Enquête sur le naufrage de Serono, coulé par une gestion aberrante > Biotech Toute l histoire du fleuron déchu de l économie genevoise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête sur le naufrage de Serono, coulé par une gestion aberrante > Biotech Toute l histoire du fleuron déchu de l économie genevoise"

Transcription

1 J.A Gnèv 2 Air du Tmps Economi & Financ L absnc d managmnt déprim ls mployés. Nos offrs d mploi Qul cadau pour la Fêt ds mèrs? Trois générations répondnt Pag 28 Applid Matrials délocalis n Chin: mplois supprimés à Chsaux Pag 15 DR Carrièrs Vndrdi 11 mai 2012 N 4301 La Suiss bin barré pour ls JO Figur discrèt d la voil lémaniqu, Alx Schnitr st un ds acturs majurs d la séri ds M2. A la vill du coup d nvoi d la saison, il salu l nouvl élan du circuit. Et, n tant qu haut cadr d Swiss Sailing, il évoqu l amélioration d l ncadrmnt ds juns talnts t ls chancs d médaills suisss aux JO. ö Pag 25 L ssntil 3.40, Franc 0 Enquêt sur l naufrag d Srono, coulé par un gstion abrrant > Biotch Tout l histoir du fluron déchu d l économi gnvois Editorial En cinq acts, L Tmps racont avc forc détails t révélations sur ls déplorabls pratiqus managérials, la longu t malhurus histoir d un ntrpris qui faisait la firté d Gnèv jusqu à sa vnt à Mrck n La trahison En mnant un nquêt approfondi, nous avons pu nous rndr compt à qul point l ntrpris allmand a accumulé ls rrurs au fil ds annés. Par son manqu d snsibilité économiqu, sa méconnaissanc du trrain gnvois t, parfois aussi, son incompétnc n matièr d gstion. Résultat: n rlativmnt pu d tmps, dpuis Darmstadt, Mrck a réussi à désorganisr complètmnt son sièg d Gnèv, faisant fuir crtains mployés clés, négligant ds points ssntils à la bonn march ds affairs t au fonctionnmnt ds brvts sur ls médicamnts. L résultat, on l connaît: Srono a été cassé, laissant d nombruss prsonns sur l carrau. ö Pags 2, 3 Par Frédéric Llièvr La Syri happé dans la spiral infrnal d la trrur Intrnational L pari gay d Obama L coming out d Barack Obama sur l mariag homosxul divis l Amériqu. A six mois d la présidntill, la pris d position du présidnt s avèr un pari risqué qui pourrait lui coûtr ds voix. Explications. Pag 4 Holland Réduction ds salairs présidntil t ministérils, hauss d l allocation d rntré scolair, coup d pouc au smic: l équip d François Holland prépar ls msurs promiss par l nouvau présidnt. Pag 5 Eclairags Vladivostok, trminus DAMAS, 10 MAI 2012/EPA L péripl d Gorgs Nivat aux confins d la Russi s achèv aujourd hui à Vladivostok, à l xtrêm limit du continnt, où s incarn l avnir urasin d l mpir russ. Pag 11 Débats L FN fac aux législativs L Front national st-il n msur d confirmr aux législativs la prcé d Marin L Pn à la présidntill? Analys du politologu Gérard Grunbrg. Pag 12 Dux voiturs piégés ont dévasté hir un quartir d Damas, faisant au moins 55 morts t 372 blssés. C doubl attntat, l plus murtrir n près d 14 mois d violnc, torpill l plan d paix d Kofi Annan. La Syri s nfonc un pu plus dans la gurr civil. ö Pag 4 Un bilan d la Constituant Fac-à-fac ntr l PLR Pirr Kunz t l Vrt Jérôm Savary autour du bilan d la Constituant gnvois. Pag 13 Scincs Ls rrancs Brlin plur l désastr du ministr d son nouvl aéroport d l Economi Jan Studr, l grand vid à Nuchâtl A la qustion d savoir si Nuchâtl a forcémnt bsoin d forts prsonnalités dans son gouvrnmnt, Jan Studr répond qu «un collèg put aussi souffrir d un tropplin d forts prsonnalités». Comm lui qui, désormais présidnt du consil d la BNS, quittra l Consil d Etat l 31 juillt prochain. Dans un ntrtin d bilan, l socialist rvint sur ls évolutions t ls aspirations d un canton n mutation quasi prmannt. ö Pag 8 L opéra mis n scèn par JanLouis Bnoît pin à convaincr au Grand Théâtr. Rst l flux mélodiqu, l éléganc musical t l atmosphèr délicat qui offrnt un pu d poési à un dramaturgi un pu trop linéair. Pag 26 Accusations d copinag t profil jugé pu adapté au post par l Consil fédéral. Pourtant, Johann Schnidr-Ammann pnsait avoir trouvé la prl rar: pour l nouvau post d scrétair d Etat à l Education t à la Rchrch, il avait choisi Roman Boutllir, du group Ammann. Après ctt maladrss, l ministr d l Economi doit rvoir sa copi, du fait d avoir sous-stimé la résonanc politiqu d la cart d visit d son candidat. ö Pag 6 C st un véritabl désastr, qui fait énormémnt parlr d lui n Allmagn: Brlin vint d annoncr qu l ouvrtur d son nouvl aéroport intrnational un projt d 2,5 milliards d uros qu Angla Mrkl dvait inaugurr l 24 mai n aura pas liu comm prévu l 3 juin mais st rporté sin di. Motif: ds défaillancs dans la sécurité anti-incndi, ntr autrs dysfonctionnmnts logistiqus. L affair prnd ds proportions incroyabls. Economiqus tout d abord, puisqu ls compagnis aérinns, dont Swiss, sont dirctmnt concrnés: il lur faudra s battr pour récupérr d autrs crénaux d dé- collag t d attrrissag pour ls billts déjà vndus, t prévnir chaqu clint ds nouvaux horairs t ds changmnts d aéroport. Ls conséquncs sont aussi catastrophiqus pour ls nombrux commrcs sur plac, qui ont déjà ngagé lur prsonnl pour l mois d juin. Au-dlà, miliux d affairs t opposition s dmandnt commnt la dirction d l aéroport a pu prétndr, la smain drnièr ncor, qu tout srait prêt à tmps. Un nquêt va êtr ouvrt. Et l on s attnd à un avalanch d procès pour la pris n charg ds 15 millions d uros par mois qu c rtard coûtra. ö Pag 15 L Tmps Indx Cinéma 24 Pour vous abonnr: Pl. d Cornavin 3, CP 2570, 1211 Gnèv 2 Tél Fax Collctions historiqus intégrals: Journal d Gnèv, Gaztt d Lausann t L Nouvau Quotidin Avis d décès Pharmacis 23 Tout la météo Rchrch au sommt L obsrvatoir du Jungfraujoch, l cntr d rchrch l plus haut d Europ, fêt ss 75 ans. Gros plan sur un station scintifiqu qui rcuill d multipls donnés dans ls domains ls plus divrs. Pags 10, 14 Cultur «Mignon», si doucrux 23 Bourss, changs, fonds (appl gratuit) A msur qu s éclaircissnt ls circonstancs d la tragédi Mrck Srono, apparaissnt dux nouvlls. L un mauvais t l autr bonn. Qu il soit finalmnt sauvé, ou pas, l cntr qui mploi près d 1250 prsonns à Gnèv n st plus qu l ombr d luimêm. Ct ancin fluron uropén d la rchrch n biotchnologi n a pas survécu à sa vnt au group allmand Mrck. Ernsto Brtarlli port un part d rsponsabilité. Ls incrtituds produits par la cssion d son group ont ntraîné l départ d élémnts clés. L gâchis a toutfois principalmnt été provoqué par ls nouvaux propriétairs. Il s agit d un cas d écol, comm on put n lir dans ls travaux académiqus. La majorité ds fusions ou acquisitions n produisnt pas ls fruits scomptés, d abord pour ds raisons «humains». Marir ls culturs, fair travaillr ls homms (t ls fmms), voilà dux tâchs bin plus complxs t importants à réalisr qu d évalur sur l papir l potntil d un rapprochmnt ntr dux ntrpriss. S y ajoutnt ds rrmnts stratégiqus du group Mrck t la décision d la frmtur, brutal t unilatéral. Légitimmnt, ls mployés s sntnt trahis. Il rst malgré tout un bonn nouvll. L échc d la fusion n doit rin aux conditions-cadrs d la Suiss. La chrté d la vi ou la réglmntation d l industri pharmacutiqu sont étrangèrs à c dram, contrairmnt à c qu d aucuns ont avancé. En outr, ct événmnt a mis n lumièr ds dizains d sociétés biotchnologiqus bin vivants. Autant d pruvs qu c sctur à haut valur ajouté put surmontr l épruv imposé par Mrck. Et autant d possibilités d réinsrtion ds salariés privés d mplois. Rst un dangr. Après Novartis dans l canton d Vaud, Mrck rcourt à ds méthods d managmnt qui choqunt non sulmnt ls mployés, mais aussi nombr d ntrprnurs. Cs drnirs n s rconnaissnt pas dans ctt absnc d consultation. Ils rdoutnt qu ll fragilis la qualité du dialogu social, un élémnt clé d lur compétitivité. D c point d vu, ux aussi s sntnt trahis par la cultur d cs multinationals au poids t à la rsponsabilité économiqus considérabls.

2 2 Tmpsfort L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Ls rrurs qui ont brisé Srono k Act I: Un marié trop bll La vnt d Srono au group familial allmand Mrck st officialisé l 21 sptmbr 2006 pour un prix final qui attindra 16,6 milliards d francs. Ernsto Brtarlli st au sommt d sa gloir n tant qu dirigant à succès qui a su fair fructifir l ntrpris familial n la propulsant au troisièm rang mondial ds sociétés d biotchnologi grâc au Rbif, un médicamnt fficac contr la scléros n plaqus. Diplômé d Harvard, c grand navigatur a rmporté un prmièr Coup d l Amrica n 2003, t prépar activmnt la duxièm, qu il rmportra n 2007 à Valnc. Dpuis près d un an, il a confié la dirction opérationnll à son scond, Jacqus Thurillat, pour miux s consacrr au «Dfndr», Alinghi. Au momnt d la vnt d Srono, Ernsto Brtarlli affirm au Tmps qu il lui «st difficil d prndr prsonnllmnt l ngagmnt qu il n y aura aucun licncimnt», mais qu Mrck «déplacra à Gnèv l nsmbl d l activité pharmacutiqu lié aux médicamnts délivrés sur ordonnanc». L avnir lui donnra rapidmnt tort sur c duxièm point. Dès 2007, ls Allmands prnnnt ls affairs n main. Ls nombrux témoignags rcuillis par L Tmps, sont unanims. L group allmand mt n plac un systèm d contrôl «buraucratiqu», t, contr ss promsss, dédoubl l sièg d k Act II: Choc ds culturs L arrivé d Mrck n 2006 n a pas été brutal. «Mêm si, rapidmnt, Darmstadt a supprimé la fêt d Noël pour ls nfants», nuanc Stéphani Philipp, rattaché au contrôl qualité ds ssais cliniqus d Ls acturs clés d la tragédi Ls cinq prsonnags qui ont joué un rôl cntral dans la débâcl Mrck Srono s font discrts. Karl-Ludwig Kly présid l consil d administration d Mrck KGaA. C doctur n droit st un ancin d Bayr. Il a rjoint l group Mrck n 2006, après avoir travaillé pour Lufthansa, où il a fait ss arms dans la fusion d compagnis. Stfan Oschmann st mmbr du consil d administration d Mrck KGaA t rsponsabl d la division pharmacutiqu du group. Vétérinair d formation, il a longtmps travaillé pour l Agnc intrnational d l énrgi atomiqu. François Naf présid l consil d administration d Mrck Srono. Suit à la frmtur d la division biotch, l Gnvois, qui administr la caiss d pnsion du prsonnl t qui a aujourd hui pour tâch d démantlr l sit, a dû démissionnr d la présidnc d la CCIG. Il occup toujours ds posts à rsponsabilité au sin d Horizon South, l ntité détntric du bâtimnt d Séchron, du sit condamné d Coinsins ainsi qu d Chésrx. Elmar Schn, dirctur d Mrck Srono ntr 2007 t 2010, a été rsponsabl d la filial lyonnais du group n Avant la pharma, l Zurichois a travaillé dans l markting. Ernsto Brtarlli était propriétair héréditair d Srono jusqu n Slon Forbs, l très médiatisé navigatur s st hissé au 81 rang ds fortuns mondials après la vnt d sa société à Mrck KGaA. D. N. <wm>10casnsjy0mdax1tu0mz3naeagva4eq8aaaa=</wm> <wm>10cfwmiq7dqawex-tt2mfzzgswqkcqtykcs7_uxthbamls3mcaq03j_353l_jgbrxca_nkdkgnh2jsurceakw7tdtj3f_8wkyxyfadseiuqgsj-eks2jzhvpvwls-5xlo46igaaaaa==</wm> Collction Villrt ( réf B) BOUTIQUES BLANCPAIN RUE du RhôNE genève TéL. +41 (0) BAhNhOfSTRASSE 28 PARAdEPLATz 8001 zurich TéL. +41 (0) AFP L mariag d raison, scllant ls dux culturs clls d Mrck t d Srono a officillmnt pris fin l 24 avril drnir, mttant n difficulté 1300 mployés d la biotch gnvois. L annonc d ctt séparation a surpris tous ls obsrvaturs. Chroniqu d un tragédi irréparabl n six acts. KEYSTONE Willy Bodr t Djan Nikolic la société. Ctt mèr d famill, mployé à 60%, s bat aujourd hui aux côtés d ss collègus pour limitr ls dégâts humains. Ell s mobilis chaqu matin au point d rassmblmnt d 10 hurs. Au momnt du rachat, l group allmand a, smbl-t-il, opté pour la complémntarité ntr ls dux ntités, tntant d ménagr la cultur t l styl d la division gnvois. «Ils ont réllmnt fait l ffort d travaillr avc nous», indiqu un cadr d la société dpuis 22 ans. D aillurs, n 2008, Mrck Srono rcvait l Human Capital Ladrship Award, n récompns d son rôl joué lors d l intégration d l ancinn société. L procssus choisi s voulait progrssif. «En s évrtuant à prndr l millur ds dux ntrpriss, Darmstadt n st parvnu qu à obtnir l plus ptit dénominatur commun ntr ls dux sits», résum un autr collaboratur. L miux a manifstmnt été ici l nnmi du bin. En chrchant à lui inculqur ss valurs institutionnlls, Mrck a fini par étouffr sa division gnvois, modifiant par là mêm ls procssus qui ont fait l succès du sit du bout du lac. «On st passé d un cultur d start-up, dans un structur soupl t orinté compétition, à un nvironnmnt administratif compliqué, fortmnt axé sur ls procédurs t l consnsus, où, pour n blssr prsonn, on dmand l avis d tout l mond, c qui sap l cours décisionnl», analysnt d nombrux salariés d Mrck Srono, réunis quotidinnmnt avc qulqu 400 KEYSTONE > Ds traitmnts promtturs ont manqué d soutin siurs prsonns. Un chrchur clé qui dévloppait la Cladribin, succssur potntil du Rbif, a déjà quitté l ntrpris n juin Engagé succssivmnt par dux concurrnts dircts d Srono, c Canadin a mis au point l médicamnt Gilnya d Novartis, aujourd hui sur l marché d la lutt contr la scléros n plaqus, alors qu l coûtux dévloppmnt d la Cladribin a piétiné avant d échour. (Voir l act III.) Il y a aussi l énigm du sièg flambant nuf, à 350 millions d francs. Très mal adapté à la rchrch pharmacutiqu, «c bâtimnt a été conçu pour vndr la société», affirm catégoriqumnt un collaboratur ngagé par Srono n Rst qu Mrck, qui a longumnt étudié l dossir, dvait tout d mêm parfaitmnt savoir c qu il achtait. «C était un Masrati, un bll voitur qui roulait très bin. Il aurait simplmnt fallu changr un ds pnus t ainsi lui donnr la chanc d s transformr n Frrari», stim Christoph Lamps, ancin port-parol d Srono. Ernsto Brtarlli a rnoncé cs drnirs jours à s xprimr sur c dossir au-dlà d sa prmièr réaction faisant état d sa «tristss» t d sa «surpris» à l annonc d la frmtur du sit d Gnèv. BLOOMBERG > Darmstadt a désorganisé Gnèv Mrck Srono ntr Darmstadt t Gnèv. Franck Latrill, numéro dux d Mrck Srono durant dux ans, puis rlégué à d autrs fonctions, a quitté l ntrpris n «Ls scturs financs t rssourcs humains échappaint au sièg d Gnèv, xpliqu-t-il. On était ainsi contrôlés par Darmstadt pour touts ls qustions budgétairs liés par xmpl à la rchrch. L sprit, à l américain, d rapidité d décision t d ngagmnt prsonnl, amné par Ernsto Brtarlli, a pu à pu disparu.» La marié était-ll aussi bll qu baucoup l ont souligné à l époqu? L prix payé «n était pas bon marché, mais pas xcssif non plus», slon Odil Rundquist, analyst financièr d Hlva. Cpndant, il était courant dans l miliu pharmacutiqu d rprochr à Srono son «faibl piplin», pour prndr l rlais du Rbif protégé jusqu à fin 2011 n Europ, t jusqu n 2013 aux Etats-Unis pour l brvt principal. Autrmnt dit, durant un périod trop court dans l mond pharmacutiqu pour assurr un bonn rlèv par d nouvaux médicamnts. «Ernsto Brtarlli a aussi déstabilisé l ntrpris par ds déclarations contradictoirs, n annonçant, n 2005, qu ll était à vndr, puis n 2006, qu il n vndait plus. Et soudainmnt, on a appris qu ll était vndu à Mrck», constat un cadr moyn qui cumul vingt ans au sin d la société. Ctt insécurité a contribué, pu avant la vnt à Mrck, au départ d plu- DR > Rstructuration Ls langus s délint pour xpliqur l échc du rachat par Mrck d l x-fluron d la biotchnologi suiss autrs collègus lors du piqut d protstation dvant l ntré principal d lur liu d travail. Ls ancins qui ont connu l èr Brtarlli s accordnt à dir qu ils avaint un accès plus dirct à la dirction. «Suit au rachat, pour avancr dans l procssus d décision, il fallait toujours avoir l accord ds dux siègs t composr avc onz nivaux hiérarchiqus, côté latin comm allmand», rlèv Lilian Willnr, rsponsabl d l organisation ds congrès médicaux t ds événmnts markting du group. Pour manœuvrr ntr cs dux systèms, il fallait fair pruv d un grand finss rlationnll. «C était tllmnt contraignant qu cla donnait l imprssion d ntrr dans un marécag, jusqu à la paralysi complèt», décrivnt ds mployés administratifs d la société. La vrsion st corroboré par lurs collègus du départmnt d dévloppmnt ainsi qu par ds tchnicins n informatiqu. Exmpl d frustration: jusqu n 2006, Srono détnait ss srvurs d scours disastr rcovry procdur à Boston. Cs drnirs ont été rapatriés n Allmagn, au lndmain d la fusion. «Mais Darmstadt n a jamais accpté d confir ss équipmnts à Gnèv, préférant ls consrvr à Mayn, près d chz ux», rlèv un salarié d Mrck Srono dpuis plus d douz ans, qui, dans l ffrvscnc du rgroupmnt matinal, a bsoin d dssrrr sa cravat ros. Un fossé séparant la dirction allmand t sa bas gnvois s st progrssivmnt crusé, «du momnt qu Darmstadt a commncé à voir notr dynamism comm un mnac, commnt un ancin salarié d la multinational. Cla a u pour fft d tur ls initiativs ntrpriss par l sièg suiss.» L procssus a été jalonné d multipls changmnts organisationnls. «On n nous a jamais donné notr chanc, fulmin un chrchus n blous blanch, qui, n six ans, a changé trois fois d domain d xprtis. Au rythm d un rstructuration tous ls dux ans, commnt voulz-vous fair avancr ls projts?» Pour mnr à bin l évolution d un molécul, il faudrait n moynn cinq fois plus d tmps. «Nous avons aussi notr part d rsponsabilité dans c gâchis», rlativis un informaticinn. D un voix posé, ll rappll qu bon nombr d collaboraturs, attachés au confort qu lur procurait la «cag doré» du 9, chmin ds Mins, n ont pas jugé bon à l époqu d chrchr du travail aillurs. «Nous n avons pas su influncr, par notr modrnism, ls valurs séculairs d Mrck», rgrtt-t-ll n ponctuant sa phras par un haussmnt d épauls. L rachat du sit gnvois aurait dû constitur un «bouffé d air frais» pour la maison allmand. «Ls Allmands étaint trop sûrs d ux, rétorqu pour sa part un collègu plus ancin, n utilisant la métaphor du Titanic. Quand ils ont vu l icbrg, c était déjà trop tard pour un manœuvr d évitmnt.» Mrck, qui rfus tout intrviw avc ss dirigants, a répondu, partillmnt t par écrit, aux qustions du Tmps. Au sujt du choc ds culturs, l ntrpris écrit: «L intégration ds dux sociétés s st, d l avis général, plutôt bin fait.» Put-êtr détaillra-t-ll sa position l 15 mai, lors du rndz-vous annul ds invstissurs. k Act III: La machin Srono st cassé Un duxièm vagu d départs d ancins d Srono, dont plusiurs cadrs clés dans ls scturs d la rchrch t d l homologation d médicamnts, s produit t nlis l sièg gnvois. «Probablmnt du à un phénomèn d dérsponsabilisation au cours duqul ls gns d Srono s sont sntis dépossédés d lur businss, s souvint Amr Jabr, qui travaill aujourd hui pour l group pharmacutiqu UCB à Bull. Ls dux approchs, pharmacutiqu classiqu t biotchnologi, n étaint pas conciliabls.» Ls xmpls d succès souvnt cités, comm Roch qui achèt Gnntch, ou Sanofi qui acquirt Gnzym, montrnt qu il faut laissr un grand autonomi aux ntités d biotchnologi. Mrck, comm Ernsto Brtarlli l avait trop vit proclamé n 2006, aurait sans dout dû fair d Srono un filial indépndant du group, confint d nombrux obsrvaturs. «Gilnya d Novartis n st sans dout pas millur qu Cladribin. Mrck aurait simplmnt dû s battr pour fair homologur l produit. L idé d réalisr ds étuds cliniqus complémntairs a été trop vit abandonné», confi Franck Latrill. C st aussi l avis d l analyst Odil Rundquist. «Tous ls concurrnts d Mrck ont réalisé dux étuds complémntairs d phas final III pour confirmr lurs résultats. Malhurusmnt, Mrck Srono n a pas jugé bon d l fair.» Autr décision qui n s xpliqu pas scintifiqumnt: l abandon, n octobr 2011, ds étuds sur l Safinamid, n phas final III. «J n ai pas compris ctt décision [concrnant c médicamnt contr la maladi d Parkinson] puisqu ls étuds cliniqus étaint très positivs», poursuit Odil Rundquist. En intrn aussi, cs décisions ont stupéfait ls

3 L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Tmpsfort 3 Ls mployés d Mrck Srono stimnt qu lur nouvau propriétair a tué l sprit d start-up qui régnait dans la société d Ernsto Brtarlli. En qulqus mois, onz nivaux hiérarchiqus ont été créés. GENÈVE, 1 ER chrchurs. Franck Latrill tnt un xplication: «L outil d gstion était dvnu lourd. L ratio d l industri pour ls dépnss d rchrch t dévloppmnt st habitullmnt d 40% d coûts fixs t 60% d coûts variabls. Chz Mrck Srono, c était l contrair. La part du budgt consacré à la rchrch scintifiqu ciblé t à l acquisition d produits sous licnc a donc diminué.» Elmar Schn, patron d Mrck Srono, a dû quittr ss fonctions à la fin d 2010 à caus du manqu d résultats scintifiqus t d l échc du mariag ds culturs. Rars sont cux qui lui rprochnt d avoir conduit l sièg d Gnèv à la faillit. Pourquoi Franck Latrill st-il parti? «Parc qu j ai vu qu j n pouvais pas changr ls choss fac au poids d Darmstadt.» L mêm raisonnmnt st appliqué pour Elmar Schn, qui, ironi d l histoir, avait été licncié par Srono au début ds annés 2000 pour manqu d prformanc, puis rcalé, n 2004, alors qu il postulait pour un mploi au sièg d Gnèv. «Il n était pas rsponsabl du moul Mrck, mais c était un homm qui avait pur d prndr ds risqus t écoutait tout l mond sans réagir fac à l augmntation ds coûts administratifs», confi un ancin cadr, avc un brin d sympathi dans la voix. L rtrait du dossir d homologation d la Cladribin, n juin 2011, st, slon plusiurs obsrvaturs, la suit logiqu d rrurs d gstion du dossir ds ssais cliniqus dont Elmar Schn st tnu pour rsponsabl. Mrck Srono n aurait pas rmpli ls xigncs complémntairs dmandés pas l autorité d homologation américain (FDA). Ls rapports ntr Mrck t la FDA s sont détériorés au point qu n décmbr 2011, Darmstadt a rçu un lttr d avrtissmnt à la suit d gravs manqumnts dans ls sits d production d Corsir-sur-Vvy t Aubonn. A propos d la Cladribin, Mrck Srono répond «qu il a été décidé d n pas poursuivr ls procédurs d nrgistrmnt d la Cladribin car [ ], compt tnu d l évolution du contxt concurrntil, la décision a été pris d concntrr nos moyns sur d autrs projts.» k Act IV: La famill Mrck dit non Qul rôl la famill Mrck, propriétair d l ntrpris, a-t-il joué? Un prsonn très proch du dossir a un répons: «J sais, xpliqu-t-ll, qu un programm d rstructuration équilibré d Mrck, portant sur ds économis d 300 millions d uros, a été présnté n juin Il prévoyait la supprssion d 1500 mplois, dont 200 à 250 à Gnèv. La famill Mrck l a rfusé, car ll voulait touchr l moins possibl à Darmstadt. En fait, ll achtait la paix n Allmagn par l sacrific du sit d Gnèv. En 2006, ds promsss orals ont été faits, par Mrck, d installr l sièg d Mrck Srono d manièr définitiv t à long trm à Gnèv. [ ] J n comprnds pas la décision d frmr l sièg gnvois. C st un rrur stratégiqu fondamntal. Ell provint du fait qu la famill Mrck n vut pas réduir sa part d 70% n lvant ds capitaux. Ell aurait dû agir d la sort pour fair fructifir l achat d Srono dans l mond d la biotchnologi. Mais sa stratégi consist à économisr durant trois à cinq ans pour s offrir nsuit un gross acquisition dans un nouvau domain chimiqu ou pharmacutiqu.» k Act V: L arrivé du liquidatur L Allmand Stfan Oschmann, un vétérinair d formation qui a débuté sa carrièr au sin d l Agnc intrnational d l énrgi atomiqu, rmplac au pid lvé l Suiss Elmar Schn l 1r janvir Il apparaît clairmnt comm l rstructuratur. Prsonn n st dup après ls propos tnus à Londrs l 11 avril dvant un crcl d invstissurs où il annonc son intntion «d améliorr l fficacité» d la division Mrck Srono, jugé «faibl» à caus d un organisation «lnt t buraucratiqu». Il montr immédiatmnt la port à qulqus scintifiqus importants comm Robrto Gradnik, rsponsabl du sctur ds médicamnts contr la scléros n plaqus. Ls contrôls budgétairs s font très srrés t ds programms d rchrch sont brusqumnt stoppés. «L piplin d médicamnts n rchrch t dévloppmnt a été fortmnt réduit dès fin C était l début du grand nttoyag t du lancmnt d projts d vnt d moléculs à d autrs pharmas», xpliqu, dépité, un cadr qui a rjoint aujourd hui l mouvmnt pour sauvr l maximum d mplois à Gnèv. Dès l mois d mai 2011, il st clair pour tout l mond qu ds supprssions d posts sront prononcés, mais aucun ds collaboraturs n song à un frmtur total du sit gnvois. Contrairmnt à Elmar Schn, décrit comm un homm affabl t au contact facil, Stfan Oschmann st prçu comm «froid t distant». L 15 juillt 2011, Darmstadt annonc l acquisition d la société américain Millipor, spécialisé dans un domain inconnu chz Mrck: ls instrumnts d laboratoir. La somm invsti, 5,2 milliards d uros, fait immédiatmnt pnsr à un changmnt d stratégi du group. Plusiurs obsrvaturs pnsnt qu Mrck va pu à pu s désngagr d la biotchnologi, c qui xpliqurait l L bal ds moléculs > L succès d Mrck Srono dépndait d trop pu d médicamnts L cycl d la rchrch pharmacutiqu st long. Il faut, pour l moins, un dizain d annés t plus d un milliard d francs pour spérr aboutir à la mis sur l marché d un nouvll molécul. Ell sra nsuit protégé par un brvt durant dix à quinz ans. Si c délai n st pas utilisé pour lancr un nouvau médicamnt fficac, l déclin financir d l ntrpris st programmé, par «faiblss d piplin», slon l jargon d l industri. Un ds causs majurs d l échc d Mrck Srono résid dans la prt d l sprit d innovation t l manqu d prsévéranc t d cohérnc dans la rchrch. L défi, non rlvé par l ntrpris, était, dès 2007, d trouvr à trm un rlais d croissanc pour l Rbif. C médicamnt fficac contr la scléros n plaqus, administré par injction, a été invnté par l pèr d Ernsto Brtarlli. Il st aujourd hui concurrncé par au moins dux produits, dont l Gilnya d Novartis qui a l avantag d pouvoir êtr pris sous form d piluls. Dans la logiqu d Srono, la Cladribin, sous form d piluls égalmnt, aurait dû, vu l avanc d la biotch gnvois dans c domain au début ds annés 2000, dvnir ladr sur l marché. Mrck Srono n a manifstmnt pas conduit ls étuds cliniqus comm ll l aurait dû. L Rbif étant basé sur un substanc biologiqu difficil à copir n fin d brvt, ss vnts baissront plus lntmnt qu clls tirés d un substanc chimiqu. L an drnir, Rbif a généré ds vnts n croissanc d 3,4%, à 1,6 milliard d uros. Erbitux plafonnra L Erbitux st un autr médicamnt important pour Mrck Srono. Amné dans la corbill du mariag par Mrck, c st un anticancérux dont la société allmand a achté ds droits d commrcialisation t d cofinan- cmnt d la rchrch. C partag d propriété réduit fortmnt sa marg bénéficiair. L an drnir, ls vnts ont progrssé d 3,5%, à 855 millions d uros. Utilisé pour traitr l cancr colorctal t l cancr d la nuqu, il était prévu d étndr cs indications au cancr du poumon. C fut l échc, c qui limit l potntil d croissanc du médicamnt t réduit du mêm coup l dgré d utilisation prévu du sit d production d Corsir-sur-Vvy. Un troisièm substanc l safinamid contr la maladi d Parkinson, qui aurait pu êtr un rlais d croissanc pour Mrck Srono a été abandonné n octobr drnir. W. B. pu d importanc accordé au sit gnvois. Et l bilan financir? «L opération Srono st tout à fait rntabl pour Mrck puisqu crtains produits d biotchnologi, comm l Rbif, dégagnt un marg brut d 90%», affirm un parfait connaissur du dossir, qui a quitté l ntrpris n D l avis général, l Rbif étant difficil à copir, il dégagra ncor plusiurs milliards d uros d rctts dans l futur qui rmboursront très largmnt, bénéfic non compris, ls 16,6 milliards d francs vrsés début k Act VI: Ridau sur Séchron Qul st l avnir du bâtimnt d nviron m2, t ds qulqu m2 d trrains adjacnts? Dpuis l annonc du démantèlmnt du sit d Séchron, ls rumurs sur l sort d ct ancin navir amiral vont bon train. «L Oréal a smblé s y intérssr», affirmnt crtains mployés. Slon d autrs, Japan Tobacco s srait aussi mis sur ls rangs pour rprndr conjointmnt l architctur d prstig. Contactés, ls dux sociétés n qustion ont formllmnt réfuté ctt hypothès. L objt srait-il invndabl? «C st un très bau cntr commrcial, mais un piètr sit d rchrch», résum un xprt n diabèt. Abouti du point d vu sthétiqu, l bâtimnt st décrié du point d vu fonctionnl. «L ndroit, avc ds spacs communs surdimnsionnés, offr ds buraux xigus, n favorisant pas la communication au sin d l ntrpris. D plus, ls locaux souffrnt d problèms d vntilation t d isolation. Ls malfaçons d origin sont nombruss», énumèr un mployé markting. Pour rappl, l édific, situé n zon industrill mais qui n produit physiqumnt rin, a bénéficié d un dérogation n vrtu d l xistnc préalabl ds usins d Aubonn t d Corsir-sur-Vvy. Maintnant qu un loi autorisant la cohabitation ntr artisans t activités trtiairs a été voté princip d zon industrill mixt, son avnir st, n l état, assuré, moynnant un adoubmnt par l parlmnt gnvois. Quid ds cntrs d production vaudois? Ds xprts s accordnt à dir qu, pour pérnnisr cs plat- MAI 2012/KEYSTONE forms, il faudra mutualisr la production d plusiurs ntrpriss. Mrck Srono chrch d aillurs ds sous-traitants pour occupr un parti du sit d biotchnologi d Corsir-sur-Vvy. L volt humain st plus délicat. Judi, près d 700 mployés ont sorti l artillri lourd n votant un piqut d grèv, mardi prochain, soit la vill du délai d consultation. Si la dirction rfus d prolongr c drnir avant lundi à 18 hurs, l débrayag pourrait êtr rconduit l lndmain. Ls initiativs individulls vinnnt ici complétr l action syndical collctiv. «La smain drnièr, on nous a conviés à un sssion xplicativ pour la création d start-up ou d spin-off», soulign Arnaud Ythir, médcin coordinatur pour l innovation médical, qui a accpté d nous rncontrr à Cornavin. Pour sa part, c sxagénair au bénéfic d 26 ans d ancinnté chz Mrck Srono, n xclut pas d s lancr dans l transfrt d savoirs (training n ntrpris) ou d dévloppr ds projts scintifiqus avc ss collègus ls plus motivés. «Dans un nvironnmnt régional qui rst attractif, t avc ds gns qui ont gardé lurs compétncs, il y a un occasion d crér ds structurs moins lourds t plus réactivs qu Mrck Srono», stim-t-il. Plus concrètmnt? «L domain du possibl st larg, imagin Arnaud Ythir. A un stad très précocdrchrch,onputnvisagr cinq à dix moléculs suscptibls d êtr réévalués ou rqualifiés dans d autrs domains théraputiqus, sans qu cla n intrfèr avc ls franchiss d Mrck Srono.» En plus ds chrchurs, il faut pnsr à l avnir ds spécialists du support cliniqu t autrs xprts d la réglmntation t ds brvts. «Un ds pists évoqués srait qu Mrck Srono sous-trait cs srvics (biostatistiqu, réglmntation, qualification chimiqu, analys ds ffts scondairs, information médical) à d juns pousss, l tmps qu lls assurnt lur continuité n s constituant un portfuill d clints, conclut Arnaud Ythir. A plus long trm, l xistnc d c tissu complémntair d PME pourrait avoir pour fft d ncouragr ds biotchs étrangèrs à installr lur filial dans la région.»

4 4 Intrnational L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Damas, un carnag t un qustion: qui? > Syri L act st l plus murtrir n quatorz mois d rébllion lon la télévision syrinn d Etat, qui a été prompt à montrr ls imags d corps déchiqutés baignant dans ds mars d sang. La doubl xplosion a u liu sur l un ds grands axs qui mènnt à la capital syrinn, dans l quartir d Qazzaz, à proximité d un cntr univrsitair, d écols, mais aussi d un bas d l armé connu pour abritr dpuis ds annés un camp où sont intrrogés, t souvnt torturés, ls opposants au régim. En quatorz mois d conflit, jamais un attntat n avait été à c point murtrir, ni à Damas, plutôt présrvé jusqu ici, ni dans l rst du pays. Disant l pays victim d un «complot trrorist» t ds «élémnts étrangrs», l Ministèr ds affairs étrangèrs syrin smblait un nouvll fois pointr du doigt, sans ls nommr, l Qatar t l Arabi saoudit, dux Etats qui s sont dits prêts à financr t à armr l opposition. D son côté, la principal coalition d l opposition, l Consil na- > Au moins 55 prsonns auraint été tués Luis Lma La séqunc st un classiqu dans l gnr d la trrur. Un prmièr bomb, d rlativmnt faibl puissanc, qui amèn passants t voisins à s précipitr sur l liu d l xplosion. Puis l attntat «rél», dstiné à fair l plus possibl d victims n profitant d l attroupmnt ainsi créé. A Damas, judi au ptit matin, ls qulqu 400 kilos d xplosifs cachés dans un voitur piégé ont réalisé l carnag spéré par ls auturs: au moins 55 morts t 300 blssés, s- tional syrin (CNS), a cpndant nié avc la drnièr énrgi êtr à l origin d ct attntat. «Nous luttons n favur du pupl syrin, dit-on à Paris dans l ntourag d Gorg Sabra, l un ds figurs du CNS. Pourquoi diabl commttrions-nous un tl carnag?» Un «L coût humain st crts lourd, mais c n st pas si chr payé pour un pouvoir aux abois» nouvll fois, l CNS a imputé la rsponsabilité d ct attntat au régim lui-mêm, qui visrait à «instaurr la pur auprès d la population t à lui proposr l choix ntr la librté ou la sécurité». Alors qu l sul spoir (d plus n plus ténu) d un dialogu national smbl provnir d la présnc d obsrvaturs intrnationaux im- puissants, l opposition n st pas la sul à évoqur un cyniqu mis n scèn du régim du présidnt Bachar l-assad. «L coût humain st crts lourd, mais c n st pas si chr payé pour un pouvoir aux abois dont la survi st n ju», soutint Ignac Lvrrir, un diplomat occidntal qui connaît très bin l pays. Aillurs, not-t-il, l armé t ls milics qui l ntournt ont fait pruv d un «sauvagri inouï», rasant ds quartirs ntirs, xécutant ds opposants supposés t rndant à lur famill lur dépouill mutilé. «L régim st aujourd hui dans un logiqu d éradication», résum-t-il. Evoquant un act «odiux», Kofi Annan, l médiatur d l ONU t d la Ligu arab, a applé touts ls partis à mttr fin au bain d sang. Mais l plan qu il vis à appliqur sur l trrain smbl chaqu jour plus compromis. Mrcrdi, pour la prmièr fois, ds inconnus ont fait xplosr un bomb au passag d un convoi d l ONU, amnant l scrétair général d l ONU, Ban Ki-moon, à évoqur la possibilité d un fin abrupt d la mission d l ONU. «L hypothès d élémnts totalmnt autonoms, avc un agnda particulir, n put pas êtr totalmnt xclu», poursuit Ignac Lvrrir n référnc à d possibls groups islamists, provnant par xmpl d l Irak voisin. «Mais si cs groups mènnt d tlls actions, ils doivnt avoir un objctif. Or s ils n rvndiqunt pas lurs attntats, à quoi cla lur srt-il?» Mêm si, n apparnc, la situation st plus calm dans ls dux principals vills, Damas t Alp, qu dans l rst du pays, ds «manifstations volants» continuraint d avoir liu, d manièr suffisammnt furtiv pour échappr aux «mukhabarat» (agnts du régim) qui patrouillnt dans ls rus. Qull qu n soit l origin, l doubl attntat d Damas aura un fft immédiat: ajoutr un rangé d briqus supplémntairs à c qu ls Syrins nommnt «l mur d la pur». L CICR pourrait quittr l Pakistan > Asi cntral L organisation hésit AFP L CICR a annoncé judi qu il rconsidèr sa présnc t ss activités au Pakistan après l assassinat d un d ss collaboraturs rtrouvé décapité fin avril à Qutta (sudoust). «La récnt attaqu contr l CICR nous conduit à rconsidérr complètmnt l équilibr ntr l impact humanitair d nos activités t ls risqus ncourus par nos mployés», a fait savoir l Comité intrnational d la Croix-Roug. Ds msurs immédiats ont été priss, avc un suspnsion ds activités à Pshawar t Karachi, clls du Baloutchistan ayant été arrêtés immédiatmnt après l dram. Un décision sra pris dans ls prochains smains, indiqu Paul Castlla, l chf d la délégation du CICR au Pakistan. L candidat islamist qui séduit ls juns laïcs t ls salafists C st put-êtr lui, l prochain homm fort d l Egypt. Abdl Monim Aboul Foutouh, 60 ans, réussit l xploit d rallir aussi bin ds libéraux qu ds salafists drrièr sa candidatur. A trois smains du prmir tour, c médcin, islamist modéré, apparaît comm un sériux prétndant à la présidntill égyptinn, aux côtés d l ancin scrétair général d la Ligu arab Amr Moussa t du Frèr musulman Mohamd Morsi. Côté islamist, il a l soutin ds fondamntalists d Al-Nour, qui occupnt qulqu 20% ds siègs du parlmnt, mais aussi clui du parti modéré Al-Wassat t du group radical Gamaa Islamiya. Sa candidatur a mêm rçu l approbation d l influnt chikh égyptin Youssf al-qardaoui, mmbr ds Frèrs musulmans, consultant rligiux sur la chaîn Al-Jazira. Plus récmmnt, Wal Ghonim, à l imag d nombrux juns libéraux, s st rallié à Aboul Foutouh. «Il sra l présidnt d tous ls Egyptins», a écrit sur son compt Twittr l rsponsabl markting d Googl pour l Moyn-Orint t l Afriqu du Nord, un figur d la contstation. Aura contstatair Commnt ct islamist modéré parvint-il à séduir aussi bin ls barbus qu ls juns laïcs d la révolution? «Pour ls salafists, c st un choix tactiqu t non idéologiqu, répond la politologu Nadin Abdalla, d l Arab Forum for Altrnativs Studis, au Cair. Ils s sntnt marginalisés par ls Frèrs musulmans, majoritairs au parlmnt.» Et isolés, dpuis l annulation d la candidatur, avc cll d nuf autrs candidats, d lur favori, l chikh salafist Hazm Abu AFP/GIANLUIGI GUERCIA > Egypt En lic pour la présidntill, l médcin Aboul Foutouh st à la fois soutnu par ls fondamntalists t par l camp libéral Ls partisans d Aboul Foutouh. L homm fait figur d sériux prétndant aux côtés d Amr Moussa t du Frèr musulman Mohamd Morsi. LE CAIRE, 2 AVRIL 2012 Ismaïl. La règl imposant aux prétndants à la présidnc d avoir ds parnts égyptins, l passport américain d sa mèr a disqualifié l salafist. Quant aux juns révolutionnairs, ils s sont aussi rtrouvés orphlins après l rtrait d la campagn du Prix Nobl d la paix Mohamd ElBaradi. Un vid qu Aboul Foutouh s st mprssé d comblr. «Il était avc ux sur la plac Tahrir. Il soignait ls blssés», rlèv la chrchus égyptinn. Et dpuis, il n a pas cssé d soutnir la révolution. Pas plus tard qu la smain drnièr, il st rdscndu sur la plac Tahrir pour protstr contr ls militairs n charg d la transition. L islamist parvint à convaincr par son aura contstatair. On racont qu, déjà lorsqu il était étudiant, Aboul Foutouh s était drssé contr l présidnt Anouar l-sadat lors d un forum public à l Univrsité du Cair. L ladr égyptin vnait d radir un chik islamist d un grand mosqué. «Vous êts ntouré d flagornurs t d hypocrits», lui aurait dit l jun islamist. Exclu ds Frèrs musulmans Plus tard, il sra élu à la têt du syndicat ds médcins, un fif ds Frèrs musulmans qui rassmblait ds opposants parmi ls plus férocs au monopol du présidnt Hosni Moubarak. Son activism lui vaudra six ans d prison. Il dvint pu à pu la voix d un islam modéré t réformist au sin d la confréri. Ss discours séduisnt ls juns, mais n manqunt pas d provoqur la colèr ds ancins, consrvaturs, t majoritairs. En 2009, il st xclu du Consil d la guidanc, l organ qui dirig l group. Il dvra quittr définitivmnt ls Frèrs musulmans n juin 2011, quand il décid d présntr sa candidatur à l élction présidntill, transgrssant l mot d ordr d ss ladrs. A présnt, Aboul Foutouh tnt d barrr la rout au candidat ds Frèrs, Mohamd Morsi, chf du parti Librté t justic, l ail politiqu d la confréri. C consrvatur a rmplacé l idéologu du parti Khairat al-chatr, après l annulation d sa candidatur par la commission élctoral à caus d un ancinn accusation d trrorism, jamais annulé. Mais il n st pas doté du mêm charism qu c drnir. La smain drnièr, l port-parol d la confréri, Mahmoud Ghozlan, a mnacé d xpulsr tout mmbr qui osrait soutnir la candidatur du mouton noir Aboul Foutouh. La présidntill pourrait donc bin s jour ntr c dissidnt ds Frèrs musulmans t Amr Moussa. L ancin ladr d la Ligu arab «a l avantag d êtr connu d tous n Egypt. Il fait parti du paysag politiqu dpuis longtmps», xpliqu Nadin Abdalla. C st aussi son point faibl. Il était ministr ds Affairs étrangèrs sous l régim d Hosni Moubarak. Pour d nombrux juns d la révolution, il rprésnt l visag d l ancin régim. Mais, dans ls provincs qu il sillonn dpuis l début d sa campagn, il st souvnt l sul candidat qu ls Egyptins rconnaissnt. Célin Zünd L soutin d Barack Obama au mariag gay laiss l Amériqu prplx > Etats-Unis Ls miliux progrssists salunt la nouvll, mais ll pourrait valoir un rud rvrs au présidnt sortant dans crtains Etats cruciaux Un jour après qu l présidnt américain a annoncé qu il était favorabl au mariag homosxul, l Amériqu s intrrog. Barack Obama a-t-il pris un risqu inconsidéré à six mois d la présidntill ou s st-il rangé du bon côté d l Histoir? Ls miliux d gauch, homosxuls, t ls organisations d défns ds droits civiqus y voint la pruv qu l locatair d la Maison-Blanch st un visionnair. C st la prmièr fois qu un présidnt américain s prononc n favur d un tll évolution social. Barack Obama n a pas toujours été acquis à la caus. Il a longtmps pnsé qu ls unions civils étaint suffisants t n souhaitait pas offusqur ds snsibilités rligiuss, considérant toujours l mariag comm un union ntr un homm t un fmm. Mais l fait d n avoir discuté au sin d sa famill, au sin d son administration t avc ds amis homosxuls lui a fait changr d avis. Ls bars gays d Nw York ont d mblé affiché la nouvll. Un gstionnair d fortun homosxul n n rvint pas: «L vnt a tourné. Cla prouv à qul point ls mntalités changnt vit. Ls homms politiqus n ont plus pur. Avant c n était pas bin d êtr pour (l mariag homosxul), maintnant c n st pas bin d êtr contr.» L mair d Nw York Michal Bloombrg stim qu la décision d Barack Obama aura ds conséquncs considérabls: «Aucun présidnt américain n a soutnu un xtnsion majur ds droits civiqus qui n ait pas été ultériurmnt adopté par l pupl américain. Et pour moi il n fait aucun dout qu l cas présnt n fra pas xcption.» Pari risqué Politiqumnt, l présidnt démocrat prnd un risqu, car dans ds Etats cruciaux tls qu l Ohio, la Pnnsylvani, l Iowa t la Virgini, l opposition au mariag homosxul st ncor fort. Par aillurs, la communauté afro-américain y st toujours majoritairmnt opposé. Chz ls Hispaniqus catholiqus, c st très partagé. Au plan national, 47% ds élcturs indécis (swing votrs) sont favorabls au mariag gay t 39% y sont opposés. C sra précisémnt l défi d Barack Obama. Mardi, ls élcturs d Carolin du Nord ont approuvé un amndmnt intrdisant l mariag gay à un larg majorité. Or n 2008, l démocrat avait rmporté ct Etat clé. A c jour, 31 Etats ont un disposition similair dans lur législation. Par c positionnmnt, Barack Obama marqu un contrast ncor plus nt avc son très probabl rival républicain Mitt Romny qui s dit toujours opposé au mariag homosxul t à l union civil. Cla put lui coûtr ds voix parmi ls élcturs ls plus rligiux. A contrario, il pourrait rconquérir l vot ds juns, déçus par Obama, qui sont largmnt favorabls à l octroi ds mêms droits aux coupls homosxuls.dansunéditorial,lnw York Tims rgrtt toutfois qu l présidnt américain n ait pas jugé nécssair d limitr l pouvoir ds Etats. L quotidin rappll qu n 1967, la Cour suprêm avait jugé illégal l intrdiction du mariag intrracial, car «l mariag st l un ds droits civiqus fondamntaux d l homm». Stéphan Bussard

5 L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Intrnational 5 Panorama Ls msurs qui marquront l ntré n scèn d François Holland > Franc Baiss d salair du chf d l Etat t ds ministrs, hauss d l allocation d rntré scolair: l équip du présidnt a déjà préparé ls prmièrs décisions Cathrin Dubouloz PARIS Un équip part, l autr s prépar. Mrcrdi prochain, au lndmain d la pris d fonction d François Holland, s tindra l prmir Consil ds ministrs. Qulls sront ls décisions priss l 16 mai t au cours ds smains suivants? L nouvau présidnt élu t son équip ont déjà squissé ds pists, tandis qu l gouvrnmnt d François Fillon a démissionné hir à la mi-journé. Pour incarnr un «autr façon d présidr t d gouvrnr», la msur la plus symboliqu du prmir Consil ds ministrs socialist sra «la réduction d la rémunération du chf d l Etat t ds mmbrs du gouvrnmnt d 30%», par l biais d un décrt, annonc un documnt précisant ls grands ligns «du changmnt» jusqu à fin juin. Ctt décision s accompagnra d la signatur «d un chart d déontologi t d publication ds déclarations d intérêt» par ls mmbrs du gouvrnmnt. Rapidmnt, plusiurs msurs dvraint êtr adoptés pour améliorr l pouvoir d achat ds Fran- çais, comm l augmntation d 25% d l allocation d rntré scolair, vrsé sous condition d rssourcs, ou la mis n plac d un systèm d «caution solidair» pour prmttr aux juns d accédr plus facilmnt à la location. Un coup d pouc au SMIC a égalmnt été évoqué. L adoption du décrt prmttant l départ à la rtrait à 60 ans d nviron prsonns possédant lurs 41 annuités t ayant commncé à travaillr à 18 ans dvrait allr vit. En rvanch, la promss d blocag du prix ds carburants pour trois mois, fait par François Holland lorsqu l prix d l ssnc grimpait, sra mis ntr parnthèss. C st c qu a indiqué mrcrdi Michl Sapin, chargé du programm du présidnt élu t putêtr futur ministr: «J ai cru comprndr qu l prix d l ssnc était n train d baissr. Alors c n st put-êtr pas l momnt d l bloqur. Il faut bloqur quand ça mont», a-t-il indiqué sur Radio Classiqu, ajoutant qu la baiss actull «n ôt rin à la nécssité d mttr n plac ds outils» pour luttr contr «la spéculation» t «évitr qu à l avnir c qu l on a connu cs drnièrs smains puiss s rnouvlr». C sujt st hautmnt snsibl. Il touch fortmnt l pouvoir d achat ds Français, n particulir cux qui n puvnt s passr d lur voitur pour s rndr au travail ou qui vivnt n zon rural sans transports publics à proximité. Au chapitr d la gstion d l Etat, François Holland a annoncé dux décisions: un gl d un parti ds dépnss d l Etat n attndant la publication par la Cour ds compts «du rapport sur la situation t ls prspctivs ds dé- Rtour au Kosovo pour Ramush Haradinaj > Balkans L x-ministr st n librté survillé Ramush Haradinaj a débarqué judi pu avant midi à l aéroport d Pristina. Il a aussitôt rmis son passport aux policirs d la mission uropénn Eulx, qui l ont scorté jusqu à son domicil. L ancin prmir ministr du Kosovo t ancin commandant d la guérilla d l UÇK rst placé n librté survillé, jusqu à l énoncé final du vrdict d son procès n appl. Alors qu il dirigait l gouvrnmnt du Kosovo, n mars 2005, Ramush Haradinaj a été inculpé par l Tribunal pénal pour l x-yougoslavi (TPIY) d crims contr l humanité commis contr ds civils srbs, roms mais aussi albanais, dans la région d la Dukagjin, à l oust du Kosovo. Il a été rlaxé n avril 2008, au trm d un procès marqué par la disparition ds principaux témoins qu l accusation voulait fair comparaîtr. En 2005, Hasan Rustmi, qui bénéficiait d un protction ds autorités intrnationals, était abattu à Prizrn. Qulqus mois plus tard, Skndër Kuci était lui aussi xécuté, avc c mssag: «voici l sort ds nnmis d l UÇK». En 2007, Kujtim Brisha était fauché par un voitur dans un rull d Podgorica, au Monténégro. Par craint d connaîtr un tl sort, un vingtain d témoins s sont rétractés, démntant lurs déclarations initials aux nquêturs du TPIY. Carla Dl Pont, alors procurur général du TPIY, dénonçait ds «pratiqus généralisés, systématiqus t mortlls» d intimidation ds témoins. Plaidoyr n juin C st d aillurs pour c motif qu l accusation a fait appl d la rlax prononcé n favur d Ramush Haradinaj t d son coaccusé Idriz Balaj. L scond procès ds dux homms t d Lahi Brahimaj, qui avait écopé d 6 ans d prison n prmièr instanc, a rpris l 11 août Ls plaidoyrs d la défns doivnt êtr prononcés courant juin, t l vrdict l 25 ou l 26. Ramush Haradinaj sra donc amné à fair la navtt ntr l Kosovo t La Hay. On put supposr qu l accusé offr touts ls garantis d sécurité rquiss t n fra pas faux bond à la justic, mais sa libération conditionnll sèm l troubl au Kosovo, car ll intrvint un smain après l acquittmnt d un autr ancin commandant d l UÇK, Fatmir Limaj, qui fut égalmnt député t ministr. Limaj, qui dirigait la guérilla dans la région d Malishva, avait été acquitté par l TPIY n D nouvlls pruvs ds crims d gurr commis sous ss ordrs dans l villag d Klçka avaint amné la mission Eulx à ngagr un nouvau procès contr lui n sptmbr L 3 mai, l jug Wlford-Carroll a prononcé un nouvl acquittmnt. En mars drnir, il avait rfusé d rtnir l témoignag écrit d Agim Zogaj, un ancin combattant placé sous ls ordrs d Fatmir Limaj. C drnir avait laissé ss confssions à la justic, avant d êtr rtrouvé pndu à un arbr d un jardin public d Duisburg, n Allmagn, l 2 octobr drnir. Il bénéficiait pourtant, lui aussi, d un statut d témoin protégé. Dans un rapport adopté n janvir 2011 par l Assmblé parlmntair du Consil d l Europ, l député Jan-Charls Gardtto soulignait qu «l absnc d tout dispositif d protction fficac ds témoins rprésntait l principal obstacl à l xrcic d la justic au Kosovo». Jan-Arnault Dérns PRISTINA pnss publiqus», fin juin. L arrêt d la «révision général ds politiqus publiqus», qui prévoit notammnt la supprssion d un post sur dux d fonctionnair partant à la rtrait. Ell sra rmplacé par un «projt d rfondation t modrnisation d l action publiqu». Un millir d nsignants dvraint êtr ngagés pour la rntré La promss d blocag du prix ds carburants pour trois mois sra mis ntr parnthèss L nouvau gouvrnmnt dvrait aussi annulr ds décisions d l ancinn équip au pouvoir. Comm un décrt publié l 8 mai sur ls nouvlls méthods d évaluation ds nsignants par l sul chf d l établissmnt. «La gstion d c dossir a constitué, d la part du gouvrnmnt sortant, un mo- dèl d mépris du dialogu social dont il fut coutumir, mais la dat rtnu pour la publication constitu aussi un passag n forc [ ] tout à fait inaccptabl», écrit Vincnt Pillon, consillr d François Holland pour l éducation, prssnti comm ministr. La circulair Guéant sur ls étudiants étrangrs, qui limit lur séjour n Franc après ls étuds, sra égalmnt abrogé. L urgnc pour l nouvau présidnt rst cpndant l dossir uropén. François Holland rncontrra Angla Mrkl l 15 mai à Brlin, l jour d son invstitur. Ls discussions avc ds dirigants uropéns s sont multipliés cs drnirs jours sur l volt croissanc qu l socialist vut adjoindr au traité uropén, mais égalmnt sur la Grèc. L nouvau présidnt nchaînra par un déplacmnt aux Etats-Unis, comprnant un sommt d l OTAN ls 20 t 21 mai à Chicago, où la qustion du rtrait accéléré ds troups françaiss d Afghanistan sra abordé. Asi cntral Proch-Orint Attaqu murtrièr n Afghanistan Dialogu autour ds prisonnirs palstinins Six kamikazs talibans munis d mitrailltts t d vsts xplosivs ont tnté judi d prndr d assaut un bâtimnt gouvrnmntal n Paktika, un provinc instabl d l st afghan, tuant quatr prsonns t n blssant cinq, avant d êtr ux-mê+ms abattus, a-t-on appris d sourc officill. (AFP) Ls contacts s multipliaint judi ntr autorités israélinns, détnus palstinins t organisations intrnationals pour «trouvr un solution» à la grèv d la faim d au moins un tirs ds prisonnirs palstinins d Israël. La msur d isolmnt d dux prisonnirs d longu duré a été lvé mrcrdi soir à l issu d tractations, ont rapporté la radio publiqu israélinn t l quotidin palstinin Al-Quds. (AFP) Europ Vladimir Poutin boud l G8 L nouvau présidnt russ Vladimir Poutin n participra pas au sommt du G8 qui s tindra aux Etats-Unis, arguant d la nécssité d formr un nouvau gouvrnmnt, un xplication jugé pu convaincant sur fond d bras d fr russo-américain autour d la contstation n Russi. (AFP) Mond arab Al-Qaida visé au Yémn Vingt mmbrs d Al-Qaida ont été tués judi dans l sud du Yémn dans un séri d opérations, dont dix dans ds raids aérins, slon l Ministèr d la défns t ds rsponsabls locaux. (AFP) Amériqu du Sud Un bomb fait spt morts Au moins spt policirs ont été tués t 17 autrs blssés, n Colombi, dans l xplosion d un bomb artisanal dans l nord-st du pays, ont annoncé judi ls autorités locals qui attribunt ct attntat à la guérilla ds FARC. (AFP) Avions bloqués par un volcan L aéroport d Publa, à 130 km au sud-st d Mxico, a suspndu ss activités judi pour la duxièm journé consécutiv à caus d la chut d cndrs du volcan Popocatéptl sur sa pist, ont indiqué ls autorités locals. (AFP) TO BREAK THE RULES, YOU MUST FIRST MASTER THEM. P O U R T R A N S G R E S S E R L E S R È G L E S, I L FA U T D ABORD LES MAÎTRISER. LA MONTRE QUI TRANSGRESSA TOUTES LES RÈGLES, RÉINVENTÉE EN EN 1972, LA ROYAL OAK FUT LA PREMIÈRE MONTRE SPORT HAUT DE GAMME À ÉLEVER L ACIER AU RANG DE MÉTAL PRÉCIEUX; LE MONDE DE L HORLOGERIE NE SERAIT PLUS JAMAIS LE MÊME. LA NOUVELLE COLLECTION ROYAL OAK PRÉSENTÉE AUJOURD HUI RESTE PLUS QUE JAMAIS FIDÈLE À CE PRINCIPE JADIS ÉTABLI AU BRASSUS : «UN CŒUR D OR DANS UN CORPS D ACIER». <wm>10casnsjy0mdax07uwakilacavpqmpaaaa</wm> <wm>10cfwmmq6emawex-ro7aydgetehygqfzrt1ff_6oaorayzjxbb0gslnu_1ymvyei3az2dloawrbyc9isdbrvzg16b9-nvcxcvwlgbgqs4niqmhqnnnttuh8uxisrv8_0d1s69b4aaaaa=</wm> CE SONT AINSI PLUS DE 130 ANNÉES DE MAÎTRISE HORLOGÈRE ET UN SENS AIGU DU DÉTAIL QUI A N I M E N T C E T T E I C Ô N E D E L H O R L O G E R I E CONTEMPORAINE; UNE MONTRE A LA PERSONNALITÉ UNIQUE DÉSORMAIS DÉCLINÉE EN 41 MM DE DIAMÈTRE. LA ROYAL OAK D AUDEMARS PIGUET FÊTE SES 40 ANS. ROYAL OAK EN ACIER INOXYDABLE. CHRONOGRAPHE. GENEVE BOUTIQUE AUDEMARS PIGUET, PLACE DE LA FUSTERIE 12, TEL: MONTRES PRESTIGE, GRAND HOTEL KEMPINSKI, TEL:

6 6 Suiss L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 L ministr d l Economi dans l impass > Rchrch Johann Schnidr-Ammann doit rvoir sa copi pour l scrétariat d Etat Brnard Wuthrich BERNE KEYSTONE La nomination du nouvau scrétair d Etat à l Education t à la Rchrch vir au cauchmar pour Johann Schnidr-Ammann. L ministr d l Economi pnsait avoir trouvé la prl rar n la prsonn d Roman Boutllir. Mais il a complètmnt sous-stimé la dimnsion politiqu d ctt candidatur, dimnsion qui lui a valu un échc sévèr dvant ss collègus du Consil fédéral mrcrdi. Agé d 61 ans, Roman Boutllir présnt un cart d visit bin rmpli t varié. Doctur n scincs mathématiqus d l Univrsité d Zurich t titulair d un doctorat postgrad à l Imprial Collg d Londrs, il a fait d l innovation t d la gstion d la tchnologi sa spécialité. Il a été profssur à l Univrsité d Saint-Gall t xrc dpuis 2004 à l Ecol polytchniqu fédéral d Zurich, dont il st l vic-présidnt. Il dispos égalmnt d un vast xpérinc dans l sctur privé. Et c st précisémnt là qu il y a un hic. Ss mandats passés ou actuls chz Krn, Lica, SIG, Holcim, Vontobl t Gorg Fischr n posnt aucun problèm. Mais il st aussi l présidnt du consil d administration du group Ammann, fonction à laqull il a précisémnt succédé à Johann Schnidr-Ammann. L indiscrétion qui a prmis à la RTS d divulgur mrcrdi soir l nom du candidat a déclnché un vagu d protstation. Johann Schnidr-Ammann s st dit «indigné» par ctt fuit, qu la Commission d la scinc, d l éducation t d la cultur (CSEC) du Consil national, qui siégait judi, condamn égalmnt. A cla s ajoutnt ls critiqus du PS, ds Vrts t du PDC, qui rprochnt au ministr d manqur d snsibilité n présntant maladroitmnt clui qui lui a succédé à la têt d son ntrpris. L PLR st, lui, dans l mbarras. Il s démèn dpuis l affair Swissair pour s débarrassr d l imag d un parti pratiquant l copinag, l «Filz». Rnsignmnt pris dans l ntourag du Consil fédéral, Johann Schnidr-Ammann t ls dux autrs mmbrs du comité d sélction qu il avait désignés pour choisir l futur scrétair d Etat «avaint conscinc» d c problèm. Ils ont cpndant stimé qu ls qualités d Roman Boutllir étaint tlls qu son mandat chz Ammann n était pas un obstacl. Mrcrdi, l Consil fédéral a été d un autr avis. Slon nos informations, il a émis ds résrvs sur dux autrs aspcts du profil d Roman Boutllir: son âg LAURENT GILLIERON/KEYSTONE > Il a sous-stimé la résonanc politiqu d la cart d visit d son candidat Johann Schnidr-Ammann dvra vraismblablmnt donnr un autr nom pour l scrétariat d Etat. Il n lui rst plus baucoup d tmps. ARCHIVES t l fait qu il soit un cadr d l EPFZ. Or, l futur scrétair d Etat dvra jour l rôl d arbitr ntr ls dux EPF d Zurich t d Lausann. Il doit êtr nutr t cla xpliqu pour- s st fait au trm d un procssus qualifié d «très profssionnl» au Départmnt d l économi (DFE). Il a d abord été décidé d fair appl à un prsonnalité xtrn. La fusion du Scrétariat d Etat à la rchrch t d l Offic fédéral d la formation profssionnll t d la tchnologi (OFFT) sra ffctiv l 1r janvir Comm il s agit d mélangr dux culturs différnts, Johann Schnidr-Ammann a voulu du sang nuf. Exit donc l actul scrétair d Etat à la Rchrch, Mauro Dll Ambrogio. Exit aussi la dirctric d l OFFT, Ursula Rnold, dont ls miliux académiqus smblaint s méfir. L comité d sélction s st alors convaincu qu, par sa doubl xpérinc industrill t académiqu, L consillr fédéral st «indigné» par ctt indiscrétion. Mais commnt va-t-il rbondir? quoi la méfianc st surtout fort du côté lémaniqu. Intrrogé judi, Johann Schnidr-Ammann a rjté touts cs critiqus. L choix du profssur zurichois Roman Boutllir était l homm d la situation. Mais l x-patron Johann Schnidr-Ammann a, à un nouvll rpris, manqué d snsibilité politiqu. C n st pas la prmièr fois. On s souvint d l annonc tonitruant, l été drnir, d un paqut d aid d 2 milliards pour l économi privé afin d fair fac au franc fort. Au momnt d passr à la phas concrèt, il n n st pas rsté grand-chos. Et cux qui l ont accompagné n Ind n 2010 n ont pas oublié l «I fl at hom» («J m sns chz moi») qu il a lancé lorsqu il s st rtrouvé dvant un partrr d chfs d ntrpris. Qu va-t-il s passr maintnant? Johann Schnidr-Ammann a annoncé qu l choix du scrétair d Etat st «rporté». Son port-pa- rol, Rudolf Christn, ajout prudmmnt: «Nous allons analysr la prcption politiqu t médiatiqu d ctt situation t fair l point.» Johann Schnidr-Ammann smbl consrvr l spoir d convaincr ss collègus d la justss d son choix. Dans ls crcls politiqus, on pns qu la mss st dit t qu il dvra trouvr un autr solution. Mais laqull? Qull qu soit la prsonn qui pourrait êtr désormais prssnti pour c post important, ll saura qu ll n st pas l prmir choix du ministr. Crtains pnsnt à la consillèr d Etat Isabll Chassot. Mais ll n st pas intérssé. Quoi qu il n soit, l tmps prss. La mis n œuvr d la nouvll structur n st pas un minc affair. Il faut lui trouvr un chf rapidmnt. Ls jugs déboutnt ds prochs d l x-présidnt Hosni Moubarak > Tribunal pénal fédéral L Etat égyptin st autorisé à participr à la procédur n Suiss comm parti plaignant L Ministèr public d la Confédération (MPC) marqu un point dans la procédur dirigé n Suiss contr ds prochs du présidnt déchu Hosni Moubarak. La décision du parqut d admttr l Egypt comm parti plaignant dans l dossir a été confirmé par l Tribunal pénal fédéral (TPF). Dans un décision rndu publiqu judi, ls jugs ont débouté un dizain d prévnus liés à l x-chf d l Etat. Cs drnirs sont soupçonnés d êtr impliqués dans ls détourn- mnts rprochés au régim d Hosni Moubarak t d avoir blanchi ds somms n Suiss, où qulqu 410 millions d francs sont bloqués dpuis févrir L Ministèr public fédéral tint pour vraismblabl qu ls pratiqus d l ancin présidnt soint assimilabls à clls d un organisation criminll ayant pour but d détournr ds fonds publics t d profitr d opérations d corruption à vast échll. Tous prochs d Hosni Moubarak n raison ds fonctions qu ils occu- paint ou d lurs lins familiaux ou profssionnls,lsprévnuss étaint opposés à c qu la Républiqu arab d Egypt puiss fair valoir ss droits dans la procédur pénal ouvrt n Suiss. «vast résau d corruption» au sin du régim au tmps où l pays était dirigé par Hosni Moubarak. L un ds prévnus t ls mmbrs d sa famill s voint ainsi rprochr ds acts d corruption n lin avc l xportation d gaz égyptin à dstination d Israël. Dux autrs sont mis n caus pour d importants invstissmnts immobilirs n Egypt. «Au stad actul d l nquêt, ls soupçons évoqués par l MPC apparaissnt n tout état d caus suffisants pour admttr la Vast résau d corruption Slon l jugmnt, c st pourtant àjusttitrqul Etatégyptinsprétnd victim ds infractions qui lur sont rprochés. L TPF s appui notammnt sur un rapport d la polic judiciair fédéral faisant état d un présomption d acts d blanchimnt n Suiss», slon ls jugs. La cour a égalmnt rconnu la légitimité d l autorité mis n plac par l nouvau pouvoir n Egypt pour rcouvrr ls fonds détournés. Ls jugs n avaint toutfois pas ncor statué sur l droit d l Etat égyptin à consultr l dossir suiss. La qustion st délicat, parc qu un accès sans rstriction srait d natur à court-circuitr la procédur d ntraid judiciair qu la Suiss st n train d xécutr à la dmand d l Egypt. Récmmnt, dans l affair smblabl concrnant la Tunisi, ls jugs n ont autorisé qu un accès limité d manièr à évitr qu l Etat tunisin puiss utilisr dvant ss proprs autorités ds informations issus du dossir suiss avant qu ls vois d rcours d la procédur parallèl d ntraid aint été épuisés. Dnis Masmjan Décision du 30 avril 2012, BB /108/110/111/1115/ 116/117/128. <wm>10casnsjy0mdax1tu0m7cwnguao2-mlw8aaaa=</wm> <wm>10cfwmsqqamaxev6jlkizpmao4fqdx7ylo_v9k6ubbc_gun5dmz6v235uhxmgmshqk-qnouoqf1gmyyimogxyhg00g-facscjlljif5hgfdsmkawzt5eseb-rvsfhm17e4aaaaa=</wm> EL PRIMERO CHRONOMASTER OPEN Lif is in th movmnt Znith Boutiqu 35, Ru du Rhôn - Gnèv +41 (0)

7 L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Suiss 7 «Croir qu Washington absoudra ls banqus st un vu d l sprit» L imprudnc d Michal Prlr condamné > Conflit fiscal Ds avocats américains suivnt d près l dossir qui pourrit ls rlations ntr la Suiss t ls Etats-Unis Dnis Masmjan > Ils rlèvnt qu cs drnirs n vont pas lâchr la brid sur ls banqus si facilmnt Stéphan Bussard NEW YORK Ds avocats d Nw York n convinnnt: plus l tmps pass, plus la position d la Confédération dvint inconfortabl. Dpuis près d 16 mois, ls autorités suisss tntnt d négocir avc ls autorités américains un accord-cadr pour 11 banqus suisss faisant l objt d un nquêt aux Etats-Unis ainsi qu un accord global pour ls 330 établissmnts financirs d Suiss. L idé st d mttr un trm un fois pour touts au différnd fiscal qui mpoisonn ls rlations ntr Washington t Brn. Or si la présidnt d la Confédération, Evlin Widmr-Schlumpf, a rncontré l ministr américain d la Justic, Eric Holdr, t l scrétair au Trésor, Timothy Githnr, n marg d la réunion du FMI n avril t nourrissait l spoir d conclur l accord d ici à la fin d l anné, la tâch sm- bl plus compliqué vu ds EtatsUnis. Avocat spécialisé dans ls crims n col blanc t rprésntant d contribuabls américains, Robrt Katzbrg st catégoriqu: «Il st inévitabl qu un accord d typ UBS soit conclu avc d autrs banqus suisss, un accord qui xigra d fournir ds noms t ds informations d compts détnus par ds contribuabls américains. Ls Etats-Unis t la Suiss ont tous dux signé un déclaration n 2009 allant dans c sns. Dès lors dux qustions s posnt: combin d banqus vont livrr cs informations t quand?» Un accord global paraît loin d réglr tous ls contntiux: «Croir qu ls Etats-Unis vont complètmnt absoudr ls banqus t banquirs suisss st un pur vu d l sprit», poursuit Robrt Katzbrg, qui s rnd régulièrmnt à Zurich. Tout dépnd bin sûr d la natur d la solution global. Du côté américain, on stim cpndant qu un accord global n réduirait n rin ls risqus pénaux ncourus par lsditsbanqus.mrcrdi,undélégation d huit parlmntairs suisss mmné par la présidnt d la commission ds affairs étrangèrs du Consil national, Christa Markwaldr (PLR/BE), a pu ntndr l mêm mssag d la part du Départmnt du trésor, où ll a rncontré qulqus intrlocuturs, ainsi qu d parlmntairs du Congrès. Si l dossir traîn, c srait n parti dû à un incompréhnsion culturll ntr ls dux pays. Ls autorités suisss n s rndraint pas compt du déséquilibr ntr la prmièr puissanc mondial t Brn. «La Suiss n st pas la Chin, mêm si ds qustions s posnt à propos d Hongkong», ntnd-on. Parmi ls 11 banqus sous nquêt, ls banqus cantonals d Zurich t d Bâl sont obsrvés d très près. Outr-Atlantiqu, l vocabulair rst gurrir. Quand ls spécialists parlnt d Christos Bagios, banquir d Crdit Suiss qui vit n Florid avc un braclt élctroniqu mais qui n st toujours pas jugé, ils parlnt d «prisonnir d gurr». Son statut défi tous ls usags d la justic américain. Quand ils évoqunt ls établissmnts financirs d Suiss, ils s étonnnt ds commissions t frais outrancirs facturés à lurs clints américains «à la mrci ds banqus suisss» n raison du conflit fiscal. ls informations souhaités. Il y aura d autrs dommags collatéraux.» L xprssion fait référnc notammnt à l inculpation d la plus viill banqu privé d Suiss, Wglin, n janvir Un fait jugé évitabl tout comm l inculpation d dizains d banquirs. «Crtains prsonns n Suiss sous-stimnt la détrmination ds Américains d nquêtr sur ls banqus t banquirs suisss. L Amériqu n va pas s arrêtr là. Ls autorités américains pourraint inculpr d nouvlls banqus si rin n boug», avrtit Bryan Skarlatos. L dossir évolu toutfois. Crdit Suiss t HSBC Privat Bank (Suiss) ont déjà fourni ds noms d collaboraturs aux autorités américains. Du côté du Départmnt américain d la justic, Charls Millr, port-parol d la Division fiscal, s rfus à tout commntair. Parlant au nom du scrétariat d Etat aux qustions financièrs à Brn, Mario Tuor n s étonn pas d l alarmism ds avocats américains, «qui n aimnt pas ls solutions globals». La Suiss st toujours à la tabl d négociation, précis-t-il. «Un solution global offr ds procédurs plus simpls pour ls Etats-Unis. Ils ont aussi un intérêt à l conclur tout comm ils ont un intérêt à ratifir la Convntionddoublimposition»,toujours bloqué au Sénat n raison du vto du républicain du Ta Party Rand Paul. Quant au scrétair d Etat aux Qustions financièrs, Michal Ambühl, il compt s rndr à nouvau aux Etats-Unis, mais aucun dat n a pour l hur été arrêté. «Ls autorités américains pourraint inculpr d nouvlls banqus si rin n boug» Entr ls Etats-Unis t la Suiss, l conflit prdur dpuis «C st un gurr d usur.» L avocat Bryan Skarlatos, qui défnd lui aussi ds contribuabls américains, n st convaincu: «Si aucun accord global n st trouvé, l IRS [l fisc américain, ndlr] va s n prndr à d autrs banqus pour forcr ls Suisss à livrr > TF L x-chf d la polic judiciair avait invité sa compagn dans un voyag profssionnl Michal Prlr, l chf d la Polic judiciair fédéral mis n congé par la consillèr fédéral Simontta Sommaruga, s st bl t bin montré d un imprudnc pu conform aux xigncs d sa fonction n invitant sa compagn, Suissss d origin russ, à l accompagnr lors d un voyag officil à Saint-Pétrsbourg. L Tribunal fédéral l confirm dans un jugmnt diffusé judi. Un risqu pour la sécurité Michal Prlr avait été provisoirmnt écarté d ss fonctions après la découvrt ds conditions dans lsqulls il avait réalisé c déplacmnt. Un décision définitiv doit ncor êtr pris par sa hiérarchi. Mais ls chancs d Michal Prlr d rtrouvr son post sont jugés improbabls par ls srvics d Simontta Sommaruga. Il st actullmnt mployé par l Offic fédéral du sport, chargé d évalur ls aspcts liés à la sécurité dans la prspctiv d un évntull candidatur suiss pour ls Jux olympiqus d hivr Slon l Tribunal fédéral, Michal Prlr a ffctivmnt fait pruv d un manqu d snsibilité fac aux dangrs potntils auxquls il s xposait. Mêm si cs risqus n s sont pas réalisés t qu il a pris crtains précautions, son comportmnt n a pas été clui qu on st n droit d attndr d un rsponsabl xrçant un fonction dirigant «particulièrmnt snsibl du point d vu d la sécurité t politiqumnt délicat». C st n 2010 qu l chf d la polic judiciair fédéral avait noué un rlation avc un rssortissant suiss d origin russ. Projtant d s fair accompagnr d ll à ss frais, lors d un déplacmnt profssionnl n Russi, Michal Prlr avait dmandé à ss subordonnés d ffctur un «contrôl d sécurité» sur sa compagn, soit un brèv nquêt dstiné à idntifir, l cas échéant, ds motifs qui auraint dû l amnr à rnoncr à son projt. Mais il n n avait pas informé ss supériurs, comm il lur avait tu l fait qu il s rndrait accompagné n Russi. Attitud problématiqu Ctt manièr d procédr lui aura coûté chr. Chargé d ffctur nsuit un authntiqu contrôl d sécurité, l srvic compétnt d l administration fédéral a stimé qu l comportmnt d Michal Prlr était problématiqu. A la suit du Tribunal administratif fédéral, ls jugs d MonRpos confirmnt qu n agissant d la sort, Michal Prlr a montré qu il faisait passr ss intérêts prsonnls avant sa fonction t ls xigncs touts particulièrs qui lui sont attachés. Arrêt 8C_788/2011 du 2 mai Asil: l étau s rssrr autour du rgroupmnt familial > Migrations Ls prssions pour davantag privr ls migrants d la possibilité d fair vnir lur famill n Suiss augmntnt Un épé d Damoclès pès sur l rgroupmnt familial. Et c st bin c qui inquièt ls rsponsabls ds trois Obsrvatoirs du droit d asil t ds étrangrs vnus présntr judi un rapport sur la qustion. Outré d constatr un fort arrivé d migrants dans c cadr, Philipp Müllr, l tout récnt présidnt du PLR, xig dpuis longtmps d systématisr l rcours aux tsts ADN, «pour évitr ls abus». Il spèr qu ainsi, près d prsonns n moins sront accuillis chaqu anné. Et il n st pas l sul à prônr ds rstrictions. L UDC propos carrémnt d xclur du rgroupmnt familial ls prsonns admiss à titr provisoir. Mêm l PDC s y mt: «Nous proposons qu il intrvinn nrèglgénéralavantl âgd8ans, contr 12 actullmnt», commnt son présidnt, Christoph Darbllay. Son argumnt? Il st plus facil d intégrr ds prsonns plus juns. La motion du group PDC, qu rjtt l Consil fédéral, précis ncor qu pour ls nfants d plus d 8 ans, l rgroupmnt familial «doit intrvnir au plus tard un an après l ntré n Suiss d lurs parnts». L thèm st délicat t provoqu d vivs tnsions. Car touchr au rgroupmnt familial t mpêchr ds nfants d rjoindr un parnt ayant fui ds prsécutions rvint rapidmnt à s trouvr n port-àfaux avc l droit au rspct d la vi privé t familial garanti par la Convntion uropénn ds droits d l homm (CEDH). En commission, ls tnsions à c sujt sont forts. La bagarr était déjà intns lors d l élaboration d la nouvll loi sur ls étrangrs ntré n viguur n 2008: l parlmnt a baissé d 18 à 12 ans l suil à partir duqul ls nfants n puvnt rjoindr lurs parnts qu dans un délai d un an maximum, contr l avis du Consil fédéral. srrr la vis, mais qu il voulait plutôt rvoir l statut ds admissions provisoirs (LT du ). «En cas d dout, nous pouvons procédr à ds analyss ADN» pour vérifir ls lins familiaux, a-t-il rapplé. L ODM n ordonn pu. Cla s faitsurtoutducôtédsautoritéscantonals. Et il n st pas prévu d systématisr l rcours à cs tsts, qui coûtnt ntr 500 t 800 francs. Concrètmnt, ls réfugiés statutairs ont droit au rgroupmnt familial. Ls prsonns admiss à titr provisoir puvnt aussi y rcourir, mais uniqumnt après un délai d trois ans t pour autant qu lls n dépndnt pas d l aid social. C st là qu résid un ds grosss difficultés. Ctt attnt d trois ans a été fixé car cs prsonns, qui n ont pas obtnu l asil, sont cnsés rtournr Ds pruvs par l ADN Du côté du Départmnt fédéral djustictpolic(dfjp),lssignaux sont contradictoirs. Sous prssion, Simontta Sommaruga avait déclaré n mai 2011 à la SonntagsZitung qu il fallait «limitr l rgroupmnt familial», n rapplant qu la moitié ds migrants n provnanc ds pays non uropéns arrivnt par c biais n Suiss. Mais Mario Gattikr, l nouvau patron d l Offic fédéral ds migrations (ODM), a récmmnt tnu un discours différnt au Tmps. Il a affirmé qu il n nvisagait pas d dans lur pays, un fois l rnvoi à nouvau xigibl ou admissibl. Mais, dans ls faits, la grand majorité rst d très longus annés n Suiss.Voirindéfinimnt.Unaspct qu l group UDC n a pas voulu prndr n considération n déposant, n sptmbr 2011, sa motion pourprivrcsprsonnsdurgroupmnt familial. Suisss mal lotis Judi, ls rsponsabls ds obsrvatoirs ont dénoncé ls ffts prvrs d un politiqu migratoir rstrictiv,qui«ntravntldroitàlavi familial t conjugal ds migrants». Mais ils ont aussi tnu à rapplr qu ls citoyns suisss qui souhaitnt fair vnir un conjoint ou un nfant étrangr n Suiss sont moins bin lotis qu ls rssortissants uro- péns. Ils l ont illustré avc un xmpl frappant: clui d un Suiss, Janko, d origin bosniaqu, qui n a pas d possibilité légal d fair vnir sa mèr malad dpuis la Bosni-Hrzégovin. Son salut, il pourra l chrchr du côté d sa fiancé français, après lur mariag: ll pourra alors fair vnir sa bll-mèr n Suiss grâc à l accord sur la libr circulation ds prsonns t ss dispositions sur l rgroupmnt familial. Plusiurs parlmntairs sont intrvnus à c sujt sous la Coupol. L Consil fédéral a admis qu «ctt qustion doit êtr pris au sériux t qu un adaptation ds dispositions légals actulls doit êtr xaminé n profondur». Mais, à c jour, rin n aétéfait.ltribunalfédéralapourtantcondamnécttdiscrimination. Valéri d Graffnrid Uniqumnt chz Sunris TV: Un maximum d choix x n HD H t ComBack TV. Tst-la dès maintnant au Sunris cntr. Désormais à partir d CH 16. /mois. <wm>10casnsjy0mlq00dw3mdaymwcatjixqw8aaaa=</wm> <wm>10cfwmmq6amawdx5tkszqmjsniqwyivqti5v8thq3jt1hnr2tyws8bmyb4mbycukfsrhoyhkimzbawsixo7ztum9ctudqd_xuirudotire6kvah2p7on0f7_n6actnurcaaaaa</wm> Sunris TV St start pour 95. /mois. Sulmnt 85. /mois la prmièr anné. Condition rquis: raccordmnt au résau fix t Intrnt haut débit d Sunris, p. x. Sunris click&call ( 79. /mois). sunris.ch/tv

8 8 Suiss L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 «L canton d Nuchâtl st n réhabilitation» > Il rvint sur ls défis qui attndnt un canton ncor frilux fac aux mutations n cours Srg Jubin Au bau miliu d l été, l 31 juillt. Nommé par l Consil fédéral à la présidnc du consil d la Banqu national l 18 avril, l ministr socialist ds Financs, Jan Studr, 54 ans, quittra l Consil d Etat nuchâtlois l 31 juillt. Il avait imaginé s rtirr déjà à fin juin, mais il prmttra à son suppléant, l PLR Thirry Grosjan, d prndr ss vacancs. Il ntnd partir vit, «afin d évitr n fût-c qu l apparnc d un conflit d intérêts» ntr ss fonctions d grand argntir cantonal t présidnt du consil d survillanc d la BNS. JanStudrlaissraungrandvid. A la fois parc qu sa statur physiqu n impos, mais aussi parc qu il aura été, durant ls spt ans qu il a passés au Consil d Etat, qui plus st avc ls criss à répétition, l timonir d un canton qu il s sra appliqué à rdrssr t à réformr. L élction du succssur d Jan Studr st fixé au 14 octobr, à moins d six mois ds élctions générals nuchâtloiss. L élction pourrait êtr tacit, suls qulqus quérulnts pouvant contstr l sièg socialist. L PS désignra un candidat, «soit just avant, soit just après l été», dit son présidnt, Baptist Hurni. Dux noms sont avancés, cux d l ancin présidnt du parti dvnu consillr communal d Vald-Travrs, Jan-Nat Karakash, t clui du consillr communal d La Chaux-d-Fonds, Laurnt Kurth. L Tmps: Vous aviz laissé ntndr qu vous briguriz un troisièm mandat au Consil d Etat, pour poursuivr votr «mission» d modrnisation du canton. N vous êts-vous pas dit qu votr plac était d rstr au Châtau? Jan Studr: C était un option si l occasion d présidr l consil d la BNS n s était pas présnté. La BNS st un bll institution, qui jou un rôl important dans la march du pays. C n était pas compatibl avc la fonction d consillr d Etat. Qu répondr à cux qui rgrttnt votr choix, parc qu Nuchâtl a bsoin d Jan Studr? J y suis snsibl. C d autant qu j mèn ds dossirs motivants, comm la révision d la fiscalité ds prsonns physiqus, ou la polic d l Arc jurassin. Il faut osr changr d orintation. Il appartindra à d autrs d donnr d nouvlls impulsions. J imaginais passr douz ans à la têt d l Etat. Mais il n va parfois ds législaturs comm ds annés, crtains comptnt doubl! La législatur actull appartint à ctt catégori. Commnt s port l canton d Nuchâtl? Est-il toujours aux soins intnsifs? Il st n réhabilitation soutnu. Dpuis spt ans, d nombruss réforms ont été ntrpriss, mêm si c n st pas toujours très visibl. L bilan a pu êtr obscurci par ls affairs polluants. Pu d cantons ont, n si pu d tmps, divisé prsqu par dux l nombr d lurs communs, d 62 à 37. Et ls communs s sont ntndus ntr lls pour xploitr lurs srvics industrils, lurs déchts. Il y aura bintôt un sul compagni d transports. Nous somms passés d cinq à un sul matrnité. On a un polic uniqu, un sul caiss d pnsion, un fiscalité réformé, un justic cntralisé. Quatr ds six xrcics comptabls qu j ai bouclés sont bénéficiairs. Crts, il rst du travail pour trminr un nécssair mutation. Mais, croyz-moi, ll st bin n march. Commnt xpliquz-vous la difficulté rncontré à réalisr ds réforms qui smblnt pourtant allr d soi? J ai déclé trois obstacls: l consrvatism, qui st autant d gauch qu d droit; l corporatism, avc la défns d structurs établis; t l régionalism. Ctt énumération rnd d autant plus rmarquabls ls réforms mnés. Dans lurs activités industrills, ls Nuchâtlois sont capabls d innovations, d adaptations. Commnt xpliqur lur frilosité fac aux changmnts du sctur public? J n ai pas d xplication évidnt à c qui put apparaîtr comm un form d dichotomi. L histoir du canton pès. Il s croyait dstiné à êtr étrnllmnt parmi ls prmirs d class à l issu ds Trnt Gloriuss. C canton a été traumatisé par la cris horlogèr qui lui fait prdr, n dux ans, habitants t mplois. Il court après la splndur passé sans forcémnt voir qu ntr-tmps, l mond a changé. Nuchâtl a pris du rtard t pin à admttr ls rmiss à nivau. Un crtain consrvatism rnd l Nuchâtlois craintif concrnant l changmnt d ss structurs intrns, alors qu, fac à l xtériur, il st souvnt très ouvrt t progrssist. Vous aurz été un ministr socialist ds Financs prônant la riguur t la baiss d l impôt. C st très libéral, non? La riguur financièr st dstiné à assurr ls prstations qu l Etat délivr. C st ma conviction. Nous avons bsoin d un Etat fort pour assurr la millur rdistribution possibl, t c st la qualité d ctt rdistribution t non l importanc d l impôt qui st un valur d gauch. L Etat n st fort qu pour autant qu il gèr corrctmnt ss financs. Si l on fait ds fforts pour diminur ls structurs publiqus t lur coût d fonctionnmnt, on put aussi réduir la prssion fiscal. L homm d gauch qu j suis st parfaitmnt à l ais avc ctt approch d la gstion d l Etat. Mêm si c n st pas toujours compris par ls militants d gauch C st vrai. J ai un rlation très dynamiqu avc mon parti. Mais mprint d rspct t d dialogu. Il faut salur l fait qu, par l poids qui st l sin au Grand Consil, l group socialist a joué un rôl détrminant dans la plupart ds réforms. Mêm s il a parfois apporté ds corrctions aux projts. La rlation avc mon parti a été xigant. Malgré ls critiqus, l état d sprit a prmis d aboutir à ds résultats rmarquabls. Votr vision du canton d Nuchâtl dans dix ans? J souhait qu il ait abouti dans l ffort d assainissmnt; il rst ds scturs à adaptr, la santé, l social, la formation. J spèr qu on comptra un dizain d communs, qu l canton aura bonifié sa communicabilité, intrn t xtrn. Et qu l projt phar d RER t d Transrun sra réalisé. Nuchâtl a un fort potntil d dévloppmnt, dans l accuil d ntrpriss, mais aussi dans clui ds prsonns, qui n trouvnt plus lur plac dans ds cntrs saturés d l Arc lémaniqu ou d la région zurichois. Il faut avoir la forc d rchrchr l fficinc dans l organisation publiqu t n pas s attachr aux orguils locaux ou à c qu j appll, dans l domain d la sécurité, l syndrom Playmobil. Commnt réduir la fractur ntr l haut t l bas du canton? C st un constant d notr histoir. Ctt tnsion st plus difficil à comprndr à un époqu où la mobilité s st considérablmnt accru. Ls réponss concrnant la bipolarité nuchâtlois n doivnt plus s inspirr d la compnsation automatiqu mais d la collaboration, n villant à c qu on n équilibr pas c canton n faisant n Haut c qu on fait n Bas, mais n répartissant ls activités, pour autant qu lls soint bin rliés n lls. L Transrun sra-t-il l outil qui éliminra l clivag Haut-Bas? Pas forcémnt. L RER transformra l écart ntr l Haut t l Bas n un motur t un atout, plutôt qu un frin t un défaut. La qualité d vi st aussi bonn à La Chaux-d-Fonds qu sur l littoral. Nuchâtl a la richss d offrir, à ds ndroits très prochs, un multitud d nvironnmnts. Cs différncs sont un atout, alors qu on ls rssnt comm un handicap. Nous avons davantag intérêt à valorisr ls différncs d un canton profondémnt urbain avc ss dux pôls séparés par un grand «Cntral Park», constitué du Val-d-Travrs t du Val-d-Ruz. Commnt xpliqur ls hésitations ds Nuchâtlois à soutnir l RER t l Transrun, alors qu il s agit indéniablmnt d un outil d dévloppmnt? La population st très snsibl à l utilisation rationnll d l argnt. Il st légitim qu ll y rgard à dux fois quand on lui présnt un projt qui ngag l canton pour plusiurs cntains d millions. J ai l intim conviction qu nos collctivités ont ls moyns d s payr ctt infrastructur majur, pour autant qu lls poursuivnt lurs fforts d riguur. L RER st nécssair si on vut qu ctt trr rst un trr d dévloppmnt t d bin-êtr. SANDRO CAMPARDO/KEYSTONE > Départ L socialist quittra l gouvrnmnt pour la BNS l 31 juillt Jan Studr: «La population st très snsibl à l utilisation rationnll d l argnt.» ARCHIVES En spt ans, vous aurz gouvrné avc dux équips très différnts, avc Frnand Cuch, Brnard Sogul, Sylvi Prrinjaqut t Roland Dbély durant quatr ans; puis avc quatr nouvaux dont trois PLR t la socialist Gisèl Ory. Est-c qu c sont ds équips gouvrnmntals «impossibls»? Non. Il y a d grands différncs ntr ls dux équips. Qui tinnnt moins à la composition partisan qu à la cultur institutionnll. L rnouvllmnt prsqu intégral d 2009, accompagné du rmplacmnt du chanclir, a rndu plus difficil la transmission d la cultur institutionnll. Crtains ont stimé qu, du passé, on pouvait fair tabl ras! Il y a u un difficulté à rvêtir l habit institutionnl. Ls partis politiqus doivnt-ils davantag villr à la prsonnalité ds candidats? Ont-ils commis ds rrurs d casting? Un attntion plus soutnu doit êtr porté à cs choix. Mais c était put-êtr simplmnt un pioch particulièr. Ls partis sont confrontés à la difficulté d rcrutr t d motivr ds fmms t ds homms pour c gnr d fonction. Est-c qu Nuchâtl a forcémnt bsoin d forts prsonnalités dans son gouvrnmnt? Il n a bsoin, mais un collèg put aussi souffrir d un trop-plin d forts prsonnalités. L miux srait d avoir ds prsonnalités d nvr- Ls fonctionnairs gnvois n colèr > Manifstation Un millir d mployés ont dénoncé baiss d ffctifs t réform d la rtrait Entr 1000 t 1200 fonctionnairs ont manifsté bruyammnt judi après-midi dvant l Hôtl d Vill d Gnèv à l appl du Cartl intrsyndical du prsonnl d l Etat. Ils protstaint contr un dégradation d lurs conditions d travail t d lurs rtraits. Ls mployés d l Etat d Gnèv, parmi lsquls un grand nombr d nsignants, ont fustigé à coups d sifflts t d hués la baiss d lurs ffctifs. Ils ont égalmnt dénoncé la mnac qu fait planr sur ux l projt d loi sur la fusion d lurs dux caisss d rtrait. «L Etat doit rspctr ss fonctionnairs t non coupr dans ls prstations», a souligné la présidnt du cartl, André Jlk-Pila. Il lui rvint d compnsr ls prts nvisagés dans ls rvnus ds caisss d pnsion. «C n st pas aux mployés d payr ls pots cassés», a-t-ll poursuivi. La syndicalist a aussi critiqué la prt ds annuités du prsonnl d l Etat. Ells ont été suspndus par l Grand Consil pour l budgt 2012, dans un souci d économi. ATS gur émanant d plusiurs partis, dotés d un forc d conviction à l intériur t d un dynamiqu vrs l xtériur, profitabls à l action gouvrnmntal. Suls dux partis, l PLR t l PS, sont rprésntés au Consil d Etat. Srait-il préférabl d avoir un plus larg rprésntation politiqu? Plus l gouvrnmnt corrspond dans sa composition partisan politiqu à cll du Grand Consil, miux c st. Encor faut-il qu tous ls partis présntnt ds profils qui convainqunt l élctur. L UDC a-t-ll alors sa plac au gouvrnmnt nuchâtlois? Cla tint moins à la capacité d clls t cux qui pourraint y prétndr qu à la difficulté d c parti d s inscrir dans notr cultur politiqu. L alignmnt blochérin d l UDC nuchâtlois la pénalis dans sa quêt gouvrnmntal. Votr parcours politiqu vous a-t-il comblé? J ai u énormémnt d chanc. J ai pu vivr ds xpérincs forts: j ai présidé la commission qui a révisé la Constitution nuchâtlois; j ai accédé à 42 ans au Consil ds Etats, où nous n étions qu six socialists sur 46; j ai gouvrné n étant à la têt d un départmnt lourd t rich. J ai réalisé ds projts qui m tnaint à cœur, qui ont contribué à la crédibilité d l Etat. J ai toujours été bin élu. J suis n bonn santé. Après plus d trnt ans d mandats politiqus, éprouvz-vous d la lassitud? Non. J ai toujours un fort énrgi. J crois avoir plus d sagss, tiré ds difficultés surmontés. C pays a crts ds lourdurs, mais aussi un solidité t un rspct d l autr qu j ai pu éprouvr. J suis à la fois rspctuux t admiratif d ss institutions. Jovial t xtravrti à votr accssion au Consil d Etat n 2005, vous smblz plus grav aujourd hui. Avz-vous changé? J ai dû apprndr la grand complxité ds dossirs, qu il faut maîtrisr avant d vouloir ls modifir. J ai été confronté à la faiblss passagèr qu a travrsé notr gouvrnmnt. Il y a aussi ds hurs d sommil n rtard. Et d autrs vis n manqu: vi amical, culturll, spiritull, familial. J spèr avoir consrvé malgré cla ma capacité à rir, surtout d moi-mêm. Votr activité à la têt du consil d la BNS nécssit un occupation d 25 à 30%. Qu frz-vous du tmps libr qu vous aurz? Compt tnu ds turbulncs travrsés, mon invstissmnt sra plus important, 40-50% ls prmirs mois. J n ntnds, dans un prmir tmps, m consacrr qu à cla. La politiqu, rangé au placard? J n sais pas. Pour l instant, c n st pas à l ordr du jour. Panorama Suiss Soldats contrôlés Ls soldats dvant suivr un cours d répétition dans un autr unité dvront montrr patt blanch. Pour évitr qu un étrangr usurp d nouvau la plac d un mmbr d l armé, l armé a décidé d mttr n plac rapidmnt ds contrôls d idntité. (ATS) Ls tunnls intouchés Ls nichs d airs d arrêt d urgnc n sront pas bisautés dans tous ls tunnls suisss. Réclamé par crtains après l accidnt d car d Sirr (VS), qui avait coûté la vi à 28 prsonns n mars, la msur pourrait êtr dangrus pour ls voiturs t ls motos. L Consil fédéral rjtt un motion du consillr national Oskar Frysingr (UDC/VS). (ATS)

9 L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Suiss 9 C qui s profil drrièr la frond ds médcins-chfs d la Rivira Pins confirmés pour dux ancins d la BCGE > Santé Ls députés votnt ls crédits du nouvl hôpital Vaud-Valais Dvant la justic > Déjà, l modèl d dirction pour Rnnaz fait débat Ylmarc Roult Réalisation uniqu n Suiss par son caractèr intrcantonal t par sa taill, l futur hôpital Rivira-Chablais franchit un cap. Ls députés vaudois t valaisans votnt cs jours ls garantis financièrs qui prmttront qu c projt d 450 lits dstiné à un bassin d prsonns sort nfin d trr, à Rnnaz (VD). Mais, avant mêm qu l chantir n s ouvr, la qustion du typ d dirction du futur établissmnt s révèl déjà xplosiv. Si la frond ds médcins contr Pascal Rubin, l dirctur d Hôpital Rivira, a pris un tll virulnc (LT du ), c st qu clui-ci st prssnti comm patron d la futur structur fusionné. A Sion, ls députés ont accpté judi à l unanimité qu l Etat du Valais cautionn ctt réalisation commun pour un montant d 73,3 millions d francs, c qui corrspond à un quart d l nsmbl. L consillr d Etat Mauric Tornay a lvé l dout du haut t du cntr du canton n promttant la rénovation d l hôpital d Sion t un nouvll implantation n sit uniqu pour la parti alémaniqu. Au Grand Consil vaudois, la garanti d Etat d 220 millions doit passr n plénum d ici à fin mai. Ell n a pas suscité d opposition n commission. S y ajoutra un crédit d étud d 1,2 million d francs pour l raccordmnt d c sit xcntré vrs 2016, lorsqu il ouvrira. Après ds annés d discussions sur l mplacmnt d l hôpital t sa position dans ls dispositifs sanitairs, Rnnaz a désormais un «visag»: l équip nuchâtlois Gninsca Dlforti/ Group 6 a rmporté l an drnir l concours d architcts. L conflit autour d Pascal Rubin projtt ls rsponsabls du projt dans l étap suivant, cll du fonctionnmnt. Ls 30 médcins-chfs d Hôpital Rivira, qui fusionnra avc l Hôpital du Chablais dans l nouvl nsmbl, ont saisi l offic d conciliation pour protstr contr l autoritarism du dirctur. Ils vinnnt d obtnir l soutin ds doyns d tous ls hôpitaux régionaux vaudois. «Il st rar d voir un corps médical s mobilisr aussi fortmnt», soulign PirrAndré Rpond, scrétair général d la Société vaudois d médcin (SVM). Ls médcins réclamnt un rtour à l sprit d partnariat sti- pulé dans lur convntion collctiv, qu ils stimnt piétiné par l dirctur. Ils n vulnt pas qu clui-ci puiss régnr n maîtr sur l futur établissmnt. Ls compétncs d gstionnair d Pascal Rubin, un physicin passé à l économi d la santé, n sont pas contstés. Mais l dirctur s st fait un réputation d dur là où il a passé. Il était arrivé au CHUV d Lausann comm dirctur adjoint n 2003, avc la prspctiv d succédr au dirctur général trois ans plus tard. Mais l nouvau patron d la santé publiqu, Pirr- tlois, n conflit avc crtains médcins. A Montrux, dans c nouvau bras d fr, il a obtnu l plin soutin d la fondation d l hôpital. «Nous n voulons pas la gurr, j pns qu nous pouvons aplanir la situation, assur l Dr JanJosph Boillat, port-parol ds médcins-chfs d la Rivira. Mais nous tnons à la «fonction dirigant élvé». Cll-ci st garanti dans la convntion collctiv vaudois, dont ls médcins réclamnt d mblé l xtnsion au futur hôpital intrcantonal. «Ls prsonnls d Rnnaz sront régis par un CCT, assur Marc Disrns, qui présid l consil d établissmnt du futur hôpital. Mais son contnu dvra êtr négocié n tnant compt d tous ls partnairs.» Slon lui, ls médcins vaudois sont jaloux d lur statut t d lur rémunération actuls. Alors qu on nvisag d installr, dans ds murs nufs, qulqu chos d nouvau. Dans son drnir numéro, la Rvu médical suiss mt l conflit d la Rivira tout comm l action ds médcins gnvois qui s plaignnt d êtr écartés d la succssion d Brnard Gruson aux HUG sur l compt d un résistanc somm tout salutair à l mpris managérial d plus n plus dominant sur la dirction ds hôpitaux t ayant comm conséqunc un déprsonnalisation croissant pour ls médcins t tout l prsonnl soignant. En Pascal Rubin, ls médcins contstnt l mpris managérial croissant sur la dirction hospitalièr Yvs Maillard, élu ntr-tmps, a préféré un médcin pour c post. N voulant pas rstr numéro dux, Pascal Rubin accpt alors la dirction d Hôpital nuchâtlois. Il l a quitté n 2010, n désaccord avc la consillèr d Etat Gisèl Ory. «Mon objctif a toujours été d crér un hôpital pour habitants, pas dux hôpitaux régionaux rspctant un équilibr particulir», xpliquait-il alors au Tmps. Mais il sra aussi, lors d son passag nuchâ- <wm>10casnsjy0mdax07uwsja2naiarpfomw8aaaa=</wm> <wm>10cfwmsq4cmqxdvyiv4zrnjozottmnil0lyub_j3psdjb9pccfr3ndl_f9fo6puqapsaypk8mghju02uzwcashvcm5mwxyzxdgwafm5qhcehmnndgylrbglilhd4-r_cxty7p5iaaaaa=</wm> > Gnèv Dominiqu Ducrt st à nouvau acquitté. Marc Fus t son adjoint condamnés Fati Mansour Rblot ou prsqu pour ls ancins dirigants d la Banqu Cantonal d Gnèv. Pour l ssntil, l prmir jugmnt a été confirmé n appl. Dominiqu Ducrt st acquitté au bénéfic du dout. Marc Fus t son adjoint Rné Curti sont rconnus coupabls d faux dans ls titrs t condamnés rspctivmnt à 180 t 120 jours-amnds avc sursis. La gstion déloyal aggravé n st pas réalisé car aucun ds trois n a agi pour s nrichir ou pour favorisr ds tirs. Mêm s il n s n éloign qu pu, l jugmnt d duxièm instanc n st pas un copié-collé du prmir. Au mnu ds différncs, la Cour d appl rtint qu, sur l plan subjctif, Marc Fus t Rné Curti ont aussi utilisé ls opérations d portags (1,9 milliard d crédits non provisionnés par c biais) pour masqur la réalité aux côtés d nombrux autrs artifics comptabls. Ils ont agi intntionnllmnt pour évitr qu ls dstinatairs ds bilans annuls n connaissnt la vérité t ont trompé ls administraturs, ls actionnairs t la Commission fédéral ds banqus, mêm si cll-ci avait un «vision assz réalist d la situation». Autr nuanc, la cour prnd l soin d précisr qu la gstion déloyal simpl, désormais prscrit, aurait été réalisé d par la confction d cs bilans trompurs. La violation du princip d présomption d innocnc, attribué à un ordonnanc lapidair d la Chambr d accusation, st égalmnt écarté. Enfin, la participation aux frais d la procédur ( francs pour chacun ds dux condamnés) st jugé disproportionné au rgard d la pin infligé, d l âg t du statut d rtraités ds intérssés. Cs frais sont donc ramnés à francs pour Marc Fus t francs pour Rné Curti. Volonté d bin fair La cour s st rallié autrmnt à l avis du Tribunal corrctionnl, notammnt n doutant d c qu savait vraimnt Dominiqu Ducrt. Tout n soulignant «un crtain manqu d curiosité» d la part d l ancin présidnt du consil d administration, l arrêt rlèv qu il st normal qu c drnir s soit rangé à l avis d la dirction général t d l organ d révision. Pour fixr la pin, ls jugs ont considéré qu ls ancins dirigants ont agi sous la prssion t pour pallir ls ffts d la décision d l Etat qui avait rnoncé à assainir la banqu au momnt d la fusion. «Ils ont été amnés à s arrangr avc ls chiffrs. Ils ont agi d manièr illicit mais ont voulu bin fair.» La cour a toutfois xclu tout xmption d pin n soulignant l importanc d la prévntion général lorsqu il s agit d la tnu d la comptabilité d un banqu cantonal.

10 10 Zooms L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 L œil du sport Panorama La «cart postal» ds Malouins fait scandal Tnnis En voilà un défction majur n vu ds Jux olympiqus qui débutnt l 27 juillt. Un infim spoir subsist, crts, mais la cot d un sélction d Frnando Zylbrbrg a furiusmnt chuté; il n a pas été convié au drnir tournoi d préparation, n Malaisi. Frnando qui? Frnando Zylbrbrg (34 ans) st l capitain d l équip d Argntin d hocky sur gazon, avc laqull il a notammnt participé aux Jux olympiqus d Sydny (2000) t d Athèns (2004). Un qualification pour ls JO d Pékin (2008) lui avait échappé. L coach Pablo Rossi a invoqué ds «mobils sportifs» pour justifir l éviction, mais nombrux sont ls sprits scptiqus. Car Frnando Zylbrbrg st ballotté dpuis plusiurs jours au cœur d un scandal diplomatiqu ntr l Argntin t la Grand-Brtagn. Trritoir d discord C st sa nouvll carrièr d actur qui échaud ls tnsions ntr nations. Dans un spot publicitair financé par l Etat, on voit Frnando Zylbrbrg s ntraînr, courir dvant ds liux symboliqus, sautr sur un mémorial d gurr. L nœud d l histoir? Ls îls Malouins ont srvi d décor aux séquncs, conclus sur un mssag du gnr ukas: «Pour concourir sur sol anglais, nous nous ntraînons sur l sol argntin.» Or, ls îls Malouins dmurnt un trritoir d discord ntr l Argntin t la Grand-Brtagn. D avril à juin 1982, un gurr ls opposa mêm sous l ministèr d Margart Thatchr. Un épisod récmmnt rapplé sur ls écrans par La Dam d fr (Th Iron Lady) la brillant t oscarisé Mryl Strp. L cinéma n a toutfois rin à voir avc la qurll olympiqu qui tourmntnt ls cénacls politiqus. La Grand-Brtagn a d ntré condamné ctt publicité; l scrétair à la Défns Phillip Hammond l a jugé «insultant» t «sans goût». Puis, l ambassadric d Argntin au Royaum-Uni, Alicia Castro, a assuré qu «prsonn n avait u l intntion d offnsr» ou d provoqur. C fut nsuit au tour du Comité intrnational olympiqu d s prononcr, dénonçant l spot: «Ls Jux n dvraint pas êtr un forum pour soulvr ds problèms politiqus.» Enfin, Sir Martin Sorrll s st xcusé. Sir Martin Sorrll st l dirctur d la société publicitair WPP, basé n Irland, dont un filial à Bunos Airs a produit l clip incriminé. Malgré son appl à n plus l diffusr, la Casa Rosada fait la sourd orill. Slon l quotidin Th Daily Tlgraph, un voix émanant du palais présidntil argntin l a assuré: «Nous n rtirrons n aucun cas ctt publicité, nous somms hurux d son impact.» Enusantdusport,tplusparticulièrmnt ds Jux olympiqus, comm d un courroi d transmission, l Argntin n s st pas trompé. «En 2010, un clip gouvrnmntal du mêm styl avait déjà été diffusé, mais il avait fait baucoup moins d bruit», s souvint Marclo Kohn, profssur d droit intrnationalàl Institutdhautsétuds intrnationals d Gnèv. «Pourtant, il était déjà très bin réalisé. On n dvrait donc pas êtr surpris d ctt nouvll campagn.» Spécialisé dans ls disputs trritorials, Marclo Kohn précision pas anodin st d nationalité argntin. «La qustion ds Malouins st prioritair dans la politiqu étrangèr du pays», rappll-t-il. «Ds dmands insistants ont été émiss afin qu un négociation soit mné autour d la souvrainté sur l archipl, mais la Grand-Brtagn résist. Du coup, ls rlations s détériornt.» Röthlin officillmnt aux JO Viktor Röthlin a été officillmnt sélctionné par Swiss Olympic pour ls JO d Londrs. L champion d Europ d marathon participra à ss quatrièms Jux consécutifs. (SI) Et l sprit olympiqu? En outr, plusiurs commémorations font vibrr la fibr nationalist: récmmnt, l 30 annivrsair du conflit; l 3 janvir 2013, l 180 annivrsair d l xpulsion ds Argntins d l archipl; n 2015, l annivrsair d la prmièr résolution ds Nations unis sur ls Malouins. Et puis, cs îls tinnnt à cœur à la présidnt Cristina Frnandz d Kirchnr, qui a vécu n Patagoni, fac à lls, quand l Argntin t la Grand-Brtagn croisaint l fr. Rst à savoir si l sport dvait êtr mêlé au différnd. Pour Marclo Kohn, c n st pas choquant: «J comprnds qu l sprit olympiqu n y goût guèr, mais l Histoir fourmill d xmpls.» Parmi ux, l boycott ds JO d 1980 à la suit d l invasion soviétiqu n Afghanistan, ou ls poings gantés d noir t lvés vrs l cil ds sprintrs américains Tommi Smith t John Carlos, n 1968 à Mxico (avant d êtr xclus à vi ds JO). Il y aura désormais l clip à scandal ds Malouins. Et son héros, Frnando Zylbrbrg. Cyclism Giro: Cavndish victoriux Trois jours après un chut spctaculair au Danmark, Mark Cavndish a confirmé sa supériorité au Giro: il a rmporté la cinquièm étap au sprint. (AFP) Football Nsta dépassé à Milan L défnsur cntral Alssandro Nsta, 36 ans, a annoncé qu il quittait l AC Milan après dix saisons. L rythm y st trop élvé pour lui. Il dvrait rjoindr ls Rd Bull Nw York. (AFP) Ls Pays-Bas à Lausann Zylbrbrg aux Malouins. L Royaum-Uni n a pas aimé. ARCHIVES La station du Jungfraujoch, «un honnur pour la Suiss» rlaté, au printmps drnir, l inauguration d [la station scintifiqu du Jungfraujoch]. Un œuvr d ctt importanc mérit d êtr connu sinon dans tous ss détails, au moins dans ss grands ligns, afin d n montrr la valur scintifiqu. [ ] Dans l domain d la physiqu pur, d l astronomi t d la météorologi, nombruss sont ls obsrvations à accumulr pour n déduir ds lois plus préciss; on sait qull importanc rvêtnt actullmnt ls problèms d la météorologi. Ls ascnsions du profssur Piccard, si lls puvnt s répétr, nous apportront ds donnés d grand valur. Il st néan- moins crtain qu sur notr trritoir à ctt altitud d 3474 mètrs, ds rchrchs favorisront l dévloppmnt d la prédiction du tmps util à l agricultur comm aux alpinists, voir mêm à l hôtllri. D mêm il y a un vast champ à xplorr, grâc à la purté d l air, dans l domain du rayonnmnt solair t d l état élctriqu d l atmosphèr. [ ] L astronomi [ ], sans vouloir rivalisr avc ls installations magnifiqus, mais combin coûtuss ds obsrvatoirs ds Etats-Unis, trouv un grand champ d activité au Jungfraujoch. [ ] L idé prmièr d ctt institution rvint à fu l prof. d Qur- Du 18 au 25 mai, la sélction nérlandais s préparra à Vidy t ls sssions sront ouvrts au public, slon l sit intrnt du Matin. (SI) EN EXCLUSIVITÉ SUR NOTRE SITE: La scinc dans ls Alps brnoiss, n 1932 «L Journal d Gnèv a, sauf rrur, L Espagnol Rafal Nadal a été éliminé n huitièm d final du tournoi d Madrid par son compatriot Frnando Vrdasco (6-3, 3-6, 7-5), concédant sa prmièr défait d la saison sur trr battu. Rogr Fdrr s st facilmnt défait du Français Richard Gasqut n 58 minuts (6-3, 6-2). En quart d final, l Bâlois sra opposé à l Espagnol David Frrr. (AFP) Athlétism PRESIDENCIA DE LA NACION/AFP Thomas Dayr Nadal éliminé à Madrid vain qui y intérssa la Société hlvétiqu ds scincs naturlls. Pu à pu, rconnaissant l importanc d l œuvr, l génial créatur du chmin d fr d la Jungfrau, [Adolf] Guyr-Zllr, facilita par ds dons ls constructions nécssairs. Tour à tour, l Consil fédéral qui donn ARCHIVES HISTORIQUES >> Sur Intrnt un subvntion annull, l Club alpin suiss, la Fondation Rockfllr, la Kaisr-Wilhlm-Gsllschaft pour l avancmnt ds scincs, la Société royal d Londrs, l Académi ds scincs d Vinn, l Fonds national blg pour ls rchrchs scintifiqus, la Sorbonn ont apporté lur appui financir t l autorité d lurs rprésntants. [ ] L accès st bin facilité par l chmin d fr d la Jungfrau; ls alpinists front la bll promnad glaciair d l Eggishorn au col. Il st curiux n arrivant d s trouvr à l ntré d un vast tunnl qui vous conduit à la station avc ss laboratoirs, ss chambrs confortabls t d là à l hôtl d Brghaus, très ac- cuillant. D l xtrémité du tunnl on parvint au col lui-mêm d où la vu st magnifiqu. Il s agit maintnant qu la station soit à mêm d poursuivr sa tâch: crtains travaux n sont pas ncor trminés t ls dvis d construction ont été largmnt dépassés. C st un honnur pour notr pays qu ctt institution; à cux qui vulnt aidr à son dévloppmnt d fair l nécssair. L homm n a pas qu ds bsoins matérils t mêm dans c domain j ai chrché à montrr qu ds résultats importants sont déjà acquis t l sront dans l avnir.» Signé: Dr E. T. JOURNAL DE GENÈVE, 11 JANVIER 1932 U La chroniqu numériqu. Ctt smain, Mhdi Atmani s intrrog sur la valur monétair d ss donnés privés sur Facbook t sur l évntualité d un rémunération financièr pour son activité n lign. Un qustion légitim, à un smain d l ntré n bours du résau social. U L obsrvatoir scintifiqu du Jungfraujoch, actif dpuis 75 ans, il msur notammnt ls concntrations d gaz polluants dans l air ou la haut atmosphèr t tst ls clluls solairs. En vidéo, un visit d l obsrvatoir à l occasion d ct annivrsair. >> Sulmnt sur Intrnt sur DÉCOUVREZ LA NOUVELLE APPLICATION IPHONE DU TEMPS Un traitmnt éditorial xigant, un application hautmnt prsonnalisabl Tout l xprtis d la rédaction st mobilisé pour alimntr l application qui réunit l intégralité ds contnus produits quotidinnmnt t mis à jour n tmps rél. La sction «Actualité» st ntièrmnt modulabl, qu il s agiss d la sélction ds rubriqus à affichr ou d la hiérarchi d l information. La possibilité d archivr ds articls, la rchrch plin txt t ls alrts paramétrabls facilitnt l xpérinc d lctur, propr à chaqu individu. D nouvlls fonctionnalités disponibls: partag via ls résaux sociaux, réalité augmnté, rotation d l affichag t optimisation d la navigation. Application payant, 2 accès possibls: Via AppStor: 10.-/mois l Abonnmnt numériqu L Tmps illimité: 32.-/mois: l ou l

11 11 Eclairags L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 La gar d Vladivostok, départ ou fin d la plus longu lign d chmin d fr du mond, l Transsibérin. Un charmant ptit bâtimnt qui st la réduction d la gar d Iaroslavl à Moscou. ARCHIVES THOMAS GOISQUE/LE FIGARO MAGAZINE/LAIF D Saint-Pétrsbourg à Vladivostok () Gorgs Nivat EN RUSSIE DMITRY LOVETSKY/AP/KEYSTONE D un fnêtr à l autr d l mpir urasin En Russi avc Gorgs Nivat Pour la troisièm fois d l histoir, Vladimir Poutin s st installé ctt smain au Krmlin. Sur plus d kilomètrs, Gorgs Nivat, profssur t spécialist d la Russi, a raconté c mond à la fois glacial t surchauffé. Quatr épisods parus dpuis l mardi 8 mai. >> Sur Intrnt Rtrouvz la cart intractiv t tous ls détails sur l voyag d Gorgs Nivat C st l Far East russ, un provinc qui long la mr du Japon du sud au nord, avc 900 km ntr ls dux capitals, l administrativ, Khabarovsk, t l économiqu, Vladivostok L train parti d Blagovchtchnsk mt dux nuits t un journé pour allr jusqu à Vladivostok, n passant par la Républiqu juiv autonom (Birobidjan) t par Khabarovsk. Il faut s habitur à ss voisins,surtoutunancinofficirsoviétiqu qui s plaint d la chut du communism, mais parvint quand mêm à s fair payr ss rtours n Ukrain (il fait parti ds très nombrux Ukrainins qui puplnt la provinc). Nous longons l Amour, puis l Oussouri. Ls gars sont rars, mphatiqumnt décorés d status nouvlls d héros cosaqus ou ancinns d gards rougs. L arrivé à Vladivostok, dans un charmant ptit gar qui st la réduction d cll d Iaroslavl à Moscou (d styl Bll Epoqu): la mr st là, l port, un immns voilir écol. Et, dans l horizon, un ds dux grands ponts suspndus n construction. Nous voici à l autr bout d la Russi. D longu dat, rmarqu l historin russ Waliszwski, qui publiait à Paris à la fin du XIX siècl ds ouvrags d histoir honnis n Russi, c pays a adoré construir ds palais aussi vit qu ils brûlaint, quand ils étaint d bois. Ls constructions qu Vladimir Poutin a lancés à Vladivostok sont phénoménals; sur l îl Rousski, n fac d la Corn d Or (Zolotoï Rog, ainsi nommé parc qu ll rappll Istanbul), on achèv un gigantsqu univrsité. J ai visité l chantir, où s affairnt quinz mill ouvrirs, tous étrangrs (turcs, kirghizs, ouzbks, chinois, coréns, tc.). On parcourt ds kilomètrs d salls, dont trois stupéfint par lur immnsité: nviron 900 mètrs carrés. C st qu ls bâtimnts n sront livrés à l univrsité qu après l sommt d octobr prochain d la Coopération économiqu pour l Asi-Pacifiqu (APEC). Ls trois immnss salls srviront aux chfs d Etat t à lurs collaboraturs, puis front parti du Cntr étudiant. L immns amphithéâtr d bâtimnts st n dmi-lun, orinté au nord, sur un îl où il n y avait jusqu ici qu qulqus villags d pêchurs. Pour y allr, on n prndra plus l bac, comm j ai fait, mais ls dux immnss ponts suspndus, dont ls tablirs sont prsqu complts: il n manquait plus, au début d avril, qu quatr ou cinq mètrs. Cs structurs gigantsqus s voint d Corn d Or, gar trminus > Rportag Gorgs Nivat, grand spécialist d la Russi, trmin aujourd hui son voyag > A Vladivostok, l xtrêm limit du continnt t la vitrin orintal d un région rénové, à nouvau chouchouté par Moscou partout, mais lur silhoutt très filiform sra comm un dssin aérin. Dans la vill, l pont njamb tout un quartir, ds maisons ancinns sont maintnant nichés sous son ombr, mais ls échafaudags implantés tous ls vingt mètrs ntr l amorc du pont t la prmièr tour d soutin ds câbls ncombrnt ncor la vill. L budgt d l nsmbl st, dit-on, d 10 milliards d dollars, soit dix fois l budgt ds Jux olympiqus d Vancouvr Quant aux nsignants, ils ont pur d lur «déportation» sur ctt îl où ls trois kilomètrs ds ponts d accès vont sûrmnt fair ds bouchons. Mais la vill st d humur oppositionnll. On y trouv un filial d un journal d opposition très véhémnt d Saint-Pétrsbourg, Novaïa Gazta. Un ancin gouvrnur d la vill, Vladimir Kouzntsov, qui habit à San Francisco où il a été consul général, st rvnu prndr la têt d un ds grands ntités d la nouvll Univrsité fédéral d ExtrêmOrint. C st un opposant politiqu très frm, t un pragmatiqu très américain. Avc lui, l Univrsité va pouvoir fair sa mu. C st ici qu Soljnitsyn a pour la prmièr fois rpris contact public avc la Russi lors d son rtour n Cla s st passé sur un plac soviétiqu inform, dominant la mr, orné d status d partisans rougs brandissant l poing. Un pu plus sur l Quai, l arc d triomph élvé pour l débarqumnt du Cé- sarévitch n 1891 a, comm à Blagovchtchnsk, été rconstruit. On y vint s fair photographir pour ls mariags. Un chapll commémorativ flambant nuv l côtoi. Au théâtr d n fac, l Théâtr Gorki, on jou un Révizor assz kitsch, mis n scèn par l patron du théâtr, Efim Zvniatski. Sur ls quais, dans la viill vill qui mont t dscnd comm à San Francisco, partout ds ptits cafés sympathiqus.unancinnrudvnupiétonn débouch sur l golf d Pirr l Grand. On y trouv ds cafés qui rcrént ls établissmnts américains d la grand périod cosmopolit d Vladivostok. Et l grand événmnt culturl, c st la publication ds Mémoirs d un Américain qui a vécu d 1894 à 1930 dans la vill. Au fond, ls lttrs qu ll a adrssés à sa famill sont un vstig sans équivalnt, dans un pays où l on brûlait l plus souvntlspapirsdfamillafind n rin laissr d compromttant n cas d prquisition t d arrstation. Elonora Lord Pry débarqu n 1884 d la Nouvll-Angltrr pour épousr un marchand américain déjà installé dans la vill. Ell écrivait tous ls jours ds lttrs qui partaint pour l Amériqu, t c st sa ptit-fill qui ls a rtrouvés t édités, avc l aid du Musé d thnographi du nom d Arséniév, t d un éditur indépndant, Alxandr Kolsov.Aumusé,unsallluistconsacré, avc carts postals, objts d l époqu, citations tirés ds lttrs. Llivrauunsuccèsfoudroyant. C st tout l glissmnt du tmps dpuis un sort d époqu béni du Far East russ, avc ss marchands, ss armaturs étrangrs, son quartir corén, ss échopps, ss fêts orthodoxs, sa paroiss protstant (présrvé, t rouvrt), ss piquniqus sur l hrb ou ss sortis n traînaux tirés par ls chins. Elonora st déjà très amourus d sa vill d adoption, lors d la gurr russo-japonais, t ll travaill pour la Croix-Roug. Mais à la défait trrstr à Moukdn, naval à Tsushima, Elonora voit rvnir ls bataux russs, capturés par ls Japonais t rvndus à la Russi. Ell st scoué d indignation, mais n st pas au bout d ss émotions: bintôt, la Grand Gurr, crts très éloigné d la vill. L «Magasin américain» rst ouvrt pndant tout la gurr, mais il faut l frmr n 1918, allr travaillr au consulat américain. L intrvntion étrangèr début, ls navirs d gurr japonais rvinnnt, Anglais t Nippons paradnt dans la vill. «Hir j suis allé chrchr ls talons pour l sucr, on ls distribu dans l ancin appartmnt d Mm Cromton, t la drnièr fois qu j y étais allé, c était après ss rlvaills; qu d au a coulé dpuis!» Koltchak st pris, fusillé, ls Tchèqus d la légion tchèqu sont ncor là t donnnt un concrt mrvillux mais la Républiqu d Extrêm-Orint l mport, t l nouvau héros, c st l chf roug Bilochtchokov L mari d Elonora murt, la maison st nvahi par plusiurs famills, ls nuits sont dangruss, Elonora st plutôt bin vu t fait parti du comité d la «cour» d sa propr maison. Sa famill du Main n comprnd pas qu ll rst accroché à Vladivostok. Mais il s fait tard pour partir, l KGB prlustr tout la corrspondanc. En 1930, ll part pour Shanghai, où vit sa fill. Vladivostok st rdvnu moins l autr «fnêtr» d la Russi, qu l autr «issu» vrs l Pacifiqu Vladivostok, comm tout la Russi actull, a soif d son passé: l long ruban épistolair d Eléonora, du victorianism américain d la ptit épous du marchand yank à ctt «commun» prolétair d la maison ds Smith, rconstruit d la continuité. L livr part comm ds ptits pains. Pourtant, pas baucoup d librairis dans la vill! Mais j fais la connaissanc d un patron d «salon d tabac», qui st l prmir Russ qu j connaiss à avoir lu Julin Gracq L Rivag ds Syrts! Pas baucoup d dmurs rstés indmns, mais un bll maison bourgois rstauré indiqu qu Yul Brynnr y st né. Pas baucoup d vi rligius, mais un cathédral rutilant, t un tmpl luthérin rouvrt, avc un pastur allmand t ds concrts d divas corénns. La vi politiqu d la vill a connu maints sclandrs. J arriv au lnd- main du limogag, par Mdvdv, du gouvrnur, dont la fmm st un actric connu qui a patronné baucoup d acturs t d collègus, Larissa Blobrova. Au café Portofranco,quiévoquunépoquantériur d la vill avc son port franc (par la suit ll dvint un vill «frmé»), ds intllctuls dvisnt bruyammnt t parlnt élctions. Vladivostok st rdvnu moins l autr «fnêtr» d la Russi, qu l autr «issu» vrs l mond du Pacifiqu. Ici, on st n Russi par la langu, ls mœurs, ls théâtrs, ls égliss, l usus d la vi, comm dit Roman Jakobson dans sa phas urasinn t antiuropénn (qu il a par la suit soignusmnt caché). Mais l contxt st autr, ls distancs ont lur fft sur ls gns, sur la façon d pnsr. La politiqu d Poutin t d Mdvdvayantouvrtlargmntla Chin, ls homms d cs contrés rndus plus éloignés ncor par ls tarifs aérins actuls voisinnt avc la Chin. Ds fmms russs épousnt ds homms chinois. L xtraordinair sous-puplmnt d tout la Sibéri t d l ExtrêmOrint, quoi qu fassnt ls autorités, imposra un jour ou l autr d autrs comportmnts; tout dépnd put-êtr d cs mariags mixts russo-chinois, c st-à-dir, un fois d plus, ds fmms russs. Lurs homms chinois dvindrontils russs? La ralpolitik du pouvoir, qu l on voit au Consil d sécurité d l ONU avc l duo russo-chinois qui contr ls Occidntaux, st un chos, la nouvll symbios ds Russs t d lurs voisins n st un autr. Sûrmnt plus important. L îl Rousski qui va accuillir l sommt d l APEC sra un vitrin pour ct ExtrêmOrint russ rénové, à nouvau chouchouté par Moscou, t qui rcouvr sa grandur, sans avoir jamais prdu sa bauté. Il st l autr fnêtr, économiqumnt plus ptit, mais non moins ouvrt qu cll d l autr bout. Cla st nouvau, t n n finira pas d rnouvlr ls choss d notr hémisphèr. Etiré sur ls latituds nord d notr planèt, strié par ls bands climatiqus d la toundra, d la forêt, t d la stpp, l mpir du nord urasin st tourné vrs un autr mond qu nous. C n st plus l mpir du bagn, c st clui d l avnir urasin d la Russi.

12 12 Débats L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 L avis d l xprt L Front national à l épruv ds législativs L grand nju ds législativs françaiss d juin prochain st la survi du clivag droit-gauch issu d 1981, qu rmttrait n caus un prcé décisiv du parti d Marin L Pn. Toutfois, l risqu st moindr: l abstntion au «3 tour» st généralmnt élvé chz ls élcturs du FN La victoir n Franc du candidat socialist, si ll annonc un nouvll altrnanc politiqu qu ls prochains élctions législativs dvraint produir, n smbl pas dvoir transformr profondémnt l systèm d partis issu ds élctions d C systèm, qui s caractéris par l xistnc d un duopol partisan pour l partag du pouvoir, dvrait prdurr. L PS t l UMP dmurnt ls dux suls partis à pouvoir rmportr c scrutin à quatr tours qu constitu la succssion d dux tours d élction présidntill t d dux tours d élctions législativs. La monté du FN put-ll prturbr ctt logiqu? Ls dux grands partis xrcnt l pouvoir soit altrnativmnt soit nsmbl n cohabitation dpuis Ctt constant d la vi politiqu français sra difficilmnt rmis n caus Gérard Grunbrg Politologu, dirctur d rchrch au CNRS t à Scincs Po Ls dux grands partis xrcnt l pouvoir soit altrnativmnt soit nsmbl n cohabitation dpuis 1981 (l RPR avant 2002 puis l UMP dpuis ctt dat). Qull qu soit l issu ds élctions d juin, ctt constant d la vi politiqu français sra difficilmnt rmis n caus. A l élction présidntill, ls candidats d cs dux partis ont obtnu nsmbl 55,8% contr 57,1% n Il n y a donc pas d affaiblissmnt significatif d la forc élctoral d c duopol. Et qul qu soit l vainquur ds prochains élc- tions législativs, ls dux partis présidntils rmportront à ux dux au moins 80% ds siègs. Avc l échc d la tntativ cntrist du MoDm, qui sra probablmnt xclu d l Assmblé national n juin, la bipolarisation gauchdroit s st ncor rnforcé. Comm n 2007, c sont ls candidats ds dux grands partis qui s sont qualifiés pour l scond tour t, ctt fois, tous ls dux, Nicolas Sarkozy dvançant la candidat du FN d 9 points. La défait très honorabl du présidnt sortant, avc plus d 48% ds suffrags, attst qu la droit d gouvrnmnt, si ll a été battu, n s st pas ffondré. Rst l cas du Front national. Lui sul pourrait rmttr n qustion l systèm d bipartism imparfait PS-UMP. L pourra-t-il? La répons à ctt qustion sra donné par ls résultats ds élctions législativs d juin. Mais, dès à présnt, qulqus obsrvations puvnt êtr faits. La candidat du Front national a obtnu un scor très élvé. Notons toutfois qu il st légèrmnt infériur aux scors cumulés d Jan-Mari L Pn t d Bruno Mégrt n Or, aux élctions législativs d 2002, alors qu l candidat du FN s était pourtant qualifié pour l scond tour d l élction présidntill, l FN n avait obtnu qu 11,3% ds suffrags xprimés t ss candidats n avaint pu s maintnir qu dans 37 circonscriptions au scond tour. La fort abstntion (près d 40%) au prmir tour, compt tnu du suil d 12,5% ds inscrits établi pour l maintin au scond tour, avait produit c résultat. Au scond tour, l FN n avait obtnu aucun élu. Qu n sra-t-il n juin prochain? Tout dépndra d dux paramètrs: l taux d abstntion t l nivau du FN. Aux élctions législativs d 1997, où l abstntion n avait été qu d 29% t l nivau du FN d 15%, l FN avait pu s maintnir dans 132 circonscriptions dont 76 triangulairs [ndlr: c st-à-dir avc trois candidats au scond tour], facilitant la victoir d la gauch. Mais l FN n avait obtnu qu un sul élu. En juin prochain, si l abstntion s fix à c nivau mais ll attignait près d 40% n 2002 t n 2007 t si l FN attint 15%, l mêm cas d figur pourrait s produir, facilitant un fois ncor la victoir d la gauch. Mais il st fort probabl qu, d tout manièr, l FN n pourra pas obtnir ls 15 siègs nécssairs pour formr un group parlmntair, c qui st l objctif d Marin L Pn. L UMP a décidé d n signr aucun accord avc l FN pour ls prochains élctions législativs, prnant ainsi l risqu d un défait, mais sachant qu l FN continura ainsi à êtr marginalisé sur l plan parlmntair t pouvant spérr s rnforcr au cours du quinqunnat socialist. Il st fort probabl qu l FN n pourra pas obtnir ls 15 siègs nécssairs pour formr un group parlmntair C pari st jouabl à condition qu l FN n parvinn pas à consrvr son scor présidntil aux législativs t qu l abstntion soit nttmnt supériur à cll d l élction présidntill. Dans l cas contrair, qui traduirait un véritabl nracinmnt du FN à un nivau tl qu il compromttrait l rtour au pouvoir d Vrs un islam uropén éclairé Shlomo Bn Ami La foli murtrièr d Mohamd Mrah à Toulous, tout comm ls attntats à la bomb dans la gar frroviair d Madrid n 2004 t ls attaqus suicids dans l métro d Londrs n 2005, ont mis n lumièr un fois ncor ls dilmms auxquls l Europ st confronté n c qui concrn l xpansion d sa minorité musulman. Aucun modèl d intégration social n s st avéré sans défaut. Mais la situation stll aussi sombr qu voudraint nous l fair croir cux qui s inquiètnt d l émrgnc d un «Eurabi»? Ni la philosophi multiculturll (l rspct d «la divrsité culturll dans un atmosphèr d toléranc mutull», slon ls mots du ministr travaillist britanniqu Roy Jnkins n 1966,) ni l indifférnc officill aux idntités rligiuss (comm n Franc, où l Etat, ainsi qu l xprimait l historin Juls Michlt, «prnd la plac d Diu») n ont fonctionné comm prévu. L multiculturalism n Angltrr a prmis l nracinmnt ds communautés musulmans prsqu autonoms t fait d l islam un marquur idntitair pour combattr l xclusion. D mêm, la laïcité imposé (c strict laïcism républicain français) smbl avoir ncouragé l attachmnt ds musulmans français à lur idntité rligius. Ds taux d chômag très élvés parmi ls musulmans uropéns (trois fois supériurs à la moynn national dans la plupart ds pays) rnforcnt lur marginalisation social t l autoségrégation culturll. Isolés, sans rssourcs, t dans un état d rag prmannt, ls banlius françaiss comm ls ghttos d immigrés ds vills anglaiss s sont transformés n barils d poudr où ls juns musulmans dvinnnt ds prois facils pour ls prêchs rligiux radicaux t l xtrémism politiqu. Au moins 85 tribunaux d la charia fonctionnnt actullmnt au sin d ctt société musulman parallèl n Angltrr, tandis qu l nombr d mosqués (1689) rattrap clui ds égliss anglicans récmmnt frmés (1700). Mohammd dvint l prénom l plus courant pour ls garçons n Grand-Brtagn. Pour l prmir ministr David Camron, tout cci, ainsi qu il l insinuait à la Conférnc sur la sécurité d Munich n 2011, rprésnt l fruit avarié du multiculturalism. En fait, cla n dvrait surprndr prsonn qu ct nthousiasm à affirmr sa foi soit plus fort chz ls juns d scond génération d immigrés. Lurs parnts, ncor imprégnés d lur quotidin sous ls autocratis réprssivs qu ils ont fuis, sont plus soumis. Ls plus juns générations s rbllnt précisémnt parc qu lls s sont approprié ls valurs d librté t d choix Ls juifs d Europ cntral avaint, n réformant lurs valurs dans l sprit occidntal, gagné un nouvau statut social offrts par la démocrati. Dans un crtain sns, lur rébllion st la marqu d lur britannicité ou d lur francisation. Il st vrai qu crtains juns uropéns musulmans s sont rndus n Afghanistan, au Pakistan, t n Irak; crtains sont mêm allés jusqu au Yémn t n Somali, t n sont rvnus plus frmmnt radicaux, soldats dans un gurr contr l Occidnt qui, d lur point d vu, déshonor l islam. Comm l xprim l jun musulman britanniqu Mohammd Sidiqu Khan (avc un fort accnt du Yorkshir), il a participé aux attntats du métro londonin «pour vngr ms frèrs t ms sœurs musulmans». Mais dvnir un murtrir fanatiqu comm Mrah ou Sidiqu Khan st l choix prsonnl d un sprit pathologiqu, t non un tndanc générationnll. C n st pas l rjt social qui a fait ds juns musulmans français t anglais ds murtrirs d mass, t la fascination d nombr d ntr ux pour Al-Qaida n a pas étouffé lur désir d intégration. Il n faut pas oublir qu l afflux massif d musulmans n Europ au cours ds dux drnièrs générations st la plus important rncontr ntr l islam t la modrnité dans l histoir ds homms; t ll a produit ds avantags instimabls, tl qu l dévloppmnt d un class moynn musulman, l émrgnc d un intlligntsia, t un plus grand librté pour la fmm musulman. Ls sondags n Franc où l taux d mariags mixts st l plus élvé d Europ ont montré qu la majorité ds musulmans accptnt ffctivmnt ls valurs républicains ssntills, y compris la laïcité t l égalité ds sxs. En outr, ds sgmnts rlativmnt importants d la communauté musulman connaissnt un ascnsion social n trms socio-économiqus. Près d 30% d cux qui sont nés avant 1968 sont dvnus cadrs moyns ou supériurs. Plus largmnt, l islam n st pas parvnu à supplantr d autrs modèls idntitairs, comm l statut économiqu t social. En Grand-Brtagn aussi, ls immigrants ont contribué à modifir l profil thniqu ds classs moynns t profssionnlls. D miux n miux instruits t d plus n plus prospèrs, ls Anglais d origin pakistanais sont aussi activmnt ngagés dans la vi politiqu, avc plus d dux cnts d ntr ux rprésntant ls principaux partis politiqus au sin ds consils municipaux. Au cours ds élctions d 2010, l nombr ds mmbrs britanniqus musulmans à la Chambr ds communs a doublé pour attindr 16. La fmm musulman la plus influnt dans la vi politiqu britanniqu (t port-parol du Parti consrvatur), la Baron Sayda Warsi, a rjoint d autrs musulmans à la Chambr ds Lords comm Lord Ahmd, l plus ancin ds pairs du Parti travaillist, t la baronn Kishwr Falknr, un libéral démocrat. Considérr l islam comm un civilisation incapabl d évolur constitu un rrur historiqu. La modération rligius, t mêm la laïcité, dmur la clé non sulmnt d l intégration social, mais aussi d l opportunité ds musulmans à influr sur l avnir d l Europ. L xmpl d la communauté juiv uropénn n st pas totalmnt hors d propos. Un tribu opprimé d Ostjudn, immigrants sans rssourcs issu ds communautés éclatés d Europ d l Est, st passé n à pin dux générations du statut d cordonnirs, taillurs t vndurs itinérants très rligiux à un communauté d écrivains, d scintifiqus t d ntrprnurs prospèrs. Et c st précisémnt grâc à lur capacité à réformr lur judaïsm à la lumièr ds valurs occidntals qu ils y sont parvnus. Ils savaint qu c était lur sul chanc d améliorr lurs conditions d vi n Occidnt. L évolution du judaïsm n Allmagn a donné liu à un particularism rligiux t culturl qui a généré un dgré d univrsalism bin supériur à clui nvisagé jusqu-là dans l histoir juiv. Tout minorité rligius n quêt d un intégration dans l projt uropén frait bin d réfléchir à ctt évolution théologiqu. Ancin ministr israélin ds Affairs étrangèrs Projct Syndicat, 2012 l UMP lors ds consultations futurs, l parti dirigé par Jan-François Copé sra poussé à s rposr la qustion d son rapport au FN. Un argumnt n favur d la stratégi d l UMP st l fait qu la majorité ds élcturs d Marin L Pn s sont rportés sur l candidat d l UMP l 6 mai, attstant ainsi d lur accptation du clivag gauch-droit t d lur positionnmnt à droit. Ls élctions d juin validront ou invalidront la stratégi d l UMP t confirmront ou infirmront la résistanc du bipartism imparfait. Un défait lourd d l UMP, pour parti causé par l maintin d nombrux candidats du FN t par la fidélité d ss élcturs ntr ls dux tours d scrutin, pourrait alors provoqur ds divisions au sin d l UMP sur la stratégi, t rmttr évntullmnt n qustion l unité d c parti t l maintin d sa stratégi. Ls prochains élctions législativs sront donc décisivs pour la survi d l état actul du systèm d partis t n particulir pour la prmannc du clivag gauch-droit comm clivag cntral d notr systèm politiqu. L but affiché d Marin L Pn st d cassr l UMP t d rcomposr la droit autour du FN. Il n st pas impossibl qu c but soit attint mais, au vu ds résultats d ctt élction présidntill, c n st pas l plus probabl. L clivag gauch-droit rmis n caus à plusiurs rpriss dpuis 1981 par ls écologists, l xtrêm gauch trotskist, l MoDm t l FN n a pas cédé jusqu ici. Il st prmis d doutr qu il soit mporté par la vagu blu marin. Tlos. La chroniqu Rtour sur ls élctions fédérals (I) Mari-Hélèn Miauton Ls résultats d Slcts, rmarquabl étud réalisé par l Cntr d compétncs suiss n scincs socials (FORS) lors d chaqu élction fédéral, vinnnt d sortir, livrant un foul d informations. Il srait dommag d ls négligr sous prétxt qu la pag st tourné. Dans sa cours ffréné à l actualité la plus brûlant, notr société surinformé nuittropsouvntàl analysdsévénmntst,ipsofacto,àlurcompréhnsion. Commnçons par c qu ll nous dit d l abstntion qui rprésnt, faut-il l rapplr, un citoyn sur dux n Ell st baucoup plus fort chz ls gns qui s situnt au cntr d l échiquir politiqu t ll st invrsmnt proportionnll au nivau d formation t aux rvnus. Facil à comprndr. Mais qulls sont ls raisons d s abstnir? Ells rlèvnt,pourlamoitié,dudésintérêt.pourtant,ilfautnotrqu59%ds non-votantsaffirmntqulsvotationsontunplusgrandinflunct 31% qu l on n chang rin à travrs ls élctions. Il y aurait donc, chz un grand nombr d Suisss, un rfus plus ou moins conscint d la démocrati parlmntair au profit d un souvrainté populair dirct. Aucœurdsélctions,ilyaévidmmntlaqustiondsavoirquivot pour qui. Slcts montr qu ls juns d moins d 25 ans sont très pu nombrux à s xprimr (un tirs sulmnt) mais, quand ils l font, c st pour l UDC (28%) puis, loin drrièr, l PS (19%) t l PLR (17%), cs trois formations captant ainsi 63% d lurs vots. Chz ls prsonns âgés d plus d 55 ans, ls plus nombruss à votr, un très ntt préférnc va à l UDC (37%), suivi loin drrièr par l PLR (20%), puis l PBD (17%), cs trois partis concntrant 74% d lurs préférncs. C st donc dans ls catégoris d âg intrmédiairs qu l offr politiqu st la miux utilisé par ls citoyns qui disprsnt miux lurs voix parmi touts ls formations. Ls écarts qui sont nts au nivau d l âg sont prsqu inxistants slon l sx, mêm si ls fmms votnt à pin plus PS t écologiqu qu ls homms. En rvanch, l nivau social conditionn fortmnt ls choix politiqus. En grand logiqu avc son positionnmnt, l PLR voit son élctorat croîtr avc la formation du citoyn t avc son rvnu. Mais un autr parti présnt c mêm profil, n moins marqué toutfois, t c st contr tout attnt l PS! A l invrs, l UDC st dux fois plus choisi par ls prsonns n ayant pas prolongé lurs étuds après l écol obligatoir ou au bénéfic d un apprntissag, qu par clls qui sortnt ds hauts écols. On rtrouv cs caractéristiqus au nivau ds rvnus. Ainsi, ls «nantis» votnt PS alors qu ls «défavorisés» votnt UDC. A méditr! Autr information passionnant: ls citoyns issus d l immigration (non-suisss à la naissanc) votnt à 23% pour l PS mais tout autant pour l UDC (23% égalmnt), alors qu on aurait pu s attndr à un fort rjt d c parti pu favorabl aux étrangrs. Nous rvindrons sur ctt analys la smain prochain

13 L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Débats 13 Ds ross ou ds épins pour la Constituant? > Gnèv Après quatr ans d lutts t d négociations, ls mmbrs d l Assmblé constituant ont accouché d un txt définitif qui dvrait êtr soumis au pupl l 14 octobr. Ctt réflxion politiqu d longu halin, marqué par ds divrgncs idéologiqus forts, a-t-ll abouti? Débat Un txt solid, rassmblur Ls points cruciaux négligés Jérôm Savary Clls t cux qui attndaint l grand soir sront déçus. Ls autrs qui, moins brcés d illusions, xigaint plus modstmnt qu l projt présrv ls acquis t ouvr ds prspctivs pour notr canton, puvnt s réjouir t pourront donnr l 14 octobr 2012 lur aval à la nouvll Constitution gnvois. L rêv d un résultat qui aurait changé n profondur ls fondmnts d notr contrat social était, dès l départ, confronté à dux obstacls: prmièrmnt, fair la révolution n périod d rlativ stabilité st difficilmnt concvabl: sans dout trop d miliux ont-ils trop à prdr t c st tant miux. En scond liu, il faut soulignr qu l xrcic constituant poursuit dux objctifs. Il s agit, d un part, d un travail parlmntair dont la décision rvint à la majorité. D autr part, il s agit d rndrunsultxtquipuissêtrporté assz largmnt pour n pas êtr rfusé par l pupl. A la logiqu du rapportdforcdoitdoncparadoxalmnt s ajoutr cll d la concord. Plus complx qu l travail parlmntair classiqu qui n répond qu à la prmièr ds dux logiqus, un constituant n put qu conduir à ds résultats d compromis. Ctt tnsion a marqué l ntir du procssus sur ls quatr ans, cci n trois acts: l prmir a été clui, constructif t consnsul, du travail n commissions. L scond a vu, lors ds prmièrs plénièrs, un brutal rpris n main d la majorité d droit pour rndr l txt plus à son goût. Lors d la séanc houlus du 25 mai 2010, ls groups d gauch quittaint la sall. C point d bascul allait prmttr l début du troisièmact,cluiduprocssusd convrgnc, qui st néanmoins rsté très fragil jusqu au bout. Un combat politiqu d tous ls instants, durant lqul nous, ptits t grands guuls du bout du lac, n avons pas fint notr plaisir d usr d nos cords vocals au sin d l assmblé. Il fallait sans dout n passr par là pour aboutir. En fft, qui put à Gnèv s targur d avoir été l témoin d un décision politiqu important pris sans rmous? La Constituant s st ainsi déroulé dans un crtain normalité, n définitiv rassurant, d la politiqu gnvois. Vnons-n au bilan du contnu. Au maintin ds dispositions majurs s ajoutnt ds avancés sur d nombrux points. Ls droits fondamntaux font l objt d un list complèt, qui va au-dlà ds garantis fédérals, à l instar du nouvau droit à un nvironnmnt sain ou du droit à un nivau d vi suffisant. En matièr d droits politiqus, l résultat s situ dans un assz grand continuité. L nombr d signaturs rquis pour ls initiativs t l référndum sra indxé à l évolution d la population, mais avc un nivau abaissé pour l initiativ législativ qui vis à modifir la loi. L éligibilité ds étrangrs au nivau communal, défndu jusqu au bout par l nsmbl d la gauch, n aura pas trouvé grâc aux yux ds mmbrs d la majorité d droit. L droit d vot dans ls communs, qu nous avions réussi à fair aboutir par l mouvmnt «J y vis, j y vot», st n rvanch maintnu. L institution du Consil d Etat st modrnisé au moyn d l élction à dux tours t d un présidnc sur la duré d la législatur qui dvra notammnt villr à la cohérnc Ls droits fondamntaux font l objt d un list complèt, qui va au-dlà ds garantis fédérals d l action gouvrnmntal. L prsonnl politiqu siégra désormais pour ds mandats d cinq ans. Un innovation important st la création d un cour constitutionnll qui garantira la conformité ds lois, rnforçant l Etat d droit. La réform trritorial ds communs n profondur n a pas trouvé dmajorité.maisquinvoulaitvraimnt? C st la stabilité qui prévaut n la matièr, si c n st qu l Grand Consil aura trois ans pour adoptr un législation incitant ls communs à s ngagr dans ds collaborations ou dans ds fusions là où cla s avèr nécssair. Ls communs auront l drnir mot. Ls tâchs d l Etat ont été consolidés t nrichis: sont confirmés lssrvicspublics,lmonopolpublic n matièr d au t d élctricité, l intrdiction ds chins dangrux, d la chass ou d la fumé dans ls liux publics, l maintin ds dispositions sur l frin à l ndttmnt. L thèm d l énrgi rvêtait un importanc crucial dans l débat au vu ds défis à vnir. L orinta- tion d la politiqu énrgétiqu cantonal a été maintnu dans la bonn dirction, au travrs n particulir d l opposition ds autorités aux installations nucléairs sur l trritoir cantonal t dans son voisinag t d la primauté accordé aux énrgis rnouvlabls t aux économis dans la consommation d énrgi. L projt fix par aillurs d nouvlls rsponsabilités pour l Etat qui sont autant d nouvlls ports ouvrts vrs l avnir: l rspct d l écologi industrill, la promotion ds quartirs durabls, la lutt contr ls gaz à fft d srr, la réalisation d infrastructur d transports publics t d mobilité douc pour accompagnr tout nouvll construction, l droit du canton sur la géothrmi, l princip d précaution (nouvau n Suiss), un aménagmnt rspctuux du trritoir t multipolair, un agricultur d proximité t rspctuus d l nvironnmnt. L obligation désormais fait pour tous ls juns d s formr jusqu à la majorité st égalmnt un xcllnt nouvll, propr à soutnir la junsstàprévnirlchômagd longu duré. C programm st réjouissant. Il n n rst pas moins qu ls txts juridiqus, a fortiori ls dispositions constitutionnlls, n font pas l tout d la politiqu. Il faudra donc qu l débat public s prolong audlà du 14 octobr, qu c soit au parlmnt ou à l xtériur via ls groupmnts citoyns, pour qu nous puissions allr plus loin dans l sns d un société qui prnn la msur ds rssourcs limités offrts par notr planèt t propuls notr canton dans l èr d la sobriété énrgétiqu! Un constitution n saurait êtr autr chos qu un txt dont ls orintations sont partagés par l nsmbl ds Gnvoiss t ds Gnvois, n aucun cas clui d un clan, d un parti ou mêm d un sul snsibilité politiqu. L projt d constitution affirm ds valurs, ds règls d décision collctivs t ds objctifs du vivr-nsmbl au travrs duqul nous pouvons touts t tous nous rtrouvr. C st pourquoi il mérit notr soutin. Chf du group Vrts t Associatifs d la Constituant Pirr Kunz Nombrux étaint, au début d lurs missions, ls constituants convaincus d l importanc d lur tâch réformist. La paralysi croissant ds institutions d gouvrnanc, l gonflmnt incontrôlé ds dépnss d l Etat t d l ndttmnt public, l incapacité ds autorités d résoudr ls problèms liés à la mobilité t au logmnt illustrnt n fft dpuis ds lustrs l urgnc d réforms clairmnt idntifiés. Pour ls réformists, il convnait prioritairmnt d modifir l mod élctoral du Consil d Etat afin d rndr clui-ci plus apt à gouvrnr, d prmttr au Grand Consil d accomplir plus fficacmnt sa tâch, d rééquilibrr ls xigncs n matièr d droits populairs avc l évolution démographiqu du drnir dmi-siècl, d imposr un gstion plus rationnll ds financs d l Etat, d jtr ls bass d un nouvll organisation trritorial, nfin d réformr un fiscalité communal anachroniqu. Résultat d trois ans t dmi d travail t d un dépns publiqu d 15 millions d francs, l txt qui sra soumis à la population n octobr prochain n concrétis aucun d cs objctifs. Il s limit d facto à un réécritur d la Constitution actull. Crts, n comparaison avc cll-ci, grâc à la cohérnc d sa structur t à la qualité d sa pros, la nouvll chart proposé s présnt comm un modèl d sthétiqu t d équilibr forml. Mais sur l fond ll n apport rin d significatif t n cla traduit l échc d la Constituant. L canton d Gnèv rstra donc aussi mal armé pour affrontr ls défis d son futur t continura d souffrir ds mêms maux qu cux qui l handicapnt dpuis quarant ans. On put discrnr ls raisons d ct échc. Ells sont au nombr d trois. Prmièr raison. Ell résid dans ls mœurs politiqus si particulièrs du canton t la prméabilité ds Gnvois aux discours démagogiqus. Ells ont conduit à l élction n 2008 d un Assmblé constituant disparat t faisant la part bll aux xtrémisms d gauch t d droit. Il n st résulté un absnc d prévisibilité, ds comportmnts flottants t ds majorités hasarduss qui, au fil ds lcturs, ont amné la disparition progrssiv ds idés d réforms qui ont circulé dans ls commissions pndant dux ans t qu contnait ncor l avantprojt. Duxièm raison. Armés mntalmnt par lur statut prsqu constant d minoritairs dans la vi politiqu gnvois t par ls lutts qu mènnt lurs partis dans c contxt difficil, ls constituants socialists t lurs cousins s sont toujours révélés solids dans lur doctrin t unis dans ls vots concrnant ls objctifs ssntils qu ils poursuivaint. Maniant altrnativmnt la larm t la mnac, ils ont su aussi utilisr fficacmnt ls rlais médiatiqus pour xrcr lur prssion dans ls momnts détrminants. Cs atouts lur ont prmis d gagnr la gurr mné contr ls projts d la droit. La prméabilité ds Gnvois aux discours démagogiqus a conduit à l élction d un assmblé disparat Cll-ci, ngourdi par l confort d sa situation majoritair, pin toujours, on l sait, à trouvr l nvi t la forc d s opposr à la pugnacité ds mouvmnts d gauch. C fut ncor l cas ici. Souffrant d surcroît d un absntéism élvé, ll s st montré sans rssort, sans colonn vrtébral idéologiqu t divisé, mêm sur ls sujts brûlants. Ss rprésntants ont crts fait régulièrmnt valoir lurs opinions mais ls convictions intims t la riguur qui suls prmttnt d convaincr lur faisaint défaut. Pas étonnant qu ll n ait généralmnt été réduit à s opposr aux innombrabls «avancés socials t participativs» chèrs à la gauch. Troisièm raison. Ell st lié au désastrux mod d négociations, évidmmnt nécssairs, dans lqul ls rprésntants d la droit s sont laissé nfrmr. Dans ls tractations politiqus, si lls vulnt donnr un contnu substantil à lurs accords, ls partis doivnt n prmir liu trouvr un compromis sur ls qulqus dispositions «non négociabls», clls qui couvrnt ls priorités absolus d chaqu camp. C st à c stad qu s compos l «donnant-donnant». Or ls choss s sont passés différmmnt, notammnt parc qu la droit n a jamais fait l ffort définir ss grands priorités. La gauch, frmmnt décidé à brisr ls ambitions réformists d ss advrsairs, a posé comm condition aux «accords d convrgncs» qu ils couvrnt l nsmbl du txt t xclunt tout désaccord, y compris sur ls dispositions ls plus banals. Ls négociaturs d la droit, majoritair sur la plupart ds sujts malgré ss divisions, auraint dû rfusr c marchandag. Mais, victims d l aptitud rmarquabl d la gauch modéré à bluffr, ils s sont prsuadés qu ll était moins attaché qu la droit à la réussit d la Constituant. Et parc qu ils étaint prêts à tout pour évitr un ruptur, ils ont accpté l troc intégral voulu par l advrsair puis amné ls groups t ls partis qu ils rprésntaint à cautionnr lur choix. Ls dux partis s ngagaint ainsi dans un «souk», s privaint par avanc d tout possibilité d fair aboutir lurs projts majurs t s condamnaint à l élaboration d un txt insipid. On l a déjà souligné, l projt d nouvll Constitution st bin millur dans sa structur t sa rédaction qu la chart actull. Dans son contnu, contrairmnt à c qu prétndnt crtains miliux, il n marqu aucun rcul au plan ds droits sociaux t populairs; il apport mêm qulqus nouvautés, malhurusmnt sans signification u égard aux njux. Rin donc qui puiss suscitr l intérêt d la population t ncor moins son ngoumnt; rin non plus qui la poussra à rjtr l txt. Ls Gnvois adoptront donc à un ntt majorité lur nouvll constitution. Mais c sra dans l indifférnc général t dans l abstntion d un parti inhabitullmnt élvé du corps élctoral. Pourtant, n guis d conclusion positiv, on n saurait manqur d mttr n lumièr un apport réjouissant d la Constituant. C st l émrgnc, n son sin, d un brochtt d juns t talntuux politicins. Un dizain d fmms t d homms qui n manquront pas d animr la vi politiqu du canton dans ls annés à vnir. Constituant Radical Ouvrtur Vous t nous Vous écrivz Initiativ d l ASIN Antoin Gualtirotti, Yns (VD) Votr éditorial du 10 mai st au miux naïf, au pir cyniqu. Cs drnièrs annés, nombr d xécutifs ont paraphé ds traités uropéns contr la volonté xprimé d lurs citoyns qui, vu l état d l Europ, donnaint la pruv d un clairvoyanc supériur à cll d lurs dirigants. L initiativ d l ASIN ainsi qu ls succès ds opposants aux résaux d soins témoignnt, dans la population, d un prt d confianc crtain. L intntion claironné d plusiurs gouvrnmnts locaux d ignorr ls résultats du vot sur ls résidncs scondairs n fait qu confirmr c constat. Il srait donc plus sag qu la prss fît la pédagogi d un fait élémntair, à savoir qu un organisation d la société sur la bas du sul princip d l fficacité économiqu n put qu ngndrr l chaos. Chauffags élctriqus Jan-Pirr Mérot, présidnt d l association Choc Elctriqu (www.choclctriqu.ch), Gland (VD) A propos d l intrviw d Bat Vonlanthn (LT du 4.05) Notr association inform t défnd ls utilisaturs du chauffag élctriqu. Nous rconnaissons tout à fait l droit aux cantons d légiférr pour intrdir l installation d nouvaux chauffags élctriqus. Ls mêms motifs qui dans ls annés 1970 (la production ds cntrals nucléairs) faisaint rcommandr d tlls installations sont révolus. Par contr nous contstons l droit aux cantons d obligr, mêm avc un délai d plusiurs annés, à obligr ls propriétairs à détruir lurs installations xistants. La simpl annonc d un projt d loi n c sns fait chutr immédiatmnt la valur d cs logmnts: préjudic crtain. Plus important: ctt msur st un attint au droit d propriété. [ ] Nous rctifions «L Tmps» du 9 mai 2012 L produit intériur brut du continnt africain s élèv à 2000 milliards d dollars t non à 2 milliards comm écrit par rrur dans l articl intitulé «Ls invstissmnts augmntnt n Afriqu». «L Tmps» du 9 mai 2012 Contrairmnt à c qu nous indiquions dans notr articl «Ls Français d Suiss s disputnt un sièg à l Assmblé national», Mm Magali Orsini, candidat pour l Front d gauch, n st pas à la rtrait. Ell st administratric t révisur agréé d la fiduciair Exaplan SA, à Gnèv.

14 14 Scincs&Environnmnt L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Un wk-nd pour fêtr la natur 75 ans d obsrvations au sommt > Rchrch L pic du Sphinx abrit un station scintifiqu dpuis trois quarts d siècl > Environnmnt 200 événmnts n Suiss romand Olivir Dssibourg > Ds dizains d étuds s y mènnt dans ds conditions souvnt difficils Partir écoutr l chant ds oisaux, découvrir la biodivrsité qui s cach n plin vill, s lancr d nuit sur la pist ds chauvs-souris, arrêtr son rgard sur ls rochs t lir l histoir qu lls racontnt, construir un nichoir, allr à la rncontr du crapaud sonnur à vntr jaun ou ncor pénétrr dans un tourbièr t comprndr commnt fonctionn ct écosystèm absolumnt uniqu: voilà un échantillon ds qulqu 200 événmnts gratuits agndés ls 12 t 13 mai dans tout la Suiss romand, dans l cadr d la Fêt d la natur. Ctt manifstation annull, pour ptits t grands, st organisé chaqu anné par l équip d la rvu animalièr La Salamandr, avc la participation d un sptantain d partnairs, ds grands associations comm Pro Natura ou l WWF jusqu au ptit group d quartir. Son objctif st simpl mais fficac: mmnr un nouvau t très larg public sur l trrain à la rncontr d la natur d proximité, tant l fficacité d tout snsibilisation st décuplé lorsqu l on vit n dirct ds rncontrs t ds obsrvations. Etinn Dubuis L laboratoir d haut altitud du Sphinx. Loin au-dssus d la plain, au contact d l atmosphèr global. KEYSTONE/GAETAN BALLY A ctt altitud, 3500 mètrs, ls nigs sont étrnlls t l air commnc à manqur. Et pourtant, l pic du Sphinx attir ls fouls. Situé sur la crêt du Jungfraujoch, ntr l Mönch t la Jungfrau, dux ds plus hauts sommts d l Obrland brnois, il grouill d tourists indins, chinois t japonais vnus admirr l paysag d roch t d glac. Mais l ndroit n st pas connu pour sa vu sulmnt. Il l st aussi pour son cntr d rchrch, l plus haut d Europ t l un ds plus élvés du mond: un obsrvatoir qui célèbr n 2012 ss 75 ans. La station doit à sa situation d échappr à la pollution local, c qui lui prmt d msurr ds changmnts d atmosphèr plus rprésntatifs au nivau global. Ell lui doit aussi d nrgistrr ds donnés originals dans différnts domains. «Ls aérosols n ont pas la mêm concntration t l rayonnmnt solair chang d un altitud à l autr, rappll Laurnt Vuillumir, rsponsabl ds msurs d rayonnmnt à MétéoSuiss. Et puis, l Jungfraujoch s trouv souvnt dans ls nuags, c qui prmt d étudir d tout près commnt s formnt lurs goutts.» L pic du Sphinx st lui-mêm particulièrmnt favorabl à la rchrch. Plus élvé qu l crux du Jungfraujoch, il prmt aux scintifiqus d profitr plus longtmps du solil. Equipé, surtout, d un chmin d fr, il st d un accès très aisé dpuis la plain, c qui signifi qu on put y montr sans pin tout l matéril qu l on vut. Prati- JUNGFRAUJOCH, 5 JUILLET 2011 qu t util. Laurnt Vuillumir s félicit qu un grand nombr d apparils y fonctionnnt aujourd hui simultanémnt: «Plus nous pouvons combinr ds donnés, plus nous pouvons tirr ds conclusions.» L altitud a aussi ss inconvénints bin ntndu. L Sphinx subit régulièrmnt ds vnts très violnts t ds tmpératurs très basss. Résultat: ls chrchurs doi- tion chimiqu d l atmosphèr dans l but d nrgistrr ls ffts d dux grands accords intrnationaux: l Protocol d Montréal (sur ls substancs affaiblissant la couch d ozon) t l Protocol d Kyoto (sur ls gaz à fft d srr). Ss mmbrs possèdnt ds apparils si snsibls qu ils s sntnt obligés d ls contrôlr n prmannc. Olivir Flock, programmur, assum un tour d gard d dux smains. Et rconnaît la difficulté: il lui st arrivé d passr quinz jours sur l Sphinx sans récoltr la moindr donné n raison d la nébulosité. Et c printmps, cla s présnt à pin miux. La station a ds parrains prstigiux. Ell st géré, avc sa ptit sœur du Gornrgrat, par un fondation intrnational, où l Académi suiss ds scincs naturlls t l Univrsité d Brn côtoint la Royal Socity (britanniqu) t l Institut Max-Planck (d Munich). Au fil ds ans, ll a intégré d nombrux programms nationaux t intrnationaux d rchrch comm l Résau d détction ds modifications dans la composition d l atmosphèr (NDACC) t la «Nous avons dû rfusr ds projts faut d plac pour ls apparils» vnt rivalisr d astucs pour protégr lurs instrumnts. Si la plupart d ntr ux y parvinnnt sans trop d mal t puvnt récoltr n plain ls msurs priss n montagns, crtains sont contraints d vivr n station. C st l cas du Group infraroug d physiqu atmosphériqu t solair d l Univrsité d Lièg, qui analys n continu la composi- Vill d l atmosphèr global (GAW) d l Organisation météorologiqu mondial (OMM). La vocation scintifiqu du liu a snsiblmnt évolué dpuis 75 ans. «Ls prmirs scintifiqus à y montr pratiquaint l astronomi, la glaciologi t la médcin, xpliqu Markus Lunbrgr, dirctur ds Stations d rchrch d haut altitud du Jungfraujoch t du Gornrgrat (HFSJG). Aujourd hui, l astronomi a déménagé sous d autrs ciux t 80% ds obsrvations concrnnt l nvironnmnt, tout particulièrmnt l climat.» Durant cs annés, la station a apporté ds contributions rmarquabls à crtains disciplins. Ell s norguillit par xmpl d avoir alimnté n donnés dux Prix Nobl d physiqu, ls Britanniqus Patrick Maynard Stuart Blacktt t Ccil Frank Powll, dux xprts n rayons cosmiqus récompnsés rspctivmnt n 1948 t Plus récmmnt, l an drnir, ll a prmis au Laboratoir fédéral d ssai ds matériaux t d rchrch (Empa) d démontrr qu l Itali émttait ds quantités bin plus importants d trifluorométhan, Situation général aujourd hui, à 14h En Suiss Haut prssion Matin Bass prssion Samdi 12 t dimanch 13 mai Dans 60 liux d Suiss romand. Programm complt (inscriptions souvnt nécssairs mais gratuits): Agnda «Suls dans l univrs?» Sous pu, ls astronoms découvriront ds sœurs d la Trr. Crtains d ntr lls chminront sur ds orbits où l au xistra à l état liquid. La vi y xistra-t-ll? Pourrons-nous la découvrir? Conférnc d Michl Mayor, codécouvrur n 1995 d la prmièr planèt xtrasolair. >>Sur Intrnt Un vidéo décrivant ls activités scintifiqus mnés au Sphinx Mardi 15 mai 2012, 19h, Uni Bastions, auditoir B106. Entré libr. Météo H un gaz à fft d srr, qu ll n voulait bin l admttr. L attrait d la station pour la communauté scintifiqu n s démnt pas. En 2011, ls installations ont été utilisés par 28 équips dans l cadr d un quarantain d projts d rchrch. Et, à n croir Markus Lunbrgr, lls sraint mêm débordés: «Nous avons dû rfusr ds postulants faut d plac pour disposr lurs apparils. Nous n somms ainsi pas sûrs d pouvoir accuillir un important infrastructur d rchrch sur ls flux d gaz à fft d srr n Europ, l Intgratd Carbon Obsrvation Systm (ICOS). C srait vraimnt dommag!» Au mêm instant, Moscou projtt d construir un station d haut altitud dans l Caucas. Un délégation russ st monté au Sphinx il y a qulqus jours dans l idé d s inspirr d son modèl. Après-midi Graphism: Joël Suttr, L Tmps 1020 T XX 1025 T1015 (hctopascals) <wm>10casnsjy0mlq00du3tzq1mamagsh7ca8aaaa=</wm> La Chaux-d-Fonds H Front froid Gnèv H Spécialist ds Crus d'xcption, champagns t spirituux. Vins n grands formats. Samdi 25 Coir Sion Saint-Moritz 4 Locarno Panorama Météorologu n dirct au (Frs. 2.80/min dpuis l résau fix suiss ) Nous profitrons ncor d'un tmps nsolillé avc qulqus voils d'altitud ou cumulus l'après-midi l long ds rlifs. Ls conditions s dégradront n rvanch durant la nuit prochain avc l'arrivé d'un prturbation pluvius. Ls tmpératurs rstront stivals. Dimanch Lundi Mardi Mrcrdi 11 /11 0 / 9-2 /13 6 /9 4 / /15 4 /16 3 /19 9 /17 8 / 16 Jura (1000 m) Ephémérid lvr: 06h07 couchr: 20h57 3 minuts d solil n plus Solil Bassin lémaniqu t Platau romand Alps vaudoiss t Valais (1400 m) lvr: 01h25 couchr: 11h25 Phas d la Lun: décroissant Lun 12 / 13 0 /10 1 /13 5 / 10 3 / / 13 4 / 14 3 / 18 7 / 15 7 / /29 80% 13 /16 75% 7 /19 70% 10 /19 60% 10 / 20 50% Suiss cntral t orintal Sud ds Alps Dgré d fiabilité: GENEVE LAUSANNE GSTAAD moins d -5-5 à 0 0 à 5 5 à à à à à à t plus Ls nuags t la plui sront c vndrdi au mnu d l'nsmbl ds régions situés ntr l'st d la Franc t la Scandinavi, n passant par la Républiqu tchèqu, la Pologn t ls pays Balts. Ds chuts d nig sront à prévoir sur ls rlifs d la Norvèg t du nord d la Finland. Samdi, ls conditions n sront plus aussi clémnts avc ds nuags t ds avrss qui s'imposront à nouvau sur l'nsmbl du pays, surtout l matin. Ls tmpératurs sront n chut t n dépassront plus 14 à 15 dgrés n plain au millur d la journé. L solil fra son rtour à partir d dimanch t ls tmpératurs s radouciront progrssivmnt. Un tmps plus changant s'installra nsuit mardi. 12 Vrbir T Prévisions à 5 jours Front occlus 24 Lausann H Front chaud 12 Brn H <wm>10cfwmoq5cmqwav6jltv03yir57gvb8duezf8rmhzi3n2d54rgj9txfx6ppwgic2ywlo3rsylxdt0w3tculuspufb_vkcwzvudoqujfisfbcklv9qf0t7fn6fwfc6whkgaaaaa==</wm> Saint-Gall Zurich T 1030 Isobars Bâl XX LA MÉTÉO COMPLÈTE SUR INTERNET Nuroscincs Evolution Scléros rproduit n labo Oisaux colorés avantagés Ds chrchurs d l Univrsité d Kyoto sont parvnus, à l aid d clluls souchs humains, à rproduir un parti du procssus constaté dans la scléros latéral amyotrophiqu, maladi incurabl qui détruit ls muscls. «Nous spérons mttr au jour ls princips d ctt pathologi t par la suit un traitmnt», a xpliqué l profssur Norio Nakatsuji. (AFP) Ls spècs d oisaux aux plums d divrss coulurs, tl l diamant d Gould, un passrau aux plums chatoyants, évolunt plus vit qu ls oisaux au plumag monochrom, révèl un étud publié dans la rvu Natur. Cs rchrchs confirmnt un théori important d la biologi évolutionnist. (AFP) Parkinson t psticids Lishmanios sous la loup En Franc, lundi 7 mai, st ntré n viguur un décrt officil qui établit xplicitmnt un lin d causalité ntr la maladi d Parkinson scond maladi nurodégénérativ après Alzhimr dans l Hxagon t l usag ds psticids dans l agricultur. (L Mond) Cathrin Ront t Mary-Ann Hartly, biochimists à l Univrsité d Lausann, ont rçu dollars d la Fondation Bill t Mlinda Gats pour un projt n lin avc la lishmanios, duxièm infction parasitair mondial après l paludism. (LT) Santé

15 Pag 15 Vndrdi 11 mai 2012 Economi&Financ Invstissmnts Dux ans après avoir intégré la R&D n son sin, Flco sort un nouvau sécatur Pag 17 Ls gérants d RF Partnrs parint sur l action Bobst Pag 19 DR Industri Rtard au décollag pour l nouvl aéroport d Brlin > Transports L nouvl aéroport d Brlin dvait ntrr n srvic l 3 juin REUTERS/TOBIAS SCHWARZ Nathali Vrsiux BERLIN L nouvl aéroport d Brlin st ncor n chantir. Lufthansa, Air Brlin, Grman Wings t EasyJt sont ls plus touchés par l rport d l ouvrtur d Willy-Brandt. BERLIN, 2 MAI 2012 grandur natur au cours ds drnirs mois, n fonctionnnt pas corrctmnt. Sur l chantir, ls fournissurs parlnt à mots couvrts d «chaostotaldanslaplanification»t d «gravs panns d communication» avc l architct du projt, Grkan Marg Partnr, GMP. Il y a un smain pourtant, l consil d survillanc du projt, présidé par l mair d Brlin Klaus Wowrit (SPD), assurait au patron d Air Brlin, la scond compagni aérinn allmand, qu WillyBrandt ouvrirait comm convnu l 3 juin. «Il nous faut maintnant prévnir tous ls clints ayant déjà ffctué un résrvation à partir du 3 juin, t émttr d nouvaux billts», xpliqu Myriam Zisack, la port-parol d la compagn Swiss, qui s rfus à stimr l montant du préjudic subi. La compagni ffctu six vols par jour ntr Zurich t Brlin. «Ls horairs ds vols n sront pas affctés», assur Swiss. Ls clints ds compagnis low-cost puvnt par contr s attndr à ds changmnts dans ls horairs d lur vol. «La bataill pour ls millurs horairs d décollag t d attrrissag a déjà commncé», assur un obsrvatur. Avalanch d procès Lufthansa, Air Brlin, Grman Wings t EasyJt sont ls plus touchés par l rport d l ouvrtur d Willy-Brandt. Air Brlin stim, pour ll sul, à un million l nombr ds passagrs ayant ffctué un résrvation au départ d WillyBrandt à la vill ds vacancs scolairs. Lufthansa ntr t un million. A Brlin, la Chambr d commrc t d industri n décolèr pas: ls hôtls t ls 150 commrcs t rstaurants qu comptra l nouvl aéroport avaint déjà mbauché du prsonnl. Faut d chiffr d affairs, tous n pourront pas rmboursr lurs crédits. Déjà ls cabints d avocats spécialisés s attndnt à un avalanch d procès. Slon ls stimations d la dirction, chaqu mois d rtard coûtra au bas mot 15 millions d uros (18 millions d francs) à la collctivité. Willy-Brandt doit rmplacr ls dux aéroports actuls d la vill: Tgl, à l oust, t Schönfld, à l st, accuillnt nsmbl 24 millions d passagrs par an. Ls dux sits poursuivront lur activité jusqu à la mis n circulation d la nouvll infrastructur, conçu pour accuillir 27 millions d passagrs. L aéroport Willy-Brandt, dont la construction a été décidé n 1996, cinq ans après l vot du Bundstag qui faisait d Brlin la nouvll capital d l Allmagn, st un infrastructur décisiv pour Brlin. Ls autorités d ctt vill surndtté ont opté pour un dévloppmnt passant par l tourism, ls srvics t la cultur. Willy-Brandt doit dssrvir 172 dstinations dans 50 pays, dont 16 nouvlls comm Los Angls, Marsill ou Abu Dhabi. ö Ls compagnis aérinns condamnés à s réinvntr. Pag 16 UBS t Crdit Suiss résistnt à la cris d l uro > Banqu L fort rcul du numéro dux bancair hlvétiqu s xpliqu par d autrs facturs Judi a été un séanc d répit sur ls marchés n Europ. Ls principaux indics boursirs du Viux Continnt ont clôturé la journé n hauss, portés par l rbond ds valurs bancairs. En Franc, ls titrs d Société Général ou d Crédit Agricol ont rgagné 4,5%. L titr d UniCrdit s st apprécié d plus d 6% n Itali. Mêm n Espagn, Banco Santandr a rbondi d 6% hir. Ls marchés ont été rassurés par ls msurs déjà annoncés par l gouvrnmnt spagnol. Il doit approuvr aujourd hui un réform, qui prévoit notammnt d séparr la parti immobilièr ds bilans ds banqus. Mrcrdi soir, il a aussi annoncé la nationalisation partill d Bankia, la quatrièm banqu du pays. Son titr a chuté d près d 45% dpuis début janvir, affichant la plus mauvais prformanc d l indic Bloombrg qui rgroup ls principals banqus uropénns. Banqus sous prssion En points Indic uropén Bbank UBS Crdit Suiss fév mai 2012 SOURCE: BLOOMBERG En comparaison, ls dux grands banqus hlvétiqus ont bin résisté à la cris jusqu ici. L action UBS st inchangé dpuis l début d l anné. En rvanch, l titr d Crdit Suiss affich, lui, un rcul d 8% dpuis janvir. Mrcrdi, l titr avait mêm touché son plus bas nivau dpuis octobr Pourtant, l aggravation d la cris d la dtt n Europ n a joué qu un rôl marginal dans l cas d Crdit Suiss. Fin mars, l xposition ntt d la banqu à la dtt souvrain ds cinq pays ls plus fortmnt touchés par la cris s limitait à 1,1 milliard d francs n Itali. Ss placmnts dans ds institutions financièrs totalisaint 2 milliards d francs, dont 0,9 milliard n Itali, 0,6 milliard n Espagn t un dmi-milliard n Irland. Chz UBS, ls ngagmnts nts dans la dtt souvrain t ls banqus ds pays à risqu attignait 4,3 milliards d francs pour l Itali t 3,9 milliards n Espagn, sans qu cla n ait affcté l titr. Efft d dilution La récnt corrction d l action Crdit Suiss st dès lors du à ds facturs spécifiqus à la banqu. L octroi d un dividnd spécial aux actionnairs a ntraîné un fft d dilution pour l titr. S y ajout l octroi d programms d actions aux cadrs d l établissmnt. En tout, l fft d dilution sur l capi- tal d Crdit Suiss a été stimé à 8% par la banqu Vontobl. Plus généralmnt, ls marchés smblnt doutr d la capacité d Crdit Suiss à améliorr durablmnt la rntabilité d sa banqu d affairs. Dans un étud récnt, la Banqu cantonal d Zurich (BCZ) a évalué la part du bénéfic avant impôts qui sra généré par ls activités d banqu d invstissmnt à 40% chz Crdit Suiss, contr 25% chz UBS. «Cla s réprcut sur la volatilité ds rvnus t ds bénéfics ainsi qu sur l évaluation d l action», rdout la BCZ. D plus, «UBS st désormais plus avancé qu Crdit Suiss dans son procssus d réduction d ss surcapacités», jug-t-ll. La chut du titr d Crdit Suiss s xpliqu aussi par l rééquilibrag ds portfuills au profit du numéro un bancair hlvétiqu. Judi, l action UBS a rbondi d 3,4%, cll d Crdit Suiss d 2,9%. Yvs Hulmann ZURICH Dollar/franc 0,9270 Euro/franc 1,2013 Baril Brnt/dollar 112,90 Onc d or/dollar 1598,5 170 mplois sont mnacés chz Applid Matrials > Solair La société d Chsaux-sur-Lausann délocalis sa production n Chin Bastin Buss > L ouvrtur d ct objt d prstig a été rporté sin di pour raisons d sécurité DJ Paul van Dyk t l ancin chanclir Willy Brandt sourint, bras dssus bras dssous, sur ls affichs géants vantant partout au cntr d Brlin l ouvrtur prochain, l 3 juin, du nouvl aéroport intrnational Brlin-Brandbourg baptisé «Willy Brandt» L un après l autr, cs affichs sont rtirés du paysag urbain: la mis n srvic d l aéroport, qu Angla Mrkl dvait inaugurr n grand pomp l 24 mai dvant invités, a été rporté mardi sin di. Ls stimations ls plus optimists tablnt sur un ouvrtur mi-août, au lndmain ds vacancs scolairs d la capital, voir fin «Brlin, déplor l ministr allmand ds Financs Ptr Ramsaur, n put s prmttr un aéroport qui tomb n pann.» La dirction d l aéroport avait dû prndr la décision d rportr l ouvrtur d Willy-Brandt après la rmis d un rapport sur la sécurité mardi matin. L principal problèm invoqué par la dirction pour justifir c nouvau rtard (l aéroport aurait dû ouvrir à l automn drnir) concrn la sécurité anti-incndi: ls 3000 ports coup-fu d c projt d prstig d 2,5 milliards d uros (3,24 milliards d francs) n fonctionnnt pour l instant qu manullmnt. Globalmnt, l nouvl aéroport st confronté à d sériux problèms informatiqus. Ports t fnêtrs mais aussi tri ds bagags t chck-in ds passagrs, tstés SMI 5926,60-0,16% Euro Stoxx ,38 +0,98% Nouvau coup dur pour l Arc lémaniqu. Après Novartis t Mrck Srono, un autr ntrpris s rstructur d manièr drastiqu. Applid Matrials Switzrland, sis à Chsaux-sur-Lausann (VD) t considéré, ncor il y a pu, comm un prl vaudois, va délocalisr sa production n Chin. Qulqu 150 à 170 mplois sont sur la slltt, slon un calcul ds syndicats. Activ dans l industri solair, sctur n plin déconfitur au nivau mondial n raison d surcapacités, l ntrpris, slon ss déclarations judi, ntnd toutfois maintnir un équip d rchrch t d dévloppmnt (actullmnt 30 prsonns) sur son sit vaudois. Avc comm objctif d dévloppr «d nouvaux produits à la point du sctur», faitll savoir dans un communiqué d prss. Ell n précis cpndant pas combin d posts d travail sront touchés au total. Au nivau mondial, 250 prsonns pourraint souffrir d ctt rstructuration, affctant aussi ls Etats-Unis. Mais c st donc la Suiss qui n paira l plus lourd tribut. C d autant plus qu ls opérations commrcials t d gstion sront transférés à Trévis, n Itali. La société s justifi n déclarant qu «quasimnt tous ls clints d Applid Matrials s trouvnt n Asi». La société vaudois, x-hct Shaping Systms, avait été rachté par l group californin n août 2007 pour la somm d 580 millions d francs. La lun d mil aura duré moins d cinq ans. «Ls difficultés d ctt ntrpris n sont pas un surpris pour nous. Ell a fait plusiurs dmands d chômag partil. Nous somms régulièrmnt n contact avc ll», a xpliqué l scrétair syndical d Unia Yvs Dffrrard. Il xist d aillurs déjà un plan social qu Unia va désormais ssayr d améliorr. «Ls conditions sont autrmnt millurs qu clls d Mrck Srono», a ajouté l scrétair. Ls syndicats t la commission du prsonnl ont un mois pour fair ds propositions afin d diminur l nombr d licncimnts ou d n limitr ls ffts. Chut ds prix A fin 2011, la société qui produit ds «wafrs» d silicium, soit ds disqus srvant d bas à la fabrication ds clluls puis ds moduls photovoltaïqus, avait déjà fait part ds difficultés qu ll rncontrait. Avc notammnt ds commands n chut libr d 70%. Dans la foulé, ll avait précisé qu, dès ctt anné, la majorité d la production sra fait n Chin. La tourmnt qu travrs l xhct, fondé n 1984, illustr un fois ncor ls difficultés d c sctur n grand désarroi, souffrant n outr d surcapacités d dumping sur ls prix d la part ds Chinois. Dpuis 2007, ls prix ont ainsi chuté d 70%. Il s agit d la duxièm important société suiss activ dans ls clantchs qui part sous ds ciux aux coûts d production infériurs. L an passé, Landys&Gyr, activ dans la gstion intllignt d résaux (smart grids), avait été rachté par Toshiba. Brn impuissant contr l prix d la prss étrangèr > Médias Crtains n xclunt plus un boycott Brn «n dispos d aucun possibilité d intrvnir contr ls prix trop élvés ds journaux t périodiqus étrangrs». La répons du Consil fédéral aux qustions du consillr aux Etats Didir Brbrat (PS/NE) concrnant ls prix suisss ds magazins étrangrs st tombé judi. L gouvrnmnt rconnaît pourtant qu «ls différnciations ds prix dans lurs proportions actulls sont difficilmnt justifiabls». Dans ctt pris d position publié judi, Brn rappll égalmnt qu l survillant ds prix dénonc cs différncs dpuis bintôt dux ans. «En automn 2010 déjà, il constatait un différnc moynn d prix d 53% avc l Allmagn, d 62% par rapport à la Franc t d 110% avc l Itali. En raison d la forc du franc, cs différncs ont ncor augmnté cs drnirs mois», ajout l documnt. La loi comm drnir rcours Si, pour l hur, aucun outil législatif n xist pour «mttr fin à cs abus» comm l dmandait l Nuchâtlois n mars, l gouvrnmnt n xclut pas l introduction d un loi prmttant d «fixr un différnc d prix maximal par rapport à l étrangr». C srait toutfois un «ultima ratio» (outil d drnir rcours) «qu il s agira d ap- profondir suivant l évolution du dossir». Didir Brbrat s attndait à un tll répons. «L cas d la prss étrangèr st très particulir: l prix n étant pas fixé n Suiss, il n y a pas d moyns d fair prssion sur un évntul importatur. Brn précis: «L survillant ds prix st dépndant [ ] d la bonn volonté ds éditurs étrangrs.» «C sont ux qui fixnt ls prix, mais c st nous qui décidons d achtr ou non, soulign Didir Brbrat. On n put pas tolérr c gnr d scandal. Notr drnir outil pourrait êtr d imaginr d contactr ls associations d consommaturs pour boycottr ls éditurs étrangrs. C n st pas la solution la plus élégant, mais si c st la sul» L parlmnt doit débattr d ctt qustion durant la sssion d été (prmièr quinzain du mois d juin). Valèr Gogniat En vu Applid Mat. 15 Bobst 19 Crdit Suiss 15 EasyJt 15 Flco 17 Gatgroup 17 Lufthansa 15 RF Partnrs 19 Sony 17 Swiss 15 UBS 15 Zurich 17

16 16 Economi Forum L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 L invité Ls cantons sont d plus n plus ncadrés Yvs d Coulon* L adoption d l initiativ Wbr aura u l mérit d placr l aménagmnt du trritoir sur l dvant d la scèn. Prolifération ds résidncs scondairs, lits froids, mitag du trritoir, dstruction d trrs cultivabls t protction du paysag sont autant d notions qui sont applés à dvnir ds njux majurs du débat démocratiqu. L initiativ Wbr à pin adopté, s profil la prspctiv d l «initiativ pour l paysag». Touts dux ont ntraîné, avant mêm d êtr soumiss au pupl, ds modifications d la loi fédéral sur l aménagmnt du trritoir (LAT) qu il st intérssant d mttr n prspctiv pour n constatr l impact, non sulmnt sur notr nvironnmnt mais égalmnt sur la répartition ds pouvoirs ntr cantons t Confédération. * Avocat spécialist immobilir t construction BCCC Avocats Sàrl L initiativ pour l paysag impos surtout un moratoir d 20 ans durant lqul ls zons à bâtir xistants n pourraint plus êtr agrandis Franz Wbr a lancé n 2006 l initiativ «pour n finir avc ls constructions nvahissants d résidncs scondairs» qui proposait d limitr ls résidncs scondairs à 20% du parc d logmnts. A l époqu, un révision d la LAT visant justmnt à luttr contr la prolifération ds résidncs scondairs était déjà à l étud. L parlmnt l a adopté n tant qu contr-projt indirct à l initiativ Wbr dont il a rcommandé l rjt. Ctt révision d la LAT st ntré n viguur n juillt 2011 t impos désormais aux cantons un délai d 3 ans pour inscrir dans lur plan dirctur ds msurs proprs à limitr l nombr d résidncs scondairs, améliorr lur taux d occupation t promouvoir l hôtllri t ls résidncs principals à ds prix abordabls. Ls cantons qui n s sraint pas conformés à ctt obligation n juillt 2014 n pourront plus octroyr d prmis d construir pour résidnc scondair. Méconnu ou jugé insuffisant, ctt modification législativ, qui réduit déjà singulièrmnt l autonomi ds cantons sur l aménagmnt d lur trritoir, n a pas suffi pour dissuadr un majorité ds Suisss d soutnir l initiativ Wbr n mars drnir. Comm on l sait, ctt drnièr impos (par un nouvl art. 75a d la Constitution fédéral) qu ls résidncs scondairs n constitunt désormais pas plus d 20% du parc ds logmnts t d la surfac brut au sol habitabl d chaqu commun d Suiss. Rédigé n trms très laconiqus, ll impos d avoir rcours au délicat xrcic d intrprétation d la volonté populair sur ds concpts aussi importants qu la notion d résidnc scondair, l sort ds prmis d construir délivrés ntr l 12 mars t l 31 décmbr 2012 (l initiativ s contnt d stipulr qu cux qui sont délivrés après l 1r janvir 2013 sont nuls) t clui ds bâtimnts xistants dans ls communs ayant déjà dépassé l suil ds 20%. Un group d travail constitué d rprésntants d divrs offics fédéraux, ds cantons alpins t du comité d initiativ st déjà à l œuvr t dvrait rndr ds rcommandations avant l été pour prmttr au Consil fédéral d adoptr un ordonnanc n sptmbr. L art. 75 d la Constitution stipul qu l aménagmnt du trritoir incomb aux cantons, qui doivnt fair «un utilisation judicius t msuré du sol», la Confédération s limitant à n fixr ls princips t à coordonnr ls fforts ds cantons. Déposé n 2008, l initiativ «D l spac pour l homm t la natur (initia- Périscop L miracl Toyota U «Widmr-Schlumpf a-t-ll coulé la Suiss?» C st avc c titr provocatur qu Bilan fait sa un ctt smain. Pour la chroniquus, l constat st clair: dans la gurr fiscal qui oppos la Suiss aux autrs pays, l Consil fédéral a fait d grands concssions sans dmandr d contrpartis. U «La malédiction qui s st abattu sur Toyota ntr 2009 t 2011 a qulqu chos d bibliqu. Emballmnt médiatico-politiqu américain autour d problèms d qualité, ffondrmnt du marché, tsunami au Japon, inondations n Thaïland, dvis à son plus haut historiqu C st un miracl qu l prmir productur japonais d automobils ait tout d mêm réussi à affichr 2,7 milliards d uros d bénéfic lors d son xrcic fiscal, clos n mars drnir», lit-on dans Ls Echos. Mais pour l chroniquur, l rdrssmnt n st pas un miracl. Il s xpliqu par la présnc mondial sur ls dux marchés clés, soit ls Etats-Unis t l Asi, l succès dans l lux grâc à Lxus t la cultur d l ntrpris. Mêm si l constructur japonais st moins rntabl qu ss concurrnts allmands t coréns, c st sa cultur d ntrpris basé sur l progrès continu qui lui a prmis d s sauvr ds cataclysms. Hongkong srr la vis U Ls autorités d survillanc ds marchés financirs d Hongkong ont décidé s sévir contr ls banqus d affairs. Clls qui publint d fausss informations dans l cadr d un ntré n bours sront poursuivis pénalmnt t civilmnt. C st n tout cas la proposition fait mrcrdi par l gndarm ds marchés à Hongkong, vill la plus prolifiqu n matièr d introduction n bours n 2010 t Si l projt d loi st accpté, il fra d Hongkong l un ds régims ls plus sévèrs n matièr d publicité pour ls ntrés n bours, aux côtés d Singapour t ds Etats-Unis, écrit judi l Financial Tims. pourront intrvnir qu s il y a compnsation par déclassmnt d surfacs équivalnts. Enfin, si un canton n rspct pas l délai d 5 ans pour adoptr son nouvau plan, il n pourra plus modifir du tout ss zons à bâtir tant qu il n s sra pas conformé aux xigncs d la LAT. Au vu du contnu du contr-projt, un rtrait d l initiativ n st pas xclu. Suspctés, à tort ou à raison, d privilégir ls considérations économiqus à court trm t souvnt pu nclins à dévloppr un stratégi régional avc lurs voisins, ls cantons dvront, on l voit, s accommodr à l avnir d un cadr fédéral qui limit toujours davantag lur autonomi. Au vu d la dramatisation ds njux d l aménagmnt du trritoir, ctt tndanc n smbl pas dvoir s invrsr. >> Sur Intrnt Rtrouvz sur notr sit d nouvlls contributions d invités xtériurs, ainsi qu l nsmbl ds articls écrits dans ctt pag par ds invités Analys La Suiss a capitulé Pir: ll a fait ds concssions plus importants qu clls qu on lui dmandait. Au liu d signr ls accords d doubl imposition comm l dmandait l OCDE, la Suiss st vnu avc l accord «Rubik». «La Suiss aurait dû êtr plus frm», critiqu un gérant indépndant. Pour l avocat Michl Amaudruz, «Evlin Widmr-Schlumpf a l air d luttr contr la Suiss». En définitiv, la gurr fiscal d la Suiss a été prdu l 13 mars 2009, dat à laqull l Consil fédéral a abandonné la distinction ntr fraud t évasion fiscal. Si la gurr a été prdu par la Suiss sans négociations, crtains financirs stimnt ncor qu tout n st pas prdu. Ils vulnt adrssr un lttr ouvrt au Consil fédéral. tiv pour l paysag)» vis à amndr ctt disposition constitutionnll pour, ntr autrs, confir la rsponsabilité d ctt utilisation judicius t msuré du sol, non plus sulmnt aux cantons mais égalmnt à la Confédération. Ell impos surtout un moratoir d 20 ans durant lqul ls zons à bâtir xistants n pourraint plus êtr agrandis. Son objctif déclaré st d nrayr l mitag du trritoir t d protégr l paysag. L Consil fédéral a admis qu la législation actull n avait pas réussi à résoudr l problèm du mitag t d la dstruction ds trrs cultivabls. Il considèr cpndant qu l moratoir d 20 ans n tint pas compt d la divrsité ds situations cantonals t régionals ni d un évntull pénuri ds trrains à bâtir. Il rcommand l rjt d l initiativ n lui opposant, là ncor, un modification d la LAT comm contrprojt indirct. Ctt nouvll LAT, qui pourrait êtr adopté par l parlmnt dès ct été, impos aux cantons d modifir dans ls cinq ans lur plan dirctur (lqul doit nsuit êtr accpté par l Consil fédéral) afin d définir la dimnsion t la répartition ds zons à bâtir n fonction ds bsoins prévisibls pour un duré d 15 ans, c qui prmttra n particulir d coordonnr sur un plan régional (t plus sulmnt cantonal) la planification ds pôls d dévloppmnt économiqu. Un fois son nouvau plan dirctur approuvé, un canton n pourra agrandir ss zons à bâtir qu à ds conditions rstrictivs t n conformité avc ls objctifs qu il a définis. Ls cantons sront par aillurs tnus d prndr ds msurs adéquats (obligation d construir, taxs d incitation, voir xpropriations) afin qu ls trrains à bâtir soint ffctivmnt utilisés, ls zons à bâtir n étant pas répartis n fonction ds bsoins d dévloppmnt réls (17 à 24% d lur surfac global n srait pas construit). Jusqu à l approbation ds plans dircturs révisés, ds nouvaux classmnts n zon à bâtir n Ls juns pousss françaiss ont pur U François Holland a été élu présidnt t c changmnt provoqu la craint ds start-up françaiss. Ell a trait aux stockoptions qu l futur présidnt vut taxr davantag. «C sra un désastr pour ls start-up, car lls utilisnt ls stock-options pour motivr lurs mployés, pas ls salairs», a souligné judi Loïc L Mur, fondatur d la conférnc L Wb, dans l Wall Strt Journal. Autr sujt d préoccupation: ls propos d François Holland concrnant ls richs. En rvanch, son arrivé st considéré comm positiv pour l mploi. Ell dvrait prmttr aux juns pousss d rcrutr t d gardr plus facilmnt ds immigrants hautmnt qualifiés. D. E. Ls compagnis uropénns condamnés à s réinvntr Danil Esknazi Un prt qui avoisin 390 millions d uros pour Lufthansa au prmir trimstr, la grand sœur d Swiss. Un déficit d 368 millions pour Air Franc-KLM pour la mêm périod. Ls résultats présntés la smain drnièr illustrnt ls problèms actuls ds poids lourds d l industri aérinn uropénn. Slon ls prévisions stimés n mars drnir par IATA, organisation faîtièr ds compagnis aérinns traditionnlls, ls transporturs du Viux Continnt dvraint réalisr un prt ntt d 600 millions d uros ctt anné. Baucoup d économis vivnt un grav récssion. L impact s rssnt sur l trafic passagr t cargo. D surcroît, ls taxs introduits par l Union uropénn sur ls émissions d carbon ont un impact plus fort sur ls margs ds compagnis aérinns uropénns. Ells attindront à pin 0,3% pour 2012, stim IATA. Ls margs pourraint mêm êtr négativs si ls prix du pétrol augmntnt. En ajoutant ls surcapacités chroniqus sur l Viux Continnt, l tablau qui n rssort st ds plus pssimists. Pour luttr contr cs nuags qui s accumulnt, ls compagnis aérinns ajustnt lur stratégi d différnts manièrs. Lufthansa st plus activ qu sa concurrnt Air Franc-KLM. Christoph Franz, dirctur général d la compagni allmand, s inspir d la rstructuration qu il a lui-mêm réussi chz Swiss par l passé. La compagni allmand ffctura ds coups drastiqus d un amplur sans précédnt. Ell supprimra 3500 posts dans ls srvics administratifs sur un total d Objctif: améliorr l résultat opérationnl d 1,5 milliard d uros n 2014, comparativmnt à Chz Air Franc-KLM, détnu à 16% par l Etat français, on s rfus à licncir. La compagni aérinn a probablmnt été prié d évitr d prndr ds msurs qui auraint un impact sur ls élctions. Alors ls mbauchs t ls salairs ont été glés. Ls licncimnts ont été évités. Dpuis Emirats a commandé trois fois plus d A380 qu Air Franc-KLM t Lufthansa réunis vingt ans, la compagni français a multiplié ls plans d économis sans licncir. Crtains collaboraturs ont dû partir n rtrait d manièr anticipé, d autrs n ont pas été rmplacés. On a soigné l malad avc ds pansmnts, mais l mal st plus profond. Air Franc-KLM prd plus d 4 millions d uros par jour. Dans l nvironnmnt actul, ls msurs d économis smblnt insuffisants pour rdrssr la barr. Ds licncimnts sront inévitabls. Si Air Franc n a pas chiffré ls surffctifs, l syndicat du prsonnl navigant stim à 2000 posts sur un total d cux qui pourraint disparaîtr afin d rmplir ls objctifs fixés par la dirction. Mais avc Air Franc, l mond politiqu n st jamais nutr. Il n st toutfois pas sûr qu François Holland rst ls bras croisés si Air Franc-KLM décid d réduir la voilur, tant il a axé son programm sur l mploi. Or, aujourd hui, l tmps prss. Dans l nord d l Europ, la concurrnc t l nvolé ds prix du pétrol ont déjà fait un prmièr victim. La danois Cimbr Strling a annoncé la smain drnièr qu ll déposait son bilan. Huit cnts mplois passnt à la trapp. En févrir drnir, la compagni hongrois Malv avait connu un sort similair. Et quand un liaison comm Budapst s ouvr, Ryanair s ngouffr dans la brèch. Moins d trois smains après l annonc d la faillit d Malv, la compagni irlandais a ouvrt 26 nouvlls dstinations dpuis Budapst. Ls différnts criss du sctur aérin ont montré un chos. Ls cassurs d prix comm Ryanair t EasyJt résistnt miux qu ls compagnis traditionnlls. Sur ls court-courrirs, ils continunt d xrcr un fort prssion sur ls prix t d gagnr ds parts d marché. La compagni irlandais a maintnu sa rntabilité n immobilisant un flott d 80 avions durant ls pirs mois d hivr. Quant à EasyJt, mêm si ll a affiché un prt d 135 millions d francs, cll-ci s situ bin n dçà d cll d Air Franc-KLM t d Lufthansa. D plus, ctt prt concrn l prmir smstr réputé plus faibl n raison ds mois d hivr. Au-dlà ds chiffrs, la stratégi futur d EasyJt fra ncor plus d dégâts. Ell vis la clintèl d affairs, un sgmnt clé pour ls compagnis aérinns traditionnlls. En Europ donc, pour ls poids lourds d l industri aé- rinn, la principal mnac s nomm Ryanair t EasyJt. Sur ls long-courrirs aussi, la concurrnc fait rag. Ls compagnis aérinns du Golf comm Emirats, ainsi qu Turkish Airlins, s dévloppnt à un rythm ffréné sur ls liaisons ntr l Europ t l Asi. L transportur basé à Dubaï a passé command d 90 A380, soit trois fois plus qu Lufthansa t Air Franc-KLM réunis. Quant au transportur turc, il dssrt 150 dstinations à travrs l mond t continu d gagnr ds parts d marché. Entr 2006 t 2011, l nombr d passagrs transportés a doublé à plus d 30 millions. Turkish Airlins a dux fois la taill d Swiss. Quant à Singapor Airlins, réputé pour la qualité d ss srvics, ll a démarré n avril drnir ls activités d Scoot, sa filial à bas coût. Ls compagnis ds pays émrgnts n sont pas n rst. Air China continu d étoffr son résau t d marchr sur ls mêms plats-bands qu ss concurrnts uropéns. Avc ds billts Paris-Tokyo à moins d 700 uros, voir Munich-Pékin à moins d 550 uros, la compagni chinois xrc un fort prssion sur ls prix pour ds liaisons stratégiqus. Dans c contxt xplosif mêlant prix élvé du kérosèn t concurrnc accru sur tous ls continnts, ls compagnis aérinns uropénns traditionnlls n ont pas l mbarras du choix. Soit lls réduisnt la voilur significativmnt comm Lufthansa ou s réinvntnt, soit lls vrront lurs parts d marché s fair grignotr par ls compagnis à bas coût du Golf t ds pays émrgnts. A long trm, lur survi st n ju.

17 L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Economi 17 Flco accouch d sa prmièr innovation fait maison Après un prt rcord, Sony promt un rbond > Industri Dux ans après avoir intégré la R&D n son sin, l ntrpris sort un nouvau sécatur LT DR > Spt brvts protègnt l outil élctroportatif Christoph Nicolt: «Nous voulons séduir aillurs qu dans la vign.» Srvan Pca Un sécatur assisté élctriqumnt? Pour ls viticulturs, arborists t autrs profssionnls d la taill, c gnr d outils n st pas nouvau. Flco, l spécialist nuchâtlois, lur vnd d aillurs déjà dpuis d nombruss annés ds sécaturs dotés d un battri t qui prmttnt d coupr t d élagur d façon répétitiv t sans fforts. C sgmnt rprésnt nviron 20% du chiffr d affairs d l ntrpris. En fait, si ls dirigants d Flco ont organisé un conférnc d prss d nvrgur, judi, dans lur sièg ds Gnvys-sur-Coffran, c st qu son nouvau sécatur, baptisé «Flco820», st l prmir né d sa propr unité d rchrch t dévloppmnt (R&D). Avant mars 2010, dat d la création d la spin-off Flco Motion, la R&D était réalisé aillurs. L ntrpris a travaillé pndant près d vingt ans avc un société français pour dévloppr ds nouvautés tchniqus. Mais la voi stratégiqu mprunté par son partnair qui, au fil d sa croissanc, a notammnt délocalisé un parti d sa production n Asi, n corrspondait plus aux aspirations qualitativs d Flco. Ls composants t l srvic aprèsvnt sont progrssivmnt dvnus moins satisfaisants, Flco était d moins n moins bin srvi. S xtrair du quotidin La réflxion sur un intégration d la R&D début n Un an plus tard, l dirctur commrcial, Stéphan Poggi, st nommé dirctur d un ntité qui n a alors pas ncor d nom. Un dizain d spécialists d l élctroniqu ou d la micromécaniqu sont mployés. Ils sont basés dans ls mêms locaux qu Flco mais la distinction juridiqu a son importanc. «Ell lur prmt d n pas êtr soumis à nos impératifs quotidins, d pouvoir réfléchir librmnt à ds innovations», xpliqu l dirctur Christoph Nicolt, n marg d la présntation. Grâc à ds collaborations avc plusiurs écols, dont l ECAL, t sociétés spécialisés, Flco Motion livr aujourd hui l nouvau sécatur, poigné n main. «Il n lur rst plus qu à ls mballr t à ls nvoyr sur ls marchés», a promis hir Stéphan Poggi. «Vous allz baucoup ntndr l mot innovation aujourd hui», a aussi fièrmnt xpliqué Christoph Nicolt. Spt brvts ont été déposés pour protégr ls concpts d battri, d gâchtt ou d portag. «Arrivr avc d nouvaux produits, cla prmt aussi aux ntrpriss suisss d imposr lurs prix au marché, t non pas d dvoir s alignr sur ls dizains d autrs produits concurrnts, qui fabriqunt n Asi ou n Europ», avait xposé n préambul Thirry Grosjan. L consillr d Etat nuchâtlois n charg d l Economi s st érigé n témoin: «Quand j vais sur ls foirs, j suis hurux d constatr qu ls concurrnts d Flco ssaint d copir cs modèls.» L «820» put coupr gros: 45 millimètrs, assur-t-on, démonstration à l appui. Ainsi, Flco vut réduir sa dépndanc à la viticultur, son prmir débouché. Ls coupurs d plus grosss branchs, comm ls sylviculturs, arboriculturs ou rsponsabls ds parcs t jardins dvraint êtr intérssés, spèr Christoph Nicolt. L dirctur confi égalmnt qu c nouvl outil doit srvir à c qu Flco s fass un millur plac dans la région nord-américain, où l ntrpris stim pouvoir fair baucoup miux n trms d parts d marché. C st d aillurs son prédécssur, Laurnt Prrin, ptit-fils du fondatur qui, dpuis l début d l an drnir, a pour mission d fair progrssr Flco sur c marché. Entr 4000 t piècs En attndant, l sécatur sra vndu à partir d sptmbr. L prix d vnt consillé a été fixé à 2140 francs. Ls objctifs s situnt ntr «4000 t piècs pour la prmièr saison», a avancé l dirctur, un smain après avoir présnté l nouvl outil à ss dizains d rvndurs intrnationaux. Mais il précis: «Ls prmièrs saisons sont assz pu prtinnts à msurr, car nous dvons approvisionnr ls stocks tout au long d la chaîn. Nous n saurons plus au trm d la duxièm saison, lorsqu l produit sra véritablmnt n main ds utilisaturs.» > Tchnologi L géant japonais a prdu plus d 5 milliards d francs sur un anné Sony a publié judi un prt ntt d 456,7 milliards d yns (5,313 milliards d francs) pour l anné budgétair clos l 31 mars, à caus d vnts n chut d 9,6%, du yn fort, d la concurrnc, ds désastrs t d lourds chargs fiscals. Ls xpéditions d télévisurs ont chuté pour la prmièr fois à 247,7 millions d unités (-0,3%). Début avril, l group annonçait un prt possibl d 6 milliards d francs. Outr l séism t l tsunami du 11 mars 2011, qui ont plombé l début d l xrcic n saccagant l apparil industril nippon t n sapant l moral ds consommaturs, l mastodont a souffrt d la chut ds vnts d télévisurs, du ralntissmnt d la dmand intrnational dû à la cris n Europ, d la hauss subséqunt d la monnai japonais, d la concurrnc sud-corénn (Samsung) t américain (Appl) t ds inondations n Thaïland. Gains à vnir Ls prévisions sont toutfois optimists. L fluron d l élctroniqu japonais, qui a annoncé récmmnt la supprssion d posts, spèr un rtour aux chiffrs noirs durant l anné à vnir, après quatr annés consécutivs d prts. Caus principal: la chut ds vnts d télévisurs. Dans un communiqué diffusé L assurur Zurich a vu bondir son bénéfic grâc à ds alliancs > Srvics L résultat opérationnl s st étoffé d 61% L assurur Zurich Insuranc Group, x-zurich Financial Srvics, a dégagé un bénéfic nt d 1,14 milliard d dollars (1,06 milliard d francs) au prmir trimstr 2012, n hauss d 78% sur un an. En monnais locals, la progrssion s inscrit à 79%. L résultat opérationnl s st quant à lui étoffé d 61% (+62% n monnais locals) à 1,37 milliard d dollars, a indiqué judi l group zurichois. Ls rctts globals s inscrivnt égalmnt n hauss d 10% (+12%) à 19,63 milliards. L group, qui a changé d dénomination fin mars pour marqur un rcntrag sur son cœur d métir, a conforté sa position sur plusiurs marchés clés grâc aux acquisitions t alliancs, rlèv l patron d l assurur, Martin Snn. L ratio combiné (rapport ntr d un part ls coûts d gstion t d sinistrs t d autr part ls prims) st tombé à 94,6%, contr 103,6% sur la périod corrspondant l an drnir. Ls fonds proprs du group à fin mars attignaint 31,8 milliards d dollars, après 31,6 milliards à fin Absnc d catastrophs majurs L absnc d catastrophs majurs n c prmir trimstr a bénéficié au sgmnt d l assuranc dommags. Ls prims bruts ont crû d 4% (5% n monnais locals) à 10,4 milliards d dollars t l bénéfic opérationnl rssort à 856 millions, contr 280 un an plus tôt. Du côté ds affairs vi, toujours portés par l Amériqu latin, l volum ds prims a augmnté d 16% (19%) à 7,4 milliards d dollars. L résultat d xploitation par contr a fléchi d 19% (18%) à 293 millions, affcté par ls bas taux d intérêt. Quant à la filial américain Farmrs, ll accus au plan opérationnl un rcul d 2% à 372 millions, imputabl aux intmpéris, slon l communiqué. L group poursuit sa stratégi comm prévu, indiqu Martin Snn. En avril, Zurich a signé un convntion d distribution xclusiv d dix ans pour la vnt d produits d assuranc à ds clints d HSBC au Moyn-Orint. La compagni vis n outr d nouvlls hausss d ss taux d prims, toutfois infériurs aux 3%, n moynn, du prmir trimstr, a indiqué l chf ds financs, Pirr Wauthir, à l agnc financièr AWP. ATS Gatgroup a crusé sa prt > Rstauration L group zurichois a dû s rfinancr Conséqunc ds chargs liés à son rfinancmnt, Gatgroup s st nfoncé dans ls chiffrs rougs au prmir trimstr L fournissur zurichois d plataux-rpas t autrs srvics d bord a ssuyé un prt ntt d 14,8 millions d francs, contr un débours d 6,2 millions un an plus tôt. L rfinancmnt port d un part sur 350 millions d uros (420 millions d francs) d obligations non garantis d prmir rang n vu d rmboursr ls dtts t annulr tous ls ngagmnts liés aux facilités d crédit xistants, a précisé judi l ntrpris établi à Zurich. Il comprnd d autr part d nouvaux mprunts rnouvlabls d 100 millions d uros pour l fonds d roulmnt t ls bsoins généraux d la société. Outr ls chargs ponctulls issus d c rfinancmnt t d coûts financirs plus élvés, l accroissmnt d la prt ntt rflèt un nivau d imposition t ds taux d chang défavorabls. Au nivau opérationnl, la prformanc apparaît sous un jour nttmnt plus favorabl, avc un résultat opérationnl n progrès d 20% sur un an à 4,7 millions d francs. Avant intérêts, impôts, dépréciations t amortissmnts, l résultat d xploitation (EBITDA) s st accru d 4,5% à 25,5 millions d francs. L chiffr d affairs a lui augmnté d 2,9% à 656,7 millions. Exprimé à taux d chang constants, l chiffr d affairs s st inscrit à 676,8 millions d francs, n progrès d 6%. Gatgroup avrtit toutfois dans son communiqué la fort saisonnalité d ss affairs, clls-ci étant générés dans lur plus grand part aux duxièm t troisièm trimstrs. L trimstr sous rvu a notammnt été marqué par l acquisition n févrir d la société nérlandais Hlios pour 27 millions ainsi qu par l xrcic d un option d achat pour la rpris d la part d 26% qui manqu pour contrôlr à 100% la société indinn Skygourmt. ATS <wm>10casnsjy0mdax1tu0mzq2sqaafdvcjw8aaaa=</wm> <wm>10cfwmkw7dqawft-tvs5-9nxhwyvfbfb4kcs79uzuwgigj0wxbrshda33v6ycv8bctsu_pimlwrnrkcczmavbb0l0xyts_xobkb-bdceyue104xpukcardh5_jsfau4_wcag2qcoaaaaa=</wm> judi, l fabricant ds télévisurs Bravia scompt un gain nt d 30 milliards d yns (nviron 350 millions d francs) pour l anné à vnir (avril 2012-mars 2013) pour ds vnts n progrssion d 14% sur un an (à 7400 milliards d yns). Kazuo Hirai, 51 ans, l nouvau dirctur général du group arrivé l mois passé, st actullmnt n train d supprimr 6% d la forc d travail du plus grand xportatur japonais d élctroniqu. L nouvau vnu st égalmnt n train d misr toujours davantag sur ls apparils mobils (tabltts, téléphons) t ls jux vidéo pour rlancr Sony. A la bours d Tokyo, l titr du group a prdu près d 85% d sa valur dpuis ls annés «Sony va probablmnt réduir ls prts d son unité télévisurs», xpliquait à l agnc d prss financièr Bloombrg Yasuo Nakan, analyst chz Dutsch Scuritis Inc. «Il y a mêm ds chancs qu ls rctts d ctt unité prformnt miux qu prévu ctt anné.» Kazuo Hirai vut «rvitalisr t fair croîtr» l commrc élctroniqu avc un nouvll stratégi dévoilé l mois passé. Dans ls grands ligns, l plan consist à dopr ls vnts d jux t d téléphons portabls, rpnsr n profondur l unité ds télévisurs, s étndr aux pays émrgnts t misr davantag sur l innovation.

18 18 Economi L Tmps Vndrdi 11 mai 2012 Panorama Entrpriss suisss La société zurichois MBT mis n faillit Masai Group Intrnational, qui fabriqu ls chaussurs «physiologiqus» MBT, st n faillit. La société basé à Wintrthour (ZH) xpliqu ss problèms par son surndttmnt t la rud concurrnc à laqull ll fait fac. Fondé il y a un pu plus d quinz ans, l ntrpris, qui produit ds chaussurs dits «physiologiqus», mploi un cinquantain d prsonns à Wintrthour sur un ffctif total d 440 salariés. (ATS) Cinq sociétés romands dans ls finalists d Vntur L concours Vntur 2012, organisé par l cabint d consil McKinsy, l EPF d Zurich t l agnc d promotion CTI, ntr dans sa phas final. Sur 191 idés soumiss, dix projts ont été rtnus n vu d la rmis ds prix qui aura liu l 24 mai. Parmi ls dix finalists figurnt cinq projts issus d Suiss romand: Abionic (tchniqus médicals, Lausann), Bcomp (matériaux, Fribourg), OsmoBlu (énrgi vrt, EPFL), Sophia Gntics (pharma, Ecublns) t SWISSto 12 (élctroniqu, Lausann). (LT) tag t d fixation éponym, a poursuivi sa croissanc l an drnir. Son chiffr d affairs a progrssé d 11,9% par rapport à 2010 à 793,4 millions d uros. A fin 2011, l ntrpris, établi à Coir, mployait 1638 collaboraturs, 144 d plus qu un an auparavant, a-t-ll indiqué judi dans un communiqué. (ATS) Davantag d passagrs ont choisi Swiss n avril Swiss a amélioré ss statistiqus d trafic n avril. La compagni aérinn a accuilli 1,38 million d passagrs, soit un progrssion d 6,5% par rapport à la mêm périod d l an passé. L nombr d vols proposés a pour sa part augmnté d 2,1% pour s inscrir à , a indiqué judi l transportur aérin. L taux d occupation ds siègs affich égalmnt un progrssion, d 2,4 points à 84,3%. (ATS) Marcl Ditrich quitt Globus Un changmnt d patron s prépar à la têt d Globus t Globus Homms. Dirctur dpuis dix ans ds grands magasins contrôlés par l group Migros, Marcl Ditrich quittra son post à fin juin Agé d 52 ans, c drnir ntnd rlvr d nouvaux défis, slon ss proprs trms. (ATS) GSMN fait bondir son chiffr d affairs Hotlplan cèd un filial russ Gnolir Swiss Mdical Ntwork (GSMN) a vu son chiffr d affairs bondir d 60% au prmir trimstr, à 81,6 millions d francs. L group vaudois d cliniqus privés xpliqu ctt croissanc par trois acquisitions dans ls cantons d Solur t du Tssin. (ATS) Hotlplan cèd comm prévu sa participation majoritair dans l voyagist russ Ascnt Travl, a annoncé judi la filial d Migros. Ls parts sont rpriss par un invstissur russ. L montant d la transaction n st pas divulgué. L voyagist, qui a bouclé n un troisièm xrcic consécutif dans ls chiffrs rougs, avait annoncé n mars son intntion d vndr. (ATS) Bilan positif pour SkyWork Airlins La compagni aérinn SkyWork, qui vol au départ d l aéroport d Brn-Blp, a transporté passagrs lors ds quatr prmirs mois d 2012, soit quatr fois plus qu la mêm périod d l an drnir. (ATS) Würth Suiss a poursuivi sa croissanc n 2011 Würth Suiss, filial du spécialist allmand ds systèms d mon- D millurs salairs chz Clariant Ls mployés n Suiss du group d spécialités chimiqus bâlois Clariant vrront lur salair augmntr n moynn d 1,3% dès l 1r juillt Il s agit d la plus fort hauss ds dix drnièrs annés malgré l contxt économiqu difficil. Ctt hauss intrvint alors qu ds supprssions d posts sont n cours, a souligné Employés Suiss dans un communiqué. (ATS) nt au prmir trimstr à 914 millions d uros (qulqu 1,1 milliard d francs). Un hauss du notammnt à ss activités sur ls marchés financirs. C résultat dépass ls attnts ds analysts qui misaint sur un bénéfic nt d 845 millions d uros. (ATS) Fusions & Acquisitions Coty rlèv son offr L group américain d cosmétiqus Coty a rlvé son offr d rachat sur son concurrnt n difficulté Avon. Brkshir Hathaway, la holding du milliardair américain Warrn Bufftt, dvrait participr au financmnt d l opération. (ATS) 51% d sa participation dans YPF, décidé l 16 avril», Rpsol mt l accnt sur la vrsion d ss résultats qui xclut son ancinn filial, indiqu l group. (ATS) Horlogri L Jura pin à s divrsifir L sctur d l horlogri gagn toujours plus d importanc dans l canton du Jura. Mais, dans l mêm tmps, la divrsification du tissu économiqu n progrss pas, slon un étud d UBS présnté judi dans l cadr du salon du Siams à Moutir (BE). En 2008, l horlogri occupait 17% du total ds mplois, contr 14% n Ctt évolution va s poursuivr au cours ds prochains annés slon ls auturs d l étud. (ATS) La BoE suspnd ss rachats d actifs t maintint ss taux La Banqu d Angltrr (BoE) maintint son taux dirctur à 0,50%. L institut monétair a laissé égalmnt inchangé l montant total d son programm d rachats d actifs, épuisé avant sa réunion d politiqu monétair d mai. Comm à son habitud, la banqu cntral britanniqu n a pas fait d commntairs immédiat sur sa décision. Ls détails d la réunion sront publiés l 23 mai. (ATS) Migros s étnd dans l commrc d gros Comm prévu lors d l acquisition n automn 2006 d un part d 30% dans l distributur n gros Cash + Carry Anghrn (CCA), l prmir détaillant d Suiss Migros va portr n juillt sa participation à 80% dans la société familial. A la dat prévu, soit l 1r juillt, l sold d 20% rstra aux mains d la famill Anghrn, a précisé judi la Fédération ds coopérativs Migros (FCM). (ATS) Tchnologi Matièrs prmièrs L bénéfic d Pionr a fondu à caus ds désastrs L bénéfic d Rpsol grimp mêm sans YPF L group japonais Pionr, spécialist ds équipmnts audiovisuls t d radionavigation, a vu son bénéfic nt chutr ds dux tirs n à caus d l impact d catastrophs naturlls sur ss vnts d autoradios, mais attnd un fort rbond n Entr l 1r avril t l 31 mars 2012, son profit nt s st contracté d 64,5% à 3,7 milliards d yns (43 millions d francs). Pionnr prévoit un bond d 172,5% d c bénéfic lors d l xrcic n cours. (ATS) L group pétrolir spagnol Rpsol a publié judi un bénéfic nt pour l prmir trimstr n hauss d 3,5%, à 792 millions d uros (951 millions d francs), profitant «fondamntalmnt d l amélioration ds prix d réalisation du brut t du gaz». «Après l xpropriation illégal d la part du gouvrnmnt argntin d Financs La prmièr banqu italinn dépass ls attnts UniCrdit, la prmièr banqu italinn, a nrgistré un progrssion d 12,8% d son bénéfic «Miux ajustr ls bonus ds cadrs d UBS» Conjonctur mond Axl Wbr. L nouvau présidnt du consil d administration d UBS vut tnir compt ds critiqus d crtains actionnairs nvrs la politiqu d rémunération du numéro un bancair hlvétiqu. L Allmand ntnd miux ajustr ls bonus ds plus hauts cadrs d la banqu. Lors d un conférnc à Londrs, Axl Wbr a indiqué judi avoir ntamé un dialogu ayant pour objctif d mttr n adéquation ls rémunérations ds managrs t ls bsoins ds actionnairs, d manièr à c qu cs drnirs puissnt ls considérr comm équitabls. «Dès l prmir jour, j ai ntamé un larg procssus Zon uro: inflation n hauss, croissanc n rcul Ls prévisionnists profssionnls intrrogés par la Banqu cntral uropénn (BCE) ont révisé à la hauss lurs prévisions d inflation t à la baiss lurs prévisions d croissanc pour 2012 t 2013 pour la zon uro, slon l rapport mnsul d la BCE publié judi. Ls anticipations d inflation sont d 2,3% pour 2012 t 1,8% pour Quant à l évolution du produit intériur brut, ls anticipations ont été rvus à la baiss d 0,1 point d pourcntag avc 0,2% prévu désormais n 2012 t +1% n (ATS) avc ls actionnairs t nos salariés.» L objctif consist à trouvr l équilibr ntr ls intérêts ds mployés t cux ds actionnairs. La smain passé, lors d l assmblé général, pas moins d 40% ds actionnairs ont rfusé l rapport sur ls rémunérations. ATS La production industrill n Itali a rbondi L Itali, ntré n récssion fin 2011, a nrgistré un rbond inattndu d sa production industrill n mars sur un mois, a annoncé judi l institut d statistiqus Istat. La production industrill italinn a progrssé d 0,5% n mars sur un mois après un rpli d 0,7% n févrir t un chut d 2,5% n janvir. Ls économists tablaint sur un baiss d 0,1%. (ATS) L déficit commrcial américain n progrssion L déficit commrcial ds EtatsUnis a fortmnt augmnté n mars, sous l fft d un rbond ds importations. En donnés corrigés ds variations saisonnièrs, il a grimpé à 51,8 milliards d dollars, contr 45,4 milliards n févrir, ntraîné à la hauss par un augmntation d 5% ds importations. En xcluant la Chin, l déficit commrcial a été plus stabl. (ATS) L chômag grc touch un jun sur dux L taux d chômag n Grèc a poursuivi sa hauss n févrir pour s établir à 21,7%, contr 21,3% n janvir. Ls juns, dont un sur dux n a pas d mploi, dmurnt ls plus touchés. L chômag chz ls juns non scolarisés d 15 à 24 ans a attint 53,8%, contr 50,8% n janvir 2012 t 40,3% n févrir 2012, a précisé judi l Autorité ds statistiqus grcqus (ASE). Ls fmms figurnt aussi parmi ls principals victims. Au total, la Grèc comptait d chômurs n févrir L nombr d chômurs a crû d 1,3% sur un mois t d 42,3% sur un an. (ATS) Toujours pas d amélioration Taux d chômag n Grèc, n % 21,7% janv fév SOURCE: HELLENIC STATISTICAL AUTHORITY Avis d rchrch Pas d rénovation d cuisin sans offr FUST! Cuisins d marqu avc un choix d 15 façads séduisants t facils d ntrtin, apparils ncastrabls d V-ZUG inclus: Sul au liu d 12 z Economis <wm>10casnsjy0mdqw1tuwmdu0mquazxyniw8aaaa=</wm> <wm>10cexkmq6aiaxg4rpr_c0uqr0jtmrbjscwzt5_0rg4voqb3hiuhk_alr2tzmboajstojs1orie-vyhiooyjlzxxwz7p8dag-bwacomn3n9qd5kav0xqaaaa==</wm> incl. apparils d marqu incl. montag incl. TAR Tous ls élèvs d 1r Primair d l Extrnat Catholiqu ds Glacis ds volés 1969 à 2012 d Madam Chantal Bffa-Fortunato sont conviés à vnir fêtr ss 44 ans d'nsignmnt t son départ à la rtrait à l écol d l Extrnat ds Glacis l vndrdi 22 juin 2012 d 17h à 19h Mrci d vous annoncr jusqu'au 10 juin 2012 n précisant votr nom - d jun fill, vos coordonnés t votr volé à l adrss mail suivant: ou au numéro d téléphon suivant : Cci parl n favur ds cuisins FUST Top consil compétnt Étud gratuit slon msurs Cuisins d Fr à Garanti qualité à vi Garanti prix bas FUST Montag par nos proprs mnuisirs Transformation avc nos proprs chfs d chantir 8. Propr srvic d réparation 9. Prolongation d garanti jusqu à 12 ans 10. Suprpoints Coop Garanti prix bas sans compromis! <wm>10casnsjy0mday0ju0mta0ngua_k-vbg8aaaa=</wm> <wm>10cb3mmq6emawewbcl2rvxes4lokmup_sa4ks-_1cgimln29wyxsu6_9avexbjnea1f22zdgrjkoowzalkb9wambh6bjqriswq9mkhmmj8ahqkmpwlt8j3edttq29gkaaaa=</wm> prssabo.ch Cuisins Salls d bains Rénovations Exclusivité FUST: cuisins d marqu calculés au plus srré! 40 xpositions d cuisins t salls d bain dans tout la Suiss: Binn, Fust Suprcntr, Rout d Solur 122, Conthy, Rt. Cantonal 2, Gnèv, Fust-Suprcntr la Praill, Gnèv, Fust/Torr, Cntr Balxrt, av. Louis-Csai 27, Marin, Marin-Cntr, ru Flur-d-Lys 26, Romanl-sur-Lausann, Fust Suprcntr, Romanl-Cntr, vis-à-vis Migros Chmin du Marais 8, Vvy, 11, ru du Simplon (x Schild), Villars-sur-Glân, Rt. D Moncor 2, Villnuv, Rout d Paquays, Yvrdon, Ru d la Plain 5, Autrs studios modèls tél ou sous Touts ls offrs d'abonnmnt d la prss suiss n un clic! Dux jours pour n pnsr qu à soi Wllnss à la montagn 2 nuits dans un chambr panorama 2 x bufft ptit déjunr 2 x dînr à 5 plats 1 massag partil (dos ou jambs) Saison A : / Saison B : <wm>10casnsjy0mdaw1tuwtrawmgqa7ifjjw8aaaa=</wm> par prsonn <wm>10cfxmoq4dmqyd4sdkzc5tfrgdox0ybovmyb3_mi9sqgtx598hlu1_hbfz-f-kalydbrdwco9ixpr2zaqcomg39jlkwl8cncaczlrgbiyw6ikwaak349rcb6aj_x-wuh5zmgaaaaa==</wm> n saison A par prsonn n saison B GOLFHOTEL Ls Hauts d Gstaad & SPA CH-3777 Saannmösr Tél * Fax *

19 Financ L Tmps Vndrdi 11 mai Fonds d placmnt, opinions d analysts, OPA du mois... Plus d infos sur SMI Clôtur: 5926,60 Prformanc sur 3 mois 3,33% Stoxx Europ 600 Clôtur: 251,10 Prformanc sur 3 mois 3,88% S&P 500 Prformanc sur 3 mois Topix (Tokyo) 18h00: 1358,24 +1,28% Prformanc sur 3 mois Clôtur: 765,42 1,75% 2, févrir mai 10 févrir 10 mai 10 févrir Taux d chang Etats-Unis Europ (Bund) Suiss (Conf.) 1,906% 1,539% 0,643% En francs 1,30 2 1,20 1,5 1,10 1 1,00 0,5 0, févrir 10 mai Obligations, taux à 10 ans Euro Dollar 1,2013 0,9270 0,80 10 mai 10 févrir 10 mai 10 févrir 10 mai SOURCE: BLOOMBERG Ls gérants d RF Partnrs croint au rtournmnt d Bobst > Gstion Ritr Fischr s fond sur la qualité du managmnt > Bobst s présnt à la foir d Düssldorf Un gros potntil? L action Bobst, n francs , mai mai 2012 SOURCE: BLOOMBERG Emmanul Garssus ZURICH Ritr Fischr Partnrs (RF), à Zurich, un société qui occup un crénau un pu à part dans ls fonds d placmnt, croit au futur d Bobst. Spécialisé uniqumnt dans ls valurs complémntairs suisss t uropénns, la sélction d actions d RF mt l accnt sur ls aspcts qualitatifs ds ntrpriss, t n prmir liu sur lur managmnt, a déclaré au Tmps Patrick Ritr, cofondatur t gérant. Bobst st un cas intérssant pour RF Partnrs, d autant qu l savoir ds gérants st axé sur l industri (hors biotch) t ls bins d consommation. L marché d l mballag st attractif, ls produits d prmièr qualité t ds innovations sont présntés ctt smain lors d la principal foir du sctur, Drupa 2012, à Düssldorf, slon l gérant. L managmnt a été rnouvlé. Jan-Pascal Bobst dirig l ntrpris dpuis mai 2009 t Attilio Tissi vint d prndr ls fonctions d dirctur financir d façon prmannt. L fonds a établi un position, t c st mêm cll qui a été la plus fortmnt rnforcé ctt anné. Patrick Ritr s montr nthousiast à l égard d c ladr du marché. «Bobst souffr d êtr fortmnt cntré sur la Suiss, mais c st aussi un chanc si l group sait répondr corrctmnt à c défi», slon l gérant. L action n st pas très fortmnt obsrvé par ls analysts. Patrick Ritr, alors chz Vontobl, avait créé l prmir fonds sur valurs complémntairs n Suiss n La stratégi initial était déjà basé sur l contact avc la dirction t la visit ds ntrpriss. L xprt, qui travaillait précédmmnt pour Vontobl, puis pour Darir Hntsch t InCntiv Asst Managmnt, a créé la société n 2004 avc Erich Fischr, égalmnt un ancin d Vontobl. Ls dux ont été rjoints par Norbrt Binr t Jürg Landrt. La stratégi d la société, qui gèr trois fonds sur ls valurs scondairs (suisss t uropén- krs. On rncontr ntr 20 t 30 fonds sur ls valurs complémntairs n Suiss. Crtains intègrnt ds blu chips. Ritr Fischr Partnrs s limit lui aux ptits valurs, plus xactmnt à l indic SPI réduit du SMI. Il s agit d 16% d la capitalisation du marché t d 196 ntrpriss. «L objctif st d découvrir ls titrs du SMI du futur», slon Patrick Ritr. Dans lur analys, ls gérants vulnt d abord connaîtr l miux possibl l managmnt, évalur son passé, la formulation t la clarté d sa stratégi t bin sûr sa mis n œuvr ainsi qu sa politiqu d communication. Un xmpl favorabl? OC Orlikon, auprès d laqull l fonds a invsti dpuis la fin d 2010, après avoir discuté avc l nouvau dirctur financir, un ancin d Ciba, puis l nouvau dirctur général. Ls marchés t produits, ainsi qu la situation financièr t comptabl, étaint bin connus, mais la confianc avc l managmnt a été la clé d l ngagmnt. Pour l instant, ls principals positions du fonds RFP Small & Mid Caps Switzrland (67 millions sous gstion) sont Gbrit, Cicor, Sonova, Sika t Kühn & Nagl. Sur trois ans, la surprformanc du fonds st d 11,8%. Ls principals positions du fonds sont actullmnt Gbrit, Cicor, Sonova, Sika t Kühn & Nagl ns), port sur la gstion institutionnll pour caisss d pnsion t gérants d fortun indépndants. L sgmnt ds ptits valurs st un crénau souvnt délaissé ds banqus, c qui cré ds infficincs sur l marché. Par aillurs l volum d affairs ds ptits valurs st souvnt modst t limit l intérêt ds analysts t bro- La bours suiss L titr vdtt UBS +3,44% En francs 11,5 11,3 11,1 9h00 17h30 SOURCE: BLOOMBERG Gauch t droit s opposnt sur l opportunité d supprimr l droit d timbr sur l capital propr. Alors qu l UDC attndait ctt décision dpuis longtmps, l PS pns au contrair qu on mt la charru avant ls bœufs. Ls autrs partis, l économi t ls cantons approuvnt. L démantèlmnt d ct im- pôt, qui rpos sur quatr pilirs, a déjà commncé dans l cadr du débat parlmntair sur ls sociétés trop grands pour fair faillit («too big to fail»). L droit d timbr sur l capital étrangr sra supprimé dès En voulant désormais abrogr clui sur l capital propr, l parlmnt donn n parti suit à un initiativ du PLR visant à abolir tous ls droits d timbr, y compris clui sur ls prstations ds assurancs t ds banqus. Son projt prmt d évitr un discrimination fiscal du capital propr par rapport aux fonds étrangrs, s félicitnt la plupart ds participants à la procédur d consultation qui s st achvé judi. L droit d timbr st dû n cas d création ou d augmntation du capital d un société, à partir d 1 million d francs. L abolition d c droit d timbr vis avant tout à rnforcr l attrait d la plac économiqu suiss n supprimant un lacun concurrntill. Avc, pour conséqunc attndu, la croissanc. ATS La bours suiss a démarré la séanc d judi n légèr hauss d 0,2% à 5950 points, s détachant ds indications préalabls négativs n provnanc d Asi. Ls marchés asiatiqus ont n fft souffrt ds donnés chinoiss sur l commrc xtériur. Par aillurs, la qustion grcqu continu d inquiétr ls marchés financirs. L fait qu l FESF ait décidé d accordr un nouvll tranch d aid à la Grèc a cpndant qulqu pu détndu l atmosphèr. L Espagn a égalmnt psé sur la tndanc. La nécssité d accélérr la rstructuration d son sctur bancair prss. Ls statistiqus américains ont laissé ls marchés d marbr. Ls nouvlls inscriptions au chômag ont baissé pour la duxièm smain d affilé. L déficit commrcial a affiché un fort hauss n mars, sous l fft d un rbond ds importations. L SMI a clôturé n légr rpli d 0,16% à 5926 points t l SPI d 0,08% à 5546 points. Ls bancairs UBS (+3,4% à 11,43 francs), Julius Bar (+1,8% à 33,56 francs) t Crdit Suiss (+2,9% à 19,88 francs) ont été très rchrchés. Crdit Suiss avait passablmnt souffrt mrcrdi, journé hors dividnd. Malgré la publication d résultats trimstrils supériurs aux attnts, Zurich Insuranc ( 2,4% à 212,60 francs) a rjoint l camp ds prdants. L quasi-doublmnt du bénéfic nt n a pas surpris. En rvanch, ls analysts ont été particulièrmnt déçus par la baiss du résultat opérationnl d l assuranc vi t du quotint SST à 185% fin Ls prts nrgistrés par ls poids lourds défnsifs ont été moindrs. Roch ( 0,45% à 156,30 francs) a pénalisé l marché, après avoir amplifié sa glissad n cours d matiné, insnsibl à un rcommandation ds autorités sanitairs britanniqus pour l Tarcva. Il s agit d un médicamnt pour l traitmnt d un form spécifiqu du cancr du poumon, qui a généré 1,25 milliard d francs n Novartis ( 0,55% à 49,15 francs) t Nstlé ( 0,4% à 54,70 francs) ont égalmnt affiché d légrs rplis. BCGE, Sall ds marchés Nw York Rassuré par l mploi Europ Bonn fin d journé L droit d timbr prd ncor d sa légitimité > Fiscalité L parlmnt propos l abrogation du droit d timbr sur l capital propr Rbond ds bancairs La bours d Nw York évoluait n hauss judi, réagissant avc optimism à un indicatur prçu comm ncouragant pour l marché d l mploi aux Etats-Unis, alors qu ls craints uropénns s apaisaint qulqu pu: l Dow Jons gagnait 0,57% t l Nasdaq 0,05%. AFP Tout a commncé dans la mêm vin qu l rst d la smain, on baissait, du moins fut-c l cas durant tout la matiné. Il faut dir qu l flot d nouvlls n avait pas d quoi séduir l moindr invstissur. La Grèc s chrchait toujours un gouvrnmnt t ls chiffrs ds xportations t ds importations chinoiss faisaint pin à voir. Hurusmnt, l «bailout» tant attndu pour évitr l défaut grc arrivait sous la form d 4,2 milliards d la part d l UE t rdonnait à l nsmbl ds placs financièrs un bon bol d oxygèn. Bordir & Ci, Banquirs privés <wm>10casnsjy0mdax1tu0szczmauariufjg8aaaa=</wm> <wm>10cfwmoq5cqqwev6ixbxvba6gkz70gcl6gopl_byddjnhkds6zopdjtwx70umbsnjgsl2cbc5yih0wpegtqugkynl 5AoRPoLcj-O5sDTEXrs7wVtuF3m9wvJ-vD4aaXkiAAAAA</wm> BIG BANG GOLD CERAMIC BOUTIQUE GENEVE 78 ru du Rhôn / 3 ru Céard

20 FONDS DE PLACEMENT BBVA Durbana Rnta Var.Gbl BBVA Durbana Rnta Var.Gbl Rnta Fija Corto Plazo Rnta Fija Corto Plazo Abrdn Global Srvics S.A. Tél. (352) Fax (352) Abrdn Global Amrican Equity A2 As Loc Ccy Shrt Dur. Bd A2 Asia Pacific Equity A2 Asian Prop Shar A-2 Asian Smallr Compagnis A2 Australasian Equity A2 Chins Equity A2 East Euro Equity A2 Em Mark Infr Eqty Fd - A2 Em Mkts Sml Cos A2 Emrg Markt Corp Bond A2 Emrg Markt Loc Ccy Bd A2 Emrging Markts Equity A2 Ethical World Equity Fund A2 Euro Equity (x UK) A2 Europ Eqty Inc Fd - A2 Europan Equity A2 India Equity A2 Japans Equity A2 Japans Sm Co s A2 Latam A2 Rsponsibl World Equity A2 Russian A2 Slct Em Mark Bd Fd - A2 Slct Eur HY Bd Fd- A2 Slct Glob Crd Bd Fd - D1 Slct HY Bd Fd - D1 Slct Strl Fin Bd Fd - A2 Tchno Eqty Fd - A2 UK Equity A2 Wld Rs Eqty Fd- A2 World Equity A2 World Equity Incom Fund A1 Abrdn Global II Asia Pac MA Fd - A2 Asian Bd Fd - A2 Australian Bond A2 Canadian Bond A2 Em Europ Bd Fd - A2 Eur HY Bd Fd - A2 Eur Shrt Trm Bd Fd - A2 Euro Govrnmnt Bond A2 Europ Conv Bd Fd - A2 Glbal Gov Bd Fd - D1 Short Trm Bond A2 Strl Bd Fd - A2 Strl Gov Bd Fd - D1 Bond A2 Shrt Trm Bd Fd - A1 AUD -/ -/ -/ JPY JPY -/ GBP GBP GBP GBP -/- -/ -/AUD -/CAD -/ -/ -/ -/ -/ -/GBP -/ -/GBP -/GBP -/ -/ -/- Abrdn Liquidity Fund (Lux) Liquidity Fund (Lux) CAD CAD -/ -/Liquidity Fund (Lux) GBP -/Liquidity Fund (Lux) GBP -/Liquidity Fund (Lux) ABS Invstmnt Managmnt LLC Dirction ds Fonds: PvB Prnt von Ballmoos AG Tél , Invstissmnts altrnatifs PvB Andant - Europ K () PvB Andant - G7 K () PvB Andant - G7 K () PvB Andant - G7 K () PvB Andant - X-G7 K () PvB Andant - X-G7 K () PvB Andant - X-G7 K () bf bf bf bf bf bf bf /2 2/2 Oppnhim Pharma/wHalth Banqu Bonhôt & Ci SA Tél B. Altr. Multi-Arbitrag () B. Altr. Multi-Arbitrag () B. Altr. Multi-Arbitrag () B. Altr. Multi-Prformanc () B. Altr. Multi-Prformanc () B. Altr. Multi-Prformanc () B. Sl. - BRIC Multi-Fonds () B. Sl. - Oblig HR Multi-Fds () B. Stratgis - Mond () B. Stratgis - Obligations () Bonhôt-Immobilir () b b b b b b a a 2/2 a a 2/ Banqu Cantonal d Gnèv Tél Asia Pacific Prformanc -AAsia Pacific Prformanc -BAsia Pacific Prformanc -CAsia Pacific Prformanc -DLa Foncièr 2/ Banqu Cantonal d Gnèv Tél Fonds n obligations BCGE Synchrony Finst of LPP Bonds A BCGE Synchrony Swiss Govt Bonds f 4/3 4/3 f 4/3 f 4/3 4/3 f f f f Banqu CIC (Suiss) SA Tél Fonds n obligations CIC CH Fund - Bond B CIC CH Fund - Bond I CIC CH Fund - Bond Europ B Fonds n actions CIC CH Fund - Action Swiss B Activ Nich Funds S.A. Tél Bank Sal. Oppnhim jr. & Ci. (Suiss) SA Tél , Fonds n actions BCGE Synch. Small & Mid Caps CH A BCGE Synchrony All Caps CH A BCGE Synchrony Emrging Equity A BCGE Synchrony Europ Equity A BCGE Synchrony Swiss Equity 0.0 BCGE Synchrony US Equity A BCGE Rainbow Balancd () BCGE Rainbow Balancd () BCGE Rainbow Dfnsiv () BCGE Rainbow Dynamic () BCGE Rainbow Dynamic () BCGE Rainbow World Equity () BCGE Synchrony Finst of LPP 25 A BCGE Synchrony Finst of LPP 40 A BCGE Synchrony Finst of LPP 40 SRI A /2 2/2 CIC CH Fund - Stratgy Global () B CIC CH Fund - Stratgy Global () B Rprésntant pour la Suiss: Carngi Funds Srvics S.A. Tél Autrs fonds CIC CH Fund - Bond Convrt B Fonds n actions CIC CH Fund - Bond Convrt C Luxmb. Sl. Fd-Activ Solar Luxmb. Sl. Fd-Activ Solar Banqu d Dépôts t d Gstion Luxmb. Sl. Fd-Activ Solar Tél. +41(0) Adamant Biomdical Invstmnts AG Tél Fonds n obligations BDG Bonds Opportunitis () Fonds n actions Adamant Global Gnrika A Adamant Global Mdtch A Adamant Halthcar Trnds A 5/5 5/5 5/ Fonds n actions 3.4 BDG Swiss Stocks BDG Balancd () Algra Capital Ltd. 2/3 bf 2/3 bfx AS Invstmnt Managmnt Tél AS Equitis - Flx Switzrland AS Equitis - Opp Switzrland 2/2 a 2/2 a Fonds n actions Win Fund Equity-Indx CH 4/3 4/ Balois Fund Invst Tél Fax Fonds n obligations BFI EuroBond () R BFI Swissfranc Bond () R Fonds n actions BFI Equity Fund () R BFI EuroStock () R BFI IntrStock () R BFI SwissStock () R BFI Activ () R BFI Activ () R BFI Capital Protct () R BFI Capital Protct () R BFI Capital Protct Plus () R BFI Dynamic () R BFI Dynamic () R BFI Progrss () R BFI Progrss () R 2/ Rprésntant n Suiss: Banqu Privé Edmond d Rothschild SA, Gnèv, Tél /2 2/2 2/2 2/2 2/2 2/2 2/ JPY a JPY a JPY a EDR Ral Estat SICAV - Swiss - A 2/ Banqu Privé Edmond d Rothschild SA Gnèv Edmond d Rothschild Prifund Tél Banco Bilbao Vizcaya Argntaria S.A. BBVA Durbana Dinamico A BBVA Durbana Dinamico A BBVA Durbana Latam Fixd IncA BBVA Durbana Multstr 80/20 BBVA Durbana Multstr 80/20 BBVA Durbana Rnta O BBVA Durbana Rnta Plus BBVA Durbana Rnta Plus BBVA Durbana Rnta 3/ Fonds n actions PRIFUND - ASIAN EQUITIES - A PRIFUND - OPEAN EQUITIES - A PRIFUND - OPEAN EQUITIES - B JPY PRIFUND - JAPAN EQUITIES - A PRIFUND - JAPAN EQUITIES - A PRIFUND - JAPAN EQUITIES - B JPY PRIFUND - NATURAL RESOURCES - A PRIFUND - NATURAL RESOURCES - B PRIFUND - SWISS EQUITIES - A PRIFUND - SWISS EQUITIES - B PRIFUND - USA EQUITIES - A PRIFUND - USA EQUITIES - B PRIFUND Alpha EMERG. MARK. - A PRIFUND Alpha EMERG. MARK. - A PRIFUND Alpha EMERG. MARK. - B PRIFUND Alpha EMERG. MARK. - B PRIFUND - QUAM MULTIMGR A PRIFUND - QUAM MULTIMGR A PRIFUND - QUAM MULTIMGR A PRIFUND - QUAM MULTIMGR B PRIFUND - QUAM MULTIMGR B PRIFUND - QUAM MULTIMGR B PRIFUND - QUAM MULTIMGR A PRIFUND - QUAM MULTIMGR A PRIFUND - QUAM MULTIMGR A PRIFUND - QUAM MULTIMGR B PRIFUND - QUAM MULTIMGR B PRIFUND - QUAM MULTIMGR. 5 - A PRIFUND - QUAM MULTIMGR. 5 - A PRIFUND - QUAM MULTIMGR. 5 - A PRIFUND - STRATEGY ($) - A PRIFUND - STRATEGY ($) - B PRIFUND - STRATEGY () - A PRIFUND - STRATEGY () - B PRIFUND - STRATEGY () - A PRIFUND - STRATEGY () - B a a a a BO Fund II - Obligst 1/1 0.4 BO Fund II - Obligst 1/ Braun, von Wyss & Müllr AG Tél Fax Fonds n actions 3/3 6.0 Classic Global Equity Fund 3/3 7.0 Classic Valu Equity Fund BSI SA 7.5 Tél Fax BCV Clustr Equity Opp. () -ABCV DYNAGEST World Expoquity REP BCV DYNAGEST World Expoquity REP 1.4 BCV Euromac A BCV Europ Equity -A BCV Gobal Emrging A BCV Indiac A JPY BCV Japac -ABCV Latinac A BCV Sapac A BCV Swiss Equity -A9.8 BCV Systm.World x US&WE Eq. -A- 9.8 BCV Systmatic Europ Equity -A9.8 BCV Systmatic Swiss Equiity -A 12.4 BCV Systmatic US Equity -A BCV US Equity -A- a a 1/1 bfx 1/1 bfx 1/1 bfx 1/1 bfx 1/1 bfx 1/1 bfx Fonds n actions BGF Europan A BGF WdMining A 2.1 CSA Mixta-BVG Indx CSA Mixta-BVG Indx 35 CSA Mixta-BVG Indx 45 CSA Mixta-BVG Maxi Fonds n actions Am. Eq at Work C Cap As. Eq at Work C Cap Bst Equitis C Cont. Eq at Work C Cap Cont. Eur Eq at Work C Cap Dividnds at Work C Europ. Eq at Work C Cap Fonds n instrumnts du marché monétair PRIFUND - MM $ - A 1/ BGF GlobAll A HDG PRIFUND - MM - A 1/ / PRIFUND - MM - A Bordir & Ci Fonds n obligations Tél PRIFUND - BOND ($) - A Fax PRIFUND - BOND ($) - B PRIFUND - BOND () - A PRIFUND - BOND () - B Autrs fonds PRIFUND - BOND () - A BO Fund II - Europ PRIFUND - BOND () - B BO Fund II - Gbl Balancd PRIFUND - BOND (GBP) - A GBP BO Fund II - Global Emrging GBP BO Fund II - Hlvticus PRIFUND - BOND (GBP) - B PRIFUND - RETURN PLUS ($) - A BO Fund II - Obligst bfx bfx bfx bfx bfx bfx /2 2/2 a 2/2 a 2/2 a 2/2 a 2/2 a Fonds immobilirs Patrimonium Bal. Fd. D Patrimonium Df. Fd. C Patrimonium Dyn. Fd. D /1 a 4/ /1 a /1 a 4/1 a CATAM Asst Managmnt AG Fondslitung: Schwizrisch Gsllschaft für Kapitalanlagn SGK AG Fonds n obligations Cat Asia Convrt Cat Nippon Convrt CS Triamant Balancd () CS Triamant Balancd () CS Triamant Incom Orintd () CS Triamant Incom Orintd () CS Triamant Cap.Gains Orint.() CS Triamant Cap.Gains Orint.() CREDIT SUISSE ANLAGESTIFTUNG / EIC Partnrs AG Tél Fax Fonds n actions EIC Enrgy Utility Fund A () EIC Enrgy Utility Fund A () EIC Enrgy Utility Fund I () EIC Enrgy Utility Fund I () EIC Rnwabl Enrgy Fund A EIC Rnwabl Enrgy Fund I CSF (Lux) Fixd Inc Cycl Invst B CSF (Lux) RR Enginrd (Euro) B CSF (Lux) RR Enginrd (Sfr) B CSF (Lux) RR Enginrd (US$) B Fonds n actions CS EF (CH) S&M C Switzrland CS EF (CH) Swiss Blu Chips CS EF (CH) Swissac B CS EF (Lux) Brazil B CS EF (Lux) GL Scurity B CS EF (Lux) Gl Valu B CS EF (Lux) S & MC Europ B CS EF (Lux) Sm MC Grmany B CS EF (Lux) Sm MC Grmany F CS EF (Lux) USA Valu B CS ETF (CH) SLI CS ETF (CH) SMI CS ETF (CH) SMIM CS ETF (Lux) MSCI EMMA CS ETF (Lux) MSCI EMU Larg Cap CS ETF (Lux) MSCI EMU Mid Cap CS Slct Fd (CH) Swiss Eq130/30 A CS SICAV On (Lux) Eq Asian Dragon B CS SICAV On (Lux) Eq Eurozon B CS SICAV On (Lux) Eq Gl EM Prop B CS SICAV On (Lux) Eq Gl Emg Mrkts B CS SICAV On (Lux) Eq Japan B JPY CS SICAV On (Lux) Eur Eq D Plus B CS SICAV On (Lux) Gl Eq Dv Pl B CS Solutions (Lux) Mgatrnds B CSF (Lux) Gl Rsponsibl Eq B Adagio (Lux) - Fstvrzinslich - B Allgro (Lux) - Wachstum - B Vivac (Lux) - Ausgwogn - B 2.5 3/3 a Gbl Mkts Fd I C Cap Clintis Bankn Tél Fax a Crdit Suiss Crdit Suiss Funds AG CapitalatWork Foyr Umbrlla Fund Rprésntant n Suiss: RBC Dxia Invstor Srvics Bank S.A., Esch-sur-Alztt, succursal d Zurich Fonds n instrumnts du marché monétair Cash + at Work C Cap Fonds n obligations Corp. Bd at Work C Cap Gov. Bd at Work C Cap Infl. at Work C Cap BlackRock Asst Managmnt Schwiz AG 3.1 Tél Fonds n obligations BGF Euro ShortDur A Fonds n instrumnts du marché monétair CSF (Lux) Mony Markt B CSF (Lux) Mony Markt Sfr B Ethos CSF (Lux) Mony Markt B Tél. 022/ Fonds n obligations Fax 022/ CS BF (CH) Convrt Intl A CS BF (CH) Dynamic Intl Fonds n instrumnts du marché monétair CS BF (CH) Dynamic Sfr Fonds n obligations CS BF (CH) Govt Bond B BSI-Multinvst - Cash A Bonds CS BF (Lux) High Yd US$ B BSI-Multinvst - Cash A Bonds Intrnational CS BF (Lux) High Yd US$ DP BSI-Multinvst - Cash A CS BF (Lux) IL (Euro) B Fonds n actions Fonds n obligations Equitis CH Indx. C.G. CS BF (Lux) IL (Sfr) B BSI-Multibond Equitis CH Mid & Small CS BF (Lux) IL (US$) B BSI-Multibond A CS BF (Lux) Sfr B Equitis Eur x CH Indx C.G. BSI-Multibond Global Dynamic A Equitis Europ x CH CS BF (Lux) Sh-Trm Sfr B BSI-Multibond A CS BF (Lux) TOPS (Euro) B Equitis North Amrica BSI-Multinvst-GlD Bds ( hd.) A Equitis North Amrica (RPF) CS BF (Lux) TOPS (Sfr) B BSI-Multinvst-GlD Bds ( hd.) A CS BF (Lux) TOPS (US$) B Equitis Pacific BSI-Multinvst-GlD Bds A Equitis World x CH (RPF) CS Prmium (CH) Bond (Euro) BSI-Multinvst-LT Bonds A CS Prmium (CH) Bond (Sfr) Pictt-Ethos(CH)Sw SustEq -E BSI-Multinvst-LT Bonds A CS Prmium (CH) Bond (US$) BSI-Multinvst-LT Bonds A CS SICAV On (Lux) Gl Convrt B BSI-Multinvst-ST Bonds A Falcon Privat Bank Ltd. CSF (Lux) Bond Mdium Mat B 108 BSI-Multinvst-ST Bonds A Tél CSF (Lux) Bond Short Maturity B BSI-Multinvst-ST Bonds A CSF (Lux) Bond B Fonds n actions BSI-Multiuropa A BSI-Multihlvtia A BSI-Multinippon A JPY BSI-Multinvst - Global Thms A BSI-Multinvst-Asian Stocks A BSI-Multinvst-Asian Stocks A Fonds immobilirs BSI-Multinvst-Asian Stocks A PRIFUND Alpha PROP. SECURIT - A bf 83 BSI-Multinvst-Swiss Stocks A PRIFUND Alpha PROP. SECURIT - A bf BSI-Multinvst-Swiss Stocks I BSI-Multinvst-US Stocks A PRIFUND Alpha PROP. SECURIT - A bf PRIFUND Alpha PROP. SECURIT - B bf PRIFUND Alpha PROP. SECURIT - B bf BSI LIFE INVEST - 40 A PRIFUND Alpha PROP. SECURIT - B bf BSI-Multinvst - Altrnativ UCITS A Invstissmnts altrnatifs BSI-Multinvst-Strat.Bal. () A PRIFUND Alpha DIVERSIFIED - A bf BSI-Multinvst-Strat.Bal. () A PRIFUND Alpha DIVERSIFIED - A bf BSI-Multinvst-Strat.Inc. () A PRIFUND Alpha DIVERSIFIED - A bf BSI-Multinvst-Strat.Inc. () A PRIFUND Alpha DIVERSIFIED - B bf PRIFUND Alpha DIVERSIFIED - B bf Invstissmnts altrnatifs bf BSI MMF-Yd Enhanc. ( hdgd) -A- PRIFUND Alpha DIVERSIFIED - B PRIFUND Alpha OPA - A bf BSI MMF-Yd Enhanc. ( hdgd) -A- PRIFUND Alpha OPA - A bf BSI MMF-Yd Enhanc. () -A PRIFUND Alpha OPA - A bf BSI-MM Dirct. Fd ( hdgd) A PRIFUND Alpha OPA - B bf BSI-MM Dirct. Fd ( hdgd) A bf BSI-MM Dirct. Fd () A PRIFUND Alpha OPA - B PRIFUND Alpha TRADERS - A bf bf Autrs fonds PRIFUND Alpha TRADERS - A bf BSI-Multinv.-AbsDaily ( hdg.) A PRIFUND Alpha TRADERS - B PRIFUND Alpha TRADERS - B bf BSI-Multinv.-AbsDaily ( hdg.) A GBP 4/2 bf BSI-Multinv.-AbsDaily A PRIFUND Alpha UNCORR. - G PRIFUND Alpha UNCORR. ($) - A bf bf PRIFUND Alpha UNCORR. ($) - B PRIFUND Alpha UNCORR. () - G bf CACEIS (Switzrland) SA PRIFUND Alpha UNCORR. () - A 4/2 bf Tél PRIFUND Alpha UNCORR. () - B 4/2 bf /2 bf PRIFUND Alpha VOLATILITY - A 4/2 bf PRIFUND Alpha VOLATILITY - A PRIFUND Alpha VOLATILITY - B 4/2 bf BAC Min.Rg.Mngd Vol-South Afric BBGI - Equitis Sw. Bhavior. 4/2 bf PRIFUND Alpha VOLATILITY - B BBGI Commoditis () A BBGI Islamic Shar Enrgy () BBGI Shar Clan Enrgy () BCV BBGI Shar Gold () Gérifonds BBGI Swiss Physical Gold Cl BBGI Swiss Physical Gold Cl hd BBGI Swiss Physical Gold Cl Fonds n instrumnts du marché monétair BBGI Swiss Physical Gold Cl hd BBGI Swiss Physical Gold Cl BCV Forx Alpha () BBGI Tactical Switzrland A Fonds n obligations BBGI Tactical World A BCV Forign Bonds -A 3/ BPES-DYNAFLEX () ClassA BPES-DYNAFLEX () ClassA BCV DYNAGEST Corp Bd Expo () -A- a BCV DYNAGEST Intl Bd Expo () -A- a BPES-DYNAFLEX Emrging () Cl. A DM Swiss Equity Asymmtric A BCV DYNAGEST World Expobond () a 3/ DM Swiss Equity Asymmtric Q BCV Intrnational Bonds () -A 3/ Swissquot Quant FD Eq -A- BCV Swiss Franc Bonds -ASwissquot Quant FD Eq -A- Fonds n actions Swissquot Quant Swiss Equitis BCV Chinac A Swissquot Quant US Eq -A BCV Clustr Equity Alpha () -A Swissquot Quant US Eq -A BCV Clustr Equity Alpha () -A JPY a GBP a BCV Actif Défnsif () a BCV Actif Offnsif () BCV Actif Offnsif () BCV Actif Sécurité () 4/ BCV Classical () BCV Classical () BCV Mixd () Banqu Pasch CM-CIC Privat Banking BCV Mixd () Tél BCV Slct () BCV Slct () BCV Stratégi Actions Mond BCV Stratégi Dynamiqu Rprésntant pour la Suiss: BCV Stratégi Equipondéré 1741 Asst Managmnt AG BCV Stratégi Obligation 9001 St. Galln BCV Stratégi Rvnu Fonds n actions Elit Strat.Glob. EmMa FoF 2/3 f Invstissmnts altrnatifs 2/3 f BCV Dfnsiv Fund () A Elit Stratgic Asia FoF Elit Stratgic Europ FoF 2/3 f BCV Dfnsiv Fund () A 2/3 f BCV Dfnsiv Fund () A Elit Stratgic Latin Amrica FoF Elit Stratgic North Amrica FoF 2/3 f BCV Dirctional Fund () A BCV Dirctional Fund () A Elit Swiss Eq Fd Entrprnurial BCV Dirctional Fund () A Elit Stratgic Balancd FoF 2/3 f Autrs fonds 2/3 f BCV DIAPASON Commodity () A Elit Stratgic Growth FoF 2/3 f BCV DIAPASON Commodity () A Elit Stratgic Incom FoF BCV DIAPASON Commodity () A BCV DIAPASON Syst Alpha () A Edmond d Rothschild Ral Estat SICAV BCV DIAPASON Syst Alpha () A Tél , BCV DIAPASON Syst Alpha () A Nippon Growth (UCITS) Fd A 7.0 Nippon Growth (UCITS) Fd B acc Nippon Growth (UCITS) Fd C dist 7.0 Nippon Growth Fund Stratgic China Panda Fund Stratgic China Panda Fund Stratgic China Panda Fund Stratgic Emrging Europ Fund Stratgic Emrging Europ Fund Stratgic Euro Bond Fund acc 5.2 Stratgic Euro Bond Fund dist 2.7 Stratgic Europ Valu Fund AXA-Wintrthur Tél Fonds n obligations Win Fund Bond-Indx CH 3/ Banqu Baring Brothrs Sturdza SA Tél Dirction ds Fonds: PvB Prnt von Ballmoos AG Tél , Autrs fonds Asst-Backd Scuritis Fund A Asst-Backd Scuritis Fund S 3/2 PRIFUND - RETURN PLUS () - A PRIFUND - RETURN PLUS () - B PRIFUND - RETURN PLUS () - A PRIFUND - RETURN PLUS () - B Fournis par: Swiss Fund Data AG n collaboration avc Rolotc SA t SIX Financial Information SA Ordr ds informations d fonds: Nom du fonds, monnai comptabl du fonds, Conditions d émission / rachat, Particularités, Valur d invntair (valurs du judi, , indication ds fluctuations d cours voir particularités), Prformanc 2012 n % Autrs fonds CSA Mixta-BVG CSA Mixta-BVG Basic CSA Mixta-BVG Dfnsiv 3/3 3/3 3/ CS PF (CH) Privilg CS PF (Lux) Balancd (Euro) B CS PF (Lux) Balancd (Sfr) B CS PF (Lux) Balancd (Sfr) I CS PF (Lux) Growth (Euro) B CS PF (Lux) Growth (Sfr) B CS PF (Lux) Incom (Euro) B CS PF (Lux) Incom (Sfr) B CS PF (Lux) Incom (Sfr) I CS PF (Lux) Incom (US$) B CS SICAV On (Lux) Challngr (Euro) B CS SICAV On (Lux) Challngr (Sfr) B CS SICAV On (Lux) Dfndr (Euro) B CS SICAV On (Lux) Dfndr (Sfr) B CS SICAV On (Lux) IdxSl Bal () B CS SICAV On (Lux) IdxSl Bal () B CS SICAV On (Lux) IdxSl CG () B CS SICAV On (Lux) IdxSl CG () B CS SICAV On (Lux) IdxSl Inc () B CS SICAV On (Lux) IdxSl Inc () B CSF (Lux) TR Gl BRIC (Euro) B Fonds immobilirs CS 1a Immo PK CS REF Global CS REF Grn Proprty CS REF Hospitality CS REF Intrnational CS REF Intrswiss CS REF LivingPlus CS REF ProprtyPlus CS REF Siat 3/3 3/3 3/3 3/3 3/3 3/3 5/5 5/5 5/5 5/5 5/5 5/5 5/5 5/5 Invstissmnts altrnatifs CS Commodity Fund Plus (CH) Sfr B CS SICAV On (L) SM Cap Alpha L/S B CS Sol. (Lux) DJ CS AllHdg Indx B CS Sol. (Lux) Prima Multi-Strat B Autrs fonds CS ETF (CH) SBIDG 1-3 CS ETF (CH) SBIDG 3-7 CS ETF (CH) SBIDG 7-15 af a /3 3/3 3/3 3/3 3/3 3/3 3/3 3/3 3/3 3/3 2/2 4.9 Fonds n obligations 3.4 Falcon Bond Fund A 1.7 Falcon Bond Fund A 0.6 Fonds n actions Falcon CH Sm&Mid Cap Eq I 8.2 Falcon CH Sm&Mid Cap Eq T 3.3 Falcon Europan Equity Fund A 2.7 Falcon Gold Equity Fund A 0.1 Falcon Gold Equity Fund Asia A 13.5 Falcon Gold Equity Fund H 3.0 Falcon Gold Equity Fund I Asia 9.0 Falcon Swiss Equity Fund A Falcon Bst Slct - Mixd () 4.7 Falcon Global Portfolio Fund A 5.3 Invstissmnts altrnatifs 7.0 Falcon Cat Bond Fund A 0.1 Falcon Cat Bond Fund I Falcon Cat Bond Fund A Falcon Cat Bond Fund A Fidlity Funds II SICAV 7.3 Tél /3 4/1 4/1 b b b b Rprésntant pour la Suiss: 4.6 BNP Paribas Scuritis Srvics, Paris, 5.6 succursal d Zurich 3.2 Fonds n instrumnts du marché monétair Fidlity Funds II AUD Ccy Fd A AUD AUD Fidlity Funds II Euro Ccy Fd A Fidlity Funds II GBP Ccy Fd A GBP GBP Fidlity Funds II Ccy Fd A Fidlity Funds SICAV 3.3 Tél Rprésntant pour la Suiss: 2.5 BNP Paribas Scuritis Srvics, Paris, 2.8 succursal d Zurich Fonds n obligations 1.2 Fid Fds China RMB Bond Fd A-ACC CNY Fid Fds EmMkts Infl-linkd Bd A-ACC Fid Fds EmMkts Infl-linkd Bd Y-ACC Fidlity Fds Int Bd Fd A Acc Euro Fidlity Fds Int Bd Fd A Acc Fidlity Fds Int Bd Fd A Fidlity Fds Bond Fd A Acc Fidlity Fds Bond Fd A Fidlity Funds Asian Bd Fd A-ACC Fidlity Funds Asian Bd Fd Y-ACC- 5.8 Fidlity Funds Asian Hh Yld Fd A Acc Fidlity Funds Asian Hh Yld Fd A Acc Fidlity Funds Eur H Y Fd A Acc Fidlity Funds Eur H Y Fd A Fidlity Funds Eur H Y Fd A- (h) Fidlity Funds Euro Bd Fd A Acc Fidlity Funds Euro Bd Fd A Fidlity Funds Strlg Bd Fd A Acc GBP GBP Fidlity Funds Strlg Bd Fd A GBP GBP Fidlity Funds Targ 2035(Eur) Fd A Fidlity Funds Targ 2035(Eur) Fd A Acc Fidlity Funds Targ 2040(Eur) Fd A Fidlity Funds Targ 2040(Eur) Fd A Acc Fidlity Funds US Hh Yld Fd A Acc Fidlity Funds US Hh Yld Fd A Fonds n actions FF Eur Dyn Gth Fd A Acc FF Eur Dyn Gth Fd A 3/ Fid Fds Asian SmallrCo A-ACC- Fid Fds Asian SmallrCo A-ACC-HKD HKD Fid Fds Asian SmallrCo A-ACC- d Pury Pictt Turrttini S.A. Fid Fds Asian SmallrCo A- Tél Fid Fds Asian SmallrCo A- Fid Fds Asian SmallrCo Y-ACC- Rprésntant pour la Suiss: Fid Fds Europ Dyn Valu Fd A-ACC Pictt Funds S.A. Fid Fds Europ Dyn Valu Fd Y-ACC 60, rout ds Acacias, 1211 Gnèv 73 Fidlity Fds Eurp Sp Sits Fd A Fidlity Fds Eurp Sp Sits Fd A Acc Fonds n actions Fidlity Fds Sth E Asia Fd A Acc Guilé Emrg Markts Engagmnt Fd A a Fidlity Fds Sth E Asia Fd A Acc Guilé Emrg Markts Engagmnt Fd B a Fidlity Fds Sth E Asia Fd A Guilé Europan Engagmnt Fd A Fidlity Fds Sth E Asia Fd A Guilé Europan Engagmnt Fd B Fidlity Funds Am Div Fd A Acc Fidlity Funds Am Div Fd A Fidlity Funds Am Gth Fd A Acc Dlman SA Fidlity Funds Am Gth Fd A Acc Tél Fidlity Funds Am Gth Fd A Acc Fax Fidlity Funds Am Gth Fd A Fidlity Funds Amrica Fd A Acc Fidlity Funds Amrica Fd A Acc Fonds n actions African Enrgy Rsourcs Fund 1/1 b Fidlity Funds Amrica Fd A Fidlity Funds Amrica Fd Y Acc Fidlity Funds Asan Fd A Acc Dutsch Bank (Schwiz) AG Fidlity Funds Asan Fd A Fidlity Funds Asia Aggr Fd A Tél Fidlity Funds Asia Aggr Fd A Fidlity Funds Asia Aggr Fd A Acc Fidlity Funds Asia S.S. Fd A Acc Dirction ds Fonds: Fidlity Funds Asia S.S. Fd A PvB Prnt von Ballmoos AG Fidlity Funds Australia Fd A Acc AUD AUD Fidlity Funds Australia Fd A AUD AUD Fonds immobilirs DB Rüd Blass Immo CH DF A Fidlity Funds China Consum.Fd A-Acc DB Rüd Blass Immo CH DF I Fidlity Funds China Consum.Fd A-ACC Fidlity Funds China Consum.Fd A- Fidlity Funds China Consum.Fd A- Fidlity Funds China Consum.Fd Y-Acc Dominicé & Co Asst Managmnt Fidlity Funds China Fcs Fd A Acc Fidlity Funds China Fcs Fd A Fidlity Funds Em EMEA A Fidlity Funds Em EMEA A Swiss Equity Discovry Fund Fidlity Funds Em EMEA A Acc Fidlity Funds Em EMEA A Acc Fidlity Funds Em Mkts Fd A Acc EFG Bank Fidlity Funds Em Mkts Fd A Tél Fidlity Funds Em Mkts Fd A Fidlity Funds Emrging Asia Fd A Dirction ds Fonds: SIF Swiss Invstmnt Funds Fidlity Funds Emrging Asia Fd A Fidlity Funds Emrging Asia Fd A Acc Fonds n actions EFG Asia x Fidlity Funds Emrging Asia Fd A Acc x Fidlity Funds Eur Gth Fd A Acc EFG Europ EFG North Amrica x Fidlity Funds Eur Gth Fd A EFG Switzrland x Fidlity Funds Eur L. C. Fd A Acc Fidlity Funds Eur L. C. Fd A Fidlity Funds Eur S 50 Fd A Acc EFG Libra Fund () 1/1 b Fidlity Funds Eur S 50 Fd A 1/1 b Fidlity Funds Eur S. C. Fd A Acc EFG Libra Fund () Fidlity Funds Eur S. C. Fd A 1/1 b EFG Libra Fund () Fidlity Funds Euro Aggr Fd A Acc Autrs fonds Fidlity Funds Euro Aggr Fd A 2/2 x Fidlity Funds Euro Bl Ch Fd A Acc EFG GIS Dynamic Allocation 3/

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac chz ls juns. Nous t rmrcions d nous aidr dans

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

Interview exclusive d Amélie P.

Interview exclusive d Amélie P. Intrviw xclusiv d Améli P. 3,00 Edition Spécial - Décmbr 2012 l r u s r i o av s z l u. o. v. s u g o a v m I Tout c qu rnalist Rportr d ou J d r i t é m Passion, nvi, t ncor passion. Voilà c qu vous pourrz

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT.lausann.ch/sil Il st vrt t il fait l bin autour d vous : l FEE Pour financr ds projts d économis d énrgi ou d dévloppmnt ds énrgis rnouvlabls, ls Srvics industrils d Lausann

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

La rénovation urbaine à Angers

La rénovation urbaine à Angers ANGERrSno2s1 quartirs avc vouuispmnt Chang t > Aménagmn Urbanism > > > t ita ab H > > > > Éq La rénovation urbain à Angrs n o g i P d n a r G r i t r L qua g a s i v d chang Dossir d prss L quartir Grand-Pigon

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

ARRETE N 005/MINESUP/F120

ARRETE N 005/MINESUP/F120 ARRE N 005/MINESUP/F120 28 janvir 1993 Fixant ls Domains d Formation t ls Conditions d Admission à l Institut Univrsitair d Tchnologi d l Univrsité d Douala. LE MINSTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR VU la

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

Loisirs et Culture. jeunesse PROGRAMMATION. Session printemps-été 2015 PROGRAMMATION. Danse découverte. Multisports. Danse mix 8-12 ans

Loisirs et Culture. jeunesse PROGRAMMATION. Session printemps-été 2015 PROGRAMMATION. Danse découverte. Multisports. Danse mix 8-12 ans Loisirs t Cultur Sssion printmps-été 201 DANS CE NUMÉRO 1 ds activités printmps-été 201 4 Camp d jour stival Modalités d inscription t soccr 6 Ds nouvlls d votr bibliothèqu Multisports Horairs : 6 à 8

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

à Colombes, un éco-quartier répond à vos envies!

à Colombes, un éco-quartier répond à vos envies! C o l o m b s ( 9 2 ) à Colombs, un éco-quartir répond à vos nvis! un éco-quartir voit l jour! Imaginz un nouvl éco-quartir au srvic du dévloppmnt durabl t d la qualité d vi Découvrz Vivz un éco-quartir

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT INTERNATIONAL Q

MOT DU PRÉSIDENT INTERNATIONAL Q ièm ANNIVERSAIRE Févrir 2014 MOT DU PRÉSIDENT INTERNATIONAL Q ièm u d jois, j rssns n c mois d févrir 2014 d célébrr l 70 annivrsair d la Société Richliu. C sntimnt d firté, j l partag avc mon grand-pèr

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs Mb!Ibvuf.Tbjoupohf B!m(bwbou.hbsf!ft! ofshjft!v!gvuvs Edition 2011!!!!!!!!!!!!!!Qfstqfdujwft!!!!!!!S vttjuft!!!!!!!joopwbujpo Fofshjft www.haut-saintong.com Edito Au nivau mondial, il y a trois mois ncor,

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale été 2013 n 7 passion ommun L ssntil d l info municipal d Combloux Chrs Comblorans, S il fallait résumr l action t la vi municipal n qulqus mots, j dirais qu c st : Un hivr formidabl pour tout l mond, un

Plus en détail

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition Edito d Elio Di Rupo Avantpropos Voici déjà la édition d un grand rassmblmnt qu ls passionnés d moto d la région t d bin audlà n manquraint pour rin au mond. Avc son lot d surpriss t d découvrts, l Fstival

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

CONCEPT ET PLAN DES STANDS

CONCEPT ET PLAN DES STANDS VOTRE PARTENAIRE EN MARKETING RH ET Womn'sUNIVERSITES Contact-Day Romandi 01 Concpt & Plan ds stands EN RECRUTEMENT DANS LES WOMEN'S CONTACT-DAY ROMANDIE 01 Swiss Tch Cntr, Lausann 11 avril 01 13 h 17

Plus en détail

La sélection du mois par L ANEA

La sélection du mois par L ANEA i a M s s r p Rvu d ANEA, N V009 La sélction du mois par L ANEA Loi d Modrnisation d l Agricultur La LMA, un loi pour apaisr ls producturs LSA, 14/05, p10 Fruits t légums: ls distributurs prêts à réduir

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Système de Management du Portefeuille de Projets

Système de Management du Portefeuille de Projets Systèm d Managmnt du Portfuill d Projts PROJETS : Initiativs, invstissmnts, décisions, améliorations prmttant d produir avc plus d Valur à Référntil d gstion dstiné aux ntrpriss qui souhaitnt dévloppr

Plus en détail

CONCEPT ET PLAN DES STANDS

CONCEPT ET PLAN DES STANDS VOTRE PARTENAIRE EN MARKETING RH ET Womn'sUNIVERSITES Contact-Day Romandi 01 Concpt & Plan ds stands EN RECRUTEMENT DANS LES WOMEN'S CONTACT-DAY ROMANDIE 01 Swiss Tch Cntr, Lausann 11 avril 01 13 h 17

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

LES BIOS S 2010. Sur cette étrange photographie, qui mange qui?

LES BIOS S 2010. Sur cette étrange photographie, qui mange qui? S R U O ONC C 2010 ATTENTION 3 LES BIOS JEU RÈGLE DU tions. r aux qus pour répond s ut in m 50 Vous avz 5 points. tés d 3 à stion.. Ells sont no pons par qu ou 5 points bonn ré ul arquz 3, 4 s m us un

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN Châtillon, LE «PARIS» D UN AVENIR TRANQUILLE Aux ports d la capital s cach un ndroit rmarquabl : la vill d Châtillon, dynamiqu t accuillant,

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone!

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone! Sommair G-apps : Smart fun for your smartphon! Sommair Présntation G-apps Pourquoi choisir G-apps Sctorisation t sgmntation d marchés Votr accompagnmnt clints d A à Z ou à la cart Fonctionnalités G-apps

Plus en détail

Le nouveau projet Israélo-Palestinien : Terreau pour une culture de paix

Le nouveau projet Israélo-Palestinien : Terreau pour une culture de paix L Congrès d Caux Prmir Congrès d l Allianc pour un Cultur d Paix L nouvau projt Israélo-Palstinin : Trrau pour un cultur d paix Du 23 au 26 Juin 2003 Châtau d Caux Cntr d rncontrs intrnationals L Congrès

Plus en détail

Conférence d ouverture La ville et le village intelligent : l opportunité du numérique Charles Despins, président-directeur général, Prompt inc.

Conférence d ouverture La ville et le village intelligent : l opportunité du numérique Charles Despins, président-directeur général, Prompt inc. Animatur d la Rncontr : Mathiu Gillt, Dirctur Rsponsabl du volt municipal la programmation préliminair Judi 3 avril 201 Placs limités pour ls capsuls, visit tchniqu t tabl rond. N manquz pas d vous inscrir

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

Startup. Weekend Women. Alger. 18-20 Avril 2013

Startup. Weekend Women. Alger. 18-20 Avril 2013 Startup Wknd Womn Sous l Haut Patronag d Monsiur l Ministr d la Post t ds Tchnologis d l Information t d la Communication. En Partnariat Officil avc l Agnc National d Promotion t d Dévloppmnt ds Parcs

Plus en détail

Présentation. Sommaire. Adventure Days 2011. Association Domaine Nature. Bravo à tous pour cette réussite. Mulhouse le 19/07/2011

Présentation. Sommaire. Adventure Days 2011. Association Domaine Nature. Bravo à tous pour cette réussite. Mulhouse le 19/07/2011 Mulhous l 19/07/2011 Association Domain Natur 145 ru d l Il Napoléon 68100 Mulhous Tél. 03 89 61 98 33 www.domainnatur.org Présidnt : Jacky Lchlitr info@domainnatur.fr Pour l partag Valid - Handicapé Bravo

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

La réunion annuelle du Consortium des Filières

La réunion annuelle du Consortium des Filières La lttr du Burau Asi-Pacifiqu AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE ISSN 1606-0318 Dans c numéro : L mot du dirctur 1 Cart ds filièrs, méthodologis, rstructurations t fonctionnmnt ds consortiums multilatéraux

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2016 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

Entreprises Territoires. Développement Durable. Programme. Quel est l itinéraire le plus approprié à ma situation?

Entreprises Territoires. Développement Durable. Programme. Quel est l itinéraire le plus approprié à ma situation? Dévloppmnt Durabl Programm 13h30 14h00 14h30 Café d accuil Introduction ds Entrpriss-Trritoirs-Dévloppmnt Durabl Accuil par Jacqus DELAUME - Présidnt d la Commission Dévloppmnt Durabl t Environnmnt d la

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GIVERNY

DOSSIER DE PRESSE GIVERNY U D N O S I MA E M S I R U O T E I D N A NORM DOSSIER DE PRESSE GIVERNY M A I S O N D U TO U R I S M E 1 Sommair 03 VENIR À GIVERNY 04 EXPLORER LE VILLAGE 05 LA MAISON DU TOURISME - VOTRE VOYAGE IMPRESSIONNISTE

Plus en détail

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action

Plus en détail

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques Stratégi publiqu n 2 - avril 2014 L audit : écoutr, obsrvr pour miux maîtrisr ls risqus La maîtris ds risqus D irigr un administration trritorial t mttr n œuvr l projt d un mandatur impliqu d savoir prndr

Plus en détail

PHARMACIE SOMMAIRE AOÛT-SEPTEMBRE 2008 PAGE 51

PHARMACIE SOMMAIRE AOÛT-SEPTEMBRE 2008 PAGE 51 xp rtis SOMMAIRE Didir Désrt L industri pharmacutiqu à la rchrch d un nouvau modèl économiqu... p. 52 Claud Allary Julian Ozdowski Stratégis pour l innovation pharmacutiqu p. 56 Véroniqu Chabrnaud Dévloppr

Plus en détail

B-340 - Pavillon Marie Victorin

B-340 - Pavillon Marie Victorin Anné univrsitair : 2009-2010 Trimstr : Automn Sigl du cours : COM 1560 Titr du cours : Communication Infographiqu Crédits : 3 Jour : Mrcrdi Hur : 13h00-16h00 Ensignant : Tinl Ndlcu (t.ndlcu@umontral.ca)

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

DOSSIER P. 6 Les démarches RH : présentation & retour sur expérience à la CCPR

DOSSIER P. 6 Les démarches RH : présentation & retour sur expérience à la CCPR N 8 Magazin d information du Cntr d Gstion d la fonction publiqu trritorial d la Haut Savoi DOSSIER P. 6 Ls démarchs RH : présntation & rtour sur xpérinc à la CCPR P.3 L CDG 74 présnt au forum ds collctivités

Plus en détail

MODALITÉS MISSIONS CONTACTS MOYENS PRÉSENTATION RÉSULTATS. Soutenir les PME-PMI. dans leur. Innovation et Développement Endogène des Entreprises

MODALITÉS MISSIONS CONTACTS MOYENS PRÉSENTATION RÉSULTATS. Soutenir les PME-PMI. dans leur. Innovation et Développement Endogène des Entreprises dans lur démarchd innovation Innovation t Dévloppmnt Endogèn ds Entrpriss Soutnir ls PME-PMI UIMM Loir METALLURGIE rhodaninn UIMM Langudoc-Roussillon Auxrr UIMM Bourgogn Dijon UIMM PACA Nvrs CSM Haut-Savoi

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail