSITY OF WATERLOO

Le Centre d éducation en mathématiques et en informatique. Ateliers en ligne Euclide Atelier n o 5. Suites et séries. c 2014 UNIVERSITY OF WATERLOO Le Centre d éduction en mthémtiques et en informtique Ateliers en ligne Euclide Atelier n o 5 Suites et séries c 014 UNIVERSITY OF WATERLOO L pluprt des problèmes de cette trousse font ppel à des formules

Plus en détail