Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise"

Transcription

1 Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques

2 Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle (entreprise de moins de 300 salariés) 3/ Égalité professionnelle (entreprise de 300 salariés et plus) 4/ Handicap (entreprise de moins de 300 salariés) 5/ Handicap (entreprise de 300 salariés et plus) 6/ Contrat de génération (entreprise de moins de 300 salariés) 7/ Contrat de génération (entreprise de 300 salariés et plus) 8/ Pénibilité 9/ Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences 10/ Orientations stratégiques de l entreprise & BDES

3 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE Formation professionnelle & Apprentissage Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Toutes les entreprises dotées d un Comité d entreprise (ou, à défaut, les Délégués du personnel). Tout employeur est tenu d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail, de veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi et d organiser au moins une fois tous les 2 ans des entretiens professionnels individuels consacrés à leurs perspectives d évolution professionnelle. Quelles obligations? Informer et consulter les représentants du personnel sur : les orientations de la formation professionnelle définies en fonction des perspectives économiques et de l évolution de l emploi, des investissements et des technologies dans l entreprise. la politique de formation dans l entreprise, pour l année écoulée, l année en cours et celle à venir (N-1, N, N+1). la mise en œuvre de l apprentissage. Quelle mise en œuvre? Consulter le CE (ou, à défaut, les Délégués du personnel) sur : Les orientations de la formation professionnelle - Tous les ans et chaque fois qu un changement important affecte les perspectives économiques, les investissements, les technologies dans l entreprise. Les orientations de la formation sont établies en fonction des orientations stratégiques de l entreprise (voir Fiche technique «Orientations stratégique et BDES») et, le cas échéant, de l accord GPEC (voir Fiche technique «Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences»). Les orientations de la formation prennent en compte les résultats de l analyse de la situation comparée des femmes et des hommes (voir Fiche technique «égalité professionnelle»). La mise en œuvre de la politique de formation - Tous les ans, - après la réunion sur les orientations de la formation, - au cours de deux réunions spécifiques (avant le 1 er octobre et avant le 31 décembre, sauf autres dates prévues par accord collectif d entreprise). à NOTER! L entreprise peut désormais fixer son propre calendrier par accord collectif. À défaut, les deux réunions spécifiques doivent se tenir respectivement avant le 1 er octobre et le 31 décembre.

4 Au moins 3 semaines avant chacune des réunions, remettre aux membres du CE et aux Délégués syndicaux les documents suivants : 1 ère réunion Politique de formation de l année 2014 et 2015 Informations à transmettre au moins 21 jours avant 2 nde réunion Politique de formation de l année 2016 Informations à transmettre au moins 21 jours avant orientations de la formation professionnelle dans l entreprise telles qu elles résultent de la consultation organisée sur ce thème résultat éventuel des négociations de branche relatives à la formation copie de la déclaration 2483 et, dans les entreprises de 300 salariés et plus, informations figurant au bilan social à NOTER! Pour l année 2015, la déclaration 2483 sera remplacée par une information relative à la formation professionnelle transmise par l entreprise à l administration. projet de plan de formation pour 2016, classant les actions de formation en 2 catégories : - actions d adaptation au poste de travail et au maintien dans l emploi (catégorie 1) - actions liées au développement des compétences (catégorie 2) conditions de mise en œuvre des périodes et des contrats de professionnalisation et du Compte personnel de formation pour 2016 résultats des éventuels contrôles conduits par les services de l État en matière de financement de la formation bilan des actions comprises dans le plan de formation de l entreprise pour 2014 et 2015 comportant la liste des actions de formation, des bilans de compétences et des VAE réalisés (complétée par les informations relatives aux prestataires de formation, aux conditions de déroulement des actions, à leur nature : actions d adaptation au poste ou à l emploi/actions de développement des compétences, ) informations, pour 2014 et 2015, relatives aux CIF, aux congés de bilan de compétences, aux congés pour VAE et aux congés pour enseignement accordés (objet, durée, coût, résultats obtenus ) bilan, pour l année antérieure et l année en cours, des conditions de mise en œuvre des contrats et des périodes de professionnalisation ainsi que du compte personnel de formation nombre de bénéficiaires de l entretien professionnel. Le bilan porte également sur l accueil des enseignants et des conseillers d orientation La liste des documents à transmettre peut être complétée par accord d entreprise.

5 Consulter le CE (ou, à défaut, les Délégués du personnel) sur : L apprentissage - Tous les ans, au choix : soit au cours des réunions consacrées à la politique de formation, soit indépendamment. - Information sur : le nombre d apprentis recrutés (par âge et sexe), les certifications obtenues, les perspectives d emploi des apprentis, - Consultation sur : les objectifs de l entreprise en matière d apprentissage, le nombre d apprentis susceptibles d être accueillis (par niveau, certification), les conditions de mise en œuvre des contrats d apprentissage, les modalités de liaison entre l entreprise et le CFA, l affectation des sommes prélevées au titre de la taxe d apprentissage, les conditions de mise en œuvre des conventions d aide au choix professionnel des élèves de classe préparatoire à l apprentissage, les conditions de formation des maîtres d apprentissage. Points de vigilance & Sanctions Constituer une commission formation dans les entreprises (ou établissements) de 200 salariés et plus. Lui transmettre les documents relatifs aux consultations sur la formation. établir et conserver les procès-verbaux de consultations. Ces documents doivent faire apparaître l avis motivé des représentants du personnel (membres du CE ou, à défaut, DP). à l occasion de la consultation sur les orientations de la formation : informer le CE sur les formations à la sécurité menées au cours de l année écoulée. Dans les entreprises de plus de 300 salariés : remettre un rapport détaillé et un programme des actions de formation à la sécurité proposées pour l année à venir au bénéfice des nouveaux embauchés, des travailleurs changeant de poste ou de technique et des salariés temporaires. Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Articles L et R (consultation sur les orientations de la formation professionnelle) Article L et suivants (consultation sur le plan de formation et autres dispositifs) Article L et suivants (consultation et information sur l apprentissage) Article L (commission formation) Article R et suivants (liste des documents à fournir au CE et, le cas échéant, à la commission formation) Article R (information sur les formations à la sécurité) En savoir plus

6 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE égalité Professionnelle (entreprise de moins de 300 salariés) Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Toute entreprise dotée d un Comité d entreprise : l égalité professionnelle fait partie des attributions du CE. Toutes les entreprises sont soumises à l obligation de prendre en compte les objectifs d égalité professionnelle femmes/hommes. Les entreprises de 50 salariés et plus doivent négocier sur ce thème tous les ans (tous les 3 ans, en cas de signature d un accord). Quelles obligations? Remettre au CE, tous les ans, un rapport sur la situation économique de l entreprise («rapport unique») portant, notamment, sur la situation comparée des conditions générales d emploi et de formation des femmes et des hommes. Conclure un accord collectif sur l égalité professionnelle et salariale, ou en cas d échec mettre en œuvre un plan d action annuel, intégré au rapport unique. Quelle mise en œuvre? Inclure dans la partie du rapport unique dédiée à la situation comparée des femmes et des hommes : - L analyse des données chiffrées par catégorie professionnelle de la situation respective des femmes et des hommes dans les 9 domaines d action suivants : embauche, formation, promotion professionnelle, qualification, classification, conditions de travail, sécurité et santé au travail, rémunération effective, articulation entre activité professionnelle et exercice de la responsabilité familiale. Le diagnostic établi doit permettre de visualiser les écarts de salaires et de déroulement de carrière entre les femmes et les hommes en fonction de leur âge, de leur qualification et de leur ancienneté, afin de dégager des mesures correctives. - La description de l évolution des taux de promotion respectifs des femmes et des hommes par métiers dans l entreprise. - Un plan d action destiné à assurer l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Ce plan d action a vocation à être enrichi par la négociation. Si celle-ci n aboutit pas à un accord, le plan d action unilatéral de l employeur est celui du rapport unique. Ce plan présente : l évaluation des objectifs fixés et des mesures prises au cours de l année écoulée, les objectifs de progression prévus pour l année à venir, la définition qualitative et quantitative des actions permettant de les atteindre (dans au moins 3 des 9 domaines indiqués ci-dessus, dont la rémunération effective) et l évaluation de leur coût. Le plan d action est déposé auprès de la DIRECCTE. Remettre le rapport au CE au moins 15 jours avant la réunion. Dans les 15 jours qui suivent la réunion, le rapport incluant les modifications éventuellement demandées par les représentants du personnel, accompagné de l avis du CE, doit être tenu à la disposition de l inspecteur du travail.

7 Points de vigilance & Sanctions Constituer une commission égalité professionnelle dans les entreprises (ou établissements) de 200 salariés et plus. Transmettre le rapport unique aux Délégués syndicaux. Porter à la connaissance des salariés (affichage, site Internet ) une synthèse du plan d action (comprenant au minimum des indicateurs portant sur les salaires, la durée moyenne entre deux promotions ). Mettre cette synthèse à disposition de toute personne qui la demande. L entreprise non couverte par un accord relatif à l égalité professionnelle ou, à défaut, par un plan d action, est soumise à une pénalité financière (jusqu à 1% de la masse salariale) et à l interdiction de soumissionner aux marchés publics. Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Article L (négociation annuelle sur l égalité professionnelle femmes/hommes) Article L (pénalité 1%) Article L (rapport sur la situation économique, incluant les éléments sur la situation comparée femmes/hommes) Article D (contenu minimal de la synthèse du plan d action) En savoir plus www.

8 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE égalité Professionnelle (entreprise de 300 salariés et plus) Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Toute entreprise dotée d un Comité d entreprise ou, à défaut, de Délégués du personnel : l égalité professionnelle fait partie des attributions des représentants du personnel. Toutes les entreprises sont soumises à l obligation de prendre en compte les objectifs d égalité professionnelle femmes/hommes. Les entreprises de 50 salariés et plus doivent négocier sur ce thème tous les ans (tous les 3 ans, en cas de signature d un accord). Quelles obligations? Tous les ans, remettre au CE (ou, à défaut, aux représentants du personnel), un Rapport sur la situation comparée (RSC) des conditions générales d emploi et de formation des femmes et des hommes. à défaut d être couvert par un accord collectif sur l égalité professionnelle et salariale, définir un plan d action pour l égalité professionnelle. Quelle mise en œuvre? Contenu du RSC - Analyse des données chiffrées par catégorie professionnelle de la situation respective des femmes et des hommes dans les 9 domaines d action suivants : embauche, formation, promotion professionnelle, qualification, classification, conditions de travail, sécurité et santé au travail, rémunération effective, articulation entre activité professionnelle et exercice de la responsabilité familiale. Le diagnostic établi doit permettre de visualiser les écarts de salaires et de déroulement de carrière entre les femmes et les hommes en fonction de leur âge, de leur qualification et de leur ancienneté, afin de dégager des mesures correctives. - Description de l évolution des taux de promotion respectifs des femmes et des hommes par métiers dans l entreprise. - Plan d action destiné à assurer l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Ce plan d action a vocation à être enrichi par la négociation. Si celle-ci n aboutit pas à un accord, le plan d action unilatéral de l employeur est celui du RSC. Ce plan présente : l évaluation des objectifs fixés et des mesures prises au cours de l année écoulée, les objectifs de progression prévus pour l année à venir, la définition qualitative et quantitative des actions permettant de les atteindre (dans au moins 4 des 9 domaines d action indiqués ci-dessus, dont la rémunération effective) et l évaluation de leur coût. Le plan d action est déposé auprès de la DIRECCTE. Dans les 15 jours qui suivent la réunion, le rapport incluant les modifications éventuellement demandées par les représentants du personnel, accompagné de leur avis, est transmis à l inspecteur du travail. Dans les entreprises à établissements multiples, il est transmis au Comité central d entreprise (CCE). à NOTER! «Le contrat pour la mixité des emploi et l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes» permet d obtenir une participation financière de l État pour mener des actions favorisant l égalité professionnelle ou la mixité des emplois.

9 Points de vigilance & Sanctions Mettre en place une commission égalité professionnelle (obligatoire dans les entreprises ou établissement de 200 salariés et plus). Transmettre le RSC aux Délégués syndicaux. Porter à la connaissance des salariés (affichage, site Internet ) une synthèse du plan d action (comprenant au minimum des indicateurs portant sur les salaires, la durée moyenne entre deux promotions ). Mettre cette synthèse à disposition de toute personne qui la demande. Mettre le RSC à disposition de tout salarié qui en fait la demande. L entreprise non couverte par un accord relatif à l égalité professionnelle ou, à défaut, par un plan d action est soumise à une pénalité financière (jusqu à 1% de la masse salariale) et à l interdiction de soumissionner à un marché public. Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Article L (négociation annuelle sur l égalité professionnelle femmes/hommes) Article L (pénalité 1%) Article L (rapport sur la situation comparée femmes/hommes) Article D (contenu minimal de la synthèse du plan d action) En savoir plus www.

10 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE Handicap (entreprise de moins de 300 salariés) Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Toute entreprise dotée d un Comité d entreprise : l emploi des personnes en situation de handicap relève des attributions du CE. Dès 20 salariés, toute entreprise (ou établissement) est soumise à «l obligation d emploi des travailleurs handicapés». Les entreprises nouvellement créées ou qui franchissent le seuil de 20 salariés disposent de 3 ans pour se mettre en conformité. Quelles obligations? Employer chaque année au moins 6 % de travailleurs handicapés et/ou mettre en place des actions équivalentes, remplir la Déclaration d obligation d emploi des travailleurs handicapés (DOETH) et en informer le Comité d entreprise (ou à défaut, les Délégués du personnel). Remettre au CE, tous les ans, un rapport sur la situation économique de l entreprise («rapport unique») portant, notamment, sur les actions en faveur de l emploi des travailleurs handicapés dans l entreprise. Quelle mise en œuvre? S acquitter de l obligation d emploi. 5 possibilités : - Embaucher directement des «bénéficiaires de l obligation d emploi» (travailleurs handicapés, certaines victimes d accidents du travail, titulaires d une pension d invalidité ) en CDI, CDD, contrat de professionnalisation, d apprentissage Chaque salarié compte pour 1 unité, sauf les salariés dont le temps de travail est inférieur à un mi-temps (comptabilisé pour 0,5 unité) ou présents une partie de l année (comptabilisés au prorata du temps de présence). - Accueillir des stagiaires de la formation professionnelle reconnus travailleurs handicapés dans le cadre de stage d au moins 40 heures. Cette modalité est prise en compte dans la limite de 2 % de l effectif d assujettissement. - Sous-traiter auprès du secteur protégé ou adapté (EA, CDTD, ESAT) : achat de fournitures, prestations de services ou mise à disposition de personnel handicapé. Cette modalité exonère l entreprise dans la limite de 50 % de l obligation d emploi. - Appliquer un accord de branche, de groupe, d entreprise ou d établissement relatif à la mise en œuvre d un programme pluriannuel comportant un plan d embauches en milieu ordinaire et au moins deux des actions suivantes : plan d insertion et de formation, plan d adaptation aux mutations technologiques, plan de maintien dans l entreprise en cas de licenciement. - Verser une contribution à l Agefiph dont le montant est modulable en fonction d un certain nombre de paramètres (effectif de l entreprise, efforts mis en œuvre ). Dans certains cas, la contribution due peut atteindre 600 x SMIC horaire par bénéficiaire manquant. Certaines dépenses supportées directement par l entreprise en faveur des travailleurs handicapés sont déductibles du montant de la contribution, parmi lesquelles : l abondement au compte personnel de formation. Renseigner la DOETH Avant le 1 er mars de chaque année, remplir la DOETH en ligne sur Télé-DOETH ou sur le formulaire cerfa n 11391*16 à envoyer à l Agefiph.

11 Informer le CE en lui remettant, dans le cadre du rapport unique : - les éléments relatifs aux actions entreprises ou projetées en matière d embauche, d adaptation, de réadaptation ou de formation professionnelle en faveur des travailleurs handicapés, - la DOETH (sans la liste nominative des bénéficiaires de l obligation d emploi). Points de vigilance & Sanctions Constituer une commission formation dans les entreprises (ou établissements) de 200 salariés et plus : c est elle qui est chargée d étudier les problèmes spécifiques concernant l emploi et le travail des personnes handicapées. L absence de certaines actions en faveur des bénéficiaires de l obligation d emploi (embauche, contrat de sous-traitance, application d un accord collectif) pendant plus de 3 ans expose l entreprise à une contribution Agefiph pouvant atteindre x SMIC horaire par bénéficiaire non employé. En cas d absence totale d action en faveur de l emploi des personnes handicapées, l entreprise est soumise à un versement au Trésor public d un montant, par salarié manquant, égal à [1 500 x SMIC] + 25 %. Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Articles L et R (rapport sur la situation économique, incluant les éléments sur la situation comparée femmes/hommes) Article L et suivants (obligation d emploi des travailleurs handicapés) Articles L et R et suivants (DOETH) Article L (recours à la sous-traitance) Article L (accueil de stagiaires) Article L (application d un accord collectif) Articles L et suivant, D et suivants (contribution Agefiph) Article L (catégorie de bénéficiaires de l obligation d emploi des travailleurs handicapés) En savoir plus

12 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE Handicap (entreprise de 300 salariés et plus) Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Toute entreprise dotée d un Comité d entreprise : l emploi des personnes en situation de handicap relève des attributions du CE. Dès 20 salariés, toute entreprise (ou établissement) est soumise à «l obligation d emploi des travailleurs handicapés». Les entreprises nouvellement créées ou qui franchissent le seuil de 20 salariés disposent de 3 ans pour se mettre en conformité. Quelles obligations? Employer chaque année au moins 6 % de travailleurs handicapés et/ou mettre en place des actions équivalentes, remplir la Déclaration d obligation d emploi des travailleurs handicapés (DOETH) et en informer le Comité d entreprise (ou à défaut, les Délégués du personnel). Tous les ans, remettre au CE pour avis le projet de bilan social récapitulant, notamment, les principales données chiffrées concernant les travailleurs handicapés. L informer à sa demande, tous les trimestres, des contrats passés avec le secteur protégé. Quelle mise en œuvre? S acquitter de l obligation d emploi. 5 possibilités : - Embaucher directement des «bénéficiaires de l obligation d emploi» (travailleurs handicapés, certaines victimes d accidents du travail, titulaires d une pension d invalidité ) en CDI, CDD, contrat de professionnalisation, d apprentissage Chaque salarié compte pour 1 unité, sauf les salariés dont le temps de travail est inférieur à un mi-temps (comptabilisé pour 0,5 unité) ou présents une partie de l année (comptabilisés au prorata du temps de présence). - Accueillir des stagiaires de la formation professionnelle reconnus travailleurs handicapés dans le cadre de stage d au moins 40 heures. Cette modalité est prise en compte dans la limite de 2 % de l effectif d assujettissement. - Sous-traiter auprès du secteur protégé ou adapté (EA, CDTD, ESAT) : achat de fournitures, prestations de services ou mise à disposition de personnel handicapé. Cette modalité exonère l entreprise dans la limite de 50 % de l obligation d emploi. - Appliquer un accord de branche, de groupe, d entreprise ou d établissement relatif à la mise en œuvre d un programme pluriannuel comportant un plan d embauches en milieu ordinaire et au moins deux des actions suivantes : plan d insertion et de formation, plan d adaptation aux mutations technologiques, plan de maintien dans l entreprise en cas de licenciement. - Verser une contribution à l Agefiph dont le montant est modulable en fonction d un certain nombre de paramètres (effectif de l entreprise, efforts mis en œuvre ). Dans certains cas, la contribution due peut atteindre 600 x SMIC horaire par bénéficiaire manquant. Certaines dépenses supportées directement par l entreprise en faveur des travailleurs handicapés sont déductibles du montant de la contribution, parmi lesquelles l abondement au compte personnel de formation. Renseigner la DOETH Avant le 1 er mars de chaque année, remplir la DOETH en ligne sur Télé-DOETH ou sur le formulaire cerfa n 11391*16 à envoyer à l Agefiph.

13 Informer le CE en lui remettant : - lors de la réunion trimestrielle sur la situation de l emploi, les informations concernant les contrats passés avec des établissements de travail protégé (ESAT), prévoyant la formation et l embauche par l entreprise de travailleurs handicapés. - dans le cadre du projet de bilan social, le nombre de travailleurs handicapés au 31 mars et le nombre de travailleurs handicapés à la suite d accidents du travail intervenus dans l entreprise. - la DOETH (sans la liste nominative des bénéficiaires de l obligation d emploi). à NOTER! Les réunions d informations/consultations sur la situation de l emploi dans l entreprise doivent être l occasion de traiter des questions relatives à l emploi des personnes handicapées. Points de vigilance & Sanctions Mettre en place une commission formation professionnelle (obligatoire dans les entreprises ou établissement de 200 salariés et plus) : c est elle qui est chargée d étudier les problèmes spécifiques concernant l emploi et la formation des personnes handicapées. L absence de certaines actions en faveur des bénéficiaires de l obligation d emploi (embauche, contrat de sous-traitance, application d un accord collectif) pendant plus de 3 ans expose l entreprise à une contribution Agefiph pouvant atteindre x SMIC horaire par bénéficiaire non employé. En cas d absence totale d action en faveur de l emploi des personnes handicapées, l entreprise est soumise à un versement au Trésor public d un montant, par salarié manquant, égal à [1 500 x SMIC] + 25 %. Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Articles L et R (rapport sur la situation économique, incluant les éléments sur la situation comparée femmes/hommes) Article L et suivants (obligation d emploi des travailleurs handicapés) Articles L et R et suivants (DOETH) Article L (recours à la sous-traitance) Article L (accueil de stagiaires) Article L (application d un accord collectif) Articles L et suivant, D et suivants (contribution Agefiph) Article L (catégorie de bénéficiaires de l obligation d emploi des travailleurs handicapés) En savoir plus

14 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE Contrat de Génération (entreprise de moins de 300 salariés) Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Les entreprises (ou groupe d entreprises) de 50 à moins de 300 salariés non couvertes par un accord de branche étendu relatif au contrat de génération. Quelles obligations? être couverte par un accord collectif d entreprise ou de groupe ou, à défaut, un plan d action relatif à l emploi des jeunes et des seniors dans l entreprise à NOTER! Indépendamment de cette obligation, l entreprise peut bénéficier d une aide financière de Pôle emploi si elle embauche un jeune de moins de 26 ans (30 ans s il est travailleur handicapé) en CDI, y compris en contrat de professionnalisation ou en contrat d apprentissage à durée indéterminée, et maintient dans l emploi un senior âgé d au moins 57 ans (55 ans s il est travailleur handicapé) ou embauché à 55 ans ou plus. Consulter spécifiquement le CE (ou à défaut, les Délégués du personnel) lorsque un plan d action unilatéral est mis en place suite à l échec des négociations. Quelle mise en œuvre? Réaliser un diagnostic préalable sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors dans l entreprise : pyramide des âges, prévisions de départs à la retraite, perspectives de recrutement Ce diagnostic s appuie notamment sur celui réalisé en matière d égalité femmes-hommes. Négocier un accord collectif relatif au contrat de génération ou, en cas d échec des négociations, élaborer un plan d action. D une durée maximale de 3 ans, l accord d entreprise ou, à défaut, le plan d action fixe les engagements de l entreprise en termes d insertion des jeunes et de maintien dans l emploi des seniors, en particulier : - les tranches d âge (des jeunes et des seniors) concernées par ces engagements, - des objectifs chiffrés de recrutement de jeunes en CDI, d embauche et de maintien dans l emploi de salariés âgés, - les modalités d intégration, de formation et d accompagnement des jeunes dans l entreprise (parcours d accueil, désignation d un référent ), - des mesures destinées à favoriser l amélioration des conditions de travail et la prévention de la pénibilité, - des actions dans au moins 2 des 5 domaines suivants : recrutement de salariés âgés, anticipation des évolutions professionnelles et gestion des âges, coopération intergénérationnelle, développement des compétences et des qualifications et accès à la formation, aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite, - mise en place de binômes d échange de compétences entre des salariés expérimentés et des jeunes, organisation de la diversité des âges, égalité professionnelle Lorsqu un plan d action est mis en place : - recueillir l avis du CE (ou, à défaut, des Délégués du personnel) sur le projet de plan d action, - consulter chaque année le CE (ou, à défaut, des Délégués du personnel) sur la mise en œuvre du plan d action et la réalisation des objectifs.

15 Soumettre l accord d entreprise ou, à défaut, le plan d action à la DIRECCTE pour validation. L administration vérifie sa conformité dans un délai de : - 3 semaines, pour un accord collectif, - 6 semaines, s il s agit d un plan d action. à défaut de décision dans ces délais, l accord ou le plan d action est réputé conforme. à NOTER! Pour mener à bien la mise en place d un accord collectif ou d un plan d action relatif au contrat de génération, l entreprise peut bénéficier d un dispositif «d appui-conseil» : contactez votre conseiller AGEFOS PME. Points de vigilance & Sanctions Lors du dépôt de l accord ou du plan d action à la DIRECCTE, joindre les pièces requises : - le diagnostic préalable, - la fiche descriptive de l accord ou du plan, établie sur le formulaire du ministère chargé de l emploi, - et, pour les plans d action : le procès-verbal de désaccord attestant de l échec des négociations (si l entreprise est pourvue d au moins un Délégué syndical), et l avis du CE (ou des Délégués du personnel). Prévoir dans l accord collectif ou le plan d action : - le calendrier prévisionnel de mise en œuvre des engagements de l entreprise, les modalités de suivi et d évaluation de leur réalisation, - les modalités de publicité de l accord ou du plan, notamment auprès des salariés. En l absence d accord collectif ou de plan d action, l entreprise encourt une pénalité financière : maximum 1% de la masse salariale ou, si le montant est plus élevé, 10 % du montant de la «réduction Fillon» (sanction subordonnée à la publication d un décret). Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Article L et suivants Article L (aide et pénalité) Articles L et D (diagnostic préalable) Articles L et R (dépôt de l accord ou du plan d action) Article D (contenu des accords collectifs ou plans d action) En savoir plus www.

16 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE Contrat de Génération (entreprise de 300 salariés et plus) Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Quelles obligations? Toute entreprise (ou groupe d entreprises) de 300 salariés et plus, à l exception de celles ayant conclu un accord GPEC (voir Fiche Technique «GPEC») comportant des dispositions relatives au contrat de génération, conformes aux règles applicables en la matière. être couverte par un accord collectif d entreprise ou de groupe ou, à défaut, un plan d action relatif à l emploi des jeunes et des seniors dans l entreprise Consulter spécifiquement le CE (ou à défaut, les Délégués du personnel) lorsque un plan d action unilatéral est mis en place suite à l échec des négociations. Quelle mise en œuvre? Réaliser un diagnostic préalable sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors dans l entreprise : pyramide des âges, prévisions de départs à la retraite, perspectives de recrutement Ce diagnostic s appuie notamment sur celui réalisé en matière d égalité femmes-hommes. Négocier un accord collectif relatif au contrat de génération ou, en cas d échec des négociations, élaborer un plan d action. D une durée maximale de 3 ans, l accord d entreprise ou, à défaut, le plan d action fixe les engagements de l entreprise en termes d insertion des jeunes et de maintien dans l emploi des seniors, en particulier : - les tranches d âge (des jeunes et des seniors) concernées par ces engagements, - des objectifs chiffrés de recrutement de jeunes en CDI, d embauche et de maintien dans l emploi de salariés âgés, - les modalités d intégration, de formation et d accompagnement des jeunes dans l entreprise (parcours d accueil, désignation d un référent ), - des mesures destinées à favoriser l amélioration des conditions de travail et la prévention de la pénibilité, - des actions dans au moins 2 des 5 domaines suivants : recrutement de salariés âgés, anticipation des évolutions professionnelles et gestion des âges, coopération intergénérationnelle, développement des compétences et des qualifications et accès à la formation, aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite, - mise en place de binômes d échange de compétences entre des salariés expérimentés et des jeunes, organisation de la diversité des âges, égalité professionnelle Lorsqu un plan d action est mis en place : - recueillir l avis du CE (ou, à défaut, des Délégués du personnel) sur le projet de plan d action, - consulter chaque année le CE (ou, à défaut, des Délégués du personnel) sur la mise en œuvre du plan d action et la réalisation des objectifs. Soumettre l accord d entreprise ou, à défaut, le plan d action à la DIRECCTE pour validation. L administration vérifie sa conformité dans un délai de : - 3 semaines, pour un accord collectif, - 6 semaines, s il s agit d un plan d action. à défaut de décision dans ces délais, l accord ou le plan d action est réputé conforme. Tous les ans, établir un document d évaluation sur la mise en œuvre de l accord collectif et le transmettre : - à la DIRECCTE, - au CE (ou à défaut, aux Délégués du personnel ou, s il n en existe pas, aux salariés), - aux Délégués syndicaux.

17 Points de vigilance & Sanctions Lors du dépôt de l accord ou du plan d action à la DIRECCTE, joindre les pièces requises : - le diagnostic préalable, - la fiche descriptive de l accord ou du plan, établie sur le formulaire du ministère chargé de l emploi, - et, pour les plans d action : le procès-verbal de désaccord attestant de l échec des négociations (si l entreprise est pourvue d au moins un Délégué syndical), et l avis du CE (ou des Délégués du personnel). Prévoir dans l accord collectif ou le plan d action : - le calendrier prévisionnel de mise en œuvre des engagements de l entreprise, les modalités de suivi et d évaluation de leur réalisation, - les modalités de publicité de l accord ou du plan, notamment auprès des salariés. En l absence d accord collectif ou de plan d action, l entreprise encourt une pénalité financière : maximum 1% de la masse salariale ou, si le montant est plus élevé, 10 % du montant de la «réduction Fillon». à défaut de transmission ou de transmission incomplète à la DIRECCTE du document d évaluation de l accord collectif ou du plan d action : pénalité de par mois de retard. Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Article L et suivants Articles L et R et suivants (pénalité) Articles L et D (diagnostic préalable) Articles L et R (dépôt de l accord ou du plan d action) Articles L et R et suivants (document d évaluation annuel) Article D (contenu des accords collectifs ou plans d action) En savoir plus www.

18 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE Pénibilité Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Les entreprises (ou groupe d entreprises) de 50 à moins de 300 salariés non couvertes par un accord de branche étendu en faveur de la prévention de la pénibilité, et toute entreprise (ou groupe d entreprises) de 300 salariés et plus, dès lors qu elles comptent au moins 50 % de leur effectif exposé, au-delà de certains seuils (définis en termes d intensité et de durée), à des facteurs de risques liés à : des contraintes physiques marquées un environnement physique agressif des rythmes de travail Manutentions manuelles de charges, postures pénibles impliquant des positions forcées des articulations, vibrations mécaniques Activités en milieu hyperbare et à compter du 1 er janvier 2016 agents chimiques dangereux, températures extrêmes, bruit Travail de nuit, travail en équipes successives alternantes, travail répétitif caractérisé par la répétition d un même geste à NOTER! La pénibilité est caractérisée par deux conditions cumulatives : 1. une exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels susceptibles de laisser des traces durables, identifiables et irréversibles sur la santé ; 2. Ces facteurs sont liés soit à : - des contraintes physiques, - un environnement physique agressif, - certains rythmes de travail. Quelles obligations? être couverte par un accord collectif d entreprise ou de groupe ou, à défaut, un plan d action relatif à la prévention de la pénibilité. Consulter spécifiquement le CE (ou à défaut, les Délégués du personnel) lorsque un plan d action unilatéral est mis en place suite à l échec des négociations. Quelle mise en œuvre? Réaliser un diagnostic préalable des situations de pénibilité au regard des critères et seuils fixés par le code du travail. Négocier un accord collectif en faveur de la prévention de la pénibilité ou, en cas d échec des négociations, élaborer un plan d action relatif à la prévention de la pénibilité. D une durée maximale de 3 ans, l accord d entreprise ou, à défaut, le plan d action, prévoit des mesures de prévention et les modalités de suivi de leur mise en œuvre effective. L accord ou le plan doit traiter d au moins : - un des thèmes suivants : réduction des poly-expositions aux facteurs de risques définis par le code du travail adaptation et aménagement du poste de travail réduction des expositions aux facteurs de risques professionnels, - deux des thèmes suivants : amélioration des conditions de travail développement des compétences et des qualifications aménagement de fin de carrière maintien en activité des salariés exposés aux facteurs de risques.

19 Chaque thème retenu doit être assorti d objectifs chiffrés dont la réalisation est mesurée au moyen d indicateurs, lesquels sont communiqués, au moins une fois par an, au CHSCT (ou à défaut, aux Délégués du personnel). Lorsqu un plan d action relatif à la prévention de la pénibilité est mis en place : - recueillir l avis du CE (ou, à défaut, des Délégués du personnel) sur le projet de plan d action, - déposer le plan d action auprès de la DIRECCTE. Points de vigilance & Sanctions Lors du dépôt du plan d action à la DIRECCTE, joindre le procès-verbal de désaccord attestant de l échec des négociations, l avis du CE (ou des Délégués du personnel). Le CHSCT (ou à défaut, les Délégués du personnel) est l interlocuteur privilégier de l employeur en matière de prévention des risques. Parmi ses missions, le CHSCT procède notamment à l analyse des risques et des expositions des salariés. à cette fin, l entreprise lui présente une fois par an : - un rapport annuel dressant le bilan de la situation générale de la santé, de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise et des actions conduites, en particulier en matière de prévention de la pénibilité, - un programme annuel de prévention des risques professionnels et d amélioration des conditions de travail pour l année à venir, y compris les mesures de prévention en matière de pénibilité. En l absence d accord collectif ou de plan d action, l entreprise encourt une pénalité financière : maximum 1 % de la masse salariale. Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Article L et suivants (définition de la pénibilité) Article L et suivants Article D (facteurs de risque et seuils) Article D (proportion de salariés) Article D et suivants (diagnostic préalable et accord collectif ou plan d action) Article R (dépôt du plan d action) En savoir plus

20 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Les entreprises ou groupes d entreprises de 300 salariés et plus ou, de dimension communautaire, comportant au moins un établissement ou une entreprise de 150 salariés et plus en France. La GPEC est l ensemble des démarches, procédures et méthodes de gestion prospective des ressources humaines de l entreprise. Son objectif : anticiper les décisions concernant les RH en tenant compte des choix stratégiques de l entreprise et des contraintes de son environnement socio-économique. Autrement dit, la GPEC vise à doter l entreprise des compétences nécessaires pour développer sa compétitivité et maintenir sa croissance. Quelles obligations? Tous les 3 ans, engager des négociations sur la GPEC. Informer le CE sur la mise en place de la GPEC. à NOTER! Lorsqu elle appartient à un groupe ayant conclu un accord relatif à la GPEC, l entreprise est dispensée de l obligation de négocier. Quelle mise en œuvre? Mettre à l ordre du jour des négociations les thèmes obligatoires suivants : - mise en place d un dispositif de GPEC et des mesures d accompagnement associées : formations, abondements du Compte personnel de formation, VAE, de bilans de compétences, accompagnement de la mobilité professionnelle et géographique - grandes orientations à 3 ans de la formation professionnelle dans l entreprise et objectifs du plan de formation (priorités en termes de catégories de salariés et d emplois, qualifications à acquérir pour les trois années de validité de l accord, critères et modalités d abondement par l employeur du Compte personnel de formation ), - perspectives de recours aux différents contrats de travail, au travail à temps partiel et aux stages, et moyens mis en œuvre pour diminuer le recours aux emplois précaires dans l entreprise au profit de CDI, - conditions dans lesquelles les entreprises sous-traitantes sont informées des orientations stratégiques de l entreprise ayant un effet sur leurs métiers, l emploi et les compétences. La négociation peut traiter, dans un chapitre spécifique, des conditions de mobilité professionnelle ou géographique interne à l entreprise (accords de mobilité issus de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013). Elle peut également porter sur les modalités dérogatoires de consultation du CE en cas de licenciement économique, la qualification des catégories d emploi menacées par les évolutions économiques et technologiques, la GPEC au niveau du territoire, le contrat de génération (voir Fiche technique «Contrat de Génération») Dans tous les cas, un point de la négociation doit être consacré au déroulement de carrière des salariés exerçant des responsabilités syndicales et à l exercice de leurs fonctions. Informer le CE sur la mise en place du dispositif de GPEC prévu par l accord.

21 Points de vigilance & Sanctions En cas d échec des négociations, consulter le CE sur les thèmes obligatoires visés ci-dessus. Au terme de l accord, réaliser un bilan de son application. Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement. Textes de références Code du travail Article L et suivants En savoir plus www.

22 FICHE TECHNIQUE Août 2015 CE Orientations stratégiques de l entreprise & BDES Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Quelles entreprises? Toute entreprise dotée d un Comité d entreprise. à NOTER! Dans les entreprises à établissements multiples : La circulaire DGT 2014/1 du 18 mars 2014 relative à la base de données économiques et sociales et aux délais de consultation du Comité d entreprise et d expertise précise, qu en cas d établissements multiples, l employeur n a pas d obligation de mettre en place une base de données par établissement. Néanmoins, elle doit être mise à disposition des membres du Comité central d entreprises et des comités d établissement. Dans un groupe : Sans pour autant remplacer la base de données réalisée au niveau de l entreprise, une convention ou un accord de groupe peut prévoir la constitution d une base de données au niveau du groupe. La convention ou l accord détermine notamment les personnes ayant accès à cette base ainsi que les modalités d accès, de consultation et d utilisation. Quelles obligations? Mettre en place et mettre régulièrement à jour une «base de données économiques et sociales» (BDES) rassemblant l ensemble des informations mises à disposition du CE (ou à défaut, des Délégués du personnel), sur support informatique ou papier. à NOTER! Dans une Unité économique et sociale (UES) : Lorsqu une unité économique et sociale regroupant au moins cinquante salariés est reconnue par convention ou par décision de justice entre plusieurs entreprises juridiquement distinctes, la mise en place d un comité d entreprise commun est obligatoire (Art. L du Code du Travail). La base de données doit être mise en place au niveau de l UES. Tous les ans, consulter le CE sur les orientations stratégiques définies par les organes dirigeants de l entreprise. La consultation sur les orientations stratégiques permet de préparer différentes négociations (GPEC voir Fiche technique «GPEC» ) et consultations (sur les orientations de la formation voir Fiche technique «Orientation de la formation» le plan de formation voir Fiche technique «Formation professionnelle et apprentissage» ). À ce titre, elle favorise par le dialogue social l anticipation des mutations de l entreprise. à NOTER! Cette base de données doit être régulièrement à jour et en permanence accessibles aux membres du Comité d entreprise ou, à défaut aux Délégués du personnel ainsi qu aux membres du Comité central d entreprise, du CHS-CT et aux délégués syndicaux. L employeur les informe de l actualisation de la base de données selon des modalités qu il détermine et fixe les modalités d accès, de consultation et d utilisation de la base. Ces modalités doivent permettre à ces représentants du personnel d exercer utilement leurs compétences respectives.

23 Quelle mise en œuvre? La BDES à organiser autour des thèmes suivants : - Investissements : à caractère social (emploi, formation professionnelle, conditions de travail), matériel et immatériel, environnemental, - Fonds propres et endettement, - Eléments de la rémunération des salariés et des dirigeants, - Activités sociales et culturelles, - Rémunération des financeurs, - Flux financiers à destination de l entreprise (aides publiques, crédits d impôts ), - Sous-traitance, - Transferts commerciaux et financiers (pour les groupes d entreprises). Variable selon l effectif de l entreprise (plus ou moins de 300 salariés), le contenu de la BDES est défini par le code du travail. Reporter dans la BDES les informations portant sur les années N-2, N-1, N, N+1, N+2, N+3, sous forme de données chiffrées ou pour les années à venir de grandes tendances. Les entreprises de moins de 300 salariés ne sont pas tenues d intégrer au titre de 2015 (première année de mise en place obligatoire de la BDES) les informations relatives à 2013 et Inclure dans la BDES les éléments d information remis de manière périodique au CE. Cette mise à disposition se substitue aux diverses informations que l employeur doit fournir au CE de façon récurrente : rapport sur la situation comparée des femmes et des hommes, déclaration annuelle relative à l emploi des personnes handicapées, bilan social Et ce, sous réserve de leur mise à jour régulière. Elle dispense en outre de la communication des rapports concernés à l Inspection du travail, laquelle a accès à la BDES. L intégration des informations récurrentes dans la base de données doit être réalisée, au plus tard, le 31 décembre Consultation annuelle sur les orientations stratégiques Fournir au CE, sur la base de la BDES, les informations sur les orientations stratégiques telles que définies par l organe chargé de l administration ou de la surveillance de l entreprise, en précisant leurs impacts sur l activité, l emploi, l évolution des métiers et des compétences, l organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l intérim, à des contrats temporaires et à des stages. Recueillir l avis motivé du CE. S il propose des solutions alternatives : transmettre l avis du CE à l organe dirigeant de l entreprise qui doit y répond de façon argumentée. Points de vigilance & Sanctions La BDES est un outil d information : elle ne remplace pas les obligations de consultation du CE. Elle doit être accessible en permanence, outre au CE (ou, à défaut, aux Délégués du personnel), aux membres du CHSCT et aux Délégués syndicaux. Si certaines informations contenues dans la BDES sont confidentielles, elles doivent être présentées comme telles par l employeur qui précise la durée pendant laquelle ce caractère confidentiel doit être respecté. Le CE peut se faire assister d un expert-comptable afin d examiner les orientations stratégiques de l entreprise. Sauf accord avec l entreprise, le CE contribue au financement de cette expertise à hauteur de 20 % de son budget de fonctionnement (et dans la limite du 1/3 de son budget annuel). Le défaut d information et/ou de consultation des représentants du personnel constitue un délit d entrave sanctionné pénalement.

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

L'ESSENTIEL SUR... Vos OBLIGATIONS liées à la consultation. en matière de : du COMITÉ D ENTREPRISE

L'ESSENTIEL SUR... Vos OBLIGATIONS liées à la consultation. en matière de : du COMITÉ D ENTREPRISE L'ESSENTIEL SUR... 2013 CE du COMITÉ D ENTREPRISE Vos OBLIGATIONS liées à la consultation en matière de : Formation professionnelle Égalité professionnelle Homme/Femme Handicap AGEFOS PME Ile-de-France

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 7 L information-consultation Quelques éléments de contexte La loi a cherché à mettre de l ordre et de la perspective dans

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

LA LOI DU 9 NOVEMBRE 2010 PORTANT REFORME DES RETRAITES :

LA LOI DU 9 NOVEMBRE 2010 PORTANT REFORME DES RETRAITES : LA LOI DU 9 NOVEMBRE 2010 PORTANT REFORME DES RETRAITES : Quels impacts pour l entreprise? Marie-Laure LAURENT Avocat au Département Droit Social Tel : 02.33.88.36.36 Mail : marie-laure.laurent@fidal.fr

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

FORMER FORMER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER

FORMER FORMER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE FORMER FORMER 10 avril 2014 PLAN Origine, source niveau d élaboration contenu accès à la BDU enjeux ORIGINE ET SOURCE L origine de la BDU - l ANI

Plus en détail

ACSAV-RH. Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport De Paris «La création du compte personnel de la pénibilité»

ACSAV-RH. Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport De Paris «La création du compte personnel de la pénibilité» Lionel COTILLARD Conseil-Recrutement-Formation Évaluation des risques professionnels, assistance à la rédaction du document unique Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport

Plus en détail

Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie

Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie L entreprise employeur 1/ Ouverture d un compte employeur auprès des services de l URSSAF La 1 e embauche déclenchera automatiquement, via la DPAE, l ouverture

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

«Pénibilité» Salariés concernés

«Pénibilité» Salariés concernés Actualité sociale Décembre 2015 «Pénibilité» La dernière réforme des retraites, portée par une loi du 20 janvier 2014, a souhaité prendre en compte la pénibilité au travail pour permettre aux salariés

Plus en détail

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA FORMATION PROFESSIONNELLE À L EMPLOI ET LA DÉMOCRATIE SOCIALE IMPACTANT LES MISSIONS SOCIALES DES CABINETS Nicolas GALLISSOT Responsable social Infodoc-Experts

Plus en détail

BDES GRILLE DE LECTURE

BDES GRILLE DE LECTURE BDES GRILLE DE LECTURE Réunion de négociation du 30 juin 2014 (cette grille figurerait en annexe de l accord) PRÉSENTATION DE LA SITUATION DE L ENTREPRISE Entreprises de 300 salariés et plus prévues dans

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Présentation du Compte prévention pénibilité

Présentation du Compte prévention pénibilité Présentation du Compte prévention pénibilité 1 Sommaire Le Compte prévention pénibilité Le contexte réglementaire Les facteurs de risque Le dispositif Les mesures particulières L offre de services associée

Plus en détail

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux 1 Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux L emploi des jeunes et des seniors : chantier prioritaire de la «Grande conférence sociale» des 9 et 10 juillet 2012 Un Accord

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 1-Les mesures relatives aux IRP. La loi du 17 aout 2015 sur le dialogue social modifie en profondeur le droit de la représentation du personnel. Dispositions de la loi Définition

Plus en détail

Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015.

Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015. Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015. Les décrets sur la pénibilité, ont été publiés au Journal officiel vendredi 10 octobre 2014. Ils y a 10 facteurs de pénibilité,

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Actualité Juridique et Sociale :

Actualité Juridique et Sociale : Actualité Juridique et Sociale : Mars 2015 Missions Emploi Ressources Humaines CCI Ariège ACTUALITES MPTE CONTRAT DE GENERATION 3 nouveautés destinées à faciliter son accès aux entreprises Un décret modifie

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Critères d éligibilité

Critères d éligibilité Ce document vous est proposé à titre d exemple pour vous faciliter la rédaction de votre accord et ne saurait être exhaustif Ce document servira à l EXONÉRATION de la contribution Agefiph Titre de l accord

Plus en détail

Flash d info : Le dispositif actuel de prévention de la pénibilité au travail est l'un des axes importants de la réforme des retraites.

Flash d info : Le dispositif actuel de prévention de la pénibilité au travail est l'un des axes importants de la réforme des retraites. Flash d info : Evolution du dispositif «Pénibilité au travail» Le dispositif actuel de prévention de la pénibilité au travail est l'un des axes importants de la réforme des retraites. Modifié par la loi

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail FONDS NATIONAL DE SOUTIEN RELATIF A LA PENIBILITE Cahier des charges de l appel à projet Date de lancement : jeudi 12 avril 2012 Date limite de dépôt des dossiers : lundi 2 septembre 2013 1 Appel à projets

Plus en détail

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Le contexte juridique du nouveau dispositif seniors L articulation de la nouvelle obligation avec les obligations préexistantes : La loi Fillon

Plus en détail

Les obligations sociales des employeurs

Les obligations sociales des employeurs Animateur : Benoît BOUMARD Réunion information 28 Mars 2013 Les obligations sociales des employeurs Les formalités incontournables de l embauche Le formalisme des contrats particuliers Les obligations

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE

LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE Textes applicables Loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 D. n 2014-1155, n 2014-1156, n 2014-1157, n 2014-1158, n 2014-1159 et n 2014-1160 du 9 octobre 2014, JO du 10 octobre

Plus en détail

Accompagnement. Comment mettre en place un contrat de génération? La CCI vous accompagne et vous informe sur ce dispositif

Accompagnement. Comment mettre en place un contrat de génération? La CCI vous accompagne et vous informe sur ce dispositif Accompagnement Comment mettre en place un contrat de génération? La CCI vous accompagne et vous informe sur ce dispositif En réalisant gratuitement un pré-diagnostic sur l emploi durable des jeunes, le

Plus en détail

La formation professionnelle continue. -enjeu stratégique -quelques chiffres

La formation professionnelle continue. -enjeu stratégique -quelques chiffres La formation professionnelle continue -enjeu stratégique -quelques chiffres LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE EST UN ENJEU STRATÉGIQUE POUR NOTRE PAYS, NOTRE ÉCONOMIE ET NOS CONCITOYENS! Dans une économie

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Décembre 2014

ACTUALITE SOCIALE Décembre 2014 ACTUALITE SOCIALE Décembre 2014 EDITORIAL Compte pénibilité, modulation de la cotisation allocations familiales, allègement Fillon, une nouvelle fois refondu et encore plus complexe Un choc de simplification?

Plus en détail

Compte personnel de prévention de la pénibilité : Assouplissement du dispositif

Compte personnel de prévention de la pénibilité : Assouplissement du dispositif les infos DAS - n 089 1 er septembre 2015 Compte personnel de prévention de la pénibilité : Assouplissement du dispositif La loi n 2015-994 du 17 août 2015, relative au dialogue social et à l emploi, comprend

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

Diagnostics, accompagnements et appui RH

Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics et accompagnements Prestations de conseil financées à 100% par le Fafih Pour des entreprises de 1 à 250 salariés Assurées par des cabinets spécialisés

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE AVENANT

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Le compte personnel de prévention de la pénibilité

FICHE PRATIQUE Le compte personnel de prévention de la pénibilité FICHE PRATIQUE Le compte personnel de prévention de la pénibilité Mesure phare de la loi du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraite, le compte personnel de prévention

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ

LE COMPTE PERSONNEL DE PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- NOVEMBRE 2014 NOTE N 36 LE

Plus en détail

REFORME FORMATION PROFESSIONNELLE

REFORME FORMATION PROFESSIONNELLE REFORME FORMATION PROFESSIONNELLE Compte Personnel de Formation & Entretien professionnel Natacha Martin & Me Fabien Pomart 3 février 2015 37, rue du Rocher - 75008 Paris Tel : + 33 (0)1 55 Ce 35 document

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE 21/10/2014 Unité territoriale de Paris 21/10/2014 2 Qu est ce que le pacte de responsabilité et de solidarité? Un engagement réciproque de l Etat et des partenaires

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ. Contexte et application pratique

PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ. Contexte et application pratique PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ Contexte et application pratique Définition La pénibilité au travail se caractérise par : une exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels susceptibles de

Plus en détail

Pénibilité : que disent les décrets d application?

Pénibilité : que disent les décrets d application? Pénibilité : que disent les décrets d application? La loi du 24 janvier 2014 garantit l avenir et la justice du système de retraite et a acté une mesure relative à la prise en compte de la pénibilité au

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 Décembre 2014 Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 A compter du 1 er janvier 2015 le DIF ou Droit Individuel à la Formation n existera plus, il est remplacé

Plus en détail

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014)

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) CATEGORIE AIDE CONDITIONS/MODALITES/FORMALITES EXONERATION/REDUCTION DE COTISATIONS SOCIALES Réduction générale de cotisations dite «FILLON» Réduction

Plus en détail

Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées

Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées Mme Fabiola BERIZIKY Chargée d Etudes et de Développement AGEFIPH PACA CORSE Journée «Maintien dans l Emploi»

Plus en détail

Rémunération et Avantages Sociaux

Rémunération et Avantages Sociaux Rémunération et Avantages Sociaux Prime de médaille 1 Janvier 2012 SOMMAIRE Avant-propos 3 Dispositions générales Types de médaille Délivrance de la médaille d honneur du travail Attribution de la prime

Plus en détail

Compte Prévention Pénibilité Enjeux et perspectives. PREVENTICA Nantes 7 oct 2014

Compte Prévention Pénibilité Enjeux et perspectives. PREVENTICA Nantes 7 oct 2014 Compte Prévention Pénibilité Enjeux et perspectives PREVENTICA Nantes 7 oct 2014 Pénibilité : jalons 2003 2014 2003 : loi du 21 août pénibilité = objet de négociation obligatoire, triennale, au niveau

Plus en détail

L essentiel à retenir

L essentiel à retenir Février 2012 CONTRATS ET MESURES Le contrat de professionnalisation Vous recrutez un jeune de moins de 26 ans, un demandeur d emploi, un bénéficiaire d un minima social ou un ancien titulaire d un contrat

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE

SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE Article 1 er Création d une carte d étudiant des métiers pour les apprentis et certains jeunes en contrats de professionnalisation

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) Généralités : Le compte personnel de formation (CPF) est applicable depuis le 1er janvier 2015. Créé par la loi n du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, il permet aux salariés et

Plus en détail

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle Dossier spécial réforme de la formation professionnelle ABILWAYS vous propose un dossier spécial sur la réforme de la formation professionnelle. Issu de l Accord National Interprofessionnel du 14/12/2013

Plus en détail

Panorama des CONTRATS de travail

Panorama des CONTRATS de travail Janvier 2010 Panorama des CONTRATS de travail L essentiel contrat par contrat Choisir un contrat selon vos besoins Éléments clés pour gérer vos contrats L essentiel contrat par contrat Signes particuliers

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

I. LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE

I. LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE La Lettre du Cabinet BREST LE 20 AVRIL 2015 BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE Mesdames, Messieurs, Par la présente,

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération»

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération» Appui-Conseil contrat de génération Appel d offres Appel d offres «Appui-conseil contrat de génération» 1 PRESENTATION OPCAIM / ADEFIM 74 La branche de la Métallurgie regroupe des entreprises de toutes

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Entreprises La réforme de l apprentissage L ACCUEIL DES STAGIAIRES Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE

LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE N-Nour Novembre 2009 LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE La loi relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie a été définitivement

Plus en détail

EMPLOI DES SENIORS PORTABILITE DES GARANTIES COMPLEMENTAIRES EMPLOI DES JEUNES : NOUVELLES AIDES

EMPLOI DES SENIORS PORTABILITE DES GARANTIES COMPLEMENTAIRES EMPLOI DES JEUNES : NOUVELLES AIDES N-Nour JUIN 2009 EMPLOI DES SENIORS La loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 impose aux entreprises l obligation d élaborer un plan ou de conclure un accord collectif incitant l embauche

Plus en détail

COMPTE DE PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ

COMPTE DE PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ COMPTE DE PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ Loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l'avenir et la justice du système de retraites Décrets n 2014-1155 à 1160 du 9 octobre 2014 14 octobre 2014 1 Instauration

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

Loi relative au dialogue social du 17 août 2015 dite «Loi Rebsamen» Matinée-débat du 21 septembre 2015

Loi relative au dialogue social du 17 août 2015 dite «Loi Rebsamen» Matinée-débat du 21 septembre 2015 Loi relative au dialogue social du 17 août 2015 dite «Loi Rebsamen» Matinée-débat du 21 septembre 2015 Préambule Cette présentation dresse un panorama synthétique des points saillants de la loi dite Rebsamen

Plus en détail