indispensable et i mprod uctif

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "indispensable et i mprod uctif"

Transcription

1 Le cash, indispensable et i mprod uctif La part des Liquidités dans les bi[ans des entreprises augmente, faute, notamment, de perspectives économiques engageantes. Comment trouver [e njveau adéquat, ators que La décision ne relève pas que de La strjcte optimisation financière? Dossier réalisé par ArraL-lC BrL.lner la o-,ce-ce es- l -- : ::i :..e.e't-s ca'd'::.es -a-:-.-=..: :-ss 6' :'3rce d er:'ec- s= ) _--.-'. o: e e-p[e oooor(-' c :-:- ^- -.:' c- e ><à à cnriccir. - : - i_;::a- :'oie c è':o":'' -^ --: _ -:-= -? La qresircn mé:ire: ê:r: l:sée:. mon'eni où les g:êides JaacLes :e'.'ales c:.l F ='=.= --'.'' -='-. d'inorder les:rarc-és ce.ic. ctiés.''c. =c :;-':. ce : -a:-a t...' so - ier t' 316 de seoremb.e) et où les grancs gro!pes irançats non fnanciers, oolrr ne prendre cue cet exemple, rhésal:riseni (167 milliards c e-'os :e l'c-'d'.:s a.: '- c: 2a13, tn re:ord en r.'aleur aosolue cr"espo'd:':. B i oo _c?-'s ecr'is i[ire o t2'i1 : -- -^_ e_:,.:_etta'-o'i J--='t ':.e-:'c-e :a' Êc.:..'... ) - c - _I a-e-.aissé par.a crise de , caractérisée 3-r.!i.t rel-..ll cl-lasi gé ^:--:-^ 'e-il )Ê U= ^^ -.- :^: :. C--l-.: :O'S. --È à ['ér.,icerce.lne fcrre inciiatrcn è -1--': -' a? _ i. _s le_e'g-c''.: d'l r:. : - '- IÉ -c - \'a'i.: 't- l i: l a-:'-= -:s'cr [']13: : -.='. C c:-- C=,',;.'t3+'a'-.s -- oc ' ' )'r -e - ::..: l:'=- -;^^^^ ^ -^- 1.^-^-^. -''È.- ::-.- : -: ^--' - : La Lettre du trésorier - N'317 ocrobre 2014 I1

2 DOSSlERt perspectives économiques, actifs à [a vente chers ou très chers, etc, les entreprises ne manquent certes pas de prétextes pour mettre Le pied sur [e frein. A t'échelle mondiate d'ailteurs, il semblerait que [e prochain boom des investissements ne soit pas sagement tapis au coin de [a rue : pour les experts de Standard and Poor's, qui ont étabti leurs catculs à partir des 2000 entreprises mondiales tes ptus généreuses en investissements (un totai de 3300 mittiards de dotlars en 2013), [e recul serait de 0,5 o/o en 20L4, puis encore de 3 o/o et de 2 %o dans Les deux années suivantes, et imputabte en partie à [a fin des années fotles dans les pays en dévetoppement (ils comptaient pour 34o/o du total en 2011 et ne devraient plus représenter que 23 o/o des dépenses mondiales en 2016). L'accès de plus en ptus aisé aux marchés financiers exptique, tui aussi, [e gonflement des tiquidités au bitan : les entreprises ne sont pas rares qui cèdent à [a tentation de L'émission de titres opportuniste, ou sont carrément sollicitées directement par [es investisseurs (c'est notamment [e cas dans [e domaine du ptacement privé, où ii arrive que les investisseurs institutionnets en mai de ptacements démarchent eux-mêmes [eurs futurs débiteurs). Le recours désormais banatisé à [a mobitisation de créances de toutes natures est un autre facteur de gonflement des tiquidités. lnjonction contradictoire lnvestir à tout prix? 5i ['excès de cash au bi[an n'est pas judicieux, faut-ii pourtant pousser à tout prix les feux de ['investissement? Cette question vient de recevoir un début de réponse, sous ['angte boursier, avec une étude quantitative réa[isée par Andrew Lapthorne et son équipe, de [a Société généra[e, intitulée Does too little or too much investment alfect o company's stock price? Les conctusions de ce travail savant, dont [a période d'observation est , et qui a emprunté à ta tittérature académique [es outits permettant de modétiser ['intensité d'investissement et de [a rendre comparabte entre entreprises et entre secteurs, sont assez spectacutaires. L'excès d'investissement comme [e sous-investissement sont sanctionnés nettement en Europe et aux Etats-Unis (mais cependant pas au Japon, pays dont les spécificités ne cessent d'interroger les économistes). La sanction boursière se traduit par des performances absotues inférieures à cettes des entreprises qui investissement inte[[igemment, mais aussi par un surcroît de votatitité du titre. Par aitteurs, [e trop-ptein d'investissement est sanctionné ptus rapidement que le sous-i nvestissement. L'étude permet aussi d'identifier les secteurs où les entreprises réatisant de mauvais investissements (trop ou trop peu) sont les ptus nombreuses. Les résuttats pour ['Europe sont les suivants (7o d'entreprises du secteur qui investissent trop, trop peu) : 5Ur ('/.) 50u5 (o/ù té[écommunications ]-2,8 9,7 services pub[iques 9,6 7,3 pétrole et gaz 7 7,9 matériaux de base 9,5 5 industrie 10,1 3,6 services aux particutiers 6,5 4,8 biens de consommation 7,7 2,1, technotogie 2,4 6,L santé 4,5 2,4 Source : Société générale Les entreprises des tétécommunications << payent )) en bourse [a course aux acquisitions lors de [a < bulte de l'internet >> Confronté à [a question du << bon >> niveau de cash à détenir, [e financier d'entreprise est pour sa part soumis à une injonction contradictoire. Les arguments abondent qui vont dans [e sens de [a constitution d'un matelas de sécurité, mais its sont tout aussi nombreux et pertinents, qui militent pour réduire [e cash comme peau de chagrin. Le ditemme a beau se présenter sous un tour asymétrique - d'un côté [a sanction est lourde (restructuration), voire définitive (failtite), de ['autre, du moins à court terme, on n'a affaire qu'à une réduction, souvent margina[e, du résultat brut -, it s'impose à toutes les entreprises gérées dans les règles de ['art. Avoir suffi samment de disponibitités devant soi pour répondre aux variations du besoin en fonds de routement, spéciatement quand t'activité est saisonnière ou très cyctique, ce[a retève non d'un excès de prudence, mais d'une gestion avisée, et nécessite, cela va de soi, de disposer de prévisions fiables et actuatisées, ce La Lettre du trésorier - N'317 octobre zot+ I t3

3 tdossler La Liquidité en équations L agence de notation Standard and Poor's (5ÛP) a poussé assez loin - davantage que ses deux grandes concurrentes - [a modétisation de La tiquidité. 5&P étabtit une échelle à cinq niveaux: exceptional, strong, adequate, less than adequate et weak. L'échel.on odequateestconsidéré comme neutre du point de vue de [a notation, tandis que less than odequate et weak << ont toutes les chances de peser sur Io notation >>. Le niveau adequate est en prérequis pour prétendre à une note au moins égate à BBB-; les entreprises less thon adequote ne peuvent pas être notées au-delà de BB+ ; celtes dont La tiquidité estweok ne peuvent être notées au-detà de B-. Pour étabtir [e niveau de tiquidité souhaitabte, soit [a capacité à encaisser des chocs, S&P examine deux critères principaux : sources (de tiquidités) rapportées aux empl.ois (de Liquidités) et sources minorées des emptois (sources et emptois font référence à des flux à venir d'ici six à vingt-quatre mois). Sources :. cash (*-) et investissements [iquides. flux attendus de l'exptoitation (si positifs). diminution attendue du capitai circutant. ventes d'actifs. lignes de crédit non tirées à horizon d'un an. apports provenant du gouvernement ou d'une entité du groupe Emplois:. flux attendus de t'exptoitation (si négatifs). augmentation attendue du capitai circutant. dettes arrivant à échéance. contributions supplémentaires aux fonds de retraite. options de remboursement anticipé entraînant un gonflement de [a dette ou hausse du "col.latérat" dans [e cas où [a note est abaissée de ptus de trois crans. acquisitions engagées ou retour de cash aux actionnaires (y compris rachats d'actions) sous tension Critères à remplir pour être adequate: Les entreprises dont ta tiquidité estjugée satisfaisante (adequate) doivent pouvoir faire face à des conditions de marché défavorabtes à horizon d'un an en maintenant un niveau de Liquidité Permettant d'honorer leurs obtigations. El.l.es doivent disposer d'un ratio ressources/emptois d'un moins 120 %o dans les douze mois et remplir au moins quatre des critères suivants :. (sources) - (emptois) > o même si l'excédent brut d'exploitation attendu est minoré de 75 o/o o cov îôr'tts respectés dans un scénario de recul de t5 o/o de l'excédent brut d'exptoitation attendu ; dette au moins inférieure à t5 o/o des limites fixées par les covenants. capacité d'absorber des événements exceptionnels à fort impact. bonnes retations avec les banques o statut satisfaisant sur les marchés financiers (comparaison avec des pairs ou des moyennes, marchés d'actions, marchés de dette, CDS...). gestion prudente du risque par [a direction Source : Standard and Poor's, Methodology and ossumptions : Liquidity descriptorsfor global corporote issuers 2 janvier 2014 traduction : Ld Lettre du trésorier ('*) ll s'agit du cash mobilisable. L'agence applique une décote de 25 o/o, qui constitue un point de déport des discussions avec l'entreprise, qui peut montrer que cette décote peut être minorée. qui n'est pas aisé à réaliser (tire La Lettre du trésorier n"3 16 de septembre 201-4, pages 11 et suiv.). ll y a bien des poires pour [a soii que ['on peut actionner quand ii s'agit de couvrir un besoin de financement de l'exptoitation, les [ignes bancaires par exemple, mais à quel prix? << Mointenir lo liquidité bancoire pour couvrir les swings du besoin en fonds de roulement, c'est cher >, juge ainsi [e trésorier d'une société du 5BF 120 en forte croissance. << Cher>>, [e crédit de trésorerie est aussi cetui que les banques sont les ptus réticentes à accorder, comme [e montrent avec constance les enquêtes sur [e crédit réatisées par [a Banque de France. << Nous faisons en sorle de ne pas avoir à demander ce genre de service à nos bonques oux pires moments >, rapporte [e trésorier d'une entreprise de tailte intermédiaire gérée en << père de fomille > et dépendante d'une matière première aux cours difficiles à anticiper. Le cash mis de côté est aussi bienvenu quand survient un accident opérationnel (d'une suspension de [a production à un renchérissement soudain des approvisionnements). l[ y a encore les cas où [a direction générate impose un niveau minimai de sécurité, même au prix d'une perte d'oppoftunité. Sous ['ceii des agences Dans ['appréciation de ce qu'est un niveau de Liquidité souhaitabte, les directions financières doivent aussi composer êvec les agences de notation. Pour Standard and Poor's par exempte ([ire ci-contre), disposer d'une Liquidité satisfaisante (adequote), soit un niveau neutre pour ce qui est de l'attribution de [a note, nécessite entre autres de maintenir un ratio sources de Liquidités rapportées!4 I n"zg octobre zor4 - La Lettre du trésorier

4 tdossier aux emplois égal ou supérieur à L20 o/o. << Désormois, nous monoeuvrons de telle sorte que ce rotio ne tombe pos en deçà de ce seuil >>, exptique [e directeur de [a trésorerie et du financement d'un groupe d'une dizaine de mitliards d'euros de capita[isation. << Nous sommes notomment attentifs au niveau de cash aux orrêtés de compte )), rapporte son homologue dans un grand groupe de ['industrie [ourde, à propos des agences de notation, lesquettes, cependant, appréhendent [a question de ta tiquidité en ordre dispersé. < Elles sont plus ou moins ouvertes à la discussion dons ce domoine ; avec L'une des ogences, j'ai l'impression que le message consistant à plaider Lo cause d'une certaine prudence fnoncière ne posse pos du tout >>, estime un autre trésorier. Bref, [a prudence peut se justifier et se revendiquer, comme entémoigne ce responsabte du financement : << Nous maintenons volontoirement, depuis cinq ans, un montant de cash qui excède Les variotions du BFR sur un on et qui relève d'une double prudence, fnancière et industrielle. Si l'on ajoute les Lignes de crédit non tirées, on obtient un matelas de Liquidité permettont de rembourser les tombées obligotoires jusqu'en 2078.>> Un actif improductif Des Liquidités ou quasi-tiquidités pour l'exptoitation, l'expansion, [a tranquiltité des créanciers, certes, mais [e cash est à [a disposition des actionnaires, qui souhaiteraient qu'on leur restitue sous forme de dividendes ou de rachats d'actions, et surtout, ii est improductif tant que [a déflation, qui menace l'europe, n'est pas avérée. Détenir trop de Liquidités ou de ptacements à court terme peu rémunérateurs revient à s'exposer à EONTA un coût de portage (écart entre [e coût de financement et [a rémunération du cash) qui, s'ii reflue régu[ièrement depuis 2008 (de l'ordre d'un peu ptus de 200 points de base entre fin 2oo8 et fin septembre 2O!4 pour un émetteur noté BBB), demeure un indicateur cté de [a potitique financière. Au.del.à de [a stricte optimisation fi nancière ll s'agit donc, dans [es trésoreries, de naviguer au mieux entre deux écueits : [e trop-ptein de conservatisme et l'excès de zèle dans ['optimisation financière. Comme dans tous les domaines de [a gestion, un étatonnage de sa propre politique à ['intérieur d'un univers plus [arge (secteur d'activité, entreprises de même statut financier, etc) peut se révéter riche d'enseignements. La décision finale retève cependant de ['examen d'une situation forcément spécifique, qui se caractérise par un entrecroisement de contraintes muttiples et variées : histoire de [a société, sensibitité de [a direction et/ou des baitteurs de fonds au risque, personnatité du directeur financier, marges de manceuvre [aissées aux fitiates, part des financements de marché, pour n'en citer qu'une poignée. A ['évidence, te coût-duportage errbaissr.',,---j-.1\ -. -,=_- -_- -,- - -{--i:::. -:-.--- é,*"-,-, - -,*:- -1o'o-- - 'o"- - '*- Source: BNP Poribas (Eonîo, rendement des emprunts BBB, banques, entreprîses) la stricte et seute optimisation financière ne peut constituer t'alpha et l'oméga de [a stratégie en [a matière, tandis que [a réatité n'est jamais réductibte aux matrices, préceptes et graphiques des meitleurs manuets de finance, ce qui, d'aitleurs, constitue tout ['attrait des métiers de [a trésorerie. Une fois ta Ligne de conduite fixée, ii s'agit d'ouvrir [a boîte à outits, désormais [argement pourvue d'instruments permettant, notamment, de desserrer ['étau du financement à court terme. Parmi eux, [e bittet de trésorerie, qui, quoique lancé en France dès 1986, demeure mal connu des entreprises de taitle intermédiaire, ou est considéré, à tort, comme réservé aux grands groupes (tire l'entretien avec [e trésorier d'exacompta Ctairefontaine p. 18). llafte, qui a activement pris part à un groupe de place chargé de la promotion de ce marché, a publié une ptaquette intitutée Pourquoi et comment monter un progromme de billets de trésore' rie?, accessibte sur [e site de ['association. 1 6 I r.f 'c rz octobre zor4 - La Lettre du trésorier

5 IDOSSIER Stéphane Mozdyniewicz trésorier Exacom pta CLai refontai ne Que représentent les bil.tets de trésorerie pour Exacompta Clairefontaine? It s'agit d'une source de financement importante pour nous, et cela depuis de très nombreuses années : nous sommes présents sur ce marché depuis 1987, c'est-à-dire presque depuis sa création. Nous émettons principalement à un mois. A [a ctôture de l'exercice 2013, nous avions émis 46 mittions d'euros, sur un programme de 125 miltions d'euros, avec des émissions chaque mois à certains moments de ['année, ptus espacées à d'autres. A l'issue de cet exercice, l'entreprise avait réalisé un chiffre d'affaires de 525 miltions d'euros et dégagé un résuttat opérationnel de 5 mittions. Qu'est-ce qui justifie [e recours à ce mode de financement, qui est historiquement plutôt ['apanage de grands groupes? Le marché des bittets de trésorerie présente deux intérêts principaux : ii permet d'accéder à des conditions financières que nous considérons pour notre part honorabtes, i[ est par aitteurs simpte dans son accès et soupte dans son utitisation. li est vrai que [e fait d'être coté en Bourse [à Euronext, compartiment C, NdtRl constitue un doubte avantage : ceta nous dispense d'une notation par une agence - ce serait lourd et trop coûteux pour une entreprise de notre importance - et nous apporte un surcroît de notoriété. Le fait de pouvoir sotticiter [e marché à peu près à tout moment - [e marché n'a été geté que courant 2009, au plus fort de [a crise de défiance à t'égard des banques -, nous permet de cotter assez finement à notre exptoitation, dont [a saisonnatité est importante. 5'i[ n'est ptus, depuis [a chute de Lehman Bros., [e marché << prévisible >> où < les écafts de spread en fonction de lo moturité et de La quolité de crédit étaient très resserrés, quel que soit le niveou général des taux d'intérêt >, et qui permettait < sdul rores exceptions, de lever autant de cosh que souhoité >> que décrit Frédéric Fadat, trader spéciatiste du commercial paper à Credit agricole ClB, Le compartiment des bitlets de trésorerie garde une belte efficacité et, aux derniers pointages, présente une situation << inédite > pour ce qui est des marges '. << Moins de 7 %o à un an pour presque tous les émetteurs >>, signate ce spéciatiste, qui constate aussi que les émissions à plus de six mois reviennent en force depuis quelques mois. Laubaine est te[[e que certaines entreprises émettent en l'absence de besoin immédiat : << ll nous arrive d'aller sur le morché pour sovoir oùt l'on en est et pour entretenir la Liquidité de nos titres, et de plocer Le montant récolté en OPCVM, de telle softe que cela rembourse Les commissions poyées sur Les lignes de bacl<-up >>, retate [e directeur du financement et de [a trésorerie d'une entreprise industrielte de premier ptan, qui se << félicite de L'existence >> d'un marché cependant << très français et souvent menocé >>. << Nous serions condidots sî nous étions notés, ce qui n'est pos d'actualité en ce moment en raison du coût >, déptore de son côté [a directrice financière adjointe d'un groupe réatisant 5 mittiards d'euros de chiffre d'affaires présent sur [e marché obtigataire depuis deux ans, avant de s'étonner de ce que les cotations de [a Banque de France, qui font foi dans les prêts accordés par [a Banque mondiate, ne [e soient pas pour Les bitlets de trésorerie. Ptacer au mieux Pour réduire [e coût de portage, les leviers, nombreux, comprennent ['optimisation des placements de trésorerie, sous forme d'opcvm, de dépôts à terme (tes parts de marché de ces deux supports sembtent s'être stabitisées), voire de repo (tire p. t7). S'agissant de [a gestion coltective, les temps sont aux rendements de misère, Eonia + 20 points de base (en rythme annuatisé) pour les fonds de trésorerie court terme dans [a première partie de ['année, avant que [a Banque centrate européenne n'assouptisse à nouveau Les condrtions de refinancement des banques. Une des sotutions peut consister à chercher un surcroît de rendement avec des fonds obligataires à court terme. Mais < lo possibilité de classer, sous conditions, ces investissements en équivalents de trésorerie n'est que peu utilisée >, signate Christophe Frespuech, [e directeur du dévetoppement de Swiss Life AM, Arnaud Canet, directeur commerciai de Croupama AM exptiquant, [ui, que sa société de gestion faisait du << sur mesure - des fonds fermés en ctub deal qui ont la caractéristique de L'équivoLent de trésorerie - pour quelques grands groupes >>. Quant à un retour des produits de titrisation dans [a gestion monétaire, on en est encore loin, aux dires des sociétés de gestion spécialisées, cat << oucun client ne veut en entendre parler >>, ceta matgré [a réhabititation très officietle - en particutier de [a part de [a Banque centrate européenne - dont its sont L'objet et de l'a sotidité dont its ont fait preuve depuis I H'srz octobre zot4-lalettredutrésorier

6 DossrERl De leur côté, les dépôts à terme, progressifs ou non, s'its n'affichent plus les rendements spectacutaires observés au moment où [es banques étaient assoiffées de [iquidités, demeurent attrayants, d'autant qu'its sont [a ptupart du temps jugés éligibles à t'équivatent de trésorerie par les commissaires aux comptes : les mei[[eures offres du marché se situent à 0,7 %o en ce moment pour une durée de trois mois, catcute Pandat, un courtier en compte à terme. Des taux de financement écrasés Comment établir un f ne tuning du niveau de cash dans les trimestres è venir, et sous quels cieux? 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,s 0 Des rendements honorabtes, mais en baisse aw-12 juil-12 oct-12 janv-13 avr-13 juil-13 déc-13 mars-14 juin-14 Source : Pondot 1 an ans 5 ans périodes - -3 MeiLteurs taux (entre [a moyenne et [e ptus étevé) proposés par les banques partenaires de Pandat Même s'i[ est difficite, et parfois dangereux, de tirer des plans sur [a comète, on sait que [a Banque centra[e européenne s'est engagée pour longtemps dans une potitique monétaire uttra-accommodante doubtée de rachats d'actifs, et ['on peut raisonnabtement penser que l'activité, comme ['inflation, demeureront faibtes en Europe continentate : seton toute vraisembtance, les taux de marché devraient, eux aussi, rester au plancher, contribuant à maintenir le coût de portage à un niveau non pas indol.ore, mais raisonnabte. llafte - 3, nug o'eorrqsounc Pnnrs TÉ o,j:q La Lettre du trésorier - N'317 octobre zour I L9

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

GROUPE FLO GROUPE FLO

GROUPE FLO GROUPE FLO GROUPE FLO Le 28 juillet 2011 1 Faits marquants du 1 er semestre 2011 Poursuite de la progression de l activité Progression de + 5,3 % du total des ventes sous enseignes, à 289,6 M Progression de + 1,6

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable Communiqué Rabat, le 22 février 2008 Résultats consolidés au 31 décembre 2007 Forte hausse des résultats consolidés en 2007 o Chiffre d affaires : +21,7% o Résultat opérationnel : +21,8% o Résultat net

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

La liquidité du bilan de l entreprise et son impact sur la valeur de l entreprise

La liquidité du bilan de l entreprise et son impact sur la valeur de l entreprise La liquidité du bilan de l entreprise et son impact sur la valeur de l entreprise Pascal Quiry Lundi 22 mars 2010 Avant 2008, on pouvait résumer comme suit l état de la recherche aboutie sur ce sujet :

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Gestion de la trésorerie 3-211-02

Gestion de la trésorerie 3-211-02 Gestion de la trésorerie 3-211-02 Séance 1 Introduction aux cours Qu est que la gestion de trésorerie???? Notion peu enseignée dans les écoles de gestion au Canada. Néanmoins, il s agit d un sujet d une

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Premier semestre 2005 : bonne croissance des résultats

Premier semestre 2005 : bonne croissance des résultats Premier semestre 2005 : bonne croissance des résultats Ces résultats et le référentiel du premier semestre 2004 sont présentés en normes IFRS. Chiffre d affaires en hausse de 5,5 % à 833,7 millions d euros

Plus en détail

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Déterminer et financer le cycle d exploitation Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Définition du : C est l'ensemble des opérations réalisées, de l'achat (matières premières, fournitures,

Plus en détail

Baromètre d opinions des Directeurs Financiers. 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise?

Baromètre d opinions des Directeurs Financiers. 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise? Baromètre d opinions des Directeurs Financiers 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise? Octobre 2013 Comment cette étude a-t-elle été réalisée? Le but de ce troisième baromètre

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

Introduction aux documents financiers

Introduction aux documents financiers Introduction aux documents financiers 3 questions ==> 3 documents Une photo instantanée : quelle est la situation actuelle de l entreprise? Bilan Deux films : L entreprise a-t-elle vendu à profit? Compte

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

Portes et Fenêtres Design ltée 1

Portes et Fenêtres Design ltée 1 Portes et Fenêtres Design ltée 1 Le 15 janvier 2007, Robert Lemeilleur, président et chef de la direction de Portes et Fenêtres Design ltée (PFD) est sorti tout content de la réunion du conseil d administration.

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

La lettre de l IMSEPP

La lettre de l IMSEPP La lettre de l IMSEPP N 22 05 décembre 2013 La trésorerie des entreprises en novembre : Les difficultés d accès au financement s atténuent. Novembre 2013 : ce document présente l analyse détaillée des

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI

France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI 14 avril 214 Résultats de l enquête - Avril 214 Graphique du mois... Les marges bancaires sur les crédits aux grandes entreprises

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 07/10/ à 08:46:40 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

- 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT. emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement.

- 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT. emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement. - 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT Objectif(s) : o Planification des investissements : Pré-requis : o Modalités : emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement. Connaissance

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

La technique d'analyse financière par les ratios

La technique d'analyse financière par les ratios La technique d'analyse financière par les ratios Un ratio est un rapport entre deux grandeurs caractéristiques extraites des documents comptables permettant une approche du risque que représente l'entreprise

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

IND N ICA C TEURS S CL C ES

IND N ICA C TEURS S CL C ES INDICATEURS CLES LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Un indicateur est : - Une donnée c'est-à-dire un élément ou un ensemble d éléments d information significative, ex un taux. - un indice

Plus en détail

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit :

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit : Cour Pénale Internationale International Criminal Court LE GREFFE Instruction administrative ICC/AI/2004/007 29 novembre 2004 PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES En application de l'instruction administrative

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

1 2 3 4 Aide à l animateur Les opérations de trésorerie sont définies comme «les mouvements de numéraire, de valeurs mobilisables, de comptes de dépôts et de comptes courants, ainsi que les opérations

Plus en détail

Sommaire. Introduction. Résultats financiers 2013. Marché et perspectives

Sommaire. Introduction. Résultats financiers 2013. Marché et perspectives Résultats annuels 2013 28 janvier 2014 Page Sommaire Introduction Résultats financiers 2013 Marché et perspectives Le présent document contient des informations prospectives. Celles-ci sont susceptibles

Plus en détail

Série STMG L usage du numérique dans la série STMG

Série STMG L usage du numérique dans la série STMG éduscol Série STMG L usage du numérique dans la série STMG Cartel 3000 Dossier enseignant Ressources pour le lycée général et technologique 1. Fonctionnement du jeu Cartel 3000 est un jeu de simulation

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

ff ~ ~ ;J ----------

ff ~ ~ ;J ---------- Cour Pénale Internationale International Criminal Court RENDU PUBLIC le 22 novembre 2012 par application de la circulaire ICC/INF/2012/020 l/ \) ff ~ ~ ;J ---------- L~ Greffe ~~ The Registr y Instruction

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

PARTIE I : PRINCIPES GENERAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE

PARTIE I : PRINCIPES GENERAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE PARTIE I : PRINCIPES GENERAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE CHAPITRE I - LA COMPTABILITÉ : UN ÉLÉMENT DU SYSTÈME D'INFORMATION DE L'ENTREPRISE. CHAPITRE I - LA COMPTABILITÉ : UN ÉLÉMENT DU SYSTÈME D'INFORMATION

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Résultats du 1 er trimestre 2012

Résultats du 1 er trimestre 2012 Résultats du 1 er trimestre 2012 Bonne performance de l offre 100 % en ligne Poursuite de la conquête bancaire en France 17 000 nouveaux comptes courants 13 400 nouveaux comptes d épargne bancaire Forte

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

bilan Le bilan n est plus ce qu il était.

bilan Le bilan n est plus ce qu il était. Le n est plus ce qu il était. Février 2015 Comment comprendre ce que représente le d une entreprise et pourquoi sa structure initiale logique a été fortement transformée par la financiarisation qui touche

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

Analyse de la structure financière d une entreprise.

Analyse de la structure financière d une entreprise. Analyse de la structure financière d une entreprise. Il n existe pas de structure financière type. Il existe par contre des structures plus ou moins dangereuse pour l autonomie voire la survie d une entreprise.

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1

DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif Première Partie 1) Evolution des SIG DOSSIER 1 Production vendue 369 458 394 023-6,2% Production stockée 1 162 2 541-54,3% Production de l'exercice

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail