I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours :"

Transcription

1 Vaccinations et calendrier vaccinal 2014 Objectifs du cours : - Situer la politique vaccinale dans une dimension de santé publique - Comprendre le principe vaccinal - Savoir lire et interpréter le calendrier vaccinal - Distinguer s obligatoires des s recommandées de puériculture MR 1 Plan du cours 1. Définitions 2. Objectifs de la 3. Le principe vaccinal A.Mécanismes de la B. Différents types de vaccins 4. Sérothérapie 5. Le calendrier vaccinal français 6. Modalités pratiques et conditions de la A. Qui vaccine et où? B. Situations particulières. Vaccin OUI ou NON?? C. Le moment de la D. Attestation vaccinale 7. Rôle de l auxiliaire de puériculture Participation à la surveillance post- vaccinale Conclusion de puériculture MR 2 I. Définitions : vaccin = médicament immunologique Un médicament avec une AMM (appréciation rapport bénéfice/risque), contrôlé par l ANSM N de lot : traçabilité Vaccination :consiste à injecter dans l'organisme une forme modifiée et inoffensive du virus ou de la bactérie responsable de la maladie, afin de stimuler les défenses immunitaires. Avec une date de péremption Contenant : Le germe atténué Une solution de suspension : eau stérile, liquide salin Un agent de conservation : ATB, stabilisants (limiter prolifération bactérienne) Un ou des adjuvants : augmentent la réponse immunitaire avec moins de germes de puériculture MR 3 de puériculture MR 4 Suite définitions : Immunité :Capacité de l organisme à se défendre contre les éléments étrangers à notre corps, particulièrement les germes Antigène : Molécule reconnue comme étrangère par notre système immunitaire Anticorps : protéine fabriquée par les globules blancs (Lymphocytes B) pour lutter contre l antigène 2. Objectifs de la Une politique de santé publique! Exemple : les campagnes de de puériculture MR 5 de puériculture MR 6 1

2 2. Objectifs de la Au niveau individuel : Se prémunir contre les maladies les plus fréquentes et les plus graves Limiter la transmission à autrui Au niveau de la collectivité Permettre l éradication des maladies Diminuer le nombre de handicaps, le taux de mortalité, les coûts en santé de puériculture MR 7 3. Le principe vaccinal A. Mécanismes de la Introduction dans le corps, d un «germe» «rendu inoffensif»= antigène L antigène est repéré par le système de défense ; production de GB puis des anticorps adaptés à cet antigène La production d anticorps prend du temps (15 j à 3 s) de puériculture MR 8 3. Le principe vaccinal A. Suite, Mécanismes de la Le germe «rendu inoffensif» est éliminé Notre système de défense garde l antigène en mémoire Lorsque le vrai germe pénètre dans l organisme, il sera reconnu et éliminé Le principe vaccinal est basé sur la propriété fondamentale de l immunité : LA MEMORISATION Suite : Mécanismes de la : ce que l on sait! Le nouveau-né a un système immunitaire naïf, immature La mémoire immunitaire a des limites dans le temps : il faudra «des piqûres de rappel»!! La sérologie est un examen de sang permettant d étudier les réactions anticorps-antigène : dosage d anticorps de puériculture MR 9 de puériculture MR 10 1ère injection : réponse primaire : formation des anticorps Pourquoi plusieurs injections? Le taux d anticorps se stabilise, mais reste insuffisant Stabilisation définitive du taux d anticorps permettant d acquérir une immunité de base 2ème injection, 3ème injection = réponse secondaire : le taux d anticorps augmente Rappels dans le temps : consolider le taux d anticorps AINSI Nécessité d un nombre de rappels variables suivant le type de vaccin Nécessité de rappels pour renforcer la durée de l immunité Le calendrier vaccinal donne le rythme de puériculture MR 11 de puériculture MR 12 2

3 Le principe vaccinal B. Les différents types de vaccins Les vaccins vivants atténués : constitués d agents infectieux vivants contre indiqué chez femmes enceintes et personnes immunodéprimées EX : ROR, Vaccin contre la varicelle Les vaccins inactivés : sans agents infectieux vivants Ex : DTP, vaccin contre la grippe Plusieurs vaccins dans un même flacon!! Pour limiter le nombre d injections : Vaccin pentavalent : 5 vaccins : diphtérie-tétanos-poliocoqueluche-hib Vaccin trivalent : 3 vaccins :DTP Vaccin quadrivalent : 4 vaccins : DTPCoq Vaccin hexa valent : 6 vaccins : DTP + Hib + Coqueluche + Hépatite B de puériculture MR 13 de puériculture MR Sérothérapie SEROVACCINATION Introduction dans l organisme d anticorps sous forme d immunoglobulines permettant à l organisme malade ou supposé de lutter contre la maladie plus rapidement Action curative, immunité immédiate (postinjection) non durable Une injection SEROTHERAPIE Immunité passive Action curative Immunité immédiate Immunité passagère injection IM, SC.. VACCINATION Immunité active Action préventive Immunité tardive Immunité durable Se fait en général en plusieurs injections de puériculture MR 15 de puériculture MR Le calendrier vaccinal en France 5. Calendrier vaccinal Français : simplifié depuis 2013! Sous la responsabilité du Haut Comité de la Santé Publique (HCSP) Élaboré par le Comité Technique des Vaccinations (CTV), Révisé tous les ans Distingue vaccins obligatoires et vaccins recommandés Depuis 2013 : un calendrier simplifié!! Vaccins obligatoires Diphtérie et tétanos : Primo + rappel à 11 mois Poliomyélite : Primo + rappels jusqu à 13 ans à 11 mois Vaccinations recommandées BCG (enfants à risque> 15 ans) Coqueluche Haemophilus influenzae (Hib) Rougeole, Oreillons, Rubéole (ROR) Varicelle Pneumocoque Méningocoque C Hépatite B Papillomavirus (HPV) Grippe à partir de 65 ans de puériculture MR 17 de puériculture MR 18 3

4 Vaccins obligatoires Diphtérie : toxi-infection bactérienne ; angine à fausses membranes + paralysie du voile du palais (toxine) Tétanos : toxi-infection non contagieuse.bacille anaérobie se développe dans les plaies souillées : la toxine s attaque au SN et provoque des contractures musculaires spastiques et paralysantes Poliomyélite : infection virale : virus peut atteindre les neurones moteurs et provoquer des paralysies qui laisseront des séquelles Primo DTP : 2mois, 4 mois, et rappel à 11 mois Rappels : 6 ans, 11-13ans, 25 ans, 45 ans, 65 ans puis tous les 10 ans de puériculture MR 19 de puériculture MR 20 Vaccins recommandés Vaccins recommandés Coqueluche : maladie infectieuse respiratoire, grave chez NRS moins de 6 mois Haemophilus influenzae de type B (Hib): bactérie des voies aériennes supérieures responsable d épiglottites, méningites, septicémies, surtout avant 5ans de puériculture MR 21 Tuberculose :maladie infectieuse qui atteint les poumons, mais aussi les os, les méninges ; forme pulmonaire très contagieuse ; vaccin réservé aux groupes à risque et moins de 15 ans Avant vaccin, à partir de 3 mois, test tuberculinique EN ID puis BCG si test négatif de puériculture MR 22 Vaccins recommandés Vaccinations recommandées Rougeole : des épidémies depuis 2008 et des formes graves chez NRS et adulte ; maladie contagieuse éruptive : plan vaccinal rougeole national Oreillons :virale,contagieuse et avec un risque d orchite chez ado + complications (pancréatite, encéphalite) Rubéole : virale, éruptive, bénigne sauf chez femme enceinte : rubéole congénitale avec atteinte du foetus ROR : 1 ère dose à 12 mois, 2 ème dose à mois Rattrapage des personnes nées depuis 1980 : 2 doses Pneumocoque :infection de forme invasive (méningite) et non invasive (otite) dès les premiers mois de vie Vaccin Prévenar : 2 et 4 mois, puis 11 mois Méningocoque (différentes présentations): septicémie ou méningite chez adulte ou enfant Une dose à 12 mois de puériculture MR 23 de puériculture MR 24 4

5 Vaccinations recommandées Vaccinations recommandées Hépatite B : 3 doses dès 2 mois ( mois avec vaccin hexavalent) ou 2 doses possible si effectué de 11 à 15 ans (0-6 mois). Vaccin chez NNé si mère avec antigène HBS + HPV et jeunes filles : de 11 à 14 ans, rattrapage possible jusqu à 19 ans : ne dispense pas d un frottis et des précautions contre les IST. 2 vaccins différents avec 3 injections chacun de puériculture MR 25 Grippe : une injection par an, possible dès l âge de 6 mois ; gratuit pour les plus de 65 ans, les femmes enceintes et personnes atteintes de pathologies chroniques. Varicelle : recommandée chez ados de 12 à 18 ans et femmes avec projet de grossesse avec prescription de pilule!!car vaccin vivant atténué! Injection possible en post-exposition sur un délai de 3 jours ; deux doses sont nécessaires de puériculture MR Modalités pratiques et conditions de la A. Qui vaccine et où? Acte médical sur prescription (médecin, sage-femme, infirmier(ière) Voie d administration:injection IM, SC, ID Si IM : muscle deltoïde chez l adulte et grand enfant,face antérolatérale de la cuisse chez le nouveau-né et l adulte. Autres modes administrations : voie orale, spray nasal. de puériculture MR 27 de puériculture MR Modalités pratiques et conditions de la B. Situations particulières : vaccin OUI ou NON Contre indication en cas de grossesse Vaccin vivant atténué 5. Modalités pratiques et conditions de la C. Le moment de la Conservation du vaccin au froid (+2 C et +8 C) jusqu à la Précautions laissées à l appréciation du médecin : Évaluer le rapport risque/bénéfice si maladie chronique Délai d un mois après traitement de corticoïdes Si affection aiguë (otite,bronchite) + fièvre : différée de puériculture MR 29 M RENEVIER de puériculture AP MR 30 5

6 5. Modalités pratiques et conditions de la C. Le moment de la Protocole Emla : diminuer ou abolir la douleur liée à l effraction cutanée, limiter stress et prévenir phobie des soins : «Anesthésie» sur quelques qques mm : 3 mm après 1 h de pose, 2 mm après 2 h de pose Attention : ne pas mettre si eczéma Succion non nutritive ou solution sucrée deux minutes avant : effet analgésiant Proposition d un temps de distraction, hypoanalgésie 5. Modalités pratiques et conditions de la D. Attestation vaccinale Carnet de santé ou carnet de s Date Nom du vaccin et dose Numéro de lot (traçabilité) Signature du vaccinateur+tampon professionnel Photocopie tient lieu de certificat vaccinal de puériculture MR 31 de puériculture MR 32 Carnet de santé de l enfant Exemple : Certificat de N 1 (Page 90 du carnet de santé) Vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche (pertussis), l Haemophilus influenzae b* DATE VACCIN LOT Signature et identification du vaccinateur (nom, cachet) 19/10/2012 INFANRIXQUINTA A20CA742B Docteur Martin 6. Rôle de l auxiliaire de puériculture ( structure d accueil) Être informé le matin à l accueil quand a eu lieu le vaccin et à quel endroit Être attentive à l enfant pendant les 48H postvaccinales: fièvre,fatigue, irritabilité, survenue d effets dits indésirables de puériculture MR 33 de puériculture MR Rôle de l auxiliaire de puériculture ( structure d accueil) Participation à la surveillance postvaccinale Surveillance de la température Veiller à son repos Ne pas lui imposer des activités ou sorties Être plus souple au moment des repas Surveillance locale au point d injection : douleur, tuméfaction, attention au portage Signaler les réactions indésirables aux parents, à la directrice de l EAJE Antipyrétiques à donner en structure d accueil, sur prescription du médecin : Ex : Paracétamol en sachet à diluer, sirop ou suppositoire Réactions locales ou générales : sur 2 à 3 jours post vaccinal : Douleur, rougeur ou tuméfaction /induration au point d injection Fièvre, courbatures, malaises Perte d'appétit, vomissement, diarrhée de puériculture MR 35 de puériculture MR 36 6

