TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR"

Transcription

1 TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T6.2 : Analyser l installation, diagnostiquer Compétence C : Identifier des règles d'hygiène Thème : S4 : Approche scientifique et technique des installations frigorifiques Séquence : S4.3 : Microbiologie appliquée Séance : La légionellose Date : Objectif de la séance : La légionellose est une infection respiratoire grave due à l inhalation d un aérosol d eau contaminée par la bactérie Legionella. L infection survient 2 à 10 jours après l inhalation. Le risque de légionellose peut être réduit en adoptant les mesures nécessaires pour limiter la prolifération des légionelles dans les installations à risque de dispersion d aérosols. De nombreuses actions ont été engagées dans le domaine de la lutte contre la légionellose par les pouvoirs publics depuis Les actions de prévention concernent la conception et l entretien de ces installations (réseaux d eau chaude sanitaire, tours aéroréfrigérantes...). Chacun peut également agir chez soi en adoptant des mesures simples. Qu est-ce que la légionellose? La légionellose est une infection pulmonaire grave causée par une bactérie nommée Legionella. Il ne s agit pas d une maladie contagieuse d une personne à une autre. La légionellose affecte essentiellement les adultes et touche plus particulièrement les personnes présentant des facteurs favorisants. Il existe plus de 50 espèces de souches de légionelles, mais seulement quelques-unes d entre elles sont à l origine d infections humaines. Les souches les plus couramment associées à la légionellose en France sont les Legionella pneumophila. Page 1 sur 7

2 Comment contracte-t-on la légionellose? Les Legionella sont des bactéries naturelles de l environnement hydrique (eaux et sols humides) qui, sous certaines conditions, peuvent proliférer dans différentes installations et réseaux d eau. La contamination humaine est alors possible par inhalation de fines gouttelettes d eau (<5 μm) contenant la bactérie. Les facteurs favorisant l apparition de cas de légionellose sont donc de deux types : Prolifération de la bactérie dans les installations pour diverses raisons : - élévation de la température de l eau entre25 et 42 C (optimum de croissance à 35 C) - faible circulation, voire stagnation de l eau - présence dans l eau d autres microorganismes (algues, amibes, autres protozoaires) libres ou adhérés aux parois des réservoirs et canalisations (biofilm), car certains de ces microorganismes peuvent jouer un rôle de réservoir et de site de multiplication des Legionella - présence de dépôts de tartre et/ou de corrosion Dispersion d aérosols : - tours aéro-réfrigérantes - douches sur les réseaux d eau chaude - humidificateurs, brumisateurs - bains à remous Rappels réglementaires : Les prescriptions techniques réglementaires applicables sur les installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air sont les suivantes : L arrêté ministériel du 13 décembre 2004(publié au Journal officiel du 31décembre 2004) relatif aux installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air soumises à autorisation au titre de la rubrique 2921(l'installation n'est pas du type circuit primaire fermé et la puissance thermique évacuée maximale est supérieure ou égale à kw). L arrêté ministériel du 13 décembre 2004 (publié au Journal officiel du 31décembre 2004) relatif aux prescriptions générales applicables aux Installations Classées soumises à déclaration sous la rubrique n 2921 : Installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air (l'installation n'est pas du type circuit primaire fermé et la puissance thermique évacuée maximale est inférieure à kw ou lorsque l'installation est du type circuit primaire fermé ). Page 2 sur 7

3 Il est important de noter que l on réalise une analyse de risque pour l ensemble de l installation comportant les n tours, le ou les échangeur(s), le circuit d eau à refroidir en contact avec l air ainsi que les circuits d eau d appoint et de purge. Nota : - Une installation est de type "circuit primaire fermé" lorsque l eau dispersée dans l air refroidit un fluide au travers d un ou plusieurs échangeurs thermiques étanches situés à l intérieur de la tour de refroidissement ou accolés à celle-ci ; tout contact direct est rendu impossible entre l eau dispersée dans la tour et le fluide traversant le ou les échangeurs thermiques. - Dans le texte l ensemble constituant l installation de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air sera nommé installation. - L'exploitant de l'installation est celui qui déclare l'installation au préfet ou celui qui est titulaire de l'autorisation d'exploiter. Page 3 sur 7

4 Les symptômes et le diagnostic : Les symptômes sont généralement similaires à ceux d une grippe : fièvre, frissons, toux, difficultés respiratoires et parfois autres signes comme la nausée et la confusion. Ils apparaissent au bout de 2 à 10 jours après la contamination par les légionelles, et dans la majorité des cas dans les 5 à 6 jours. Pour les patients qui présentent les symptômes de la maladie, il existe plusieurs méthodes pour confirmer le diagnostic de la légionellose : entre autres, la recherche de l antigène de Legionella pneumophila de sérogroupe 1 (en cause dans plus de 90 % des cas) dans les urines, la recherche par tests sanguins (2 tests sont nécessaires à 3-4 semaines d intervalle), et la recherche de souches à partir de prélèvements pulmonaires («culture»). La légionellose : une pathologie grave? La gravité de l infection dépend de plusieurs facteurs, notamment de la virulence de la souche contractée et de la vulnérabilité de l individu (tabagisme, âge, personnes immunodéprimées, transplantées, personnes atteintes de diabète, d insuffisance rénale, coexistence d une maladie chronique ). Les conséquences sanitaires des expositions aux légionelles peuvent prendre la forme : d infections non-pulmonaires de type grippal (fièvres de Pontiac notamment) dont l issue est généralement favorable d infections pulmonaires graves, la légionellose. La légionellose est une pneumopathie sévère. La létalité, bien que plus faible que par le passé, atteint 11%. La légionellose peut-elle être traitée? La légionellose se traite avec des antibiotiques. La durée du traitement est généralement de 14 à 21 jours. La plupart des patients atteints doivent être pris en charge à l hôpital. Les cas de légionellose notifiés correspondent souvent à des personnes hospitalisées en réanimation ou en unité de soins intensifs. La guérison est obtenue souvent après plusieurs semaines voire plusieurs mois. Quand le diagnostic et le traitement interviennent tôt, l issue est généralement favorable. Le contexte sanitaire en France : En 2014, 1348 cas de légionellose ont été notifiés en France dont 122 ont conduit à un décès. Une exposition à risque lors de la période d incubation a été rapportée pour 37 % des cas. Parmi eux, 72 cas (5 % de l ensemble des cas) avaient séjourné dans un établissement hospitalier pendant la période d incubation dont 36 (50 %) étaient des cas nosocomiaux certains (hospitalisés durant toute la période supposée d exposition). Le mode d exposition principal était un voyage avec un séjour dans un établissement de tourisme pour 161 cas (12 % de l ensemble). Page 4 sur 7

5 Quelques conseils pratiques : Chacun d entre nous peut agir chez soi pour lutter contre l exposition aux légionelles en : Faisant couler l eau froide et l eau chaude au moins 1 fois par semaine au niveau des points d eau qui sont peu utilisés (évier, lavabos, douche, etc.) et après chaque période d absence prolongée, pour tous les points d eau avant de les réutiliser (notamment la douche) Surveillant la température de l eau chaude au domicile : elle doit être très chaude mais pas «bouillante» (au moins 50 C et au plus 60 C au niveau de l évier de la cuisine) Procédant régulièrement au détartrage et à la désinfection des embouts de robinetterie (brise-jets, pommeaux de douches, etc.) Utilisant de l eau stérile pour les appareils biomédicaux (nettoyage et remplissage des appareils d oxygénothérapie ou de lutte contre l apnée du sommeil) Il est nécessaire de définir, dans un premier temps, le champ de l étude, à savoir l'installation concernée par l analyse de risques, en précisant son point de départ et son point final. Page 5 sur 7

6 Le champ de l étude est formalisé sur un schéma de principe qui englobe la totalité de l installation et des procédés mis en oeuvre : l installation de refroidissement avec le système d échangeur, la production de panache, le bac de récupération des eaux de ruissellement ; le réseau de recirculation de l eau refroidie, dont les pompes et les échangeurs les éventuels stockages d eau les rejets d eaux usées Une fois le champ de l étude défini, ilconvient de réaliser un bilan de toutes les données existantes sur l installation afin de partir sur de bonnes bases et pouvoir réaliser dans de bonnes conditions la suite de l analyse de risques. Page 6 sur 7

7 Page 7 sur 7

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Yohann PAMELLE DREAL PACA SOMMAIRE Principes de fonctionnement et types de Tours Aéroréfrigérantes La réglementation

Plus en détail

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire.

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire. Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire Réglementation et rôle de l autorité sanitaire 19 mars 2015 Contexte 1976 : 1 ère description de la maladie - Congrès annuel

Plus en détail

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire 1 LES SOURCES Les principales sources de risques sont : les circuits d eau chaude sanitaire

Plus en détail

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention?

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 2 Le risque lié aux légionelles Un problème de santé publique de premier plan Où sont les légionelles?

Plus en détail

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 QUEL ENVIRONNEMENT? EAU HYGIENE SURFACES AIR opourquoi? Parce qu ils sont tous des vecteurs potentiels EOH_PSL_2012

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS)

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) IN / IAS Hospitalisation Absente à l admission Délai 48h après l admission Délai > période d incubation Exemple : légionnellose 10 jours

Plus en détail

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION TECAMPING températures trop faibles (< 50 C) dans le réseau d eau chaude, ainsi que le manque d entretien des équipements (robinetterie, filtres ) peuvent entraîner le développement de légionelles. C Au

Plus en détail

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER :

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER : PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE Page 1/7 ACTIONS A REALISER : I. ALERTE : Le Bactériologiste, prévient sans délai : - Le médecin du patient infecté, - Le Président du CLIN, le médecin

Plus en détail

Prévention de la légionellose

Prévention de la légionellose Prévention de la légionellose Nouveau Règlement de la Régie du Bâtiment du Québec Jacques Murray T.P. CWT Vice-Président Applications & Technologies Produits Chimiques Magnus Ltée Présenté à L ASPE Québec

Plus en détail

Travaux en milieu de soins

Travaux en milieu de soins Travaux en milieu de soins Précautions - Recommandations 1 Thèmes Introduction Hygiène de l environnement Travaux surfaces Travaux eau Travaux air Conclusions 2 1 Travaux à domicile Question: une personne

Plus en détail

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique PROCEDURE HYGIENE CAT Version 1 Direction des soins Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose Page 1/4 Janvier 2005 Contenu de la procédure Ce document décrit les mesures à prendre

Plus en détail

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010.

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Le présent document est destiné aux hôtels, campings et résidences de tourisme. Il a pour objectif

Plus en détail

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures.

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures. Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures 21 novembre 2013 La légionelle Bactérie ubiquitaire Hydrotellurique (présente dans

Plus en détail

Legionella : aspects bactériologiques et aspects cliniques

Legionella : aspects bactériologiques et aspects cliniques Legionella : aspects bactériologiques et aspects cliniques Anne BOUSSEAU PH Unité d hygiène hospitalière CHU de Poitiers HISTORIQUE Entre 1943 et 1968 : 1 ères souches mises en évidence rickettsies 1976

Plus en détail

LA LEGIONELLE. Les sources d exposition à la légionelle. Les effets de la légionelle sur la santé. Les actions de prévention

LA LEGIONELLE. Les sources d exposition à la légionelle. Les effets de la légionelle sur la santé. Les actions de prévention fiche pratique N 7 LA LEGIONELLE La légionelle est une bactérie qui se trouve naturellement dans l eau et les sols humides. A partir du milieu naturel, elle peut coloniser des sites hydriques, naturels

Plus en détail

Maîtrise du risque lié à l eau

Maîtrise du risque lié à l eau Maîtrise du risque lié à l eau Journée de Formation Médicale et Paramédicale CHU d Angers 20 novembre 2015 GROSBOIS Maguy IDE UPLIN 1 Maîtrise du risque lié à l eau Définition : -Elément essentiel au fonctionnement

Plus en détail

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C Informations sur les légionelles et sur la légionellose Arrêt de la multiplication cellulaire si T < 5 C Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C Destruction cellulaire si

Plus en détail

La bactérie Legionnelle dans les tours de refroidissement Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste Van Hiep Nguyen, ing., M.Sc.A., M.A.

La bactérie Legionnelle dans les tours de refroidissement Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste Van Hiep Nguyen, ing., M.Sc.A., M.A. La nouvelle identité de La bactérie Legionnelle dans les tours de refroidissement Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste Van Hiep Nguyen, ing., M.Sc.A., M.A. Éclosion de légionnellose à Québec 26 juillet au

Plus en détail

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

Cas groupés de légionellose en EHPAD

Cas groupés de légionellose en EHPAD PRENDRE SOIN Cas groupés de légionellose en EHPAD Août 2012 Sandra INDJEIAN, Directrice d EHPAD Marie-Claire JOUAN, Cadre de santé ARLin 14 février 2013 Présentation de l EHPAD 92 chambres simples - Rez-de-chaussée:

Plus en détail

LEGIONELLOSE COMPLEMENTS D INFORMATION AU PLAN GOUVERNEMENTAL DE PREVENTION DES LEGIONELLOSES * * *

LEGIONELLOSE COMPLEMENTS D INFORMATION AU PLAN GOUVERNEMENTAL DE PREVENTION DES LEGIONELLOSES * * * LEGIONELLOSE COMPLEMENTS D INFORMATION AU PLAN GOUVERNEMENTAL DE PREVENTION DES LEGIONELLOSES Sommaire : Fiche n 1 : information générale sur la légionellose Fiche n 2 : réglementation applicable aux tours

Plus en détail

Le Chauffe Eau Solaire Collectif

Le Chauffe Eau Solaire Collectif Le Chauffe Eau Solaire Collectif CLUB DES ACTEURS DU SOLAIRE REGION ALSACE OCTOBRE 2006 QUELQUES REGLES DE CONCEPTION Emmanuel Ballot - Ingénieur ENSAIS Bureau d études GEST ENERGIE 1 Eléments de conception

Plus en détail

Les légionelles et les installations à risques. Février 2015 présentation GIDAF TARS / DEAL

Les légionelles et les installations à risques. Février 2015 présentation GIDAF TARS / DEAL Les légionelles et les installations à risques Février 2015 présentation GIDAF TARS / DEAL La Légionellose (1) Historique de la légionellose 1976 : 1ère description de la maladie Congrès annuel des vétérans

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles INTRODUCTION Les facteurs de risques Installation surdimensionnée Circuit de grande taille Complexité des

Plus en détail

Validée par le Comité national de pilotage des Agences régionales de santé le 21 juillet 2010 N de visa : CNP 2010-164

Validée par le Comité national de pilotage des Agences régionales de santé le 21 juillet 2010 N de visa : CNP 2010-164 Ministère de la Santé et des Sports Direction générale de la Santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau de la qualité des eaux DGS/EA4 personnes

Plus en détail

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES 2015 Coliformes thermotolérants, Escherichia coli Coliformes thermotolérants, Escherichia coli fécale, eaux usées, sol, matières premières non décontaminées Pas, sauf

Plus en détail

GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement

GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement . JOURNEE DE FORMATION-SEMINAIRE GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement Date : Jeudi 21 novembre 2013 Lieu : Paris

Plus en détail

Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes

Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes COMMISSION SPECIALISEE MALADIES TRANSMISSIBLES Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes Rapport du groupe de travail 28 septembre 2012 Si

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

Au Québec, les installations de plomberie sont régies par le

Au Québec, les installations de plomberie sont régies par le FICHE PL-56 Recommandations en plomberie pour une bonne qualité d air intérieur dans les établissements du réseau de la santé et des services sociaux Au Québec, les installations de plomberie sont régies

Plus en détail

L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE IADE1 SF5/

L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE IADE1 SF5/ L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE IADE1 SF5/ 2013-2014 Objectifs généraux Mettre en place une stratégie de contrôle de l environnement Ne pas multiplier inutilement les contrôles Adapter les contrôles

Plus en détail

FORMATION. Nouveau «DUO» : Formation théorique + Audit pratique sur votre installation hydrique

FORMATION. Nouveau «DUO» : Formation théorique + Audit pratique sur votre installation hydrique FORMATION Décliner une Analyse Méthodique des risques à l aide de nouveaux indicateurs de quantification biologiques : ATP-métrie et PCR en temps réel dans les tours aéro-réfrigérantes et les réseaux sanitaires

Plus en détail

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE 3ème Symposium International de l Eau 1 PRESENTATION LANFRANCHI Jean-Paul Pharmacien biologiste Directeur de Laboratoire d Analyses Médicales

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Dr J-M GUERIN Hôpital Lariboisière Paris Qu est ce que la gestion des risques? Connaissance et identification

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau

Plus en détail

Conséquences des mesures de conservation d eau et d énergie sur l exposition aux bactéries opportunistes en milieu hospitalier

Conséquences des mesures de conservation d eau et d énergie sur l exposition aux bactéries opportunistes en milieu hospitalier Conséquences des mesures de conservation d eau et d énergie sur l exposition aux bactéries opportunistes en milieu hospitalier Michèle Prévost et Émilie Bédard I. Boppe, D. Charron, C. Lalancette, C.E.

Plus en détail

Le danger lié à la présence des légionelles dans l eau

Le danger lié à la présence des légionelles dans l eau Le danger lié à la présence des légionelles dans l eau Journée d étude Dinne Karla - Bart Bleys Page 1 Le danger lié à la présence des légionelles dans l eau I: La maladie des légionnaires- La légionellose

Plus en détail

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S. 1 ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU ET D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.) (pour les établissements scolaires et les bâtiments administratifs) 1 2 2 Contexte réglementaire : Règlements

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Le risque infectieux

Le risque infectieux Le risque infectieux I- Définitions Risque : probabilité de survenue d un événement indésirable causant un préjudice au patient, au soignant, au visiteur. Contamination : processus entraînant la présence

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

Séance 2 Cellule eucaryote et cellule procaryote

Séance 2 Cellule eucaryote et cellule procaryote Séance 2 Cellule eucaryote et cellule procaryote Activité 1 Caractéristiques des cellules eucaryotes et procaryotes Observer et caractériser les cellules eucaryotes et procaryotes. Cellule eucaryote Cellule

Plus en détail

Légionelloses : données épidémiologiques. JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest

Légionelloses : données épidémiologiques. JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest Légionelloses : données épidémiologiques JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest Epidémiologie mondiale Incidence mondiale inconnue Niveaux de surveillance différents selon les pays

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA CONTAMINATION AU SEIN DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

MAÎTRISE DE LA CONTAMINATION AU SEIN DES ETABLISSEMENTS DE SANTE MAÎTRISE DE LA CONTAMINATION AU SEIN DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PAR LA METHODE VAPEUR Rozenn ANTHOINE 12 juin 2008 La Méthode Vapeur Le nettoyage s adapte au principe de Sinner après élimination des déchets

Plus en détail

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 ARS Ile de France - Délégation Territoriale des Yvelines Service Contrôle et Sécurité Sanitaires des Milieux 2 Généralités sur la circulaire DGS du 27 juillet

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN

RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN AUCUN CONFLIT D INTERETS AVEC LA PRÉSENTATION RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT Environnement = air; eau non

Plus en détail

Agence régionale de santé PACA. Document de vulgarisation sur l hydraulique des réseaux d eau chaude sanitaire. Version du 29 juillet 2011

Agence régionale de santé PACA. Document de vulgarisation sur l hydraulique des réseaux d eau chaude sanitaire. Version du 29 juillet 2011 Conseil, études et formations dans le domaine de la distribution des eaux 27 rue Titon 75011 Paris Tel : 01 43 48 89 31 Fax : 01 43 73 25 28 contact@aquafluence.fr www.aquafluence.eu Agence régionale de

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

MISE AU POINT Antibiothérapie de la Légionellose de l Adulte

MISE AU POINT Antibiothérapie de la Légionellose de l Adulte MISE AU POINT Antibiothérapie de la Légionellose de l Adulte Christian Chidiac, Infectiologue(Lyon), J.D. Cavallo, microbiologiste (Paris), D. Ché, épidémiologiste (InVS), R. Cohen, pédiatre (Créteil),

Plus en détail

L infection. Ecole d infirmiers anesthésistes du CHU de Bordeaux Octobre Qu es ce qu une infection nosocomiale? (1)

L infection. Ecole d infirmiers anesthésistes du CHU de Bordeaux Octobre Qu es ce qu une infection nosocomiale? (1) L infection Ecole d infirmiers anesthésistes du CHU de Bordeaux Octobre 2011 Qu es ce qu une infection nosocomiale? (1) Toute maladie contractée à l hôpital, due à des micro-organismes,cliniquement ou

Plus en détail

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé A propos de l épisode grippal 2014-2015 3 ème Journée régionale de veille sanitaire en Bretagne -15 décembre 2015- Dr F. Cellier-Dr P. Kergaravat

Plus en détail

L expression «infection nosocomiale» demeure pour les infections acquises dans un établissement de santé

L expression «infection nosocomiale» demeure pour les infections acquises dans un établissement de santé Définitions 1 Évolution de la définition d infection nosocomiale avec prise en compte de toutes les infections survenant à tout moment de la prise en charge = infection associée aux soins L expression

Plus en détail

Ingénieur du Génie Sanitaire Promotion :

Ingénieur du Génie Sanitaire Promotion : Ingénieur du Génie Sanitaire Promotion : 2007-2008 EVALUATION DU SYSTEME DE SURVEILLANCE DE LA LEGIONELLE EN BRETAGNE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Présenté par : Simon VANSTAEN Lieu du stage

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Production d Eau Chaude Sanitaire (ECS) solaire dans les établissements de santé (ETS) et les établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS)

Production d Eau Chaude Sanitaire (ECS) solaire dans les établissements de santé (ETS) et les établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) Production d Eau Chaude Sanitaire (ECS) solaire dans les établissements de santé (ETS) et les établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) Résumé : Ne pas stocker d ECS à une température comprise entre

Plus en détail

Prévenir et traiter les légionelles

Prévenir et traiter les légionelles Prévenir et traiter les légionelles Direction de la Santé et du Développement Social de la Guadeloupe Direction Régionale de l'industrie, de la Recherche et de l'environnement d'antilles-guyane Prévenir

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E E GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT

Plus en détail

La chaîne de transmission des micro-organismes

La chaîne de transmission des micro-organismes Les agents infectieux Les agents infectieux conventionnels (ATC) La chaîne de des micro-s Les bactéries Les virus les champignons microscopiques Les parasites IADE-Octobre 2011 1 Les agents transmissibles

Plus en détail

Un nouveau guide pour les EHPA

Un nouveau guide pour les EHPA Un nouveau guide pour les EHPA Groupe indépendant Eau des établissements pour personnes âgées : Maîtrise des risques sanitaires Delphine Verjat-Trannoy Pharmacien hygiéniste CCLIN Paris-Nord Membre du

Plus en détail

«Légionelles et installations de refroidissement : gestion du risque» Retour d expérience. M. Merchat PhD. KoSAMTI.

«Légionelles et installations de refroidissement : gestion du risque» Retour d expérience. M. Merchat PhD. KoSAMTI. «Légionelles et installations de refroidissement : gestion du risque» Retour d expérience M. Merchat PhD KoSAMTI merchatm@yahoo.fr Vincent MAJOREL DREAL LIMOUSIN / PPRCT / PRP / CRC 1/32 Contexte Légionellose

Plus en détail

Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement

Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement Risques et germes Travaux Risques Aspergillus Germes Humidificateurs, nébulisateurs Dispositifs médicaux Aérosols douche et bain Produits

Plus en détail

Architecture d Intérieur. Equipement du bâtiment. Eau chaude sanitaire. A.Arpigny. Ai Eau chaude sanitaire 1

Architecture d Intérieur. Equipement du bâtiment. Eau chaude sanitaire. A.Arpigny. Ai Eau chaude sanitaire 1 Architecture d Intérieur Equipement du bâtiment Eau chaude sanitaire A.Arpigny Ai3 2014-2015- Eau chaude sanitaire 1 Qu est-ce que c est l eau chaude sanitaire??? Quels sont les critères qui entrent en

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l asthme

La prise en charge de votre maladie, l asthme GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l asthme Vivre avec un asthme Mars 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, La prise en charge de votre

Plus en détail

DES OUTILS ET DES INSTRUCTIONS EN CAS D ALERTE SANITAIRE

DES OUTILS ET DES INSTRUCTIONS EN CAS D ALERTE SANITAIRE 4 DES OUTILS ET DES INSTRUCTIONS EN CAS D ALERTE SANITAIRE 23 I SITUATIONS AVEC APPEL DES SECOURS INTRODUCTION : QUE FAIRE DANS TOUS LES CAS? PROTEGER la personne : - ne pas bouger ou déplacer la victime

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

V CONTRÔLE DES EAUX DE PISCINE

V CONTRÔLE DES EAUX DE PISCINE REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des affaires régionales, de l'économie et de la santé Service de la consommation et des affaires vétérinaires V CONTRÔLE DES EAUX DE PISCINE INTRODUCTION Dès

Plus en détail

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays MÉLIOÏDOSE CHEZ LE VOYAGEUR: A PROPOS D UN CAS ET REVUE DE LA LITTÉRATURE Mémoire pour la Capacité de Médecine Tropicale, année 2014-2015 présenté par: Dr Souandou Tabibou Dirigé par: M. le Pr Eric Caumes

Plus en détail

La prévention des légionelloses dans la marine marchande

La prévention des légionelloses dans la marine marchande La prévention des légionelloses dans la marine marchande Docteur SAUVAGE et Docteur DUPORT SSGM Marseille En 1976, une épidémie de pneumopathie grave parmi les légionnaires américains réunis en congrès

Plus en détail

Classe : Technologie : production ECS électrique en habitat individuel. Production ECS en habitat individuel

Classe : Technologie : production ECS électrique en habitat individuel. Production ECS en habitat individuel Production ECS en habitat individuel 1. Généralités Pourquoi produire de l eau chaude sanitaire? Pour avoir de l eau chaude au différents point de puisage d une habitation (lavabo, évier, douche, baignoire...)

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998

LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998 Retour au sommaire des BEH de 2000 LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998 C. Campese, B.Decludt Institut de Veille Sanitaire! > ATTENTION : VEUILLEZ CONSULTER LE RECTIFICATIF DE SEPTEMBRE 2000 INTRODUCTION

Plus en détail

performance Lave-bassins LB 100 Compact Fiabilité totale Nettoyage optimal Désinfection garantie

performance Lave-bassins LB 100 Compact Fiabilité totale Nettoyage optimal Désinfection garantie LB 100 Compact Simplicité & performance Lave-bassins LB 100 Compact Fiabilité totale Nettoyage optimal Désinfection garantie Simplicité & performance Le lave-bassins participe à la limitation des infections

Plus en détail

Catalogue des Formations Gestion des risques microbiologiques dans les eaux

Catalogue des Formations Gestion des risques microbiologiques dans les eaux Catalogue des Formations Gestion des risques microbiologiques dans les eaux Aqua-tools 2010 OBJECTIF DES FORMATIONS AQUA-TOOLS Notre souci permanent est de vous apporter les dernières informations techniques

Plus en détail

Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence. COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie

Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence. COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie Pneumonie 2 Pneumonie Aiguë Communautaire Def: si survient en milieu extrahospitalier ou dans les 48

Plus en détail

Refroidisseur hybride

Refroidisseur hybride Refroidisseur hybride www.jaeggi-guentner.ch La société La société Jäggi/Güntner (Suisse) AG appartient avec la société Hans Güntner à Fürstenfeldbruck au groupe A-Heat (Allied Heat Exchange Technology

Plus en détail

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA SITUATION En France, la légionellose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1987. En 2008, 1243 cas de légionellose

Plus en détail

LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE J-M R. D-BTP

LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE J-M R. D-BTP LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE J-M R. D-BTP 2006 1 Types de production Calcul des systèmes de production Tableaux et diagrammes de détermination 2 Types de production Production d eau chaude sanitaire

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 1 - IRA Annexe n 1-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir ou contrôler

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Mercredi 4 décembre d IFSI Rennes Pierre GUILLAUMOT MISP ARS BRETAGNE CVAGS ARS BERTAGNE Risque infectieux en EHPAD: Contexte Les personnes âgées sont plus sensibles aux infections

Plus en détail

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BAB EL OUED SERVICE D ÉPIDÉMIOLOGIE ET MÉDECINE PRÉVENTIVE Deuxième forum paramédical international de Sétif 08 et 09 décembre 2010 INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 22 juin 1998 relatif aux réservoirs enterrés de liquides inflammables et de leurs équipements annexes NOR: ATEP A

ARRETE Arrêté du 22 juin 1998 relatif aux réservoirs enterrés de liquides inflammables et de leurs équipements annexes NOR: ATEP A Le 29 avril 2014 ARRETE Arrêté du 22 juin 1998 relatif aux réservoirs enterrés de liquides inflammables et de leurs équipements annexes NOR: ATEP9870237A Version consolidée au 29 avril 2014 La ministre

Plus en détail

HYGIÈNe HoSPItaLIÈre bactéries multirésistantes (bmr)

HYGIÈNe HoSPItaLIÈre bactéries multirésistantes (bmr) HYGIÈNe HoSPItaLIÈre bactéries multirésistantes (bmr) établissement certifié par la Haute autorité de Santé en 2007 CoLLeCtIoN LIVRETS D INFORMATION POUR LES PERSONNES MALADES & LEURS PROCHES Le Centre

Plus en détail

2.1. Constats réalisés lors de l inspection

2.1. Constats réalisés lors de l inspection PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 1 er octobre 2015 Madame la Directrice de la DREAL PACA à Monsieur

Plus en détail

Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments

Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 1 Plan de l exposé _ Textes réglementaires et normatifs Lois,

Plus en détail

TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT

TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT MISE EN CONTEXTE DE LA FORMATION L Ordre des chimistes du Québec et l Association des microbiologistes du Québec cherchent à encourager le développement de leurs professionnels en facilitant la formation

Plus en détail

DOSSIER PRODUCTION ECS

DOSSIER PRODUCTION ECS DOSSIER PRODUCTION ECS L ACCUMULATEUR D EAU CHAUDE DECRETS, ARRETES, CIRCULAIRES LA LEGIONELLE LES POINTS IMPORTANTS LA PRODUCTION D ECS LES MODES DE PRODUCTION D ECS L ACCUMULATEUR ELECTRIQUE CHOIX D

Plus en détail

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses Les infections respiratoires basses Francine de Salvador Bronchites Pneumonies Les différents niveaux Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation

Plus en détail

Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014

Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014 Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014 Cellule de l InVS en Ile-de-France Champagne-Ardenne, Dr Ibrahim MOUNCHETROU NJOYA Qu est-ce que le virus Ebola? famille des

Plus en détail

PREFET DE VAUCLUSE Avignon, le 26 mai 2015

PREFET DE VAUCLUSE Avignon, le 26 mai 2015 Direction départementale de la protection des populations Service de prévention des risques techniques Affaire suivie par : Alain PIEYRE Téléphone : 04 88 17 88 87 Télécopie : 04 88 17 88 99 Courriel :

Plus en détail

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40.

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40. CHAPITRE 5 : Variation génétique et santé (Le patrimoine génétique et le développement d une maladie ; les variations du génome et le développement d une maladie) Introduction : Le phénotype d un individu

Plus en détail

Précautions complémentaires «Gouttelettes» Oxygénothérapie Aérosolthérapie

Précautions complémentaires «Gouttelettes» Oxygénothérapie Aérosolthérapie Précautions complémentaires «Gouttelettes» Oxygénothérapie Aérosolthérapie Réunion Réseau des Correspondants en Hygiène des Etablissements médico-sociaux de Midi-Pyrénées 5 novembre 2015 Précautions «Gouttelettes»

Plus en détail

Lutte contre les légionelles

Lutte contre les légionelles GUIDE MÉTHODOLOGIQUE À L ATTENTION DES ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES Lutte contre les légionelles Maîtrise des réseaux d eau chaude sanitaire MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET

Plus en détail

Sanitrol Basse Température

Sanitrol Basse Température Sanitrol Basse Température 300L À 1500L (SBTI SBTV) Préparateur ECS Sanitrol Basse Température (Inox - Vitrifié) Sanitrol (inox - vitrifié) Sanitrol vapeur/eau LES AVANTAGES PRÉSERVATION DE L ÉNERGIE Pour

Plus en détail

BREVET D 'ETUDES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE LA RESTAURATION ET DE L HOTELLERIE

BREVET D 'ETUDES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE LA RESTAURATION ET DE L HOTELLERIE 4.1. CONSTITUANTS BIOCHIMIQUES DES ALIMENTS 4.1.1. NATURE DES CONSTITUANTS Protides, Glucides, Lipides, Eléments minéraux, Vitamines, Eau. 4.1.2. PRINCIPALES PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES DES CONSTITUANTS

Plus en détail