Tendances monétaires et financières au 4 ème trimestre de 2015, sous l effet du choc externe

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tendances monétaires et financières au 4 ème trimestre de 2015, sous l effet du choc externe"

Transcription

1 Tendances monétaires et financières au 4 ème trimestre de 2015, sous l effet du choc externe Suite à la chute des prix du pétrole d environ 50 % en 2014, en contexte de forte appréciation du dollar par rapport à l euro et à d autres devises, l impact du choc externe sur l économie nationale s est accentué au cours de l année 2015 avec un accent plus prononcé au quatrième trimestre pour certains indicateurs macroéconomiques. Au cours de ce trimestre, le Produit Intérieur Brut (PIB) a enregistré une croissance appréciable de 4,9 % contre 2,5 % pour la même période de Cette croissance résulte, notamment, de la croissance exceptionnelle de 5 % réalisée par le secteur des hydrocarbures (contre -7,9 % au quatrième trimestre 2014) et du secteur de l agriculture (10,0 %). La croissance, au quatrième trimestre 2015, a été plus faible dans le secteur des services marchands (5,6 % contre 7,4 % au quatrième trimestre 2014) et le secteur de l industrie (3,2 % contre 4,6 % pour la même période en 2014) ; elle a été, en revanche, en fort recul, à hauteur de 5,2 %, dans le secteur du bâtiment et travaux publics, lequel avait réalisé une croissance élevée de 12,3 % au quatrième trimestre Dans l ensemble, ces évolutions ont permis d atteindre en 2015 une croissance annualisée du PIB de 3,9 %, légèrement supérieure à celle réalisée en 2014 (3,8 %) et une croissance hors hydrocarbures de 5,5 % contre 5,6 % en En 2015, le secteur des hydrocarbures a renoué avec la croissance (0,4 % contre - 0,6 % en 2014) après neuf années consécutives de croissance négative. 1. La forte baisse du prix moyen du baril de pétrole brut, qui est passé de 109,92 dollars/baril au premier semestre 2014 à seulement 58,23 dollars/baril au premier semestre 2015 suivie par une baisse aux troisième et quatrième trimestres (50,52 et 43,49 dollars/baril respectivement), a débouché sur un prix moyen de 47,24 dollars/baril au 1

2 second semestre de l année sous revue. Au total, le prix moyen de pétrole s est établi à 53,07 dollars/baril en 2015 contre 100,23 dollars/baril en Cette chute des prix du pétrole (-47,05 %), associée à une très légère baisse des quantités d hydrocarbures exportées en rythme annuel (-0,28 %), s est matérialisée par un niveau de recettes d exportation des hydrocarbures de seulement 33,08 milliards de dollars en 2015, dont 14,85 milliards de dollars au second semestre, contre 58,46 milliards de dollars l année précédente. Une telle contraction (-43,41 %) confirme l ampleur du choc externe qui pèse sur l économie nationale, très vulnérable aux hydrocarbures qui demeurent les principaux produits d exportation de l Algérie. En termes trimestriels, les exportations d hydrocarbures sont passées de 8,71 milliards de dollars au premier trimestre de 2015 à 9,53 milliards de dollars au second trimestre pour reculer sensiblement aux troisième et quatrième trimestres à seulement 7,58 milliards de dollars et 7,26 milliards de dollars respectivement. Il est à rappeler, qu en 2014, le niveau trimestriel moyen des exportations d hydrocarbures était de 14,62 milliards de dollars contre 15,95 milliards de dollars en Les exportations hors hydrocarbures qui demeurent encore structurellement faibles, ont enregistré en 2015 un recul à 1,48 milliard de dollars contre 1,67 milliard de dollars en Ce niveau d exportation reste en deçà du potentiel du pays en matière de diversification des exportations. Selon les données des douanes, les importations de biens (fob) qui ont connu un trend haussier ces dernières années, ont baissé en 2015, dans un contexte marqué par une forte dépréciation de l euro par rapport au dollar (-16,55 % en moyenne annuelle). Ces importations se sont établies à 52,65 milliards de dollars au cours de l année sous revue contre 59,67 milliards de dollars en 2014, soit une diminution de 11,8 %. Le recul des importations est également effectif en rythmes semestriel et trimestriel. En termes trimestriels, après avoir atteint un niveau de 14,67 milliards de dollars au quatrième trimestre 2014, les importations de biens sont passées de 13,53 milliards de dollars au premier trimestre de 2015, à 14,06 milliards de dollars au second trimestre, pour reculer 2

3 sensiblement aux troisième et quatrième trimestres à respectivement 12,60 et 12,46 milliards de dollars. Le niveau trimestriel moyen des importations de biens est de 13,16 milliards de dollars en La baisse appréciable des importations (fob) en 2015 a concerné tous les groupes de biens, à l exception des biens d équipements agricoles dont les importations se sont relativement stabilisées. Le groupe «biens de consommation alimentaire» a enregistré une baisse importante de -1,60 milliard de dollars, passant de 10,55 milliards de dollars en 2014 à 8,95 milliards de dollars au titre de l année sous revue. Cette baisse est due essentiellement à la baisse des importations de la poudre de lait (-42,8 %). Le groupe «biens non alimentaires» a connu aussi une importante baisse sur la période, passant de 9,89 milliards de dollars en 2014 à 8,24 milliards de dollars en 2015, soit un recul de 1,65 milliard de dollars, sous l effet principalement de la baisse de la facture des importations de véhicules de tourisme (-997 millions de dollars) et de médicaments (-212 millions de dollars). La mise en œuvre récemment de mesures visant à contenir l emballement des importations a contribué à cette baisse des importations. Ces mesures comprennent, notamment, le resserrement des exigences en matière de normes et la mise en œuvre attendue du dispositif d encadrement des importations. Parallèlement, la Banque d Algérie a procédé au renforcement des exigences en matière de détermination de la surface financière de l importateur pour les besoins de domiciliation bancaire. Elle a également réduit le ratio prudentiel fonds propres des banques / leurs engagements au titre du commerce extérieur et a intensifié les contrôles des opérations du commerce extérieur directement au niveau des agences bancaires. Il s agit de contrôle des dispositifs des banques en matière de contrôle interne, notamment en ce qui concerne les vérifications a posteriori de la «bonne foi» concernant les opérations avec le reste du monde. Ainsi, sous l effet du choc externe et du niveau encore élevé des importations en 2015, le solde de la balance commerciale est passé d un quasi équilibre en 2014 (+0,46 milliard de dollars) à un déficit de 18,08 milliards de dollars. En effet, le choc pétrolier est d une ampleur telle que le solde de la balance commerciale enregistre son premier déficit après plus de dix-huit (18) années d excédents consécutifs. Le recul des 3

4 importations de biens n a pu compenser que très partiellement la forte contraction des exportations d hydrocarbures. Parallèlement, sous l effet du recul des importations de services, telles que compilées à partir des données des banques, le déficit du poste «services hors revenus des facteurs» a connu un rétrécissement appréciable de 620 millions de dollars entre 2014 et 2015, s établissant à 7,52 milliards de dollars en Cette situation résulte essentiellement du recul des importations des services de transport et des services techniques en contexte de stabilisation relative des exportations de services. En dépit de l important transfert de dividendes au cours du premier trimestre 2015, en situation de baisse des recettes au titre des revenus des facteurs, le poste «revenus des facteurs» (revenus primaires) a connu un amenuisement de son déficit qui s est établi à 4,44 milliards de dollars en 2015 contre 4,81 milliards de dollars en 2014 ; l amenuisement s étant produit au quatrième trimestre Comparativement à l année 2014, le recul sensible de la part en production des associés de l entreprise nationale des hydrocarbures au cours des quatre trimestres de l année sous revue en a été le principal facteur explicatif. Le poste «transferts courants nets» (revenus secondaires) a continué d enregistrer en 2015 des excédents appréciables (2,56 milliards de dollars), quoique en recul par rapport à la même période de 2014 (3,22 milliards de dollars), dans un contexte marqué par une forte dépréciation de l euro face au dollar. Ainsi, après avoir enregistré en 2014 son premier déficit (-9,28 milliards de dollars) faisant suite à plus de quinze années d excédents, le compte courant de la balance des paiements a été marqué par un creusement de son déficit (-27,48 milliards de dollars) en 2015, dans un contexte de dégradation sensible de la balance commerciale. Ce déficit est dû essentiellement à la chute des prix du pétrole, d une part, et à l important transfert de dividendes, d autre part. Quant au compte de capital et opérations financières, il a enregistré également un déficit en 2015 (-0,06 milliard de dollars contre un excédent de 3,40 milliards de dollars en 2014), suite au transfert de 2,34 4

5 milliards de dollars au titre d une cession par des non-résidents à des résidents de leurs parts dans une entreprise résidente. Au total, le solde global de la balance des paiements de l année 2015, établie par la Banque d Algérie à partir des différentes sources de données, affiche un déficit de 27,54 milliards de dollars (14,38 milliards de dollars au premier semestre et 13,16 milliards de dollars au second semestre) contre un déficit de seulement 5,88 milliards de dollars au titre de l année précédente. Pour mémoire, la chute des prix du pétrole au second semestre 2014 s est soldée par un déficit global de la balance des paiements de 4,56 milliards de dollars au cours de ce semestre contre 1,32 milliard de dollars au premier semestre de la même année. Le déficit record de 2015 conjugué à l effet de valorisation négatif, a fait que les réserves officielles de change (or non compris) se sont fortement contractées, s établissant à 144,13 milliards de dollars à fin décembre 2015 contre 159,03 milliards de dollars à fin juin 2015 et 178,94 milliards de dollars à fin décembre Cela porte la contraction des réserves officielles de change entre fin 2014 et fin 2015 à 34,81 milliards de dollars. Le niveau des réserves de change reste, cependant, appréciable, couvrant 27 mois d importation de biens et services, en situation de niveau de la dette extérieure à moyen et long termes historiquement très bas (0,72 % du PIB) et d absence de toute dette extérieure portée par les entreprises du secteur des hydrocarbures depuis plus de dix années. L impact du choc externe de grande ampleur sur les fondamentaux a induit une dépréciation du taux de change en 2015 d environ 20 % du dinar par rapport au dollar américain, et une dépréciation plus faible visà-vis de l euro (3,8 %). Compte tenu de la forte dépréciation des monnaies des principaux pays partenaires vis-à-vis du dollar, le taux de change effectif réel du dinar reste encore à fin 2015 au-dessus de son niveau d équilibre. Par conséquent, le taux de change a joué dans une large mesure son rôle d amortisseur de chocs externes, par sa flexibilité soutenue par les interventions de la Banque d Algérie sur le marché interbancaire des changes. En effet, afin de prévenir toute appréciation du taux de change effectif réel dommageable pour la stabilité macroéconomique à moyen terme, la 5

6 relative flexibilité du cours du dinar sur le marché interbancaire des changes permet d absorber, en partie, l effet de la chute des prix du pétrole. Les interventions de la Banque d Algérie sur ce marché s inscrivent dans cet objectif stratégique. 2. Les finances publiques subissent l impact de la chute des prix du pétrole depuis mi L impact du choc externe sur les finances publiques fortement tributaires de la fiscalité pétrolière, est reflété par le creusement du déficit budgétaire et par l érosion des ressources du Fonds de régulation des recettes (FRR). La tendance au creusement du déficit global du Trésor et à l érosion des ressources du FRR s est accentuée durant toute l année 2015, en contexte de faiblesse des revenus de la fiscalité pétrolière, liée à la faiblesse persistante des recettes d exportation d hydrocarbures, et de dépenses budgétaires toujours élevées. En effet, selon les données du Trésor confirmés par celles provenant du système de paiements, les recettes de la fiscalité pétrolière de l année 2015 ont atteint 2273,5 milliards de dinars (1834,1 milliards de dinars à fin septembre 2015 et 1243,1 milliards de dinars à fin juin 2015) contre 3388,4 milliards de dinars au cours de l année Le solde global des opérations du Trésor s est détérioré davantage en 2015 pour atteindre un déficit de 2824,5 milliards de dinars (16,8 % du PIB) contre 1375,4 milliards de dinars au titre de l année 2014 (8 % du PIB). En conséquence, le stock d épargnes financières du Trésor a chuté à 2151,6 milliards de dinars à fin 2015 (4488,2 milliards de dinars à fin 2014). Les ressources du Trésor ont subi une érosion drastique de l ordre de 2336,6 milliards de dinars, soit une réduction de 52,1 % en l espace de douze mois seulement, après plusieurs années d efforts soutenus d épargne budgétaire. L encours des émissions des valeurs d Etat par voie d adjudication du Trésor sur le marché monétaire est passé de 775,1 milliards de dinars à fin décembre 2014 à 811,3 milliards de dinars à fin juin 2015, pour atteindre 998,0 milliards de dinars à fin décembre 2015, soit une hausse de 222,9 milliards de dinars au titre de 2015 (+28,8 %) en contexte de 6

7 remboursement des obligations de rachat de créances non performantes à hauteur de 84,14 milliards de dinars. Enfin, il convient de rappeler les avantages de la politique budgétaire prudente poursuivie pendant les périodes de hausse des prix du pétrole, qui a débouché sur un stock d épargne budgétaire et un faible niveau de la dette publique, facilitant ainsi l ajustement durant les périodes de baisse de la fiscalité pétrolière. Cependant, une baisse prolongée des prix du pétrole interpelle sur l urgence d une plus forte consolidation budgétaire. 3. En situation de déficit de la balance des paiements extérieurs et de creusement du déficit budgétaire, la situation monétaire agrégée établie à partir des situations mensuelles des banques et de la Banque d Algérie (y inclus les dépôts au Trésor et au CCP) se caractérise, au cours de 2015, par une croissance quasi nulle de la masse monétaire M2 (0,13 %), après une stabilisation au premier semestre de la même année (-0,13 %). Cela contraste avec le fort rythme d expansion monétaire en 2014 (14,62 %), et 2013 (8,41 %). La stabilisation de l encours des liquidités monétaires et quasimonétaires en 2015 est liée principalement à une baisse substantielle des dépôts à vue dans les banques (-12,38 %), après leur forte croissance en 2014 (25,14 %). La contraction plus prononcée des dépôts du secteur des hydrocarbures en 2015 (- 41,09 %), à un rythme plus prononcé au second semestre, confirme l acuité de l impact de la chute des prix des hydrocarbures sur la situation financière de l entreprise nationale des hydrocarbures. La contraction des dépôts bancaires à vue et des dépôts à vue au Trésor a été d une ampleur telle que la masse monétaire M1 a enregistré une décroissance de 3,56 % en 2015, malgré la progression soutenue de la monnaie fiduciaire en 2015 (12,28 %) et 2014 (14,20 %). En revanche, la quasi-monnaie (dépôts à terme en dinars et dépôts en devises) s est accrue de 8,81 % au cours de l année 2015 dont 5,46 % au premier semestre 2015, après des progressions de plus de 10 % en 2014 et 2013 (10,62 % et 10,74 % respectivement). Cet agrégat semble montrer une certaine résilience face au choc externe. 7

8 Au total, l agrégat monétaire M2 hors dépôts du secteur des hydrocarbures s est accru de seulement 2,77 % contre 12,50 % en Cela signifie clairement que la contraction des ressources au cours de l année 2015 provenant de l ampleur du choc externe sur l économie nationale, s est matérialisée aussi par un net recul du rythme de croissance des ressources des secteurs hors hydrocarbures. Dans cette conjoncture de choc externe et de contraction corrélative de ressources, l évolution de la structure de la masse monétaire M2 montre une augmentation de la part relative de la monnaie fiduciaire à 30 % à fin 2015 (26,7 % à fin 2014). Cette composante de l épargne financière des ménages et entreprises constitue une opportunité pour les banques, en termes de renforcement de l intermédiation financière. L analyse des contreparties de la masse monétaire fait ressortir une forte baisse des créances nettes de l Etat sur le système bancaire (-128,5 %) en 2015, sous l effet de l utilisation des ressources du Fonds de régulation des recettes, induite par le creusement significatif du déficit des opérations du Trésor, et des nouveaux rachats du Trésor (par émission de titres) de créances non performantes des banques sur la clientèle des entreprises publiques (305,3 milliards de dinars). Face à cette forte contraction des ressources du Trésor, les crédits à l économie, rachats de créances non performantes inclus, ont poursuivi leur progression au cours de l année sous revue, au rythme de 16,57 % (8,70 % au premier semestre 2015) contre 26,15 % en Eu égard au choc externe «violant», ce rythme d expansion des crédits à l économie ne semble pas être soutenable sans recours de certaines banques au refinancement auprès de la Banque d Algérie au cours de l année L analyse de la structure des crédits à fin 2015 par secteur juridique, rachats de créances non performantes déduits, montre que 50,69 % des crédits sont accordés au secteur public et 49,31 % au secteur privé dont seulement 6,39 % aux ménages. Sur la base des situations mensuelles des banques, des données de la centrale des risques et des données sur les rachats de créances non performantes, les crédits accordés aux entreprises publiques, rachats de créances non performantes déduits, ont atteint 3688,2 milliards de dinars à fin 2015 contre 3382,3 milliards de dinars à fin 2014, soit une hausse 8

9 de 9,04 % (18,07 % y inclus les rachats de créances non performantes, soit moins de la moitié du rythme de croissance de 38,96 % atteint l année précédente). Les crédits accordés au secteur privé (entreprises et ménages) se sont établis à 3588,3 milliards de dinars à fin 2015 contre 3121,7 milliards de dinars à fin décembre 2014, soit une croissance de 14,95 %, rythme de croissance quasi identique à celui enregistré au cours de l année 2014 (14,69 %). Les crédits accordés aux ménages ont atteint 465,1 milliards de dinars à fin décembre 2015 contre 404,0 milliards de dinars à fin décembre 2014, soit une hausse de 15,13 %. Les crédits accordés aux ménages sont essentiellement des crédits hypothécaires, laissant présager que l augmentation de l offre de logements devrait contribuer à la promotion de l inclusion financière au profit des ménages. Par ailleurs, la structure des crédits par maturité, rachats de créances déduits, indique qu à fin 2015, les crédits à court terme représentent 23,51 % du total des crédits contre 24,73 % à fin 2014 et les crédits à moyen et long termes 76,49 % des crédits octroyés, contre 75,27 % à fin Le ratio crédits bancaires / dépôts collectés en dinars, qui était de 69,5 % à fin 2013 est passé à 74,7 % à fin 2014 et à 83,7 % à fin 2015 ; ce qui indique une baisse de l excédent de ressources collectées par les banques comparativement aux crédits distribués. L évolution des crédits, en particulier des crédits à moyen et long termes, en situation de stabilisation des dépôts en dinars collectés est la principale cause de la baisse, en 2015, du ratio de liquidité à court terme des banques publiques. En effet, les dépôts en dinars, dépôts monétaires et de garantie collectés par les banques, qui avaient augmenté en 2013 (7,53 %) et 2014 (17,49 %), ont enregistré une légère baisse en 2015 (-0,18 %) due à une forte contraction des dépôts du secteur des hydrocarbures (-41,09 %) et un ralentissement de croissance des dépôts des secteurs hors hydrocarbures (4,11 % contre 14,20 % en 2014). En conséquence, la liquidité des banques a baissé progressivement tout au long de l année 2015 (-32,9 %) pour atteindre 1833 milliards de dinars à fin 2015, après une relative stabilité en 2014 (2731 milliards de dinars à fin 2014). La liquidité bancaire s est ainsi davantage détériorée au 9

10 cours de l année 2015, impactée par la forte baisse des dépôts du secteur des hydrocarbures en contexte de ralentissement des dépôts en dinars collectés auprès des secteurs hors hydrocarbures. Sous l effet de la contraction de la liquidité de certaines banques, le marché monétaire interbancaire a enregistré une augmentation des montants échangés, soit 370,5 milliards de dinars à fin juin 2015 (315,5 milliards de dinars à fin mars 2015) contre 96,5 milliards de dinars à fin décembre Cependant, le troisième trimestre 2015 a enregistré une diminution du montant des liquidités échangées sur ce marché (170,5 milliards de dinars à fin septembre 2015), suivi par une relative stabilisation à fin décembre 2015 (150,5 milliards de dinars). Aussi, face à l amenuisement de l excès de liquidité et dans le but de dynamiser davantage le marché monétaire interbancaire, la Banque d Algérie a réduit graduellement les reprises de liquidité. Il est attendu un retour des banques au refinancement auprès de la Banque d Algérie courant La désinflation significative des années 2013 et 2014, s est interrompue en En rythme annuel moyen, l inflation est de nouveau croissante et a atteint 4,4 % pour l indice national des prix à la consommation (IPC) et 4,8 % pour celui du Grand Alger, en hausses respectives de 0,6 et 1,9 point de pourcentage par rapport à l année précédente. Cela a porté les deux indices à hauteur de 186,4 et 176,1 points en décembre 2015, base 100 en L inflation s est, néanmoins, infléchie au cours des trois derniers mois de l année L inflation structurelle, qui exclut les biens à prix volatils (biens agricoles frais), est aussi de tendance croissante depuis février 2014, atteignant 4,8 % en moyenne annuelle à décembre 2015 contre 2,7 % à juin 2015 et 2,2 % à décembre En 2015, comme l année précédente, les cours des principaux produits agricoles importés par l Algérie ont continué à décroître à des taux annuels moyens à deux chiffres, notamment les cours du blé (-25,8 % à 225 dollars la tonne) et ceux de lait entier en poudre qui s offrait à 2508 dollars la tonne (-35,2 %). Il en est de même pour les glissements annuels des cours, tous négatifs, variant de 2,9 % (huile de tournesol) à 26,6 % (blé des USA). 10

11 L indice national des valeurs unitaires (IVU) des biens alimentaires importés a reculé de 2,5 points de pourcentage à -0,2 % en 2015, à l inverse de l IVU global qui s est accru de 2,9 % en moyenne annuelle. En 2015, les produits à fort contenu d import, de poids relatif de 23,4 %, contribuent à hauteur de 7,2 % à la croissance de l indice annuel moyen des prix à la consommation, en forte hausse par rapport à l année précédente au cours de laquelle leur contribution était négative à 0,7 %. Il convient de relever qu en 2015, l expansion monétaire (M2) historiquement faible et limitée à 0,1 % et en très nette décélération (14,6 % en 2014), ne semble pas être à l origine de la dynamique haussière de l inflation, en situation de dépréciation relativement limitée du taux de change effectif nominal du dinar. Par conséquent, l ampleur de l inflation en 2015 ne peut s expliquer ni par l expansion de la masse monétaire, dont le rythme a été quasi nul, ni par l inadéquation de l offre à la demande, ni par l évolution des prix mondiaux des produits de base importés. Il convient plutôt d en rechercher les causes profondes dans les dysfonctionnements du marché, et notamment de celui des produits agricoles frais, caractérisé par une traçabilité limitée des transactions et une faible régulation. Enfin, les tendances opposées des prix, croissance en Algérie et décroissance en Zone euro, ont conduit, en l espace d une année, à l élargissement du différentiel d inflation en moyenne annuelle qui passe de 2,8 points de pourcentage à décembre 2014 à 4,8 points de pourcentage à décembre

TENDANCES MONETAIRE ET FINANCIERE AU COURS DES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015, SOUS L EFFET DU CHOC EXTERNE

TENDANCES MONETAIRE ET FINANCIERE AU COURS DES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015, SOUS L EFFET DU CHOC EXTERNE TENDANCES MONETAIRE ET FINANCIERE AU COURS DES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015, SOUS L EFFET DU CHOC EXTERNE Alger, le 02 Janvier 2016 Les prix du pétrole, exprimés en dollar, ont chuté d environ 50 % au second

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014

Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014 Alger, Septembre 2014 Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014 1. Sur le marché international de l énergie, le prix du baril de Brent a enregistré une tendance haussière au second trimestre

Plus en détail

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX L inflation, qui avait significativement reculé en 2013, a continué à décroître en 2014 pour se limiter à un rythme annuel moyen compatible avec l objectif de moyen terme.

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie

Banque Centrale de Mauritanie Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Etudes Note sur l évolution récente de l économie mauritanienne à fin juin 2010 (sur la base des données provisoires disponibles au 20 juillet 2010)

Plus en détail

(p)

(p) II.3. SECTEUR MONETAIRE ET FINANCIER II.3.1. RESSOURCES ET EMPLOIS DU SYSTEME BANCAIRE Les ressources du système bancaire (950.480,4 contre 840.466,9 MBIF) se sont accrues presque au même rythme que celui

Plus en détail

BANQUE D ALGERIE. Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie

BANQUE D ALGERIE. Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie BANQUE D ALGERIE 1 Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie Présenté par : Achari-Djokic Branka Séminaire continental de l ABCA Mai 2015

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Année 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Année 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Année 215) Banque Centrale de Tunisie Janvier 216 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Le Fonds Monétaire International (FMI) a révisé, le mois courant, à la baisse

Plus en détail

Flash conjoncture à fin décembre 2011.

Flash conjoncture à fin décembre 2011. % Population (milieu de l'année 10 3 ) 35 978 36 300 * Taux de croisance en volume du PIB (%) 3,3 2,6 ** Taux de croissance en volume du PIB hors Hydrocarbures (%) 6,0 5,8 ** Le PIB (Mds US $) 161,9 197,9

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année 2012 --------- AVRIL 2013 2 SOMMAIRE 1 EVOLUTION DU SECTEUR REEL ET DES PRIX... 3 2 EVOLUTION DU SECTEUR EXTERIEUR...

Plus en détail

THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats

THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats Communicateur: Fidèle BAMA Macro économiste Directeur de la Prévision et des Analyses Macroéconomiques (DPAM) Plan

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE

INDICATEURS DE CONJONCTURE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE ETUDES ET STATISTIQUES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix, Taux de change, Indicateurs

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation Banque de la République d Haïti Note mensuelle d inflation Février 2014 Table des matières I. Introduction... 3 I.2. Évolution de l inflation selon l origine des produits... 4 I.3. Évolution de l inflation

Plus en détail

La lettre mensuelle 1

La lettre mensuelle 1 La lettre mensuelle 1 Bribes macroéconomiques Baisse de 0,9% des avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib à fin février. En janvier, ces avoirs ont représenté 4 mois et 25 jours d importations de biens

Plus en détail

Russie. Service Economique Régional de Moscou

Russie. Service Economique Régional de Moscou Russie Service Economique Régional de Moscou 9 Russie I. Ralentissement structurel depuis l été 2012 II. Récession en 2015 accentuée par la baisse du prix du pétrole III. Stabilisation à un point bas en

Plus en détail

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année 2014 --------- SEPTEMBRE 2014 SOMMAIRE 1 EVOLUTION DU SECTEUR REEL ET DES PRIX... 4 2 - EVOLUTION

Plus en détail

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX Après une forte inflation enregistrée en 2012, la plus élevée de la décennie, l année 2013 a été marquée par une désinflation ample et rapide. La hausse des prix a retrouvé

Plus en détail

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette 1 FIPECO le 17.05.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette La dette publique, rapportée au PIB,

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation Banque de la République d Haïti Note mensuelle d inflation Août 2015 Table des matières Introduction...2 II.- Evolution de l inflation courante en août 2015 2 III.Evolution de l inflation selon l origine

Plus en détail

Liste des encadrés, tableaux et graphiques

Liste des encadrés, tableaux et graphiques Liste des encadrés, tableaux et graphiques Encadrés I. Développements économiques et financiers A.1 La crise dans la zone euro Encadré 1 : Fragmentation financière dans la zone euro 46 A.2 Réponses des

Plus en détail

CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE L'évolution macroéconomique depuis le début des années 2000 a été marquée par un excès de l'épargne sur l'investissement, même si les années 2009 et 2013 ont enregistré

Plus en détail

RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012

RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012 RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012 L état d exécution provisoire du budget général de l Etat au premier trimestre 2012, se présente comme suit : des recettes

Plus en détail

La croissance économique atteindrait 1,6 % en 2008 et 1,2 % en 2009

La croissance économique atteindrait 1,6 % en 2008 et 1,2 % en 2009 Communiqué 12 septembre 2008 Institut des Comptes Nationaux Bureau fédéral du Plan La croissance économique atteindrait 1,6 % en 2008 et 1,2 % en 2009 En application de la loi du 21 décembre 1994, l Institut

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée)

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée) Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 23 septembre 2015 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre

Plus en détail

Le cadre de l analyse macroéconomique

Le cadre de l analyse macroéconomique Le cadre de l analyse macroéconomique Université de Rennes Faculté de Droit et de Science Politique Antenne de Saint-Brieuc Licence Droit 007-008. Une économie de production -. Le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES 1 Numéro 170, avril 2012 PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES Une collecte annuelle inférieure à sa moyenne de long

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mai 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En avril, le climat des affaires se dégrade : l indicateur correspondant perd 3 points et s établit à un niveau inférieur de 5 points à sa moyenne

Plus en détail

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES IEOM RAPPORT ANNUEL 2010 IEOM RAPPORT ANNUEL 2011 LE SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER DANS LES COM DU PACIFIQUE Plusieurs catégories d établissements de crédit interviennent dans les collectivités d outre-mer

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation Banque de la République d Haïti Note mensuelle d inflation Novembre 2016 Table des matières I.- Introduction....2. II.- Évolution de l inflation courante en novembre 2016......2 III.- Évolution des principales

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE 0 Juin 2016 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents observés dans l économie haïtienne en mettant l accent sur l une

Plus en détail

1/ Le déficit des échanges de biens se réduit à nouveau, tandis que les services maintiennent leur niveau élevé d excédent

1/ Le déficit des échanges de biens se réduit à nouveau, tandis que les services maintiennent leur niveau élevé d excédent A 61,2 Md, le déficit des échanges de biens se réduit à nouveau cette année, de 9% par rapport à 2012. Le déficit hors énergie et hors matériel militaire, sur lequel le Premier ministre a fixé un objectif

Plus en détail

Le commerce mondial en

Le commerce mondial en Chapitre III Le commerce mondial en 21 216 La croissance du commerce mondial en volume est restée lente en 21, à 2,7%, chiffre revu à la baisse par rapport à l estimation préliminaire de 2,8% d avril 216.

Plus en détail

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX L accélération de l inflation qui s était manifestée au second semestre de 2011 s est amplifiée en 2012 pour atteindre le taux le plus élevé de la décennie, soit 9,7 %

Plus en détail

Tableau 1 : Evolution des principales grandeurs macroéconomique du Gabon (%)

Tableau 1 : Evolution des principales grandeurs macroéconomique du Gabon (%) CADRE MACROECONOMIQUE DU GABON Généralités Situé en plein cœur d Afrique Centrale, le Gabon s étend sur une superficie de 267 667 Km2. Les pays limitrophes sont le Congo, le Cameroun, la Guinée Equatoriale

Plus en détail

L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour /06/2015

L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour /06/2015 L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour 2015 Deux ouvrages complémentaires Bilan économique INSEE Rapport IEDOM pour une analyse de la situation économique et financière de la Guyane en 2014

Plus en détail

Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire Travaux Dirigés 1 : Éléments de correction La balance des paiements

Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire Travaux Dirigés 1 : Éléments de correction La balance des paiements Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire 2016-2017 Master 1 MBFA / EA Macroéconomie Internationale Enseignant : Dramane Coulibaly (CM), Victor Court (TD) Travaux Dirigés 1 : Éléments

Plus en détail

Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine

Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine Conseil National du Commerce Extérieur Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine Anticiper Partager Agir 2001 www.cnce.org.ma Sommaire AVANT-PROPOS S Y N T H E S

Plus en détail

Adresse postale : Office National de la Statistique

Adresse postale : Office National de la Statistique Office National de la Statistique DSECN REBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité - Justice MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------------------------- OFFICE NATIONAL DE LA STATISTIQUE

Plus en détail

Chapitre 28 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE FRANC

Chapitre 28 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE FRANC Chapitre 28 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE FRANC SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 386 II. LISTE DES TABLEAUX... 386 III. PRÉSENTATION... 387 IV. MÉTHODOLOGIE... 387 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 387 Chapitre

Plus en détail

FRANCE. France. La faible accumulation de capital et le progrès technologique ralentissent la croissance de la productivité du travail

FRANCE. France. La faible accumulation de capital et le progrès technologique ralentissent la croissance de la productivité du travail FRANCE La croissance économique devrait atteindre 1.4 % cette année et 1.5 % en 2017 grâce à la baisse des prix de l énergie, aux allègements des cotisations sociales et des impôts sur les entreprises

Plus en détail

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré FICHE PAYS ESPAGNE : UNE BATAILLE PERDUE D AVANCE? Département analyse et prévision L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré tous les efforts en termes de finances publiques et de réformes

Plus en détail

2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS

2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS 2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS L analyse des agents non financiers, comprenant les ménages et les entreprises non financières, revêt indispensable dans l évaluation de la stabilité financière,

Plus en détail

Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie

Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie Octobre 2007 Ces derniers mois l évolution du cours du pétrole brut est suivie avec une attention particulière et succite

Plus en détail

BILAN DE L ACTIVITE BOURSIERE

BILAN DE L ACTIVITE BOURSIERE BILAN DE L ACTIVITE BOURSIERE Du 04 janvier au 30 décembre 2016 1 Sommaire Introduction 1. Le Tunindex 2. Le Tunindex20 3. Les indices sectoriels 4. Evolution de la capitalisation boursière du marché 5.

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation Banque de la République d Haïti Note mensuelle d inflation Avril 2014 Table des matières Introduction..2 II.- Principales caractéristiques de l inflation en avril 2014.2 1. Evolution de l inflation courante

Plus en détail

RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE. Avril 2016

RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE. Avril 2016 1 RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE Quatrième Trimestre 2015 Avril 2016 1 RESUME ANALYTIQUE... 3 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 5 1.1. Croissance du PIB mondial... 5 1.2. Commerce

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation Banque de la République d Haïti Note mensuelle d inflation Avril 2015 Introduction Cette note examine l évolution de l Indice des Prix à la Consommation (IPC) en Haïti durant le mois d avril 2015. Elle

Plus en détail

Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque

Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque Irem Zeyneloglu L article propose d évaluer la capacité de l économie turque à remplir les conditions imposées par le traité de Maastricht

Plus en détail

Les emplois ont augmenté, en termes réels, à un rythme plus rapide que celui de l année précédente, soit 5,8 p.c. contre une baisse de 3,2 p.c.

Les emplois ont augmenté, en termes réels, à un rythme plus rapide que celui de l année précédente, soit 5,8 p.c. contre une baisse de 3,2 p.c. II. 2. EMPLOIS A. EVOLUTION GENERALE Les emplois ont augmenté, en termes réels, à un rythme plus rapide que celui de l année précédente, soit 5,8 p.c. contre une baisse de 3,2 p.c. TABLEAU 13 : RESSOURCES

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion. 27 mai 2015

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion. 27 mai 2015 1 Cour des comptes Le budget de l État en 2014 : résultats et gestion CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion LES QUATRE RAPPORTS REMIS PAR LA

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE COMMERCE AGROALIMENTAIRE

COUP D ŒIL SUR LE COMMERCE AGROALIMENTAIRE COUP D ŒIL SUR LE COMMERCE AGROALIMENTAIRE Nos exportations atteignent de nouveaux sommets en 2008 L industrie agroalimentaire contribue fortement à l économie du Québec La contribution directe de l industrie

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB STATISTIQUES MONETAIRES

BANK AL-MAGHRIB STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1, PL2, PL3) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des banques

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note sur la politique monétaire. Mars

Banque de la République d Haïti. Note sur la politique monétaire. Mars Banque de la République d Haïti Note sur la politique monétaire Mars 2016 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents observés dans l économie haïtienne

Plus en détail

I. LA MESURE DE LA CREATION MONETAIRE : LA MASSE MONETAIRE

I. LA MESURE DE LA CREATION MONETAIRE : LA MASSE MONETAIRE CHAPITRE 2 LA CREATION MONETAIRE Les ménages, les entreprises ont besoin de monnaie pour réaliser des échanges économiques. Il convient donc de créer suffisamment de monnaie pour faire fonctionner l économie.

Plus en détail

Le BTP toujours en marge de la reprise économique

Le BTP toujours en marge de la reprise économique Baromètre DLR Deuxième trimestre 215 Baromètre Deuxième trimestre 215 Distribution et Location de matériel de BTP et de Manutention Le BTP toujours en marge de la reprise économique En dépit des turbulences

Plus en détail

Malawi

Malawi Malawi 2012 www.africaneconomicoutlook.org Malawi Vue d'ensemble La croissance économique du Malawi est tombée de 6.7 % en 2010 à 5.8 % en 2011 en raison de la réduction des rentrées de fonds des donneurs

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES Royaume du Maroc TRESORERIE GENERALE DU ROYAUME BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES PRINCIPALES TENDANCES A fin avril 2013 et en comparaison avec la même période de 2012, l exécution

Plus en détail

La revue financière Publication du ministère des Finances

La revue financière Publication du ministère des Finances La revue financière Publication du ministère des Finances Faits saillants Ministère des Finances Canada Décembre 2013 : excédent budgétaire de 1,1 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 1,1 milliard

Plus en détail

Bilan Région Poitou-Charentes

Bilan Région Poitou-Charentes Bilan Région Poitou-Charentes Population au 01/01/2014 1 796 434 Economie PIB 2013 46 622 25 995 Évolution depuis 2000 +0,3% Emploi 2013 Niveau d emploi 690 249 - Évolution depuis 2000 +5,0% Taux de chômage

Plus en détail

La balance des paiements

La balance des paiements La balance des paiements Attention parfois les importations deviennent h dans les slides. Balance des paiements : transactions commerciales intervenues entre la France et l extérieur au cours d une période

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012 PROGRESSION DES VENTES DE 24%

RESULTATS ANNUELS 2012 PROGRESSION DES VENTES DE 24% RESULTATS ANNUELS 2012 PROGRESSION DES VENTES DE 24% Liquidités disponibles de 3,8 millions d euros et carnet de commandes record à la clôture de l exercice 2012 Grenoble, France et Durham, Caroline du

Plus en détail

Résultats du commerce extérieur - Premier semestre Les échanges par produits

Résultats du commerce extérieur - Premier semestre Les échanges par produits De bons résultats dans le secteur aéronautique et spatial et la chimie, un allègement de 10% de la facture énergétique mais une baisse sensible des exportations pharmaceutiques et agricoles Parmi les grands

Plus en détail

NOTE. OBJET : Le commerce extérieur des Etats-Unis en 2015

NOTE. OBJET : Le commerce extérieur des Etats-Unis en 2015 SERVICE ECONOMIQUE REGIONAL DES ETATS-UNIS POLE POLITIQUE COMMERCIALE ET AFFAIRES JURIDIQUES AFFAIRE SUIVIE PAR : FANNIE DELAVELLE Washington, le 2 mai 2016 NOTE OBJET : Le commerce extérieur des Etats-Unis

Plus en détail

L industrie agroalimentaire : contribution importante à l économie québécoise

L industrie agroalimentaire : contribution importante à l économie québécoise L industrie agroalimentaire : contribution importante à l économie québécoise L industrie bioalimentaire joue un rôle important au sein de l économie canadienne et québécoise. En 2008, le PIB réalisé par

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Décembre 2016 Note sur la politique monétaire Premier trimestre 2017 0 www.brh.ht Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents observés

Plus en détail

AVIS DES SOCIETES. Banque de Tunisie Siège social : 2, Rue de Turquie-1001

AVIS DES SOCIETES. Banque de Tunisie Siège social : 2, Rue de Turquie-1001 AVIS DES SOCIETES INDICATEURS D ACTIVITE TRIMESTRIELS Banque de Tunisie Siège social : 2, Rue de Turquie-1001 La Banque de Tunisie publie ci-dessous ses indicateurs d activité relatifs au 4 ème trimestre

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L économie mondiale a retrouvé en 2010 le sentier de la reprise sous les effets des politiques macroéconomiques agressives mises en place par de nombreux pays pour

Plus en détail

Bilan Région Haute-Normandie

Bilan Région Haute-Normandie Bilan Région Haute-Normandie Population au 01/01/2014 1 851 909 habitants Economie PIB 2013 51,6 Md 27 864 / habitant +0,1% en moyenne depuis 2000 Emploi 2013 702 800-0,7% depuis 2000 Taux de chômage 2014

Plus en détail

Département des Statistiques et de Recherche Économique

Département des Statistiques et de Recherche Économique Département des Statistiques et de Recherche Économique Mars 2015 BULLETIN MENSUEL Numéro 250 SYNTHÈSE (Les pourcentages représentent les variations annuelles, sauf mention contraire) L indicateur synthétique

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation

Banque de la République d Haïti. Note mensuelle d inflation Banque de la République d Haïti Note mensuelle d inflation Août 2016 Table des matières I.- Introduction...3 II.- Évolution de l inflation courante en août 2016.........3. III.- Évolution de l inflation

Plus en détail

Note d information. L économie nationale en 2010 et 2011

Note d information. L économie nationale en 2010 et 2011 Rabat, le 2 février 2011 Note d information L économie nationale en 2010 et 2011 Taux de croissance estimé pour 2010 de 3,3% et prévu pour 2011 de 4,6% ; Reprise des activités non agricoles au même rythme

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI

RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI Sikasso, Juin 2012 Introduction L Etat malien a publié au premier trimestre 2012 le deuxième budget citoyen. Ce document, qui est une présentation synthétique

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 octobre 2013 n 135 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 octobre 2013 n 135 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 octobre 2013 n 135 SOMMAIRE FRANCE 1. Production manufacturière en août 2013 : +0,3%, et -2,4% sur un an en moyenne mobile sur 3 mois 2. Balance commerciale en août 2013

Plus en détail

Croissance (%) Total Exportations 240,6 4,8 2,0% 250,2 9,7 4,0% Importations 265,6 13,2 5,2% 274,4 8,9 3,3% Croissance (%) Variation (Md )

Croissance (%) Total Exportations 240,6 4,8 2,0% 250,2 9,7 4,0% Importations 265,6 13,2 5,2% 274,4 8,9 3,3% Croissance (%) Variation (Md ) AMBASSADE DE FRANCE EN ESPAGNE SERVICE ECONOMIQUE REGIONAL Le Ministre-conseiller, chef de service A Madrid, le 17/03/2016 Affaire suivie par : Marine Bogue NOTE Objet : Le commerce extérieur de l Espagne

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE

LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE Pour la première fois, conjointement avec le projet de loi de finances traditionnel, le Gouvernement présente un projet de loi de programmation

Plus en détail

Petite économie ouverte

Petite économie ouverte sur le dans le Petite ISG Avril 2009 Plan du chapitre sur le dans le 1 2 Le modèle IS-LM en l équilibre sur le et services l équilibre sur le marché monétaire l équilibre sur le marché des (équilibre )

Plus en détail

Analyse des échanges commerciaux de la Tunisie Année Tunis, le 15 février 2017.

Analyse des échanges commerciaux de la Tunisie Année Tunis, le 15 février 2017. Analyse des échanges commerciaux de la Tunisie Année 216 Tunis, le 15 février 217. PLAN Introduction (Principaux faits saillants ayant marqué l évolution des échanges commerciaux au cours de l année 216)

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE SOLUTIONNAIRE PREMIÈRE SECTION : RAI OU AUX Question 1.1 Question 1.2 Question 1.3 Question 1.4 Question 1.5 Question 1.6 Question 1.7 Question 1.8 Page 1 sur 5

Plus en détail

Évolution selon deux axes : les perspectives de l économie canadienne

Évolution selon deux axes : les perspectives de l économie canadienne Évolution selon deux axes : les perspectives de l économie canadienne Exposé présenté devant l Association de l industrie touristique de la Nouvelle-Écosse et Cape Breton Partnership Sydney (Nouvelle-Écosse)

Plus en détail

Communiqué de presse. Publication du Bulletin BCL 2016/1. Luxembourg, le 8 juillet Vue d ensemble

Communiqué de presse. Publication du Bulletin BCL 2016/1. Luxembourg, le 8 juillet Vue d ensemble Communiqué de presse Luxembourg, le 8 juillet 2016 Publication du Bulletin BCL 2016/1 Vue d ensemble Lors de sa réunion du 2 juin 2016, le Conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de maintenir inchangés

Plus en détail

mondiale : défis de l Ontario l 14 novembre 2007

mondiale : défis de l Ontario l 14 novembre 2007 Le Canada et l Ontario dans l économie mondiale : défis dans un monde en mutation Exposé présenté au sommet économique de l Ontario l 14 novembre 2007 Paul Jenkins premier sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

La lettre mensuelle Avril 2012

La lettre mensuelle Avril 2012 La lettre mensuelle Avril 2012 1 Bribes macroéconomiques A fin Avril les avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib ont enregistré une baisse de 0,6%. En glissement annuel, l encours de ces avoirs, chiffré

Plus en détail

Turquie : Situation économique et relations économiques avec la France

Turquie : Situation économique et relations économiques avec la France Turquie : Situation économique et relations économiques avec la France Stephan Dubost Istanbul, le 21 octobre 2015 Ambassade de France en Turquie Service Economique Régional 1. Situation économique de

Plus en détail

Moyen-Orient et Asie centrale Perspectives économiques régionales Apprendre à vivre avec un pétrole moins cher sur fond de repli de la demande

Moyen-Orient et Asie centrale Perspectives économiques régionales Apprendre à vivre avec un pétrole moins cher sur fond de repli de la demande Moyen-Orient et Asie centrale Perspectives économiques régionales Apprendre à vivre avec un pétrole moins cher sur fond de repli de la demande Mise à jour - Janvier 215 Plan de l exposé Évolutions mondiales

Plus en détail

D. Une baisse de la demande pour les biens domestiques, une hausse des exportations. E. Aucune de ces réponses n'est vraie.

D. Une baisse de la demande pour les biens domestiques, une hausse des exportations. E. Aucune de ces réponses n'est vraie. Q1. La balance des paiements est... A. Composée uniquement des réserves officielles de changes et du compte des transactions financières. B. Composée uniquement des réserves officielles de changes et de

Plus en détail

Economie Ouverte (II) Interdépendances

Economie Ouverte (II) Interdépendances Economie Ouverte (II) Interdépendances Balance commerciale Equilibres des balance des paiements Economie ouverte II 1. Equilibre de la balance commerciale Elasticités critiques Courbe en J Effet d un droit

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015 FEC Fédération des Entreprises du Congo DEPARTEMENT DES ETUDES, FORMATION ET DOCUMENTATION «Division des Etudes» NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015 1 2 3 4 5 3,5 5,8 6,6 7,8 5,6 6,3 6,2

Plus en détail

Indicateurs conjoncturels en bref 20 mai 2016

Indicateurs conjoncturels en bref 20 mai 2016 Indicateurs conjoncturels en bref 20 mai 2016 Les données sont brutes sauf mention contraire. Celles publiées durant la dernière semaine sont en bleu. Abréviations utilisées : cjo : données corrigées des

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO. J-L. KAYEMBE wa KAYEMBE DG/Politique Monétaire et Opérations Bancaires

BANQUE CENTRALE DU CONGO. J-L. KAYEMBE wa KAYEMBE DG/Politique Monétaire et Opérations Bancaires BANQUE CENTRALE DU CONGO RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONETAIRE EN 2012 J-L. KAYEMBE wa KAYEMBE DG/Politique Monétaire et Opérations Bancaires Kinshasa, mars 2013 Sommaire I. Bref aperçu sur le dispositif

Plus en détail

LES GRANDS EQUILIBRES DU BUDGET DE L ETAT. Evolution des Recettes et des Dépenses Période

LES GRANDS EQUILIBRES DU BUDGET DE L ETAT. Evolution des Recettes et des Dépenses Période FORUM DES CHEFS D ENTREPRISE 1 LES GRANDS EQUILIBRES DU BUDGET DE L ETAT =-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-= Evolution des Recettes et des Dépenses Période 2000-2011 Par Mouloud HEDIR FCE Lundi 26

Plus en détail

RÉSULTATS FINANCIERS Pierre-Jean SIVIGNON

RÉSULTATS FINANCIERS Pierre-Jean SIVIGNON 5 mars2014 RÉSULTATS FINANCIERS Pierre-Jean SIVIGNON Remarques préliminaires 2013 Réorganisation de notre partenariat en Turquie. Reclassification des charges et produits relatifs aux activités non poursuivies

Plus en détail

REFLEXION SUR L IMPACT DE LA BAISSE DES PRIX DU CARBURANT SUR L ECONOMIE DU NIGERIA ET SUR CELLE DES PAYS VOISINS (UEMOA)

REFLEXION SUR L IMPACT DE LA BAISSE DES PRIX DU CARBURANT SUR L ECONOMIE DU NIGERIA ET SUR CELLE DES PAYS VOISINS (UEMOA) REFLEXION SUR L IMPACT DE LA BAISSE DES PRIX DU CARBURANT SUR L ECONOMIE DU NIGERIA ET SUR CELLE DES PAYS VOISINS (UEMOA) Le pétrole est, sans doute, une matière première stratégique, tant par sa fonction

Plus en détail

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002 La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 22 Après une année 21 record en termes d activité, le montant des émissions brutes d obligations internationales libellées en euros a reculé,

Plus en détail

RAPPORT SUR LA DETTE EXTÉRIEURE PUBLIQUE EN 2006

RAPPORT SUR LA DETTE EXTÉRIEURE PUBLIQUE EN 2006 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION RAPPORT SUR LA DETTE EXTÉRIEURE PUBLIQUE EN 2006 Février 2007 DIRECTION DU TRÉSOR ET DES FINANCES EXTÉRIEURES DT4/DGDE/SDG SOMMAIRE I. ENCOURS

Plus en détail

Bénéfice net de la BCE pour 2016 : 1,19 milliard d euros (contre 1,08 milliard d euros en 2015)

Bénéfice net de la BCE pour 2016 : 1,19 milliard d euros (contre 1,08 milliard d euros en 2015) COMMUNIQUÉ DE PRESSE 16 février 2017 États financiers de la BCE pour 2016 Bénéfice net de la BCE pour 2016 : 1,19 milliard d euros (contre 1,08 milliard d euros en 2015) Produits nets d intérêts tirés

Plus en détail

ATTAC Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits

ATTAC Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits ATTAC 19-20 Introduction à l économie 2. Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits 1 Rappel : Les trois approches du PIB Approche production: Le PIB est égal à la valeur ajoutée brute créée

Plus en détail

Avis sur le projet de loi 7050 concernant le budget des recettes et des dépenses de l Etat pour l exercice 2017 et le projet de loi 7051 relatif à la

Avis sur le projet de loi 7050 concernant le budget des recettes et des dépenses de l Etat pour l exercice 2017 et le projet de loi 7051 relatif à la 1 2 Les éléments clés du projet de budget 2017 Evolution de la croissance économique Luxembourg : 2016 : 3,1% 2017 : 4,6% Evolution de la croissance économique 2010-2018 (PIB en volume) Zone Euro 2016

Plus en détail