POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014"

Transcription

1 POURQUOI SE FAIRE VACCINER? Journée e défense d et citoyenneté 2014

2 Avant de commencer Combien d entre vous sont sûrs d être à jour de leurs vaccinations? Qui se sent concerné par la vaccination? Qui sait comment marche un vaccin?

3 Que se passe-t-il dans notre corps? Lorsqu on rencontre un microbe actif, on tombe malade. Lorsqu on est vacciné avec un microbe rendu inoffensif A sa surface, le microbe porte des antigènes qui agissent comme un signal d alerte sur le système de défense. Pour éliminer le microbe, le système de défense produit des anticorps exactement adaptés contre les antigènes. Le microbe rendu inoffensif porte quand même des antigènes qui permettent au système de défense de le repérer. Pour éliminer le microbe, le système de défense produit des anticorps exactement adaptés contre les antigènes. La production des anticorps prend du temps. En attendant, la maladie évolue. La production des anticorps prend du temps. Le vaccin ne rend pas malade.

4 Que se passe-t-il dans notre corps? Lorsqu on rencontre un microbe actif, on tombe malade. Lorsqu on est vacciné avec un microbe rendu inoffensif En général, on finit par guérir : le microbe est éliminé. Le système de défense garde l anticorps en mémoire, pour un temps variable. Si on rencontre le même microbe, il sera tout de suite reconnu et éliminé. Le système immunitaire garde l anticorps en mémoire, pour un temps variable, en fonction du type de vaccin. Si on rencontre le même microbe, il sera tout de suite reconnu et éliminé. Le système immunitaire se rappelle longtemps comment lutter contre le microbe, mais souvent, il a besoin d être stimulé par une piqûre de rappel.

5 Pourquoi se faire vacciner? Parce que ces maladies peuvent être très graves, par exemple : Le tétanos (20 cas par an) : Contractures très douloureuses, spasmes et convulsions Séquelles voire décès dans 1 cas sur 5 La rougeole ( cas déclarés entre 2008 et 2012) : Plaques rouges sur la peau, fièvre, conjonctivite, fatigue intense Complications graves (pneumonies, encéphalites ) plus fréquentes chez les nourrissons et les plus de 20 ans La coqueluche (plus de 400 cas confirmés en 2012) : Toux persistante, peu grave chez l adulte Mais risque de complications très graves chez les nourrissons

6 Pourquoi moi? Me protéger moi-même contre des maladies qui peuvent être graves (ex : tétanos, rougeole, méningite ). Mais aussi protéger mon entourage et ceux qui sont fragiles d une contamination (ex : coqueluche, rougeole ). La vaccination est un moyen efficace pour préserver sa santé et celle des autres!

7 Contre quelles maladies peut-on se faire vacciner? Vaccinations obligatoires en France : diphtérie, tétanos, poliomyélite. Mais beaucoup d autres maladies peuvent être évitées grâce à la vaccination : Vaccinations recommandées pour tous Rougeole Oreillons Papillomavirus humains (HPV) Rubéole Coqueluche Infections à pneumocoques Hépatite B Infections à méningocoque C Vaccinations recommandées dans certaines populations Tuberculose Grippe Varicelle Vaccinations recommandées dans certaines situations (professions, voyages ) Infections à méningocoque A, C Y, W Rage Hépatite A Leptospirose Encéphalite à tiques Infections à Haemophilus influenzae de type b Fièvre typhoïde Encéphalite japonaise

8 Quels sont les risques liés aux vaccins? Un vaccin est un médicament. Possibles effets secondaires, mais très souvent bénins (ex : douleur/rougeur au point d injection) Effets secondaires graves très rares (ex : réactions allergiques) Les complications liées aux maladies sont bien plus graves et fréquentes que les complications liées aux vaccins!

9 A 18 ans, quelles vaccinations?

10 Et maintenant Que pensez-vous de la vaccination?

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION CARNET DE VACCINATION La vaccination, la meilleure protection Le présent carnet de vaccination est précieux. C est le seul document où sont consignés tous les vaccins reçus. Il est important de le conserver

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION Si vous trouvez ce carnet de vaccination, merci de contacter la personne aux coordonnées ci-après. CARNET DE VACCINATION www.carmiest.fr NOM... PRÉNOM.. DATE DE NAISSANCE... ADRESSE..... TÉLÉPHONE... DIPHTÉRIE

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 SOMMAIRE LA VACCINATION : LE POINT SUR LES CONNAISSANCES ACTUELLES 3-7 LES MALADIES : POURQUOI, COMMENT, QUAND SE

Plus en détail

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie.

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie. PS70252 Depliant vaccination 15/06/07 12:11 Page 1 en savoir plus BEH Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire www.invs.sante.fr Institut Pasteur www.pasteur.fr www.plateforme-sante.fr prévention vaccinations

Plus en détail

DES MICROBES OU DES HOMMES, QUI VA L EMPORTER?

DES MICROBES OU DES HOMMES, QUI VA L EMPORTER? DES MICROBES OU DES HOMMES, QUI VA L EMPORTER? Maxime Schwartz Société Royale Belge de Gastro-entérologie Samedi 13 juin 2009 1 Plan INTRODUCTION LE RETOUR DES MICROBES NOUVELLES ARMES CONTRE LES MICROBES

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité - Santé Publique Chapitre 2 : Santé et prévention Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006

Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006 Etiquette n 1 Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006 1. Nom de l enquêteur : 2. Date de l enquête : JJ / MM Heure 1 ère visite / H 2 ème visite / H 3 ème visite / H 2.1 Tentative

Plus en détail

Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes

Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes SOMMAIRE La vaccination permet de protéger chacun de nous contre différents microbes (virus et bactéries) à l origine de maladies infectieuses. Le

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

BOPTEZ POUR LA VACCINATION. Parlez à votre médecin du vaccin contre le MenB *.

BOPTEZ POUR LA VACCINATION. Parlez à votre médecin du vaccin contre le MenB *. BOPTEZ POUR LA VACCINATION Vaccination contre la méningococcie causée par les souches de Neisseria meningitidis du groupe B (MenB) avec BEXSERO. BEXSERO vaccin à constituants multiples contre le méningocoque

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination du 25 au 30 avril 2016

Semaine européenne de la vaccination du 25 au 30 avril 2016 Semaine européenne de la vaccination du 25 au 30 avril 2016 Dossier de presse SE FAIRE VACCINER, C EST SE PROTÉGER ET PROTÉGER LES AUTRES 1 SOMMAIRE 1. LA VACCINATION : UN RÉFLEXE POUR SE PROTÉGER ET PROTÉGER

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Pourquoi protéger vos enfants? Où se faire vacciner en Indre-et-Loire? Livret élaboré en 2014 initialement avec : Conseil Départemental du Loir-et-Cher - Protection

Plus en détail

le dial O gue Ouvrons Questions de Vaccinations

le dial O gue Ouvrons Questions de Vaccinations Ouvrons le dial O gue O Questions de Vaccinations Questions de vaccinations Vous vous posez des questions concernant les vaccinations? Ce livret vous propose de faire le point sur ce que vous attendez

Plus en détail

La prévention par la vaccination

La prévention par la vaccination La prévention par la vaccination Présentation aux partenaires sociaux. ARS Basse Normandie- Caen -24 octobre 2012- A. Bourges (interne Médecine générale) Dr SALAÜN Marie-Anne (chef de service CPMI- Caen)

Plus en détail

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal Mme Anne-Marie CURAT CNSF 10 juin 2014 CNSF : les prescriptions des sages-femmes : un casse tête 10 juin 2014 1 «Je déclare ne pas avoir d

Plus en détail

Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg.

Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg. Vaccination - Informations supplémentaires Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg. Le schéma vaccinal national est cependant fortement recommandé par les autorités de santé

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Pourquoi protéger vos enfants? Où se faire vacciner en Loir-et-Cher? ANNUAIRE 41 Livret élaboré en 2015 en partenariat avec : Conseil Départemental du Loir-et-Cher

Plus en détail

Mieux vaut prévenir que guérir!

Mieux vaut prévenir que guérir! Mieux vaut prévenir que guérir! Immunisation (vaccination) Qu est-ce qu un vaccin? LES VACCINS sont aussi appelés des piqûres, des injections ou des immunisations. Ils offrent une immunisation en aidant

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Pourquoi protéger vos enfants? Où se faire vacciner dans l Eure-et-Loir? Livret élaboré en 2015 en partenariat avec : Conseil Départemental du Loir-et-Cher - Protection

Plus en détail

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE LA VACCINATION UE 2.5 - Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE PLAN 1. Définition 2. Cadre législatif 3. Différents types

Plus en détail

Prévention des Maladies Contagieuses

Prévention des Maladies Contagieuses Prévention des Maladies Contagieuses Prévention des Maladies Contagieuses - Vaccins Lorsqu un vaccin est disponible, la vaccination est le moyen le plus efficace pour lutter contre les maladies contagieuses.

Plus en détail

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte «Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte Pr Odile Launay Centre d investigation clinique de vaccinologie Cochin Pasteur GH Cochin-Hôtel Dieu, Université Paris

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Pourquoi protéger vos enfants? Où se faire vacciner dans le Loiret? Livret élaboré en 2015 en partenariat avec : Conseil Départemental du Loir-et-Cher - Protection

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation rattrapage et mise à jour Introduction Quelques remarques Vaccinations recommandées de base Vaccinations recommandées complémentaires Vaccinations recommandées des groupes à risque

Plus en détail

Polio Awareness Day. Claude Schummer

Polio Awareness Day. Claude Schummer Polio Awareness Day La poliomyélite Causée par un poliovirus, 3 sérotypes (1,2 et 3) Transmission féco-orale, par eau et aliments contaminés Atteinte système nerveux: Méninges (méningite lymphocytaire)

Plus en détail

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Septembre 2016 DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Sommaire La vaccination, à quoi ça sert?...4 Un peu d histoire...5 Le vaccin, comment ça marche?...6 Le vaccin est-il compatible avec

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

20 questions sur l immunisation

20 questions sur l immunisation 1 La Coalition canadienne pour la sensibilisation et la promotion de la vaccination 20 questions sur l immunisation 1. Un vaccin, c est... a. un virus fabriqué en laboratoire b. une protection contre les

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS - VACCINATION

FOIRE AUX QUESTIONS - VACCINATION FOIRE AUX QUESTIONS - VACCINATION DIFFÉRENCES ENTRE LA GRIPPE ET LE RHUME La grippe et le rhume sont des infections des voies respiratoires. Ils sont souvent confondus, car leurs symptômes se ressemblent.

Plus en détail

Maladies d enfance. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire.

Maladies d enfance. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire. à base de paracétamol à base d ibuprofène Maladies d enfance Perdolan (paracétamol) est un médicament. Pas d utilisation prolongée sans avis médical. Lisez attentivement la notice. Perdophen (ibuprofène)

Plus en détail

BT - GEN - WOO. Dossier Médical. Nom et prénom de l enfant : 1/10 M:\ADE\DOCUMENTS TYPES STRUCTURES\DOCUMENTS ENTREE\Dossier médical.

BT - GEN - WOO. Dossier Médical. Nom et prénom de l enfant : 1/10 M:\ADE\DOCUMENTS TYPES STRUCTURES\DOCUMENTS ENTREE\Dossier médical. BT - GEN - WOO Dossier Médical. Nom et prénom de l enfant : 1/10 Informations médicales à destination des parents Dispositions médicales applicables dans les milieux d accueil collectifs Remarque: les

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Pourquoi protéger vos enfants? Où se faire vacciner dans le Cher? Livret élaboré en 2015 en partenariat avec : Conseil Départemental du Loir-et-Cher - Protection

Plus en détail

Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités

Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités Dr. Khaled El Chehadeh Adresse du site : www.docvadis.fr/khaled.elchehadeh Validé par le Comité Scientifique

Plus en détail

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents 156 BEH 16-17 / 20 avril 2009 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RATTRAPAGE POPULATIONS PARTICULIÈRES ET À RISQUE Diphtérie (D), Tétanos

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Il court, il court, le virus de la grippe. Faites-vous vacciner!

Il court, il court, le virus de la grippe. Faites-vous vacciner! vous accompagner Il court, il court, le virus de la grippe. Faites-vous vacciner! n Au plus tard le 31 janvier 2016 msa.fr Tout savoir sur la grippe et le vaccin La grippe est une maladie virale qui peut

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Prends bien soin de moi...

Prends bien soin de moi... Réalisé par : La Direction de santé publique de Lanaudière Prends bien soin de moi... Vaccine-moi! édition 204 Document d informations pour les parents Prends bien soin de moi... Vaccine-moi! édition 204

Plus en détail

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225 143. Vaccinations Connaître les différents types de vaccins et les modalités d administration Connaître le calendrier vaccinal pour la population générale Savoir programmer un rattrapage vaccinal Adapter

Plus en détail

Sensibilité des vaccins à la température. Mars 2014

Sensibilité des vaccins à la température. Mars 2014 Sensibilité des vaccins à la température Mars 2014 Sensibilité à la chaleur Virus varicellazoster EJ vivant ROR BCG EJ Rage VPO Mén A * Fièvre jaune Les vaccins à gauche de la ligne verticale ne sont pas

Plus en détail

Document d informations pour les parents

Document d informations pour les parents Document d informations pour les parents Production : Équipe des maladies infectieuses de la Direction de santé publique et d évaluation de Lanaudière. Rédaction : Docteure Chantale Boucher, pédiatre et

Plus en détail

LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE. Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO

LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE. Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO ARRÊTÉ N 133 DU 30/12/2013, MODIFIANT ET COMPLÉTANT LA LISTE DES MDO Deux catégories selon le

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

Vacciner les ENFANTS? Oui! Pourquoi?

Vacciner les ENFANTS? Oui! Pourquoi? Vacciner les ENFANTS? Oui! Pourquoi? QUESTIONS Avez-vous des questions sur les vaccinations? Ligne Info-vaccin 0844 448 448 Pour toute question, adressez-vous à votre médecin ou appelez la ligne Info-vaccin

Plus en détail

[cover] Après avoir fait vacciner votre enfant

[cover] Après avoir fait vacciner votre enfant [cover] Après avoir fait vacciner votre enfant Lorsque vous décidez de faire vacciner votre enfant, vous prenez la décision de le protéger contre une ou plusieurs maladies infectieuses. Pour que vous sachiez

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

PRÉVENTION SANTÉ. vacciner c est protéger, vacciner c est sauver

PRÉVENTION SANTÉ. vacciner c est protéger, vacciner c est sauver Vous êtes collégien ou lycéen, dans ce CD vous pourrez, à partir d une recherche personnelle ou de groupe, ou sur un projet ou un travail personnel encadré, trouver : des situations vécues, des résultats

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 II - VACCINATIONS À CARACTÈRE OBLIGATOIRE DANS LE CADRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE...6 III - VACCINATIONS OBLIGATOIRES

Plus en détail

LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE

LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE Cours International Francophone de Vaccinologie Diplôme Universitaire de vaccinologie 2011-2012 LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE Blandine Esquerre Plan de l EXPOSE INTRODUCTION ENJEUX POPULATION DEFINITIONS

Plus en détail

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Centre Hospitalier Universitaire d Oran Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive Université d'oran 1 Ahmed

Plus en détail

Document d informations pour les parents

Document d informations pour les parents Document d informations pour les parents Production : Équipe des maladies infectieuses de la Direction de santé publique de Lanaudière. Rédaction : Docteure Chantale Boucher, pédiatre-conseil et Docteure

Plus en détail

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Questions-réponses sur le calendrier des vaccinations 2013 Le calendrier des vaccinations 2013 introduit des modifications importantes pour l ensemble de la population

Plus en détail

Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale

Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale Solen Kernéis Equipe Mobile d Infectiologie & CIC de Vaccinologie Cochin Pasteur COREVIH Ile

Plus en détail

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 pour tous, quelle que soit la destination > Enfants (jusqu à 18 ans) Mise à jour des vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français, certaines pouvant

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant isopix L A VACC I N AT I O N C H E Z L E N FA N T Les maladies infectieuses menacent l homme tout au long de son existence: enfant, adulte, senior, dans son cadre de vie usuel

Plus en détail

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Introduction VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Journées de l ARLIN 0 - Session Maladies transmissibles à l hôpital et en EHPAD Personnels hôpitaux et EHPAD : population exposée au risque biologique

Plus en détail

Qu est-ce que l homéopathie? 15 Dénomination 15 Principes 16

Qu est-ce que l homéopathie? 15 Dénomination 15 Principes 16 Table des matières INTRODUCTION 15 Qu est-ce que l homéopathie? 15 Dénomination 15 Principes 16 Que signifie la maladie? 16 Essai d explication 16 Déclenchement 17 Modalités 17 Historique du malade (anamnèse)

Plus en détail

VACCINER? MIEUX COMPRENDRE POUR DÉCIDER

VACCINER? MIEUX COMPRENDRE POUR DÉCIDER VACCINER? MIEUX COMPRENDRE POUR DÉCIDER VACCINER? MIEUX COMPRENDRE POUR DÉCIDER Sur les pages bleues vous trouverez l information générale Les pages vertes répondent aux questions sur la vaccination, une

Plus en détail

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse Dossier établi à partir des données InVS au 5 octobre 2011 A actualiser pour toute utilisation postérieure à cette date La

Plus en détail

LA VACCINATION, POURQUOI?

LA VACCINATION, POURQUOI? LA VACCINATION, POURQUOI? La vaccination permet de protéger chacun de nous contre différents microbes à l origine de maladies infectieuses (virus et bactéries). Elle stimule notre système immunitaire,

Plus en détail

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION Dre.Carol Mcconnery Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION 1 OBJECTIFS Suite de cette rencontre, les médecins de

Plus en détail

Soins infirmiers 180-AO Année Informations importantes. Vous assurer de la mise à jour de votre dossier de vaccination

Soins infirmiers 180-AO Année Informations importantes. Vous assurer de la mise à jour de votre dossier de vaccination Soins infirmiers 180-AO Année 2015-2016 Informations importantes À FAIRE OBLIGATOIREMENT avant votre entrée au cégep : Vous assurer de la mise à jour de votre dossier de vaccination DÉPARTEMENT DE SOINS

Plus en détail

linformationestlameilleureprescription.org

linformationestlameilleureprescription.org linformationestlameilleureprescription.org _FRE_Inner Booklet_v11.indd 1 «L information est la meilleure prescription» (imp) est un programme qui vous aide à prendre votre santé en main tout en travaillant

Plus en détail

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique?

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Dr Magali Vidal-Roux Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand Samedi 3 décembre 2016 De 1881 à 2016 1881 «Des virus affaiblis ayant

Plus en détail

Pr Didier Neau. Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin

Pr Didier Neau. Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Pr Didier Neau Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Avril 2015 Introduction Prise en charge des maladies infectieuses Curatif: antibiotiques, antiviraux, antifongiques, antiparasitaires

Plus en détail

La vaccinothérapie : techniques, efficacité, diversité et polémiques. Formation continue Enseignants de SV STU

La vaccinothérapie : techniques, efficacité, diversité et polémiques. Formation continue Enseignants de SV STU La vaccinothérapie : techniques, efficacité, diversité et polémiques Formation continue Enseignants de SV STU Bibliographie conseillée Articles Pour La Science & La Recherche Janeway Abbas Les agents pathogènes

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

VACCINATION. carnet. de bord

VACCINATION. carnet. de bord VACCINATION carnet de bord Professionnels de santé votre vaccination est essentielle Médecin, infirmier, pharmacien, chirurgien-dentiste et sage-femme, en vous vaccinant, vous vous assurez une protection

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Généralités Les pages Sigles et acronymes ont été renommées Abréviations et sont maintenant divisées

Plus en détail

Chapitre 5 : les défenses de l organisme

Chapitre 5 : les défenses de l organisme Chapitre 5 : les défenses de l organisme Comment notre organisme se défend-il contre les contaminations ou les infections par les micro-organismes? I/ Plusieurs acteurs luttent contre les microbes. Voir

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Comment notre corps peut-il lutter contre l infection? I/ Les micro-organismes sont généralement rapidement digérés par des phagocytes. Voir activités du livre p.

Plus en détail

VACCINATION ET ÉDUCATION AU CHOIX : LE RAPPORT BÉNÉFICE-RISQUE. Hervé Levesque Enseignant-associé à l Ifé-ENS de Lyon, équipe Acces

VACCINATION ET ÉDUCATION AU CHOIX : LE RAPPORT BÉNÉFICE-RISQUE. Hervé Levesque Enseignant-associé à l Ifé-ENS de Lyon, équipe Acces VACCINATION ET ÉDUCATION AU CHOIX : LE RAPPORT BÉNÉFICE-RISQUE Hervé Levesque Enseignant-associé à l Ifé-ENS de Lyon, équipe Acces Vaccination et éducation au choix UNE ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE PROPOSITION

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT

DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT Pour l accueil en crèche de votre enfant, vous trouverez ci-dessous la liste des pièces indispensables qui doivent être remises à la crèche au minimum un mois et demi

Plus en détail

Calendrier Ce que tu sèmes aujourd hui, tu le récolteras demain. Proverbe kurde

Calendrier Ce que tu sèmes aujourd hui, tu le récolteras demain. Proverbe kurde Calendrier Ce que tu sèmes aujourd hui, tu le récolteras demain. Proverbe kurde Calendrier Janvier Avril Juillet Octobre 0 0 0 0 0 0 Février Mai Août Novembre 0 0 0 Mars Juin Septembre Décembre 0 0 0 0

Plus en détail

CALENDRIERS D'IMMUNISATION

CALENDRIERS D'IMMUNISATION CALENDRIERS D'IMMUNISATION 6.1 PRÉAMBULE Les calendriers d immunisation présentés dans ce chapitre représentent le Programme québécois d immunisation soutenu financièrement par le MSSS. Des vaccins qui

Plus en détail

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron Vaccinations du Nourrisson François-Marie Caron Impact d un programme de vaccinations RUBEOLE 1970 OREILLONS 1983 ROUGEOLE 1983 ASSOCIATION 1986 Acceptation vaccination garçon oreillons 1996 Rattrapage

Plus en détail

Co-administrations vaccinales et schémas accélérés chez le voyageur international

Co-administrations vaccinales et schémas accélérés chez le voyageur international Co-administrations vaccinales et schémas accélérés chez le voyageur international Matthieu MECHAIN Médecine Tropicale et du Voyageur CHU Bordeaux Morgane DONADEL, Thierry PISTONE, Marie-Catherine RECEVEUR,

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2011-2012 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

Vacciner? Mieux comprendre pour décider

Vacciner? Mieux comprendre pour décider Vacciner? Mieux comprendre pour décider Programme de vaccination de la Communauté française Edition 2010 Vacciner? Mieux comprendre pour décider g Sur les pages bleues vous trouverez l information générale

Plus en détail

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination oc è s 3 s gs è 39l Maladies d enfance chez l adulte: quels sont les problèmes et pourquoi vacciner? Dr L. Senn, SMPH, CHUV Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination Rougeole Oreillons

Plus en détail

Les maladies contagieuses

Les maladies contagieuses Les maladies contagieuses LA SANTÉ LES MALADIES CONTAGIEUSES Les maladies contagieuses sont causées par des microbes: virus, bactéries, parasites ou champignons. La vaccination est le meilleur moyen de

Plus en détail

et maladies neuromusculaires

et maladies neuromusculaires septembre 2016 savoir & comprendre repères nobeastsofierce - Fotolia.com VACCINATION et maladies neuromusculaires La vaccination est un moyen de prévention contre certaines maladies infectieuses (tétanos,

Plus en détail

SIGNALEMENT D UN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE

SIGNALEMENT D UN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE SIGNALEMENT D UN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE Préliminaire : Toute maladie contagieuse peut présenter au niveau de la collectivité un risque plus ou moins important en raison

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

UNE CAMPAGNE DE PROMOTION DE LA VACCINATION ORIGINALE

UNE CAMPAGNE DE PROMOTION DE LA VACCINATION ORIGINALE UNE CAMPAGNE DE PROMOTION DE LA VACCINATION ORIGINALE Dimitri LUCAT, AS Ehpad Rudayna MAARI, PH hygiéniste Fabienne PIVIDORI, cadre formateur IFSI Rudy RAMIS, étudiant IFSI Point de départ du projet de

Plus en détail

Au programme : SURF PARC AQUATIQUE

Au programme : SURF PARC AQUATIQUE Villenave d Ornon Avril 2016 Cher judoka, Ton club de judo projette d organiser une sortie «OXYGENE» au camping AIROTEL à LACANAU pour les groupes Samouraïs 3, Samouraïs 4 et 5. Cette année encore, pour

Plus en détail