2 HEURES AUCUN DOCUMENT, AUCUNE CALCULATRICE AVERTISSEMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 HEURES AUCUN DOCUMENT, AUCUNE CALCULATRICE AVERTISSEMENT"

Transcription

1 UNIVERSITE D AUVERGNE CLERMONT I FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION PREMIERE SESSION D EXAMENS, AVRIL 2009 LICENCE EG 1ERE ANNEE Semesre 2 : Grandes foncions e équilibre macroéconomiques 2 HEURES AUCUN DOCUMENT, AUCUNE CALCULATRICE AVERTISSEMENT Ce suje compore 13 pages numéroées de 1 à 13 e 2 paries : une parie consacrée à des QCM e une parie consacrée à des exercices (p. 12 e 13). Vous reporerez vos réponses aux QCM direcemen dans le ableau de la page 2 que vous remerez avec la copie. Vous répondrez aux exercices sur la copie e évenuellemen des inercalaires. Quand vous rendrez vore copie, vous indiquerez le nombre oal de feuilles rendues avec celle-ci (c es-à-dire : nombre d inercalaires + 1 page correspondan au ableau du QCM). Dans le QCM, une quesion compore une seule bonne réponse. Chaque bonne réponse vau 0,5 poin. Il n y a pas de poins négaifs. Aucun poin ne sera aribué dans les cas suivans : - Plusieurs réponses (don la bonne) son cochées ; - Aucune réponse n es cochée ; - La réponse compore une race de modificaion ; - Une incohérence dans la réponse. Voici un exemple de bonnes réponses : A B C D Réponse Quesion 100 O O O A Quesion 101 O O O B 1/13

2 Parie I. QUESTIONS A CHOIX MULTIPLES (20 POINTS) Tableau à remere dans la copie. Ne pas indiquer vore nom ou numéro de care d éudian A B C D Réponse Quesion 1 O O O O Quesion 2 O O O O Quesion 3 O O O O Quesion 4 O O O O Quesion 5 O O O O Quesion 6 O O O O Quesion 7 O O O O Quesion 8 O O O O Quesion 9 O O O O Quesion 10 O O O O Quesion 11 O O O O Quesion 12 O O O O Quesion 13 O O O O Quesion 14 O O O O Quesion 15 O O O O Quesion 16 O O O O Quesion 17 O O O O Quesion 18 O O O O Quesion 19 O O O O Quesion 20 O O O O Quesion 21 O O O O Quesion 22 O O O O Quesion 23 O O O O Quesion 24 O O O O Quesion 25 O O O O Quesion 26 O O O O Quesion 27 O O O O Quesion 28 O O O O Quesion 29 O O O O Quesion 30 O O O O Quesion 31 O O O O Quesion 32 O O O O Quesion 33 O O O O Quesion 34 O O O O Quesion 35 O O O O Quesion 36 O O O O Quesion 37 O O O O Quesion 38 O O O O Quesion 39 O O O O Quesion 40 O O O O 2/13

3 Débu des quesions (40) 1. Selon les saisiques de l Insee, les différens ypes de revenu des ménages en France on évolué ainsi enre 1959 e 2007, e on les caracérisiques, en 2007, suivanes : A) Le solde des revenus primaires représene moins de 100% du revenu disponible bru, les revenus de la propriéé on augmené e les ransfers nes aux ménages on augmené ; B) Le solde des revenus primaires représene plus de 100% du revenu disponible bru, les revenus de la propriéé on augmené e les ransfers nes aux ménages on diminué ; C) Le solde des revenus primaires représene plus de 100% du revenu disponible bru, les revenus de la propriéé on augmené e les ransfers nes aux ménages on augmené ; D) Le solde des revenus primaires représene plus de 100% du revenu disponible bru, les revenus de la propriéé on diminué e les ransfers nes aux ménages on augmené ; 2. Selon la loi psychologique fondamenale, une variaion du revenu disponible des ménages Y d = 1 peu enraîner : A) une augmenaion de 1,2 de la consommaion des ménages ; B) une augmenaion de la consommaion de 0,8 si Y d = 1 e une baisse de 0,6 si Y d = -1 ; C) une variaion de la consommaion sricemen supérieure à 1 ; D) Aucune des 3 réponses précédenes n es correce. 3. La propension marginale à consommer (noée PmC ou c) en 2007 peu êre calculée à parir des agrégas suivans : A) en faisan le rappor d C2007 Y2007 ; d d B) en faisan le rappor ( C ) ( Y Y ) C C) en faisan le rappor ( 2007 C2006 ) C2006 ; C ; d d D) en faisan le rappor ( Y ) ( C Y ) C ; 4. La richesse oale des ménages es dans l analyse néo-classique de la consommaion : A) Es composée uniquemen du parimoine financier des ménages ; B) Comprend la somme acualisée des revenus fuurs du ravail ; C) Es égale à la somme des revenus passés ; D) Es égale au revenu de la période courane. 5. Dans la loi psychologique fondamenale, JM. Keynes expose les propriéés suivanes de la foncion de consommaion : A) La foncion de consommaion es sable, la propension marginale à consommer es supérieure à 1, la propension marginale à épargner es inférieure à 1 ; B) La foncion de consommaion es représenée par une foncion linéaire à long erme e une foncion concave à cour erme ; 3/13

4 C) La foncion de consommaion es sable, la propension marginale à consommer es comprise enre 0 e 1 e la propension marginale à épargner augmene quand le revenu disponible augmene ; D) La foncion de consommaion es sable ; la propension marginale à consommer es comprise enre 0 e 1 e la propension marginale à épargner es inférieure à la propension marginale à consommer. 6. On considère l évoluion des propensions moyennes e marginales à consommer en France enre 1959 e Celles-ci révèlen plusieurs anomalies par rappor à la loi psychologique fondamenale : 1,60 1,40 1,20 1,00 0,80 0,60 0,40 0,20 0, Légende. PMC : Propension moyenne à consommer ; PmC : Propension marginale à consommer. Années PMC A) La PmC es poncuellemen supérieure à 1, la propension moyenne à consommer es poncuellemen inférieure à la PmC (ce qui es conradicoire avec une foncion de consommaion affine) ; la PmC es insable ; B) La PmC es poncuellemen inférieure à 1, la propension moyenne à consommer es poncuellemen inférieure à la PmC (ce qui es conradicoire avec une foncion de consommaion affine) ; la PmC es insable ; C) La PmC es poncuellemen inférieure à 1, la propension moyenne à consommer es poncuellemen inférieure à la PmC (ce qui es conradicoire avec une foncion de consommaion affine) ; la PmC es sable ; D) Aucune des réponses précédenes n es correce. 7. On suppose que dans une économie où la loi psychologique fondamenale es vérifiée, les comporemens de consommaion des ménages son décris par les deux foncions suivanes : C = 0,7Y d + 60 (équaion 1) e C = 0,8Y d + 50 (équaion 2). Ces deux équaions révèlen que : PmC 4/13

5 A) Il s agi de foncions de consommaion linéaires, de coefficiens direceurs égaux respecivemen à 0,7 e 0,8 ; B) Il s agi de foncions de consommaion linéaires. Les ménages décris par l équaion 1 son plus aisés que les ménages décris par l équaion 2 ; C) Il s agi de foncions de consommaion affines. Les ménages décris par l équaion 1 son plus aisés que les ménages décris par l équaion 2 ; D) Il s agi de foncions de consommaion affines. Les ménages décris par l équaion 1 son moins aisés que les ménages décris par l équaion 2 ; 8. Selon la héorie du cycle de vie : A) L épargne agrégée es indépendane de la pyramide des âges ; B) Les pays don la populaion es relaivemen jeune on un aux d épargne plus élevé que les pays don la populaion es plus âgée ; C) Un sysème de financemen par répariion des reraies es bien adapé à un pays don la populaion es vieillissane ; D) L accumulaion d un parimoine financier perme d ajuser des revenus flucuans à une dépense relaivemen plus sable. 9. Selon John Hicks, la définiion économique du revenu des ménages peu êre comprise de la manière suivane : A) Le revenu des ménages correspond à ce qu ils peuven consommer sans s appauvrir ; B) Le revenu des ménages correspond au revenu disponible des ménages mesuré dans la Compabilié Naionale ; C) Le revenu des ménages correspond à la richesse oale des ménages ; D) Aucune des réponses précédenes n es correce. 10. D après les saisiques de l Insee, la consommaion des ménages, l invesissemen des enreprises e le PIB on les caracérisiques suivanes : A) La par de l invesissemen dans le PIB es plus imporane que celle de la consommaion. L invesissemen es plus insable que la consommaion ; B) La par de l invesissemen dans le PIB es plus imporane que celle de la consommaion. L invesissemen es moins insable que la consommaion ; C) La par de l invesissemen dans le PIB es moins imporane que celle de la consommaion. L invesissemen es plus insable que la consommaion ; D) Les flucuaions du PIB son plus imporanes que celles de la consommaion e de l invesissemen. 11. Le principe de l accéléraeur es une héorie : A) De l invesissemen en foncion des débouchés anicipés ; B) De la consommaion en foncion du revenu disponible des ménages ; C) Expliquan les effes de relance d une poliique budgéaire acive ; D) Selon laquelle les débouchés créen leur propre demande. 5/13

6 12. Acualiser les ressources fuures par rappor au présen : A) Signifie que la valeur présene de 1 en 2009 es plus élevée que la valeur présene de 1 en 2008 B) Signifie que le ransfer des ressources au cours du emps es coûeux ; C) Es une démarche idenique à la capialisaion des inérês ; D) Aucune des réponses précédenes n es correce. 13. L effe du aux d inérê sur l invesissemen agrégé dans l analyse keynésienne découle : A) Du classemen des projes d invesissemen selon leur efficacié marginale croissane ; B) Du classemen des projes d invesissemen leur valeur acualisée nee décroissane ; C) Du classemen des projes d invesissemen selon leur efficacié marginale décroissane ; D) De la comparaison du rendemen d un proje d invesissemen avec le aux d inérê du placemen financier alernaif. 14. L effe de levier perme d accroîre le profi des enreprises : A) Quand la renabilié des capiaux invesis (renabilié économique) es supérieure au aux d inérê sur les capiaux emprunés ; B) Quand les enreprises financen leur dépense d invesissemen sur leurs fonds propres ; C) Des peies enreprises ; D) Quand le aux d inérê sur les capiaux emprunés es égal au aux de rendemen inerne. 15. La valeur acualisée nee d un proje d invesissemen es : A) La somme des bénéfices fuurs acualisés de l enreprise diminuée de la valeur de celleci ; B) La somme des bénéfices fuurs acualisés du proje d invesissemen ; C) La somme des bénéfices fuurs acualisés engendrés par le proje d invesissemen, augmenée de la dépense d invesissemen ; D) La somme des bénéfices fuurs acualisés engendrés par le proje d invesissemen, diminuée de la dépense d invesissemen. 16. Quand une enreprise finance un invesissemen par endeemen, A) Elle augmene son capial propre ; B) Elle peu augmener la renabilié de ses fonds propres ; C) Elle ne suppore pas de frais financiers ; D) Elle doi nécessairemen disposer d une épargne préalable. 17. Le aux de rendemen inerne a les caracérisiques suivanes : A) Il perme de calculer le gain posiif associé à un proje d invesissemen ; 6/13

7 B) Un proje peu ne pas avoir de TRI ou plusieurs ; C) Es mesuré en ; D) Donne oujours un classemen de projes d invesissemen, idenique à celui éabli selon le crière de la VAN ; 18. Un aux d acualisaion faible : A) Perme de mesurer la renabilié économique d un pei proje d invesissemen ; B) Peu êre uilisé pour calculer le bénéfice ne des coûs d une poliique de lue conre le changemen climaique ; C) Garani à coup sûr que le proje d invesissemen es renable ; D) Es uilisé pour calculer la renabilié économique de projes requéran des biens d équipemen don la durée de vie es coure. 19. La formule pour calculer l efficacié marginale du capial e (aux de rendemen inerne) es la suivane : A) e es la soluion de l équaion : B) e es égale à l expression : C) e es la soluion de l équaion : I D) e es la soluion de l équaion : I I 0 I 0 = = N = = N = B ( 1 i) B ( 1 e) = = N = + 1 B ( 1 i) + = N = + 1 B ( 1 e) 20. Le aux d uilisaion des capaciés de producion : A) Perme de mesurer le nombre de semaines pendan lesquelles l acivié es assurée ; B) Doi êre inférieur à 100% pour qu un effe accéléraeur soi observé ; C) Perme d apprécier la renabilié économique d un proje d invesissemen ; D) Es largemen inférieur à 100% en période de récession ; 21. Dans la héorie néoclassique, l offre de ravail des ménages es une foncion : A) croissane du salaire réel si l effe de subsiuion l empore B) croissane du salaire nominal C) décroissane du salaire nominal D) décroissane du salaire réel si les enreprises maximisen leur profi. 22. La héorie quaniaive de la monnaie : A) Perme d expliquer l inflaion par la croissance de la masse monéaire ; B) Perme aux auoriés monéaires de quanifier l offre de monnaie ; 7/13

8 C) Perme d expliquer le comporemen de demande de monnaie par le moif de spéculaion ; D) Perme de jusifier la relance de l acivié économique par la créaion monéaire. 23. Le chômage volonaire : A) Correspond au aux de chômage calculé par l Insee selon la définiion du Bureau Inernaional du Travail ; B) Caracérise les individus ne rouvan pas de ravail en raison d une insuffisance de la demande globale ; C) Caracérise les individus pour lesquels un emploi supplémenaire engendre rop de coûs supplémenaires (par exemple : garde d enfans, ranspor, impôs, coû lié à la formaion à un nouvel emploi) ; D) Peu êre représené à l inersecion d une courbe d offre e de demande de ravail. 24. Dans l approche classique : A) Le niveau d emploi es déerminé par le niveau d acivié ; B) L offre globale déermine la demande globale ; C) Seules les variables nominales compen ; D) Les prix son supposés rigides. 25. Un effe d évicion se produi lorsque : A) Les enreprises réduisen leurs invesissemens e les ménages leur consommaion ; B) Le moif de spéculaion es plus imporan que le moif de ransacion dans la demande de monnaie ; C) Lorsque, pour une offre donnée, un accroissemen de la dépense publique simule les invesissemens ; D) Lorsque, pour une offre donnée, un accroissemen de la dépense publique rédui la demande des agens privés ; 26. «[l individu] ne pense qu à son propre gain ; en cela, comme dans beaucoup d aures cas, il es condui par une main invisible, pour remplir une fin qui n enre nullemen dans ses inenions ; e ce n es pas oujours ce qu il y a de plus mal pour la sociéé, que cee fin n enre pour rien dans ses inenions.» Cee ciaion : A) Monre que l échange marchand rend cohérens les inérês individuels ; B) Criique la noion de main invisible ; C) Monre que la recherche d un gain individuel es incompaible avec l inérê de la sociéé ; D) Me en évidence oues les conséquences de la recherche d un gain individuel. 27. La neuralié de la monnaie : A) Signifie que la monnaie n a aucune uilié pour les agens économiques ; B) Signifie que la monnaie peu êre hésaurisée par les agens économiques ; 8/13

9 C) Es une conséquence du principe de la demande effecive ; D) Es une conséquence de la loi des débouchés. 28. Le posula d inefficacié de la poliique économique, dans l approche classique : A) Concerne les poliiques de souien de la demande ; B) Es la conséquence du principe de la demande effecive ; C) Concerne les poliiques visan améliorer le foncionnemen des marchés de faceurs de producion ; D) Es la manifesaion d un équilibre de sous-emploi. 29. Dans l approche classique, le aux d inérê déermine : A) Le parage du revenu enre les encaisses e la dépense (consommaion + épargne) ; B) Le parage du revenu enre la consommaion e l épargne ; C) La demande de monnaie spéculaive ; D) Le parage de l épargne enre encaisses oisives e ires. 30. Dans l analyse classique, une augmenaion de la dépense publique financée par emprun enraîne : A) Une augmenaion du revenu de l économie naionale ; B) Une augmenaion de la consommaion courane ; C) Une diminuion de la consommaion courane ; D) Une diminuion du revenu disponible couran des ménages. 31. La déflaion es : A) Une baisse permanene e générale des prix ; B) Une hausse coninue e durable du niveau général des prix ; C) Une baisse de cerains prix ; D) Es une baisse poncuelle du niveau général des prix. 32. Dans l analyse keynésienne, le reje de la main invisible signifie que : A) Il es impossible de réaliser l harmonisaion des inérês individuels ; B) Il exise des défaus de coordinaion dans l économie ; C) Les échanges son influencés par les variaions de prix ; D) Les individus ne son pas moivés par la recherche de leur inérê individuel. 33. Dans l analyse keynésienne, le aux d inérê : A) Influence le prix de la renonciaion à la consommaion courane ; B) Es le prix de la renonciaion à la liquidié ; C) Déermine la demande de monnaie de ransacion ; D) Es déerminé par l égalisaion de l offre e de la demande de fonds prêables. 9/13

10 34. Dans l analyse keynésienne, le niveau de l emploi dépend : A) Uniquemen des condiions dans lesquelles foncionnen des marchés de faceurs de producion ; B) De la demande effecive ; C) De la loi des débouchés ; D) Du salaire réel résulan de l égalisaion de l offre à la demande de ravail. 35. Le muliplicaeur de budge équilibré (héorème de Haavelmo) : A) Signifie qu il es impossible de réduire le défici public ; B) Signifie qu il exise un effe d évicion de la dépense privée par la dépense publique ; C) Monre qu une relance de l acivié économique par la dépense publique es possible sans dégrader le défici budgéaire ; D) Es oujours supérieur à En France, le solde budgéaire public es devenu négaif de manière permanene : A) Après la crise des subprimes ; B) Dans les années 90 à la suie de la récession de 1993 ; C) Dans les années 80 à la suie au deuxième choc pérolier ; D) Dans les années 70 à la suie du premier choc pérolier. 37. En France acuellemen, la dee publique représene : A) Moins de 10% du PIB ; B) Moins de 50% du PIB ; C) Enre 50 e 100% du PIB ; D) Plus de 100% du PIB. 38. Une variable endogène : A) Es une variable expliquée par la héorie économique ; B) Es considérée comme un paramère d une héorie économique ; C) Désigne les condiions économiques dans le rese du monde quand on éudie la formaion du revenu de l économie naionale ; D) Désigne la poliique monéaire ou la poliique budgéaire. 39. Une grandeur ou un agréga économique ex ane : A) Désigne une grandeur ou un agréga mesuré dans la compabilié macroéconomique ; B) Perme d expliquer d abord la croissance économique ; C) Perme d expliquer la consommaion des ménages par leur revenu disponible ; D) Désigne les grandeurs anicipées par les agens économiques. 40. Dans l analyse keynésienne, dire que la demande de monnaie es inélasique par rappor au aux d inérê signifie : 10/13

11 A) Qu une modificaion de la demande de monnaie n a aucune influence sur le aux d inérê ; B) Qu une modificaion de l offre de monnaie n a aucune influence sur le aux d inérê ; C) Qu un accroissemen du aux d inérê ouvre la rappe à liquidiés ; D) Qu une modificaion du aux d inérê n a aucune influence sur la demande de monnaie. Fin des quesions (40) 11/13

12 Parie II. EXERCICES (20 POINTS) I. L INVESTISSEMENT (10 POINTS ENVIRON) Une grande enreprise du seceur de l énergie peu consacrer 100 millions à la consrucion d unié de producion de cellules phoovolaïques. Dans l éa acuel de la echnologie, une unié de producion nécessie un invesissemen de 100 millions. Les résulas d exploiaion prévus pour celle-ci son de 8 millions si les prix du pérole remonen (scénario A) e de 3 millions si les prix du pérole coninuen de baisser (scénario B). Les dirigeans de l enreprise hésien enre deux possibiliés : Possibilié 1 : dans le conexe acuel de récession, cerains dirigeans pensen qu il es raisonnable de n auofinancer qu une seule unié de producion. Possibilié 2 : enan compe des effors des gouvernemens européens pour facilier l accès des enreprises au crédi, d aures dirigeans pensen qu il vau mieux consruire deux uniés de producion, en associan les banques à haueur de 50%. Le aux d inérê sur la somme emprunée es de 4% Il es demandé pour chaque scénario e chaque possibilié, de : a) Calculer le résula ne d exploiaion ; b) Calculer la renabilié des fonds propres ; c) Commener le résula. d) Bonus (+5 poins) : dans quel scénario e pour quel niveau du résula d exploiaion, il n exise pas d effe de «massue» de l endeemen? 12/13

13 II. MACROECONOMIES CLASSIQUE ET KEYNESIENNE (10 POINTS ENVIRON) On considère une peie économie ouvere décrie par le modèle suivan : C = cy avec 0 < c < 1 e C 0 Y d d + C 0 Y T T = avec T 0 I = T 0 I 0 M 0 0 > 0 > M = my + avec 0 < m < 1 e M 0 X = X 0 G = G 0 0 > a) Que représene Y d? Que représenen c e m? Indiquer s il s agi de variables endogènes, exogènes ou de paramères. b) Qu es-ce que le principe de la demande effecive. Qu es-ce qu un équilibre de sous-emploi? Quelles en son les implicaions de poliique économique. c) Eablir l expression de la foncion de demande globale nee des imporaions en disinguan la demande auonome de la demande induie. d) Eablir l expression du muliplicaeur budgéaire e du muliplicaeur fiscal. Bien mere en évidence oues les éapes du raisonnemen e comparer les deux muliplicaeurs. e) Les pouvoirs publics déciden de relancer l économie en respecan le Pace de Sabilié e de Croissance qui limie noammen les déficis publics à 3% du PIB. (i) Sachan que celui-ci es déjà à ce niveau de 3% e que la dee publique avoisine les 100% du PIB, quel es le muliplicaeur public qui apparaî comme le plus approprié à la siuaion? Jusifier la réponse e donner l expression de ce muliplicaeur. (ii) Quels son les argumens (basés noammen sur les condiions d efficacié du muliplicaeur e des argumens classiques) que peuven avancer les opposans à une elle poliique? 13/13

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages Première E.S. Lycée Desfonaines Melle I. Inroducion Pourcenages Définiion : On considère deux quaniés Q e Q de même naure, exprimées dans la même unié. Dire que Q es égale à % de Q revien à dire que Q

Plus en détail

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que PROPORTIONNALITE a) Définiion d une proporion a Quare nombres a, b, c e d éan non nuls, on di que c l une des condiions suivanes (équivalenes) es vérifiée : b d es une proporion lorsque Condiion 1 : Les

Plus en détail

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions 1 Juille 2001 Evaluaions socio-économiques e financière des projes de ranspors collecifs : méhode de calcul, paramères e convenions Période de l éude La période de l éude débue à l année de mise en service.

Plus en détail

Exercices : Série 1 Corrigés

Exercices : Série 1 Corrigés Exercices : Série 1 Corrigés 1 Durée nécessaire pour doubler le PIB par habian Déniions : y 0 : PIB par ravailleur au débu y T : PIB par ravailleur après T années g : aux de croissance [%] r : aux de croissance

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Introduction au modèle IS-LM

Introduction au modèle IS-LM Inroducion au modèle IS-LM Tovonony Raza ndrabe EconomiX EconomiX, Universié Paris Oues Nanerre la Défense. 1 Table des maières 1 Inroducion 3 2 Modèle d équilibre général à prix exible en économie fermée

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d enreprise L esseniel en fiches DCG DSCG Collecion «Express Experise compable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Inroducion au droi DCG 1 L. Siné, Droi des sociéés DCG 2 V. Roy, Droi social

Plus en détail

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages Chapire 3 Pourcenages Objecifs du chapire : iem références auo évaluaion relier évoluions e pourcenages éudier des évoluions successives calculer le aux d évoluion réciproque 19 I lien enre une évoluion

Plus en détail

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE -

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE - ENS de Cachan Concours d enrée en 3 ème année pour la préparaion à l agrégaion de Génie Elecrique Session 2001 SECONDE PARTIE - ELECTRONIUE - Ce problème se propose d éudier le foncionnemen de l élecronique

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» L une des préoccupaions des gesionnaires des risques dans les banques es de prendre en compe les caracérisiques des porefeuilles

Plus en détail

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Universié de Savoie DEUG STPI Unié U32 Sysèmes linéaires - Auomaique CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Le sysème es mainenan mis en équaion, il es donc beaucoup plus

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE

Jean-Louis CAYATTE Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ jlcayae@free.fr Chapire 4 La durée du chômage Quand on parle de la durée du chômage, si l on n y prend pas garde, on confond facilemen la durée moyenne du chômage

Plus en détail

TD : IS LM. p Le modèle IS/LM. p L'interface proposée. p Faire évoluer la feuille. 4. Implémenter un modèle plus général.

TD : IS LM. p Le modèle IS/LM. p L'interface proposée. p Faire évoluer la feuille. 4. Implémenter un modèle plus général. TD : IS LM Dora Rémi 1. Le modèle IS/LM p 2 2. L'inerface proposée p 4 3. Faire évoluer la feuille p 5 4. Implémener un modèle plus général p 7 TD-Modèle IS/LM 1 1. Le modèle IS/LM La courbe IS Le modèle

Plus en détail

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proporionnalié -Acivié préparaoire n : Suies de nombres proporionnelles -l indicaion «0,88 /L» perme de calculer les pri manquans dans le ableau ci-dessous. Indiquer

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI UNIVERSIE PARIS OUES, NANERRE LA DEFENSE UFR SEGMI Année universiaire 202 203 Cours d économérie L3 Economie Cours de Valérie MIGNON D de Benoî CHEZE e David GUERREIRO Exercice : Données en coupe D Inroducion

Plus en détail

1 - Etude d'une alimentation à découpage

1 - Etude d'une alimentation à découpage 1 - Eude d'une alimenaion à découpage BTS ELECTROTECHNIQUE - Session 1997 - PHYSIQUE APPLIQUEE Durée : 4 heures Coefficien : 3 Cee éude compore rois paries, liées enre elles, mais pouvan êre raiées indépendammen

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES II

MATHEMATIQUES FINANCIERES II Formaion Ouvere e A Disance LIVRET 52 BIS : MATHEMATIQUES FINANCIERES II LES ANNUITES Page 1 INTRODUCTION : FOAD mahémaiques financières II Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000

Plus en détail

En France, l investissement des entreprises repartira-t-il en 2014? Dossier de la Note de Conjoncture de décembre 2013

En France, l investissement des entreprises repartira-t-il en 2014? Dossier de la Note de Conjoncture de décembre 2013 En France, l invesissemen des enrerises rearira--il en 2014? Dossier de la Noe de Conjoncure de décembre 2013 Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklenard Adrien Zakharchouk Inroducion Bu de l

Plus en détail

Temporisation par bascules monostables

Temporisation par bascules monostables Temporisaion par bascules Monosables TSTI 00-0 Chrisian Loverde Temporisaion par bascules monosables Rappels :. Charge d un condensaeur à ension consane i R C Débu de la charge u C (0)= 0 V u C A la fin

Plus en détail

BIBILIOGRAPHIE ANALYSE ECONOMIQUE DE LA CROISSANCE : PLAN DE COURS SYNTHESE INTRODUCTION SEANCE N 1 : MESURER LA CROISSANCE.

BIBILIOGRAPHIE ANALYSE ECONOMIQUE DE LA CROISSANCE : PLAN DE COURS SYNTHESE INTRODUCTION SEANCE N 1 : MESURER LA CROISSANCE. Universié d Auvergne Année universiaire 2010-2011 S.GUERINEAU Inroducion ANALYSE ECONOMIQUE DE LA CROISSANCE : PLAN DE COURS Parie 1 : Analyser la croissance : les ouils Séance 1 : Mesurer la croissance

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Série d exercices Bobine et dipôle RL

Série d exercices Bobine et dipôle RL xercice 1 : Série d exercices Bobine e dipôle R On réalise un circui élecrique comporan une bobine d inducance e de résisance r, un conduceur ohmique de résisance R, un généraeur de ension de f.é.m. e

Plus en détail

The Gravity Model With Endogeneous Transport Cost

The Gravity Model With Endogeneous Transport Cost The Graviy Model Wih Endogeneous Transpor Cos Gabriel Figueiredo de Oliveira Universiy of Nanes, Faculy of Economy, LEN Sepember 1, 2008 Absrac : L obecif de ce ravail éai de monrer qu il es possible,

Plus en détail

Les indices de prix du bois. Méthodologie

Les indices de prix du bois. Méthodologie Les indices de prix du bois Méhodologie Le Minisère de l agriculure, de l alimenaion, de la pêche, de la ruralié e de l aménagemen du errioire (MAARAT) a décidé de mere en place un indice d'évoluion du

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité 1 Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur keynésien") revisié Gabriel Galand (Sepembre 2012) Résumé Le muliplicaeur keynésien remone à Keynes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins

Plus en détail

d) e) f) Exercice 2. [6 points] Soit la fonction f (x)=2 x 3. a) Cette fonction est-elle linéaire, affine ou quelconque?

d) e) f) Exercice 2. [6 points] Soit la fonction f (x)=2 x 3. a) Cette fonction est-elle linéaire, affine ou quelconque? Nom : Prénom : Conrôle de mahémaiques, Le mercredi 30 mai 2012 Exercice 1. [3 poins] 1) Parmi les cinq premières figures numéroées de a) à e) recopie sur a copie le numéro de celles qui son des polygones

Plus en détail

Chapitre n 10 LES RÉACTIONS D ESTÉRIFICATION ET D HYDROLYSE

Chapitre n 10 LES RÉACTIONS D ESTÉRIFICATION ET D HYDROLYSE Chapire n LES RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE T ale S I- Les esers )Formule générale Un eser comprend deux chaînes carbonées R e R séparées par la foncion eser : Rq. : Si les chaînes carbonées son

Plus en détail

Commande du plafonnier d'un véhicule. CO8.sin1. Rechercher et choisir une solution logicielle ou matérielle au regard de la définition d'un système.

Commande du plafonnier d'un véhicule. CO8.sin1. Rechercher et choisir une solution logicielle ou matérielle au regard de la définition d'un système. STI2D SIN V. Commande du plafonnier d'un véhicule. CO8.sin. Rechercher e choisir une soluion logicielle ou maérielle au regard de la définiion d'un sysème. BP / Clavier Sans conac IR / ILS A conac FC Capeur

Plus en détail

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole Les foncions logiques & l algèbre de Boole 1 - Algèbre de Boole Hisorique : Georges BOOLE, philosophe e mahémaicien anglais, publia en 1854 un essai sur les raisonnemens logiques poran sur les proposiions

Plus en détail

LA LOGIQUE SEQUENTIELLE

LA LOGIQUE SEQUENTIELLE Auomaique e Informaique Indusrielle LA LOGIQUE SEQUENTIELLE SOMMAIRE Tire Page I. Définiion (rappel) : Sysème séqueniel 2 II. Prise en compe du emps 2 a) foncion mémoire 2 b) foncion(s) reard(s), emporisaion

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

DECISION N RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE

DECISION N RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 25-2 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE 25-29 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Représentations multiples d un signal électrique triphasé

Représentations multiples d un signal électrique triphasé Représenaions muliples d un signal élecrique riphasé Les analyseurs de puissance e d énergie Qualisar+ permeen de visualiser insananémen les caracérisiques d un réseau élecrique riphasé. Les Qualisar+

Plus en détail

CAP C.C.F. Académie de BORDEAUX ÉTUDE DU MOUVEMENT D UN SOLIDE FICHE DESCRIPTIVE DU SUJET DESTINÉE AU PROFESSEUR

CAP C.C.F. Académie de BORDEAUX ÉTUDE DU MOUVEMENT D UN SOLIDE FICHE DESCRIPTIVE DU SUJET DESTINÉE AU PROFESSEUR Ce documen comprend : une fiche descripive du suje desinée au professeur. une siuaion d évaluaion desinée au candida. une grille d'évaluaion / noaion desinée au professeur. FICHE DESCRIPTIVE DU SUJET DESTINÉE

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

Redressement commandé

Redressement commandé Redressemen commandé Exercice 1 On donne ci-dessous le chronogramme de la ension aux bornes de la charge u C.( 1 V / div ) La fréquence du signal u issue du ransformaeur es de 5 Hz. De plus, on donne E

Plus en détail

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5 Texures François Faure Résumé Table des maières 1 Inroducion 2 2 Coordonnées de exure 3 2.1 Modes de répéiion............................... 3 2.2 Le problème des surfaces courbes.......................

Plus en détail

Corrigé des exercices de l examen du 23 janvier 2007 (Les N de page font référence au livre «Physique» de E. Hecht)

Corrigé des exercices de l examen du 23 janvier 2007 (Les N de page font référence au livre «Physique» de E. Hecht) Corrigé des exercices de l examen du 3 janvier 7 (Les N de page fon référence au livre «Physique» de E. Hech) Q1. Deux charges poncuelles de +5 µc e +1 µc se rouven sur l axe des x aux poins des coordonnées

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonne Maser GSI - Capeurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriéés générales des capeurs Noion de mesure Noion de capeur: principes, classes, caracérisiques

Plus en détail

Épreuve de Mathématiques

Épreuve de Mathématiques Épreuve de Mahémaiques La claré des raisonnemens e la qualié de la rédacion inerviendron pour une par imporane dans l appréciaion des copies. L usage d un insrumen de calcul e du formulaire officiel de

Plus en détail

CHAÎNE D ACTION. écart Réguler. mesure Mesurer CHAÎNE D INFORMATION

CHAÎNE D ACTION. écart Réguler. mesure Mesurer CHAÎNE D INFORMATION ANALYSE DES SYSTÈMES ASSERVIS 7. Caracérisaion des sysèmes asservis 7.. Srucure des sysèmes asservis Un sysème asservi linéaire peu se représener par le schéma 7.. On y rerouve, une chaîne d acion qui

Plus en détail

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre Cinéique de l oxydaion du sulfie de cuivre Grégory Vial 11 avril 2006 Résumé On s inéresse à l oxydaion du sulfie de cuivre : il s agi d une réacion d auocaalyse don l éude cinéique condui à un problème

Plus en détail

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure TP SdF N 25 Modélisaion e opimisaion de la mainenance prévenive e correcive d un maériel soumis à usure Ce TP complèe le TP N 22 sur la modélisaion e l opimisaion de la mainenance d un maériel réparable

Plus en détail

FIABILITE. Eléments de cours CONCEPTION - RÉALISATION FIABILITÉ DE CONDUITE FIABILITÉ PRÉVISIONNELLE FIABILITÉ FIABILITÉ D'EXPLOITATION

FIABILITE. Eléments de cours CONCEPTION - RÉALISATION FIABILITÉ DE CONDUITE FIABILITÉ PRÉVISIONNELLE FIABILITÉ FIABILITÉ D'EXPLOITATION Ce chapire es le premier, d une série de rois, consacré à ce que l on appelle en mainenance le concep «FMD» ; c es à dire, MAINTENABILITE e DISPONIBILITE. Les objecifs de ce chapire seron de déerminer

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Banking de permis d émission dans l ET-ETS et valeur d option

Banking de permis d émission dans l ET-ETS et valeur d option Banking de permis d émission dans l E-E e valeur d opion G CO2 Benoî PELUCHON ur un marché de permis d émission le «banking» es la possibilié d uiliser des permis émis pour une période donné, mais non-uilisé,

Plus en détail

3.1 La définition des tâches

3.1 La définition des tâches TÂCHES Projec 2016 3.1 La définiion des âches A- Saisir les âches d'un proje Les âches représenen le ravail à accomplir pour aeindre l objecif du proje. Elles représenen, de ce fai, les élémens de base

Plus en détail

Exercice n HA Corrigé

Exercice n HA Corrigé ENAC/ISTE/HYDRAM HYDROTHEQUE : base de données d exercices en Hydrologie Cours : Hydrologie Appliquée / Thémaique : Processus & Réponse Hydrologiques Exercice n HA 0101 - Corrigé Logo opimisé par J.-D.Bonour,

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Date : Communication technique. Démarrage rotorique

Date : Communication technique. Démarrage rotorique Dae : Communicaion echnique Page 103 Démarrage roorique 1. Problémaique (bis) La SPCC uilise des convoyeurs enre les différens poses inervenan dans le remplissage e le condiionnemen des flacons de parfums.

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Commentaires autour de la note de France Stratégie. Dette, déficit et dépenses publiques : quelles orientations? Michel Aglietta

Commentaires autour de la note de France Stratégie. Dette, déficit et dépenses publiques : quelles orientations? Michel Aglietta Commenaires auour de la noe de France Sraégie Dee, défici e dépenses publiques : quelles orienaions? Michel Agliea Cepii e France Sraégie Cee noe de commenaires s appuie sur deux rappors collecifs sur

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. FONCTION RETARD ou TEMPORISATION

DOSSIER TECHNIQUE. FONCTION RETARD ou TEMPORISATION DOSSIER TECHNIQUE Foncion FONCTION RETARD ou TEMPORISATION La foncion reard ou emporisaion es une foncion dans laquelle oue ransiion d enrée (commande) se radui par une ransiion reardée de l informaion

Plus en détail

REPONSE DES CIRCUITS A UN ECHELON DE TENSION

REPONSE DES CIRCUITS A UN ECHELON DE TENSION LTOINTIQU Duperray Lycée FBUISSON PTSI PONS DS IUITS A UN HLON D TNSION Dans les circuis élecriques, les régimes on oujours un débu Nous allons éudier commen à parir des condiions iniiales, les courans

Plus en détail

Peut-on expliquer l investissement à partir de ses déterminants traditionnels au cours de la décennie 90?

Peut-on expliquer l investissement à partir de ses déterminants traditionnels au cours de la décennie 90? INVESTISSEMENT Peu-on expliquer l invesissemen à parir de ses déerminans radiionnels au cours de la décennie 9? Jean-Bapise Herbe* Dans les années récenes, les périodes de croissance ou les épisodes de

Plus en détail

No Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 1996 13 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-13 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7 1. La problémaique...9

Plus en détail

Production - Transport et Distribution d Energie

Production - Transport et Distribution d Energie Le Minisère de l'enseignemen Supérieur e de la Recherche Scienifique Universié Viruelle de Tunis Réalisé par : Mme Souad Chebbi Aenion! Ce produi pédagogique numérisé es la propriéé exclusive de l'uvt.

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mahémaiques Financières ------------------------------------------------------- 4 ème parie - Marchés financiers en emps coninu & modélisaion des acions Universié de Picardie Jules Verne Amiens Jean-Paul

Plus en détail

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC Chapire VI - Les onduleurs - LES ONDULEURS Converisseurs DC/AC I- Inroducion : L éude va porer sur les onduleurs : monophasés, de ension :Source d enrée (DC) = Source de Tension Source de sorie (AC) =

Plus en détail

Logique Séquentielle - fonction «Registre à décalage»

Logique Séquentielle - fonction «Registre à décalage» Logique Séquenielle - foncion «Regisre à décalage» 1. Inroducion Les bascules son rès uilisées comme élémens de mémorisaion de données ou d informaion. Le sockage des données a généralemen lieu dans des

Plus en détail

Chapitre 7. Choix des projets Analyse coûts-avantages (Costs Benefits Analysis)

Chapitre 7. Choix des projets Analyse coûts-avantages (Costs Benefits Analysis) Chapire 7 Choix des projes Analyse coûs-avanages (Coss Benefis Analysis) Principales quesions abordées dans ce chapire : Choix sans risque : crière de la valeur nee acualisée e crières auxiliaires opimisaion

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE Dividend Discoun Model e bulles raionnelles Eric Jondeau Bachelor/Licence Pr. Eric Jondeau Finance Empirique 2/30 Moivaion

Plus en détail

Performances et corrections d un système asservi analogique linéaire. Tbf(p) = R(p) X(p) =

Performances et corrections d un système asservi analogique linéaire. Tbf(p) = R(p) X(p) = BS EL. La sabilié d un sysème asservi.. rappel du problème posé X(p) ε(p) Tbo(p) R(p) Le sysème asservi rédui a pour ransmiance en boucle fermée Tbf(p) = R(p) X(p) = Tbo(p) + Tbo(p). La sabilié es une

Plus en détail

Chapitre 3 La dette publique

Chapitre 3 La dette publique Philippe Darreau Macroéconomie dynamique (2//23) Chapire 3 : La dee publique Chapire 3 La dee publique On ien mainenan compe du fai que dans les économies modernes, une parie de la producion es acheée

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

VIII Les gaz, partie F

VIII Les gaz, partie F VIII Les gaz, parie F Exercices de niveau A Le premier exercice de niveau A s appuie sur une analyse dimensionnelle vue dans le cours pour esimer une durée de diffusion. Le deuxième aide à apprendre l

Plus en détail

Problème d'examen (Représentation triangulaire, ACP et élections)

Problème d'examen (Représentation triangulaire, ACP et élections) ISFA 2 année 2-21 Problème d'examen (Représenaion riangulaire, ACP e élecions) D. Chessel Les exercices (17-2) son indépendans du problème (1-16). 1. Quesions On considère la marice A à n = 14 lignes e

Plus en détail

) 2) Les prix unitaires de chaque matériau sont représentés pour le premier semestre par la matrice P 1 :

) 2) Les prix unitaires de chaque matériau sont représentés pour le premier semestre par la matrice P 1 : Exercice 1 Opéraions sur les marices Pour la réalisaion de ses chaniers, une enreprise de gros-œuvre du bâimen achèe, auprès de deux fournisseurs A e B, le béon (en m 3, les briques (en nombre de palees

Plus en détail

Division du travail et progrès technique

Division du travail et progrès technique Division du ravail e progrès echnique Documen éléchargé depuis www.cairn.info - Insiu d'eudes Poliiques de Paris - - 193.54.67.94-27/01/2016 15h48. Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) Revue économique

Plus en détail

Développements de la macroéconomie contemporaine :

Développements de la macroéconomie contemporaine : Développemens de la macroéconomie conemporaine : Une enaive de survol Préparaion aux concours d'agrégaion du CAMES Sciences Economiques Marc-Alexandre Sénégas : senegas@u-bordeaux4.fr : beagle.u-bordeaux4.fr/senegas/

Plus en détail

Accumulation du capital humain et relation Education - Salaire

Accumulation du capital humain et relation Education - Salaire Accumulaion du capial humain e relaion Educaion - Salaire Saïd Hanchane*, Séphanie Moulle** Février 1999 * Cenre d'éudes e de recherche sur les qualificaions (Céreq), éléphone : 91132844, élécopieur :

Plus en détail

1 Analyse des systèmes asservis

1 Analyse des systèmes asservis i TABLE DES MATIÈRES Analyse des sysèmes asservis. Caracérisaion des sysèmes asservis......................................... Srucure des sysèmes asservis.........................................2 Caracérisiques

Plus en détail

Chapitre 5 Méthodes actuarielles de financement des régimes de retraite

Chapitre 5 Méthodes actuarielles de financement des régimes de retraite Chapire 5 Méhodes acuarielles de financemen des régimes de reraie 5.1 Inroducion Un emploeur qui me sur pied un régime de renes pour ses emploés s engage à leur verser ceraines sommes d argen dans le fuur.

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

PHYSIQUE APPLIQUÉE. Durée : 4 heures Coefficient 3

PHYSIQUE APPLIQUÉE. Durée : 4 heures Coefficient 3 PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée : 4 heures Coefficien 3 Le problème éudie l enraînemen d un venilaeur conrôlan le irage d une chaudière de fore puissance équipan une usine de pâe à papier. La régulaion de empéraure

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Le Principe de PASCAL

Le Principe de PASCAL Hydraulique LES LOIS D HYDROSTATIQUE N 1/8 LA FORCE. On appelle FORCE oue acion qui end à modifier l éa d un corps. Elle s exprime en NEWTON (symbole N). La force es définie par son sens, son inensié,

Plus en détail

Notion d oscillateur mécanique

Notion d oscillateur mécanique CHAPITRE 11 SYSTÈMES OSCILLANTS 1 Noion d oscillaeur mécanique 1. Définiion On appelle oscillaeur (ou sysème oscillan) un sysème pouvan évoluer, du fai de ses caracérisiques propres, de façon périodique

Plus en détail

La définition naturelle de la transformée de Fourier d une distribution T, devrait

La définition naturelle de la transformée de Fourier d une distribution T, devrait Chapire 12 Transformée de Fourier des disribuions 12.1 Inroducion La définiion naurelle de la ransformée de Fourier d une disribuion T, devrai êre ϕ D, < F(T ), ϕ >= < T, F(ϕ) > Mais il y a un problème

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Mots clés : incertitudes macroéconomiques, processus GARCH, VAR, politique monétaire. Uncertainties and Macroecomics performances in WAEMU Area

Mots clés : incertitudes macroéconomiques, processus GARCH, VAR, politique monétaire. Uncertainties and Macroecomics performances in WAEMU Area Résumé Nous éudions les effes des inceriudes réelles e nominales sur les aux de croissance de l oupu e de l inflaion dans la zone UEMOA pour la période 999M : M. Nos résulas monren qu un aux d inflaion

Plus en détail

Réforme du système des retraites en Italie : bilan et perspectives

Réforme du système des retraites en Italie : bilan et perspectives Réforme du sysème des reraies en Ialie : bilan e perspecives Paola Veroni, OFCE, Déparemen Analyse e Prévisions. Noe pour la réunion plénière du Conseil d Orienaion des Reraies du jeudi 5 décembre 2002

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail