LES CEREBROLESES ARS PACA. Livret d Information RESPEC-CL. Sommaire: P E Réseau RESPEC-CL-PACA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CEREBROLESES ARS PACA. Livret d Information RESPEC-CL. Sommaire: P E Réseau RESPEC-CL-PACA"

Transcription

1 P E S C Réseau RESPEC-CL-PACA Livret d Information Patient Réseau ARS PACA RESPEC-CL LES CEREBROLESES Réseau de Santé pour la Prise en RE CL Charge des Cérébrolésés Adultes INTRODUCTION PACA Sommaire: INTRODUCTION P.1 L ANATOMIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL P.2 L ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL P.3 LE TRAUMATISME CRANIEN P.6 LES CEREBROLESES DANS LE CADRE DU RESEAU RESPEC-CL P.8 CONCLUSION P.10

2 INTRODUCTION Réseau pour la prise en charge des Cérébrolésés Adultes Créer en 2004, le réseau RESPEC-CL «Réseau de santé pour la prise en charge des cérébrolésés adultes en Région PACA» Coordonne la prise en charge médicale et médicosociale des personnes adultes atteintes d une lésion cérébrale acquise notamment accident Vasculaire Cérébral (AVC) et traumatisme crânien (TC) et présentant un état de handicap avec des déficiences motrices et /ou des troubles psychocomprtementaux. Pourquoi RESPEC-CL? Toute lésion cérébrale acquise est susceptible de conséquences moteur, cognitives, psychologique voir comportementaux nécessitant l intervention de multiples acteurs de santé. Regrouper les compétences institutionnelles et libérales autour de la prise en charge des patients victimes d une lésion cérébrale acquise traumatique ou non traumatique, avec la perspective d une réorganisation de l offre de santé avec triple objectifs : Améliorer l offre de soins, Améliorer l attractivité, Améliorer la dépense de santé : est l objet du réseau RESPEC-CL qui est une structure de recours reconnue et missionnée par l Agence Régionale de Santé (ARS PACA). Qu est-ce que le réseau RESPEC-CL? C est un réseau de santé composé, d un comité de pilotage, d une cellule de coordination et de nombreux professionnels de santé adhérents. Le réseau RESPEC-CL a pour objectifs : De favoriser l accès au soin, la coordination, la continuité et l interdisciplinarité des interventions. Il doit permettre la fluidité de la filière, d éviter les ruptures des soins et la prise en charge, d assurer un véritable accompagnement personnalisé à la carte, Pour qui RESPEC-CL? Toute personne adulte atteinte d une lésion cérébrale acquise non évolutive notamment accident vasculaire cérébral (AVC), traumatisme crânien habitant en région PACA. Que propose RESPEC-CL aux professionnels libéraux? Une coordination d appui aux médecins généralistes et spécialistes libéraux Une réduction du cloisonnement entre le secteur hospitalier et le secteur libéral. Une réduction de l isolement des médecins généralistes face à la prise en charge des cérébrolésés. Un parcours et une filière de prise en charge des cérébrolésés bien identifiée. Une organisation du retour au domicile avec un Plan Personnalisé de Santé (PPS). Une gestion de qualité des cas complexes des cérébrolésés. Un numéro d appel unique pour les professionnels de santé de la région PACA. Un accès à la formation et l information. 1 CONCLUSION Le réseau RESPEC-CL, est un projet continu, évolutif et fait preuve d ouverture dans la perspective d une réorganisation de l offre en santé, «Réseau de Santé pour la prise en charge des Cérébrolésés adultes» dans l objectif d améliorer l offre de soins, améliorer la coordination hôpital-ville, la continuité de la prise en charge médico-sociale et : Assurer une coordination d appui aux professionnels libéraux Un suivi personnalisé avec un Plan Personnalisé de Santé. Mise en place d une Education thérapeutique patient. Le réseau RESPEC-CL prend en charge les patients adultes atteints d une lésion cérébrale acquise : accident vasculaire cérébral (AVC), traumatisme crânien (TC) sur toute la région PACA, pour une coordination d appui aux acteurs du secteur de la santé, du secteur social et associatif. La cellule de coordination du Réseau RESPEC-CL composée d un service social, service administratif est placée sous la responsabilité d un médecin chef coordonnateur «DR BARDI», cette équipe vous propose, si vous l acceptez, de vous accompagner GRATUITEMENT vous et vos proches, auprès des différents professionnels du secteur médico-social, pour coordonner leurs interventions, pour faciliter votre information médicale, sociale, juridique, et ce bien sûr dans le respect de la confidentialité qui vous est due. Le réseau RESPEC-CL est une structure de recours reconnue et missionnée par les autorités administratives de la région PACA (Agence Régionale de Santé) Qui s adresse aux patients cérébrolésés à tous les stades de leur état depuis l accident initial. Réseau RESPEC-CL Service Administratif Service M.P.R. Hôpital Archet 1 BP Nice Cedex 3 Tél : Fax : Médecin Chef Coordonnateur Dr BARDI Tél : Port : Service Social Tél :

3 Le Psychologue : participe au soutien psychologique du patient et de son entourage. Le neuropsychologue : s occupe de l évaluation, la rééducation des troubles cognitifs et la réadaptation à la personnalité et aux capacités d intégration sociale. L ergothérapeute : aide le patient à améliorer son autonomie fonctionnelle dans les activités de tous les jours, et selon ses exigences sociales, scolaire ou professionnelles. Le médecin généraliste : est le pivôt central de toute l équipe pluridisciplinaire, il est également responsable de la prise en charge de tous les problèmes médicaux qui peuvent compliquer l évolution. Le médecin rééducateur : est chargé de définir puis de réajuster les objectifs du programme de rééducation en fonction de l état clinique du patient. Le psychiatre : peut être sollicité en cas de troubles psycho-comportementaux. B) De la rééducation à la réinsertion : 1/ la phase de rééducation : Elle est généralement initiée dans le service d hospitalisation de médecine physique et de réadaptation et peu se poursuivre en ville par le biais du réseau RESPEC-CL. Que propose RESPEC-CL aux patients et à leurs familles? Une cellule de coordination. Une meilleure lisibilité des structures participantes à la prise en charge des patients. Une amélioration de la qualité de la prise en charge et des soins. Un accompagnement tout au long de la filière de soins jusqu à la réinsertion familiale, sociale et professionnelle. Une prise en charge financière des soins en ville (soins non conventionnés) Un soutien psychologique aux familles. Une éducation thérapeutique. Une information sur les procédures d une éventuelle indemnisation. L ANATOMIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL Le cerveau est une masse «molle» contenant plusieurs milliards de cellules très spécialisées (les neurones) qui s organisent en différentes voies de réception et de transmission d informations destinées à contrôler les multiples fonctions du corps. 2/ la phase de réadaptation : L objectif de la réadaptation est d essayer de compenser au mieux les déficiences et les incapacités du patient en adaptant son environnement. 3/ la réinsertion : La sortie définitive du centre de rééducation, le réseau RESPEC-CL assure la coordination pour une meilleure insertion sociale et professionnelle. 9 2

4 L ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL Un accident vasculaire cérébral (AVC) ou attaque cérébrale, est une défaillance de la circulation du sang qui affecte une région plus ou moins importante du cerveau survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par Un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique ou encore infarctus cérébral 80%) ou L éclatement d un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie (AVC hémorragique20%) dans le cerveau 2) La phase d éveil : La phase d éveil fait suite à la phase de coma dont la fin est définie par l ouverture spontanée des yeux. Elle correspond à la période qui s écoule entre l ouverture des yeux et la reprise d une «conscience de soi» du blessé. Les 3 stades de la phase d éveil : Phase végétative Phase d état pauci-relationnel Phase des premiers échanges relationnels 3) La phase de rééducation. 4) Le devenir du traumatisé crânien : Conséquence : les cellules du cerveau ne reçoivent plus l oxygène et les nutriments. Certaines sont endommagées, d autres meurent. Chez la majorité des gens, il n y a pas de signe précurseur d une crise. Toutefois, plusieurs facteurs de risque peuvent être surveillés. Les AVC ont des conséquences très variables. Plus de la moitié des gens en gardent des séquelles. La gravité des séquelles dépend de la région du cerveau atteinte et des fonctions qu elle contrôle. Plus la région privée d oxygène est grande, plus les séquelles risquent d être importantes. À la suite d un AVC, certaines personnes auront la difficulté à parler et ou à écrire (aphasie), des problèmes de mémoire et ou une paralysie proportionnelle. Urgence médicale : Plus les délais entre l AVC et la prise en charge médicale sont courts, plus le risque de séquelle grave s amenuise. Quels que soient les dommages causés par la privation d oxygène, le cerveau a une certaine capacité d adaptation. Des cellules nerveuses saines réussissent parfois à prendre la relève des cellules mortes si elles sont stimulées par divers exercices. Causes : L athérosclérose, formation de plaques de lipides sur la paroi des vaisseaux sanguins, L hypertension artérielle est aussi un facteur de risque important. La rupture d une artère du cerveau peut être facilitée par la présence d un anévrisme. L anévrisme est un gonflement d une petite section d une artère, en raison d une faiblesse de la paroi. Il n est pas toujours possible de déterminer la cause exacte d un AVC. Il est important, cependant, que les médecins la recherchent en procédant à divers examens afin de réduire le risque de récidive. 3 Les différents devenirs possibles peuvent être schématiquement regroupés en 5 catégories selon le score de suivi de Glasgow (Glasgow Outcome Scale) (GOS) : - GOS I : Bonne récupération - GOS II : Incapacité ou Handicap modéré - GOS III : Incapacité ou Handicap grave - GOS IV : Etat végétatif chronique - GOS V : Décès LES CEREBROLESES DANS LE CADRE DU RESEAU Le réseau RESPEC-CL assure une coordination ville /hôpital, entre les différents acteurs libéraux et la continuité de la prise en charge médico-sociale : A) Les thérapeutes : L infirmière : Assure les soins de survie et d hygiène Le kinésithérapeute : est chargé de la rééducation neuro-motrice L orthophoniste : Assure la prise en charge nécessaire pour améliorer, rétablir et faciliter l expression et la compréhension du langage. 8

