2014 Une chance pour l'europe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2014 Une chance pour l'europe"

Transcription

1 PROGRAMME 2014

2 2014 Une chance pour l'europe

3 sommaire 1 - L'actualité programmatique Page 4 Rosetta a rendez-vous avec la comète Churyumov-Gerasimenko Page 5 Athéna-Fidus, pour des communications militaires et civiles haut débit Page 6 ATV-5 Georges-Lemaître, cinquième et dernier vaisseau pour l ISS Page 7 La famille Sentinelle surveillera l environnement Page 8 EUSO-Ballon, une expérience pour détecter les rayons cosmiques Page 9 BSO Revol, retour en vol des ballons stratosphériques Page 1 0 Cardiospace, le système cardiovasculaire des Taïkonautes sous contrôle Page 1 1 Galileo, les premiers satellites opérationnels en orbite Page 1 2 Mascot, à la recherche d échantillons d astéroïde 2 - L'actualité thématique Ariane Page 15 Actualité 2014 Page 17 Préparation du futur Télécommunications Page 33 Actualité Page 34 Préparation de l avenir Sciences Page 23 Actualité 2014 Page 22 Préparation du futur Défense Page 39 Actualité Page 40 Préparation de l avenir Observation Page 29 Actualité Page 30 Préparation de l avenir 3 - Rendez-vous COM Page 47 À la rencontre du public Page 50 Donner envie d'espace aux jeunes Page 51 Rendez-vous internationaux

4 1 L ACTUALITÉ PROGRAMMATIQUE Satellites, lancements Campagnes Ballon 3

5 Rosetta a rendez-vous avec la comète Churyumov-Gerasimenko Après un long voyage de 10 ans, la sonde Rosetta va atteindre son but : se mettre en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko en mai 2014, puis larguer l atterrisseur Philae (100 kg) sur sa surface en novembre. Mise en hibernation ces deux dernières années, sans communication avec la Terre, la sonde sera «réveillée» en janvier 2014 pour s approcher lentement de la comète. À partir de mai, commencera une activité intense de cartographie du noyau de la comète pour, notamment, sélectionner le site d atterrissage et déterminer la procédure de largage. Un largage très délicat sur une comète dont l activité est peu prévisible et qui présente des zones actives émettant des jets sporadiques de gaz et de poussières. Philae se posera sur ses 3 pieds pour 5 jours minimum d études scientifiques du noyau. Rosetta doit rester en orbite 18 mois pour mieux connaître les propriétés de la comète : l émergence de son activité, sa structure interne et la composition de sa surface. Le CNES est impliqué au niveau de Philae : - Fourniture des batteries, - Modélisation des opérations de largage. Les scientifiques français sont responsables de la fourniture : - Des caméras et spectromètres en lumière visible et infrarouge de l atterrisseur, - Du radar de sondage de Rosetta qui étudiera la structure interne de la comète. Atterrissage : 10 novembre 2014 Partenaires : Institut d Astrophysique Spatiale (IAS), Institut de Planétologie et d Astrophysique de Grenoble, Laboratoire d Astrophysique de Marseille (LAM), Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observation Spatiales (Latmos), Laboratoire d Etudes Spatiales et d Instrumentation en Astrophysique (LESIA), Laboratoire de Physique et Chimie de l Environnement et de l Espace (LPC2E) Industriels : EADS Astrium, Saft 4 Image dans CD Photos

6 lancements Athéna-Fidus, pour des communications militaires et civiles haut débit La coopération franco-italienne est à l origine de la mission Athéna-Fidus. Avec ce satellite de télécommunications haut débit, les Défenses française et italienne, l Agence spatiale italienne (ASI) et le CNES renforcent les moyens spatiaux de communication gouvernementale militaire et civile actuellement opérationnels. Le programme Athéna-Fidus complètera notamment les capacités des satellites français Syracuse 3 entrés en service en 2005 et Les télécommunications stratégiques continueront à transiter par Syracuse, un système très sécurisé. Athéna-Fidus, dont la capacité est très supérieure aux systèmes existants, acheminera des communications haut débit protégées par cryptage (par exemple, la transmission d images issues d Hélios ou les liaisons avec les drones). Les standards de télécommunications civils les plus performants optimisent l efficacité du système. La France et l Italie ont délégué au CNES et à l ASI la réalisation du satellite et du segment sol de contrôle, ainsi que le lancement. Le CNES est chargé de la coordination de la composante spatiale. Le satellite sera contrôlé par la Défense française. Lancement : Début Ariane 5, Kourou (Guyane) Industriels : Thales Alenia Space France et Italie, TeleSpazio Italie Partenaires : Défenses française et italienne, Agence spatiale italienne (ASI) Image dans CD Photos 5