7 Suite.Participation à la surveillance post-vaccinale Effets indésirables mineurs : Éruptions, douleurs articulaires, crise d asthme ou eczéma chez sujets prédisposés, troubles digestifs EX : Eruption post ROR possible à J10 Effets indésirables graves plus rares : Choc anaphylactique : réaction allergique grave dans les 15 mn, choc retardé, Accidents nerveux : convulsions, encéphalite Déclenchement maladies auto-immunes En conclusion! Il n existe pas un vaccin pour chaque maladie! Et de nouveaux virus apparaissent.. Un vaccin ne protège jamais à 100%!! L immunologie est une science nouvelle : beaucoup de choses à découvrir encore!! N oublions pas que les conditions de vie, l hygiène de vie contribuent à maintenir un niveau de santé optimum Questionnement des parents? Réponse éclairée du médecin de puériculture MR 37 de puériculture MR 38 7

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2011-2012 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie.

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie. PS70252 Depliant vaccination 15/06/07 12:11 Page 1 en savoir plus BEH Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire www.invs.sante.fr Institut Pasteur www.pasteur.fr www.plateforme-sante.fr prévention vaccinations

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION Si vous trouvez ce carnet de vaccination, merci de contacter la personne aux coordonnées ci-après. CARNET DE VACCINATION www.carmiest.fr NOM... PRÉNOM.. DATE DE NAISSANCE... ADRESSE..... TÉLÉPHONE... DIPHTÉRIE

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités

Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités Dr. Khaled El Chehadeh Adresse du site : www.docvadis.fr/khaled.elchehadeh Validé par le Comité Scientifique

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION CARNET DE VACCINATION La vaccination, la meilleure protection Le présent carnet de vaccination est précieux. C est le seul document où sont consignés tous les vaccins reçus. Il est important de le conserver

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 II - VACCINATIONS À CARACTÈRE OBLIGATOIRE DANS LE CADRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE...6 III - VACCINATIONS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

ROUGEOLE. Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de personnes en France.

ROUGEOLE. Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de personnes en France. ROUGEOLE Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de 24 000 personnes en France. Zones à risque, cas de rougeole pour 100 000 habitants OMS, 2011 50 10-50 5-10 1-5 < 1 Pas

Plus en détail

Polio Awareness Day. Claude Schummer

Polio Awareness Day. Claude Schummer Polio Awareness Day La poliomyélite Causée par un poliovirus, 3 sérotypes (1,2 et 3) Transmission féco-orale, par eau et aliments contaminés Atteinte système nerveux: Méninges (méningite lymphocytaire)

Plus en détail

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE LA VACCINATION UE 2.5 - Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE PLAN 1. Définition 2. Cadre législatif 3. Différents types

Plus en détail

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME Société de Franche Comté de Médecine: le 16/12/10 C. Laresche, Dr A.S. Dupond Faucher Jeune fille de 16 ans Pas d ATCD mis à part une allergie au paracétamol HDLM: Hyperthermie

Plus en détail

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique?

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Dr Magali Vidal-Roux Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand Samedi 3 décembre 2016 De 1881 à 2016 1881 «Des virus affaiblis ayant

Plus en détail

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse Dossier établi à partir des données InVS au 5 octobre 2011 A actualiser pour toute utilisation postérieure à cette date La

Plus en détail

FICHE D INSCRIPTION FORMATION INITIALE. Auxiliaire Ambulancier

FICHE D INSCRIPTION FORMATION INITIALE. Auxiliaire Ambulancier FICHE D INSCRIPTION FORMATION INITIALE Cochez la session pour laquelle vous vous inscrivez : Dates de session Auxiliaire Ambulancier Du 25 avril 2016 au 9 mai 2016 Du 27 juin 2016 au 8 juillet 2016 Merci

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 SOMMAIRE LA VACCINATION : LE POINT SUR LES CONNAISSANCES ACTUELLES 3-7 LES MALADIES : POURQUOI, COMMENT, QUAND SE

Plus en détail

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Introduction VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Journées de l ARLIN 0 - Session Maladies transmissibles à l hôpital et en EHPAD Personnels hôpitaux et EHPAD : population exposée au risque biologique

Plus en détail

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Odile Launay Colloque Sécurité des vaccins Paris, 4 octobre 2016 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi

Plus en détail

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE Un grand nombre de maladies infectieuses entraînent une protection plus ou moins longue. D où la recherche de moyens pour obtenir une immunité artificielle sans encourir

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial.

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. 13ème journée régionale de formation 25 novembre 2008 Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. F. Bureau-Chalot 1, N. Oud 1, N. Lévêque 2, V. Brodard 2, O.Bajolet 1, C. de Champs

Plus en détail

Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006

Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006 Etiquette n 1 Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006 1. Nom de l enquêteur : 2. Date de l enquête : JJ / MM Heure 1 ère visite / H 2 ème visite / H 3 ème visite / H 2.1 Tentative

Plus en détail

La prévention par la vaccination

La prévention par la vaccination La prévention par la vaccination Présentation aux partenaires sociaux. ARS Basse Normandie- Caen -24 octobre 2012- A. Bourges (interne Médecine générale) Dr SALAÜN Marie-Anne (chef de service CPMI- Caen)

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 93 Vaccination contre les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b Les infections à Haemophilus

Plus en détail

BT - GEN - WOO. Dossier Médical. Nom et prénom de l enfant : 1/10 M:\ADE\DOCUMENTS TYPES STRUCTURES\DOCUMENTS ENTREE\Dossier médical.

BT - GEN - WOO. Dossier Médical. Nom et prénom de l enfant : 1/10 M:\ADE\DOCUMENTS TYPES STRUCTURES\DOCUMENTS ENTREE\Dossier médical. BT - GEN - WOO Dossier Médical. Nom et prénom de l enfant : 1/10 Informations médicales à destination des parents Dispositions médicales applicables dans les milieux d accueil collectifs Remarque: les

Plus en détail

Pr Didier Neau. Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin

Pr Didier Neau. Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Pr Didier Neau Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Avril 2015 Introduction Prise en charge des maladies infectieuses Curatif: antibiotiques, antiviraux, antifongiques, antiparasitaires

Plus en détail

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Septembre 2016 DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Sommaire La vaccination, à quoi ça sert?...4 Un peu d histoire...5 Le vaccin, comment ça marche?...6 Le vaccin est-il compatible avec

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225 143. Vaccinations Connaître les différents types de vaccins et les modalités d administration Connaître le calendrier vaccinal pour la population générale Savoir programmer un rattrapage vaccinal Adapter

Plus en détail

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION Dre.Carol Mcconnery Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION 1 OBJECTIFS Suite de cette rencontre, les médecins de

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité - Santé Publique Chapitre 2 : Santé et prévention Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

ANNEXE 1 LA LISTE DES MALADIES A ÉVICTION OBLIGATOIRE : La durée d éviction est fixée par décret, précisément par l arrêté en date du 3 mai 1989.

ANNEXE 1 LA LISTE DES MALADIES A ÉVICTION OBLIGATOIRE : La durée d éviction est fixée par décret, précisément par l arrêté en date du 3 mai 1989. ANNEXE 1 LA LISTE S MALADIES A ÉVICTION OBLIGATOIRE : La durée d éviction est fixée par décret, précisément par l arrêté en date du 3 mai 1989. - coqueluche : 30 jours à compter du début de la maladie

Plus en détail

Opération Rougeole

Opération Rougeole Arrêtons la transmission Opération Rougeole 2011-2012 Formulaire inclus Action requise! Si vous recevez le présent document, c est que vous ou votre enfant êtes visés par la campagne de vaccination. 11-278-27

Plus en détail

Opération Rougeole

Opération Rougeole Arrêtons la transmission Opération Rougeole 2011-2012 Formulaire inclus Action requise! Si vous recevez le présent document, c est que vous ou votre enfant êtes visés par la campagne de vaccination. 11-278-27

Plus en détail

Soins infirmiers 180-AO Année Informations importantes. Vous assurer de la mise à jour de votre dossier de vaccination

Soins infirmiers 180-AO Année Informations importantes. Vous assurer de la mise à jour de votre dossier de vaccination Soins infirmiers 180-AO Année 2015-2016 Informations importantes À FAIRE OBLIGATOIREMENT avant votre entrée au cégep : Vous assurer de la mise à jour de votre dossier de vaccination DÉPARTEMENT DE SOINS

Plus en détail

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Centre Hospitalier Universitaire d Oran Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive Université d'oran 1 Ahmed

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant isopix L A VACC I N AT I O N C H E Z L E N FA N T Les maladies infectieuses menacent l homme tout au long de son existence: enfant, adulte, senior, dans son cadre de vie usuel

Plus en détail

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron Vaccinations du Nourrisson François-Marie Caron Impact d un programme de vaccinations RUBEOLE 1970 OREILLONS 1983 ROUGEOLE 1983 ASSOCIATION 1986 Acceptation vaccination garçon oreillons 1996 Rattrapage

Plus en détail

Dossier Administratif de l Enfant

Dossier Administratif de l Enfant Dossier Administratif de l Enfant Pour l accueil en crèche de votre enfant, vous trouverez ci-dessous la liste des pièces indispensables qui doivent être remises à la crèche au minimum un mois et demi

Plus en détail

BOPTEZ POUR LA VACCINATION. Parlez à votre médecin du vaccin contre le MenB *.

BOPTEZ POUR LA VACCINATION. Parlez à votre médecin du vaccin contre le MenB *. BOPTEZ POUR LA VACCINATION Vaccination contre la méningococcie causée par les souches de Neisseria meningitidis du groupe B (MenB) avec BEXSERO. BEXSERO vaccin à constituants multiples contre le méningocoque

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé. Brigitte Merz, Marcel Jost, Martin Rüegger, Claudia Malli

Vaccination du personnel de santé. Brigitte Merz, Marcel Jost, Martin Rüegger, Claudia Malli Vaccination du personnel de santé Brigitte Merz, Marcel Jost, Martin Rüegger, Claudia Malli Suva Division médecine du travail Case postale, 6002 Lucerne Renseignements Tél. 041 419 51 11 Fax 041 419 62

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

Entretien possible avec le directeur ou son représentant de la formation aide-soignante

Entretien possible avec le directeur ou son représentant de la formation aide-soignante Institut de Formation de Professions de Santé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Besançon Unité de Formation Aide-Soignante 2017 44 chemin du Sanatorium 25030 BESANCON CEDEX Tél. : 03 81 41 51

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES Dans cette section, seules les particularités liées à la femme enceinte et son ou ses fœtus sont présentées. Pour plus de renseignements sur chacune des maladies, voir les sections correspondantes du chapitre

Plus en détail

Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes

Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes SOMMAIRE La vaccination permet de protéger chacun de nous contre différents microbes (virus et bactéries) à l origine de maladies infectieuses. Le

Plus en détail

20 questions sur l immunisation

20 questions sur l immunisation 1 La Coalition canadienne pour la sensibilisation et la promotion de la vaccination 20 questions sur l immunisation 1. Un vaccin, c est... a. un virus fabriqué en laboratoire b. une protection contre les

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE 2014 : Dossier d inscription aux épreuves

CONCOURS D ENTREE 2014 : Dossier d inscription aux épreuves CONCOURS D ENTREE 2014 : Dossier d inscription aux épreuves Rédactrice : C.MULLER Octobre 2013 CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS ANESTHESISTES 2014 1 LE DOSSIER D INSCRIPTION : PIECES A FOURNIR par

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT

DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT Pour l accueil en crèche de votre enfant, vous trouverez ci-dessous la liste des pièces indispensables qui doivent être remises à la crèche au minimum un mois et demi

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination oc è s 3 s gs è 39l Maladies d enfance chez l adulte: quels sont les problèmes et pourquoi vacciner? Dr L. Senn, SMPH, CHUV Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination Rougeole Oreillons

Plus en détail

VACCINATION. carnet. de bord

VACCINATION. carnet. de bord VACCINATION carnet de bord Professionnels de santé votre vaccination est essentielle Médecin, infirmier, pharmacien, chirurgien-dentiste et sage-femme, en vous vaccinant, vous vous assurez une protection

Plus en détail

LES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT

LES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT Département de la Santé Direction Régionale de la Prévention LES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT Les vaccinations représentent l une des plus importantes avancées de la médecine et sont le moyen le plus efficace

Plus en détail

Régime sécurité sociale :( général, MSA, SNCF, EDF,..) Rythme de sommeil : Doudou : (précisez le type d objet : ours, chat )

Régime sécurité sociale :( général, MSA, SNCF, EDF,..) Rythme de sommeil : Doudou : (précisez le type d objet : ours, chat ) FICHE D INSCRIPTION HALTE-GARDERIE «LE CHAT PERCHE» - 73300 ALBIEZ-MONTROND Nom de l enfant: Prénom : Date de naissance : Régime sécurité sociale :( général, MSA, SNCF, EDF,..) Rythme de sommeil : Doudou

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION Les infections. I : MECANISME DES S Les infections sont les compagnes constantes et parfois fatales de notre vie ;leur importance vient du fait qu elles sont fréquentes, parfois graves ou épidémiques avec

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice)

J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice) J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice) Voie sous-cutan cutanèe Recommandée pour les vaccins viraux vivants (rougeole, oreillons, rubéole, fièvre jaune, varicelle) et optionnelle pour certains vaccins polyosidiques

Plus en détail

Vous êtes : Pièces à fournir Transmission du dossier :

Vous êtes : Pièces à fournir Transmission du dossier : Institut de Formation de Professions de Santé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Besançon Unité de Formation auxiliaire puéricultrice 2017 44 chemin du Sanatorium 25030 BESANCON CEDEX Tél. :

Plus en détail

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Généralités Les pages Sigles et acronymes ont été renommées Abréviations et sont maintenant divisées

Plus en détail

PRÉVENTION SANTÉ. vacciner c est protéger, vacciner c est sauver

PRÉVENTION SANTÉ. vacciner c est protéger, vacciner c est sauver Vous êtes collégien ou lycéen, dans ce CD vous pourrez, à partir d une recherche personnelle ou de groupe, ou sur un projet ou un travail personnel encadré, trouver : des situations vécues, des résultats

Plus en détail

1Maladies ciblées. et vaccins. À propos de ce module. 1 : Maladies ciblées et vaccins

1Maladies ciblées. et vaccins. À propos de ce module. 1 : Maladies ciblées et vaccins 1 : Maladies ciblées et vaccins 1Maladies ciblées et vaccins À propos de ce module Ce module présente les maladies ciblées par les programmes de vaccination et les vaccins qui servent à les prévenir. Les

Plus en détail

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Questions-réponses sur le calendrier des vaccinations 2013 Le calendrier des vaccinations 2013 introduit des modifications importantes pour l ensemble de la population

Plus en détail

1. La fiche d inscription (obtenue par téléchargement après l inscription en ligne)

1. La fiche d inscription (obtenue par téléchargement après l inscription en ligne) Institut de Formation de Professions de Santé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Besançon UT Concours auxiliaire puéricultrice 2017 44 chemin du Sanatorium 25 030 BESANCON CEDEX Tél. : 03 81

Plus en détail

guide la vaccination du cheval

guide la vaccination du cheval guide de la vaccination du cheval Pourquoi faut-il vacciner votre cheval? page 3 la grippe équine page 5 la rhinopneumonie équine page 7 le tétanos chez le cheval page 9 la rage équine page 11 Pourquoi

Plus en détail

LES VACCINATIONS DE L ENFANCE

LES VACCINATIONS DE L ENFANCE RÉGION VENETO ASSESSORAT DES POLITIQUES SANITAIRES DIRECTION RÉGIONALE POUR LA PRÉVENTION LES VACCINATIONS DE L ENFANCE Les vaccinations représentent l une des conquêtes les plus importantes de la médecine.

Plus en détail

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal Mme Anne-Marie CURAT CNSF 10 juin 2014 CNSF : les prescriptions des sages-femmes : un casse tête 10 juin 2014 1 «Je déclare ne pas avoir d

Plus en détail

Vacciner les ENFANTS? Oui! Pourquoi?

Vacciner les ENFANTS? Oui! Pourquoi? Vacciner les ENFANTS? Oui! Pourquoi? QUESTIONS Avez-vous des questions sur les vaccinations? Ligne Info-vaccin 0844 448 448 Pour toute question, adressez-vous à votre médecin ou appelez la ligne Info-vaccin

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination du 25 au 30 avril 2016

Semaine européenne de la vaccination du 25 au 30 avril 2016 Semaine européenne de la vaccination du 25 au 30 avril 2016 Dossier de presse SE FAIRE VACCINER, C EST SE PROTÉGER ET PROTÉGER LES AUTRES 1 SOMMAIRE 1. LA VACCINATION : UN RÉFLEXE POUR SE PROTÉGER ET PROTÉGER

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 267 La vaccination contre le tétanos Le tétanos est une infection aiguë due aux exotoxines produites

Plus en détail

Dossier administratif d inscription

Dossier administratif d inscription Dossier administratif d inscription ALSH Le Bonhomme de Neige Enfants de 6 à 12 ans Accueil Ponctuel «Hors Station» Année 2015-2016 ( De sept 2015 à fin Aout 2016 ) Documents à fournir :. Un certificat

Plus en détail

FICHE D INSCRIPTION INDIVIDUELLE / Année scolaire

FICHE D INSCRIPTION INDIVIDUELLE / Année scolaire FICHE D INSCRIPTION INDIVIDUELLE / Année scolaire 2015-2016 SITE : ACCUEIL PÉRISCOLAIRE NOUVELLES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES MERCREDI APRES MIDI RESTAURATION SCOLAIRE UNE FICHE A REMPLIR PAR ENFANT (Si plusieurs

Plus en détail

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques 11.1 : immunoglobulines non spécifiques Composition Les non spécifiques sont distribuées au Québec par Héma-Québec : amastan S/D (rifols Therapeutics Inc.). Elles contiennent : une solution stérile concentrée

Plus en détail

KEEZAM VEILLER SUR LA SANTÉ DES MINEURS DURANT UN SÉJOUR EXTRASCOLAIRE. LA FICHE SANITAIRE DE LIAISON. Fiche Animateurs

KEEZAM VEILLER SUR LA SANTÉ DES MINEURS DURANT UN SÉJOUR EXTRASCOLAIRE. LA FICHE SANITAIRE DE LIAISON. Fiche Animateurs KEEZAM Simplifie l organisation des séjours enfants et ados. www.keezam.fr Fiche Animateurs Nombre de pages : 5 VEILLER SUR LA SANTÉ DES MINEURS DURANT UN SÉJOUR EXTRASCOLAIRE. LA FICHE SANITAIRE DE LIAISON.

Plus en détail

Ma vaccination Ta protection. contre la rougeole et la coqueluche

Ma vaccination Ta protection. contre la rougeole et la coqueluche Ma vaccination Ta protection contre la rougeole et la coqueluche Rougeole Pour protéger les nourrissons, l Office fédéral de la santé publique (OFSP) et les médecins recommandent aux parents de se faire

Plus en détail

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. MEDEC 17 mars 2005

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. MEDEC 17 mars 2005 Prise en charge de la fièvre chez l enfant MEDEC 17 mars 2005 Définitions Au niveau cérébral point d équilibre thermique déplacé vers le haut fièvre hyperthermie (exogène ou endogène) Température centrale

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES. Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES. Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016 PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016 Plan I. Evolution du calendrier de vaccination au Maroc II. III. Acquis du

Plus en détail

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 pour tous, quelle que soit la destination > Enfants (jusqu à 18 ans) Mise à jour des vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français, certaines pouvant

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

Autorisations et déclarations

Autorisations et déclarations Fiche à remplir uniquement pour les enfants qui sont scolarisés à l école P. Coutelle Autorisations et déclarations Je soussigné(e), responsable légal(e) de, inscrit mon enfant au local jeunes. Je prends

Plus en détail

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional BIBLIOGRAPHIE Code de la santé publique: Article L.3111-1 et L.3111-4 Arrêté du 15 mars 1991 Arrêté du 6 mars 2007

Plus en détail

Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie

Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SÉRIE S Durée de l épreuve : 3h30 Coefficient : 8 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ L

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates.

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Vaccinations Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Diphtérie Tétanos Polio Fièvre jaune Hépatite A Fièvre

Plus en détail