5 La gravité La gravité globale d un traumatisme crânien peut être évaluée à l aide de différentes échelles clinique. La plus utilisée est le score de coma de Glasgow qui varie de 3 à 15, Il permet une approche de l état de conscience en examinant 3 types de réponse (ouverture des yeux, réponse verbale et réponse motrice) à des stimuli (bruit, douleur, ordre oral ) 3 degré de gravité : - TC grave : Glasgow initial entre 3 et 8 - TC de moyenne gravité : Glasgow initial entre 9 et 12 - TC léger : Glasgow initial entre 13 et 15 LES MODALITES EVOLUTIVES 1) Le coma : a) Définition : Le coma se caractérise par l absence d éveil et d absence de manifestation de conscience, ne communique pas avec le milieu extérieur, ne réagit pas quand on lui parle ou quand on le stimule. b) Evolution : Dans les cas les plus favorable, le coma est bref et évolue vers un éveil rapide, parfois, le coma se prolonge et l éveil est long et progressif. c) Prise en charge : pendant la phase de coma, les traitements ont 3 buts principaux : Eviter l aggravation des lésions cérébrales Maintenir le patient en vie en assurant les fonctions vitales essentielles Prévenir et traiter les complications liées à l alitement prolongé ou au traumatisme crânien lui-même. 7 Prévalence Grâce aux avancées en matière de prévention, la prévalence des AVC a considérablement diminué au cours des dernières décennies. Depuis les années 1990, elle semble toutefois se stabiliser. La fréquence est de nouveaux cas/an France (1 AVC / 4sec), une gravité responsable de décès (25% décès a 1 mois).. Si les AVC sont plus rares que les crises cardiaques, ils représentent tout de même la première cause de handicap physique acquis, la deuxième cause de démence et la troisième cause de mortalité (1ére chez la femme). Types On distingue 3 types d accidents vasculaires cérébraux : les 2 premiers sont causés par le blocage d une artère cérébrale (accident ischémique). Ils sont les plus fréquents et représentent environ 80 % des AVC. Le troisième est causé par une hémorragie cérébrale (accident hémorragique) Il peut arriver que l obstruction d une artère cérébrale ne soit que temporaire et qu elle se résorbe naturellement, sans laisser de séquelles. On appelle ce phénomène accident ischémique transitoire (AIT) ou mini-avc. Les symptômes sont les mêmes que ceux d un «vrai» AVC mais ils disparaissent en moins d une heure. Un mini-avc est un signal d alarme à prendre au sérieux : il peut être suivi d une attaque cérébrale parfois plus grave au cours des 48 heures suivantes. Il est donc important de consulter un médecin au plus tôt. Un AVC peut causer une paralysie ou une perte de conscience. Parfois, il se détecte grâce à l un ou l autre des signes suivants : Des étourdissements et une perte soudaine d équilibre. Un brusque engourdissement, une perte de sensibilité ou une paralysie du visage, d un bras, d une jambe ou d un côté du corps. De la confusion, une difficulté soudaine à s exprimer ou à comprendre. Une perte soudaine de la vue ou une vision trouble dans un seul œil. Un mal de tête subit, d une intensité exceptionnelle, accompagné parfois de vomissements. Dans tous les cas, on doit contacter les services d urgence le plus rapidement possible. Le risque est plus important chez : Les personnes ayant déjà eu un accident ischémique transitoire (mini-avc) ou un AVC 4

6 Les personnes atteintes d un trouble cardiaque (anomalie d une valve cardiaque, insuffisance cardiaque ou arythmie cardiaque) et celles qui ont récemment eu un infarctus du myocarde. La fibrillation auriculaire, une forme d arythmie cardiaque, est particulièrement dangereuse, parce qu elle amène le sang à stagner dans le cœur; cela entraîne la formation de caillots sanguins. Si ces caillots circulent jusqu aux artères du cerveau, ils peuvent causer un AVC. Les personnes diabétiques. Le diabète contribue à l athérosclérose et réduit la capacité de l organisme à dissoudre les caillots sanguins. Les personnes qui souffrent de migraines. Les personnes atteintes d apnée du sommeil. L apnée peut entraîner une hausse de la pression sanguine et contribuer à la formation de caillots sanguins. Les personnes ayant un nombre élevé de globules rouges dans le sang (polyglobulie). Les personnes dont un proche parent a été atteint d un AVC. Les deux facteurs principaux L hypertension. C est le facteur de risque le plus important. La haute pression sanguine affaiblit la paroi des vaisseaux sanguins, y compris ceux du cerveau; L hypercholestérolémie. Un taux élevé de cholestérol LDL dit «mauvais cholestérol») ou de triglycérides contribue à l athérosclérose et au durcissement des artères. " Scanner cérébral montrant une hémorragie intracérébrale profonde due à un saignement dans le cervelet, chez un homme de 68 ans. 5 LE TRAUMATISME CRÂNIEN Le traumatisme crânien (TC) est une des causes de lésions cérébrales acquises. En France, la principale circonstance où il se produit est l accident de la circulation, puis viennent les chutes, les accidents de travail, les accidents de sport, les agressions ou les plaies par balles. En ce qui concerne les accidents de la circulation, leur fréquence de survenue est deux fois plus élevée chez l homme que la femme dans la tranche des ans, en raison d habitudes de conduite plus dangereuses. A noter que depuis l obligation légale du port de la ceinture de sécurité et du casque pour les deux roues, condition qu il soit bien fixé, et les mesures de limitation de vitesses, on a observé une diminution de la gravité des accidents de la voie publique (par exemple le port de la ceinture réduit de plus de 50% le risque de décès). Le traumatisme cérébral ouvert ou fermé. Deux types de traumatisme cérébral. Le traumatisme cérébral fermé : le cerveau est atteint sous l effet d une secousse provoquant un contact brusque entre le tissu cérébral et la boîte crânienne, sans atteinte visible de la boîte crânienne. Le traumatisme cérébral ouvert : il y a communication entre le cerveau et le milieu extérieur, et la matière cérébrale est exposée et/ou est le siège d une plaie pénétrante (par exemple, projectile d une arme à feu ou objet pointu). Le risque d infection cérébrale est particulièrement important dans ce type de TC. Les lésions. La destruction ou l altération de fonctionnement du cerveau est la conséquence de différentes lésions qui dépendent étroitement du mécanisme du TC (choc direct à la tête et/ou indirect : accélération et/ou décélération et/ou rotation de la tête). L accident de la route est souvent à l origine de TC grave car tous ces mécanismes sont en général associés. -Lésion axonales diffuses -Contusion -Hématome -Œdème cérébral -Hydrocéphalie -Hypertension intracrânienne (HTIC) 6

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) L accident vasculaire cérébral, dit aussi «attaque cérébrale», est dû à une interruption brutale de l irrigation sanguine d une zone du cerveau. L interruption

Plus en détail

Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Dr. Jean-François Savet CHARNAY LOISIRS 2016

Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Dr. Jean-François Savet CHARNAY LOISIRS 2016 Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Dr. Jean-François Savet CHARNAY LOISIRS 2016 1 DEFINITION Perturbation Soudaine de l irrigation du cerveau 2 Pour vivre: le cerveau a besoin d énergie et d oxygène

Plus en détail

Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet

Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet Congrès ANMSN 13 et 14 Novembre 2009 Grenoble Glasgow à 8 en France chaque année: 12 000 personnes en meurent 8

Plus en détail

Votre association. Informer Soutenir Aider. Bayeux -16 novembre Journée d information Etre acteur après un AVC

Votre association. Informer Soutenir Aider. Bayeux -16 novembre Journée d information Etre acteur après un AVC Votre association Informer Soutenir Aider Conseiller Réunir Bayeux -16 novembre 2016 - Journée d information Etre acteur après un AVC AVC ou «attaque cérébrale» Brutalement Une région du cerveau ne fonctionne

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES AVC

LA PRISE EN CHARGE DES AVC LA PRISE EN CHARGE DES AVC PAR ALEXIA, SUREKA, ELIMANE ET MARUSCHKA POURQUOI S INTÉRESSER AUX AVC? - Pathologie négligée de la prévention primaire. - Problème important dans la société et d importance

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC 1 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Qu est-ce que l on entend par AVC? 4 Que se passe-t-il quand on fait un AVC?

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

Diagnostic : fibrillation auriculaire. Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral?

Diagnostic : fibrillation auriculaire. Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral? Diagnostic : fibrillation auriculaire Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral? Chère lectrice, Cher lecteur La fibrillation auriculaire est l arythmie (trouble du rythme cardiaque) la

Plus en détail

AVC. Cause No 2 de démence Cause No 3 de décès

AVC. Cause No 2 de démence Cause No 3 de décès AVC Cause No 1 d invalidité (>60 ans) Cause No 2 de démence Cause No 3 de décès AVC Infarctus Cérébral: 80% des cas Hémorragie cérébrale : 20% Age et fréquence des accidents vasculaires cérébraux pour

Plus en détail

Syndrome du bébé secoué: Suivi à long terme

Syndrome du bébé secoué: Suivi à long terme Syndrome du bébé secoué: Suivi à long terme Docteur Hanna TOURE Vendredi 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué: Quelles préventions possibles? INTRODUCTION Syndrome du bébé secoué ( SBS) : Traumatisme

Plus en détail

Comprendre l accident vasculaire cérébral

Comprendre l accident vasculaire cérébral MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Comprendre l accident vasculaire cérébral Aperçu de la trousse L accident vasculaire cérébral (AVC) est la quatrième

Plus en détail

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés.

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. A Duruflé, C Le Meur, MP Reillon, N Clerc, H Angot, S Sabarots, B Nicolas Pôle Saint Hélier, Rennes

Plus en détail

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Erik BOQUET Page 1 04/02/2008 LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (Docteur Erik BOQUET) 1 RAPPELS Le tissu nerveux est formé de cellules appelées neurones qui ont la particularité de ne pas se reproduire

Plus en détail

l Accident Vasculaire Cérébral 185 rue Raymond Losserand Paris cedex 14

l Accident Vasculaire Cérébral 185 rue Raymond Losserand Paris cedex 14 l Accident Vasculaire Cérébral 185 rue Raymond Losserand 75674 Paris cedex 14 Quelques chiffres marquants Page 2 1 AVC toutes les 4 mn dans le monde. Environ 150 000 nouveaux cas par an en France, la moitié

Plus en détail

AVC AVC. plus AVC PRÉVENIR AVC. pour en savoir AVC AVC AVC DE L APHASIE 1 ERE CAUSE.

AVC AVC. plus AVC PRÉVENIR AVC. pour en savoir AVC AVC AVC DE L APHASIE 1 ERE CAUSE. pour en savoir plus www.aphasie.fr www.franceavc.com www.orthophonistes.fr www.sf-neuro.org www.sfnv-france.com www.snlf.net www.sfpsy.org Fédération Nationale des Aphasiques de France Fédération France-

Plus en détail

Inauguration de l Unité Neuro-Vasculaire (UNV) du CHU de Clermont-Ferrand

Inauguration de l Unité Neuro-Vasculaire (UNV) du CHU de Clermont-Ferrand Dossier de presse Inauguration de l Unité Neuro-Vasculaire (UNV) du CHU de Clermont-Ferrand par M. François Dumuis, Directeur général de l Agence régionale de santé (ARS), En présence de Mme le Dr Élisabeth

Plus en détail

Les causes de l aphasie et son impact sur la notion de santé (OMS)

Les causes de l aphasie et son impact sur la notion de santé (OMS) Les causes de l aphasie et son impact sur la notion de santé (OMS) Dr Corinne Jokic Médecine Physique et Réadaptation Service de Rééducation Neurologique / Aunay sur Odon SAMSAH 14 L Adapt Coordinatrice

Plus en détail

Diagnostic: fibrillation auriculaire

Diagnostic: fibrillation auriculaire Brochure patients Diagnostic: fibrillation auriculaire Le risque d accident vasculaire cérébral druckdaten_frei 4a xarelto_allg_broschur_vorhofflimmern FINAL 6 nach CLEARING - FRANZ.indd 1 12.07.12 16:19

Plus en détail

L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés.

L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés. Orthophonie L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés. Langage (parler, comprendre, lire et écrire) Par

Plus en détail

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant H. Toure Pellen, M. Chevignard Service de rééducation des pathologies neurologiques acquises de l enfant et l adolescent

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

Rééducation d un traumatisé crânien

Rééducation d un traumatisé crânien Rééducation d un traumatisé crânien Le processus de récupération du blessé est complexe et il faut laisser du temps à la rééducation et à la réadaptation avant de se prononcer avec précision sur l état

Plus en détail

Les Parcours de soins en MPR du patient après AVC, contribution au chemin clinique et à la consultation bilan

Les Parcours de soins en MPR du patient après AVC, contribution au chemin clinique et à la consultation bilan Les Parcours de soins en MPR du patient après AVC, contribution au chemin clinique et à la consultation bilan Alain P. YELNIK (1), Pierre Alain Joseph (2), Gilles Rode (3), Francis LE MOINE (4) 1 Pdt de

Plus en détail

Décret n du 20 mars 2009

Décret n du 20 mars 2009 Décret n 2009-322 du 20 mars 2009 relatif aux obligations des établissements et services accueillant ou accompagnant des personnes handicapées adultes n ayant pu acquérir un minimum d autonomie JO du 26

Plus en détail

Classification des démences

Classification des démences Démences Définition La démence se caractérise principalement par une altération de la mémoire à court terme et à long terme, associées à une altération du jugement et à d autres altérations des fonctions

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux : A propos d une série de 23 patients.

Accidents vasculaires cérébraux : A propos d une série de 23 patients. 21ème Congrès national de la société Algérienne de la Médecine Interne Tlemcen Du 15/05/2015 au 17/05/2015 Accidents vasculaires cérébraux : A propos d une série de 23 patients. D E.Ouail, N Haddadi, L

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre LES TRAUMATISMES CRANIENS G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre DEFINITION Traumatisme crânien: «coup sur la tête» Problème majeur de santé publique Risques à court et long terme L'HTIC

Plus en détail

Ouverture le 2 avril 2012 d une antenne «Télé AVC» au CH de Cambrai

Ouverture le 2 avril 2012 d une antenne «Télé AVC» au CH de Cambrai COMMUNIQUE DE PRESSE Ouverture le 2 avril 2012 d une antenne «Télé AVC» au CH de Cambrai La région Nord Pas-de-Calais a démarré en juin 2011, à l initiative de l Agence Régionale de la santé et de 3 centres

Plus en détail

Filière et réseau pour les AVC dans le bassin de santé de Valence

Filière et réseau pour les AVC dans le bassin de santé de Valence DE L HÔPITAL A LA REINSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE : Filière et réseau pour les AVC dans le bassin de santé de Valence à partir de l action d un centre de SSR spécialisé et des services médico-sociaux

Plus en détail

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS La démence Démence vieillissement Vieillissement cognitif : Apprentissage plus lent Le double tâche est altéré

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant HÔPITAL NATIONAL DE SAINT MAURICE INSERM U472 Quelques notions préalables I -Toute l enfance et l adolescence sont nécessaires au

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Stéphane LITRICO nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de

Plus en détail

PROBLÈMES POSÉS PAR LE POST AVC EN MÉDECINE PHYSIQUE ET DE RÉADAPTATION:

PROBLÈMES POSÉS PAR LE POST AVC EN MÉDECINE PHYSIQUE ET DE RÉADAPTATION: PROBLÈMES POSÉS PAR LE POST AVC EN MÉDECINE PHYSIQUE ET DE RÉADAPTATION: À PROPOS DE 75 CAS R.HEBHOUB* K.TALAIGHIL** B.BAGHOUS** R.BELGHOUL* M.MEDAOUAR** M.RACHEDI** * Service de MPR-HMRU Constantine **

Plus en détail

LE MAINTIEN DANS L EMPLOI. Les acteurs du maintien dans l'emploi (PRITH)

LE MAINTIEN DANS L EMPLOI. Les acteurs du maintien dans l'emploi (PRITH) LE MAINTIEN DANS L EMPLOI Une réunion pour ANTICIPER la fin de l arrêt de travail et PREPARER la reprise Pendant l arrêt de travail RÔLE DES MEDECINS Médecin du travail Médecin traitant Médecin conseil

Plus en détail

LA MALADIE DE PARKINSON

LA MALADIE DE PARKINSON LA MALADE DE PARKNSON L expérience de l ETP de la maladie de Parkinson Clinique de Provence Bourbonne Aubagne Loïc BANCLHON, Directeur Expérience ETP malafdie de Parkinson 11.03.12 Qu est ce que la maladie

Plus en détail

LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007

LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007 LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007 Des chiffres qui parlent Le tabac : première cause de mortalité évitable 510 000 décès / an en France 60 000 liés au tabac

Plus en détail

Le SAMSAH de la Sèvre

Le SAMSAH de la Sèvre Le SAMSAH de la Sèvre Service adossé à la Maison d Accueil Spécialisée de Rezé géré par L APAJH 44 Présentation : Monsieur STOLARSKI, directeur de la MAS de Rezé, APAJH 44 DEFINITION Les Services d Accompagnement

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Programme de soins pour patients traumatisés crâniens en secteur libéral

Programme de soins pour patients traumatisés crâniens en secteur libéral Programme de soins pour patients traumatisés crâniens en secteur libéral Docteur Laurent Wiart Médecin MPR, cabinet de rééducation multidisciplinaire des affections neurologique, Bordeaux Médecin coordonnateur

Plus en détail

HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. Bienvenue à l unité AVC. Guide d informations à l intention des patients et leurs proches

HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. Bienvenue à l unité AVC. Guide d informations à l intention des patients et leurs proches HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT Bienvenue à l unité AVC Guide d informations à l intention des patients et leurs proches Pourquoi êtes-vous hospitalisé à l unité AVC? Parce que vous avez subi un AVC ou un

Plus en détail

Dossier de presse. Point presse - 27 octobre Accidents vasculaires cérébraux AVC, agir vite c est important

Dossier de presse. Point presse - 27 octobre Accidents vasculaires cérébraux AVC, agir vite c est important Dossier de presse Point presse - 27 octobre 2014 27 octobre 2014 Accidents vasculaires cérébraux AVC, agir vite c est important Intervenants > Dr Evelyne MASSARDIER unité dédiée aux AVC au sein du service

Plus en détail

L attaque cérébrale se produit lorsque l apport sanguin est interrompu dans une région du

L attaque cérébrale se produit lorsque l apport sanguin est interrompu dans une région du Hémorragie Attaque cérébrale : qu est-ce qu une une? L attaque cérébrale se produit lorsque l apport sanguin est interrompu dans une région du cerveau, c est-à-dire lorsque l artère destinée à irriguer

Plus en détail

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie Dr Mehdi Roudesli SPORT & SANTE Ou L activité physique en prévention primaire et tertiaire de différentes pathologies chroniques Introduction

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS 1. INDICATEURS DU TABLEAU DE BORD DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Le ministère de la santé met à disposition un tableau de bord

Plus en détail

Journée mondiale de l AVC octobre

Journée mondiale de l AVC octobre DOSSIER DE PRESSE Journée mondiale de l AVC 2013-29 octobre 2013 - www.hpsj.fr Contacts Presse : Agence The Desk Marine Dufour - 01 40 54 19 67 - m.dufour@thedesk.fr GHPSJ - Direction du développement

Plus en détail

LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE. Commission nationale sport santé

LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE. Commission nationale sport santé LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé LE RISQUE CARDIO VASCULAIRE La survenue brutale d un accident ischémique est une éventualité possible même chez les personnes pratiquant une

Plus en détail

2 e cycle MIA Items 49 & 53 Le handicap d origine cardio-vasculaire Année Universitaire Le Handicap d origine cardio- vasculaire

2 e cycle MIA Items 49 & 53 Le handicap d origine cardio-vasculaire Année Universitaire Le Handicap d origine cardio- vasculaire Le handicap d origine cardio-vasculaire : Le Handicap d origine cardio- vasculaire MIA Items 49 & 53 UFR Médecine Montpellier Nîmes Les déficits incapacité handicap adaptés au niveau cardio-vasculaire

Plus en détail

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré (AP-HP), Garches EA 4047, Université de Versailles-Saint-Quentin Distinguer Le traumatisme

Plus en détail

L AVC est une urgence Information, prévention et prise en charge des AVC : campagne de sensibilisation en Franche-Comté

L AVC est une urgence Information, prévention et prise en charge des AVC : campagne de sensibilisation en Franche-Comté DOSSIER DE PRESSE L AVC est une urgence Information, prévention et prise en charge des AVC : campagne de sensibilisation en Franche-Comté NOVEMBRE 2015 1 Sommaire QU EST-CE QU UN AVC?...4 LES CHIFFRES

Plus en détail

Cas clinique. SAU Thionville

Cas clinique. SAU Thionville Cas clinique SAU Thionville Mme O, 64 ans, pas d ATCD particulier Adressée par MT pour céphalées, cervicalgies et déficit moteur du membre supérieur gauche En fait : céphalée datant d il y a 6 jours A

Plus en détail

LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX

LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX Chantal TAILLEFER, cadre de santé, ergothérapeute, IFE de Créteil, CRFTC

Plus en détail

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire Le handicap psychique : complémentarité des approches médicale et médico-sociale Jean-Marie Danion Plan Définition de la notion de handicap psychique Contexte historique de l émergence de cette notion

Plus en détail

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar Troubles cognitifs post-avc Dr Bennani Omar Quoi de neuf en neurologie 22/9/2016 Introduction AVC: 130 000 cas par an en France : 1ere cause de handicap acquis de l adulte Age moyen 66 ans N est pas exceptionnel

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

RÔLE DE L UEROS. Centre de réadaptation de Coubert. Unité d Evaluation de Réentraînement. Socio-Professionnelle

RÔLE DE L UEROS. Centre de réadaptation de Coubert. Unité d Evaluation de Réentraînement. Socio-Professionnelle Centre de réadaptation de Coubert Médecine physique, gérontologie et réinsertion professionnelle RÔLE DE L UEROS Unité d Evaluation de Réentraînement et d Orientation Socio-Professionnelle Florence BLOCH-JACQUOT

Plus en détail

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA «J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA CEPHALEES Prévalence estimée à + de 90% dans la population occidentale Motif de 4% des passages dans les services d urgence International

Plus en détail

Infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral chez les femmes

Infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral chez les femmes 10 mars 2016 Infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral chez les femmes Où en est-on? Valérie Olié Département des maladies chroniques et traumatismes Aucun conflit d intérêt Les maladies cardiovasculaires

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 01062000 Réf.: CMUB- Pagination 1 / 5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 002 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 22/05/00 Validation P.

Plus en détail

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES NOM :.................................................................................... Prénom :.................................................................................

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2005 NIMOTOP 30 mg, comprimé pelliculé B/90 Laboratoires BAYER PHARMA nimodipine Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

Dans quelle mesure la relaxation peut-elle

Dans quelle mesure la relaxation peut-elle Dans quelle mesure la relaxation peut-elle elle contribuer à la gestion du stress après un AVC ou d autres lésions cérébrales? Dr.phil. Michèle PISANI Psychologue diplômée, spéc. Neuropsychologie clinique,

Plus en détail

Jeudi 5 novembre 2015 Hôpital Européen Georges-Pompidou (HEGP) - Auditorium

Jeudi 5 novembre 2015 Hôpital Européen Georges-Pompidou (HEGP) - Auditorium Jeudi 5 novembre 2015 Hôpital Européen Georges-Pompidou (HEGP) - Auditorium Centre Ressources Francilien du Traumatisme Crânien 8, rue Maria Hélèna Vieira da Silva / Pavillon Leriche - 75014 PARIS 1 UEROS:

Plus en détail

L AVC vu depuis la MPR. Docteur Pierre DECAVEL MCU-PH Service de MPR CHU BESANÇON!

L AVC vu depuis la MPR. Docteur Pierre DECAVEL MCU-PH Service de MPR CHU BESANÇON! L AVC vu depuis la MPR Docteur Pierre DECAVEL MCU-PH Service de MPR CHU BESANÇON Définition de l AVC... de l élixir et du flacon, du contenu et du contenant. AVC... AVCs AVC Perte soudaine et non convulsive

Plus en détail

Dr Christine PASSERAT BOULADE Congrès hygiène,risques et qualité chez la personne âgée 2014

Dr Christine PASSERAT BOULADE Congrès hygiène,risques et qualité chez la personne âgée 2014 EVOLUTION DE L AVC A DISTANCE en EHPAD: les enjeux de la prise en charge Dr Christine PASSERAT BOULADE SOMMAIRE * Quelques données épidémiologiques de contexte * Un prisme de lecture multiple mais: * Vision

Plus en détail

(LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET)

(LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET) (LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET) Projet Médical : Premier pilier du projet d établissement, les orientations médicales constituent l expression de nos ambitions au service du patient. En voici les points

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES Q.22 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION HEMATOME EXTRA-DURAL II- Evolution

Plus en détail

Maladie artérielle périphérique Information pour les patients

Maladie artérielle périphérique Information pour les patients Maladie artérielle périphérique Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe

Plus en détail

ORTHOPHONISTE au SESSAD Autisme

ORTHOPHONISTE au SESSAD Autisme Famille : Soins Sous-famille : soins de rééducation Métier : cf. fiche métier- à renseigner obligatoirement Code Métier : 05I20 Code GESFORM GPMC : réservé DRH 1- Définition Etablir, dans le cadre de la

Plus en détail

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD CHU de Dijon 2012 Le traumatisme crânien léger (TCL) Définitions multiples

Plus en détail

Ouverture Antenne Comète Clermont Ferrand CHU Service de Médecine Physique et Réadaptation Hôpital Nord Route de Chateauguay Cébazat 18/01/2013

Ouverture Antenne Comète Clermont Ferrand CHU Service de Médecine Physique et Réadaptation Hôpital Nord Route de Chateauguay Cébazat 18/01/2013 Ouverture Antenne Comète Clermont Ferrand CHU Service de Médecine Physique et Réadaptation Hôpital Nord Route de Chateauguay 63118 Cébazat 18/01/2013 Unité COMETE France du CHU de Clermont -Ferrand Projet

Plus en détail

On a vu souvent rejaillir le feu de l ancien volcan qu on croyait trop vieux. Ne me quitte pas Jacques Brel, célèbre chanteur-compositeur belge

On a vu souvent rejaillir le feu de l ancien volcan qu on croyait trop vieux. Ne me quitte pas Jacques Brel, célèbre chanteur-compositeur belge On a vu souvent rejaillir le feu de l ancien volcan qu on croyait trop vieux Ne me quitte pas Jacques Brel, célèbre chanteur-compositeur belge la Braise asbl «La Braise»», en quelques mots L aventure de

Plus en détail

Médiation et droits du patient

Médiation et droits du patient Médiation et droits du patient 6 ème journée de formation du Département de Médecine Critique du CHU Brugmann 22 novembre 2011 T. Jendrejac et E. Born Fonction Qualité et Médiation M Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Intervenants : Dr Jean-Etienne Touze, cardiologue, réadaptation cardiaque, hôpital privé Clairval (Marseille)

Plus en détail

La prise en charge interdisciplinaire de la rééducation chez un blessé médullaire IMC 2007

La prise en charge interdisciplinaire de la rééducation chez un blessé médullaire IMC 2007 La prise en charge interdisciplinaire de la rééducation chez un blessé médullaire IMC 2007 La prise en charge interdisciplinaire de la rééducation chez un blessé médullaire Joanny Gros Karen Lister Mélanie

Plus en détail

Reprise de la conduite automobile après lésion cérébrale acquise non évolutive Recommandations HAS

Reprise de la conduite automobile après lésion cérébrale acquise non évolutive Recommandations HAS Reprise de la conduite automobile après lésion cérébrale acquise non évolutive Recommandations HAS Dr Anne-Claire d Apolito Avec le soutien de la Colloque «santé et sécurité routière» 16 septembre 2016

Plus en détail

Prise en charge de l accident vasculaire cérébral

Prise en charge de l accident vasculaire cérébral POLE METIER INSTRUCTION OPERATIONNELLE 017 SAP Prise en charge de l accident vasculaire cérébral Création Septembre 2011 Mise à jour juin 2012 Annexe: 1 Références Recommandation de la bonne pratique de

Plus en détail

Je m'informe sur l'action du tabac sur le coeur et les vaisseaux

Je m'informe sur l'action du tabac sur le coeur et les vaisseaux Je m'informe sur l'action du tabac sur le coeur et les vaisseaux Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Cardiologie

Plus en détail

Surveillance cardiovasculaire chez les PVVIH

Surveillance cardiovasculaire chez les PVVIH Surveillance cardiovasculaire chez les PVVIH Dans le cadre d une surveillance cardiovasculaire, votre médecin habituel avec l appui d un cardiologue si nécessaire, fera avec vous une évaluation de vos

Plus en détail

COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON LA FA?

COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 22 COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON LA FA? VOS ANTÉCÉDENTS MÉDICAUX SERONT EXAMINÉS ET VOUS DEVREZ PASSER UN EXAMEN (OU PLUSIEURS). LES EXAMENS LES PLUS COURANTS

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers Le Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers :

Plus en détail

Physiopathologie en soins intensifs. Traumatologie (système nerveux)

Physiopathologie en soins intensifs. Traumatologie (système nerveux) Physiopathologie en soins intensifs Traumatologie (système nerveux) Dr P. Stammet Médecin Anesthésiste-Réanimateur Service des Soins Intensifs Polyvalents Centre Hospitalier de Luxembourg Mail: stammet.pascal@chl.lu

Plus en détail

Je fais de l hypertension

Je fais de l hypertension Je fais de l hypertension L hypertension artérielle concerne 16,5 % de la population adulte, soit environ 10 millions de Français (1). Elle est plus fréquente chez les personnes âgées : environ 50 % des

Plus en détail

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT ORIGINALITES D UNE PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE Docteur Agnès MICHON 12 décembre 2016 Vivre ensemble l autisme CRA Limousin

Plus en détail

LA PREVENTION DE L ESCARRE

LA PREVENTION DE L ESCARRE LA PREVENTION DE L ESCARRE 1 Introduction Toute escarre constituée : - augmente les charges en soins de 50% les hospitalisations de 10 à 12 semaines - induit une thérapeutique lourde et onéreuse un impact

Plus en détail

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire Définition de l approche systémique générale Champ interdisciplinaire relatif à l étude d objets, de phénomènes

Plus en détail

L évaluation neuropsychologique de l adulte Informations

L évaluation neuropsychologique de l adulte Informations L évaluation Informations neuropsychologique de l adulte Neuropsychologues à la rédaction : Fery P, Degiorgio C, Watelet A Nous remercions les laboratoires qui nous ont permis de concrétiser ce projet.

Plus en détail

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 Article 69 I. Le code de la santé publique est ainsi modifié : 1 La première

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Révisée : Page 1 de 6 Mise en contexte Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l Ontario (CSPGNO) s engage à promouvoir la sensibilisation à la sécurité dans les écoles et reconnaît que la santé et

Plus en détail

Ischémie traumatique des membres

Ischémie traumatique des membres Journée e de Traumatologie Ischémie traumatique des membres P Feugier, P Lermusiaux, A Millon, Y Paquet, T Boudjellit, PO Thiney Département de Chirurgie Vasculaire Hôpital E. Herriot, Université Cl Bernard,

Plus en détail

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Dr Lotfi Boudali 27/11/2013 Chef pôle produits cardiovasculaire, thrombose, métabolisme et obésité Direction des médicaments en cardiologie,

Plus en détail

LE HANDICAP PSYCHIQUE

LE HANDICAP PSYCHIQUE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LE HANDICAP PSYCHIQUE 1 Fiche pratique «Handicap» Selon la loi

Plus en détail

L expression «infection nosocomiale» demeure pour les infections acquises dans un établissement de santé

L expression «infection nosocomiale» demeure pour les infections acquises dans un établissement de santé Définitions 1 Évolution de la définition d infection nosocomiale avec prise en compte de toutes les infections survenant à tout moment de la prise en charge = infection associée aux soins L expression

Plus en détail