7 1 L'actualité programmatique ATV-5 Georges-Lemaître, Cinquième et dernier vaisseau pour l ISS Le cinquième Véhicule de Transfert Automatique (ATV) européen, baptisé Georges-Lemaître du nom du physicien belge à l origine de la théorie du Big Bang, doit rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) en juin L arrêt de la production des ATV ayant été décidé, il sera le dernier. Comme les quatre précédents ATV, il a pour mission de ravitailler la station en nourriture, eau et oxygène mais aussi en ergols et pièces de rechange. Au cours de ses 6 mois dans l espace, l ATV-5 relèvera régulièrement l orbite de l ISS, une opération indispensable pour compenser la baisse d altitude de la Station du fait de la traînée générée par l atmosphère résiduelle. Le CNES, à travers le Centre de contrôle de l ATV (ATV-CC) à Toulouse, dirigera la préparation et l exécution des opérations pendant toute la durée de la mission du vaisseau cargo jusqu à sa désintégration lors de la rentrée atmosphérique. Pour cet ultime rendez-vous avec l ISS, les ingénieurs de l ATV-CC auront pour mission supplémentaire de tester les senseurs du véhicule pour s approcher d une cible non coopérative en mouvement, par exemple un débris (l ISS étant coopérative car tout est prévu pour un amarrage automatique). Une autre spécificité concerne les conditions de retour particulières en fin de mission qui ont été définies pour préparer la future rentrée de la Station spatiale. Lancement : Juin Ariane 5, Kourou (Guyane) Industriels : CS-SI, Thales, GMV, Astrium-ST, Terma, Atos, Altran, Coframi, TeleSpazio Partenaires : ESA, NASA, RSC-E, Col-CC 6 Image dans CD Photos

8 lancements La famille Sentinelle surveillera l environnement Six missions sont confiées à cette famille de satellites Sentinelle dans le cadre du programme européen Copernicus (ex-gmes) de surveillance dans les domaines de l environnement et de la sécurité : observation radar, jour et nuit, de la Terre et des océans (Sentinelle-1), observation optique moyenne résolution des terres émergées (Sentinelle-2), observation des océans et surfaces terrestres par optique multispectrale, infrarouge et altimétrie (Sentinelle-3), étude de la pollution atmosphérique en orbite géostationnaire (Sentinelle-4), étude de la chimie de l atmosphère en orbite basse (Sentinelle-5), altimétrie de référence haute précision (Série Jason). Ces missions ont une vocation opérationnelle sur le long terme, à cette fin le renouvellement des satellites est déjà prévu. Les trois premiers seront lancés en Chacun d eux sera suivi, 18 mois plus tard, d un second modèle de vol. Le CNES participe activement aux missions Sentinelle-2 et 3 dans le cadre d accords de coopération. Sentinelle-2 : le CNES apporte son expertise pour le suivi et la validation de la qualité d image. Sentinelle-3 : le CNES fournit le système Doris d orbitographie précise, un support pour la validation de performance des chaînes de traitement altimétrique, et en exploitation il sera responsable de la fourniture de l orbite précise. Lancements : Sentinelle-1 : 2 e trimestre 2014 Soyouz en Guyane. Sentinelle-2 : 4 e trimestre 2014 Vega ou Rockot. Sentinelle-3 : 4 e trimestre 2014 Vega ou Rockot Partenaires : ESA, Eumetsat pour Sentinel-3 et Jason, CLS (Collecte Localisation Satellite) Image dans CD Photos 7

9 1 L'actualité programmatique EUSO-Ballon, Une expérience pour détecter les rayons cosmiques Valider sous ballon un nouveau concept de détection des particules de très haute énergie qui rentrent dans l atmosphère et créent un phénomène de fluorescence. Telle est la mission d EUSO-Ballon, un démonstrateur du projet de mission spatiale JEM-EUSO proposée sur la Station spatiale internationale et de tout autre projet d observatoire de rayons cosmiques depuis l espace. EUSO-Ballon fera voler un prototype de télescope à fluorescence sous un ballon stratosphérique du CNES. L objectif : tester la validité des concepts et les choix techniques envisagés pour un instrument du type de celui de JEM-EUSO proposé sur le module japonais de l ISS. La conception et la réalisation de ce télescope par une collaboration internationale pilotée par l IRAP constituent un véritable défi en raison de l utilisation de technologies pointues telles que de grandes lentilles de Fresnel de précision, une technique de photodétection à grande sensibilité et haute résolution, et une électronique analogique et numérique très innovante. Lancement : Août-Septembre Timmins, Ontario (Canada) Partenaires : France : Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP/PI), Laboratoire de l Accélérateur Linéaire (LAL), Laboratoire Astroparticule et Cosmologie (APC) Autres pays : IAAT (Allemagne/Co-PI), UNAM (Mexique), RIKEN (Japon), INFN (Italie), UAH (Espagne), EWHA (Corée du Sud), NCBJ (Pologne) 8 Image dans CD Photos

10 BallonS BSO Revol, Retour en vol des ballons stratosphériques Les Ballons stratosphériques ouverts (BSO) sont de retour. Devant l obsolescence des équipements de pilotage et l apparition de nouvelles exigences réglementaires de sauvegarde, les vols avaient été arrêtés en Le NOuveau SYstème de Contrôle d Aérostat NOSYCA est qualifié, ce qui autorise la reprise des vols sous le nom BSO Revol. Ce nouveau système de contrôle/commande des ballons a aussi conduit à une révision de certains organes des aérostats : capteurs, actuateurs, éléments de maintien. La qualification en vol en septembre 2013 depuis Timmins, la nouvelle base de lâchers de ballons située au Canada dans l Ontario, objet d un accord de coopération entre l Agence spatiale canadienne et le CNES, a été un succès. En vue de la campagne Strato-Science 2014, plusieurs missions scientifiques sous ballons avec des charges utiles moyennes de 200 à 400 kg sont en cours de préparation. Outre la mission EUSO-Ballon, elles concerneront les mesures de vapeur d eau, la chimie de l atmosphère ou la qualification d instruments pour le futur projet Strateole-2 (observation de la tropopause équatoriale). Lancement : Août-Septembre Timmins, Ontario (Canada) Partenaires : Agence spatiale canadienne, Laboratoire de Physique et Chimie de l Environnement et de l Espace (LPC2E), Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (Latmos), Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (Irap). Industriels : Z Marine, ELTA-Areva, Cap Gemini, COMAT Image dans CD Photos 9

