Maîtrise du risque sanitaire lié aux virus et prions. pour les médicaments dérivés du plasma. Jean-Noël COLIN 07 mars 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maîtrise du risque sanitaire lié aux virus et prions. pour les médicaments dérivés du plasma. Jean-Noël COLIN 07 mars 2011"

Transcription

1 Maîtrise du risque sanitaire lié aux virus et prions pour les médicaments dérivés du plasma. Jean-Noël COLIN 07 mars 2011

2 Médicaments dérivés du plasma (MDP) en quelques chiffres Médicaments dérivés du plasma (MDP) en quelques chiffres : Statut de médicaments depuis spécialités en France: immunoglobulines, albumine, facteurs de coagulation Spécialités principalement hospitalières, 7 dans le top 50 des dépenses médicamenteuses hospitalières Maladies souvent graves et rares, peu d alternatives thérapeutiques (2 recombinants) Fabriqués à partir de mélanges de à dons En France : donneurs font de dons par an Maîtrise de la sécurité biologique des MDP : Qualification du donneur et du don et contrôles biologiques au niveau des pools Etapes de sécurité virale multiples et complémentaires 2

3 Virus transmissibles par le sang VIRUS FAMILLE GENOME TAILLE (nm) VIH Retroviridae ARN ENVELOPPE RISQUE MDP* CHARGE VIRALE (copies/ml) OUI 10 6 HTLV I/II Retroviridae ARN NON VHB Hepadnaviridae ADN 42 OUI 10 4 OUI VHC Flaviviridae ARN OUI 10 7 WNV et Chik V Flavi et Toga viridae ARN NON CMV, HSV, EBV, VZV, HHV-8 Herpesviridae ADN NON VHA Picornaviridae ARN OUI 10 7 NON Parvo B19 Parvoviridae ADN OUI avant l introduction de mesures efficaces (inactivation ou élimination virale, détection) 3

4 Méthodes de sécurisation virale METHODE VIRUS ENVELOPPES VIRUS NON ENVELOPPES 4 INACTIVATION ELIMINATION PARTITION SOLVANT DETERGENT (S/D) PASTEURISATION (60 C - 10 h) CHAUFFAGE A SEC (80 C 72 h) ph acide (+/- pepsine) NANOFILTRATION 35 nm NANOFILTRATION 15 nm Fractionnement (éthanol) / / (> 35 nm ou Ac) / /++ Chromatographie +/- ++ +/- ++

5 Exemples de facteurs de réduction : IgIV Virus VIH-1 VIRUS ENVELOPPES Sindbis/ BVDV* Modèles de VIH VHC VIRUS NON-ENVELOPPES PRV SV-40 EMCV PPV Virus ADN Enveloppé (HBV) Virus ADN résistant VHA Parvo. B19 Etapes spécifiques Traitement S/D 4,4 5,4 4,1 N/A N/A N/A Nanofiltration 20N (4,3) 5.2* (4,3) 5,4 4,8 4,3 Etapes contributives Fractionnement acide caprylique Chromatographie d échange d ions NT NT NT NT 5,6 3,7 NT NT NT NT 1,3 3,8 5 ph acide NT NT NT NT Capacité de réduction globale 12, ,4 5,4* 11,7 11,8 N/A : non applicable NT : non testé Une capacité de réduction virale globale élevée pour tous les types de virus, enveloppés ou non enveloppés.

6 Exemples de facteurs de réduction : Facteur VIII nanofiltré Virus VIH-1 VIRUS ENVELOPPES Sindbis/ BVDV* Modèles de VIH VHC VIRUS NON-ENVELOPPES PRV VSV HAV PPV SV-40 Virus ADN Enveloppé (HBV) - HAV Parvovirus Virus ADN résistant Etapes spécifiques Traitement S/D (0.3% TnBP et 1% Polysorbate 80) Nanofiltration nm 4,4 NT 4,1 > 6,5 NT NT NT 3,8 4,1 4,9 nd 3,6 5,5 (1) 5,3 Capacité de réduction globale 8,2 4,1 9,0 > 6,5 3,6 5,5 5,3 6 NT : non testé (1) Résultat de validation en condition «worst case» (concentration élevée en protéines) Une capacité de réduction virale globale élevée pour les virus enveloppés, limitée pour les virus non enveloppés.

7 Maîtrise de la charge virale potentielle. Les apports du DGV/NAT : précocité Détection précoce de l infection, raccourcissement de la fenêtre virale Fenêtre sérologique (jours) Fenêtre virale NAT Pools (jours) Risque résiduel* France Fenêtre virale DGV unitaire** (jours) VIH / ,5 VHC / VHB 38-1 / HTLV 51-1 / VHA B * calculé sur la période (données invs.santé.fr) ** appliqué dans EFS et CTSA au 01/01/2011 DGV : dépistage génomique viral; NAT:nucleic acid testing

8 Maîtrise de la charge virale potentielle. Les apports du DGV/NAT : quantification N = c x V/R N : nombre potentiel (log) de particules virales par flacon C : concentration potentielle dans le mélange de plasma : concentration dans poche x dilution par poolage, et/ou limite du pool V : volume de plasma nécessaire pour produire un flacon, inversement proportionnel au rendement R : facteur de réduction virale EMA NfG CHMP/BWP/706271/2010 8

9 Les apports du DGV/NAT : exemples FVIII nanofiltré / HIV FVIII nanofiltré / VHA Facteur de réduction Facteur de réduction 3.6 log sans PCR avec PCR log sans PCR avec PCR Charge virale plasma -2.7 Charge virale pool Quantité potentielle dans un flacon Risque résiduel par flacon Charge virale plasma/ mini-pool -0.7 Charge virale pool Quantité potentielle dans un flacon -0.3 Risque résiduel par flacon 9

10 Apports et limites du DGV/NAT En 1996, 101 lots ont été rappelés par le LFB pour défaut d interrogatoire médical, sans vérification possible. Depuis la disponibilité de NAT, aucun lot rappelé par le LFB pour risque viral. Mais : - Description de nouveaux génotypes : B19V, puis B19V1, 2 et 3, maintenant B19V1a, 1b, 2, 3a, 3b. Les premiers tests commerciaux ne détectaient que le génotype 1. - Changement de répartition des génotypes : VHA circulation des génotypes I et III en Europe. En 2000, NAT disponible détectant le génotype I ultra majoritaire en France. En 2007, épidémie de VHA génotype III à Paimpol. Mesures spécifiques plus modification NAT - Arrivée de virus (ré)-émergents : - West Nile Virus, SRAS, grippe A (H1N1), VHE, PARV4. - Emergence de nouveaux agents : prions (ATNC) 10

11 Différence entre MCJ sporadique et variante Epidémiologie Lien BSE Infectiosité sang Transmission sang humain Rappel selon EMA SPORADIQUE Stable Universelle Non Peu documentée Non Non VARIANT Décroissante Royaume Uni et Europe de l Ouest Oui oui Oui Oui 11

12 Protection contre prions 12 - Détection : Charge plasmatique très faible (vmcj) voire peut être inexistante (smcj). Pas encore de test plasmatique, mais progrès significatifs : PMCA, QuIC assay Difficultés éthiques - Elimination : oui, multiples : précipitations, filtrations, chromatographies (aspécifique ou parfois spécifique), nanofiltration Facteurs de réduction 4,5 à 10,4 log selon les produits (quel spike?) Inactivation : non, sauf pour sanitisation : soude concentrée Risque théorique

13 Conclusion Sécurité biologique des MDP : Efficacité et anticipation Développements des dernières années haut niveau de sécurité biologique des MDP application du DGV/NAT pour le contrôle du plasma, nanofiltration, procédures d enregistrement, vigilances (virus connus et anticipation vis-à-vis des risques émergents) tous les procédés intègrent des étapes validées pour la réduction de l infectiosité prion Analyses de risque régulièrement actualisées à mesure de l évolution des connaissances 13

14 Je tiens à remercier : Benoît FLAN, Directeur Gestion du Risque et Veilles Qualité et Sécurité Biologique - LFB BIOMEDICAMENTS et Catherine VISSE, Chef de Département Biologie Moléculaire LFB BIOMEDICAMENTS pour leur aide à la réalisation de cette présentation. 14

ANSM- avril /22

ANSM- avril /22 Recommandations portant diffusion des algorithmes de validation biologique des tests de dépistage des maladies transmissibles applicables à la qualification biologique des organes, des tissus et des cellules

Plus en détail

UF VIROLOGIE. Responsable de Pôle Dr B. RIGOU poste Chef de service Pr R. Césaire poste 24 24

UF VIROLOGIE. Responsable de Pôle Dr B. RIGOU poste Chef de service Pr R. Césaire poste 24 24 Responsable de Pôle Dr B. RIGOU poste 97 75 Chef de service Pr R. Césaire poste 24 24 Praticiens hospitaliers Dr F. Najioullah poste 3614 Dr L. Fagour poste 1031 Cadre de santé M J. Neret poste : 35-73

Plus en détail

Epidémiologie des donneurs de sang infectés par le VHB et le VHC et risque résiduel de transmission de ces infections par transfusion en France.

Epidémiologie des donneurs de sang infectés par le VHB et le VHC et risque résiduel de transmission de ces infections par transfusion en France. Epidémiologie des donneurs de sang infectés par le VHB et le VHC et risque résiduel de transmission de ces infections par transfusion en France. Josiane Pillonel, Institut de Veille Sanitaire, Dominique

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2014-2015 Méthodes virologiques courantes Méthodes directes : détecter l agent infectieux ou l un de ses composants - infectiosité

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2016-2017 - Principales méthodes de diagnostic virologique prélèvements, sérologies, biologie moléculaire, - Exemples par

Plus en détail

Les virus majeurs transmis par le sang

Les virus majeurs transmis par le sang Les virus majeurs transmis par le sang Dr Syria LAPERCHE Centre National de Référence R des Hépatites H B et C et du VIH en Transfusion Institut National de la Transfusion Sanguine, Paris, France Journée

Plus en détail

Prévention des infections virales transfusionnelles : examens de dépistage

Prévention des infections virales transfusionnelles : examens de dépistage Prévention des infections virales transfusionnelles : examens de dépistage Christoph Niederhauser CNI/2010 Journée d Hémovigilance Berne 2010 1 Thèmes Sécurité des produits sanguins au regard des agents

Plus en détail

Une entreprise à découvrir: le LFB

Une entreprise à découvrir: le LFB Une entreprise à découvrir: le LFB Laboratoire français du Fractionnement et des Biotechnologies Profession: Bio-Entrepreneur 2007 Rémi Urbain Direction R&D, LFB 15 et 16 Mars 2007 www.bio-entrepreneur.net

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

DON DU SANG EN LORRAINE (LC)

DON DU SANG EN LORRAINE (LC) LORRAINE-CHAMPAGNE DON DU SANG EN LORRAINE (LC) EPIDEMIOLOGIE ET HEMOVIGILANCE Dr Xavier TINARD (Directeur Adjoint EFS LC, Correspondant d Hémovigilance EFS LC) XVème Réunion Régionale d Hémovigilance

Plus en détail

THÈSE DE DOCTORAT EN SCIENCES VÉTÉRINAIRES. Résumé

THÈSE DE DOCTORAT EN SCIENCES VÉTÉRINAIRES. Résumé THÈSE DE DOCTORAT EN SCIENCES VÉTÉRINAIRES Résumé Orientation : Médecine Vétérinaire Titre de la thèse en français : Détection des contaminants viraux sanguins chez l homme par PCR Titre de la thèse en

Plus en détail

Inactivation des pathogènes dans les plasmas transfusionnels par la technique Intercept

Inactivation des pathogènes dans les plasmas transfusionnels par la technique Intercept Inactivation des pathogènes dans les plasmas transfusionnels par la technique Intercept Niels Lion niels.lion@mavietonsang.ch Journée romande de formation en médecine transfusionnelle 5 octobre 2012 Plan

Plus en détail

Diagnostic au laboratoire de l hépatite B Protéine C AgHBc Protéine Pré-S2 Protéine S Protéine Pré-S1 AgHBs Marqueurs sérologiques AgHBs Anticorps anti-hbs ADN viral 42nm Particule de Dane Polymérase Anticorps

Plus en détail

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente.

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente. DIVERSITE DES INFECTIONS VIRALES Dr Rafik HARRATH Laboratoire de Virologie, Faculté de Pharmacie de Monastir Les infections virales Infection transformante Infection aiguë lytique Infection latente Cellule

Plus en détail

Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD

Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD FACULTE DE MEDECINE D ALGER Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD Dr A. BENSALEM Année universitaire 2015-2016 Généralités VIRUS DES HEPATITES Deux modes de transmission préférentiels Parentéral

Plus en détail

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi Inactivation des PSL: présent et futur Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi La transfusion sanguine: un système «ultra-sur».aujourd hui Carson J L et al. Ann Intern

Plus en détail

Inactivation des pathogènes dans le plasma par le procédé Intercept: état du projet

Inactivation des pathogènes dans le plasma par le procédé Intercept: état du projet Inactivation des pathogènes dans le plasma par le procédé Intercept: état du projet Niels Lion Service Régional Vaudois de Transfusion Sanguine niels.lion@mavietonsang.ch Association Suisse de Médecine

Plus en détail

Les virus des hépatites

Les virus des hépatites Les virus des hépatites Virus de l hépatite B Principale cible = foie Les virus des hépatites Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite

Plus en détail

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC de «Cotrimo-CI

Plus en détail

L omniprésence du VHE en Algérie

L omniprésence du VHE en Algérie Institut Pasteur d Algérie Laboratoire des Hépatites Virales L omniprésence du VHE en Algérie A.BENSALEM, N. Hihi, K. Selmani, N. Benchrifa, F. Mostefaoui, C. Kerioui, SAHGEED 17, 18 et 19 Décembre 2015

Plus en détail

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance Pr Diane Descamps Laboratoire de Virologie Hôpital Bichat-Claude Bernard EA 4409 Université Paris 7 en virologie Plan Généralités Les

Plus en détail

Avis de la commission. 11 février Laboratoire français du Fractionnement et des Biotechnologies

Avis de la commission. 11 février Laboratoire français du Fractionnement et des Biotechnologies COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la commission 11 février 2004 WILSTART, poudres et solvants pour solution injectable Laboratoire français du Fractionnement et des Biotechnologies

Plus en détail

Les différents produits sanguins et leurs principales indications

Les différents produits sanguins et leurs principales indications Les différents produits sanguins et leurs principales indications Dr Frédéric JOYE Comité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance (CSTH) Produits Sanguins thérapeutiques Produits sanguins thérapeutiques

Plus en détail

SURVEILLANCE DES MARQUEURS D UNE INFECTION PAR LE VIH, L HTLV ET LES VIRUS DES HEPATITES B ET C CHEZ LES DONNEURS DE SANG EN FRANCE

SURVEILLANCE DES MARQUEURS D UNE INFECTION PAR LE VIH, L HTLV ET LES VIRUS DES HEPATITES B ET C CHEZ LES DONNEURS DE SANG EN FRANCE Retour au sommaire des BEH de 2001 SURVEILLANCE DES MARQUEURS D UNE INFECTION PAR LE VIH, L HTLV ET LES VIRUS DES HEPATITES B ET C CHEZ LES DONNEURS DE SANG EN FRANCE Josiane Pillonel* et Syria Laperche**

Plus en détail

Les hépatites virales

Les hépatites virales Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2013 2014 Vendredi 20 septembre 2013 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C Concentration relative NUMERO - info 7 2016 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C 1- DIAGNOSTIC SÉROLOGIQUE DE L HÉPATITE A Le diagnostic d une infection récente par le virus de l hépatite

Plus en détail

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde 150 millions de sujets porteurs chroniques Prévalence entre 0,1 et 5 % selon les pays 5 millions en Europe de l Ouestl En Europe, le VHC est responsable

Plus en détail

Dr Jalel Boukadida - Dr Naila Hannachi Laboratoire de Microbiologie CHU F.Hached Sousse

Dr Jalel Boukadida - Dr Naila Hannachi Laboratoire de Microbiologie CHU F.Hached Sousse Journée de formation pour les résidents en Microbiologie et Maladies Infectieuses 23 Septembre 2011 Dr Jalel Boukadida - Dr Naila Hannachi Laboratoire de Microbiologie CHU F.Hached Sousse Virus : principaux

Plus en détail

L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN. Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue

L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN. Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue LES HEPATITES VIRALES DANS LES PAYS DU SUD Améliorer la prévention et la prise en charge des patients

Plus en détail

Les virus des hépatites virales

Les virus des hépatites virales Les virus des hépatites virales Pr.Khelifa - Hépatites primitives : Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite G (HGV) - Atteintes hépatiques

Plus en détail

4 types de plasma thérapeutique homologue

4 types de plasma thérapeutique homologue 4 types de plasma thérapeutique homologue PFC traité par solvant-détergent PFC-SD (200 ml) PFC traité par amotosalen PFC-IA (200 à 300 ml) PFC sécurisé par quarantaine (> 60 jours) PFC-Se (200 à 850 ml)

Plus en détail

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C La PCR en temps réel est fondée sur la détection et la quantification des produits d amplification au cours de la réaction de PCR, dans le tube fermé, plutôt qu à la fin de la réaction comme c est le cas

Plus en détail

DÉJÀ CINQ ANS Faits saillants *

DÉJÀ CINQ ANS Faits saillants * DÉJÀ CINQ ANS Faits saillants * À l issue de ses cinq premières années d existence, Héma-Québec est fière de présenter un bilan de ses principales réalisations, auquel s ajoute le rapport annuel. Le développement

Plus en détail

Les hépatites virales, une menace pour la santé publique en République Centrafricaine

Les hépatites virales, une menace pour la santé publique en République Centrafricaine Les hépatites virales, une menace pour la santé publique en République Centrafricaine Narcisse P KOMAS Laboratoire des Hépatites virales Institut Pasteur de Bangui 1 INTRODUCTION (1) Inflammation du foie

Plus en détail

SANG et TRANSFUSION. Produits Sanguins Labiles (PSL) Don du sang

SANG et TRANSFUSION. Produits Sanguins Labiles (PSL) Don du sang SANG et TRANSFUSION Produits Sanguins Labiles (PSL) Don du sang Les produits sanguins labiles Les concentrés de globules rouges (CGR) Les concentrés de plaquettes (CPA, CPS) Les plasmas frais congelés

Plus en détail

LA TRANSFUSION EST-ELLE INOFFENSIVE?

LA TRANSFUSION EST-ELLE INOFFENSIVE? LA TRANSFUSION EST-ELLE INOFFENSIVE? Introduction Risque infectieux Risque immunologique Risque métabolique Risque organisationnel Réactions transfusionnelles Conclusion 20.04.2010 1 Introduction ETS IS

Plus en détail

Impact de l émergence virale sur la sécurité transfusionnelle

Impact de l émergence virale sur la sécurité transfusionnelle Impact de l émergence virale sur la sécurité transfusionnelle Syria Laperche Département des agents transmissibles par le sang CNR HBV,HCV, HIV en Transfusion, INTS, Paris 15ème Congrès de la Société Française

Plus en détail

Place des tests rapides d orientation diagnostique (TROD) dans la stratégie de dépistage de l hépatite C

Place des tests rapides d orientation diagnostique (TROD) dans la stratégie de dépistage de l hépatite C Tableau 4 : Performances des TROD (hors séroconversion) marqués CE et distribués en France, selon les s USA 450 échantillons à risque faible de VHC dont le statut VHC est inconnu 2206 échantillons à risque

Plus en détail

Hépatites virales aigües

Hépatites virales aigües 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Gastro-Entéro-Hépatologie Hépatites virales aigües Virus hépatotropes Virus A : Picornavirus Virémie : 10 à 20 jours après la contamination Disparition

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV

Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2014-2015 Les rétrovirus Particularité de réplication : transcription inverse ARN génomique ADN proviral intégré ARN génomique

Plus en détail

Découverte d un nouveau VIH-1

Découverte d un nouveau VIH-1 Pôle de Biologie Laboratoire de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) / EA2656 Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Découverte

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

Les hépatites virales. Dr Karine LACOMBE ---- Année

Les hépatites virales. Dr Karine LACOMBE ---- Année Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2016 2017 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des hépatites HEPATITES VIRALES

Plus en détail

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 DES 13 Fev 2009 1 Plan Démarche diagnostique Hépatite A Hépatite E

Plus en détail

Implémentation d une méthode de détection du virus de la diarrhée virale bovine au sein de la fondation de promotion des productions andines PROINPA

Implémentation d une méthode de détection du virus de la diarrhée virale bovine au sein de la fondation de promotion des productions andines PROINPA Implémentation d une méthode de détection du virus de la diarrhée virale bovine au sein de la fondation de promotion des productions andines PROINPA Marjolaine Martin Introduction Cadre du travail: La

Plus en détail

Informations sur les produits sanguins et dérivés. Version #1 : Mars 2007 Version #3 : Février 2013 BROCHURE HÉMATO-1

Informations sur les produits sanguins et dérivés. Version #1 : Mars 2007 Version #3 : Février 2013 BROCHURE HÉMATO-1 Informations sur les produits sanguins et dérivés Version #1 : Mars 2007 Version #3 : Février 2013 BROCHURE HÉMATO-1 Bonjour, - 1 - Votre condition de santé nécessite l administration de produits sanguins

Plus en détail

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie 2013 Dr Ann-Claire GOURINAT agourinat@pasteur.nc Laboratoire de Référence pour le VIH pour la Nouvelle-Calédonie Institut Pasteur

Plus en détail

Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+

Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+ Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+ Décrets des 21 décembre 2005 et 11 mars 2006 Protocoles dérogatoires : Dérogations permettant le recours à des donneurs présentant un risque

Plus en détail

LES VIRUS EMERGENTS Définition et facteurs favorisants

LES VIRUS EMERGENTS Définition et facteurs favorisants LES VIRUS EMERGENTS Définition et facteurs favorisants Dr O. BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Formation Médicale Continue 19 Février 2010 INTRODUCTION Emergence virale

Plus en détail

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes D. Christmann Vaccinations Vaccin «grippe saisonnière» Vaccin 2009 Cultivé sur œufs embryonnés Fragmenté, inactivé Composition 2009 A/Brisbane/59/2007(H1N1)

Plus en détail

Virus. Virus HIV. IFMT-MS-Nov

Virus. Virus HIV. IFMT-MS-Nov Virus Virus HIV IFMT-MS-Nov.2005 1 Qu est ce qu un virus? les micro-organismes agents des maladies sont classés en 4 types de / taille décroissante : parasites certains visibles à l œil nu champignons

Plus en détail

BONNES PRATIQUES DE PHARMACOVIGILANCE. Cas particulier des médicaments dérivés du sang humain

BONNES PRATIQUES DE PHARMACOVIGILANCE. Cas particulier des médicaments dérivés du sang humain BONNES PRATIQUES DE PHARMACOVIGILANCE Cas particulier des médicaments dérivés du sang humain 1 SOMMAIRE @INTRODUCTION 5 @GLOSSAIRE 7 RÔLE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ 9 @RÔLE DU SYSTÈME NATIONAL DE PHARMACOVIGILANCE

Plus en détail

Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites. Hélène BARRAUD, CHU NANCY

Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites. Hélène BARRAUD, CHU NANCY Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites Hélène BARRAUD, CHU NANCY Le problème Hépatite aigue Hépatite chronique Cirrhose Evènements Cancer HCV - Population générale : Prévalence des Ac anti-vhc

Plus en détail

VIROLOGIE SYSTEMATIQUE

VIROLOGIE SYSTEMATIQUE VIROLOGIE SYSTEMATIQUE 1. Herpesviridae 1.1. Structure 1.2. Classification Abréviation Nom complet Transmission Voie d entrée Cellules cibles HSV1 ou HHV1 Herpes Simplex Virus 1 Contact direct Muqueuses,

Plus en détail

LES VIRUS TRANSMISSIBLES PAR LE SANG

LES VIRUS TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Mise au point LES VIRUS TRANSMISSIBLES PAR LE SANG L. FKI BERRAJAH, H. KARRAY HAKIM Laboratoire de Microbiologie CHU Habib Bourguiba de Sfax Introduction : La transfusion sanguine est un geste généreux,

Plus en détail

Hépatites virales et risque transfusionnel en 2015

Hépatites virales et risque transfusionnel en 2015 Hépatites virales et risque transfusionnel en 2015 Syria LAPERCHE, MD, PhD Département d étude des agents transmissibles par le sang CNR HBV, HCV, HIV en transfusion Institut National de la Transfusion

Plus en détail

TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET VHC*

TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET VHC* Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET

Plus en détail

Diagnostic de l infection à VIH. DCEM1 année Diane Descamps, Bénédicte Roquebert, Thomas Mourez

Diagnostic de l infection à VIH. DCEM1 année Diane Descamps, Bénédicte Roquebert, Thomas Mourez Diagnostic de l infection à VIH DCEM1 année 2008-2009 Diane Descamps, Bénédicte Roquebert, Thomas Mourez Définition et classification Famille : Retroviridae Sous-famille : Orthoretrovirinae Genre : Lentivirus

Plus en détail

Introduction à la transfusion

Introduction à la transfusion Introduction à la transfusion 1 Que savez-vous de la transfusion? 1- Les produits 2- Les consignes de sécurité 3- Les responsabilités 2 Le plus important Le bon produit Ordonnance Réception du colis Au

Plus en détail

Dr Jean-Dominique POVEDA

Dr Jean-Dominique POVEDA Hépatite virale B Données épidémiologiques Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire PASTEUR CERBA Tunis Février 2008 Hépatite virale B Plus de 2 milliards d humains contaminés, Plus de 350 millions de porteurs

Plus en détail

Le diaporama ci-après vous apportera les réponses

Le diaporama ci-après vous apportera les réponses La SFVTT a interrogé l EFS Siège sur les plasmas produits sanguins labiles au sujet de : - l approvisionnement du Plasma en France - le point sur le VHE - le rôle de la déleucocytation des PSL - les caractéristiques

Plus en détail

Transfusion de plaquettes

Transfusion de plaquettes Transfusion de plaquettes Caractéristiques des produits Indications Surveillance Cas cliniques DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE DE THROMBOSE ET HEMOSTASE CLINIQUE (26/01/2015) Dr Michel RABA Etablissement de

Plus en détail

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST Journée régionale Sens, 02 Octobre 2015 M Duong Service des Maladies Infectieuses CHU Dijon INFECTION VHB EN FRANCE - Porteurs chroniques(ag

Plus en détail

SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C

SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C Madame G, 41 ans consulte aux urgences d un CH périphérique pour un ictère : - aucun ATCD - pas de Tt

Plus en détail

Virus de l Hépatite C : la cascade de prise en charge. Françoise Roudot Thoraval Santé Publique

Virus de l Hépatite C : la cascade de prise en charge. Françoise Roudot Thoraval Santé Publique Virus de l Hépatite C : la cascade de prise en charge Françoise Roudot Thoraval Santé Publique Cascade de prise en charge du VIH en France en 2010 160000 149900 140000 120000 100000 80000 100% 121100 81%

Plus en détail

INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33

INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33 1 INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33 millions de personnes infectées dans le monde /25 millions

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Quels acteurs? Qu est-ce qu une prise de risque? AES = accident d exposition au sang ou sexuelle

Plus en détail

Laboratoire de Virologie

Laboratoire de Virologie Laboratoire de Virologie Secteurs d activité Localisation labo - lieux réceptions échantillons (n bâtiment GHPS) Horaires réception échantillons Du lundi au vendredi samedi Dimanche et jours fériés N téléphone

Plus en détail

Chapitre 18 C: Spécifications: Plasma

Chapitre 18 C: Spécifications: Plasma Chapitre 18 C: Spécifications : Plasma RÉFÉRENCES 1 - Guide pour la préparation, l utilisation et l assurance de qualité des composants sanguins - Conseil de l Europe - version en vigueur 2 - European

Plus en détail

Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE. Ce qu il est important de savoir. A quoi sert une transfusion sanguine, et

Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE. Ce qu il est important de savoir. A quoi sert une transfusion sanguine, et Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE Malgré les moyens mis en œuvre pour épargner les pertes sanguines, la réalisation d une intervention chirurgicale nécessite parfois la transfusion de produits

Plus en détail

SUIVI SEROLOGIQUE DES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIES HEMORRAGIQUES CONGENITALES : UNE APPROCHE SECURITAIRE

SUIVI SEROLOGIQUE DES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIES HEMORRAGIQUES CONGENITALES : UNE APPROCHE SECURITAIRE SUIVI SEROLOGIQUE DES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIES HEMORRAGIQUES CONGENITALES : UNE APPROCHE SECURITAIRE H.Menif, S. A. Sallemi, A. Warda, N. Dhieb, H. Rekik, J. Gargouri. CRTS Sfax. INTRODUCTION : Depuis

Plus en détail

EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN

EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN UF de Thérapeutique en Immuno- Infectiologie CHU Hôtel-Dieu EA 3620,

Plus en détail

LE PLASMA SOLVANT/DÉTERGENT: UN NOUVEAU MÉDICAMENT

LE PLASMA SOLVANT/DÉTERGENT: UN NOUVEAU MÉDICAMENT LE PLASMA SOLVANT/DÉTERGENT: UN NOUVEAU MÉDICAMENT Dr. Teddy Novais, Pharmacien Doctorant & Dr. Valérie Chamouard, Pharmacien Hospices Civils de Lyon 24/11/2016 PARTIE INTRODUCTIVE: - Les plasmas thérapeutiques

Plus en détail

Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016

Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016 Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016 Introducton Données anciennes Hépatte d importaton Sujet jeune

Plus en détail

Virus de l hépatite B et marqueurs

Virus de l hépatite B et marqueurs Virus de l hépatite B et marqueurs Le virus de l hépatite B (VHB) Virus VHB: Hepadnavirus,, ADN enveloppé. Modes de transmission principaux: Parentérale Nosocomiale Toxicomanie intraveineuse Sexuelle Mère-enfant

Plus en détail

TRANSFUSION. Produits Sanguins Labiles (PSL)

TRANSFUSION. Produits Sanguins Labiles (PSL) TRANSFUSION Produits Sanguins Labiles (PSL) Rappels : Constituants du sang SANG ELEMENTS FIGURES SANG PLASMA EAU ALBUMINE IMMUNOGLOBULINES FACTEURS DE COAGULATION Prothrombine Proconvertine Facteur Stuart

Plus en détail

Gestion des alertes sanitaires et risque émergent

Gestion des alertes sanitaires et risque émergent Gestion des alertes sanitaires et risque émergent Josiane Pillonel, Epidémiologiste-Démographe Institut de Veille Sanitaire Département des maladies infectieuses Contexte et objectifs Contexte Crises sanitaires

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

HEMOTHERAPIE: LES PREPARATIONS DU SANG

HEMOTHERAPIE: LES PREPARATIONS DU SANG HEMOTHERAPIE: LES PREPARATIONS DU SANG Partie II Dr AKA ANY-GRAH Sandrine Pharmacotechnie armelleci@yahoo.fr 1 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES 1. Définir l hémothérapie 2. Connaître les éléments constitutifs du

Plus en détail

Recommandations pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants

Recommandations pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants Recommandations spécifiques aux décideurs politiques, aux gestionnaires, aux professionnels de santé et aux préventeurs pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants

Plus en détail

VHB: Structure du virus

VHB: Structure du virus Hépatite B VHB: Structure du virus Hepadnaviridae Virus enveloppé, capside icosaédrique, ADN partiellement double brin Particule de Danes (42nm) Particules infectieuses cohabitant avec autres structures

Plus en détail

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus.

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus. Le virus Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en 1983. Il appartient à la famille des rétrovirus. On distingue le VIH de type 1 dont la répartition est mondiale et le VIH2 plus

Plus en détail

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010 Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte Recommandations 2010 Pourquoi de nouvelles recommandations? Etudes de cohorte (When to Start Consortium, NA Accord, HIV Causal

Plus en détail

About DiaMex. Contrôles de diagnostic in vitro

About DiaMex. Contrôles de diagnostic in vitro About DiaMex Contrôles de diagnostic in vitro Contenu Contrôles pour marqueurs de banque du sang Optitrol A 5 Contrôles pour la sérologie d infection Optitrol ToRCH M Plus 6 Optitrol ToRCH G Plus 7 Optitrol

Plus en détail

2007 : Evaluation des extracteurs QiaSymphony (Qiagen) et EasyMag

2007 : Evaluation des extracteurs QiaSymphony (Qiagen) et EasyMag Objectifs : 2007 : Evaluation des extracteurs QiaSymphony (Qiagen) et EasyMag (BioMérieux) pour l extraction de l ADN du cytomégalovirus humain à partir du sang total de la salive et du LCR. (CNR Limoges)

Plus en détail

Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales

Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales Dr Laurence MORAND-JOUBERT CHU Saint-Antoine-Inserm U943 Qu appelle-t on tests rapides d orientation diagnostique? Ce sont des

Plus en détail

Epidémies et maladies émergentes

Epidémies et maladies émergentes Fiche du cours n 2 de Biomédecine quantitative Epidémies et maladies émergentes I- Epidémies et Maladies Infectieuses Emergentes (MIE) 1) Histoire et définition. Historique : Les maladies infectieuses

Plus en détail

cas n 1 : TROD ou pas TROD? Cas clinique 3 Qu en pensez vous? Quel risque? CAT?

cas n 1 : TROD ou pas TROD? Cas clinique 3 Qu en pensez vous? Quel risque? CAT? Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale Cas cliniques Elisabeth Bouvet Elisabeth Rouveix 2014 cas n 1 : TROD ou pas TROD? Homme de 32 ans, vient pour réaliser

Plus en détail

Cours de Virologie. Qu est-ce qu un virus? Rafik HARRATH. Laboratoire de Virologie, LR99-ES27; Faculté de Pharmacie de Monastir

Cours de Virologie. Qu est-ce qu un virus? Rafik HARRATH. Laboratoire de Virologie, LR99-ES27; Faculté de Pharmacie de Monastir Cours de Virologie Qu est-ce qu un virus? Propriétés générales des virus Rafik HARRATH Laboratoire de Virologie, LR99-ES27; Faculté de Pharmacie de Monastir Virus? Particule infectieuse: Structure acellulaire:

Plus en détail

Les deux premiers cas français

Les deux premiers cas français nvmcj et transmission : analyse du risque et recommandations Les deux premiers cas français de donneurs de sang reconnus ultérieurement atteints de nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvmcj)

Plus en détail

Donnez votre sang et sauvez des vies

Donnez votre sang et sauvez des vies Donnez votre sang et sauvez des vies 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour subvenir aux besoins des malades. L Établissement Français du Sang a besoin de donneurs réguliers ainsi que de

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des donneurs de sang en France

Surveillance épidémiologique des donneurs de sang en France Diapositive 1 Surveillance épidémiologique des donneurs de sang en France 1992 2005 Comité de pilotage pour la surveillance épidémiologique des donneurs de sang Les données présentées dans ce diaporama

Plus en détail

SRAS vs grippe aviaire

SRAS vs grippe aviaire Le diagnostic de laboratoire du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et de l influenza aviaire. Hugues Charest, Ph. D. Laboratoire de santé publique du Québec Journées annuelles de santé publique 24

Plus en détail

"Critères d'acceptation du plasma par l'industrie du fractionnement" Démarche qualité plasma au LFB : de l approvisionnement à sa mise en œuvre

Critères d'acceptation du plasma par l'industrie du fractionnement Démarche qualité plasma au LFB : de l approvisionnement à sa mise en œuvre "Critères d'acceptation du plasma par l'industrie du fractionnement" Démarche qualité plasma au LFB : de l approvisionnement à sa mise en œuvre Anne-Marie MONTEMBAULT-PAOLETTI 1 Brasilia 23-08-2011 SOMMAIRE

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Enquête Coquelicot 2011 INVS/ANRS/INSERM : Estimation de la séro-prévalence

Plus en détail

Hémophilie B. I. Bases moléculaires. 1. Facteur IX :

Hémophilie B. I. Bases moléculaires. 1. Facteur IX : Hémophilie B - Maladie hémorragique constitutionnelle à transmission gonosomique récessive - Résulte d un déficit en F IX - Maladie rare touchant un nouveau-né sur 25 000 de sexe masculin - Transmission

Plus en détail

4. Recommandations de la HAS

4. Recommandations de la HAS 4. Recommandations de la HAS 4.1 Dépistage de l hépatite C La HAS, en accord avec l avis du groupe de travail HAS, valide l algorithme biologique de dépistage de l hépatite C proposé par le groupe de travail

Plus en détail

UN EXEMPLE D'IMMUNODEFICIENCE LE SIDA

UN EXEMPLE D'IMMUNODEFICIENCE LE SIDA 7 UN EXEMPLE D'IMMUNODEFICIENCE LE SIDA Objectifs : citer les cellules cibles du virus décrire les phases de l'infection interpréter les courbes d'antigénémie et de concentration en Ac, de concentration

Plus en détail