11 1 L'actualité programmatique Cardiospace, Le système cardiovasculaire des Taïkonautes sous contrôle Les astronautes de retour d un vol spatial subissent un déconditionnement cardiovasculaire porteur de risques médicaux sérieux (chute de la tension, syncope en position debout). Le CNES et ses partenaires hospitaliers étudient le système cardiovasculaire en microgravité depuis de nombreuses années. Cardiospace, le projet le plus abouti à ce jour, fait l objet d une coopération franco-chinoise. Cette mission étudiera l impact de la micropesanteur sur le système cardiovasculaire des Taïkonautes en orbite à bord du module spatial TianGong 2. Les expérimentations cliniques et les mesures physiologiques porteront en particulier sur la microcirculation à l aide d un Laser Doppler et sur les aspects morphologiques de la macrocirculation grâce à l échographie. Le modèle de vol de Cardiospace sera livré à l Astronaut Center of China (ACC) en mars 2014, le modèle de rechange en juin, pour un emport sur le module orbital chinois en fin d année. Lancement : Décembre LongMarch 2F, Jiuquan (Chine) Industriels : EREMS, Atys, Terason (Etats-Unis), Perimed (Suède) Partenaires : Astronaut Center of China (ACC), CHU d Angers et de Tours. 10 Image dans CD Photos

12 BallonS Galileo, Les premiers satellites opérationnels en orbite La constellation du futur système européen de navigation par satellites va franchir une nouvelle étape en Les premiers satellites opérationnels FOC (Full Operational Capability) d une série de quatorze seront lancés à partir du Centre spatial guyanais. Ils rejoindront les quatre IOV (In-Orbit Validation) lancés en 2011 et 2012 qui, grâce à l émission de signaux Galileo, valident le bon fonctionnement du système et le niveau de performance atteignable. Cette phase intermédiaire constituée de 18 satellites permettra la validation complète du segment spatial et de l infrastructure au sol. Le déploiement de cette première série de satellites FOC sera suivi du lancement des autres satellites opérationnels pour constituer une constellation de 30 satellites à l horizon Une équipe conjointe CNES-ESOC (European Space Operation Center) basée à Toulouse et à Darmstadt assurera la mise à poste des satellites FOC. Une fois les positions finales des satellites atteintes, les Centres de contrôle Galileo situés en Italie et en Allemagne et pilotés par le consortium germano-italien Space Opal prendront le relais. Lancement : Courant 2014 Soyouz et Ariane 5 - Centre spatial guyanais Industriels : OHB, EADS Astrium, Space Opal Partenaires : Commission européenne, ESA. Image dans CD Photos 11

13 1 L'actualité programmatique Mascot À la recherche d échantillons d astéroïde Les corps de petite taille du système solaire n ont pas subi de transformations majeures depuis leur formation. Resté vraisemblablement dans son état primitif, l astéroïde 1999 JU3 présente un intérêt déterminant pour en savoir plus sur la présence de composés carbonés dont la nature est inconnue. Le petit atterrisseur Mascot (Mobile Asteroid Surface Scout) de 10 kg seulement, emporté par la mission japonaise Hayabusa 2 en décembre 2014, sera largué sur l astéroïde en juin Il aura 12 heures pour effectuer des prélèvements par sauts de puce. Sa mission : l analyse minéralogique in situ en complément des mesures à distance de la sonde et le retour d échantillons sur Terre en décembre Outre la caractérisation de l astéroïde depuis sa surface, il sera possible, pour la première fois, de comparer les analyses en laboratoire des échantillons rapportés avec les mesures in situ réalisées par Mascot. Mascot est une coopération germano-française. Le CNES est responsable de la fourniture du système d alimentation d énergie, des antennes et du microscope infrarouge hyperpectral MicrOmega, l instrument principal de Mascot développé par l Institut d Astrophysique Spatiale (IAS). Lancement : Décembre Centre spatial de Tanegashima PartenaireS : IAS, DLR, JAXA Industriel : Saft 12 Image dans CD Photos

14 2 L ACTUALITÉ thématique Ariane Les sciences L observation Les télécommunications La défense 13

15 2 L'actualité THÉMATIQUE ARIANE Le futur des lanceurs en discussion 2014 sera une année décisive pour l avenir de la filière Ariane. Le Conseil de l ESA au niveau ministériel prévu en décembre décidera définitivement de la configuration du lanceur qui prendra le relais de la version actuelle d Ariane 5. Outre la pérennisation de l autonomie européenne de l accès à l espace, ces décisions auront un impact sur l organisation industrielle et le développement des acquis technologiques en France et en Europe. Dans cette attente, le programme «Ariane 5 ME adapté et Ariane 6» progresse. 14

16 ARIANE ACTUALITÉ 2014 ACTUALITÉ 2014 Conseil ministériel de l ESA en décembre Le 4 décembre 2014 se tiendra, au Luxembourg, le Conseil de l Agence spatiale européenne dont le principe avait été acté en novembre 2012 lors de la précédente réunion à Naples. Alors qu un compromis avait été trouvé à travers le programme «Ariane 5 ME adapté et Ariane 6», l enjeu sera, pour les ministres des pays membres en charge de l espace, d aboutir à un accord définitif. Les deux options restent les mêmes : un lanceur Ariane 6 totalement nouveau, plus flexible et plus compétitif grâce à un concept renouvelé ; un lanceur Ariane 5 ME (Mid-Life Evolution), d une capacité d emport supérieure à celle de l actuelle Ariane 5 ECA. Image dans CD Photos 15

17 2 L'actualité THÉMATIQUE 16

18 ARIANE PRÉPARATION DU FUTUR Ariane 6 : des enjeux techniques et industriels Pour la France, Ariane 6 est la réponse au besoin d un lanceur plus compétitif afin de maintenir le leadership du système de lancement européen tout en assurant l équilibre financier de la filière. Alors que des décisions importantes doivent être prises en décembre 2014, le développement simultané des programmes Ariane 6 (lancement unique) et Ariane 5 ME (lancement double) se poursuit en maximisant les éléments communs aux deux projets. Il concerne les deux projets de lanceurs ainsi que les éléments qui leur sont communs. Le premier semestre 2014 sera déterminant pour Ariane 6 avec la constitution de l organisation industrielle qui doit être rationalisée. De cette organisation découlera la contribution financière respective des Etats membres de l ESA. Concept technique, technologies et standardisation de la fabrication sont étroitement liés. C est pourquoi une architecture à quatre moteurs identiques a été retenue pour les deux premiers étages à propulsion solide (trois moteurs pour le premier étage et un pour le second). Le troisième étage étant équipé du moteur réallumable Vinci à propulsion cryotechnique (hydrogène et oxygène liquides). Le concept du futur système de lancement Ariane 6 est nouveau. Son architecture est de type PPH : un premier étage à propulsion solide (P), un second étage à propulsion solide (P) et un étage supérieur cryotechnique (H) réallumable. Il obéit à des exigences de fiabilité et de coût. L objectif : un premier vol à l horizon 2020 pour une exploitation opérationnelle vers Le lanceur Ariane 5 ME adapté serait une évolution de la version Ariane 5 ECA. Ses caractéristiques : - Un étage supérieur cryotechnique équipé du même moteur Vinci réallumable qu Ariane 6. - Une coiffe et une structure porteuse allongées afin d augmenter le volume disponible pour les satellites. Sa performance doit permettre d atteindre entre 11,2 et 11,5 tonnes en lancement double géostationnaire. 17

19 2 L'actualité THÉMATIQUE Vega et ses évolutions L évolution du lanceur léger Vega, une coopération principalement franco-italienne au sein de l ESA, a été approuvée lors du dernier Conseil ministériel de l ESA. Ces travaux sont conduits dans le cadre du programme VECEP (Vega Consolidation and Evolution Programme). Vega est composé de trois étages à propergol solide (P80, Zefiro 23 et Zefiro 9) et d un quatrième étage (Avum) à ergols liquides et réallumable. A travers son premier étage P80, Vega est aussi un démonstrateur de nouvelles technologies. Deux types d évolution sont à l étude : l amélioration de l étage P80 (version P105) et l européanisation de l étage Avum. Un lanceur Vega-C pourrait voir le jour en et un modèle Vega-E à l horizon Dans tous les cas, l objectif est d en augmenter la cadence de lancement et les performances tout en réduisant les coûts de production et d exploitation. À noter : près du quart du lanceur est produit en France. 18

20 ARIANE PRÉPARATION DU FUTUR Maintenir la qualification d Ariane 5 et Vega Le programme européen LEAP (Launcher Exploitation Accompaniment Programme) a pris la suite des programmes ARTA (Accompagnement Recherche et Technologie Ariane 5) et VERTA (Vega Research and Technology Accompaniment) dans le but de maintenir les systèmes de lancement Ariane 5 et Vega en conditions qualifiée et opérationnelle, permanentes et durables. Il permet de faire face à des imprévus d ordre technique constatés lors du fonctionnement des sous-systèmes au sol ou en vol pouvant être attribués à la conception ou à la production des matériels. Ce programme concerne notamment : - ariane 5 ECA : fiabilité du lanceur, maintien de ses performances, qualification des évolutions. - support à l exploitation d Ariane 5 et Vega. - accompagnement de la production de Vega. 19

21 2 L'actualité THÉMATIQUE Instrument SEIS issu de R&T de la mission INSIGHT SCIENCES Comprendre et explorer l Univers Le CNES, la communauté scientifique française et les industriels réalisent des projets spatiaux innovants pour constamment repousser les frontières de la connaissance de l Univers. Cette collaboration s inscrit le plus souvent dans un cadre européen voire international où la France joue un rôle majeur. Les prochains appels à projets feront émerger les missions spatiales qui, à l horizon , éclaireront un peu plus les grandes questions scientifiques comme l émergence et l évolution de l Univers et l apparition de la vie, grâce à de nouveaux sauts technologiques. 20

22 SCIENCES ACTUALITÉ 2014 ACTUALITÉ 2014 Un Séminaire de prospective scientifique en 2014 Tous les quatre à cinq ans, le CNES organise un séminaire de prospective pour définir ses futures orientations programmatiques en fonction des besoins et priorités de la communauté scientifique spatiale. Le prochain séminaire réunira cette communauté à La Rochelle du 17 au 20 mars 2014 (le précédent s était tenu en 2009 à Biarritz). Un appel à idées a été lancé auprès des laboratoires et organismes scientifiques français dans trois domaines : l étude et l exploration de l Univers, l observation de la Terre, ainsi que les sciences de la vie dans l espace et les sciences de la matière en micropesanteur. Les propositions ont été évaluées au plan scientifique par les comités d experts scientifiques et au plan technique par les experts du CNES. Elles seront présentées lors du séminaire. La synthèse de ces travaux sera discutée par le Comité des Programmes Scientifiques du CNES qui proposera éventuellement d entreprendre les étapes suivantes : analyse de mission, avant-projet, recherche et technologie Image dans CD Photos 21

23 2 L'actualité THÉMATIQUE PHARAO Planck, Pharao et les autres La mission européenne Planck a achevé ses observations le 14 août 2013 mais l analyse scientifique se poursuit. Huit relevés complets du ciel ont été effectués par le satellite. C est avec la prochaine livraison de résultats, en 2014, que les cartes de polarisation du rayonnement fossile permettront d en savoir plus sur les étapes initiales de l émergence de l Univers. Le CNES apporte son soutien financier à la mise en forme des données mises à la disposition de la communauté scientifique mondiale, et à la production des résultats scientifiques. Le modèle de vol de Pharao, le Projet d Horloge Atomique par Refroidissement d Atomes en Orbite, sera livré à l ESA en mai 2014 pour être intégré dans la charge utile ACES. Le lancement est prévu en 2016 pour une installation à l extérieur du module européen Colombus de la Station spatiale internationale. Les opérations des satellites Picard (étude du Soleil) et Corot (recherche d exoplanètes) seront achevées en

24 SCIENCES PRÉPARATION DU FUTUR La 3 e mission moyenne «Cosmic Vision» à sélectionner La future mission M3 du programme Cosmic Vision de l ESA sera sélectionnée en février 2014 par le Comité des programmes scientifiques (SPC). Elle sera choisie parmi cinq projets : - Echo : un télescope spatial pour caractériser l atmosphère d un échantillon représentatif d exoplanètes. - Loft : un observatoire spatial pour étudier les mouvements de la matière à proximité des trous noirs et des étoiles à neutrons. - marcopolo-r : un projet de retour d échantillons d un astéroïde géocroiseur. - plato : une mission de recherche d exoplanètes. - ste-quest : un projet de physique fondamentale pour tester le principe d équivalence au niveau quantique. Et une grande mission scientifique à confirmer juice Juice (Jupiter Icy Moon Explorer) est la première mission scientifique européenne de catégorie L (grande mission) retenue dans le cadre de Cosmic Vision Actuellement en phase d étude de faisabilité, elle doit être confirmée fin 2014 par l ESA. Juice sera lancée en 2022 pour atteindre Jupiter en 2030 et étudier trois de ses «lunes» (Europa, Callisto et Ganymède) ainsi que son atmosphère et sa magnétosphère. Cette mission lèvera le voile sur la manière dont se forment les planètes géantes gazeuses et leurs satellites. La sélection de la seconde grande mission est en préparation. La question scientifique à explorer, déterminée en novembre 2013, est «L Univers chaud et énergétique». Un appel à propositions de missions sera lancé par l ESA début

25 2 L'actualité THÉMATIQUE DECLIC Du nouveau pour Declic et la micropesanteur Mini-laboratoire dédié à la physique des fluides critiques en micropesanteur, Declic est un instrument destiné à la Station spatiale internationale, financé par le CNES et la NASA. Il reçoit des modules enfichables (des «inserts») dédiés à diverses expériences : HTI (High Temperature Insert) pour l étude de la dissolution du sel dans l eau supercritique, ALI (Alice Like Insert) pour l observation de la transformation gaz/liquide), DSI (Directional Solidification Insert) pour l étude de la solidification des matériaux transparents. Depuis le début de la mission en 2009, ces expériences sont exploitées successivement ou simultanément par redescente sur Terre et remontée à bord de l ISS, après mise à niveau des inserts et modification des paramètres expérimentaux. De fin 2013 à 2017, plusieurs opérations de ce type sont prévues. Le Séminaire de prospective scientifique de mars 2014 débattra de la suite de cette expérience. 24

26 SCIENCES PRÉPARATION DU FUTUR LISA PATHFINDER Des lancements en vue pour 2015, 2016, 2017 Les dates de lancement de plusieurs missions scientifiques approchent (les principaux lancements prévus en 2014 figurent dans le premier chapitre de ce livret). > 2015 : LISA Pathfinder de l ESA, un démonstrateur en orbite de technologies destinées à un futur observatoire d ondes gravitationnelles à l aide des techniques d interférométrie laser. La France fournit deux sous-ensembles de la charge utile. Le laboratoire français APC (AstroParticule et Astrologie) est impliqué dans le traitement des données et des simulations préparatoires. > 2016 : la mission BepiColombo s envolera pour la planète Mercure avec deux sondes et l atteindra en 2022 : MPO (Mercury Planetary Orbiter) étudiera la surface et l intérieur de la planète et MMO (Mercury Magnetospheric Orbiter) son champ magnétique et sa magnétosphère. Soutenus par le CNES, les scientifiques français contribuent à 2 des 5 instruments de MMO et 4 des 11 instruments de MPO. Premier vol de l expérience d astronomie sous ballon Pilot destinée à cartographier la polarisation du rayonnement émis par la matière interstellaire de notre Galaxie. Pilot est une expérience CNES/CNRS avec des contributions d instituts européens. BEPI COLOMBO 25

27 2 L'actualité THÉMATIQUE MICROSCOPE Dédié à une expérience de physique fondamentale, Microscope testera le principe d équivalence entre masse pesante et masse inerte, à la base de la théorie de la Relativité générale. L instrument a été fourni par l Onera. Le CNES a développé le système complet et réalisé le TARANIS satellite. La première mission du programme ExoMars comportera un orbiteur pour étudier l atmosphère de Mars et y chercher des traces d hydrocarbures, ainsi qu un module d atterrissage européen (démonstrateur). La deuxième À 700 km d altitude, Taranis étudiera pour la première fois les phénomènes transitoires très énergétiques qui se produisent dans la haute atmosphère terrestre au-dessus des gros orages et leur couplage avec la magnétosphère terrestre. Le CNES assure la maîtrise d œuvre du satellite. 26

28 SCIENCES PRÉPARATION DU FUTUR EXOMARS mission, lancée en 2018, comporte un véhicule européen et une plateforme fixe russe. Mission martienne de la NASA, InSight déploiera une station géophysique sur le sol de la planète rouge pour en étudier la structure interne. La participation française et du CNES, qui fournit le sismomètre, est essentielle. Premier vol de l expérience franco-américaine d astronomie sous ballon Fireball conçue pour détecter la très faible émission de la matière intergalactique. Le CNES fournit un élément de l instrument scientifique (en partenariat avec le laboratoire LAM) ainsi que la nacelle pointée. 27

29 2 L'actualité THÉMATIQUE SWARM observation De nouveaux projets en perspective La communauté scientifique qui se consacre à l étude de notre environnement et à son évolution s appuie largement sur les données fournies par les missions spatiales dédiées à l observation de la Terre. L année 2014 marquera le début d un nouveau cycle de projets avec le démarrage effectif de Copernicus (ex-gmes), le grand programme européen d observation de la Terre, et le Séminaire de prospective scientifique du CNES du mois de mars. 28

30 Observation actualités 2014 ACTUALITÉS 2014 Magnétosphère : ouverture des données Swarm Première scientifique, la mission Swarm de l Agence spatiale européenne (4 e mission du programme «Earth Explorer») a pour objectif de procéder à l étude la plus complète jamais réalisée du champ magnétique et de l environnement ionosphérique terrestres qui protègent la Terre des rayons du Soleil les plus dangereux. La constellation de trois satellites, lancée le 22 novembre 2013, fournira ses premiers résultats scientifiques en Ils doivent permettre, notamment, de mieux comprendre les sources internes du champ magnétique et le mécanisme de géodynamo de la surface au noyau de la Terre, le magnétisme des roches de la croûte terrestre et la conductivité électrique du manteau terrestre. Combinées à des données au sol, ces mesures absolues, sans étalonnage, éclaireront la connaissance des interactions Terre-Soleil. La France est très impliquée dans cette mission à travers la fourniture, pour chacun des satellites, d un magnétomètre scalaire absolu. Cet instrument de nouvelle génération a été conçu par le CEA-Leti de Grenoble avec le soutien financier et technique du CNES et le support scientifique de l Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP). Le comité exécutif du CEOS sous présidence CNES pour 2 ans Créé en 1984, le CEOS (Committee on Earth Observation Satellites) réunit à ce jour 52 agences spatiales et organisations internationales. Le but est de coordonner les actions pour optimiser l utilisation des données spatiales en observation de la Terre au profit de la société dans quatre domaines clés : le climat, la forêt, les risques naturels et l agriculture/alimentation. Les décisions sont mises en œuvre par le Strategic Implementation Team (SIT) que le CNES présidera pour deux ans ( ) à la suite de la NASA. Pour son mandat, le CNES a choisi trois axes de travail : l amélioration du fonctionnement du CEOS, un accès plus facile aux données spatiales notamment pour les utilisateurs du GEO (Group on Earth Observations) dont l objet est de constituer un système de systèmes d observation de la Terre, et un soutien actif à ce même GEO pour renforcer son rôle dans les années à venir. Image dans CD Photos 29

Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau. Cnes Paris - Affaires Internationales. UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010

Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau. Cnes Paris - Affaires Internationales. UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010 Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau Cnes Paris - Affaires Internationales UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010 Le Centre National d Etudes Spatiales, pour une politique

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

Activité 34 Du bateau à la fusée

Activité 34 Du bateau à la fusée Activité 34 Du bateau à la fusée Chronologie de la conquête spatiale 1957 4 octobre : premier satellite artificiel Spoutnik lancé par l'union Soviétique. 3 novembre : Spoutnik 2 (URSS) emporte dans l'espace

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes - Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes Equipe Plasmas Spatiaux du LPC2E Plan de la présentation Le LPC2E et les BdD spatiales Les projets spatiaux auxquels

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

European Space Laboratory

European Space Laboratory European Space Laboratory LA MISSION DE COLUMBUS Columbus est la principale contribution de l'agence Spatiale Européenne au projet de l'international Space Station conçu conjointement entre la NASA (USA),

Plus en détail

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

Agen la tête dans les étoiles : de l espace pour la Terre

Agen la tête dans les étoiles : de l espace pour la Terre D O S S I E R D E P R E S S E Agen la tête dans les étoiles : de l espace pour la Terre Une exposition gratuite en partenariat avec le Centre National d Etudes Spatiales Photos : photothèque CNES Tous

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Opérations et infrastructures

Opérations et infrastructures Opérations et infrastructures La Direction Opérations et infrastructure, mise en place le 1er avril, regroupe les départements Conduite des missions et Ingénierie des systèmes sol de l ancienne Direction

Plus en détail

Stratégie spatiale française

Stratégie spatiale française Stratégie spatiale française MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Avant-Propos La France est la première puissance spatiale européenne et l Europe compte parmi les trois grandes puissances

Plus en détail

2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts

2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts 2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts PRÉSENTATION L accès de l Europe à l espace, pour l essentiel organisé dans le cadre de l Agence spatiale européenne

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

lancent la Chaire SIRIUS :

lancent la Chaire SIRIUS : COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 21 octobre 2013 Le CNES, Astrium, Thales Alenia Space, Toulouse Business School, & l Université Toulouse I Capitole, lancent la Chaire SIRIUS : La première Chaire internationale

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

Présentation du projet SMOS et du CATDS

Présentation du projet SMOS et du CATDS Présentation du projet SMOS et du CATDS François Bermudo Chef de projet SMOS CNES pied de page 1/ 1 LE PROGRAMME SMOS La mission SMOS a été sélectionnée comme «Mission d Opportunité» du programme Earth

Plus en détail

CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT

CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT 1 Sommaire La Base de lancement - définition - caractéristiques - les principales bases Les phases

Plus en détail

Maquette papier à monter éch. 1/100 e

Maquette papier à monter éch. 1/100 e Maquette papier à monter éch. 1/100 e ESA/CNES/Arianespace/CSG Service Optique, 2005 liste prestigieuse : EADS Space Transportation, la Snecma, Alcatel, Air Liquide, Volvo, Sabca, Contraves, Man, Avio,

Plus en détail

Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme. Hervé Jeanjean Cnes

Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme. Hervé Jeanjean Cnes Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme Hervé Jeanjean Cnes 1 Règlement Copernicus du 03/04/2014 : cadre politique, organisationnel et financier Règlement délégué du 12/07/2013 sur

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE

UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE Pour son troisième lancement Ariane 5 de l année, Arianespace mettra en orbite deux satellites : le satellite dédié à l Internet EchoStar XVII pour

Plus en détail

CNRS/IN2P3 23 2014 FTP 2014, CERN

CNRS/IN2P3 23 2014 FTP 2014, CERN Actions pédagogiques du CNRS/IN2P3 Vers les enseignants et leurs élèves 23 octobre 2014 FTP 2014, CERN Nicolas Arnaud (narnaud@lal.in2p3.fr) Laboratoire de l Accélérateur Linéaire (CNRS/IN2P3 et Université

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

lancent la Chaire SIRIUS :

lancent la Chaire SIRIUS : COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 23 octobre 2013 Le CNES, Astrium, Thales Alenia Space, Toulouse Business School & l Université Toulouse I Capitole, lancent la Chaire SIRIUS : La première Chaire internationale

Plus en détail

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT 1. Le moteur vulcain C. Expliquer le principe d action réaction aussi appelé le principe des actions réciproques qui s applique dans le moteur Vulcain. Vous pouvez-vous aider du schéma ci-dessous. A. Quels

Plus en détail

De PASTEL à Planète Sciences Midi-Pyrénées : 10 ans d animation scientifique pour les jeunes

De PASTEL à Planète Sciences Midi-Pyrénées : 10 ans d animation scientifique pour les jeunes 1994 De PASTEL à Planète Sciences Midi-Pyrénées : 10 ans d animation scientifique pour les jeunes 2004 Rétrospective et faits marquants, situation actuelle et perspectives Avril 1994 : création de l association

Plus en détail

pour applications spatiales

pour applications spatiales Systèmes d imagerie 3D flash LiDAR pour applications spatiales Alexandre Pollini, Centre Suisse d Electronique et de Microtechnique Toulouse, 07.04.2013 atelier "Systèmes embarqués d'imagerie 3D par laser"

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, 91191 Gif

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps Le but de ce Service est l'établissement et le maintien des repères spatio-temporels. Cette tâche traditionnelle de l'astronomie relève d'activités contractuelles

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Orolia annonce ses résultats annuels 2007

Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Un chiffre d affaires consolidé en hausse de 47% par rapport au chiffre d affaires reconstitué 1 de 2006 Paris, le 30 avril 2008 - Orolia SA (NYSE Euronext Paris

Plus en détail

LA POLITIQUE SPATIALE DE

LA POLITIQUE SPATIALE DE LA POLITIQUE SPATIALE DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL L espace représente pour la France et pour l Europe dont elle ne peut ni ne doit être dissociée, un enjeu à la fois technique, scientifique,

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2

Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2 Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2 Les nouvelles technologies énergétiques devant faire l objet de démonstrateurs de recherche de façon prioritaire ont été identifiées,

Plus en détail

!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»!

!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! !! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! Meudon25*26novembre2013 http://nanosats.sciencesconf.org L atelier«"quels"débouchés"scientifiques"pour"les"nanosatellites"?"»aréunipendant2jours

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

La SEM Régionale des Pays de la Loire, outil essentiel contre la crise

La SEM Régionale des Pays de la Loire, outil essentiel contre la crise La SEM Régionale des, outil essentiel contre la crise Dossier de presse Conférence de presse La Roche-sur-Yon, 8 juin 2009 Sommaire : Communiqué de synthèse En annexe : - Fiches SEM - Note de conjoncture

Plus en détail

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures)

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures) [ Les projets ] Semestre 1 UV 1.4 : Bibliographie (eures) L étude bibliographique est abordée comme un exercice de recherche : lecture puis synthèse de documents techniques et scientifiques. Les objectifs

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions :

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Parcours Astronomie Dossier pédagogique pour les enseignants Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Explore les expositions «Objectifs Terre» et «le Grand

Plus en détail

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC AA-SO5 Centres de traitement et d archivage de données KIDA - 2 mars 2015 AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC Contexte général L observation des molécules dans le milieu interstellaire, mais aussi dans les atmosphères

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

2015 : L Odyssée de la Lumière un voyage dans le cosmos du 17 mars au 30 août 2015 à la Cité des sciences et de l industrie

2015 : L Odyssée de la Lumière un voyage dans le cosmos du 17 mars au 30 août 2015 à la Cité des sciences et de l industrie dossier de presse mars 2015 2015 : L Odyssée de la Lumière un voyage dans le cosmos du 17 mars au 30 août 2015 à la Cité des sciences et de l industrie 2015 est l Année internationale de la lumière. À

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Parcours élèves Correction Jusqu à la 4 è D E V E L O P P E M E N T 2 0 1 5 U R A B L E Département éducation formation Avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.palais-decouverte.fr

Plus en détail

Acoustique Étude des phénomènes liés à la propagation des sons dans l air et dans d autres milieux.

Acoustique Étude des phénomènes liés à la propagation des sons dans l air et dans d autres milieux. Sciences qui cherchent à formuler les lois du monde qui nous entoure. Elles tentent de comprendre l'essence de concepts fondamentaux : la matière, le temps, le mouvement, les forces, l'énergie, la chaleur,

Plus en détail

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Titre : «Comprendre la couleur» Public : Collégiens, Lycéens. Nombre de participants : 5 à 10 (10 Maxi ) Lieu : Campus Universitaire

Plus en détail

Une Etoile au cœur des révolutions satellitaires

Une Etoile au cœur des révolutions satellitaires Une Etoile au cœur des révolutions satellitaires Préliminaire Comment se répartissent les presque 200 milliards de dollars de chiffre d affaires annuel de l industrie des satellites? Combien d acteurs

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION PRÉ-PROGRAMME Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen UNE MANIFESTATION EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC UNE ORGANISATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

L ENERGIE NUCLEAIRE A T ELLE UN AVENIR? Une réponse dans l espace?

L ENERGIE NUCLEAIRE A T ELLE UN AVENIR? Une réponse dans l espace? L ENERGIE NUCLEAIRE A T ELLE UN AVENIR? Une réponse dans l espace? Sur la Lune, le carburant du futur 3He et la fusion nucléaire La fusion est partout dans l Univers : cent milliards d étoiles dans notre

Plus en détail

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16 1. Au commencement est l appareil photo.... 1 Les différents types de capteurs.. 2 Les capteurs CCD........... 3 Les capteurs CMOS.......... 3 Taille des capteurs.......... 4 Format et qualité des images....

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

PROJET EQUIPEX NAOS. Observations de l océan global pour l étude et la prévision de l océan et du climat: préparation de la nouvelle décennie d Argo

PROJET EQUIPEX NAOS. Observations de l océan global pour l étude et la prévision de l océan et du climat: préparation de la nouvelle décennie d Argo PROJET EQUIPEX NAOS Observations de l océan global pour l étude et la prévision de l océan et du climat: préparation de la nouvelle décennie d Argo 3 ème réunion annuelle 16 & 17 Juin 2014 Ifremer, Centre

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

neocampus : campus du futur 27 février 2015

neocampus : campus du futur 27 février 2015 neocampus : campus du futur 27 février 2015 Démarrage juin 2013 ECO-CAMPUS TOULOUSE Président B Monthubert Confort au quotidien pour la communauté universitaire Diminution de l empreinte écologique de

Plus en détail

Présentation du projet Smart Electric Lyon

Présentation du projet Smart Electric Lyon . Présentation du projet Smart Electric Lyon 4/03/2014 EDF Les réseaux électriques deviendraient-ils intelligents? Décembre 2012 2 Consommation par marché et usages 2/3 pour le spécifique (Éclairage et

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. www.hopitalexpomed.com FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

PRÉ-PROGRAMME. www.hopitalexpomed.com FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE PRÉ-PROGRAMME UNE MANIFESTATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC AVEC LE SOUTIEN DE UN SALON D EXPOSITION Des visiteurs professionnels du secteur de la santé Directeurs

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX

APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX DIRECTION DU CENTRE SPATIAL DE TOULOUSE DIRECTION ADJOINTE SERVICE «TECHNIQUES ET PREPARATION DU FUTUR» Toulouse, le 23 juin 2015 DCT/DA/TF/2015-09816 APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX 1. CONTEXTE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

Ballon Sonde : Air Maroni 2010

Ballon Sonde : Air Maroni 2010 Ballon Sonde : Air Maroni 2010 1. Présentation du projet L objectif du projet du ballon sonde est de lâcher un ballon gonflé à l hélium muni d une nacelle. La nacelle contient huit capteurs : deux capteurs

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

Séquence pédagogique

Séquence pédagogique Séquence pédagogique Les matériaux de l espace L ensemble des questions concerne à la fois les sciences de la vie et de la Terre et la physique-chimie, dans le cadre des thèmes de convergence que sont

Plus en détail

Chiffre d affaires 2013 & Stratégie 2014

Chiffre d affaires 2013 & Stratégie 2014 Chiffre d affaires 2013 & Stratégie 2014 Notre mission Permettre au plus grand nombre de rester en contact dans les circonstances et les environnements les plus extrêmes et sauver des vies par des technologies

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail